AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Et le combat cessa faute de combattants ▬ Oberyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Mer 24 Aoû 2011 - 12:30

     Le chevalier errant avait été recruté par lady Rivanon depuis plusieurs semaines à présent, elle lui avait demandé de se rendre à Salvemer peu de temps après qu'il eut accepté cette offre. Il n'était pas sûr que les Fer-Nés attaquent le Conflans et plus précisément cette ville, mais visiblement la jeune dame avait semblé persuadée que sa demeure était menacée. En bon chevalier obéissant qu'il était, Pryam n'avait posé aucune question, se contentant de répondre à celles avancées par la jeune lady, puis elle avait eu l'air convaincue puisqu'elle lui avait aussitôt proposé de venir chercher une lettre qui lui donnerait le droit et la possibilité d'accéder à Salvemer. Tant de précautions était plutôt surprenant, mais il n'en avait rien dit, sachant bien que les Mallister devaient être soumis à une pressions certaine en craignant que les vassaux de la Seiche ne viennent les attaquer. Cela ne devait pas être aisé tous les jours de vivre au bord de la mer, menacés par les Fer-Nés. Il ne restait qu'à espérer qu'ils seraient bien trop intelligents pour décider d'attaquer une ville comme Salvemer qui était tout même construite de manière à résister à leurs raids.

     Le natif du Val n'était guère habitué aux combats contre les Fer-Nés, étant lui-même originaire d'une région totalement à l'autre bout de la carte, mais cela ne l'inquiétait pas plus que de raison, après tout même s'ils étaient réputés pour être d'excellents combattants et ne connaître ni la peur ni l'inquiétude, ils restaient humains. Tout humain pouvait mourir, pour quelle raison Pryam se ferait-il plus d'inquiétudes à l'idée de combattre les natifs des Îles de Fer ? Il n'en voyait aucune.

     Le chemin de Port-Réal à Salvemer avait été relativement rapide, une semaine à peine, un voyage ponctué de quelques rencontres avec des brigands sans importance qui avaient fui dès qu'ils avaient constaté que le chevalier ne se laisserait pas détrousser aussi facilement qu'un voyageur, puis d'un noble originaire de la maison Nerbosc. Ils avaient fait une bonne partie de la route ensemble et cela avait été plutôt vivifiant, étant habituellement habitué à effectuer les trajets en solitaire. Ewald, son jeune écuyer, semblait assez content de voyager, mais Pryam n'avait pas jugé utile de lui dire contre qui ils allaient se battre, après tout le jeune Frey ne serait pas en première ligne et avant que Salvemer ne tombe, il aurait le temps et le loisir de s'enfuir pour retourner auprès des siens. Ils étaient dans le Conflans, il n'aurait qu'à marcher quelques jours le temps de rallier les Jumeaux ! Quoi qu'il en soit, l'arrivée à la demeure des Mallister ne fut pas très compliquée, il y avait déjà bon nombre de personnes, chevaliers, hommes d'armes, écuyers.... Qui se bousculaient et le chevalier errant se fondit dans la masse sans aucune difficulté, une entrée comme il les affectionnait.

     Pryam n'eut que le besoin de se présenter au père de lady Rivanon puisque c'était tout de même lui qui dirigeait tout cela, après avoir montré la lettre écrite par sa fille et brièvement résumé la raison de sa venue ici, il n'avait répondu qu'à quelques questions supplémentaires pour être officiellement « accepté ». Le chevalier errant fut heureux et rassuré de constater que les décisions prisent pas sa fille convenaient aussi à lord Mallister, il n'en était pas toujours le cas dans d'autres maisons que le chevalier avait déjà visitées. En tous les cas, le natif du Val fut invité à s'installer dans une tente des environs du château, vu l'activité qu'il y avait à ce dernier et le nombre plutôt élevé de chevaliers qui s'y trouvaient, Pryam avait préféré cette solution que l'idée de séjourner directement à Salvemer. Il n'était pas vraiment du genre à apprécier le bruit et l'agitation, de plus Ewald avait au moins la possibilité de rester non loin de son chevalier et étant donné qu'il n'était son écuyer que depuis très peu de temps, l'errant préférait ne pas prendre le risque de le voir disparaître du jour au lendemain.

     Le lendemain de son arrivée à Salvemer, le chevalier décida d'aller s'entraîner un peu, qui disait combat disait forcément maîtrise de son arme, malheureusement Pryam était bien conscient qu'il ne possédait pas le talent martial de la majorité des chevaliers originaires de maisons nobles. Comme il passait le plus clair de son temps à devoir trouver de quoi gagner suffisamment d'argent pour entretenir son matériel ainsi que nourriture ses cheveux - et maintenant son écuyer - autant dire qu'il devait bien souvent remplacer les combats par une escorte quelconque. L'errant parla rapidement avec quelques hommes d'armes situés non loin de la tente où il dormait, ils lui expliquèrent que les chevaliers engagés par lady Rivanon s'entraînaient généralement dans la cour du château, entre eux la plupart du temps. Qui serait meilleur « adversaire » à l'entraînement qu'un chevalier plus entraîné ? Remerciant les combattants, Pryam prit le chemin du château et plus précisément de la cour, à peine arrivé à une dizaine de mètres de là, il entendit des bruits familiers d'épées qui s'entrechoquaient. Il y avait déjà du monde visiblement et lorsqu'il déboucha sur la fameuse place, Pryam constata que c'était bien le cas. Deux chevaliers terminaient un combat d'entraînement tandis qu'un autre se tenait plus en retrait en faisant visiblement des exercices d'échauffement. Le natif du val s'était laissé dire que plusieurs chevaliers célèbres étaient ici et bien qu'il n'avait jamais vu leurs visages il espérait les reconnaître.

     Le chevalier s'arrêta à quelques mètres des deux combattants qui finalisèrent leur entraînement par une botte plutôt habile qui mit l'un des deux à terre, puis après l'avoir aidé à se relever son adversaire s'éloigna en saluant les trois personnes présentes ici. Le « perdant » récupéra quelques affaires lui appartenant avant de s'en-aller à son tour, non sans avoir salué le troisième chevalier qui se retrouvait désormais seul avec le blond. Ce dernier l'observa quelques instants, il lui tournait le dos, mais sa tenue semblait indiquer qu'il n'était pas originaire du Conflans, peut-être bien l'un des chevaliers embauchés par lady Rivanon ? L'errant s'approcha de l'homme en question, logiquement s'il était venu ici c'était bien pour s'entraîner, ils étaient deux, autant en profiter non ?

     ▬ Messer, il semblerait que vous soyez venu ici pour vous entraîner, moi de même, mais je n'ai pas d'adversaire, cela vous intéresserait de palier à ce manque ? Un bref instant d'hésitation, puis il ajouta quelques mots. Si vous attendiez quelqu'un d'autre, je comprendrais bien évidemment. »

     Il aurait été plutôt surprenant de voir un chevalier arriver ici tout seul pour s'entraîner, sans avoir d'adversaire, mais Pryam était dans ce cas donc pourquoi pas ? Seulement ce dernier ne doutait un peu, rien qu'à voir la manière dont le chevalier maniait son arme, l'on devinait sans peine une très bonne maîtrise de son art, à n'en pas douter il devait dépasser l'errant et de loin. Mais comment évoluer sans se fixer des objectifs plus difficiles ? Cela ne serait certainement pas avec de l'espoir qu'il battrait les Fer-Nés, l'entraînement était bien plus fiable.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 4 Sep 2011 - 0:22

Depuis quelques jours déjà la forteresse Mallister s'animait de plus en plus de vie, des hommes de guerre arrivaient de plus en plus et la citadelle un peu calme qu'il avait connu à son arrivée, si ce n'était la présence des soldats de la maison Mallister n'était plus. Désormais des chevaliers toujours plus nombreux, bien que leur nombre ne soit pas vraiment très élevé, peuplaient la place forte. Pour dire vrai il n'y avait même pas de quoi faire un tournoi digne de ce nom avec le peu de chevaliers présents, cependant il y en avait toujours plus qu'à son arrivée. Et de fait les voir s'entrainer chaque matin dans la grand cour apportait une animation bienvenue en cette période difficile. Pour chaque homme d'armes présent, voir des chevaliers arriver pour leur porter main forte était un véritable baume au cœur et un élan supplémentaire à leur propre courage. Oberyn avait prit l'habitude d'en faire toujours plus durant ses propres entrainements, repoussant les limites de ce qu'il était bon de faire pour simplement apporter si ce n'était la certitude au moins l'impression d'une force véritable aux soldats de la maison Mallister. Voir ainsi d'autres chevaliers s'entrainer, s'entretenir et partager avec les soldats le rassurait lui aussi quelque peu. Après tout il ne s'agissait là que de sa première véritable situation de guerre. S'il avait bien compris quelque chose depuis son arrivée en ces lieux, c'était bien que les tournois et tout le folklore chevaleresque d'une période de paix n'avait aucune commune mesure avec ce que la guerre semblait être. Ceci dit et comme chaque matin Oberyn avait revêtu son armure de cuir, particulièrement pratique et souple, elle lui permettait de se déplacer beaucoup plus aisément qu'un cotte de mailles ou qu'une armure de plates. Certes elle ne lui offrait pas une grande protection mais il comptait sur sa dextérité et son adresse pour palier à ce léger défaut. De plus combattant avec Aube ainsi qu'une dague et ne portant pas de bouclier, il avait de fait besoin de pouvoir virevolter à sa guise et ne pas être engoncé dans une quelconque armure rigide et lourde. Il n'avait du reste pas le physique pour pouvoir se mouvoir aisément avec autre chose qu'une armure de cuir souple.

Il se tenait en marge de la place centrale de la cour alors que deux chevaliers pratiquait ensemble. Ils démontrait un certain talent, mais beaucoup plus de puissance en comparaison dudit talent. Cependant ils avaient pour eux de s'entrainer avec acharnement et abnégation. Oberyn se souvenait de ce que disait bien souvent Ser Intregar après avoir découvert le talent naturel de son écuyer. "Le travailleur gagnera toujours contre le talentueux, si le talentueux ne travail pas." Le jeune chevalier avait prit ce principe très à cœur et du jour où son maître le lui dicta, il s'entraina avec d'autant plus d'ardeur et d'application. Un autre chevalier observait la scène depuis l'autre bout de la cour. Oberyn ne l'avait jamais vu, mais il fallait bien avouer qu'il ne connaissait pas grand monde de toute manière, à part les quelques chevaliers qu'il avait croisé en tournoi pour la plupart inféodés à des maisons du Bief ou des terres de l'Orage. Son attention se porta de nouveau vers les deux combattants à l'entrainement. L'échange approchait de son apogée lorsque l'un d'entre eux usa d'une botte encore inconnue pour le jeune chevalier. Le premier avait frappé d'estoc, l'autre quant à lui se servit de son bras de bouclier pour bloquer la lame de son adversaire contre son flanc tandis qu'il avait frappé sèchement le visage de ce dernier du pommeau de son épée d'entrainement. Le premier chuta lourdement sur le dos et l'opposition était dès lors terminée. Oberyn observa les deux hommes s'aider et se congratuler pour leurs efforts, tandis que lui même se repassait mentalement les mouvements du vainqueur, il ne se battait certes pas avec un bouclier mais il était certain de pouvoir reproduire les même effet avec son bras de défense armé de sa dague. Ceci dit l'exercice serait plus périlleux du fait de l'absence de bouclier mais il savait pouvoir reproduire le timing et les gestes peut être même plus efficacement qu'avec un bouclier du fait de sa mobilité plus grande.

L’Épée du Matin était encore en train de modifier mentalement les composantes de la botte pour l'adapter à sa propre manière de se battre lorsqu'une voix le tira de sa construction mentale. Oberyn se tourna pour faire face à son nouvel interlocuteur, c'était l'autre chevalier, celui dont il ne connaissait pas l'identité. ce dernier lui proposait de s'entrainer ensemble. De fait le jeune homme n'avait pas de partenaire attitré, il s'entrainait surtout avec les hommes du gué de Salvemer mais pouvoir échanger quelques passes avec un véritable chevalier le tentait énormément. Il adressa un sourire au nouveau venu avant de répondre.
J'en serai très content messer, j'essaierai de palier à votre manque du mieux de mes capacités, comme vous je n'ai effectivement pas de partenaire attitré pour pratiquer. Je brette habituellement contre les soldats Mallister depuis que je suis arrivé dans la forteresse, échanger avec un véritable chevalier serait particulièrement bénéfique à mon entrainement. Mais je manque à tous mes devoirs, je suis ser Oberyn de la maison Dayne, récemment arrivé ici même pour me mettre au service de Lord Mallister. Le jeune chevalier tira du râtelier à proximité une épée d'entrainement, il la soupesa un instant pour en éprouver l'équilibre. Il effectua une ou deux passes pour faire pivoter la garde de l'épée sur le dessus de sa main en la saisissant de nouveau la lame désormais vers le bas, le même geste dans le sens inverse ramena cette dernière dans sa position initiale. Il décida de garder Aube dans son fourreau et de laisser ce dernier noué à sa taille. Il avait certes confiance en les personnes présentes aux alentours mais il n'empêchait qu'il ressentait du dégoût à l'idée de laisser Aube sans surveillance pendant qu'il s’entrainerait contre le chevalier inconnu. Il allait de fait effectuer cet entrainement avec une simple épée d'entrainement et pas de dague dans sa main gauche. Il pourrait donc jouer sur son ambidextrie en changeant selon ses besoins l'arme de main, cela surprenait régulièrement ses anciens partenaires à l'époque où il était encore aux Météores.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Ven 28 Oct 2011 - 11:38

     Ainsi donc le chevalier solitaire était bel et bien sans partenaire d'entraînement, une chance, Pryam avait été inspiré de venir jusqu'ici, une fois n'est pas coutume, mais la chance semblait de son côté. Il hocha légèrement la tête d'un geste de reconnaissance lorsque l'autre lui répondit positivement, visiblement il possédait un meilleur entraînement que lui, ce qui ne pouvait que lui être bénéfique. Malgré tout, le natif du Val espérait qu'il serait à la hauteur, rien ne pouvait être plus humiliant et plus malvenu que de ne pas réussir à tenir le coup face à un adversaire à côté de qui il devrait certainement se battre lorsque les Fer-Nés arriveraient. Pour finir, le jeune chevalier se présenta, maison Dayne, le cheminement de pensées se fit aussitôt, l'errant comprit qu'il avait face à lui un chevalier extrêmement doué, l'Épée du Matin pour être plus exact, ce qui ne fit qu'ajouter une certaine pression. Il ignorait totalement qu'un chevalier tel que lui se trouvait à Salvemer, lady Rivanon n'avait nullement besoin de demander l'aide d'autres combattants alors qu'elle avait une personne telle que lui dans ses rangs.

     Alors qu'Oberyn s'éloignait légèrement de manière à saisir une épée disponible d'entraînement, Pryam l'imita tout en s'autorisant un bref regard vers son partenaire. Bien malgré lui, le chevalier ne pouvait s'empêcher de ressentir une certaine admiration à son égard, après tout il avait une certaine réputation, ayant remporté plusieurs tournois, même le père du Templeton avait son nom à la bouche. Lorsqu'on savait à quel point le chevalier de Neufétoiles était exigeant, il était aisé de comprendre que le Dornien n'était pas n'importe qui. Le blond contempla rapidement l'épée empruntée alors qu'Oberyn était occupé à tester l'équilibre de son arme, puis il reporta ses yeux pâles sur le visage de son adversaire du moment de manière à lui répondre, avec un léger retard.

     ▬ J'ignorais que l'Épée du Matin était à Salvemer, je me sens quelque peu honteux de ne pas l'avoir remarqué avant d'entendre votre nom messer. Ce n'était pas folichon pour commencer une conversation c'était certain. Quoi qu'il en soit, je vous remercie d'avoir accepté, je suis ser Pryam, chevalier errant, je viens juste d'arriver après avoir été recruté par lady Rivanon à Port-Réal. »

     Il avait parlé sur un ton calme et détendu comme à son habitude, bien que son regard avait vérifié la réaction de son interlocuteur à l'énoncé du mot « errant » qui ne ravissait généralement pas les chevaliers de maisons nobles. Il aurait pu s'annoncer en tant que Templeton, mais cela faisait longtemps qu'il avait renoncé à ce droit légitime. Comme ser Oberyn ne semblait pas désireux de s'en-aller même après avoir appris l'identité de son adversaire, l'errant conclut tout simplement que cela n'avait peut-être pas autant d'importance que cela. Il opina du chef, quelque peu rassuré, avant de reculer légèrement pour pouvoir se mettre en position, inutile de perdre du temps en palabres alors qu'ils étaient ici pour s'entraîner après tout non ?

     Pryam tenait son épée dans sa main directrice, à savoir la gauche, un « défaut » que son père avait vainement tenté de corriger, comme si le fait d'utiliser une autre main que la droite était une mauvaise chose. L'errant avait perdu beaucoup de temps d'entraînement à cause de cela, tout le temps passé à entraîner son autre main avait été plutôt inutile puisqu'il se sentait mal à l'aise et incapable de faire le moindre mouvement avec justesse, il avait tout dû reprendre après avoir quitté le domicile familial. Reprenant son sérieux, le blond chassa toutes les pensées qui peuplaient son esprit, même si l'homme qui lui faisait face était certainement l'un des chevaliers les plus populaires du moment, cela ne devait pas entrer en ligne de compte. Seul le combat comptait.

     ▬ A vous l'honneur. »

     Sans vraiment trop savoir pour quelle raison, Pryam préférait laisser à son adversaire l'honneur de débuter l'entraînement de manière à savoir ce à quoi il devait s'attendre. Son attention était en éveil, essayant de capter la moindre indication de ce qu'il comptait faire comme si cela pouvait lui permettre de l'esquiver. Malgré son statut, il avait encore beaucoup de choses à apprendre et était pleinement conscient du fait qu'il y avait beaucoup plus fort que lui. La seule chose qu'il pouvait se féliciter d'avoir, c'était l'application et le sérieux à défaut du talent. Le premier coup fut envoyé, Pryam fit un léger mouvement pour parer l'attaque tout en essayant de ne pas s'exposer, il s'attendait à ce que le chevalier de Dorne cherche simplement à le tester pour débuter. Le natif du Val laissa encore quelques secondes passer de manière à ce qu'Oberyn attaque une nouvelle fois, c'était une tentative pour essayer de voir comment est-ce qu'il portait ses estocades. Bien évidemment, il fallait davantage que quelques coups pour cerner la manière de combattre d'un homme, mais c'était mieux que rien.

     Pryam ne tenait pas particulièrement à avoir l'air trop passif, mais il privilégiait généralement la prudence quelques instants avant de se lancer, certains diraient qu'il était pleutre, mais il savait qu'il n'avait qu'une seule vie, même si ici ils ne faisaient que s'entraîner. Après quelques échanges qu'il soupçonna n'être que des petits coups, le blond se lança finalement, tentant un attaque destinée à faire reculer son adversaire, visant son flanc tout en essayant de ne pas exposer le sien. Il souhaitait le faire reculer, même légèrement, juste de manière à voir si Oberyn était du genre à reculer pour se défendre ou au contraire à riposter directement pour envoyer l'autre combattant dans les cordes. Ils s'entraînaient, pour une fois que Pryam pouvait s'offrir le luxe de ne pas devoir porter des coups mortels à chaque fois, il en profitait pour essayer de tester le chevalier. Inutile de dire qu'il était conscient que ses chances étaient plus que nulles, mais il était du genre à ne jamais se décourager, rester à voir si cela servirait.


HP:
 


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 9 Nov 2011 - 8:42

Il s'agissait bien de la première fois qu'un homme de Westeros le reconnaissait , tout du moins ailleurs qu'en Dorne. Le jeune homme n'aurait jamais pensé que la réputation du titre d’Épée du Matin puisse passer les montagnes du sud. Il pensait bien que ses prédécesseurs avait été des hommes de légende mais lui même n'avait encore rien accompli si ce n'était quelques victoires en tournoi. Ce ser Pryam était donc un chevalier errant, Oberyn ne pouvait dire en avoir souvent rencontré, ces derniers ne venaient guère souvent visiter la région des météores, il fallait du reste avouer qu'il n'y avait que très peu de gloire ou de fortune à trouver dans ces montagnes coupées du reste du royaume. Les quelques rares qui lui fut donné de rencontrer l'avait cependant bien souvent surprit par leur dévotion et leur attachement aux véritables valeurs de la chevalerie, ils étaient généralement loin des chevaliers pédants et arrogants qu'il pouvait croiser en tournoi. Cela lui plut d'une certaine manière que son premier partenaire d'entrainement en cette période sombre partage comme lui une vision saine et dévouée du statut de chevalier. Il ne pouvait en être certain bien sur et se basait uniquement sur son expérience mais il avait choisit néanmoins de croire que tel était le cas. Il allait répondre au chevalier qu'il n'avait pas à s'excuser pour ne pas l'avoir reconnu que de toute manière il ne s'était pas attendu à ce que quiconque le reconnaisse ici, si loin de sa terre natale lorsque son regard fut attiré par une irrégularité dans le pavement de la cour. Une des pierres au sol semblait avoir été abîmée sans doute par la chute d'un objet lourd ou le passage répété de roues et le centre de cette dernière différait nettement en comparaison du reste de celle qui l'entouraient. Il nota instinctivement cette information dans son esprit se disant que cela pourrait faire la différence entre un appui stable et une possibilité d'ouverture lorsqu'un adversaire potentiel devrait changer de position de pied pour retrouver une assise plus stable. De fait il en perdit le fil de ses pensées concernant sa reconnaissance ou non et se remit à observer son adversaire.

La première information que ce dernier lui livra fut en l’occurrence celle de savoir qu'elle était sa main d'épée. Oberyn avait rarement eu à faire avec un gaucher mais cela ne l'excita que d'avantage à l'idée d'échanger quelques passes avec lui. Cela le confirma aussi sur son choix de ne pas utiliser de dague mais de jouer sur son ambidextrie. En effet il savait par ser Intregar, son maitre en toute chose, que si un guerrier dit "classique" c'est à dire droitier, avait tendance à être surprit par un changement de main, un gaucher beaucoup plus habitué à affronter des droitiers serait encore prit en défaut lorsque son adversaire était capable d'utiliser son autre main. En effet il devait être rare pour un tel homme de rencontrer nombre autre chevalier se battant de la main gauche autrement qu'avec un bouclier ou une dague. Seulement et bien qu'il ne sache rien de ce ser Pryam, son peu de connaissance en matière de réputation le mit en garde, peut être se trouvait ici en compagnie d'un homme capable comme lui d'appréhender le combat avec une aisance particulière et de ne point se laisser surprendre par des subterfuges tel qu'un simple ne changement de main. Il fit néanmoins le choix de rester sur sa stratégie de départ, après tout s'il se trouvait en présence d'un chevalier de talent cet entrainement n'en serait que plus profitable. Voyant ser Pryam se mettre en position, Oberyn lui emboita le mouvement pour se placer à une distance appropriée, distance qu'il savait être de sécurité pour lui même, il s'agissait en quelque sorte de sa zone de confort. Il tenait son épée de la main droite pour le moment nonchalamment il serait toujours temps si le besoin s'en faisait sentir de s'y mettre avec plus d'entrain et de sérieux. Il fut néanmoins quelque peu surprit lorsque son partenaire l'invita à lancer la période attaque il s'était attendu à ce que le signal fut donné et qu'ils cherchent l'un autre à ouvrir la garde de leur adversaire sans pour autant qu'un ordre ne soit définit sur lequel d'entre eux dusse frapper le premier. Cela dit et devant une telle proposition il ne put s'empêcher de sourire sincèrement, puis écartant les bras pour s'incliner légèrement
En ce cas ser Pryam... Il allait attaquer comme il en avait l'habitude en entrainement lorsqu'il percuta intérieurement, peut être cette façon de procéder du chevalier n'était simplement qu'une manière de le voir utiliser son arme et ainsi pouvoir étudier son adversaire. Le sourire sur le visage de l’Épée du Matin ne fit que s'élargir. Si ser Pryam voulait jouer à ce jeu alors lui aussi jouerait...

Sa première attaque n'eut donc pour but que de voir de quelle manière ser Pryam recevait ces dernières et peut être si le chevalier se comportait comme l'héritier des météores l'espérait il pourrait le mener là où il le souhaitait. De fait le chevalier fit un léger pas de coté et para sans mal la frappe de taille du dornien. Toujours souriant ce dernier enregistra les informations au fur et à mesure que celles ci lui parvenaient. Son adversaire était de toute évidence patient mais peu sur de ses capacités, une telle attaque aurait dû être paré sans qu'un déplacement ne soit nécessaire. Oberyn était persuadé que ser Pryam aurait pu riposté d'estoc dans l'entrain de son mouvement mais ce dernier privilégia une nouvelle fois la patience et garda sa position défensive. Seulement le but du jeune dornien était tout à fait à sa portée désormais, il pouvait le voir à simplement quelques centimètres à peine du pied d'appui arrière de son adversaire. Conscient que son prochain mouvement pourrait lui apporter un avantage non négligeable en cas de réussite il s'appliqua à l'exécuter avec précision si ce n'était puissance ou force. Il n'avait du reste pas besoin que ser Pryam ressente une quelconque violence dans son coup il lui fallait simplement le forcer à se déplacer encore un tout petit peu. Seulement et à sa surprise son adversaire ne se comporta pas comme il l'avait espéré, ser Pryam ne posa pas le pied sur la dalle qui lui tendait pourtant les bras. Au lieu de cela il para de nouveau et après un court temps d'attente porta enfin sa première attaque.

Inconscient de ses propres réactions naturelles, Oberyn sourit en voyant partir le coup de son adversaire. Il prenait un véritable plaisir dès qu'il se retrouvait avec une épée entre les mains et un adversaire face à lui, de plus il venait d'apprendre une nouvelle passe et avait bien l'intention de l'essayer le plus rapidement possible. Voyant le coup de son partenaire partir pour une frappe de taille latérale, Oberyn réagit à l'instinct, un pas en avant réduisit la distance entre lui et son adversaire, ce type de réaction surprenait généralement les adversaires ne s'attendant pas à ce que face à une attaque un opposant réduise ainsi les distances mais dans le but de pouvoir effectuer la passe apprise un peu plus tôt Oberyn n'avait pas le choix. Il se servit de son bras droit pour enserrer la main d'épée de ser Pryam, il n'avait pas eu le temps ni le réflexe de passer son arme dans sa main gauche si bien qu'il ne put frapper son adversaire au visage qu'avec son poing. Il relâcha aussitôt sa prise et fit une volte pour retrouver une distance de confort. Son sourire n'ayant toujours pas quitter ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Jeu 10 Nov 2011 - 15:36

     L'entraînement permettait toujours à Pryam de constater que sa manière de combattre était très... Académique. Plutôt amusant pour un chevalier qui avait tout appris d'un chevalier errant qui n'avait certainement jamais eu les honneurs d'un maître d'armes. Il cherchait à trop bien fait, combien de fois lui avait-on vertement reproché de ne pas assez se laisser aller. Les véritables combats n'étaient pas aussi polis que les entraînements et un coup raté ou laissé passé pouvait être synonyme de mort. Le natif du Val faisait tout son possible pour rester concentré sur son adversaire, essayant de récolter la moindre information pouvant lui indiquer qu'il y avait une faille à un tel endroit où qu'il devait essayer de parer de telle manière. Le sourire flottant sur les lèvres de l'Épée du Matin le troublait, généralement ses adversaires gardaient un visage impassible dans de telles occasions. Était-ce parce qu'il était pleinement conscient de son talent ? A moins que ce ne soit une habitude des Dorniens pour déstabiliser leur adversaire, Pryam n'en savait rien, il n'avait que très brièvement séjourné à Dorne par le passé et n'avait jamais croisé de chevalier originaire de ces terres. En tous les cas, si le but était de le déconcentrer, il y parvenait avec brio.

     La tête trop prise par des questions, le coup que le chevalier tenta ne fut pas une surprise pour son adversaire, ser Oberyn avança vers Pryam qui fut plus qu'étonné, quelle était donc cette technique qui consistait à se jeter dans la mêlée au lieu de reculer lorsqu'une attaque était portée ? Il avait toujours appris qu'un coup bien placé était une bonne chose, mais exposer son flanc où une autre partie de son corps pour réussir à toucher son adversaire ne servait pas. Il était vrai que mort, gagner un combat ne servait guère. Seulement le Dornien venait de prouver avec une aisance déstabilisante qu'il était possible de prendre le dessus sans pour autant reculer devant la moindre action dangereuse. Il savait prendre des risques contrairement à son partenaire d'entraînement.

     La surprise avait joué son rôle, sentant la main droite de ser Oberyn lui bloquer la main Pryam ne réagit pas assez rapidement pour esquiver le coup qui arriva. Il sentit simplement le poing de son adversaire lui atteindre le visage avant de s'éloigner hors de portée d'une riposte. Décidément, il n'avait jamais été aussi médiocre que maintenant ! Passant instinctivement sa main à l'endroit où il ressentait la gêne due au coup, il hocha la tête d'un air entendu, même s'il s'était fait avoir il ne pouvait pas nier que l'action avait été bien dirigée. Mais Pryam ne devait pas se laisser aller, il avait fait la bêtise de chercher à trop décrypter ce que son adversaire pouvait tenter de faire seulement il apparaissait clairement à présent que ser Oberyn n'était pas un homme prévisible. Il lui faudrait compter uniquement sur ses talents et son instinct pour s'en tirer à bon compte.

     Un pas sur la gauche, le natif du Val approcha d'un geste vers son adversaire tout en positionnant son épée de manière à parer un coup rapide, il handicapait ses possibilités d'estocade, mais comptait sur autre chose pour tenter de tourner l'avantage. Pryam fit un geste qui indiquait qu'il allait viser le flanc gauche de ser Oberyn, afin de lui faire bouger son bras de ce côté il l'espérait, puis fit pivoter sa lame de manière à changer la direction de son coup pour viser une zone moins protégée. Une manière d'essayer de détourner l'attention du véritable but, malheureusement si cela ratait une première fois, autant dire qu'il n'était plus utile de retenter. Une telle attaque ne fonctionnait qu'une fois, ou ne fonctionnait pas. Pour le coup ce fut la seconde possibilité, Pryam avait changé de direction trop tôt et en envisageant que son adversaire se soit laissé prendre par la ruse, il avait eu le temps de bloquer et de trouver une parade. Le bruit des lames qui s'entrechoquent, le blond recula aussitôt en voyant que sa tentative avait lamentablement échouée. Le sentiment d'être revenu des années en arrière et de ne pas faire le poids face aux autres écuyers se faisait sentir, mais il l'ignora rapidement.

     Il ne fallait pas perdre de temps, battre le fer tant qu'il était encore chaud, Pryam pivota sur le côté pour essayer de trouver un angle plus ouvert avant de s'approcher une fois de plus en visant le côté de son partenaire d'entraînement. Aucun doute sur le fait que celui-ci allait parer sans peine, c'était bien ce que l'errant attendait, même s'il ne risquait pas de faire le poids lors d'un combat rapproché, il ne perdait rien à tenter. Quelques coups furent échangés, Pryam essayait de voir quel était le côté le moins protégé. Tout le monde avait un bon côté, celui que chacun protégeait avec plus de facilité et en général il s'agissait du droit pour la majorité des gens. Pratiquement persuadé de ne pas être face à un gaucher – après tout Oberyn se battait de la main droite – Pryam se décida à tenter une incursion de l'autre côté. Mais il n'avait pas eu l'intelligence d'observer les environs avant que le combat ne débute, contrairement au Dornien qui avait repéré la faille dans ce sol pavé.

     Le natif du Val mit le pied sur le pavé instable et sentit son pied se dérober sous lui au moment où son coup se portait vers la gauche de ser Oberyn. Cela ne fit pas totalement rater son action, mais au lieu de viser le flanc, il se retrouva à hauteur de hanche et sentit le côté de son épée entrer en contact avec la garde de celle de son adversaire. A ce moment Pryam ignorait totalement la raison de ce soudain changement de situation, mais tout chevalier digne de ce nom se devait de contrôler l'état du lieu où il allait combattre. L'errant se redressa rapidement tout en levant son épée pour protéger son côté gauche – qui logiquement se trouvait du côté droit d'Oberyn – persuadé que cela suffirait normalement à lui éviter un coup mal placé. Afin de parer à toute attaque, le temps de reculer, Pryam fit une estocade en direction du côté « défaillant » du Dornien en position de force.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 7 Déc 2011 - 2:55

Voir ainsi son adversaire ressentir le contre coup de son attaque étira un peu plus s'il était possible le sourire du dornien. A ce moment les enseignements d'humilité et de respect inculqués par ser Intregar ou Lord Dayne étaient bien loin et le gamin arrogant trop sûr de son talent pouvait refaire surface à n'importe quel moment. Dans son esprit aucun doute n'était permis, il pouvait se défaire d'un tel adversaire sans même avoir besoin de forcer son talent. D'un geste habituel et familier pour lui il remit de sa main libre une mèche de ses cheveux blonds derrière son oreille. Oberyn se tenait maintenant très droit face à son adversaire, marchant tranquillement, sûr de sa force et de sa supériorité, si ser Intregar avait été là, pour sur que le jeune chevalier ce serait fait rosser pour son manque d'égard et d'attention vis à vis de son opposant, mais le vieux chevalier n'était plus là pour enseigner l'humilité et la pondération à son élève. Au lieu de ça les vieux démons de l’Épée du Matin revenaient comme une vieille habitude trop longtemps laissée de coté. Marchant toujours tantôt vers son adversaire tantôt de coté, Oberyn vit ser Pryam reprendre contenance et pour ainsi dire fourbir ses armes en vue d'un assaut prochain. Les sens du dornien entrèrent en éveil et il fut tout d'un coup à l'affut de la moindre modification dans la position du chevalier du Val. Il ne marchait d'ailleurs plus, que ce soit avec arrogance ou non, il était à l'affût en attente d'une certaine manière. Ces échanges lui rappelaient l'époque où découvrant son talent il s'entrainait avec les hommes d'arme des Météores. C'était tellement plus amusant ainsi que lorsqu'il avait dû apprendre la théorie et les différentes postures avec ser Intregar, Oberyn n'était pas un étudiant attentif et consciencieux il estimait apprendre plus et mieux en se battant simplement et en laissant libre court à ses envies.

Lorsque ser Pryam porta son attaque, le jeune dornien observa la danse de sa lame et fut capable de dénombrer trois choix probables en rapport avec ce qu'il avait déjà vu de l'errant. Il y avait l'attaque en force, la tentative de déstabilisation et bien entendu la feinte. Seulement Pryam utilisa une quatrième possibilité que Oberyn n'avait pas envisagée, celle de la feinte ratée... l’Épée du Matin para donc sans mal l'attaque manquée de son partenaire d'un revers de sa lame. Les trois qu quatre échanges suivants furent du même acabit et Oberyn se contenta de parer sans grand entrain les attaques de ser Pryam, il devait certainement étudier la manière de faire du dornien. Malgré son arrogance toute naturelle qui venait de plus en plus en surface Oberyn devait bien admettre que le chevalier en face de lui n'avait rien à envier aux plus obstinés des hommes. Ce dernier ne baissait pas les bras et continuait de chercher une faille alors même qu'il était évident pour le jeune homme que la différence de talent entre eux était aussi grande que la route qu'il avait parcouru pour venir jusqu'à Salvemer depuis les montagnes de Dorne. L'abnégation démontrée par ser Pryam avait une certaine noblesse, peut être était-ce là ce que voulait dire ser Intregar en inculquant à son élève que le talent ne peut battre le travail si le talent ne travail pas... En effet et bien qu'il eu tout de même un peu de mal à y croire un homme de la trempe de ce ser Pryam devait travailler dur pour arriver à un niveau pourtant bien en dessous de celui de Oberyn mais néanmoins ce dernier continuait d'essayer, de tenter. Peut être si l’Épée du Matin ne s'était pas imposé un entrainement drastique, ce chevalier errant du Val aurait un jour pu le surpasser. Le vieux chevalier avait peut être eu raison sur ce point mais voyant son adversaire faire le pas de trop, Oberyn se dit que certaines choses ne remplaceraient jamais le talent et l'inné.

Le chevalier du Val perdit donc l'équilibre lorsqu'il tenta de porter son attaque sur le coté gauche du dornien. Le coup de ser Pryam s'en trouva de par le fait d'une trajectoire toute différente et cela faillit bien surprendre un Oberyn trop sûr de lui mais jouant de malchance l'épée du valois avait perdu de sa vélocité et le jeune homme n'eut pas grand mal pour se défaire de cette attaque. Décidé désormais Oberyn commença à avancer sur son adversaire comme un prédateur en ayant terminé des jeux avec la proie depuis trop longtemps désormais prise entre ses griffes. Lorsque l'errant porta une nouvelle attaque sur le coté ouvert de Oberyn ce dernier ne ralentit pas et changea simplement son arme de main pour parer. Dans la foulé c'est d'une ferme poussée du pied que le dornien frappa le bouclier de ser Pryam voulant le repousser plusieurs mètres plus en retrait. Cette dalle ne pouvait être dorénavant dans leur zone de combat. La fierté et l'arrogance du natif des Météores ne voulaient qu'un tel incident de terrain puisse être considéré comme la cause de leur différence de niveau. Le sourire sur le visage de Oberyn n'était plus aussi jovial qu'il l'avait été, le combat en lui même ne l'amusait que très moyennement et dorénavant c'était son sourire "de combat" qui avait prit sa place. Il refit passer l'épée dans sa main droite de nouveau.
C'est donc là tout ce que le Val enseigne en matière de chevalerie ? Que sont devenus les Humphrey Hardyng et les grands noms de vos montagnes ? Par ces attaques verbales le jeune chevalier de Dorne espérait réveiller un peu d'esprit combattant chez son adversaire, le rendre plus à même de lui offrir un véritable combat. Tout en parlant et en attisant son partenaire, Oberyn continuait d'avancer vers le chevalier du Val, faisant mouliner son épée et la passant d'une main à l'autre. Il était persuadé que ce chevalier pouvait lui procurer un combat digne de ce nom et pas simplement ce spectacle sans saveur qu'il livrait depuis le début de leur affrontement.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Mer 7 Déc 2011 - 15:03

     L'Épée du Matin paraît les coups sans aucune difficulté, ce qui n'avait rien de très étonnant au final, il était réputé à travers tout Westeros en raison de sa maîtrise des armes, à quoi d'autre pouvait-il s'attendre ? Pryam était conscient que ses chances de vaincre un tel adversaire étaient proches de zéro, mais ce n'était pas cela qui allait l'empêcher d'essayer. Il n'était pas né doté d'un talent hors du commun en matière de combat, il se débrouillait et espérait progresser avec le temps, rien de plus. Seul l'entraînement pouvait lui permettre de développer sa maîtrise actuelle, mais lorsqu'il voyait la manière dont ser Oberyn se promenait autour de lui en déviant ses attaques, Pryam se demandait si les années d'entraînement avaient été utiles. Apprendre le combat à autodidacte n'était pas une chose aisée et c'était encore pire lorsque vos adversaires n'étaient que des mannequins de bois ou de jeunes palefreniers qui s'ennuyaient. Mais il n'abandonnerait pas pour autant.

     Le natif du Val reprit une position convenable après avoir été repoussé avec force par son adversaire, ne quittant pas du regard le visage de ser Oberyn qui semblait avoir opté pour un brusque changement d'attitude. Cela ne déstabilisa pas outre mesure le chevalier errant qui espérait simplement que les choses n'allaient pas être encore plus difficiles qu'auparavant, sinon il lui aurait été plus simple de jeter ses armes à terre. Mais il ne le fit pas, un bref sourire passa sur ses lèvres lorsque le Dornien le provoqua verbalement en changeant son épée de main, manifestant une ambidextrie peu rassurante.

     ▬ Je ne porte pas de nom messer, justement pour ne pas être associé à quelqu'un que je ne suis pas. »

     Faire sortir Pryam de ses retranchements n'était pas une chose aisée, il avait volontairement ôté le blason étoilé de sa vie pour ne pas être considéré comme « le fils de... » ce n'était pas en le provoquant sur des grands noms que ser Oberyn allait déclencher sa colère. Toutefois, le natif du Val comprit clairement que son adversaire devait se lasser de leur entraînement qui n'était pas à son niveau, il hocha imperceptiblement la tête et raffermit plus franchement sa prise sur son épée avant de bouger sur le côté pour réagir aux mouvement du Dornien. Un pas, deux pas, il attendait le bon moment qui arriva finalement lorsqu'un sursaut d'adrénaline le poussa à avancer. Il plaça sa lame de manière à pouvoir parer une attaque éventuelle, son bouclier volontairement dégagé sur le côté comme pour faire croire qu'il l'oubliait et ne prenait pas une bonne position. S'il y avait bien une chose que Pryam avait remarqué, c'était que les hommes possédant une réputation connue à travers tout Westeros possédaient un égo allant de paire. Peut-être que le Dornien croirait à un manque de maîtrise et se laisserait avoir ? Il croisait les doigts pour....

     Il s'exposait volontairement, sa lame approchait du flanc de Oberyn qui allait certainement la repousser sans aucune peine en pensant que son adversaire ne faisait que chercher une faille de plus. Une fois qu'il fut assez près au point de pouvoir le toucher en tendant le bras, l'errant replia son bras droit encombré de l'écu qui le protégeait, mais cette fois-ci s'en servit simplement pour donner un coup assez fort en direction du buste du Dornien. Le but de Pryam était de déstabiliser son adversaire pour s'offrir une ouverture où il pourrait infiltrer sa lame. C'était un peu au petit bonheur la chance, le blond ne comptait que sur ce qu'il croyait avoir perçu de son adversaire depuis le début de leur affrontement, mais tout pouvait être erroné. Est-ce que c'était le cas ? Il allait le voir assez tôt, usant de la même technique un peu sournoise que le Dornien avait sélectionnée quelques secondes auparavant, le natif du Val plaça son pied sur le côté de son adversaire au cas où celui-ci partirait dans cette direction. Pas franchement très chevaleresque, mais il fallait user de tous les moyens disponibles afin de réduire le fossé entre eux.

     Pryam prenait le risque de s'exposer, ser Oberyn pouvait échanger son arme de main et user de l'ouverture qu'il avait lui-même provoquée, mais qui ne tente rien n'a rien, mieux valait essayer en plein milieu d'un entraînement que lors d'un combat contre les Fer-nés ! Le jeune homme profita de sa tentative pour tester la poigne de son adversaire en donnant un coup plutôt rude dans sa lame à l'aide de son épée en acier château, il voulait vérifier qu'il n'y avait aucune chance de le désarmer avec un bon coup. Techniquement c'était certainement impossible, son épée était tellement précieuse – la sienne pas celle d'entraînement bien sûr – qu'il ne devait pas vouloir la perdre, sans compter que le coup porté au visage de Pryam avait été assez fort pour se faire une idée de sa poigne. Il y avait une chance pour que tout foire complètement, ce n'était pas une possibilité négligeable, mais de toute manière il savait très bien qu'il n'aurait aucune chance de battre un tel homme dans un combat « normal », il fallait faire preuve d'originalité et de réflexion.

     Oberyn ne portait pas de bouclier certainement en raison de son ambidextrie, est-ce que cela allait lui porter chance ? Le bruit des lames qui se frottaient l'une contre l'autre, restait à croiser les doigts pour que tout tourne en sa faveur. Pryam avait le visage marqué d'une concentration qui pouvait avoir l'air risible devant le visage si détendu de son adversaire, mais lorsqu'on ne naissait ni aussi doué ni aussi avantagé que ser Oberyn, il fallait faire avec ce que l'on avait en magasin. Une fois sa tentative lancée, le jeune homme était bien décidé à reculer juste assez pour éviter un coup retourné aussitôt, le Dornien était vif, bien plus que l'autre blond, il devait être dangereux même au sol. Restait à voir s'il allait y aller, Pryam comptait bien lui laisser le temps de se redresser si jamais il le mettait en position de faiblesse, même s'il faisait preuve d'un peu d'originalité, il était bien trop à cheval sur les règles de combat pour profiter de l'exposition de sa cible. Trop naïf ou trop bon, possible, mais il devait vivre avec sa conscience et c'était tout ce qu'il possédait de digne.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 30 Déc 2011 - 16:33

En voyant le natif du Val paraitre plus décidé à combattre avec hargne Oberyn sourit de nouveau. Ce chevalier bien que peut doué avait en effet une abnégation qui manquait à beaucoup dans le royaume. Lui même ne pouvait se targuer d'une volonté aussi forte, il aurait certainement jeté l'éponge en voyant la différence de niveau encore qu'il eut fallu pour ce faire trouver un chevalier à ce point plus doué que lui. Mais ser Intregar l'avait souvent vertement semoncé pour ne pas vouloir combattre lors de leur entrainement lorsque le dornien découvrait qu'il n'avait aucun moyen de venir à bout du chevalier de la maison Dondarion. En fait comme tout homme doué dans un exercice, Oberyn ne se plaisait que lorsqu'il pouvait faire valoir sa supériorité, il n'était pas habitué à être mis en difficulté et ne pensait pas que cela lui plairait véritablement. Son arrogance et sa vanité encore et toujours restaient les plus évidents de ses défauts. Son maitre lui avait souvent dit que cela causerait sa perte s'il n'y prenait pas garde mais qu'est ce qu'un gamin dans l'adolescence peut retenir de ces avertissements lorsqu'il parvient à vaincre sans trop de difficultés des chevaliers établis et endurcis par le combat... absolument rien, autant pisser dans un luth à dire vrai. Et Oberyn n'avait pas retenu un mot des conseils de son maitre. Son dicton "le travail bat le talent si le talent ne travail pas" n'avait finit par s'incruster dans son esprit qu'au prix de plusieurs années de rabâchage. Hors Ser Intregar était loin désormais, où exactement le dornien n'aurait su le dire mais ses conseils comme sa personne ne pouvait rien pour le chevalier des Météores. Il ne vit donc pas venir le piège tendu par le natif du Val et se laissa prendre comme un débutant, persuadé qu'il était de sa supériorité. Et lorsque ser Pryam vînt tester la qualité de sa prise sur le manche de son épée, Oberyn faillit bien lâcher prise l'espace d'un instant. Observant le visage de son adversaire l’Épée du Matin put y voir une détermination propre à ceux qui doivent travailler pour obtenir un succès et cela lui fit presque peur, il n'avait jamais connu cette état lui même, né noble et héritier d'une grande maison de Dorne il avait ensuite découvert son talent naturel pour le combat et le maniement de l'épée. Même à la lance où il était bien moins bon, Oberyn n'avait jamais montré une détermination pareille, préférant abandonner le maniement de cette arme au profit de l'épée. C'était certes le symbole même de Dorne mais lui même ne voulait pas être vaincu par un de ses partenaires d'entrainement alors de la lance il n'avait que peu travailler et jamais plus de quelques heures successives. Le coup de bouclier le surprit plus qu'il ne l'aurait voulu, en réalité jamais Oberyn n'aurait pensé à cette feinte, elle lui aurait semblé beaucoup trop simple si on lui avait posé la question quelques minutes plus tôt, fallait-il être aussi bas du front que lui pour se faire prendre... Le chevalier du Val avait l'avantage de lui proposer des choses qu'on ne voyait pas souvent et ce pouvait être quelque chose à utiliser plutôt qu'à fuir. Depuis le départ sa façon de combattre n'avait strictement rien de conventionnelle, si bien que le chevalier des Météores se demanda s'il avait jamais eut un véritable modèle ou s'il avait simplement apprit par lui même sans jamais avoir été écuyer.

Face à cette perte momentanée de maitrise Oberyn sentit un flux d'adrénaline parcourir son corps et régit plus avec instinct que discipline, il n'était plus question de répéter des gammes à l'instant mais bel et bien d'agir en conséquence face à une situation donnée, peu importait du reste de combattre avec grandeur seule la victoire et le succès avait de l'importance aux yeux du jeune dornien. Ser Pryam exerçait cela dit une pression peu commune sur sa lame et Oberyn se dit qu'il y avait là quelque chose à tenter, une ouverture à exploiter. Prenant appui sur le point de pivot créé par les deux lames l'une contre l'autre, il volta loin du bouclier du Valois, sa lame suivit son maitre et il laissa bientôt ser Pryam fasse à rien d'autre que le vent avant que du pied il ne frappe l'intérieur du genou du chevalier du Val pour le forcer à plier ce n'était certainement pas là la manière de faire dans une joute ou même dans un combat entre deux nobles mais Oberyn n'en avait cure à l'instant de le faire, ne voyant que le fait que ce chevalier venait de lui faire perdre la maitrise du combat même si cela n'avait duré qu'un instant, il n'en affichait du reste qu'un sourire plus grand. Cet entrainement qui partait pour être d'une navrante monotonie semblait soudain prendre une toute autre tournure, seulement chat échaudé craignant l'eau froide, l’Épée du Matin se dit qu'il ne se laisserait désormais plus surprendre de la sorte, il avait sous estimé ser Pryam et cela ne se reproduirait plus. Encore que sous estimer était un bien grand mot, il s'était plutôt laissé bercer par son arrogance et sa vanité naturelle, il n'en pensait pas ser Pryam plus fort pour autant. Cela dit si une telle perte de concentration s'était produite durant un véritable combat c'eut été une dépouille qui aurait rejoint les Météores et pis que tout son adversaire aurait alors pu s'adjuger Aube et Oberyn aurait ainsi manqué à tous ses ancêtres ainsi qu'à son père. Il aurait pu se morigéner ainsi durant des lustres mais il n'en avait de fait pas le temps, il allait lui falloir prendre cet entrainement au sérieux et ce quel que soit le niveau de son opposant, comme le disait ser Intregar, le pire ennemi du jeune dornien résidait dans son esprit et son cœur, son arrogance et sa vanité, s'il venait à trouver le moyen de ne pas se laisser distraire par son aisance alors rien ne pourrait le vaincre.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Sam 31 Déc 2011 - 14:18

     Un pas en avant, deux pas en arrière, si ce n'est plus. C'était ce que ce combat lui faisait comme impression tout du moins, Pryam avait sincèrement cru réussir à déstabiliser son adversaire suffisamment longtemps pour pouvoir espérer lui porter un coup d'estoc qui ne lui laisserait pas le sentiment d'avoir été tellement mauvais qu'il était préférable que l'Épée du Matin ignore son nom. Pourtant, ce n'était pas le cas, soit ser Oberyn avait deviné ce que son adversaire comptait faire avant même que celui-ci ne se lance, soit il avait une capacité impressionnante à réagir lorsqu'il se trouvait dans la panade, ou au moins dans une situation de faiblesse comparée à celle dont il avait l'habitude. Quoi qu'il en soit, le Dornien utilisa la position des épées pour se déplacer loin du bouclier dont Pryam avait usé d'une manière peu conventionnelle, puis une frappe bien placée fit mettre genou à terre au natif du Val. Une riposte qui ne laissait pas le moindre doute entre la différence de niveau encore une fois, seulement l'entêtement du blond n'était pas encore entamé, il avait suffisamment produit et reproduit ce genre de schéma dans ces rêves pour envisager de laisser filer l'occasion de s'entraîner avec un tel chevalier.

     Pryam se reprit aussi rapidement qu'il le put, dans un réel combat cela lui aurait certainement été très grave, voir peut-être bien fatal, quoi qu'il en soit, le jeune homme se remit promptement d'aplomb avant de pivoter sur lui-même de manière à esquiver un éventuel coup porté sur son flanc exposé. Normalement les chevaliers n'attaquaient jamais « en traître », mais il n'était pas certain que tous les coups n'étaient pas permis, lors d'un combat contre des Fer-nés, le chevalier doutait sincèrement que ces pirates puissent s'amuser à respecter les règles du combat à l'épée. Ce n'était donc peut-être pas si mal de se trouver face à quelqu'un qui faisait quelques écarts de temps en temps, bien qu'une personne de la force et possédant le talent du jeune Dornien ne devait pas avoir de difficultés à gagner un combat, même avec les yeux bandés. Faisant à nouveau face à son partenaire d'entraînement, le chevalier errant reprit correctement son bouclier en main de manière à s'en servir éventuellement si un coup porté pouvait être esquivé grâce à cela. Pryam n'était pas sot, une nouvelle attaque comme celle qu'il venait de faire ne fonctionnerait pas une seconde fois, son chevalier lui avait bien dit que la victoire venait bien souvent d'un coup suffisamment déstabilisant, porté au bon moment. Il fallait innover et ne pas s'enfermer dans les carcans de la chevalerie.

     Cela dit, la « victoire » de son attaque en était une petite pour le blond, bien décidé à ne pas abandonner, il approcha donc de son adversaire en prenant cette fois-ci garde à ne pas se laisser avoir par un élément extérieur, puis il se déplaça latéralement pendant quelques secondes, histoire de chercher une ouverture. Seulement le blond n'en avait pas, une défense parfaite sans avoir de bouclier pour autant, la seule chose qu'il restait à faire était de tenter. C'était un entraînement, sa journée ne se terminerait pas au fond d'un cercueil heureusement. Une première tentative, plusieurs coups portés qui furent parés comme toujours, Pryam s'y attendait forcément, il plaça son épée de manière à immobiliser celle de son adversaire, puis dans un geste quelque peu inconsidéré, relâcha sa prise sur son bouclier pour chercher à attirer l'attention du Dornien. Est-ce que ser Oberyn allait croire qu'il retentait la même attaque ? Ce serait le prendre pour un sacré imbécile, mais le gros défaut du jeune homme semblait être sa vanité et si le natif du Val pouvait s'en servir, ma foi.... Lorsqu'il fut sûr d'avoir capté l'attention de son adversaire, l'errant relâcha soudain la prise qui bloquait son épée, la rendant suffisamment souple pour pouvoir extraire la sienne. Cette attaqua lui avait permis de pouvoir s'approcher du chevalier assez près pour pouvoir riposter rapidement, il restait encore à voir si le Dornien n'allait pas se laisser prendre par un tel piège. Une fois son épée en partie libérée, le blond la pivota de manière à présenter sa garde à son adversaire, puis il expédia un coup au niveau de l'estomac de ser Oberyn, suffisamment fort pour essayer de le faire reculer.

     La suite devait s'enchaîner rapidement, hors de question de perdre du temps en cherchant comment porter une nouvelle attaque bien préparée, dans certains cas il fallait aller au toupet et comme Pryam était très clairement conscient du gouffre qui les séparait, il allait faire confiance à son instinct. Sans pour autant exposer ses flancs et faire preuve de sottise. Instinct ne disait pas « sans réfléchir » ! Ser Oberyn s'était éloigné de quelques pas et il fallut que le blond s'approche à nouveau, mais cela laissait le temps au Dornien pour se remettre en position, ce qui fit qu'au moment où l'errant se glissa sur le côté de son adversaire, celui-ci avait déjà flairé le « danger » et paré son coup d'estoc. Avec quelques difficultés, le jeune homme parvint finalement à reculer de manière à pouvoir riposter plus aisément, la proximité n'était pas sa tasse de thé, au contraire même. Une idée germa dans l'esprit de l'errant, il avait repris son bouclier bien en main, mais celui-ci ne lui serait pas franchement utile pour la suite comme ser Oberyn l'avait bien repéré. Pryam décida donc de mimer une nouvelle attaque, mais au lieu de lancer un coup avec son épée, il libéra sa main de la poignée de l'écu pour l'envoyer en direction de la main où se situait l'épée du Dornien. Avant que le bouclier ne tombe sur le sol avec un bruit sourd, le blond espérait que cela allait lui servir à détourner l'attention des yeux violets. Il verrait bien après tout ! Décidé à jouer le tout pour le tout, me chevalier errant fit un bon en avant avec toute la rapidité dont il était possible, puis visa une zone qu'il n'avait pas encore attaquée jusqu'à ce moment, la jambe du chevalier. Son chevalier lui avait toujours dit qu'un homme immobilisé n'était plus bon à rien.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 1 Jan 2012 - 22:13

Oberyn observa un instant ser Pryam flancher, poser genoux à terre avant de se relever pour faire face de nouveau. Le dornien lui offrit un large sourire, de ceux voulant signifier tu as bien faillit m'avoir cette fois, puis il fit non du doigt avant de reprendre position. Le natif du Val ressemblait en tous points à un crabe que l'ont pouvait trouver non loin des Météores, abrité derrière son bouclier comme l'animal derrière sa plus grosse pince et se déplaçant de coté. Le dornien quant à lui se tenait aussi droit que la justice, l'épée négligemment baissée pointe vers le bas. Il joua même un instant avec la lame, tenant la poignée entre ses seuls index et pouce faisant osciller l'arme comme un métronome. Lorsqu'il vit ser Pryam revenir à l'offensive il réaffirma sa prise sur son épée et se prépara à encaisser l'attaque, ou plutôt selon son habitude à l'esquiver ou au mieux l'utiliser pour retourner l'effort contre son adversaire. nouvelle fois il ne comprit que trop tard ce que son partenaire avait en tête, de fait il ne pensait même pas que ser Pryam le susse avant même de le faire. Lorsque le bouclier vînt le percuter, il sourit de nouveau, le Valois retentait la même manœuvre, il allait nouvelle fois prendre appui sur l'endroit où leurs lames s'entrecroisaient lorsque le chevalier relâcha sa prise et Oberyn faillit en perdre l'équilibre si bien que lorsque le coup le cueillit à l'estomac il recula de plusieurs pas sous l'impact. L'espace d'un instant ce n'était plus un sourire mais grimace qui se dessina sur les lèvres du dornien. Ses yeux se rétrécir lorsqu'il vit arriver le Valois plus vite qu'auparavant, ser Pryam avait jusque là toujours porté une attaque avant de se replier mais à ce moment il poursuivait son offensive. Oberyn n'était plus qu'instinct dès lors, tous ses sens en éveil et exacerbés par le combat. Il fut de nouveau surprit par l'inconscience de chevalier du Val qui n'hésitez pas à lancer son bouclier pour déstabiliser son adversaire. Oberyn effaça sa main tenant l'épée derrière lui pour faire passer l'arme son autre main derrière son dos. Le bouclier heurta le sol avec fracas et alors que le dornien pensa un instant le propulser du pied à l'autre bout de la cour lorsque ser Pryam entama son attaque, l’Épée du Matin réagit en un instant levant le pied pour éviter la lame du Valois, il allait broyer le poignet du chevalier errant d'un revers de son épée avant de se rappeler qu'il ne s'agissait là que d'un entrainement. Il volta donc vers le bouclier qu'il finit par écarter loin d'eux. Maintenant mon ami nous sommes à armes égales... Ce foutu bouclier l'avait ennuyé depuis le départ et le jeune chevalier n'était pas mécontent que ce dernier ne fusse plus une gène désormais. De nouveau le sourire aux lèvres et la notion d'entrainement une nouvelle fois bien présente à l'esprit, alors qu'il aurait pu rendre infirme le chevalier du Val la fougue du moment.

Las de devoir continuellement défendre Oberyn se porta pour la première fois à l'attaque il avait assez attendu et ser Pryam était de nouveau sur pied. Il fit donc tournoyer son épée dans sa main droite avant de la passer dans la gauche pour frapper, le Valois para à deux mains le coup et Oberyn volta se servant du fait que Pryam donnait sa force pour contrer son attaque, il se retrouva bien vite dans le dos du Valois, il poussa de la pointe de sa lame entre les deux épaules de son adversaire, les hommes ayant apprit à combattre au bouclier tendaient à beaucoup trop se reposer sur ce dernier, Oberyn n'aurait pu en vouloir à Pryam. Il indiqua le dit bouclier du bout de son épée.
Finalement il vaut mieux que vous le repreniez... combattre sans bouclier demande de l'entrainement. Entrainement que je serai ravi de vous apporter si le cœur vous en dit mais pas aujourd'hui nous devons nous préparer pour la guerre non pas apprendre de nouvelles techniques. Oberyn marcha alors vers le tonneau contenant l'eau qui servait à tous ici, enfin à tout ceux qui s'entrainaient. Il y plongea le broc de bois attaché au tonneau par une corde avant d'en boire le contenu d'une traite. Il n'aurait pu penser que l'entrainement avec un chevalier qui lui vaait pourtant parut peu porté sur l'art du combat soit aussi prenant, son abnégation et sa motivation ne faisait de fait aucun doute. Oberyn se demanda alors si cela suffirait où si les hommes comme ser Pryam mourraient lors des guerre sans jamais laisser rien d'autre qu'un vague souvenir aux survivants. La tête légèrement inclinée il observa le chevalier du Val en soufflant calmement. Il esquissa un sourire si jamais cet homme venait à mourir lui s'en souviendrait car il aura été le chevalier qui lui aura fait perdre le contrôle l'espace d'un instant. Il leva le broc à l'intention de son partenaire. Je vous apprécie ser Pryam, vous n'êtes pas commun comme combattant et votre technique bien que laissant à désirer pleine de volonté et de conviction. Il sourit de nouveau en remettant une mèche de ses cheveux derrière son oreille droite. Vous êtes de fait le parfait exemple de ce que mon maitre m'apprit autrefois. Le travail bat le talent si le talent ne travail pas ! C'était son credo pour ainsi dire, ou tout du moins la chose qu'il me disait le plus souvent... et ma foi je dois bien admettre que vous incarnez parfaitement cette image. Ser Oberyn se dit qu'en rentrant en Dorne une fois cette guerre terminée il partirait à la recherche de ser Intregar le vieux chevalier devait être retourné dans ses terres de l'Orage natale mais il se devait de lui demander de rejoindre les Météores pour y enseigner ce qu'il lui avait enseigné à lui, il était du reste certain que son père Lord Dayne n'aurait rien contre voir un tel homme devenir maitre d'arme de la maison.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Lun 2 Jan 2012 - 16:22

     Il était extrêmement difficile de tenir le rythme face à quelqu'un d'aussi doué que le jeune chevalier, Pryam était certainement plus âgé que le Dornien et pourtant il ne possédait pas la moitié de son talent. C'était une constatation qui ne le décevait plus depuis bien longtemps pour être sincère, si au début l'errant s'était senti humilié chaque fois qu'il croisait un homme lui étant supérieur en matière de combat à l'épée, cela ne le touchait plus désormais. Il prenait les choses sous un angle plus léger, pour que certains soient très doués, il fallait forcément qu'il existait moins fort. Imaginez un monde où tous les combattants seraient de force égale, l'intérêt serait des plus bas. Ce qui plaisait à Pryam dans cette situation, c'était qu'il pouvait garder l'espoir de s'entraîner et de devenir meilleur, il était difficile de vouloir atteindre la perfection lorsqu'on la frôlait déjà des doigts. Dans ses pérégrinations, le Templeton avait constaté que les roturiers qui ne possédaient rien de plus que ce qu'ils avaient sur le dos se montraient bien plus motivés et tenaces que tous les nobles qu'il avait fréquentés.

     Mais maintenant, il se trouvait face à un homme qui était ambidextre et de surcroit extrêmement doué, se débarrasser de son bouclier avait été une grosse erreur qui ne lui aurait rien pardonné s'ils avaient été dans un réel combat et ser Oberyn le lui fit rapidement remarquer. Ainsi, après l'attaque de l'Épée du Matin qui porta sans aucune difficulté, le natif du Val hocha la tête d'un air docile lorsque le Dornien lui conseilla de récupérer son bouclier puis il se dirigea vers ce dernier tandis que son adversaire du moment se dirigeait vers le tonneau d'eau. Le cœur battant à tout rompre, le blond se rendit compte que cette petite pause n'était pas pour lui déplaire, il s'entraînait aussi souvent que possible, mais malheureusement ses missions et ses contrats ressemblaient généralement plus à de simples escortes à cheval qu'à des batailles épiques. Ce n'était pas cela qui allait lui permettra de s'améliorer. Pryam ne prenait pas sérieusement la proposition du Dornien, envisager qu'un tel chevalier puisse réellement lui donner des conseils, voir même lui offrir un entraînement, était tout bonnement impossible à ses yeux. Trop habitué à être relégué au rang de chevalier errant ou de mercenaire, le blond considérait que cet exercice était le mieux qu'il puisse attendre de cette rencontre.

     Après avoir récupéré son bouclier, Pryam se dirigea à son tour vers le tonneau au moment où le Dornien lui tendait le broc qu'il attrapa avec un léger hochement de tête comme remerciement, puis la déclaration qu'il entendit ne manqua pas de le surprendre, ses yeux se teintèrent d'ailleurs d'étonnement. A la fin de la tirade de ser Oberyn, le natif du Val esquissa un léger sourire tout en répondant de son éternel ton calme.

     ▬ Lorsque l'on ne possède rien d'autre que sa volonté, il faut bien en faire quelque chose. Je ne sais si le talent peut être dépassé par le travail, pour tout dire j'en doute un peu, mais par contre je reste persuadé que lorsque l'on possède votre don, le travailler n'est qu'une formalité. »

     Oh, Pryam ne flattait pas ser Oberyn, il devait avoir l'habitude d'entendre ce genre de discours, après tout n'était-il pas réputé du Nord au Sud et de l'Est à l'Ouest ? Peut-être même au-delà du Mur qui sait. En tous les cas, le jeune homme ne voyait pas l'intérêt de caresser son interlocuteur dans le sens du poil, ce n'était pas dans ses habitudes de dispenser des compliments juste pour avoir l'espoir d'être bien vu par son adversaires. Pryam admirait le talent du jeune chevalier, il ne voyait aucune raison de ne pas l'avouer, c'était aussi simple que cela. Quelques secondes de silence passèrent avant que le chevalier errant n'ajoute quelques mots alors que son léger sourire ne s'envolait toujours pas.

     ▬ Si ma technique laisse à désirer, c'est parce que je n'en ai pas réellement. Mon maître n'était pas très friand des combats à l'épée, il préférait rendre des services qui ne nécessitaient pas de dégainer son arme. Mais c'est bien lui qui m'a appris ce que je sais de la chevalerie. »

     Il parlait en pesant ses mots alors que ses yeux céruléen observaient le visage de son interlocuteur, Pryam savait que certains chevaliers n'avaient pas une très bonne estime des chevalier errants, cela ne semblait pas particulièrement être le cas du Dornien, mais un homme aussi talentueux qui ne vivait certainement que pour avoir le plaisir de gagner des combats, ne devait peut-être pas comprendre que certains chevaliers n'apprécient pas le combat. C'était un peu le cas du natif du Val, se battre faisait partie de sa formation et il faisait tout son possible pour se perfectionner, mais disons que l'idée de tuer ou de pouvoir avoir le plaisir de dominer un adversaire l'arme au poing, n'était pas dans ses objectifs. Conscient que cela devait avoir l'air vraiment étrange pour quelqu'un qui était issu d'une famille aussi réputée que les Dayne, le blond ajouta quelques mots alors que sa main était toujours fermement placée autour de la poignée de son épée.

     ▬ Cela doit vous sembler étrange, mais je crois qu'il existe des chevaliers faits pour combattre comme vous et d'autres qui sont là pour remplir les autres tâches, un peu comme moi. »

     Les autres tâches étant ce qu'un chevalier devait normalement faire, aider la veuve et l'orphelin et ne pas vivre simplement pour avoir le plaisir de jouir de ses titres. C'était d'ailleurs pour cette raison que le jeune homme n'avait jamais pris part à un tournoi, il en aurait déjà eu l'occasion pourtant, mais l'idée de voir cet étalage de vanité ne l'avait jamais emballé. Pourtant ser Oberyn était différent de tout ce qu'il avait pu imagier, bien qu'il reflétait l'assurance certaine et qu'il semblait posséder une bonne dose d'assurance mêler à de l'arrogance, il n'en était pas détestable pour autant. Loin de là. Pourtant le blond avait toujours imaginé que les deux choses allaient de paire. C'est à ce moment que le jeune homme se rendit compte qu'il pouvait donner l'impression d'être le type de personne qui refusait de se battre, pas vraiment très idéal lorsque l'on avait été engagé pour combattre la menace Fer-née ! D'un air à la fois amusé et rassurant, il ajouta donc quelques mots bien utiles.

     ▬ Mais je vous rassure messer, je n'ai pas l'occasion de me débiner lorsque les Fer-nés attaqueront ! »

     Il avait été engagé pour combattre et il le ferait sans aucune difficulté, quel qu'en soit le prix.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 6 Jan 2012 - 5:27

Oberyn s'était éloigné du chevalier du Val pour déposer là où il l'avait prise l'arme d'entrainement. Il n'avait encore jamais manié Aube en combat réel mais il savait pour avoir été bercé par les histoires la concernant, que l'épée légendaire de sa maison aurait qualité toute autre. Un équilibre qu'il imaginait incomparable avec aucun autre, une résistance et une puissance seulement approchable par l'acier Valyrien sans pour autant que ce dernier n'effleure ne serait-ce qu'un seul instant le même niveau de qualité. C'était là du moins tous les espoirs qu'il avait, les rêves qu'enfant il faisait lorsque son père lui parlait d'Aube. Il écoutait tout de même tout en rangeant l'épée, le discourt de ser Pryam. L'homme parlait vrai, il avait une bien piètre opinion de lui même et certainement une trop grande de ce qu'était ser Oberyn mais il n'empêche que son discourt séduisait le dornien. Un sourire, plus calme que celui qu'il arborait en combat, dessiné sur ses lèvres l’Épée du Matin revînt vers son partenaire d'entrainement. Il posa une main amicale sur l'épaule de ser Pryam. Je ne saurai douter de vous, ser... il n' point besoin de justifier votre engagement pour Lady Rivanon. Il jeta un coup d’œil à la forteresse qui les surplombait de toute sa hauteur et de sa prestance. Chacun d'entre nous combat avec ses armes, que ce soit véritablement l'épée à la main pour défaire des ennemis ou même comme vous le dites en suivant des voies moins exposées à la gloriole et la reconnaissance mais ô combien tout aussi importante. Prenant le temps de se remémorer avec exactitude les mots de son père le jeune homme marqua un temps d'arrêt. Mon père m'a un jour dit, alors qu'il pensait que je n'écoutais pas, j'avais du reste tendance à ne pas le faire il faut bien l'avouer... que la survie d'un fief reposait sur quatre grands piliers... le sage et sa connaissance, le juste et sa justice, la foi du pieux et enfin le courage du brave... vous même, mon ami, représentez très certainement plus exactement le courage du brave que je ne le ferai jamais. Oberyn eu alors un léger rire, en effet la citation de son père, Lord Dayne, finissait en disant que tous ces piliers n'avaient aucun sens sans le gouvernant pour tous les unir mais il ne voyait pas l'intérêt de faire remarquer à son nouvel ami qu'il l'avait flatté plus qu'il n'en avait donné l'air. Son regard prit une teinte plus sérieuse cependant lorsqu'il reprit la parole. Cela dit vous dénigrez votre technique mais elle n' pas si mauvaise. Vous n'avez certes pas l'aisance d'un danseur d'eau mais vos intentions sont louables et bien souvent m'ont prise à défaut. Je suis certain que d'ici quelques sessions vous serez certainement capable de me tenir tête avec d'autant plus de vaillance.

Le jeune chevalier s'écarta légèrement de son partenaire pour détendre ses muscles. Il effectua quelques rotations du buste, gardant les jambes bien fixes, son regard était concentré. La souplesse était la principale arme défensive du dornien. Toujours ses étirements Oberyn continua donc sur le même ton. Soit dit en passant ma proposition de tout à l'heure n'était point une fanfaronnade, si cela vous sied, je serai ravi de partager avec vous certaines de mes techniques de combat sans bouclier... esquissant un large sourire. j'ai remarqué que vous aviez tendance à ne point le tenir comme obligatoire votre façon de combattre, vous en séparant volontiers pour détourner l'attention de votre opposant. Il finit sa séance en plaçant ses mains derrière ses genoux pour venir, en gardant les jambes tendues, placer sa tête entre ces derniers. Je sais que vous êtes d'ores et déjà adoubé et me doute que vous pourriez ne pas voir d'un bon œil d'être enseigné par un autre qui n' de fait que votre égal mais si cela vous intéresse... Oberyn savait bien que sa réputation avait un certain poids et que très certainement le chevalier du Val devait le prendre pour une sorte de héros venu de Dorne mais de son propre point de vu lui même n'était qu'un puceau pour ce qui était de la guerre et de fait il ne pouvait se targuer d'être supérieur à un quelconque chevalier pour le simple fait que les Dieux lui aient donné un talent et un instinct supérieur à celui des autres. Dans cette conception les mots et l'enseignement de ser Intregar avaient porté leur fruit plus que le vieux chevalier n'avait pu l'espérer. Quand bien même le jeune chevalier des Météores pouvait transpirer l'arrogance et la suffisance en combat, son comportement était de fait totalement différent une fois ce dernier terminé. Dès lors il devenait un jeune chevalier plus humble qu'on ne pouvait le croire et certainement tout aussi avide d'apprendre des autres que de leur apporter ses propres connaissances. Il se redressa enfin avant de revenir boire au broc d'eau pour se désaltérer puis se tournant de nouveau vers ser Pryam. Mais plutôt que de discuter ainsi comme de simples éleveurs des montagnes, que diriez vous de m'accompagner pour une collation dans la grande salle de notre hôte, Lord Mallister ? Je ne sais pour vous mais nos échanges m'ont bien aiguisé l'appétit. Oberyn n'en était pas certain, ne se souvenant pas de l'arrivée de ser Pryam mais il ne pensait pas l'avoir d'ores et déjà aperçu dans les salles de la forteresse. De plus en rentrant à l'intérieur même des bâtiments, le jeune dornien avait l'espoir de retrouver Lady Edarra, il aurait alors l'occasion de lui présenter le Valois pour qui et bien qu'il ne le connaisse que depuis quelques dizaines de minute, le jeune homme ressentait une certaine amitié naissante. Ainsi vous pourrez me parler de vous et votre histoire et je vous promets moi même de ne plus vous assommer avec les enseignements de mon ancien maitre en toutes choses, le chevalier qui me fit devenir l'homme que je suis. Le jeune homme était de fait très curieux de connaitre la vie d'un chevalier du Val, il en avait entendu parler comme tout à chacun, quel enfant n'avait rêvé en imaginant le chevalier ailé ou même plus récemment en apprenant les exploits de ser Humpfrey Hardying. Le dornien regrettait de ne pas avoir pu participer au si réputé désormais tournoi de Sorbier. Aujourd'hui il n'aurait plus l'occasion de voir ser Humpfrey démontrer tout son talent ni même l'affronter pour tester le sien propre.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Sam 7 Jan 2012 - 14:54

     Certains voyaient l'attitude de Pryam vis-à-vis de ses talents dans le métier de chevalier comme l'envie de se faire plaindre ou de se faire flatter, seulement c'était totalement le contraire, disons qu'il était simplement assez clairvoyant pour voir où étaient ses limites. Le blond resta silencieux alors que le Dornien le rassurait concernant le fait qu'il ne doutait pas de ses motivations, c'était un bon point, le chevalier aurait été bien contrarié d'apprendre que son partenaire d'entraînement puisse le prendre pour un poltron. Les paroles de l'Épée du Matin concernant une phrase de son père, firent sourire le natif du Val, il était vrai que sans certaines qualités un lord ne pouvait diriger correctement son fief, ser Symond le répétait bien souvent à son fils lui aussi, mais plus dans le but de montrer à son héritier tous les défauts qu'il possédait. En tous les cas il était plaisant de voir que son interlocuteur le considérait comme quelqu'un de courageux, ce n'était pas vraiment le sentiment qu'il posait posséder en abondance, mais un tel compliment ne pouvait que faire plaisir. Lorsque le jeune chevalier de Dorne déclara qu'avec plusieurs exercices son partenaire pourrait s'améliorer, celui-ci ne put retenir une esquisse de sourire avant de répondre.

     ▬ J'espère m'améliorer au fil des entraînements effectivement, stagner n'est pas mon occupation préférée je dois l'avouer. »

     Bien que le jeune homme doutait que son adversaire du moment puisse savoir ce qu'était ce sentiment, Pryam avait une sainte horreur de ne pas réussir à dépasser sa performance précédente. Quoi qu'il était logique de considérer que quelqu'un d'aussi talentueux que le Dornien devait tôt ou tard atteindre ses limites, la perfection si l'on pouvait dire ? Le natif du val avait rengainé son épée qui ne lui servait plus avant de tourner son regard vers ser Oberyn qui se détendait les muscles avec quelques exercices, tout en expliquant que la proposition d'entraînement était bel et bien sincère. Une lueur de surprise passa dans les yeux clairs du chevalier qui ne répondit pas immédiatement, il fallait avouer qu'il n'avait pas envisagé une seule fois que ce soit quelque chose qui puisse lui arriver. Lorsque l'Épée du Matin parla de l'écu que l'errant tenait entre les mains, celui-ci baissa ses yeux dessus pour le contempler en silence quelques secondes, il était vrai que le bouclier n'avait jamais été très important à ses yeux, son chevalier le lui avait légué avec le reste de son équipement et Pryam s'en était donc servi jusqu'à ce jour. Cela dit il ne se sentait pas plus à l'aise abrité derrière cet écu de bois que juste avec son épée à la main. Le jeune homme ne s'était jamais trop posé des questions sur la technique qui lui convenait le mieux il fallait l'avouer, ce n'était pas trop ce qui l'inquiétait de prime abord, remplir son pécule était plus vital que trouver la technique qui lui seyait parfaitement. Cela dit, les paroles de ser Oberyn concernant le fait que Pryam puisse se sentir vexé qu'un autre chevalier lui propose son aide, firent presque rire le concerné. Ils avaient beau porter le titre de ser tous les deux, ils étaient loin d'être égaux et Pryam ne possédait pas un égo qui l'empêchait d'accepter une telle opportunité, fort heureusement d'ailleurs. Cela dit, lorsque le Dornien proposa de se rendre dans la grande salle pour discuter plus tranquillement, Pryam hocha la tête d'un air entendu et ils quittèrent la zone d'entraînement. Après quelques mètres, le chevalier reprit.

     ▬ Vous savez, je ne suis pas du genre à dénigrer une aide proposée simplement pour flatter mon égo, je ne recule jamais devant la possibilité de m'améliorer et il me faudra bien plus que cela pour que je me sente offensé. Il ne voulait pas avoir l'air de profiter de tout ce que l'on pouvait proposer, mais le jeune homme ne voyait pas comment exposer cela autrement. Et comme vous l'avez dit, le bouclier ne m'apparaît pas comme indispensable, je l'ai gardé par habitude de mon ancien maître, mais il m'arrive de ne pas en user.... »

     D'un côté parler de la sorte pouvait avoir l'air étrange sachant tout de même que l'on ne parvenait à s'améliorer qu'en travaillant beaucoup, seulement comment faire pour progresser s'il n'usait pas quotidiennement de son bouclier. Pryam avait depuis longtemps perdu de vue la possibilité de devenir un chevalier réputé, il était déjà presque trop vieux pour envisager une telle possibilité et à moins de rentrer dans le fief de son père, le jeune homme n'avait presque aucune chance de pouvoir se concentrer uniquement sur son entraînement et non le besoin de récupérer de quoi financer son activité. Les deux hommes avaient parcouru la petite distance qui séparait la cour d'entraînement des quelques tentes où les chevaliers qui ne séjournaient pas au château – comme c'était le cas de Pryam pour le moment – s'étaient installés. Il tenait toujours son bouclier à la main, mais heureusement à peine eut-il débouché sur le chemin que son écuyer arriva en trottinant vers lui avait de s'arrêter, interdit, contemplant ser Oberyn d'un regard curieux. Le blond lui fit signe pour qu'il cesse de le scruter avec autant d'insistance avant de lui donner son bouclier agrémenté de quelques paroles.

     ▬ Cesse donc de dévisager les gens de la sorte, tu vas avoir l'air suspect à force. Tu peux t'occuper comme tu le souhaites pour la suite de la journée. »

     Le petiot ne se fit guère prier et après avoir attrapé l'écu de bois, se détourna pour disparaître entre les tentes. En étant écuyer, la vie semblait toujours plus aisée. Les deux partenaires d'exercice se dirigèrent donc vers la cour qui permettaient d'entrer dans la demeure des Mallister, une agitation quotidienne semblait se dérouler dans le château comme une fourmilière géante et Pryam croisa plusieurs personnes qu'il avait déjà vu de loin, mais qui sortaient rarement de l'enceinte du château. Lui-même n'y entrant que très rarement, cela n'aidait pas à faire connaissance. Après quelques détours, le Dornien et le Valois débouchèrent dans la grande salle où se trouvaient déjà plusieurs chevaliers et homme d'armes qui discutaient entre eux, ils n'eurent qu'à se servir et s'installer à une table encore déserte pour pouvoir être tranquilles. Le regard bleu de Pryam se promena un instant sur les différentes personnes ici sans qu'aucun visage ne lui semble familier, puis son attention se reporta sur ser Oberyn à qui il adressa une nouvelle fois la parole.

     ▬ D'ailleurs à ce propos, je ne trouvais absolument pas que les enseignements dont vous me faisiez état soient assommants, bien au contraire. Pour tout dire je comprends mieux que vous soyez devenu aussi réputé avec un tel professeur, même si l'enseignement ne fait pas tout j'en conviens bien volontiers. »

     Il ne souhaitait pas vexer ser Oberyn en envisageant la possibilité que sa réputation puisse être liée aux enseignements de son chevalier. Mais disons qu'il devait au moins y jouer une petite part, il n'y avait pas de raison pour que le talent fasse tout, sans quoi le Valois pouvait d'ores et déjà rendre les armes. Une seule chose l'avait interpellé dans les mots de son interlocuteur, le souhait d'en apprendre davantage sur sa personne, il n'y avait absolument rien d'intéressant à raconter sur sa vie et pour tout dire, il considérait surtout que cela ne ferait que le couler dans l'estime que le Dornien pouvait avoir pour lui. Disons que sa vie précédent ce jour n'était pas des plus passionnantes et que son départ de chez lui n'était pas à son avantage. Bien décidé à ne pas laisser la discussion glisser sur ce terrain, Pryam opta pour une solution qui lui seyait toujours : lancer l'autre sur un sujet qui semblait l'intéresser.

     ▬ Vous avez l'air d'avoir une certaine estime pour quelques chevaliers du Val, auriez-vous eu la chance de les rencontrer en personne ? »


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 14 Jan 2012 - 16:53

Ce ser Pryam était un homme posé et agréable, c'était du moins l'avis d'Oberyn en partageant ainsi quelques bavardages avec lui, la plupart du temps les gens avec qui il partageait le pain et le sel n'en avaient qu'après Aube et voulaient connaitre toute chose la concernant. Le valois quant à lui était beaucoup plus emprunt d'honneur et de recherches pour venir, du mieux de ses possibilités en aide, aux gens du commun. D'une certaine manière et le talent mis à part ils n'étaient pas si différents l'un de l'autre. N'avait-il pas lui même quitté les Météores pour venir s'engager dans la guerre contre les Fer-Nés dans le seul but de sauver des vies...? La question de son partenaire d'entrainement réveilla cependant chez lui le souvenir de sa dernière entrevue avec un représentant du Val, ou plutôt une représentante... Ser Pryam était bien loin de l'image qu'il s'était alors faite des habitants des montagnes. Le jeune dornien ne put contenir un sourire juvénile de lui orner le visage avant de répondre. Je ne suis malheureusement pas un fin connaisseur des chevaliers du Val je dois dire. Comme tout à chacun j'ai lu les légendes sur le chevalier ailé, ainsi que les rapports des exploits d'autres d'entre les vôtres, notamment ser Humpfrey Hardying mais jamais non, à mon grand désarrois, n'ai-je eu la chance de le croiser. Oberyn jetant un regard par dessus l'épaule de ser Pryam fit signe à un serviteur de leur amener de quoi se restaurer. En réalité ser Pryam, la dernière personne que j'ai croisé venant de votre terre natale n'était pas l'image même de l'honneur et l'abnégation que vous donnez vous même. Cette dame de la noblesse n'était pas une noble Dame je dois dire et toute son escorte n'aurait pu changer cela... Le serviteur arriva bien vite avec deux brocs ainsi qu'une cruche dont seul les Sept savaient ce qu'elle pouvait contenir. Oberyn en renifla le contenu au moment de servir Pryam, il s'agissait d'un vin quelconque. Il versa donc le premier broc qu'il poussa devant le valois avant de se servir lui même par la suite.

Bien qu'il ait lui même commandé la boisson le jeune dornien ne but cependant pas au lieu de ça il faisait tourner le broc entre ses paumes, ses yeux plongés dans la contemplation du contenu carmin.
Si je devais être très honnête ser Pryam, je devrai vous avouer que je n'ai pas votre grandeur d'âme. La seule raison pour laquelle je vous ai parlé des chevaliers du Val était en fait de vous pousser à la colère... notre combat m'ennuyait pour dire vrai... je suis désolé car je ne souhaite point manquer de respect à un homme de valeur. Il leva les yeux de son broc et posa ses prunelles violettes sur le valois. Voyez vous de là où je viens je suis considéré comme un bretteur d'exception et cependant moi même ne peut l'affirmer car la chevalerie comme vous le savez n'est pas très répandue en Dorne... Alors par moments je rêve à des combats avec les grands noms de la chevalerie du royaume. C'est en réalité pourquoi je connais le nom de ser Humpfrey. J'avais entendu dire qu'il était un grand chevalier que peut pouvaient combattre d'égal à égal, j'aurais souhaité me confronter à lui. Il esquissa un large sourire emprunt de rire se souvenant de ce que son père avait dit sur l'homme qui avait porté la mort au chevalier du Val. Malheureusement ser Humpfrey nous a quitté pour rejoindre les Sept. La rumeur veut que ce soit par les coups bassement volontaires et dénués d'honneur d'un Prince qu'il trouva la mort. Je n'avais moi même pas voulu y croire avant que le Fléau de Printemps n'emporte le dit Prince. Mon père a du reste pour coutume de dire que le Fléau sanctionna beaucoup d'hommes ayant contrarié les Sept... alors qui sait... Son regard se fit plus aigu et Oberyn tout entier irradiait l'envie. Ce que je voudrai, pour être tout à fait sincère avec vous, c'est de pouvoir rencontrer un seul chevalier, même s'il n'y en avait qu'un, qui puisse me pousser dans mes retranchements que je puisse enfin découvrir la limite de mon talent ! Alors il me faudra bien évidemment le tuer cela va de soi mais ne serait-ce qu'une fois ressentir proche de la peur durant un combat, voir qu'il existe des hommes capables de nous vaincre si l'envie leur en prenait... En effet depuis qu'il était en âge de porter les armes jamais Oberyn n'avait rencontré de guerrier capable de lui tenir réellement tête voir de le mettre en difficulté d'autant plus désormais qu'il possédait Aube il ne pensait pas un jour pouvoir croiser un tel homme et cela lui faisait peine... Il existait encore quelques grands noms des joutes dans les Sept Couronnes mais ils appartenaient à une époque révolue, ainsi Lord Leo dit le Long Dard et Lord Lyonel dit L'Orage Moqueur n'étaient plus les hommes qu'ils avaient été et Oberyn ne pensait pas qu'ils seraient d'une quelconque aide pour sa recherche... Il finit sa phrase avant de lever son broc. A ser Humpfrey ! Puisse le Guerrier le garder près de lui en attendant notre rencontre un jour ou l'autre, alors nous aurons un combat comme seuls les Dieux savent les apprécier ! Le jeune dornien leva donc son broc et but son contenu d'une traite, le goût de ce vin n'avait rien de celui de Dorne, à dire vrai il n'était pas infecte mais n'avait de vin que le nom car l'impression âpre qu'il laissait en bouche et l'arrière goût légèrement "piquant" n'étaient pas la marque d'un vin d'exception ni même de qualité moyenne, le serviteur lui avait amené une vulgaire piquette bonne à servir pour la cuisine et encore eut-il fallu que le cuisinier soit doué pour faire oublier les écueils de la boisson. Il fit la grimace en reposant le broc sur la table avec grand bruit. Il hésita un instant à rappeler l'infâme enfant de putain qui leur avait amené un tel vin mais il se fit la réflexion qu'il s'agissait certainement là de la seule boisson qui parvenait encore jusqu'ici, les routes commerciales du Sud devant être coupées par les Fer-Nés et faire du vin par voie terrestre coûtait une petit fortune que la maison Mallister avait certainement plus d'utilité à mettre ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Dim 15 Jan 2012 - 13:54

     La réponse de ser Oberyn au sujet des chevaliers du Val fit sourire son interlocuteur en retour, il était vrai que c'était souvent de la sorte que les étranges connaissaient sa région natale, par le biais de chevaliers réputés. Toutefois c'était toujours le Bief qui restait plus connu pour les chevaliers exceptionnels qu'il pouvait fournir, mais pour être sincère, Pryam ne croyait pas que l'appartenance géographique déterminait des capacités physiques et mentales d'une personne. La preuve en était avec l'homme qui lui faisait face, les Dayne étaient réputés depuis de nombreuses générations et le seront certainement encore longtemps à l'avenir et pourtant les Dorniens n'étaient pas considérés comme des chevaliers de grand talent. En réalité, le jeune homme était même à l'opposé de ce que le Valois avait imaginé des natifs des contrées désertiques, autant physiquement que dans sa manière de combattre avec une épée et non une lance. Cela dit, en possédant une épée comme celle de leur famille, il était tout à fait normal que les membres de cette famille ne cherchent pas à se perfectionner dans le maniement de la lance. Restant silencieux, le blond fut toutefois surpris lorsque ser Oberyn déclara que la dame qu'il avait rencontrée dans le Val n'était absolument pas digne de son titre. Qui donc pouvait avoir déclenché une telle opinion ? Bonne question, l'idée qu'il puisse parler de dame Maura ne lui effleura même pas l'esprit tant il trouvait cette personne empreinte d'honneur et de prestance. Une brève moue de réflexion s'était posée sur son visage avant qu'il ne réponde.

     ▬ Certaines dames considèrent malheureusement qu'elles doivent faire preuve de plus d'arrogance que nécessaire pour se faire bien voir. Je ne saurais les railler, j'ai rencontré davantage d'hommes de ce genre que de femmes dans cette position. »

     Cela dépendait aussi de la manière dont les femmes étaient perçues, mais venant d'un Dornien il avait beaucoup de mal à croire que cela puisse entrer en ligne de compte. Quoi qu'il en soit, le serveur qui arriva pour déposer à boire coupa court à ce sujet et alors qu'il s'éloignait, Pryam promena une énième fois son regard sur la foule sans reconnaître davantage de monde. Il écoutait parfaitement ce que ser Oberyn lui disait, mais c'était par pure habitude que le Valois agissait de la sorte. L'attention du blond fut à nouveau concentrée sur le Dornien lorsque celui-ci reprit la parole pour déclarer quelque chose qui ne vexa absolument pas Pryam. Il n'avait pas de raisons de se sentir offensé lorsque la vérité était énoncée, il se serait senti davantage humilié si ser Oberyn avait jugé utile de mentir pour le ménager. Les explications du jeune homme étaient compréhensibles et tout à fait justifiées, il était vrai que lorsque l'on possédait une réputation comme celle de l'Épée du Matin, l'on devait éprouver le désir de la voir confirmée par d'autres en les battant en combat. Malheureusement ce n'était certainement pas ici qu'il risquerait de trouver pareil combattant, bien que Pryam pouvait se fourvoyer après tout il n'avait pas imaginé croiser quelqu'un d'aussi réputé que ser Oberyn, dans la cour d'entraînement de cette demeure. C'était donc avec docilité et attention que le blond écoutait son interlocuteur avant de l'imiter lorsque le Dornien bu en l'honneur de ce chevalier si réputé. Après avoir reposé sa choppe, Pryam remarqua le visage de l'Épée du Matin qui ne devait guère être habitué aux vins des tavernes de Port-Réal vu l'expression qu'il affichait, ce qui ne manqua pas de le faire sourire sans qu'il ne fasse la moindre remarque à ce sujet pour autant.

     ▬ Je puis comprendre votre désir de trouver une personne à la hauteur, je suis navré de n'avoir pu vous offrir meilleure résistance, mais en sachant ce qui découlerait du combat qui vous confronterait à votre égal, je ne peux aussi que me réjouir de ne pas être de taille. »

     Oui, disons que Pryam n'avait pas particulièrement envie de mourir demain, même si l'arrivée des Fer-nés qui interviendrait prochainement, pourrait changer la donne. Disons que périr d'un combat destiné à prouver qui était le meilleur combattant de Westeros, ne l'intéressait pas outre mesure. Il n'avait pas d'égo à satisfaire, c'était l'avantage d'être un combattant lambda sans talent particulier. Quelques secondes de silence passèrent avant qu'il n'enchaîne.

     ▬ Je crains malheureusement que vous ne trouviez pas de combattant à la hauteur dans cette ville, pour tout dire j'ignorais même qu'une personne aussi réputée que vous puisse prendre le risque de périr dans un combat contre les Fer-nés alors qu'il n'a rien à y gagner. Mais je comprends mieux avec ce que vous venez de m'expliquer. »

     Après tout les personnes présentes ici étaient généralement des gens qui travaillaient pour les Mallister ou avaient été engagés par eux. Pryam était du lot, il ne serait certainement pas venu défendre Salvemer pour trouver un adversaire à la hauteur de ses talents s'il avait été à la place de ser Oberyn, mais il était difficile de se placer dans de telles conditions vu qu'il ne savait pas ce qu'était la frustration de ne pas trouver son égal. Peut-être qu'avec de la chance, le jeune Dornien pourrait trouver quelqu'un digne de son épée lors des combats contre les Fer-nés qui sait ? Pryam le lui souhaitait, même si pour être sincère cela l'effrayerait de savoir que des pirates pouvaient tenir tête à un tel combattant.

     ▬ Peut-être trouverez-vous un Fer-né dans votre cas, ainsi en plus de réaliser votre rêve, vous pourrez occire un ennemi puissant, d'une pierre deux coups. Il sourit légèrement. Et vous savez, je ne suis pas ici par pureté bonté d'âme, j'ai été engagé par lady Rivanon sans quoi je n'aurais peut-être pas décidé de pousser mon voyage jusqu'ici. Il n'y a nulle grandeur d'âme dans le profit. »

     Oh bien évidemment, le jeune Valois n'avait pas juste accepté ce boulot parce qu'il souhaitait devenir riche, sans quoi il serait resté dans les Doigts pour succéder à son père le moment venu et n'aurait pas perdu son temps à battre la campagne. Mais il ne tenait pas à ce que son jeune camarade d'entraînement s'imagine qu'il était meilleur qu'il ne l'était en réalité. Le blond vit une autre question poindre dans son esprit, espérant simplement ne pas assommer ser Oberyn avec ses interrogations.

     ▬ Cela dit j'ignorais qu'à Dorne l'on priait aussi les Sept, j'avais imaginé que vous aviez tous une autre religion. Mais peut-être votre famille fait exception, je ne peux que m'en féliciter, il est plaisant de voir des hommes de votre trempe porter le titre de ser. Une brève pause. Je m'excuse de ces questions, je ne suis pas très au fait concernant la vie dans votre région, je n'y ai jamais mis les pieds malheureusement. »


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Et le combat cessa faute de combattants ▬ Oberyn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Et le combat cessa faute de combattants [Terminé]
» Combat des Chixx!
» Un intrus sur nos terres ! Au combat ! (PV Tornade d'Azur)
» Un combat dans la NFL !!!!
» Maryse Narcisse aura sauvé la face , faute de sauver Fanmi Lavalas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-