AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Bennifer Nerbosc - Aigl'Oeil.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Bennifer Nerbosc
Homme d'Armes

Général ► Aigl'Oeil
♦️ Héritier de Corneilla ; fils cadet des Nerbosc ♦️

♦ Missives : 50
♦ Missives Aventure : 5
♦ Arrivée à Westeros : 31/07/2013
♦ Célébrité : Orlando Bloom
♦ Copyright : Insuline
♦ Doublons : Non.
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Personne.
♦ Lieu : Conflans
♦ Liens Utiles : Rp : 1 / 2.

► Aigl'Oeil

Aventures & Liens

Aptitudes

Succès

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
130/500  (130/500)


Message Jeu 1 Aoû 2013 - 10:42

● Nom : Nerbosc  
● Prénom : Bennifer
● Sexe : Masculin
● Âge : 24 ans ; l'an 188.
● Origine : Conflans
● Métier : Homme d'Armes pour la maison Nerbosc ; Héritier de Corneilla

● Pseudo :  Fulgrimander
● Âge :  22 ans
● Vous concernant :  J'suis une naine blonde très enthousiaste. Et puis : MEUH !  
● Avatar :  Orlando Bloom ; Kingdom of Heaven
● Connaissez-vous le Roman ?  Oui, j'en suis au deuxième tome. Mais j'ai vu la série, j'ai fini la troisième, du coup je sais ce qui va se passer, un peu.

● Lady Coeurdepierre ? Oui.
● Comment avez-vous connu le forum ? Sur un top-site.
● Comment le trouvez-vous ? Génial. Tout bonnement superbe. Les graphismes sont plutôt beaux mais au-delà du visuel, il y a une intrigue profonde qui arrive à s'enraciner sans problèmes dans les temps précédant les livres du Trône de Fer. C'est complet, bien écrit, chapeau bas.  
● De quelconques suggestions ? Non.  

Informations Descriptives

La stature de Bennifer lui permets d'impressionner les gens - avant que l'on ne voit son visage avenant. Plutôt grand, musclé et élancé, il a une haute stature qui fait de lui un homme d'arme exemplaire. Il a des cheveux bruns plutôt longs, aux reflets plus clairs au soleil, et qui ont tendance à devenir noisette lors des longues journées ensoleillée. Au-delà de cette impression de prestance, lorsque l'on tombe sur son visage avenant et souriant, tout le monde peut se rassurer. Loin d'avoir l'air d'une grosse brute, il a l'air d'un homme bon. Ses traits sont certes un peu grossiers, n'ayant pas la finesse de certains, mais ils sont simples, sans équivoques.Toujours souriant, le visage parsemé de fossettes, les yeux d'un noir brun luisants où l'on peut lire la moindre de ses émotions, tout cela donne l'envie de devenir son ami. Il a des dents bien alignée, un sourire agréable à l'oeil, qui est communicatif et donne envie de rire et de sourire. De longues mains aux doigts fins, des jambes fines et musclées, tout cela donne une impression de souplesse et d'agilité.

Il porte une barbe de quelques jours, qui lui donne un petit air sévère qu'il apprécie - car oui, il fait un minimum attention à lui. La preuve étant qu'il aime se vêtir d'atours verts et bruns, plutôt sombres, de qualité plutôt bonne. Il aime les vêtements amples, pratiques et confortables, préfère l'utile avant le joli bien qu'il ne délaisse pas ce dernier. Il porte une boucle d'oreille à l'oreille droite, un anneau d'argent serti d'un rubis ; une bague orne son index droit, un simple anneau d'argent poli.

Il est rare de le voir sérieux ou grave, son visage a tendance à être toujours souriant. Il peut aussi arborer un petit sourire moqueur, malicieux, avec ce petit air taquin que peuvent avoir les gamins et qui lui donne un air enfantin. Ses grands yeux sombres sont émotifs, et il semble toujours à l'écoute de ce qu'on lui dit. Globalement, il émane de lui un sentiment positif, il est un homme charmant et aux allures agréables, douces mais fermes.


Informations Mentales

Bennifer est un homme à l'intelligence vive, à la manière d'un renard ; il aime réfléchir, les défis intellectuels. Il aime mettre sa vivacité d'esprit à rude épreuve, et peut se montrer un très bon tacticien car il a une manière de pensée qui peut se révéler différente des autres façons plus normales. Malgré son physique, il est plutôt gentil et doux avec autrui, tant qu'on ne le met pas en colère. Attentif, à l'écoute d'autrui mais surtout de la nature et des signes des dieux, il est très croyant. Il a une foi pure et innocente digne d'un enfant, et il aime voir des signes des dieux dans chaque orage, chaque pluie, chaque neige, chaque jour que le monde fait. Parfois un peu enfantin, il sait aussi être très sérieux et grave quand la situation le demandent. Souriant, joyeux, il aime vivre, et surtout s'amuser et sourire. Il adore rire, est un bon vivant et n'est jamais le dernier à faire des jeux de mots plus ou moins bons. Téméraire, volontaire, il est courageux et ne fuira jamais - de cette loyauté indicible capable de tuer le meilleure des héros. Il se montre aimable avec les gens, élégant et charmeur avec ces dames, sans cependant en faire de trop. Il est assez possessif, et n'aime pas qu'on touche à ses affaires. Il est joueur, taquin, il adore embêter les gens ; il se met rarement en colère mais ses excès de rage sont spectaculaires. Mieux vaut ne pas se le mettre à dos, car il est rancunier. Il déteste qu'on asse du mal à ceux qu'il aime, et est prêt à tout pour les protéger. Il a toujours adoré sa famille, notamment son frère avec qui il est extrêmement proche ; cependant, au contraire des rumeurs qui prétendent que Bennifer jalouse Bennor pour sa largeur d'épaules, pour son savoir à la hache et pour son titre, le jeune homme est ravi pour son frère aîné et lui offre son amitié fraternelle, son arc et sa loyauté. Bennifer est du genre à être heureux pour le bonheur des autres plutôt que de les jalouser.

Bennifer est un homme bien né, qui n'a jamais eu à se plaindre de son train de vie. Bien qu'il ne gaspillât pas, il ne se montrait pas non plus un appétit d'ermite affamé, et préférait profiter de ce que son rang pouvait lui offrir. Néanmoins, il n'a jamais été très à l'aise avec les protocoles ; c'était plutôt Bennor qui adorait toutes ces courbettes et ces histoires d'usages. Bennifer, bien qu'il se montrât docile dans son apprentissage, n'y montrait pas autant d'adoration. Il était plutôt d'un naturel à vouloir aller gambader dehors ou grimper dans les arbres, au grand dam - et amusement - de Lord Quentyn et de Lady Amalys.

Bennifer est un homme de bons conseils, qui sait observer et utiliser son instinct, les informations qu'il possède, pour se faire un avis objectif et une bonne idée de la situation. Attentif, méfiant et calme, c'est avec un air posé qu'il va cogiter à tout cela, et il en sortira des propos cohérents, qui seront souvent avisés. N'aimant pas se tromper, il refuse de donner des informations erronées, ou s'abstient de tout commentaire quand son avis incertain pourrait mettre en danger autrui. De nature bavarde et expansive, il n'a pas sa langue dans sa poche, mais il a beaucoup de mal à parler de lui. La seule personne à qui il se confie n'est autre que son frère.  


Famille



La devise des Nerbosc n'est autre que : ▬ Jamais nous n'oublions.

La maison Nerbosc possède un blason rouge, avec un barral blanc sur fond noir, et un envol de corbeaux noirs. Cet écu n'est autre que des armoiries montrant leur ferveur et leur foi envers les anciens dieux.

Père : Lord Quentyn Nerbosc.

Il adorait se battre, et aimait entraîner lui-même ses enfants. Il avait pour sa femme un amour sincère et doux, et il la traitait avec respect. Il est mort lors du tournoi de Port-Réal de l'an 205, tué par Otho Bracken. Cette mort a fini d'aviver les tensions déjà présentes entre les deux familles. Quentyn avait un visage d'aigle, au long nez crochu, aux traits pâteux et à l'air sévère. Ses grands yeux d'un marron doré relevaient cependant cette sensation d'austérité, car ils brillaient toujours d'une lueur d'intelligence et d'attention. Ses cheveux, bien que gris à sa mort, avait eu autrefois le lustre et la brillance opulente d'une toison brune.

Mère : Lady Amalys Nerbosc.

Une dame plus jeune que son mari, qui a été très malade à la suite de la mort de son mari. Elle n'apparaît plus que rarement en public, et refuse de côtoyer ses fils, car ils ressemblent trop à son défunt mari. Elle a autrefois été très courtisée, et à présent, des vieux admirateurs continuent de prendre de ses nouvelles car sa beauté ne s'est pas fanée avec l'âge. Elle est relativement vieille - dans les quarante cinq ans. Elle possède de grands yeux clairs, comme de l'eau de mer par beau temps, et sa chevelure autrefois blonde reste longue et ondulée - ils ont blanchis à la mort de son mari. Petite et fine, elle fait penser à une petite souris, avec son nez pointu, son visage en forme de coeur et ses traits fins et harmonieux.

Un frère aîné : Bennor Nerbosc.

Nouveau maître de la maison. Ils entretiennent de bonnes relations, anciens camarades d'armes. Ils se sont éloignés depuis que Bennor a reçu sa nouvelle fonction. Bennifer adore son grand frère, et ne s'est jamais plaint de sa position qui ne lui permettrait pas d'hériter du pouvoir. Bennor est prêt à tout pour protéger sa famille, et le devoir envers celle-ci passe avant tout. C'est lui qui ressemble le plus à son père : très grand, taillé dans du roc, il a la peau tannée, un visage brut, aux yeux sombres, et les cheveux longs couleur de terre attachés en catogan.

Une soeur cadette : Sidale Nerbosc.

Elle est encore jeune - elle a six ans - , gentille et tête en l'air. Elle est la pierre précieuse de Bennifer, qui l'adore. Il ferait tout pour elle, pour ses jolis yeux et ses caprices, et il aime lui offrir des cadeaux. Elle en profite un peu, malicieuse et enfantine. Elle aurait aimé avoir d'autres soeurs, mais n'est finalement pas mal lotie avec deux frères aînés qui la choient. Elle a un visage félin, et on a l'impression d'être face à un chat le museau dans la crème : un petit sourire taquin aux lèvres - qui n'est pas sans rappeler celui de Bennifer - elle a de grands yeux verts d'eau, des sourcils fins et un petit nez adorable ; des tâches de son couvrent ses joues, et son visage est encadré de boucles châtain.

Trois écuyers ; des cousins.

Bennifer possède trois écuyers, qui sont tous des cousins plus ou moins lointains : Robert, Rolan et Roger, tous du nom d'une cousine, une Nerbosc. Ils sont jeunes, mais gentils, et Bennifer les traite avec gentillesse et gratitude, et les garçonnets le lui rendent bien. Ils prennent exemple sur lui, et l'admire grandement.


Résumé



Lord Quentyn Nerbosc entraîne lui même ses fils pour la guerre et les batailles, préférant s'occuper d'eux et voir de lui-même leurs faiblesses, leurs talents et leur évolution. Il mourra en l'an 205 lors du tournoi de Port-Réal, tué par Otho Bracken, ennemi de la famille. Lord Nerbosc laisse une femme enceinte et deux fils pour s'occuper de sa maison.

C'est Bennor qui va prendre la tête. Bennifer, lui, s'entraîne plus dur pour pouvoir protéger lui aussi sa famille. Il aide son frère, et représente souvent sa famille à sa place, dans certains évènements - notamment le mariage des Murs-Blancs.  



Histoire



Je suis le deuxième fils de ma mère. Ayant déjà eu un fils, elle avait espéré une fille, mais ma venue fut tout de même fêtée. On me donna le nom de Bennifer, et dès ma naissance je fus choyé et adoré. Ma mère me préférait, car j'étais plus jeune que mon frère, et moins costaud de constitution. Là où elle demandait plus d'efforts de Bennor, elle était plus encline aux caresses avec moi. Mais, loin de me laisser faire - bien que son affection fut pour moi un trésor - je voulais, dès tout jeune, rattraper mon frère. J'avais une admiration sans faille pour lui, et nous jouions souvent ensemble, il m'apprenait des choses. J'avais l'esprit plus vif que lui, retenant plus facilement les leçons - quand elles m'intéressaient. Lui faisait plus office d'éponge en terme d'éducation - il apprenait tout, par coeur, c'était long et fastidieux, mais il finissait par tout apprendre. Moi, je préférais ce qui m'intéressais, et malgré cet égoïsme naissant, Mère et Père laissèrent faire. J'appris rapidement le maniement de l'arc, l'équitation, mais aussi les lettres et les chiffres, l'art de la table, la danse. Mère m'apprit également la couture, qui selon elle pouvait être d'une grande aide pour un homme dans certaines situations. Je laissais la géographie et la politique à mon aîné.

▬▬▬

Je me retourne, et assène un coup rapide à Bennor. Mon frère tente de l'esquiver, mais trop tard ; la pointe de mon épée cogne contre ses côtés et il tombe en arrière, soufflé. Je ramène mon bras, puis éclate de rire. Mon frère, plus grand et plus fort que moi, n'a jamais été aussi rapide. Et père a toujours dit que, plutôt de miser sur des qualités que l'on a pas, il faut jouer de celles que l'on a déjà. Oh, ce n'est pas une raison pour délaisser les autres compétences, bien entendu - la paresse ici n'est pas acceptée ! - mais au contraire de mon frère, qui aime le corps à corps, je me débrouille bien mieux à l'arc. Je suis vif et j'ai une vue des plus perçante, tel un aigle, ou un oiseau de proie. Je fourre mon épée dans son fourreau et aide Bennor à se relever ; il grommelle quelque peu, vaguement vexé que son petit frère ait prit le dessus. Pour une fois, cela me comble ; habituellement, c'est plutôt lui qui me plaque au sol.

▬ Très bien, les garçons.

Nous nous tournons, tout sourires, vers Père. Grand, bien bâti, il est là, debout, nous observant d'un oeil bienveillant. Mère est là aussi, jolie, plus timide, plus réservée, mais non moins fière des fils qu'elle a engendré. Nous nous approchons et prenons avec gratitude la gourde de vin que Père nous tends ; nous buvons chacun notre tour. D'abord Bennor, pour son droit d'aîné, puis moi. Nous sommes en sueur, sous nos pourpoints de cuir, et nos visages de gosses sont rouges de bonheur et d'efforts. Nous nous laissons choir dans l'herbe, sous le regard faussement accusateur de Mère. Elle se penche et nous offre, sortis de sa manche ou d'un sac, d'on ne sait où, deux pèches mûres.

▬ Tenez mes chéris.

Elle nous ébouriffe les cheveux ; Bennor proteste. Il a déjà douze ans, et il n'est plus en âge de se voir ébouriffé par sa mère, toute Lady qu'elle soit. Moi, je me laisse faire. J'ai toujours aimé les câlins de Mère. Je ronronnerais presque de contentement ; un petit vent frais se lève et fait frémir les arbres au-dessus de la cour ; je peux humer d'ici une odeur humide et fraîche de pluie. Il ne va pas tarder à pleuvoir ; des effluves d'humus et de terre retournée assaillent également mes narines. Une odeur de nature, qui me laisse pantelant.

▬ Mes fils, votre père et moi souhaitons vous offrir quelque chose. Vous êtes nos fiertés et votre père ne tarit pas d'éloges sur vos progrès. Souhaitez-vous quelque chose de particulier ?

Je lève la tête et secoue la tête, puis, me stoppant, je hoche la tête. Si, en fait, j'ai une idée. Je me lève d'un bond, agile, preste comme un jeune animal. Je m'approche de Mère. Du haut de mes sept ans, je n'ai pas peur d'être pris dans ses bras.

▬ Un arc, Mère. S'il vous plaît. Un bel arc, de bonne qualité, pour que je puisse apprendre à tirer correctement, avec une arme de bonne facture.

J'ai dis ça, collée contre elle. Bennor, derrière, se moque de moi mais je n'y fais pas attention. Je sais qu'il est jaloux de ne plus pouvoir câliner ainsi mère, cela ferait mauvais effets vu son âge. Moi, je peux encore me le permettre - plus pour longtemps. Nous suivons Père et Mère au château, en dégustant nos fruits sucrés. Le menton plein de jus, les mains poisseuses, nous nous mettons à courir jusque la salle à manger, en criant, en faisant semblant d'être des chevaliers. Père aime faire des tournois, et parfois il nous emmène le voir. Nous battre, voilà pourquoi nous vivons...

▬▬▬

▬ Mange pas ça, tu vas être malade.

Si le conseil - l'ordre ? - était venu de quelqu'un d'autre, Bennor n'aurait pas écouté. Mais il s'agit de moi, alors il repose la feuille qu'il allait porter à sa bouche et mâcher. Il confond cette plante avec une autre et je le lui explique : cette feuille là appartient au Plant-Fendu, une herbe montante, avec des graminées blancs sous les feuilles, toxique même à petit dose. Alors que ce qu'il cherchait, c'était de la Menthe-Pavot, une plante grimpante aux feuilles un peu plus fines, moins dentelées, qui permets de rafraîchir l'haleine. Il me lance un regard agacé, mais me sourit. Il sait combien je peux être efficace en forêt ; c'est ici que je passe mes journées, après tout. Le maître-forestier m'a appris tout ce qu'il sait : plantes, simples, chasse ... La forêt est devenu ma seconde maison ; agile comme un écureuil, je saute dans un arbre et invite mon frère à venir avec moi. Je sais où sont les nids, où nous pourrons déguster des oeufs encore chauds, pour avaler leur trésor jaune et amer. Nous nous baladons, puis, assis sur deux branches fourchus, Bernnor s'exclame :

▬ Tu sais, je suis un homme maintenant.

Et je l'écoute me parler de la servante qu'il a utilisée. Il en parle avec fascination, comme si il n'en revenait pas lui-même. J'éclate de rire quand il me raconte, gêné, qu'il n'avait aucune de quoi faire, ni comment. Ce n'est pas encore mon problème ; du haut de ses seize ans, plus grand que moi de quatre années, il est un homme fait, moi pas encore, pas tout à fait. De toute façon, Père et Bennor s'amusent à dire que je ne suis qu'une jouvencelle, car j'apprécie les Gestes romantiques des chevaliers et de leurs reines. J'ai déjà remarqué certains regards que m'offrent certaines femmes, mais je ne le leur rends pas. Je suis trop intimidé par leur prestance, leurs parfums capiteux, leurs opulentes chevelures, leurs poitrines à peine vêtues. La gente féminine n'est pas la même chez les hommes que chez les animaux, et je trouve ça fascinant. Les animaux ne forniquent pas tout le temps, comme nous ; ils font cela pour la survie de l'espèce. Je ne sais pas ce que l'homme chercher à toujours se sauter l'un sur l'autre ainsi.

Je tire de mieux en mieux à l'arc, alors que mon frère, lui, se verse plutôt dans la hache de combat. Sa force, sa musculature de géant, sa lourdeur équivaut à mon agilité et à ma rapidité, à mon oeil d'aigle. Il est surnommé HacheCendre, alors que je suis Aigl'Oeil. Mère m'a tout d'abord appelé son Petit Corbeau, mais tous durent se rendre à l'évidence : plutôt que de corbeaux, j'avais un don avec les aigles - les rapaces de la maison m'adoraient, j'aimais aller les voir, et chasser avec ceux que Mère utilisait. De plus, mon coup d'oeil était précis, et mes mouvements agiles, presque gracieux, et Mère me dit un jour que j'avais non pas du corbeau mais de l'aigle dans mon sang. Cette phrase sonna étrangement à mes oreilles ; cela voulait-il dire que j'étais à part dans la famille ? Mais Mère m'expliqua : plutôt que de me rebiffer, autant prendre ce compliment et m'en faire un bouclier contre les autres. Prendre un surnom ... Oui. J'en cherchais un avec Bennor, et finalement, celui d'Aigl'Oeil me vint. L'oeil d'un aigle, aussi précis et mortel que possible. Un peu prétentieux, peut-être, pour le moment, mais je n'en avais cure ; j'espérais pouvoir atteindre un haut niveau à l'archerie un jour. Nous adorons tous nos petits surnoms, et Bennor et moi bien plus encore. Père est très fier de nous, et c'est avec lui maintenant que nous nous entraînons, et non plus sous sa simple surveillance. Je reste adroit à l'épée, même si cela n'arrive pas à la cheville des compétences de contact qu'ont mon frère et mon père. Je sais me débrouiller, ne pas me couper un bras, mais c'est avec l'arc que m'ont offert Père et Mère que je suis un danger pour tout ce qui bouge : aussi vif et précis qu'il est possible de l'être, je dégaine mes flèches plus vite que mon ombre. Combien de fois me suis-je entraîné devant le miroir de ma chambre, à retirer les traits de mon carquois dans mon dos ? A faire des gestes simples, sans fioritures, non pas beaux mais utiles ?

▬▬▬

L'année de mes quinze ans, l'un de nos bannerets - et cousin - vint nous offrir quelques uns de ses fils comme écuyers, à Bennor et moi-même. Père accepta de grand coeur, et s'en suivit une soirée bien arrosée et plutôt festive, où l'on nous offrit à moi et mon frère un attirail de guerrier. J'y reçus mon armure de métal rouge, ornée de perles noires et brillantes, luisantes comme le pelage d'un corbeau - dont j'avais une cape avec leurs plumes. Mon frère, lui, eut un tout autre cadeau : une armure de plates couleur de jais, comme des pierres précieuses, à la fois transparentes comme du verre mais colorées d'une teinte sombre. Avec cela, une gigantesque cape, pour aller avec sa taille, lui fut également donnée ; au contraire de la mienne, en plumes de corbeaux, celle-ci était d'un velours blanc, et gravé dans le tissu comme des marques d'un arbre. On aurait dit de l'écorce de barral, à le voir de dos. C'était des ouvrages magnifiques, et nous remerciâmes ceux qui nous les firent avec chaleur et reconnaissance. Plutôt que beaux, nous nous trouvions charismatiques, avec tout ce que la jeunesse peut avoir d'humilité - c'est à dire pas grand chose.

L'année de mes dix sept ans marque une année mouvementée. Mère tombe enceinte, et mon frère et moi sommes impatients de voir s'il en sortira un frère ou une soeur. Nous préférerions le premier choix - un nouvel homme dans la famille ne serait pas de trop. Mais c'est aussi l'année où, lors du tournoi de Port Réal où Père il se fait tuer durant une mêlée par Otho Bracken. La maison étant ennemie avec la nôtre, ce meurtre horrible ne fait que jeter de l'huile sur le feu. Je rencontrais aussi, à ce tournoi, mon cousin Brynden. Membre de la famille, il était connu chez les Nerbosc pour être celui qui avait réussi : devenu main du roi, il se révélait dépositaire d'un grand pouvoir. J'avais déjà vu Brynder quelques fois, très rarement, mais c'est à cette occasion que nous fîmes réellement connaissance : outre notre haine pour les Bracken - qui s'aviva encore lorsque nous dûmes partir en hâte - j'aime penser que je soutiens mon cousin. Je suis assez fier de ce qu'il est devenu, et c'est un homme que j'apprécie ; notre amour pour l'archerie nous a aussi rapproché. Bennor a vu, au début, d'un mauvais oeil son petit frère se rapprocher d'un autre homme, mais il se mit aussi à apprécier Brynden - il ne pouvait en être autrement avec tout le bien que je lui en disais. Tout en étant pas aussi proche de lui que moi-même, Bennor apprécie Brynden et apprécie les avantages politiques que peuvent nous apporter ce cousin Main du roi. Mais une fois Père mort, nous n'avons plus le choix. Nous récupérons le corps de Père. Mère s'effondre, et elle ne met pas longtemps avant de mettre au monde - trop tôt - une soeur qu'elle nomme Sidale. Mais le goût de la vie semble l'avoir désertée en même temps que Père nous a quitté. Brennor, avec ses nouvelles fonctions, n'a plus le temps de prier, alors je le fais. Chaque jour, je vais montrer ma ferveur aux dieux. J'ai toujours été très croyant, mais en ces temps durs, j'offre divers objets aux dieux, dans une naïveté qui aurait fait rire Père. Je demande que ma mère vive, qu'elle se remette ; que Sidale passe la nuit, qu'elle vive elle aussi. Je suis obligé de mettre Sidale contre la poitrine de Mère pour la faire boire ; Mère ne bouge plus, ne mange plus. Bennor est obligé de lui ordonner de le faire pour qu'elle s'exécute. L'ambiance morose laisse place à quelque chose de froid, de glacial, qui me prends les tripes. Père est mort, plus jamais il ne nous regardera nous entraîner avec un air fier ; plus jamais il ne pourra nous dire combien nous serons beaux aux tournois de Port Réal.

Je prends mes nouvelles fonctions très à coeur : je suis à présent l'aide et l'homme d'armes de mon frère. Je représente notre famille à bien des évènements, quand lui ne peut pas y aller par obligation. Cette vie de cour, bien que je l'ai déjà vécue à la maison, est étrange pour moi. Je ne suis pas comme Bennor ou Mère, enfermés sur eux, je préfère sourire et apprécier la vie que les Dieux font. Je pense que les gens me sont reconnaissants de ne pas broyer du noir. J'essaye de lier de nouvelles alliances avec d'autres familles ; je sais aussi que Brennor va devoir prendre femme. Mon frère m'a également demandé de faire ma cour à diverses dames ; Lady Rohanne Tissier était un bon parti, mais les rumeurs sur ses maris tous morts m'ont détourné vaguement d'elle. J'avais également été vendu à Lady Rivanon Mallister, autrefois, mais la mort de Père avait tout changé - sauf notre amitié. Je m'entendais bien avec elle, et j'étais plutôt peiné de ne pouvoir me marier avec elle. Mais je comprenais que sa famille ne veuille continuer un accord passé avec un mort.

Hélas, la sécheresse qui a lieu ces temps-ci frappent également notre maison. Il est difficile aux paysans de cultiver les champs. Cela, associé au Fléau du printemps qui a déjà fait tant de morts ... Nous avions donc nos propres problèmes. Les pirates fer-nés avaient également attaqué le Nord. Starck repoussa les raids, comme il put, fit construire des guets, des tours. Nous fûmes épargnés, à Corneilla, fort heureusement.

Je participais en tant qu'émissaire au Mariage de Lord Ambrose, à Bois-Blanc. J'y rencontrais diverses famille : Beurpuits, Cockshaw, Frey ... J'y félicitais le marié, et participais au tournoi - ou je perdis une passe. J'étais assez fier de participer aux festivités, sans pour autant être à l'aise avec toute cette société. Mon frère n'avait pas voulu venir, car leur invitation avait été faite par pure politesse, et il avait d'autres chats à fouetter. J'étais donc venu me montrer, faire acte de présence. J'assistais également à diverses choses étranges : vol de la récompense du tournoi, attaque des roturiers ... L'ambiance était tendue, mauvaise, et Lord Corbray, accusé de vol, se voit combattre contre un homme se révélant être Daemon II Feurnoy. Devant ce retournement de situation, l'arrivée de la Main du roi, mon cousin Brynden Rivers, arriva à point. Les Beurpuits furent déchus, les traîtres tués. Le tournoi reprit, en l'honneur des vrais rois. Je ne m'attendais pas à assister à pareil numéro, et je racontais tout cela à mon frère une fois retourné chez moi.

Les Feurnoy fomentent une rébellion, et leurs actes vont jusqu'à Port Réal. Ils ont des complices un peu partout, et allez savoir quels gens sont à leur botte ou non ?

A présent, il est temps que Brennor prenne femme. Mais je sais que Brennor a envie de vengeance. Peut-être une présence féminine, un devoir familial lui laissera le temps de respirer, mettra une pause à sa rage. Il a soif de tuer, lui aussi, car les Bracken nous ont prit une figure paternelle, notre Père bien-aimé, et cela a descendu Mère aux enfers. Brennor haït cette famille, et je ne sais ce que tout cela fera ressortir. Je tente de le tempérer, bien que je la haïsse moi aussi. Mais qui sait de quoi sera fait demain ? Mon frère serait bien capable de partir en guerre contre le meurtrier de notre père ...

Mon but est donc de conseiller mon frère du mieux que je le puis, de tenter de lui faire ravaler sa vengeance, pour le bien de nos hommes, mais aussi de lui trouver une femme pour gouverner à ses côtés et pour offrir une descendance à notre famille. Etant son bras droit et son homme d'arme, je ferais tout pour que le nom de notre famille, rattaché à lui, ne soit pas souillé par sa haine envers les Bracken.


Inventaire

Un arc en bois de barral, une armure d'acier rouge incrustée de perles noires, un manteau en plumes de corbeaux.
Il possède également un poignard effilé au manche en forme d'aigle en plein envol, une chevalière familiale, ornée d'un joyau aux couleurs brunes, qu'il porte rarement sauf lorsqu'il doit représenter son rang.



► Aigl'Oeil ◄




Maison Nerbosc ; Jamais nous n'oublions.

Bannifer Nerbosc ; Tel l'Aigle ! ◄   


                                                                                                                           code by Holliday  


Dernière édition par Bennifer Nerbosc le Ven 9 Aoû 2013 - 10:59, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Clarence Hightower
Noble

Général
Grand Argentier
~ We light the way ~

♦ Missives : 2168
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 20/09/2011
♦ Célébrité : François Arnaud
♦ Copyright : Valencia
♦ Doublons : Edwyn Tully
♦ Age du Personnage : 27
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
3996/4000  (3996/4000)


Message Ven 2 Aoû 2013 - 21:00

Bonjour à toi et, avec quelque retard, je te souhaite la bienvenue parmi nous !

Tout d'abord, il faudra me pardonner mon piteux sens de l'observation, mais il me semble que ton titre indique Bennifer Bernosc, hors, l'orthographe correcte est Nerbosc. Ensuite, même s'il s'agit d'un PV, il ne faudra pas oublier d'indiquer, en plus du nom de la célébrité, le film d'où provient l'avatar.

La description physique est tout à fait convenable, au détail près des « dents de nacre » qu'il est déjà bien difficile d'obtenir chez le dentiste, alors dans un univers médiéval où l'hygiène bucco-dentaire n'est pas vraiment la priorité... mais peu importe, ce n'est qu'un grain de sable.

Dans la partie famille, tu dis que lady Amalys reçoit aujourd'hui encore des missives de prétendants pour l'épouser... hors elle est veuve, est mère de deux fils déjà adultes ; il y a tout lieu de penser donc qu'elle est désormais trop vieille pour enfanter, hors le mariage n'a pas d'autres buts, en dehors peut-être des alliances entre les familles nobles. Il est donc improbable que lady Amalys reçoive tant de missives, et si elle en reçoit, ce sera toujours de nobles issus de maisons mineures qui n'occupent aucune place d'importance au sein de leur propre maison – en d'autres termes, des admirateurs d'âge déjà avancé qui appartiennent aux franges les plus modestes de la noblesse du Conflans. C'est une question de logique, car un jeune homme désireux de choisir une épouse optera toujours pour une demoiselle encore pucelle... car la virginité est, pour le meilleur ou pour le pire, un gage de la qualité de l'union en devenir. La beauté de la demoiselle considérée n'est qu'un accessoire – qui est parfois décisif, mais qui n'est jamais primordial.

Citation :
Bennifer possède trois écuyers, qui sont tous des cousins plus ou moins lointains : Robert, Rolan et Roger, tous du nom d'une cousine, Vertempête. Ils sont jeunes, mais gentils, et Bennifer les traite avec gentillesse et gratitude, et les garçonnets le lui rendent bien. Ils prennent exemple sur lui, et l'admire grandement.

Je tiens juste à préciser que le nom de Vertempête ne sera pas possible, car Robert, Rolan et Roger portent le nom de la famille de Bennifer, Nerbosc ! ^^ http://www.lagardedenuit.com/wiki/index.php?title=Maison_Nerbosc#Anciens_membres

Dans le résumé, tu écris que lord Quentyn Nerbosc entraîne ses enfants surtout pour les tournois. C'est quelque chose d'assez difficile à croire, car les tournois sont des événements liées à la chevalerie, elle-même liée étroitement à la Foi des Sept : ainsi les fidèles des Anciens dieux que sont les Nerbosc ne sont pas chevaliers, ne croient pas en les Sept et donc ne participent que rarement aux tournois.

Ensuite, tu évoques un anniversaire, mais dans l'univers des romans comme dans celui des nouvelles, fêter un tel événement est chose assez rare, voire chose inepte, et il me semble que ce qui surtout se fête, et encore pas tous les ans, c'est l'anniversaire du roi, ou d'un prince de sang royal. Je ne te demande donc pas de supprimer l'événement de ton histoire, mais de lui trouver une justification qui lui donne tout le relief nécessaire ! En revanche, il faut abandonner l'idée d'un tournoi pour les quinze ans des Bennifer : comme je l'ai écrit plus haut, la participation des Nerbosc aux tournois ne peut qu'être anecdotique (ils n'iront à mon sens qu'aux tournois importants, comme celui organisé à Port-Réal en 205 où ils auraient mieux fait de ne pas y aller !), et de plus Bennifer n'est qu'un fils cadet... un petit tournoi pour l'aîné paraîtrait donc plus approprié, et là encore il te faudra trouver une excellente justification car après tout, aucun Nerbosc n'est chevalier et les tournois, c'est affaire de chevalier. ^^

Il faudrait aussi intégrer quelque part une explication au surnom Aigl'Oeil... quelques lignes y suffiraient ! Mais j'ai un peu du mal à saisir la subtilité, car après tout le blason des Nerbosc représente un envol de corbeaux et non un envol d'aigles...

Ensuite, il faudra aussi que ton histoire mentionne les éléments du contexte récent. Bennifer a participé au tournoi de Cendregué en 209,  il s'y est passé quelques événements notables... comme par exemple le Jugement des Sept. De même, le Fléau de printemps, l'épidémie, a touché Corneilla. Ainsi que la sécheresse. Et si la maison Nerbosc n'a pas été directement menacée, le Conflans a essuyé des raids Fer-nés. Enfin Bennifer a participé à l'événement de Murs-Blancs et au tournoi qui s'y est déroulé – il a perdu une passe à la joute. En d'autres termes, tous ces éléments que tu trouveras dans les sujets du contexte, il faut les intégrer à ton histoire récente pour mieux situer ton personnage dès son arrivée dans le rp !

De plus, si tu as bien consulté l'arbre généalogique de la maison Nerbosc, tu y auras remarqué ton lien de parenté avec nul autre que Brynden Rivers, l'actuelle Main du roi... il serait sage de le contacter pour déterminer quelques éléments de l'histoire contemporaine des Nerbosc avec lui. :DBennifer et Brynden sont cousins, et Brynden occupent une position de premier plan dans le royaume, cela a forcément donc quelque importance !

Voilà ! J'ai conscience que cela fait beaucoup d'ajouts à accomplir, mais je ne doute pas que tu y réussisses admirablement, tu écris très bien et avec peu de fautes, l'essentiel est donc sauf ! Si tu as des questions, n'hésite pas à me mp et dès que tu auras achevé l'édition de ta fiche, n'oublie pas de me le signaler en postant à ma suite ! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Bennifer Nerbosc
Homme d'Armes

Général ► Aigl'Oeil
♦️ Héritier de Corneilla ; fils cadet des Nerbosc ♦️

♦ Missives : 50
♦ Missives Aventure : 5
♦ Arrivée à Westeros : 31/07/2013
♦ Célébrité : Orlando Bloom
♦ Copyright : Insuline
♦ Doublons : Non.
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Personne.
♦ Lieu : Conflans
♦ Liens Utiles : Rp : 1 / 2.

► Aigl'Oeil

Aventures & Liens

Aptitudes

Succès

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
130/500  (130/500)


Message Lun 5 Aoû 2013 - 11:03

J'ai tenu compte de tes conseils, et normalement je devrais avoir édité tout ce qu'il y avait à faire ...

Sauf deux petits points. Que je vais faire bientôt, promis ; je vais donc, avec l'accord de Brynden, mettre un petit passage sur leur lien ; puis je vais aller finir de lire les évènements récents pour les intégrer :3

Bref, c'était pour dire que je bossais toujours sur ma fiche, je n'abandonne pas. J'espère que ce que j'ai changé va, sinon, si il y a quoi que ce soit qui est incohérent, n'hésite pas à me le dire. J'éditerais de nouveau :3

Voila voila, merci de votre patience !



► Aigl'Oeil ◄




Maison Nerbosc ; Jamais nous n'oublions.

Bannifer Nerbosc ; Tel l'Aigle ! ◄   


                                                                                                                           code by Holliday  
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Clarence Hightower
Noble

Général
Grand Argentier
~ We light the way ~

♦ Missives : 2168
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 20/09/2011
♦ Célébrité : François Arnaud
♦ Copyright : Valencia
♦ Doublons : Edwyn Tully
♦ Age du Personnage : 27
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
3996/4000  (3996/4000)


Message Jeu 8 Aoû 2013 - 20:09


Citation :
il n'est pas rare qu'elle reçoive encore quelques missives pour l'épouser
Je vais me montrer insistant mais c'est une phrase qu'il faut rayer et modifier. Que lady Nerbosc reçoive des missives polies et chastes d'admirateurs discrets est une chose, mais des propositions de mariage – ou plutôt de remariage – cela ne sera pas possible. J'ai déjà mentionné les obstacles que représentent l'âge et la presque certitude qu'elle ne pourra plus enfanter, j'ajouterai celui du respect du veuvage ; lady Nerbosc ne détient rien de Corneilla, vu que son fils aîné est le lord : personne n'aurait intérêt à devenir le beau-père de lord Nerbosc, position qui n'apporterait rien de concret vu que lady Nerbosc n'a ni pouvoir, ni propriété, ni rien. Et de plus, tu décris son veuvage comme une épreuve douloureuse et malheureuse pour elle, alors...

Citation :
Nous voulons, Bennor et moi, plus tard, être chevaliers, ou nous battre comme Père aux tournois. Nous battre, voilà pourquoi nous vivons...
Comme je te l'ai dit, les Nerbosc vénèrent les Anciens dieux, et non les Sept, il est  donc impossible qu'un Nerbosc souhaite devenir chevalier par défaut ou par principe – et surtout pas Bennifer qui est quand même un personnage présenté comme respectueux de sa religion, comme tu l'as rappelé par ailleurs à juste titre à divers endroits de ta fiche.

Ensuite, tu as bien ajouté une mention du mariage de lord Ambrose Beurpuits, mais comme tu me l'as dit par mp, tu as lu les sujets de cette intrigue, donc tu as dû oublier de parler, dans ta fiche, de ce qui s'y est passé, à savoir la deuxième rébellion Feunoyr, qui a raté. :DTu auras pu en lire un bref résumé ailleurs, ici : http://www.song-of-ice-and-fire.com/t1364-histoire-histoire-recente-des-sept-couronnes

En revanche, tu ne parles toujours pas ni du Fléau de printemps, ni de la rébellion Fer-née, ce qui ne me permet pas de juger de l'implication de Bennifer dans le contexte récent du royaume. Il faut donc y remédier.

Bon courage ! Tout le reste me convient, il suffit donc de corriger cela et si tu as besoin d'aide, n'hésite pas !
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Clarence Hightower
Noble

Général
Grand Argentier
~ We light the way ~

♦ Missives : 2168
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 20/09/2011
♦ Célébrité : François Arnaud
♦ Copyright : Valencia
♦ Doublons : Edwyn Tully
♦ Age du Personnage : 27
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
3996/4000  (3996/4000)


Message Ven 9 Aoû 2013 - 10:16

Avec ces corrections, à présent, rien ne s'oppose à ta validation, à un petit détail près :

Bennifer Nerbosc a écrit:
et certains vieux amoureux d'Amalys continuent de lui demander sa main, alors que d'autres souhaiteraient juste avoir un peu de pouvoir quant à la maison Nerbosc.
Même si tu as rendu la chose plus acceptable, elle n'en demeure pas moins improbable et même en contradiction avec tout ce que nous savons du contexte historique et culturelle tel qu'il transpire des romans et des nouvelles. Je vais donc te valider en te signalant simplement qu'en jeu, nous ne pourrons accepter que cet arc scénaristique aille plus loin que ces quelques mots dans ta fiche - en d'autres termes, tu ne pourras marier ta mère à qui que ce soit, PNJ ou PJ. C'est une question de réalisme. Very Happy

Félicitations ! Puisque tu as pris un personnage prédéfini d'une région défavorisée, tu gagnes 75 points de réputation supplémentaires.

En tant qu'homme d'armes de la maison Nerbosc, tu pourras évidemment compter sur les ressources de ta maison. Toutefois, d'un point de vue RP, tu ne disposes que de tes possessions de départ, sans oublier que tu débutes le jeu avec 10 dragons d'or. Tu pourras te servir de cette somme pour acheter des biens aux marchands ou tout autre chose. Même si ça n'en a pas l'air, il s'agit quand même d'une grande fortune ! N'oublie pas de les ajouter à ton inventaire, dans ta fiche de personnage (accessible dans ton profil) !

Bref, si cela ne semblait pas encore clair, je te valide ! Tu vas donc pouvoir te lancer dans le jeu ! N'oublie pas de remplir ton profil, ta fiche de personnage et de poster les fiches relatives à ton personnage. Tu peux aussi aller signaler ta position sur le continent à cet endroit. N'oublie pas de consulter les autres sujets du bureau du Grand Mestre pour t'intégrer dans le contexte ! Tu pourras ensuite débuter le jeu en consultant les demandes, en postant la tienne ou en demandant directement à un joueur. En cas de questions, n'hésite pas à poster dans la Tour de la Main ou à m'envoyer un MP. Enfin, n'hésite pas à passer par le flood et la CB pour te faire connaitre et t'intégrer plus facilement sur le forum !

Puisses-tu aider ton frère à tirer la maison Nerbosc de la mauvaise passe entamée en 205 !
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Bennifer Nerbosc
Homme d'Armes

Général ► Aigl'Oeil
♦️ Héritier de Corneilla ; fils cadet des Nerbosc ♦️

♦ Missives : 50
♦ Missives Aventure : 5
♦ Arrivée à Westeros : 31/07/2013
♦ Célébrité : Orlando Bloom
♦ Copyright : Insuline
♦ Doublons : Non.
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Personne.
♦ Lieu : Conflans
♦ Liens Utiles : Rp : 1 / 2.

► Aigl'Oeil

Aventures & Liens

Aptitudes

Succès

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
130/500  (130/500)


Message Ven 9 Aoû 2013 - 10:59

Je ne comptais pas marier la maman de Bennifer. Si ça gêne, je peux changer - j'avais oublié ce détail en fait °_° je vais éditer pour faire en sorte que ce soit juste des missives de vieux prétendants, pas forcément des demandes en mariage.

Merci pour la validation, j'avoue que je n'en voyais plus le bout. Very Happy merci encore pour ton temps et tes réponses qui m'ont éclairé !



► Aigl'Oeil ◄




Maison Nerbosc ; Jamais nous n'oublions.

Bannifer Nerbosc ; Tel l'Aigle ! ◄   


                                                                                                                           code by Holliday  
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Bennifer Nerbosc - Aigl'Oeil.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Trois chemins qui se croisent (PV Oeil de Lynx et Nuage de Cerisier)
» Vision cauchemardesque [Pv : Dark_Sky (Sora) et Oeil d'Argent]
» L'Oeil de Jupiter [PV Siegfried]
» Clin d'oeil à Moustique...
» La flèche qui ne perça pas que l'oeil de boeuf (Pv Camelle)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives des Demandes de Citoyenneté :: ◄ Archives du Conflans-