AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Tout ce qui augmente la liberté augmente la responsabilité ▬ Beron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 4 Aoû 2011 - 11:44

     Lord Jeor avait dernièrement reçu une lettre de son lord suzerain, lui signifiant qu'il aurait souhaité voir sa seconde fille venir perfectionner son maniement des armes à Winterfell. La chose qu'ils n'avaient pas prévus après cette visite à la forteresse des Stark, c'était qu'Alysane déciderait de partir en voyage à travers les différentes régions de Westeros. Ainsi, lorsque la mission de Lord Beron était arrivée sur l'Île aux Ours, la jeune lady était déjà partie depuis plusieurs jours et il était trop tard pour la faire revenir. Aussitôt, le seigneur des Mormont avait expédié une réponse à son lord pour s'excuser platement de l'impossibilité de lui envoyer sa jeune fille, bien qu'une telle requête l'étonnait toujours autant.

De lord Jeor Mormont au seigneur protecteur et seigneur suzerain du Nord, lord Beron Stark.

Salutations,

Je dois l'avouer fort étonné d'une telle requête, mais comme à chaque fois j'imagine que vous avez bien vos raisons, j'aurais été honoré de pouvoir répondre à votre désir, mais il se trouve qu'un imprévu risque de compliquer les faits. En effet, Alysane a décidé de partir à la découvertes des territoires de Westeros, moins de trois jours avant la réception de votre missive elle a quitté l'Île aux Ours pour une durée que je ne saurais situer. Il se peut qu'elle ne revienne pas dans le Nord avant un très long moment et je ne m'excuserai jamais assez de ne pas pouvoir accéder à votre requête. Toutefois, dès que ma fille sera à nouveau amenée à revenir sur son île natale, je me ferai le devoir de l'envoyer directement à Winterfell pour qu'elle puisse vous y servir comme il se doit.


     La suite n'étant qu'un chapelet de remerciements destinés à faire état – une fois de plus – de la joie que lord Jeor avait eu en séjournant quelques jours auprès de lord Beron. Des formules de politesses et de brèves remarques sans réelle importance, bien que le seigneur de l'Île aux Ours avait été fortement tenté de le dissuader de prendre sa fille sous son aile, il savait que c'était vain, l'on ne convainquait pas un homme comme le Stark de sa faute simplement par une lettre sans importance. Lady Jorelle avait été toute retournée d'apprendre que sa fille risquait de rallier la garde de lord Beron, voyant ses espoirs de la caser avec un lord des environs s'envoler tout bonnement, elle se consolait comme elle pouvait en se disant qu'il lui restait de nombreuses autres filles. De plus en restant à Winterfell, elle risquerait bien moins de se retrouver face à un Fer-Né ou à d'autres ennemis de Westeros que si elle allait battre la campagne pour son bon plaisir.

-------------------------------

     Alysane ignorait que son père avait envoyé une réponse à lord Stark, lorsqu'elle était revenue sur l'Île aux Ours en raison de la santé précaire de son père, elle avait été franchement surprise de lire le contenu de la missive envoyée de Winterfell. Dès le lendemain, la jeune femme avait repris la route - à cheval cette fois-ci à son grand dam - et était arrivée en un temps record devant la demeure des Stark. Pour elle, l'idée d'entrer dans la garde de lord Beron était tout bonnement impossible, elle voulait encore découvrir beaucoup trop de contrées, voyager jusqu'à Dorne et encore plus loin si les conditions le lui permettraient. La Mormont ne voulait pas finir ses jours dans la salle des gardes de cette forteresse, même si quelques semaines plus tôt cette idée l'aurait enchantée. Après avoir goûté au plaisir du voyage, elle aurait beaucoup de difficultés à s'en passer, il était donc tout simplement in-envisageable qu'elle sacrifie tout cela, même pour son lord suzerain. Lord Jeor avait frôlé l'arrêt cardiaque lorsque sa fille avait débité de tels propos, la suppliant de faire preuve de plus de respect lorsqu'elle s'adresserait à leur suzerain. En arrivant à Winterfell, comme la tradition le veut elle était allée se présenter à lord Stark de manière à lui présenter ses respects, mais le hasard avait voulu qu'il soit sorti pour une partie de chasse, la Mormont s'était donc promenée dans les environs en attendant son arrivée. Elle avait croisé son amie, lady Deana qu'elle n'appelait que par son prénom et les deux amazones avaient discuté entre elles pendant un petit moment. La chose chose qui lui plairait éventuellement en venant « travailler » ici, serait de pouvoir fréquemment voir son amie.

     Quelques temps après, la jeune femme avait été interpellée, lord Beron était rentré et il avait été mis au courant de sa présence. Elle devait donc aller lui présenter ses respects et en venir au vif du sujet, à savoir le contenu de la lettre qu'il avait fait parvenir à son père puisque c'était tout de même la raison de sa présence ici. Sans trop se presser, elle se dirigea finalement vers la salle où lord Beron devait se trouver, puis y pénétra après s'être assurée qu'elle ne dérangeait aucune conversation. Peut-être bien qu'il avait oublié sa missive depuis le temps, son dernier passage ici remontait à plusieurs semaines – mois même – et sa lettre à peine moins, certainement qu'une telle requête devait lui être sortie de la tête. Un homme avec de telles responsabilités, devait avoir des choses bien plus importantes à l'esprit que le recrutement d'une fille d'un de ses vassaux. La jeune femme s'avança pour le saluer avant de se redresser et de planter son regard mordoré dans les yeux de son lord, sans défi bien évidemment, elle n'allait pas commencer à la provocation à peine arrivée.

     ▬ Messire, je vous prie d'excuser mon grand retard, je n'ai appris votre demande qu'il y a un jour lorsque je suis rentrée chez moi. Elle le regarda quelques secondes en silence, quêtant et guettant la moindre réaction qui l'inviterait à continuer ou au contraire se taire. J'étais partie à Port-Réal et ses environs pendant plusieurs semaines, je serais remontée plus tôt si j'avais été contactée, mais mon père ignorait où je me trouvais. »

     Elle resta un moment silencieuse, « heureusement » la santé précaire du père de la jeune femme l'avait poussée à remonter. L'espace d'un instant, elle se demanda si Jorah avait glissé le sujet de l'état de leur père pour l'inciter à rentrer dans le Nord. Certainement pas, après tout il avait presque cherché à la dissuader de gâcher son rêve en retournant sur leur île natale, sachant bien qu'elle risquait de ne plus avoir le courage – ou la possibilité – de reprendre la route. C'était bien mal connaître la Mormont, mais pour la première fois depuis son arrivée à Winterfell, un léger doute l'étreignit. Jorah devait être au courant de cette missive puisqu'elle était arrivée juste après le départ de sa sœur, certainement qu'il n'en avait pas parlé pour la laisser décider elle-même. À moins que lord Jeor ait passé cette discussion sous silence et n'en ait fait part qu'à son épouse. Alysane chassa rapidement ses pensées avant de reprendre la parole d'un ton qui lui était propre et dont elle avait du mal à se débarrasser. Après quelques semaines passées à repousser les butors et les nobles hautains, elle avait du mal à parler aimablement.

     ▬ Mon père m'a montré la missive que vous lui avez fait parvenir, je vous avoue que j'ai certainement été aussi surprise que lui. Les simples échanges que vous avez vu avec Jorah auraient été suffisant pour vous convaincre de ma valeur au combat ? C'était plutôt étonnant, mais pas impossible. Je dois vous prévenir que votre maître d'armes ne me porte guère dans son cœur, sans compter que j'ai découvert les plaisirs de voyager et que j'aurais du mal à m'en passer désormais. »

     Elle retomba dès alors dans le silence, Alysane avait sous-entendu qu'elle était fort enchantée et honorée d'une telle idée, mais que désormais elle préférait très largement pouvoir voyager. Certainement qu'on viendrait à la traiter de folle, peut-être bien que lord Beron lui signifierait qu'un refus était fortement humiliant et que c'était un manque total de respect, mais au moins elle ferait ce qu'elle voudrait. Elle était comme ça, refuser un honneur qui lui était fait ne la choquait pas plus que de raison, la jeune femme avait une vision particulière des choses et c'était peut-être bien pour ça qu'elle se trouvait devant son lord d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 24 Aoû 2011 - 17:25

Ces derniers temps, Beron avait pris pour habitude de multiplier les chasses. Depuis celle recommandée par Tybald où il avait avec Snow annoncé à Cerden que leur maître d'armes était également leur frère bâtard, le lord Stark avait repris goût au plaisir d'abattre du gibier afin de tuer le temps qu'il trouvait particulièrement long. Voilà qui lui permettait de se changer les idées afin de ne pas toujours rester fixé sur les "petits problèmes" que constituaient la gestion d'un royaume au service du trône de fer. Et puis, ça permettait aussi à lui ainsi qu'à ses hommes de rester affûtés, même si abattre un cerf ou un homme armé ne sont pas réellement des choses comparables. Mais au moins ça travaillait certaines choses nécessaires, comme l'observation en attente de sa proie, ainsi que les réflexes entre autre. Mais ça permettait surtout de ne pas juste faire rester ses hommes d'armes au bercail, à se balader sur les remparts en soupirant d'ennui... Un sentiment que Beron connaissait fort bien et qu'il voulait éviter à ses troupes. Tout cela pour dire donc que c'était là l'activité du jour ! Ils en revinrent en fin d'après-midi, le convoi ramenant quelques carcasses qui iraient directement aux cuisines. Ce soir, ils auraient un bon et copieux repas, le reste serait mis en salaison pour rejoindre le garde manger.

Enfin... tout cela n'a plus vraiment grande importance lorsque le Sombreloup entre en Winterfell pour y apprendre que lady Alysane Mormont y est arrivée plus tôt dans la journée. L'homme ne prit à cette nouvelle pas la peine d'aller se laver ou de changer de tenue avant de la faire demander. Pourtant, il aurait mieux valu après une journée passée à chevaucher dans les bois. Point de vue image et prestance, un lord se devait d'être présentable pour recevoir ses vassaux... Mais bon, celui-ci n'est pas excessivement porté sur l'étiquette et les apparences. Est-ce là la seule et vraie raison ? Non, pas vraiment. Il y a là une certaine impatience aussi... Car c'est pour lui un plaisir que de revoir la jeune Ourse. Un temps il avait pensé qu'elle ne se présenterait jamais, suite à la lettre qu'il avait reçu de Jeor affirmant qu'elle se trouvait à parcourir les terres de Westeros. Mais heureusement, il se trompait, puisqu'elle se trouvait en sa demeure aujourd'hui ! Enfin, il ne fallait pas se faire d'idée hâtive, car il était toujours possible qu'elle refuse la proposition. Sous quel motif le ferait-elle ? Beron n'en avait pas idée, mais savait que les femmes par simple esprit de contradiction pouvaient toujours s'inventer de nombreux problèmes alors même que la voie qu'il lui proposait lui paraissait correspondre au mieux à ce qu'elle pourrait désirer, d'après l'idée peut-être erronée qu'il s'en faisait.

Le Sombreloup la fit donc demander dans la grande salle où il irait l'attendre sur le champ. Non sans avoir réclamé également qu'on lui fasse porter un vin léger et frais - il ne se sentait pas goût à la bière dans l'immédiat. Peu de temps plus tard, il se retrouvait une coupe à moitié vide dans la main alors qu'Alysane le rejoignait et s'avançait vers lui en présentant quelques excuses ainsi que sa situation...
    Je suis heureux de vous voir ! Rassurez-vous, vous n'avez pas à vous excuser ! Il n'y a nul retard lorsque l'on ne peut être prévenu, n'est-ce pas ? Vous avez apparemment fait au plus vite dès lors que vous avez eu connaissance de ma requête, et je vous considère donc comme parfaitement dans les temps !
Mais Beron devrait reconnaître que la suite lui plaisait moins. Le lord Stark ne savait exactement s'il s'agissait d'une forme de refus ou non, que de présenter ainsi ces faits précis. Que Barth ne l'apprécie pas particulièrement ainsi que son avide besoin de voyages... En tout cas, il n'y avait nulle marque d'acceptation, aussi ne voyait-il là aucune façon de se réjouir de ces derniers mots. Fronçant les sourcils il parut réfléchir un instant... puis de poser la question clairement, sans le moindre détour.
    Dois-je prendre cela pour un refus, ma lady ?
Une très légère pointe d'amertume dans sa voix grave et grinçante. Il aurait pu en rester là et attendre sa réponse, mais il préféra plutôt enchaîner et évoquer ce qu'il avait à dire avant de la laisser s'exprimer sur son choix.
    Avant que cette décision ne soit prise, j'aimerais à préciser les choses. Si je vous ai réclamé à mes côtés, ce n'est pas juste pour remplir ma salle de gardes. De vous, je ne compte pas faire un simple soldat. Si je souhaite que vous soyez présente auprès de moi, c'est pour faire de vous ma garde personnelle et rapprochée ! Non pas que j'ai été totalement ébloui par vos prouesses - même s'il est particulièrement notable d'avoir blessé un maître d'armes - mais que je pense que vos convictions vous permettront de remplir parfaitement ce rôle. Je ne doute pas de votre sens du devoir, et pense pouvoir croire fermement en votre fidélité. Votre père a su je gage vous inculquer les valeurs qui me paraissent importantes, aussi j'y vois de quoi vous faire une parfaite confiance. C'est là mon intérêt principal à votre enrôlement, je sais que je pourrai dormir sur mes deux oreilles si vous êtes à ma porte, à veiller sur mon repos...
    Certes, il y a encore du travail, et le potentiel dont vous disposez en qualités martiales ne peut que s'accroître à Winterfell, je pense. Vous y aurez deux maîtres de choix, en les personnes de Snow et de moi-même. Ne vous inquiétez pas sur ce que mon maître d'armes peut bien penser de vous, ce n'est pas comme s'il avait réellement le choix de toute manière.
    Je souhaite donc vous avoir à mes côtés en toute occasion ! Au moindre fait, au moindre déplacement. Mes voyages ne sont peut-être pas aussi fréquent que ce que vous pourriez désirer, mais ils ne sont pas non plus rarissimes. Peut-être que vous pourriez vous y retrouver... Si cela ne suffisait pas, je pense que je pourrais parfois vous permettre d'aller gambader dans la nature à la découverte de lieux inédits, si c'est là votre nouvelle passion. Mais il est clair que je ne souhaite pas perdre l'opportunité de vous avoir à mon service juste pour des envies de voir l'herbe d'ailleurs... C'est aussi une chance qui vous est donnée, je pense que cela, vous en avez parfaitement conscience...
Joli monologue... De quoi se donner soif et l'envie de vider sa coupe, ce qu'il fit. Beron l'invita alors à le suivre jusqu'à la tablée, où ils pourraient tous deux s'asseoir ainsi que se servir du pichet de vin qui y est posé. Une fois cela fait...
    Honnêtement, je pense qu'aucun argument n'est assez bon que pour refuser cette offre. Nous avons tous deux beaucoup à y gagner. Moi, la chance d'avoir une garde particulièrement agréable au regard et dont la plupart ne se méfieront que peu - ce qui est un tort, nous le savons tous deux - et vous, vous pourrez recevoir un enseignement poussé dans l'art de la guerre, serez présente à tous les conseils que je pourrais mener, serez au premier plan à mes côtés si batailles devaient survenir.
    Ce serait folie que de tourner le dos à ce destin pour un caprice, non ?
Dans sa déclamation traînante peut s'entendre un certain enthousiasme. Ça se sent qu'il estime en effet que c'est là une solution parfaite pour tous deux, et qu'il ne souhaite pas la voir lui échapper, ruinant alors ces projets. Son regard est planté dans celui de la jeune femme, un sourcil légèrement relevé dans une certaine forme d'impatience. Il espérait sincèrement avoir trouvé les mots pour pouvoir la convaincre... verdict ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 26 Aoû 2011 - 16:58

     Alysane fut tout d'abord rassurée d'entendre lord Beron lui signifier qu'un retard de la sorte n'était pas répréhensible, il manifesta une compréhension plutôt rassurante, mais dont elle ne se plaignit guère. D'un autre côté, cela n'était que du bon sens, la jeune Mormont aurait été bien rapidement agacée si son lord lui avait reproché de ne pas avoir directement mis les voiles sur Winterfell, une fois la lettre envoyée à son père. Au moins lord Stark lui avait ôté une raison de monter sur ses grands chevaux, ce qui était bien mieux vu l'entraînement qu'elle avait eu à ce sujet durant son précédent voyage. La jeune guerrière avait beau avoir un certain talent pour le combat, elle ne possédait pas encore le don d'ubiquité, pas plus que celui d'entendre les pensées de son père à plusieurs régions de distance. Enfin, la question du « retard » étant réglée, la lady expédia rapidement ses tracas au fond d'un trou dans son esprit, quelque chose lui disait que la suite risquait d'être bien moins aisée et que pour le coup, lord Beron se montrerait beaucoup moins compréhensif.

     Le froncement de sourcils qui s'en-suit, lui prouva qu'elle ne s'était guère fourvoyée, Alysane sentit déjà un léger agacement poindre au fond d'elle, mais se fit force pour l'étouffer, ils pourraient parler de ce qui semblait le contrarier et tout finirait par se régler.... Elle aurait presque ri intérieurement, le jour où un Stark et une Mormont parviendraient à avoir une conversation normale, n'était malheureusement pas encore arrivé ! Lorsqu'il parla de « refus », la jeune femme ne pu s'empêcher de froncer légèrement du nez, ce n'était nullement un refus, simplement une tentative de plus de lui prouver qu'il n'avait visiblement pas cerné ce qui était le mieux pour elle, au fond cela avait le même résultat, sauf qu'elle faisait preuve de plus de « diplomatie », en envisageant que ce mot puisse s'associer à son prénom. Le ton emprunté par lord Beron n'annonçait rien de bon et Alysane se concentra de garder les lèvres scellées, resserrant légèrement sa mâchoire comme lorsqu'elle s'apprêtait à essuyer une dispute de la part de lady Jorelle. Associer un Stark à sa mère n'était pas très flatteur et plutôt amusant il fallait l'avouer, mais au moins cela lui permettait de s'attendre au pire.

     La suite arriva rapidement, ne réjouissant pas particulièrement la jeune guerrière qui craignait une fois de plus de ne pas trouver le moyen de convaincre son lord qu'il se trompait de route. Ne pas faire d'elle un simple soldat, Alysane ne pu s'empêcher de se dire qu'elle espérait le contraire, au moins cela aurait fait une bonne raison pour refuser sa proposition, elle craignait que si son véritable but ne soit plus poussé, elle ne puisse refuser tout simplement parce qu'elle serait dans l'incapacité de présenter une excuse valable. La suite des paroles de lord Beron lui démontra que c'était ce qui était en train de se passer, une garde personnelle, un entrainement particulier par les deux plus fines lames de Winterfell et certainement du Nord, que demander de plus ? Rien, le Stark lui coupa l'herbe sous le pied en avançant la possibilité de la laisser battre la campagne de temps en temps si l'envie lui disait, dire que c'était justement ce qu'elle allait présenter comme raison de refus, il semblait avoir un coup d'avance sur elle, si ce n'est plus. Cette constatation l'agaça légèrement, lord Beron avait eu le temps de se préparer à cette entrevue, Alysane de son côté ne le savait que depuis très peu de temps et elle n'avait pas jugé utile de prévoir d'éventuels échappatoires. Grosse erreur de sa part.

     Toujours silencieuse, Alysane observa son interlocuteur vider sa coupe avant de lui faire signe de la suivre, elle s'exécuta docilement tout en l'écoutant expliquer ce qu'elle se disait depuis quelques instants : il n'y avait réellement aucune raison de refuser une telle offre. La guerrière tiqua une fois de plus lorsqu'il parla de son physique, il se complaisait toujours à la titiller à ce sujet visiblement. Alors qu'il semblait attendre son verdict, la jeune Mormont détourna un instant les yeux, passant son index sur sa lèvre dans un geste de réflexion. Elle ne devait pas se tromper, une « mauvaise » réponse, entraînerait forcément quelque chose de mauvais pour elle, peut-être même pour les siens, bien qu'Alysane savait pertinemment qu'il n'était pas du genre à faire pâtir se famille de son côté buté. Quelques secondes passèrent avant qu'elle ne réponde enfin.

     ▬ Vous devriez savoir qu'il est dans mon habitude de faire des stupidités sur un coup de tête, avancer le fait que ce ne soit qu'une envie passagère ne fera que me donner plus envie de le faire. Elle ne se cachait nullement du fait qu'elle envisageait encore des solutions pour pouvoir refuser, même si l'offre était vraiment alléchante. Mais détrompez-vous, je ne crois pas que l'on me considère comme dénuée de danger, enfin, pas forcément aussi dangereuse que vos gardes actuels je vous l'accorde aisément, mais mon récent voyage m'a bien montré que les hommes se méfient d'une femme avec mon comportement et ma tenue. »

     Elle retomba dans le silence un instant, son ton avait beau être très tenté, elle essayait de l'atténuer en faisant croire qu'au fond, cela ne l'intéressait pas plus que de raison. Sur le coup, Alysane maudit intérieurement son lord d'avoir ainsi réussi à la cerner, est-ce qu'elle était aussi transparente que cela ? Visiblement oui puisqu'il avait trouvé le moyen de lui offrir une proposition qu'elle ne pouvait refuser, chose que même ses parents avaient eu du mal à faire. Soit lord Beron était un homme qui pouvait comprendre ce que chaque personne désirait, soit elle était moins mystérieuse qu'elle ne le croyait. Pourtant, qui l'eut cru, même si le lord suzerain du Nord était très capable, autant en matière de gestion que de bataille, il ne se souciait pas particulièrement du protocole et des choses de cet acabit, Alysane ne se serait jamais doutée qu'il puisse faire preuve de tant d'empathie.

     ▬ L'on dirait que vous avez une certaine facilité à cerner les gens, je n'aurais jamais imaginé que vous puissiez réussir à me proposer quelque chose qui convienne parfaitement à ce que j'attendais. Il pouvait comprendre qu'elle ne le voyait pas assez doué pour cela, mais ce n'était nullement ce qu'elle voulait dire, simplement qu'elle ne pensait pas qu'il s'y intéresse. Suis-je donc si transparente que cela ? Il vous aura fallu une seule rencontre pour deviner comment obtenir ce que vous vouliez de moi ? À moins que vous ne fassiez preuve d'une talent particulier pour comprendre ce qui est bon pour les autres. »

     Elle ne se moquait absolument pas de lui, Alysane aurait été bien sotte de railler la personne qui lui offrait certainement la meilleure opportunité qui lui sera donné de toute sa vie. La jeune femme avait appris que sa famille n'était pas particulièrement riche, avec le temps et la maturité qui venait, elle avait aussi perçu le fait que beaucoup de choses qui étaient possibles pour des nobles possédant un certain pécule, ne le serait pas obligatoirement pour elle. Pas du tout même. La garde personnelle de lord Stark en personne, autant dire que même dans ses rêves les plus fous, la guerrière n'avait osé y songer. Il fallait dire qu'elle rêvait rarement. Les secondes s'égrainèrent alors qu'elle lâcha un soupir à la fois contrarié de se faire avoir de la sorte, puis à la fois satisfait d'avoir trouvé quelque chose pour la faire avancer.

     ▬ Je ne vous cache pas que je n'ai qu'une envie, c'est de vous dire oui messire, mais comme vous le savez certainement, ce serait contraire à mes habitudes de le faire sans rechigner. Il est évident que je n'aurais jamais aussi belle occasion dans ma vie, mais je dois avouer m'être prise de passion pour le voyage, les rencontres avec des inconnus et je vous passe le plus plaisant. Longue inspiration. Je ne mets pas votre parole en doute, mais m'accordez-vous réellement la possibilité de pouvoir voyager de temps en temps ? Je sais bien que le rôle d'un garde est de garder et non de voyager loin de son seigneur, donc je préfère m'assurer de ce dans quoi je m'aventure. »

     Décidément, la jeune guerrière ne manquait pas de toupet, elle était parfaitement consciente qu'il pouvait bien la remettre à sa place et lui faire comprendre qu'il lui accordait déjà un grand honneur sans pour autant jouer les bons samaritains. Mais c'était comme ça avec la Mormont, on lui donnait la main, elle exigeait le bras, simplement pour essayer de voir jusqu'à où elle pouvait aller et pour l'occasion, tenter de se faire refuser et de voir lord Beron reprendre sa proposition. Dans un sens, cela l'arrangerait beaucoup, elle aurait une bonne raison pour ne pas accepter. Malheureusement quelque chose lui disait qu'il n'allait pas marcher dans sa combine. Après quelques secondes, une idée absolument stupide lui vint à l'esprit, un léger sourire se dessina sur ses lèvres alors qu'elle continua à parler, orientant la conversation sur un sujet certainement épineux.

     ▬ D'ailleurs en parlant de cela, j'ai rencontré ser Ulrik Stark à Port-Réal, il m'a fait l'honneur d'un entraînement avec moi et m'a autorisé à tester son épée. J'ignorais qu'il était aussi doué, visiblement c'est dans les gènes Stark que le talent du combat s'est installé. Enchaînement d'idées oblige, la jeune femme se souvint d'autre chose et ne se priva pas pour en faire état à son interlocuteur. Je présume que j'aurais l'occasion de vous voir combattre avec Glace de plus près que la dernière fois si j'acceptais votre proposition ? »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Tout ce qui augmente la liberté augmente la responsabilité ▬ Beron

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Pourquoi EDF augmente ses tarifs
» un patron italien augmente ses employés de 200€
» Comment augmente la précision d'un pokémon
» Les vipères ayant sifflé tout l'été, ne se retrouvèrent pas fort dépourvues lorsque la bise fut venue {Meg & Becky}
» Fort-Liberté, une potentialité touristique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-