AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Les rois sous la montagne ◈ Artos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Seigneur Suzerain de l'Ouest
avatar

Tybolt Lannister
Seigneur Suzerain de l'Ouest

Général
Gouverneur de l'Ouest et
Bouclier de Port-Lannis

HEAR ME ROAR

♦ Missives : 1880
♦ Missives Aventure : 52
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 04/10/1987
♦ Arrivée à Westeros : 01/10/2012
♦ Célébrité : Bradley James
♦ Copyright : Me
♦ Doublons : Sir Corbac
♦ Age du Personnage : 27 ans
♦ Mariage : ~
♦ Lieu : Castral Roc
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
482/500  (482/500)


Message Jeu 12 Sep 2013 - 11:54

LES ROIS SOUS LA MONTAGNE
♪ THÈME MUSICAL ♪


Son souvenir était intact.

La pluie lui cinglait le visage, imbibait ses fourrures, et ruisselait le long de son corps comme s'il eut été un galet posé dans le lit d'une rivière déchaînée. Ses cheveux blonds lui collaient au front ; courtauds, comme il l'était lui-même. Six, peut-être sept ans alors, il n'était rien encore qu'un enfant pour qui le monde était un territoire trop vaste et la vie qu'un mot appris au détour d'une leçon ennuyeuse. La pluie tombait sur lui, sur les tentes, les arbres, la multitude d'arbres, et sur sa mère, sans la moindre distinction de nature ou de rang. Pour un enfant si jeune, la peur était un sentiment étrange qui prétextait l'angoisse pour justifier la paralysie totale. Incapable du moindre mouvement, et donc parfaitement immobile, il était suspendu au fil de la dague outrageusement appuyée contre la gorge de sa mère. Une dague crasseuse, rouillée, qui tranchait pour sûr avec la blancheur presque trop pure de sa peau. Le coeur de Tybolt tonnait contre sa poitrine comme un tambour de guerre tandis que la dague en venait à insinuer des ombres sur la parcelle de peau comprimée, et jusque dans le regard de sa mère. L'impuissance et l'horreur pour seule compagnie.

Soudain, quelque chose fendit l'air au-dessus de lui. Quelque chose dont le souffle se moqua éperdument de l'averse. La  seconde d'après, la silhouette noire postée derrière sa mère s'écroulait sur le sol dans un bruit de cuir entortillé. Il lui sembla sentir la terre trembler sous ses pieds et entendre des cris de bêtes terrifiantes dans le lointain. Une voix gronda derrière lui et se fut comme si une pluie de chuintements inquiétants se suppléait à l'averse. Tout autour de lui, l'air vibra au passage d'une cavalcade de flèches qui se volatilisa au-delà du rideau de pluie. En réponse, le lointain régurgita des hurlements sinistres et d'autres bruits indescriptibles que la mère de Tybolt s'empressa de faire taire en apposant ses mains gantées contre ses oreilles. Les deux genoux posés à terre, elle l'enlaça comme pour faire rempart à un danger que Tybolt ne percevait pas. Son coeur continua de tonner avec force tandis que ses yeux bleus émergeaient tout juste assez haut, au-dessus de l'épaule de sa mère, pour assister à un spectacle digne des légendes dont il était si friand.

Ils étaient comme des géants habillés de rouge. Des géants armés d'épées et de lances dont les larges manteaux de couleur carmin fouettaient l'air à chacun de leur mouvement. Le rouge Lannister était partout : virevoltant dans les airs sous sa forme liquide lorsqu'une tête ingrate roulait sur le sol ; s'étalant au sol sous sa forme solide lorsqu'un des géants s'écrasait à terre sous le poids d'une masse titanesque. Tybolt n'entendait rien du carnage mais ses yeux n'en ratèrent pas la moindre miette. Les coups pleuvaient avec une dextérité cruelle, entraînant sang et mort des deux côtés. Les géants rouges étaient plus rapides, plus forts, plus puissants que les sauvages qui s'en étaient pris à sa mère. Mais ces derniers semblaient toujours plus nombreux à mesure que l'affrontement perdurait dans le temps. Alors, comme pour forcer le destin à trancher, un cor retentit dans le dos de Tybolt. Les mains de sa mère avaient beau comprimer ses oreilles, les vibrations de l'instrument étaient trop proches pour être matées de la sorte. Tybolt frissonna. Une ombre s'étendit sur lui et sa mère. Une ombre dont le manteau lui effleura la tête avant de serpenter sur les talons d'un géant plus grand et plus robuste encore que ses congénères. Ce manteau n'était pas comme les autres, car il scintillait comme aucun autre à cause des coutures dorées qui ornaient l'encadré du tissu. Tybolt retint son souffle en voyant ce colosse dégainer deux épées fixées dans son dos et animer son corps d'une danse qu'il ne serait plus jamais amené à revoir.

Les silhouettes noires se volatilisèrent, abattues par l'une de ces deux lames pour la plupart ou frappées par la terreur que leur inspira ce héro tout droit surgit des légendes d'antan pour le reste.

« Artos Snow est là votre seigneurie. Dois-je le faire entrer ? »

Au tintement bien réel de cette voix, les filaments du passé se désagrégèrent comme par enchantement et l'amenèrent à reprendre place dans le présent.

Tybolt se tenait debout, la main droite refermée sur un pan de ce manteau dorée gravée au fer rouge dans sa mémoire. Le vêtement était soigneusement pliée au pied d'une armure imposante en acier rouge sur laquelle se laissait admirer le visage grandeur nature d'un lion rugissant. L'armure appartenait à son père, le célèbre Lion Gris, le manteau au capitaine des Manteaux Rouges d'alors, le tout aussi réputé Zachery le Rouge. Les deux reliques reposaient l'une près de l'autre comme le voulait la tradition à Castral Roc. A leurs côtés, dans cette vaste salle rectangulaire nichée dans les profondeurs de la forteresse, l'épopée guerrière de la famille Lannister était retracée à travers une vaste collection d'armures et de manteaux ayant toutes et tous appartenu aux seigneurs du Roc et aux capitaines de leur garde personnelle. En cela magnifié par la lumière vacillante des braseros intercalés entre les armures dans des alcôves aménagées à même la roche.

Tybolt lissa avec soin le manteau tout en acquiesçant à la question du serviteur. Il pivota ensuite pour faire face à l'entrée. La guerre était terminée. Zachery le Rouge n'était plus de ce monde. Les Manteaux Rouges n'avaient plus de capitaine pour les mener. Et si l'armure de Tybolt n'était pas encore vouée à reposer parmi les pièces de cette prestigieuse collection, lui connaissait déjà le nom de celui qui viendrait à porter le manteau rouge qui reposerait un jour futur au pied de son armure.


Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Artos Snow
Chevalier

Général Chevalier errant au service de Tybolt Lannister
♦ Missives : 49
♦ Missives Aventure : 15
♦ Arrivée à Westeros : 17/03/2013
♦ Célébrité : Tom Hiddleton
♦ Copyright : Nessa
♦ Doublons : Rahéna, Kay
♦ Age du Personnage : 27
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Castral Roc dans les Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles :
What I Am

What you are

What I can do


RP : 1/1

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
156/500  (156/500)


Message Sam 14 Sep 2013 - 14:35


    La promesse d'un lendemain meilleur.

    L'idée était idyllique je le savais bien, peut-être même mieux que quiconque ici, dans la cité de Castral Roc. A chaque fois que je me réveillais en pleine nuit, le corps trempé de sueur, je ne pouvais m'empêcher de me raccrocher à ce mirage pourtant si fort. Comment pourrais-je penser différemment après cette guerre… Non ce n'était pas la peur qui me réveillait toutes les nuits, à chaque fois que je rejouais sans cesse cette épreuve sous l'épiderme de mon crâne, ce n'était pas ce géant Fer-né qui me terrorisait, c'était l'impuissance que je ressentais face à mes camarades d'infortune qui tombaient chaque nuit sous mes yeux sans que je ne puisse les sauver. Je n'ai pas la prétention de penser que je peux changer le monde, mais j'aime à croire que mon existence peut faire pencher un tant soit peu la balance, vers un lendemain meilleur pour mes semblables. C'est ma vision des choses, de la vie, une vision que je ne partage avec personne, pas même ma tendre sœur. Je suis un bâtard, inutile de leur donner un autre sujet d'amusement, mes espoirs et mes idéaux sont ce qui me fait avancer. Un homme ne naît pas noble,  il le devient, à la force de ses convictions, de son âme et de sa droiture, un chevalier ne naît pas pur, il le devient à force d'acharnement et d'exigence, c'est l'illusion que j'aime avoir.

    Ma prise de fonction officieuse juste après la bataille, n'avait pas été spécialement appréciée au sein des hommes, mais il fallait quelqu'un pour les faire bouger. Pas que j'imaginais être celui qu'il fallait, mais c'était un ordre de mon suzerain, qui suis-je pour m'y opposer, surtout dans un moment comme celui-ci.  Le mépris, la solitude, l'animosité que j'avais ressentie à mon égard à ce moment me laissait de marbre. Bientôt vingt-quatre ans que s'était mon lot, comme tout, on apprend à vivre avec et un beau jour, cela ne vous touche même plus. C'était peut-être pour cette raison qu'il avait fait de moi le remplaçant temporaire du Général des Manteaux rouges. Parce que quoi qu'il arrive je pouvais faire le travail sans être troublé par autre chose. Bien trop de questions sans réponse emplissaient mon esprit et je regardais le fond de ma chopine comme si j'allais y trouver les réponses. Un soupir et ma tête retomba dans le creux de ma main. La taverne n'étais pas un lieu que je fréquentais souvent, mais parfois ça faisait du bien de côtoyer des gens normaux. Je sais, en tant que Manteau Rouge ce n'était pas très prestigieux d'être là, mais qui faisait attention au bâtard que j'étais, assis là, à côté de la porte d'entrée, habillé seulement de vêtements de cuir simples. Au diable le titre, je n'en avais que faire, je ne cherche pas à être ce que je ne suis pas. Mais j'avoue que les yeux lumineux de fierté de mon père lorsqu'il avait entendu que j'avais pris du galon, ne me laissait pas indifférent. Mais voilà c'était seulement temporaire… bah c'était après tout, les aléas de la vie.

    Le pas trainant, j'avais rejoint les baraquements des Manteaux Rouges, seul lieu que je pouvais désormais considérer comme un "chez moi" depuis que j'étais entré au service des Lannister. Une chose dont j'avais encore du mal à m'habituer pour sûr,  alors qu'il y avait peu, je dormais soit à la belle étoile ou dans une auberge quand les finances le permettaient. Maintenant, quoiqu'il arrive, j'avais un toit au-dessus de la tête et une paillasse pour me reposer. Même mes animaux avaient le droit à un repas trois fois par jour dans le corral. Il faut reconnaître que servir un seigneur avait quelques avantages, indéniablement. Je venais de m'installer devant une des tables de ce qui nous servait de lieu de vie,  un morceau de parchemin, une plume et de l'encre, de quoi écrire à ma sœur et deviser avec elle de choses et d'autres, mais non, pas aujourd'hui, pas maintenant.

    "- Hey, Snow, on te demande." A la voix douce et mélodieuse d'un comparse qui braille depuis l'autre bout de la pièce. Un soupir, le temps de remballer mes affaires et de les glisser dans le sac avant de trainer ma carcasse jusqu'à l'entrée.  "- Qu'est-ce que t’as encore fait Artos?" La question venait du même homme au timbre si mélodieux qu'il me rappelait sans grande difficulté celui d'un ours se réveillant d'hibernation. Un sourcil arqué, je lui offris un haussement d'épaules. Je n'en savais pas plus que lui, je ne savais même pas encore qui me demandait.  Devant l'entrée, un homme de petite taille, enfin en même temps prenant en compte la mienne, tout le monde me paressait petit. Il était habillé comme les serviteurs des Lannister. "-Vous êtes mandé par le Seigneur Lannister, Ser Artos." Un regard de stupeur échangé avec mon comparse, un instant de flottement. Que pouvait bien me vouloir Tybolt Lannister. J'avais beau chercher, je n'avais rien à me reprocher, aussi je me contentais d'un hochement d'épaules en laissant choir mon sac dans les bras de mon camarade.

    "- Bien."

    Bien docilement, je suivais le serviteur qui avait été envoyé me quérir, me perdant dans le dédale des couloirs du château de mon suzerain sans la moindre once de frayeur, à quoi bon de toute façon. Certains se seraient rongé les sangs à chercher ce qu'on leur voulait. Moi pas, j'étais en paix avec ma conscience, mais j'avoue que j'étais curieux de savoir ce que me voulait le Seigneur de Castral Roc. Mon guide me fit signe d'attendre un instant devant la porte en bois massif puis revint peu de temps après pour me dégager le passage et me laisser entrer. La pièce était copieusement éclairée par une kyrielle de braséros et leur feu rouge vif dansait et se reflétait sur les armures plus imposantes les unes que les autres.  Comme un môme, je pouvais difficilement cacher mon étonnement et mon émerveillement face à cet endroit chargé d'histoire. L'histoire des Lannister, je pouvais comprendre combien cet endroit devait être important pour les descendants de cette famille et de douloureux souvenirs également.  Face à moi, Tybolt Lannister, Seigneur sous la montagne, le Suzerain de Castral Roc, mon roi, mon seigneur et mon maître en quelque sorte. Je voyais en lui un grand homme, je croyais en ses convictions c'est d'ailleurs pour cela que j'avais arrêté ma vie de chevalier errant. Être ici devait être un grand privilège, du moins c'est ce que je pensais à ce moment précis, ce qui voulait dire deux choses, soit c'était la fin pour moi et on me faisait une fleur, soit il attendait de moi quelque chose de très important et on me faisait une fleur.  Dans tous les cas je serais fixé rapidement.

    "- Mon suzerain? "

    A quelques mètres du Lion, moi le chien fou de Falaise, mit genoux en terre en guise de salutation respectueuse. Il était trop tard maintenant, pas de retour possible pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Seigneur Suzerain de l'Ouest
avatar

Tybolt Lannister
Seigneur Suzerain de l'Ouest

Général
Gouverneur de l'Ouest et
Bouclier de Port-Lannis

HEAR ME ROAR

♦ Missives : 1880
♦ Missives Aventure : 52
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 04/10/1987
♦ Arrivée à Westeros : 01/10/2012
♦ Célébrité : Bradley James
♦ Copyright : Me
♦ Doublons : Sir Corbac
♦ Age du Personnage : 27 ans
♦ Mariage : ~
♦ Lieu : Castral Roc
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
482/500  (482/500)


Message Mer 2 Oct 2013 - 10:47


LES ROIS SOUS LA MONTAGNE
LA VERTU DU ROI LOREN


Drapé d'une tunique rouge Bismarck dont le contour des manches était entrelacé de filaments dorés, d'une ceinture en cuir incrustée d'or et de rubis, et d'un manteau amarante retenue par une broche en or à l’effigie d'un mufle léonin sur son épaule gauche, Tybolt dardait ses prunelles d'un bleu cristallin sur le chevalier agenouillé sous son nez. Ser Artos Snow... Snow... Un nom bien étrange pour un bâtard qui tenait infiniment plus des Terres de l'Ouest que des contrées froides du Nord. Le portrait craché de son seigneur de père, le lord Ouestrelin. Les mêmes mimiques, le même sourire, et cette intensité singulière dans le regard qui imposait, si ce n'est le respect, la prudence. Autant d'atouts nécessaires à un capitaine des Manteaux Rouges.

« Gardez votre genou à terre ser Artos, l'intima-t-il, puis de pivoter sur lui-même en faisant tournoyer son manteau dans son sillage. »

Son regard retourna à l'armure de son regretté père, rougeoyante et imposante comme au temps de la grandeur de ce dernier, en cela rehaussée par le reflet des flammes sur ses remarquables finitions. Pas après pas, Tybolt entreprit de déambuler au gré de ses envies parmi toutes ces prestigieuses pièces de collection, s'arrêtant ici et là pour admirer tantôt un heaume, tantôt un plastron, tantôt un gorgerin, tantôt une spalière, sans jamais, toutefois, se détacher réellement de l'homme à qui il offrait un privilège d'autant plus unique et remarquable que l'endroit passait pour être inconnu du plus grand nombre.

« La première fois que Père m'a amené ici, je n'étais qu'un rejeton haut comme trois pommes. Rien qu'un enfant, mais déjà son héritier. Le bruit de ses pas sur les dalles de pierre granuleuse s’intercalait admirablement entre deux de ses phrases. C'est ici, au pied de chacune de ces armures, qu'il m'inculqua l'histoire de notre famille telle que le mestre ne la connaissait pas. Les actes de mes prédécesseurs n'avaient, ici, aucune forme d'importance. Père ne jurait que par leurs valeurs et leur vertu. »

Un Lion ne saurait être redoutable, s'il n'a pas d'idéal, pas de religion, pas d'opinion politique, pas de courtoisie, pas d'éducation, se répéta Tybolt en s'arrêtant près d'une cuirasse ancienne dont la teinture originelle s'était diluée dans le temps. Pas de trace de lion, mais la présence d'innombrables ciselures gorgées d'or pur, scintillantes et témoignant de l'extrême richesse et de l'audace de son porteur. Le dernier roi du Roc, Loren Lannister, n'avait eu de cesse que de se pavaner, racontait Père. Tout oiseau d’apparat qu'il était, Loren ne se défit pourtant pas de son audace devant Aegon le Conquérant. D'aucuns diraient qu'il ploya le genou en lâche, d'autres que sa manœuvre n'en fut pas moins habile et audacieuse. Le courage prétendu de Mern IX Jardinier, roi du Bief, lui offrit une mort peu reluisante d'un souffle enflammé de dragon quand Loren s'adjugeait la gouverne de l'Ouest. Un seigneur reste roi dans son propre pays mon fils, Loren l'avait compris avant quiconque. Bien des années s'étaient écoulées depuis cette leçon, mais elle avait encore le don de faire sourire l'actuel seigneur du Roc.

« J'ai pu contempler votre vertu sur le pont du Lion Gris, ser Artos, mais il me reste à découvrir vos valeurs. Le roi Loren, il glissa les doigts de sa main droite sur l'une des nombreuses ciselures, au niveau du ventre, en admirant le ressenti presque délicat au toucher, s'adjugea la seigneurie et la gouverne de ce qui était déjà ses propres terres sous la conquête Targaryenne. Aussi lâche ou ingénieux qu'on puisse le considérer, Loren n'était qu'un homme dont la valeur principale était la loyauté envers sa famille. La loyauté envers ses aïeux qui, chacun à leur manière, avaient contribué à édifier et à maintenir le royaume du Roc dont il avait hérité. Aussi lâche ou ingénieux qu'on puisse le considérer, Loren continua de régner sur les terres de ses aïeux, qu'on le nomma seigneur au lieu de roi. »

Sur ces mots, Tybolt se tourna pour regarder le bâtard Ouestrelin avec toute la considération qu'il pouvait lui porter.

« Mais vous ser Artos, quelle est la vôtre ? l'interrogea-t-il, non sans arrière-pensées. »


Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Artos Snow
Chevalier

Général Chevalier errant au service de Tybolt Lannister
♦ Missives : 49
♦ Missives Aventure : 15
♦ Arrivée à Westeros : 17/03/2013
♦ Célébrité : Tom Hiddleton
♦ Copyright : Nessa
♦ Doublons : Rahéna, Kay
♦ Age du Personnage : 27
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Castral Roc dans les Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles :
What I Am

What you are

What I can do


RP : 1/1

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
156/500  (156/500)


Message Sam 12 Oct 2013 - 20:38

Genoux en terre, poings de concert, j'attendais là, immobile, le regard rivé sur les chausses de mon suzerain, que ce dernier m'ordonne. Du jour où j'avais quitté ma vie de chevalier errant pour rentrer à son service, j'avais décidé de porter la laisse des Lannister autour du cou et de suivre celui que j'avais choisi pour maître pour bien des raisons. Cet homme face à moi, drapé dans ce manteau rouge aux broderies faites de fil d'or est de ces hommes capables de marquer l'histoire, d'apporter le changement et de faire bouger les choses. Un être dont les yeux trahissent une profonde intelligence, un homme discipliné, travailleur, charismatique et de principes. Beaucoup de qualités qui faisaient de lui plus d’un homme mais un suzerain, l'avatar lionesque de cette famille. Certains passent leur vie à chercher une cause à défendre, une raison d'avancer et de se battre, l'une des miennes porte le nom de Lannister.

Sa voix me fit redresser la tête pour accrocher son regard vif et avisé. Je restais là, immobile, obéissant à l'ordre donné. Je le suivais des yeux, ou plutôt le sillage de ce manteau qui représentait désormais beaucoup pour moi.  Il sillonnait entre les pièces de collections se trouvant dans ces lieux, gardiennes d'histoire et de batailles hippiques. Je pouvais comprendre ce que cet endroit représentait aux yeux de Lord Tybolt Lannister. Un homme ne peut avancer sans connaître ses origines. Ici se trouvait une partie de celle de mon roi. J'étais honoré que l'on m'accorde le droit de voir pareil joyaux, à moi, le bâtard de Falaise.
Quoi qu'il se passe j'avais le sentiment que je garderais à vie ce jour bien ancré au fond de ma mémoire.

J'écoutais attentivement ses mots, cherchant à en percevoir le sens caché. Mon Lord, ne parlait jamais pour ne rien dire, j'étais persuadé qu'il choisissait bien soigneusement ses mots. Même le son de ses pas semblait parfaitement en rythme avec sa diction. "Valeurs et vertu" deux mots dont l'impact était pour moi immense et à mes yeux, que bien peu de chevaliers avaient désormais.

Je sentais venir la question avant même qu'il ne la formule, c'était une question que je m'étais posé mainte et mainte fois. En qui allait mon allégeance, envers mon roi ou ma famille. Encore aujourd'hui je n'avais pas la réponse. Ma famille était au nord, près des terres du Lord Stark, ici je n'avais que mon père et ma sœur. En revanche j'avais gagné un Roi, un but et un chemin, un avenir. Pourquoi devrais-je choisir entre l'un ou l'autre? Mon regard toujours rivé au sien, il me fallut quelques minutes pour bien choisir mes mots.


"- Mon Suzerain, si vous m'autorisez à être franc, je vais vous répondre. Je ne me trouve nullement plus vertueux que n'importe lequel de vos Manteaux Rouges, je vous ai juré fidélité, mon bras et mon corps sont là pour faire rempart entre vous et vos adversaires que ce soit sur un champ de bataille ou dans l'enceinte d'une forteresse. Sur le Lion Gris, je n'ai fait que ce que j'estimais être juste alors. Quant à mes valeurs, je ne saurais quoi vous répondre, je suppose qu’elles sont différentes suivant la personne qui m'observe. Pour certains, je suis chevalier, pour d'autres, je ne suis que le bâtard du Lord Ouestrelin.

Je crois que la noblesse de quelqu'un ne s'acquière pas par sa naissance, mais se gagne au fil de sa vie et de ses actions.
Je vous suis dévoué parce que je crois en vous,  que je sais que vos valeurs sont proches des miennes. Je préfère être sans le sous mais voir les paysans en bonne santé plutôt que l'inverse. Car sans eux, qu'importe que les caisses soient pleines. Lorsque l'hiver viendra, ce n'est pas l'or qui remplira les ventres, mais les céréales cultivées par ces mêmes paysans.

Je ne cherche pas la reconnaissance, juste à faire ce qui me semble juste.
Vous voulez savoir quelles sont mes valeurs? Dites-moi plutôt comment vous, vous me voyez? Le bâtard de Falaise? Le chevalier? Où un homme qui a décidé de vous servir, pour voir le monde changer et aller vers un avenir meilleur? "

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Les rois sous la montagne ◈ Artos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Les Rois sous la Montagne
» [Chanson] Sous la montagne est un trésor
» Thorin Oakenshield, roi sous la Montagne
» La cour du roi sous la montagne ◮ Thorin
» Garlzorg, le Roi sous la Montagne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Castral Roc-