AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Une famille qui crie est une famille unie ▬ Maege & Jorah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 15 Aoû 2011 - 12:35

RP se déroulant avant le départ de Port-Réal d'Alysane.

     Cela faisait quelques temps qu'elle avait quitté le Nord désormais, la chaleur étouffante de la ville ne faisait que la faire regretter la fraîcheur si rassurante des contrées de son enfance, heureusement que Jorah se trouvait avec elle, sans quoi la guerrière aurait très certainement été tant dépaysée qu'elle aurait été capable de prendre ses jambes à son cou pour regagner son île natale. Cela n'arrivait que dans de rares occasions bien heureusement, lorsqu'elle était sujette à un mal du pays qui était visiblement quelque chose de normal chez les voyageurs, surtout ceux qui – comme elle – partaient aussi loin pour la première fois de leur vie. Surtout que pour Alysane, c'était aussi la première fois tout court qu'elle sortait du Nord et qu'elle s'en-allait aussi loin de l'île aux ours, habituellement la forteresse de Winterfell était le plus au Sud qu'elle s'était permis d'aller. Enfin, est-ce que c'était réellement aussi véridique ? Elle n'en avait aucune idée, c'était ce qu'un tavernier du coin lui avait glissé lors d'une conversation tardive alors qu'elle arborait une expression encore plus lasse qu'à l'accoutumée. Jorah ne pouvait pas confirmer ou contredire les propos de l'homme étant donné que lui-même n'avait jamais été plus loin que la demeure des Stark. Elle pouvait être fière de savoir qu'elle avait été la première des rejetons de lord Jeor à sortir de la région, au moins cette idée lui remontait le moral, c'était elle la grande voyageuse !

     Enfin, visiblement son envie de voyages avait contaminé ses aînés, Jorah l'avait rejointe peu de temps après son arrivée à Port-Réal, Maege avait de temps en temps glissé l'idée de pouvoir elle aussi partir à l'aventure lorsque Alysane en faisait état pendant leurs repas de famille. Seulement l'aînée des sœurs Mormont n'avait visiblement pas le même désir que sa cadette. Si Alysane rêvait de battre la campagne pour pouvoir rencontrer d'autres hommes d'armes et les combattre en espérant décrocher des victoires qui masqueraient les esprits, Maege était plus en quête d'un homme qui puisse lui convenir – ainsi qu'à ses sœurs – ce qui était plus respectable pour une femme d'après lady Jorelle. La plus âgée des Mormont était une femme comme les Nordiens aimaient en général, avec du caractère sans pour autant virer à l'amazone, il fallait avouer qu'Alysane avait toujours admiré le talent de sa sœur à se comporter comme une dame, sans pour autant tomber dans le cliché. Cela ne signifiait pas pour autant qu'elle-même aurait souhaité devenir comme Maege, elles étaient trop différentes et la combattante se complaisait parfaitement dans le rôle de la fille indomptable qui ne provoquait qu'agacement chez ses parents. Elle avait été faite comme ça, la nature en avait décidé ainsi !

     Quoi qu'il en soit, après quelques jours passés avec Jorah, la jeune femme avait vu son humeur remonter en flèche, comme quoi il suffisait simplement d'avoir quelqu'un sur qui compter pour oublier toutes les pensées sombres que l'on pouvait avoir. La jeune femme avait clairement exprimé à son frère, ses pensées quand au comportement qu'elle avait observé chez bon nombre d'hommes d'armes de Port-Réal, à savoir qu'elle ne tenait pas à le voir aller traîner dans le quartier des prostituées, il était inutile d'en préciser la raison. Alysane avait bien envie de voir son frère trouver la femme de sa vie, mais une catin, c'était hors de question ! Il ferait bien mieux de se retrouver avec lady Deana qui était bien plus intéressante du point de vue de la guerrière, bien qu'un fossé les séparait puisque l'amazone blonde n'était ni bâtarde ni roturière. Encore une chose que la jeune brune ne voyait pas comme problématique, le protocole et tout ce qui suivait était si secondaire à ses yeux, qu'elle en venait presque à oublier son statut de lady certains jours. Malheureusement il y avait toujours quelque chose pour le lui rappeler et Alysane était obligée de s'en défendre. Bien souvent, on lui avait dit que naître noble était un privilège et que seuls les nobles pouvaient se permettre de penser que la vie des roturiers était plus simple que la leur. Elle était encore très enfantine sous bien des points, il était vrai que les roturiers avaient une vie très rude et que même si l'île aux ours était loin d'être un lieu de vie rêvée, son enfance n'était pas comparable à celle des habitants de Culpucier. Peu lui chalait, la brune ne cessait de dire que les roturières avaient la vie plus simple car elles n'avaient pas de mariage arrangé, ce qui n'était pas totalement faux en soit.

     C'était donc d'humeur assez passable que la jeune femme s'était levée ce matin là, elle ne cessait de repenser à ce que son frère lui avait dit au sujet de la santé de leur père, espérant au fond d'elle que la présence de Mae à ses côtés suffirait à lui remonter le moral. Bien souvent la santé physique dépendait de la santé mentale, un homme heureux tombait moins malade qu'un homme malheureux, cela valait aussi pour les animaux d'ailleurs. Alysane avait donc commencé à se convaincre qu'elle pouvait poursuivre ses pérégrinations puisque sa sœur aînée se trouvait aux côtés de son père, mais elle était loin de se douter ce qu'elle allait voir sous peu. Il devait être le milieu de la matinée et la jeune Mormont traînait son frère derrière elle dans les ruelles de la capitale de Westeros, ville du Roi, il faisait extrêmement chaud comme toujours et la guerrière avait abandonné ses peaux d'ours depuis longtemps. Sa tunique confectionnée par ses sœurs lui laissant les bras à l'air était plus pratique que jamais. Alors que ses yeux mordorés parcouraient les environs sans vraiment chercher quelque chose, elle s'immobilisa soudain, croyant reconnaître quelqu'un dans la foule.

     ▬ Jorah regarde ! »

     Elle désigna une silhouette féminine de dos, des cheveux de la même couleur que ceux d'Alysane, mais à peine avait-elle cru reconnaître sa sœur, que la personne s'éloigna d'un pas gracieux, mais ferme. Est-ce que c'était bien Mae ? Décidément, les Mormont se réunissaient à Port-Réal ! Est-ce que c'était simplement parce qu'elle avait songé à sa sœur pendant ces derniers jours qu'elle la voyait partout désormais ? Peut-être pas, décidée à être sûre de ce qu'elle venait de voir, la Mormont fit signe à son frère de la suivre puis fendit la foule à la poursuite de la silhouette féminine jusqu'à ce qu'elle puisse la rattraper. La femme lui tournait le dos, mais Alysane la reconnut sans hésiter, après tout elles avaient passé une partie de leur vie ensemble, il aurait été surprenant de ne pas faire le lien. Ni une, ni deux, la jeune femme s'approcha de Mae par derrière puis sans aucune gêne – et sans avoir peur de se tromper de personne – elle enlaça la femme par derrière, passant ses bras autour d'elle.

     ▬ Mae ! Qu'est-ce que tu fais ici ?! Je suis contente de te voir, décidément tous les Mormont viennent à Port-Réal ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 15 Aoû 2011 - 19:55

Il ne lui avait toujours pas avoué ce qu'il avait fait dans ses dernières sorties nocturnes, certes il avait visité Maerie mais surtout il avait rencontré Jyanna, qui elle n'était pas une prostituée et qui surtout lui avait fait un effet qu'il ne saurait nommer. Il aurait bien aimé lui en parler, peut être qu'elle, elle saurait comment nommer ce sentiment, mais cela impliquait aussi de parler de Maerie et au vu des dernières paroles qu'elle avait eues sur les filles de joie, le plus sage était d'éviter.

Jorah ressentait moins le mal du pays que sa sœur, ils avaient abordé le sujet alors qu'ils étaient en train de se laver dans les baquets d'eau fraîche, ils avaient pris l'habitude de le faire. Il savait que sa sœur se sentait mal à l'aise depuis qu'il lui avait donné des nouvelles de leur père. Depuis lors, il se le reprochait souvent quand il voyait l'air sombre sur le visage de sa sœur. Elle n'avait pris aucune décision pour le moment, il ne savait donc pas de quoi demain serait fait, allait elle continuer à voyager ou allait elle retourner sur l'île ? Quoique, la seconde possibilité n'était pas sûre du tout, et pour cause, le reste de la sororité Mormont était sur l'île et Alysane, ainsi que Jorah, savaient que Maege, plus jeune que le premier et plus vieille que la seconde, ne laisserait pas Jeor dépérir. Elle était bien connue pour être au petits soins pour Jeor. Jorelle en était on ne peut plus fière, après tout elle était leur fille née juste après que Lord Mormont ait ramené Jorah au foyer. Certes elle était polie envers Jorah, mais cela était de la neutralité pure et dure, rien à avoir avec Alysane, sa « sœur de cœur » comme il aimait à l'appeler.

Chassant les pensées de son esprit alors qu'ils étaient en train de marcher dans les rues de Port Réal, Alysane ayant décidé d'aller chercher quelque chose. Une nouvelle fois, alors qu'il la suivait, enfin qu'il se faisait traîner plutôt, ses pensées dérivèrent vers la blondeur de Jyanna. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres, puis ses yeux se posant sur sa sœur, il se souvint des femmes qu'elle lui avait parfois présenté. Une légère amertume lui monta au nez, si il devait en choisir une alors ça serait son choix et pas autrement. Étrangement, dès qu'il pensait à Jyanna, ses yeux semblaient s'allumer d'une légère étincelle alors qu'il se disait qu'il devait la revoir prochainement. Alysane ne le savait pas et heureusement, sinon elle passerait son temps à lui poser des questions sur elle, histoire de voir si elle était assez bien pour lui.

Port Réal avait cette capacité à ne pas changer, l'air était toujours aussi chaud et les gens toujours prêts à s'accoler à l'envi malgré la chaleur. Jorah accueillait le bain du soir comme une bénédiction maintenant. Alysane s'était levée d'une humeur on ne peut plus neutre, Jorah la sentait encore tiraillée par ses démons intérieurs et se maudit encore une fois d'avoir osé ouvrir la bouche. Mais si il ne l'avait pas fait de toutes façons, elle l'aurait appris d'une façon ou d'une autre et là, elle en aurait voulu également à Jorah pour ne lui en avoir pas parlé plus tôt. Bref choisir entre le meurtre et la pendaison en somme. Il savait que penser que Maege était aux côtés de Jeor, la rassurait quelques peu, mais cela ne suffisait pas apparemment. Jeor n'était pas du genre à se laisser dépérir de toutes façons, malgré son âge avancé, il avait toujours tenu à tout faire seul, même quand Jorah lui proposait son aide pour de petites tâches, il ne s'en faisait pas pour son père, Jorelle était là, Maege et ses autres demi sœurs qui, même si elles étaient jeunes, lui apportait un soutien moral.

Il suivait tant bien que mal Alysane, perdu dans ses pensées et tiré par une main de fer dans la direction qu'elle voulait suivre, il n'avait que ses armes sur le dos, mais celles ci semblaient déjà poser des problèmes aux gens qui marchaient à leur côtés, générant des remarques et des exclamations outrées de toute part auxquelles Jorah répondait par des mots acides ou des regards farouches. Il suivait tant bien que mal quand soudain Alysane s'arrêta brusquement, provocant presque instantanément le choc de Jorah dans son dos qui manqua de tomber. Elle lui désignait quelque chose devant eux... Une femme, brune, grande, avec un port altier et un maintient certain. Une silhouette qu'il avait déjà vue. Il écarquilla les yeux mais n'eut pas plus le temps de s'appesantir sur la question, déjà elle fendait la foule marchant vers la personne en question. Jorah mit quelques minutes à réagir alors qu'Alysane, faisant fi de tous les codes de convenance, comme à son habitude, enlaçait la silhouette qui s'avérait être justement Maege. Jorah ne s'était donc pas trompé.
Fendant la foule à son tour, il s'approcha des deux sœurs enlacées. Un dernier coup d'oeil pour vérifier, oui c'était bien Maege. Il attendit qu'elles eurent terminé et prononça d'une voix rauque, se raclant la gorge pour l'éclaircir.

« Maege... »

Il n'en dit pas plus alors que son regard croisait le sien, malgré son sourire affable, son visage se durcit légèrement, Maege était la protégée de Jorelle, la préférée donc. Sa mère lui avait transmis tout ses savoirs mais également tout ses sentiments pour le bâtard de Jeor. Il inclina légèrement la tête, ajoutant une phrase qui semblait on ne peut plus protocolaire dans les circonstances présentes.

« Étonnant en effet de vous trouver ici ma chère demi sœur, nous vous pensions au côtés de père, l'aidant dans sa convalescence... »

Il avait toujours vouvoyé les autres sœurs Mormont, Jorelle lui avait intimé de faire ainsi, toutes fois il avait bien souligné qu'ils avaient un père commun. Il croisa les bras, attendant la réponse de Maege, il savait pertinemment qu'Alysane lui reprocherait une telle attitude, mais il ne pouvait et ne voulait pas faire autrement surtout. Sa sœur de cœur avait été la seule à percer la carapace...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 16 Aoû 2011 - 9:20

Dans ses rêves, Port Real était une cité aux rues pavées d'or, aux murs altiers où l'aventure attendait le voyageur à chaque coin de rue. En réalité, la capitale était une ville cosmopolite, sale et bruyante. Les rues étaient plus souvent d'infâmes bourbiers que de larges avenues animées. Et, au coin des rues, se trouvaient généralement des bandes de soudards que les quêtes héroïques tant espérées... Pour autant, Maege n'aurait échangé sa place pour rien au monde. Port Real n'était peut-être pas ainsi qu'elle l'avait rêvée mais le simple fait de parcourir ses artères pour insalubres qu'elles fussent lui procurait un délicieux sentiment de liberté. Elle était finalement parvenue au terme de son voyage vers le Sud. Une véritable odyssée qui avait un but précis. Autre que celui de lui permettre de voir du pays. Elle avait obligation de réussite, sans quoi elle décevrait ses parents. Avec six filles, les Mormont avaient de quoi s'inquiéter pour leur avenir. Six filles à marier signifiait autant de dots à financer. En ce bas-monde, enfanter autant de représentantes du sexe féminin pouvait conduire à la ruine d'une famille si l'on y prenait pas garde. Maege avait pris la route pour parer à toute éventualité. Elle essayait de transformer cette catastrophe potentielle en réussite sociale éclatante sinon acceptable... Elle comptait bien ressusciter d'anciennes alliances mais aussi en forger de nouvelles. Meera, avant toute chose, était officiellement la raison de sa présence dans la capitale. La plus jeune de ses cadettes avec son joli minois et ses manières de dame ferait merveille en tant qu'épouse d'un lord du Sud fut-il d'une maison mineure. Pendant son séjour, après avoir fait de convenables repérages, l'aînée des Mormont chercherait un homme digne de sa petite sœur. Mais pour bien faire, la jeune femme devrait d'abord s'imprégner de l'endroit...

C'était la seule excuse qu'elle avait trouvé pour se donner bonne conscience. Mais même cette raison n'arrivait pas à faire taire la petite voix qui lui murmurait qu'elle était coupable d'agir ainsi. En tant que première née, sa vie avait toujours été tournée vers le devoir. Ses devoirs de fille. La fidélité à ses parents. À ses cadettes. La conséquence en était qu'à chaque fois que Maege prenait un peu de temps pour elle, elle se sentait inévitablement comme une enfant prise en faute. Même à des milliers de kilomètres de chez elle, loin du regard de ses parents, alors qu'elle ne faisait que marcher dans la rue elle n'arrivait pas à se sortir de la tête qu'elle agissait mal... D'autant que la foule présente dans les rues de Port Real même en cette heure matinale la mettait fort mal à l'aise. Et cette chaleur... Dieux de ses ancêtres qu'il faisait chaud dans ces contrées australes. Elle appréciait certes le dépaysement mais pas cette chaleur. Et puis, elle ne parvenait pas tout à fait à chasser les dernières nouvelles de l'Île-aux-Ours de son esprit. Avec un père convalescent, sa mission n'en devenait que plus cruciale... Et cette simple promenade n'en devenait que plus problématique. Mais elle préférait découvrir la ville plutôt que de rester à ruminer dans la chambre qu'elle avait loué dans cette auberge, en attendant de pouvoir rencontrer les autres nobles. L'aristocratie sudiste était bien plus portée sur le protocole que celle de sa région d'origine aussi Maege prenait-elle toutes les précautions nécessaires pour ne faire aucune erreur, consciente du lourd tribut qu'impliquerait le moindre faux pas. Maigre soulagement néanmoins, elle n'aurait pas à se soucier de trouver une place à Alysane. Après tout la plus indomptable de ses cadettes avait trouvé sa voie en prenant les armes.

Elle se trouvait probablement dans les parages. La jeune femme l'avait entendu parler d'aller explorer les Terres de la Couronne lorsqu'elle en aurait l'occasion. Elle espérait qu'elle y avait trouvé la fortune et les combats espérés. Ses yeux parcoururent la foule dans l'espoir vain d'y trouver un visage familier puis le sentiment doux amer caractérisant le mal du pays envahit tout son être. La promenade avait perdu tout son intérêt et le devoir reprit le dessus. Elle s'apprêtait à rentrer à l'auberge lorsque quelqu'un l'enlaça brutalement en lui hurlant dans l'oreille d'une façon caractéristique. En toute autre occasion, Maege aurait réagi en sermonnant gentiment sa cadette mais elle s'attendait tellement peu à la trouver en ces lieux que la surprise eut le dernier mot. Un cri indigné jaillit de ses lèvres alors qu'elle se tortillait pour s'extraire de l'étreinte d'Alysane.

"Lysa! Es-tu folle?! Tu m'as fait la peur de ma vie!"

Elle réalisa alors où elle se trouvait. En pleine rue à Port-Real. Elle venait de se donner en spectacle devant le bon peuple de la capitale. Son séjour commençait mal. Pourtant d'un autre côté, elle ne pouvait blâmer bien longtemps son intenable petite sœur. Outre le fait qu'elle ne lui en avait jamais vraiment voulu pour ses attitudes excentriques, elle était par trop contente de retrouver un visage familier dans ces contrées étrangères. Repoussant à plus tard l'exposé des raisons de sa venue, elle commença par planter un baiser sur le front de sa sœur dans un élan de spontanéité typiquement nordien. Ensuite, elle vit Jorah...

Elle n'avait jamais eu de sentiments particuliers à l'égard du bâtard de son père. Sa mère lui avait toujours dit de le traiter avec politesse et égards mais dans l'esprit de Maege, il avait toujours été très clair qu'il ne faisait pas et ne ferait jamais partie de la famille. Il était un Snow. Il était à part. Et peut-être avait-elle nourri quelques sentiments de jalousie à son encontre, conséquence du fait qu'il était un homme et pas elle. Leurs rapports n'avaient jamais été marqués par la moindre chaleur fraternelle au grand désespoir d'Alysane qui semblait de son côté avoir totalement adopté Jorah. Par moment, la jeune femme s'était demandée si elle aurait du intervenir pour tirer leur aîné, pour illégitime qu'il fusse, des griffes de leur cadette... Il était là planté dans la rue, lui demandant visiblement des comptes sur sa présence en ces lieux. En d'autres circonstances, Maege aurait probablement laissé son insolence passer mais elle n'était pas tout à fait remise de ses émotions aussi l'hostilitésous-jacente de l'attitude de l'homme d'arme fut assimilée à une déclaration de guerre pure et simple. Ramenant ses yeux sur Alysane, elle lui répondit.

"J'ai fait le voyage, entre autre, pour trouver un époux à Meera. Un de ces nobles du Sud qui lui offrira des fleurs et lui chantera la sérénade... Père ne pouvait pas faire le voyage et Mère commence à trouver que nous devenons toutes trop vieilles pour être encore célibataire. Surtout moi. Ses ambitions matrimoniales étaient en passe de reprendre le dessus, j'ai fui avant de me retrouver mariée malgré moi à un vieux barbon..."

Ce n'était qu'un demi-mensonge. Maege avait senti le vent tourner et prit les devants lorsque sa mère avait commencé à faire l'inventaire des prétendants les plus dignes d'elle dans le rayon de la Baie des Glaces. Elle savait parfaitement qui se trouvait à proximité. Leurs âges, leurs caractères, leurs états de santé diverses et variées. Surtout leurs âges et leurs états de santé. Passer une partie de sa vie à jouer les gardes malades ne l'intéressait pas. Chose visiblement dont son aîné la blâmait. Son attention revint sur le bâtard de son père. Le sourire chaleureux adressé à sa petite sœur se transforma en une expression de pure politesse. Certes un peu teintée de ressentiment mais toujours impeccablement exécutée.

"Bonjour, Jorah. Je vois qu'Alysane a encore réussi à vous faire marcher sur la tête. J'espère qu'elle ne vous fait pas subir toutes ses lubies..." La cordialité laissa place au ton neutre usuel employé par sa mère quand elle entretenait le jeune homme d'un sujet important dont elle ne pouvait décemment pas le tenir écarté. "Mon cher demi-frère, auriez-vous oublié que mon père a une femme? Jorelle Mormont. La mère de ses enfants légitimes." La remarque était venimeuse, Maege en était consciente mais la façon dont il s'était adressé à elle ne lui semblait pas moins violente. Cela dit, Alysane n'allait pas apprécier ce début de discorde, elle le savait. "Nul besoin donc que je reste dans l'Île-aux-Ours lorsque le devoir implique que l'une d'entre nous prenne la route pour veiller à la sécurité de toute notre famille. Qui plus est, il est temps que Lyra cesse de se reposer sur ses lauriers et qu'elle apprenne les responsabilités d'une dame vis à vis de sa maison et de ses sujets. Elle aura tout le temps de se former en supervisant les reconstructions de maisons et de villages suite au Fléau de Printemps. Avec un peu de chance peut-être pourra-t-elle même impliquer les plus jeunes."

Ces dernières informations étaient plus réellement destinées à Alysane qu'adressées à Jorah mais Maege était sûre que chacun saurait faire le tri des renseignements importants dans son discours. Elle décida de clore le chapitre un moment, laissant à ses proches le soin de poser les questions qui leur tenaient à cœur. Elle préférait tenter d'enterrer la hache de guerre avant de risquer une dispute en pleine rue qui nuirait à tout le monde et qui surtout risquerait de gâcher leurs retrouvailles...

"Et vous? Dites-moi tout. Que vous est-il arrivé depuis la dernière fois que nous avons reçu de vos nouvelles? Avez-vous rencontrés des gens intéressants? Vécu des aventures peut-être ?"

Ses questions n'étaient pas seulement destinées à faire la paix. La vérité était que Maege souhaitait sincèrement savoir ce qu'il était arrivé à Port Real... à Alysane. Mais puisque sa cadette avait décidé que son destin était inséparable de celui de Jorah, elle devrait faire avec. Elle s'intéresserait donc à son demi-frère autant qu'il lui était possible, feindrait de le faire si elle ne le pouvait pas vraiment en bref continuerait à assumer ses devoirs d'aînée...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 17 Aoû 2011 - 12:21

     Maege s'extirpa comme elle put de l'étreinte peu subtile de sa cadette, celle-ci n'avait jamais été du genre à faire attention aux convenances et il était certain qu'elles n'avaient guère l'air de deux lady à ce moment précis, mais bien davantage de deux roturières qui se retrouvaient après une longue séparation. Avec une certaine réticence, Alysane lâcha finalement sa sœur alors que celle-ci protesta – pour la forme étant donné que la combattante n'allait jamais changer – avant de déposer une bise sur son front, ce qui provoqua un sourire amusé chez la plus jeune des Mormont. Mae avait une attitude très maternelle la plupart du temps et même si les deux sœurs étaient très différentes, elles n'en restaient pas moins liées, ce qui n'était pas à la portée de toutes les familles. Ce fut à ce moment que Jorah s'adressa à elle en soulignant justement qu'ils pensaient la savoir auprès de leur père sur l'Île-aux-Ours et bien que la brune était très heureuse de revoir son aînée, elle sentit soudain son inquiétude refaire surface. Est-ce que l'aînée des filles Mormont était venue jusqu'à Port-Réal pour leur annoncer une mauvaise nouvelle ? L'estomac d'Alysane se contracta doucement et elle sentit un léger goût de bile dans sa bouche, l'inquiétude naturelle d'une fille à l'égard de son père. La guerrière espéra simplement que ce n'était que son esprit qui lui jouait des tours et qu'elle se faisait de fausses idées.

     Portant ses yeux mordorés sur le visage de sa sœur au moment même où celle-ci fit de même, Alysane attendit avec une certaine appréhension, essayant de se convaincre que si malheur il y avait eu, Maege ne serait pas venue comme cela et ne les ferait pas patienter de la sorte. Les premiers mots qui furent prononcés rassurèrent la plus jeune de la fratrie, un époux pour Meera, quelle bonne idée ! Alysane qui n'avait jamais été motivée par l'idée de voir ses sœurs trouver des époux qui les feraient partir de chez elle, fut - une fois n'est pas coutume - heureuse d'entendre de telles paroles. La Mormont ne se priva pas de rire légèrement lorsque Mae déclara que leur mère commençait à trouver ses filles trop vieilles pour être célibataires, il était vrai que Maege atteignait bientôt la trentaine et que généralement à cet âge les nobles étaient déjà mariées et mères depuis longtemps, mais les Mormont n'étaient pas n'importe quelles nobles ! Visiblement Mae avait réagi exactement comme Alysane en craignant de se retrouver mariée sans comprendre ce qui lui arrivait, il fallait avouer que l'aînée de la fratrie était un bon parti malgré son caractère plutôt rude comparé aux autres nobles et malgré le fait que le malheureux époux hériterait de belles-sœurs plus proches des amazones que d'une véritable dame. Alysane haussa légèrement les épaules comme si tout cela ne la concernait pas vraiment, étant devenue homme d'armes elle n'avait plus le sentiment d'être à même de trouver un époux - inutile de préciser que cela avait joué pour beaucoup dans son choix d'embrasser une telle carrière - et elle ne se mêlait plus trop à toutes ces affaires.

     Lorsque le regard de Mae se porta sur Jorah, Alysane la vit changer légèrement, ils se vouvoyaient et cela avait le don de l'agacer, ils étaient frère et sœur par les dieux anciens ! Même si sa grande sœur refusait de voir le bâtard de leur père comme tel, ils partageaient en grande partie le même sang. La jeune femme pinça des lèvres lorsqu'elle entendit Mae parler de leur mère à Jorah, sachant très bien que le sujet était très.... Difficile pour lui, après tout il n'avait pas la même mère qu'eux et c'était là toute la différence. Toutefois, fidèle à son habitude, Maege réussi à apaiser sa jeune sœur en changeant de sujet sans trop s'étendre sur la discorde qui pouvait naître de telles paroles, Alysane ne pouvait revenir sur le sujet sans avoir l'air de chercher à jeter de l'huile sur le feu, cette dernière opta donc pour la solution habituelle : laisser passer cela en se jurant de faire mieux la prochaine fois. Intéressée par ce que Mae venait de dire, la combattante la regarda un moment avant d'orienter son regard vers Jorah pour s'assurer qu'il n'allait pas faire de vagues – mais elle était sûre du contraire étant donné qu'il avait toujours été respectueux avec Mae – puis elle reporta son attention sur la jeune femme avant de répondre.

     ▬ Oh que oui ! J'ai rencontré un Stark Mae, le frère cadet de lord Beron, Ulrik Stark tu sais, le jumeau qui a tué son frère à la naissance. Ce n'était pas exactement cela, mais tout le monde avait entendu parler des jumeaux Stark, l'un était mort-né et l'on avait accusé son frère de l'avoir tué. Il est garde royal ici ! Il m'a même permis de me battre contre lui lors d'un entraînement et il m'a offert cela. Accompagnant le geste à la parole, elle extirpa de sa ceinture le poignard que ser Ulrik lui avait donné après leur affrontement. Peu de chances pour que cela intéresse vraiment Mae, mais bon. J'ai aussi croisé le lord commandant de la garde royal, une noble m'avait manqué de respect et je l'ai remise à sa place, il a menacé de me planter la tête au bout d'une pique, mais finalement comme tu le constateras toi-même, il ne l'a pas fait ! Elle en était toujours aussi fière, comme si risquer sa vie l'enchantait. Puis j'ai aussi croisé un chasseur du Nord, un ancien soldat de Winterfell, il m'a donné une belle peau d'ours je suis sûre qu'elle te plairait. Et pour finir, j'ai fait la connaissance d'une Dornienne, elle savait se servir de son poignard ! Une personne très aimable et très noble sans pour autant tomber dans le ridicule ! »

     Maege l'avait lancée sur un sujet qui la passionnait, la jeune femme pouvait avoir un sacré débit lorsqu'elle s'y mettait de la sorte, en général on lui sommait de se taire tant elle devenait agaçante. Mae n'avait certainement pas perdu l'habitude de devoir supporter sa cadette malgré sa brève absence. Les yeux de la jeune guerrière passèrent de sa sœur à son frère comme si elle cherchait ce qu'elle allait pouvoir dire de plus intéressant, puis tout à coup une foule de questions lui vint à l'esprit, après tout, sa sœur devait avoir voyagé pour arriver jusqu'à Port-Réal, est-ce qu'elle était venue seule ? Jetant un coup d'œil aux environs pour essayer de voir si elle apercevait un quelconque garde de la maison Mormont, Alysane finit par se renseigner directement auprès de sa sœur.

     ▬ Tu as voyagé seule Mae ? Tu n'as pas eu de problèmes ? Avec la sècheresse les routes sont dangereuses de ce que j'ai entendu ! Et quelle chaleur, ça change du Nord ! Elle souffla peu élégamment. Mère dit des bêtises, tu n'es pas trop vieille pour le célibat, la preuve lord Beron est plus âgé que toi et n'a aucune épouse ! Comme si elle pouvait te reprocher quoi que ce soit à ce niveau. Et elle serait bien folle de vouloir te marier à quelqu'un qui ne possède pas le caractère pour nous supporter. Sautant du coq à l'âne elle enchaîna aussitôt. D'ailleurs est-ce que tu as déjà trouvé une auberge où séjourner ? Au pire nous pouvons te conduire à celle où nous sommes ? À moins que tu ne préfères en trouver une autre, ce que je comprendrais tu me diras ! Elle ne se formaliserait pas que sa sœur préfère prendre un peu ses distances. Nous pourrions parler autour d'un verre, je pense que ce sera bien mieux n'est-ce pas ? Tu es arrivée depuis longtemps en ville ? »

     Accompagnant son avalanche de questions de regards scrutateurs, la jeune femme chercha à regarder si elle avait ses affaires sur elle, ce qui indiquerait si effectivement elle avait déjà trouvé son plaisir ou non. Après quoi, la demoiselle tourna la tête pour jeter un coup d'œil à Jorah qui ne devait pas être particulièrement enchanté de savoir qu'ils allaient passer un moment avec Maege, mais Alysane savait bien que si elle le lui demandait il ne dirait rien. Un regard lourd de sens, une expression cherchant à l'attendrir, puis elle reprit la parole d'un air toujours aussi enjouée.

     ▬ Nous sommes dans une bonne auberge, n'est-ce pas Jorah ? Le prix est abordable et le service plutôt bon je dois dire. Reportant son regard sur Mae elle reprit. D'ailleurs as-tu déjà trouvé le noble parfait pour notre chère Meera ? T'as-elle supplié de lui trouver un beau chevalier capable de remporter en tournois en son nom ? Je crains qu'ici ils ne soient tous accaparés par des nobles maniérées, mais je pourrais nous en débarrasser si jamais ! »

     Pas sûr que Mae apprécie l'idée d'avoir « l'aide » de sa sœur, sa manière devait certainement être plus subtile et peut-être était-il mieux de ne pas effrayer le futur prétendant de leur cadette en essayant de chasser les femmes qui lui tournaient autour. Mais peu lui chalait, après tout si jamais Meera trouvait un époux digne d'elle, Alysane n'était pas décidée à laisser sa petite sœur s'en-aller tranquillement pour ne plus jamais la revoir, elle tenait bien trop à ses sœurs pour pouvoir envisager de se les faire enlever par des hommes. Qui épousait une Mormont était persuadé de se retrouver avec une belle-sœur envahissante, la jeune femme se jurait de toujours leur rendre visite, ne serait-ce que pour leur rappeler que les Mormont ne se laissaient pas marcher sur les pieds !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 25 Aoû 2011 - 10:09

Maege fut surprise de l'arrivée d'Alysane, elle la salua comme toujours, de la façon dont Jorah les avait observées pendant toutes ces années. Puis Maege décida enfin de répondre à Jorah. Celui ci, qui avait le visage déjà fermé, serra un peu plus les dents quand il entendit les mots de celle ci à son égard. Elle avait la même verve que Jorelle et savait où appuyer pour que cela fasse mal : le statut de Jorah et sa légitimité au sein de la famille Mormont. Quand il entendit les mots, ses yeux se plissèrent malgré lui et il eut une once de regard assassin pour Maege. Il savait déjà qu'Alysane leur reprocherait cet échange, il ne voulait pas céder à la facilité d'un propos acide, et pour cause, chaque chose qu'il ferait en la présence de Maege serait dite et rapportée à Lady Jorelle, et il ne voulait pas lui donner le plaisir de jubiler en apprenant un quelconque écart de comportement de Jorah.

Elle leur apprit tout de même que le Fléau de Printemps avait laissé des traces sur l'île, qu'il y avait des habitations à reconstruire. Il avait noté son envie de mettre fin à l'embryon de conflit qui venait de naître entre les deux parties. Aussi il relança sur cet état de fait, prenant un ton poli et courtois alors qu'il desserrait un peu les dents, mais la dureté de son regard n'avait pas disparu.

« Les dégâts n'ont pas été trop importants je l'espère... »

Puis vinrent les banalités, Alysane commença à parler de tout et de rien, elle répéta ce qu'elle lui avait dit quand elle l'avait rencontré dans la rue. Jorah croisa les bras en l'écoutant un léger sourire sur les lèvres. Maege n'allait que très peu apprécier qu'Alysane ait échappé à certaines choses qui aurait pu conduire à la honte, l'opprobre et même la mort de sa sœur. Le débit de paroles d'Alysane ne faiblissait pas, tout comme la première fois qu'il l'avait vue, Jorah ne se dépatissait pas de son sourire alors qu'il regardait Alysane raconter ses péripéties. Ensuite virent les questions sur Maege, Alysane parlant de l'auberge où ils résidaient dans la même chambre et puis soudain, elle fit une proposition qui ne mit pas Jorah très à l'aise.

Elle proposait à Maege de venir dans l'auberge où ils résidaient, mais ajouta vite qu'elle pouvait très bien refuser. Le visage de Jorah ne montrait rien et restait un masque de neutralité, le sourire avait seulement perdu de sa superbe. Il n'allait pas refuser de toutes façons, ce qu'Alysane lui demandait, Alysane l'obtenait sans mal. Ses yeux croisèrent ceux de Maege, mais il préféra détourner le regard alors qu'Alysane leur proposait d'aller à une taverne pour se rafraîchir. Il était vrai que le soleil était de plomb, comme elle le soulignait cela changeait du Nord. Jorah décroisa les bras tentant d'aérer sa tunique. Il hocha la tête en signe d'approbation à la question de sa sœur sur la qualité de l'auberge. Puis le sujet du mariage des filles Mormont reprit de plus belle, il ne doutait pas qu'elles trouvent toutes un mari, sauf peut être Alysane qui rechignait. L'avantage avec lui c'était que la question ne se posait même pas. Même si ce sujet fit de nouveau miroiter Jyanna devant ses yeux. Il était tellement plongé dans ses pensées qu'il n'entendit même pas les remarques sur les nobles maniérés de Meera.

Ce ne fut que quand le silence fut tombé qu'il tiqua, il cligna des yeux et se reprit, se demandant si elles avaient remarqué quelque chose. Étant donné que tout le monde avait raconté ses péripéties jusqu'à maintenant, il entreprit de raconter les siennes.

« Je suis venu ici par la voie royale, et vous Maege ? Et ne vous en faites pas, j'ai retrouvé une sœur inchangée d'avant son départ. J'ai fait quelques sorties et rencontré des gens pour le moins remarquables, même si tout n'est pas bon à prendre ici. »


Il pensait à tous ceux qu'il avait rencontré, surtout des femmes en fait, mais de tout ceci il ne dit mot, sachant que Maege ne laisserait pas passer une telle occasion. Aussi il choisit d'en dire le moins possible, il n'allait pas tendre le bâton pour se faire battre, qui plus est, même Alysane ignorait ce qu'il faisait et il n'avait de compte à rendre à personne. Jorah passa sa main dans ses cheveux qui une nouvelle fois étaient moites et poisseux alors qu'il regardait Maege et ne put résister à faire une nouvelle remarque.

« La tâche de venir en aide à notre père n'est elle pas trop dure pour que votre mère l'assume seule?Ne pensez vous pas Lyra un peu jeune d'expérience pour une telle tâche ? Enfin vous avez raison, trouver un parti est important c'est indéniable. »

Il n'en pensait pas un traître mot mais devait composer avec. Désireux de changer de sujet étant donné que pour lui l'avenir était déjà tout tracé, il détourna les yeux, regardant autour de lui comme si il cherchait un taverne, ses yeux se posèrent sur celle des Trois Dragons, à côté de la place où il avait rencontré Jyanna.

« Cette taverne ci est agréable si vous le désirez, j'y suis déjà allé et la bière est acceptable. »

Il la désigna du pouce et reporta son regard sur les deux sœurs. Jorah ne doutait pas qu'Alysane fasse une remarque sur le fait qu'il semblait connaître la taverne. De la part de Maege il n'attendait rien de probant si jamais elle faisait une remarque. Et lui souhaitait voir si la ménestrelle était là, il n'était pas encore passé à l'auberge où elle résidait, mais son apparente absence commençait à l’inquiéter, même si il n'en montrait rien à ses demi sœurs. Surtout qu'il n'en avait pas parlé à Alysane...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 10 Sep 2011 - 20:43

Maege avait souvent comparé sa jeune sœur à un des torrents de montagne qui courrait dans l'Ile-aux-Ours. Comme eux, Alysane était bouillonnante, pleine d'une inépuisable énergie et... bruyante. Si on ajoutait à cela sa tendance naturelle à être entraînée dans des histoires rocambolesques, il ne fallait pas s'étonner si les récits de ses péripéties prenaient toujours un certain temps. Elle livrait les informations dans le désordre, sans diplomatie, annonçant sur le ton de la conversation qu'elle avait frôlé la mort. Pour autant, son aînée ne préféra pas l'interrompre, lui laissant raconter ce qu'il était advenu d'elle pendant les mois où elles avaient été séparées. Elle réserva ses réactions, ses commentaires, voire ses sermons à la fin de sa chronique. Pour le moment, elle profitait simplement du délicieux sentiment procuré par les retrouvailles et du soulagement de la retrouver en aussi bonne santé, ce qui au vu de ce qu'elle entendait n'avait pas toujours été assuré. Ce comportement emporté qui avait bien failli lui coûter la vie était à ce point typique de sa personnalité qu'elle aurait presque eu envie de rire si Alysane n'avait pas été si près de se retrouver condamnée à mort par une des autorités de la capitale. Le nom de Mormont risquait bien d'être associé dans l'esprit d'Addison Hill à l'image de son indomptable guerrière de cadette et il existait une possibilité que cela pose un problème à Maege dans sa quête par la suite mais elle ne s'en souciait guère. Toutes les familles nobles de Westeros avaient un jour compté un mouton noir et il était évident que le commandant de la garde royale s'était aperçu qu'Alysane n'était pas juste une mercenaire avec un problème de contrôle personnel. Il lui suffirait tout simplement de montrer à quel point elle-même était différente et... civilisée. Le terme ne lui convenait pas. Il était méprisant, condescendant, orgueilleux même. Et Maege n'avait jamais considéré sa petite soeur ainsi. À vrai dire, malgré toutes les querelles qui avaient pu miner leur relation lorsqu'elles étaient plus jeunes, elle portait à Lysa un amour fraternel sans borne. Peu importait qu'elle ne fut pas la fille modèle que ses parents avaient espéré. Elle avait choisi une voie différente mais les Mormont avaient suffisamment d'enfants pour accepter que l'un d'entre eux décide de se montrer original dans le choix de son mode de vie. Sa cadette avait montré à tous ceux qui s'étaient moqués d'elle un jour qu'elle n'était pas juste une enfant jouant avec une épée. Pour cela, Maege la respectait. L'admirait même... Mais elle se devait de reconnaître une pointe d'amertume. Il était évident que sa position de deuxième née lui avait grandement facilité les choses. Elle attendit que les duo ait fini de répondre à ses questions lui soumette à son tour les habituelles interrogations. Se glissant à nouveau dans la peau de l'aînée, elle fit ce qu'Alysane, et Jorah sans doute, attendaient d'elle.

"Je suis contente que vous sembliez si épanouis par votre séjour ici." Pour conventionnelle qu'elle paraisse, cette déclaration était pourtant vraie. "Quant à Ulrik Stark? C'est incroyable que tu ais croisé le frère de notre Lord-Suzerain ici. La ville me paraît tellement grande que je n'imaginerai jamais y rencontrer quelqu'un par hasard... Et pourtant, nous voilà en train de discuter. C'est un honneur qu'il ait accepté de jouter avec toi mais j'imagine que tu le sais déjà..." Elle examina distraitement le cadeau, essayant d'évaluer ce qu'il lui en coûterait de rendre la pareille à son pair nordien. Finalement, Lysa allait peut-être lui ouvrir la voie d'accès qu'elle cherchait à la Cour. Il suffirait d'approcher Ulrik Stark, d'essayer d'en apprendre plus sur les gens qu'il fréquentait et d'évaluer le potentiel de ses derniers. Restait à espérer que l'enfant maudit de Winterfell ne tenait pas rigueur à ses pairs nordiens pour sa réputation d'assassin congénital. "C'est une arme magnifique, petite soeur. Un cadeau digne d'une grande combattante." Plaquant sur son visage une expression de reproche modéré, elle entra dans la peau de la moralisatrice qu'elle se devait d'être parfois. "Cependant je te demanderai de faire attention. Je veux que tu gardes ta tête là où nous la préférons tous. Sur tes épaules. Et je pense qu'en cela Jorah sera d'accord avec moi..."

Il était rare que Maege chercha le moindre soutien du côté de son demi-frère mais elle n'était pas sans ignorer que ce dernier avait une grande influence sur Alysane. Il veillerait certainement à canaliser, ne serait-ce que relativement, le bouillonnement presque volcanique de leur cadette lorsque ce serait nécessaire. Elle-même ne l'aimait pas particulièrement mais elle avait foi en son dévouement fraternel pour la plus jeune du trio. Elle entreprit finalement de répondre aux multiples questions de cette dernière. "Comme vous, je suis descendue par la Voie Royale. Et si la chaleur était une gêne, j'avoue ne pas avoir eu trop à me plaindre des hors-la-loi. Certes, je ne prétendrai pas que je n'ai pas rencontré une certaine..." L'image des quelques combats qui avaient jalonné son voyage dansa dans son esprit. "... résistance, mais j'avais choisi de me joindre à une compagnie marchande aussi ma sécurité était-elle presque totalement assurée." Elle changea de sujet. "Nous avons déjà eu cette discussion cent fois avec Mère mais nous ne la ferons pas changer. Je crains que ce ne soit une façon détournée pour elle de nous démontrer son amour. Elle semble penser que Lord Beron aura moins de mal à trouver une épouse que n'importe laquelle d'entre nous. J'ai beau lui répéter qu'il n'y a que toi qui soit mal polie, elle ne veut pas me croire..." conclut-elle avec un petit sourire moqueur.

Lorsqu'on en vint à la question de l'auberge, Maege hésita. D'un côté, il y avait son besoin naturel de se retrouver parmi les siens... De l'autre, elle ne voulait pas troubler la routine de sa soeur ou accorder une attention moindre à la mission dont elle avait été chargée. Sa présence signifierait obligatoirement que certains éléments quotidiens de la maison Mormont feraient leur retour et la jeune femme ne pensait pas ce soit réellement souhaitable. Le fils de son père était sans doute en train de se bâtir une vie à Port-Real. Maege ne voulait pas le perturber. N'étant pas légitime, Jorah se trouvait sous sa responsabilité. Pour autant, elle n'avait avec lui aucun lien. Contrairement à Alysane. Il était plus raisonnable de refuser et de laisser ces deux-là poursuivre leur chemin en les surveillant de loin si nécessaire. Sinon elle ne voyait pas de raison d'intervenir dans leurs affaires plus que nécessaire... "Je ne doute pas que vous soyiez bien logés mais je pense conserver la chambre que j'ai loué à mon arrivée. De plus, il est fort probable que je me vois invitée dans une maison noble si tout se passe bien... En revanche, je serai ravie de prendre un verre avec vous, si cela ne perturbe pas votre programme. Et non, Lysa, je n'ai pas encore trouvé le prince charmant de notre petite Meera. À vrai dire, je n'ai pas encore pu réellement faire mon entrée dans l'aristocratie..." Elle se tourna vers Jorah. "Je pense que ma mère et nos soeurs pourront gérer le domaine en mon absence. Comme je l'ai déjà dit, il est plus que temps que nos cadettes prennent leurs responsabilités. Imaginez que du jour au lendemain, Père, Mère et moi disparaissions. Alysane et vous vous trouvant ici, ce serait à Lyra d'assumer le rôle de dirigeante de la maison. Elle a suffisamment profité de son enfance. Il est temps qu'elle grandisse. Je ne le fais pas de gaieté de coeur mais vous êtes aussi conscients que moi que la vie n'épargne personne. Pour autant, si vous voulez participer à la reconstruction ou à la gestion de la maison d'une façon ou d'une autre, je n'y vois pas particulièrement d'objection. Lysa m'a plus d'une fois sermonné sur le fait que vous êtes autant mon frère que le sien et je ne vois pas l'intérêt de refuser une bonne volonté..." Ce geste n'était pas seulement un effet de sa bonté, elle devait le reconnaître. Jorah pouvait devenir un atout non négligeable et Maege ne pouvait pas se permettre de refuser une paire de bras pour une raison aussi stupide qu'un orgueil écorché. "Si vous connaissez une bonne taverne, je vous suis. Nous pourrons poursuivre cette conversation ailleurs qu'en plein milieu du passage."
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Une famille qui crie est une famille unie ▬ Maege & Jorah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» DAN X BICHON MALE 2 ANS (SANS FAMILLE 89)
» Dragons et tyranides…Même famille ? (réservé) [Caîn et Koskyo]
» Deux nouveaux amis de la même famille (PV avec nuage de feu)(fini)
» Si le centre est stable, alors la famille est soudée — Ngugi
» Personnalités de Terrassanta (Famille Delacroix)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-