AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Il est toujours agréable de revoir une bonne personne ▬ Eirlys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Dim 18 Déc 2011 - 14:40

     La bataille se Salvemer s'était terminée depuis un certain temps déjà, Pryam y avait passé quelques jours le temps de s'assurer que les personnes rencontrées là-bas étaient encore en bonne santé, puis il avait rapidement fait préparer les montures à son écuyer après avoir complété leur équipement avec ce qui manquait. Ce n'était pas l'envie de rester à Salvemer qui se faisait manquer, la ville avait subit de lourds dégâts autant sur le plan matériel qu'humain, mais malheureusement son contrat prenait fin, lady Rivanon l'avait engagé pour défendre sa cité et non aider à la reconstruire. La plupart des chevaliers pouvaient se permettre le luxe de rester sur place si l'envie leur disait, mais pas pour le natif du Val, il avait besoin de trouver rapidement un nouveau travail qui soit payé un minimum afin de subvenir aux besoins de ses bêtes, de son écuyer ainsi que les siens. C'était un peu un cercle vicieux, pour pouvoir continuer à parcourir Westeros du Nord au Sud et de l'Est à l'Ouest afin d'aider les gens dans le besoin, le jeune homme devait avoir un équipement convenable et pour l'acquérir, avoir de l'argent. Seulement l'argent ne venait qu'en aidant les autres contre un salaire, en somme ce qu'il gagnait chez un seigneur était utilisé pour aller travailler chez un autre. Des fois il se demandait si tout cela servait à quelque chose, mais n'exprimait jamais ses doutes oralement, après tout les doutes conduisaient à des certitudes comme le disait l'adage, bien que le blond n'en avait pas encore trouvé à ce jour il fallait en convenir.

     C'était donc dans le but de se constituer un nouveau pécule que le jeune chevalier avait repris la route avec son écuyer et leurs montures, il avait simplement pris la peine de remercier les gens qui l'avaient aidé et qui avaient fait preuve de gentillesse à son égard, puis avait annoncé son départ à son employeuse. Ils s'étaient alors dirigé vers l'Est du Conflans afin de gagner Port-Réal, Pryam y avait croisé une ancienne connaissance sans trop traîner dans les parages, pressant l'allure afin de pouvoir gagner rapidement la capitale. Le blond devait y rencontrer une prostituée qu'il avait chargée de recueillir des informations sur sa sœur cadette qui avait disparue de chez eux depuis son départ à lui. La catin avait accepté de l'aider contre quelques pièces et par conséquent, Pryam la rencontrait aussi fréquemment que possible pour lui demander des nouvelles, malheureusement la jeune femme n'avait jamais rien à lui offrir et son départ lui laissait toujours un arrière-goût amer. Cette fois n'avait pas fait exception et il avait repris la route le cœur lourd de ne toujours pas avoir réussi à remettre la main sur Serena.

     La suite du voyage se déroula rapidement, Pryam avait entendu que l'armée du Val était allée à Port-Lannis sous les ordres de Maura Arryn qui portait assistance au Lion Lannister, cela avait franchement étonné le jeune homme lorsque l'un des chevaliers de Salvemer lui en avait fait état. Face aux questions du chevalier errant, l'homme avait été incapable de lui expliquer les raisons de ce mouvement de l'armée, mis à part lutter contre les Fer-nés bien évidemment, mais disons simplement que le Val n'était pas particulièrement réputé pour s'entendre comme larrons en foire avec les Lannister. Peu importait au final, seul le résultat comptait, beaucoup de paysans et de chevaliers avaient accompagné lady Maura et l'idée que son père ou ses frères puissent être du nombre avait effleuré l'esprit du blond. Pryam n'avait plus vu sa famille depuis son départ du Val il y a de cela bientôt douze ans, autant dire que s'il avait l'occasion de les voir de loin, il ne passerait pas à côté. Lui ne serait qu'un chevalier de plus au milieu de la foule alors que le chevalier de Neufétoiles et ses enfants ne passeraient pas inaperçus.

     C'était avec cet espoir en tête qu'il parcourut rapidement la distance séparant les deux villes et bien que son écuyer lui signifia plusieurs fois qu'ils avaient le temps et que l'armée n'allait pas s'en-aller entre-temps, le chevalier pressa les montures. Cela leur permit d'arriver à Port-Lannis un matin alors que le soleil s'était déjà levé depuis quelques heures. La chaleur de la sécheresse se faisait déjà sentir, mais pourtant le chevalier se sentait revigoré à l'idée de pouvoir apercevoir sa famille de loin. Si cela se révélait être le même fiasco qu'avec Serena, il y avait de fortes probabilités pour que cela lui mine le moral. Mais il était inutile de perdre son temps à imaginer le pire, l'errant se débrouilla pour déposer ses affaires dans une taverne de la ville, signifiait à son écuyer qu'il pouvait aller se promener où bon lui semblait puisque les chevaux étaient à l'écurie en train de se reposer. C'est donc en tunique de voyage, seulement armé de son épée de sans aucun signe distinctif, qu'il se dirigea vers le campement où se situait l'armée du Val. Il était visible de loin et de très nombreuses tentes signalaient les différentes familles qui participaient à la bataille. Les yeux exercés et habitués du blond reconnurent plusieurs blasons des maisons voisines à celle des Templeton sans pour autant apercevoir cette dernière. Une moue se dessina sur le visage du jeune homme alors qu'il avançait entre plusieurs tentes, puis tourna au coin de l'une d'entre elles, manquant de percuter un chevalier qui lui tournait le dos.

     Il fallut plusieurs secondes à Pryam pour reconnaître le visage d'un ami de son père, un autre chevalier fieffé qui passait fréquemment à la demeure des Templeton et que le jeune garçon avait appris à connaître étant enfant. Ce n'était pas certain qu'il le reconnaisse, mais l'errant préféra ne pas tenter le diable et se faire reconnaître avant d'avoir vu sa famille – si du moins ils étaient là – il se détourna donc aussitôt. Le temps de se faufiler entre quelques tentes, Pryam détourna les yeux pour regarder autour de lui et au moment où il les reporta sur le chemin, quelqu'un sortit d'une tente juste devant lui pour stopper net comme si la personne écoutait. Il s'arrêta comme il put, mais percuta toutefois l'individu qui se révéla être une femme, sans pour autant la renverser. Une expression gênée se plaqua sur le visage du blond qui s'excusa aussitôt.

     ▬ Oh, je suis désolé, je ne vous avais pas vue sortie, vous... Dame Eirlys ? »

     La jeune femme avait tourné son minois vers lui et le blond avait aussitôt reconnu le visage de la lady rencontrée quelques semaines auparavant. Sa jeune sœur s'était perdue dans les environs de Forchant et Pryam l'avait raccompagnée chez elle, lady Eirlys était à la maison à ce moment et ils avaient brièvement parlé. Il se souvint aussitôt que la jeune dame était atteinte de cécité et ne pouvait peut-être pas le reconnaître à sa simple voix, ce fut pour cette raison qu'il se présenta.

     ▬ Je suis ser Pryam, nous nous sommes rencontrés il y a quelques temps de cela lorsque votre sœur s'était égarée dans les environs de Forchant. »

     Elle lui avait d'ailleurs laissé une très bonne impression pour tout dire, intelligente et mature pour son âge, il fallait avouer qu'il était franchement très étonné de la voir ici. Lady Eirlys lui avait pourtant clairement signifié que ses parents étaient très frileux à l'idée de la laisser partir de chez elle et que bien qu'elle rêvait de voyager, les possibilités étaient minces. Peut-être avait-elle réussi à se montrer suffisamment convaincante ? En tous les cas, s'il ne lui était pas donné de revoir sa famille, au moins Pryam n'aura-t-il pas fait le voyage jusqu'à Port-Lannis pour rien. Bien qu'il savait qu'elle ne pouvait pas le voir, un sourire se dessina sur les lèvres du chevalier alors qu'il se renseignait.

     ▬ Allez-vous bien ? Encore désolé de ne pas vous avoir vue avant. Si je vous vois ici, j'en déduis que vous accompagnez votre père ou que vous avez réussi à le convaincre de voyager ? Il se souvint qu'elle avait parlé du Bief notamment. Cela ne vaut certainement pas Villevieille, mais au moins vous pouvez voyager. »


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 21 Déc 2011 - 15:53

Eirlys commençait à prendre un peu ses marques dans le campement, elle avait repéré l'emplacement des tentes qui la concernaient et, surtout, les bruits alentours ne la faisaient plus sursauter pour un rien. L'environnement de l'armée lui paraissait à présent parfaitement normal, même si elle appréciait le silence lorsqu'elle s'en éloignait. Cependant, elle n'en était toujours pas à sortir se promener seule, de crainte de se perdre comme cela lui était déjà arrivé lors de la dernière fête à laquelle elle avait désiré assister. Inutile de renouveler la frayeur qu’elle avait eu, même si la sortie n’avait pas été que négative, loin de là.

Seulement, ce matin là, après quelques heures passées seule, la jeune femme commença à en avoir assez d'attendre le retour de ses compagnes. Ces dernières avaient encore une fois décidé de se promener dans le campement, dans l’idée d’aller observer les chevaliers… autant dire que les commentaires chuchotés à mi-voix sur ce qu’elle ne pouvait voir avait fini par lasser la jeune femme et elle avait préféré rester un peu seule, ayant dans l’idée d’imaginer quelques paroles pour de futures chansons, passe-temps qu’elle aimait à pratiquer ces derniers temps et qui ne nécessitait pas d’être soutenue, à condition d’avoir une bonne mémoire, qualité dont elle ne manquait pas. Mais après quelques heures, l’activité commença à la lasser. Bien-sûr, il était hors de question de s'aventurer à l'aveuglette dans le campement, mais apparaître sur le pas de la porte pourrait peut-être suffire à se rappeler au bon souvenir des autres suivantes.

Elle se leva, fit quelques pas, écarta la toile d’un geste. Le choc qui suivit la fit reculer d'un pas, surprise : autant elle prenait la peine de faire attention où elle allait, autant c'était rarement le cas des gens qui la côtoyaient et elle ne comptait plus le nombre de fois où elle s'était fait marcher sur les pieds avec plus ou moins de délicatesse. Sans compter toutes les fois où on lui reprochait de ne pas se trouver au bon endroit. Des excuses suivirent, pourtant, ce qui n'était pas toujours le cas et suffit à éviter qu'Eirlys ne s'offusque. Et puis, quelques mots suffirent à lui faire comprendre qu'elle connaissait cette voix, donc la personne qui se trouvait face à elle. Mais qui était-ce ?


" Ser pryam ? " demanda-t-elle au moment où il se présentait, lui coupant un peu la parole.

C’était bien lui ! Son visage s'éclaira et elle lui rendit son sourire sans le savoir, alors qu'elle se rappelait leur rencontre. Il avait ramené sa sœur chez elles et évité bien des ennuis à la petite qui persistait dans son égarement par bravade. Ensuite, ils avaient parlé des modes d'éducation et de voyage... Elle se souvenait d'un chevalier aux idées larges et à la conversation intéressante. Un chevalier qu’elle s’était permis de contredire et qui n’avait pas pris la mouche, qui était même allé jusqu’à s’éclipser avant le retour du seigneur des lieux afin d’éviter à sa cadette des réprimandes. Autant dire qu’Eirlys était heureuse de le revoir.


" Je vais bien, je vous remercie... Ce n’est rien. "

Au regard de la dernière fois où elle avait reçu un coup pour s’être déplacée sur le chemin d’une autre personne, tout allait bien ! D’ailleurs, l’ecchymose sur sa joue, issue de sa rencontre avec le forgeron n’avait pas encore eu tout à fait l’occasion de disparaitre malgré la couche de fard qu’on l’avait aidée à appliquer.

Si elle avait convaincu son père ? En effet, elle s'était plainte de rester cloîtrée dans sa forteresse et il la retrouvait quelques temps plus tard à l'autre bout du royaume. Avec ce vieux rêve de se rendre à Villevieille, réputée pour ses connaissances. Il devait se demander si elle lui avait raconté n'importe quoi ou si la chance avait frappée subitement.


" Pas tout à fait, corrigea-t-elle, mon père est resté au Val. En revanche, il a obtenu que j'entre dans la suite de lady Maura et que je devienne l'une de ses suivantes. Notre suzeraine se déplaçant dans l'Ouest, je l'y ai suivi et me voilà... "

En vérité, pour le moment, l'Ouest valait bien Villevieille question découverte de toute sorte. Le voyage en lui-même la ravissait malgré le manque de confort. Et puis, ici, tout lui semblait différent. L’ouest lui paraissait être une bien belle région, malgré le risque des pirates. Au demeurant, elle n’y pensait pas beaucoup, rassurée par la présence de l’armée : il faudrait être fou pour frapper ici, non ? Espérant ne pas se montrer indiscrète, Eirlys reprit aussitôt :

" Et vous-même ? Auriez-vous décidé de soutenir l'Ouest contre les fer-nés ? "

Elle se souvenait qu'il lui avait dit être chevalier errant, le retrouver sur ce campement n'avait rien d'étonnant. Peut-être même en faisait-il partie depuis le début du voyage.

" Aurions-nous fait route ensemble sans le savoir ? "

Voilà qui aurait été amusant. Et puis, pour une fois, elle aurait situé l’un de ces chevaliers dont ses compagnes parlaient sans cesse. Lorsqu’il était reparti sa sœur lui avait décrit un jeune homme blond ayant dans les vingt-cinq ans, grand mais sans plus, habillé « comme un chevalier ». La petite n’avait pas été plus précise, peu intéressée par le sujet, mais Eirlys appréciait de pouvoir se faire une image de lui, ce qui n’était pas le cas de grand monde sur ce campement.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Mer 21 Déc 2011 - 19:29

     Le jeune homme observait le visage de lady Eirlys en silence, il avait été sérieusement étonné de constater qu'elle se souvenait de lui, dans son esprit une jeune dame de son rang devait avoir d'autres choses à faire que de se remémorer toutes ses rencontres. Peut-être que le handicape dont elle était atteinte lui permettait-il de mieux mémoriser certaines choses ? Difficile de savoir, après tout c'était fort possible, ne pas voir devait décupler d'autres sens, le chevalier avait déjà entendu parler de certains étrangers dans les cités libres qui se privaient volontairement d'un sens pour développer les autres. Quoi qu'il en soit, il se sentit assez stupide de juger la demoiselle sur son handicape, même s'il ressentait une vive admiration pour la mémoire dont elle faisait preuve, Pryam doutait qu'elle aurait été ravie de savoir ce qu'il était en train de se poser comme question. Histoire de lui mettre davantage de baume au cœur, il remarqua qu'un ravissant sourire se dessinait sur les lèvres de la demoiselle, au moins était-elle heureuse, ou du moins satisfaite, de le revoir, c'était toujours une constatation rassurante. Après s'être renseigné sur sa santé et qu'elle l'eut rassuré, le jeune homme resta silencieux alors qu'elle expliquait être venue ici en compagnie de lady Maura, la dame du Val, ainsi donc lady Eirlys était devenue l'une de ses suivantes ? C'était une chance, du moins c'était ce que le blond considérait, pouvoir servir lady Maura était une chance d'une certaine manière, même si la dame était un fort caractère, elle était bonne est juste, Pryam l'estimait beaucoup. Pourtant il avait décidé de devenir chevalier errant plutôt que de servir sa famille, les choses n'étaient pas pareilles pour une suivante ou pour un chevalier d'un certain côté. En tous les cas, cela permettait à Eirlys de pouvoir voyager, c'était l'essentiel non ? Après cette brève réponse, la jeune femme qui n'avait rien perdu de sa curiosité se renseigna davantage sur sa présence ici et Pryam se rendit compte qu'il aurait peut-être l'air étrange à nier se trouver ici pour une telle raison. Quelques secondes de silence répondirent à la dame du Val alors que le chevalier réfléchissait rapidement, puis il se prononça enfin d'un ton légèrement plus enjoué que les conversations qu'il avait précédemment entretenues.

     ▬ J'imagine que de pouvoir servir dame Maura doit être une agréable et intéressante expérience. Je suis loin de la connaître personnellement, mais elle me fait toute l'impression d'être une personne juste. J'espère que cela vous permettra de trouver tout ce que vous souhaitez et de pouvoir découvrir de nouveaux horizons. »

     Le natif du Val n'avait parlé qu'une fois à lady Maura, lors de sa dernière visite au Val alors qu'il avait été bloqué à la Porte Sanglante par des gardes trop zélés. Dame Maura lui avait fait forte impression et en y repensant, lors de ce voyage il n'avait fait que de bonnes rencontres puisque son chemin l'avait ensuite mené à Forchant où il avait rencontré lady Eirlys. Pryam lui souhaitait d'entrer dans les bonnes grâces de sa suzeraine, avoir une telle personne dans son entourage permettait beaucoup de possibilités et il n'y avait nul doute sur le fait que lord Belmore devait être ravi que sa fille atteigne un tel métier, en considérant que ce soit perçut comme tel. Quelques secondes de silence s'étaient passées avant que le chevalier n'enchaîne pour satisfaire la curiosité de la jeune dame.

     ▬ Cela dit, je suis au regret de répondre par la négative, je viens juste d'arriver à Port-Lannis et je ne venais pas dans le but d'apporter mon aide, je ne suis pas sûr que ma présence fasse grande différence. En réalité je viens du Conflans, plus précisément de Salvemer où ces mêmes pillards ont déjà attaqué et tué. »

     Il laissa le silence s'installer, Salvemer n'était pas très franchement un bon souvenir bien qu'il avait eu l'immense honneur de faire la connaissance de l'Épée du Matin, ce chevalier Dornien réputé d'un bout à l'autre de Westeros et qui possédait un don certain pour le combat. Bien que Pryam avait été récompensé du sauvetage de ser Joseth, le cousin de lord Mallister, le chevalier ne ressentait pas de grande satisfaction, il y avait eu énormément de morts et encore davantage de blessés, même si c'était la logique des choses, il se sentait déçu de ne pas avoir été plus efficace. Chassant ces pensées sombres, il essaya de se redonner contenance en arborant un sourire bien qu'il savait pertinemment que la demoiselle ne le voyait pas. Sa mère lui disait, lorsqu'il était en enfant, que le sourire s'entendait dans la voix. Il verrait bien si c'était le cas.

     ▬ Pour tout dire, j'étais venu ici dans le but d'apercevoir des membres de ma famille, j'ignore si la bannière de ma famille sera présente, mais c'est sans importance, je finirais bien par trouver. »

     Lors de leur précédente conversation, elle lui avait déjà demandé s'il était natif du Val et Pryam avait esquivé la question en grande partie en répondant qu'il était originaire d'une famille de chevaliers. Il y en avait beaucoup dans leur région, les chevaliers fieffés étaient fréquents dans les Doigts, endroit plutôt rude et froid où les nobles n'aimaient pas trop habiter. Bien décidé à ne pas se laisser détourner de son but, à savoir si lady Eirlys était au mieux de sa forme, il enchaîna sur une autre question sans lui laisser la possibilité de répondre à sa précédente déclaration. Pas très chevaleresque, mais il ne tenait pas à faire tourner la conversation autour des raisons de sa visite ici.

     ▬ Mais je parle et je ne prends pas la peine de vous demander si vous deviez vous rendre quelque part. Est-ce que je peux vous accompagner à un endroit précis, ou vous contentiez-vous d'écouter l'agitation ? »

     En tendant l'oreille on percevait clairement les clameurs des hommes autour d'eux, les tentes étaient visibles de loin tout comme les blasons, il était évident que l'endroit devait grouiller d'animation en permanence. Pryam réagit à cet instant en se disant que si lady Eirlys était ici, c'était certainement que dame Maura devait être dans les parages. Il ne tenait pas à poser des problèmes à la jeune femme alors qu'elle avait toujours fait preuve de bienveillance à son égard. Si le blond pouvait lui rendre service, il le ferait avec plaisir, c'était l'avantage dans le métier de chevalier errant, pouvoir rencontrer des personnes qui donnaient envie d'être serviable. Visiblement la curiosité de la belle était contagieuse, car le chevalier ne put retenir une question qui lui brûlait les lèvres.

     ▬ J'imagine que vous devez avoir l'occasion de rencontrer bien des personnes en compagnie de dame Maura, il semblerait que vous soyez en passe de réaliser votre rêve en gagnant en prime, une position certainement enviable. »


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 22 Déc 2011 - 12:08

Si Pryam avait fait part de son étonnement à la jeune femme, elle aurait été elle-même surprise. Bien sûr qu'elle se rappelait de lui ! Après tout, leur rencontre n'était pas si lointaine et elle avait peu eu l'occasion de croiser de nouvelles personnes à Forchant. De toute manière, elle s'efforçait d'avoir une bonne mémoire vis-à-vis de ses rencontres afin de compenser sa cécité. Et puis, si le chevalier n'avait fait que lui rendre sa sœur, elle s'en serait peut être moins souvenu, mais il avait pris le temps de discuter avec elle suffisamment pour qu'elle s'en fasse une image et se souvienne de son nom, à défaut de le situer uniquement à sa voix dans la seconde où elle l'avait retrouvé. Sans doute la question des rangs aurait-elle pu la pousser à l'oublier aussi vite, mais il n'y avait bien que devant son père qu'elle avait de telles considérations et que ce soit lors de cette rencontre ou de la précédente, le seigneur de Forchant était absent. Ce ne serait pas elle qui prendrait le chevalier errant de haut.

Il fallut ensuite qu'elle se mette à parler et pose des questions qui franchirent ses lèvres avant qu'elle n'ait pu les retenir. Comme un peu trop souvent, elle manquait peut-être d'un peu de retenue et n'avait plus qu'à espérer que Pryam ne s'en offusque pas. Les quelques secondes de silence qui suivirent suffirent à lui faire baisser la tête, confuse :

" Je... "

Elle se souvenait à présent que les questions sur sa famille l'avaient dérangé et elle trouvait le moyen de demander de nouvelles informations sur lui ! Évidemment, c'était désintéressé et une simple façon de ne pas centrer la conversation uniquement sur elle. Un moyen d'en savoir plus sur la vie d'un chevalier qui devait être passionnante ! Sauf qu'elle l'avait probablement mis mal à l'aise. D'ailleurs, sa réponse ne porta pas sur ce qu'elle avait demandé.

" Quitter le Val et découvrir l'Ouest est déjà plus que je n'avais pu l'espérer, " confirma-t-elle en souriant.

Elle avait certes rêvé de visiter Villevieille et toutes les autres contrées ensuite, mais ce n'était qu'un doux songe pour passer le temps. Elle s'était toujours dit qu'il serait plus probable qu'elle soit mariée et confinée dans une nouvelle forteresse après un court voyage vers celle-ci. Elle avait eu beaucoup de chance d'avoir un père qui avait accepté de donner suite à ses rêves malgré les circonstances. Quant à Maura... Eirlys ne l'avouerait pas, encore moins devant quelqu'un qu'elle connaissait si mal, mais elle réservait son jugement. Sa suzeraine lui paraissait être quelqu'un de respectable et se montrait sans doute forte et très intelligente, mais quelque chose l'empêchait de lui accorder sa pleine confiance. Peut-être le simple fait que Maura semble comme un poisson dans l'eau lorsqu'il était question de politique... Eirlys se méfiait de ceux qui se montraient si prompts à manipuler les autres. Mais tout cela, évidemment, elle le garderait pour elle.

La mention du Conflans fit sursauter la jeune femme et se tourner vers Pryam, inquiète.

" Salvemer ? "


Évidemment, les pirates n'écumaient pas que l'Ouest... Assimilant l'information, elle craignit de poser ses questions... et si les nouvelles étaient mauvaises ? A entendre la voix du chevalier, il n'y avait rien eu de réjouissant là-bas. Il reprit pourtant la parole, semblant s'être remis, et elle se força à afficher un sourire poli.


" Si... "

Elle allait lui proposer d'annoncer ses couleurs et de lui dire si cela lui évoquait quelque chose - après tout, les autres dames de compagnie ne cessaient de parler de tel et tel chevalier des diverses maisons représentées - mais il changea tout aussi rapidement de sujet. De toute manière, le spectre de Salvemer ne voulait pas disparaitre. Une nouvelle question la tira de ses inquiétudes. Si elle voulait se rendre quelque part ? Eirlys soupira légèrement avant d'avoir pu se reprendre. Il fallait dire qu'en temps normal elle ne s’apitoyait pas beaucoup sur son sort, mais savoir que Salvemer avait été attaqué venait de la plonger dans l'angoisse. Pourquoi n'en avait-t-elle rien su ? Trop occupée par ses préparatifs ou le voyage lui-même ? Le voyage, sans doute. Si elle s'était encore trouvée à Forchant, son père lui aurait annoncé la nouvelle, elle aurait su ce qu'il en était. Une fois embarquée avec Maura, elle avait passé tellement de temps à prendre ses repères que tout le reste lui était passé au-dessus de la tête.


" Non... je venais voir...
elle haussa légèrement les épaules. Non, je ne vais nulle part, " répondit-elle avec une amertume qui ne lui était pas coutumière.

Inutile d'ajouter qu'on l'avait manifestement oubliée là depuis quelques heures et qu'elle ne pouvait aller se promener seule. Elle n'osait pas lui demander quoi que ce soit allant dans ce sens, d'ailleurs, même si elle n'aurait rien eu contre l'idée d'aller faire quelques pas. Enfin, il devait avoir mieux à faire. La suite lui fit hausser les sourcils. Sans doute était-il de bon ton de répondre qu'elle était ravie de cette nouvelle position... la réalité était toute autre.


" Le voyage est en effet à la hauteur de mes espérances... Si le début de son dicours était sincère et avec cette pointe d'enthousiasme qu'il lui connaissait, la suite assombrit son expression. Mon père est ravi à l'idée que lady Maura puisse songer à un beau parti pour moi. "

Elle savait qu'elle serait mariée avant d'atteindre la vingtaine et voyait défiler les prétendants dans l'esprit de son père depuis longtemps déjà. Si elle s'était fait à cette idée depuis longtemps, il semblait qu'à mesure qu'elle se rapprochait de cette issue, cela lui paraissait de moins en moins réjouissant. Elle n'était pas comme Maura, à pouvoir se consoler avec une belle situation et un titre rutilant. Même si elle faisait bonne figure devant son père, Eirlys restait indifférente à ce genre d'argument.

" Ser Pryam... "


Restait cette inquiétude qui ne la quittait pas et l'empêchait de vraiment se focaliser sur quoi que ce soit d'autre.


" Vous parliez de Salvemer... J'ai de la famille là-bas et suis sans nouvelles de leur part depuis que j'ai quitté le Val. Sauriez-vous ce qu'il est advenu des Mallister ? "

Voilà, elle s'était décidée à poser sa question. Tendue à l’extrême, elle s'attendait à présent à ce qu'il lui annonce la pire des nouvelles. A moins qu'il n'en sache pas davantage... dans ce cas elle devrait attendre le retour de Maura afin de s’enquérir de sa famille. Peut-être n'avait-il pas envie d'évoquer cet épisode de ses voyages, mais elle avait besoin de savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Jeu 22 Déc 2011 - 17:02

     Lady Eirlys n'avait de cesse de l'étonner puis de le déstabiliser. Il était amusant d'imaginer qu'un chevalier qui avait combattu les Fer-nés réussisse à se faire prendre de court par une jeune lady en pleine adolescence, mais c'était pourtant le cas. Déjà lors de leur précédente rencontre la jeune femme avait fait preuve d'une répartie et prononcé des réponses qui étonnaient fréquemment le chevalier, ainsi lorsqu'elle sursauta en arborant un air inquiet après qu'il eut parlé de Salvemer, l'errant se demanda si elle pouvait avoir des proches là-bas. Pour être franc, même si en tant qu'écuyer il avait été contraint d'apprendre chaque blason de chaque maison et tous les chevaliers qui parcouraient ces contrées, ce n'était pas pour autant qu'il était très au fait des mariages entre les différentes familles. Pryam se sentit un peu pantois d'avoir éventuellement abordé un sujet qui pouvait inquiéter la jeune femme, cela dit il s'était imaginé que l'attaque de Salvemer avait été connue de tous. Les cloches avaient résonné tellement longtemps que le natif du Val avait douté pouvoir les oublier un jour.

     Quoi qu'il en soit, si le jeune homme pouvait avoir le moindre doute concernant son inquiétude, ils étaient balayés par la manière dont elle répondit à se question sur ce qu'elle faisait ici. Quelque chose semblait l'avoir troublée et il s'en voulait beaucoup d'avoir fait disparaître la bonne humeur de ses traits. Le chevalier la dévisagea quelques instants en fronçant légèrement des sourcils comme s'il était perdu, ce qui était le cas pour être sincère, Pryam ignorait totalement comment faire pour la rassurer alors qu'il ignorait la raison même de ses inquiétudes. Cela dit la demoiselle ne lui laissa pas l'occasion de réfléchir plus à ce qu'elle pouvait avoir comme tourments étant donné qu'elle enchaîna en reprenant sa bonne humeur et son enthousiasme qu'il avait admiré lors de leur première rencontre, pour retomber aussitôt dans une expression moins agréable. Quelque chose la taraudait c'était certain, en lien avec quelque chose qu'il avait dit ou fait, mais étant donné que l'errant ne lui avait pas casser un membre en la percutant, cela devait certainement être lié à Salvemer ou à l'idée d'être mariée à un homme sélectionné par lady Maura. Heureusement lady Eirlys vola à son secours en situant enfin ses craintes, révélant qu'elle était en famille avec les Mallister. Pryam ne fut pas très étonné, si lady Rivanon et lady Eirlys étaient en famille, il comprenait mieux l'admiration qu'il avait pour elles. Soulagé de pouvoir la rassurer, le blond arbora un sourire.

     ▬ N'ayez crainte ma dame, les Mallister sont tous saufs. Lady Rivanon a d'ailleurs apporté son aide en combattant à l'arc, elle est d'une pleine de surprises je dois l'avouer. A dire vrai je ne suis pas très étonné que vous soyez en famille avec une telle personne, bien que je l'ignorais. »

     La jeune dame avait sauvé la mise du chevalier à sa manière en tirant à l'arc sur le géant qui avait attaqué Pryam, ce-dernier aurait certainement été plus gravement blessé sans l'intervention de la dame et de son arc. Seul ser Joseth avait été à deux doigts de mourir, pris en tenaille par les Fer-nés de la plage et ceux qui avaient été repoussés de la ville, mais heureusement les efforts conjugués des chevaliers et hommes d'armes de la ville avaient été suffisants pour l'épargner. Tous les Mallister étaient en parfait état, ce qui n'était malheureusement pas le cas de tous les habitants de Salvemer. Conscient que les récits de guerre ne devaient pas être très intéressants, il prit toutefois la décision de l'informer sur la situation.

     ▬ Les Fer-nés ont attaqué Salvemer alors que la nuit tombait, plusieurs boutres qui devaient contenir deux cent à deux cent cinquante hommes. Heureusement lady Rivanon avait recruté suffisamment de défenseurs et mis à part des pertes civiles et quelques soldats, il n'y a pas eu d'autres victimes. »

     Pryam avait tenté d'opter pour un ton neutre en prononçant ses mots, au risque de paraître froid et hautain à l'égard des victimes, mais disons qu'il s'était suffisamment fait railler à Salvemer après avoir protesté contre les chevaliers qui se réjouissaient que les pertes ne soient « que » chez les personnes « secondaires ». Ser Oberyn s'était éclipsé dans la foule, le chevalier errant avait appris plus tard que sa fiancée se trouvait au château et qu'il avait craint pour sa santé, c'était à la fois normal et surprenant, ce Dornien était si fort et pourtant si déroutant, le blond ne savait que penser de lui. Désireux de rassurer encore la demoiselle, Pryam ajouta quelques mots.

     ▬ Je suis persuadé que les Mallister ne vont pas tarder à vous avertir de leur bonne santé, ils étaient très débordés avec tout cela et j'imagine qu'ils manquaient de temps. Mais soyez rassurée, il n'y a aucune perte à déplorer dans leurs rangs, en très grande partie grâce à un chevalier Dornien recruté par lady Rivanon. »

     L'admiration était palpable dans sa voix, Pryam avait été très impressionné par l'aisance avec laquelle l'Épée du Matin avait mis en difficulté le Fer-né qui avait manqué de le tuer en traître. Conscient qu'il empruntait un ton un peu décalé avec la situation – ils parlaient tout de même de pertes humaines – le jeune homme se fit force pour essayer de ne pas continuer dans cette voie. Cela dit, la demoiselle n'avait pas l'air d'être attendue et en tendant l'oreille, le natif du Val entendait clairement qu'elle devait être seule dans cette tente. Attendait-elle quelqu'un ? L'idée de lui proposer de faire quelques pas lui traversa l'esprit, sans qu'il ne sache comment présenter la chose sans avoir l'air grossier. Tuer un Fer-né était plus simple que de trouver les mots exacts pour ne pas avoir l'air trop étrange. Finalement après quelques secondes de silence, le blond se lança sans trop y réfléchir plus longtemps.

     ▬ Seriez-vous contre m'accompagner pendant que je cherche la bonne tente ? J'aurais l'air moins suspect si je suis accompagné d'une dame que si je me promène sans savoir ou je vais.... Ne vous sentez pas obligée ma dame. »

     Il avait glissé une excuse l'air de rien, sans pour autant vouloir lui forcer la main. Disons qu'il avait souvent constaté que les demoiselles avaient besoin d'un justificatif si elles acceptaient quelque chose. Pryam ne tenait pas à gêner la jeune femme et il ne souhaitait pas avoir l'air grossier, mais il fallait avouer que la compagnie de lady Eirlys lui était agréable. Cela dit, le ton emprunté par la jolie demoiselle lorsqu'elle avait parlé de lady Maura ne lui sortait pas de l'esprit. L'air de rien, il ajouta quelques mots sans se mouiller.

     ▬ Et vous savez.... Je crois que lady Maura est une dame compréhensive. »

     Le sujet du mariage de lady Eirlys ne le regardait pas évidemment, mais le blond était persuadé que si la jeune femme expliquait à sa suzeraine qu'elle souhaitait prendre part à ce choix, lady Arryn la laisserait faire. Ou peut-être était-il trop idéaliste et utopiste ?


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 23 Déc 2011 - 21:03

Le soulagement d'Eilys fut visible dès les premiers mots du chevalier. Sa famille se portait bien ! Un sourire réapparut même sur son visage lorsque Pryam annonça que Rivanon avait joué de l'arc. Cela ne l'étonnait pas beaucoup !

" J'admire beaucoup ma cousine, " reconnut Eirlys.

Rivanon avait une force de caractère qu'elle appréciait grandement. Eirlys, elle, savait qu'elle ne pourrait jamais se rendre utile de la sorte. Elle avait déjà essayé de se servir d'un arc, juste pour savoir qu'elle idée cela faisait mais, incapable de viser, avait renoncé à en faire quoi que ce soit au risque de blesser quelqu'un. Le chevalier était-il en train de lui dire qu'elle-même était pleine de surprises ? Elle prenait cette remarque comme un compliment, bien qu'elle ne soit pas certaine de comprendre en quoi. Son sourire se figea pourtant lorsque le jeune homme expliqua quelles étaient les pertes. Eirlys était soulagée de savoir que sa famille n'avait rien, mais il n'en demeurait pas moins qu'une attaque Fer-née n'avait rien de réjouissant. On disait qu'ils emportaient des femmes derrière eux et elle n'osait imaginer ce qu'avaient pu vivre les malheureuses. Quant aux morts...


" J'ignorais tout cela, murmura-t-elle, abattue. Je... j'ai passé tellement de temps à m'adapter à l'entourage de lady Maura... "

Elle mesurait le fossé qu'elle avait laissé se creuser entre Forchant et elle en quittant les siens et ce n'était pas pour la réjouir. Et puis, elle imaginait sa cousine face aux pillages et ne pouvait s'empêcher de frémir en pensant à ces fameuses pertes civiles et aux soldats qui avaient laissé leur vie en défendant leurs terres.

" Je vous remercie, je suis... soulagée. " reprit-elle lorsque le chevalier lui assura que les pertes étaient minimes.

Soulagée pour sa famille, du moins. Sa voix n'était pas très assurée, mais elle se reprit, ne voulant pas paraître trop émotive devant Pryam qui semblait lui même se contenir. Après tout, si sa famille se portait bien, elle n'avait plus de raison de s'inquiéter. Il faudrait qu'elle écrive à Rivanon dès que possible et prête davantage l'oreille à ce qui pouvait se passer autour d'elle.

Il y eu quelques secondes de silence pendant lesquelles elle ne sut qu'ajouter. Parler pour ne rien dire n'avait jamais été son fort et elle craignait d'ennuyer le chevalier par sa présence. Entamer une nouvelle conversation risquait de le faire se sentir obligé d'y donner suite. Elle ne voulait pas le déranger et ne s'attendait d'ailleurs pas à ce qu'il lui propose de l'accompagner.


" Oh ? Euh... "

Pour les qualités d'éloquence, elle repasserait. Il fallait dire qu'elle n'était pas vraiment habituée à se promener seule avec un chevalier quel qu'il soit. Habituellement, sa septa la suivait à la trace où qu'elle aille - quand la pauvre femme n'était pas occupée à courir après sa cadette, évidemment. Pryam dut d'ailleurs sentir son trouble car il se dépêcha de se justifier avant de lui permettre de refuser. Eirlys finit par se reprendre assez pour acquiescer timidement :

" Oui... oui, bien-sûr... je vais vous accompagner. "

Pour être honnête, elle n'avait hésité qu'en se demandant si cela se faisait. Pour sa part, elle était ravie de se promener un peu en sa compagnie. Elle attendit qu'il lui ait donné la possibilité de lui prendre le bras et d'avoir fait quelques pas, pour secouer la tête à sa dernière affirmation, objectant doucement :

" Mon père est également un homme compréhensif... Mais ce ne sont pas mes intérêts personnels qui primeront, ce sont ceux de ma famille, je ne me fais aucune illusion. "

Non, le seigneur de Forchant ne donnerait pas sa fille à un monstre... ou du moins il l'éviterait dans la mesure du possible. Elle savait qu'il aimait beaucoup sa fille, mais il était aussi capable de se dire que, si elle n'était pas très enthousiaste, le temps arrangerait sa situation et qu'elle s'habituerait à son mari.

" Vous savez... Je crois que malgré tout ce que l'on peut entendre à propos des chevaliers errants, je vous envie... Vous avez eu le courage de vous donner les moyens de choisir votre vie. "

Elle l'admirait pour cela. Là où d'autres restaient chez eux, attendant leur héritage sans chercher à le mériter, lui parcourait le monde pour aider ceux qui en avaient besoin. Peut-être était-elle trop naïve et idéalisait-elle le peu qu'il lui avait raconté, peut-être lui avait-il raconté des histoires afin de briller, mais si ce qu'il avait évoqué était vrai, alors elle l'admirait. Puis elle s'aperçut qu'elle présageait peut-être de ce choix... peut-être justement n'était-ce pas réellement une décision personnelle. S'il s'était retrouvé sur les routes, il était possible qu'on ne lui ait pas demandé son avis, qu'il y ait été forcé d'une manière ou d'une autre... Se rendant compte qu'elle venait peut-être de commettre une erreur grossière, la jeune femme baissa la tête, sentant ses joues s'empourprer. Elle avait encore raté une occasion de se taire. Tentant de se rattraper un peu en changeant de sujet, elle reprit maladroitement :

" Pour ma part... j'espère juste que mon père sera satisfait de son choix. En ce qui me concerne, cela n'a pas grande importance, je m'en accommoderai. "

Elle haussa légèrement les épaules. Quelle importance, en effet ? Elle n'avait aucune espoir d'aimer celui qui deviendrait son mari pour le restant de ses jours. Alors que ce soit un homme ou un autre... Elle s'était résignée à cette idée depuis longtemps et avait tout fait pour ne pas trop y penser. D'autres qu'elles se seraient précipitées pour examiner les partis et faire en sorte de faire un choix, mais quand on avait des yeux qui faisaient fuir tous ceux qui attendaient d'une femme qu'elle se contente d'être jolie et bonne couturière... De toute manière, elle n'avait jamais su minauder et jouer à la parfaite petite noble à marier. Elle eut un petit sourire pour reprendre plus gaiement :

" Ma cadette, Liana... Jamais je ne l'avouerai devant elle, mais je suis certaine qu'elle aurait fait un parfait chevalier errant si elle était née homme. "

Voilà, il valait mieux plaisanter que disserter des heures de ce qu'elle n'était pas en mesure de changer.

" Si vous me disiez quel étendard vous cherchez, je pourrais peut-être vous aider... Elle s'interrompit avant d'ajouter rapidement, à nouveau confuse : Pardonnez-moi, je suis indiscrète. "

Elle avait quand même un don pour demander des informations sur ce qui ne la regardait en rien. Encore une fois, elle aurait mieux fait de se taire. Pryam était sans doute charmant, mais il y avait des limites et elle venait sans doute de les dépasser en lui demandant le nom d'une famille dont il évitait de parler depuis leur dernière rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Sam 24 Déc 2011 - 14:30

     Pryam était rassuré d'avoir réussi à rassurer la jeune femme, il se serait sincèrement senti coupable si Eirlys s'était inquiétée pour sa famille jusqu'à ce qu'elle ait de leurs nouvelles, juste par sa faute. Quoi qu'il en soit, la demoiselle accepta de l'accompagner et après que le chevalier lui eut offert son bras pour lui faciliter les choses, ils entreprirent de marcher entre les tentes d'où provenait une forte agitation. Les yeux du natif du Val se promenaient sur les environs, histoire de s'assurer qu'ils ne risquaient pas de tomber sur quelqu'un qui ne les remarquerait pas, au sens littéral comme au sens figuré. Une fois de plus, lady Eirlys fit preuve de beaucoup plus de maturité qu'il ne pouvait s'y attendre, la jeune femme avait visiblement compris seule qu'elle épouserait un homme dans l'intérêt de sa famille et non par envie. Il se sentit un peu honteux, lui-même avait refusé que sa sœur cadette se fasse « vendre » à un lord du Val simplement pour pouvoir permettre à son père d'assouvir ses rêves de gloire. Le jeune homme resta toutefois d'une bonne humeur apparente et répondit brièvement.

     ▬ Je vous trouve étonnamment mature et réfléchie pour votre âge. »

     Peut-être ne le prendrait-elle pas comme un compliment, en tous les cas pour lui s'en était un. Lorsqu'elle parla des chevaliers errants, il se sentit pris de court, dire qu'il venait juste d'admirer son côté mature et qu'elle déclarait l'envier, il n'était pas vraiment digne de ce sentiment. Oh bien sûr, il y avait le désir d'aider les gens qui étaient dans le besoin, tout comme le chevalier avait toujours aimé l'idée de pouvoir voyager, mais il y avait aussi une autre raison, à savoir qu'il ne souhaitait pas subir les rêves de son père de marier ses enfants à des familles nobles. Le blond avait fuit à la fois parce qu'il était plein de rêves utopistes, mais aussi par égoïsme afin de pouvoir choisir sa propre destinée. A côté du sens du « sacrifice » que lady Eirlys semblait posséder, c'était plutôt passable, Pryam se sentit un peu stupide, mais n'en montra rien comme elle semblait gênée d'avoir abordé le sujet et en changea rapidement pour enclencher sur son père. L'errant ne trouva rien à répondre à ce qu'elle déclara sur le choix de son époux, restait à espérer que ce serait le cas, Pryam aurait été bien triste pour elle si la jeune femme avait été obligée de supporter un butor comme compagnon. Lady Maura saurait trouver le parti idéal, il refusait d'en douter une seule seconde, les Sept récompensaient toujours les bonnes personnes après tout. Au moment où la jeune lady parla de sa sœur, un sourire se dessina sur les lèvres du blond qui se souvenait encore de sa rencontre avec la demoiselle en question, il était vrai qu'elle aurait été parfaite dans ce rôle.

     ▬ Je dois reconnaître que je vous comprends, je ne l'ai vue que quelques minutes, mais elle m'a fait l'impression d'être taillée pour ce rôle en effet. »

     Si la jeune sœur de son interlocutrice ne pouvait malheureusement pas devenir chevalier, elle aurait pu choisir de devenir homme d'armes. Depuis sa précédente visite dans le Nord où il avait rencontré lady Deana, Pryam avait constaté que certaines femmes étaient aussi douées pour le combat que leurs homologues masculins. La preuve en avait été faite à Salvemer où la dame avait fait preuve d'une maîtrise parfaite de son épée. Les femmes de caractère étaient de plus en plus fréquentes et impressionnantes, s'il avait du mal à imaginer lady Eirlys dans le rôle de la combattante, il la voyait toutefois comme lady Rivanon, une personne de poigne qui savait présenter les choses sous le bon angle. Don que le chevalier ne possédait pas, loin de là. La jolie demoiselle le tira de ses pensées en lui proposant de lui dire quel étendard il cherchait pour lui apporter son aide, avant de se rétracter avec un ton confus. Pryam hésita un bref instant, la jeune dame faisait preuve de beaucoup de gentillesse à son égard depuis leur première rencontre et sa manière à vouloir à tout prix cacher son identité véritable provoquait plus de problèmes que s'il daignait la donner immédiatement. Espérant qu'elle n'avait rien remarqué de sa réflexion rapidement, le jeune homme lui répondit d'un ton qui se voulait rassurant.

     ▬ Ne vous inquiétez pas ma dame, je me rends compte que c'est à moi de m'excuser. Je cherche l'étendard de Neufétoiles, la famille de Templeton pour être exact. Il hésita un bref instant avant de se lancer. Cela dit, je ne souhaite pas que ma présence soit connue, je ne peux guère vous demander de mentir, mais serait-il possible que vous ne fassiez pas état de ma présence si jamais la question vous était posée ? »

     Tout cela devait avoir l'air étrange il s'en rendait compte maintenant, son inquiétude et son habitude à ne pas vouloir être associé au nom de sa famille et à sa réputation, Pryam ne faisait qu'attirer davantage l'attention sur ce point. Pour que quelque chose passe inaperçu, mieux valait le mettre à la vue de tous. Une légère moue se dessina sur le visage du blond alors qu'il regardait passer un petit groupe de dame au bout de l'allée où ils marchaient, puis finalement son attention se reporta sur Eirlys au moment où il décida d'effacer les parts d'ombres qui restaient.

     ▬ Vous faisiez état des chevaliers errants, disons que même si la majorité des choix qui m'ont poussé dans cette voie sont nobles selon moi, il en reste des moins brillantes et je crains que mon père ne m'ait pas pardonné cela. Vous ne feriez que vous attirer ses foudres en disant me connaître qui plus est. »

     Pryam ne tenait pas à effrayer la demoiselle, loin de là même, mais ser Symond avait l'habitude d'en vouloir à toute personne qui contrariait ses plans. Aucun doute n'était permis, le chevalier de Neufétoiles n'aurait pas été enchanté de savoir que son héritier était allé se promener dans le Val sans même lui rendre visite. Bah, c'était sans importance, peu désireux de s'attarder sur un sujet le concernant qui ne devait pas avoir le moindre intérêt pour la belle, il enchaîna sur autre chose.

     ▬ Cela dit, vous parlez du caractère de votre sœur, mais je dois admettre que vous m'apparaissez comme une femme de caractère, je ne dis pas cela en critique évidemment, mais vous ressemblez beaucoup à votre cousine. Il avait fini par comprendre que lady Rivanon et lady Eirlys étaient cousines. Je ne suis certainement pas la première personne à faire cette constatation j'imagine ? »


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 28 Déc 2011 - 20:10

Mature et réfléchie pour son âge ? Eirlys parut surprise et esquissa un sourire incertain.

" Oh... eh bien... merci. "

C'était flatteur et elle apprécia le compliment, davantage habituée à avoir la sensation d'être traitée comme une gamine que comme une jeune femme un tant soit peu intéressante. Quoi qu'il en soit, il était plus agréable de faire un peu d'humour que de parler d’un mariage dont elle n’avait pas la clef.

Ainsi, Pryam était un Templeton. La jeune femme ne pouvait se targuer de connaitre toutes les maisons de chevaliers de Westeros, mais au moins celles du Val ne lui étaient pas inconnues de nom. Mais au moment où elle s'apprêtait à acquiesçer, elle fronça légèrement les sourcils : pourquoi rechercher les siens s'il ne voulait les retrouver ? Elle finit néanmoins par hocher la tête.

" Bien sûr. Je ne dirai rien. "

Pour être honnête, elle n'aimait pas beaucoup cette situation. Après tout, elle ne connaissait le chevalier que bien peu et ne savait de lui que ce qu'il lui avait raconté. La suite la rassura un peu, finalement et elle acquiesça cette fois de bonne grâce.

" Oh, je comprends. Je ne dirai rien, soyez sans crainte. "

Il était vrai que les chevaliers errants étaient rarement bien vus. Elle n’osait imaginer la réaction de son père si son frère prétendait soudain parcourir le monde. Nul doute que la situation se rapprocherait de celle de Pryam très rapidement. Mais heureusement, Edern était totalement dévoué à sa famille et n’envisageait pas une seule seconde d’abandonner ses responsabilités. Ce fut avec cette pensée que la jeune femme prit conscience de ce qu’avait dû vivre Pryam et de combien il était mal placé de l’admirer. Elle comprenait aussi qu'elle avait vraiment été trop bavarde lorsqu'elle avait évoqué sa famille. Elle ignorait qui était son père, mais espérait ne jamais avoir à s'en préoccuper, n'ayant jamais été très douée pour mentir. Elle aurait dû désapprouver elle aussi ses agissements, mais elle n’en avait pas la moindre envie. Ce qu’elle n’envisageait pas au sein de sa famille, elle ne pouvait s’empêcher de… de quoi, au juste ? Comment pouvait-elle admirer un homme qui avait fait sacrifié sa famille ?

N'ayant pas davantage envie de s'éterniser sur un sujet qui ne la regardait pas et dans lequel elle l'avait plongé involontairement, elle accueillit le changement de conversation bien volontiers, bien qu'elle ne sache que répondre.


" Vous me flattez, ser. "

Du caractère ? Elle rêvait beaucoup à ce qu'elle aurait aimé faire, mais n'avait jamais eu le courage de changer sa situation. Contrairement à lui, elle ne pouvait envisager de s'opposer de la sorte à son père.

" Mais au fond, je ne fais que répéter ce que l'on m'a inculqué. "

Comme un petit chien savant. A quoi bon avoir du caractère si elle se forçait sans cesse à la réprimer ? Mais comme se lamenter n'amènerait rien de plus à sa situation ni à la conversation, elle reprit un ton plus gai pour continuer avec entrain :


" Je crains que parler de moi ne présente grand intérêt... N'auriez-vous pas plutôt quelques aventures à me conter ? "

Il ne s'agissait pas que de détourner la conversation, mais d'un réel intérêt. Ce n'était pas tous les jours qu'elle avait l'occasion de discuter plaisamment avec un chevalier. Enfin... elle était certes cernée par les chevaliers, ici, mais elle n'allait tout de même pas aborder de parfaits inconnus pour leur demander de la distraire ! Non seulement cela ne se faisait pas, mais en plus elle n'aurait jamais osé. Pryam, lui, paraissait prêt à lui répondre sans lui faire sentir qu'elle l'ennuyait. Du moins ne s'arrêtait-il pas à sa cécité et lui parlait-il normalement, ce qui était loin d'être le cas de tout le monde. Et puis, il était toujours gentil avec elle, même lorsqu'elle parlait trop vite et laissait échapper un mot malheureux, ce qui arrivait bien trop souvent au goût de la jeune femme.

" Vous me racontiez avoir visité tout Westeros, si ce n'était Dorne... "

Oui, elle s'en souvenait : une excellente mémoire alliée à un intérêt grandissant faisaient des merveilles.

" J'avoue n'avoir pas imaginé l'Ouest comme il l'est... L'on m'en avait pourtant parlé et lu bien des histoires... C'est étrange, n'est-ce pas ? Mais en réalité, tout semble plus vif que dans les récits que l'on m'en a fait. L'air marin, simplement... Il est différent de celui du Val, ne trouvez-vous pas ? Je me demande quel effet cela fait de descendre sur la plage... enfin... j'ignore s'il y a des plages ou uniquement des falaises et le port. "

Elle se rappelait, petite, avoir couru pieds nus dans le sable. Un petit sourire sur les lèvres, elle poursuivit joyeusement :

" Lorsque j'avais environ cinq ou six ans, mon père nous dénicha ce qui devait être une petite crique. Je me souviens que mon frère me prenait par la main et me faisait courir le long de l'eau pour que nous soyons éclaboussés. "

Elle se tut aussitôt, se maudissant une fois de plus d'en avoir trop dit. Pryam lui avouait ne plus avoir de lien avec sa famille, depuis des années, lui avait-il déjà dit, et elle, elle partageait ses souvenirs d'enfance. C'était plus qu'un manque de tact et elle baissa la tête.

" Je suis désolée… Je ne fais que parler, parler et commettre des maladresses. Elle soupira. Je suis moins bavarde, habituellement, " conclut-elle d’une petite voix comme pour se faire pardonner.

C’était vrai. En temps normal, elle parlait peu et se laissait facilement oublier. A moins qu’elle ne soit en famille, évidemment mais, même avec Maura qu’elle commençait à considérer comme une personne proche, elle ne se laissait pas tout à fait aller et pesait ses mots.

" C’est parce que j’ai l’impression que vous ne me jugerez pas, " avoua-t-elle finalement.

Après tout, il avait dès leur première rencontre fait preuve d’une grande ouverture d’esprit, à tel point qu’elle n’avait pas tardé à le reprendre, malgré la gêne qui en avait résulté. Mais au moins ne craignait-elle pas de s’entendre rétorquer sur un ton glacial qu’elle ne savait pas rester à sa place. Alors forcément, comme Liana n’était pas sa sœur pour rien et qu’elles avaient quelques défauts en commun, il avait fallu qu’elle aille trop loin.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Ven 30 Déc 2011 - 13:38

     Pryam remarquait bien qu'il avait étonné la jeune femme en parlant de son caractère, ce n'était pas dans son habitude de flatter de la sorte des jeunes femmes qu'il ne connaissait pas vraiment, mais la manière d'être de la demoiselle semblait le pousser à dire ce qu'il pensait sans ambages. Pourtant les règles de bienséance demandaient une certaine discrétion, heureusement que la jeune lady ne semblait pas être franchement à cheval à ce niveau. Enfin, la conversation pouvait reprendre un cours normal alors qu'Eirlys acceptait de ne rien dire, bien que cela n'enchantait pas franchement le Templeton de devoir lui demander un tel service. Cela dit, si jamais la question lui était posée, la jeune dame pourrait dire la vérité, Pryam ne souhaitait pas se dissimuler totalement de la vue de son père, simplement éviter à Eirlys d'être prise au milieu d'une dispute qui arriverait forcément. Le père et son héritier ne semblaient pas être capables de pouvoir converser sans que cela ne vire littéralement à la prise de bec.

     Un sourire se dessina sur les lèvres du chevalier lorsqu'il entendit sa compagne de promenade lui déclarer qu'elle se contentait de répéter ce qu'il lui avait été enseigné, ce n'était pas comme ça que lui voyait les choses. Justement, la belle faisait preuve d'une réflexion qui n'était pas à la portée de toutes les nobles, la plupart se contentaient simplement de sourire, saluer et glousser bêtement derrière leurs mains. La Belmore aurait pu se cacher derrière son handicap et rester à Forchant à se plaindre de ce que la nature lui avait mis comme boulet, mais elle s'en sortait à merveille et c'était ce que lui admirait. Pryam aurait été incapable de traverser une pièce plongée dans le noir sans buter dans tout ce qui se trouvait sur son passage, elle, elle venait de traverser Westeros pour suivre une dame qu'elle ne connaissait certainement que de réputation. Ce n'était certainement pas ce qu'on l'on apprenait en étant une jeune dame. Quoi qu'il en soit, son ton était plus gai et comme elle lui posa quelques questions, Pryam décida de se concentrer là-dessus, ne désirant pas la gêner en appuyant sur certains points sensibles. Sa mémoire fit des merveilles alors qu'elle montrait se souvenir de tout ce qu'ils avaient échangé lors de leurs dernière conversation, mais un silence se fit après quelques paroles qui avaient tout d'une discussion intéressante. Malgré lui, le natif du Val sourit à sa déclaration et ne parvint pas à s'empêcher de la rassurer comme il pouvait.

     ▬ Parce que c'est le cas ma dame. Il la regarda un bref instant. Je ne vois pas ce qui me permettrait de pouvoir vous juger, vous avez mon admiration pour tout ce que vous faites, peut-être voyez-vous cela comme quelque chose de normal puisque vous êtes au centre des évènements, mais je ne peux m'empêcher de me dire que si plusieurs combattants présents ici avaient un échantillon de votre courage, tout serait plus simple. Légère pause. Moi y comprit. »

     Son chevalier lui disait toujours que pour juger quelqu'un il fallait être capable de faire mieux. En parlant de son admiration le chevalier ne soulignait pas sa cécité, ce n'était qu'une partie de sa personne, mais disons que rien que son caractère se démarquait très clairement d'une dame de son âge. Il se répétait à force et peut-être Eirlys allait-elle lui sommer de cesser ses flatteries, mais c'était une vérité qu'il avait du mal à taire en voyant qu'elle semblait prendre sa curiosité et son emportement comme un point négatif. Quelques personnes passèrent à côté d'eux alors que le chevalier observait un silence, puis lorsqu'ils furent à nouveau seuls, Pryam continua.

     ▬ Il n'y a pas de maladresses, je ne veux pas que vous me perceviez comme quelqu'un à prendre avec des pincettes ma dame, parler de votre famille ne va pas me plonger dans des abîmes de chagrin. Le passé est révolu et je considère qu'il faut aller de l'avant, alors je vous en prie, ne soyez pas gênée et continuez à être aussi bavarde. »

     Entendre les autres parler de leur famille ne lui broyait pas le cœur, sauf lorsqu'il songeait à sa sœur, le reste des Templeton avaient toujours été plutôt.... Particuliers et mis à part le fait qu'ils partageaient le même sang, Pryam ne ressentait aucune attache à leur égard. Peut-être que la belle allait le prendre pour une personne sans cœur, mais elle avait déjà dû se faire son idée en comprenait qu'il avait abandonné sa famille pour vivre sa propre vie sans se soucier des obligations de sa naissance. Reprenant donc le fil de la conversation, le chevalier relança la jeune lady.

     ▬ Pour vous répondre, il y a quelques plages, rien de bien grand, mais il y en a tout de même. Cela dit je vois ce que vous voulez dire, l'Ouest ne ressemble guère au Val, pourtant j'aurais imaginé que ce serait plus semblable. Peut-être que la situation actuelle change aussi beaucoup ? Qui sait, si votre voyage vous amènera à nouveau ici en temps de paix, je ne doute pas que vous puissiez y trouver quelque chose de familier. »

     C'était étrange, mais à force de voyager Pryam avait toujours retrouvé une certaine familiarité dans les lieux qu'il visitait. Une odeur, un son, une maison qui ressemblait à une autre, finalement son maître avait eu raison en disant qu'un chevalier errant était chez lui partout. La vision des choses de la lady était peut-être différente de la sienne en raison de son handicap, difficile de le savoir lorsqu'il n'était pas dans son cas. La demoiselle avait soulevé une certaine question dans son esprit et il se lança. Libre à elle de l'ignorer si jamais.

     ▬ Je ne crois pas me souvenir que vous aviez parlé de votre frère lors de notre dernière discussion, vous entretenez donc de bonnes relations avec lui, c'est une bonne chose. Quel âge a-t-il ? J'imagine qu'il a dû vous faire découvrir toutes les beautés du Val dans ce cas, je comprends mieux votre soif de découverte. »

     Avoir quelqu'un sur qui s'appuyer pour pouvoir découvrir les environs était toujours sympathique. Le chevalier étant l'aîné, il avait fréquemment été visiter les montagnes et falaises autour de chez lui en compagnie d'un jeune garçon qui vivait sur le fief de son père. Les enfants se motivaient toujours plus facilement lorsqu'ils s'encourageaient mutuellement. Cela dit, le ton emprunté par l'errant laissant à Eirlys la possibilité de ne pas lui répondre, il ne voulait pas jouer les fouineurs curieux.

     ▬ Et vous avez, je n'ai pas de grande épopée à vous conter, disons que d'ici quelques temps éventuellement, j'avais prévu de me rendre enfin à Dorne, mais je n'ai rien de très gai à vous raconter. Pas certain que les Fer-nés intéressent la jeune femme. Après un bref moment, il reprit finalement. Ou peut-être que si, avez-vous déjà entendu parler d'une femme guerrière ? Cela me fait penser à ce que vous avez dit au sujet de votre sœur juste avant.... »

     A peine le jeune homme avait-il terminé sa phrase qu'un bruit familier se fit entendre, celui d'une dispute qui semblait plutôt violente. Pryam s'arrêta aussitôt, obligeant la jeune femme à faire de même, cherchant du regard autour de lui avant de repérer deux chevaliers qui semblaient se crêper le chignon. La rixe avait déjà attiré plusieurs badauds donc des serviteurs qui ne semblaient pas savoir quoi faire. Avant que le chevalier ne puisse réagir, l'un des deux hommes s'approcha de l'autre pour donner un violent coup de pied dans une barrique comme pour se défouler, mais le tonneau roula sur lui-même avant de percuter un poteau qui maintenait l'entrée d'une tente ouverte. Celui-ci tomba brutalement et manqua d'assommer la malheureuse Eirlys qui se trouvait juste à côté. Le déplacement d'air suffit certainement à faire comprendre à la lady que les choses se compliquaient et pour arranger les choses, la dispute sembla gagner en intensité.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 31 Déc 2011 - 19:12

[hrp : je ne sais pas si tu avais lu la 1ère version de ce post, mais j'ai remodifié un peu la fin après m'être rendu compte que j'avais zappé un bout de ton message. (écrire devant la télé ça ne me réussit pas Razz )]



Du courage ? Eirlys marqua une pause à son tour, le temps d'assimiler ce que le chevalier venait de dire, avant de rire légèrement en secouant la tête.

" Pardonnez-moi, mais... il me semble que vous vous méprenez. "

A voir le sourire qu'elle affichait, elle trouvait la remarque plus amusante que réaliste. Elle, du courage ? E à quel moment de sa vie avait-elle dû réellement faire preuve de courage ? Quand elle entendait parler des chevaliers devant faire face à leur ennemi ou des pauvres filles du peuple qui devaient travailler sans jamais s'arrêter pour gagner leur vie, elle ne voyait pas vraiment ce qu'elle-même avait de courageux. Certes, elle ne se contentait pas de broder au coin du feu et essayait prendre sa vie en main autant qu'elle le pouvait mais... D'un autre côté, étant donné que Pryam avait pris l'inconscience de sa soeur pour une gentille recherche de liberté, il pouvait bien la penser courageuse, elle.

" Je crois que j'aime beaucoup votre vision de la vie ! "

Cela aurait pu passer pour une moquerie, mais c'était sincère. Il avait l'air de trouver les situations bien plus simples - et agréables - qu'elle même les voyait. Là où elle s'inquiétait des conséquences, il ne voyait même pas où pouvait bien être le mal. Ou alors il avait appris à moins se poser de questions et à voir la vie en rose.

" Si les combattants présents étaient à mon image, vous y compris, nous serions tous occupés à écrire des poèmes et étudier la médecine, ce qui ne nous serait pas de grand secours face aux Fer-nés si ce n'est pour panser les blessures qu'ils nous infligeraient ! "

Elle parut réfléchir et ajouta, faussement sérieuse :

" Quoique... peut-être leur jouer un petit morceau de musique les adoucirait-il ? Qu'en pensez-vous ? "

Elle se remit à rire, appréciant de pouvoir faire un peu d'humour sans s'inquiéter de ce que l'on en dirait. D'autant qu'il finit par déclarer que son bavardage ne l'indisposait pas. Ce n'était cependant pas une raison pour abuser de sa gentillesse et elle préféra changer de sujet, comparant le Val et l'Ouest. Visiter ce dernier en temps de paix ?

" Oh, j'imagine... "

Si ces mots étaient spontanés comme ce qui avait précédé, elle se tut brusquement pour ne pas laisser échapper la suite. Voilà qu'elle avait manqué... Essayant de cacher son trouble, elle chercha autre chose à ajouter pour combler le blanc qu'elle avait laissé malgré elle.

" ... que... c'est une question d'habitude. "

Elle reprit contenance, bien qu'elle se maudit intérieurement de sa légèreté. Voilà ce qui arrivait lorsqu'on parlait à tort et à travers ! Elle poursuivit néanmoins sur un ton plus léger :

" Je connais encore mal les environs, je perçois plus facilement les différences que les similitudes. "

Elle commençait à peine à s'habituer à Castral-Roc, Port-Lannis, le campement... Et Maura qui lui faisait confiance pour lui donner quelques responsabilités ! Eirlys était touchée mais devait sans cesse faire l'effort de s'adapter et retenir ce qui, justement, était différent. Pryam ayant le bon goût de ne pas chercher à savoir ce qui avait justifié ce silence gêné, elle acquiesça :

" Mon frère aîné, Edern, a vingt ans à présent. En effet, nous aimions beaucoup nous promener dans le Val, au bord de la rivière. A présent, il se prépare à reprendre la suite de notre père. "

Elle parlait de lui avec tendresse, sans la pointe d'agacement qui perçait souvent quand il était question de Liana. Elle aimait sa soeur, bien-sûr, mais les égarements de cette dernière, balayant trop souvent tout sens commun, finissait par la mettre en colère. Edern, lui, bien au contraire, était tout à fait dévoué à sa tâche de futur seigneur. Un peu trop, peut-être, mais elle n'allait pas le lui reprocher. Elle préférait avoir un frère ayant trop le sens de l'honneur que pas assez.

Eirlys allait renchérir à la dernière phrase du jeune homme lorsqu'un cri soudain la fit sursauter : une dispute. Sa main se crispa sur le bras du chevalier alors qu'elle cessait leur avancée. La querelle semblait dégénérer, jusqu’au moment ou un mouvement trop ample pour être honnête se produisit sur le côté. Levant les bras pour se protéger d’elle ne savait quoi, elle sentit un souffle lui faisant ouvrir de grands yeux effrayés. Hum… question courage, pour le coup, elle repasserait ! Les cris de rage s’amplifiaient, repris par d’autres hommes cherchant à séparer les querelleurs, puis s’éloignèrent lorsque ceux-ci furent entrainés sous des tentes différentes dans l’agitation générale.
La jeune femme détestait les querelles qui pouvaient à tout instant dégénérer. Surtout sur un terrain qui somme toute lui était encore trop inconnu, elle se sentait d'autant moins en sécurité. Ce fut ce qui la poussa à proposer rapidement :


" Si... si vous ne devez point prendre part à la séparation de ces hommes... peut-être pourrions-nous allez discuter dans un endroit plus calme que ne peut l'être ce campement ? "

S'apercevant de ce qu'elle venait de dire, elle ajouta précipitamment, se sentant s'empourprer :

" Il me semble que les autres dames de compagnie souhaitaient se rendre dans la rue des drapiers. Peut-être pourriez-vous me permettre de les retrouver ? "

Voilà qui était déjà plus... correct comme façon de s'exprimer. Le trajet n'était pas très long, le but raisonnable. Après tout, il avait déjà proposé de l'accompagner quelque part si elle le souhaitait. Ou bien ce n'était que pure politesse. Il avait bien mieux à faire.

" Enfin... je veux dire... vous devez retrouver vos couleurs... "

Eirlys réprima un soupir : elle ne savait même pas s'ils étaient passé devant l'étendard de Neufétoiles. Ils auraient aussi bien pu se trouver devant la tente des Templeton qu'elle n'en aurait rien su. Déjà incapable de l'aider, il fallait en plus qu'elle monopolise son attention... c'est en se rappelant qu'il lui avait proposé lui-même de l'accompagner qu'elle se reprit un peu et cessa de bredouiller pour ne rien dire.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Dim 1 Jan 2012 - 14:06

     La jeune dame avait de l'humour et c'était comparable à une oasis dans le désert. Pryam n'était pas un grand comique lui-même, bien que certaines de ses paroles étaient des fois tellement décalées avec la situation que l'on aurait pu l'envisager, cela dit, ce n'était pas pour autant qu'il n'appréciait pas de discuter avec quelqu'un qui plaisantait. Après avoir côtoyé des chevaliers qui affichaient un air de plus solennel et ce pendant plusieurs semaines, c'était un bol d'air frais que de discuter d'autre chose sans devoir veiller à la moindre de ses paroles. Même si cela faisait partie de son travail, il y avait des fois où le fait de devoir en permanence veiller à ce que l'on disait, l'épuisait franchement. Lady Eirlys avait l'air plus tolérante que la moyenne et il n'avait pas oublié la façon dont elle l'avait rappelé à l'ordre à sa manière lorsqu'ils avaient discuté dans sa demeure du Val. Au moins avec elle, l'errant était sûr que s'il disait une sottise elle ne se gênerait pas pour le lui faire savoir, sans pour autant le prendre de haut avec le dédain propre aux nobles. A sa réflexion sur les Fer-nés et la possibilité de pouvoir les apaiser avec un peu de musique, il s'était laissé aller à sourire franchement. L'idée aurait été si étrange, surtout en visionnant le colosse qui l'avait attaqué à Salvemer en train de danser avec un autre chevalier !

     Cela dit, le jeune homme n'avait pas relevé la gêne momentanée qu'il avait senti envoyant l'hésitation dont elle avait fait preuve. Il partait de l'idée que si quelqu'un ne souhaitait pas souligner quelque chose qu'il venait de dire ou faire, ce n'était pas à lui de s'arroger le droit de savoir pourquoi. Enfin la discussion arriva sur quelque chose de plus léger et Pryam fut agréablement surpris en apprenant qu'elle semblait avoir beaucoup d'affection pour son aîné vu la manière dont elle parlait de lui. Il était donc l'héritier des Belmore, certainement un homme très occupé, il était souvent dommage de constater que l'amour fraternel passait après le devoir, mais Pryam n'était pas en mesure de protester à ce niveau. Bien au contraire. Enfin, les Sept semblèrent désireux de leur rappeler qu'ils étaient en temps de guerre, car leur insouciante discussion fut rapidement interrompue par la rixe qui opposa les deux chevaliers et le moral du jeune natif du Val retomba un instant. Il semblait que les chevaliers n'en avaient jamais assez de se battre et qu'ils cherchaient même des adversaires au sein de leurs alliés. Heureusement lady Eirlys attira l'attention de son compagnon de sortie et il ne put s'empêcher de sourire d'un air amusé alors qu'elle rougissait en cherchant soudain quelque chose pour ne pas avoir à l'obliger d'accepter. D'un air rassurant, il posa sa main libre sur celle de la jeune dame.

     ▬ L'armée ne va pas s'envoler si je vous apporte mon aide quelques heures je crois. Son ton était à la fois amusé et sincère. Venez, je vous vous aider à retrouver vos amies. »

     Le jeune homme tira sur la main de la demoiselle pour lui faire savoir dans quelle direction aller, ils n'attiraient absolument pas l'attention, une jeune femme et un chevalier qui n'avait pas l'air très important, pas de quoi fouetter un cheval où qui soit suffisamment intéressant pour que l'on s'y attarde. Et c'était tant mieux ! Les deux jeunes gens s'éloignèrent donc de l'agitation qui avait regroupé pas mal de monde, comme si la seule distraction de ce campement restait les bagarres. Ils passèrent assez rapidement du sol de terre de la zone où le campement de l'armée avait été installée, à des rues pavées de la ville. Les bruits étaient différents, les habitants de Port-Lannis étaient en train de faire leurs emplettes habituelles et ne semblaient pas vraiment dérangés par la proximité d'une armée d'une autre région, la vie n'était pas si troublée au final. Ils marchèrent quelques minutes en silence alors que le blond prenait garde à ne pas entraîner la jeune fille dans des endroits trop peuplés où trop accidentés, puis finalement s'arrêta aux abords d'une espèce de petite auberge où un cygne était visible sur l'enseigne. Les yeux clairs du chevalier se posèrent sur la demoiselle.

     ▬ Je ne suis pas très familier de cette ville, mais je pense tout de même que cette fameuse échoppe ne doit pas être très loin. Vous vous souvenez par hasard du coin de la ville où ça pouvait se trouver ? »

     Il attendit quelques secondes qu'elle réponde, mais un homme débarqua soudain avec les bras chargés d'affaires, Pryam attira lady Eirlys vers lui pour éviter qu'elle ne se fasse rentrer dedans. Le coin n'était pas très sécurisé et ce fut pour cette raison qu'il expliqua à la demoiselle qu'il était peut-être mieux qu'ils continuent d'avancer. Le jeune homme aurait aisément pu demander son chemin, après tout un habitant de Port-Lannis aurait pu leur répondre en moins de deux secondes, mais il fallait avouer que le chevalier aimait beaucoup la présence de la jeune dame et qu'il n'était pas contre l'idée de prolonger un peu leur entrevue. Alors qu'ils circulaient dans les rues, une idée naquit soudain dans l'esprit du natif du Val et il stoppa en prenant garde à ne pas mettre sa compagne dans le chemin.

     ▬ En réalité, j'aimerais vous proposer autre chose ma dame. Vous allez pouvoir rejoindre vos amies ne vous inquiétez pas, mais je voudrais voir quelque chose d'autre avant. Faites-moi confiance. »

     Pourquoi avait-il ajouté cette phrase ? Bonne question ! Le blond commença à marcher d'un pas plus assuré, il avait envie de lui montrer comment étaient les plages du Roc, si différentes de celles du Val comme elle le lui avait dit plus tôt dans leur conversation. Le chemin était assez sinueux et elle éprouva certainement quelques difficultés en raison de la manière dont la ville était construite, mais il ne leur fallut pas beaucoup plus longtemps que de raison pour finalement rejoindre l'espèce de jetée visible du campement de l'armée. Il s'arrêta au bord d'une rambarde légèrement humidifiée par les vagues et l'embrun, puis annonça la couleur.

     ▬ Qu'en diriez-vous de constater toutes les différences entre le Val et Port-Lannis ? Au moins comme cela vous vous sentirez bien familière des lieux ? »

     Un sourire se dessina alors sur ses lèvres, il n'était pas sûr qu'elle apprécie beaucoup l'initiative dont il avait fait preuve, mais qui ne tente rien n'a rien, si Pryam ne prenait pas de décision, après tout il n'aurait jamais la chance de réussir à rendre leurs rencontres plus intéressantes. Le roulis les vagues se faisait entendre avant qu'il ne brise ce bruit apaisant en proposant quelque chose à Eirlys.

     ▬ Qu'en diriez-vous de vous approcher un peu ? »

HP:
 


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 1 Jan 2012 - 21:11

Lorsque le jeune homme accepta sa proposition, Eirlys sourit, soulagée de ne pas se faire rembarrer et enchantée à l'idée de quitter un peu le campement. Quelques heures pour l'aider ?

" Oh je n'en demande pas tant, vous savez... mais je vous remercie. "

Au fond, elle était ravie et suivit le mouvement pour s'éloigner des tentes. Les bruits ambiants suffirent à lui faire deviner qu'ils quittaient les lieux et entraient dans la ville. Eirlys ne s'y repérait pas encore. Tout ce qu'elle pouvait deviner, c'étaient les étals qu'ils longeaient et qu'il lui arrivait de reconnaître aux cris du marchand ou aux effluves qui s'en échappaient. Autant dire qu'elle préférait flâner du côté des boulangers que de celui des tanneurs !

" Je pense que si nous demandons la rue des drapiers, il sera facile de la retrouver, " expliqua-t-elle avant de se sentir brusquement attirée de côté.

Comme au campement, la ville la forçait à être quelque peu malmenée par les passants. Si ce n'était jamais rien de bien méchant, elle regrettait parfois la forteresse de Forchant - sa forteresse bien-aimée - où tout était toujours là où elle l'attendait, où personne ne lui marchait jamais sur les pieds car on savait qu'elle ne s'écarterait pas forcément à temps. Un lieu où tout était calme, simple et parfaitement stable. Où il ne fallait pas sans cesse chercher ce dont elle avait besoin et où il n'y avait pas tout ce monde qui tournait de tout côtés sans qu'elle puisse suivre le mouvement. Pourtant elle ne regrettait pas ce confort : entre la tranquillité d'une vie bien rangée et cet aperçu de l'aventure, elle avait choisi et ne s'était pas encore lassée.

Ils se remirent à avancer. La jeune femme soupçonnait Pryam de ne pas réellement savoir où était la rue en question, mais elle n'allait pas le lui faire remarquer. Déjà, ce ne serait pas poli... et ensuite c'était une bonne raison de continuer à se promener avec lui. Elle crut pourtant avoir fait erreur lorsqu'il s'arrêta soudainement comme s'il avait repéré ce qu'ils cherchaient. Il la détrompa en avouant avoir eu une autre idée.

" La plupart du temps, lorsqu'une personne demande la confiance d'une autre, il vaut mieux partir en courant ! " plaisanta-t-elle en étouffant un rire.

Elle baissa la tête, cachant son hésitation : après tout, même si elle faisait de l'humour, elle ne le connaissait pas beaucoup. Sa septa lui aurait dit qu'elle aurait mieux fait de rester sagement dans sa tente. Mais s'il avait fallut écouter la brave Anna tout le temps, Eirlys savait qu'elle n'aurait pas eu la possibilité de faire le quart de ce qu'elle avait entreprit au cours de sa vie. Elle serait déjà morte d'ennui dans sa chambre à essayer de broder des motifs invisibles. Aussi, lorsque Pryam se remit à marcher, elle le suivit, non pas parce qu'elle n'avait pas le choix, mais parce qu'elle avait beau se montrer raisonnable, elle avait envie de lui faire confiance. S'appuyant toujours sur son bras, elle le laissa la guider à nouveau à travers Port-Lannis, se demandant à quoi il songeait.

Sous ses bottines, les pavés succédèrent à un chemin de terre, puis à ce qui devait être des planches de bois. Lorsqu'ils s'arrêtèrent à nouveau, elle put sentir les embruns et réalisa où il l'avait sans doute menée.


" Nous sommes au bord de la mer ? "

Le sourire qui illuminait son visage montrait assez à quel point l'idée lui plaisait. Elle inspira à fond l'air marin, imaginant la mer qui devait se trouver quelque part devant eux. Dans le ciel tournoyaient les mouettes criardes et elle entendait les vagues se briser.

" Oui, volontiers ! " acquiesça-t-elle avec enthousiasme lorsqu'il proposa de s'en approcher.

Si elle avait osé, elle aurait même apprécié de pouvoir tremper les pieds dans l'eau, mais elle devait se montrer raisonnable, comme trop souvent à son goût. D'ailleurs, une ombre au tableau lui fit réfréner un peu sa bonne humeur. Ne risquaient-t-ils rien ici ? Les Fer-nés... Les bords de mer de l'Ouest n'étaient pas aussi sûrs que la crique de son enfance. D'un autre côté, les bateaux devaient se... voir de loin. Enfin, elle imaginait se trouver en sécurité au bras d'un chevalier. Et puis la brise marine était trop agréable pour que la jeune femme ait envie de rentrer.

De bonne humeur, elle ne tarda pas à reprendre son bavardage :


" Quand j'étais petite, je répétais que je voulais apprendre à nager ! Bien-sûr, mon père m'a rétorqué que ce n'était pas une activité convenable... "

Elle s'interrompit, levant le visage vers lui, comme elle le faisait souvent - s'efforçant de ne pas rester figée, les yeux dans le vague, ce qui risquait de mettre son interlocuteur mal à l'aise - et sourit, espiègle :

" Ce qui ne signifie pas que vous devez me jeter à l'eau sur le champ pour réaliser ce voeu... "

Elle faisait référence au fait qu'elle lui avait parlé de plage et qu'il l'y avait menée sans qu'elle n'ait rien à demander, elle ajouta :

" Je dois dire que je ne m'attendais pas à une aussi bonne surprise ! "

D'autant qu'ici, personne ne risquait de lui marcher sur les pieds. Peut-être même aurait-elle pu lâcher le bras du jeune homme. Elle ne le fit pas, cependant, heureuse de marcher en sa compagnie. Puis après un petit moment de silence à écouter le bruit du ressac, elle reprit :

" Vous alliez me faire part de l'existence d'une femme guerrière, avant que la dispute n'éclate ? "

Eirlys avait entendu parler de telles personnes dans le nord ou dans le sud, mais guère dans le Val. Du moins, sa famille reposait-elle sur des valeurs traditionnelles où la femme attendait son époux en gérant la maisonnée. Aussi, un tel récit l'intéressait grandement. Après tout, peut-être un jour pourrait-elle encourager sa jeune soeur dans cette voie au lieu de la réprimander comme l'usage le voulait. Si elle passait beaucoup de temps à supplier Septa Anna dans l'éducation de Liana, une petite partie d'elle-même ne cessait de répéter qu'il y avait peut-être d'autres solutions moins contraignantes pour la petite.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Lun 2 Jan 2012 - 15:26

     La jeune dame avait l'air enchantée de se trouver au bord de la mer et le chevalier se félicita d'avoir eu cette idée. Il lui arrivait souvent de douter du bienfondé de ses faits et gestes et autant dire qu'il n'était pas franchement certain que la demoiselle aurait apprécié de se laisser embarquer dans une promenade surprise sur la plage. Le sol n'était pas très égal et même franchement glissant par certains moment ce qui ne devait pas être très facile lorsqu'on ne pouvait vérifier où l'on mettait les pieds, mais quelque chose chez la lady le poussait à oser. Elle avait l'air tellement détendue, mais bien évidemment l'errant ne perdait pas de vue le fait qu'elle restait une dame de noble lignage et il lui manifestait toujours tout le respect qui lui était dû !

     Après que Eirlys acquiesce à l'idée de s'approcher un peu plus de l'eau, le jeune chevalier l'attira donc légèrement vers le chemin sinueux qui se dessinait dans le sable, c'était visiblement le chemin emprunté par les habitants de la ville ou encore par les voyageurs qui venaient visiter les environs, tout comme eux. Son attention passait successivement du visage de la jeune femme au large où la mer était dénuée de toute silhouette, puis au sol pour vérifier qu'il n'y avait aucun danger. Il lui avait demandé sa confiance, elle la lui avait accordée, hors de question qu'elle glisse sur une pierre humide et ne se casse un membre par sa faute ! Pryam rigola légèrement à son commentaire au sujet de la baignade forcée qu'il pourrait lui faire prendre, ce n'était pas vraiment dans ses cordes de donner des cours de natation, même s'il se débrouillait plutôt bien dans ce domaine ayant grandi au bord de la mer. C'était pour ce genre de petites plaisanteries qu'il appréciait de bavarder avec Eirlys, les autres dames qu'il avait fréquentées jusqu'à ce jour ne prenaient pas la peine de discuter avec un simple chevalier, voir même des fois avec des nobles de maisons moins importantes que la leur.

     ▬ Rassurez-vous, je n'ai pas pour passion de mettre les personnes aimables avec moi, dans une situation dangereuse pour elles ! Je suis ravi que cette attention vous plaise, espérons simplement que nous n'allons pas nous retrouver trempés par les vagues. »

     Au pire des cas ça ne serait pas très grave, Pryam avait déjà chevauché plusieurs heures sous une pluie glaciale et là l'air était relativement chaud, un peu d'eau ne ferait pas franchement de mal. Le jeune homme entraîna donc la demoiselle sur le chemin, il descendait pratiquement jusqu'au bord de l'eau et l'on pouvait voir les vagues venir mourir à ses pieds, un endroit relativement agréable à vivre de l'avis du blond. Le ressac de la mer devait avoir quelque chose d'apaisant, même si par les temps qui couraient, ils étaient aussi synonymes de Fer-nés. Le chemin était fait de sable plutôt bien tassé, mais certaines fois des pierres sortaient du sol, pouvant faire trébucher et dévaler la pente à quelqu'un qui ne serait pas très prudent, il en avertit donc la demoiselle.

     ▬ Mieux vaut prendre notre temps si vous voulez descendre jusqu'en bas, il y a plusieurs pierres qui pourraient bien se montrer traîtresses. »

     Il ne le précisa pas parce qu'il ne voulait pas avoir l'air trop envahissant, mais le jeune chevalier veillait à ce qu'elle ne marche pas au mauvais endroit et dès qu'il voyait qu'elle se déportait trop d'un côté où de l'autre, il l'attirait vers lui d'un geste si léger qu'elle ne s'en apercevait peut-être pas. Pryam ne voulait pas la considérer comme « handicapée », elle faisait preuve d'une grande indépendance et ne tenait pas à ce qu'elle considère qu'il la jugeait trop faible pour se débrouiller seule. Lorsque Eirlys le relança sur le sujet des femmes guerrières, il constata à sa surprise qu'il avait complètement oublié le sujet, décidément sa mémoire commençait déjà à lui faire défaut ! Il esquissa un sourire un peu gêné d'avoir ainsi coupé court à un sujet de conversation, puis répliqua tandis qu'ils avançaient toujours prudemment.

     ▬ J'avais déjà oublié que j'avais parlé de ça, ma mémoire semble me faire défaut ! Mais oui, les femmes combattantes du Nord, des guerrières qui se battent comme des hommes et portent le titre d'hommes d'armes. Elles existent aussi à Dorne et sur les îles de fer de ce que j'ai entendu dire. »

     Les îles de fer n'étaient pas une très bonne chose pour le moment, Pryam avait eu « l'honneur » de combattre et croiser une combattante Fer-né, elle avait d'ailleurs manqué de lui casser le nez et il portait encore quelques cicatrices de leur premier combat. Comme quoi le talent n'était pas uniquement masculin en ce qui concernait les hommes. Rapidement, Pryam raviva sa mémoire en se remémorant se rencontre surprise avec Deana la Nordienne, puis la manière dont elle s'était battue alors qu'ils combattaient les Fer-nés sur la plage. Impressionnante, voilà le mot exact !

     ▬ J'ai rencontré une Nordienne qui fait parti de la garde personnelle de lord Stark, elle combat à l'épée et à la pique et possède un caractère très.... Fort si je puis dire. Je me suis battu à ses côtés à Salvemer et je puis vous assurer qu'elle s'est montrée plus digne et plus efficace que bien des hommes, même des chevaliers présents là-bas. »

     Alors qu'ils parlaient, leurs pieds les avaient menés au bord de l'eau et le jeune homme s'arrêta avant qu'ils n'aient les bottes mouillées par la mer, Eirlys devait clairement entendre le ressac plus proche et se douter qu'elle n'avait qu'à se pencher pour sentir la mer sous ses doigts. De ce qu'il avait cru constater lorsqu'il avait vu la cadette de la jeune femme, elle se plairait certainement dans le Nord, mais il n'était pas évident que leur père accepte de voir l'une de ses filles partir pour une région aussi particulière.

     ▬ Je suis persuadée que votre sœur ressemblerait à cette dame si jamais elle devait être menée à prendre les armes un jour. Il regarda Eirlys. D'ailleurs elle portait le titre de lady, mais ne désirait pas que j'en use. J'ai cru comprendre que malheureusement elle avait dû se battre plus que de raison pour se faire accepter par les autres en raison de sa différence. »

     Il hésita un moment et faillit ajouter « un peu comme vous », mais heureusement se retint à la dernière seconde. Il n'avait pas envie qu'elle s'imagine qu'il la voyait à travers sa cécité, ce n'était qu'une part d'elle-même qui la complétait joliment et lui donnait une particularité. Pryam espérait que son hésitation ne s'était pas sentie dans sa voix et qu'elle prenait ce silence pour une simple pause.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 3 Jan 2012 - 17:28

Eirlys avait le pied sûr. Certes, elle ne voyait guère où elle marchait, mais elle était habituée aux promenades dans la nature et ne trébuchait pas au moindre obstacle. Avec en plus le bras de Pryam pour se guider, elle estimait ne vraiment rien risquer et se sentait en parfait sécurité.

" Très bien, je vais prendre garde alors... "

En réalité, elle ne pouvait pas davantage faire attention. Elle se tenait à son bras et posait ses pieds avec précaution... A moins qu'il ne décide d'emprunter un chemin réellement dangereux, elle n'avait plus qu'à compter sur leurs réflexes pour palier les petits déséquilibres.

" Ne vous inquiétez pas tant pour moi, reprit-elle tout de même avec bonne humeur, je suis habituée à... "

Une pierre traîtresse lui fit ravaler ses mots alors qu'elle trébuchait. Se raccrochant au chevalier, elle se mit à rire de bon coeur dès qu'elle fut à nouveau stable.

" Il semblerait que les dieux me rappellent à plus d'humilité ! "

Elle évoqua finalement le sujet des femmes combattantes et écouta avec intérêt la réponse de Pryam. Avec de l’envie, aussi : jamais elle ne pourrait égaler ces guerrières. Elle chassa ces pensées aussitôt : inutile de pleurer sur ce qu’elle ne pouvait obtenir. Après tout, elle avait la chance d’avoir accès à de nombreuses autres disciplines. Elle aurait pu avoir des parents moins compréhensifs ou manquer d’argent pour réaliser ses rêves. Peut-être ne vaudrait-elle jamais rien une épée à la main mais au moins était-elle en train de voyager comme elle l’avait toujours souhaité. Et elle était justement en train de découvrir une nouvelle plage. Elle entendait la mer toute proche et espéra tout de même ne pas trop se mouiller : ses vêtements n'étaient pas faits pour supporter l'eau salée. De sa main libre, elle releva légèrement sa robe, l'empêchant de frotter contre le sable mouillé. Elle se serait volontiers penchée pour tremper ses doigts dans l'eau, mais elle se retint : les dames respectables ne s'amusaient pas à patauger, même si elles en mouraient d'envie. Enfin, elle avait déjà la chance de pouvoir parler librement avec Pryam, elle n'allait pas se plaindre.

" Si Lyana entendait cela, elle ferait ses bagages pour le nord ou le sud dans l'instant ! "

Les îles de Fer, en revanche, n'étaient pas envisageables, bien évidemment. Eirlys eut un petit sourire attendri en pensant à sa cadette. Qui allait la raisonner maintenant qu'elle était partie ? Elle imaginait leur septa courant dans toute la forteresse à la recherche de la petite, ou leur benjamine faire la moue en prétendant n’en rien savoir.

Le silence qui suivit lui paru un peu tendu. Avec le temps, elle avait appris à repérer les non-dits, bien mieux que si elle avait pu dévisager les gens. Il y avait souvent quelque chose qui l'interpellait. Peut-être avait-elle ressenti une certaine tension dans le bras du jeune homme durant un bref instant. Mais pourquoi donc ? Pryam n'avait rien dit de choquant et elle-même avait pour une fois évité toute sottise... du moins le pensait-elle. Puis elle réalisa qu'il venait d'évoquer la différence. Si ce n’était que cela ! Elle hésita à parler, ne voulant pas le mettre mal à l’aise : il valait parfois mieux faire semblant de ne pas avoir compris.

Gardant le silence un instant, Eilys finit pourtant par sourire et relever la tête vers lui :


" Vous savez... Je ne vais pas me sentir blessée si vous me rappelez que je suis aveugle. Si je devais m'offusquer à chaque fois que quelqu'un me le fait sentir... Et d'autres sont beaucoup moins aimables que vous. Cela fait partie de moi et, venant de vous, je sais que je n'ai aucune raison de m'en sentir gênée. "

Il ne s'était jamais montré condescendant ou humiliant avec elle, il n'y avait donc pas de raison de craindre de se sentir rabaissée. Elle savait qu'il ne chercherait pas à la blesser à ce propos, alors autant qu'il parle librement. Elle secoua légèrement la tête, pensive, ajoutant :

" Je me demande pourquoi la plupart des gens haïssent tant la différence. Pourquoi faut-il toujours que chaque personne corresponde à… je ne sais pas… un groupe, à… une définition attendue par tous. Comme si… "

Elle espérait qu’elle n’allait pas le choquer par ses propos, mais ce n’était pas souvent qu’elle pouvait tenir ce genre de discours. Du moins, depuis qu’elle avait quitté les siens, elle n’avait osé s’en ouvrir à personne. Faisant référence autant aux femmes guerrières qu'à son propre cas et à bien d'autres encore, elle poursuivit :

" On m’a répété tellement souvent que "ceci" ne convenait pas à une jeune fille de bonne famille, que "cela" ne se faisait pas… Mais jamais l’on ne nous dit clairement pourquoi. On dirait… que tout est ainsi, figé, mais qu’en réalité, personne n’en connait les raisons. Ce serait tellement plus simple si les interdits étaient vraiment justifiés. "

Elle se remémorait les années d’éducation qu’elle avait subies. Les mêmes que son frère ou ses sœurs et pourtant, Liana se révoltait sans cesse comme si rien ne pouvait lui convenir et Edern s’abîmait dans son devoir. Pourtant, elle ne se plaignait pas réellement : en comparaison d'autre enfants, elle avait eu des parents relativement ouverts et réellement aimants.

" Mon frère me répondait qu’il n’y a guère besoin de savoir pourquoi… que ce qui doit être fait doit l’être et que cela suffit. Je crains qu’il ne devienne très malheureux lorsqu’il devra diriger notre domaine. Les gens ne font pas toujours ce qu’ils devraient faire. Il sera trompé et cruellement déçu. "

Elle avait fait tout son possible pour qu’il l’associe à ce qu’il apprenait auprès de leur père. La façon dont étaient gérées les ressources, les troupes… Tout cela les passionnait tout deux, mais il la reprenait souvent, la trouvant trop fantaisiste.

" Il me disait que je n’y entendait goutte, que je me posais trop de questions, que notre père avait forcément raison. "

Elle s’interrompit et esquissa une petite grimace gênée : critiquer sa parenté n’était pas la meilleure chose qu’elle puisse faire. Du moins était-ce inconvenant, que cela lui plaise ou non. Ne sachant trop comment Pryam pourrait prendre ce qu'elle venait de dire et ne voulant pas passer pour une jeune femme impolie, elle en revint à un sujet un peu moins discutable. Du moins avait-il déjà donné son opinion, elle ne s'aventurait plus ne terrain inconnu. Pour le reste... Sa septa lui reprochait de toujours vouloir plus : si on lui permettait un peu, Eilys demandait un peu plus et ainsi de suite... Elle osait donc se montrer de plus en plus franche avec le chevalier tout en se doutant que tôt ou tard il finirait par lui reprocher comme tout le monde ses vues un peu trop libres sur la vie qu'elle aurait aimé mener. Enfin... il paraissait plus compréhensif que la plupart des gens. D'ailleurs, en y réfléchissant, c'était même elle qui lui avait reproché cela lors de leur première rencontre. Peut-être avait-elle trouvé pire fantaisiste qu'elle, finalement !

" Pour en revenir à ma sœur, j’espère qu’elle pourra un jour trouver une activité qui lui convienne. Elle s’agite et court partout, mais je crois qu’au fond, elle s’ennuie. Notre père dit que bientôt, ce ne sera plus son problème, que d’ici quatre ou cinq ans son mari s’en accommodera. Je ne sais pas lequel des deux sera le plus à plaindre. "

La plaisanterie dissimulait mal une réelle inquiétude. Elle n'ajouta rien de plus, essayant de se rappeler des grandes familles à la tête du Nord. Un mariage de ce côté serait peut-être envisageable pour sa cadette ?

Un coup de vent un peu plus fort que les autres les éclaboussa légèrement, la tirant de ses pensées. Ce qu'elle aimait cette atmosphère ! Cela lui donnait envie de prendre son envol ! Elle hésita un bon moment avant de se hasarder à demander :

" Nous longeons le bord de l'eau, n'est-ce pas ? Le sol semble plus régulier... Est-il possible de courir ? "

Bien-sûr, la course ne faisait pas partie des activités qu'on la laissait facilement pratiquer, mais cela faisait tellement longtemps !
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Mer 4 Jan 2012 - 13:15

     Il ne doutait pas une seule seconde que la jeune sœur de lady Eirlys puisse décider de partir directement pour une autre région si elle apprenait ce que Pryam venait de dire. Seulement elle finirait bien par le savoir après tout, même si le Val était relativement éloigné des deux régions citées par le chevalier et que Forchant ne devait pas recevoir beaucoup de visiteurs, elle était suffisamment dégourdie pour apprendre ces rumeurs de la bouche d'un voyageur quelconque. Restait à espérer, pour le père de la jeune dame, que cette demoiselle serait mariée bien avant qu'elle n'envisage d'aller devenir homme d'armes à Dorne par exemple. Même si la situation aurait certainement été très intéressante il n'y avait pas le moindre doute. Cela dit, lorsque la demoiselle tira l'errant de sa contemplation des reflets du soleil sur la surface brillante de la mer, celui-ci fut étonné qu'elle parvienne à décrypter son silence aussi facilement, au fond il n'y avait pas besoin de voir pour comprendre les autres, même s'il n'avait pas le moindre doute à ce sujet bien avant de connaître lady Eirlys. Les paroles de la demoiselle rassurèrent néanmoins le chevalier, même si au fond il ne connaissait pas réellement la personne avec qui il parlait – deux rencontres n'étaient pas suffisantes pour faire connaissance convenablement – il aurait été sincèrement embêté qu'elle puisse être vexée par quelque chose qu'il aurait dit ou fait. Bien qu'elle ne pouvait le voir, le jeune homme ne parvint pas à retenir un sourire où se mêlait le soulagement et une agréable surprise.

     ▬ Je ne saurais vous répondre, peut-être simplement que la différence leur fait peur, mon maître me disait toujours qu'il est plus facile de haïr ce que l'on ne connait pas, il y a moins de risques comme cela. »

     Pryam n'était pas choqué le moins du monde par les mots de la demoiselle, même si leurs différences n'étaient absolument pas comparables, le blond avait aussi eu à essuyer quelques remarques concernant son choix de carrière, mais au moins lui pouvait le dissimuler sans peine. Pas Eirlys, pour elle il était beaucoup plus rude – pour ne pas dire impossible – de masquer sa cécité. Un léger soupir se fit entendre, il était étonnamment soulagé que la demoiselle souligne ce silence en réalité, lui qui craignait encore une fois de faire fausse route, il n'était pas franchement doué pour deviner ce que les autres pensaient.

     ▬ Cela dit, je préfère ne pas avoir l'air de tenir compte de votre cécité, parce que ce n'est pas par ce biais que je vous identifie, même si l'ignorer serait stupide et aussi offensant j'en suis conscient. Il rigola légèrement. Veuillez m'excuser, je ne suis définitivement pas doué d'une grande éloquence. »

     En tous les cas, le sujet abordé par le natif du Val semblait avoir intéressé la jeune femme, car elle poursuivait la discussion sur ce qui seyait à une dame ou au contraire n'était pas franchement digne d'une personne de bonne famille. C'était un point que Pryam voyait tous les jours, les nobles qui refusaient d'accorder un regard à quelqu'un de moins bien né qu'eux tout simplement parce que les convenances le demandaient. Si cela n'avait tenu qu'à lui, le chevalier aurait fait fi de tout le protocole et de toutes les sottises qui en découlaient. Mais il avait malheureusement choisi le mauvais métier pour cela. Le jeune homme comprenait ce qu'elle voulait dire parce que lui-même se demandait souvent d'où venaient ces traditions d'un autre âge, en quoi snober quelqu'un parce qu'il n'avait pas de titre ferait de soi une personne meilleure ? Mais peut-être que les créateurs de ces règles de bienséance n'avaient pas le bienêtre des autres à l'esprit allez savoir. Le chevalier remarqua bien le visage qu'arbora la demoiselle en parlant de son père, décidément cela semblait être un point commun à tous les hommes qui avaient des enfants et étaient originaires du Val : avoir toujours raison. Il sourit légèrement.

     ▬ C'est tellement plus simple de se dire que son père a raison, cela dit c'est bien plus valorisant de penser par soi-même. J'apprécie davantage votre vision des choses et pour être sincère, le protocole et toutes ces traditions me pèsent au plus haut point. Autant dire que de voir que vous n'usez pas de votre rang pour esquiver la présence de certaines personnes est une bouffée d'air frais. »

     Il n'allait pas s'épancher sur la question et expliquer en long en large et en travers pour quelles raisons il était en parfait accord avec sa manière de penser, sans compter qu'elle pouvait en plus croire qu'il parlait de la sorte parce que lui-même n'était pas de noble lignage. Les nobles avaient toujours tendance à croire que l'on souhaitait les dénigrer parce qu'on les enviait alors que Pryam se passait très bien d'un quelconque autre titre que celui de chevalier. Bien évidemment, il ne croyait pas une seule seconde que la jeune femme à ses côtés soit comme cela ! Il ne parvint pas à s'empêcher de rire légèrement lorsque Eirlys avança qu'elle ignorait qui serait le plus à plaindre de son futur beau-frère ou de sa sœur dans le rôle de la mariée. Il haussa légèrement les épaules, il n'y avait pas de réponse parfaite à tout cela.

     ▬ Je crois qu'il devrait surtout s'estimer heureux d'avoir une femme qui soit capable de faire autre chose que de broder.... Il marqua une brève pause. Excusez-moi, je n'ai pas à parler de la sorte. »

     Après tout Serena avait appris à coudre des tapisseries et à faire des choses « de dame », le jeune chevalier n'avait jamais dénigré le savoir de qui que ce soit, mais disons simplement qu'il avait du mal à envisager que l'on puisse préférer une femme douée pour la couture à une femme sachant se battre comme il faut. Heureusement Eirlys détourna une fois de plus l'attention en lui demandant s'il était possible de courir. Courir ? Quelle drôle de question, c'était une fois de plus la manifestation du fait que lady Eirlys n'était pas une dame comme les autres, il ne cacha pas son amusement et répliqua aussitôt.

     ▬ Parfaitement ma dame. Dans cette direction,... Il s'autorisa de lui reprendre son bras quelques secondes pour poser sa main sur l'épaule de la demoiselle et la mettre dans la bonne direction. La plage s'étend sur plusieurs dizaines de mètres et elle est suffisamment large et plane pour permettre cela. Au pire des cas, je serais tenté de dire que si vous chutez le sable fera bon amortisseur. »

     Il plaisantait évidemment, tout cela pour dire qu'il allait cesser de vouloir jouer les protecteurs comme elle le lui avait fait remarquer gentiment juste avant, après tout elle devait savoir ce qu'elle faisait et Pryam n'aurait pas été inquiet pour une autre dame donc pourquoi faire exception. Alors qu'il marchait à côté de la jeune femme, le chevalier entendit le bruit familier de l'eau sauf que cette fois-ci la vague devint plus forte et manque de lui rincer les pieds.

     ▬ Avec de la chance, pour parviendrez même à éviter les mouettes de les vagues ! »

     Bon, il n'y avait pas des masses de mouettes, mais sait-on jamais, on pouvait rapidement trébucher par-dessus ! Le jeune homme s'écarta de quelques pas pour laisser toute la place nécessaire à la lady alors que son regard s'éloigna quelques instants pour vérifier qu'ils étaient bien seuls, même s'il avait l'habitude d'être en ville, il ne pouvait s'empêcher de toujours vérifier qu'il n'y avait pas de brigands dans le coin. Après quelques secondes de silence, Pryam reprit, il voulait la rassurer sur le fait qu'il se moquait pas mal de « ce qu'une dame doit faire et ne pas faire ».

     ▬ Au pire des cas si vous déchirez votre robe, vous pourrez toujours dire à lady Maura que c'était par ma faute. Au moins personne ne pourra dire que vous ne vous êtes pas comportée comme le voulait le protocole. »


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 4 Jan 2012 - 20:54

La différence faisait naître la crainte et la peur engendrait la haine. Eirlys acquiesça :

" Votre maître avait sans aucun doute raison, malheureusmeent.

Si Pryam avait été élevé selon de tels principes, elle comprenait mieux son ouverture d'esprit. Quoiqu'en un sens, le simple fait de choisir la voie de chevalier errant prouvait qu'il savait de quoi il parlait. Il y avait toute sorte de différences et celle de courir les routes en faisait partie. Eirlys, pour sa part, avait appris depuis longtemps à ignorer les remarques sur sa cécité. Enfin, la plupart du temps, les gens ne lui disaient rien en face, la bienséance les retenait. Mais il était pire d'être considérée comme un meuble et il lui était parfois arrivé de rétorquer que, si elle était aveugle, elle n'était pas sourde et que l'on pouvait bien s'adresser directement à elle. A présent qu'elle avait grandi, elle se contentait souvent d'abandonner les compagnies trop peu aimables et de se réfugier ailleurs.

Elle lui rendit le sourire qu'elle devina lorsqu'il s'excusa :


" Il n'y a nulle offense... Et je préfère de loin vous entendre parler avec naturel et sincérité que vous écouter répéter un texte parfait mais convenu et proprement insipide. "

Elle n'avait jamais été adepte des courbettes et des tournures de phrases bien pensées et au fond tellement hypocrites. Bien-sûr, elle avait reçu assez d'éducation pour savoir se comporter convenablement dans le monde, ne pas se mélanger dans les titres et les usages. Contrairement à Liana elle ne les dédaignait pas, ne souhaitant pas se montrer grossière avec quiconque ou faire honte à sa famille. Mais parfois, elle se disait que si elle avait pu se passer des convenances, elle se serait sentie bien plus légère. Alors non, elle ne cherchait pas à ne fréquenter que des nobles au moins aussi bien nés qu'elle et n'hésitait pas à adresser la parole aux autres si l'on se montrait aimable avec elle. Le rang n'avait pas grand chose à voir avec son attitude : elle fuyait la grossièreté et la bêtise et recherchait les personnes à la conversation agréable. Ce ne serait certes peut-être pas chez le paysan moyen qu'elle trouverait un intérêt à la discussion, mais au moins laissait-elle leur chance à ceux qu'elle croisait.

Revenant sur le sujet de sa soeur, elle haussa légèrement les épaules :


" Pourquoi vous excuser lorsque vous dites tout haut ce que je pense tout bas ? "

Au fond, c'était tout à fait cela ! Elle ne comprenait ni les femmes qui se contentaient de broderies et de bavardages, ni les hommes qui supportaient pareilles épouses. Mais peut-être était-ce plus simple pour tout le monde tant que les choses se déroulaient ainsi. Fort heureusement, sa mère, à défaut de se montrer une grande révoltée, avait su se faire une place importante au sein de la maisonnée et montrait à ses filles qu'il était possible de ne pas se contenter de regarder par la fenêtre en se demandant quelle robe porter au prochain bal. Bien-sûr, lord Belmore veillait : la liberté d'esprit était bien belle, mais il n'était tout de même pas question de s'abaisser au niveau de sa cousine Rivanon et de ne pas être encore mariée à vingt ans passés ! Gâcher ainsi de potentielles alliances pour les caprices d'une vieille fille... il ne fallait pas y songer, selon le seigneur !

Repoussant ces pensées peu plaisantes, Eirlys inspira l'air marin et en vint à une idée qui aurait sans aucun doute fait lever les yeux au ciel à son père, mais qui à elle semblait biens séduisante. Courir... Elle se décida à poser la question, un peu inquiète tout de même à l'idée que le jeune homme se moque d'elle ou du moins trouve l'idée ridicule. Pourtant, à son agréable surprise, si elle perçut de l'amusement dans sa voix, il consentit à répondre sérieusement. Elle le laissa la faire pivoter légèrement et eut une moue amusée lorsqu'il parla du sable qui amortirait sa chute. Allons donc !

Les mouettes, les vagues... elle se mordit la lèvre, se demandant si c'était tout de même bien raisonnable. Et si un caillou dépassait et qu'elle se foulait une cheville ? Si la plage était plus inégale qu'il n'y paraissait ? Si... Elle dédaigna ses inquiétudes, trop attirée par cette occasion de se dégourdir les jambes sans être jugée. Prenant garde de tenir correctement tous les pans de sa robe, elle s'exclama avant de s'élancer en avant :

" N'ayez crainte, les gens comprennent, plus que pour n'importe qui, que j’abîme mes affaires... même lorsque c'est injustifié ! "

Elle prenait soin de ses affaires et d'elle-même, mais elle ne pouvait toujours éviter les accidents. Elle avait expliqué ainsi l'ecchymose qui se voyait encore un peu sur sa joue et tout le monde avait trouvé parfaitement normal qu'elle se soit soit-disant cognée sans le vouloir. Si sa robe se trouvait déchirée, on prétendrait avant même qu'elle ne parle qu'elle avait dû trébucher en marchant ou s'accrocher à quelque objet en passant... De toute façon, il était hors de question de rejeter sur un autre ses propres fautes. Et puis, elle ne songeait pas à abîmer sa robe, elle saurait faire attention.

Elle prit donc sa course, doucement d'abord, puis un peu plus rapidement, ravie de pouvoir se sentir aussi libre, écoutant les mouettes qui s'envolaient parfois, les vagues qui venaient s'échouer près de ses pieds et lui donnaient une ligne directrice, le sable mouillé qui claquait sous ses pas, le vent qui sifflait autour d'elle... Elle courut ainsi aussi longtemps qu'elle l'osa, ne pouvant réellement apprécier la distance. Puis elle ralentit, fit une pirouette et s'arrêta, hors d'haleine et un peu échevelée, riant toute seule.

Puis elle se rappela de l'endroit où elle se trouvait et son sourire disparu alors qu'elle tendait l'oreille.


" Ser Pryam ? "

Oui, elle était inquiète après ce petit moment d'euphorie, inquiète à l'idée de se retrouver toute seule dans un lieu qu'elle ne connaissait finalement pas. Elle ne se rassura que lorsqu'il fut à nouveau à côté d'elle et retrouva le sourire.

" Je n'avais pas couru ainsi depuis... trop longtemps ! "


Au loin, porté par le vent, le son de la cloche d'un septuaire lui rappela le temps qui passait et la fit se rembrunir et remarquer à contrecœur :

" Oh... Nous devrions rentrer, je crois. "

Cela n'aurait tenu qu'à elle, elle aurait pu passer encore des heures sur cette plage, mais elle ne voulait pas que Maura, à son retour, ne se demande où elle avait disparu ou pire, qu'elle s'en inquiète. Si elle pouvait éviter les questions... Elle doutait qu'un "je suis allée courir sur la plage avec un chevalier errant" soit du meilleur effet.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Jeu 5 Jan 2012 - 16:13

     Il n'y avait pas songé, mais il était vrai qu'il était presque « logique » pour la moyenne des gens qu'une personne qui ne pouvait voir était forcément plus à même d'abîmer ses vêtements ou sa personne, seulement aux yeux du chevalier c'était plutôt une raison pour redoubler d'attention. Bien qu'il devait avouer que la question de la jeune dame l'avait sincèrement étonnée, il n'envisageait pas une seule seconde de pouvoir avancer avec assurance s'il avait un bandeau sur les yeux, mais peut-être que la native du Val était aveugle de naissance ? Elle ne devait pas craindre son absence de vision étant donné qu'elle ignorait ce que c'était, certainement la meilleure des solutions en regardant le « problème » de plus près.

     Le jeune homme regarda lady Eirlys commencer à courir tout d'abord doucement, certainement histoire de tester le sol et essayer de voir comment se débrouiller, puis un peu plus rapidement à chaque pas, cette vision fit sourire l'errant d'un air amusé. Il ne se moquait pas d'elle bien évidemment, mais il était toujours bon de voir que certaines personnes étaient capables de s'amuser et de se sentir bien avec peu de choses, pour être franc il doutait même qu'une dame puisse encore trouver d'autres distractions que celles dont elles semblaient toutes friandes. Couture, discussions superficielles, plaisanteries au dépend des plus pauvres, bien évidemment tous les nobles n'étaient pas mauvais, lady Eirlys en était la preuve vivante, mais le chevalier semblait avoir une propension à tomber sur des personnes qui ne semblaient pas différencier un pauvre d'un autre. Il chasse ces pensées alors qu'elle continuait de courir, la suivant du regard tout en restant immobile, afin de s'assurer qu'elle n'allait pas tomber ou se casser quelque chose, Pryam se serait sentit assez mal si cela avait été le cas ! Lorsque la jeune femme s'arrêta, il ne réagit pas tout de suite, la laissant rire quelques instants avant qu'elle ne l'interpelle, craignant certainement qu'il puisse l'abandonner ici. Le chevalier pressa le pas vers elle pour lui faire savoir qu'il était encore là.

     ▬ Je suis là ma dame. »

     Il la regarda sourire avant qu'elle ne se réjouisse d'avoir pu se défouler un peu, puis une cloche sonna, attira l'attention du chevalier et de la demoiselle qui prononça tout haut les mots qui naissaient dans l'esprit du chevalier. Il hocha la tête d'un air docile, cela avait été plaisant de passer un moment avec lady Eirlys, surtout loin de l'agitation du campement de l'armée du Val, mais toutes les bonnes choses avaient une fin et il l'avait suffisamment accaparée pour la journée. Esquissant un sourire il répondit en lui offrant son bras.

     ▬ Cela me semble plus sage en effet. »

     Lorsque la demoiselle fut prête à reprendre la route, le chevalier commença à remonter le petit chemin sinueux qu'ils avaient emprunté à l'allée, il semblait beaucoup plus court lorsqu'il fallait rentrer puisqu'en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, lady Eirlys put à nouveau sentir les pavés sous ses bottes. Elle n'était pas trop décoiffée et ses bottes n'étaient pas trop pleines de sable, heureusement que la sécheresse rendait aussi le vent plus faible sans quoi elle n'aurait certainement pas été aussi présentable. Ils parlèrent assez peu le temps du retour étant donné que rapidement ils arrivèrent dans les ruelles de Port-Lannis ou la moitié de la foule haranguait l'autre pour essayer de refiler diverses marchandises. Ils n'avaient finalement pas croisés les amies de la jeune suivante et au final, l'errant se sentait plutôt content d'avoir pris l'initiative de ne pas la guider jusqu'au magasin, mais plutôt au bord de la mer. Cela ne valait pas le Val, mais c'était déjà mieux que rien après tout. Il ne leur fallut pas très longtemps avant de traverser une partie de la ville pour déboucher sur le chemin qui menait au campement de l'armée, les blasons et les drapeaux qui flottaient un peu partout ne laissaient que très peu de doutes sur l'identité des occupants des lieux. D'un seul regard, Pryam reconnut de nombreux bannerets des Arryn ainsi que des visages connus. Le temps qu'ils traversent les quelques « ruelles » entre les tentes et les deux jeunes gens arrivèrent enfin non loin de la tente où le chevalier avait percuté la demoiselle quelques temps plus tôt. Il avait l'impression que cela faisait des heures, mais peut-être que seules quelques dizaines de minutes s'étaient passées ? Levant les yeux vers le ciel il constata que ce n'était pas le cas et croisa les doigts pour ne pas avoir attiré d'ennuis à la jeune femme. Alors qu'ils furent arrivés à quelques dizaines de mètres de la fameuse tente, Pryam s'arrêta lorsqu'il vit quelqu'un - visiblement une domestique - y entrer alors que de l'agitation semblait en provenir. Peut-être que les occupants étaient de retour ? Tournant la tête vers Eirlys, le chevalier résuma la situation.

     ▬ Il semblerait que quelqu'un soit de retour dans la tente, il y a de l'agitation et je viens de voir une jeune femme aux cheveux roux y entrer. Je devrais peut-être vous laisser y aller seule pour ne pas vous poser trop de soucis ? »

     Il pensait principalement au fait qu'elle pourrait toujours trouver une excuse valable si jamais l'on en venait à lui demander où elle pouvait donc être passée, tandis que s'il allait l'escorter jusqu'à l'entrée de la tête, ce serait déjà plus difficilement faisable. Cela dit, si la demoiselle insistait - bien qu'elle n'oserait certainement pas le faire - il le ferait avec joie. Concluant cette journée des plus agréables, il esquissa un dernier sourire avant de reprendre la parole une dernière fois.

     ▬ En tous les cas je vous remercie de m'avoir accordé votre temps, j'ai été ravi de pouvoir parler avec quelqu'un qui ne s'encombrait pas des protocoles. Légère pause avant qu'il ne termine. Et j'ai été heureux de vous revoir. »

     Toujours soucieux de ne pas lui causer d'ennuis, il la mit une fois de plus dans la bonne direction, pour le reste Eirlys saurait bien se débrouiller seule, après tout elle n'avait pas eu besoin de son secours jusqu'à ce jour !

HP:
 


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 8 Jan 2012 - 10:28

Eirlys fut soulagée que le chevalier comprenne qu'il était grand temps de rentrer et ne s'en trouve pas froissé. Elle aurait été déçue de terminer leur sortie sur une note négative. Elle n'avait pas une idée précise du temps qui avait pu s'écouler, mais elle savait que lorsqu'on se trouvait en bonne compagnie, le sablier s'écoulait toujours plus vite que l'on ne le pensait. Elle replaça une mèche de cheveux qui lui chatouillait le front après sa course, pria pour être présentable et reprit le chemin du retour. A en croire ce qu'elle entendait, Pryam la ramenait directement au campement en passant par la ville, ce qui devait signifier qu'il était relativement tard. Elle décida pour elle-même que cela n'avait finalement pas tant d'importance. Elle avait passé un agréable moment et l'on avait sans doute bien su se passer d'elle. Après tout, elle n'avait rien fait de mal.

Après avoir marché un petit moment à travers le campement, le jeune homme s'arrêta finalement, expliquant que la tente se trouvait non loin et était à nouveau occupée. Y aller seule ? Elle ne demandait pas mieux, sauf qu'elle n'avait pas la moindre idée de la direction à prendre, pour commencer... Elle hésita, ne voulant pas l'ennuyer davantage et son orgueil quelque peu malmené par la situation. Enfin, ce n'était pas comme si elle n'était pas familière de ce genre de circonstances. Il fallait sans cesse qu'elle demande de l'aide... La différence, en cet instant étant qu'elle trouvait décevant de devoir lui en demander à lui alors qu'il paraissait justement la trouver assez débrouillarde pour lui permettre par exemple de courir toute seule. Elle repoussa la question à quelques minutes plus tard et retrouva le sourire lorsque Pryam prétendit avoir passé un agréable moment.


" Le plaisir fut partagé, en ce cas ! Et ce serait plutôt à moi de vous remercier pour cette promenade ! Cela faisait longtemps que je n'avais pu m'évader de la sorte ! "

C'était vraiment sincère, d'autant qu'il avait raison, s'éloigner un peu du protocole était des plus agréable. Si elle s'était écoutée, elle lui aurait même dit qu'il pouvait l'appeler par son prénom, mais elle craignait que cela ne soit vraiment mal venu. Et puis, après tout, ce qui comptait n'était pas tant la présence ou non de titre mais la façon dont on se comportait et, en cela, Pryam avait le bon goût de se montrer naturel et n'était pas hautain pour deux sous. En plus, il lui avait donné quelques idées quant à l'avenir de sa soeur, idées qu'elle comptait bien approfondir quand elle en aurait l'occasion. Le chevalier devant prendre congé, elle ajouta tout de même en baissant légèrement le ton afin de ne pas risquer de divulguer son secret :

" Et je vous souhaite bonne chance pour retrouver votre famille. "

Au fond, elle espérait qu'il ne fasse pas que repérer un étendard mais puisse un jour se réconcilier avec les siens. Elle trouvait toujours malheureux de savoir qu'une famille était déchirée. Bien sûr, chez les Belmore, ce n'était pas toujours le beau fixe. Entre le père qui régentait les autres membres de la famille et Liana qui avait juré de le rendre fou, les étincelles ne manquaient pas. Mais au moins, en cas de réel ennui, ils savaient tous pouvoir compter les uns sur les autres et ils s'aimaient. C'était l'essentiel.

Lorsqu'il la mit finalement dans la bonne direction, elle lui en fut reconnaissante, mais demanda toute de même la distance à parcourir. Pour le reste... Elle atteindrait bien la tente, non ? Et au pire, elle demanderait son chemin à la première personne qu'elle heurterait !
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Il est toujours agréable de revoir une bonne personne ▬ Eirlys

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» [#11] Mon corps mouillé est toujours agréable à regarder...n'est-ce pas? [Terminé]
» C'est toujours agréable de dénicher un morceau de sa famille. [Ethan S. Clark]
» Au revoir et bonne continuation ^^
» Comme c'est agréable de te revoir...
» C'est toujours plus facile de dire au revoir en s'amusant [Fe]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-