AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

En route sur les terres des Écorcheurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Noble
avatar

Maureen Bolton
Noble

Général
Dame de la Maison Bolton de Fort-Terreur



♦ Missives : 518
♦ Missives Aventure : 142
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 08/07/2011
♦ Célébrité : Jaimie Alexander
♦ Copyright : Ann
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Maeve Arryn, Aaricia Bonfrère, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Non determiné
♦ Lieu : DERRIÈRE TOI
♦ Liens Utiles : Lady Maureen Bolton
Vents D'hiver et chant d'été
Nos Lames Sont Acérés
Aptitudes et Intrigues
Succès de Maureen Bolton

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
804/1000  (804/1000)


Message Lun 5 Déc 2011 - 22:04

Il était encore tôt lorsque les premiers rayons de soleil vinrent s’infiltrer entre les rideaux. Maureen ne se souvenait pas d’avoir vu un été aussi aride. Même entre les allers-retours des terres de l’Orage, elle avait toujours préférée ses terres natales son Nord bien à elle. Sentir le froid qui vous martelait la peau avec plein de picotements. Elle adorait tant cette saison qui ne restait que guère la préférée de tous les habitants de Westeros. Elle préférait les landes du Nord ou pour le peu qu’il y avait, des étendues de neige. Elle serait une des premières qui ne regretterait pas la première neige.

Toute l’auberge dormait encore. Elle n’allait pas avoir de la compagnie si tôt. Elle aurait aimé descendre dans la cave ou se trouvait la plupart des caveaux. Il lui prenait parfois l’envie de se rapprocher des morts. Elle s’ennuyait beaucoup. Beaucoup plus qu’elle ne le croyait. Et elle parlait comme si elle attendait une réponse distincte. Comme si elle voulait que quelqu’un lui donne une réponse. Le silence mortel était toujours encore plus triste. Elle venait de se mettre sur le dos, la maison en entier. Quel plan tramait dans la tête du Bolton, elle n’en avait aucune idée. Le temps qu’elle y pensa, elle ne fit qu’aggraver les choses. Elle ne pouvait se détacher des souvenirs qu’elle avait. Quand il était vivant, elle avait toujours été la préférée. La plupart avait craint le fils et non le seigneur lui-même.

Que voulait Réginald Bolton en la gardant près d’elle? Elle n’avait pas envie de rester éternellement dans le royaume enneigée des Stark. Elle avait beaucoup trop d’autres ambitions pour rester ainsi. En plus, elle n’avait pas envie de rajouter que de ses deux cotés, soit celui des Bolton et des Swann. Ce n’était pas parce qu’il habitait de l’autre coté de Port-Réal qui n’allait pas profiter de la situation et de l’amour que Maureen lui portait. En fait, elle aurait du être mariée depuis près de cinq années, du moins le dix-huitième anniversaire chantait souvent la chanson du mariage pour plusieurs femme. La jeune nordienne s’était faite à l’idée que personne ne pourrait la supporter avec son caractère indépendantiste. En plus, elle ne supporterait pas d’obéir au doigt et à l’œil. Elle n’y arriverait jamais. Elle était trop habituée de faire ce qu’elle voulait quand il lui plaisait. Un jour, elle se donnerait a un autre rôle, mais puisque personne ne réclamait rien, elle ne broncherait pas la moindre du monde.

Son père aurait trouvé cela amusant. Voir sa fille unique se débattre entre ses sentiments purement Bolton et celui de femme. Maureen avait vu une fois sa tante pour dire qu’elle était très différente. Elle ne supportait pas non plus cette femme. Elle était plus obéissante que l’aurait voulu son père. Elle avait renié son père après son mariage dans le Sud. Mariage que seul Aaron Bolton, sa femme, et Ethan Bolton avaient été des invités. Tout pour dire qu’elle détestait parfois être comme elle l’était et d’autre qu’elle préférait être ainsi.

N’ayant pas la subtile envie de collectionner des discussions politiques avec son Ser, puisqu’elle n’était pas d’humeur `à jouer, elle préféra se rendre aux écuries. Elle caressa sa monture et en profitait pour le brosser distraitement. Elle était habituée au long silence. Habituer à sentir le soleil dans son dos comme si rien n’était. Elle s’y faisait. Distraite par ses pensées, elle allait grimper sur son étalon lorsque quelqu’un se glissa dans son dos et lui attrapa la main.

Maureen prit une grande respiration. Elle n’avait pas envie de se battre aujourd’hui. Elle sentit la main de l’homme sur sa hanche et elle eut le réflexe de la retirer et de se retourner. Elle le frappa mais son poing fut retenu de force.

Tu perds de l’avance Maureen, je te connaissais plus vite.

C’est parce qu’il y a longtemps que je n’avais pas pris le temps de te remettre à ta place.

Il avait mis ses mains sur son cou et évita le coup qu’elle allait lui assener. Elle pesta quelques minutes avant de se laisser faire. Au moment ou elle allait lui laisser l’avantage, elle le frappa et l’envoya au sol. Il lui attrapa la cheville et elle le fixa avant de poser et mettre son poids sur sa cheville.

Tu sais que grand-père va finir par te faire regretter de toujours t’en prendre à ses hommes.

Il était tant tu commençais à tarder. Tu sais bien que je déteste attendre.


Oui tout comme tu le détestes qu’il te prenne par surprise.

Va chercher ta monture et ne tarde pas comme à l’habitude. J’aimerais à bien rentrer à Fort-Terreur.


Elle lui offrit un sourire. Elle l’avait toujours adoré. Il n’était pas méchant avec elle. Elle l’avait toujours bien traité. Elle avait aussi passé les dernières années à prendre soin de lui et de ses intérêts. Elle était heureuse de voir qu’il savait se comporter en futur Lord. Pour l’instant c’était elle qui gérait la plus part des petits problèmes du domaine, laissant l’entier loisir à Réginald Bolton de s’occuper de son petit-fils pour en faire une prochain Lord. Maureen avait eu en quelques sortes un petit frère, mais elle ne serait jamais une sœur ou une cousine pour lui. Elle avait pris soin de lui pendant tant de temps qu’il ne savait comment la remercier. Elle lui offrait souvent des opportunités. Cependant, elle était certaine d’une chose, elle lui avait manqué dans les derniers mois. Entre Fort-Terreur et Pierheaume, elle avait eu plus qu’une aventure.

Lorsqu’il vint près d’elle il l’interpella à sa manière.

Pour une dame qui ne veut pas que je tarde, tu es bien passive Maureen.

Elle lui adressa un sourire et monta sur sa monture. Elle poussa à bride abattue et regarda son cousin en faire de même. Elle essayait de ne pas montrer d’intérêt pour les gardes personnelles de son cousin. Elle n’avait que Ser Mortimer tandis que Réginald Bolton avait préféré mettre quatre hommes de confiance près de son petit-fils. Il s’était dirigé dans les petits sentiers. Comme à leur habitude. Une fois bien avancée sur leur chemin, Maureen fit ralentir le pas et continua la route, mais ses oreilles se surprirent à entendre ce qu’elle n’avait pas prévu. Elle arrêta sa monture, et posa sa main sur pommeau. Qui pouvait bien se promener sur les terres de Fort-Terreur. En fait, ils étaient suivis.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 6 Déc 2011 - 19:10

     Alysane n'aimait pas se promener à cheval, elle trouvait qu'il n'y avait rien de plus plaisant que de sentir ses pieds s'enfoncer dans la neige et pouvoir compter sur ses pas assurés pour progresser. A cheval, la jeune femme à la démarche sûre devenait plutôt gauche, elle avait beau être du genre à ne pas aimer hésiter, il semblait que les chevaux n'étaient pas d'accord avec ses principes. Il suffisait de voir la manière dont son étalon noir s'emballait dès qu'elle s'approchait de lui. Souvent lord Jeor racontait que c'était parce qu'il sentait le caractère trop vif de sa maîtresse et qu'il flairait qu'elle détestait les mâles. C'était stupide, Alysane détestait les hommes, pas les mâles, il y avait une grosse nuance entre les deux. Peu lui chalait, au final si la jeune femme voulait avoir l'occasion de se promener dans les environs, elle devait malheureusement compter sur sa monture.

     Lorsqu'elle avait été mandée par lord Beron il y a quelques temps de cela, la brune avait pris son cheval de manière à rallier plus rapidement Winterfell qui se trouvait tout de même à une bonne journée de l'île-aux-Ours, puis comme elle avait décidé de séjourner ici quelques temps, sa monture restait aux écuries pendant ce temps. Le bel étalon qui avait été la monture de son père jadis, lui avait été cédé il y a quelques années, lorsque lord Jeor avait senti que son ancienne blessure à la jambe l'empêchait de monter correctement. L'animal avait toujours été très vif et assez sournois, aucune des filles de la famille n'en avait voulu, elles préféraient toutes les juments sans caractère. Alysane avait sauté sur l'occasion et son père avait été ravi de le lui céder. Depuis, la jeune femme ne montait pas souvent, mais chaque fois qu'elle le faisait, c'était avec un certain plaisir. Non à cause du sentiment dégagé par l'équitation, mais plutôt une sorte de domination qu'elle avait sur cette bête au caractère aussi farouche que le sien.

     Récemment, alors qu'elle se promenait dans la cour de Winterfell, un des palefreniers était venu l'aborder pour lui dire que son cheval semblait supporter plutôt mal le fait d'être enfermé sans cesse dans cette écurie, elle avait donc pris la décision d'aller faire un petit tour avec lui. C'était donc pour cette raison qu'elle se tenait à côté de l'animal qu'elle n'avait pas baptisé contrairement à ses sœurs. Alysane lui enfila le nécessaire, bien qu'elle aimait aussi monter à cru il était préférable de l'éviter pour une sortie dans les environs, avant de prendre la bête par les rênes pour la mener jusqu'à la sortie de la forteresse.

     Une fois dehors, la guerrière monta sur l'étalon avant de donner un léger coup de talons dans ses flancs, la bête partit aussitôt, c'était un réactif. Comme elle. Les deux compères s'élancèrent dans les environs de Winterfell, elle aimait sentir le vent sur ses joues, il était toujours frais même lorsque la température était étonnamment chaude en raison de la sécheresse qui sévissait dans tout Westeros. Même pour une femme qui n'aimait pas monter comme c'était son cas, il fallait avouer que la jeune femme prenait un certain plaisir à pouvoir diriger un animal à sa bonne volonté. Elle sentait les pas du cheval qui frappaient le sol avec brutalité, provoquant des à-coups dans ses jambes et ses cuisses fermement serrées sur le flanc de l'animal. Ce n'était pas assez, la Nordienne inspira longuement avant de donner un nouveau coup de talons pour pousser la bête au galop encore plus rapidement, soufflant fortement des naseaux comme pour manifester son contentement de pouvoir enfin se lâcher. La brune se pencha légèrement en avant pour ne pas offrir de prise au vent, la crinière de son cheval lui caressant le visage, l'obligeant de temps en temps à fermer les yeux pour éviter d'être aveuglée.

     Elle se laissa aller pendant longtemps, plusieurs minutes, plusieurs heures ? Alysane ne saurait le dire, la seule chose qui importait, c'était que son cheval se dépense et visiblement, il y prenait beaucoup de plaisir. Même pour une cavalière aussi piètre qu'elle l'était, il fallait avouer que c'était assez gratifiant de pouvoir voir à quel point l'animal que l'on possédait pouvait faire preuve de vitesse et de force. C'était un étalon au caractère très sanguin, nerveux, cela se sentait rien qu'en passant ses doigts sur ses muscles tendus. La demoiselle laissa finalement le destrier et se reposer, prendre un rythme moins soutenu pour finalement marcher au pas. Ses mains caressèrent le flanc de la bête avant qu'elle ne le flatter en murmurant des paroles rassurantes pour le féliciter, il soufflait fortement en secoua la tête, faisant bouger les rênes dans la main de la jeune femme. Après lui avoir accordé quelques minutes de répit, Alysane décida de lancer une nouvelle chevauchée sauvage, elle s'était bien éloignée de Winterfell, mais peu lui chalait, au pire elle serait en retard pour le repas du soir.

     Alors qu'elle galopait à nouveau dans les vastes étendues du Nord, son regard fut attiré par une silhouette, ou plutôt deux, au loin. Des cavaliers qui s'étaient arrêtés, certainement alertés par les bruits de sabots de sa monture. Alysane tira sur les rênes pour demander à son cheval de ralentir, puis stoppa complètement en se redressant pour tenter de distinguer les individus, en vain. Des Nordiens sans aucun doute, ils étaient habillés comme tous les habitants de cette région. Haussant légèrement les épaules, la brune poussa son destrier à reprendre un trot assez rapide jusqu'à se diriger vers les individus au loin. En quelques minutes, elle fut assez proche pour reconnaître un visage connu, mais impossible de la situer. C'était une jeune femme d'environ son âge, Alysane l'avait déjà croisée à Winterfell, mais impossible de dire qui elle était vraiment. Arborant un sourire léger, la Mormont laissa son cheval s'approcher des deux personnes, constatant toutefois que la lady avait la main sur son arme. Elle lança alors quelques mots d'un ton léger.

     ▬ Holà ! Je ne viens pas en ennemie n'ayez crainte, je chevauchais au hasard lorsque je vous ai vu au loin. Il me semble que nous nous soyons déjà rentrées n'est-ce pas ? Je m'appelle Alysane, l'une des filles de lord Jeor Mormont. »

     Elle n'était jamais aussi avenante que lorsqu'elle rencontrait d'autres femmes du Nord. Alysane détestait les hommes, encore plus les Sudistes et le seul moyen d'avoir un bon début de conversation avec elle était de lui ressembler. Homme d'armes dans l'âme, la jeune femme portait sa hache à sa ceinture et elle savait parfaitement s'en servir, mais face à une compatriote c'était tout bonnement inimaginable.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maureen Bolton
Noble

Général
Dame de la Maison Bolton de Fort-Terreur



♦ Missives : 518
♦ Missives Aventure : 142
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 08/07/2011
♦ Célébrité : Jaimie Alexander
♦ Copyright : Ann
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Maeve Arryn, Aaricia Bonfrère, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Non determiné
♦ Lieu : DERRIÈRE TOI
♦ Liens Utiles : Lady Maureen Bolton
Vents D'hiver et chant d'été
Nos Lames Sont Acérés
Aptitudes et Intrigues
Succès de Maureen Bolton

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
804/1000  (804/1000)


Message Mer 7 Déc 2011 - 4:36

Le Soleil gagnait en intensité et la jeune Bolton se posait des questions bien bizarres. Quand l’hiver viendra-t-elle? Elle avait l’impression qu’elle ne pourrait rester longtemps sans voir ce si merveilleux paysage. Toute jeune, elle espérait revoir son Nord pour courir dans les sentiers enneigés par les chutes de neige. Elle ne connaissait pas cela dans les terres de l’Orage. S’il y avait le moindre flocon tout le monde se demandait ce qu’il pouvait arriver. Elle avait connue des hivers rudes, mais rien de mieux qu’un entrainement dans le froid vif. Elle se demandait même si parfois il neigeait toujours au delà du mur. Une question qui resterait à jamais élucider, selon elle.

Maureen avait toujours eu la malveillance de ne pas avoir d’amis. Elle avait beaucoup d’ennemi, la plupart du temps, c’était les ennemis de sa famille pour la majorité. Ce n’était pas une habitude, mais elle ne laissait pas sa vie à la merci de n’importe qui. Tout le monde le savait, elle était une mauvaise tête et elle en avait que pour elle-même. Elle partait pour ne pas se sentir coupable de devoir rester près de sa famille. Elle ne supportait plus les tricheries. À croire que Pierheaume et les Swann avait fini par déteindre sur elle. Une chose que Réginald Bolton détesterait.

Le pauvre homme qui avait tenté de la séduire regrettait toujours d’avoir essayé. Il avait encore mal à la mâchoire de son coup. Il avait pris la direction de la jeune femme lorsque le cavalier semblait s’approcher d’eux. Maureen connaissait beaucoup plus de Nordien que son pauvre cousin. Lorsqu’il posa sa main sur son arc. Ses hommes avaient fait la même chose, tandis qu’elle avait retiré sa main de sa propre arme. Un œil en coin, elle marmonna assez facilement quelques mots aux hommes qui avaient tâches de protéger son cousin plus qu’elle.

Le premier qui lève son épée sans que je l’ordonne, je lui trancherai les doigts un par un. J’espère m’être fait bien comprendre.

Ser Mortimer s’amusa en voyant les gardes délaisser leur emprise sur leur arme. Elle savait garder ses hommes aux pieds et à l’œil. Surtout qu’elle ne voulait pas créer tout une histoire. Elle avait bien assez de problème avec ca. En voyant les traits distincts de la jeune femme, elle eut un sourire. Elle n’avait qu’un mot pour expliquer le tout. Elle se tourna vers son cousin et lui offrit un sourire. Il était tout près de Fort-Terreur. Encore assez proche de Winterfell pour que la jeune femme veuille en sortir au plus vite.

Elle s’arrêta devant la Nordienne et sourit. Elle n’avait pas remarqué que ses hommes ne portaient pas leur signe distinct. Quand elle voyageait dans le Nord, elle faisait attention à ne pas trop montré On avait tendance à les regarder du mauvais œil. Elle n’en cherchait pas la cause. Elle était faire de puis des années. On les avait toujours détestés, elle n’allait pas changer la face de l’histoire. Elle y prenait plaisir. Les Écorcheur n’étaient pas les plus aimés des Stark, mais elle n’était pas née pour être aimée. Il y avait peu de chance pour qu’elle termine marier un jour, elle finirait ses jours dans sa forteresse. Cela lui semblait égal. Elle n’allait pas pleurer sur son sort.

Mormont de L'île aux Ours, demanda le gamin, comme pour donner tort à sa cousine qui se plaignait qu'il ne prenait pas assez de temps pour ses lecons.

À Winterfell, si je ne m’abuse. Maureen Bolton de Fort-Terreur. Petite Fille de Lord Réginald Bolton. Voici mon cousin Adrian.

Le gamin avait sourit amusé. Il était vrai Maureen était une quasi mère pour lui. Elle était encore plus protectrice que ses propres gardes. Elle ne tenait pas à l’amener dans le sud ou dans le reste du Nord, quand elle voyageait. En fait, un tour à Winterfell avait été la solution pour Maureen d’initier le jeune garçon au long voyage. EN fait, il n’avait eu droit qu’à des voyages à Karhold avec son grand-père, Maureen avait appris à l’âge de dix ans à se débrouiller par elle-même. Elle avait eu une garde pendant plusieurs années. Jusqu’à ce qu’elle puisse enfin faire ce qu’elle voulait vraiment. Elle était têtue, il fallait bien que parfois qu’elle joue un peu les aventurières. Sinon, elle ne s’amusait pas du tout.

Les Mormont … Elle ne se souvenait pas de la relation qu’ils pouvaient avoir avec eux. En fait, Elle n'était que peu dans le Nord, elle ne serait pas étonnée d'entendre le Vieux Bolton médire sur les autres maisons. En fait, le Nord n’était pas compliqué. On obéissait au Stark, seulement les Bolton s’était fait écraser il y a de ca trop longtemps pour revendiquer quoique ce soit. Il en gardait un gout amer, mais Maureen ne laissait pas transparaitre rien. Tant que Lord Beron ne jouait pas trop de son coté, elle resterait fidèle à son Suzerain. Elle ne jouerait pas dans les plates de bande de Winterfell et resterait à l’écart des plans insensés de son aïeul.

Adrian près d’elle, elle avança vers la Nordienne. Elle étudiait les faits et gestes, seulement si elle devait confronter la jeune femme, elle préférait avoir un avantage. Dans le cas présent, elle n’en avait pas. Elle se tiendrait donc sagement. Pas de geste brusque. Par chance, elle avait eu l’éducation de la dame politique et de la guerrière. Elle savait donc comme faire, mais elle ne croyait pas que c’était dans l’intention d’Alysane Mormont de s’attaquer à eux. En fait, pas avec un si grand désavantage.

Nous nous sommes rencontrés à Winterfell. J’y étais à la demande du Lord Stark. Je vous ai croisé, mais l’envie de ne point rester à Winterfell, m’a fait quitter l’humble demeure de notre seigneur. Et vous qu’est-ce qui vous amène sur les routes, menant à Fort-Terreur?

Assez franche pour avouer qu’être convoquée par Beron ne lui avait pas plus. Mais que faisait-elle loin de la maison suzeraine ou même loin de l’Ile aux Ours. Adrian, malgré son âge, semblait en plein admiration avec l’arme de la Mormont. Il commençait à peine à surpasser sa cousine. Elle lui offrirait bien une arme quelconque, mais elle préférait laisser le jeune garçon entre les mains du Batard de la maison. Elle avait envie d’interpeler le jeune homme, mais n’en fit rien. Elle le laissait faire. Ser Mortimer avait décidé de se charger d’administrer une claque au jeune garçon avant de le mettre en garde par chuchotement.



Un homme nu
n'a  guère de secrets,
mais un homme écorché
n'en a plus un seul


-Roose Bolton-
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 7 Déc 2011 - 14:07

     Alysane avait tendance à se sentir plus à l'abri avec des personnes du Nord, principalement lorsqu'elles étaient dirigées par une femme. Lorsque la jeune femme s'approcha de la Mormont pour lui adresser un sourire, par mimétisme inconscient celle-ci fit de même. Il fallait dire qu'elle avait le sourire facile avec les femmes de sa région, les tenant en haute estime comparée aux femmes du Sud. L'attention de la guerrière fut toutefois attirée par le jeune garçon qui se renseigna sur la localisation exacte de sa famille. L'île-aux-Ours était bien connue, bien plus que ses propriétaires qui finalement n'étaient là que grâce à un lord Stark très aimable. Les lèvres gercées par les voyages de la demoiselle s'étirèrent en un nouveau sourire alors qu'elle acquiesçait du chef.

     ▬ C'est exact. »

     Alysane négligeait souvent de préciser son origine, elle avait tellement peu quitté son île natale qu'il lui était toujours difficile de croire que tout le monde ne la connaissait pas. Lord Jeor lui avait souvent compté la manière dont l'île-aux-Ours avait été donnée aux Stark par Rodrik Stark, un membre de la famille Stark qui l'avait gagnée à la lutte. Autant dire que cela expliquait la fidélité que la famille des Ours avait vis-à-vis de ses suzerains, lord Jeor préfèrerait sacrifier toute sa lignée et bien plus encore que d'envisager pouvoir trahir lord Beron, malgré son jeune âge. Il était inutile de préciser qu'il n'admettrait pas que l'une de ses filles puisse changer cela et Alysane avait été élevée dans l'idée d'une fidélité sans faille vis-à-vis de son lord suzerain. Elle faisait de son mieux pour en être digne bien sûr, même si bien souvent son côté survolté prenait le dessus.

     La jeune dame tira la Mormont de ses pensées en se présentant en tant que lady Bolton, Alysane hocha la tête lorsque celle-ci parla de Winterfell, il était vrai qu'elles s'étaient croisées à ce moment. C'était donc bien le cas lorsque la jeune femme avait pensé avoir déjà croisé le chemin de son interlocutrice. Le jeune garçon qui avait parlé de l'île natale de la brune fut présenté comme Adrian Bolton et la Nordienne se souvint aussitôt de ce prénom dont son père lui avait parlé au cours d'une de leur promenade. Si elle se souvenait bien, il était l'héritier actuel de la famille comme son père était décédé. Alysane lui offrit à son tour un sourire poli, même si elle restait plus sur sa réserve vis-à-vis d'un homme, il restait jeune et par conséquent elle le tolérait mieux que ses accompagnateurs.

     ▬ Enchantée de faire votre connaissance Adrian. Elle regarda alors Maureen. Il est vrai que nous nous sommes croisées à Winterfell, je n'arrivais plus à situer votre visage, je m'en excuse d'ailleurs. »

     La Mormont avait tellement voyagé dernièrement, tous les visages croisés se mélangeaient dans son esprit et elle éprouvait beaucoup de difficultés à savoir où elle avait croisé quelle personne. Lorsqu'on avait toujours vécu retirée sur une île presque déserte et que l'on voyait quotidiennement les mêmes traits, les mêmes visages, il était d'autant plus difficile de se souvenir de tous les autres nouveaux traits. Une question d'expérience disait lord Jeor, Alysane était bien forcée de le croire vu qu'elle n'avait pas plus d'expérience que ses sœurs en la matière.

     Maureen s'approcha alors qu'Alysane avait fait stopper son cheval à quelques mètres des deux cousins, elle ne voulait pas avoir l'air hostile et même si le blason qui marquait ses affaires parlait pour elle, la jeune lady pouvait avoir quelques soupçons à son égard. La demoiselle se laissa analyser d'un regard inquisiteur sans broncher, visiblement lady Maureen avait l'air de jouer le rôle de la grande sœur ou peut-être de la mère de substitution pour son cousin, il était tout à fait normal qu'elle veuille s'assurer qu'il n'était pas en danger. Maureen enchaîna alors, expliquant qu'elle avait été à la forteresse des Stark suite à la demande de lord Beron, mais qu'elle désirait repartir de là-bas. Alysane ne pouvait que la comprendre d'un côté, elle-même ne désirait pas particulièrement séjourner à Winterfell pendant des jours, mais elle profitait de son passage là-bas pour revoir des amis comme Deana ou encore Duncan. Alors qu'elle s'apprêtait à répondre, la guerrière fut interpellée par l'agissement d'un accompagnateur des Bolton, lui jeta un regard quelque peu surprit avant de finalement se lancer.

     ▬ En réalité, mon destrier commençait à se rouiller dans les écuries de Winterfell et le palefrenier m'a vivement conseillé de le faire se dépenser un peu. Je me suis laissée emporter et il a galopé où bon lui semblait, je ne cherchais pas à rallier Fort-Terreur en particulier pour être sincère. »

     Au moins comme cela elle savait où elle se trouvait, c'était déjà cela de gagné. Même si la demeure des Bolton et Winterfell n'étaient pas à côté, au moins cela ferait une bonne balade au cheval ! La demoiselle reporta ses yeux mordorés sur Adrian avant de capter qu'il avait visiblement l'air très intéressé par la hache qu'elle portait à la ceinture. Un nouveau sourire s'étendit sur les lèvres de la jeune femme, elle appréciait toujours de voir des hommes qui aimaient les armes, surtout lorsqu'ils étaient aussi jeunes que lui ! Elle pencha légèrement la tête sur le côté comme si elle cherchait à capter ses pensées, puis s'adressa finalement à lui d'un ton où pointait l'amusement.

     ▬ Je crois que ma hache semble vous séduire, désirez-vous la voir de plus près ? Elle n'est guère plus intéressante que les autres, c'est du simple acier château, elle a été forgée pour convenir à ma taille et ma force, je ne doute pas qu'elle soit bien trop légère pour un homme comme vous deviendrez certainement. »

     Il était encore dans le chemin menant de l'enfance à l'âge adulte et n'avait pas du tout atteint sa taille finale, mais il avait visiblement l'air de pouvoir devenir aussi robuste et fort que tous les habitants mâles du Nord. Il lui faudrait une hache qui était au moins deux fois plus imposante que celle d'Alysane. L'arme ne valait pas grand-chose à côté de Grande-Griffe, l'épée en acier Valyrien que lord Jeor possédait, toutefois la Mormont l'affectionnait tout particulièrement et ses mains étaient habituées à trouver leur place sur son manche. Détournant l'attention du jeune homme, Alysane s'adressa une fois de plus à Maureen.

     ▬ Peut-être accepteriez-vous que je fous accompagne un peu sur le chemin vous menant chez vous ? Je ne voudrais point vous retarder et cela nous permettrait de faire plus ample connaissance si vous le désirez. »

     Autant profiter du chemin après tout, Alysane pouvait les escorter quelques temps avant de rentrer à Winterfell, surtout que les chevaux commençaient à s'impatienter de rester en place alors que leurs maîtres bavardaient entre eux.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maureen Bolton
Noble

Général
Dame de la Maison Bolton de Fort-Terreur



♦ Missives : 518
♦ Missives Aventure : 142
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 08/07/2011
♦ Célébrité : Jaimie Alexander
♦ Copyright : Ann
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Maeve Arryn, Aaricia Bonfrère, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Non determiné
♦ Lieu : DERRIÈRE TOI
♦ Liens Utiles : Lady Maureen Bolton
Vents D'hiver et chant d'été
Nos Lames Sont Acérés
Aptitudes et Intrigues
Succès de Maureen Bolton

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
804/1000  (804/1000)


Message Jeu 8 Déc 2011 - 4:54

Maureen avait plus au moins de bon rapport dans le Nord. Dans le Sud, on se fichait qu’elle soit une Poole ou une Bolton. Elle était une Lady et elle était respectée comme tous les autres. Dans le Nord, son nom trahissait plus que tous ses sentiments envers les Stark. Elle ne les détestait pas et se moquait bien de ce que Lord Beron en pensait. Il le laissait de son propre chef de se forger une opinion d’elle. Elle ne trahirait pas les origines de sa famille. Bizarrement les Stark et les Bolton avaient toujours été une relation haineuse pour un massacre d’un membre de la famille suzeraine. Or rien n’avait jamais été prouvé. Car Maureen avait bien d’autre gout vestimentaire que porter du Stark. Contrairement à la relation Karstark, qui était une branche cousine des Seigneur du Nord, Bolton. Une relation qui perdurait même avec la mort du Lord de Fort-Terreur.

Adrian adressa un sourire complice avec sa quasi mère. Elle se retint de répliquer autrement. Maureen avait éduqué son cousin comme l’avait fait son oncle avait commencé. Le défunt oncle avait toujours veillé à ce que son fils respecte les femmes qui qu’elle soit, quoiqu’elles font. Elle finissait par croire que c’était de là qu’il tirait une certaine fierté que son grand-père n’avait pas toujours.

Il me fait le grand plaisir de vous rencontrer Lady Mormont.

Je ne saurai vous en vouloir. Le Nord est vaste. Nous ne pouvons pas tous reconnaitre les vassaux de Lord Stark.

La Fille de l’écorcheur ébouriffa les cheveux de son cousin faisait sourire son Ser. L’autre homme qui les accompagnait était le chevalier de son cousin. Mais c’était en grande partie Maureen qui s’occupait de son éducation. Elle n’allait pas laissé un homme qui devait connaitre toute les catins du Nord prendre en charge son cousin. Il était peut être le meilleur chevalier de la maison, mais moralement personne ne l’enviait. Puisque rare était les femmes qui ne savaient pas se battre dans cette région, valait mieux s’y faire. Disons qu’être partagée entre le Nord et le Sud lui avaient donné quelques outils pour sa famille.

J’aimerais bien oui.

Pour les rares fois qu’elle voyageait avec lui, elle souriait comme l’aurait probablement fait son père vu sa curiosité. Sa mère avait été une femme réservée sur l’éducation. Elle aurait préféré une Septa à un maitre d’arme. Le Vieux Bolton avait refusé et elle se souvenait aisément des cris dans la maison entre les deux pour comprendre qu’elle devait ne pas enfermer son cousin dans certains principes. Elle le laissa avancer et Maureen retourna vers les trois Ser. Elle s’adressa d’abord au maitre d’arme et ce fut son Ser, un homme âgé, barbe blanche les traits tirés, mais toujours en forme pour une bonne bataille de répondre.

-Il vous faudra trouver une vocation à la hache Ser John, le gamin en est plus qu’impressionner désormais.

-Combien de temps avant qu’il le demande à Lord Bolton?

-À la minute, où l’on met les pieds dans la forteresse.


Légèrement en retrait, Maureen eut un rire. Elle riait rarement, mais son cousin mettait un peu plus de vie dans son cœur froid. Le chevalier eut un mauvais sourire, tandis que les deux autres s’amusaient bien de la curiosité du jeune Bolton. Il fallait que jeunesse se passe et le maitre d’Armes savaient satisfaire le jeune garçon en matière d’arme.

La Bolton était la première a adoré cette acier. Chaque fois qu’elle utilisait l’épée des Écorcheurs, elle avait l’impression qu’elle allait s’entailler elle-même tellement l’acier était dure. Raison aussi pourquoi elle la tenait en apparat et qu’elle en cachait une dans une couture de sa scelle. Un vieux truc de son père. Il avait toujours tenu écorcheuse Aisne. Sauf lorsqu’il n’était pas avec son destrier. Autrement dit, elle ne la quittait pas même si elle s’entrainait avec cette lame pour mieux l’apprivoiser.

S’il …

Accepter au moins de rester à Fort-Terreur. Vous serez loin de Winterfell et le soleil aurait déjà disparu du ciel lorsque vous voudrez faire demi-tour.

Elle n’avait pas commencé qu’il l’avait coupé. Pas de doute, il prenait de l’avance. Par chance le vieux Bolton était Karhold. Du moins, à la dernière nouvelle. Lui aussi avait un don, celui d’être là quand on voulait la paix. Maureen se demandait comment réparer l’erreur de son cousin. D’un coup refuser serait mal vu, mais reprendre son cousin était encore pire d’un point de vue diplomatique. Prise en deux réflexions, elle prit une bonne respiration. Il avait voulu bien faire. Et puis Fort-Terreur n’était pas si terrible. Étouffant à force d’y vivre, mais une nuit ne vous tuait pas ou ne vous condamnait pas.

Fort Terreur ne semble pas si pire que l’on puisse le croire. On nous attribue quelques légendes superflues, mais ce n’est que des racontars. C’est plus prudent que de reprendre la route pour se rendre sur vos Iles ou encore gagner de nouveau Winterfell.

Adrian se ferait un plaisir d’avoir de la compagnie autre que la Fille de l’écorcheur ou son grand-père à moitié sénile par moment. Le vieil homme qui les accompagnait prit la parole suite à Maureen.

Votre monture sera fatiguée, il serait plus prudent de la laisser aux soins de nos palefreniers avant de reprendre la route.

L’invitation était lancée. Maureen ne dérogerait pas. C’était elle en partie qui contrôlait le domaine. Tant qu’il N’Invitait pas le Stark Maureen ne le réprimanderait jamais. Elle avait beaucoup trop de respect pour le gamin. Parfois elle aurait aimé le traité davantage en petit frère qu’en fils. Elle se disait que son caractère tenait les prétendants éloignés et qu’elle aimait cela ainsi. Elle pouvait rester un peu plus temps dans la vie de Fort-Terreur ce qu’elle ne détestait pas en somme. Elle appréciait le Nord, parce que dans le Sud, il ne neigeait pas. La pauvre Maureen se retourna vert le plus âgé des hommes. Elle n’Avait pas besoin de parler pour comprendre ce qu’il voulait lui dire et ce qu’elle pouvait penser. Elle préférait davantage laisser Adrian comme héritier à Fort-Terreur que d’en prendre la responsabilité à tout jamais.

Elle resserra les rênes de sa monture qui piaffait d’impatience de reprendre la route. Elle restait légèrement en retrait, mais ses oreilles écoutaient attentivement ce que le jeune et futur Lord Bolton pourrait dire. Il tenait un bon rythme ce qui ne déplaisait pas à la jeune femme. Elle vit la tête de son cousin dévier de coté et avant même qu’il n’eut dit un mot, elle demanda tout simplement :

À quoi ressemble l’Iles aux Ours?

Une curiostié sans faille.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 8 Déc 2011 - 15:53

     Le jeune garçon était très poli et cela plut d'emblée à la Mormont. Même si elle possédait des manières plutôt rustres et n'était pas franchement digne de son titre d'après certains, elle était tout de même sensible à la politesse que l'on pouvait lui manifester. De plus, un bon lord se devait de savoir s'adresser aux autres nobles, Alysane s'offrait le luxe d'être moins à cheval sur le protocole en raison de sa place dans la fratrie. Elle offrit un sourire aux deux jeunes gens qui se montraient bienveillants à son égard, puis ne pu cacher son amusement lorsque lady Maureen entreprit d'ébouriffer affectueusement les cheveux de son cousin. Il ne rechignait pas, encore une surprise pour la brune qui était habituée aux protestations des personnes avec qui elle agissait comme cela. Finalement, Adrian accepta bien volontiers la proposition de l'Ourse qui ne se fit pas prier. Elle glissa sa main vers le manche de sa hache avant de la détacher pour finalement la tendre au jeune garçon après s'être suffisamment approchée. Inutile de préciser qu'elle lui présentait le manche en tenant la lame pour manifester ses intentions pacifiques.

     ▬ La voilà, bien plus légère qu'une véritable hache de combat comme je vous l'ai précisé. »

     Généralement cela l'embêtait assez de devoir avouer qu'elle ne possédait pas la force d'un homme et que ses armes avaient été faites sur mesure pour éviter qu'elle ne s'épuise trop. C'était sans compter que le manche était beaucoup plus court et fin pour pouvoir lui permettre de la prendre correctement en main. Les cales qui s'y situaient montraient bien qu'elle en usait très fréquemment, ne serait-ce que pendant ses séances d'entraînement avec son frère bâtard. Un échange se fit entre lady Maureen et un de ses accompagnateurs, expliquant que visiblement Adrian semblait prompt à se mettre à la découverte de nouvelles techniques de combat. Un sourire se dessina sur les lèvres gercées de la Mormont qui changea légèrement de position pour trouver une meilleure assise sur sa selle dont elle n'avait plus l'habitude.

     Toujours en retrait, lady Maureen commença à parler, attirant les yeux mordorés de l'Ourse sur elle, mais fut coupée par Adrian qui lança soudain une invitation à son interlocutrice. Il était vrai que la nuit risquait de tomber rapidement si elle accompagnait les Bolton chez eux, mais il n'était pas dans les habitudes d'Alysane de s'imposer chez les autres. Elle avait déjà refusé plusieurs fois de telles propositions car elle ne souhaitait nullement gêner la famille, mais visiblement Maureen devait se douter de ce qu'elle pensait car elle expliqua que Fort-Terreur n'était pas si terrible que cela. Il était vrai que le nom avait de quoi provoquer le doute, mais l'Ourse n'allait pas se faire une idée sur un simple nom, sans compter que le raisonnement de lady Maureen était tout à fait justifié. Pour achever de la convaincre, l'homme qui accompagnait les Bolton lui parle de sa monture et Alysane se laissa aller à hocher la tête d'un air affirmatif.

     ▬ Je crois que vous avez raison, je ne souhaite guère m'imposer et dormir à la belle étoile ne m'effraye pas, mais si vous proposez cela, je ne vois aucune raison de refuser. »

     La jeune femme laissait toujours à ses interlocuteurs la possibilité de retirer leur invitation si jamais un événement imprévu se produisait, elle ne s'en formaliserait pas, vu les manières qu'elle avait certaine fois autant dire que vexer quelqu'un ou être vexé n'était pas trop gênant pour elle. Lady Maureen lança alors une question concernant l'île-aux-Ours et Alysane réfléchit un bref instant tandis que les chevaux reprenaient doucement la route maintenant que les présentations étaient faites. Quelques secondes suffirent à ce qu'elle réunisse ses pensées pour répondre à la curiosité amusante de la lady.

     ▬ Mon île est très semblable au reste du Nord, peuplée d'arbres généralement dénués de feuilles, il y a quelques maisons à des endroits assez improbables. L'île est liée au reste du Nord par un bac qui navigue à toute heure de la journée. Il est assez difficile de bouger je dois l'avouer, le terrain ne comporte pratiquement pas de rocher et la boue est omniprésente, ce qui explique en grande partie mon accoutrement. Certes, Alysane n'était pas une dame qui se promenait en robes, mais même si elle l'avait désiré, la boue de son île natale rendait cela difficile. Nous vivons dans un fort assez grand fait de bois, comme toutes les habitations de l'île en réalité. C'est assez surprenant lorsqu'on ne connait je vous l'accorde. Vous devriez venir nous rendre visite un jour. »

     Les Mormont avaient toujours été très isolés comme ils vivaient sur leur île, Alysane ne rencontrait que très rarement des nouveaux visages et elle était consciente que beaucoup des nobles du Nord avaient peu d'estime pour eux. Ils étaient plus semblables à des roturiers assez riches qu'à des nobles désargentés. Mais cela était égal à Alysane, elle aimait son île et l'avis des autres ne lui importait pas. Son regard allait d'une personne à l'autre alors qu'elle ajouta quelques mots en rigolant légèrement.

     ▬ Et bien évidemment, nous avons beaucoup d'ours ce qui explique notre blason et nos fourrures. »

     Le Mormont ne portait que des peaux d'ours en matière de fourrure, c'était assez gratifiant en y songeant, tuer un ours était difficile et un travail de longue haleine, autant dire que la jeune femme n'était pas peu fière de son blason. Les chevaux marchaient tranquillement et la guerrière s'estima inspirée d'avoir décidé de se promener aujourd'hui, il aurait été dommage de louper une telle occasion, elle aimait beaucoup faire de nouvelles connaissances. Elle aussi curieuse, la Mormont se laissa aller à poser quelques questions innocentes.

     ▬ J'imagine qu'il ne doit pas être aisé d'habiter une demeure portant un nom comme la vôtre n'est-ce pas ? Cela dit vous devez être relativement tranquilles, j'avoue que c'est quelque chose qui me plait assez. Elle sourit d'un air sincère avant d'enchaîner aussitôt. Dites-moi, partagez-vous la passion de votre cousin pour les armes ? Votre maintien me laisse croire que vous avez l'habitude de chevaucher, je me demandais s'il en était de même concernant le combat. »
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maureen Bolton
Noble

Général
Dame de la Maison Bolton de Fort-Terreur



♦ Missives : 518
♦ Missives Aventure : 142
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 08/07/2011
♦ Célébrité : Jaimie Alexander
♦ Copyright : Ann
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Maeve Arryn, Aaricia Bonfrère, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Non determiné
♦ Lieu : DERRIÈRE TOI
♦ Liens Utiles : Lady Maureen Bolton
Vents D'hiver et chant d'été
Nos Lames Sont Acérés
Aptitudes et Intrigues
Succès de Maureen Bolton

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
804/1000  (804/1000)


Message Jeu 8 Déc 2011 - 19:51

Maureen s’Avouait heureuse d’avoir amené Adrian à Winterfell. Il s’avérait avoir beaucoup plus de tact que son grand-père. Malgré qu’il était jeune. Il n’oubliait pas que Maureen ne surveillait. Mais la Dame Mormont avait lancé l’invitation la première. Connaissant le jeune homme, les trois cavaliers savaient à quoi s’en tenir. Elle était habituée à cette curiosité qu’elle ne trouvait pas malsaine. Elle savait que son cousin ferait un bon lord, mais elle devait lui apprendre à rester de marbre parfois. Elle avait juste envie de lui donner ce qu’elle avait eu et reçu de son propre père. Elle avait eu l’impression de se revoir quand elle était aussi jeune. Adrian s’empara de la hache tendu par la jeune femme et regarda sa cousine comme pour obtenir quelques choses. La jeune Bolton lui offrit un sourire.

Elle est aussi légèreté que celle de ma cousine. Elle m’a toujours dit de ne jamais me fier à cela.

Oui les lames plus épaisses et plus lourdes avaient l’avantage que celle des lames légères, mais Maureen n’y croyait pas tellement. Elle savait se battre et esquiver avec justesse. Elle ne s’adonnait pas à des principes parfois faux. Dans tout les cas, elle ne jugeait pas la Mormont. Elles vivaient dans un monde d’homme et faire sa place dans le Nord n’était pas comme dans le Sud. On ne gagnait rien avec les beaux yeux et les regards doux.

Elle avait fait reforgé Écorcheuse, mais elle restait toujours aussi lourde pour elle. En Fait, son père ne lui avait jamais donné des armes très lourdes. Selon lui ce n’était pas l’arme qui faisait la guerrière mais l’intelligence et l’agilité. Tous n’approuvaient pas, mais elle ne se fiait pas à ce que l’on disait. Elle savait une chose, elle était capable de battre des hommes bien plus imposants qu’elle. Elle avait appris à ne pas se fier à la lourdeur d’une arme mais plutôt à son propriétaire. En dehors de Fort-Terreur, elle n’utilisait jamais une épée. Sauf pour se défendre, mais la plupart du temps, elle savait s’y faire ou laissait Ser Mortimer évincer le malandrin.

Les gens sont toujours les bienvenues à Fort-Terreur. Surtout par cette température et puis nous ne sommes pas de mauvais hôte comme le prétend plusieurs rumeurs.

Malgré tout, il n’y avait rien d’exceptionnelle dans la forteresse sauf son propriétaire un peu sénile. Elle ne faisait peur qu’à certains, mais Maureen était parfois convaincu que ce n’était pas la peur, mais plutôt du mépris des Bolton. Il était un peu détestait, elle en était pleinement consciente et ne rejetait la bien à quiconque, mais on avait tendance à les oublier. Elle voyait mal le Stark rester dans son domaine plus d’une heure. Malheureusement, leur réputation entachée depuis des centaines d’années tenaient toujours. À croire que les gens n’arrivaient pas oublié, mais après plus de cent années.

Lorsqu’elle parla de l’ile aux Ours, Maureen se trouva une particularité bien similaire. Du coup elle n’allait pas parler. Elle aimait bien les animaux sauvages. La première en avait apprivoisé jusqu’à ce que Lord Réginald tue la bête de sang froid. Si elle avait appris à chasser et abattre des animaux très jeunes, elle trouvait une partie de cela un peu vulgaire. Plus jeune, elle avait trouvé un bébé loup dans la forêt menant à Karhold. Elle l’avait caché dans une robe pour que Lord Bolton ne le trouve jamais. Elle était habituée à tout ce qu’il détestait. Elle l’avait soignée dans ses appartements pendant plusieurs semaines. Aaron Bolton avait été au courant, mais avait toujours prévenu sa fille que s’il voyait cette bestiole elle terminerait en peau qu’en animal de compagnie. Mais un louveteau n’avait pas envie de rester enfermer. Au terme d’une soirée un homme de la famille avait trouvé la bestiole et l’avait amené dans la grande salle. Ou de son mieux, elle avait essayé protégée son animal. Mais il l’avait égorgé devant elle, provoquant le courroux de sa mère face au vieux Bolton.

Bien évidemment, mais n’allez pas croire que nous avons plein d’écorché là bas, comme sur notre blason.

Elle lui avait offert un petit sourire. Si chaque Blason devait représenter une abondance, Maureen déclinait l’offre de faire partie de cette famille. Elle était membre d’une famille les plus importantes du Nord et des plus méprisé, elle pouvait bien en rire quelques fois, surtout lorsque personne ne pourrait raconter sa mauvaise blague au vieillard de la maison. Elle appréciait en somme de ne par savoir toujours vécu ici. Les terres de l’Orage donnaient un autre sens à sa vie beaucoup plus tumultueuse.

Nous avons rarement des invités à Fort-Terreur. Sauf peut-être Lord Karstark, qui est bien apprécié de la maison. Pour ma part je n’y suis pas toujours. Mais tous les seigneurs du Nord connaissent la haine de mon grand-père, Lord Bolton, envers notre suzerain. Comme vous le remarquerez, je ne m’Affiche pas beaucoup dans le nord. Nous restons habillé de cuir noir et n’affichons pas nos couleurs pour la simple raison de l’opinion de tous.

Le jeune homme s’était concentré sur la route. Surtout parce qu’il était en grande conversation avec le maitre d’arme de la maison Bolton. Maureen ne la suivait pas parce qu’elle était surtout concentrée sur Alysane que sur Adrian. Du moins, il devait parler entrainement avec son Ser et son maitre d’arme.

Je lui ai transmis ce que mon père m’a transmis au déplaisir de ma propre mère. J’excelle beaucoup plus en équitation qu’avec une épée. La raison étant qu’à la mort de ma mère j’ai été partagé entre deux cultures, celle du Nord et celle du Sud. On ne m’a pas retiré mes dieux, mais je ne peux pas toujours être la fille du nord, quand je suis dans les Terre de l’Orage. Je tiens aussi résidence à Pierheaume, le Siège de Lord Gawen Swann.

Le Swann qui était réputée pour être le plus vieux Lord actif de tout Westeros. Maureen se gardait bien de le crier sous tous les toits. La bas, une femme et une épée ne faisait pas bon ménage, même son oncle détestait la voir. Elle faisait donc une halte question de se changer de tenue. Et ce malgré qu’elle préférait ses tenues qu’elle portait dans le Nord.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 9 Déc 2011 - 17:14

     Il était vrai qu'il était généralement préférable de ne pas se baser sur la lourdeur d'une arme pour jauger de sa qualité. Alysane avait souvent constaté que les hommes qui se battaient avec des haches à deux mains pouvaient porter des coups fracassants capables de broyer les os d'un bras, mais elle avait aussi remarqué qu'ils devaient se servir de la vitesse de l'arme pour la maîtriser. Il suffisait de faire quelque chose pour se dégager du champ de l'arme et il était aisé de retourner l'avantage contre l'assaillant. Définitivement, la Nordienne ne pouvait envisager l'idée de troquer sa précieuse hache contre une arme plus grande et plus puissante. Elle sourit aimable à l'attention du jeune homme avant qu'il ne lui rende sa hache pour qu'elle la remette à sa place avec précaution. Alysane se sentait toujours nue lorsqu'elle n'avait pas d'arme sur elle, comme si quelque chose de grave pouvait lui arriver, même lorsqu'elle était entourée d'amis ou de sa famille.

     ▬ Les armes doivent être utilisées avec parcimonie et intelligence comme le dit si bien mon père. »

     Lord Jeor était un combattant honorable pourtant il n'avait jamais semblé apprécier particulièrement de se battre. Alysane n'avait jamais été amenée à tuer quelqu'un bien évidemment, mis à part quelques animaux qu'elle achevait lors de ses chasses, la guerrière n'avait eu que des entraînements pour tout combat. Elle n'était pas hostile à l'idée de devoir un jour tuer quelqu'un, pour tout dire cela lui semblait même le pas à franchir entre l'entraînement et le véritable combat, mais elle comprenait que son père n'apprécie pas cela. Il était trop soucieux de ce que la famille de l'homme ou la femme tuée pouvait ressentir, sa fille était beaucoup plus égoïste et ne songeait jamais aux conséquences de ses actes, lady Jorelle disait souvent que c'était le temps que jeunesse se fasse, mais la brune doutait changer un jour d'opinion. Quoi qu'il en soit, elle avait souvent supplié son père de lui laisser porter Grand-Griffe, mais lord Jeor s'était toujours refusé à l'idée de lui laisser user de l'épée familiale. Un léger soupir passa les lèvres de la jeune femme tandis qu'elle se remémorait ce passage plutôt aigre.

     Elle se concentra alors sur la discussion que lady Maureen relança en expliquant que les invités étaient toujours bienvenus dans leur demeure et qu'ils n'étaient pas de mauvais hôtes. Alysane laissa un sourire s'étaler sur ses lèvres, elle n'en doutait pas une seule seconde. Bien des rumeurs circulaient sur les Mormont ou même les Stark et bien peu étaient véridiques. Autant dire que la Mormont ne prêtait pas franchement d'intérêt aux rumeurs qui circulaient de part le monde.

     ▬ Je n'en doute pas, si cela peut vous rassurer je ne m'intéresse pas aux rumeurs des tavernes, je préfère largement me forger ma propre idée de chaque personne plutôt que de me fier à des on-dit. »

     Tout dépendait de la vision des choses que chacun avait, déjà qu'Alysane ne prêtait jamais foi à ce qu'on lui rapportait des autres régions, elle n'allait pas en prime s'ennuyer à tout écouter sur sa propre région. Lorsqu'on vivait sur une île comme elle, il était logique de se tenir au courant des rumeurs et elle en avait tellement soupé que cela l'agaçait au plus haut point désormais. Lorsque la boutade de Maureen au sujet de son blason vint aux oreilles de Alysane, celle-ci ne pu retenir un rire amusé, c'était plutôt rassurant, même si elle avait difficilement peur l'Ourse n'aurait pas été très enthousiasmée à l'idée de voir des écorchés partout dans la demeure des Bolton, qui pour le coup aurait bien porté son nom.

     ▬ Me voilà bien rassurée ! »

     La conversation dévia alors sur Fort-Terreur tandis que la jeune lady expliquait que seul un lord leur rendait souvent visite, visiblement la réputation des Bolton semblait les précéder. C'était dommage, Alysane appréciait bien la conversation qu'elle entretenait avec la demoiselle et il aurait été agréable de la voir plus souvent. La combattante hocha la tête dans un signe de compréhension lorsque Maureen parla des sentiments de son grand-père vis-à-vis de lord Beron, ceci expliquait cela et pour tout dire, Alysane du s'avouer qu'elle aurait aussi été sur la réserve si elle avait su cela avant.

     ▬ Je crois comprendre, il est vrai que la fidélité à lord Beron est bien souvent le meilleur moyen de se faire bien voir, ou au contraire détester. Je trouve toutefois cela réducteur de vous juger sur ce simple fait, c'est l'avis de votre grand-père, pas obligatoirement le vôtre. Il est dommage de ne pouvoir afficher librement son appartenance à une famille. Mais je comprends. Elle laissa planer quelques instants de silence. Cela dit, ni vous ni votre cousin ne me faites l'effet de ne pas être dignes du Nord, bien au contraire. »

     Généralement lorsqu'une maison était mise à l'écart c'était plutôt difficile à vivre pour ses membres. Alysane était très loin d'être dans ce cas vu la dévotion de sa famille à celle des Stark, mais elle ne se voyait pas snober Maureen pour cette raison. La discussion glissa ensuite vers les armes alors que la lady expliquait à sa consœur qu'elle avait appris à son cousin ce que son propre père lui avait enseigné, bien qu'elle se débrouillait mieux à l'équitation. L'attention de l'Ourse fut attirée encore davantage lorsqu'elle apprit que son interlocutrice était issue d'un mariage avec une femme d'une autre région. Les yeux de la demoiselle se tournèrent aussitôt vers l'autre jeune femme alors qu'elle se renseigna avec intérêt.

     ▬ Votre mère était native du Sud ? Je l'ignorais ! C'est la première fois que je rencontre quelqu'un qui soit issu d'un tel mariage je vous l'avoue, j'avais constaté que les gens du Nord étaient plutôt frileux à l'idée de mélanger leurs enfants avec le Sud. Ce doit être une expérience intéressante j'imagine. Avez-vous aussi opté pour la religion des Sept ? Je vous avoue que la question m'intéresse beaucoup, je reviens d'un voyage dans le Sud et je n'ai malheureusement pas eu de bonnes expériences. Les Terres de l'Orage sont-elles riches en découvertes ? Avez-vous été jusqu'à Dorne lors de ces voyages ? »

     La curiosité de la jeune Mormont ne se faisait que plus vive lorsqu'elle parlait de voyage et de nouveaux horizons. Elle remarqua toutefois qu'elle se montrait très indiscrète et sourit légèrement sur un air d'excuse avant d'ajouter quelques mots.

     ▬ Excusez-moi, je suis très indiscrète, ne vous sentez pas obligée de me répondre, mais les voyages m'intéressent toujours énormément. »
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maureen Bolton
Noble

Général
Dame de la Maison Bolton de Fort-Terreur



♦ Missives : 518
♦ Missives Aventure : 142
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 08/07/2011
♦ Célébrité : Jaimie Alexander
♦ Copyright : Ann
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Maeve Arryn, Aaricia Bonfrère, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Non determiné
♦ Lieu : DERRIÈRE TOI
♦ Liens Utiles : Lady Maureen Bolton
Vents D'hiver et chant d'été
Nos Lames Sont Acérés
Aptitudes et Intrigues
Succès de Maureen Bolton

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
804/1000  (804/1000)


Message Sam 10 Déc 2011 - 12:37

Adrian avait remis la hache à la Mormont et Maureen savait qu’il ne manquerait pas une minute avant qu’il le demande à son maitre d’arme. Ser John arrivait facilement à s’adapter à toutes les armes et tous ses combattants. Du moins, Maureen avait toujours préférée les combats à mains nues. En fait, elle y excellait par sa condition de femme. Elle était beaucoup plus rapide et agile avec ses mains qu’avec une épée. Le seul qu’elle ne fut jamais capable de battre s’était bien son père. L’écorcheur était rusé et savait comment prendre l’Avantage des faiblesses de sa fille.

Le jeune Bolton restait conquis du geste de la Dame Mormont. Elle avait fait en quelques sortes la journée du gamin qui irait que trop vite voir son grand père pour quémander une nouvelle arme pour un nouvel entrainement. Maureen, elle, trouvait cela amusant. De le voir découvrir seul et ne plus lui tendre chaque fois la main. Il osait par lui-même et il savait qu’elle ne resterait jamais bien longtemps a Fort-Terreur. Et que déjà Réginald Bolton prenait ses distances avec les tâches de la maison. Cette invitation lancée plutôt avait été formulée par précipitation, mais elle saurait corriger cela. Il était trop attentif et bien éduqué pour faire un bon Lord Bolton. Maureen avait tout mis ses espoirs pour que son grand-père ne déteigne pas sur le pauvre garçon.

Voila qui ne pourrait être mieux dit, Dame Alysane. Que de sagesse dans ces paroles.

Maureen avait tué un homme une fois. Il en allait aussi de sa propre survie. Il lui avait fallu quelques minutes voir quelques jours, pour refaire le vide intérieur en elle. Elle n’avait pas eu le choix, elle ou lui. Sa vie ou la sienne, elle n’hésiterait pas à recommencer si celle de son cousin devait être en danger. Elle était tout d’abord une femme d’armes avant une Lady. Au désespoir de sa mère défunte. Qui avait bien essayé de préserver sa fille du Nord. À croire que toute les natives n’avaient pas les mêmes priorités que le Sud, pour leur enfant. Maureen avait gagné la beauté de sa mère, mais le tempérament chaotique de son père. C’est un peu la raison pourquoi on la surnommait souvent la Fille de l’Écorcheur entre les murs de Fort-Terreur.

Elle se vit satisfaite de savoir que la Dame de l’ile aux ours ne s’intéressait pas aux rumeurs quelle qu’elle soit. La jeune fille de l’écorcheur préférait les gens ainsi. Dans le Sud sa famille était peu connue, elle se permettait de l’afficher un peu, mais dans le Nord, elle n’osait pas. Elle avait été habituée à être regardé avec dédain a cause de son nom. Et de cause, il n’était pas un homme très facile ce Lord Bolton. Surtout depuis la mort de ses deux fils que lui avaient ravi les dieux.

Disons que la fidélité envers Lord Beron est une chose, mais que mon grand-père en est une autre aussi complexe. Il a sa part de responsabilité. En fait, il croit au plus sombre légende de la famille ce qui donne à notre famille un petit gout amer chez certain vassaux de Lord Stark. J’essaie de ne pas envenimer le terrain lorsque ce sera Adrian qui prendra le rôle de Lord de la famille.

La discussion s’enchaina, et Maureen la préféra de loin que de parler de sa relation envers son suzerain. Elle était moins chaotique. Oui c’était bien rare, elle n’était pas issu de deux familles nordienne comme son cousin l’était. Son oncle avait épousé la fille d’un seigneur des montagnes et Aaron Bolton avait préféré un autre genre de vie, avec son épouse. Il avait longtemps voyagée et un de ses voyages l’avait mené dans les Terres de sa mère. Qui avait fait le charme a qui, Maureen ne le savait pas. Mais sa mère aurait été de la même trempe qu’elle était si elle aurait passé sa vie dans le Nord.

C’est plutôt rare, je l’avoue. Mon père adorait voyager quand il était vivant. Il a rencontré ma mère dans les Terre de l’Orage. Mon grand-père est aussi Lord Gawen Swann de Pierheaume, tout près de Dornes. Ma mère s’Est pliée à nos dieux, même si au profond d’elle elle priait les siens. Mon père m’a laissé ce choix. Disons que j’ai opté pour les deux et je m’efforce de bien le faire pour le bien des deux familles. J’y ai été qu’une seule fois, mais j’étais très jeune. En fait, mon grand père tenait à me faire voir du pays. Chaque année après la mort de ma mère, je passais la moitié de l’année dans l’Orage et je revenais sous bonne escorte de Ser Mortimer dans le Nord, pour le restant. Et votre mère, elle est du Nord?

Elle avait toujours trouvé cet accord étrange, mais Lord Swann avait toujours aimé l’enfant qu’il avait eu. Revoir Maureen semblait un souvenir qui le torturait parfois. Isabel Bolton aurait faite une bonne dame du Nord. Elle avait le gout de l’Aventure et elle n’avait pas froid aux yeux. En fait, son père était tombé complètement sous le charme d’une femme autoritaire et aventurière

Le sud est très loin de ressembler au Nord. Du moins, pour l’instant je ne suis qu’allée que dans le Conflans, à Port-Réal. Pierheaume est ma deuxième maison que je connais le royaume des Baratheon presque par cœur, car si mon grand-père du nord est méprisé un peu de son suzerain et pour cause, mon grand-père de l’Orage est bien aimé par sa sagesse.

Chose que l’impulsif Bolton n’avait pas qu’à demi, pour avoir nommé sa petite fille à même titre que lui, le temps qu’elle trouverait un mari, disait-il. Ce qu’elle n’avait pas envie pour l’instant puisque personne n’arrivait à la supporter plus de que quelques jours. Et qu’elle n’épouserait jamais un homme qui voulait la remettre à sa place et lui imposer un choix de vie qu’elle n’aimait pas. Elle était une femme de maison et non une guerrière, mais elle aimait être libre de ses choix. Elle n’était pas comme sa mère qui malgré tout s’était toujours pliée à son père en publique.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 11 Déc 2011 - 13:18

     Les chevaux marchaient tranquillement, il était vrai que cela restait tout de même assez agréable de pouvoir se promener sans devoir garder les yeux rivés sur le sol afin d'éviter de se prendre les pieds dans une racine fourbe. Alysane penchait légèrement vers l'avant afin de soulager son fessier qui commençait à souffrir de la position assise sur cette selle de cuir trop dure à son goût, une mauvaise tenue qui n'aurait pas manqué de faire grogner son père de dépit. La Mormont hocha la tête d'un air compréhensif alors que son interlocutrice continuait de parler, elles se ressemblaient sur certains points, chose qui n'était pas pour déplaire à la guerrière qui ressentait bien trop souvent l'impression d'être un cas spécial à dissimuler aux yeux des autres. Oh, ses parents n'avaient pas honte d'elle, mais disons simplement que la demoiselle était consciente de ne pas être la fille rêvée et lorsqu'elle regardait Maureen, ce sentiment se faisait encore plus fort.

     Un léger soupir passa la barrière de ses lèvres alors qu'elle le dissimula sans peine en soufflant sur une mèche qui passait devant ses yeux, elle ne souhaitait pas avoir l'air de s'ennuyer en compagnie de la Bolton, ce qui était totalement faux bien évidemment. Alysane jeta quelques coups d'œil attentifs à son interlocutrice tandis qu'elles parlaient, Maureen lui apparaissait comme un juste milieu entre la femme qui ne se laissait pas marcher sur les pieds et la dame féminine. Comme Maege, elle avait su trouver le juste milieu, à défaut d'Alysane qui était tombée dans l'excès et ressemblait davantage à une sauvageonne ou à un homme qu'à une lady. La jeune femme chassa tout cela de ses pensées, bien décidée à ne pas laisser ses cas de conscience prendre le sujet, puis elle répondit d'un ton léger aux paroles de la Bolton.

     ▬ Je suis persuadée que votre cousin s'en tirera très bien, surtout s'il vous a à ses côtés. Je ne vous connais malheureusement pas assez pour pouvoir être fiable, mais le peu que j'ai échangé avec vous-même et Adrian, je crois avoir compris qu'il n'était pas homme arrogant. Et tout le monde sait que l'arrogance mène à la perte. Il fera un bon lord. »

     Elle disait cela d'un ton assuré comme si elle avait déjà réussi à comprendre le jeune garçon en seulement quelques minutes. Maureen pouvait bien la trouver sotte de s'avancer de la sorte, mais disons que la jeune femme avait tendance à trop se fier à ses pensées et à sa première impression. Adrian avait été poli, ne l'avait pas jugée et s'était intéressé à ses armes, des choses qui plaisaient beaucoup à la brune et provoquait forcément un certain respect chez elle. Malheureusement comme le disait souvent son père lord Jeor, un bon combattant ne faisait pas un bon lord. Adrian devrait apprendre la diplomatie et le protocole, chose qui faisait franchement défaut à la Mormont.

     Les chevaux s'engagèrent sur un nouveau chemin alors que les yeux mordorés de la jeune femme se tournaient vers les hommes du groupe qui discutaient tranquillement ensemble, puis elle en revint à la jeune lady qui répondait à sa question concernant ses origines. Alysane enviait presque son homologue, cela devait être très intéressant de posséder plusieurs origines, la mère de la brune était aussi native du Nord et la jeune femme n'avait jamais rencontré ses cousins et cousines, trop isolée qu'elle était sur son île. L'Ourse écouta attentivement ce que la Bolton lui expliquait et son attention s'accentua davantage lorsqu'elle entendit le nom de Dorne glissé dans la conversation. Finalement, lorsque la lady glissa une question dans la conversation, Alysane hocha la tête, l'esprit plein de questions plus intéressantes les unes que les autres – du moins de son point de vue – puis elle répliqua finalement en souriant légèrement.

     ▬ Oui, elle est née au sein de la famille Cerwyn, je ne suis jamais allée rendre visite à mes cousins et mes cousines, je dois avouer que je vous envie quelque peu, cela doit être très agréable de voyager pour apprendre à connaître sa famille. Un légère pointe de regret filtrait dans sa voix alors qu'elle enchaînait. J'ai rencontré une Dorienne lors de mon passage à Port-Réal, elle m'a brièvement parlé de sa religion, mais je dois avouer que cela m'a presque donné envie d'en savoir plus sur les Sept et les autres. J'imagine que vous devez avoir une vie très remplie à vivre ainsi entre deux familles et à apprendre différents modes de vie. »

     Cela expliquait peut-être aussi le fait qu'elle sache aussi bien faire l'équilibre entre une dame suffisamment femme pour plaire, mais pas au point de s'écraser devant les hommes. Décidément, Alysane n'aurait jamais envisagé que ce soit possible, une petite pointe de jalousie lui titilla le cœur avant qu'elle ne la chasse rapidement. C'était idiot d'être jalouse des origines d'une personne qui n'avait jamais choisi ce qui lui arrivait tout de même ! Encore une fois, elle pensa à Jorah, lui était le plus à plaindre avec son nom, il lui était même refusé le droit de s'appeler Mormont. Elle baissa les yeux vers la crinière de sa monture pour masquer son troubler avant de répondre à ce que Maureen lui disait.

     ▬ Je suis passée à Vivesaigues, j'avoue avoir été assez surprise par ce que j'y ai vu. Et entretenez-vous beaucoup de relations avec les nobles des autres régions du coup ? Les Baratheon, voilà un nom pour le moins populaire, j'avoue toujours m'être demandé en quoi ils étaient différents des Lannister ou même des Targaryen. »

     Alysane méprisait les nobles qui se sentaient supérieurs aux autres, les Stark étaient humbles et elle avait beaucoup de respect pour eux, un peu comme les Martell qui refusaient de porter le titre de Roi alors qu'ils en auraient eu le droit à une époque. Opter pour un titre de Prince à la place n'était pas rien et à ses yeux, c'était le signe d'un manque d'arrogance très appréciable. Si les noms des grandes familles pouvaient impressionner certains, ils laissaient Alysane de marbre et elle ne s'en dissimulait pas. N'avait-elle pas été menacée par le lord commandant de la garde royale en personne sans que cela ne la gêne pour autant ? Le protocole n'était réellement pas sa tasse de thé. Une question titillait la demoiselle qui lâcha finalement quelques mots à l'attention de Maureen.

     ▬ Dites-moi, avez-vous beaucoup d'intérêt pour la naissance des gens ? Je veux dire, peut-être que votre position vous permet de moins être à cheval sur les bâtards et les autres règles à ce propos ? »

     Chez les Mormont, une femme pouvait enfanter sans être mariée, le seul point important était d'avoir une descendance, mais visiblement cela n'était pas aussi bien vu chez certains autres nobles, raison qui poussait lady Jorelle à conserver la vertu de ses filles tant qu'elles ne trouveraient pas d'époux. Alysane appréciait beaucoup son bâtard et espérait toujours pouvoir un jour croiser quelqu'un qui serait de son avis à ce niveau. Elle observa Maureen, serait-ce son cas ?
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maureen Bolton
Noble

Général
Dame de la Maison Bolton de Fort-Terreur



♦ Missives : 518
♦ Missives Aventure : 142
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 08/07/2011
♦ Célébrité : Jaimie Alexander
♦ Copyright : Ann
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Maeve Arryn, Aaricia Bonfrère, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Non determiné
♦ Lieu : DERRIÈRE TOI
♦ Liens Utiles : Lady Maureen Bolton
Vents D'hiver et chant d'été
Nos Lames Sont Acérés
Aptitudes et Intrigues
Succès de Maureen Bolton

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
804/1000  (804/1000)


Message Lun 12 Déc 2011 - 4:14

Maureen n’eut qu’un sourire. Elle avait toujours été heureuse d’une chose. Elle avait fait un bon travaille. Du vivant de sa mère, Maureen avait eu un petit frère. Ethan Bolton avait eu la chance d’avoir une grande place dans le cœur de son frère et sa femme. La sienne étant morte en lui donnant ce qui était aujourd’hui le seul héritier de Fort-Terreur. Quand sa mère décéda suite à une autre grossesse qui ne laissa qu’Adrian dans la liste des héritiers ce fut Maureen qui fut accablée de cette tâche. Du moins, elle avait toujours veillés sur lui. Quand il était malade ou quand il se blessait. Elle se souvenait quand il était plus jeune de l’avoir pourchassé dans la demeure parce qu’il lui avait piqué sa lame. Le pauvre s’était enfargé et s’était coupé. Elle n’avait pas trouvé à lui en vouloir. Elle l’avait pris dans ses bras et l’avait consolé. Elle était certaine d'une chose : elle était une mère pour lui.

Elle avait eu un regard complice avec lui, ainsi que le vieil homme qui les accompagnait. Malgré son éloignement de Fort-Terreur, elle avait toujours eu une âme vaillante pour veiller sur elle. Elle était certaine d’une chose, elle appréciait les dire de la Mormont. Elle essayait de chercher tout les options pour en faire un bon Lord. Juste et fidèle.

Je vais prendre le tout comme un compliment. Ma mère lui a offert l’affection qu’elle ne pouvait partager avec un autre enfant et quand elle est morte, Adrian n’avait que son père et moi. Je l’ai toujours considéré comme un petit frère que je n’ai jamais eu. Pour lui je suis une mère et je m’y fais à l’idée. J’ai toujours respecté les gens comme ils le sont et voient leur vie. Je veux simplement qu’il fasse ainsi. Un Lord juste et fidèle. Je ne serais pas toujours près de lui. Il doit apprendre par lui-même.

Maureen aimait bien le Nord, mais ses deux familles avaient la ferme intention de vouloir la marier. Par contre, elle n’était pas de ses femmes qui savaient se laisser faire si facilement. Quand elle voulait, elle se pouvait compliquer. Elle était habituée à ce genre de jeu. Les hommes du sud préféraient davantage les femmes sans armes. Elles étaient moins dangereuses ainsi. Maureen savait parfaitement se défendre.

Le plus dur est de n’offenser l’un ou l’autre. Ce qui est permis ici ne l’est pas nécessairement la bas. Du moins, Lord Swann aime bien quand je fais rager mon oncle sur mon accoutrement ou le fait que je porte une épée. En fait, parfois je me demande ce qui l’agace vraiment puisque Lord Swann s’amuse de me voir le faire sortir de sa solitude. Je reprends la route parfois quand je sens que j’ai besoin de changer d’humeur. Je me plis par respect à leur coutumes, mais les Anciens sont mes dieux avant tout.

Autant dire qu’il faisait parti de la même clique. Les Baratheon étaient liés au Lannister par un mariage et que lorsque vous tentiez de traverser par le Bief, on n’entendait encore parler des Lannister. À croire qu’il était partout, sauf dans le Nord, encore une chance. Elle ne supportait pas les histoires qui venaient en partie de l’Ouest. Bien que Gawen Swan fût un homme conservateur, elle savait qu’elle n’avait nul autre choix de comprendre cet homme. Cet homme éprouvait une certaine affection pour le Lord du Bief

Qu’ils soient Targayen, Arryn, Lannister, Tyrell et Baratheon, cela sent que les problèmes, selon moi. Enfin cela est mon simple avis. Je suis passée une fois par le Conflans et me voila une région bien plus sympathique que le reste, mais j’avoue ne rien connaitre de leur Suzerains les Tully. Je préfère davantage les relations entretenues entre les petits vassaux. Ils sont avares de pouvoir.

On dirait entendre grand-père. À la différence que lui les détestent tous. Ce sont des nobles comme tout le monde. Comme Lord Stark …

Tout doucement et sans brusquer, elle répliqua :

Très cher petit Lord, sachez que la différence est bien plus flagrante entre notre seigneur suzerain que ceux du Sud. Et que si un jour tu dois en rencontrer un fais moi au moins la promesse de ne pas les abaisser à des « nobles comme tout le monde ».

Malgré qu’elle apprécie peu Beron, elle n’était pas prête à le confronter à l’image des autres Lord Suzerains. Elle n’avait pas le temps de courir les problèmes. Il était vrai, qu’elle ne parlait peu des voyages qu’elle effectuait, mais parfois, elle préférait cent fois l’image du Seigneur du Nord que les autres.

Et Maureen pouvait dès lors en nommer plus qu’un. Les Lonbec, le fils des Estremont qui avait fait halte plus qu’une fois à Pierheaume. Elle n’oubliait pas les Dondarrion ou encore les Caron. Elle n’avait pas de relation avec les maisons mineures et cela lui plaisait tout autant. Elle était autant habituée dans le Nord. Elle avait côtoyé les Karhold pendant plusieurs années. Les enfants de la Veuve aussi. Du moins, elle n’avait pas eu de regret. Elle avait bien vécu ses jeunes années séparées de son père. Tant qu’elle était en sécurité, Aaron Bolton n’aurait jamais laissé intervenir son propre père.

Avant de répondre, elle proposa une course à son jeune cousin. Le premier arrivé aux collines solitaires. Elle marqua le départ mais ne décolla pas en flèche comme le fit son cousin. Elle préféra éclater de rire. L’un des hommes avaient suivi son écuyer dans sa course tandis que les deux autres vinrent se placer près d’elle.

Vous êtes convaincante, Dame Maureen. Sauf qu’il verra votre supercherie

Il ne m’en voudra pas.

Habituellement ils traversaient au triple galop. Elle avait envie simplement de prendre le temps et d’admirer ce qu’elle n’avait jamais fait. La question qui suivit surprit la jeune Bolton. Elle était habituée de côtoyer des gens, mais elle avait un avis plutôt bizarre. Lord Bolton aurait préféré un autre genre. L’un des meilleurs hommes de Fort-Terreur était un de ses batards.

Mon grand-père a deux batards. Mais la n’est pas la question. Je considère les gens d’abord par ce qu’ils sont. Je me fiche éperdument qu’ils soient batard noble ou paysan. Tant qu’ils sont des hommes honnêtes et de grande valeur, il n’y a que cela qui m’importe vraiment. Et vous Dame Mormont? Quel est votre avis sur cette question ?

Elle avait toujours considéré son arme d’arme comme le seul ami qu’elle avait réellement. Elle s’entendait bien et elle se fichait éperdument qu’il soit batard, tant qu’il ne la trahirait pas, elle le traiterait avec égard.



Un homme nu
n'a  guère de secrets,
mais un homme écorché
n'en a plus un seul


-Roose Bolton-
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 14 Déc 2011 - 13:32

     Les paroles de Maureen encourageaient quelque peu la Mormont, visiblement la jeune femme ne semblait pas considérer que les liens du sang étaient plus important que ceux que l'on se forgeait avec le cœur. Alysane avait beau savoir que son demi-frère n'était pas aussi proche d'elle que ses autres sœurs, pourtant elle éprouvait largement plus d'affection vis-à-vis de Jorah que de Maege par exemple. Du moins, ce n'était pas le même sentiment, les autres Mormont étaient toutes adorables et l'Ourse les aimait beaucoup, mais elles ne lui ressemblaient pas et bien souvent la jeune femme se trouvait plus de points communs avec son bâtard de frère. Hochant la tête, la Mormont écouta en silence ce que son interlocutrice lui disait, Adrian était plus considéré comme un petit frère que comme un cousin et c'était une bonne chose. S'il n'avait plus de famille, le jeune garçon aurait bien besoin d'une sœur ou d'une mère de substitution sur qui compter. Alysane était bien placée pour savoir que l'on ne se passait jamais d'une famille et qu'il était plus difficile de traverser certaines épreuves en étant seul. Quoi qu'il en soit, la Bolton avait raison, son cousin ne pourrait pas en permanence compter sur elle, mais au moins aura-t-il appris quelques bases importantes à ses côtés.

     ▬ C'est plus souvent le début d'une vie qui compte et il aura été bien aidé à ce niveau. »

     Il n'était pas aisé de faire changer un homme mûr d'avis, la demoiselle l'avait rapidement compris en grandissant lorsque certains nobles de l'âge de son père refusaient d'envisager qu'une femme puisse combattre comme un homme. Et pourtant, ils se disaient Nordiens donc plus à même d'apprécier ce genre d'originalité, que des fadaises oui ! La guerrière avait rapidement cerné le problème des hommes d'un certain âge, ils étaient persuadés de tout connaître et tout savoir et ne pensaient pas pouvoir avoir tort face à une jeune lady de son âge. Au moins Adrian aura-t-il été élevé directement dans la bonne optique. C'était un peu bête, mais souvent l'Ourse se disait que si elle était amenée à avoir un jour un fils, elle se débrouillerait pour le formater et le modeler à sa guise, respectueux des femmes guerrières et excellent combattant. L'idée la réjouissait presque, mais elle chassa ses pensées pour se concentrer sur la discussion.

     La vie entre deux région ne semblait pas être très facile, Alysane avait souvent pensé que ce devait être le cas, notamment avec le Nord et une région du Sud, les paroles de Maureen ne faisaient donc que confirmer ces doutes. Offenser un noble, c'était une chose tellement aisée d'un côté, il semblait que cela soit propre aux hommes de noble lignage, et même aux femmes pour tout dire, combien de fois l'Ourse avait-elle manqué de déclencher un incident diplomatique pour une parole malheureuse ? Les jeux de faux-semblants n'étaient pas pour la Mormont qui préférait parler franchement, trop franchement même certaines fois de l'avis de certains. A la fin de l'explication de la jeune lady, son homologue hocha la tête en silence, détournant ses yeux dorés de son visage pour les promener sur les environs et admirer le paysage.

     ▬ Je veux bien vous croire, il semblerait que bien peu de personnes soient aptes à tolérer une femme armée. Mais je dois avouer être heureuse d'apprendre que vous considérer nos dieux comme les vôtres. »

     Maureen lui faisait l'impression d'être une femme « comme il faut » et vu la réputation des femmes du Nord, il était bon de voir le niveau relevé grâce à de telles personnes. D'un côté, Alysane ne pouvait en vouloir aux étrangers de voir les Nordiennes comme des sauvageonnes, lorsque l'on croisait Deana ou Alysane l'on était en droit de se poser des questions, mais d'autres femmes comme Maureen ou Maege étaient plus que capables de remonter l'estime des autres. La brune écouta la suite de la discussion avant de rigoler légèrement en opinant vigoureusement du chef. Elle s'esclaffa.

     ▬ Vous savez, c'est bien à cause du pouvoir que je préfère souvent la proximité des roturiers si dénigrés. Ils ont une bien meilleure conversation que beaucoup de nobles. Cela dit, j'ai croisé le maître d'armes des Tully, l'oncle de l'actuel lord pour être exacte, il a une grande affection pour le Nord et m'a semblé digne de confiance. »

     La jeune femme se remémora rapidement sa dernière rencontre avec ser Dezial, un homme comme bien des femmes devaient rêver, mais qui était toutefois très différent de deux du Nord. Il faisait preuve de délicatesse et de tact et ne raillait jamais la guerrière, habituellement les hommes du Nord étaient plus... Expéditifs. Elle avait apprécié ce changement, bien qu'elle ignorait sincèrement si elle serait capable de supporter une telle personne au quotidien. Avec un caractère aussi affirmé que le sien, c'était chose compliquée que de trouver des personnes capables de la tolérer.

     Adrian se mêla alors de la conversation pour donner son avis sur ce qu'elles disaient et un sourire se dessina sur les lèvres de la Mormont lorsqu'elle entendit Maureen lui répliquer d'une manière qui ne laissait aucune possibilité de contester. C'était une femme de poigne d'une autre manière que l'était Alysane, mais cela ne signifiait pas que sa technique était moins efficace, au contraire. Le jeune garçon fut alors défié par la lady qui le regarda partir au galop avec son cheval alors que les hommes restant avec les deux jeunes femmes complimentaient la Bolton sur ses capacités à berner les autres. Le jeune héritier avait aussi l'air de bien aimer galoper, il n'avait certainement pas été difficile de le faire partir aussi rapidement, mais c'était très amusant il fallait l'avouer !

     Finalement lorsque la discussion revint sur la question d'Alysane, celle-ci détourna ses yeux de la silhouette d'Adrian qui s'éloignait au loin, pour la poser sur le minois de son homologue. Ainsi donc elle considérait les gens pour ce qu'ils étaient et non le nom qu'ils portaient ? C'était une bonne nouvelle, sans compter qu'elle ne semblait guère connaître les Mormont, peut-être que cela lui aurait permis de lui faire rencontrer Jorah sous un bon angle ? Non, il était tellement sincère, son frère bâtard aurait toujours refusé qu'elle puisse le présenter comme son véritable frère. Quelques secondes de silence passèrent après la question de l'Écorchée et la brune répliqua finalement d'un ton sérieux.

     ▬ Le même que le vôtre il me semble, mon grand-frère et un bâtard que mon père a eu avec une paysanne du Bief. Je le considère toutefois comme plus proche de moi que mes autres sœurs et cela choque fréquemment nos visiteurs, voir même ma mère. J'ai toujours pensé qu'ils étaient comme nous et que la faute de leur père n'avait pas le droit de leur retomber dessus, ce serait comme de reprocher à un Lannister de ne pas naître blond ne pensez-vous pas ? »

     Bien que la rumeur disait qu'un bâtard portait obligatoirement la tare de l'infidélité de son père, la demoiselle n'y croyait pas une seule seconde. Après tout les Mormont était bien différents des autres, si elle le souhaitait, Alysane n'avait nullement besoin de se marier, il lui suffisait de donner naissance à des descendants pour que son honneur soit sauf, seulement sans être mariée, ils seraient forcément bâtard aux yeux des autres. Pourtant cela ne choquait personne, c'était devenu quelque chose de normal dans la vie de sa famille et l'enfant d'une Mormont serait obligatoirement légitime, de quoi surprendre et poser le trouble en un sens. La jeune femme inspira légèrement avant de reprendre.

     ▬ En vérité, je pense même qu'ils sont plus méritant que nous, j'ai constaté que mon frère faisait plus d'efforts qu'un homme normal, tout cela pour rattraper une faute qui n'est pas la sienne, au final je crois qu'ils sont comme nous, les femmes guerrières. Ils luttent contre des idées reçues. Je suis heureuse de savoir que vous êtes de mon avis voyez-vous. »
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maureen Bolton
Noble

Général
Dame de la Maison Bolton de Fort-Terreur



♦ Missives : 518
♦ Missives Aventure : 142
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 08/07/2011
♦ Célébrité : Jaimie Alexander
♦ Copyright : Ann
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Maeve Arryn, Aaricia Bonfrère, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Non determiné
♦ Lieu : DERRIÈRE TOI
♦ Liens Utiles : Lady Maureen Bolton
Vents D'hiver et chant d'été
Nos Lames Sont Acérés
Aptitudes et Intrigues
Succès de Maureen Bolton

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
804/1000  (804/1000)


Message Jeu 15 Déc 2011 - 5:26

Maureen ne cracherait nullement sur la complicité qu’elle eut avec ce petit garçon haut comme trois pommes. Elle avait toujours eu de l’affection, même si grâce à lui, elle avait été reléguée au second rang pour Réginald Bolton. En grandissant, elle avait compris que cet homme ne vivait que pour lui –même. Si Maureen avait échouée en quelques parts, dans l’attitude de son cousin, elle ne s'en tenait pas responsable, mais son grand-père oui. Il avait une manie de présenter les choses qui vous donnait froid dans le dos. Maureen n’en disait pas plus. Il était un peu devenu sénile avec le temps. Il avait souhaité sa mort, trop de fois, pour qu’elle lui fasse entièrement confiance.

Du moins, j’ai fait de mon mieux, j’espère d’avoir fait de mon mieux pour en faire un bon Lord. Pour le reste, je ne m’en tiendrais pas responsable. Son père avait toujours clamé qu’il y avait qu’une chose que Bolton ne pouvait supporter c’était un loup. Le reste, les femmes guerrières et tout, cela ne dérangeait point les membres de la famille. Les loups étaient proscrits de la demeure. Maureen se souvenait que trop bien ce qu’il avait fait devant elle, lorsqu’elle avait adopté son propre louveteau. Il avait fini sous une lame acérée et devant elle. Elle n’avait pas supporté l’image et le supportait encore moins aujourd’hui. En fait, c'était aussi le début de la longue confrontation entre sa mère et son beau-père. L’un n’avait jamais aimé l’autre. Il avait préféré mariée une sudiste à une Nordienne comme son frère cadet. Si les gens du Nord avaient du caractère, il en valait de même pour les gens du Sud. Un éternel combat qui finit par terminer avec la mort de sa mère. C'est même à cette époque que Maureen avait cessé de croiser le regard de son aïeul. Elle ne supportait pas cet affront fait.


On m’a laissé le choix et j’ai choisi par moi-même. Malgré qu’on me le fait pressentir, Lord Swann a toujours accepter mes choix et ne les a jamais contredit. Il comprenait mon attachement au nord. Ceci dit, mon oncle n’avait jamais supporté qu’une femme soit armée ou arrive même à désarmer son fils. Même du temps que ma mère vivait, je m’amusais avec les armes de mon père. Lors des banquets donnés je provoquais les garçons et j’arrivais à les surpasser dans le moindre effort.


Lorsqu’elle lui parla des Tully, elle ne se senti qu’à demi interpellé. Elle ne restait que rarement dans le Conflans. Elle s'y était rendue une fois et elle n’en connaissait plus la raison. En fait, tout cela pour dire qu’elle avait assez d'être fidèle à son propre suzerain que les autres, elle se moquait éperdument qu’il soit riche ou qu’il possédait les plus beaux jardins. Elle les trouvait plus pathétique qu’autres chose. Elle avait l’impression parfois d’être au milieu de gamin, du genre mon cheval est plus gros que le tien …


Je vous approuve tout autant. Certains nobles sont parfois plus irritants et je dirais davantage dans le Sud. Leur hautain me donne parfois envie de les remettre à leur place. Heureusement, j’ai eu le privilège d’en rencontrer quelques qui ne le sont pas.


Quoi d’autre. En dehors de Pierheaume elle redevenait la Maureen Bolton que le Nord connaissait. Sinon, elle était plus posée quand elle jouait le rôle de Lady. Mais elle devait se l’avouer, avoir été imposée à deux modes de vies complètement différents l’un de l’autre lui avait plu. Sa curiosité en avait eu de cœur à joie à se satisfaire.

La suite la fit sourire. Enfin, les batards n’étaient pas des gens mauvais. La plupart vivait dans la haine des autres, mais lorsque ceux-ci avait de l’affection et qu’ils n’étaient pas traités comme des chiens, ils étaient plutôt et voir même encore plus agréable. Elle ne supportait pas les deux bâtards Bolton et pour cause qu’eux-mêmes ne rêvaient que du jour, ou ils lui mettraient une raclé. Ceux la, elle les considérait comme plutôt mauvais. Sinon, elle offrait la chance au coureur. Elle était personne pour juger réellement


Je ne suis personne pour juger les batards. Tant que je ne me crois pas en danger je n’éprouve rien d’autre que de la sympathie. On les accable déjà de surnom, même quand leur vie semble plus honorable qu’un noble parfois.


Maureen avait toujours préférée les hommes d’honneur qu’ils soient nobles ou paysan, légitime ou batard. Elle n’accordait que son jugement sur la profondeur de l’âme. Les intentions étaient parfois plus bavardes que les titres eux-mêmes. Continuant sa discussion, elles avaient atteint les collines ou se trouvait déjà l’héritier de Fort Terreur. Il fallu quelques heures pour atteindre la forteresse des Bolton. Maureen pesta dès son arrivée. Le vieillard était de retour de Piéleger.

-Ne devait-il pas rester quelques jours dans le domaine du Lord de Piéleger?


-j’AI bien de peine à croire qu’il est rentré bien avant. À sombre regret, je dois bien l’avouer.



Maureen était certaine qu’il y restait encore quelques temps. Elle regarda son cousin avec les bras chargée de sa petite bestiole de loup. Sans y comprendre, le petit les avait suivit pendant leur voyage. Adrian s’était épris de cette petite bête qui avait du être un loup. Elle attrapa le loup qui tentait de fuir vers l’intérieur, par le col et le prit dans ses bras avant d’ouvrir sa sacoche d’un élan de protestation d’Adrian. Elle ne le maltraiterait pas, elle le sauverait.


Tu veux qu’il vive, alors écoute moi bien. Tu ne tardes pas tu lui donnes du lait et quelques choses pour le nourrir et tu refermes et verrouilles ta porte. Je ne le protégerai pas constamment.


Il acquiesça et elle lui remit le sac avant de le vouloir filer dans la sombre demeure. Fort-Terreur était un endroit comme presque partout dans le Nord. À la différence de ses grosses pierres et son qui donnait parfois froid dans le dos, même pour l’homme le plus courageux. Maureen incita Alysane à laisser sa monture au palefrenier qui s’en occuperait comme toute les autres bêtes de la maisonnée. À elle seule, elle possédait trois bêtes, alors qu’elle en utilisait qu’une seule. Elle fit signe à son invité de la suivre et elle profita de la quiétude de la maison pour s’enfermer dans un petit salon, ou elle pourrait discuter à sa guise avec la jeune femme.

Les murs étaient froids, malgré la chaleur de la canicule. Les teintes des draperies rougeâtre et sombre, tirant parfois sur la décoration noir donnait surtout l’ai d’un château, malfamés. Elle n’avait pas encore ouvert la bouche que le son terrible d’une canne martelant le plancher s’approchait. Il suffisait de rester calme et de bien respirer.

Il était plus que temps que tu rentres!


Je suis aussi agréablement heureuse de vous revoir. Votre voyage s’est bien passé.


Quoique tu en penses, tu t’en fiches, Maureen. Quel chien du Nord tu nous ramènes cette fois.


Un peu de respect, Dame Alysane est la fille de Lord Jeor Mormont de l’Ile au Ours.


C’est ce que je disais, un autre


Suffit!


La jeune femme planta son regard meurtrier dans celui du vieillard qui amusée de la faire crier se mit à marmonner des paroles contre la Mormont. Tout le monde savait que le vieux Bolton était devenu quelque peu sénile avec le temps. Rien de très mouvementé, mais quand il s’y mettait, Maureen devenait verte de rage. Elle voulait tout simplement l’assassiner.


N’écouter pas ce qu’il dit, il est devenu avec le temps un peu fou.




Fou toi-même, ce sont tous des rats
, marmonnait-il en prenant la direction de la sortie.

Maureen referma son esprit et ne manqua pas de pester.


Veuillez pardonner ses paroles offensantes envers votre famille. Je ne veux surtout pas que nous soyons en mauvais terme.


Elle avait assez de supporter cet homme, un incident diplomatique serait de trop.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 15 Déc 2011 - 16:24

     Alysane était amusée d'apprendre que même si l'oncle de lady Maureen n'était pas particulièrement partisan des femmes guerrières, elle ne s'en privait pas. L'Ourse imaginait très facilement la jeune femme réussir à désarmer un petit lord prétentieux ou même simplement un garçon qui croyait pouvoir battre une femme. En y réfléchissant la Bolton était bien plus inspirée que son homologue, habillée comme une femme et pourtant capable de battre un homme, lorsque l'on croisait la Mormont il était aisé de croire qu'elle était largement capable de battre un homme et il était rare qu'eux-mêmes la défient. Par contre si elle se présentait comme une vraie lady, peut-être que leurs pressentiments seraient diminués ? C'était une possibilité, en tous les cas Alysane ne se sentait pas prête à troquer sa tunique grossière contre une robe, de toute manière elle serait bien trop ridicule attifée de la sorte. Il y avait deux sortes de femmes dans le Nord, celles qui étaient capables d'allier beauté et combat et celles qui ne pouvaient pas présenter correctement, mais savaient se battre. La brune faisait parti du second groupe.

     Lady Maureen fit ensuite écho aux pensées de l'Ourse en expliquant qu'elle trouvait les nobles du Sud plus irritants que ceux du Nord et qu'ils avaient visiblement une propension à l'arrogance. Beaucoup d'hommes possédaient cette tare en réalité, mais de son précédent voyage, la jeune femme avait effectivement cru constater que les Sudistes étaient plus en avance que leurs homologues Nordistes. Est-ce qu'Alysane était simplement tombée sur les mauvais numéros ? C'était une possibilité, en tous les cas son avis sur les habitants des autres régions n'était pas prête de s'améliorer. Elle répondit simplement par un sourire, tout comme à la remarque de la Bolton sur les bâtards, elles étaient en accord et cela suffisait largement à la guerrière. C'était toujours agréable de pouvoir tomber sur une personne qui pensait comme vous, cela vous confortait dans l'idée que vous n'étiez pas simplement fou ou inconscient. Ou alors vous connaissiez quelqu'un d'autre dans votre cas.

     Elles bavardèrent ensuite tranquillement de choses et d'autres alors que la demeure des Bolton se dessinait au loin, puis arrivèrent devant les portes quelques heures plus tard. En entendant les protestations de lady Maureen et de son cousin, la jeune femme comprit que quelque chose d'inattendu venait de se présenter. Visiblement leur grand-père était de retour plus tôt que prévu et cela ajouta au malaise de l'Ourse qui était déjà suffisamment gênée de s'être invitée malgré elle. Après tout jamais les Bolton ne lui auraient offert de rester dormir à Fort-Terreur si elle n'était pas venu d'elle-même pour bavarder avec eux non ? La demoiselle resta silencieuse alors que les cousins parlaient entre eux, ce n'était pas pour les arranger et lorsque Maureen se débrouilla pour dissimuler le jeune louveteau qui accompagnait Adrian, Alysane comprit que lord Bolton n'aurait pas hésité à s'en débarrasser. Même si la brune considérait les animaux comme étant secondaires et qu'elle tuait sans difficultés pendant la chasse, ce n'était pas pour autant qu'elle était pour ceux qui tuaient pour le plaisir. Elle chassait juste pour nourrir sa famille et non pour le sport et la joie de tuer un animal sans défense.

     Ce fut donc avec une certaine appréhension que la jeune femme regarda Adrian prendre le sac avec le loup puis de courir rejoindre sa chambre. Mais elle se reprit et confia son étalon au palefrenier comme le lui conseillait Maureen avant de suite cette dernière tout en priant bien malgré elle pour ne pas croiser le chemin de lord Bolton. La demoiselle oublia provisoirement tout cela en entrant dans Fort-Terreur, c'était une belle demeure, même une très belle maison, la jeune femme avait toujours été sensible au charme des forteresses du Nord et il fallait avouer que même si elle n'était pas capable de décorer une demeure de la sorte, elle appréciait d'en visiter. Les deux femmes entrèrent finalement dans un petit salon où elles seraient tranquilles, jusqu'à ce qu'un son peu réjouissant se fasse entendre. L'Ourse regarda en direction de la voix qui se faisait entendre alors que celui qu'elle identifia comme lord Bolton invectivait déjà sa petite-fille. S'en suivit un échange pas franchement agréable, autant pour Maureen que pour Alysane, puis le vieil homme s'éloigna finalement au grand soulagement de l'Ourse. Elle avait beau être elle-même très impulsive, il n'en restait pas moins qu'elle n'aimait pas être témoin de disputes entre membres d'une même famille. Au bout du compte, lady Maureen s'excusa du comportement du lord de sa famille avant d'ajouter qu'elle ne désirait pas être en mauvais termes avec sa famille. Alysane sourit malgré elle.

     ▬ Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas me juger offensée à cause des paroles d'un homme, vous et Adrian m'avez fait très bonne impression et je ne vois aucune raison d'en vouloir aux Bolton pour quelques moqueries. »

     Il était vrai que même si cet homme était le dirigeant de la famille, la jeune femme ne se sentait pas franchement concernée, après tout l'avis d'un homme n'était pas celui de tous les membres de sa famille, même si le titre de lord prétendait le contraire. La brune inspira légèrement, visiblement soulagée que l'orage soit passé. Si elle avait dû être prise au sérieuse vu le nombre de fois où elle avait été grossière vis-à-vis d'autres lords, autant dire que les Mormont ne seraient vraiment pas bien vus. C'était un peu le cas d'ailleurs lorsqu'ils ne provoquaient pas juste l'indifférence.

     ▬ De plus vous savez, je ne suis guère un modèle de politesse moi non plus, j'ai certainement offensé beaucoup de nobles qui ne m'ont jamais tenu rigueur et n'ont jamais dénigré ma famille pour cette raison. Ne vous inquiétez vraiment pas. Elle marqua une légère pause. je vous avoue que de toute manière, les Mormont ne sont pas particulièrement bien vus de tous, certains nous jugent trop.... Trop peu nobles pour prétendre au rang de lord, donc je ne me sens guère offensée. Il n'y a pas d'inquiétudes. »

     La jeune femme retomba dans le silence, il était vrai que les traditions des Mormont changeaient pas mal de celles des autres familles nobles, certains disaient qu'ils vivaient comme au-delà du mur. Les femmes de la famille n'avaient pas la nécessite de se marier, mais elles devaient donner naissance à leurs enfants, autrement dire ils pouvaient être considérés comme des bâtards, mais ce n'était pas le cas. La femme qui dirigeait la famille avaient un peu tous les droits. Après un petit moment de silence, Alysane voulut donner l'occasion à Maureen de s'en tirer si jamais sa présence était trop gênante.

     ▬ Je ne veux pas déranger votre grand-père, je peux encore essayer de gagner Winterfell si jamais. »

HP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maureen Bolton
Noble

Général
Dame de la Maison Bolton de Fort-Terreur



♦ Missives : 518
♦ Missives Aventure : 142
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 08/07/2011
♦ Célébrité : Jaimie Alexander
♦ Copyright : Ann
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Maeve Arryn, Aaricia Bonfrère, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Non determiné
♦ Lieu : DERRIÈRE TOI
♦ Liens Utiles : Lady Maureen Bolton
Vents D'hiver et chant d'été
Nos Lames Sont Acérés
Aptitudes et Intrigues
Succès de Maureen Bolton

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
804/1000  (804/1000)


Message Ven 16 Déc 2011 - 5:09

Maureen était encore aux aguets. Elle ne supportait pas passer pour une mauvais Hôte. En fait pour le Bolton il y avait trois sortes de personnes. Les premiers, les Bolton, les seigneur de Karhold, et les seigneurs de Piéleger, en deuxième, les Stark et pour terminer les autres. Les autres comportaient autant les Nordiens qui n’étaient pas inclus dans les deux premières catégories, que le reste des seigneurs dans tous Westeros. Il s’était toujours senti le plus fort et le plus rusé. Cependant, la vieillesse avait eu raison de lui. Tout le monde savait que le vieux Lord n’avait pas toute sa tête, mais personne ne savait si c'était véritablement un jeu ou la réalité. Maureen penchait pour un jeu plutôt que la réalité. Elle en avait bien peur. La n’était pas la discussion.

Elle avait toujours essayé de faire taire les rumeurs sur sa famille, mais Réginald Bolton avait toujours eu la présomption de la ternir en détestant le Stark. Maureen ne le détestait pas. Il était tout de même d’une gentillesse avec elle. Quand il ne prenait pas ses faux airs, elle avouait bien aimé son propre suzerain. Elle avait juste envie de partir et de ne jamais rester à Winterfell. Elle n’aimait pas que l’on la regarde. C’était aussi de la faute au vieux Bolton si elle n’affichait pas en permanence les armoiries de la famille. Elle les préférait inexistant.

Je comprends, mais la mort de mon père et mon oncle a fait beaucoup de tort à la famille. Je ne sais ce qui se passe dans sa tête, mais je me demande parfois s’il fait exprès ou il le Fléau en emportant ses fils l’a rendu ignoble. De sa part, ce ne sont pas des moqueries.

La jeune fille de l’Écorcheur comprenait pourquoi elle n’en tenait pas rigueur. Elle-même avait l’habitude de se faire regarder de travers. Dans le Nord, plus que dans le Sud. Dans le sud, elle était une noble comme tous les autres. Elle ne changeait pas de statut ou de camp. En fait, la plupart des nobles de Pierheaume l’avait appelé Maureen Swann ce qui plaisait au vieux Lord, mais pas à son oncle. Elle n’était pas habituée à cela, mais elle était considérée comme un membre de la famille permanente à Pierheaume.

Nous avons tous insulté un noble dans une vie. Moi j’ai insulté un fils héritier lors d’un banquet quand j’étais jeune. Il se vantait d’avoir la chance d’être entrainé avec des vraies armes. Je suis allée chercher celle de mon père et je l’ai provoqué en duel. Mon père était là bien amusé de me voir ainsi. Elle marqua une pause, avant de reprendre sur le Bolton. Et c’est ce qui me différencie de lui. Il juge par la noblesse de la maison ou si celle-ci ne lui a pas tenu grief dans le passé. Moi, je juge la personne dans son fort intérieur.

Elle avait entendu peu parler des Mormont. Mise a part qu’ils vivaient dans le Nord Ouest. Une petite ile dont les mestres les plus au courant savait que le Lord actuel n’y avait que des filles. Sa famille avait été en guerre pendant plusieurs années. Ne supportant pas l’affront les Stark avaient eu de la difficulté à faire plier genoux aux Bolton. Pendant les générations qui suivirent, Les Lords furent des vassaux plus que compliqué.

Au même titre, la mienne peut prétendre bien des choses, mais elle est détestée de plusieurs vassaux fidèles au Stark. En fait, je ne doute pas que vous connaissiez toute l’histoire. Ici c’est la première que l’on nous raconte. Celle de Bael le Barde qui dupa un Seigneur Stark et lui enleva sa rose d’hiver. Mais la fille revint avec un nourrisson et Bael devint roi d’au-delà du Mur. Incapable de faire couler son propre sang, il se laissa tuer par son fils. Sa mère se suicida, elle avait été tuée dans son amour propre. Mais le fils …

Fut tué et écorché par l’un de ses vassaux qui se fit de sa peau un manteau. Certains aujourd’hui croient toujours que l’on fait des manteaux avec les peaux des écorchés.

Elle se souviendrait toujours comment elle avait connu cette histoire. Elle s’était promenée dans la maison tentant de découvrir en entier l’endroit puis était tombée sur cette porte de pierre. Réginald Bolton qui l’adorait à cette époque lui avait raconté l’histoire en entier. Tout en lui disant que derrière cette porte, se trouvait des choses qu’elle ne saurait croire. En fait, elle se souvenait davantage de la polémique que tout cela avait créée entre son grand-père et sa mère, et sa mère et son père. Elle n’avait jamais approché cette porte par la suite. Elle avait trop peur d’y trouvé une pièce de l’horreur. En fait, elle devait être prise entre la poussière et le froid. Elle n’avait jamais vu son grand-père l’ouvrir lui-même.

Ce fut Adrian qui répliqua à la Mormont sur son invitation. Le vieillard ne se pointerait plus le nez. Elle ne s’en voulait pas le moindre du monde. Cela lui ferait des vacances de ne pas le côtoyer quelques heures. Il était si agréable qu’elle n’allait pas en pleurer. Le repas avait été préparé et ils étaient passés à table. Adrian avait bombardé la jeune Mormont de question. Il ne savait pas s’arrêter. Maureen se disait qu’il apprenait seulement dans quel monde qu’il vivait, mais qu’il devrait faire attention à ses questions. Le repas avait été desservi et ils continuaient d’en apprendre sur leur invité.


Vous avez des sœurs ou des frères sur l’Ile? Ou vous êtes toujours à Winterfell?


Maureen leva les sourcils. La dernière question était une très bonne interrogation. Si elle était constamment à Winterfell, peut-être pourrait-elle l’aider. En fait suffisait de connaitre la question avant d’en poser une.

N’y a-t-il pas là-bas, un jeune forgeron venant du sud. De Vertepierre pour être plus précise?

Sa mémoire ne lui rappelait pas le nom. La dernière fois que son père était vivant, ils s’y étaient rendus ensemble. S’il y était toujours, elle prendrait peut être le temps d’y faire un tour. C’était lui que son père avait remis sa confiance pour ses armes. Elle pourrait toujours reprendre la direction de Winterfell lorsqu’elle reprendrait la route du sud. Du moins, elle espérait que la Mormont comprendrait sa question qui suivrait.



Un homme nu
n'a  guère de secrets,
mais un homme écorché
n'en a plus un seul


-Roose Bolton-
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 16 Déc 2011 - 14:29

     Alysane imaginait parfaitement que le décès de deux fils, si du moins les pères des deux jeunes gens étaient les files de lord Bolton, devait être difficile à supporter. Heureusement, Alysane n'avait jamais eu à déplorer la perte d'un être cher et elle priait les anciens dieux pour que cela ne change pas et qu'elle ne sache jamais ce que cela faisait. Bien sûr, c'était utopique, jamais la jeune femme ne pourrait éviter un tel déchirement, sans compter que son père commençait à avoir la santé fragile et qu'il se sentait de plus en plus mal en raison de ses anciennes blessures qui passaient difficilement l'hiver. La guerrière chassa ses pensées sombres en inspirant légèrement avant de lâcher quelques mots bien pesés.

     ▬ Nous ignorons ce qui peut se passer dans l'esprit et dans le cœur d'un homme qui perd des proches, surtout ses enfants. Je ne puis juger, mais je crois que c'est une bonne raison pour en vouloir au monde entier. »

     D'un côté, Alysane comprenait la colère, voir même la haine, que lord Bolton nourrissait vis-à-vis des Stark, la jeune femme avait entendu dire que le Val d'Arryn avait réussi à se protéger du fléau en fermant ses portes aux étrangers, pourquoi est-ce que le Nord n'avait pas fait de même ? Si cela se trouvait, lord Bolton considérait tout simplement que leur suzerain n'avait pas assumé son rôle en empêchant la mort de nombreuses personnes ? Alysane l'ignorait, elle n'était heureusement pas dans la tête du vieil homme, en tous les cas elle s'imaginait aisément en vouloir à la terre entière si jamais l'un des membres de sa famille venait à décéder d'une maladie qui aurait pu être stoppée. Ou même si quelqu'un décédait sans autre raison que la vieillesse, elle était tellement impulsive et rancunière....

     La Mormont fut toutefois plus réceptive à ce que Maureen lui expliqua ensuite concernant les insultes qu'elle pouvait avoir faites à l'égard d'autres nobles, d'un côté cela rassurait une fois de plus l'Ourse qui devait s'avouer heureuse de savoir qu'elle n'était pas la seule dans ce cas. Oh, elle se doutait bien que chaque personne devait au moins avoir manqué de respect à un autre noble, seulement les personnes avec qui la jeune femme conversait n'étaient jamais prêtes à avouer une telle faute.... Lorsque la Bolton ajouta quelques mots concernant ce qui la différenciait de son grand-père, Alysane hocha la tête d'un air compréhensif, elle percevait mieux ce que son homologue voulait dire en parlant du lord de leur famille.

     Vint ensuite l'explication sur le blason et la réputation de la maison Bolton. Alysane avait effectivement déjà entendu plusieurs fois parler de cette histoire, mais sans jamais réellement y prêter attention, petit lorsqu'elle jouait au coin du feu dans la salle commune ou même lorsqu'elle bavardait avec Jorah. L'entendre contée par une descendante de la famille, c'était autre chose. Adrian arriva juste à temps pour clore le récit qui valait le détour et Alysane ne masqua pas son amusement en entendant parler des manteaux en peau d'écorchés, les Mormont faisaient bien des fourrures avec la peau des ours alors pourquoi pas !

     Quoi qu'il en soit, l'Ourse fut rassurée par le jeune héritier qui lui assura qu'elle pouvait rester ici, ils passèrent donc à table où ils conversèrent un moment et la jeune femme ne se lassait pas de répondre au jeune garçon afin de nourrir sa curiosité qui ne se tarissait pas. Elle aimait bien les jeunes garçons aussi éveillés, ils n'étaient que trop rares désormais. Lorsque le repas fut desservi et qu'Adrian lui posa une question sur sa famille, la demoiselle s'apprêta à répondre, mais Maureen la prit de court en lui parlant de Duncan. Une légère surprise passa dans les yeux mordorés de la Mormont avant qu'elle ne réponde.

     ▬ Et bien, j'ai cinq sœurs sur l'île, une aînée et quatre cadettes, ainsi qu'un frère bâtarde de cinq ans plus âgé. Sinon je séjourne assez rarement à Winterfell, bien que dernièrement je dois avouer avoir fait exploser mon score. Étant donné que j'ai commencé à voyager, je m'éloigne assez longtemps du Nord, mais j'ai une très bonne amie dans la garde de Winterfell, je m'y arrête donc dès que j'en ai la possibilité. »

     Elle parlait de Deana, une femme du clan Lideuil avec qui Alysane s'était rapidement liée. Les deux femmes se ressemblaient beaucoup et elles s'étaient tout de suite trouvées, bien que le rôle de soldat empêchait généralement la blonde de pouvoir s'en-aller de la forteresse pour se promener dans les environs. Une chose qui embêtait souvent le brune, combien de fois aurait-elle était ravie de croiser la route de Deana ou même d'aller voyager un peu en sa compagnie ? Alysane chassa rapidement tout cela de ses pensées avant de tourner la tête vers Maureen pour répondre à sa question.

     ▬ Il y a effectivement un jeune forgeron des Terres de l'Orage, il s'appelle Duncan et il a séjourné plusieurs mois sur l'île-aux-Ours avant de se rendre à Winterfell. Je puis dire que c'est un très bon ami et un excellent artisan, c'est lui qui a réalisé la hache que je vous ai montrée plus tôt. Elle était assez surprise de la question il fallait l'avouer. Actuellement je crois savoir qu'il n'est plus à Winterfell depuis quelques semaines, son père était très malade aux dernières nouvelles et il a donc été contraint de rentrer dans son village natal, toutefois je sais qu'il reviendra dès que possible. Elle observa Maureen quelques instants. Si vous souhaitez quelque chose de particulier, je puis le lui demander, j'entretiens une correspondance avec lui. »

     C'était assez difficile avec les voyages de plus en plus fréquents, sans compter que Duncan n'allait pas rester des mois dans les Terres de l'Orage, mais au moins cela leur donnait-il le sentiment de se parler de temps en temps. La jeune Bolton semblait avoir une idée derrière la tête, mais il fallait avouer qu'Alysane ne voyait absolument pas ce que ça pouvait être. Elle resta donc silencieuse, attendant impatiemment de savoir ce que la lady pouvait bien chercher avec de telles questions.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maureen Bolton
Noble

Général
Dame de la Maison Bolton de Fort-Terreur



♦ Missives : 518
♦ Missives Aventure : 142
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 08/07/2011
♦ Célébrité : Jaimie Alexander
♦ Copyright : Ann
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Maeve Arryn, Aaricia Bonfrère, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Non determiné
♦ Lieu : DERRIÈRE TOI
♦ Liens Utiles : Lady Maureen Bolton
Vents D'hiver et chant d'été
Nos Lames Sont Acérés
Aptitudes et Intrigues
Succès de Maureen Bolton

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
804/1000  (804/1000)


Message Dim 18 Déc 2011 - 4:39

Voila une chose que la jeune Mormont avait que Maureen n’avait pas. La Fille de l’écorcheur n’avait jamais voulu émettre une raison telle qu’elle avait été annoncées par la femme de l’Ile aux Ours. Sa mère était devenue un tantinet agressive lors de ses dernières grossesses. Elle n’avait jamais réussi à mettre un fils au monde. Le seul qui avait survécu était le jumeau de Maureen. Malheureusement le froid de l’hiver avait emporté le bambin au détriment de sa sœur. Elle avait su cette histoire beaucoup plus tard. Alors que tout le monde croyait que la petite fille allait mourir c'était le garçon que l’on avait retrouvé sans vie. Sa mère avait vécu après la même sénilité par laquelle était touchée Réginald Bolton. Surtout qu’elle souffrait de ne point avoir eu le fils jumeau de sa fille. Elle Se souvenait aisément de sa pauvre mère pleurant et maudissant le Lord de Fort-Terreur. Des souvenirs qu’elle avait enterrés avec le temps.

Je crois que vous avez raison. Je ne sais pas comment je réagirais moi-même.

Perdre quelqu’un était un moment douloureux. Maureen avait perdu sa mère et son père. Elle était certaine qu’un jour, on lui arracherait le fruit de ses entrailles et qu’elle comprendrait la douleur qui martelait l’esprit torturé et torturante du vieillard de Fort Terreur. Alysane avait un peu raison. Cependant de l’autre coté, elle comprenait aisément qu’elle pouvait avoir tort. Réginald Bolton était un manipulateur né. Elle n’était pas habituée à se laisser aux inquiétudes avec cet homme. Il était froid et austère avec elle. Une raison de plus qui avait fait qu’elle avait voyagée plus souvent dans les terres de l’Ouest.

Pour la suite, elle écouta la Mormont parler de l’Ile aux Ours. De sa famille. Maureen en aurait eu certainement autant s’ils avaient vécu. Elle trouvait la Mormont un peu chanceuse. Elle avait des gens qui veillaient sur elle et sur qui elle veillait. Maureen avait toujours été la forte tête. En fait, elle avait un cœur d’or, mais elle ne le contrait que rarement dans le Nord. On la reconnaissait pour être la fille de l’Écorcheur. Cet homme que personne ne voulait vraiment froisser dans les murs.

Je n’ai pas une famille nombreuse dans le Nord. En fait, je ne considère pas les deux batards de mon Grand-père comme des oncles. La famille Swann est beaucoup plus nombreuse que celle des Bolton. Il y a rarement eu de grande famille dans celle des Bolton.

Maureen se disait heureuse. Elle savait que les enfants se limitaient à quatre ou trois. Mais dans leur cas, la fille du Lord n’avait plus jamais remis les pieds dans le Nord et avait refusé son propre père à son mariage. Ils s’étaient donc oubliés par principe. Alysane avait compris que les deux hommes n’étaient pas assez honorables pour qu’elle les apprécie à juste titre. Par contre, elle n’en faisait pas un plat, ils la détestaient pour autant.

Maureen aussi a explosé son record. Rester deux jours entiers à Winterfell. On croyait tous que c’était impossible.

La Bolton détestait Winterfell. Elle n’avait jamais aimé vivre chez les autres seigneurs que ce soit l’instant d’une nuit. Probablement que c'était son aura qui lui donnait toujours un avertissement de ne jamais rester. En fait, elle ne dormait que peut chez les nobles elle préférait de loin les petits auberges. Elle y restait avec son Ser et cela terminait. La maison suzeraine de Winterfell ne lui avait jamais procuré de tranquillité

C’est même presqu’impensable. Je ne suis jamais restée très longtemps. Je préfère dormir à la belle étoile ou encore dans les auberges. Il n’y a qu’à Pierheaume que je reste dans le château.

Elle n’avait peu d’ami. Du moins plus dans le Nord que dans le Sud. Elle allait souvent chez les Piéleger ou les Karstark, mais rarement plus loin. En fait, Karhold était un lieu qu’elle aimait bien. Partir pendant une moitié d’années cela n’arrangeait rien dans les amitiés. En fait, elle était certaine qu’elle n'avait jamais rien laissé à Pierheaume.

Maureen était heureuse de savoir que Duncan était toujours dans le Nord. En fait, lui pardonnerait-il de ne jamais être revenue après 209. Ils s’étaient connus par simple hasard. Son père avait brisé sa lame et le forgeron de la place n’était pas assez compétent. En plus, cela allait du sens qu’il avait assez initié sa fille avec ses propres armes. Elle pourrait enfin en avoir une à la sienne. Avec ses multiples rencontres, Maureen a su connaitre et comprendre Duncan. Malgré qu’elle était noble et lui simple Forgeron, bien des choses les rapprochaient que les distançaient.

Il a confectionnée toutes les armes de mon père. Après que j’ai émoussé et presque mis en mille miettes l’épée de mon père. Il s’est mis dans une terrible colère. Un de nos hommes lui a parlé de Duncan. Je crois que je n’ai jamais vu un homme ravi. C’est aussi lui et même titre qu’il vous confectionné votre qu’il a confectionné mes épées au fil du temps.

Cela aurait été moins compliqué, mais Maureen n’avait pas revu Duncan contrairement à Edric. Malheureusement la Mormont ne pourrait rien faire pour elle. Elle attendrait patiemment son retour. Elle n’était pas pressée de devoir regagné Winterfell.

Je crois que peu de personne ne peuvent être son ennemi. Mon père adorait son travail et je trouvais toujours une raison pour l’accompagner. Sur certains points nous partagions quelques similarités qui m’ont fait beaucoup apprécier sa personne. Malheureusement voilà deux ans que je n’ai pas mis les pieds à Winterfell et que j’ai tenté au mieux d’effacer ce qui appartenait à mon père. Il serait mal vu de passez par vous pour revoir Duncan. J’attendrai patiemment, il revient toujours. Disons que c’est autour d’Adrian d’avoir ses propres armes.

Une domestique vint lui dire que les appartements étaient enfin prêts. Maureen la congédia de la main et regarda le jeune homme. Il n’oserait pas demander une hache. Il connaissait trop bien Maureen. Surtout que son rêve était de battre sa cousine sans tricher.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 18 Déc 2011 - 16:44

     Maureen sembla comprendre ce qu'Alysane envisageait en parlant de la perte de ses enfants, pour le grand-père de la demoiselle du moins. La Mormont ne pouvait guère se mettre à la place d'un parent qui perdait son enfant puisqu'elle ignorait ce que c'était que de donner naissance à sa progéniture, mais disons que la manière dont elle avait vu sa mère réagir le jour où elle s'était cassé une jambe en tombant d'un arbre, suffisait à lui faire comprendre qu'un parent mourait sans hésiter pour sauver la vie de l'un de ses enfants. Lady Jorelle avait hurlé sur sa fille, uniquement par peur de la voir mourir et non parce qu'elle était en colère, la jeune fille se souvenait encore du visage décomposé de sa mère au-dessus d'elle lorsqu'elle avait repris conscience. Jorah – qui était en partie responsable de l'accident puisqu'il ne l'avait pas retenue – avait été puni comme jamais par lady Mormont et la brune n'avait jamais plus osé réitérer l'exploit. Définitivement, Alysane envisageait la possibilité que le comportement odieux de lord Bolton était lié au fait qu'il souffrait très certainement, cela dit elle n'excusait en rien ses agissements et comprenait tout à fait que Maureen puisse lui en vouloir. Il ne fallait pas oublier qu'il restait aussi d'autres personnes que ses enfants et Maureen et Adrian étaient plus importants que des morts.

     La conversation glissa ensuite vers la famille d'Alysane alors que lady Maureen expliquait qu'elle ne considérait pas les bâtards de son grand-père comme étant membres de sa famille. Cela n'étonnait pas trop la Mormont qui était toutefois contente d'avoir parlé de ce sujet avec son homologue avant que la conversation n'en arrive à ce stade, sans quoi elle aurait pu imaginer que Maureen n'appréciait pas les bâtards. Si l'Ourse aimait autant Jorah, ce n'était pas parce qu'il était bâtard, mais simplement parce qu'elle avait toujours été plus proche de lui. Ils avaient le même tempérament, la même affection pour les armes et le côté silencieux et posé de Jorah canalisait l'énergie débordante de sa cadette. En somme, ils se complétaient. Mais cela ne signifiait pas que les bâtards étaient tous meilleurs bien sûr, ils étaient aussi normaux que les autres habitants de Westeros et Alysane ne privilégierait personne à cause de sa naissance. Ce serait comme de les repousser parce qu'ils n'étaient pas légitimes. Totalement idiot. La jeune femme hocha la tête alors que Maureen terminait.

     ▬ Au moins êtes-vous tous les deux. »

     Les Mormont avaient toujours été très nombreux et la demoiselle aurait eu beaucoup de mal à envisager pouvoir n'avoir qu'un frère ou un cousin. Chacun son mode de vie, Maureen était très certainement habituée à cela et ne devait pas en être dérangée. La vie sur l'île-aux-Ours était rude et par conséquent, les enfants pouvaient décéder en bas âge ce qui expliquait généralement la quantité d'enfants. Heureusement pour les rejetons actuels, personne n'avait subit de perte.

     Adrian fit sourire Alysane en déclarant que sa cousine avait passé beaucoup plus de temps qu'à l'accoutumée chez les Stark, puis Maureen appuya cela en expliquant qu'elle n'aimait pas trop séjourner ailleurs que dans les auberges ou à la belle étoile. Cela n'avait rien de surprenant, la demoiselle était pareille, jamais elle ne désirait rester chez des étrangers pour dormir. Les Bolton étaient une exception pour le coup, même lors de son passage dans le Conflans la brune avait hésité à accepter l'hospitalité des Tully. Elle laissa un sourire lui gagner les lèvres avant de répondre.

     ▬ Je vous comprends tout à fait, je suis comme vous, la belle étoile me plait davantage qu'un bon lit dans une magnifique chambre. Je crois que c'est certainement notre indépendance qui nous pousse à préférer pouvoir être libres de nos mouvements. »

     Parce que chez des hôtes l'on dépendait toujours de leur bon vouloir, sans compter que la jeune fille préférait pouvoir parler sans entraves et lorsqu'elle était invitée, elle était malheureusement obligée de surveiller ce qu'elle disait. La conversation s'enchaînait tranquillement puis arriva sur Duncan tandis que Maureen lui expliquait que le jeune forgeron avait réalisé toutes les armes de son père, ce qui signifiait donc qu'il était plutôt réputé dans le Nord. Alysane se souvenait encore qu'elle l'avait ramené sur l'île-aux-Ours un matin après l'avoir croisé dans les environs, il avait séjourné plusieurs mois chez eux et lord Jeor avait été satisfait de son travail en fin de compte, même s'il n'avait pas trop apprécié que sa fille lui impose un artisan. En entendant Maureen faire les éloges du travail du jeune natif des Terres de l'Orage, elle sourit, Duncan semblait attirer la gentillesse de tout le monde, chose que Maureen déclara d'ailleurs au même moment, faisant écho aux pensées de la brune.

     Celle-ci sourit d'un air amusé, il était difficile de ne pas l'apprécier avec son air débonnaire et toujours la tête dans la lune ! La guerrière observait la Bolton qui expliquait qu'elle partageait des points communs avec Duncan, mais qu'ils ne s'étaient plus vus depuis longtemps. C'était dommage, le jeune homme aurait certainement été très heureux de revoir une amie de longue date. La Mormont comprenait que Maureen se soit séparée de tout ce qui appartenait à son père, elle aurait certainement fait de même de son côté ! Lorsque la jeune fille parla de Adrian, Alysane porta ses yeux sur lui, puis une servante arriva afin de signaler que les chambres étaient prêtes. Il se faisait tard et elle allait certainement se retirer pour partir de bonne heure demain. La Mormont répliqua alors.

     ▬ Je ne sais pas la date exacte de son retour, mais cela ne devrait pas traîner, si vous le souhaitez je pourrais vous faire parvenir une missive dès qu'il sera de retour à Winterfell. Ou encore sur l'île-aux-Ours, il lui arrive de passer de temps en temps, je suis sûre qu'il serait ravi de vous revoir. »

     Après quoi, la jeune femme se redressa, elle ne souhaitait pas tarder trop longtemps pour ne pas être épuisée à l'aube, sans compter qu'elle avait souvent du mal à s'endormir dans des endroits qu'elle ne connaissait pas. La demoiselle salua les deux Bolton en souriant.

     ▬ Je vous remercie de votre gentillesse, je crois que je vais prendre congé pour me reposer un peu avant mon départ. Encore merci de votre amabilité. »

     Elle les salua puis se retira dans la chambre qui lui avait été prêtée pour la soirée. Il n'y avait décidément pas besoin de voyager jusqu'à l'autre bout de Westeros pour découvrir des personnes dignes d'intérêt, les Bolton en étaient la preuve vivante.

HP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

En route sur les terres des Écorcheurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» L'étang de Miragoane déborde sur la route nationale numéro 2
» Soumission au parlement de la feuille de route du gouvernement et des ministeres
» Un nouveau compagnon de route
» Sur la route des caravanes
» "La Route Perdue"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-