AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Daeron Targaryen || Feu, sang et opprobre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Prince de Peyredragon
avatar

Daeron Targaryen
Prince de Peyredragon

Général

L'Ivrogne


♦ Missives : 70
♦ Missives Aventure : 1
♦ Age : 22
♦ Date de Naissance : 31/01/1995
♦ Arrivée à Westeros : 14/10/2013
♦ Célébrité : Max Irons
♦ Copyright : Pixlr' // Tumblr
♦ Doublons : Aucun
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Mariage : Futur époux de Naerys Velaryon
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles :

Ses copains de tarverne...

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
103/500  (103/500)


Message Lun 14 Oct 2013 - 21:03

● Nom : Targaryen
● Prénom : Daeron, surnommé l'Ivrogne
● Sexe : Homme
● Âge : 21 ans, né en l'an 191
● Origine : Terres de la Couronne
● Métier : Noble, prince de Peyredragon



● Pseudo :  Sureamfire
● Âge :  18 ans
● Vous concernant :  Etudiante en PACES (première année de médecine), je viendrai donc sur ce forum entre 2 cours pour me détendre :)  
● Avatar :  Max Irons
● Connaissez-vous le Roman ?   J'ai commencé l'intégrale 1 et puis... rentrée. Toutefois je regarde assidûment la série ^^  

● Lady Coeurdepierre ? Oui
● Comment avez-vous connu le forum ? Alors si je vous détaille mon parcours dans les tréfonds d'internet...y'en a pour longtemps ! Disons simplement que je cherchais par nostalgie un ancien forum RPG que je connaissais, et que je suis tombée par hasard sur une demande de partenariat… et le design magnifique m'a poussé à parcourir davantage le forum !  
● Comment le trouvez-vous ? On sent vraiment que le staff a énormément travaillé pour le mettre au point, entre le design, les millions de règles, aides et guides, les illustrations... Chapeau bas !  
● De quelconques suggestions ? Continuer à rendre ce forum meilleur encore ? :)

Informations Descriptives

Daeron est aux antipodes du physique type des Targaryens ; il hériterait plutôt des traits de sa grand-mère Dornienne.
Ses cheveux sont d'un châtain plutôt clair, sableux, généralement arrangés en une tignasse sans ordre apparent. Ils ceignent un visage aux traits peu marqués, d'une couleur claire et joviale, aux joues s’empourprant aisément. Sa peau est souple, présentement épargnée des affres des années qui passent. Ses yeux n'ont rien de particulièrement remarquable: sombres, à l'image du jeune prince, néanmoins il s'en dégage un éclat violacé à la clarté du jour. Quant à son nez, il est droit et relativement bien proportionné par rapport au reste de son visage. Ses lèvres, minces mais charnues, fâcheusement gercées quand il a fort bu, dominent un menton d'apparence carré. Le jeune prince n’accorde que rarement son sourire, mais rit pour dissimuler son malaise ou son manque d’assurance, dévoilant des dents blanches et régulières. Le visage de Daeron est relativement amène à regarder ; sans doute n'est-il pas l'homme le plus beau des Sept Couronnes, mais son physique fait honneur à son rang. Certainement aurait-il un charisme hors-pair s’il n’était pas si peu sûr de lui.
Du haut de ses 5 pieds et 6 pouces, il est bien loin du corps trapu, tout en muscle de certains hommes: sa silhouette, mince et athlétique, trahissant une force insuffisante pour le combat à mains nues, témoigne au contraire de son agilité et de sa vélocité qui pourtant en feraient un bon bretteur. Ses mains sont larges mais douces, peu entamées par la rudesse du froid, des rênes ou des pommeaux d’épées. On pourrait en dire autant de ces pieds, ayant peu connu l’étau glacial des étriers en plein hiver, ou même du reste de son corps. Les seules blessures et hématomes que le jeune homme ait pu connaître étaient aussi graves que des blessures d’entraînement au combat puissent l’être.
Le Targaryen arbore une démarche souple, se déplaçant avec aisance, comme si malgré sa couardise son sang royal lui assurait une contenance et une stature des plus noble.
L’ivresse prive malheureusement le prince de tout ce qu’il ait de plus distingué: titubant à chaque pas, le visage rougit, il pâtit d’une haleine suffocante et désagréable. Son périple de Culpucier au Donjon Rouge en prendrait presque des allures rocambolesques.
Sobre, le prince sait en revanche rester élégant. Ayant déjà à éprouver d’une réputation des plus ternie, il s’efforce lors de ses moments de clarté d’afficher une bonne image de lui-même. Il n’est guère friand de bijoux, mais favorise l’or blanc s’il en porte, trouvant cela plus discret que l’or jaune et de surcroit plus noble que l’argent. Le seul ornement dont il ne se sépare pas est une fine chaîne auquel pend un dragon de 2 ou 3 centimètres, agrémenté d’un minuscule rubis à la place de l’oeil, généralement caché sous sa chemise. Toujours par souci de discrétion, il privilégie des tenues aux tons sombres. Il porte souvent une ceinture en cuir, auquel il attache une petite bourse lorsqu’il s’aventure à Culpucier. Du reste ses tenues sont tout ce qu’il y a de plus classique pour un prince, mais Daeron évite les étoffes trop extravagantes, se sentant à la fois indigne de les porter et bien trop remarquable.


Informations Mentales

Lorsqu’il est sobre, Daeron a tout d’un prince: poli et courtois, il sait se montrer respectueux et user des codes de conduites induis par son rang, sans toutefois sombrer dans la mignardise. En apparence il dégage charme et assurance, mais l'une des premières choses qui frappe quiconque tenterait de faire connaissance avec le jeune prince, c'est sa piètre opinion de lui même. Daeron n'a aucunement confiance ni en son avenir, ni en ses capacités. Son manque d’assurance alors frappante fait que Daeron ne se sentirait nullement capable d’être roi. Il est pourtant intelligent -sans être un érudit- et s’intéresse à des sujets aussi divers que variés, tel l’architecture, la musique, l’histoire... mais ne prête que peu d’attention aux intrigues de la cours, si rongé par ses propres difficultés qu’il en ignore les jeux de pouvoirs. Le prince sait cependant mettre à profit les avantages liés à son rang, dans la limite du sensé. Il est en outre peu habile à cacher ses sentiments, ce qui n’est point un avantage au milieu d’une foule de manipulateurs pervertis par le pouvoir. A l’inverse, il se sent plus proche de la populace, et ces nombreux détours à Culpucier ne doivent pas y être étrangers. Il sait se montrer fort munificent et en a par le passé tiré tout les bénéfices, ayant été sauvé grâce à celle qui est aujourd’hui sa servante, sa maîtresse, et éventuellement son agent, Perra. Il est d’un naturel pessimiste et a tendance à se laisser faire. De surcroît il ne se sent ni digne d’être prince, ni d’être un bon époux pour sa fiancé, Lady Naerys. Il a su faire preuve de volonté et détermination en restant sobre un certain temps, mais sitôt qu’une vision vint troubler son sommeil, il ressombra, cherchant réconfort dans la bouteille et dans les bras de plaisante compagnie. Le jeune prince n’est pas très pieux, mais préfère garder son manque de convictions religieuses pour lui, au risque de passer injustement pour un mécréant.
L’Ivrogne est somme toute très secret, et bien que des rumeurs courts, souvent incomplètes, peu de personnes sont réellement au fait de son «don» de Vervoyance, qu’il considère lui même comme une malédiction. Il est souvent fatigué, préférant l’éveil et la conscience que le sommeil et les visions prophétiques, qui lui inspirent la crainte, luttant ardemment contre le sommeil.
Lorsque Daeron Targaryen a besoin de solitude, il apprécie les jardins de Port-Réal,  enivré non pas de l’alcool mais de l’odeur fraîche des rosiers et de la brise salé de la mer. Il a aussi comme habitude de rire s’il se sent mal à l’aise, mais ne se convainc pas lui même.
Trop peu à l'aise à cheval et au combat, il développera une certaine aversion vis à vis des selles et des armes, au grand dam et à contrario de son père Maekar. Daeron faisait d’abord la fierté de celui-ci ; il est aujourd'hui ni plus ni moins la honte de la maison Targaryen, si bien qu’il ne se sente plus proche de personne aujourd’hui, excepté sa cousine Lady Ororya.
Couard, il accepte et utilise lui-même son surnom, "L'Ivrogne", ne cherchant pas particulièrement à s'en défaire. A de nombreux égards, il l'a sûrement mérité: son fort penchant pour la bouteille et ses apparitions remarquées au Donjon Rouge, dans un état second, on fait grand bruit, jetant l'opprobre sur sa famille.
Daeron sait malgré tout se montrer gentil et tendre, attentif et à l’écoute. Bien qu’il les sache désintéressées et attirées surtout par l'appât du gain, il se plaît à voir dans les bras de prostitués le réconfort et l’amour, allant parfois jusqu’à se confier à elles.
Etant donné qu’on peut lire en lui comme dans un livre ouvert, c’est un mauvais menteur ; il n’ose regarder son interlocuteur dans les yeux et se surprend à regarder ailleurs lorsqu’il ment. Ce qui est l’une de ses plus grande qualité est aussi son plus grand défaut: son honnêteté, sa franchise.
Lorsque l’ivresse le consume, l’Ivrogne n’a plus rien du prince. L’Ivrogne, lui, est enjoué et presque sûr de lui, comme s’il avait troqué son fardeau contre la liberté. Ce qui explique sans doute son aisance dans tavernes, bordels ou cloaques en tout genre., fruit de son intempérance. Titubant, sans aucune grâce, corrompu par de forts breuvages, il n’a alors aucun mal à se fondre dans la plèbe de Culpucier, une main greffée au goulot et l’autre parcourant les courbes généreuses d’une femme. Frôlant le colérique, il est alors impulsif et bon vivant. Il fait fi de toutes civilités ou de quelconques courtoisies, à deux pas du malséant.
Le prince possède bien des facettes, parfois contradictoires, parfois étonnantes... Comme si fines liqueurs et piètres digestifs jonglaient avec deux personnalités opposés.
Daeron n’a jamais réellement abandonné son dessein, retrouver une vie telle qu’elle était sienne avant qu’il n’ait ces visions. Tantôt souhaiterait-ils qu’elles s’arrêtent, tantôt souhaiterait-il pour le moins en avoir une certaine emprise. Admettra-t-il un jour qu’il s’agit d’un don et non d’une malédiction ?


Famille


A une exception près, Daeron n'est pas réellement en bon terme avec sa famille. Il est l'aîné d'une fratrie de 7.
Maekar, son père, le considérait fut un temps qui semble bien loin pour le prince, comme sa plus grande réussite. Il se ravisera lorsque son fils sombrera dans l'alcoolisme, faisant la honte la famille. Ils sont bien différents: Maekar est un puissant combattant, dur et sévère, exactement l'inverse de son fils.
Ororya, sa cousine, la seule qui accepte encore Daeron. Il lui voue une profonde affection, malheureusement pour le prince il n'a que trop rarement le bonheur de sa compagnie.
Lady Alanna, sa mère, a toujours été présente pour lui, son premier fils. Toutefois Daeron n'ose plus depuis bien longtemps se rendre à Lestival auprès de sa mère et de ses frères et soeurs, honteux de ce qu'il est devenu.
Daella et Rhae: une réel complicité s'était instaurée entre Daeron et ses soeurs, néanmoins, tout comme avec sa mère, Daeron a depuis longtemps perdu le contact, n'osant se rendre à nouveaux à Lestival et s'attirer les foudres de son père.
♝Quant à Aerion, son  qu'il n'a jamais particulièrement apprécié, il ne le fréquente plus depuis le Jugement des Sept qui a vu l'exil de son cadet dans les cités libres.
Aemon et Aegon sont ses deux autres frères ; il  admire la vocation d'Aemon qui étudie à la Citadelle des Mestres de Villevieille et l'engouement d'Argon pour le combat.
Brynden Rivers, son grand oncle, n'est pas particulièrement proche de lui. Ils se fréquentent peu, mais Brynden semble porter intêret au don du prince, ce qui provoque la méfiance de celui-ci.
Aelinor Targaryen est la reine, et Daeron était autrefois proche d'elle. Alors qu'elle semblait indécise face aux transgressions du prince, elle semble aujourd'hui lui porter une certaine convoitise.
Lady Naerys est sa fiancée. Enfants, ils étaient relativement complices et remplissaient le Donjon Rouge de rire et de chamaillements. Des années plus tards, lors leur "première rencontre" en tant que fiancés, Daeron est tombé complètement sous le charme de la beauté mystique de la jeune Velaryon. Il est cependant convaincu qu'il ne ferait pas un bon époux pour une telle Lady, qu'il trouve si parfaite. Sans compter qu'il craint n'avoir pas l'heur de lui plaire.


Histoire


Naissance et mort

A sa souvenance, Daeron avait une existence que toute la roture du bas monde ne pouvait que lui envier. Naître Targaryen garantissait des privilèges que son nom portait comme acquis de droit, et non à la sueur de son front, à la bravoure de ses actes, à ses hauts faits d’arme. C’est ainsi qu’à l’aurore de son premier jour, tandis qu’il s'époumonait de son premier cri, chaque mot de son histoire semblait déjà écrit. En l’an 191, le premier fils du prince Maekar Targaryen naquit. Que l’aîné d’une fratrie pourtant ne jouit pas que d’avantages ! A tort faisons nous souvent fi des responsabilités que cela implique, aveuglés par l’éclat perfide de l’opulence:  pourtant l’aîné jouit autant de délectables privilèges qu’il ne ploie le buste sous les attentes patriarcales. Tout du moins était-ce le ressenti de Daeron à ce sujet, qu’il se doutait non partagé par certains. Et d’aussi loin que ces souvenirs remontent dans l’abîme de sa vie, son enfance pourtant n’en fut qu’heureuse. Gardé des tourments par le voile de l’insouciance, il se courbait aux apprentissages des us et convenances, tantôt assidu dans son rôle de jeune prince, tantôt repu d’instants complices avec ses frères Aerion et Aemon, et attendri par sa jeune soeur Daella. Il ne révélait pas d’aptitudes ou de propensions pour les arts chevaleresques ou l’équitation, en outre ne semblait-il pas y portait d’intérêt prononcé ; toutefois lui accordait-on le bénéfice du doute, incriminant sa jeunesse et son manque d’entraînement. Des bras de somptuosité semblait lui ouvrir l’avenir.
L’avenir cependant n’allait être qu’un vil traître pour Daeron, le trompant et le couvrant d’imprécations. Le prince se plaît à dire qu’à l’âge de huit ans, il avait épuisé tout les instants de bonheur que sa vie avait à lui offrir et qu’à partir de cet instant, sa vie n’avait plus rien d’un vie. N’était-il point mort que pourtant ne se sentait-il point vivant. Un lustre et trois furtives années, avant que son «don» de Vervue ne manifeste sa présence. Les souvenirs de son premier rêve demeurait pour lui encore intacts, comme gravés à jamais dans sa mémoire. Des images, tout de feu et de sang, une obscurité latente enveloppant ce qui semblait être un oiseau de proie: fier prédateur volant au dessus de Westeros, le sort sembla lui briser les ailes et il s’écrasa dans un nuage de désolation et de songes brisés. La sensibilité enfantine du prince en fût touchée, mais le véritable déclin s’amorça quelques jours plus tard. Il vint en effet à son oreille que l’une des servantes, bienfaisante et pleine d’indulgence envers lui, était morte d’un mal inconnu qui la rongea de l’intérieur, et qu’après une longue nuit le trépas lui fut accordé. Ce qui marqua profondément l’esprit de Daeron était ce collier qu’elle portait, représentant un oiseau argenté. A compter de ce jour, et après maints et maints rêves, lorsqu’il comprit que cette damnation et ces rêves de mort n’en finirait plus, l’enfant insouciant s’en est allé.

Prémisses de l’Ivrogne, rejet, déception & déshonneur

L’imagination du prince croissait à l’instar de ses tourments. La foules de stratagèmes qu’il imagina durant les dix années qui suivirent pour se débarrasser de ses visions était des plus hétéroclite, certains plus remarquables que d’autre. Aussi l’état mental du prince fut sérieusement remis en doute lorsqu’il tenta à maintes reprises de mettre son semblant de vie en danger ; ou lorsqu’il passa de longues journées à maugréer seul, évitant toute compagnie quand bien même ce fût ses frère ou ses soeurs qu’il affectionnait par le passé. A priori, l’alcool n’avait jamais attiré le prince ; les fins spiritueux caressaient son palais tel un nectar mais l’ivresse n’était à son goût guère plus que le refuge des couards. Le désespoir eut pourtant raison de son jugement ; il l’envahit et cloîtra ses pensées, comme ses visions qui lui torturaient l’esprit ; couard il devint. L’alcool lui apparût au fil des verres comme une délivrance fort attendue. N’en déplaise à son père, Daeron s’y noya corps et âme. Et alors que l’aîné plongeait dans le cercle vicieux de l’ivresse, les cadets s’illustraient par leur goût pour le combat et leur soif de savoir. L’isolement que cherchait le prince s’imposait jour après jour comme une nouvelle malédiction, symptôme du rejet. La fierté et l’amour s’éclipsaient derrière un masque de déception chez tout ceux auquel le prince tenait. Daeron partir pour Port-Réal, un exil qui cache son nom. Lestival n’était plus son foyer. Bientôt, le prince se rendait à Culpucier partager la vinasse des pauvres ; cherchant l’amour qu’il avait perdu dans les bras de gourgandines. L’enterrant bien plus profondément encore, les frasques du Targaryen jetèrent l’opprobre sur son nom, les rumeurs attisant le déshonneur lié à celui qu’on appelle alors l’Ivrogne.

Le Jugement des Sept & l’apogée de la honte

Quiconque à Port-Réal est un tant soit peu à l’écoute des rumeurs et des nouvelles est au fait de l’humiliation suprême du Prince lors du tournoi de Sorbier. Escorté, avec son jeune frère Aegon en tant qu’écuyer, Daeron s’enfuit à la première occasion, attiré davantage par l’alcool délivrant que par le combat sans intérêts, au grand dam de son jeune frère. Trop ivre, il ne prête guère plus attention à celui-ci, qui, se faisant passer pour un écuyer de simple famille appelé «l’Oeuf» devient l’écuyer d’un chevalier errant, Duncan. Plus tard, celui-ci s’attirera malheureusement le courroux du prince Aerion, cruel frère de Daeron, évitant de se faire trancher main et pied grâce à l’Oeuf qui décline sa véritable identité. Le chevalier devra malgré cela être jugé lors d’un Jugement des Sept, d’autant que Daeron, honteux et confus de son ivresse et d’avoir perdu son frère, prétend que Duncan l’a enlevé, attisant la colère de  leur père Maekar qui se joint au Jugement pour laver l’honneur de ses fils. Toutefois, Daeron promet au chevalier errant de faire le mort dès le début du combat, promesse qu’il tint. Mensonges et lâcheté ne feront qu'entacher la réputation du prince, déjà bien basse. En cela Daeron n’avait aucune prétention sur le Trône de Fer: de ce qu'il en pensait, un homme n’assumant à priori pas son statut de prince ne pourrait jamais s’y asseoir.

Entre fatalité et rencontres, l’Ivrogne et la Rose

Trois années de débauche gravèrent la réputation du prince sur la plus incorruptible des pierres. Son cercle de connaissance s’étendait aux habitués d’échoppes et de bordels, quand bien même un prince de son rang devait plutôt s’allier aux nobles et à de grands seigneurs. Ces habitués pourtant ignoraient souvent le nom du prince, qui se fondait dans la peuplade de Culpucier, fort de discrétion et d’habitudes. La situation de Daeron ne laissait que peu de place à l’espoir, l’étouffant si elle le pût.
Chaque journée semblait teintée d’un quotidien empli de fatalités: le long chemin du Donjon Rouge à Culpucier, lorsque le Soleil s’élevait en maître dans le ciel; ce même chemin qui lui semblait si sinueux lorsque l’astre nocturne avait conquis les cieux ; l’entrée et la sortie d’une gargote dont l’humidité suait par chaque pore de la façade ; la bourse se vidant curieusement à chaque nouvelle rasade; le réconfort et la chaleur d’une femme dont il ignorait parfois le nom... Ce quotidien pourtant des plus abrupts seyait au prince bien mieux que des nuits emplies de cauchemars.
Jusqu’à présent, la seule lueur dans ce tunnel sans fin avait été Perra: aujourd’hui sa servante, sa maîtresse et si l’occasion s’en présentait son agent, une confiance inébranlable liait le prince à la roturière. Il lui avait donné le sous ; elle l’avait épargné d’une tentative de meurtre. Ceci les avait lié d’un lien qui semblait indéfectible.
Mais une seconde lueur se présenta en la personne de lady Naerys Velaryon, qui devint sa fiancée sous l’influence de son père Maekar. Le charme de la futur princesse n’avait pas manqué de troubler le prince, et Daeron a su rester sobre lors de leur «première rencontre» - bien qu’ils se connaissaient déjà de longue date, s’étant rencontrés enfants -. Néanmoins le prince en payera le prix, et son espoir n’en sera qu’ébranlée. L’Ivrogne se sent des plus indigne de la Rose, mais même s’il se borne à l’ignorer, il continue d’espérer qu’elle sera le départ d’une rédemption, quelle qu’elle soit.


RP: Nos actes ont toujours des conséquences...

Les derniers rayons de Soleil s’étaient éclipsés, nimbant Port-Réal d’un doux halo lumineux. La cité n’avait rien à envier à Peyredragon: la forteresse de basalte  était d’une morosité prégnante, et les gargouilles qui semblaient guerroyer à être  plus terrifiantes les unes que les autres ne laissaient guère impavide. On n’y humait pas la douce effluve des parterres de fleurs, mais celle nauséeuse du souffre. Et pourtant chacune des citadelle concourrait à son propre prestige, l’une berceau de la dynastie Targaryen, l’autre hôte du Trône de Fer.
L’esprit empli de rêverie, comme flottant dans une autre dimension, Daeron tournait et retournait dans sa tête jusqu’au moindre détail de ses retrouvailles avec la Rose Blanche de Lamarck. Il ne pouvait que tarir d’éloges sur celle-ci, qu’aduler la vénusté de ses traits, la pertinence de ses aménités. Il se remémorait l’azur envoutant de ses prunelles, la façon dont il se pâmait presque dans ses contemplations. Assurément, on ne pouvait qu’être bée d’admiration devant une telle naïade. Mais à chaque fois que le prince se perdait dans ses chimères, une triste évidence s’imposait à lui: il n’était pas digne d’épouser Lady Naerys. Indigne de ses faveurs. Sa réputation n’avait de cesse de déchoir, au gré de ses dévergondage, encourant la disgrâce de sa propre famille. Des flétrissures qui resteraient longtemps gravées sur son nom. Porté comme l’Ivrogne par la plèbe, qu’avait-il à offrir à sa promise si ce n’est une vie pleine d'écueils ? Aujourd’hui, la belle l’avait presque encensé, par courtoisie sans-doute ; mais dès lors qu’elle le verrait éméché, moment qu’il redoutait, elle ne pourrait que le déprécier. C’était indubitable, comme chaque nouvelle goutte de liqueur adoucissant la gorge sèche du prince. Le voilà en proie à un nouveau faix, à de nouveaux tourment. Et alors que le crépuscule s’annonçait, il baroudait contre le sommeil qui ne demandait qu’à l’étreindre: resté sobre pour Naerys, il redoutait à présent d’en payer le prix.

Les étoiles brillaient au firmament et la lune se tenait haut dans les cieux, outrecuidante, tandis que le prince se redressait dans son lit, tel un ressort. De la sueur perlait sur son front, il sentait le sang battre à ses tempes comme sur un tambour. Les coudes reposant sur ses genoux, il ceignait son front de ses mains moites, comme pour faire fuir les démons qui lui taraudaient l’esprit. L’atmosphère de la chambre lui semblait suffocante, alors qu’à Port-Réal, l'automne faisait figure d’accalmie entre l’été torride et l’hiver glaçant.  Les Sept ne l’avaient pas épargné ; il vit encore défiler devant ses yeux, à l’instar de maintes et maintes nuits, la mort, prompt et foudroyante. La sècheresse envahit sa gorge: sa vervoyance, telle une lèpre, aurait une nouvelle fois raison de lui, le viciant, le consumant une fois de plus. Une once d’hésitation l’envahit, mais à nouveau, le prince se déçut lui-même: d’un pas sûr, captif d’un rituel bien précis, il s’empara de la première bouteille qu’il trouva. Il n’eut pas même la décence d’utilise un verre : en nectar vivifiant, une première rasade apporta au prince les prémisses d’un soulagement tant espéré. Il n’éprouvait aucune difficulté à se procurer de l’alcool: les tord-boyaux de Culpucier lui convenait amplement, tandis qu’au Donjon Rouge, Perra s’assurait que sa réserve ne soit jamais vide. La mansuétude de celle-ci ne cessait de l’étonner: il estimait chaque jour la chance de l’avoir rencontrer. Il lui fallut un court-instant pour la remarquer, entrant dans la pièce, elle et son aptitude déroutante à déceler chez lui le moindre tourment.
«Perra».
«Prince».
Elle gardait une expression impassible, acclimaté aux déboires de Daeron, nullement heurtée par la bouteille qui logeait dans sa main. En cela aussi il lui était reconnaissant: bien qu’ignorant sa vervue, elle ne se fourvoyer pas à le prendre pour  un accroc à la vinasse, mais simplement comme un homme n’ayant trouvé d’autre refuge. Ou en tout cas ne le jugeait-t-elle pas.
«Je vous l’ai déjà dit, vous pouvez m’appeler Daeron ; il n’y a point de noble ou de grand seigneur à impressionner ou à honorer ici, il n’y a que vous et moi. Fi des convenances et des simagrées !».
Il trouvait drôlet son entêtement à l’appeler «Prince». Elle farda un sourire, qui révélait la relation de confiance qui s’était instauré entre la roturière et le prince. Accusant les premiers effet de l’alcool, qui irradiaient de soulagement chaque fibre de son être, le Targaryen était des plus plaisant et jovial.
« -Vous êtes l’une des seules qui soit toujours présente pour moi, Perra. Sachez que cela compte beaucoup à mes yeux, dit-il esquissant un pas vers elle.
-J’en suis bien aise, mon Prince. »
Perra n’était pas particulièrement belle ; à peine plus âgée que Daeron, on pouvait lire dans les rainures de son visage une myriade d’anecdotes et de péripétie, ceux d’une vie difficile et bien remplie, comme une bonne majorité de la peuplade de Culpucier. Nonobstant sa physionomie de vagabonde, c’est la bonté de coeur de cette dernière qui avait touché le prince. Lui qui avait connu une vie sensiblement différente, ayant le sang bleu et jouissant de tout les aises liés à son titre.
Il était si proche d’elle maintenant qu’il sentait la tiédeur de son souffle. Daeron n’était point un cavaleur lorsque son esprit était exempt de divagation. En outre, il n’éprouvait qu’une franche amitié envers sa servante ; ivre pourtant il quémandait le réconfort de ses bras et la chaleur de ses baisers, le désir le tenaillant sans retenu. Sans ambages, il s’empara de ses lèvres, une main pressant sa joue et l’autre dénouant les noeuds de sa modeste robe ; ceux-ci n’opposèrent qu’une résistance vaine. Perra feignait toujours une certaine contenance, mais ployait rapidement sous les assauts du prince et lui rendait ses baisers avec autant d’ardeur. Elle ne partageait guère souvent ses ébats, mais ne manquait pas d’exaltation quand tel était le cas.
Aux aurores, Perra n’était plus lovée contre lui. Elle avait l’aménité de s’éclipser avant que le Soleil ne se hisse sur la voute céleste, laissant Daeron seul avec son sommeil qui évacuerait alors son trop-plein d’alcool. Daeron, ce prince qui, après un tel chapelet de stupre ne se sentait guère mieux avisé qu’un paria.


Inventaire

Daeron possède évidemment tout ce qu’un prince se doit de posséder, on peut toutefois citer quelques unes de ces possessions:
▸ Une fine chaîne et un pendentif en or blanc, représentant un dragon dont l’oeil est incrusté d’un minuscule rubis
▸ Une bourse en cuire, avec de petites lanières en corde tressée
▸ Une dague en acier, d’origine incertaine, donnée par Perra, «une précaution nécessaire lorsque l’on se rend à Culpucier» ; il est cependant à noter que le prince ne prend jamais la peine de la prendre
▸ Trêve, une jument blanche, toisant un peu plus de 5 pieds 7 pouces au garrot, aux membres fins et nerveux, qu’il possède depuis un moment mais qu’il ne monte jamais, étant donné son aversion pour l’équitation
Il est toujours accompagné de Perra, qui est à la fois sa servante, sa maîtresse et éventuellement son agent.


Dernière édition par Daeron Targaryen le Sam 19 Oct 2013 - 15:21, édité 32 fois
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Bryce Vyrwel
Noble

Général

Seigneur de Noirvallon

♦ Missives : 858
♦ Missives Aventure : 71
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 16/03/2013
♦ Célébrité : Tim Roth
♦ Copyright : © Moi
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Alysane Mormont, Sargon Harloi
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : Lyra Vyrwel (née Costayne)
♦ Lieu : Bief, Noirvallon
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
494/500  (494/500)


Message Lun 14 Oct 2013 - 21:42

Bienvenue à toi à nouveau ! ^^

Nous nous occuperons de ta fiche dès que tu l'auras terminée, toutefois je voulais te signaler que par souci de clarté pour la modération, nous demandons aux membres d'accueillir les nouveaux dans le flood et sur la chatbox plutôt que de poster sur leurs fiches. Du coup ne t'inquiète pas si personne ne vient ici, je t'invite plutôt à poster dans le flood et/ou passer sur la CB pour faire connaissance avec les autres membres Very Happy

En cas de questions, n'hésite pas et bon courage pour ta fiche !


               
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Prince de Peyredragon
avatar

Daeron Targaryen
Prince de Peyredragon

Général

L'Ivrogne


♦ Missives : 70
♦ Missives Aventure : 1
♦ Age : 22
♦ Date de Naissance : 31/01/1995
♦ Arrivée à Westeros : 14/10/2013
♦ Célébrité : Max Irons
♦ Copyright : Pixlr' // Tumblr
♦ Doublons : Aucun
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Mariage : Futur époux de Naerys Velaryon
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles :

Ses copains de tarverne...

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
103/500  (103/500)


Message Ven 18 Oct 2013 - 22:59

Merci bien :)
Pas de soucis, de toute manière c'est déjà signalé (le fameux petit encart quand on poste un sujet).
Ma fiche est enfin terminée    (allelujah !)




Daeron Targaryen
Quand un riche tombe par terre, on dit que c’est un accident..

Quand c’est un pauvre, on dit qu’il est ivrogne.

Et pour Daeron, eh ben...on sait pas quoi dire.
Revenir en haut Aller en bas
Main du Roi
avatar

Brynden Rivers
Main du Roi

Général
Freuxsanglant

- Combien c'est-y que lord Freuxsanglant il en a, de zyeux ?
- Mille, et rien qu'un.

♦ Missives : 3432
♦ Missives Aventure : 33
♦ Age : 32
♦ Date de Naissance : 27/07/1985
♦ Arrivée à Westeros : 22/06/2009
♦ Célébrité : Kevin Costner
♦ Copyright : Alysanne
♦ Doublons : Edric Estremont
♦ Age du Personnage : 36 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Donjon Rouge, Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
155/500  (155/500)


Message Sam 19 Oct 2013 - 18:46

Bienvenue à toi sur le forum, Daeron !

Après lecture de ta fiche, je ne vois rien à redire. Le personnage me semble bien cerné et tout est correct. De plus, tu as un style d'écriture assez sympathique, ce qui donne au final une fiche assez facile à lire ^^

En tant que Prince de Peyredragon, tu peux évidemment compter sur les ressources de la maison royale. Toutefois, d'un point de vue RP, tu ne disposes que de tes possessions de départ, sans oublier que tu débutes le jeu avec 40 dragons d'or. Tu pourras te servir de cette somme pour acheter des biens aux marchands ou tout autre chose. Même si ça n'en a pas l'air, il s'agit quand même d'une grande fortune ! N'oublie pas de les ajouter à ton inventaire, dans ta fiche de personnage (accessible dans ton profil) !

Tu gagnes par ailleurs 50 points de réputation pour avoir choisi un personnage prédéfini ! Ils te sont ajoutés à ton profil.

Bref, si cela ne semblait pas encore clair, je te valide ! Tu vas donc pouvoir te lancer dans le jeu ! N'oublie pas de remplir ton profil, ta fiche de personnage et de poster les fiches relatives à ton personnage. Tu peux aussi aller signaler ta position sur le continent à cet endroit. N'oublie pas de consulter les autres sujets du bureau du Grand Mestre pour t'intégrer dans le contexte ! Tu pourras ensuite débuter le jeu en consultant les demandes, en postant la tienne ou en demandant directement à un joueur. En cas de questions, n'hésite pas à poster dans la Tour de la Main ou à m'envoyer un MP. Enfin, n'hésite pas à passer par le flood et la CB pour te faire connaitre et t'intégrer plus facilement sur le forum !

Puisses-tu être réussir à faire tes preuves et apprendre à vivre avec ton don !


Revenir en haut Aller en bas
http://star-city-heroes.forumsrpg.com/

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Daeron Targaryen || Feu, sang et opprobre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» MAISON TARGARYEN ▲ feu et sang [2/4]
» MAISON TARGARYEN ▲ feu et sang [2/2 Libres]
» Don de sang
» Monture sang-froid et homme lézard
» création de sang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives des Demandes de Citoyenneté :: ◄ Archives des Terres de la Couronne-