AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

La dureté, c'est presque toujours une revanche... ▬ Emeraude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2
Agent
avatar

Emeraude
Agent

Général Courtisane
♦ Missives : 193
♦ Missives Aventure : 30
♦ Arrivée à Westeros : 24/08/2013
♦ Célébrité : Magdalena Mielcarz
♦ Copyright : ASOIAF
♦ Doublons : Annabelle Solverre, Lorant Trant, Cylia Stark et Daenerys Martell
♦ Age du Personnage : 20 ans
♦ Mariage : Femme sel de Sargon Harloi
♦ Lieu : Iles de Fer
♦ Liens Utiles : Fiche d'Emeraude

Les liaisons d'une courtisane

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
95/500  (95/500)


Message Dim 15 Sep 2013 - 10:51



    Désormais, la discussion battait son plein entre la femme-sel et Sargon Harloi. Les deux jeunes gens semblaient désormais passer outre leurs différences. Non pas qu'ils acceptent pour autant ce que l'autre jugeait bon, mais du moins, ils ne s'arrêtaient plus à cela. Sargon préférait clairement sa vie ici, à celle que Lys aurait pu lui offrir, et à dire vrai, la Lysienne ne pouvait lui donner tort: avec son caractère ombrageux, il était bien plus à sa place dans ses Iles qu'à Lys. Quant à elle, il était évident qu'elle aurait connu une toute autre vie à Lys, mais elle ne pouvait encore décider si elle serait aussi heureuse qu'elle aurait pu l'être dans sa terre natale. Peut-être, en fin de compte, le serait-elle simplement, différemment ?

    La réponse de Sargon montrait clairement qu'il avait décidé de ses préférences et la jeune femme ne l'en blâmait pas. Toutefois, elle fut surprise d'entendre la fin de sa réplique. Quand elle aurait des enfants ? Où était passé le conditionnel ? Elle n'était pas la plus douée en Langue Commune, mais il y avait là clairement un changement pour la jeune femme, dans la façon dont le jeune homme s'exprimait. Refusant d'entrer en discussion sur ce point précis, du moins tant qu'ils n'auraient pas partagé la même couche, la jolie Lysienne fit la sourde oreille aux arguments du Fer-Né. Après tout, pourquoi s'inquiéter de quelque chose qui n'était même pas encore un projet ? Elle savait comment faire pour éviter d'avoir des enfants et cela avait toujours fonctionné jusqu'à présent. Sargon pourrait bien décider ce qu'il voulait, Emeraude ferait de son mieux pour échapper à ces décisions, si cela ne lui convenait pas. Elle préféra, à la place, relever le début de la phrase de Sargon.

    « -Comment se fait-il qu'ils survivent à la noyade ? ». Dans la tête de la jeune Lysienne, on ne laissait aucune chance aux enfants en les noyant, mais peut-être que ce n'était qu'une sorte d'immersion rapide, sans qu'ils n'aient le temps de boire la tasse et donc de s'étouffer ? De fait, elle trouvait cela assez ironique que cet homme qui avait condamné à la noyade ses compagnes, quelques semaines plus tôt, ait lui même survécu à ce genre de choses, dans son enfance. La boucle de la vie … ou de la mort.

    Le sujet de la mort revenait, d'ailleurs, mais sous la forme de poison. Emeraude n'avait pas sur elle des Larmes de Lys, pas plus qu'un autre poison et si elle avait du le fabriquer elle-même, elle aurait été en certaines difficultés. Non, elle n'avait aucune intention meurtrière. Et d'ailleurs, elle doutait même que Sargon soit réellement inquiet. Secouant la tête en signe de négation, la Lysienne répondit d'un air enjoué, en complet décalage avec le sujet. « -Je pense que la seule mort que je te souhaite c'est ce que nous autres appelons la … petite mort. Mais rassure-toi, elle n'a rien de désagréable. Au contraire » Ces sous-entendus qu'elle faisait régulièrement à Sargon faisaient parti de sa personnalité et elle pensait sans nul doute qu'elle ferait les mêmes à d'autres Fer-Nés, si la discussion s'y prêtait. Mais l'avantage certain avec Sargon, c'est qu'elle savait qu'ils pourraient aller plus loin que de simples badinages.

    Mais on revint sur un sujet moins scabreux. Quoi que, parler de l'épée de Sargon pouvait passer pour une discussion sympathique également. De l'acier valyrien ? La jeune femme osa un regard vers l'épée sortie vers Sargon et écouta ses explications. Décidément, cet homme aimait la brutalité. Une seconde, Ema espéra qu'il n'en était pas de même dans l'intimité, car ce n'était pas quelque chose qu'elle affectionnait, même si à Lys, elle avait déjà vu et su que de telles choses se pratiquaient. La référence à sa propre personne fit sourire la jeune femme. D'après ce qu'elle semblait comprendre, c'était là un compliment digne de ce nom, car Sargon avait dit attaché beaucoup d'importance à son épée. Esquissant un sourire amusé, la demoiselle répondit à la petite pique du Fer-Né. «- J'espère être la meilleure dans mon domaine, comme tu dis, mais ce n'est pas à moi de m'attribuer ce titre ! ». Un petit rire vint ponctuer ces paroles. Joyeuse, Emeraude se sentait d'humeur joueuse, comme elle l'avait prouvé juste après, en embrassant Sargon. Par défi, par provocation .. mais aussi par envie.
    Visiblement, le Fer-Né n'avait pas envie de parler plus que cela de ce qu'il allait faire dans les semaines à venir, ni même du rôle des femmes dans les boutres. Mais d'un côté, Emeraude ne se voyait pas marin … Elle aurait l'occasion d'en parler plus tard, peut-être avec des Fer-Nées, même !

    Le léger baiser de la jeune femme sembla avoir pour effet de détendre le Fer-Né. Un instant, la jeune femme crut qu'il allait l'embrasser en retour, mais il se contenta simplement de la frôler. Amusée, Emeraude le regarda, les yeux pétillants, tandis qu'il se rasseyait droit dans son siège, reprenant assez vite son air sérieux. Visiblement, il se plaisait à la taquiner et la jeune femme était bien décidée à lui rendre la monnaie de sa pièce. Dans ce jeu-là, au moins, elle se sentait son égale, ce qui changeait agréablement du reste du temps qu'elle avait passé avec Sargon.

    « - Les Fer-Nées ne savent pas ce qui est beau dans ce cas … Comment peut-on préférer ton expression grogronne à ton sourire … coquin, si j'ose dire ? ». Amusée, la femme-sel regardait et détaillait même, son Fer-Né. Sargon la trouvait peut-être étrange, mais la jeune femme jugée qu'il l'était tout au moins autant qu'elle, si ce n'était plus. « -Est ce que initiatives surprenantes veut dire dans ta bouche … initiatives appréciées ? ». Oui, Emeraude avait besoin de savoir si cela lui plaisait. Car elle-même, elle avait apprécié ce premier contact.

    Cependant, la manière de la renvoyer à ses poisons amusa encore plus la jeune femme. « -Tu aimes jouer avec le danger, Sargon … Mais avoue qu'il serait bien stupide que je mette fin aux jours du seul homme qui a le droit de me toucher. Je sais qu'on pense parfois sur le continent -mon maître me l'a dit- que seuls les hommes ont des besoins. Mais c'est totalement faux ! ». Et elle accentua sa phrase d'un large sourire. « -Je ne propose pas de te soigner pour te tuer ensuite, ce serait complètement … contre-productif, n'est-ce-pas ? Si je voulais te tuer, je profiterais de ta faiblesse actuelle et n'attendrait pas que tu ais retrouvé tes forces, car je te sais redoutable en pleine possession de tes capacités ! ». Elle disait ça pour plaisanter, mais c'était également ce qu'elle pensait. Si elle avait voulu se débarrasser de lui, elle aurait agi depuis leur arrivée à Dix-Tours. Mais elle n'en avait rien fait, car sa curiosité l'emportait et sa crainte de tomber sur pire, aussi. « -Te voilà nouveau bien sérieux … Et si droit sur ton siège … Crains-tu de succomber en te rapprochant ? ». Le ton n'était pas séducteur, mais bien taquin. La jeune femme n'essayait pas là de l'amener dans sa couche, mais juste de s'amuser un peu et de détendre une atmosphère qui avait pu être tendue, quelques temps plus tôt.

Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Dim 15 Sep 2013 - 21:23

     L'énervement du Harloi s'était peu à peu mué en un sentiment plus mitigé. Il restait toujours très irritable – c'était une chose ancrée en lui – mais semblait moins prompt à s'énerver lorsque son regard se posait sur la femme-sel. Pourtant, la belle insistait réellement sur un sujet plutôt épineux. La noyade, à croire que cela obsédait Émeraude. Loin de se laisser démonter ou énerver, Sargon prenait plaisir à détailler ce qui pouvait l'effrayer comme si le fait de souligner les horreurs dont son peuple était capable, était plus important que la rassurer. C'était un comportement plutôt mesquin. Après tout, en temps normal les hommes étaient censés rassurer les femmes – qu'elles soient leurs épouses, concubines ou même sœurs – mais les us et coutumes étaient très différentes sur ces Iles. La question de la Lysienne aurait pu rester sans réponse, toutefois le capitaine décida de ne pas la laisser dans le vague. Au fond, la réalité était bien moins effrayante que ce qu'elle semblait s'imaginer.

     ▬ Le prêtre les réanime tout simplement. Ils sont noyés et ensuite les prêtres effectuent une série de gestes qui sont censés lui faire recracher l'eau qu'il a avalée. Si l'enfant ne survit pas, c'est que son corps ne pouvait pas le supporter tout simplement. Mais c'est rare, d'autant plus que, comme je te l'ai dit, les noyades ne sont plus si fréquentes. »

     Son ton était aussi calme et posé que s'il était en train de parler de la beauté d'un paysage ou du dernier repas qu'il avait consommé. Sargon ne s'imaginait pas ressentir une quelconque tristesse si l'un de ses enfants devait succomber lors de ce rituel – si rituel il y avait. Le Fer-né était déjà incapable de ressentir le moindre amour pour les siens, comment pourrait-il se prendre d'affection pour une chose chétive qui ne servait à rien ? Non, il ne ferait pas un père aimant, c'était un fait.
     La mort semblait faire partie intégrante de leur discussion puisque la demoiselle l'aborda une fois de plus d'un ton enjoué, lui faisant savoir qu'elle lui souhaitait une seule mort. La petite mort ? Quel nom original. Pétri de son arrogance habituelle, le capitaine ne se priva pas de lui dire ce qu'il pensait de tout ceci.

     ▬ La petite mort dis-tu ? Et en quoi consiste-t-elle exactement ? Il jouait la carte de la naïveté alors qu'il savait où elle voulait en venir. Je ne veux pas d'une mort qui soit « petite », je veux une belle mort qui marquera tous ceux qui la verront. »

     C'était un peu étrange de souhaiter une mort précise, en général les gens n'y songeaient pas trop et préféraient repousser ce moment le plus possible. Mais pas pour les Fer-nés. La mort était seulement le début d'une belle aventure et même si Sargon n'était pas croyant et ne prêtait donc pas foi aux rumeurs sur ce qui se passerait après, il n'en avait pas peur. L'espace d'un instant, le jeune homme se demanda si la jeune femme à ses côtés avait peur de mourir. Une pensée un peu étrange, mais qui pourrait toujours se révéler utile un jour ou l'autre. Cependant, il ne demanda rien, préférant rester silencieux et se contenter de sourire légèrement alors qu'elle lui déclarait que ce n'était pas à elle de s'attribuer la réputation d'exceller dans son domaine. Fausse modestie, elle devait savoir si ses clients revenaient la voir ou non. Seuls les amants satisfaits revenaient voir leur maîtresse, c'était évident. Surtout qu’Émeraude ne devait pas être donnée.

     Elle continua alors à essayer de le complimenter en parlant de son sourire. La méfiance du Harloi était toujours aussi présente et il ne croyait pas sur parole ce qu'il entendant, voyant toujours une manipulation dissimulée, mais cette situation l'amusait. N'importe quel homme se sentirait flatté d'entendre une belle femme lui parler de la sorte, même si au final, le jeune homme restait dubitatif sur les réelles pensées de la belle. Il ne se priva pas de lui répondre en la laissant encore dans le flou.

     ▬ Un sourire coquin dis-tu ? C'est étrange, j'avais cru comprendre que tu ne savais pas si tu me plaisais ? Pourtant, j'aurais tendance à dire qu'un tel sourire pencherait plutôt vers le « oui ». Est-ce que tu me mentirais ? Ce n'était pas une menace, il la taquinait simplement dans l'espoir de la perturber un peu. J'apprécie la spontanéité et les nouveautés. C'est une bonne chose de ne pas toujours avoir à prendre les choses en main.... Même si je ne pense pas ça dans tous les cas. »

     Il fallait comprendre que les initiatives ne le gênaient guère, mais qu'il aimait tout de même avoir son mot à dire. Même sans être machiste, Sargon restait un individu dominateur. Les femmes sur son boutre étaient placées au même niveau que ses hommes, mais dès qu'elles passaient au statut d'amantes, le Fer-né éprouvait le besoin d'imposer sa domination. Mais bien entendu, les choses auraient été bien trop simples s'il s'était contenté de si peu. Le Harloi aimait prendre les choses en main, mais il n'aimait pas avoir l'exclusivité des entrées en matière. Cela flattait son ego de savoir qu'une femme pouvait avoir envie de faire le premier pas, donc en finalité, tout était acceptable du moment que la belle savait décrypter correctement le déroulement des événements.

     Émeraude lui montra d'ailleurs assez rapidement qu'elle savait piquer là où il fallait. Le Fer-né était un provocateur et habituellement il mettait les gens au défi pour les pousser à faire ce qu'il voulait. Aussi, lorsque la jeune femme laissa entendre qu'il avait peur de céder à ses envies en s'approchant d'elle, il se sentit aussitôt mis au défi. C'était une sensation plutôt étrange que de ne pas savoir comment réagir et il pouvait comprendre la position dans laquelle ses interlocuteurs se trouvaient habituellement. Le Harloi décida toutefois de ne pas se départir de son sourire et de se concentrer sur sa réponse.

     ▬ Tu as raison, j'aime le danger. L'idée que tu puisses m'empoisonner m'aurait intéressé un temps, mais à terme j'aurais fini par trop me méfier de toi. Alors c'est une bonne chose. Son regard se glissa jusqu'au visage de la belle. Je te trouve bien sûre de toi. Crois-tu que je sois faible au point de ne pas pouvoir me tenir à tes côtés. Il ne bougea pas de son siège, se contentant de la regarder droit dans les yeux. Si c'était le cas, je t'aurais embrassée au lieu de reculer. Et si tu pensais réellement que j'étais si facile à faire céder, tu n'aurais pas pris cette initiative. Enfin... Son sourire s'accentua, comme pour la provoquer. Sauf si tu avais envie que je cède à tes avances et je devrais donc en déduire que tu as envie de plus que ce que je t'offre pour le moment. Il inspira légèrement. Alors dis-moi Émeraude, est-ce que je me suis trompé et que tu me provoquais simplement pour être sûre de tes charmes ? Après tout, tu l'as dit toi-même, il n'y a pas que les hommes qui ont des besoins. »

     Il estima ne pas s'en être trop mal tiré, logiquement Émeraude serait obligée de lui dire si elle comptait simplement le provoquer un peu ou si elle avait réellement quelque chose derrière la tête. Il soupçonnait que ce n'était qu'un simple jeu et au fond, cela lui convenait aussi bien. Le Fer-né prenait presque autant de plaisir à jouer de la sorte qu'à conclure. Peut-être même plus, surtout avec une interlocutrice aussi divertissante que la Lysienne. Son regard mordoré restait dardé sur le minois de la jeune femme, son sourire amusé toujours collé aux lèvres. Finalement, la journée se présentait sous un bien meilleur jour qu'il ne l'avait pensé en se réveillant ce matin.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Agent
avatar

Emeraude
Agent

Général Courtisane
♦ Missives : 193
♦ Missives Aventure : 30
♦ Arrivée à Westeros : 24/08/2013
♦ Célébrité : Magdalena Mielcarz
♦ Copyright : ASOIAF
♦ Doublons : Annabelle Solverre, Lorant Trant, Cylia Stark et Daenerys Martell
♦ Age du Personnage : 20 ans
♦ Mariage : Femme sel de Sargon Harloi
♦ Lieu : Iles de Fer
♦ Liens Utiles : Fiche d'Emeraude

Les liaisons d'une courtisane

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
95/500  (95/500)


Message Lun 16 Sep 2013 - 14:58



    Finalement, Emeraude n'aurait pas eu besoin de lire plus avant ce manuscrit du Mestre pour comprendre le Dieu Noyé. Visiblement, Sargon était assez bavard quand la jeune Lysienne savait s'y prendre -ou peut-être simplement quand il en avait envie- et il lui donnait foule détails et informations que la jeune femme s'empressait de retenir. Elle savait désormais que tout pouvait servir dans la vie. Ainsi, quand elle avait appris, enfant, la Langue Commune, elle l'avait fait avec plaisir, tout en se disant que jamais elle n'en aurait besoin. Finalement, Emeraude était très heureuse de connaître aussi bien cette langue du continent, qui lui permettrait sans difficulté de communiquer, autant avec les Fer-Nés qu'avec d'autres personnes, comme cela avait été le cas avec Miranda. Sur ce point, toutefois, la native de Lys s'était fait une raison: peu de personnes comme Miranda viendrait sur les Iles de Fer, dans les mois voire années à venir. Les Iles de Fer avaient perdu la guerre et elles allaient sans doute se replier sur elle-même. Du moins, c'est ce que Emeraude aurait trouvé cohérent, comme attitude.

    « -Je pense que mon imagination m'a joué des tours. J'imaginais que peu d'enfants survivaient, mais ce n'est pas donc pas le cas … Merci de tes explications, en tout cas ! ». Désormais, la jeune femme se sentait familiarisée avec ce rite et cela lui convenait bien mieux. Elle n'en avait plus peur, car c'était surtout l'inconnu qui l'inquiétait. Elle avait certes remarqué que Sargon ne semblait nullement ému par le décès des quelques bébés à qui cela arrivait mais après tout, c'était dans ses coutumes et il avait sans doute tellement l'habitude qu'il n'était plus touché. Du moins, c'est ce que la jeune femme-sel se disait, se rassurant comme elle pouvait sur l'humanité de son Fer-Né.

    Les lèvres de la jeune femme se ourlèrent d'un sourire amusé quand Sargon lui demanda, faussement naïf, ce qu'était la petite mort. La jeune Lysienne adorait ce genre d'échanges, simplement pour le plaisir de taquiner et d'être taquinée en retour. Poussant la plaisanterie un peu plus loin, elle répondit donc, les yeux pétillant d'amusement contenu. « -Si tu te sens capable de l'affronter, je te montrerais précisément ce que cela signifie, un jour. » Elle n'avait pas dit quand car elle commençait à comprendre que Sargon déciderait du moment précis où il aurait envie que quelque chose de plus se passe entre eux.

    La remarque sur la belle mort étonna néanmoins Emeraude. Elle-même ne s'était jamais posée pareille question. Tout ce qu'elle voulait, c'était échapper à la Mort, le plus longtemps possible. Elle avait été prête à tout, sur le bateau, pour ne pas finir noyée, c'était un fait. Sargon l'aurait humilié devant son équipage au complet pour lui offrir sa liberté, elle se serait exécutée sans remords. Un instinct de survie qu'elle ne s'expliquait pas. Peut-être car elle vivait principalement dans l'émotion des sens, elle n'imaginait pas que cela prenne fin ? Mais c'était la seule explication rationnelle qu'elle pouvait trouver. « -Qu'appelles-tu une belle mort ? Toutes les morts ont pour moi le même degré d'horreur. La perte d'une vie ! » Mais quand on parlait d'un homme qui aimait piller et tuer, peut-être était-ce dans ces conditions qu'il voulait mourir ? Quoi qu'il en soit, Emeraude avait demandé de quoi il en retournait, car souvent, le meilleur moyen d'avoir une réponse était tout simplement de poser une question. Ce qu'elle faisait donc la plupart du temps, veillant toutefois à ne pas être trop intrusive.

    La jeune femme haussa un sourcil, devant l'argumentaire de Sargon. La Lysienne essayait de s'amuser tout simplement et voilà que le Fer-Né, lui l'analysait sans cesse. Un peu refroidie, la jeune femme chercha quelle réponse elle pouvait donner à une pareille question. Non, elle ne mentait pas. «- Je crois que tu compliques sincèrement les choses … Je plaisantais simplement ! » Son ton n'était pas agacé, plutôt étonné. Vraiment, elle ne comprenait pas comment Sargon pouvait mal interpréter ses propos. « -Si tu me disais ce qu'il en était, je n'aurais plus à essayer de deviner. Parfois la franchise a ses avantages. » Car oui, saurait-elle un jour, si oui ou non il la trouvait à son goût ? Depuis plusieurs semaines, Emeraude se sentait rongée par cette incertitude, même si elle essayait de le cacher du mieux possible. Elle aurait voulu que le jeune homme soit clair sur ses intentions. Mais bien entendu, il ne le ferait pas. Ce serait tellement trop simple pour le Harloi …

    Sargon prenait toujours le temps de répondre à la Lysienne, mettant en avant des arguments pertinents et frappants et bien souvent, la jolie blonde devait avouer qu'il réussissait à la faire sortir des chemins battus. Mais l'interrogation qu'il lui lançait était assez amusante cette fois-ci. Avait-elle envie de plus ? Très certainement. La jeune femme se sentait esseulée depuis sa capture et aspirait à bien plus qu'un simple effleurement des lèvres. Mais Sargon pourrait-il le comprendre ? Plus tôt, elle le taquinait, mais maintenant, elle se sentait emplie d'une fièvre douteuse. Elle chercha à croiser son regard, qu'il portait sur elle, avec une certaine froideur.

    «- Je crois que c'est les deux à la fois … Tu dois savoir maintenant que j'aime jouer, taquiner, provoquer. Mais j'ai aussi envie et besoin de plus. »
    Cela avait le mérité d'être clair, concis et précis. La blonde arqua ses sourcils et braqua son regard dans celui du Fer-Né. Qu'il fasse donc ce qu'il voulait de cet aveu, Emeraude savait désormais qu'elle ne l'influençait que très marginalement. Mais au moins, le Fer-Né saurait qu'elle n'était pas opposée à un rapprochement. Bien au contraire. Désireuse d'arrondir les angles, néanmoins, la Lysienne rajouta, quelques secondes après. « -Quoi qu'il en soit, j'ai conscience que ce n'est ni le temps ni le lieu, bien sur ». En d'autres mots, elle le rassurait en disant qu'elle avait conscience des convenances et des lieux adaptés à de pareilles situations. Mais pour le reste, Emeraude n'enlevait rien à ses déclarations. Qu'elle ait envie de partager la couche de cet homme n'avait rien de honteux ni même d'étonnant. Ils étaient hommes et femmes, après tout.

Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mar 17 Sep 2013 - 16:00

     Elle ne se laissa pas avoir et se contenta d'esquiver la question sur cette fameuse « petite mort » dont elle avait parlé juste avant. Avait-elle deviné qu'il n'était pas aussi ignare qu'il le laissait croire dans ce domaine ? Sans aucun doute, il aurait été étrange qu'un homme qui avouait avoir connu quelques femmes ne connaisse pas la signification de ce mot. Enfin, pas forcément étrange, peut-être triste pour les concernées. Toujours est-il qu'il se contenta de la regarder dans les yeux sans se départir de sa superbe, puis répliqua sur le même ton assuré.

     ▬ Il me tarde donc de découvrir ce mystère ! Qui sait, peut-être qu'elle deviendra ma nouvelle mort préférée ? »

     Aimer la mort.... C'était un point qui apparaissait visiblement très étrange aux yeux clairs de la belle. D'un autre côté, Sargon ne pouvait que la comprendre. Elle ne connaissait pas les traditions des Fer-nés et ignorait donc ce qui était censé être « une belle mort » pour quelqu'un né sur ces îles. Cela dit, la vision du Harloi n'était pas la même que celle de ses comparses. Il savait bien que sous les flots, le Dieu Noyé ne l'attendait pas pour ripailler en compagnie de ses jolies sirènes. L'océan serait envahit de Fer-nés en train de faire la fête si tel était le cas ! Non, en réalité le jeune homme avait surtout envie de mourir en se battant contre un adversaire particulièrement fort. Pourquoi pas une célébrité dont le nom était connu et réputé à travers tout Westeros ? Il désirait simplement éviter les morts sans intérêt comme celle de décéder dans son lit ou en chutant du haut de la forteresse comme sa mère l'avait fait. Sauf qu'elle l'avait cherché en décidant de mettre fin à ses jours toute seule. Assurément une belle mort était une mort qui permettrait aux autres habitants de Westeros de se souvenir de lui.

     ▬ Il faut que tu saches que chez nous la mort n'est pas une mauvaise chose. Les hommes qui meurent en mer sont abordés par les sirènes du Dieu Noyé qui les mènent jusqu'à sa demeure où les Fer-nés pourront ripailler éternellement en sa compagnie. Il sourit doucement. Enfin, c'est ce que les prêtres racontent. Moi je considère qu'une belle mort c'est l'arme au poing et face à un adversaire sans pareil. Je ne veux pas mourir dans mon lit ou à cause d'une infection après avoir perdu des doigts à la danse du doigt. »

     Cela arrivait malheureusement bien plus souvent qu'il n'y paraissait ! Combien de fois Sargon avait-il vu des Fer-nés mourir parce que la perte de leur doigt avait provoqué une infection mortelle ? C'était ridicule, ce serait comme s'il décéderait à cause de la blessure qu'il avait à l'épaule. L'idée était juste impensable. Cela dit, il n'était pas certain que cette explication convienne à la jeune femme qui ne devait pas franchement apprécier l'idée de se réjouir à la mort de quelqu'un. Tant pis, elle allait devoir s'y faire vu la vitesse à laquelle tout ceci arrivait ici.

     Elle glissa d'ailleurs vers un autre sujet en lui déclarant de but-en-blanc qu'il était bien trop compliqué et qu'elle cherchait simplement à plaisanter. Le Harloi l'avait bien compris, mais disons simplement qu'il était trop tenté par l'idée de la titiller, quitte à la mettre de mauvaise humeur. Émeraude avait l'air plus étonnée qu'énervée, un peu comme si elle ne comprenait pas pour quelle raison son nouveau maître refusait de s'amuser avec elle. Il ne manqua pas de remarquer l'ironie de sa dernière réplique alors qu'il avait lui-même demandé qu'elle se comporte avec franchise à son encontre. Loin de se départir de son sourire, le Fer-né secoua la tête comme si la belle venait de lui dire une idiotie.

     ▬ Est-ce que tu veux me faire croire que tu ignores que tu attires le regard des hommes et que tu leur plais ? »

     Les hommes oui, mais lui ? Le Fer-né ne précisa pas davantage, comme Émeraude l'avait soupçonné il trouvait cet aveu bien trop simple et pas assez pimenté. Sargon aimait distiller ses informations au fur et à mesure pour être certain qu'elles feraient leur effet. S'il avait parlé avec autant de facilité de ses traditions c'était parce que sa femme-sel avait la possibilité d'obtenir ces données ailleurs, mais pas celles qu'il gardait pour lui. Son regard croisa celui de la Lysienne qui semblait l'observer avec une certaine froideur. Sa réponse était pourtant on ne peut plus chaleureuse et plut aussitôt au capitaine de la Veuve Salée. Sa dernière réplique ne manqua pas de le faire rire légèrement, chose suffisamment rare pour être soulignée.

     ▬ Tu apprendras que les convenances ne sont pas vraiment les mêmes ici que chez toi. Lorsque tu sais que mes marins n'hésitent pas à abuser des captives devant le reste de l'équipage, j'imagine que tu dois te faire une idée du peu d'importance qu'ils portent à ce sujet. En finalité, les Fer-nés et les Lysiens se ressemblaient sur certains points. Mon oncle pourrait bien prendre un tel geste comme un affront, mais c'est ma spécialité alors je crois qu'il ne s'en étonnerait pas. Son sourire s'accentua tandis que son regard quitta le visage de la jeune femme pour se glisser jusqu'à son cou et descendre plus bas. Malgré la robe bien moins élégante qu'elle portait comparée à celle de son arrivée ici, Émeraude restait à son avantage. Et ce n'est que de vulgaires parchemins. Ses paroles laissaient entendre qu'il avait quelque chose derrière la tête, mais en finalité il détourna la tête de la jeune femme. Cela dit, je viens juste d'entrer dans les bonnes grâces de mon oncle, ce n'est pas le moment de faire un faux-pas. Et tu as l'air bien plus intéressée par l'idée de lire ces parchemins que de faire autre chose ! Il se redressa soudain comme s'il venait de penser à quelque chose. Pivotant pour lui faire face, le jeune homme conclut. Tu as déjà terminé tes lectures ? Tu pourrais en emporter un et le cacher sous ton oreiller pour le lire lorsque tu seras tranquille. Quelques secondes de silence avant qu'il ne termine avec un sourire. Ou je pourrais le garder pour toi. »

     Dans sa chambre bien sûr, mais est-ce que ce n'était qu'une provocation de plus ou une proposition sincère ?


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Agent
avatar

Emeraude
Agent

Général Courtisane
♦ Missives : 193
♦ Missives Aventure : 30
♦ Arrivée à Westeros : 24/08/2013
♦ Célébrité : Magdalena Mielcarz
♦ Copyright : ASOIAF
♦ Doublons : Annabelle Solverre, Lorant Trant, Cylia Stark et Daenerys Martell
♦ Age du Personnage : 20 ans
♦ Mariage : Femme sel de Sargon Harloi
♦ Lieu : Iles de Fer
♦ Liens Utiles : Fiche d'Emeraude

Les liaisons d'une courtisane

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
95/500  (95/500)


Message Mer 18 Sep 2013 - 9:29



    Les yeux de Emeraude pétillèrent quand Sargon parla une nouvelle fois de cette “petite mort” dont elle avait elle-même abordé le sujet plus tôt. Effectivement, la jeune femme espérait qu'il apprécierait les moments intimes qu'ils auraient la chance de partager. Elle pensait que le langage du corps était universel, contrairement aux autres, et elle espérait donc que ses connaissances, son adresse et sa volonté de bien faire auraient sur Sargon le même effet que sur ceux qu'elle nommait autrefois ses clients. Honnêtement, elle n'avait jamais eu à remettre ses talents en doute et elle espérait donc qu'il en serait de même avec le Harloi. Pourtant, la Lysienne savait qu'il avait là une autre arme contre elle, car si elle ne parvenait pas à le séduire et à lui plaire, la jeune femme se sentirait complètement humiliée et bafouée dans son talent et dans son rôle de femme. Il fallait donc espérer que Sargon n'irait pas si loin dans sa volonté de la tester voire de la faire plier.

    Pour le moment, c'était pleine d'assurance que la Lysienne répondait aux provocations du jeune homme. Après tout, elle n'avait pas encore de raisons d'être inquiète. Même si Sargon ne montrait pas franchement son désir, le baiser qu'elle lui avait donné ne semblait pas l'avoir indisposé, c'était plutôt bon signe, du point de vue de Ema. « -J'ai hâte de savoir cela en tout cas ! ».

    La discussion sur la mort incommodait quelque peu la jeune femme. Néanmoins, comme à chaque fois que Sargon livrait des informations sur les Iles de Fer, la demoiselle faisait vraiment de son mieux pour tout retenir et tout comprendre. Sargon avait une vision sur cela qu'elle peinait à comprendre : car après tout, une fois mort, quelle importance de savoir de quelle manière ? Mais si cela tenait à cœur au jeune homme, elle n'allait certainement pas s'y opposer frontalement. Cependant, elle tiqua sur la fin de son explication. La danse des doigts ? De quoi pouvait-il bien parler ? « -Je ne suis pas certaine de comprendre cette histoire de danse … J'ai cru entendre que tu parlais de doigts, mais j'ai du me tromper ? ». Après tout, elle n'avait pas pratiqué la Langue Commune depuis des années et il lui faudrait du temps avant de saisir toutes les subtilités de langage des Fer-Nés.

    Emeraude s'était trouvée un peu trop sèche, un instant plus tard, quand elle avait dit à Sargon qu'elle ne voulait que plaisanter. Après tout, il le savait pertinemment et ne cherchait qu'à encore et toujours la pousser dans ses retranchements. Rien ne servait de lui faire comprendre qu'il y parvenait presque. Oh, elle n'avait pas été agacée, pas encore, mais elle sentait qu'elle était sur la pente descendante et qu'elle devait absolument se reprendre avant d'aller trop loin. Un léger soupir lui échappa. Il était parfois sincèrement compliqué de savoir comment agir et réagir avec le Fer-Né et la jeune femme avait besoin de toute son intelligence et son intuition pour trouver la meilleure réponse. Bien sûr, il était doué, et il savait très bien jouer avec les mots. La Lysienne eut un sourire, quand elle comprit qu'il détournait encore une fois la discussion, refusant de lui faire savoir ce qu'il pensait d'elle. « Oh, non, je sais que je plais aux hommes en générale, et que mon corps est suffisamment attirant … En général. Mais ici, la généralité n'a que peu d'importance, puisque tu m'as clairement fait comprendre que tu serais le seul à pouvoir m'approcher. » Emeraude ne savait d'ailleurs que penser de cette règle édicté par Sargon. Elle n'avait jamais été la femme d'un seul homme et cela avait une résonance étrange à ses oreilles.
    Le rire de Sargon monta aux oreilles de Ema, qui se détendit encore un peu plus. Leurs relations semblaient sincèrement en bonne voie et la jeune femme s'en réjouissait. Elle détestait les conflits, leur préférant le jeu et la séduction. Et si le Fer-Né s'y pliait de bonne grâce, elle était certaine que leur bonne entente serait un bonheur de chaque jour. Pour elle, comme pour lui. Le regard du jeune homme balaya son corps, et la jeune femme sentit son sourire se raffermir. C'est à peine si elle écouta vraiment ce qu'il disait à propos de ses marins, de son oncle … Non, Emeraude était happée par une toute autre et différente émotion. Elle revint finalement à la réalité quand Sargon parla des parchemins.

    La jeune Lysienne posa son regard sur le Fer-Né, se demandant jusqu'à quel point sa position était réellement sincère ou non. Elle peinait à le savoir, de fait. Mais néanmoins, elle décida de prendre pour argent comptant ce qu'il venait de dire et répondit, spontanément, sans avoir vraiment eu le temps d'analyser les motivations du jeune homme. « -Oh, ce serait vraiment bien … En plus, si tu le gardais, personne ne te ferait de réflexion, tandis que moi … Je pense que certaines femmes n'apprécieraient pas. Ce serait vraiment une solution parfaite, je n'aurais qu'à venir quand tu n'es pas là pour lire, je ne te dérangerais pas ! » Elle avait assez vite oublié leur discussion précédente, car elle était positivement ravie par l'idée de pouvoir lire quand elle aurait le temps. Parfois, elle allait s'ennuyer, elle en était certaine. Récurer les tables ou le sol n'avait rien de passionnant. Mais savoir que le soir, elle pourrait lire, cela, c'était une superbe nouvelle.

    Se rappelant toutefois de quoi ils parlaient auparavant, Emeraude rectifia légèrement les dires de Sargon. « -Quant au reste, ce n'est pas que je suis plus attirée par les livres … Mais tu es blessé, je ne voudrais pas te maltraiter.» Là, elle se moquait clairement de lui et en le regardant dans les yeux, en plus. Désormais, Emeraude était parfaitement à l'aise et s'amusait avec Sargon, comme si il n'avait pas été un inquiétant Fer-Né, mais un beau noble de Lys qui aurait demandé à passer du temps avec elle. Mais peut-être allait-elle redescendre de haut.

Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mer 18 Sep 2013 - 18:27

     La danse du doigt n'était pas vraiment connue au-delà des Iles de Fer. Il n'y avait rien d'étrange à ce que la demoiselle ne sache pas de quoi il parlait. Avec un léger soupir, le Fer-né songea que sa femme-sel n'avait pas encore fini de les prendre pour de véritables barbares. Comment lui expliquer de manière civilisée qu'ils s'amusaient à s'envoyer des haches tranchantes en voyant qui perdrait le premier un doigt ? Décrit de la sorte, il était vrai que ce n'était pas forcément très hilarant, mais à voir c'était bien plus divertissant. Sauf lorsqu'on y participait. Sargon se souvenait encore du rassemblement des Fer-nés quelques semaines avant l'attaque des continentaux. Il en avait faite une avec Gabriel et avait bien failli se retrouver avec une main en moins. La cicatrice récoltée ce soit-là était encore présente et le resterait définitivement. Une manière de lui rappeler qu'il n'était pas invulnérable et que son demi-frère avait eu pitié de lui en arrêtant la danse alors que ce n'était normalement pas autorisé. Une bouffée de contrariété le prit soudain et son regard brilla un instant d'une féroce envie de prouver à Gabriel qu'il n'avait pas besoin de sa pitié. Mais c'était dépassé, oublié. Haussant les épaules – et se souvenant qu'il avait mal à cet endroit – le capitaine retrouva un air neutre à défaut d'être détendu.

     ▬ Non, tu as bien entendu. Ce n'est pas vraiment une danse, en fait c'est simplement deux hommes qui s'envoient des hachettes aiguisées et très tranchantes. Le premier qui se fait couper un doigt – ou la main – perd. C'est aussi simple que ça. C'est très prisé dans les regroupements, celle dit c'est aussi une bonne manière d'attraper une infection et d'en mourir. »

     Au fond, Sargon se moquait de savoir si Émeraude allait approuver ou non. Il apparaissait clair que leurs traditions ne convenaient pas à une Lysienne et qu'elle désapprouverait toujours ce qu'il pourrait expliquer. À quoi bon perdre son temps à essayer de lui présenter les choses sous un bon angle ? C'était d'autant plus idiot qu'au final, le jeune homme n'avait rien à gagner dans l'approbation de la belle. Si les Iles de Fer ne lui convenaient pas, elle serait tout de même obligée d'y vivre et par conséquent, qu'il tente de lui faire apprécier son peuple – à qui il adressait lui-même des reproches – ne servait qu'à lui faire perdre son temps. Et pourtant.... pourtant, il voulait tout de même que la belle blonde se rende compte qu'ils n'étaient pas tous de simples barbares. Helya ricanerait bien en le voyant faire, il n'en doutait pas une seule seconde.

     Il décida tout d'abord de ne rien répondre lorsqu'elle lui fit savoir qu'en général les hommes ne restaient pas indifférents à son physique, mais qu'elle n'était pas pour autant fixée en ce qui le concernait. Mais finalement, après quelques instants de réflexion son avis sur la question changea. Il était vrai qu'elle avait été particulièrement agréable aujourd'hui et avait réussi à faire muer sa mauvaise humeur en une à-peu-près bonne. Même si le caractère versatile du capitaine provoquait souvent ce type de situation, rares étaient les fois où il parvenait à se remettre de bonne humeur en discutant sans écraser l'autre en face. Que ce soit avec Helya ou même Gabriel, le Harloi regagnait sa joie en voyant son interlocuteur perdre la sienne. Elle avait donc droit à une récompense, même mineure.

     ▬ Oh, tu pourras toujours essayer de charmer d'autres hommes si tu y tiens tellement, après tout tu es une femme libre, peut-être que tu trouveras ce que tu cherches ailleurs. Son regard se fixa sur le minois de la demoiselle. Et tu peux considérer le fait que je sois perçu comme un continental par les autres, comme une indication sur ce que je pense de toi. »

     Il aurait pu dire de manière directe qu'elle lui plaisait, mais Sargon avait aussi besoin de s'amuser à sa manière. Soupirant légèrement, il considéra que le sujet pouvait encore évoluer de toute manière. Aujourd'hui il trouvait la jeune femme on ne peut plus séduisante et attirante, mais rien ne lui disait qu'un malheur ne puisse pas arriver. Combien de fois avait-il entendu parler « d'accident » qui serait arrivé à certaines femmes-sel jalousées par d'autres femmes nées sur les îles ? Quelque chose lui disait que ce ne serait pas le cas d’Émeraude, mais par habitude le Harloi ne restait jamais sur un avis fixe. Quoi qu'il en soit, la demoiselle semblait avoir apprécié l'idée qu'il venait d'émettre. À sa surprise elle ne sembla même pas remarquer la provocation glissée sous ses paroles, quel dommage. Il aimait bien s'amuser lui aussi, mais visiblement la discussion glissait doucement vers sa fin. Il ne fallait jamais abuser des bonnes choses. La dernière réplique de la Lysienne relançait d'ailleurs un peu le sujet et il se contenta d'un sourire amusé.

     ▬ Je ne suis pas une faible femme. Ce n'est ni ma première, ni ma dernière blessure et certainement pas la plus grave. Je pensais que les Lysiennes étaient des femmes douces, me serais-je trompé pendant tout ce temps ? Il secoua la tête comme pour chasser cette idée. Nous verrons bien le moment venu. Si tu veux que je garde l'un de ces parchemins pour toi, tu as deux minutes pour me le donner, il va falloir que je te fausse compagnie. Fais le bon choix, je ne voudrais pas que tu viennes dans ma chambre à reculons. »

     Pour le lire bien évidemment. Mais il l'avait bien dit quelques instants plus tôt, cette précision était inutile. Quoique, lorsqu'elle finirait par s'y rendre pour autre chose que de la lecture, il espérait bien que ce serait aussi le cas. Cela dit, ce que la Lysienne venait de lui semblait lui laisser penser que ce n'était visiblement pas le cas. Il ne restait qu'à espérer que les choses continuent à évoluer de manière aussi positive à l'avenir !


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Agent
avatar

Emeraude
Agent

Général Courtisane
♦ Missives : 193
♦ Missives Aventure : 30
♦ Arrivée à Westeros : 24/08/2013
♦ Célébrité : Magdalena Mielcarz
♦ Copyright : ASOIAF
♦ Doublons : Annabelle Solverre, Lorant Trant, Cylia Stark et Daenerys Martell
♦ Age du Personnage : 20 ans
♦ Mariage : Femme sel de Sargon Harloi
♦ Lieu : Iles de Fer
♦ Liens Utiles : Fiche d'Emeraude

Les liaisons d'une courtisane

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
95/500  (95/500)


Message Ven 20 Sep 2013 - 12:50



    Décidément, rien ne serait épargné à la Lysienne, dans ses premières semaines à Harloi. Sargon se faisait un malin plaisir à décrire et détailler les différents actes barbares des Fer-Nés et elle commençait à se dire qu'elle allait vraiment devoir se faire à cette vie de sauvage. La difficulté ne lui faisait pas peur, mais la violence physique, par contre, l'intimidait. On ne l'avait plus jamais frappé, depuis ses 8 ans, car on estimait que son physique devait être protégé de tout défaut, quelqu'il soit. Et la jeune femme n'avait donc aucune idée de quelle pourrait être sa réaction si jamais, par le plus grand malheur, quelqu'un décidait de lui taper dessus. En vérité, Emeraude n'avait même aucune envie de savoir comment cela pourrait se passer …

    La danse des doigts … La danse avait toujours évoqué pour Ema de jolies courbes élancées, se balançant sur une musique sensuelle. Mais visiblement, même cela, les Fer-Nés allaient lui enlever, avec leur stupide idée de se balancer des couteaux et autres ustensiles tranchants jusqu'à ce qu'un d'entre eux perdent les doigts ou la main. Brillante idée, en vérité. L'ironie emplissait toute entière Emeraude, tandis que Sargon explicitait ces étranges coutumes. Comment pouvait-on trouver du plaisir dans ce genre de cérémonies ? Voilà bien quelque chose que la jeune courtisane ne comprenait pas.

    Levant les yeux au ciel, la jeune femme se demanda ce qu'on allait encore lui réserver à l'avenir. La conclusion de cette discussion était donc que les Fer-Nés n'avaient pas peur de violer une femme -charmante perspective- qu'ils adoraient se lancer des hachettes dans le but de perdre des membres -charmant spectacle – et enfin, que les soins semblaient faire parti d'un idéal utopique. Non, décidément, cette entrevue n'avait rien de réjouissant … Si ce n'était que Ema commençait à comprendre le fonctionnement de Sargon et qu'en ce sens, elle espérait très bientôt pouvoir obtenir de lui une quelconque chaleur humaine, qui commençait désespérément à lui manquer. Si ces anciens amants l'avaient vu ainsi, luttant comme elle le pouvait face aux Iles de Fer, dans cette robe sans valeur et qui ne la mettait pas plus que cela en avant … Ils auraient sans doute ri de l'absurdité de la situation. Comment une femme comme elle pouvait-elle être dédaignée ainsi par un homme ? Le mystère si il n'était plus complet, demeurait tout de même.

    Emeraude ne comprenait pas le jeu de Sargon, cette fois-ci. Une fois il lui disait qu'elle lui appartenait et la seconde suivante -ou plutôt dans l'heure qui suivait- il se ravisait et lui disait qu'elle pouvait bien courir le guilledou si elle le voulait. C'était exaspérant, mais c'était aussi ainsi que fonctionnait le Fer-Né, elle l'avait compris, c'est pourquoi elle essaya de ne pas mordre à l'hameçon. Il eut toutefois l'air de lui faire un compliment ensuite, ce qui amadoua la courtisane. Emeraude n'était pas si exigeante que cela, quand on y pensait. Autrefois, elle aurait voulu des pierres précieuses et des tissus soyeux. Aujourd'hui, elle demandait -quémandait même- un peu d'attention et de jolis mots.

    Sargon le lui accordait, de temps à autre. Et il lui permit aussi d'aller choisir un livre dans les rangées. Sans se presser, Emeraude alla jusqu'aux étagères bien remplies et y retrouva l'ouvrage du Mestre. C'était toujours la même littérature, mais elle n'avait pas encore pu lire les pages consacrées aux femmes-sels, qui risquaient de lui en apprendre beaucoup. Si du moins les créatures comme elles étaient jugées suffisamment intéressantes par le Mestre pour qu'il écrive à ce sujet. Avec un grand sourire, Emeraude tendit l'ouvrage à Sargon.

    « -Merci beaucoup de ta proposition... J'espère pouvoir bientôt venir le lire ... De mon plein gré  ». Et plus si affinités, bien sûr. Mais cela, Emeraude n'avait pas besoin de le dire pour que ce soit audible à la fois du jeune homme et d'elle-même. Les cartes étaient maintenant jetées. Que donneraient-elles à l'avenir ? Voilà quelque chose que la Lysienne aurait bien volontiers aimé savoir, quel qu’en fût le prix. Mais l'incertitude est le lot de toute vie humaine, qu'on soit à Lys ou sur les Iles de Fer et la jeune femme devrait rapidement se faire à ne plus savoir de quoi son lendemain serait fait du moins pendant quelques temps. Maintenant que Sargon la congédiait, la jeune femme allait tout de suite se mettre à la recherche d'un Mestre : un baume et une potion devraient être prêts d'ici peu.

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

La dureté, c'est presque toujours une revanche... ▬ Emeraude

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2


Sujets similaires

-
» Un dîner presque parfait
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!
» On n'a pas toujours besoin d'un plus petit chez soi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-