AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

On ne sait jamais sur qui on peut tomber

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Noble
avatar

Ann Kenning
Noble

Général
Dame de la Maison Kenning

I'm not a damsel in distress
who sit around and wait for you
to save me.

♦ Missives : 296
♦ Missives Aventure : 36
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 04/06/1992
♦ Arrivée à Westeros : 10/04/2013
♦ Célébrité : Lucy Griffiths
♦ Copyright : © Seamus ©Helya ©Helewis ( Tout dépendant de l'avatar ), Sign ©Randal
♦ Doublons : Rohanne Tyssier
♦ Age du Personnage : 22 ans
♦ Mariage : Fiancée à Lord Fedric Prestre
♦ Lieu : Kayce, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles :

Disponibilité 1/3 RP

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
347/500  (347/500)


Message Ven 19 Juil 2013 - 4:30

211 - Terres de l'Ouest - Kayce - Avant les invasions des Fer-nés

La matinée n’avait pas très bien commencée pour la jeune demoiselle qui avait eu une sale corvée de broderie. Pour Ann, c’était le comble. Elle aurait certainement préféré se retrouver dans l’un des Sept Enfers au lieu de passer son temps à broder. Non pas parce qu’elle n’était pas habile, mais elle trouvait qu’il y avait beaucoup mieux à faire pour passer le temps. Elle aurait pu aller chasser, aller tirer quelques flèches avec les soldats ou bien encore aller s’entrainer à croiser le fer avec eux, passer du temps avec Srakaar en ballade. Mais non, au lieu de pouvoir faire une activité intéressante, Ann était dans le petit salon avec les autres dames et brodait. Elle était la seule à avoir l’air de s’ennuyer royalement, mais elle n’aurait pas osé le dire de vive voix, elle se contentait de le penser, voilà tout. Lady Lliane, sa mère lui aurait encore servit une remontrance alors mieux valait ne pas faire exprès de lui servir l’occasion sur un plateau d’argent !

Ann aurait certes prit la première occasion de se pousser du château, mais il semblait clair qu’elle n’en aurait pas en cette brumeuse matinée. Probablement qu’elle aurait plus de chance en après-midi, c’était à souhaiter parce qu’elle allait devenir folle à rester prisonnière entre quatre murs ! C’était pénible d’être une femme, bon sang !!  Elle s’avança donc le plus qu’elle pouvait, au moins, si sa mère voyait qu’elle faisait des efforts, elle serait un peu plus indulgente et ne la retiendrait pas entre ces quatre murs où elle allait devenir complètement folle.


Ann, je vais m’absenter après le repas, je vais aller faire un tour au village, désires-tu m’accompagner ?, demanda sa mère, les lieux toujours rivés sur le mouchoir qu’elle brodait.

Non, mère. Je crois que je vais plutôt amener Srakaar faire une promenade sur la plage. Il adore cet endroit, répondit la jeune femme, regardant sa mère un instant.

Elle avait ouvert la porte pour sa mère, ne restait plus qu’à voir si Lady Lliane lui donnerait son accord ou non.

Par les Sept, ton père n’aurait jamais dû te donner ce cheval ! Il a l’air plus important à tes yeux que toute autre personne ici !, se plaignit sa mère. Tu ne veux pas passer du temps avec ta mère, mais ton cheval, lui, a toute l’attention qu’il veut !

Ne vous mettez point dans cet état, mère, je trouve que nous passons actuellement un très bon moment ensemble.

La jeune dame de compagnie d’Ann eut un petit rire, ce qui ne fit pas vraiment plaisir à Lady Lliane. Ariane savait bien qu’Ann était sarcastique quand elle disait passer un bon moment.

Inutile de mentir, Ann ! Si cela te fait tant plaisir, va dons te promener. Mais ne crois pas que tu t’en tireras aussi facilement, dès que tu rentres, tu me finis cette broderie ! , lança la mère.

Ann sourit, se leva et fila plus vite que l’éclair. En moins de deux, elle s’était changée et elle dévalait les escaliers. Se rendant à l’écurie, elle scella sa monture puis partit au galop, soulevant un tapis de poussière. Ce ne fut pas long qu’elle était rendue sur la plage qui se trouvait à une vingtaine de kilomètres du château. De là, le spectacle était magnifique et l’on pouvait apercevoir Belle île.  Ann s’était toujours demandé ce que c’était de voyager au-delà des mers, de n’avoir que pour paysages les mers et les océans !

La jeune femme retira ses bottes et marcha pieds nus dans le sable, allant s’adosser contre un gros rocher, Srakaar trottait dans les alentours, allait un peu plus vers la marée pour s’abreuver.  Même s’il ne faisait pas si beau, il faisait bon se ressourcer tranquillement. Ann était perdue dans ses pensées, mais revint à la réalité quand Srakaar s’énerva un peu. Avait-il détecter la présence de quelqu’un ?




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

On ne sait jamais sur qui on peut tomber

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» La vie c'est comme une boîte de chocolat, on sait jamais sur quoi on va tomber. [évo]
» Kenneth McCallister » la vie c'est comme une boite de chocolat on ne sait jamais sur quoi on va tomber...
» (ann-lise) ✘ Maman disait toujours, « la vie, c'est comme une boîte de chocolats : on ne sait jamais sur quoi on va tomber. »
» (marley) La vie c’est comme une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber.
» Parce que la vie, c'est comme une boîte de chocolat. On ne sait jamais sur quoi on va tomber.[En cours]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-