AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Le pochard, la Fouine et l'Ours blanc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 13 Sep 2011 - 21:42

Spoiler:
 

Jace était bien content de retrouver les contrées verdoyantes du Bief, bien qu'il eût préféré demeurer plus longtemps à la Treille. Il y avait laissé sa sœur, mais aussi les meilleurs de ses hommes pour l'assister dans la direction des affaires de l'île. Qu'avait-il à craindre, cependant ? L'intégralité de la flotte Redwyne patrouillait les côtes et le chenal éponyme. À la moindre manifestation hostile, tous les navires avait l'ordre de réagir par une action rapide pour envoyer par le fonds le moindre frêle esquif qui se risquerait à tromper leur vigilance. Il avait abandonné à son sort le brave Leslyn Tarly, qui avait quitté la Treille peu avant lui. Sans doute était-il déjà de retour sur ses terres avant d'aller rendre compte de leur entrevue avec la main au suzerain du Bief, ou peut-être avait-il été au plus vite à Hautjardin ? Qu'importe, Jace n'en avait cure et quand bien même le sire de Corcolline tenterait de le devancer, le message de Leo Tyrell qui l'attendait dans son château au cœur de la Treille l'avait comblé d'une joie durable et sans borne.

D'autres affaires plus graves l'appelaient sur le continent désormais, il devait rencontrer son suzerain pour recevoir de lui des directives afin d'agir au mieux concernant la protection des côtes du Bief. Il venait d'être nommé et confirmé dans son rôle de chef de la puissance navale du royaume de la Rose, lui incombait donc la lourde tâche d'opposer en mer à tous les ennemis de son suzerain toute la force de leur marine. Cela ne pouvait naturellement qu'enchanter Jace, dont l'amour de la navigation était tel qu'elle eût plus d'une fois troqué son plastron de seigneur contre une livrée de marin. Mais à la tête d'un fief insulaire, il ne se plaignait pas de sa situation qui lui permettait très régulièrement d'aller voguer sur les eaux de la mer. La Licorne resterait cependant à Villevieille où les meilleurs * s'occuperaient de lui redonner une nouvelle jeunesse, car l'auguste navire amiral de la flotte Redwyne méritait plus qu'aucun autre bâtiment d'être ainsi choyé par son heureux propriétaire. Depuis Villevieille, une barge fluviale très rapide conduisit Jace, mais également les deux frères chevaliers et Jorah qui l'accompagnaient, jusqu'à Hautjardin où son chemin le conduisait. Jace avait eu maintes fois l'occasion de visiter la prestigieuse citadelle, et bien qu'il n'eût pas comme d'autres dans le Bief cette passion dévorante pour l'architecture florale, il devait reconnaître que le palais des Tyrell étaient l'une des merveilles de ce monde, quoiqu'elle fût trop éloignée de la mer à son goût.

Bien que son principal objectif en gagnant Hautjardin fût de rencontrer Leo Tyrell qui l'avait appelé à lui, Jace comptait profiter de leur présence concomitante dans la citadelle pour rencontrer l'émissaire de Tybolt, Edwyn Estren, venu dans le Bief à la demande du Lion pour négocier une grande alliance occidentale et le mariage de ser Tristan, fils de Leo Tyrell, et de lady Aliénor, sœur de Tybolt Lannister. D'âge proche, les deux hommes se connaissaient depuis déjà quelques années et partageaient bien des points communs en dépit de l'inexorable fossé qui distinguait le marin aventureux du stratège implacable. S'ils n'étaient tous que des pantins en ce bas-monde, nul doute que les mêmes mains tireraient les ficelles faisant se mouvoir l'un et l'autre. Naturellement, ce n'était que le hasard qui faisait que la route des deux amis se croisaient une fois de plus, et cette fois à Hautjardin mais Jace avait prévu d'être de retour de Port-Réal à temps pour rencontrer Edwyn avant qu'il ne s'en retournât chez lui. Mais plus encore, il avait ourdi le scénario ingénieux qui lui permettrait d'éprouver tant la loyauté que la valeur de ce bâtard du Nord qu'il avait accueilli à son service. Il en avait soufflé quelques mots très évasif à l'ours blanc, qui avait d'ailleurs révélé durant le voyage depuis la capitale jusqu'à la Treille des prédispositions sûres pour la navigation, ce qui témoignait qu'une fois de plus, Jace n'avait pas son pareil pour reconnaître parmi les hommes ceux qui feraient d'excellents marins. Ainsi, quand la barge quitta Villevieille pour voguer promptement sur les eaux tendres de la Mander et remonter son paisible cours, il avait ainsi glissé ces quelques mots aux seules oreilles de Jorah :


 « Je suis content de vous, Jorah Snow de l'île aux Ours. Mais comme vous vous en doutiez d'après la conversation que nous avons eu durant les quelques jours que nous sommes restés à la Treille, l'heure est venue de vous mettre à l'épreuve. Il y a à Hautjardin un homme parmi les plus étonnants de notre temps. Qu'importe qu'il vous inspire sympathie ou méfiance, j'attends de vous que vous gagniez son estime. Si vous y parvenez, votre récompense dépassera largement vos attentes. Et je ne vous parle pas seulement d'une récompense matérielle. »

À la fin du jour la barge interrompit sa course, et le soir venu, les quatre hommes pénétraient les environs de la forteresse des Tyrell. Jace eût alors tout le loisir, au gré de la luminosité déclinante et magnifique du soleil couchant, de montrer à Jorah toutes les beautés des jardins qui entouraient le château, véritable merveille d'architecture. Toutefois, ils ne se précipitèrent pas vers le château car Jace préféra passer la première nuit dans une auberge afin d'être tout à fait présentable le lendemain

[...]

Comme ils en avaient convenu, Jace Redwyne, escorté de Jorah et des deux chevaliers, rencontra Edwyn Estren dans un jardin proche de l'une des portes secondaires de l'enceinte du château. L'endroit était calme et paisible, et il n'y avait que les oiseaux pour s'agiter dans les branches des troènes qui bordaient les chemins. Non loin d'eux, une fontaine tintait clair.

 « Je suis bien aise de vous revoir, Jace, et je gage que c'est là le jeune homme dont vous m'avez parlé dans la lettre qui a précédé votre départ de la Treille pour Hautjardin. 

Je vois que rien ne vous échappe, messire. Comme toujours du reste. »


Les deux hommes s'observèrent quelques instants qui parurent bien longs, immobiles comme deux statues quoi qu'un vent frais s'égara dans la chevelure de Jace. Puis, ils éclatèrent de rire et s'embrassèrent de bon cœur, comme deux vieux amis que le temps et la distance n'éloigne jamais.

 « C'est bon de te revoir. Mais j'imagine que nous n'avons que peu de temps ? 

Hélas, mais ce n'est pas important. Je suppose que le maître de l'île des vins,
poursuivit Edwyn à l'attention du maître d'armes,ne vous a rien dit sur moi. Allons, Jace, ton goût pour les surprises et l'aventure est connu jusqu'à Braavos, inutile de me contredire. Je suis Edwyn Estren, seigneur de Wyndhall, fief des monts venteux au nord des Terres de l'Ouest. Mon nom ne vous dira peut-être rien et vous vous demandez très certainement ce qu'un vassal de la maison Lannister vient faire si loin dans le Sud...

Il ne se pose pas la question, tout le monde sait que le Lion considère et traite ses vassaux comme des chiens dociles et obéissants.

et vous comprendrez
, dit-il en ignorant la remarque de Jace tout en lui jetant un regard entendu et amusé, que je ne puisse vous en direz davantage. Mais trêve de palabres, nous allons être amenés à nous côtoyer d'assez près dans les temps qui viennent, alors présentez-vous. Je veux tout savoir. »

Si Jorah avait l'idée de chercher de l'aide du côté de Jace, il n'aurait jamais trouvé que le regard amusé de celui-ci et ce sourire qui disait très clairement : tu ferais mieux de lui dire tout ce qu'il veut savoir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 14 Sep 2011 - 8:59

Le Bief, Jorah avait embarqué avec Lord Redwyne en direction pour cette région. Jorah était heureux de quitter Port Réal qui, à son humble avis n'était qu'une cité trop chaude, peuplée et emprunte d'une moiteur qui lui faisait penser au moment où il était était parti qu'il en avait soupé de celle ci et que l'air du large lui ferait du bien. Quand il vit la ville s'éloigner alors qu'il était sur le pont, un sourire naquit sur ses lèvres alors qu'enfin le vent marin se levait durablement et que des mèches de ses cheveux passaient devant ses yeux. Il se retourna et embrassa du regard le pont principal qui débordait de vie et d'agitation en ce départ matinal.

Le voyage jusqu'au Bief fut pour le moins intéressant, il discutait de longues heures avec les deux frères chargés de la garde de Lord Redwyne, s'enquérant de quel homme celui ci pouvait être et, au vu de ce que les autres lui disaient, sa rencontre avec lui n'avait été que l'effleurement même de l'iceberg. Cet homme, dès leur rencontre avait capté l'attention de Jorah et il en serait sûrement encore de même pour très longtemps. Il restait souvent dans un coin du navire à discuter avec les deux frères de telle ou telle arme, la discussion était différente d'avec Alysane qui était souvent du même avis que son frère, alors que là, il y avait matière a débattre, ne serait ce même qu'avec Lancell qui était un aficionado des armes contondantes. Jorah proposait toujours son aide à n'importe quelle personne qui en exprimait le besoin. Il restait aussi de longues heures avec Lord Redwyne dans sa cabine pour discuter de choses et d'autres, souvent en compagnie de Jayne. A chaque fois qu'il était dans les quartiers de Jace, ses yeux trouvaient toujours un nouvel objet à admirer, à découvrir et il questionnait le propriétaire à ce sujet.

Il avait troqué son armure de cuir traité vert pour quelque chose de plus pratique et de moins entravant, Axell et Lancell lui ayant trouvé dans un recoin des cales un manteau de cuir pour les soirs un peu frais et de nouvelles tuniques mais en lin cette fois. Il ne ressemblait plus tellement à un Maître d'Armes mais avait la parfaite livrée de marin. Depuis leur départ, une barbe de plusieurs jours commençait à ombrer ses joues aucun rapport donc avec le jeune homme rasé de près qui était venu se présenter devant Lord Redwyne le matin du départ.

Les deux frères et Jorah s'entraînaient souvent sur le pont inférieur du navire, Axell étant intéressé par ce style de combat que le Nordien pratiquait, le combat à l'épée et à grands renfort d'une dague qui servait de dague de parade la plupart du temps. Si Jorah chutait souvent au début de leur voyage, se mettre en mouvement sur un bâtiment qui était lui même en mouvement, il finit par acquérir une habitude et le « pied marin » comme disait Jace finit par arriver. Il pouvait de fait un peu plus repousser les attaques de Lancell et même le mettre en difficulté parfois, mais encore trop eu à son goût. Il essayait d'être en bons termes avec tout l'équipage, ne manquant pas de courtoisie pour la sœur de Lord Redwyne entre autres. Parfois le soir dans son hamac secoué par le ressac, il pensait à Jyanna et se demandait encore pourquoi il avait agi comme un fieffé imbécile. Ses pensées dérivaient alors vers l'île et sa famille, plus particulièrement Jeor et Alysane, était elle bien arrivée ? Et surtout avait elle trouvé leur père dans un état pire que celui où il l'avait quitté ?

Bientôt le paysage changea, se couvrant de vert et fleurant bon le champêtre, après les terres sèches et rougies le changement était presque aussi brutal qu'emprunt d'une dualité certaine. Une chose était sûre, rien ne ressemblait à ce que Jorah avait connu, ici pas de neige ou de sapins, plutôt des champs de fleurs, des champs ou paissaient du bétail, un bocage omniprésent mais surtout, des vignes, des champs de vigne dont Lord Redwyne lui avait parlé alors même qu'ils quittaient Port Réal. C'était donc l'île de la Treille qui était en vue. Ils y passèrent un temps, temps durant lequel Jace prit connaissance d'un message de son suzerain, message qui, il l'apprit plus tard, nommait Jace Redwyne comme chef de la flotte du Bief. Une position importante pour un homme qui ne l'était pas moins pensa le Nordien.

La Licorne fut conduite à Villevielle pour être remise à neuf alors que Lord Redwyne, Jorah, Axell et Lancell prirent une barge pour être conduits à Hautjardin. Soudain, Jace adressa la parole au Nordien, lui rappelant d'une conversation antérieure qu'il allait maintenant être mis à l'épreuve, Jorah ne s'en était pas formalisé, il était en effet normal de tester les capacités d'une personne qu'on recrutait pour quelque chose d'aussi important que sa protection. Il ne manqua pas de qualificatifs pour l'homme qu'ils allaient voir et ajouta que si il réussissait, la récompense allait être on ne peut plus grande, sûrement plus que ce qu'il pouvait lui même imaginer. Jorah se tut et médita sur ses paroles, allait il réussir ? Une chose était certaine, il ferait pour que cela soit le cas.

Quand le château fut en vue, il ne put retenir un léger souffle court de surprise. Cela était tellement différent de chez lui. Là où la maison Mormont tenait plus de la baraque en rondins, il était devant une superbe bâtisse elle même soulignée par des prouesses au niveau de ces jardins. De telles choses n'auraient pas été de toutes façons possible du côté de Winterfell, aucun regret à avoir donc. Bientôt la barge fut amarrée et ils purent descendre au milieu des fleurs et des jardins. Les yeux de Jorah étaient partout, une nouvelle fois il était dans son envie dévorante d'observer et de tout voir, tout apprendre, tout savoir. Malgré le soir tombant, Jace lui montra l'intégralité des jardins garnissant ce moment de commentaires on ne peut plus instructifs. La nuit était maintenant avancée quand ils allèrent dans une auberge pour se restaurer et se reposer avant de gagner l'intérieur des murs du château le lendemain.

Il suivit Jace et les deux chevaliers à l’intérieur des murs, ils entrèrent par une porte secondaire, dans une sorte de petit jardin qui était couvert en partie. Là, quelqu'un les attendait, un homme de haute stature apparemment, Jorah nota les bijoux qu'ils portait se demandant si cela était monnaie courante dans les terres de l'ouest, il fallait dire qu'au Nord personne n'en portait alors alors que très peu même chez les femmes. Lord Redwyne salua l'homme et ce qui commençait comme une conversation on ne peut plus formelle et sérieuse au demeurant, tourna bien vite à l'accolade entre les deux hommes. Celui ci souligna un fait qui était vrai, Jace ne lui avait rien dit de plus sur cet homme que sa provenance et encore de façon vague, chose que l'homme se pressa de combler en se présentant à Jorah qui s'inclina avec respect. Lord Edwyn Estren, Seigneur d'un endroit que Jorah ne connaissait pas, et si il l'avait déjà entendu alors cela lui était passé d'une oreille à l'autre. Un fait important, il était un vassal de la maison Lannister et il était vrai qu'il était pour le moins loin du Roc. Lord Redwyne laissa passer une petite pique qu'il ne releva que d'un regard entendu, ces deux hommes partageaient une complicité qui était non feinte alors que les yeux sombres de Jorah croisaient ceux de Lord Estren. Celui ci fit une remarque sur le fait qu'ils allaient avoir à être ensembles pendant un temps certain et qu'il souhaitait par extension tout savoir du Nordien. Il lança un coup d’œil à Jace qui l'enjoigna à s'exécuter promptement, chose qu'il fit.

« Je me nomme Jorah Snow, je suis le Maître d'Armes de la maison Mormont sur l'île aux Ours et maintenant rattaché à la garde personnelle de Lord Redwyne. Je suis le fils de Lord Jeor Mormont et j'ai rencontré Lord Redwyne quand j'étais à Port Réal. »


Ses yeux n'avaient pas quittés ceux de Lord Estren, alors qu'il parlait sur un ton neutre cherchant à savoir ce qui allait se passer pour son futur, mais ne cherchant pas à deviner ce que Lord Redwyne et Lord Estren avaient prévu pour lui, il le saurait bien assez tôt. Il se racla la gorge pour enlever le ton rocailleux de sa voix de si bon matin.

« Si vous souhaitez vous enquérir de quoi que ce soit à mon sujet, je tâcherais de répondre à la moindre de vos questions Lord Estren. »

Il avait l'impression de plus être un marin qu'un Maître d'Armes en ce moment même, la barbe sur ses joues était maintenant assez fournie et ses cheveux avait quelques peu poussé, il sentait l'iode, parfum qui venait se mêler à celui des fleurs environnantes. Il croisa ses bras dans son dos, si il désirait tout savoir, alors cela ne servait à rien de cacher quelque chose. Un seul regard à cet homme lui avait fait comprendre que, de toutes façons, si celui ci désirait savoir quelque chose, il avait toujours les moyens de se le procurer d'une façon ou d'une autre. Surtout en étant un vassal de la maison Lannister. Et quand bien même, il connaissait Jace qui apparemment avait mentionné sa venue ici accompagnée du Nordien dans une lettre, il lui avait sans nul doute déjà touché un mot ou deux au sujet de Jorah. Celui ci attendit que l'un des deux se mette à parler, ses yeux allant de Jace à Edwyn, un léger silence s'installa troublé uniquement par le bruit des oiseaux, d'un vent léger et les clapotis de la fontaine non loin d'eux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 17 Sep 2011 - 22:56

« Tout cela ne m'est pas inconnu, et j'ai bien assez de mémoire pour garder à l'esprit tout ce que Jace Redwyne m'a dit de vous, déclara Edwyn d'un ton sec.Mais dès lors, vous ne me laissez pas le choix. »

Jace se tordit de rire, ses deux mains réunis derrière sa tête qui embrassaient de ses doigts sa chevelure auburn. L'hilarité du marin en disait long, l'ours blanc était dans un sacré pétrin, car il avait excité la curiosité de la fouine et déchaîné contre lui les foudres de l'aigles. Comme les bourrasques balayant la montagne avoisinant Wyndhall, un vent mauvais s'abattit sur le pauvre Jorah qui reçut d'une traite les questions d'Edwyn Estren, dont la voix s'animait d'une curiosité exacerbée. Mais le bâtard l'avait bien cherché en négligeant la portée des paroles du diplomate qui avait pourtant bien précisé désirer tout connaître de lui. Sans doute Jorah était-il d'une nature taciturne et réservée, ou peut-être se méfiait-il ? Peu soucieux de le ménager, Edwyn n'avait à cœur que la satisfaction de sa curiosité et puisqu'il avit l'avantage du rang et de la position dans la conversation, il n'allait pas bouder son plaisir en cédant à une respectueuse pudeur qui n'avait pas lieu de s'imposer puisqu'après tout, Jorah serait bientôt à son service pour un certain temps. Et vu que le jeune lord allait.

« Je n'apprécie guère de vous passer ainsi à la question et je remercie les Sept de ne point avoir à vous torturer pour obtenir des réponses que je désire précises et honnêtes. Rien ne me déplaît davantage que la déloyauté, ajouta Edwyn avec insistance.Sauf peut-être la sottise, mais je veux croire que Jace Redwyne ne s'entoure pas d'imbéciles...

Les temps sont durs pour le petit personnel... »


Edwyn et Jace échangèrent des regards entendus, puis le jeune homme aux bijoux fastueux glissa les yeux vers le bâtard Mormont qu'il gratifia d'un sourire énigmatique.

« Que faisait donc le maître d'armes de la maison Mormont à Port-Réal, si loin de son foyer ?, interrogea Edwyn avant de poursuivre sans s'interrompre.Et qu'est-ce qui vous a poussé à entrer au service d'un seigneur dont le service vous éloigne à tout jamais de votre famille ? »

Il ne fallait pas s'y méprendre. Ces questions n'avaient rien d'un signe d'une quelconque affection d'Edwyn pour celui qui n'était dans ses yeux qu'une curiosité de la nature. Certes, il n'avait ni la bosse du bossu, ni l’œil creux du borgne, ni la laideur du difforme. Mais il portait sur lui la marque du péché et de la bâtardise, ce qui n'avait pourtant pas fait reculer Jace Redwyne qui l'avait pris à son service comme n'importe quel autre méritant. Mais méritant, l'était-il ? Ce jeune homme avait-il à son actif quelque exploit notable qui pût retenir l'attention ?

« Quel rapport entretenez-vous avec votre famille ? Avec les Stark ? Avec le Nord ?, s'enquit le jeune diplomate, qui semblait réciter la totalité des questions d'une longue liste qu'on aurait pu croire préparée à l'avance, bien qu'elles fussent totalement improvisées..Que savez-vous des Lannister, des Terres de l'Ouest, et de mon suzerain Tybolt Lannister ? »

Jace devança Jorah en affirmant d'une voix légère et parfumée d'ironie.

« Allons, tout le monde sait que Tybolt est l'archétype du seigneur bon et juste, claironna-t-il.N'est-ce pas sa bienveillance et son altruisme que chantent vos bardes à la taverne ?

Jace...

Suis-je bête, nous parlons bien d'un Lannister.

En attendant, c'est à Jorah que s'adressent mes questions. Répondez librement. »


Edwyn devait toutefois reconnaître que Jace n'avait pas tout à fait tort. Tybolt Lannister était, plus qu'aucun homme de son temps, la figure du seigneur orgueilleux dont la parole ne souffre aucune contradiction. Qu'il fût un imbécile ou un génie, un vaillant seigneur de guerre ou un habile tacticien n'avait aucune espèce d'importance, cet homme était né pour n'admettre jamais que le consensus, Edwyn avait fait l'amère expérience de le découvrir à ses dépens. Son père avant lui avait été vassal de la maison Lannister, et toujours lui avait répété de rester à l'abri de l'ombre et de la discrétion. « Le rat n'intéresse pas le lion. Laisse les Reyne, les Brax, les Tarbeck et les autres tourner autour de l'antre du fauve en quête des miettes qu'il laissera pour ces hyènes vaniteuses. Demeure invisible, accomplis ton devoir, et tu connaîtras la félicité dans le calme d'une vie sans heurt. Ne fais jamais de l'ombre au maître. Il est préférable de le laisser toujours se sentir confortablement supérieur. Laisse les apparaître plus brillants qu'ils ne sont, et la route des sommets, toujours à l'ombre, s'éclairera pour toi. » Plus tard, peu avant qu'Eldoth ne passât de vie à trépas, il avait complété ces enseignements d'une nouvelle dimension qui deviendrait très importante pour le jeune Edwyn. « Laisse le brouillard te protéger de tes voisins. Fais toi l'allié des gens lointains, car leur amitié ne dissimulera aucune convoitise pour tes terres. » Et plus encore Edwyn avait le souvenir de cette phrase terrible : « Le lion est indigne de confiance, mon fils, parce qu'il est ingrat et trop fier. Tu n'as rien à lui donner qu'il ne puisse prendre. » Les paroles d'Eldoth n'auraient pu être plus juste, et plus dans l'air du temps. Force est de croire que tous les lions se ressemblent, mais est-ce à dire qu'il n'y aura pas un jour un vassal assez fou pour s'opposer au fauve ? Quand bien même mettrait-il le lion en cage, l'y tiendrait-il assez longtemps enfermé ? Et les fils du lion ainsi insulté pardonneraient-ils jamais l'affront ?

Depuis le temps, Edwyn avait appris bien d'autres choses au sujet des suzerains de l'Ouest et à bien y réfléchir, il songeait à consigner tout par écrit dans un ouvrage qu'il transmettrait en héritage à son fils. Il est ainsi inutile de questionner la pitié ou la gratitude du lion. De même, il paraît inutile de se dévouer au lion, et il n'est de juste dévotion que celle qu'on place en les Sept. Toutes ces pensées venaient à lui comme autant d'impressions que la réalité confirmait jour après jour, et plus encore depuis son dernier séjour Ô combien pénible à Castral Roc. Tout en écoutant la réponse de Jorah, Edwyn se souvint de la première fois qu'il avait rencontré Jace. Ils avaient eu une discussion passionnée et très intéressante sur les liens féodaux et sur leurs suzerains respectifs. À l'époque, Damon Lannister était encore en vie. À l'époque, jamais il n'aurait souhaité que sa maison fût liée à une autre maison suzeraine que la maison au Lion. À l'époque, il n'avait pas subi l'affront de l'ombre d'une disgrâce injuste.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 18 Sep 2011 - 10:09

Jorah avait ouvert la porte à un régiment entier de questions qui déferla jusqu'à ses oreilles. Régiment qui déclencha l'hilarité de Lord Redwyne alors que le Nordien esquissait un léger sourire en le regardant, il venait de commettre un impair apparemment. Peu habitué au protocole, il avait répondu ce qu'il répondait généralement quand on lui demandait ce qu'on voulait savoir de lui, il préférait laisser libre cours à son interlocuteur plutôt que de dire par mégarde quelque chose qui allait le desservir. D'habitude cela ne le gênait pas outre mesure, mais il était face à une personne pour le moins importante et avisée, qui n'avait pas pris sa remarque à la légère. Il se dit qu'il devait se méfier des mots qui sortiraient de sa bouche dans le futur et surtout dans l'immédiat. Mais Jorah avait toujours été économe en mots, il n'en disait jamais plus que nécessaire, une habitude prise dès l'enfance quand Lady Jorelle se servait de chacun de ses mots contre lui. Ses yeux se portèrent une nouvelle fois sur l'homme qui était en train de dire qu'il ne fallait pas qu'il aille chercher chaque réponse comme si cela était une séance de torture, il souligna également les deux choses qu'il détestait le plus chez un homme. Chose à laquelle Jace répondit puis les yeux de Lord Estren se tournèrent de nouveau vers lui, un léger sourire aux lèvres alors qu'il ajoutait une nouvelle question.

« J'étais à Port Réal car je rejoignais ma sœur qui était elle même partie du foyer Mormont pour satisfaire sa soif de découverte et d'événements plus trépidants que la vie de l'île. Je l'ai rejointe pour les mêmes raisons et m'enquérir de son état. »

Il avait dit « sa sœur » alors qu'il était un bâtard, cela allait sans nul doute être relevé par Lord Estren. Les mots qu'ils prononcèrent ensuite étaient emprunts d'un sens de la réalité qui frappa Jorah. Il était vrai qu'en entrant au service du Seigneur de la Treille il était maintenant quasiment sûr qu'il ne reverrait que très sporadiquement son foyer, voire même pas du tout. Ses pensées dérivèrent une nouvelle fois vers l'île et sa famille, voilant son regard d'une ombre indéniable, puis son regard se posa sur Lord Redwyne qui avait encore des stigmates du fou rire qui l'avait traversé quand Lord Estren avait commencé à poser des questions.

« Ce qui m'a poussé à rentrer au service de Lord Redwyne ? Et bien, à part mon envie de découverte, d'inconnu, l'homme en lui même m'a fasciné et avoir la chance de mettre mes épées à son service est peut être l'accomplissement le plus noble dont je puis me targuer humble bâtard que je suis. Je ne suis plus utile sur l'île aux Ours, j'ai formé les membres de ma famille et je sais qu'elle sera bien défendue. »

Son ton avait été éloquent malgré lui, en effet sa présence aux côtés de Jace l'emplissait d'un sentiment de fierté qu'il avait du mal à dissimuler. Il croisa les bras devant lui, ne quittant pas des yeux le regard clair de Lord Estren. Celui ci s'intéressa à ses relations avec sa famille, les Stark et le Nord en général. Le ton de Jorah retrouva sa neutralité et il en fut de même pour son visage, l'embryon de flamme qui s'était allumé quand il avait parlé de Jace s'éteignit rapidement alors qu'il s'exprimait.

« Je suis l'aîné d'une sororité composée de six demies sœurs, Lord Jeor est mon père, ma mère une paysanne du Bief, mes relations avec Lady Jorelle la femme de Jeor sont celles qu'on peut attendre d'une femme dont le mari ramène un bâtard chez eux. J'ai consacré toute les années de ma vie au maniement des armes et à le transmettre aux gens de l'île pour qu'ils puissent se défendre. Nous sommes les vassaux des Stark et leur rendons visite souvent, ma dernière rencontre avec Lord Beron date d'avant mon départ pour Port Réal et nos lames sont toujours au service du Nord quand le besoin se fait ressentir même si je gage qu'ils peuvent se défendre sans moi. »

Lord Estren parla des Lannister, chose normale étant donné qu'il était leur vassal mais qui suscita chez Jorah une minute de réflexion, cette réflexion fut entrecoupée d'une remarque de Lord Redwyne qui le fit sourire malgré lui alors que Lord Estren répondait à cette remarque d'un ton où pointait la lassitude de quelqu'un qui fait la plaisanterie souvent. Jorah se racla la gorge avant de répondre.

« Ce que je connais de cette famille, je ne le dois qu'au Mestre de l'île, de fait quelque chose de purement académique, même si je l'admets les rumeurs ont fini par arriver jusqu'à l'île aux Ours. » Il jeta un coup d’œil à Jace et poursuivit. « Mais un telle position pour Lord Lannister ne peut amener qu'un sentiment d’orgueil et je suis fort mal placé pour avoir un quelconque avis sur sa façon de tenir ses terres. »

Il n'en dit pas plus, déjà parce qu'il n'en savait au moins autant que ce qu'il venait de dire et qu'il était devant un proche de Lord Lannister. Une remarque pouvait avoir tellement de niveaux de lecture qu'il ne voulait pas que le Lion finisse par se jeter à la gorge de l'Ours. Il esquissa un léger mouvement pour décontracter ses bras qu'il sentait fourmiller alors qu'il avait le regard perdu sur la fontaine qui émettait des clapotis derrière eux. Il eut une pensée pour Jyanna, fugace certes, mais qui fit que son regard changea. Les yeux de Jorah, bien que quasiment noirs au demeurant, étaient une porte ouverte sur ses pensées les plus profondes, Jeor le lui avait dit en ajoutant qu'il devrait se garder d'être trop prévisible pour ses ennemis comme ses amis. Se faisant il se reprit et son regard retrouva celui de Lord Estren alors qu'il sentait la présence de Jace à ses côtés. Il se demandait si ce qu'il avait répondu allait être au goût des deux hommes mais, après tout, que pouvait un bâtard du Nord sur ce grand échiquier qu'était Westeros. Jeor lui avait dit qu'il ne fallait pas négliger les pions quand il avait tenté de l'initier à l'art des échecs, que ceux ci étaient parfois capables de renverser une partie si ils étaient aux côtés de pièces plus importantes, chose que Jorah ne pensait pas possible malgré tout.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 20 Sep 2011 - 15:35

Bien qu'il affichât plus d'indifférence que d'intérêt pour la conversation que les trois hommes tenaient, Jace écoutait avec attention les questions d'Edwyn et les réponses de Jorah car, après tout, l'homme du Nord était à son service et il était toujours utile d'en savoir le plus possible sur ses compagnons. Ainsi, l'affection fraternelle qui le liait à l'une de ses six sœurs l'avait poussé à quitter sa tanière de l'île aux Ours et à gagner Port-Réal pour la retrouver... Le voyage avait dû être très long et très éprouvant pour le jeune homme, car même la noblesse des intentions ne donnent pas des ailes. Jace remarqua qu'à l'évocation des liens de familles, Edwyn haussa un sourcil inquisiteur, comme s'il s'interrogeait sur ce qu'il fallait comprendre. Comme tant d'autres dans les Sept couronnes, Edwyn avait grandi dans la Foi des Sept, et posait sur les bâtards un regard sceptique, sinon méprisant. Fort heureusement, le jeune homme avait été élevé par un père très à cheval sur les convenances et les bonnes manières. Cela pouvait paraître futile et grotesque, mais la politesse respectueuse est un trait de caractère que tant d'hommes et de femmes de haut rang malmènent et galvaudent qu'il est toujours agréable de rencontrer une personne aussi courtoise et distinguée qu'Edwyn Estren. N'en déplût aux fâcheux, ses manières faisaient sa force et son influence, et l'évidence est telle qu'il murmurerait bientôt à l'oreille même des puissants.

 « Satisfait, Edwyn ? En as-tu assez de passer ses réponses au crible de ta brillante machine à penser pour te faire une opinion sur lui ?

Ses réponses sont satisfaisantes. Il sait en tout cas toute la retenue qui lui impose sa place et son rang.

Ce n'est pas comme si je te confiais le premier paysan venu,
répliqua Jace avec une fausse colère dans la voix.

Je ne doute pas que tu saches t'attacher les services d'hommes compétents.

Mais mon ami, l'avenir nous dira s'il est compétent. Je n'ai pas l’œil de l'aigle pour connaître du talent des personnes qui partagent ma route sur les sentiers du monde. Je l'ai pris à mon service car ce jeune homme m'a séduit par son potentiel et sa sensibilité aux choses de la navigation. Les temps sont à la guerre, et il faut s'entourer d'alliés compétents, n'es-tu pas d'accord ? N'est-ce pas la raison même qui pousse le chaton dans son roc à t'envoyer ici, souris docile et obéissante ?

Tes taquineries sont amusantes, Jace, et je gage que tu sais à qui tu t'adresses quand tu verses dans le calembour et la boutade... Toutefois je te prierai de modérer ce goût particulier que tu as pour les bons mots à l'avenir, car les Lannister seront bientôt à Hautjardin le centre des toutes les attentions et l'objet de toutes les discussions. Lady Aliénor l'est déjà en tant que future femme de Tristan Tyrell, et bientôt mon suzerain le sera aussi comme allié du tien. Il serait fâcheux qu'un excès de plaisanterie te condamne aux mauvaises grâces de la future épouse de l'héritier de ton suzerain.

Ah ! Que les Sept m'immolent à l'instant si mon rire s'étrangle dans les gorges de la médisance... Mais tu as raison, comme souvent. Ne songes-tu jamais à quitter tes domaines et le service des Lannister pour offrir tes conseils avisés à d'autres puissances plus... généreuses ?

Cette question semble être dans l'air du temps... Puisque tu connais la réponse, peut-être peut-on poursuivre les présentations ?

Bien sûr, bien sûr, tu es un vassal fidèle et un conseiller loyal et quoique tu puisses penser au fond de toi de ceux qui te traitent en domestique, tu n'en laisses jamais rien transparaître, trop pénétré que tu es de ton devoir et du dévouement qui te lie personnellement à ton suzerain. Le champ de ton cœur ne verra jamais fleurir les lilas de la félonie et tu préférerais la mort ou l'exil au parjure de la traîtrise. Tu es celui qui ne trahira jamais et qui servira toujours avec fidélité le Lion du Roc, quand bien même l'ingratitude de celui-ci serait un gaspillage de tes talents.

Je ne cherche ni la confiance, ni l'approbation, ni la récompense du Lion. Je suis responsable de mes terres au même titre qu'un autre seigneur et j'ai à cœur d'offrir la chance de la prospérité et la meilleure des protections à mes gens. Si pour cela il me faut ramper jusqu'au Roc et m'écraser au pied de celui qui aurait porté autrefois le titre de Roi, alors je le ferais. Je ne m'attends pas à ce que tu comprennes, Jace, tu es à la tête d'une île prospère et tu as la puissance militaire nécessaire à ton maintien dans ton rang. Je ne suis pas à ta place, et je ne peux m'opposer au lion comme les Redwyne ou les Hightower peuvent s'opposer à la rose.

Est-ce là la confession d'un désir inavoué ?

Non,
répondit Edwyn sans l'ombre d'une hésitation dans sa voix. Ma situation me satisfait pleinement. J'aime mieux en vérité le modeste château des Roches sombres qu'ont construit mes aïeux que ces forteresses opulentes où s'empâtent les Brax et les Reyne. Je crois Tybolt Lannister capable de grandes choses pour l'Ouest, et s'il nécessite mes services d'une façon ou d'une autre, je serai là pour lui.

C'est admirable.

Mais cela ne me dit toujours pas pourquoi tu as pris cet homme à ton service, et pourquoi tu me le confies à présent.

Allons, c'est évident, et pour toutes les raisons que nous venons d'évoquer. Être à ton service sera pour lui un sésame et pour moi l'occasion d'éprouver ses capacités. Pourquoi ne pas m'en charger et pourquoi ne pas le confier à l'un de mes voisins du Bief ? D'abord parce que je ne veux pas impliquer mes proches voisins dans mes affaires, et ensuite parce que j'estime que s'il est un homme en ce bas monde qui connaît la nature des hommes, il n'est autre qu'Edwyn Estren.

Attends-tu de moi que je le forme ?

Bien sûr que non. J'attends de toi que tu le testes. S'il parvient à obtenir ton respect et ton estime, j'aurai la certitude d'avoir fait le bon choix ce jour où, sur les quais du port de la capitale, j'ai décidé de lui donner sa chance. Et avant que tu ne demandes ce que tu retires de tout cela, laisse moi te remettre ceci comme je l'avais annoncé dans le corbeau que je t'ai fait parvenir en hâte. »


Jace fit un signe à l'un des chevaliers qui les avaient accompagné et celui s'approcha rapidement, portant dans sa main un paquet enrobé de pièces de cuir reliées entre elles par des lacets. Le visage d'Edwyn s'éclaira un instant avant de se reporter sur Jorah. Il 'observa avec bienveillance quand Jace posa à nouveau sa main sur l'épaule du bâtard.

Alors, Jorah, que penses-tu de tout cela ? Crois-tu être prêt pour ce voyage jusqu'à l'Ouest ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 21 Sep 2011 - 12:08

Le regard de Jorah allait de Lord Estren à Lord Redwyne, en effet les deux hommes menaient une conversation à bâtons rompus et il ne souhaitait interférer dans cet échange, préférant écouter attentivement les paroles qui étaient dites. Il restait donc là, silencieux alors que ses bras étaient croisés dans son dos. Jace ne put s'empêcher de faire une remarque sur le fait que Lord Estren venait de l'assommer de questions, à ce qu'il disait et ce que Jorah comprenait, Lord Estren était de ce genre d'hommes qui soumettait en quelque sorte à la question afin de pouvoir se faire une opinion, une chose normale en soi et légitime, le Nordien avait trop souffert des préjugés mais il ne s'en était jamais formalisé, préférant penser par lui même plutôt que d'accorder un trop grand crédit aux autres.

Alors qu'ils parlaient, il observa les deux hommes en continuant de les écouter jouter verbalement en quelque sorte. Ses yeux se posèrent sur Lord Redwyne, il était prompt à la remarque qui faisait sourire mais qui appelait aussi à une réflexion dissimulée derrière ce sourire qu'elle suscitait. C'était de fait un trait de la personnalité de Jace que Jorah appréciait. Les lèvres du Nordien s'animèrent, faisant naître une fossette sur sa joue quand Lord Redwyne dit qu'il n'allait pas mettre le premier paysan venu à son service et le présenter à Lord Estren, un plissement de sa joue qui disparut aussitôt alors qu'il écoutait la conversation de nouveau. Il nota toutefois les différences d'habillement, de présence des deux hommes. Là où Jace semblait être exubérant dans ses gestes, Lord Estren était économe en gestes et en paroles également, il semblait ne jamais rien dire de plus que nécessaire. Une chose admirable sans doute quand on était le vassal du seigneur le plus puissant de Westeros. Mais on sentait émaner de lui quelque chose, un sentiment qui disait qu'il était au fait de tout et que ce qu'il ne savait pas encore il ne tarderait pas à le savoir, Jorah se fit une nouvelle fois la remarque de peser a chaque fois ses mots quand il aurait à s'adresser à lui.

Les deux hommes parlèrent des faits importants qui allaient bientôt avoir lieu à Westeros, à ce que Jorah comprit la famille Lannister allait donc être unie à celle des Tyrell, famille dont le suzerain siégeait ici à Hautjardin et dont Jace était le vassal. Par le jeu des alliances et des mariages Lord Estren et Lord Redwyne allaient donc au final se retrouver sous la coupe du même suzerain, de ce fait, Jace proposa à Lord Estren de quitter ses obligations chez le Lion pour aller voir si l'herbe n'était pas plus verte ailleurs. Ainsi celui ci envisageait de s'émanciper puisqu'il répondit que cela était d'actualité puis les yeux des deux hommes se tournèrent de nouveau vers le Nordien qui était perdu dans ses pensées. Constatant les deux paires d'yeux qui le regardait, il se reprit alors qu'il écoutait Jace lui présenter Lord Estren, en écoutant ses paroles, certaines choses que Jorah avait supposées se trouvèrent confirmées, notamment le fait qu'il ne laissait pas ses sentiments prendre le pas, qu'il était le plus fervent serviteur de Lord Lannister préférant connaître la mort que trahir. Lord Estren tempéra les propos du seigneur de la Treille, disant qu'il était un Lord qui cherchait la protection de ceux qui vivaient sur ses terres. Une chose que tous les gens de ce rang recherchaient en temps normal, des aspirations nobles donc qui se devaient d'être exécutées même si pour cela il devait se traîner lui même dans la boue. Il ajouta que contrairement à lui, Lord Redwyne avait une puissance militaire pour tenir tête au Lion, alors que lui ne devait sans doute n'utiliser que ses talents d'orateur faute de lames.

Cela se termina par un constat sur sa propre situation puis une nouvelle fois, la discussion revint à Jorah. Lord Estren s'enquérant de la raison pour laquelle il lui avait amené le Nordien et pourquoi celui ci était par extension à ses côtés. Le regard du Maître d'Armes s'éveilla alors que Jace répondait et qu'il put enfin découvrir les raisons de sa venue en même temps que Lord Estren. Ainsi donc Lord Redwyne avait décidé de jauger de ses capacités, il était vrai qu'il lui en avait fait part d'une façon plutôt évasive alors qu'ils étaient à bord. Il allait donc le confier au service de cet homme pour qu'en retour celui ci lui fasse un compte rendu de ce qu'il allait être capable. Les yeux sombres de Jorah regardèrent de nouveau l'homme de l'Ouest alors que Lord Redwyne disait qu'il n'avait pas son pareil pour comprendre la nature des gens. Malgré lui, le Nordien déglutit se demandant si allait être capable de remplir les décisions de son capitaine et revenir avec les honneurs. Il ne doutait pas que les deux hommes avaient perçu tous les deux son trouble, Jace devait déjà en être habitué et avait lui aussi un certain talent pour deviner sans erreurs ce qu'il pensait et si Lord Estren était encore plus versé dans cet art, alors cela faisait déjà bien longtemps qu'il avait fini la lecture de ce livre ouvert qu'était l'insulaire de l'île aux Ours.

A écouter Jace, Jorah devait donc répondre à la moindre demande de ce seigneur et gagner son respect et se faisant, il serait sûr qu'il n'avait pas donné sa chance à un moins que rien le jour où Jorah lui avait tendu la main afin de sceller le pacte qui avait fait de lui un homme à son service. Il eut un geste pour un des deux frères chevaliers qui les avaient accompagnés, l'un d'entre eux arriva portant dans ses mains un paquet de cuir et de liens. Apparemment les deux hommes en avaient parlé dans un corbeau mais Jorah n'avait jamais vu ou entendu un traître mot dudit parquet. Il nota toutefois que le visage de Lord Estren sembla s'éclairer quand ses prunelles s'étaient posées sur cette chose qu'on lui remettait.

Il sentit la main de Jace sur son épaule alors que celui ci s'adressait pour la première fois à lui, ses yeux se posèrent sur la main qui était là alors qu'il écoutait les paroles du seigneur de la Treille lui demandant si il était prêt à suivre Lord Estren. Quand il eut fini, il resta quelques secondes là puis se raclant la gorge, sa voix se fit grave couvrant les bruits du jardin environnant.

« Je ferais de mon mieux pour servir Lord Estren comme je vous sers Lord Redwyne, si cela vous permet de juger de mon utilité à vos côtés alors oui je suis prêt et déterminé à vous montrer que vous avez fait le bon choix. »

Son ton avait été chaud, vibrant, empreint de convictions certaines, Jace lui avait offert une opportunité et il n'était normal que maintenant il demande des comptes à Jorah, à lui de faire ses preuves la chose était pour le moins légitime. Il ne voulait pas être un poids mort dans les mains de Lord Redwyne, cela serait une bonne chose pour voir de quoi il serait capable. Ses yeux cherchèrent de nouveau le regard de Lord Estren alors qu'il sentait toujours la main de Jace sur son épaule. La confiance que le Seigneur de la Treille lui avait déjà accordée et ce qui allait en ressortir si jamais il réussissait aux côtés de Lord Estren lui donnèrent une inspiration soudaine alors qu'il se grattait de nouveau la gorge pour dissimuler les échardes d'une voix qui n'avait que trop peu parlé alors qu'un ton humble et empreint de respect sortit de ses lèvres.

« Puis je me permettre de vous demander ce que vous attendez de moi Lord Estren ? A moins que cela soit des demandes que Lord Redwyne vous a faites et que je ne peux pas être au fait pour le moment. »

Il ne savait si il avait bien fait de suivre cette poussée de courage qui lui avait été insufflée et si il n'avait pas osé trop en demander manquant de ce fait quelques règles du protocole devant des Lords dont le bras était long sur les terres de Westeros.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Le pochard, la Fouine et l'Ours blanc

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Entre fouine et serpent [PV]
» Je fouine, tu fouines, il... Ft Olivia
» [libre]La Gourmande Contrebande. [West Blue, Rang B, Pirate, Baston]
» Faits divers de la semaine
» Je suis un Trap

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-