AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Les enfants sont des énigmes lumineuses ▬ Ewald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Mer 9 Nov 2011 - 14:47

Indication temporelle : le sujet se déroule avant le départ de Pryam pour le Conflans

     Pryam avait rencontré lady Rivanon il y a quelques jours, depuis ce moment il avait été récupérer la lettre d'engagement dont elle lui avait parlé et il était officiellement recruté par la fille de lord Mallister pour défendre Salvemer contre les Fer-nés. Après cette rencontre plutôt... Particulière, le chevalier s'était renseigné sur ce que l'on racontait au sujet de ces pillards des îles de fer, il y avait beaucoup de rumeurs à leur sujet et au final, l'errant n'avait pas su s'il devait y prêter foi ou non. Les choses sont toujours compliquées par la curiosité des gens, les racontars qui circulaient n'aidaient pas les combattants, après tout quel combattant pourrait croire que les Fer-nés étaient capables de broyer la tête d'un humain d'une seule main ? C'était une chose tout simplement improbable et bien que le natif du Val n'y croyait absolument pas, cela ne l'avait pas avancé dans sa quête d'informations. Il aurait toujours pu obtenir d'autres nouvelles de certains chevaliers qui séjournaient à Port-Réal, mais ils constataient rapidement qu'il n'était « qu'un errant » et tout le monde savait l'estime que les chevaliers aux ordres d'un seigneur portaient vis-à-vis de leurs homologues errants.

     Cela faisant, le jeune chevalier avait été contraint de constater qu'il n'apprendrait pas davantage d'informations ici, il allait devoir patienter le temps d'atteindre Salvemer, là-bas il n'y avait aucun doute sur le fait que ses comparses pourraient davantage le renseigner. Pryam avait donc passé les jours suivants à renouveler son équipement, compléter les choses qui manquaient ou qui avaient été détériorées, une initiative qui fit prendre un coup dur à sa bourse déjà pas très remplie à l'accoutumée. Mais l'errant avait pour coutume de dire que l'argent servait à être dépensé, il suffisait de le faire dans des choses qui lui étaient nécessaires, on ne mourait pas riche, s'il se faisait tuer le lendemain qu'il soit riche ou pauvre ne le sauverait pas.

     Il venait donc de sortir de chez l'armurier qui lui avait réparé une partie de son armure qui avait été abîmée quelques temps plus tôt, avant de prendre la décision de se rendre à l'auberge où il séjournait afin de s'assurer que les autres réparations demandées avaient été réalisées et que son matériel était bien de retour. Il ne lui restait plus beaucoup de temps avant de prendre la route pour Salvemer, lady Rivanon lui avait demandé de gagner sa ville le plus rapidement possible. La tête pleine de pensées, Pryam avançait dans les rues de Port-Réal avant de passer par Culpucier sans vraiment regarder autour de lui. Il n'avait que sa tenue habituelle et ne ressemblait pas vraiment à un chevalier, si ce n'était que son épée montrait qu'il ne s'agissait pas d'un simple artisan du coin. Peut-être que sa tunique qui indiquait qu'il n'était pas dépourvu de quelques pièces, avait renseigné le jeune voleur qui l'observait, quoi qu'il en soit, Pryam regarda d'un air distrait l'enfant qui passa à côté de lui. Il ne comprit que trop tard qu'il s'agissait d'un voleur de bourses, juste le temps d'entendre le bruit familier de la lame qui coupait la corde puis le gamin s'enfuit en courant avant que le chevalier ne le suive en l'admonestant.

     L'enfant avait un avantage, il connaissait les rues de Culpucier et réussi presque à distancer son poursuivant qui ne s'avouait pas vaincu pour autant. Il avait besoin de cet argent et hors de question de laisser un gamin lui voler tout ce qu'il avait durement gagné. Décidant de jouer le tout pour le tout, le natif du Val emprunta une autre rue pour essayer de prendre le voleur par surprise, et bien heureusement son plan fonctionna. Le garçonnet qui ne devait pas avoir plus de six ou sept ans, regardait derrière lui ce qui laissa l'occasion à Pryam de lui attraper le col avant qu'il ne lui échappe. Le chevalier le secoua légèrement avant de lui arracher sa bourse de la main puis il lui adressa la parole.

     ▬ Désolé gamin, mais tu ferais mieux de t'en prendre à quelqu'un d'autre si tu veux te faire ton pécule. »

     Inquiet du sort que lui réservait le chevalier, le jeune voleur se débattit avec vigueur, Pryam ne comptait nullement le punir, le dénoncer aux autorités ou faire quoi que ce soit de ce genre. Il lâcha donc le col de l'enfant qui partit en courant sans demander son reste, mais trop pressé qu'il était, il percuta de plein fouet un autre enfant qui arrivait en sens inverse. Le malheureux chuta sur le sol alors que le voleur s'enfuyait sans se retourner. Pryam glissa sa bourse à un endroit où elle serait en sécurité, s'attendant peut-être à une autre ruse, puis il s'approcha du jeune garçon renversé avant de lui tendre la main pour le redresser. Ce n'était pas parce que la moitié des enfants de ce quartier étaient du genre à voler tout ce qu'ils voyaient qu'il allait se montrer mal poli après tout non ? Une fois que l'inconnu fut sur ses pieds, le chevalier errant lui lâcha quelques mots avec un léger sourire.

     ▬ Tout va bien ? Il n'avait pas l'air de vouloir moisir ici, une chance qu'il ne faisait pas vingt kilos de plus que toi ! »

     Pryam faisait bien sûr référence au jeune garçon qui venait de s'enfuir, ignorant si le garçon avait assisté à la scène où s'il venait juste d'arriver. Le chevalier s'apprêtait à prendre congé et souhaiter une bonne journée à son interlocuteur lorsqu'il vit le blason des Frey sur la tunique de l'enfant. C'était donc un jeune garçon du Conflans ? Pryam ignorait que les Frey étaient à Port-Réal. Même si l'enfant était certainement de plus noble lignage que lui-même, le blond ne fut pas intimidé et se renseigna, l'air de rien.

     ▬ Je vois que tu arbores le blason des Frey, est-ce que tu serais perdu par hasard ? J'ignorais qu'ils étaient en ville. »


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 23 Déc 2011 - 16:56

Ewald était perdu dans les rues de Port-Réal depuis déjà quelques jours, peut-être une ou deux semaines ? Difficile pour lui de le dire, si on le lui avait demandé cela aurait fait des mois qu'il était loin de toutes personnes connues et des années qu'il n'avait pas vu les Jumeaux et ses frères et sœurs. Pendant un long moment il avait détesté ses frères ainés et porté en haute estime ses sœurs. Mais peut importait maintenant, ils étaient sa famille, des Frey avant tout et bien moins menaçants et dangereux que ces inconnus, jeunes et vieux, qui se trouvaient dans la capitale du pays. Ewald n'était pas un enfant violent, loin de là, et surtout bercé depuis longtemps par les contes de ses ainés et protégé de toutes les attaques par sa famille et les hommes de celle-ci, ce fut alors un coup brutal de partir en tant qu'écuyer, mais encore plus celui de se retrouver tout seul dans une grande ville sans aucune aide d'aucune sorte.

Alors Ewald avait appris à faire comme toutes les personnes, à se débrouiller, avec plus ou moins de succès et du peu d'argent qu'il avait pu récupérer de son chevalier et des pièces d'armure qu'il avait revendu pour une bouchée de pain. Tout était mieux que de mourir de faim, de froid ou que d'être égorgé au détour d'une ruelle par l'un des pouilleux du coin. Cela n'était pas rare de voir des cadavres au petit jour, ou d'entendre des cris de quelqu'un qui s'était fait détrousser. C'était dangereux la vie, oh ça oui, bien trop dangereux, surtout quand on était trop petit pour pouvoir se défendre. Oh, bien sûr Ewald savait courir, peut-être même mordre ou donner quelques coups de pieds, mais il serait bien incapable de faire face à quelqu'un de réellement intéressé par ses affaires. Il était un enfant de noble après tout, un petit noble isolé, même s'il était difficile de s'assurer qu'il n'y avait personne pour le protéger à quelques pas.

Comme tous les enfants de Port-Réal, on le regardait d'un mauvais œil, peut importe sa tunique avec l'emblème des Frey, on ne devait pas se fier aux petites mains des enfants aux doigts habiles. Il s'agissait évidemment des meilleurs voleurs-à-la-tire lorsqu'il s'agissait de faire les bourses des nobles, on ne se doutait pas un seul instant qu'ils oseraient faire quelque chose avec leurs bouilles, et ils étaient petits... et connaissaient terriblement bien l'endroit. Ce qu'Ewald ou la plupart des gens victimes de leurs actes ne connaissaient pas. Alors voir un gamin courir était devenu pour lui presque une habitude, non pas que cela change des Conflans ou même des Jumeaux, il y avait des enfants partout, mais il serait moins difficile de leur faire confiance car ils étaient à leur service, ou des enfants des lieux, ils n’auraient jamais osé faire cela sans risquer d’être puni par les autorités compétentes. Ici il y’avait tellement de voleurs, de mains baladeuses et de bourses qu’il était souvent difficile de récupérer sa bourse, de savoir qui avait fait le coup ou même de se rendre compte qu’on avait été allégé de sa bourse. Souvent les enfants agissaient en bande, les gamins qui s’occupaient de repérer le gros gibier, celui qui s’occupait de distraire, celui qui s’occupait de la bourse, celui qui récupérait. Il y avait bien sûr ceux qui agissaient tout seul, mais il ne fallait pas croire que le vol à la tire était la plupart du temps juste un vol comme cela, il s’agissait bel et bien d’une activité lucrative comme pouvait l’être la vente de tourtes ou apprenti auprès d’artisans. Le petit Frey ne s’y était jamais essayé, il n’avait pas l’agilité nécessaire, ou peut-être le courage pour se lancer comme cela, ni surtout de lames assez discrètes pour couper le cordon de la bourse. Il avait vu exactement comment il fallait s’y prendre, même bousculer légèrement la cible pour qu’elle ne se rende pas compte directement que sa bourse venait de prendre l’air, mais à part quelques distractions, il n’aurait pas pu aller plus loin.

Tout à ses pensées, il ne vit pas l’enfant lui foncer dedans et se retrouva cul contre terre avant de pouvoir dire quoi que ce soit. Quelques semaines plus tôt, il aurait éclaté en sanglots lourd, aurait demandé sa mère ou quelques consolations de quelqu’un, il n’aurait même pas pensé à se relever sans aide. Mais personne ne se serait arrêté au Culpucier pour l’aider à se relever, l’épousseter et lui promettre une friandise et une caresse s’il arrêtait de pleurer. Les yeux pleins dos, il remarqua à peine la main qui était tendue dans sa direction et sans une hésitation il s’y agrippa comme s’il s’agissait de son frère qui l’avait poussé un peu trop fort en jouant à un jeu. L’homme qui l’avait relevé était blond, très blond, et surtout très grand – bien que de son point de vue tout le monde était très grand – et arborait un sourire qui ponctuait ses paroles. Ewald fronça les sourcils avec une moue et passa sa manche sur ses yeux puis se torcha le nez sans répondre à la plaisanterie de l’homme. Il ne savait pas si l’épée qui pendait à son côté était un bon ou mauvais signe, il ne semblait pas être dangereux, mais cela ne voulait absolument rien dire. L’homme lui posa d’ailleurs une question à propos des Frey et leur demanda s’ils étaient en ville. Un bref instant les yeux du petit semblèrent s’éclairer avant de reculer un peu.

Non, je ne suis pas perdu… pas vraiment.

Il éluda intentionnellement la question à propos de la présence de sa famille dans les environs et se gratta le nez en reniflant. Il se savait crasseux comme il ne l’avait que rarement été, ce n’était pas faute d’essayer de paraitre présentable, mais la motivation l’avait quitté de se laver la frimousse tous les matins alors qu’il n’y avait personne pour lui frotter le visage avec force. Et puis il était plus intéressé par le contenu de son estomac que par la présentation qu’il donnait aux gens. Être beau et propre ne nourrit pas son homme, malheureusement. Son ventre émit un faible grognement, Ewald renifla alors de plus belle.

Pourquoi vous demandez ça, de toute façon ? Vous êtes pas lié aux Frey, nan ?

On aurait pas envoyé un reitre pour le retrouver de toute façon..
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Sam 24 Déc 2011 - 13:30

     Les yeux de Pryam scrutaient le visage du jeune garçon alors que celui-ci fronçait les sourcils en essuyant son nez dégoulinant, il avait vraiment l'aspect du jeune garçon par excellence et un instant, le chevalier se demanda s'il arborait les mêmes mimiques exagérées à son âge. Le mouvement de recul du petit ne manqua pas d'être remarqué par le blond qui ne fit toutefois aucune remarque, écoutant simplement le gamin qui se défendait être perdu, ce qui ne convainquit pas franchement le jeune homme. Pryam avait commencé à prendre ses marques depuis le temps, Port-Réal était peuplé de jeunes enfants, généralement des garçons, qui passaient leur temps à détrousser les passants les plus riches. La plupart finissaient les tripes à l'air avant même d'avoir atteint l'adolescence. Seulement l'enfant qui lui faisait face n'avait pas franchement le physique et la tenue de l'emploi, même s'il était assez crasseux pour renseigner le chevalier sur le fait qu'il devait traîner depuis quelques jours dans les rues, il ne l'était pas assez pour vadrouiller ici depuis des années. Est-ce qu'il s'était enfui de chez lui ? Est-ce qu'il s'était perdu ? Pour quelle raison n'aurait-il pas répondu à la question de l'errant à ce sujet donc ? Les probabilités s'échafaudaient dans l'esprit du chevalier blond qui fixait toujours l'enfant alors que l'estomac de ce dernier se mit à protester. Le sourire du jeune homme s'élargit légèrement, visiblement il était dans ces rues depuis un moment oui. Lorsque le gamin se renseigna sur ses liens avec les Frey, Pryam fut obligé de considérer la situation sous l'angle le moins favorable, le petiot devait certainement avoir fugué de chez lui, mais pour quelle raison ? A moins qu'il ne lui fasse pas confiance.... Le blond décida de jouer cartes sur table.

     ▬ Effectivement, je n'ai rien à voir avec les Frey, je ne suis même pas du Conflans. Cela dit, si je te pose cette question c'est simplement parce que tu m'avais l'air perdu, mais si tu préfères te débrouiller seul, je pourrais le comprendre. »

     Le gamin avait l'air sur la défensive, cela dit le jeune homme ne pouvait pas lui en vouloir, lui-même avait été très méfiant après son départ de sa maison, seulement inutile de préciser qu'il était plus âgé et qu'il avait une meilleure expérience, ce n'était pas très comparable à la situation dans laquelle l'enfant semblait se trouver. Le chevalier recula légèrement, envisageant de laisser le garçonnet tranquille, il n'avait pas pour habitude d'imposer son aide et s'il préférait s'en tirer seul, ma foi, qui était le blond pour lui refuser ce droit ? Après un léger haussement l'épaules, Pryam se détourna et s'éloigna d'un pas, bien décidé à reprendre la suite de ses activités de la journée, mais quelque chose le fit stopper. Quoi ? La pitié, le désir de se sentir utile ou la culpabilité de laisser seul un enfant visiblement dans le besoin ? Le natif du Val ne le savait pas lui-même, en tous les cas, les yeux céruléen de l'errant se reposèrent sur le visage de l'enfant tandis qu'il hésitait. Après tout, que perdrait-il à proposer ? Si jamais l'envie lui en disait, le petiot pouvait bien refuser, au moins Pryam n'aurait-il pas le sentiment de faillir à son devoir en ne lui tendant pas la main. Un très bref moment d'hésitation de passa avant qu'il ne reprenne la parole du même ton rassurant que précédemment.

     ▬ Cela dit, si tu as le temps et que tu n'as pas trop de choses à faire, je peux te proposer d te payer quelque chose à manger.... En échange tu me diras ce que tu fais là ? Qu'en dis-tu ? »

     La proposition pouvait avoir l'air suspecte, il en était pleinement conscient, mais disons que Pryam se voyait mal donner quelques pièces au jeune garçon pour qu'il aille s'acheter un truc à manger, soit il finirait détroussé par d'autres gamins, soit pire que cela. De plus, il fallait avouer que la tunique des Frey intriguait beaucoup le Templeton, ce n'était pas souvent que les habitants des Jumeaux allaient de balader seuls à Port-Réal, surtout dans de telles rues. Après le blond n'était pas natif du Conflans et ne connaissait pas les habitudes des gens de cette région, mais disons que dans le Val il aurait été plutôt malvenu de laisser un enfant vadrouiller seul, sans aucune autre protection que le blason qu'il portait sur sa poitrine. Une fois de plus, les réflexions de Pryam le poussaient à croire que l'enfant devait avoir quelque chose à se reprocher, comme une fugue par exemple, sans quoi cela ferait belle lurette qu'il lui aurait dit s'être perdu non ? Soucieux de ne pas effrayer le petiot pour qu'il prenne ses jambes à son cou, l'errant se présenta.

     ▬ Je suis ser Pryam, un chevalier errant de passage à Port-Réal. Et toi, tu dois bien avoir un prénom j'imagine ? Même si tu n'as pas forcément à voir avec les Frey.... »

     Certes, le jeune enfant n'avait jamais prétendu ne pas être lié à cette famille, mais ce n'était pas dans les habitudes du jeune homme d'imposer sa volonté et d'obliger les gens à parler d'eux, si le petit préférait se taire et simplement donner son prénom, qui serait-il pour exiger le contraire ? Lui-même passait toujours son nom de famille sous silence, se faisant presque passer pour un roturier. Finalement, il n'était peut-être pas si différent que lui en y songeant. Cela fait, le natif du Val estima avoir rempli sa part du marché, désormais la balle était dans le camp de l'enfant. Accepter ne signifiait rien de lui que manger un bout dans la taverne du coin, quant à refuser, ma foi, il ne mangerait peut-être pas à sa faim avant un moment. Désireux de laisser la bride libre au petit, le chevalier conclure.

     ▬ Il y a une taverne deux rues plus loin, je vais m'y rendre et si tu te décides d'ici là, tu n'as qu'à m'y rejoindre. »

     Au moins il verrait qu'il n'y avait pas de piège comme cela ! Le chevalier se détourna, laissant toute la liberté possible au jeune enfant, puis Pryam s'éloigna pour tourner au coin de la ruelle et rejoindre la taverne dont il venait de faire état. Elle n'était pas difficile à trouver et assez peu remplie pour cette heure de la journée. Le blond poussa la porte et y entra pour s'installer à une table assez proche de l'entrée. Lorsque la serveuse arriva, il lui signifia attendre quelqu'un un moment. Si le garçon débarquait, il resterait, sinon il aurait perdu quelques minutes dans sa journée, mais rien de bien méchant après tout.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 24 Déc 2011 - 14:12

L’homme ne semblait pas avoir d’intention menaçante, pas à première vue du moins. Il ne s’était pas jeté sur lui, n’avait pas sorti d’arme et ne l’avait pas agressé verbalement, se contentant de le fixer avec ses yeux bleus. Le petit fronça les sourcils à la réponse négative de l’homme ; il n’avait donc rien à voir avec sa famille, ne venait même pas du Conflans, cela n’était pas étonnant qu’il ne sache pas que les Frey n’étaient pas sur place en ce moment même. Il lui fit d’ailleurs remarquer qu’il semblait perdu, ce à quoi l’enfant répondit par une moue boudeuse et bras croisés, soudainement fasciné par ce qui se trouvait de l’autre côté de la ruelle. Il n’était pas perdu, juste temporairement égaré. Il finirait bien par être retrouvé par un homme de sa famille, ou par un de ses frères, de toute façon, ce n’est pas comme s’il pouvait mourir, n’est-ce pas ? Ewald était de ces enfants qui pensaient que dans leur jeune âge, ils ne risquaient rien, les autres, peut-être, mais pas lui, non. De toute façon, pourquoi devrait-il avoir peur de mourir, comme on lui contait la mort, cela semblait être quelque chose de glorieux et de beau… ou quelque chose d’approchant, tant qu’on était le bon de l’histoire et franchement, est-ce qu’il était mauvais ? Avait-il tué le fils de quelqu’un ? Violé une demoiselle ? Volé un trésor ? Que nenni. Il avait certes volé quelques bouchées de pain en cuisine et ne s’était pas toujours comporté parfaitement, mais cela ne faisait pas de lui un coquin.

L’homme haussa alors les épaules et s’éloigna du petit noble d’un pas décidé avant de s’arrêter quelques pas plus loin. Ewald le fixa alors avec un regard interrogateur, était-ce une ruse ou l’homme avait simplement l’intention de s’adresser à lui, par pure gentillesse ou pitié ? Etait-ce cela un homme bon, juste comme le vantait les contes ? Ou juste un homme attiré par l’appât du gain. Après tout un enfant noble, sans personne aux alentours, cela restait une manière juteuse de se faire de l’argent. Mais là n’était pas la question, car il lui proposa surtout un repas, de quoi manger. Ce que son ventre approuva immédiatement d’un grondement sonore. Il fallait dire que l’offre était alléchante, ce n’était pas tous les jours qu’un parfait inconnu vous proposait de vous payer à manger en échange de quelques histoires, ce qui restait tout de même assez louche, même pour un gamin de huit ans.

Pourtant, le fait qu’il s’agisse d’un chevalier, même sans armure, sembla ôter presque tous les doutes qui subsistaient dans l’esprit de l’enfant. Un chevalier ne pouvait être que bon, n’est-ce pas ? Et puis, il avait l’air honnête avec ses cheveux blonds et ses yeux clairs, et son sourire… et surtout sa proposition. Pourquoi n’irait-il pas le croire après tout ? Néanmoins il avait mis en doute son appartenance à la maison Frey, comme s’il avait pu voler une tunique à quelqu’un, enfin… surtout sans laisser de véritables taches compromettantes dessus. Le petit se sentit vexé, bien sûr qu’il était un véritable Frey, de la lignée principale de surcroit ! Même s’il ne deviendrait jamais l’héritier des Jumeaux, il restait quelqu’un de relativement important dans la maisonnée, enfin…. Dès le moment où il serait capable de se servir d’une épée, cela va sans dire.

Mon nom est Ewald !

Mais l’homme s’était déjà détourné en lui donnant rendez-vous à la taverne qui se trouvait plus loin, lui laissant le libre choix de le rejoindre. L’enfant resta là quelques minutes à peser le pour et le contre. Il ne pouvait pas jurer sur l’honnêteté de l’homme, mais il y avait de quoi lui faire confiance, suffisamment pour penser qu’il n’irait pas le tuer après l’avoir égorgé. Le fait simple qu’il ait douté de son nom était peut être une ruse, mais prouvait également que l’homme n’avait pas grand-chose à y gagner à l’éventrer. De toute façon, il n’y avait rien à prendre sur lui, peut-être la tunique, mais il doutait tout de même que le grand chevalier puisse rentrer dedans –simple supposition tout de même. Et puis… et puis… c’était un chevalier ! Un véritable chevalier, pas un reitre, un garde ou un soldat, après tout. Ce qui fit définitivement pencher la balance vers la taverne fut la faim qui lui tiraillait l’estomac, qu’avait-il de plus à y perdre de toute façon ? Et peut-être que cet homme allait vers le Conflans ? Là bas, il pourrait dire qu’il était là, ou même l’emmener avec lui ? Le principal étant de rentrer chez soi, peu importait le moyen au final.

Trottinant sur ses petites jambes, il suivit le chemin qu’avait emprunté ser Pryam en se faufilant à travers les jambes des gens qui se tenaient dans la rue, ignorant les regards des hommes qui le fixaient et des enfants qui lorgnaient les bourses accrochées à leur ceinture, il concentra une bonne partie de son attention à trouver la taverne qu’avait mentionné précédemment l’homme. Il n’avait certes pas un sens de l’orientation phénoménal, et cela lui avait plus d’une fois joué des tours, mais lorsqu’il s’agissait de remplir son ventre, il savait plus ou moins se diriger, surtout qu’il était déjà passé plusieurs fois devant sans oser rentrer dedans, de peur d’être chassé.

Hésitant quelques instants devant la taverne, il finit par rentrer et chercha des yeux les cheveux blonds du chevalier, espérant ne pas s’être trompé d’endroit et surtout sur la personne, peut-être lui avait-il tout simplement fait une plaisanterie. L’homme était proche de l’entrée, tout seul, à une table. Le visage du garçonnet sembla un instant s’illuminer et il avança d’un pas timide vers celui-ci, ne sachant pas trop s’il devait s’asseoir ou rester debout et attendre son invitation.

Je m’appelle Ewald.

Moyen comme un autre d'engager la conversation et de faire savoir sa présence.. Et puis il n'était pas sûr que l'homme l'avait entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Sam 24 Déc 2011 - 19:35

     Les secondes défilèrent puis se transformèrent en minutes, Pryam se demandait sérieusement si le jeune garçon allait finir par venir ou s'imaginer qu'il encourait un quelconque risque en venait manger quelque chose dans cette taverne. Les pensées défilaient rapidement dans son esprit alors qu'il suivait machinalement du regard les personnes qui passaient devant sa table, puis une voix fluette se fit entendre, à peine perceptible avec tout le brouhaha de la pièce. Le chevalier tourna la tête en direction de ce qu'il pensait être le jeune garçon, puis un sourire se plaqua sur ses lèvres lorsqu'il se rendit compte qu'il s'agissait bien de lui. Ewald donc ? C'était un bon début, certainement un Frey étant donné qu'il se baladait avec leur tunique, mais il pouvait tout simplement être l'écuyer d'un chevalier de la maison, allez savoir, de toute manière le gamin finirait bien par parler, sinon tant pis. D'un signe de la tête, le blond indiqua une chaise à Ewald pour qu'il puisse s'installer, puis attendit que ce soit fait avant de prendre la parole à son tour.

     ▬ Ewald dis-tu ? Et bien enchanté dans ce cas. »

     Ce n'était pas parce que le petiot n'était qu'un enfant que l'errant allait lui manquer de respect pour autant, ce n'était pas dans ses habitudes et sachant qu'il donnait des fois du « ma dame » aux femmes de petite vertu qu'il avait croisé, cela donnait une idée de sa vision du respect. Faisant signe à l'une des serveuses, il lui demanda d'apporter de quoi manger pour le petit ainsi qu'un verre de lait de brebis pour agrémenter le tout et une pinte de bière pour le chevalier. Hors de question de laisser un enfant boire de l'alcool bien évidemment ! Alors que la jeune femme s'éloignait après avoir adressé un sourire amical à Ewald, Pryam resta un bref moment silencieux, attendant de voir si le gamin allait oser se lancer seul, mais il fallut reconnaître que la situation était plutôt inhabituelle et qu'il avait de quoi être intimidé. Le chevalier pouvait opter pour la technique brutal afin d'obtenir les informations qu'il désirait, mais ce n'était pas dans ses habitudes, si certains hommes ne reculaient pas devant l'idée de brutaliser un enfant, pour le natif du Val c'était tout bonnement impossible à envisager. Non, il allait faire comme toujours, se montrer avenant et essayer de mettre Ewald à l'aise pour lui faire comprendre qu'il ne désirait ni son malheur, ni lui faire dire quelque chose qu'il ne voudrait pas.

     ▬ Avant tout, sache que je n'ai aucunement l'intention de te tirer les verre du nez, je t'ai proposé ce repas en échange d'informations te concernant, mais si tu refuses de dire quoi que ce soit, je ne vais pas annuler notre accord pour autant. A toi de te montrer honnête. »

     Il était tout simplement en train d'utiliser la corde sensible que tout enfant honnête possédait. Pryam n'allait pas lui servir du « mon petit » ou des mots de ce genre, après tout il lui témoignait un respect digne d'un adulte alors pour quelle raison l'infantiliser en optant pour des qualificatifs ridicules ? Ewald connaissait la position du chevalier désormais, il pouvait décider de le rouler dans la farine en mangeant sans rien dire, mais dans ce cas ce serait lui et sa conscience qui se débattraient. C'était pour ça que l'on jugeait fréquemment le chevalier errant comme quelqu'un de trop utopiste ou naïf pour pouvoir être un bon combattant, il était vrai que Pryam préférait croire que l'enfant face à lui allait parler au lieu d'observer un silence obstiné. S'il se trompait, ce ne serait que quelques piécettes dépensées pour remplir l'estomac d'un enfant affamé ma foi. La pièce était toujours aussi bruyante, mais cela n'empêcha pas le blond de prendre la parole une fois de plus.

     ▬ Alors dis-moi, que faisais-tu donc dans cette ruelle si tu ne t'es pas perdu ? J'espère que tu n'as pas un maître ou un père qui te cherche quelque part dans la ville ? »

     Le jeune homme n'avait pas d'enfant, mais il savait bien que cela devait être extrêmement inquiétant si sa progéniture venait un jour à disparaître. Sa mère lui avait toujours dit que les enfants d'une personne était ce qu'elle avait de plus cher, toutefois le blond n'avait jamais remarqué cela chez son géniteur. Peut-être bien que les choses changeaient d'une personne à l'autre ? Peu lui chalait au final, seule la conversation actuelle comptait et le chevalier n'avait pas envie de s'encombrer inutilement l'esprit de pensées sans intérêt. Comme pour permettre au jeune garçon d'avoir un moment de répit, la serveuse arriva avec un bol de gruau plein et quelques autres petites choses à manger, posa le tout accompagné des deux boissons puis s'éloigna après avoir à nouveau décroché un sourire attendrit au jeune enfant. Visiblement il ne devait pas avoir trop de difficultés à se faire bien voir des gens et encore moins des dames. Pryam laissa le temps au garçonnet de se restaurer un peu, promenant ses yeux bleus sur la salle d'un geste machinal. Il n'y avait rien de très intéressant et l'attention de l'errant se reporta donc rapidement sur la frimousse de l'enfant avant qu'il ne continue du même ton posé.

     ▬ Mange doucement si tu n'as pas pu te restaurer depuis un moment, sinon tu vas finir la journée avec des crampes d'estomac. Ce n'était pas un ordre, simplement un conseil que le petit pouvait suivre ou ignorer. J'imagine que tu dois le savoir, mais c'est plutôt dangereux de traîner seul dans les ruelles de cette partie de la ville, surtout pour un garçon comme toi. »

     Lorsqu'il était écuyer, Pryam avait fréquemment été rappelé à l'ordre par son maître qui n'avait de cesse de lui dire de ne pas trop s'approcher des gens louches, mais comment repérer les gens louches ? Plus d'une fois le blond avait manqué de se faire ouvrir comme un poisson simplement parce qu'il avait le malheur d'avoir l'air plus riche que la moyenne, ce qui n'était qu'une illusion étant donné que son maître était pauvre comme Job. Le chevalier but une gorgée de la bière qui lui avait été servie, elle ne valait pas tripette, mais il avait appris à ne pas faire la fine bouche depuis le temps. Au final,mieux valait avoir une bonne compagnie pour boire une mauvaise bière qu'une excellente bière en mauvaise compagnie. Et Ewald, qu'était-il donc ? Reposant la pinte sur la table, les yeux du blond se posèrent une fois de plus sur le visage du petit, sans le juger pour autant.

     ▬ Alors, est-ce à ton goût ? »

     Il l'avait dit, il ne comptait pas lui tirer les vers du nez, ce serait au gamin de se lancer, Pryam lui avait tendu la perche en parlant de ce qu'il faisait dans ces rues, désormais le reste était entre les mains d'Ewald, tout comme sa cuillère d'ailleurs.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 24 Déc 2011 - 21:34

Le petit garçon avait attendu pendant un long temps qu’on le retrouve, qu’on le prenne et qu’on le ramène chez lui, et puis il avait cessé d’attendre et avait commencé à errer. On ne le remarquait pas, pas vraiment. Dans une foule il était un enfant anonyme, dans la rue il était la même chose. Il ne changerait pas vraiment, à vrai dire, il resterait le même gosse avec ce nez qui coule, ces grands yeux écarquillés et une petite mine. Lorsque le chevalier lui dit de s’asseoir, il se jucha sur le tabouret avec un grand sourire, content de pouvoir manger quelque chose de solide dans un endroit qui servait de la nourriture plus ou moins sûre. Et puis s’il n’avait pas à payer, tout serait pour le mieux, n’est-ce pas ? Ser Pryam semblait tellement digne de confiance que cela le changeait de la foule des badauds de Port-Réal. Son ancien chevalier n’était pas de ce genre, plutôt frustre, pas du genre à aller accepter de se nourrir dans des tavernes, ou lorsqu’ils étaient trop fatigués pour manger. Ewald était si facilement fatigué lorsqu’il était avec l’autre chevalier…

Moi aussi je suis enchanté de faire votre connaissance, ser Pryam !

Le petit était tellement content qu’il en gazouillait presque. Ser Pryam semblait pour lui maintenant l’équivalent d’une vieille connaissance qui venait le sauver de la misère de la rue où il se trouvait depuis quelques jours. L’homme ne semblait pas menaçant, et il lui rappelait en quelques sortes un de ses grands frères, ou plutôt un mélange entre Walton, son mestre de frère et Ryman, l’actuel seigneur des Jumeaux. Il n’aurait pas juré sur sa vie des bonnes intentions de l’homme, mais il se dégageait de lui quelque chose qui le mettait à l’aise et lui permettait de ne pas craindre pour sa vie ou pour ce qu’on pourrait lui faire. Une sorte de figure fraternelle et protectrice, quelqu’un de fort mais qui ne semblait pas être cassant comme l’étant son père. Il était quelqu’un dont il ne doutait pas un seul instant qu’il n’allait pas se jeter dans des entreprises obscures ; tout cela dans son innocence d’enfant.

Ewald acquiesça à chaque parole de l’homme. Bien sûr qu’il allait faire quelque chose pour justifier l’offre de l’homme, il serait mal venu de prendre un repas sans au moins concéder quelques informations à l’homme. Mais Ewald voulait d’abord pouvoir voir ne serait ce que la couleur de nourriture devant lui et se remplir un peu le ventre avant de céder des informations sur lui. Pas comme si elles étaient réellement importantes, il ne détenait aucune information capitale qui pourrait changer le destin de qui que ce soit, ormis le sien et il ne doutait pas un seul instant que Ryman le sacrifierait s’il devait choisir entre de l’argent/les Jumeaux/le bien de la famille et lui. Et même si ce n’était pas forcément l’honnêteté qui l’étouffait, il n’y avait pas de petits profits après tout, il savait être reconnaissant envers quelqu’un et savoir quand il devait quelque chose à quelqu’un. Et en ce cas, il devait bien quelques réponses au chevalier, il lui payait un repas après tout.

La serveuse à qui ser Pryam avait commandé un lait de chèvre, une boisson pour lui-même et à manger revint rapidement avec la commande et lui offrit encore un sourire auquel le petit garçon répondit volontiers, les mains bien en évidence sur la table. Lorsqu’elle disparut, le petit hésita un instant entre la nourriture et le lait avant de se décider pour la nourriture dont il enfourna une pleine cuillérée dans la bouche avant d’entendre la voix posée du chevalier. Avec un regard coupable il se mit à mâcher lentement la nourriture en acquiesçant doucement aux conseils du chevalier et se mit à mâcher longuement le gruau pour calmer sa faim et ne pas se jeter de suite sur le reste de la nourriture qui se trouvait sur la table. C’est toujours la bouche pleine qu’il manifesta son accord pour la qualité de la nourriture.

Vi, ch’est très bon ! merchi !

En tant qu’enfant de la noblesse, Ewald avait été habitué aux mets les plus délicats et les plus fins, mais en tant qu’enfant, il mangeait ce qu’il trouvait et qui pouvait remplir sa panse, surtout lorsqu’on avait faim, on ne faisait pas vraiment le difficile, ce serait suicidaire et vraiment mal élevé, et Ewald ne se considérait vraiment pas comme mal élevé… ou peut-être un petit peu, mais ce n’était pas l’histoire. Néanmoins, pour éviter de postillonner encore partout du gruau, il avala ce qui se trouvait dans sa bouche et attrapa son verre de lait à deux mains pour boire une gorgée avant de reposer sur la table le gobelet et de sourire encore une fois au chevalier.

Je sais bien que c’est dangereux, mais je sais pas comment rentrer chez moi.

Avec un froncement de sourcil, comme s’il réfléchissait, le petit Frey tenta de trouver un moyen d’expliquer avant d’hausser les épaules et de reprendre une cuillère de gruau et de mâcher consciencieusement la nourriture, comme si cela lui permettait de rester plus longtemps à l’abri de la faim.

Et pis ch’ais pas chi mon frère il me cherche ou pas, il doit pas chavoir que che chuis là tout cheul.

Ce n’était pas comme si son frère allait se poser constamment des questions sur lui. Peut-être l’avait-il oublié ? Peut-être était-il content d’être débarrassé de lui ? Après tout il avait Erron, son petit frère, et surtout son fils dont il devait s’occuper. Et puis il était seigneur des Jumeaux aussi, et il avait une femme, et d’autres frères… et… et … tellement de choses qui faisaient qu’Ewald n’était pas forcément dans l’ordre principale de ses préoccupations.

Vous chavez, mon frère il est très chimportant ! Il est très occupé, alors che chais pas ch’il penche à moi des fois..

Il avala de nouveau son repas et fit passer avec une nouvelle gorgée de lait en lorgnant sur le chevalier. Peut-être ne devrait-il pas autant parler de son frère ou de sa famille, peut-être ne devrait-il pas parler à cet homme. Peut-être devrait-il engloutir son repas sans un autre mot et détaler aussitôt son ventre plein ? Peut-être devrait-il tout simplement partir maintenant ? Mais le petit en doutait, il avait envie que quelqu’un entende ce qu’il avait à dire, et ce chevalier avait l’oreille pour écouter, alors il continua de parler.

Mon chevalier… et ben il est mort, alors je suis tout seul ici, donc j’attends mon frère, il me retrouvera peut-être vous savez.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Dim 25 Déc 2011 - 0:37

     Pryam promenait tour à tour son regard du jeune garçon aux autres clients, une habitude qu'il avait gardé après que son ancien maître lui eut appris que certains voleurs profitaient des tavernes pour repérer leurs clients. Il suffisait de bien observer les environs pour s'assurer que personne n'avait l'air de trop s'intéresser à votre conversation ou votre bourse. C'était aussi pour cette raison que l'errant ne payait jamais en sortant toute sa bourse à la vue de tous, il se contentait de tirer quelques pièces qu'il gardait spécialement à cet effet dans une autre bourse qui faisait moins mal au pécule si jamais il se la faisait voler. Mais pour le coup, rien ni personne de louche n'attirait son attention et c'était tant mieux. Si Pryam n'aurait pas de grosse difficulté à se défendre contre des voleurs de bas-quartier, avec Ewald ce serait différent et même s'ils n'étaient absolument pas liés, le fait qu'ils soient vus ensemble suffisait à créer un lien intéressant pour ces raclures d'hommes.

     Le jeune homme se concentra alors sur l'enfant qui mangeait d'un bon appétit, cela le fit sourire, les jeunes semblaient n'avoir aucun autre souci que de se remplir l'estomac, il l'avait toujours remarqué lorsqu'il séjournait dans une taverne où les enfants étaient légion. Au moins ferait-il bonne ripaille c'était l'essentiel ! Toutefois, l'instinct du chevalier ne l'avait pas trompé, le garçonnet semblait être quelqu'un d'honnête car après avoir mangé un petit moment, il répondit brièvement, expliquant qu'il avait beau savoir que les ruelles de cette ville étaient dangereuses, il ne pouvait malheureusement pas rencontre chez lui. Cette déclaration provoqua un léger froncement de sourcils chez le blondinet qui échafauda une fois de plus quantité de possibilités. Le petit pouvait avoir été chassé de chez lui, peut-être que sa maison avait été détruite par les Fer-nés, ou peut-être encore était-il trop jeune pour pouvoir se souvenir du chemin à emprunter ? Tout était possible et pour être franc, il avait surtout réussi à provoquer encore plus d'interrogations dans l'esprit de l'errant en répondant à sa question.

     Lorsque le gamin enchaîna après avoir encore englouti quelques bouchées, Pryam tendit l'oreille, attentif à tout ce qui traversait les lèvres de Ewald – et qui n'était pas du gruau heureusement – cela le renseignait, mais pas énormément. Le frère du jeune garçon devait être affreusement inquiet de ne pas avoir de nouvelles de son frère, du moins c'était comme ça que le blond le voyait étant donné que lui-même était tourmenté depuis la fugue de sa sœur. Le contraire était impensable ! Toutefois lorsque le petit poursuivit en déclarant que son frère était un personnage important, l'errant commença à se dessiner une situation en tête. Cela dit, important était relatif, pour un gamin de cet âge même le chevalier devait sembler un minimum important, ce qui était malheureusement bien loin d'être le cas ! Pryam restait silencieux, se contentant de boire de temps en temps alors que l'enfant répondant en agrémentant son discours de quelques bouchées de gruau, puis arriva la fin alors qu'Ewald déclara que son chevalier était mort. Il était donc écuyer. Une expression désolée se plaqua sur le visage, le blond se souvenait encore de la peine éprouvée à la mort du sien alors qu'il était beaucoup plus âgé, un peu comme de perdre un second père.

     ▬ Je suis navré pour ton chevalier, j'avais aussi perdu le mien lorsque j'étais écuyer, je sais que ce n'est pas très facile. Mais tu n'as pas à attendre ici, surtout si tu viens du Conflans, tu risques de patienter très longtemps tu sais. »

     Après peut-être que le petiot ne nourrissait pas d'amitié particulière à l'égard de son ancien chevalier, tous les hommes qui portaient le titre de ser n'étaient pas des saints, la preuve avec le premier chevalier dont Pryam avait été l'écuyer. Un homme imbu de lui-même et désireux de se mettre en avant même si pour cela il devait humilier son écuyer. Le goût amer des souvenirs remonta et il le fit partir avec une gorgée du liquide ambré puis reposa la pinte sur la table pour planter son regard dans les yeux du jeune garçon. Son esprit fonctionnait à plein régime, il avait été recruté par lady Rivanon Mallister la veille et prévoyait de partir pour Salvemer dans quelques jours, peut-être qu'il pourrait faire une halte là-bas pour le déposer ? Au pire il le laisserait chez les Mallister qui se feraient certainement une joie de ramener le fils ou le frère du lord Frey chez lui ! Pryam passa sa main sur ses lèvres dans un geste de réflexion, il ne parlait jamais sans être bien sûr de ce qu'il allait dire, certains prenaient cela pour de la stupidité et une lenteur mentale, en réalité c'était simplement le désir de ne pas parler dans le vent.

     ▬ Si cela t'intéresse, je dois me rendre à Salvemer, j'ai été engagé par lady Rivanon Mallister pour défendre sa ville contre les Fer-nés. Si mes déductions sont bonnes, j'imagine que tu dois être le frère de lord Frey ? Je suis certain que l'on pourrait faire une halte aux Jumeaux avant que je ne parte pour Salvemer.... Il marqua une petite pause. Ou alors te déposer chez les Mallister qui se débrouilleront pour te faire escorter chez toi. »

     Il retomba dans le silence, promenant une fois de plus son attention sur les environs, sa voix s'était légèrement abaissée dans les décibels, crier que le gamin était éventuellement le frère d'un lord important n'était pas la meilleure des choses à faire. Le dernier souhait du blond était bien de poser des problèmes à l'enfant qui n'avait rien demandé à personne au final. Le regard céruléen du chevalier revint une énième fois sur le minois de l'enfant, il devait certainement avoir besoin de dormir, vu que Pryam prévoyait de partir le lendemain ou le sur-lendemain, cela lui laisserait le temps de se remettre en forme. Sans compter que depuis son passage dans le Val, l'errant avait hérité d'une mule gracieusement offerte par lady Maura Arryn. Après ce bref instant de réflexion, le jeune homme conclut sa proposition.

     ▬ Tu pourras dormir à l'auberge où je séjourne le temps que nous partions si tu acceptes, l'affaire d'un jour, deux tout au plus. J'ai une mule en plus de mon destrier et je voyage seul, je pense que cela devrait nous permettre de rallier rapidement ta maison. »

     Le plan se dessina parfaitement dans l'esprit du chevalier, il se rendit alors compte que sa bienveillance – enfin plutôt ce qu'il faisait naturellement vu son métier – pouvait être interprété comme quelque chose de louche. Un sourire se dessina à nouveau sur ses lèvres en imaginant les pensées qui pouvaient bien défiler dans l'esprit du garçon à ce moment. Après avoir avalé une nouvelle gorgée, il conclut sur des paroles qui se voulaient rassurantes.

     ▬ Je sais que ma proposition doit avoir l'air louche, mais j'ai mes raisons, j'ai aussi des frères et sœurs et il ne me plairait pas de les savoir seuls dans une telle ville. Sans compter que les chevaliers doivent aider les gens dans le besoin. A toi de voir. »

     Pryam n'allait pas obliger le petiot à accepter sa proposition après tout, chacun était libre de faire ce qu'il voulait ! Cela dit, si jamais le jeune garçon choisissait de rester à Port-Réal, le chevalier était bien décidé à parler de lui à lady Rivanon ou un membre de la famille Mallister, lord Frey serait certainement rassuré de savoir que son frère avait perdu son chevalier. Et s'il ne l'était pas, c'était un bien piètre frère.... Et autant dire que le chevalier n'avait que très peu d'estime pour de telles personnes, surtout qu'Ewald semblait être un enfant on ne peut plus agréable. Du moins de prime abord, après en profondeur, cela restait à vérifier. Puis un peu de compagnie sur les route, qui pouvait refuser ? Certainement pas Pryam.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 25 Déc 2011 - 17:11

Même si ser Pryam ne lui accordait pas toute son attention, ou du moins ne le fixait pas manger bouchées par bouchées, le petit ne s’en sentit pas décontenancé pour un sou, il avait décidé que l’homme pouvait avoir toute sa confiance et était indubitablement quelqu’un de bon et de généreux. De ce genre d’homme qui n’était pas là avec pour but premier de lui faire du mal à plus ou moins long terme. Au contraire même, il lui avait payé ce repas – du moins l’espérait-il- et s’inquiétait suffisamment pour lui qu’il lui posait des questions. Ewald était prêt à jurer que ce n’était absolument pas le cas de tous les hommes ou de tous les chevaliers du coin. S’il était allé mendier quelques bouchées de pain ou de la nourriture auprès d’un de hommes qui se trouvait attablé un peu plus loin, il aurait eu plus de chance de recevoir un coup qu’un morceau de nourriture. Alors Ewald se concentra sur sa nourriture plutôt que sur les coups d’œil du chevalier sur les autres tables, mâchant consciencieusement chaque morceau afin de faire durer le plaisir d’une nourriture saine et nourrissante. Aux mots de condoléances et à la mine désolée du chevalier, le petit Frey se contenta d’hausser les épaules et de lâcher un vague.

Il était méchant.

Alors certes, pour tout enfant dont les vœux sont contrariés, qui sont fatigués ou qui ne veulent pas faire quelque chose, un adulte est méchant, et cela ne changeait pas réellement pour Ewald qui était en somme toute un petit garçon qui aurait préféré rester chez lui que de courir les routes avec un homme brusque qu’il ne connaissait pas. Mais, l’homme n’était pas de première civilité et n’était pas là pour se faire apprécier des enfants, soit on marchait droit, soit on marchait droit avec un bon coup et quelques insultes, et sans pleurnicheries s’il vous plait. Cela avait été un grand changement pour le gamin qui avait pris l’habitude de chouiner dès que quelque chose le contrariait ou qu’il ne se sentait pas à l’aise, plus personne ne venait le bercer et le cajoler, on ne lui offrait plus des friandises, on ne lui passait plus les jeux ou les bêtises et surtout, surtout, on ne le protégeait plus des coups et de la vie. Même si ses frères aînés, Ryman et Maleck, n’étaient pas de ce genre d’hommes à accepter qu’on vienne pleurer dans leurs jambes pour un rien, ils le défendaient constamment de toutes les menaces qu’on aurait pu lui faire… Et Tiber le cachait des fois, et ses sœurs et ses autres frères jouaient avec lui. C’était fini les jeux, les courses poursuites dans les couloirs, les cris et les fuites face aux colères de Ryman ou de sa femme pour avoir réveillé le petit Walder ou l’avoir fait tombé lorsqu’il tentait de les rattraper. Ewald retint de justesse un sanglot et se frotta le nez, il voulait rentrer à la maison, il en avait marre de la chevalerie et de toutes ces choses, c’était beau quand on racontait, mais ce n’était vraiment pas facile au quotidien. Alors quand Pryam lui proposa de le prendre avec lui jusqu’au Conflans, il se redressa sur son tabouret. Bien sûr que pour lui, cela semblait être une bonne idée, et le nom de Mallister lui était familier, c’était dans les Conflans, et ils n’étaient pas des ennemis de sa famille, alors cela voulait dire qu’ils pouvaient le ramener chez lui.

Oui, oui ! Ryman !

Le petit sautait presque sur sa chaise, il n’avait plus qu’une pensée en tête : Maison. Ce chevalier était forcément un envoyé des Septs, ou quelque chose dans le genre, il ne pouvait tout simplement pas être juste là et juste être bon. Il le nourrissait, le sortait de la rue et le proposait de le ramener chez lui, ou du moins en terre connue. Tout lui semblait d’un coup parfait, dans le meilleur des mondes. Il délaissa quelques secondes la nourriture pour détailler du regard son sauveur. Et puis il retourna son attention sur le gruau et se remit à mâcher avec enthousiasme, ses problèmes allaient disparaitre grâce à l’aide de cet homme, si tout allait bien. Rien de ce qu’il ne pouvait dire ne lui semblait louche, vu qu’il lui promettait de rentrer chez lui, en quel honneur aurait-il pu douter de cet homme ? Et il lui proposait même de dormir avec lui à l’auberge –enfin de dormir à l’auberge… Relevant les yeux de son verre de lait, il fronça d’un coup les sourcils et, la bouche pleine de lait et de gruau demanda :

Vous z’avez pas d’écuyer ou de chevalier qui va avec vous ?

Après tout, pour Ewald, cet homme devait avoir des amis, ou un écuyer, ou un proche pour être avec lui, sa bonté devait venir de quelque part, ou attirer des gens. Il était inconcevable que cet homme ne soit pas apprécié par d’autres personnes que lui.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Lun 26 Déc 2011 - 12:46

     Visiblement le gamin n'avait pas l'air de trop regretter son précédent chevalier, d'un côté le natif du Val pouvait le comprendre, si c'était le type bouffit d'arrogance et incapable de compassion, il y avait de quoi ne pas l'apprécier. Après, le blond ne se fiait pas trop au terme employé, les enfants avaient une certaine tendance à trouver tout le monde « méchant » pour un oui ou pour un non, bien que la manière dont Ewald réagissait laissait croire à l'errant qu'il avait de bonnes raisons de dire cela. Pryam acquiesça sans prononcer le moindre mot, après tout rien ne changerait la situation, que l'enfant dise vrai ou rajoute au tragique de la chose, l'homme était mort et il devait certainement y avoir bien assez de monde pour le regretter dans sa famille, sans quoi cela signifiait qu'il ne devait pas être quelqu'un de très bon. Peut-être que le petiot finirait par trouver quelqu'un pour le remplacer, un chevalier qui servait les Frey, voir même l'un de ses frères éventuellement ? Bien que ce n'était pas fréquent pour des raisons évidentes, le chevalier savait que certaines personnes prenaient des membres de leur famille comme écuyer.

     En tous les cas, l'idée de rentrer chez lui semblait enchanter l'enfant qui manqua de sauter sur sa chaise, cette constatation fit sourire le blond, il était toujours agréable de voir que certains n'étaient pas contre l'idée de rentrer au bercail. Et bien dans ce cas, son voyage dans le Conflans aurait une double utilité, laisser cet enfant aux Mallister pour qu'ils puissent le confier à la garde de sa famille et en même temps remplir son contrat pour lady Rivanon. Le silence retomba entre eux alors que les autres clients continuaient de manger, rire, plaisanter, comme s'ils étaient seuls au monde, Pryam perçut le regard de l'enfant, mais comme celui-ci ne dit rien, l'errant l'imita. Peut-être pesait-il le pour et le contre ? Cela faisait si longtemps que le chevalier avait eu son âge – il avait l'impression que c'était des siècles en arrière – le blond ne savait plus comment l'on réfléchissait à cet âge. Le silence se prolongeait alors que la serveuse revint vers eux en interrogeant l'adulte du regard afin de savoir s'ils désiraient autre chose, un simple signe de dénégation suffit à la faire prendre congé, juste au moment où le jeune enfant redressait son minois pour poser une question tout à fait justifiée. Il était vrai qu'un chevalier « normal » avait toujours des compagnons avec lui, ou tout du moins un jeune écuyer. Mais Pryam non. Oh, pas parce qu'il se refusait à cette idée, mais tout simplement parce qu'il n'avait encore jamais rencontré quelqu'un qui désire l'accompagner ou dont le jeune homme appréciait la présence. Un bref instant d'hésitation, puis l'errant répondit.

     ▬ Non, je n'ai pas pour habitude de faire des contrats sont les autres chevaliers sont friands.... Et je n'ai jamais croisé d'écuyer désireux de devenir le mien, les chevaliers errants n'ont pas très bonne réputation vois-tu. »

     C'était un peu difficile à expliquer pour un enfant, disons simplement que les chevaliers « normaux » avaient tendance à chercher la gloire et les faveurs des dames, les aides que le blond apportait n'étaient pas vraiment celles dont on rêvait en étant écuyer. Pryam n'allait que rarement sauver une demoiselle en détresse capturée par des pirates Fer-nés, lui c'était plus le type à aider une demoiselle de petite vertu à rallier une autre ville. Ce n'était pas pour rien que les chevaliers errants étaient si mal perçus, l'on considérait souvent sa manière de travailler comme s'il était un mercenaire avide d'argent alors que ce n'était pas du tout le cas. En somme, tout cela était bien trop obscur et compliqué pour pouvoir l'expliquer à un jeune garçon. Ce n'était pas pour les mêmes raisons que les écuyers n'étaient pas particulièrement désireux de venir avec lui, à ce niveau c'était généralement plus les parents qui refusaient de voir leur enfant entrer au service d'un errant. Les gamins n'étaient pas aussi stupides que les adultes et bien souvent, Pryam se disait qu'il préférait leur compagnie. Ewald en était l'exemple flagrant, il ne voyait qu'un homme désireux de l'aider en lui alors qu'un adulte aurait aussitôt envisagé qu'il puisse avoir une idée derrière la tête et qu'il souhaitait le détrousser ou pire. Cela dit, la curiosité du petiot était plutôt une bonne nouvelle, cela signifiait qu'il commençait à se sentir plus à l'aise et qu'il était désireux de parler, Pryam en profita donc.

     ▬ Je suis persuadé que ton frère te trouvera un meilleur chevalier. Tu sais, ce n'est pas parce que ta première expérience était mauvaise que la suivante sera de même. Il ne faut pas baisser les bras. »

     Puisque l'enfant n'avait pas nié ce que le chevalier avait dit précédemment, cela signifiait donc qu'il était bel et bien un enfant Frey. A ce niveau, il n'y avait pas énormément de possibilités, comme tous les chevaliers le blond connaissait à peu près tous les noms des lords des maisons importantes ainsi que leur âge et comme Ewald venait de dire que son frère était important, cela signifiait certainement qu'il devait être le dernier né de sa fratrie. L'enfant n'aurait absolument aucune chance d'hériter un jour d'un quelconque titre, dans compter que si son frère avait déjà des enfants, ses chances étaient totalement ruinées, le mieux restait donc de devenir chevalier s'il souhaitait se démarquer dans un domaine. Avec un nom aussi connu que celui de l'enfant, ce dernier n'aurait pas de grandes difficultés à trouver un maître pour s'occuper de lui, le chevalier ne doutait pas une seule seconde que dans une dizaine d'années l'enfant serait devenu un bon chevalier. Pryam avala une nouvelle gorgée de sa boisson qui laissait déjà voir le fond de la pinte, puis il la reposa sur la table alors que l'enfant continuait à manger, visiblement il avait réellement faim ! Une question restait sans réponse dans son esprit et le natif du Val était bien décidé à l'éclaircir, il ne se gêna donc pas.

     ▬ Mais, comment t'es-tu retrouvé ici ? Ton chevalier est mort à Port-Réal ou tu es venu t'abriter ici ? »


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 26 Déc 2011 - 13:24

Son ventre commençant à être bien rempli, le petit cessa doucement de s’empiffrer et repoussa le plat qui se trouvait devant lui en continuant de lorgner le chevalier qui buvait tranquillement sa propre boisson. Une fois, lors d’un banquet, Ewald avait bu dans le gobelet de son frère ce qu’ils nommaient vin, mais il n’avait pas du tout aimé, alors le petit ne comprenait pas tellement l’engouement des adultes pour cette boisson qui n’avait aucun goût et qui faisait tourner la tête. Il préférait de loin le lait qui se trouvait dans son propre verre que le vin ou tout autre alcool. Il renifla un bon coup et se torcha le nez avec sa manche ; le chevalier n’avait pas de compagnon. Etait-ce une bonne ou mauvaise chose ? Pour Ewald, il s’agissait bien sûr de quelque chose de mauvais, pas dans un sens dangereux, mais pour la personne en question qui devait se retrouver isolée pendant de longues périodes.

C’est pour ça que vous êtes bon ? Parce qu’y a personne qui est avec vous ? Et puis, ils veulent pas être avec vous parce qu’ils sont méchant, ou parce que vous voulez pas d’eux ? Ou ils vous trouvent méchant ? Pourquoi ils veulent pas venir avec vous ? Pourquoi vous êtes chevalier errant ? Ma sœur, eh ben elle dit qu’il y’a beaucoup de chevaliers errants qui ont fait plein de bonnes choses, mais que parfois ils sont méchants. Vous êtes méchant ? Moi j’suis sûr que vous l’êtes pas !

Des dizaines de questions brûlaient la langue du gamin, et il en aurait bien posé encore bien d’autres s’il avait le souffle, ou s’il ne devait pas son repas de cet homme. De toute façon, pour le garçonnet, l’homme était chevalier, errant ou non. Et pour lui il n’y avait pas de différence. Un chevalier, ça errait pour sauver les gens non ? Alors pourquoi tous les chevaliers n’étaient pas qualifiés d’errants ? Tout cela lui semblait bien obscur et il se promit de poser la question à ses frères lorsqu’il serait de retour aux Jumeaux. Parce que ses frères, eux, ils savaient tout. Ils étaient des chevaliers, enfin... pour l’instant il n’y en avait que deux qui l’étaient, mais Tiber n’allait pas tarder non plus. Et les chevaliers, c’était intelligent, beau, fort et ça avait réponse à tout. Alors, le petit n’était peut-être plus sûr de vouloir devenir chevalier, parce que c’est drôlement fatiguant tout de même, mais il ne pouvait s’empêcher d’admirer ces hommes en armure. Ils étaient toujours les héros des légendes, des contes et des mythes que l’on racontait au coin du feu, ce n’était probablement pas pour rien. Avec un grand sourire ornant son visage, il se balança légèrement vers l’avant pour se tenir plus près de la table.

Peut-être… il est très occupé, Ryman. Et puis, ça a l’air d’être très compliqué d’être chevalier, nah ?

Haussant les épaules comme il avait vu son père faire de nombreuses fois, il attrapa son verre et entreprit de finir le lait qui restait dedans et reposa le verre au bord de la table, balançant ses jambes d’avant en arrière. Son chevalier, lui, il n’aurait pas été aussi gentil, il ne lui aurait pas posé de questions, mais il le laissait gazouiller de temps en temps, ne l’écoutant pas, mais il était difficile de faire taire un gamin qui avait un trop plein de choses à dire. L’homme n’était probablement pas le pire du monde, mais il n’était pas le plus aimable et préférait la compagnie de la boisson et des femmes à celui de son écuyer. Probablement comme la plupart des hommes de cet âge… Et le petit Frey était probablement comme tous les enfants de son âge, un besoin constant d’attention, et peu d’envie de passer sa vie à trainer la patte derrière un homme qui n’écoutait pas.

Nah, y’avait un tournoi ! Et euh… ben.. voilà. Il était mort !

Ne sachant pas comment expliquer quelque chose qu’il n’avait pas réellement lui-même compris, il fit une petite moue et croisa les bras, fixant les poutres du plafond avant de se redresser sur son siège. Il mit son pouce sur son front, entre les deux yeux et descendit jusqu’au niveau de l’œil gauche avec une grimace, louchant légèrement, comme pour mimer une blessure.

Là, comme ça ! C’était pas beau !


Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Lun 26 Déc 2011 - 20:09

     Le gamin repoussa l'assiette, visiblement il avait la panse suffisamment remplie ce qui était une bonne chose, au moins ne tomberait-il pas d'inanition et Pryam n'aurait pas à se sentir coupable d'avoir laissé un gamin dans le besoin ! Quelques secondes passèrent alors que les deux se regardèrent et que soudain l'avalanche de questions tomba. Il était vrai que les jeunes enfants avaient pour habitude de poser tout un tas d'interrogations, le chevalier en avait presque oublié leur don pour pointer du doigt les choses qui n'étaient pas claires. Un sourire se dessina sur les lèvres pleines du blond alors qu'il entendit l'enfant le taxer de « bon », ce n'était pas tous les jours qu'on lui offrait un tel qualificatif pour être sincère et Pryam doutait même de le mériter. Les adultes n'étaient pas très portés sur les compliments pour ne pas dire franchement avares à ce niveau, l'innocence des enfants était des fois rafraichissante. L'errant laissa Ewald s'interroger tout seul en passant au crible une infinité de possibilités, se contentant de rester silencieux en notant que visiblement le petiot avait aussi une sœur. Famille nombreuse s'il se souvenait bien et dire qu'il n'y avait pas un seul de la fratrie qui s'était demandé où leur benjamin était passé ?! Surprenant ! Cela dit si comme l'avait expliqué l'enfant, son chevalier était décédé récemment, la rumeur n'était donc peut-être pas encore arrivée jusqu'aux Jumeaux.

     Ewald se pencha en avait comme s'il était en train de raconter une confidence au blond qui l'écouta avec toujours autant d'attention, dur d'être chevalier ? Pas vraiment, en réalité le plus dur restait certainement de ne pas tomber dans la facilité et de s'associer à un seigneur quelconque qui payerait grassement ses services. Cela dépendait des personnes, aux yeux du natif du Val il n'y avait aucune raison pour qu'un métier soit plus rude qu'un autre, chacun avait ses points positifs et négatifs, puis à bien y songer, comparé aux paysans qui travaillaient quotidiennement dans les champs, il était plutôt bien loti. Arriva alors l'explication sur la mort du chevalier du petiot qui prit la peine de vider sa boisson avant de répondre, expliquant que l'homme était mort lors d'un tournoi. Pas vraiment très glorieux en réalité, ce n'était pas comme de combattre pour défendre la veuve et l'orphelin et de se faire tuer à ce moment. Cela dit, soyons réalistes, combien de chevaliers mouraient avec autant d'honneur ? Si peu, la plupart décédaient dans leur lit ou celui d'une prostituée. En tous les cas Ewald possédait un talent certain pour la comédie lorsqu'il mima la manière dont son chevalier avait été blessé, cela ne devait pas être très beau à voir, mais après tout rares étaient les blessures ragoûtantes. Il hocha la tête pour confirmer les derniers mots de l'enfant.

     ▬ Je veux bien te croire, les blessures au visage sont rarement élégantes je crois. »

     Pryam avait entendu parler du Prince Baelor qui s'était pris un coup de masse en plein dans le casque, par le Prince Maekar en personne de ce que l'on racontait ! Il avait continué à vivre un bon moment, le temps qu'on lui enlève le casque qui s'était enfoncé sur son crâne, puis ce dernier était tombé au sol, déversant tout le contenu de sa tête. Rien qu'à l'entendre raconté par un vieux croisé dans une taverne, Pryam en avait eu des haut-le-cœur. Il n'était pas d'une nature fragile, mais imaginer que l'on pouvait continuer à marcher, à parler et même à réfléchir alors que l'on était déjà mort, inutile de dire que l'idée était affreuse et inquiétante ! Le natif du Val n'avait jamais participé à un tournoi et pour être franc, le nombre de chevaliers tués « accidentellement » n'allait pas l'encourager dans cette voie ! Chassant ses pensées, il se concentra à nouveau sur l'enfant.

     ▬ Et rassure-toi, ce n'est pas difficile de devenir chevalier, il suffit de bien travailler et de correctement t'entraîner et tu y arriveras. Après si tu ne fais rien, forcément ce sera impossible, mais au moins tu te sentiras d'autant plus fier de l'être non ? »

     Pryam avait toujours été sincèrement impressionné par les chevaliers lorsqu'il était gamin, lorsque son père lui apparaissait encore comme un véritable héros des temps anciens. Cela s'était rapidement dissipé dès qu'il avait compris que son géniteur n'était que désireux de gagner en renommée et de devenir un homme plus important, mais ce n'était pas pour autant que son envie de devenir chevalier avait été amputée. Au contraire. Le jeune garçon avait l'air d'être assez respectueux, il était encore jeune et malléable comme le disait si bien ser Symond, peut-être qu'il deviendrait un grand chevalier dans une quinzaine d'années alors que Pryam ne serait éventuellement plus de ce monde ? Terminant son boisson, le blond repoussa à son tour le broc vide.

     ▬ Je ne suis pas bon tu sais, je fais simplement mon métier et normalement les chevaliers sont censés aider les gens dans le besoin. Tu l'étais et tu l'es toujours il me semble ? Je veux de qui désire voyager avec moi, mais malheureusement les gens retiennent bien plus souvent les méchantes choses que les bonnes. Ta sœur a raison, certains chevaliers errants n'ont pas été très respectueux et ça retombe sur les autres. »

     C'était difficile à expliquer à un enfant sans parler trop sérieusement ou sans trop infantiliser ses termes, Pryam n'était pas expert dans l'art de bavarder avec les jeunes pour être franc. Il fit signe à la serveuse qu'il souhaitait payer et elle s'approcha de leur table pour débarrasser les quelques affaires avant de ramasser l'argent donné par le chevalier ainsi qu'un pièce pour son usage personnel. La belle offrit un dernier sourire à Ewald avant de s'éloigner pour rejoindre les cuisines. Détachant son regard de la silhouette de la femme, le blond le reposa sur le minois du gamin, il avait volontairement occulté certaines questions posées par l'enfant, il était trop difficile d'expliquer ses choix personnels après tout, sans compter que cela ne regardait que lui.

     ▬ Alors, désire-tu encore autre chose ou est-ce que tu es prêt à sortir ? J'imagine que tu dois bien avoir quelques affaires à récupérer quelque part non ? Qu'est devenu ton.... Chevalier après sa mort ? Il était d'une famille noble ? »

     Au pire si le gamin n'avait rien d'autre, il resterait avec ce qu'il avait sur le dos le temps qu'ils rejoignent Salvemer, ou il se ferait tremper tout entier par les domestique de la taverne qui ne résisteraient certainement pas devant un minois aussi charmant. Du moins si l'on se basait sur les sourires de la serveuse.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 26 Déc 2011 - 22:48

Avec un petit rire, l’enfant continua de se balancer sur son tabouret, les jambes pendantes. Pour sûr qu’une blessure à la tête, ce n’était pas beau à voir. Après tout c’est souvent de là que ça saignait le plus, et ne disait-on pas que la meilleure façon de tuer lors d’un duel, c’était de viser la tête ? C’était ce que Ryman disait, alors il fallait le croire, il était un bon chevalier, il savait ce qu’il fallait faire pour gagner. Tuer, écraser le cervelet, ou au moins aveugler – temporairement ou non – était plus que pratique pour avoir un avantage conséquent lors d’un combat. Il s’agissait donc pour Ewald d’une mort de chevalier, comme la décrivait son frère lorsqu’il racontait avec morgue les ennemis qu’il avait défaits en combat singulier. C’était généralement à ce moment là que sa sœur quittait la table et que Maleck et Tiber ricanaient en levant les yeux au ciel avant de changer de sujet et d’ignorer l’actuel Lord des Jumeaux qui poussait un soupir agacé et boudait un peu en mâchonnant son repas, malgré les demandes des plus jeunes de continuer ses histoires. Ewald, son petit frère et son neveu adoraient les histoires de combat, de chevalerie et d’honneur de la famille Frey, et même s’ils connaissaient la plupart des histoires, ils ne cessaient de demander aux aînés de les conter alors que le repas est terminé. Lorgnant encore et toujours sur son vis-à-vis, le petit Frey se demanda si ser Pryam avait aussi de bonnes histoires à raconter et s’il avait des talents de conteur ou si ses qualités n’étaient que celles d’un bon chevalier.

Oui, mais c’est dur nah ? Et puis, et puis, c’est dangereux ! Parce que, parce que et ben mon père, il était chevalier et il est mort !

Alors certes, son père était chevalier, mais il n’était pas réellement décédé dans l’exercice de ses fonctions de chevalerie, mais plutôt dans un bête accident de chasse – c’était fou le nombre de gens qui décédaient dans un accident de chasse, toujours à un moment opportun pour un autre. Mais pour le gamin, un chevalier restait un chevalier, et peu lui importait la façon de mourir de celui-ci, elle restait celle d’un chevalier. Le petit ne faisait pas grand cas des morts qui n’étaient pas Lord ou Chevalier, car cela n’avait pas quelque chose de grandiose ou d’impressionnant, s’il mourrait, et bien c’était dommage, mais il n’avait pas atteint un statut assez grand pour qu’on fasse attention à lui.

Lorsque Pryam lui fit remarquer qu’il n’était pas ‘bon’, le monde sembla s’écrouler pour le petit. Mais alors… qu’est-ce que c’était que d’être bon ? Etait-ce cracher sur les pauvres, ne pas leur apporter du soutien, pourfendre les faquins du haut de son beau destrier, culbuter la gueuse, ripailler et attraper la vérole ?

Mais… alors t’es méchant ? Tu fais des choses méchantes aux gens et ils veulent pas de toi ? Mais pourquoi t’es pas bon ? C’est quoi être bon alors ? Si t’es pas bon t’es pas un chevalier ! Parce qu’il faut être bon pour être chevalier. Mais t’as dis que t’étais chevalier, donc tu es quelqu’un de bon ! Et si t’es pas quelqu’un de bon, alors tu es quoi ? Tu es chevalier et bon, donc tu es un bon chevalier ! Sinon moi je comprends pas !

Presque au bord des larmes, le petiot fixa la serveuse qui lui faisait un sourire avec une moue d’enfant battu, il avait envie de lui demander de dire au chevalier qu’il était quelqu’un de bon, parce que maintenant, il n’était plus sûr de rien. Il voulait au moins savoir ce qui se passait dans son monde, et pour cela il avait besoin des certitudes qu’un enfant a à propos de ses héros, de ses demi-dieux ; les chevaliers. Secouant la tête avec un sanglot le petit sauta de son tabouret en se frottant les yeux. Il ne voulait pas que ser Pryam soit quelqu’un de méchant, sinon comment pourrait-il rentrer aux Jumeaux, retourner dans les Conflans, ou quoi que ce soit d’autre ? Il renifla vaillamment à la question du blond.

Ch’ais pasreniflec’pas moi qui ait récupéré ses affaires, c’est Diar’ qui a tout prisrenifle parce qu’il était grand et qu’il était fort et qu’il avait plus de besoins.

Ewald avait juste envie de s’accrocher à la jambe du blond et de pleurer tout son saoul et qu’il lui promette qu’il était un homme bon, quelqu’un de puissant et de fort qui pourrait le protéger de tous les dangers de la vie jusqu’à qu’ils soient dans les Conflans ou chez les Mallister. Avec un gros sanglot, il leva les yeux vers l’homme et d’une toute petite voix, il demanda :

Vous allez quand même me ramener chez moi, hein ? Moi j’m’en fous si vous êtes pas bon, je veux juste rentrer chez moi, parce que vous êtes gentil avec moi.


Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Mar 27 Déc 2011 - 13:04

     Ewald avait des réflexions d'enfant, c'était étrange de voir les choses sous cet angle et de savoir quel crédit il fallait leur apporter. Son père était mort, mais peut-être pas directement en raison de son métier, les choses s'emmêlaient tellement lorsqu'on était gamin que pour les adultes il était extrêmement difficile de tout dépêtrer après. De toute manière il était totalement inutile de chercher à convaincre l'enfant que le métier de chevalier n'était pas beaucoup plus dangereux qu'un autre où l'on utilisait des armes, Ewald ne comprendrait pas ou resterait buté sur son idée première. Le jeune homme avait appris que les petiots étaient des fois capables de faire preuve de plus de ténacité et d'obstination qu'un adulte et il ne tenait pas à s'y confronter. Ainsi, lorsque l'enfant commença à s'emballer aux paroles pourtant calmes de l'homme, Pryam constata que leur manière de comprendre les choses n'était pas la même que celle d'un adulte. Pour les gamins, tout était blanc ou tout était noir, Ewald devait certainement comprendre que si un homme n'était pas bon il était forcément méchant, heureusement les choses étaient bien différentes, mais allez donc expliquer cela à un enfant qui ne devait même pas avoir dix ans. Faisant preuve d'une logique imparable, le jeune écuyer sans chevalier décida finalement que le blond était quelqu'un de bon et celui-ci nota les yeux rougis du petit qui devait être au bord des larmes. Alors qu'il contemplait Ewald qui sautait de son tabouret en arborant un air aussi triste que la pierre, Pryam ne put retenir un sourire, c'était tellement.... Surprenant de voir qu'une simple dénégation provoquait presque une avalanche de larmes ! Il n'était réellement pas habitué aux enfants et il n'en avait jamais fréquenté que ce soir chez lui lorsqu'il était écuyer, ou lors de ses pérégrinations. Finalement lorsque l'enfant expliqua qu'il n'avait plus d'affaires, cela n'étonna pas particulièrement le natif du Val, lorsque son chevalier était mort il y avait eu plusieurs rôdeurs qui avaient essayé de lui voler ses possessions, sans compter que les chevaliers les plus riches avaient plusieurs écuyer. Un léger hochement de tête alors que le blond réfléchissait rapidement, puis Ewald le tira de ses pensées avec sa question qui provoqua un léger rire chez son interlocuteur.

     ▬ Mais bien sûr, ne t'en fais pas, je t'ai dit que j'allais le faire non ? Je te le promets si cela te rassure plus ! »

     Pryam se redresse avant de faire un signe de la tête à Ewald pour qu'il le suive, un dernier regard sur la salle l'assura que personne ne semblait décidé à les suivre, puis les deux hommes sortirent de la taverne pour sentir aussitôt la chaleur de la sécheresse s'abattre sur leurs épaules. Le blond regarda rapidement autour de lui, une habitude qu'il gardait pour repérer son chemin, puis finalement opta pour une ruelle opposée à celle où il avait trouvé l'enfant quelques instants auparavant. Pryam passait rarement deux fois par le même chemin, c'était son chevalier qui le lui avait conseillé lorsqu'il était encore écuyer, lui expliquant que certains voleurs repéraient leurs cibles lors d'un premier passage et passait à l'action la seconde fois. Toute cette prudence n'allait pas l'empêcher de se faire avoir un jour, mais ma foi si ce n'était pas dans l'immédiat, cela lui convenait tout autant ! Après quelques pas et avoir tourné au coin d'une ruelle, le chevalier tourna la tête vers l'enfant pour constater qu'il marchait un peu trop rapidement et décida de ralentir légèrement son allure.

     ▬ Bon, puisque tu n'as plus d'affaires je te propose de rentrer directement à l'auberge où je séjourne. Je suis certain que les femmes qui travaillent là-bas sauront s'occuper de toi pour te rendre de nouveau plus présentable. »

     Ce n'était pas vraiment que le petiot avait une dégaine qui n'inspirait pas confiance, au contraire, Ewald semblait avoir un don pour attirer la sympathie, mais s'il était réellement Frey l'enfant devait avoir été habitué à être plutôt propre et non recouvert d'une couche de poussière provoquée par la sécheresse. De plus se sentir propre remontait toujours le moral et vu que le gamin avait semblé au bord des larmes quelques secondes plus tôt, le blond se disait qu'il ne devait pas être au mieux de sa forme. La taverne n'était pas très loin de celle où ils venaient de passer quelques dizaines de minutes, à peine Pryam eut-il poussa la porte de la salle pour y entrer et laisser Ewald le suivre, qu'une femme assez forte se dirigea vers eux. La patronne de l'endroit, elle avait rapidement repéré que les chevaliers était quelqu'un qui n'était pas avare sur les pourboires et faisait donc tout son possible pour se faire bien voir de lui. Lorsque la femme arriva devant l'homme, son regard se posa enfin sur le petit qui l'accompagnait et ses yeux s'entrouvrir de surprise alors qu'elle en revenait à Pryam.

     ▬ Votre fils messer ? » Pryam ne put s'empêcher de rire légèrement en secouant la tête de dénégation. Il avait bien entendu parler de chevaliers qui avaient des bâtards dans chaque ville où ils s'arrêtaient, mais ce n'était pas franchement le genre de la maison. Pas du tout même.
     ▬ Non bien sûr, c'est un jeune écuyer qui vient de perdre son chevalier. Est-ce que vous pourriez voir pour l'aider à se rendre plus présentable ? Il n'a plus d'autres habits que ceux qu'il porte sur son dos, mais je me disais qu'avec les enfants qui traînent ici.... » Il n'eut pas le temps de terminer son explication, la grosse femme s'était déjà penchée sur Ewald pour le regarder de plus près et avait déjà remarqué le blason qui figurait sur sa tunique. Elle se redressa aussitôt.
     ▬ Oui bien évidemment ! Je n'ai rien d'aussi beau que ce qu'il a pour le moment, mais on devrait s'en sortir ! »

     Elle fit signe au chevalier de patienter avant de glisser sa main derrière le dos du jeune garçon pour le pousser vers ce qui était une salle où de grandes bassines étaient disponibles pour se laver. La femme faisait preuve d'une souplesse assez surprenante vu sa corpulence et se glissa sans peine entre les tables en poussant le petit devant elle. Pryam s'installa à une table et s'occupa comme à son habitude en dressant la liste de tout ce qu'il allait encore devoir faire avant de partir : passer chez le forgeron, chez l'armurier.... Une quinzaine de minutes plus tard, la grosse tavernière revint vers lui avec un petit Ewald brillant comme un sou neuf, il portait une tunique un peu trop grande pour lui et moins riche que la sienne, mais au moins était-elle propre. Les habits de l'enfant allaient être lavés et cela ne coûterait que quelques pièces de plus au chevalier qui accueillit Ewald avec un sourire.

     ▬ Alors, te sens-tu mieux désormais ? Tu peux oublier tout ce qui te chagrine, bientôt tu seras de retour chez toi. »

HP:
 


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 27 Déc 2011 - 18:31

Ser Pryam ne semblait pas être le genre d’hommes qui s’approchait des enfants, car sinon il probablement affiché soit du dégoût, soit une quelconque marque affective, en lui tapotant la tête pour le calmer. Non pas que cela dérangeait Ewald d’être traité comme un adulte, mais il aurait peut-être apprécié quelque chose de plus qu’un petit rire et des paroles de la part de l’homme. Il l’avait entendu lorsqu’il avait dit avoir des frères et sœurs, donc l’homme n’était peut-être pas du genre toujours isolé à avoir vécu avec un chevalier lorsqu’il était écuyer, du moment qu’il ait été écuyer un jour. Ewald n’arrivait pas à se projeter dans le passé, pour lui tout se limitait au moment où il avait pris conscience du monde, avant rien de réel et de tangible n’existait et tout ce qu’il y’avait eu avant n’étaient que des histoires, alors pour lui, Pryam était né chevalier, était chevalier et décéderait en tant que tel, c’était ainsi, il n’avait aucune conscience de profondeur du temps. Après tout, les histoires, les contes et tout ce qui le faisait rêver venaient pour lui d’une sorte de réalité parallèle qu’il ne côtoyait pas au quotidien. Néanmoins, le petit rire de l’homme le vexa suffisamment pour qu’il fasse une moue et ravale ses larmes. Il lui avait promis, certes, mais qu’est-ce qu’était une promesse ? Même celle d’un chevalier ne voulait pas forcément dire plus qu’on ne l’espérait, il y’avait tellement d’histoires sur des chevaliers qui avaient promis des choses et qui n’avaient pu les faires, ou qui étaient mort avant…

Vous z’allez pas mourir pour me ramener, hein ? Vous z’allez pas mourir, dites, juré ?

S’il jurait qu’il n’allait pas mourir, tout irait pour le mieux, parce qu’une promesse était inférieur à quelqu’un qui jurait, c’était bien connu. On avait pas le droit de revenir sur un serment, ou alors on était un parjure, et ça c’était mal, très très mal. Le plus important était évidemment celui de chevalerie, et puis celui que faisaient les gens pendant leur mariage, même s’il était pas le plus important, des fois ça faisait des bâtards, mais c’était pas aussi grave que de tuer des gens ou de faire des choses méchantes. Alors Ewald suivit l’homme hors de la taverne, peinant malgré tout à suivre les grands pas du chevalier, en plus d’être extrêmement grand, il avait de longues jambes et marchait vite, ce que le petit, épuisé, ne pouvait pas faire, se contentant de trottiner quelques mètres derrière lui pour essayer de le rattraper. Le petit Frey commençait vraiment à être abruti de fatigue, il avait juste envie de se glisser sous une couverture et de se rouler en boule avant de s’endormir et d’aller dans ses rêves, là où il était un grand chevalier, un héros des temps modernes et où tout un chacun connaissait son nom. Là où on l’acclamait, où il était également Lord grâce à ses services, où il avait une femme, des enfants et des gens. Alors quand ser Pryam lui adressa la parole, il se contenta d’acquiescer en papillonnant légèrement des yeux et baillant tout son saoul en tentant de suivre les pas du grand qui avait légèrement ralenti l’allure.

L’auberge ne lui semblait pas familière, non pas qu’il soit réellement familier des auberges, n’y passant pas sa vie et n’ayant pas eu l’occasion de rentrer dans quantités d’entre elles, mais il ne se rappelait pas vraiment d’avoir jamais vu celle-ci, ni être passé devant et pourtant… il avait eu l’impression d’errer pas mal dans le coin. Mais cela lui importait peu, tant qu’il avait un lit où dormir et qu’il était proche de ser Pryam. Il le suivit à l’intérieur de l’établissement, restant tout d’abord caché derrière les longues jambes du chevalier jusqu’à qu’une grosse femme s’approche vers eux et se mette à parler à l’homme qui l’avait mené jusqu’ici.

Nah ! C’pas mon père ! Mais il est beaucoup plus gentil !

Ne pu s’empêcher de rajouter le petit garçon lorsque la femme demanda au grand homme s’il était son fils. Il aurait été honoré d’être son enfant – même s’il doutait un seul instant que cet homme en ait un seul – mais il n’aurait jamais été un Frey, et ça, il en était fier, peu lui important de ne pas devenir Lord, il était membre d’une grande famille et pouvait être sûr qu’il pourrait toujours compter sur celle-ci tant qu’il ne les mettait pas dans la honte ou qu’il ne faisait pas de trop grosse bêtise. La grosse femme se pencha pour le scruter et le petiot ne pu s’empêcher de reculer d’un pas, intimidé que quelqu’un le dévisage ainsi, lui et sa tunique. Finalement, ser Pryam n’était peut-être t-il qu’un roturier et avait-il pour but de le faire prisonnier ici, et que tout ce qu’il disait n’était qu’un code pour ne pas qu’il se rende compte de ce que les adultes étaient en train de trafiquer. Lorsqu’elle le poussa vers une pièce adjacente, le petit jeta des coups d’œil blessés vers le chevalier qui restait là, l’air peiné, ne voulant pas s’éloigner de celui-ci, mais ne voulant pas non plus fâcher la dame qui le dirigeait vers autre part…

Elle lui ôta sa tunique prestement, le déshabilla et le lança dans un baquet avant de lui frotter les cheveux et le corps vivement. Le gamin couina en tentant de se débattre, mais il ne fut que plus essoufflé entre deux rinçages, la tête sous l’eau, les yeux plein de savon, elle continuait de le frotter afin de faire disparaitre toute crasse. L’eau du baquet commençait à virer doucement au brunâtre. Puis elle le lâcha enfin et le fit sortir du baquet avec un grand sourire et lui dit d’enfiler une tunique qu’elle lui tendit. La tunique s’avéra être trop grand pour lui, ainsi que les autres habits et le môme fut de nouveau poussé vers la salle principale vers Pryam qui l’attendait avec un grand sourire, lui, avançait avec une petite mine, certes définitivement propre, mais avec les yeux rouges et la morve au nez… Il ne bougea pas d’un poil, fixant ses pieds jusqu’à que la tavernière soit partie, et là il éclata en sanglots.

Elle m’a pris ma tuniiiiique, j’peux pas rentrer à la maison sans ellleeeeeuh, Ryman il sera pas conteeent !

Hoquetant à qui mieux mieux, des grosses larmes dégoulinant sur ses joues et continuant de morver, il resta d’abord là un instant avant d’aller étreindre la jambe de Pryam en continuant de chouiner et de répéter que son frère allait être en colère que sa tunique ait disparu.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Mer 28 Déc 2011 - 14:06

     S'il n'avait aucune difficulté à se battre contre des Fer-nés, consoler un gamin en plein crise de larmes revenait à affronter un défi bien pire. Le chevalier n'avait pas trop le « truc » avec les enfants, lorsqu'un venait chouiner chez lui, le côté rationnel de l'errant le poussait toujours à lui offrir des paroles sensées pour le rassurer alors qu'un câlin fonctionnait bien mieux. Seulement le blond n'était pas qualité en la matière, même s'il était loin d'être frigide Pryam était tout simplement dans l'incapacité de consoler le gros chagrin du jeune Ewald. Le natif du Val avait été étonné en voyant le petiot arborer une telle expression après son nettoyage express qui se trouvait réussi vu qu'il n'avait plus le minois maculé de poussière et autres saletés, seulement son expression n'avait pas l'air aussi enchantée. Lorsque la grosse femme disparue dans une autre pièce, le Frey fondit en larmes devant un Pryam pantois, ne sachant comment réagir face à cette surprenante tristesse. Toutefois, lorsque le garçonnet s'accrocha soudain à la jambe du chevalier en continuant sa sérénade, l'instinct du grand-frère qui sommeillait au fond de lui le poussa à tapota délicatement le sommet du crâne de Ewald dans un geste rassurant, ne se départissant pas de son sourire légèrement amusé. Puis il répondit.

     ▬ Allons, allons, ne verse pas autant de larmes pour si peu ! Elle va simplement s'occuper de laver ta tunique et tu la récupèreras rapidement ! Comme ça tu seras propre pour retrouver ta famille, nous ne partirons pas avant que tu puisses l'enfiler ! »

     C'était à la fois surprenant de voir que le petit pouvait se mettre à pleurer pour si peu, tout en étant clairement compréhensible. La tunique devait être la seule chose qui lui restait de sa famille pour le moment et il y était certainement attaché. Cela dit, Pryam n'avait jamais été quelqu'un de matérialiste et il éprouvait une certaine difficulté à comprendre qu'un simple blason puisse faire autant chez un simple enfant. Les nobles étaient-ils peut-être élevés autrement que les autres familles ? Allez savoir, le chevalier de Neufétoiles avait toujours poussé ses enfants à adorer le blason aux neuf étoiles que ses ancêtres avaient si durement gagnés, mais pour être sincère aux yeux du blond ce n'était que secondaire. A quoi servait un blason s'il n'y avait rien d'autre derrière ? Ce n'était pas pour des prunes que le chevalier n'arborait aucune armoiries sur son armure et le reste de ses affaires.

     Essayant de faire preuve de tout la douceur qu'il possédait, Pryam détacha le gamin de sa jambe pour s'accroupir et se mettre à peu près à sa hauteur. Le chevalier avait des choses à faire, des choses pas forcément très intéressantes pour un enfant qui devait préférer pouvoir s'amuser ou se reposer un peu. Après tout le blond ignorait depuis combien de temps le gamin était dans les rues, Ewald n'avait pas été très clair à ce propos, peut-être qu'il désirerait piquer un somme jusqu'à ce que le soir vienne ? Croisant ses yeux bleus avec ceux de l'enfant, le natif du Val continua.

     ▬ Écoute, j'ai pas mal de choses à faire d'ici ce soir, je vais demander qu'on te donne un endroit où dormir, mais si tu préfères t'occuper autrement, il y a assez d'enfants ici pour que tu trouves ton bonheur j'imagine. »

     Le chevalier se redressa avant d'ébouriffer rapidement les cheveux de l'enfant puis il se détourna pour se diriger vers la porte d'entrée de la taverne, il avait encore une bonne tripotée de choses à faire et savoir qu'il devait raccompagner un enfant chez lui le poussait à partir plus rapidement que prévu. Le reste de l'après-midi fut donc employé à passer chez l'armurier, le forgeron ainsi que divers autres artisans dont une jeune femme qui peignait les blasons sur les écus et les armures. Le blond lui avait demandé de recouvrir d'une peinture opaque les armoiries de son ancien maître qui lui avait légué son armure. Elle n'avait pas vraiment posé de questions, juste ce qu'il fallait pour constater que le jeune homme ne comptait pas lâcher la moindre information à ce sujet, puis l'artisane avait laissé tomber. Ce ne fut qu'après avoir payé tous les travaux effectués et récupéré les ouvrages que Pryam rentra à l'auberge alors que la nuit commençait déjà à tomber doucement. La tavernière lui signala qu'elle avait appris ce qui c'était passé avec le petit, à savoir que le chevalier était tombé sur lui dans une ruelle, et qu'elle appréciait l'attention dont il avait fait preuve. Pas au point de tout lui faire à l'œil, mais elle déclara que la chambre du petit serait à ses frais ce qui n'était pas négligeable étant donné que c'était tout de même le plus cher. Le jeune homme la remercia sincèrement, puis en profita pour remonter dans sa chambre y déposer les quelques affaires qu'il venait de récupérer, après quoi il descendit dans la salle principale de la taverne où il trouva Ewald qui attendait quelque chose, ou quelqu'un. Le chevalier le salua une nouvelle fois avant de s'installer à une table où quelques autres personnes virent s'asseoir après. L'on discuta un moment de choses et d'autres, des Fer-nés qui attaquaient l'Ouest et le Conflans, de dame Rivanon après que l'un des hommes ait appris que Pryam avait engagé par la belle, ainsi que de diverses choses sans trop d'intérêt. Le repas fut alors servi et chacun pu se remplir la panse, même Ewald qui devait peut-être encore être plein du repas prit plus tôt dans l'après-midi. Quoi qu'il en soit, l'heure était déjà bien avancée lorsque Pryam se leva pour déclarer à ses compagnons du soir qu'il se retirait parce que la journée de demain se promettait chargée, puis il porta son attention sur Ewald.

     ▬ Toi aussi mon petit, normalement ta tunique est prête demain, alors dès que c'est fait, direction le Conflans pour que tu rentres chez toi. Mais il va falloir se reposer, ton mulet ne sera pas de tout repos. »

     Une domestique avait montré à l'enfant où il dormirait, Pryam le laissa donc s'en-aller, visiblement le petiot avait attiré les bonnes grâces des femmes alors qu'elles s'occuperaient bien assez de lui ! L'homme se retira, gagnant sa chambre pour programmer rapidement la suite des évènements avant de prendre un repos bien mérité.

HP:
 


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Les enfants sont des énigmes lumineuses ▬ Ewald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Noé A. Foster ; « Les Enfants sont les Gardiens de l'Âme »
» (F) Les enfants sont innocents et souriants car aucun passé ne les poursuit.
» Le mariage est un cercueil dont les enfants sont les clous [William]
» Le coeur et l'esprit d'une femme sont des énigmes insolubles pour un mâle ## Lauréline
» « Les Enfants sont les Gardiens de l'Âme » || PV Usiku ||

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-