AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Oh, l'innocence des enfants...a moins que ce ne soit les jeux des démons ? || Maeve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 14 Juil 2013 - 16:31

Le soleil brillait durement sur la route en contrebas du Rougefort et lord Randall, l'observa en plissant les yeux pour mieux voir la poussière qui se soulevait en légères volutes autour de la voie, blanche, qui courait en fins serpents, descendant et remontant dans les diverses collines qui constituaient le Val d'Arryn en cet endroit. Lord Rougefort connaissait chaque détail, ici c'était chez lui mieux que nulle part ailleurs. On ne pouvait pas dire qu'il voyageait beaucoup mais ça ne lui manquait pas trop, car Randall était casanier de nature. Peu objectif à propos de son fief et du Val, il prétendait que rien au monde ne valait ces collines et ce fort rouge. Oh, Randall restait un homme fier, oui, malgré son âge et tout ce qu'il avait pu voir. En fait, surtout Herberouge, mais la traversée des Sept-Couronnes lui fit regretter le Val à aller, et lui fit détester d'être parti au retour, après la mort de son père, puis de son frère. S'ils étaient restés dans le Val ils ne seraient pas mort. La rancune que vouait lord Rougefort aux Feunoyr n'était pas uniquement un fait du à une conviction, non, c'était personnel, parce que ce jour là, ils anéantirent la vie qu'il aurait pu avoir, et tout ce que Randall croyait qu'il aurait. Toutes ses certitudes volèrent en éclat. Inconsciemment, il attribuait ça d'une certaine manière au fait que ce n'était pas le Val.

Le Val d'Arryn restait paisible. Toujours. Le temps passait et il restait intact, ordonné, fier. Randall, conquis par cette stabilité, lui qui adorait l'ordre, ne souhaitait plus partir. Et il ne voulait pas, non, que ses enfants le fasse. Il s'arrangerait pour tous les marier en interne, sans sortir de la région, tant pis pour le caractère de chien que possédait Selyse, tant pis pour les envies de voyage de Rodrik. Lord Randall Rougefort passait pour tyrannique et sa femme essayait de le convaincre de laisser un peu plus de liberté aux enfants, mais ça ne marchait pas, il n'en tenait pas compte et n'en faisait qu'à sa tête. Il se basait sur sa propre expérience. Une vie ordonnée et saine, casanière, valait mieux qu'une vie aventureuse et dangereuse. Oh, certes, Randall l'avouait volontiers, il racontait à ses enfants des histoires de gloire et d'aventures, des histoires de chevaliers errants et tout ce qu'il s'ensuivait, mais ce n'était que des histoires pour les enfants. Il essayait d'apprendre aux siens, devenus plus vieux, que seul comptait le travail et l'amour de la famille, qu'il fallait rester et servir du mieux qu'on pouvait. Du moins à Rodrik, puisqu'il était son seul fils. Pour ses filles, Randall laissait à Margot le fait de leur enseigner à être de bonnes épouses. S'il avait eu un second fils, aurait-il été aussi dur ? Il n'en savait trop rien, après tout, il ne critiquait pas la décision de son neveu, Pryam Templeton, d'être devenu chevalier errant.

Au contraire. Enfant, Randall rêvait lui aussi de devenir un héros, comme tous ceux des légendes que Rudolf lui lisait. La vie lui tomba dessus et réduisit ses rêves en cendres, rendant le Valois prudent et bourru, moins aventureux, moins flamboyant. Avec le temps, Randall correspondit de moins en moins au type du jeune homme un peu flambeur, un peu trop proche des filles, qui devenait un héros vaillant et parcourant les routes pour secourir les faibles, et pour finir il s'en éloigna définitivement pour devenir un homme austère, droit, courageux, toujours juste cependant, pronant la valeur de la famille et de l'effort, de l'honnêteté et du mérite, et il l'imposa à tous. Une sorte d'ogre monstrueux de rectitude que ses enfants peinaient à satisfaire.

Pourtant Randall adorait les enfants. Ogre était un moins bon qualificatif qu'ours, car s'il paraissait rude, dans le fond lui aussi aimait le miel, la compagnie, et faire plaisir. Son rire résonna lorsqu'il vit par sa fenêtre les deux fils d'Artos le Faucheux, le menuisier, rouler dans la poussière. Les jeunes méritaient mieux que lui, et peut-être qu'eux seraient plus heureux.

« Regenard, en selle, nous partons pour les Eyrié. »

Son frère le suivit. Randall estima avoir assez médité, et il fit seller rapidement son cheval. Il voulait voir au plus vite lord Jasper, car après tout il fallait bien punir le braconnage et qu'il devait en avertir lord Arryn. Randall n'était pas le seul viser et une action collective devrait être entreprise avec l'aide du suzerain et il voulait en parler directement avec lui. Bon, monter aux Eyriés ne serait pas de tout repos, certes, mais il fallait ce qu'il fallait.
Le voyage entre Rougefort et la porte Sanglante ne prit pas trop de temps, une journée à peine...Puis il fallut monter, monter...Randall adorait les Eyriés, ce château empreint de dignité, si majestueux au dessus de la lance du Géant, mais il n'appréciait guère de monter. Il avait sa fierté et le voyage en panier n'était pas pour lui, il choisit de grimper à dos de mulet, mais c'était éprouvant. Bien des fois il crut qu'ils allaient plonger dans le vide mais ce ne fut finalement pas le cas. Néanmoins il ne cacha pas vraiment son soulagement lorsqu'ils arrivèrent à bon port. On les informa que lord Jasper les verrait un peu plus tard, il était actuellement occupé – à quoi, le serviteur ne daigna pas le préciser. Regenard trouva un mestre à qui parler – le mestre officiel des Eyriés, bon, Randall resta seul.

Il appréciait les Arryn, faisant partie de leurs vassaux les plus fidèles. Il ne connaissait pas trop bien lady Maura, mais vouait une affection irrémédiable à lord Jasper, qu'il voyait un peu comme un fils et était prêt à tout pour l'aider. Quant à la dernière, Maeve...elle passait fort pour être un petit démon, et l'homme bourru que restait Randall Rougefort ferait une proie idéale. Il patienta tranquillement, car personne ne venait, pas même cette soit disante petite peste qui pourrait peut-être le martyriser. Car Randall, même avec son caractère d'ours, restait un homme très facilement martyrisable pour une gosse. Il ne savait pas dire non, dissimulait beaucoup de gentillesse sous un coté très rude et de plus ne pouvait décemment pas s'opposer à une petite lady de la famille de son suzerain...
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maeve Arryn
Noble

Général .
♦ Missives : 271
♦ Missives Aventure : 96
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 28/05/2011
♦ Célébrité : Bailee Madison
♦ Copyright : aSoIaF
♦ Doublons : Aaricia Greyjoy, Aliénor Tyrell, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 12 ans
♦ Mariage : Avec mon petit prince des Eaux un jour
♦ Lieu : Eyrié, (tout pres de la porte de lune :D)
♦ Liens Utiles : Maeve Arryn
Imaginarium
Journal
Intrigue et Aptitudes
Succes de la Peste du Val

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
469/500  (469/500)


Message Lun 15 Juil 2013 - 2:47

Lentement la petite peste des Eyrié sombra dans un sommeil très léger. Les paroles de sa septa semblaient s’évaporer dans un tissu de vapeur qu’elle n’entendait pas. Elle ferma les paupières et sombra doucement. Le temps était trop long. Elle ne faisait plus de mauvais coup, parce qu’elle était trop lasse qu’ils soient déjoué l’un après l’autre. Ses cachettes secrètes n’étaient plus autant si bien cachées maintenant que l’on avait découvert son repère. Elle n’Avait jamais eu peur des hauteurs des Eyrié. Bien qu’Elle n’ait vu que paysage une partie lui restait inconnu encore. Elle ne savait pas ce qui s’y trouvait par-delà les frontières et n’était même pas certaine de pouvoir les franchir un jour. La seule chose qui lui était permis c’Était de rêvé et elle ne s’en privait pas. Elle aurait aimé être comme le faucon qui arborait l’étendard de sa famille. Être libre et voir le monde sans qu’il soit enchainé. Elle était déçue de savoir qu’elle ne verrait pas plus que sa patrie et celle de l’homme qui la marierait un jour. Elle était bien au fait de tout cela. Mais elle en parlait peu, elle était encore trop jeune, même si elle doutait réellement que Jasper n’ait pas pu commencer quelques projets à cet égard.

Septa Ilya coupa court à ses pensées frivoles lorsqu’elle abattit sa main sur le bureau, faisant sursauter la petite peste des Eyrié. Maeve secoua la tête et se retint de rire. Elle n’Avait pas envie d’Avoir aucune leçon aujourd’hui. Elle préférait bien plus se percher sur la plus haute tour du château et d’observer les gens qui ressemblaient à des fourmis à cette distance. Elle finit tout de même par répliquer une pique avant que sa Septa dise quoique ce soit. Lees adultes étaient réellement énervants quand ils s’y mettaient. Maeve les supportaient pas beaucoup. Elle était du genre vivre et laisser vivre. Elle avait bien l’intention de profiter de sa jeunesse pour ne pas finir aussi sérieux que son frère et sa sœur.

Je ne dormais pas !

Vous faisiez quoi les yeux fermés?

Je méditais , répliqua-t-elle devant l’air interrogateur de septa. Sur comment j’allais mettre fin à cette leçon.

Elle avait vu sa Septa devenir plein de couleur avant que celle-ci lui fasse des reproches sur sa conduite qui n’Avait rien comme celle de Maura ou de Jasper. Les deux enfants parfaits des Eyrié et tant adoré de son défunt seigneur de père. Elle trouvait toujours le moyen de la faire sentir coupable alors que la petite Arryn se fichait bien de ne pas être comme eux. Elle était bien comme elle était et cela lui suffisait à se supporter dans ce château qui avait mauvais effet sur elle. La solitude lui allait bien mieux. Elle finit par se lever et se retourna pour écouter la menace de sa Septa. Elle soupira et prit le chemin des cuisines engloutir quelques nourritures. Elle la menaçait d’aller tout raconter à Lord Jasper. Malheureusement ce dernier était occupé hier, il l’était encore aujourd’hui, et certainement demain et les autres milliers de jours qui suivraient aujourd’hui. Elle aurait dû naitre garçon. Elle aurait pu s’entrainer avec son Ser au lieu d’apprendre à coudre et devenir une bonne épouse. Elle fit une halte aux cuisines et prit quelques petits pains tout frais. Elle taquina le chiot du cuisinier avant de lui demander si elle pouvait sortir avec lui. Dans les couloirs, le chiot sur ses talons, elle attrapa le fils d’une des domestiques du château par le collet. Ils se rendirent en catimini sur les remparts armés des bâtons de bois. Les deux enfants entrèrent en combat amical. Elle savait que si elle se faisait voir, elle se ferait disputer avec le brillant discours, une fille ne se bat pas. La vie était trop ennuyeuse pour que le petit démon des Eyrié laisse une seconde passée. Certains seigneurs de son frère et du Val lui avaient déjà donné ce surnom qu’elle ne pouvait plus décoller de sa peau. La petite peste était bien sage quand il le fallait, mais uniquement lorsqu’elle devait l’être.

Du haut des remparts, elle avait remarqué que des hommes avaient pénétré la forteresse. Curieuse de connaitre l’origine des visiteurs, elle mit fin au combat avec son ami et courut en direction de l’intérieur. Jasper était encore occupé, il ne restait donc qu’Elle, à moins que Mestre Wyman se charge de tout ce monde? Oh et tant pis, elle prit le couloir de droite, avant de tourner en vitesse sur celui de gauche et fonça tout droit dans son Ser qui venait de mettre les pieds dans les couloirs.

Je vous cherchais, ma dame. Vous alliez où ainsi, Lady Maeve?


Saluer nos visiteurs. Mon frère étant occupé, je veux bien lui rendre ce service. Par politesse à un Lord, enfin certainement un Lord, je n’ai pas vu de bannière. Enfin s’il y en avait je ne l’ai pas vu. Bref, je peux passer?


Lord Rougefort, ma Lady. Je vous conseille de bien vous comporter.


Je sais, je sais, sinon vous allez tout raconter à mon frère sur ma conduite. Ce n’est pas comme si j’allais le faire fuir. Je doute que Lord Rougefort détale en voyant une gamine.

Ça ferait peu honorable pour un Lord. Elle remit un peu de convenance dans sa tenue et descendit les escaliers Phil sur les talons. Maeve attrapa le chiot dans ses bras, avant de lui indiquer qu’il devait se rendre dans l’immédiat au cuisine rejoindre son maitre. Même petit la petite bête ne manquait pas d’intelligence et détala aussi vite que le pu ses petites pattes. Maeve franchisa les derniers couloirs qui la séparaient du Lord, avec Ser Gustave. Le chevalier devait veiller en permanence sur sa Lady, même si elle ne quittait pas le château.

Lord Rougefort, je suis heureuse de vous revoir aux Eyrié. Vous êtes venu seul?, demanda-t-elle surprise.

Elle était pourtant certaine d’Avoir vu un deuxième homme avec lui entrer dans la forteresse. Enfin, elle aimait bien le Lord. Il ne semblait pas trop la détester, elle arrivait à lui soutirer une ou deux histoires chaque fois qu’il était présent dans la forteresse.

Pardonnez mon frère Jasper, il est fort occupé en ce moment, mais ne négligera pas votre venu et vous verra sans doute lorsqu’il aura terminé.

Formule de politesse qu’elle avait apprise presque par cœur depuis le temps. Habituellement c’Était Maura qui recevait les invités et les Lord. Depuis qu’elle n’était plus aux Eyrié, c’était Maeve qui la remplacerait. Certains n’aimaient pas la gamine, elle se voyait donc refroidi plus souvent qu’autrement.

Le voyage n’a pas été pénible j’espère?




Revenir en haut Aller en bas

Oh, l'innocence des enfants...a moins que ce ne soit les jeux des démons ? || Maeve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» [BloodBowl] Mon équipe : Les enfants du Curé...
» Aide speciale aux enfants du president Rene Preval!
» Haïti-Justice : L’affaire des 200 enfants empoisonnés bientô
» Haiti : protéger les enfants, une nécessité
» Interdit aux moins de 18 ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-