AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Valencia Hightower + 100%

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Noble
avatar

Valencia Hightower
Noble

Général
Dame de la Maison Hightower

Dite "La Pieuse"

♦ Missives : 174
♦ Missives Aventure : 8
♦ Arrivée à Westeros : 08/07/2013
♦ Célébrité : Natalie Dormer
♦ Copyright : BBTB
♦ Doublons : Aucun.
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Aucun pour le moment.
♦ Lieu : Villevieille
♦ Liens Utiles : .
FICHE
LIENS ET SUJETS RP
APTITUDES
SUCCES
JOURNAL

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
187/500  (187/500)


Message Mar 9 Juil 2013 - 1:41

● Nom : Hightower. Elle est tellement fière de son nom. Il s'agit de l'une des maisons les plus anciennes des Sept Couronnes. L'édifice que son patronyme désigne est la plus grande réalisation humaine en matière de bâtiment.  
● Prénom : Valencia. Sans doute une variante inspirée par celui de sa tante Valence. C'est du moins ce qu'elle suppose car elle n'a jamais songé à poser la question.
● Sexe :  Féminin. Il serait difficile de le cacher à présent que son corps a bien grandi. Etre une femme lui convient très bien et, même si elle pense que sa mère l'aurait bien mieux considérée si elle avait été un homme, elle ne voudrait échanger sa place pour rien au monde. De plus, elle trouve l'honneur des messieurs toujours mal placé.
● Âge : 18 ans. Le cas de Virginia l'a déjà prouvé : les demoiselles de cette Maison ne se marient pas jeunes. Cela n'est pas pour chagriner Valencia qui se satisfait pour le moment très bien de sa situation. De toutes manières, c'est Clarence qui saura quelle bonne alliance il pourra retirer de la main de sa deuxième soeur et elle ne songe ni à le presser ni à l'arrêter.
● Origine :    Bief. Elle n'a quitté la forteresse de Grand-Tour qu'en de très rares occasions. Elle la trouve magnifique. C'est son écrin.  
● Métier : Noble. De la Maison Hightower, vassale des Tyrell. Elle aime ce statut. Elle a du mal à s'imaginer autrement, dépourvue des privilèges qui lui sont accordés par sa bonne naissance.
 
● Pseudo :  Paddy
● Âge :    Presque 25 ans
● Vous concernant : Je suis un peu dingue la plupart du temps. 
● Avatar :    Natalie Dormer
● Connaissez-vous le Roman ? Oui  

● Lady Coeurdepierre ?  Volontiers.
● Comment avez-vous connu le forum ?    Je ne me souviens plus comment je l'ai trouvé. Sûrement grâce à un topsite. A moins que ce ne soit l'aide de notre ami Google...
● Comment le trouvez-vous ? Il est magnifique et bien plus encore.
● De quelconques suggestions ? Non.

Informations Descriptives

Valencia n'accorde pas une grande importance à la beauté. Elle ne saurait d'ailleurs qualifier la sienne. Ses leçons de foi lui ont appris le pire Mal pouvait se cacher sous le plus doux des visages alors qu'une tête hideuse pouvait abriter la plus brillante sagesse.
Petite, elle refusait de se laisser couper les cheveux. Elle aurait secrètement voulu qu'ils se mettent à boucler comme ceux de sa sœur Virginia mais elle se résolut à les voir dramatiquement raide avec le temps. Elle finit par les aimer quand on lui fit remarquer un jour que Clarence avait les mêmes. Ses yeux sont si bleus qu'ils mettent généralement ses interlocuteurs mal à l'aise. On a l'impression qu'elle peut voir directement dans les âmes. Ils sont souvent sérieux, voire sévères. Elle a un grand nez un peu retroussé qui lui donne un air naïf. Elle n'est pas très grande mais son menton est toujours haut. Ses mains sont pourvus de doigts longs et fins, qu'elle lave très souvent car ses correspondances nombreuses ont tendance à les tâcher d'encre. Sa peau est plus pâle que celle de ses frères et sœurs. Les gens semblent assimiler cela à sa piété. Il y a même une berceuse pour enfants dans le Bief à ce sujet.  
Elle n'est pas fondamentalement matérialiste mais elle ne peut pas s'empêcher de faire attention à ses tenues. Ses robes doivent toujours être impeccables, ce qui n'est pas une mince affaire vues les couleurs claires dont elle se vêt généralement. Elle essaye de ne pas le montrer mais elle aime beaucoup les bijoux. Ses joues sont toujours roses de plaisir quand ses frères lui en offrent. Ses préférés sont ceux qu'elle peut mettre dans les cheveux. Ils lui donnent souvent l'air de porter une sorte d'auréole.
Elle se déplace avec grâce, comme on le lui a enseigné, sans traîner des pieds ni voûter son dos. Quand elle est assise, on dirait qu'on l'a ficelée à sa chaise tellement elle paraît raide. Elle ne sourit pas spontanément. Pourtant, c'est une jeune femme satisfaite de son train de vie et de ses activités. La faire rire tiendrait presque au miracle mais Calvin et Charles y parviennent parfois. Elle se sent néanmoins plus à l'aise en la présence de Clarence. Elle regarde souvent par les fenêtres et vers le ciel, comme si elle voyait des choses invisibles aux yeux des autres. Elle dégage l'impression paradoxale de fragilité tout en ayant un visage fermé. On se tromperait en lui prêtant une quelconque austérité mais disons qu'elle n'a pas l'air particulièrement avenante au premier abord. Enfin, on peut ne pas la trouver belle mais rester subjugué par sa présence presque mystique.


Informations Mentales

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Valencia a le caractère des Hightower. Elle ne se laissera marcher dessus par personne et n'hésite pas à rétorquer si elle se sent dans son droit. Elle accorde une importance capitale à sa famille et, bien qu'elle partage l'avis de Virginia au sujet du désintérêt de sa mère, elle reste attachée à chacun de ses membres. Depuis quelques années, elle partage une complicité émouvante avec sa grande sœur. Cette dernière lui a fait comprendre que maintenant qu'elle était à La Treille, elle allait devoir s'occuper elle-même de Victoria et c'est la raison pour laquelle elle a commencé à se rapprocher un peu plus de la dernière fille Hightower. Quant à ses frères, ses sentiments sont mitigées. Elle apprécie Calvin et Charles parce qu'elle le doit et parce qu'ils n'ont rien fait qui puisse réellement lui déplaire mais il n'y a pas de tacite complicité entre eux. Vis à vis de Clarence, c'est une autre histoire. Elle le respecte en tant qu'aîné et en tant que lord mais ce n'est pas tout. Elle aimerait qu'il l'aime. Peut-être est-ce par orgueil, parce que puisqu'elle a foi en son jugement et en ses décisions, être aimée de lui lui conférerait une vraie valeur.

Le nom de Valencia Hightower est connu dans le Bief - et peut-être même au-delà - pour sa grande piété. C'est sa tante septa Selyse qui lui a enseigné les préceptes de la foi des Sept et cela l'a immédiatement conquise puis obsédée. Attentive à ce qui se passe autour d'elle et dans les Couronnes, elle est convaincue que les hommes sont des pécheurs et que seuls les Sept pourront sauver leurs âmes en perdition. Elle pourrait prêcher des heures à ce sujet mais, aussi étonnant cela soit-il, elle considère que ce mode de transmission de la foi est contre-productif. Le sien est moins violent. Elle ne cherche pas à convertir. Elle pense que si les gens ne sont pas d'assez bons croyants, il n'appartient qu'à eux de le changer. En revanche, elle dispense volontiers ses conseils aux personnes qui en font la demande. Elle qui peut se montrer avare de paroles, elle pourrait discuter la journée entière des Sept et de la foi. C'est un sujet intarissable et passionnant selon elle. Évidemment, elle ne verra pas les débordements et les faiblesses de coeur d'un bon oeil. Elle est très attachée à la morale et à la bienséance.

Être seule ne ma dérange pas. Elle n'est pas de ces femmes qui ont besoin d'attention. Aussi s'ennuie-elle rarement. Elle peut passer des heures à lire, à écrire, à broder ou simplement à penser. Elle a un tempérament plutôt calme en règle générale tant que sa fratrie n'élève pas la voix pour savoir qui a plus raison que l'autre. Souvent même, quand ses frères et soeurs se mettent à crier, elle fixait ses yeux bleus sur Clarence et s'appliquait à copier son attitude détachée et sereine. Elle a gardé cette aptitude depuis.

Il y a quelques mois encore, Valencia comptait demander à Clarence de lui accorder le droit de devenir septa. Quelle autre vie aurait pu mieux convenir à la blanche dame de Villevieille ? Cependant, depuis qu'elle a assisté au mariage de sa soeur Virginia, qu'elle a vu son sourire et celui de Jace, elle n'est plus sûre de ce qu'elle veut. Peut-être son frère aîné serait-il capable de lui trouver à elle aussi un noble époux à la morale irréprochable ? Ces derniers temps, elle s'en veut un peu de songer qu'elle préférait peut-être ce destin à celui qui la ferait rejoindre le septuaire. N'était-ce pas un peu trahir sa foi ?


Famille

Myrcella Hightower | Sa mère. Elle aurait tout aussi bien pu être une inconnue puisque Valencia ne lui adresse la parole que lorsqu'elle est vraiment obligée de le faire. Elle ne la déteste pas. C'est juste que, cette dernière n'ayant jamais fait d'efforts particuliers pour se faire aimer de ses filles, la demoiselle ne s'est pas attachée à elle comme elle l'aurait sans doute du. Ce lien ne lui manque pas puisqu'il lui est étranger. Elle est beaucoup moins rancunière que Virginia à ce propos. Le nom de Myrcella est pour elle simplement auréolé d'une parfaite indifférence.

Clarence Hightower | Son Lord et grand-frère. Elle admire son intelligence, même si elle n'est pas toujours d'accord sur la manière dont il l'utilise. Elle préfère se taire en espérant qu'il lui pardonne ses réticences muettes et qu'il l'aime en retour. Ne doutant pas de ses bonnes intentions à son égard, elle a décidé de toujours lui obéir, quoi qu'il lui demande d'accomplir ou de laisser faire.

Charles Hightower | Son grand-frère. Pour Valencia, Charles est un puzzle à résoudre. Il l'amuse souvent malgré lui et il la traite encore comme une enfant en ayant tendance à être trop protecteur. Sa sœur a compris qu'au fond il s'inquiète pour elle. En effet, même s'il admire la grande piété de sa cadette, il ne peut pas s'empêcher de penser que la vie s'en servira pour l'écorcher avec.

Calvin Hightower | Son grand-frère. Ils ont tous les deux des difficultés à se comprendre. Valencia le trouve trop téméraire et emporté tandis que lui la trouve trop froide et indifférente. Ils ont pourtant déjà partagé des moments de complicité qui les ont étonnés, preuve que toute peine n'est pas perdue.

Virginia Redwyne | Sa grande-soeur. Elles ne se sont pas toujours aussi bien entendues mais leur lien s'est renforcé en grandissant. Aujourd'hui, Virginia est un élément essentiel de la vie de sa sœur Leurs interminables discussions loin des frivolités féminines lui sont très précieuses.

Victoria Hightower | Sa petite-soeur. Valencia avait du mal à supporter le caractère extraverti de sa cadette mais, depuis le départ de Virginia de Vieilleville, elle fait des efforts pour se rapprocher d'elle afin de contribuer de son mieux à son éducation. Ce n'est pas facile car la dernière de la fratrie a une idée assez précise de ce qu'elle veut devenir.

Naerys Velaryon | Sa cousine. Les deux demoiselles s'entendent très bien. La Velaryon a su dépasser l'image de piété auquel les gens identifient Valencia pour découvrir l'humaine qui est dissimulée derrière. Elles correspondent assidument, ronflant après les corbeaux que leur impatience accuse de ne pas voler assez vite.

Jace Redwyne | Son beau-frère. Valencia a la meilleure considération du monde pour cet homme dont elle a déjà eu maint fois la preuve de la valeur humaine. L'alliance entre les Maisons Redwyne et Hightower l'a donc profondément réjoui même si elle l'a privé dans le même temps de sa meilleure amie en la personne de Virginia.


Résumé

Née en 194, Valencia est le septième et avant-dernier enfant de la famille Hightower. L'éducation très stricte et ambitieuse qu'elle reçut fit d'elle l'une des jeunes femmes les plus accomplies de Westeros. Son impassibilité et l'application qu'elle met à toutes ses tâches subjuguent. Sa grande piété est connue et reconnue à travers les Sept Couronnes. Elle ne fait rien pour cultiver cette image et se contente d'agir le plus naturellement du monde, pour faire honneur à son lord et à sa famille. Le manque d'amour et de considération de la part de sa mère a sans doute contribué à faire d'elle une personne sentimentalement détachée des autres êtres humains. Ses qualités de Hightower, de noble et même de femme n'ont jamais été remises en doute jusqu'à présent. Elle poursuit son chemin dans le monde sans le laisser la salir ni l'angoisser. Elle avait eu dans l'idée de demander à Clarence la permission de devenir septa mais depuis le mariage de Virginia, elle hésite. Voir le bonheur de sa soeur auprès d'un homme la trouble. Et si une joie similaire l'attendait quelque part ?


Histoire

PARTIE I
« S'il te plaît, Charles. » « Non. Valencia, laisse-moi tranquille. » « Mais je suis trop petite pour y aller toute seule. » Les yeux larmoyants de l'enfant fixaient la nuque de son grand-frère qui tentait de la semer en pressant le pas dans le couloir. La demoiselle avait cinq ans, était haute comme trois pommes et n'avait qu'une idée en tête pour le moment : monter au sommet de la Grande Tour pour voir si, comme le disait la rumeur, on pouvait voir le Mur depuis là-haut. Elle avait déjà demandé à Calvin qui avait refusé en prétextant avoir un entraînement à l'épée et voilà que cet autre frère allait le rejoindre. « Tu n'as qu'à demander à Clarence. Il doit encore être en train de faire une chose sans le moindre intérêt, comme gribouiller ses papiers dans son coin pour ne pas avoir à se ridiculiser en croisant le fer contre moi. » Valencia avala de l'air, outrée par la vantardise de son aîné. Elle se planta au beau milieu du couloir et regarda Charles tourner à l'angle pour disparaître de son champ de vision. Ses petits yeux bleus étaient déjà bien trop sévères pour son âge. Quoi qu'il en soit, l'idée lancée fit du chemin dans sa caboche et elle se remit en route vers les appartements de celui dont les oreilles avaient du siffler une minute auparavant. Elle s'approcha à pas de loups de la porte entrouverte et jeta d'abord un petit coup d'oeil sur ce que l'interstice lui permettait de voir. Clarence était effectivement attablé à son étude. La plume qu'il tenait entre ses doigts griffait rapidement le papier. A ses sourcils froncés, Valencia déduisit qu'il était préoccupé. Sans doute les garçons de neuf ans avaient-ils plus de problèmes à résoudre que les petites filles de cinq ans. S'armant de courage et adaptant déjà dans sa tête sa stratégie à son interlocuteur, elle s'apprêta à pousser la porte pour se faire voir. Elle n'en eut pas besoin. Au moment où elle allait poser la main sur la poignée, Clarence cilla et darda subitement son regard très concentré sur elle. Impressionnée, Valencia n'osa plus bouger pendant de longues secondes. Le visage du jeune homme finit par se détendre et un petit sourire corrompit même la dureté de ses lèvres. Sa sœur le lui rendit, les joues rosies, et s'éloigna finalement des appartements sans y pénétrer. Nul doute qu'il avait des choses plus importantes à faire que l'accompagner dans sa promenade. Elle comprenait et avait décidé de ne pas le déranger. Il n'était pas comme ces grands dadais de Charles et Calvin qui ne trouvaient d'amusement qu'à la chamaillerie dans la cour de la forteresse. Enfin, puisque personne ne semblait disposer à la mener en haut de la Grande Tour, l'enfant courageuse décida qu'elle irait seule. Armée de tout son bon sens, elle gravit seulement les escaliers qui allaient vers le haut. Lorsqu'elle rencontrait des personnes qui lui demandaient si elle avait le droit d'être toute seule ici, elle affichait sa bouille d'ange et répondait : « Pour quelles autres raisons serai-je là sinon ? » Ce n'était pas mentir. Elle n'avait seulement pas répondu à la question. La différence était considérable. Septa Selyse ne se sentait pas très bien aujourd'hui et Valencia était sensée rester à son chevet pour broder pendant qu'elle dormait mais son esprit curieux ne lui avait pas permis de rester tranquille bien longtemps et, quand elle avait repensé à la rumeur, sa décision avait été prise. Elle mit le temps mais ses pieds foulèrent enfin la dernière marche de la Grande Tour. Cette fois, c'est sans hésiter qu'elle ouvrit la porte qui menait sur la plate-forme. Au centre, elle remarqua tout de suite la coupe gigantesque dressée sur une sorte d'estrade. D'en dessous, Valencia ne pouvait pas le voir mais elle savait que dans cette sorte de marmite brûlait le feu légendaire représenté sur le blason de sa famille. Septa Selyse lui expliquerait un jour qu'il servait à guider les bateaux biefois au large des cotes. De son pas silencieux et félin, elle se détourna de la prouesse incandescente pour s'avancer vers les créneaux. Oh non ! Elle était trop petite pour voir au delà des bordures de pierre. Elle avait fait tout ce chemin pour rien. Complètement dépitée, Valencia se résolut à faire demi-tour mais n'en eut pas le temps. Des bras forts et affectueux la soulevèrent soudainement de sol, lui arrachant un cri de surprise diablement aigu. Abelar, qui avait surpris son manège dans les étages plus bas et avait décidé de la suivre discrètement pour découvrir son but, l'assit sur son épaule gauche. L'enfant fut si désarçonnée qu'elle en oublia de regarder l'horizon. L'une de ses petites mains agrippèrent le vêtement de son frère au niveau du cou. « Je peux savoir ce que tu fais ici, Valencia ? » Il avait essayé de parler durement mais sa sœur avait perçu la pointe d'amusement dans sa voix. « Je voulais savoir si on voyait le Mur depuis le haut de cette tour. » « Et alors ? Qu'en penses-tu ? » La cadette tourna enfin sa frimousse vers le large et... découvrit qu'un épais brouillard couvrait presque toute la terre autour de Vieilleville. On n'aurait pas vu une armée à plus d'un kilomètre. Décevant. Valencia poussa un long soupir tandis que Abelar riait à gorge déployée de la malchance de sa sœur.


PARTIE II
« Excusez-moi d'interrompre votre leçon, septa Selyse, mais Lord Hightower fait demander Valencia dans son étude. » C'est ce qu'avait dit la servante en entrant dans la pièce où elle se trouvait avec sa tante et sa sœur quelques secondes plus tôt. Elle échangea un long regard interrogateur avec Virginia avant de déposer calmement sa broderie sur la table devant elle et de se lever de son fauteuil avec toute la grâce que la nature et l'éducation mêlées lui avaient donnée. Elle traversa sereinement les couloirs, sachant qu'elle n'avait commis aucun acte qui lui vaille une remontrance. Mais quoi alors ? Quelles raisons Abelar pouvait-il avoir de la convoquer aussi abruptement ? Dans son étude de surcroît, le lieu où il recevait généralement les seigneurs voisins sur invitation, pour discuter d'affaires sérieuses et secrètes. En pénétrant dans ladite pièce, Valencia s'aperçut que son grand-père n'était pas seul. Elle sut à ses vêtements que son visiteur était de noble naissance et elle esquissa donc une brève révérence de rigueur pour être polie. « Quelle adorable enfant » commenta le seigneur en hochant sobrement la tête pour lui renvoyer son salut. L'espace d'une seconde, Valencia crut qu'on la fit venir dans le but de lui présenter son futur époux. Après tout, elle avait déjà quatorze ans. Elle se rassura bien vite en repensant que son aînée Virginia était toujours une Hightower et que les mœurs voulaient que ce soit elle la première à prendre un époux. « Approche-toi, mon enfant. Sais-tu où se trouve Château-Rosières ? » Sans même faire semblant de réfléchir, elle répondit de sa voix claire et assurée : « Dans le Conflans, grand-père. » « C'est exact, Valencia. Notre voisin de Boisdoré, que tu peux voir devant toi, entretient de très bonnes relations avec homme de la Maison Piper dans le Conflans et, dans leur dernier échange épistolaire, ton nom est apparu. » Incrédule comme elle l'avait très rarement été jusqu'à présent, la jeune fille demeura muette, ses grands yeux bleus écarquillés. De toutes évidences, Abelar prenait beaucoup de plaisir à constater la stupeur de sa petite-fille habituellement tellement imperturbable. Néanmoins, il décida d'assouvir la curiosité de Valencia et se tourna vers son visiteur. « Lisez-lui le passage qui la concerne, si vous le voulez bien. » Le Rowan opina du chef et porta un rouleau de parchemin sous ses yeux. « Il est écrit : Je sais votre accointance avec l'honorable Lord Hightower, aussi aimerais-je vous solliciter pour une faveur si vos pas vous emmènent jusqu'à son château. Pourriez-vous demander à la blanche demoiselle de Grand-Tour, lady Valencia, d'avoir une prière aux Sept pour le rétablissement de ma précieuse épouse qui, comme vous ne l'ignorez pas, a contracté un mal qui lui fait garder le lit depuis quelques semaines déjà ? J'ai entendu dire par des chevaliers biefois qui traversèrent mes terres qu'il n'y avait pas dans tout Westeros de personnes plus pieuses que la sienne. »
Cet épisode marqua beaucoup la jeune fille. Elle essaya de se faire expliquer par Selyse comment son nom avait pu faire tant de chemin sans qu'elle soit là-bas pour l'y porter mais ne trouva aucune réponse. Quoi qu'il en soit, ce phénomène rendit Abelar fier l'elle et ils furent plus complices les dernières années de sa vie. Pour l'asticoter, il l'appelait lui-aussi "la blanche demoiselle de Grand-Tour". Elle n'avait pourtant pas l'impression de polir le sol des septuaires tant que cela. Elle aimait s'y rendre certes et c'était comme si, chaque fois qu'une personne l'y voyait se recueillir, la rumeur autour de sa piété se renforça, rayonnant toujours plus fort, comme la lumière en haut de la tour.


PARTIE III
Un épisode semblable se produisit l'année suivante alors qu'elle avait accompagné le reste de sa famille au tournoi de Cendregué. Ce dernier venait de se terminer et Valencia, étroitement entourée de Virginia et de sa mère, s'apprêta à quitter les tribunes depuis lesquelles elle avait pu observer les duels. Elle venait tout juste de poser son pied sur la terre ferme lorsqu'un homme en armure lui adresser la parole avec une politesse rare. « Lady Valencia ? Je vous présente toutes mes excuses pour cet abord trop cavalier. » Il hésita à poursuivre, son regard allant d'une sœur à l'autre, manifestement incertain de celle à qui il devait parler. La jeune femme vit à son secours en se désignant comme interlocutrice lorsqu'elle lui glissa de sa voix douce et conciliante : « Ce n'est rien. J'ai toujours du temps pour écouter ceux qui servent les Sept. Qu'ils prêchent dans les septuaires ou tirent l'épée contre les ennemis de la Foi. Vous pouvez parler, chevalier. Qu'y a-t-il ? » Ému par ces paroles qui accréditaient encore la bonne réputation de la lady, l'homme la remercia en courbant l'échine. Il posa sa main gantée sur la lame de son épée, déclenchant involontairement une agitation parmi les gardes de Grand-Tour chargés d'escorter les dames Hightower hors des lieux. Valencia les arrêta d'un vif mouvement de la main. Le chevalier hésita une seconde avant de défaire le fourreau qui pendait à sa ceinture et de présenter son arme ainsi inoffensive devant la jeune femme. « Je pars dès demain pour Hautjardin afin de servir la Maison Tyrell. J'avais espéré que, peut-être, vous pourriez dire une prière afin de m'aider à combattre les ennemis de la Foi dont vous avez parlé. » Le visage jusqu'à présent neutre, la demoiselle esquissa un discret sourire et hocha doucement la tête avant de poser sa main frêle sur la garde de l'épée que lui tendait le chevalier. Elle lui demanda son nom. C'était un Merryweather de Longuetable. Elle ferma alors ses grands yeux bleus pour pouvoir se concentrer car la liesse des combats avait rendu les spectateurs bruyants. Du fond de son cœur, elle souhaita que le Guerrier aide cet homme dans les nobles tâches qui l'attendraient et elle demanda à l'Etranger de ne lui rendre visite que lorsqu'il serait très vieux que son devoir aurait été accompli déjà cent fois. Quand Valencia rouvrit les yeux, elle ne crut pas ce qu'elle vit. Deux chevaliers ayant assisté à la scène attendaient à présent tout près, leur épée dans le fourreau à la main. Un troisième se joignit à eux. Le blason sur leurs armes ne venaient pas du Bief. Sa réputation n'avait pas fini de l'étonner. Il arrivait qu'on connaisse son nom mais qu'on ignore celui du Grand Septon de Port-Réal. Bien sûr, contrairement à ses admirateurs, elle ne pensait pas réellement qu'elle avait le pouvoir de convoquer les divinités pour les faire répondre à ses souhaits. Seulement, septa Selyse lui avait appris que l'espoir était parfois le meilleur bouclier comme le meilleur remède. La lady adressa donc un nouveau sourire plus humain aux serviteurs des Sept et tendit sa main blanche vers l'épée suivante, prête à renouveler sa prière.


Inventaire

Valencia possède une quantité raisonnable de robes et de bijoux qui désignent son rang. Un cheval lui appartient également mais, comme elle l'a eu dans son enfance et que l'âge ne l'a pas épargné, elle ne le monte plus. En revanche, elle refuse qu'on le tue et continue à s'occuper de lui, sans doute en remerciement de ses bons et loyaux services rendus pendant les promenades sur son dos autour de Villevieille. Elle possède aussi un nécessaire pour écrire dans un petit coffret en fer. Le blason de sa famille a été ouvragé sur le couvercle. Le fermoir est un peu vétuste et grince à chaque fois qu'elle l'ouvre mais il lui est sentimentalement trop précieux pour qu'elle songe à s'en séparer afin d'en réclamer un nouveau.



La blanche demoiselle de Grand-Tour


Dernière édition par Valencia Hightower le Mer 7 Aoû 2013 - 20:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Clarence Hightower
Noble

Général
Grand Argentier
~ We light the way ~

♦ Missives : 2168
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 20/09/2011
♦ Célébrité : François Arnaud
♦ Copyright : Valencia
♦ Doublons : Edwyn Tully
♦ Age du Personnage : 27
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
3996/4000  (3996/4000)


Message Mer 10 Juil 2013 - 19:50

Soit la bienvenue parmi nous, chère sœur ! Considère toi ici comme chez toi !

Si Valencia était un arbre, je dirais en avoir fourni le tronc, mais tu l'as assurément dotée de branches parmi les plus porteuses de fruits. Et quels fruits ! Je suis certain que tu sauras la mener en jeu là où jamais je n'aurais songé moi-même la conduire. Considérons le passé comme du brouillon, à toi de mettre au propre le destin qui convient à ce personnage que nous désirons tous haut en couleur ! Dans le respect des Sept, évidemment.

En tant que dame de la maison Hightower, tu pourras bien sûr compter sur les ressources de ta maison. Toutefois, d'un point de vue RP, tu ne disposes que de tes possessions de départ, sans oublier que tu débutes le jeu avec 35 dragons d'or. Tu pourras te servir de cette somme pour acheter des biens aux marchands ou tout autre chose. Même si ça n'en a pas l'air, il s'agit quand même d'une grande fortune ! N'oublie pas de les ajouter à ton inventaire, dans ta fiche de personnage (accessible dans ton profil) !

Tu gagnes par ailleurs 50 points de réputation bonus pour avoir choisi un scénario ! Ils sont ajoutés à ton profil.

Bref, si cela ne semblait pas encore clair, je te valide ! Tu vas donc pouvoir te lancer dans le jeu ! N'oublie pas de remplir ton profil, ta fiche de personnage et de poster les fiches relatives à ton personnage. Tu peux aussi aller signaler ta position sur le continent à cet endroit. N'oublie pas de consulter les autres sujets du bureau du Grand Mestre pour t'intégrer dans le contexte ! Tu pourras ensuite débuter le jeu en consultant les demandes, en postant la tienne ou en demandant directement à un joueur. En cas de questions, n'hésite pas à poster dans la Tour de la Main ou à m'envoyer un MP. Enfin, n'hésite pas à passer par le flood et la CB pour te faire connaitre et t'intégrer plus facilement sur le forum !

Que les Sept te guident, et t'aident à servir ta famille !
Revenir en haut Aller en bas

Valencia Hightower + 100%

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» L'affamé (Rowen Hightower)
» Humfrey Hightower
» Qui sème le vent récolte la tempête [Viserys Targaryen/ Daena Hightower]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives des Demandes de Citoyenneté :: ◄ Archives du Bief-