AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Il fait bon dans nos campagnes... [Aliénor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Lun 8 Aoû 2011 - 16:09

Je me trouvais à Hautjardin depuis quelques jours pour m'entretenir avec les seigneurs de la région, au sujet des fer-nés principalement. Ce que je n'avais pas prévu fut l'arrivée des Lannister, une délégation conduite par lord Estren menait lady Lannister à son futur époux. J'assistai à leur arrivée mais fis en sorte de me tenir à l'écart, tout cela ne me regardait pas, du moins ma présence n'était pas requise. Cela faisait deux jours que les Lannister étaient là. J'avais eu l'occasion de parler avec le seigneur Estren et de croiser lady Aliénor. Mais étant donné que mes démarches auprès des Tyrell touchaient à leur fin, je comptais quitter les lieux le lendemain. Pour ma dernière journée, je décidai de faire une balade dans les alentours de la ville, profiter une dernière fois des charmes du Bief. Je souhaitais sortir seule mais Reurik insista pour m'accompagner vu que nous étions dans une région inconnue si l'on puis dire. Dans le Conflans, mon garde du corps acceptait, avec réticence, de me laisser chevaucher seule car je connaissais les environs de Salvemer comme ma poche et que Wolf et Loth me suivaient aussi dans ses sorties.

Emdal avait adopté le trot pour quitter la ville avant que je ne le ramène au pas pour observer les paysages. La chaleur était toujours aussi présente et intense. L'été continuait de nous accabler et je me demandais quand il prendrait fin pour que l'hiver puisse prendre ses droits. Ni l'une ni l'autre des deux saisons n'avait ma préférence. J'empruntai un chemin dans la rase campagne, mon garde du corps attitré me suivait soit quelques mètres derrières soit revenait à mon niveau. Wolf courrait à mes côtés, content de pouvoir se dégourdir les pattes. Ma promenade me conduisit vers un bois que je longeais. Et j'aperçus une silhouette que je ne m'attendais pas à voir hors de Haujardin. La blondeur ne faisait pas de doute sur l'identité de cette personne. J'allai à sa rencontre.

- Lady Lannister, dis-je d'un ton déférent. Je ne pensais pas vous croiser hors des murs de Hautjardin, ajoutai-je avec un petit sourire. Bonjour à vous.Les Tyrell vous ont laissé un peu de temps libre?

Comme à mon habitude, je me permettais de ne pas respecter l'intégralité du protocole. Peut-être que cela dérangerait la Lannister, mais dans ce cas, je ne doutai pas qu'elle m'en fasse la remarque. Elle faisait partie de la famille la plus puissante après le roi, donc elle avait l'argent et les relations qui allaient avec. Et il valait mieux que je ne me la mette pas à dos. Après je comprenais qu'elle souhaite quitter quelques minutes le château, le mariage politique n'était pas des plus joyeux de prime abord. Après certain s'en accommodait, pour ma part je ne voulais servir de simple monnaie d'échange sur l'échiquier de la politique. Mon père le savait pertinemment, je le lui ressassais sans cesse quand il abordait ce sujet. Chassant ces pensées je posai mon regard sur la dame et ceux qui l'accompagnaient. Je n'avais guère eu l'occasion de discuter avec elle, seulement d'échanger quelques formalités et banalités.

- J'espère que vous profitez de votre séjour dans le Bief, en dépit des négociations qui se trament à côté... Avez vous déjà rencontré messire Tristan?

Ah curiosité, quand tu nous tiens. Voilà que je m'informai de choses qui ne me regardaient pas vraiment. Je ne doutais pas que les parents du futur marié ont du prendre les choses en main pour que les jeunes gens puissent se voir et apprendre à se connaître. Bien que pour une union politique, les époux n'étaient pas obligés de se connaître, ni même se s'apprécier.

- Puis-je me rejoindre à votre compagnie pour la balade? Sans vouloir m'imposer...

Bon, pour le coup, cela frisait l'imposition. Je m'adapterai à la réponde de la dame. Et m'en irait si elle le souhaitait. Quoiqu'elle devait peut-être ses sentir seule au milieu de ses hommes et histoires d'alliances. Encore qu'Aliénor a du passer du temps avec Jeanne et Emilia Tyrell... Je haussais mentalement les épaules, attendant de voir ce que déciderait la future lady du Bief.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Mer 10 Aoû 2011 - 23:59

Aliénor aurait préféré les courants d’air et l’odeur d’écumes de Port-Lannis, mais elle devait s’y faire aux champs de roses. Ser Johan et Ser Richard la tenaient bien à l’œil. Car s’il lui arrivait malheur, deux têtes assurées allaient être affichées sur les piques de Port Lannis. Valait mieux qu’elle ne fasse pas pâtir son protecteur, chargé de mission. Elle avait passé une journée entière avec la Dame Tyrell et sa fille, ainsi que Tristan. Léo Tyrell et Edwyn Estren étaient encore en négociations. Aussi lourd que le fardeau était, Aliénor sentait sa vie s’éteindre à jamais. Elle avait laissé beaucoup derrière elle. Beaucoup trop et elle en acceptait la réprimande. Elle était aussi morte que les fleurs devaient l’être dans les jardins de Winterfell.

À Crakehall, elle avait laissé Aliénor la gamine. L’enfant qui avait peur et qui exigeait tout. Celle qui exigeait et demandait toujours. Elle avait laissé aussi son bonheur et son passé. Ses fantômes, elle ne les voulait plus. Elle voulait seulement une petite place pour elle où personne ne la dérangerait. Elle n’était plus la même. La lionne se battait contre la femme et seuls les dieux savaient qui allaient gagner cette guerre. Une ne pouvait pas rester avec l’autre sans contradiction.

Le Bief lui rappelait bien des souvenirs et si elle connaissait Léo Tyrell c’était bien de 209. Il avait désarçonné son père lors du tournoi et elle avait toujours trouvé à cet homme la même personnalité admirable qu’avait son père. Mais Damon resterait son roi, car elle était sa princesse.

Tôt le matin, elle avait eu envie d’explorer une petite forêt près de la route. Ser Johan et Ser Richard l’avaient accompagnée. Une fois arrivée elle avait retiré la scelle de son étalon noir. Elle n’aimait pas le retenir, elle ne l’attacha pas ce qui ne surpris aucun des deux hommes. Elle retira ses bottes et trempa ses pieds dans la Mander. Elle regarda Ser Johan.

Il y a bien longtemps… N’était-ce pas ici? Dans le Bief que vous avez grandi ?

Plus vers nos frontières, dame Aliénor. Dix ans, je ne vous ai pas accompagnée lors du Tournoi donné à Cendreguée. Le chevalier dont j’étais l’écuyer est mort lors d’un tournoi, mais a votre naissance. Votre père avait donné lieu à un tournoi au port. Il jouta alors pour sa Dame, pour honorer la réputation qui fit de votre mère la Grande Dame du Roc et de sa quatrième héritière, qu’on surnomma la petite lionne, dès sa naissance.

Elle aurait aimé partagé ce sentiment avec son père. Peut-être aurait-elle le même regard sur ses propres enfants? Elle aimait cet homme. Ser Johan était un homme fier et ne demandait qu’à faire survivre sa réputation.

Il vous avait laissé le choix. Je n’avais pas besoin de plusieurs hommes pour me protéger. Vu le nombre de chevalier qu’il y avait. J’aurai certainement le même pressentiment lorsque je reviendrais dans l’Ouest, après plusieurs années.

L’Ouest sera toujours chez vous. Le Bief sera votre deuxième maison.

Je resterais la Petite Lionne de Castral Roc, mais je n’y serais plus. Une femme aura pris cette place au coté du Lion, mon frère. On se rappellera de moi, que lorsque les Sept prendront la vie de Léo Tyrell et ils le savent que je ne le souhaite pas maintenant.

Le Bief sera différent de Castral Roc, vous aurez une nouvelle vie.

Prison de pierre ou prison de fleur, je reste prisonnière Ser Richard. Tant que cette vermine de Fer-né est à nos portes, je me sentirais toujours prisonnière. Une fois mariée je serais libérée de Tybolt, mais prisonnière de Tristan.

Votre sœur…

Ma sœur n’est pas moi et je ne serais jamais comme elle. Ni comme Tybolt et encore moins que Gérold.Je reste que leur soeur qui les aime.

Aliénor se sentait plus comme une petite lionne perdue qu’autre chose. Comme si chaque pas l’enfonçait toujours plus et encore plus et dire qu’elle croyait que les seuls sables mouvants étaient à Dornes. Personne n’y comprenait rien et même Tybolt pourrait faire tous les efforts du monde pour la comprendre, cela serait une perte de temps.

Ils la connaissaient depuis qu’elle avait en moyenne trois ans, pour l’ouestrien et huit ans pour Ser Johan. C’était bizarre, ils s’évertuaient à l’appeler Lady ou encore Madame. Eux qui l’avaient connu toute jeune. La jeune Aliénor Lannister était adorable, mais peste à ses heures.

Nous devrions rentrer, nous avions promis de faire une petite escapade de quelques heures, mais voilà que nous y sommes de puis longtemps.

Ne prenant même pas le temps de broncher, Aliénor se rechaussa et siffla sa monture pour lui imposer de nouveau son poids. Demain, elle lui offrirait une journée de congé. Ses deux hommes de main se tenaient derrières elle. Ser Richard l’avait aidé prendre place sur sa monture et ils avaient pris la route.

Qui aurait cru … Ses yeux ne lui jouaient pas de tour. En plus des chevaliers des sept couronnes, Aliénor avait pu deviser avec de fort gente dame. Certes plus vieille qu’elle, mais charmante. Rivanon Mallister avait été l’une d’elle et Aliénor se posait plusieurs petites questions sur son sujet. Un jour, elle prendrait son protecteur à part. Edwyn était comme un frère pour elle et ce, sans même être de sa famille. Pauvre Lannister, ils devaient tous la trouver bête de confier sa confiance à tout le monde.

Lady Mallister, il me fait autant plaisir à vous revoir. Assura-t-elle. Bien qu’ils soient plus qu’accueillant, je ne m’impose pas trop à Hautjardin.

Elle se rappelait bien de la dame de Salvermer. Elle profitait pleinement de sa demi-libération. On ne pouvait pas dire libre parce qu’elle restait accompagnée, mais disons que Lord Estren avait toujours un œil bienveillant sur sa protégée. Elle ne s’offusqua pas du protocole. Elle –même s’évertuait à ne pas toujours le respecter sauf lorsqu’elle était devant son frère ou des gens bien plus Haut placé qu’elle pouvait l’être. Être une enfant des Lannister ne voulait pas dire se foutre complètement des protocoles et des règles, mais Aliénor était le genre de personne à obliger le protocole seulement lorsqu’elle ne portait pas dans son cœur la personne. Sinon, elle n’en tenait pas rigueur. Elle laissait passer, car on la connaissait peu, même avec ses cheveux blonds et yeux aussi bleu que l’océan.

Certes je profite de Hautjardin, pour le moment, puisque mes pas ne seraient me mener jusqu’à la Treille ou encore chez les Tarly, mais cela se fera bien vite. Je le vois peu. Lord Tyrell a du accepter qu’il participe à la négociation. Donc je le vois peu pour le moment, mais j’essaie tout de même de m’adapter.

*Et je crois que cela est mieux pour nous deux, du moins pour l’instant. *

Autant se l’avouer que cela ne faisait le bonheur de personne. Aliénor appréciait Tristan et rien de plus. On n’aimait rarement quelqu’un du premier coup, surtout lorsque l’alliance était purement, mais très purement politique. Elle ne consulta pas ses gardes qu’elle accepta. Enfin quelqu’un pour lui changer les idées.

Il me fera plaisir que vous nous accompagnez, Lady Mallister.

La jeune blonde eut un sourire franc et amusée. Elle pourrait parler d’autres choses que des Tyrell, des jardins magnifiques du Bief et de son alliance. Du moins, elle répondrait aux curiosités, même si on lui avait déjà appris à se taire sur les choses qui n’étaient pas officielles. Aliénor imposa un rythme plus lent à sa monture qui n’apprécia pas. Bah oui, telle maitresse, tel monture. Aussi têtue que la lionne disait le vieux Rick. Damon Lannister avait bien choisi la bête.

Que fait une gente dame du Conflans dans les terres florales du Bief?

Ser Johan soupira intérieurement ce qui fit sourire en silence Ser Richard. Peine perdue, ils ne pourront jamais faire taire cette éternelle innocence chez la lionne.






 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Ven 19 Aoû 2011 - 19:59

Lady Lannister m'accueillit volontiers à ses côtés. Je jetai un coup d'œil à ses deux protecteurs, des chevaliers à n'en pas douter. Reurik resta à quelques mètres de moi, attentif. Le fait de se retrouver face à des chevaliers ne le dérangeait pas, et je considérais qu'il n'était pas nécessaire de porter ce titre pour être considéré comme mon protecteur. A vrai dire, il fut le seul capable de me retrouver lors de certaines de mes fugues quand j'étais plus jeune. Donc il avait prouvé sa valeur. Bien entendu, Joseth comptait aussi parmi mes protecteurs, mais il n'était pas à mon service direct puisqu'il restait sous les ordres de mon père. Je souris à la mention bienveillant, car je pus le constater au cours de mon séjour. Aliénor avait raison, les Tyrell savaient accueillir leurs invités, je n'avais rien à redire sur la qualité de mon séjour et l'hospitalité des seigneurs du Bief.

J'accordai le pas d'Eimdal sur celui de la monture de lady Lannister, remarquant que son cheval était quelque peu fougueux et n'appréciait pas d'être retenu à cette allure. J'acquiésai à la remarque d'Aliénor, cette dernière finirait par visiter les lieux cités étant donné qu'elle deviendrait leur suzeraine. Je savais que la Treille se trouvait dans le sud, elle devait posséder le même attrait que le reste de la région. En tout cas, elle possédait une flotte pouvant prétendre à rivaliser avec celle des fer-nés. Ce qui restait le souci principal des zones de pillages des pirates.

- Vous aimez voyager, lady Aliénor? Je vous aurez bien proposé de pousser plus loin dans les terres mais je doute que lord Estren et vos protecteurs apprécient que je vous emmène en voyage sans les consulter...

Je portais mon attention sur les deux chevaliers un léger sourire en coin. Je me montrais d'humeur avenante, et bien que je ne connaissais pas bien mon interlocutrice je me permettais une certaine liberté, tout en veillant à ne pas dépasser les bornes. Je gardais à l'esprit que j'avais affaire à un membre de la famille la plus puissante parmi les suzerains et que je n'étais qu'une vassale. Un sourire énigmatique se dessina sur mes lèvres quand elle aborda le sujet de ma venue dans cette région. Mais je n'avais pas vraiment besoin de cacher mes motivations, enfin celles de ma famille pour être exacte.

- Ce n'est ni une visite de courtoisie, ni une visite de plaisance. La diplomatie m'a fait venir jusqu'ici ainsi que les fer-nés. Nos trois régions souffrent du même fléau, et elles gagneraient à combiner leurs forces...

Je ne m'appesantis pas plus sur le sujet, je doutais qu'Aliénor veuille s'engager dans ce genre de discussion. Enfin, je m'avançais peut-être et serais surprise d'apprendre que ma voisine portait un intérêt sur l'échiquier politique. Après tout, méfions-nous des apparences, elle en avait le droit. En tout cas, il pouvait être surprenant qu'une femme soit amenée à traiter politique et diplomatie, et à parler au nom de sa maison. Mon cousin Joseth qui m'avait accompagné aurait pu être l'interlocuteur entre Tyrell et Mallister. En parlant de négociations une moue fugitive passa sur mon visage. Je n'aurai pas voulu être à la place de la Lannister, ne pouvoir participer aux discussions qui allaient déterminer mon futur m'auraient mise de fort mauvaise humeur. Voilà pourquoi les deux jeunes gens ne se voyaient pas tant que cela, Tristan aux négociations et Aliénor avec les femmes. Toujours la même façon de penser...

- Vous ne vous sentez pas trop seule loin du Roc? Je présume que vous retournerez parfois dans l'ouest.

Je savais que même si on était entouré on pouvait ressentir la solitude. Je portais mon regard sur Wolf qui s'était écarté pour chasser dans les champs, l'avoir à mes côtés rompait la monotonie tout comme Loth. Mais il était sûr qu'un chien ne remplacerait pas toujours une personne en chair et en os avec laquelle on pouvait bavarder et partager. Nous avancions tranquillement en direction de la ville.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Dim 21 Aoû 2011 - 19:24

Elle ne doutait pas du charme de la maison suzeraine du Bief, mais elle doutait que sur elle-même. Jeanne avait dès lors démontré que la petite lionne pouvait se sentir comme chez elle, mais pour la lionne, il y avait un hic. Non, elle ne démentait pas le fait que les Tyrell avait les plus beaux jardins de ce monde, mais le Roc était très différent. Il n’y avait pas de fleur ainsi là-bas, où elle est née. Elle s’était faite son monde là-bas et il avait été détruit le temps que Tybolt lui annonce qu’elle devait partir pour le Bief et faire bonne figure. Elle n’avait pas voulu …

J’aurai aimé avoir la chance de pouvoir voyager, mais ma jeunesse ne me l’a pas permis. J’étais trop fragile, pour cela, mais mon père a eu le temps de m’amener chez chacun des vassaux de l’Ouest.

Le Bief est le premier voyage officiel, je suis sure que Tristan me fera découvrir la Treille et l’ensemble du Bief, plus tard. Lord Estren préfère davantage que je reste près de Hautjardin. On ne sait jamais lorsqu’une menace peut nous tomber sur la tête, et mes protecteurs tiennent à la leurs.


Aliénor savait la raison de son mariage. Il ne fallait pas jouer les idiotes. Elle savait pertinemment qu’elle ne serait jamais vraiment heureuse dans un mariage, autant qu’il aille une bonne raison. Ne pouvant y remédier elle-même, elle acceptait et se taisait. Elle savait que les fers-né avait profité de la côte de l’ouest. Elle savait que Lord Estren n’était pas d’humeur à jouer dans le bief, pendant que els cotes subissaient certainement pillages et autres. C’était la routine dans l’Ouest. Plusieurs femmes avaient été capturées dans l’unique but de les faire, femmes sels. Elle comprenait Tybolt pour la simple raison qu’il ne voulait pas qu’elle longe les cotes, mais elle se sentait prisonnière, mais parfois elle lui en voulait amèrement, et d’autres fois, elle lui pardonnait, le simple fait qu’il ne voulait pas la perdre.

Comment joindre leur force si personne n’arrivait à bien s’entendre. Aliénor savait que le choix des Tyrell n’était pas le seul. Avait-il voulu l’épargner encore plus en l’envoyant dans le sud à la place du Nord? Elle ne le saurait probablement jamais et elle trouvait mieux ca comme ca. Regardant la dame de Salvermer, elle soupira. Encore faudrait-il que certains laissent place à la défense de leurs cotes, dans leur cœur que leur propre avis sur les autres suzerains. Combiné les forces militaires des trois, la flotte de Ser Redwyne et l’habileté des meilleurs stratèges, pour ramener la flotte Greyjoy dans leur Iles.

Chacun veut sa part, Dame Rivanon. J’ai bien peur que cela vient aussi de ce mariage politique. Une fois mariée, les Tyrell pourront compter sur d’autres héritiers et Tybolt pourra demander aisément l’aide de la Flotte des Redwyne, via mon futur beau-père. Une flotte que tout Westeros connait dans le seul contexte qu’elle peut rivaliser aisément avec celle de Dagon Greyjoy.

Pourquoi dire Lord, quand cet homme était infâme et impur à sacrifier ses gens pour son propre plaisir. Pour Aliénor, il n’était qu’un homme comme tous les autres qui faisait des soucis, alors que la paix était instaurée entre tous.

Voilà le point un de son questionnement. Pourquoi mariait-elle un Tyrell alors qu’elle était certaine que Tybolt préférait de loin un mariage avec les Redwyne. Certes, les Tyrell pouvait rassembler ensuite le plus d’homme qu’il le fallait en un jour. Et le point deux : était une question existentielle. Lorsque cette guerre sera finie, on accusera publiquement Dagon Greyjoy d’avoir saccagé et fait des prisonniers et ce, sans raison valable. Puis le Bief, l’Ouest, le Conflans chercheront à dire que grâce à eux, les fers nés ne reviendront jamais. Elle ne croyait pas en les alliances, parce que les hommes n’étaient plus les même. Il cherchait le pouvoir et de l’accentuer du même coup.

Perdue dans ses rêves lunatiques, elle ne prit pas le temps de réfléchir.

Certainement… On s’ennuie toujours de là ou on vient.Mais je crois que cela vient comme une habitude de s'y faire, mais on oublie rarement, la maison qui nous a vu naitre et grandir.

Elle avait la vague impression que Tybolt avait donné un ordre farfelu de lui rappeler qu’elle pourrait toujours revenir au roc. Mais pas toujours, car une autre femme aurait pris sa place. Elle était facile à déloger, mais elle n’avait pas pour autant envie de se laisser enfermer au Bief et d’oublier que sa mère avait souffert, pour en faire une petite lionne. Cependant, il ne fallait pas jouer avec son cœur, car, elle pouvait vite vous oublier et passer à autre chose. Pour Aliénor, Tybolt restait son meilleur allié, mais son pire ennemi, du moins, pas autant que les fers né pouvaient l’être.



 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Mar 23 Aoû 2011 - 15:23

Charmante attention de la part de son père. La faire connaître de ses vassaux était une forme comme une autre d'asseoir son autorité. Mais avoir permis à sa fille à la santé fragile de pouvoir sortir du Roc, je trouvais cela fort appréciable. Un père qui prenait le temps de s'occuper de ses enfants. Non pas que le mien ne nous accordait pas de temps, loin de là, il prit part à note éducation, nous inculquant ce qu'il jugeait nécessaire que nous sachions. Un sourire appréciateur vint ponctuer les dires d'Aliénor.

- Lord Estren a bien raison, la menace fer-née plane au-dessus de nos têtes et ils ne préviennent jamais de leurs attaques. Bien qu'ils ne soient pas la seule menace qui courre sur les terres de Westeros.

Les brigands de grand chemins ou autres malfrats sillonnaient les terres, la canicule qui engendrait des pertes au niveau des récoltes n'arrangeait en rien les conditions du peuple. Surtout ceux vivant au cœur du pays et ne bénéficiant pas de protection naturelle, comme les montagnes ou la mer qui offrait un répit à ceux qui vivaient à proximité. Je hochai la tête quand ma voisine expliqua que ses protecteurs risquaient leurs vie si quelque chose de malencontreux lui arrivait, ce que je comprenais parfaitement. Je posai mon regard sur la jeune femme qui laissa filtrer le fait que j'étais désolée pour elle.

- Les mariages politiques sont monnaie courante dans les sept couronnes. Rares sont les mariages qui ne son pas motivés par des intérêts divers et variés. Oui, votre frère y gagne, mais vous, qu'y gagnez-vous? Ne désirez-vous pas autre chose?

Non pas que je critiquais le mariage entre les maisons Tyrell et Lannister, je ne me le permettrais pas ouvertement. C'était une question plus rhétorique qu'autre chose. Je n'attendais pas vraiment de réponse, mais si Aliénor y répondait, je prendrais sa réponse.

- Les Redwyne seront une défense que les Greyjoy devront prendre en compte, mais je doute que Dagon arrête les pillages qui sont une source de revenus pour les siens vu qu'ils habitent des îles pour le moins inhospitalière, d'après ce qu'on dit. Peut-être fera-t-il profil bas pendant un temps avant de recommencer.

Attendre que le temps passe et que les regards se tourneent vers d'autres horizons.Je nommais le seigneur de Fer directement par son prénom, il était devenu un ennemi sortant de la masse des fer-nés puisqu'il avait pros directement contact avec moi, m'informant que je rejoindrais son cheptel si j'avais le malheur de tomber entre ses griffes. Qu'il essaye... Et je me montrais guère optimiste sur le muselage définitif des forces fer-nées.

- L'homme a une facilité d'adaptation qui lui permet de faire face à toute situation et circonstances, plus ou moins bien suivant les personnes. Et il serait dommage d'oublier ses origines, ce sont elles qui nous construisent entre autre...

Notre famille, nos choix et nos rencontres font de nous ce que nous sommes. L'avenir n'est pas immuable, même quand les rêves sont de la partie. Je ne les laisserai pas dicter ma conduite... Mais je m'égare. J'observai quelques minutes la route que nous logions au pas. Wolf était réapparu au niveau des protecteurs Lannister. Je gardai un œil sur lui car sa taille conséquence pouvait impressionner plus d'un, et effrayer les animaux qui n'avaient pas l'habitude. D'ailleurs, il vint renifler les robes de lady Lannister. D'un simple claquement de langue je lui signifiai d'aller voir ailleurs. Il me lança un regard de cocker avant de prendre de l'avance sur notre groupe, comme s'il savait précisément où nous nous rendions, comme s'il savait que nous retournions à Hautjardin.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Dim 28 Aoû 2011 - 0:42

La jeune petite lionne du Roc prit le temps d’imaginer son père qui la trainait presque partout. Elle avait souvent prit la place de sa mère, mais il la lui offrit dans le seul but de ne pas la troubler. Il avait fait une promesse qu’il lui avait avouée sur son lit de mort. Il avait demandé au sept de lui laisser sa petite lionne en promettant de passer du temps avec elle. Il l’avait fait et elle le remerciait chaque jour. Dans le fond de son cœur, elle savait que le jour ou elle s’était séparée de lui était celui ou elle devait trouver un mari, pour s’occuper d’elle et lui fournir une fierté qui serait à son tour ses enfants.

J’aurais préféré que Lord Estren reste sur ses cotes pour les protéger des fer-né. Malgré tout, ils sont un fardeau que l’on porte tous. Il faudrait les éradiquer une fois pour toute, mais je crois que faire cela est bien pire, elle amènerait un autre seigneur à prendre la place de Dagon Greyjoy

C’était toujours comme ca. Quand un disparaissais un autre ressurgissait. C’était la loi du hasard perfide. Il y avait toujours des méchants. Jamais assez de gentil et parfois, valait mieux compter que sur soi-même pour éviter les problèmes.

Surtout entre grande maison. Ma sœur est mariée au Baratheon et moi au Tyrell. Du moins, je le serais dans peu de temps. Combien de fois je n’ai pas espionné mon frère essayé de me caser avec un grand noble. Je suis sure que dans son esprit calculateur, il aurait préféré le régent de la Treille.

Tybolt était un homme d’arme et d’action. Plus que Gérold. Gérold était un manipulateur, et il y voyait que pour que Les Lannister y face une marque. Elle n’était pas admise aux petits cocus de ses frères et s’en faisait peu, même lorsqu’elle était le sujet de conversation. Je n’y gagne rien, pas même le fait d’être heureuse. Je ne vous souhaite pas cela, Dame Rivanon. J’aimerais que jamais vous ne le subissiez. J’imagine que nous allons finir par trouver un terrain d’entente lui et moi.

La jeune Lannister se tourna vers son interlocutrice. Les Redwyne … Une fois Dame Tyrell, il serait le premier qu’elle aimerait rencontrer. On lui disait bien de chose sur le Lord de La Treille. Mais les femmes qu’elle connaissait dans l’ouest craquaient pour un rien. Elle savait qu’un jour, elle aurait voulu voir les terres de se seigneur si connu pour ses crus et sa flotte. Elle se demandait si venant d’une personne ayant le nom de Lannister cela serait venu comme un petit peu d’arrogance.

Sa flotte est puissante, mais elle n’a certainement pas la même aptitude que les fers nés. On dit d’eux qu’il apprenne tout jeune à manier leur boutre.

Elle connaissait des histoires sombres sur les fer-né. Pas toute, mais elle en connaissait plusieurs qui donnait la chair de poule. Les poils redressaient seulement à attendre l’horreur. Elle ne voudrait surement jamais finir femme-sel et ne les enviait pas. Pas du tout. Elle en voulait aux fer-nés, mais du coup, elle ne savait pas comment elle réagirait elle-même.

Et celle qui nous détruit aussi. Le pire ennemi de l’homme n’est pas les choses inexplicables, mais lui-même en son fort intérieur. Il ne doit pas apporter le malheur, il doit protéger son prochain de façon que l’on puisse survivre. Certains sont trop égoïste et cherche à ramasser la plus grande partie du pouvoir

Sa mince conception de la vie selon Aliénor. Elle ne cherchait plus à changer les gens autour d’elle pour la simple raison que cela devenait irritant. Assez parler de ses bestioles infâmes. Dagon Greyjoy la démangeait. Elle le détestait et détestait encore plus de parler de ses gens.


Et vous Dame Mallister? N’y a-t-il pas un homme dans votre vie?

Elle avait le droit de refuser de répondre. Aliénor n’aimait pas être indiscrète pour ce qui était des autres. Elle avait posé la même question à son protecteur. Il avait répondu qu’aucune demoiselle n’était dans les alentours. Dommage. Aliénor le trouvait bel homme et honnête. La femme qu’il épouserait serait des plus charmantes, car elle aurait l’affection de son époux.



 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Dim 11 Sep 2011 - 20:12

Lord Estren... L'un de nos voisins côtiers de la Baie, je voyais très bien où se situait son domaine sur la carte, mais n'avais encore jamais eu l'occasion de m'aventurer dans cette partie des terres de l'ouest. Je comprenais la remarque d'Aliénor, laisser ses terres alors qu'elles étaient parmi les premières sur la route des boutres n'était pas chose aisée surtout quand on avait de la considération pour ses habitants et qu'on souhaitait les protéger. Mais le seigneur de Wyndhall a du laisser la gestion de son domaine à des personnes de confiance. Et il bénéficiait de la protection des montagnes alentours à la différence de Salvemer qui se trouvait en campagne. Néanmoins cela n'ôtait en rien la capacité défensive de ma cité. Je hochai la tête à l'attention de lady Lannister, nous connaissions nos ennemis, et nous en débarrasser laissait la porte ouverte à pire fléau. Dagon, nous avions appris à gérer ses attaques, il n'en serait pas de même avec son successeur. Je portai un regard sombre sur les environs.

Les grandes familles, je n'en faisais pas parti. Les relations qu'elles entretenaient entre elles se répercutaient sur les familles moins importantes telles que la mienne. Les suzerains cherchaient les meilleures opportunités diplomatiques et maritales, celles qui augmenteraient leur influence. Je n'étais pas vraiment dans cette optique. Je n'aimais guère être un pion qu'on baladait sur l'échiquier. Aliénor eut l'honnêteté de répondre qu'elle n'y gagnait rien, elle avait conscience de sa situation au moins. Pas comme certaines... Je coulai un regard vers la demoiselle. J'espérais ne pas subir la même chose, c'était certain.

- Nous ne pouvons pas toujours faire ce que nous voulons en matière de mariage.

Même si je faisais peser ma décision, ou mon entêtement suivant les dires, dans la balance maritale, mon père aurait certainement le dernier mot. En tout cas, Aliénor n'avait pas tort, les aptitudes maritimes des fer-nés étaient redoutables pour nous autres.

-[ L'homme est un loup pour l'homme... . lâchai-je d'un ton neutre. Les profits auront toujours la part belle sur la vie d'autrui.

Les choses ne changeront jamais...

- Un homme? Je portai un regard quelques peu surpris sur mon interlocutrice, je ne m'attendais pas à cette question. D'une certaine manière, ma vie était peuplée d'hommes, mais la question de ma voisine était bien plus précise. Je laissai planer quelques minutes de silence. Actuellement, je n'ai personne. Petit sourire, une situation qui ne me dérangeait guère au final, mais qui ne durerait pas éternellement j'en avais parfaitement conscience. Et vu que je ne veux pas jouer le jeu des alliances politiques, mon célibat s'en trouve rallongé...

Une situation qui ne plaisait pas à tout le monde, et qui pouvait amener certains à parler à mon sujet. Qu'ils parlent... Je me demandais quel serait l'opinion de la Lannister, elle dont l'époux fut choisi par des tierces personnes et suivant des intérêts stratégiques. Parfois mon frère me taquinait en prétendant que celui qui m'épouserait allait devoir palier avec mon caractère. Pourtant je n'avais pas un comportement si difficile que cela. Bon, cela dépendait des points de vue...

- Avez-vous des désirs particulier concernant vos cadeaux?

Simple curiosité de ma part, néanmoins les goûts de la jeune ouestrienne pouvait compléter le tableau que je dressais au fur et à mesure de notre promenade. Je ne savais si une famille vassale serait invitée à un mariage entre maisons suzeraines, les Mallister n'avaient aucun rôle dans l'histoire qui se tissait entre Ouest et Bief. Ma rencontre avec lady Aliénor était fortuite, simple coïcidence mais qui me permit de découvrir la sœur du Lion. Peut-être aurons-nous des contacts ultérieurs, ou peut-être pas. L'avenir n'était pas immuable.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Mer 14 Sep 2011 - 1:22

Le mariage ... La première fois, qu’elle avait pu évoquer un mot de ce genre, elle était haute comme trois pommes et elle croyait qu’un jour elle trouverait l’homme qui lui fallait. Elle avait grandi avec cette certitude, pour se rendre compte, qu’elle n’aurait jamais vraiment le choix. Du moins, pas comme certaines femmes bien placés dans la noblesse. Elle avait assez de crans pour choisir leur maris, ou même, était déjà amoureuse d’un homme de bonne classe. Par contre, son nom précédait d’une réputation et jamais la famille Lannister s’était abaissée à marier leurs femmes à des maisons mineures. Du moins, pas si elle n’avait rien qui pourrait leur rapporter. Tya avait épousé un Baratheon et elle épouserait un Tyrell.

Les deux feraient bien leur place, par chance. Alors, pour Aliénor, le mariage n’était pas l’évènement le plus heureux auquel elle ferait face. Elle en était consciente et laissait les dieux choisir.

Pourquoi voulaient-ils qu’elle épouse un Tyrell ? Cette réponse était la même, à pourquoi, elle était une Lannister? Dont elle ne connaissait pas la réponse et elle ne cherchait pas à trouver. Car il n’y en avait pas. Tybolt avait choisi de l’épargner, car qui aurait bien trouvé une alliance profitable, avec l’Ouest. La mariée au Nord aurait été un tantinet cruel de la part de ses frères.

Encore moins quand vous êtes un enfant de grande famille. Nous pouvons toujours rester optimistes, ma sœur qui est mariée à un Baratheon s’entend à merveille avec son époux. À croire que les mariages politiques ne sont pas toujours déclarés comme des défaites. J’espère bien m’en sortir tout de même. Et vous souhaite, par conséquent de trouver un homme qui vous plaira.

Elle attendit et ajouta doucement :

Et nous ne pouvons rien y faire. .. L’homme est tel qu’il est, mais un jour, consentira-t-il a grandir et ne regardera que devant et là, peut être comprendra-t-il qu’il peut mieux agir.

Aliénor se disait que Rivanon jouissait d’une certaine liberté qu’elle aurait pu jouir, si elle n’avait pas eu son père. Quoique avec ses deux gorilles la surveillant constamment, elle se demandait si un jour, elle aurait cette liberté.

Du moins, pas tant que les fers né se trouvait sur le territoire. C’était en somme trop risqué, car elle ne donnait pas cher de sa vie et celle de ses deux gardes. Ils étaient forts bien entrainés, mais pas au point de vaincre une horde de fer-né.

La question de Rivanon tétanisa la petite lionne du roc. Elle avait à peine parlé de son mariage que Lady Tyrell s’était emballée, à avoir sa belle-fille près d’elle. Elle avait été gênée du coup, mais je ne cherchais pas y penser.

Avec toute la sincérité que j’ai, j’aimerai seulement qu’on m’offre le bonheur. Je ne cherche point querelle, mais je déteste voir les gens s’entre déchirés. J’ai souffert et je ne demande que tout se passe bien. Je suis lasse de querelles. Rares sont les mariages politiques qui réussissent comme on le désirait. Et aussi la chance de pouvoir leur montrer à tous que je ne suis pas fragile comme une poupée de verre.

Sinon, elle ne voudrait ne pas jamais avoir honte. D’être une femme qui avait été trompé. La peur lui rongeait l’estomac et elle ne saurait demander plus. Quand elle avait parlé ainsi à Lady Jeanne, elle avait eu un regard de compassion. Elle avait tout eu, enfant, maintenant adulte, elle avait d’autres préférences.



 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Mar 20 Sep 2011 - 19:36

Nous poursuivions notre route, et au détour d'un virage, je pus apercevoir Hautjardin se dresser à l'horizon. Cependant il nous restait encore du chemin à faire pour rejoindre la ville. Reurik se porta à ma hauteur et me glissa à l'oreille qu'il allait prendre de l'avance sur nous. Je hochai la tête en signe d'assentiment et le chasseur passa au trot après avoir fait un signe de tête respectueux à lady Aliénor. Je reportai mon attention sur celle-ci suite à ses réponses. Elle n'avait pas tort, tous les mariages politiques n'étaient pas des échecs concernant les sentiments qu'ils généraient, néanmoins cela ne facilitait pas la tâche des époux. La jeune lionne du Roc espérait qu'elle échapperait à un mariage désastreux, c'était tout le mal que je lui souhaitais. Qu'elle soit appréciée par son mari et qu'elle puisse jouir d'une vie agréable aux côtés de celui-ci. Quant à trouver un homme qui me plaise... Je souris, car finalement c'était la voie que je suivais depuis plusieurs années et qui retardait par conséquent mon mariage, celle de trouver un époux auprès duquel vivre ne serait pas une tâche fastidieuse. Sans pour autant oublier que les enjeux politiques ne sauraient disparaître d'une telle union.

Apprendre les leçons du passé et regarder vers l'avenir... Une pensée fort agréable à l'oreille, mais l'homme répétait ses erreurs avec une régularité déconcertante. Trop axé sur le présent pour relever la tête et éviter le mur qui se dressait sur sa route. Peut-être me montrais-je un tantinet sévère envers nous autres humains, néanmoins je ne faisais que constater après avoir observé la scène autour de moi. La question qui en ressortait était, l'homme veut-il être meilleur ou se complait-il dans sa condition actuelle? Vaste débat que je laissais aux mestres, bien que je ne sois pas dépourvue d'opinion à ce sujet. Une brise légère s'était levée apportant un zeste de fraîcheur et jouant avec les mèches qui s'échappait de la tresse qui retenaient mes cheveux. D'un geste je coinçais derrière mon oreille celles qui me gênaient.

Je conservais une oreille attentive au discours d'Aliénor, tout en observant les alentours ainsi que les deux protecteurs de la suzeraine. Ma dernière question sembla perturber la jeune noble, pourtant je la trouvais des plus anodines, il n'y avait aucun piège derrière mes paroles, rien de troublant. Mais chaque personne réagissait différemment suivant le contexte et leur propre caractère. Le bonheur était ce à quoi aspirait une bonne partie des gens, le trouver était souvent signe qu'on avait réussi sa vie, point de vue tout à fait subjectif. Mais je comprenais la future dame Tyrell. Mais quant à éviter les conflits, je n'y croyais guère même si certains se révélaient de fin diplomate on ne pouvait empêcher les querelles de survenir.

- J'espère pour vous que vos aspirations seront comblées lady Aliénor et que vous parviendrez à vous faire une place et leur montrer ce qu'il en est des ladies de la famille Lannister même si vous ne porterez plus leur nom.

Un sourire encourageant vint ponctuer mes paroles. Se faire une place dans la politique n'était pas toujours facile, mais Aliénor avait l'avantage du patronyme et de la position sociale. Je n'avais pas non plus à me plaindre, cela dit, les Mallister comptaient parmi les familles importantes du Conflans. Aliénor était encore jeune et avait certainement été protégée par sa famille, je me demandais si elle saurait faire face aux désillusions qui ne manquerait pas de survenir au cours de sa vie. Chose à laquelle je ne pouvais répondre ne connaissant pas la demoiselle. A réfléchir ainsi j'avais l'impression d'avoir un âge avancé alors que je n'étais guère plus vieille que mon interlocutrice. Les aléas de la perception... J'avais relâché un peu les rênes d'Emdal, le guidant simplement grâce à mes jambes, chose à laquelle il était habitué. J'aperçus Loth en train de sillonner les airs plus avant sur la route, fidèle messager qui pour l'heure n'avait rien à faire de particulier.

- Quand aura lieu le mariage?

N'étant pas une personne proche des Tyrell ni même des Lannister, je devais trouver mes réponses par moi-même. Encore que cette nouvelle aurait fini par arriver à mes oreilles, mais autant se renseigner à la source et satisfaire ma curiosité.

- Voilà un jour marquant qui deviendra je le souhaite pour vous un souvenir fort et agréable, ajoutai-je.

La pensée fugace de mon propre mariage me traversa l'esprit, pensée que je chassais car cet événement n'était pas encore prêt d'arriver puisque rien n'était en œuvre actuellement. Mon frère n'arrêtait pas de prétendre que je ne faisais que reculer l'échéance, ce à quoi je lui répondais simplement prendre mon temps pour cette décision qui changera en grande partie ma vie.

- Un petit galop jusqu'à la ville vous tenterait-il?

Je laissai à ma voisine la décision quant à la suite des opérations.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Dim 25 Sep 2011 - 2:06

La jeune femme avait réussi à trouver en Rivanon Mallister une dame fortement au courant des choses. Elle ne lui en voulait aucunement. Elle aimait ce genre de personne. Pour ce qui était des lions, elle imaginait déjà Tybolt écrire un discours à l’apparence Lannister. Une lionne reste une lionne. Le sang du lion coulera toujours dans ses veines ou encore qu’elle ne pouvait renier celle qu’elle devenait et celle qu’elle était. Elle trouverait cela drôle qu’il lui fasse et en quelque part dans son esprit elle espérait qu’il lui fasse. Tout le monde savait que la jeune Aliénor avait souvent mis une distinction entre elle et sa famille. Mais personne ne savait qu’elle avait vraiment changé, sauf Lord Estren, mais elle n’était plus une gamine. Elle allait être Lady Tyrell autant changé de nom et de personnalité d’une grande Dame. Finit les gamineries, les crises infantiles, quand on avait trois, quatre ans cela allait, on laisse passer, quitte à passer l’éponge, mais dix-huit ans? Autant se tenir et d’être imperturbable. En plus fallait bien qu’un des deux soit plus responsable que l’autre. Aliénor avait l’étoffe d’une dame suffisait de lui ouvrir les yeux pour le lui montrer.

Il y a quelques jours, mon frère devait me regarder fatigué de me voir miauler et je sens qu’il me fera les grands discours. Malgré le nom Tyrell qui m’accompagnera le restant de ma vie, j’accorderai toujours autant d’importance à ma famille. Le sang des Lannister coulera toujours dans mes veines et je ne peux le renier, ce serait en quelques sortes un affront à qui je suis prime d’abord. Je crois que Lord Tyrell comprendrait.

La politique était un monde de désillusion. Elle le comprenait avec son mariage. Mais elle avait des personnes sur qui, elle pouvait compter. Elle avait cru qu’elle pourrait tout faire seule, mais elle avait eu besoin de bon coup de fouet. Cela ne la dérangeait pas au contraire. Elle avait profité de son voyage pour éloigner l’enfant loin d’elle. Elle avait été surprotégée, parce qu’elle avait toujours était malade ou facilement manipulable. Elle avait fait sa petite vie de princesse auprès de son père et elle avait grandi. On lui avait toujours fait le reproche, mais elle avait été protégée par son père et sa sœur.

Le mariage? Je ne sais pas encore. J’ose imaginer que Lord Estren et Lord Tyrell négocient cela. J’ose croire que cela se fera sous peu, car on ne saurait attendre plus longtemps pour allier deux grandes forces.

Bon après, il suffisait à savoir quel lien son frère allait entretenir avec les Tyrell. Parce que manqué de respect au Tyrell serait bientôt lui manquer de respect. Et qu’ils soient petits, moyens ou gros, les lions restaient des lions. Même sous les fleurs, ils restaient des lions. Aliénor était consciente de ce qui pouvait arriver. Le Bief et l’Ouest étaient deux grandes forces. S’attaquer ou se mettre un des deux suzerains à dos seraient un manque délibéré de tact et de bonne politique. La petite lionne du roc n’émit qu’un sourire après la réplique de la Dame de Salvermer. Il était inutile d’en rajouter plus selon elle.

Un jour heureux? Peut-être. Ou pas. Elle connaissait assez de trouble-fête, pour venir lui gâcher la vie, ou pourrir carrément cette journée. Si elle avait pu, elle aurait mis sa dot en gage. Quelqu’un arriverait lui pourrir l’existence, même en ce jour, de fin de liberté.

Aliénor regarda du coté et ce de manière discrète ses deux gardes. Ils pouvaient au moins lui donner cela, elle avait été charmante toute la journée. Elle n’avait pas fait l’idiote ni chercher les embrouille. Elle avait bien le droit à une petite course jusqu’à la ville? Et puis Tybolt n’était pas la. Et ce n’était pas une pratique illégale de Lady. Certes, elle ne l’aurait pas proposé, mais refusé aurait été un regret sincère. Même sa monture ne savait refuser ce genre de petit caprice.

Elle caressa l’encolure d’Oron et eut un léger rire.

Vous avez trouvé de quoi le ranimer.

Oron était un vif étalon noir, né tout droit de l’étalon du lion gris. Il avait été très discret jeune, et s’était montré un ami fidèle envers la petite lionne que les palefreniers ne tentèrent pas de l’entrainer pour en faire un cheval de joute ou de tournoi, mais plutôt une monture pour la petite Lannister. Sans crier gare à leur protecteur, elles descendirent en moins de quelques minutes rejoindre la ville. Une fois rendue, elles stoppèrent leur monture et ayant perdu de peu, la jeune lionne caressa l’encolure du cheval orgueilleux.

Habituellement il est très rapide, dans les montagnes.

Elle avait retenu les rennes et regardait Rivanon dans les yeux.

Je vous remercie Dame Rivanon. Deviser avec une dame de votre grandeur m’a fait un grand bien. En retour, je voudrais vous offrir ma sincère amitié. Elle vaut plus que tous l’or de Westeros et en ces temps troublé, nous aurons besoin de tous ce que nous pouvons. Je ne puis m’engager au nom de Castral Roc ou de mon frère, mais vous pourrez toujours compter sur ma parole, si vous en aviez besoin.

Elle ne pouvait pas s’engager ou faire de promesse, car elle n’était pas l’ouest. Elle n’était qu’une parcelle de ce qu’était les Lannister. Tybolt dirigeait et elle était soumise à la même autorité, au même problème.



 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Jeu 13 Oct 2011 - 19:52

Une alliance entre deux grands de ce monde. Aliénor n'avait pas tort, c'était le genre d'alliance qui ne trainaient pas en longueur quand les acteurs et les diplomates engagés dans les tractations effectuaient correctement leur office et, connaissant la réputation du Lion, il devait s'être entouré de personnes compétentes qui défendraient au mieux ses intérêts. Et sachant que lord Estren se trouvait ici-même et ayant eu quelques retours sur ses capacités en matière de diplomatie, ces négociations devaient se mener de mains de maître. En tout cas, les Lannister garderaient certainement un oeil sur les Tyrell après ce mariage, du moins je l'imaginai bien ainsi. Et ce rapprochement ne serait pas oublié de sitôt par le reste de la communauté noble. Je ne pus que m'accorder sur l'avis de ma voisine au sujet de son frère vu qu'il faisait parti de sa famille et qu'elle le connaissait de ce fait mieux que moi. Quant aux modalités du mariage, elles seraient fixées bien assez tôt, je n'avais aucun doute là-dessus.

Ma proposition fut acceptée par Aliénor et sans crier gare nous passâmes au galop, lançant nos montures à l'assaut de la ville. Je gagnai de peu cette course amicale. Je flattai l'encolure d'Emdal, contente de lui. Bien qu'il ne soit pas un étalon pur souche, il s'en sortait très bien, et il faisait montre d'un certaine polyvalence, s'adaptant à tout types de terrains et de circonstances. Et j'étais d'accord avec mon interlocutrice, une petite chevauchée ne faisait pas de mal à nos fidèles compagnons. Même Wolf en avait profité pour courir à nos côtés, museau au vent.

- Il faut parfois leur lâcher la bride, dis-je en désignant d'un petit mouvement de tête nos chevaux. Mais votre monture va devoir s'adapter à de nouveaux terrains, les montagnes ne sont pas courantes dans les environs.

Lady Aliénor me remercia pour cette ballade et quand elle m'offrit son amitié, j'inclinai la tête respectueusement avec un sourire, signe d'acceptation. Je ne m'attendais pas à ce qu'elle me l'accorde au cours de cette première rencontre.

- Je tâcherai de me montrer digne de votre amitié. Formule pompeuse à souhait, mais qui montrait que je prenais ce fait avec tout le sérieux qui lui était dévolu. Et il en va de même pour moi, je vous offre la mienne lady Aliénor. Et je rejoins vos dires, l'amitié peut se révéler une denrée rare par les temps qui courent.

Tout comme la future suzeraine je ne pouvais parler qu'en mon nom, mon père restant le seul à pouvoir engager ma famille, sauf délégation de sa part. Et j'avais choisi de lui rendre la pareille. A l'intérieur de la ville, nous reprîmes une allure normale, nous dirigeant vers le château, fendant la foule urbaine. Reurik s'était porté à ma hauteur et me rappela qu'il restait encore quelques préparatifs pour notre retour dans le Conflans. Une fois dans la cour de Hautjardin et descendue de ma monture, je me tournai vers la jeune noble.

- Cette promenade en votre compagnie fut fort agréable lady Aliénor, mais quelques obligations m'attendent que je dois régler avant mon départ. Je m'inclinai pour la saluer. J'espère que nos routes se recroiseront dans l'avenir, ajoutai-je avec un sourire.

Sur ces entrefaits, laissant Emdal entre les mains des palefreniers, je me dirigeai vers les appartements qui me furent alloués pour la durée de mon séjour pour terminer mes affaires. Joseth devait certainement m'attendre pour discuter des modalités, je savais que nous emprunterions demain la route la plus courte pour rejoindre Salvemer. Tout ce qui devait être entrepris dans le Bief avaient été mené à terme, donc plus rien ne me retenait dans cette région de Westeros.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Il fait bon dans nos campagnes... [Aliénor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Arrivée joyeuse dans leur chambre
» Ce qui est fait ne peut être défait (TAËL)
» La tapisserie de Bayeux
» [Theme] Un ciné mon ange ? [PV]
» Erreur de script à l'écran titre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-