AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Retrouvailles et révélations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Mestre
avatar

Vyrgil Vyrwel
Mestre

Général
Mestre destitué et noble déchu
Médecin des pauvres malgré lui

♦ Missives : 337
♦ Missives Aventure : 24
♦ Age : 36
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 10/05/2013
♦ Célébrité : James Callis dans 'Merlin & the book of beasts' © Front street pictures
♦ Copyright : Moi
♦ Doublons : Alysanne Florent, Danelle Lothston, Lantheïa
♦ Age du Personnage : 38 ans
♦ Mariage : A priori, c'est cuit, mais sait-on jamais ?
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles : Sa déchéance
Ses tribulations et avanies
Son nouveau chez-lui
Ses domaines d'expertise
Ses éclairs de génie
Stock d'images pour créations

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
199/500  (199/500)


Message Lun 23 Sep 2013 - 10:18

La visite d’une lady de haute naissance au dispensaire de la Main Tendue n’était pas passée inaperçue et tout le quartier semblait se presser aux abords de l’établissement pour espérer capter un bref aperçu de la demoiselle et de son escorte qui s’en retournaient vers des lieux de villégiature plus appropriés à leur rang. Vyrgil ne lassait pas d’être surpris de la démarche de Lady Naerys, qui lui avait demandé à ses frais d'approvisionner un orphelinat en remèdes, mais il trouvait rassurant qu’une jeune fille d’ascendance valyrienne, sans doute promise à un mariage prestigieux, se soucie un peu du peuple. Non pas tant qu’il eût une grande compassion pour les gueux – il en avait, mais toujours moins que pour sa propre personne. Non, c’était surtout que les gueux formaient une masse d’hommes et de femmes endurcis par les travaux ingrats et ces temps-ci, des rumeurs inquiétantes couraient sur une émeute entre un noble et des crève-la-faim à Culpucier. Or, Vyrgil n’avait aucune envie de se retrouver au milieu d’une révolte. Le dispensaire était aux portes de Culpucier et par son statut un peu particulier notre homme risquait de se retrouver du mauvais côté de la barrière, quel que soit le mauvais côté. Vraisemblablement celui des pauvres : leur masse ne suffirait jamais à compenser leur infériorité numérique et technique.

Peureux comme il l'était, le mestre déchu se trouvait donc soulagé de voir que l’aristocratie la plus distinguée ne négligeait pas de soigner la roture à l'occasion, tel un bon maître accordant de temps en temps une caresse distraite et un os à son chien. Ce n’était pas grand-chose, mais cela pouvait faire la différence entre une foule acclamant la générosité de ses dirigeants, les pieds dans la boue, et une foule essayant de lapider ses dirigeants, les pieds légèrement plus enfoncés dans la boue. Il se demandait où était le seuil entre le sentiment d’oppression et la simple résignation à la domination des nobles. Au premier mort de faim ? Au troisième ? Au quinzième ? Au premier serviteur battu à mort ? Au premier enfant renversé par un carrosse ? Difficile à dire. On le sentait dans l’air ambiant, parfois, comme une tension presque palpable, dans le renfrognement de gueules cassées, la moue de mères épuisées. Et à d’autres moments vous sentiez que ces traîne-misère auraient versé leur sang en reconnaissance d’un seul attouchement compatissant d’une beauté valyrienne.

Pour l’heure, l’ambiance était plutôt à la célébration des largesses de la Maison Velaryon. Vyrgil trouvait largement son compte dans ce petit arrangement puisqu’indépendamment de la marge réalisée sur la vente des remèdes, qui profiterait au dispensaire et donc indirectement à lui (le moment semblait bien choisi pour demander un peu plus d’argent à Garlan), il y gagnait en réputation, et en considération auprès d’une famille noble influente. Que Lady Naerys ait eu la bonne idée de se faire accompagner d’un « vieil ami » du guérisseur, était pour lui une raison de plus de se réjouir.

C’est donc avec une sincère cordialité qu’il s’en alla tapoter l’épaule de Pryam avec cette assurance du noble face à celui qu’il croit être un roturier : toute familiarité semble acceptable en pareil cas, et la note condescendante d’un tel geste ou du regard mi-amical mi-compatissant posé sur le chevalier errant échappait totalement à Vyrgil. Une petite part de lui, relique de son éducation noble, voyait en Pryam un pauvre vagabond vertueux mais sans ressource. Toutefois le Vyrgil actuel était plus aguerri et savait voir en Pryam un homme au moins aussi élevé que lui socialement : en toute objectivité, un chevalier bien éduqué qui avait ses entrées auprès des Velaryon, n’était pas plus un mendiant que lui-même.

« Comment allez-vous, mon cher ? Il y a bien des lunes que nos chemins se sont séparés, mais je ne saurais oublier que vous m’avez sauvé des dangers de la route par vos conseils. Grâce à votre aide inestimable, je suis parvenu à destination indemne. Je consacre aujourd’hui mes quelques talents et connaissances à la sauvegarde des nécessiteux, ce qui en soi constitue un juste retour des choses, après avoir été moi-même secouru dans l'adversité.» Il aimait bien se donner des airs de grand homme plein de générosité et de modestie, et faire comme s'il avait choisi de se dévouer à son prochain - il ne s'en rendait même pas compte, le pauvre, jouant cette comédie avec lui-même avant de la jouer avec les autres. En vérité sa position ici n'était qu'à moitié un choix et son altruisme restait des plus douteux, mais à son crédit l'on peut dire qu'il avait fait des progrès en la matière depuis son départ de Villevieille.

«Mais vous, que devenez-vous ? Avez-vous trouvé ce que vous cherchiez ? » Vyrgil se rappelait vaguement que Pryam cherchait quelque chose, et dans le doute cela lui semblait plausible ; les chevaliers errants cherchent toujours quelque chose, non ? Que ce soit une belle à épouser, une sainte relique perdue ou un orphelin à sauver, ils avaient tous un but. Si Pryam lui avait parlé du sien, il était incapable de s’en souvenir, ayant peu d’attention et de mémoire pour les problèmes d’autrui…

Derrière lui, la gosse Tally se faufilait entre les tables pour les rejoindre. Ses grands yeux fixaient Pryam et c’est avec une étincelle dans les prunelles qu’elle se glissa tout près d’eux. « Z’êtes un vrai chevalier, m’ser, dîtes, un vrai de vrai ? » Elle n’en voyait pas très souvent à Culpucier et le visage doux de celui-ci, tout auréolé de boucles blondes, semblait avoir fait forte impression sur son petit cœur tendre de gamine encore rêveuse, bien que déjà avertie des choses de la vie...

Spoiler:
 


Thème musical : La Marche Turque ~ Mozart
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Mar 24 Sep 2013 - 14:59

     Lady Naerys s'était éloignée, le chevalier s'était contenté de la saluer comme il l'aurait fait avec n'importe quelle dame de son rang, puis son attention s'était reportée sur les lieux. C'était un endroit plutôt déstabilisant, si Pryam avait l'habitude de côtoyer des personnes dans le besoin, il n'était cependant pas amené à voir autant de monde blessé ou souffrant. À part sur les champs de bataille, bien entendu, mais aux dernières nouvelles, Port-Réal n'avait subi aucune attaque.

     Son attention fut détournée du spectacle qui s'offrait à ses yeux par la frappe amicale que le mestre déchu lui offrit. Les yeux du Valois se reportèrent aussitôt sur le visage de celui-ci alors qu'il avait l'impression de le voir pour la première fois. Bien que les deux hommes avaient partagé quelques journées ensemble, Pryam n'avait jamais compris ou deviné que l'homme à ses côtés était jadis un pensionnaire de la Citadelle. Dans un sens, c'était plutôt logique et le chevalier se sentait stupide de ne pas l'avoir flairé avant. Un homme comme Vyrgil ne survivait pas dans la nature pendant des années, il aurait été tué et détroussé par les premiers brigands croisés. Au début, le jeune homme avait imaginé avoir affaire à un noble qui avait fui de chez lui. Son manque d'expérience, son comportement un peu.... hautain ? Assuré ? Pryam ne trouvait pas le mot exact, mais la manière dont il s'exprimait et se comportait avec les roturiers ne le présentait pas comme un simple paysan du coin. En somme, le blond avait imaginé une infinité de possibilité, mais aucune ne s'était approchée de celle du mestre déchu. L'évidence ne sautait pas aux yeux du chevalier qui éprouvait quelques difficultés à comprendre ce que le commun des mortels flairait du premier coup. Chacun ses talents, lui ce n'était pas dans son domaine.

     Le comportement familier du mestre déchu n'embarrassa ou ne contraria guère Pryam qui scrutait son interlocuteur d'un air débonnaire. La présentation que lui offrit l'homme avait de quoi impressionner : il était loin l'homme perdu que le chevalier s'attendait à voir mendier à sa prochaine visite de Port-Réal. Dans un sens, c'était rassurant. Le Valois s'en serait amèrement voulu d'avoir aidé un homme qui aurait sombré dans la misère quelques jours plus tard. Le jeune homme s'apprêtait à répondre lorsqu'il fut interrompu par une question pour le moins surprenante. Lorsque ses yeux se posèrent sur le visage de la gamine responsable de l'interrogatoire, il comprit aussitôt à quoi il devait avoir affaire. Combien de fois avait-il croisé des enfants qui rêvaient de croiser des chevaliers comme dans les légendes ? D'un ton naturellement doux, le blond lui répondit.

     ▬ Oui, je suis un chevalier. Enfin, j'ai été adoubé. Détail technique qui devait certainement échapper à la gamine. Il n'avait jamais été doué pour parler aux enfants. Trop pragmatique, pas assez rêveur. Mais si tu veux voir un vrai chevalier comme dans les histoires, c'est celui qui vient de sortir avec la dame aux cheveux clairs. »

     Il parlait bien entendu du jeune homme aux côtés de lady Naerys, son frère d'après ce qu'elle avait dit. Pryam n'avait rien du chevalier dont on contait les histoires, lui il était davantage du style à aider la vieille dame du bout de la rue à retrouver son chat que de remporter une bataille en réussissant à occire le féroce adversaire qui menaçait tout Westeros. Cela dit, ce rôle lui convenait parfaitement, il ne tenait pas à être au centre de l'attention.
     Son regard se détourna finalement de la gamine pour se poser sur le mestre déchu et lui répondre enfin.

     ▬ Je l'ai retrouvée oui, elle est avec moi à Port-Réal d'ailleurs. Il ne s'étendit pas sur ce sujet, il y avait fort à parier que l'homme avait oublié de qui il parlait. Je suis très étonné de vous trouver ici, je ne vous le cache pas. J'avais entendu parler de cet endroit à l'auberge où je séjourne, ils m'ont parlé de la personne qui le tenait, mais je n'avais pas fait le lien avec vous. Il parlait d'un ton d'excuse. En vérité, j'ignorais que vous aviez été mestre. J'avais bien compris que vous n'étiez pas très familier de la vie sur la route, mais je vous voyais plutôt en noble désireux de changer de vie. »

     Quelque chose lui disait que cette comparaison allait certainement plaire au mestre, il avait l'air d'apprécier l'idée d’être considéré comme quelqu'un d'assez important, même si c'était le lot de tout le monde. Qui ne rêvait pas de devenir célèbre dans son milieu ? Pryam certes, mais c'était un manque d'ambition et sans ambition, l'on était rarement amené à faire de grandes choses. Du point de vue du Valois, c'était donc un trait de caractère appréciable.

     ▬ C'est une bonne chose que vous utilisez vos connaissances pour aider les gens, ce n'est pas tout le monde qui agirait de la sorte. Il parlait en connaissance de cause. Son regard se promena une fois de plus sur les environs alors qu'il poursuivait. Vous avez l'air de ne pas manquer de travail et avec ce que lady Naerys vient de vous proposer, j'imagine que vous allez être très occupé. »

     Sortir d'une guerre était toujours très difficile, mais lorsqu'elle durait depuis aussi longtemps et se voyait en plus ponctuée par d'autres malheurs comme la sécheresse ou la rébellion Feunoyr, les choses se compliquaient encore davantage. Le chevalier nota d'ailleurs qu'il n'avait pas répondu à la question du mestre déchu concernant la manière dont il allait. C'était sans importance, c'était le type de phrase toute faite que l'on prononçait simplement pour montrer à l'autre que l'on s'intéressait à lui. Cependant ce détail lui avait rappelé quelque chose et il reprit donc la parole.

     ▬ Je reviens du Conflans, j'avais été à Murs-Blancs et beaucoup de personnes ont été en difficulté là-bas. Je ne parle pas vraiment des nobles, ils ont mérité ce qui leur est arrivé, mais j'ai rencontré plusieurs serviteurs des Beurpuits qui ne savaient pas ce qu'ils allaient devenir. C'est toujours les petites gens qui pâtissent des erreurs des plus grands. »

     Une conclusion assez sombre il fallait l'avouer, mais cet épisode laissait un goût amer dans la bouche du Valois, que même le fait de participer à ce tournois ne parvenait pas à dissiper.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Mestre
avatar

Vyrgil Vyrwel
Mestre

Général
Mestre destitué et noble déchu
Médecin des pauvres malgré lui

♦ Missives : 337
♦ Missives Aventure : 24
♦ Age : 36
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 10/05/2013
♦ Célébrité : James Callis dans 'Merlin & the book of beasts' © Front street pictures
♦ Copyright : Moi
♦ Doublons : Alysanne Florent, Danelle Lothston, Lantheïa
♦ Age du Personnage : 38 ans
♦ Mariage : A priori, c'est cuit, mais sait-on jamais ?
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles : Sa déchéance
Ses tribulations et avanies
Son nouveau chez-lui
Ses domaines d'expertise
Ses éclairs de génie
Stock d'images pour créations

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
199/500  (199/500)


Message Lun 30 Sep 2013 - 14:21

La petite Tally ne sembla guère affectée par la mention du « vrai chevalier ». Si on avait été adoubé, c’est qu’on était chevalier, non ? A son âge il n’y avait guère de différences entre un chevalier de haute noblesse et un chevalier des haies tant qu’ils portaient épée, armure, et leur honneur en étendard ; or Ser Pryam avait de la prestance à sa façon, sans être d’un style tapageur. Grand et vigoureux, bien que moins imposant que la majorité de ses pairs, il se tenait comme un homme éduqué, et ses boucles blondes associées à ses manières aimables lui donnaient un côté angélique. En même temps, le sérieux de son attitude incitait à voir en lui un homme intègre et vertueux plutôt qu’un fanfaron creux ou une brute peu soucieuse de ses vœux. Sa voix douce et sa modestie achevèrent donc de conquérir la fillette qui avait bien assez d’imagination pour deux et n’entendait pas lâcher si facilement sa proie – légendaire ou non, ce n’était pas tous les jours qu’elle avait un « héros » sous la main ! Elle comptait bien l’accabler de questions jusqu’à ce que sa gorge ravinée par la soif ne puisse plus former un son !

Sentant venir l’assaut en règle, Vyrgil lui tapota benoîtement la tête et lui demanda d’aller éponger le front d’un patient que la fièvre faisait transpirer. Elle se mordit la lèvre, lui décocha un coup d’œil vif comme la lame d’un coupe-jarret, et détala dans un tourbillon désordonné de cheveux roux. C’est qu’il y avait une chose encore plus importante à ses yeux que les chevaliers et le récit de leurs aventures : ses ambitions. La petite donzelle n’entendait pas rester enlisée à jamais dans la fange de Culpucier. Apprendre tout ce qu’elle pouvait de Vyrgil était une manière comme une autre de s’armer pour faire son chemin dans la vie autrement qu’en se livrant au vol et à la mendicité. Elle était encore petite, mais c’était elle qui s’était imposée ici, et elle avait bien l’intention d’être aussi assidue à la tâche qu’une abeille ou une fourmi !

Vyrgil eut un petit sourire en la regardant filer et reporta son attention sur Pryam qui venait de mentionner avoir retrouvé quelqu’un ou quelque chose. Bien, bien, songea le mestre déchu, au moins une personne en ce monde qui avait atteint son but, et c’était tant mieux. Il n’avait aucune idée de qui ou de quoi il s’agissait et sa réjouissance ne dura qu’un instant, son empathie restant encore à l’état embryonnaire, dans l’ombre d’un égocentrisme quant à lui pleinement développé. Son intérêt se focalisa bien plus vite sur l’impression que Pryam disait avoir eue de lui, évoquant l’hypothétique noblesse de ses origines. La raison n’en était guère flatteuse puisqu’elle tenait à son ignorance crasse des réalités de la vie au moment où il avait rencontré pour la première fois le chevalier errant, mais Vyrgil ne s’attarda pas sur ce détail, préférant trouver dans ces paroles la confirmation que l’ineffable supériorité de son ascendance se voyait de toute façon comme le nez au milieu de la figure.

Pryam évoqua ensuite son travail au dispensaire, avec une certaine considération. Vyrgil opina avec urbanité. Oui, bien sûr, entre gens vertueux et de qualité, nous nous comprenons ! semblait-il penser. L’altruisme, le dévouement aux plus faibles, et tout le tremblement. Bien sûr, bien sûr, il est dommage que tant d’autres n’aient pas cette grandeur d’âme. Que voulez-vous, tout le monde ne peut pas avoir à la fois l’esprit haut et le cœur sur la main. Ces pensées inconscientes n’affleurèrent pas toutefois à ses lèvres. Sa réaction fut plus vive aux propos suivants. Murs-Blancs ? Ainsi donc, Ser Pryam avait été sur le lieu de ces événements mystérieux ? Vyrgil n’avait ouï que des rumeurs toutes plus folles les unes que les autres, et comme il accordait aux rumeurs aussi peu de crédit qu’aux maladies imaginaires de la vieille Deirdre, qui n’était avare ni des unes ni des autres, il avait jusqu’ici éludé la question. Mais il se rappelait qu’on avait parlé de nains chevauchant des dragons, de criminels joutant en tournoi, d’aristocrate engrossée par un marmiton, et d’œufs au beurre volés dans une laiterie… du moins était-ce le salmigondis que son esprit avait retenu des marmonnements des commères se pressant dans son dispensaire tandis qu’il s’affairait à recoudre des plaies et arracher des dents gâtées.

« Vous étiez là-bas en personne, Messer ? Mais que s’est-il donc passé, dîtes-moi ? On entend tout et n’importe quoi au sujet de cet endroit ; c’est à croire que les gens sombrent inéluctablement dans le délire hallucinatoire dès qu’ils sont rassemblés en foule devant un événement supposément excitant. » En ce qui le concernait, les tournois ne prêtaient guère à l’excitation, mais cela semblait être le cas de la plupart de ses congénères, sans doute victimes de leurs instincts bestiaux, instincts qu’il supposait dominer pour sa part grâce à une intelligence supérieure... Il n’était donc pas si étonné que de simples joutes aient provoqué tant de ragots, mais tout de même, des fantasmes aussi épiques devaient bien trouver leur source dans un incident quelque peu inhabituel ou remarquable - ou c’était à désespérer de la raison humaine !

Spoiler:
 


Thème musical : La Marche Turque ~ Mozart
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Mar 8 Oct 2013 - 12:19

     Le regard de la gamine ne manqua pas d'être remarqué et le chevalier se demanda à quoi il allait avoir droit. C'était assez fréquent que les enfants viennent l'aborder, mais cela ne durait jamais bien longtemps. En général ils avaient plutôt pour habitude de lui poser quelques questions basiques et dès qu'ils apprenaient qu'il n'était ni l’Épée du Matin, ni en recherche d'écuyer, ils s'envolaient sans demander leur reste. Le Valois n'eut toutefois pas besoin de se soucier davantage de ce qu'elle comptait lui demander puisque la petite fut rappelée à la réalité par le mestre déchu qui se contenta de la regarder filer avant de se concentrer sur le chevalier.

     Les questions qui arrivèrent concernant Murs-Blancs n'étonnèrent pas franchement le blond. Il avait déjà eu plusieurs questions de ce type après avoir avoué être présent à cette rébellion. En général, le Templeton évitait de le faire pour la bonne et simple raison qu'il ne tenait pas particulièrement à être associé à des personnes qui n'hésitaient pas à trahir la Couronne. Sa maison avait toujours été très fidèle aux Targaryen et la simple idée d'être assimilé à ces traîtres l'inquiétait réellement. C'était dans ces moments qu'il était heureux de ne pas porter son patronyme : son père lui en aurait sincèrement voulu d'apprendre qu'il avait mêlé leur nom à une telle affaire ! D'un autre côté, ser Symond en voulait à ses enfants pour bien moins grave, il n'était plus à une fois près.

     Vyrgil lui demanda comment les choses s'étaient passées avant d'expliquer que ce qui était venu à ses oreilles était plutôt... peu fiable. Pryam hocha la tête d'un air entendu : il savait parfaitement que bien des personnes aimaient parler sans être au courant de ce qui s'était passé là-bas ! Certains racontaient par exemple qu'un dragon s'était vengé sur Murs-Blancs au point de détruire la forteresse et de disséminer ses pierres à travers tous le Conflans. Le chevalier qui avait été sur place pouvait témoigner du fait qu'aucun dragon n'était venu se mêler des affaires de la Couronne.
     Après quelques secondes de silence et de réflexion, le jeune homme prit la parole pour répondre aux interrogations de son interlocuteur.

     ▬ Oui, j'étais sur place, j'avais décidé de participer au tournoi étant donné qu'il était ouvert aux chevaliers errants. Et que sa sœur avait lourdement insisté à ce propos d'ailleurs, mais c'était un détail. Les choses se sont déjà présentées étrangement la veille du tournoi, tous les participants qui se trouvaient dehors pour festoyer ont été attaqués par des hommes de main de lord Beurpuits. Visiblement ils cherchaient à handicaper le maximum de chevaliers de manière à pouvoir permettre à leur champion de gagner. Heureusement personne n'avait été vraiment blessé. Je crois savoir qu'il y a aussi eu quelques ennuis dans la salle réservée aux nobles, mais n'y étant pas je ne peux pas vous dire si c'est la vérité. »

     Pryam avait simplement entendu parler de rumeurs qui seraient venues de la bouche des serveuses en charge de la salle ce jour-ci. Elles disaient surtout que des Dorniens auraient visiblement provoqué quelques disputes et que le beau-fils de lord Beurpuits aurait réagi de manière assez brutale. Ce n'était pas vraiment étonnant en un sens, Tom le Noir n'avait rien d'un tendre et il suffisait de le voir pour comprendre que l'on risquait gros à l'énerver. Même face à une femme il n'hésitait visiblement pas à faire preuve de son sale caractère, à se demander comment il avait fait pour réussir à être adoubé.
     Chassant ces interrogations de son esprit, le jeune homme se concentra à nouveau sur leur discussion pour poursuivre de manière plus détaillée.

     ▬ Le tournoi s'est passé assez bien, mais les choses se sont compliquées le lendemain. L’œuf de dragon promis au vainqueur avait été volé et c'est à ce moment que Daemon II s'est dévoilé et à accuser un chevalier de la maison Corbray. Vous savez certainement que le précédent seigneur de cette maison a été déchu pour avoir manqué à ses vœux. Ou peut-être qu'il s'en moquait. Le chevalier en question a été emprisonné pour qu'un duel judiciaire puisse avoir lieu le lendemain, sauf que c'est à ce moment que la Main du Roi est intervenue, elle était accompagnée de la régente d'Harrenhal et de ses Dents de Freux. Ils ont simplement mis fin au duel, ont arrêté Daemon II et ont déchu lord Beurpuits de ses droits et de son titre. Résumé de la sorte, cette histoire semblait extrêmement simple, mais c'était uniquement en apparence. Et ils ont permis que la fin du tournoi soit disputée, sauf que le vainqueur n'a pas eu droit à l’œuf de dragon, personne ne l'a retrouvé. »

     Il n'y avait pas grand-chose de plus à dire à propos de tout ceci. Pryam se demandait si le mestre déchu lui posait cette question uniquement par curiosité ou s'il s'intéressait réellement à ce qui se passait là-bas. Peut-être avait-il des connaissances qui vivaient dans le Conflans ? À moins qu'il n'ait été au service d'une maison partisane des Feunoyr avant d'être déchu ? La question le taraudait, mais le chevalier errant ne se voyait pas demander la raison de cette curiosité à son interlocuteur. C'était son rôle de répondre sans demander pourquoi. Il décida toutefois de tendre une perche destinée à voir quel était l'intérêt de l'ancien mestre pour toutes ces histoires.

     ▬ Je connais tous les blasons, j'ai repéré les maisons qui étaient là-bas et il est vrai qu'il y avait essentiellement des familles liées aux Feunoyr. Cependant, il y avait aussi le jeune suzerain du Conflans ainsi que lord Arryn qui passait justement là en compagnie de lord Tully. Il marqua une légère pause avant de reprendre. Est-ce que cette réponse vous convient, ou vouliez-vous savoir encore autre chose ? »

     Il était là après tout, autant qu'il réponde à tout ce que Vyrgil pouvait se poser comme questions ! Ce n'était pas tous les jours qu'il avait l'occasion de se rendre utile de la sorte.

HP:
 


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Mestre
avatar

Vyrgil Vyrwel
Mestre

Général
Mestre destitué et noble déchu
Médecin des pauvres malgré lui

♦ Missives : 337
♦ Missives Aventure : 24
♦ Age : 36
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 10/05/2013
♦ Célébrité : James Callis dans 'Merlin & the book of beasts' © Front street pictures
♦ Copyright : Moi
♦ Doublons : Alysanne Florent, Danelle Lothston, Lantheïa
♦ Age du Personnage : 38 ans
♦ Mariage : A priori, c'est cuit, mais sait-on jamais ?
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles : Sa déchéance
Ses tribulations et avanies
Son nouveau chez-lui
Ses domaines d'expertise
Ses éclairs de génie
Stock d'images pour créations

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
199/500  (199/500)


Message Dim 13 Oct 2013 - 15:45

Vyrgil écoutait avec un ébahissement croissant les explications de Pryam au sujet des événements de Murs-Blancs. Non seulement il y avait eu grabuge et forfaiture dès avant la fin du tournoi, mais encore en plus, le vol d'un oeuf de dragon, et la révélation au grand jour de Daemon II, logiquement le fils de Daemon Feunoyr. Mais à peine celui-ci dévoilé, et déjà en bisbille avec un Valois d'une famille apparemment peu honorable - Vyrgil ne prenait pas vraiment la peine de suivre les affaires politiques, et les avanies des Corbray ne lui évoquaient que de très vagues souvenirs de rumeurs - que la Main du Roi appuyée de seigneurs loyalistes avait mis un terme à ses ambitions. C'était une histoire digne d'un conte et si elle lui avait été relatée par un homme à peine moins sérieux et intègre que Ser Pryam, Vyrgil ne lui eût accordé aucun crédit. Mais le chevalier était honnête à défaut d'être influent et renommé, et il avait été le témoin direct de ces événements remarquables ! Le mestre déchu ne songea même pas à s'enquérir de sa fortune aux joutes, trop préoccupé par les implications de cette rébellion avortée. Si complot Feunoyr il y avait eu, il était fort probable que son frère Bryce se soit trouvé, sinon en première ligne, du moins dans les coulisses. Beurpuits, Beurpuits... ce nom ne lui disait pas grand-chose, après tout il avait toujours fait son possible pour se tenir à l'écart des manigances de son aîné, n'était-ce pas pour cette raison qu'il se trouvait ici, à tenter de se refaire un nom et un statut, sans se salir les mains ? Enfin, façon de parler, puisque dans les faits ses mains trempaient usuellement dans des substances que l'on aurait eu peine à qualifier de propres. Du moins son âme, ou plutôt sa conscience, n'en était-elle point souillée, et plus important encore, il ne courait pas ainsi le risque de se voir privé de sa précieuse tête, la meilleure partie de son anatomie, encore que sur ce point le débat fût ouvert.

S'éclaircissant la gorge, il tâcha maladroitement de se donner une contenance mais il faut bien dire qu'il n'était pas grand comédien et qu'à cet instant comme souvent il était assez aisé de lire son trouble sans avoir besoin pour cela d'être grand diplomate ou intrigant. "Hum, ce que vous me contez là est stupéfiant, mon ami ! Et des seigneurs aussi importants que Lord Arryn et Lord Tully étaient présents, vous dîtes ? Oh, je n'ose songer que de si hauts personnages aient une tâche aussi sombre sur leur conscience, mais savoir que, hum, la traîtrise couve encore dans notre bon royaume est des plus... inquiétants. Enfin, je suppose que Lord Rivers a mis bon ordre à tout cela ? Sait-on ce qu'il est advenu de Daemon II et de ses partisans ? Peut-être d'autres seigneurs ont-ils été déchus... ou pire ?"

Il lui était difficile de dire si au final l'annonce du trépas ou de la disgrace de son frère lui auraient causé du soulagement, de l'angoisse, de la joie ou des regrets. Il redoutait Bryce comme le Fléau de Printemps et ne demandait qu'à être laissé en paix loin de cette famille embarrassante, mais c'était tout de même son frère, et surtout, qui pouvait dire ce que l'on penserait de lui désormais s'il se révélait parent d'une Maison deux fois félone et selon toute apparence irrémédiablement compromise, sans espoir de rédemption ? La cause Feunoyr ne battait pas de l'aile : elle s'était carrément fait abattre en plein essor et ne s'en relèverait sûrement jamais, à moins d'un miracle. Il ne voulait pas payer les pots cassés ! Il ne méritait pas cela, pas après tant d'efforts et de sacrifices pour s'en sortir... devait-il être condamné à l'insignifiance, aux molaires pourries, aux verrues de vieille bique, et aux tapotements d'épaules gênés devant des cadavres en sursis ? Devrait-il renoncer aux chemises de soie, aux ladies courtoises, aux honneurs de la classe noble ? Tout cela parce que des générations de Vyrwel contrariés par leurs humeurs instables et un fief ingrat avaient décidé de haïr le monde entier et les Targaryen en particulier ? Non, ce serait là une injustice criante, il ne l'accepterait point ! Ou toutes les litanies des septons n'étaient que mascarade et imposture... le sang quitta ses joues et il dut s'appuyer au mur un instant, pris de vertige dans l'attente craintive des réponses qui tomberaient bientôt des lèvres de Ser Pryam.

Spoiler:
 


Thème musical : La Marche Turque ~ Mozart
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Lun 14 Oct 2013 - 14:33

     Le trouble qui habitait le mestre déchu était suffisamment visible pour que Pryam le remarque, même en étant aussi peu doué qu'il l'était pour décrypter les émotions de ses interlocuteurs. Pour quelle raison pouvait-il bien s'inquiéter de tout cela ? L'idée qu'il puisse être issu d'une maison liée aux Feunoyr n'effleura pas une seule seconde l'esprit du chevalier errant, il avait du mal à s'imaginer qu'un tel homme aurait pu séjourner à Port-Réal sans être inquiété. Et pourtant, lui-même avait vécu auprès des Sunderland pendant plusieurs années avant d'apprendre qu'ils étaient des partisans de la cause Feunoyr, comme quoi les affaires de tout le monde n'étaient pas aussi publiques que le laissait entendre le jeu des trônes. Oui, Vyrgil pouvait parfaitement être issu d'une maison noble qui soutenait le mauvais dragon, mais le chevalier errant n'y songea pas. Et c'était sans doute préférable ainsi.

     Les questions de l'ancien mestre étaient parfaitement logiques et compréhensibles, Pryam n'y voyait qu'une curiosité naturelle : qui ne voudrait pas être mis au courant de ce qui s'était déroulé là-bas ? Le Valois adopta une expression de réflexion alors qu'il essayait de réunir ses souvenirs. Nombreux avaient été les nobles à subir les conséquences de leurs actes inconsidérés, mais le jeune homme ne se souvenait pas de tous avec exactitude, seuls quelques noms restaient gravés dans sa mémoire de manière durable. Certains pour de bonnes raisons, d'autres par un pur hasard.

     ▬ Je ne me souviens plus avec exactitude de tous les noms, mais il y a eu des morts et des amendes plutôt lourdes. Je sais que lord Peake est mort, l'héritier des Sunderland aussi.... Il y en a eu d'autres, mais leur nom m'échappe. Le ton était quelque peu navré. Certaines maisons qui n'avaient pas participé de manière directe ont été simplement sanctionnées par une lourde amende. Leurs seigneurs s'étant contentés d'observer la débâcle sans prendre les armes, ils n'ont été que soupçonnés, même si c'est un secret de polichinelle au fond. »

     Les réponses fournies n'étaient pas vraiment très précises, cependant, l'on ne pouvait pas dire que l'ancien mestre faisait preuve de beaucoup de détails lui non plus ! Le Valois était navré de ne pas réussir à se montrer d'une grande utilité, toutefois l'idée que Vyrgil puisse avoir quelque chose derrière la tête devenait de plus en plus logique pour le chevalier errant. Il hésita un bref instant, ne tenant pas à avoir l'air trop indiscret, mais il sentait bien qu'il ne pourrait pas faire grand-chose de plus sans avoir davantage de données. Le vertige qui avait pris le mestre déchu ne lui avait d'ailleurs pas échappé, même s'il avait été trop « poli » pour ne pas le souligner. Au fond, s'il en restait là, Pryam ne pourrait rien faire de plus, il décida donc de pousser plus loin.

     ▬ Est-ce que vous vous sentez bien ? Si j'ai dit quelque chose qui vous a troublé, vous m'en voyez navré. Vous devriez peut-être vous asseoir ? »

     Il n'était toutefois pas mestre et Vyrgil savait certainement mieux que personne ce qui était bien pour lui ! Le regard du jeune homme quitta provisoirement le visage barbu de son interlocuteur pour se promener sur la salle à la recherche d'une personne qui pourrait l'aider si jamais ces nouvelles faisaient s'écrouler le mestre déchu. L'envie de poser des questions à Vyrgil le démangeait toujours autant et finalement, comme il ne trouva rien de plus à faire que l'interroger, le jeune homme reporta ses yeux clairs sur le – peut-être – ancien noble. Son hésitation le fit buter une dernière fois avant qu'il ne se lance.

     ▬ Vous savez, si vous me disiez ce qui vous intéresse réellement, je pourrais vous être plus utile je pense. Loin de moi l'idée de vouloir me mêler de vos affaires, mais je n'ai malheureusement pas la mémoire suffisante pour me souvenir de tous les détails.... Quelques informations supplémentaires me permettraient certainement de me remémorer des informations pouvant vous intéresser. »

     Cela dit, il ne comptait pas l'y obliger et le ton de sa voix le montrait clairement. De toute manière, rien qu'en voyant le chevalier errant, l'on comprenait immédiatement qu'il n'était pas du genre à forcer les gens à lui confier leurs plus noirs desseins. Puis peut-être que le Valois se trompait et que ce vertige n'était dû qu'à une trop forte dépense d'énergie ? Ce serait un drôle de hasard, mais parfois ce genre de choses arrivaient. La naïveté et l'aveuglement volontaire avaient bien des facettes.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Mestre
avatar

Vyrgil Vyrwel
Mestre

Général
Mestre destitué et noble déchu
Médecin des pauvres malgré lui

♦ Missives : 337
♦ Missives Aventure : 24
♦ Age : 36
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 10/05/2013
♦ Célébrité : James Callis dans 'Merlin & the book of beasts' © Front street pictures
♦ Copyright : Moi
♦ Doublons : Alysanne Florent, Danelle Lothston, Lantheïa
♦ Age du Personnage : 38 ans
♦ Mariage : A priori, c'est cuit, mais sait-on jamais ?
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles : Sa déchéance
Ses tribulations et avanies
Son nouveau chez-lui
Ses domaines d'expertise
Ses éclairs de génie
Stock d'images pour créations

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
199/500  (199/500)


Message Jeu 17 Oct 2013 - 14:59

Il suffisait à Vyrgil d’entendre les noms prononcés par Ser Pryam pour avoir l’impression que l’Etranger se tenait juste derrière son épaule avec sur ses lèvres desséchées le sourire moqueur d’un crâne humain. Lord Peake ! Mort ! Les Peake étaient pour ainsi dire la famille. Par sa mère, leur sang coulait dans ses veines. A titre personnel, il n’avait jamais mis le pied à Pic Etoilé, mais songer que l’étau de la couronne s’était resserré sur cette Maison n’était pas fait pour le rassurer. Le sort de l’héritier des Sunderland le touchait de plus loin, mais il restait une victime de plus des Targaryen. Qui serait le prochain sur la liste ? Toute couleur avait déserté le visage de l’ancien mestre qui chancelait. Comme Pryam manifestait quelque préoccupation à le voir ainsi, il bredouilla un mot d’excuse et appela Tally, lui demandant un verre de vin pour se remettre de ses émotions. Comme le chevalier le suggérait, il s’assit sur un banc et invita Pryam à faire de même. La proposition de celui-ci ne resta pas lettre morte. Son gobelet de vin fort dans une main, il serra l’autre sur le col du chevalier dans un geste de noyé qui se rattrape à une planche, et approcha son visage près du sien, les yeux quasi exorbités, soufflant d’une voix pressante : « Mon ami, je vous en conjure, explorez votre mémoire, et dîtes-moi si le nom de Vyrwel fut prononcé devant vous, ou si vous vîtes à Murs-Blancs une vouivre d'argent dans un double trescheur rouge sur champ de sable. Hélas, bien que je sois aussi innocent dans ce complot qu’un agneau qui vient de naître, je redoute par-dessus tout la folie de certains proches qui pourrait rejaillir sur ma personne du seul fait de nos liens de sang. »  Il lâcha Pryam et se tamponna le front de la manche avant de prendre une lampée de vin. « La famille, Ser Pryam ! La famille ! Ce don et ce fardeau qui accable tant d’hommes respectables ! Vous parliez tout à l’heure de la déchéance de Lord Corbray, eh bien, je parie que ce sont ses proches qui paient les pots cassés, les malheureux, et nul ne s'en préoccupe.»

Depuis son arrivée à Port-Réal, il n’avait jamais parlé à quiconque de sa famille, toujours partagé entre l’amour-propre de sa caste et la honte de sa déchéance. Il évoquait plus facilement, encore qu’avec discrétion et seulement auprès d’un cercle choisi, sa chaîne brisée, mais la rumeur s’en était répandue et c’était désormais une chose connue d’un certain nombre de gens, si ce n’est avec certitude. Avoir été mestre et avoir perdu ce statut n’enlevait rien au prestige de ses compétences. Être noble et vivre dans la fange, en revanche, était propre à lui attirer moqueries et mépris tant des roturiers que des bien nés. A moins de pouvoir défendre sa cause, ce qui lui était impossible ! Comment aurait-il pu dévoiler les horreurs qui se tramaient à Noirvallon ? D’une part, il y avait prêté la main malgré lui, d’autre part son départ serait perçu comme une débandade rien moins qu’honorable ; par-dessus le marché, il s’exposerait ce faisant aux représailles de Bryce, qu’il n’avait aucune envie d’affronter.

Mais Ser Pryam avait pour lui sa bonhomie et son intégrité ; à lui, il pouvait bien dire la vérité, n’est-ce pas ? Depuis trop longtemps ce secret menaçait de l’étouffer. « Vous voyez »   dit-il à voix basse, « il fut un temps où j’étais fier de mon nom. Et aujourd’hui, je n’ose même plus en faire usage. J’ai préféré quitter la place qui me revenait plutôt que de me soumettre à la loi cruelle et aux décisions moralement douteuses de mon propre frère. Savez-vous ce que c’est que d’abandonner son nom ? Ah, le destin vous a épargné ce mauvais tour. Le pire qui pourrait vous arriver serait de ne pas vous en forger un, ce qui est un moindre mal. Mais perdre son nom, c’est perdre son identité. J’ai été Vyrgil Vyrwel, et Mestre Vyrgil, et maintenant je ne suis plus rien de tout cela. J’espérais pouvoir un jour porter à nouveaux les couleurs de Noirvallon, mais si ma famille a prêté la main à cette rébellion avortée, comment pourrais-je m'y risquer dans l'ombre du Donjon Rouge, et quel bien en retirerais-je ? Ah, misère ! Cet endroit est le cimetière de toutes mes ambitions.»

Il secoua la tête d'un air pathétique. Oh, ce n’était pas tant une affaire de traîtrise que de réputation. Si Daemon II avait réussi son coup, il aurait été le premier à le saluer et à se pavaner avec le blason des Vyrwel sur son manteau. Les Targaryen ne lui étaient d’aucune importance et son éducation avait instillé en lui un esprit critique vis-à-vis des de la dynastie au pouvoir. Mais les perdants ne font jamais forte impression, et les partisans Feunoyr avaient toutes les chances d’être vilipendés après leur défaite, tout particulièrement ici, dans la cité des dragons…


Thème musical : La Marche Turque ~ Mozart
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Ven 18 Oct 2013 - 14:07

     Visiblement cette discussion chamboulait l'ancien mestre plus que Pryam ne l'aurait imaginé, pour peu il regrettait presque d'abord abordé ce sujet. Mais comment aurait-il pu deviner d'un côté ? Observant le Bieffois comme s'il s'attendait à le voir tourner de l’œil d'une seconde à l'autre, le Valois fut assez rassuré en le voyant décider de s'installer sur un banc pour se remettre de ses émotions. Comme il fut convié à faire de même, le chevalier errant s'assit docilement aux côtés de son interlocuteur, le couvant toujours d'un regard quelque peu inquiet. Il allait encore de faire jeter dehors pour avoir complètement retourné le responsable des lieux ! Enfin, ce n'était pas ce qui l'inquiétait le plus bien évidemment. L'impression qu'il avait touché un point sensible se renforça lorsque le mestre déchu lui attrapa tout à coup le col comme s'il représentait son dernier espoir, puis lui demanda – ou le supplia presque – de se remémorer si un certain nom éveillait quelque chose dans son esprit.

     L'air à cran du Bieffois ne manquait pas de troubler Pryam qui se demandait ce que cet homme pouvait bien avoir de si inquiétant en tête pour s'en retrouver physiquement touché. Les aveux ne tardèrent pas. Le jeune homme visualisait parfaitement le blason des Vyrwel, il avait toujours trouvé ironique que des partisans Feunoyr arborent une vouivre qui, au final, n'était qu'une sorte de dragon sans pattes. Peut-être était-ce une manière que les Sept avaient trouvé de se moquer des rebelles – car il était évident qu'ils étaient du côté du Roi ? Le chevalier n'eut guère le temps de soliloquer que déjà le mestre lui expliquait être parfaitement innocent quant à ce complot et laissa entendre qu'il était lié par le sang à ces traîtres. Une expression de surprise passa sur le visage débonnaire du Valois tandis qu'il scrutait toujours son interlocuteur. Celui-ci le lâcha finalement pour se reculer et avaler une gorgée de fin avant de lui parler de la famille. Il était vrai que c'était à la fois une bénédiction et un malheur, lui-même en avait fait l'amère expérience. Mais cela n'était toutefois pas comparable à la situation de Vyrgil qui se retrouvait lié à une famille de partisans Feunoyr.

     Seul le silence répondait au mestre déchu pour le moment. Pryam avait bien compris que l'homme avait besoin d'exprimer ce qu'il avait sur le cœur et le couper aurait donc été malvenu. Son regard bleu posé sur le visage de l'homme, il écoutait donc ces aveux qui parlaient d'une honte liée à son patronyme. Ce devait être compliqué de porter celui de rebelles connus en effet, le jeune homme hocha la tête d'un air entendu. Quant à la question concernant le fait d'abandonner son nom... Pryam ne pouvait bien évidemment pas en parler, mais il comprenait largement. Avouer aurait de toute manière été inutile étant donné que le Bieffois semblait persuadé du fait qu'il était né parmi la roture – ce dont le chevalier ne se plaignait pas. Finalement, comme le silence s'installa, le Valois inspira longuement le temps d'ordonner ses pensées avant de répondre avec toute la franchise possible.

     ▬ Je ne peux qu'imaginer ce que vous ressentez et encore, je dois être bien loin de la réalité. Quoique, il en avait une petite idée. Les Vyrwel étaient effectivement présents au mariage, mais ils n'ont à déplorer aucun mort parmi eux. Si je ne me trompe pas, seuls lord Vyrwel et son épouse étaient présents à Murs-Blancs, j'imagine que le reste de votre famille a dû rester à Noirvallon. Il ignorait quelle était la composition de l'arbre des Bieffois, il ne pouvait donc sur supputer. Lord Vyrwel n'a pas tiré les armes à l'arrivée de La Main, il s'est contenté de parler et n'a donc pas été trop gravement sanctionné. Je sais simplement que la maison Vyrwel a écopé d'une amende plutôt importante et j'imagine que la vie va se compliquer pour eux avec cette perte. »

     Pryam ne connaissait pas la situation de Noirvallon, mais s'il en croyait ses souvenirs, ce n'était pas un fief aussi luxuriant que Bois Doré par exemple. Nul doute que les membres de cette famille risquaient donc d'être quelque peu gênés financièrement parlant. Cela dit, au fond de lui le chevalier errant doutait qu'une maison aussi fidèle au Dragon Noir puisse changer quoi que ce soit dans ses habitudes juste en raison d'une amende, aussi élevée soit-elle. Cela ne ferait-il pas qu'accroître l'inimité qu'ils éprouvaient à l'égard de la Couronne. Haussant légèrement les épaules, le jeune homme détourna son attention sur les environs, constatant avec soulagement que personne n'écoutait ce qu'ils se disaient.

     ▬ Je suis certain que vous ne subirez pas le courroux des Targaryen juste parce que vous partagez le même sang qu'eux. Après tout, les Hightower aussi ont été du côté du Dragon Noir par le passé et à ce jour le seigneur de Grand-Tour est le Grand Argentier. Je pense qu'ils sont capables de comprendre qu'un homme n'est pas forcément en accord avec sa famille d'origine. Cela dit, il n'était qu'un simple chevalier, ce n'était pas à lui de dire ce que le Roi pensait. Et puis en effet, les Corbray ont été souillés par les actes de leur ancien seigneur, mais ils ont été défendus publiquement par La Main du Roi, je ne vois pas pour quelle raison les choses seraient différentes pour vous. Un léger sourire se dessina sur ses lèvres. C'est normal que vous soyez toujours lié à votre famille, même en désaccord avec eux l'on ne peut pas les rayer de son esprit. Enfin lui ne le pouvait pas du moins. Et vous savez, ici vous n'êtes peut-être ni Vyrgil Vyrwel, ni mestre Vyrgil, mais vous êtes celui qui soigne les blessés et les malades. Avec les temps qui courent, je pense que ça vaut bien plus que n'importe quel titre de noblesse ou patronyme. Il soupira légèrement. Je pense que vous êtes bien plus sévère avec vous que les autres ne le seront jamais. »

     Ou peut-être Pryam était-il trop utopique ? Les deux solutions étaient envisageables.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Mestre
avatar

Vyrgil Vyrwel
Mestre

Général
Mestre destitué et noble déchu
Médecin des pauvres malgré lui

♦ Missives : 337
♦ Missives Aventure : 24
♦ Age : 36
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 10/05/2013
♦ Célébrité : James Callis dans 'Merlin & the book of beasts' © Front street pictures
♦ Copyright : Moi
♦ Doublons : Alysanne Florent, Danelle Lothston, Lantheïa
♦ Age du Personnage : 38 ans
♦ Mariage : A priori, c'est cuit, mais sait-on jamais ?
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles : Sa déchéance
Ses tribulations et avanies
Son nouveau chez-lui
Ses domaines d'expertise
Ses éclairs de génie
Stock d'images pour créations

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
199/500  (199/500)


Message Mer 23 Oct 2013 - 13:22

Ainsi donc, son aîné vivait. Il aurait dû s’en douter ; Bryce était dix fois trop malin pour se laisser serrer comme un lapin. Rendre les armes avait dû lui coûter bien davantage qu’une amende, mais il avait su se dominer pour mieux survivre et combattre un jour prochain. Cela l’avait probablement mis d’une humeur massacrante, et il devait maintenant chercher avec d’autant plus d’acharnement le moyen d’assouvir sa vengeance, pardon, d’accomplir sa noble révolution... Lord Rivers aurait eu meilleur compte à se débarrasser de lui, songea Vyrgil. Lancel ne valait certes guère mieux que son père sur les plans moral et idéologique, mais il était loin d’avoir l’acuité de son géniteur en politique. Peut-être révèlerait-il avec le temps un potentiel hors norme pour le machiavélisme, mais Vyrgil n’aurait pas parié là-dessus. Il percevait une certaine légèreté chez son neveu, qui n’était sans lui rappeler la sienne, celle-là même qui lui avait fait perdre sa chaîne. Bryce aurait beau le dresser, arriverait-il à affûter son esprit et sa détermination au point d’en faire son « digne » héritier ? L’avenir seul le dirait.

En tout cas, la vie continuait à Noirvallon. Et le nom des Vyrwel resterait synonyme de trahison pour longtemps encore, selon toute apparence. Pryam était d’avis que cela n’impacterait guère la vouivre en perdition qu’était Vyrgil et celui-ci aspirait de tout son être à le croire ; après tout ses arguments se défendaient, et même une tendance naturelle à la panique ne pouvait enlever à un ancien mestre toute sa capacité de raisonnement. Brynden Rivers, en effet, ne semblait pas homme à émettre des jugements à l’emporte-pièce. Jusqu’ici toutefois, Vyrgil ne s’était jamais vraiment posé la question d’entrer dans les bonnes grâces de la Main ; il visait l’amitié de personnages plus prestigieux par leur sang et leur charisme que par leur influence et leur pouvoir de décision. Son but n’était pas de se mêler de politique, mais simplement de retrouver un certain train de vie et les plaisirs tant matériels qu’intellectuels qui allaient avec. De beaux vêtements, du vin, des belles à courtiser, un public pour saluer son supposé génie, tout cela était bel et bon, bien davantage que de mettre les doigts dans les toiles peu ragoûtantes tissées par le Conseil restreint et sa cohorte d’intrigants. Les gens dont il espérait obtenir les faveurs seraient-ils aussi lucides que Lord Rivers ? Ou bien lui battraient-ils froid dès lors qu’il leur confierait son ascendance ? Cette lady Velaryon, par exemple, était-elle femme à le mépriser pour les actions de sa famille ? Il n’en savait pas assez long pour le prédire.

Sirotant son vin comme un malade la potion de la dernière chance, Vyrgil écoutait toujours Pryam réagir à ses révélations, et ses yeux s’agrandissaient au fil du discours, trahissant sa stupéfaction. C’était la première fois qu’on lui tenait de tels propos. L’idéalisme simple et de bon sens du chevalier était une chose nouvelle pour un homme élevé dans une famille de comploteurs, d’un pragmatisme impitoyable, puis à la Citadelle où l’on se souciait surtout d’avancement et de découvertes retentissantes. Penser au bien qu’il faisait ici ? Se juger moins durement ? Être fier de ce qu’il accomplissait, plus que de toute avancée sociale à laquelle il aurait pu aspirer ? Jamais il n’aurait songé à raisonner ainsi. Avec un peu moins d’expérience, il aurait jugé Pryam dérangé ou simplet, mais ses aventures de ces dernières années lui permettaient de comprendre sa philosophie. Une partie de lui avait envie de tomber d’accord, et en éprouvait un immense soulagement. Une autre, encore dominante, refusait de rendre les armes. La bonté valait-elle quelque chose en ce monde ? Que gagnait-on à être un saint, hormis un hypothétique paradis post-mortem ? Pouvait-on trouver une réelle gratification à se dévouer aux autres, purement et simplement ? Ces notions lui étaient difficilement accessibles bien qu’il commençât à les appréhender. Et ce peu de compréhension lui mit les larmes aux yeux de gratitude.

« Ser Pryam… » Sa voix tremblait légèrement. « Vous ne pouvez concevoir à quel point vos paroles me touchent. Je… aussi étrange que cela puisse paraître, je n’avais jamais vu la situation sous cet angle. N’aurais jamais ne serait-ce qu’imaginer la voir sous cet angle, pour être honnête. Je ne suis pas le meilleur des hommes, vous voyez. Je… je ne suis pas l’ange dévoué des pauvres que certains voient en moi. Ni le soutien intelligent et dévoué de la cause Vyrwel. Mais je ne suis sans doute pas si misérable que ma famille le pense. Peut-être cet emploi est-il une bifurcation prometteuse, et non le tréfonds de ma déchéance. »  Il était conscient que ses mots sembleraient peut-être étranges à un chevalier vertueux, plus soucieux d’être un homme bien que de s’élever dans le monde, mais Pryam avait suffisamment voyagé sans doute pour comprendre le poids du conditionnement familial et des valeurs qui étaient celles de son milieu. « Merci de m’avoir montré cela. Je ne puis accepter tout à fait encore mon sort, mais il sera plus léger à porter grâce à vous. Peut-être arriverai-je un jour à avoir une vision des choses aussi pure que la vôtre. »  Il y avait fort à parier qu’il n’atteindrait jamais ce degré d’altruisme, et l’on sentait bien derrière l’adulte l’enfant aux promesses pieuses. Il n’avait jamais brillé par sa volonté ou son désintéressement. Toutefois, il pouvait mûrir, et s’améliorer un peu, à défaut de gagner une auréole.

« Que diriez-vous de dédier une coupe à ces belles intentions, tout en célébrant nos retrouvailles ? Je vous invite à la taverne, si le cœur vous en dit, dès que j’aurai fini ma journée. Ah, Ser Pryam, c’est un heureux destin qui vous a mis sur ma route, une fois de plus ! Si un jour je puis faire quoi que ce soit pour vous, dîtes-le moi, de grâce. Je suis votre débiteur. »  Il était sincère, pour une fois - même s’il risquait d’oublier sa promesse, l’intention du moins était authentique et assez rare chez lui pour être notée ; il était prêt à aider Pryam si celui-ci en avait besoin, sans rien demander en contrepartie.

Spoiler:
 


Thème musical : La Marche Turque ~ Mozart
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Mer 23 Oct 2013 - 19:38

     Il semblait que Vyrgil avait été troublé par cette nouvelle plus que Pryam ne l'aurait jamais imaginé. Il fallait avouer que même si l'idée que l'ancien mestre puisse être issu d'une maison noble l'avait effleuré, le Valois n'aurait jamais imaginé que ce soit d'une maison rebelle. D'un autre côté, personne ne choisissait de naître au sein de sa famille. Combien de roturiers devaient rêver de devenir nobles et inversement ? Enfin, les nobles désireux de prendre la place de roturiers dans leur vie pleine de misère devaient être beaucoup plus rares, les personnes qui ne connaissaient pas le besoin pouvaient rarement tolérer une vie aussi difficile que celle-ci. Il fallait naître roturier pour en supporter le mode de vie, même lui avait vu le jour dans une « simple » maison de chevalier fieffé ne pouvait pas imaginer ce que c'était. Pourtant, Vyrgil était ici à ce jour et non auprès des siens. Cette constatation poussait le chevalier errant à imaginer que son vis-à-vis ne devait pas être en très bons termes avec les siens. Toute la famille ou seulement le seigneur en place ? Allez savoir. Une fois de plus le jeune homme ne connaissait pas suffisamment la famille Vyrwel pour savoir si Vyrgil avait une raison valable de ne pas rentrer chez lui et de préférer la vie misérable de Culpucier. Pryam aurait été bien malaisé de lui dire que ce n'était pas une bonne chose, lui-même avait opté pour la vie de chevalier errant plutôt que de rentrer auprès des siens.

     Le regard clair du Valois restait posé sur le visage de l'homme tandis que celui-ci le regardait avec des yeux visiblement pleins de gratitude. C'était plutôt surprenant au final, il n'avait fait que souligner l'évidence, quelque chose que n'importe qui aurait pu voir à condition de regarder dans cette direction. Bien souvent les gens ne voyaient pas ce qu'ils avaient sous le nez parce qu'ils étaient trop occupés à regarder ailleurs, c'était pour cette raison que le blond aimait entendre les autres parler : il pouvait avoir des avis différents sur tout un tas de choses. Inspirant profondément, le jeune homme écouta avec patience ce que son interlocuteur avait à lui dire.

     Un sourire se dessina sur les lèvres du chevalier lorsqu'il entendit l'homme lui annoncer qu'il n'avait jamais vu les choses sous cet angle. Ce n'était pas étonnant, lui-même ne voyait pas les choses les plus évidentes du moment que le sujet le concernait. Il resta muet, l'oreille tendue comme Vyrgil poursuivait sa confession afin de lui faire savoir qu'il n'était pas véritablement ce que tout le monde avait l'air de croire. Ah, les divergences d'opinion et de vision, là aussi le blond le comprenait bien. Combien le voyaient comme quelqu'un d'aimable et d'altruiste alors qu'en réalité, il était bien plus égoïste qu'il n'en avait l'air puisqu'il n'avait pas hésité à abandonner les siens dont sa sœur qui avait besoin de lui et cela, uniquement dans le but de mener sa vie comme il l'entendait. En tous les cas, le chevalier étant bien heureux d'avoir pu être d'un quelconque soutien ou d'une petite aide pour l'ancien mestre, voilà bien longtemps qu'il n'avait pas réussi à se sentir utile !

     La conclusion de leur discussion arrivait et l'ancien mestre reprit la parole pour parler de célébrer ces retrouvailles. Pourquoi pas ? Le chevalier ne tenait juste pas à abandonner sa sœur toute seule, aussi leur rencontre se ferait-elle à l'auberge où ils logeaient. Il y en avait beaucoup ici, mais celles de Culpucier n'étaient pas très nombreuses ou fréquentées par des personnes comme eux, il serait donc aisé de les retrouver ! Un léger sourire se dessina sur les lèvres du Valois tandis qu'il répondait.

     ▬ Ce sera avec plaisir. Dans l'auberge où je suis installé de préférence, je ne voyage pas seul et je ne veux pas laisser la personne qui m'accompagne toute seule. C'est celle le plus au nord du quartier. Il n'y en avait pas énormément, aussi le blond n'ajouta-t-il aucune autre précision. Et vous savez, concernant ce que vous êtes ou ce que vous deviendrez, je pense que vous devriez laisser le temps faire au lieu de chercher à vous calquer à ce que les autres veulent de vous. Au moins pourrez-vous vous dire que vous êtes arrivé où vous en êtes par vos propres moyens et vos propres choix. Il se redressa, promenant son attention sur les environs avant de conclure. J'ai été heureux de vous revoir moi aussi. Mais vous ne me devez rien alors offrez plutôt vos services aux personnes qui ont réellement besoin de vous, cela vous fera suffisamment de travail ! Le saluant d'un geste et d'une légère révérence, le Valois lâcha quelques mots avant de se détourner. Bonne journée à vous et à vos amis ! »

     Puis, fidèle à lui-même, le jeune homme se détourna afin de gagner la porte de sortie, non sans adresser un salut à la jeune enfant qui était venue l'aborder à son arrivée ici. Il y avait fort à parier que ce ne serait pas leur dernière rencontre étant donné qu'elle avait l'air d'être une habituée de Culpucier. Après quoi, le chevalier errant quitta le bâtiment pour constater que le passage de lady Naerys n'était vraiment pas passé inaperçu. Plusieurs enfants étaient encore dehors à parler avec empressement de cette mystérieuse femme aux cheveux blancs. Nul doute qu'avec une telle personne dans ses relations, le mestre déchu allait avoir encore plus de raisons pour se rapprocher de la royauté et à n'en pas douter, dans le bon sens du terme. Même si lady Naerys n'était « qu'une Velaryon » il était de notoriété publique que cette maison était étroitement liée à celle des Targaryen. C'est sur ces entre-faits que le blond laissa ses pensées de côtés pour regagner l'auberge où sa sœur devait certainement l'attendre.

HP:
 


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦ © The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Retrouvailles et révélations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Des retrouvailles tragiques...
» Retrouvailles percutantes...[London]
» Fin du rp: Retrouvailles {OK}
» [TERMINE] Retrouvailles inattendues [Chase]
» La santé au cours de l'Histoire : Révélations inattendues

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-