AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Une rencontre des plus hasardeuses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Noble
avatar

Ann Kenning
Noble

Général
Dame de la Maison Kenning

I'm not a damsel in distress
who sit around and wait for you
to save me.

♦ Missives : 296
♦ Missives Aventure : 36
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 04/06/1992
♦ Arrivée à Westeros : 10/04/2013
♦ Célébrité : Lucy Griffiths
♦ Copyright : © Seamus ©Helya ©Helewis ( Tout dépendant de l'avatar ), Sign ©Randal
♦ Doublons : Rohanne Tyssier
♦ Age du Personnage : 22 ans
♦ Mariage : Fiancée à Lord Fedric Prestre
♦ Lieu : Kayce, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles :

Disponibilité 1/3 RP

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
347/500  (347/500)


Message Dim 7 Juil 2013 - 4:19

211 … Terres de l’Ouest … Castral Roc

Les visite de courtoisie, ce n’était pas ce que Ann préférait, mais lorsque sa mère lui avait demandé de l’accompagné à la Dent d’Or, la jeune femme, contre son gré, avait accepté de l’y suivre. Sa mère lui disait qu’il serait bien qu’elle rencontre sa famille de ce côté puisqu’elle ne connaissait que la famille Kenning.
Ann aurait bien voulu chevauche avec les cavaliers, mais sa mère lui avait dit non. Elle pensait qu’il était préférable pour une lady de voyager ainsi. Bon, Ann n’était pas vraiment de cet avis, mais elle avait perdu l’argumentation. Au moins, la monture de Ann était du voyage, Lady Lliane ayant accepté que sa fille puisse avoir quelques moments de répits et puisse partir se balader non loin une fois arrivée à la Dent d’Or.  La dame de Kayce savait que sa fille n’aimait monter que Srakaar, son fidèle ami équin qu’elle avait reçu en cadeau de la part de feu son père.

Ann ne quittait pas souvent Kayce depuis la mort de son père. Avant, elle aimait le suivre dans ses déplacements. Cependant, ce ne fut jamais lors de rencontre très importante. Il s’agissait plutôt que de quelques petites visites dans les fiefs voisins. Maintenant, elle ne faisait que voyager entre Kayce et Feux-de-joie et encore, c’était assez rare. La Dent d’Or était probablement le domaine le plus loin où elle s’était rendue dans le continent, bien que cela restait dans les terres de l’Ouest.

Le séjour était tout de même long et la jeune femme trouvait que ce l’était encore plus en voiture qu’à cheval tout simplement. Les deux femmes n’avaient pour escorte que quatre chevaliers et hommes d’armes, dont Ronan, l’homme qui avait quelque peu initié Ann aux armes et que la jeune femme considérait un peu comme un père.


- Nous ferions mieux de nous arrêter pour la soirée.  Nous ne devrions plus être loin de l’auberge qui est sur le domaine des Lannister.


Comme de fait, ils durent faire encore une dizaine de kilomètre avant de tomber sur la fameuse auberge dont Ronan avait parlée.  Mais Ann ne s’était pas assez dégourdi les jambes pour devor allé se reposer ou manger un repas chaud. Non, tout ce qu’elle voulait, c’était un peu de liberté et la liberté se traduisait par une promenade en solitaire.


Mère, je ...

Mais le soir va tomber et ce ne certainement pas un endroit hors de tout risque, Ann, devança Lady Lliane, alors que sa fille allait ouvrir la bouche pour formuler sa demande une millième fois. Alors c'est non quoique tu demandes encore.

Encore une fois, elles seraient obligées de se lancer dans l’éternel débat qui faisaient rage entre eux. Malgré une bonne entente générale, la mère et la fille ne s’entendaient pas quand venait le temps d’occuper du temps libre. Lliane aurait préféré que sa fille agisse en parfaite dame alors que Ann préférait se balader à cheval comme une aventurière !  Mais cette fois, Ronan se permit d’intervenir dans ce conflit mère-fille.

Lady Lliane, peut-être seriez-vous d’accord pour que votre fille parte se balader sous ma surveillance ?

Lady Lliane tomba dans ses réflexions un moment et finit par dire oui, au plus grand plaisir de sa fille. Ce ne fut pas long de la voir à l’extérieur pour récupérer Srakaar, suivie de Ronan.

Ann, je sais que tu es assez responsable pour te balader seule et ne crois pas que je ferai ce que j’ai dit. Seulement, je serai dans les alentours alors si tu as besoin de moi, tu sauras que je ne suis pas loin. Ta mère t’accorde jusqu’au coucher du soleil.

Fière d’avoir gagné, Ann enfourcha sa monture et partie dans le petit boisé pour s’y retrouver calmement. Ça lui faisait penser à Kayce. Un petit boisé tranquille, cette douce odeur de fraicheur, de liberté, il n’y avait rien de mieux.  La jeune femme s’engouffra un peu plus loin puis arriva à un petit ruisseau. Elle descendit de sa monture, laissant cette dernière s’abreuver puis contempla la forteresse qui se dressait devant elle, Castral Roc. Impossible de la manquer, ainsi que les bannières qui flottaient du haut des tours, celles des Lannister.  Ann était perdue dans ses pensées lorsqu’elle vit sa monture, les sens en alerte. Srakaar avait repéré un bruit inhabituel. Ann sortit la dague qu’elle portait à la cheville, prête à toute éventualité …

Qui est là ? ... Montrez-vous ...




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Gerold Lannister
Noble

Général
۩ Intrigant ಋ Homme de l'ombre ۩

♦ Missives : 1136
♦ Missives Aventure : 29
♦ Arrivée à Westeros : 09/06/2012
♦ Célébrité : William Moseley
♦ Copyright : Myself (ava) & Maron (sign)
♦ Doublons : Ryman Frey & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Castral Roc, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles : .
۩ Histoire d'un homme de l'ombre...
۩ ... les liens qu'il a tissés...
۩ ... ce qu'il sait faire...
۩ ... ce qu'il a accompli...
۩ ... et ce qu'il pense.

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
467/500  (467/500)


Message Mer 10 Juil 2013 - 17:33


« Messire, peut-être serait-il temps de rentrer ? »
« Pourquoi donc ? Parce que la nuit tombe ? Vous avez peur du noir, ser ? »


Depuis le milieu de l’après-midi, Gerold Lannister, accompagné d’un chevalier, de trois hommes d’armes et deux archers, avait arpenté les alentours de Castral Roc, des falaises jusqu’à l’intérieur des terres. Il les connaissait bien, mais il appréciait à l’occasion d’aller s’assurer que c’était toujours le cas. Les passages entre les roches, les déplacements des petits cours d’eau, la position de certains arbres, tout avait son importance. Cela faisait travailler la mémoire, cela permettait de repérer certains endroits stratégiques, et tout cela avait son importance si un jour le conseiller de Tybolt Lannister devait appliquer ses compétences de façon concrète.

Il en profitait également pour emporter son arc, dont il se servait peu, mais qu’il aimait tendre de temps en temps, et bien que la flèche atteignait sa cible une fois sur trois ou quatre. Dans le cas où elle était immobile… Parfois, parmi ceux qui l’accompagnaient se trouvait Vym, son agent et amant. Mais il n’était pas là aujourd’hui. Gerold s’était contenté de la présence de ser Meron, un vieux briscard de la garde des Lannister, les Manteaux rouges. Les autres hommes restaient à proximité. Aucune menace ne pesait réellement sur le jeune homme, personne n’oserait sans prendre à un lion si près de son antre.

La fin de la journée approchait, le soleil atteignant presque l’horizon. Le petit groupe arrivait à un petit cours d’eau au débit paisible quand ser Meron suggéra de rentrer. A la réplique de Gerold, il grommela, mais ne répondit pas. Il fit simplement signe à tout le monde de former un cercle. Un soldat et un archer traversèrent pour se placer sur l’autre rive. La profondeur maximale permettait de toute manière à chacun de passer sans se mouiller au-dessus des mollets. S’installant sur une pierre, le jeune lion ôta les bottes qui lui tenaient les pieds depuis son départ, et libéra ses pieds qui lui criaient de faire une pause. Il resta assis là un moment, avant de se lever pour aller tremper un orteil dans l’eau. Elle était fraîche, mais pas suffisamment froide pour l’empêcher d’aller un peu loin.

Il s’avança donc dans l’ondée, savourant la sensation du courant sur ses pieds endoloris. L’après-midi avait été plutôt chaud, ce qui était appréciable, et la fraîcheur qu’apportait le soir le serait d’autant plus. Gerold se pencha pour tremper le bout de ses doigts dans l’eau, puis s’accroupit pour en prendre dans ses mains, et en boire quelques gorgées. Quand il se redressa, il constata que son escorte était en place, et que personne ne bougeait. Lui se sentait détendu, c’était donc un bon moment pour qu’ils en profitent.

« Buvez donc ! Vous l’avez tout autant mérité que moi, si ce n’est plus ! Suivre la fougue de la jeunesse quand la sienne est derrière, ou quand les armes vous alourdissent, c’est une épreuve qui mérite une récompense. »

Après avoir entrouvert le col de son pourpoint léger, bien évidemment aux couleurs de sa Maison, il gagna la rive d’en face. Malgré son invitation, aucun des hommes n’avait bougé. Il secoua la tête. Leur devoir était important, bien sûr, mais que ne saisissait-il l’aubaine que leur offrait leur maître de faire relâche ? Il se trouva un arbre pour satisfaire un besoin naturel, et à son retour, il vit que l’un des archers filait le long de la rive, celle par laquelle ils étaient arrivés. Ser Meron lança, mais à voix feutrée :

« Messire, nous avons entendu du bruit ! »

Et alors ? Était-il indispensable de se mettre dans un tel état ? Ce n’était peut-être qu’un animal, ou un paysan, mais pas nécessairement des brigands. Ces derniers n’auraient pas osé s’approcher à si peu de distance du Roc. Gerold retraversa le petit cours d’eau, rejoignit une bande d’herbe sur laquelle il ne pourrait blesser ses pieds nus, et remonta le long de la berge, à la suite de l’archer. Ser Meron voulut protester, mais n’eut d’autre choix que de lui emboiter le pas. Le reste des hommes suivit. L’éclaireur revint rapidement faire son rapport.

« C’est une jeune femme, son cheval s’abreuve dans le ruisseau. »

Une jeune femme, seule, avec son cheval. Aucun danger, donc ! En tête du convoi, il ordonna qu’on aille simplement récupérer ses bottes. Ils tournèrent au détour d’un groupe d’arbres serrés, et entendirent la voix féminine, avant de voir de qui elle émanait. Gerold fut le premier à apparaître. Il vit la dague qu’elle tenait. Il écarta les bras, paumes ouvertes, en signe de paix.

« N’ayez aucune crainte, Ma Dame, un Lannister n’est point une menace sur ses propres terres. »

À la tenue qu’elle portait, bien qu’elle fût apprêtée pour le voyage, le jeune lion avait bien remarqué qu’il avait affaire à une noble. L’animal qui l’accompagnait le confirmait, c’était un cheval dont on prenait grand soin.

« Paix, messieurs. » fit-il, à l’adresse de ses hommes, qui relâchèrent leur méfiance.

Ils se dispersèrent ensuite dans les alentours, vérifiant que personne n’attendait dans les fourrés, qu’il n’y avait aucun piège. Gerold, lui, s’était approchée de la demoiselle.

« Bien que la prudence soit toujours de rigueur, la proximité avec Castral Roc est tout de même un gage de sûreté » dit-il, en désignant l’impressionnante forteresse troglodyte, que l’on voyait au loin. « Mais je doute que vous auriez su vous défendre face à la détermination d’un assaillant, avec un moyen de défense aussi léger. »

Lui-même portait une dague au flanc, mais il savait s’en servir, et de toute manière, ses sorties étaient toujours encadrées. Il y avait toujours au moins un Manteau Rouge à proximité. Après avoir remis son col correctement, mais toujours pieds nus, Gerold inclina la tête en direction de la jeune femme, et se présenta, même s’il avait déjà laissé entendre qu’il faisait partie de la Maison suzeraine :

« Je suis messire Gerold Lannister, frère de Lord Tybolt. Et en ma compagnie, vous êtes désormais sous la protection de ser Meron et de ses hommes. »

Le chevalier s’inclina. Il semblait un peu gêné que le jeune lion n’ait pas au moins remis ses bottes pour s’adresser à elle…

« À qui ai-je l’honneur ? » demanda le jeune homme, avant d’ajouter : « Êtes-vous seule ? N’avez-vous aucune escorte ? »

Ce qui sous-entendait qu’il avait deviné son rang. Une jeune noble se devait d’avoir quelques accompagnateurs et ne pas se retrouver seule, même si le soleil offrait encore du temps avant de totalement disparaître derrière la ligne d’horizon.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Ann Kenning
Noble

Général
Dame de la Maison Kenning

I'm not a damsel in distress
who sit around and wait for you
to save me.

♦ Missives : 296
♦ Missives Aventure : 36
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 04/06/1992
♦ Arrivée à Westeros : 10/04/2013
♦ Célébrité : Lucy Griffiths
♦ Copyright : © Seamus ©Helya ©Helewis ( Tout dépendant de l'avatar ), Sign ©Randal
♦ Doublons : Rohanne Tyssier
♦ Age du Personnage : 22 ans
♦ Mariage : Fiancée à Lord Fedric Prestre
♦ Lieu : Kayce, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles :

Disponibilité 1/3 RP

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
347/500  (347/500)


Message Dim 14 Juil 2013 - 1:48

Ann n’avait certes pas peur de se retrouver face à des brigands, elle savait très bien gérer ces situations. Bien que la dernière fois que cela était arrivé, dans les bois près de Kayce, la situation avait tourné au vinaigre. Encore une chance qu'elle avait eut un chevalier sur sa route, sinon elle aurait très probablement fini en chair à pâter. Et puis s’il advenait qu’elle avait besoin de renforts, elle savait bien qu’elle n’avait qu’à pousser un cri pour que Ser Ronan débarque et la débarrasse de ces brigands.  Srakaar commença à piaffer de plus en plus et Ann comprit qu’il ne s’agissait donc pas d’une seule personne.

Tout doux Srakaar.

La noble monture de la jeune femme était sensible au bruit, mais cela faisait monter la tension chez la jeune Kenning.  Elle avait l’habitude de se promener seule dans les bois, mais jamais dans un bois qu’elle ne connaissait pas et qui était aussi loin de chez elle.
Lorsqu’elle vit l’homme arriver et se présenter, Ann cru mal comprendre les choses. Un Lannister ?   Elle le regarda de la tête aux pieds et eut du mal à croire qu’un homme venant d’une aussi grande maison pouvait se balader sans bottes et le col entrouvert.  Ann se surprit à penser qu’il n’était pas très désagréable à regarder, mais elle chassa vite ses pensées pour se re-concentrer sur la situation. La jeune femme revint sur terre lorsque son animal émit un fort hennissement. Srakaar détestait les étrangers.  Ann posa une main apaisante sur la tête de l’animal pour le calmer, ces hommes n’étaient point dangereux.

Voyant qu’il n’était point une menace pour elle, la jeune femme originaire de Kayce rangea son arme alors que le jeune homme s’avança vers elle.  Ann n’avait plus son arme dans sa main, mais elle restait tout de même sur ses gardes.  Ses paroles quant au fait qu’elle n’aurait pas su se défendre avec cette arme vexèrent quelque peu Ann.


Sauf votre respect, messire, vous seriez très surpris de voir que l’on peut très bien se défendre avec une simple dague quand on sait si prendre et cela même si l’on est une femme. À moins bien sûr que vous sous-estimiez autant le sexe faible.

Elle n’avait pas l’intention de se faire ridiculiser par un homme et ce même s’il portait le nom de Lannister, il pouvait très bien ne pas être très important comme membre. Ce n’était pas comme s’il était le Lord Tybolt Lannister ou bien son frère. Un lion aussi important ne se promènerait pas ainsi dans les bois les pieds dévêtus.

Peut-être que si elle aurait voulu, elle lui aurait fait une démonstration de ses talents martiaux, mais son intention n’était pas de devenir une ennemie des Lannister. Elle avait du respect pour la famille suzeraine et savait également que les représailles  auraient également été sur sa famille et son désir n’était pas d’entacher sa réputation ou bien celle des Kenning.

Alors  qu’il s’inclinait bien galamment, Ann fit de même, le gratifiant d’un joli sourire et d’une légère courbette. Elle s'amusa encore une fois de la tenue du beau sire lorsqu'elle vit ses pieds. Mais lorsqu’il déclina précisément son identité, le sourire d’Ann avait complètement disparu, laissant place à un regard stupéfait.Gérold Lannister ??. Alors c’était bien le frère du suzerain qu’elle avait en face d’elle ?  Celui qu’Alienor Lannister lui avait décrit comme un sombre personnage ? Ann n’en avait pourtant pas vraiment l’impression. Les joues rouges comme des tomates,
En ce moment, la jeune femme se trouvait vraiment confuse, mais aussi un peu niais. elle avait donc osé pointé sa dague de un sur un Lannister et de deux sur le frère du suzerain ! Voila que ces  mésaventures n'arrivaient qu'à elle !


Je suis vraiment désolée, messire. Si j'avais su qui vous étiez, je n'aurais point pointé cette arme devant vous et n'aurais point fait preuve d'autant d'impertinence , dit-elle en se fondant en excuse.

Il ne restait qu'à souhaiter que le jeune lion soit clément et ne lui tienne pas rigueur de cette effronterie. Ann ne souhaitait pas se faire pour ennemi un Lannister et le voulait encore moins pour sa famille. On dit que la première impression n'était jamais la bonne, espérons que ce soit vrai.
Afin de changer de sujet rapidement, la jeune femme s'enquit de répondre aux questions du jeune seigneur.


Oui, à mon tour de me présenter. Je suis Lady Ann de la maison Kenning de Kayce. Je suis la soeur de Lord Morgan Kenning, un fidèle vassale de votre frère.

Peut-être ce nom lui dirait quelque chose, Morgan ayant déjà voyagé jusqu'à Castral  Roc pour des entretient avec Tybolt Lannister.  

En effet, je suis seule, mais un chevalier de Kayce m'attends à l’orée de ce bois. D'ordinaire, j'aime me promener seule et sans escorte qui m'étouffe de trop près.  Malheureusement, je suis la seule qui ai cette avis. Le Lord mon frère ne cesse de me rappeler que les bois sont plus dangereux qu'avant, mais je m'obstine à ne pas trop l'écouter.

Ann partait dans les bois depuis son très jeune âge, au grand damne de son père et de sa mère et comme les habitudes sont plutôt dures à changer, la jeune femme avait encore cette amour de la nature et des escapades en solitaire.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Gerold Lannister
Noble

Général
۩ Intrigant ಋ Homme de l'ombre ۩

♦ Missives : 1136
♦ Missives Aventure : 29
♦ Arrivée à Westeros : 09/06/2012
♦ Célébrité : William Moseley
♦ Copyright : Myself (ava) & Maron (sign)
♦ Doublons : Ryman Frey & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Castral Roc, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles : .
۩ Histoire d'un homme de l'ombre...
۩ ... les liens qu'il a tissés...
۩ ... ce qu'il sait faire...
۩ ... ce qu'il a accompli...
۩ ... et ce qu'il pense.

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
467/500  (467/500)


Message Sam 20 Juil 2013 - 16:13


La demoiselle avait du répondant. Après avoir calmé sa monture, visiblement peu à l’aise à l’approche d’étrangers, surtout armés, elle rangea sa dague, non sans répliquer à la remarque de Gerold concernant ce moyen de défense. Ainsi, elle était capable de s’en servir ? De toute façon, même si c’était le cas, elle n’aurait rien pu faire contre eux, si d’aventure ils avaient souhaité s’en prendre à elle. Fort heureusement pour la jeune noble, ce n’était pas le cas. Il ne pouvait la contredire sur l’usage d’une lame courte, puisque lui-même en avait fait son arme de prédilection, et il devait s’avouer qu’il ne pouvait non plus la contredire concernant sa sous-estimation du sexe faible. Les femmes qui ne vivaient pas dans les campagnes, n’étaient pas élevées avec des notions de maîtrise d’armes diverses, ne se consacraient souvent qu’à des affaires plus futiles, plus légères. Après tout, elles devaient obéissance à leurs père puis mari, qui les tenaient bien souvent à l’écart des questions sérieuses.

Et alors qu’il s’inclinait et se présentait, elle lui rendit une révérence, et il put lire la surprise sur son visage. Étonnée de se trouver face à Gerold Lannister en personne ? Il est vrai que c’était plutôt incongru, on ne rencontrait pas souvent, par hasard, un membre de la famille suzeraine. À l’expression qu’elle affichait, il comprit qu’elle considérait sa réaction comme une erreur. Mais comment aurait-elle pu savoir ? Au moins avait-elle eu le réflexe de tenter de se défendre. Il balaya les excuses d’un geste de la main, pour la laisser ensuite se présenter. Peut-être que parler lui permettrait de se remettre de sa gêne, aussi il ne l’interrompit pas. Ainsi, elle était Ann Kenning, sœur de Lord Morgan Kenning de Kayce. Ce n’était pas loin de Castral Roc. Lord Kenning venait souvent à la forteresse. Le jeune lion associa également Ann à l’un des plus fidèles amis de son frère, Lord Fedric Prestre. Il lui semblait bien qu’ils étaient fiancés.

Gerold la laissa poursuivre, elle répondait à ses questions. Elle était donc seule près du ruisseau, mais un chevalier de sa Maison attendait un peu plus loin. Elle aimait donc être seule dans les bois, malgré les avertissements des siens. Ils avaient sans doute raison, mais ces bois-ci n’étaient pas dangereux. Elle n’y craignait rien, et encore moins maintenant qu’elle était en compagnie d’hommes des Lannister. Le jeune lion acheva de gagner la rive, et fit signe qu’on lui apporte ses bottes. Elles furent déposées près de lui, mais il ne se pencha pas pour les remettre. Il avait le temps, non ? Les convenances l’étouffaient parfois. Là, il aurait pu faire preuve d’un peu plus de tenue, mais sa promenade l’avait éreinté, alors il avait décidé d’en faire un peu à sa tête.

« Lady Ann, n’êtes-vous pas fiancée à Lord Fedric, de la Maison Prestre, un proche de mon frère ? »

Il était à peu près sûr que c’était ça, mais il demandait confirmation tout de même. Bien qu’il n’ait pas connaissance d’une autre femme noble à Kayce, peut-être la lui avait-on cachée. Il se tourna vers un des soldats, dont la tenue ne laissait-on aucun doute quant à son appartenance à la garde du Roc.

« Va donc rassurer le chevalier qui escorte Lady Ann, qu’il sache qu’elle ne court aucun danger. »

Le soldat s’inclina avant de suivre la piste qu’avait dû emprunter la jeune femme. Puis il reporta son entière attention sur elle.

« Qu’est-ce qui vous amène à proximité de Castral Roc, Lady Ann ? »

Il repéra, à quelques pas, un rocher assez élevé pour qu’on s’y assoie, et suffisamment plat pour ne pas être inconfortable. Il fit signe à un autre de ses hommes d’y placer quelque chose, et ce fut une cape qui fut déposée, afin d’être une protection pour ne point trop se salir. Gerold indiqua le siège improvisé. Si elle ne souhaitait pas s’asseoir, il ne s’assiérait pas non plus. Au moins pouvait-il ici faire preuve de galanterie.

« À l’approche de la nuit, vous devez vous arrêter. Logez-vous à proximité ? »

Pouvait-il envisager de les faire faire étape à Castral Roc, plutôt qu’à l’auberge voisine, où le cortège venu de Kayce avait sans doute choisi de s’arrêter ? Sans doute. Il était étrange qu’ils n’aient d’ailleurs pas tenté d’eux-mêmes de demander un logis pour la nuit. Cela aurait été sans aucun doute accepté. Les Kenning étaient des vassaux proches et fidèles. Et s’il leur proposait, accepterait-il ? Personne ne pouvait lui en tenir rigueur au Roc, la difficulté pouvait donc venir des Kenning et de leur suite eux-mêmes.

« Oh, mais je m’installe, peut-être souhaitiez-vous être seule ? Ces bois ne sont point dangereux, vous y seriez restée en sécurité sans notre arrivée. »

Oui, après tout, voilà que les lions avaient pris possession de la petite clairière traversée par le ruisseau, mais Lady Ann Kenning cherchait-elle peut-être la solitude ? Se retrouver avec soi-même était un excellent moyen de faire le point, de se poser des questions et d’y répondre. Gerold se retrouvait souvent seul, d’autant plus depuis que ses sœurs avaient quitté les Terres de l’Ouest pour rejoindre leurs nouvelles régions d’adoption, d’autant plus depuis que Tybolt était en deuil, suite au décès de Lady Maura. Et dire que certains croyaient qu’elle avait été assassinée…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Ann Kenning
Noble

Général
Dame de la Maison Kenning

I'm not a damsel in distress
who sit around and wait for you
to save me.

♦ Missives : 296
♦ Missives Aventure : 36
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 04/06/1992
♦ Arrivée à Westeros : 10/04/2013
♦ Célébrité : Lucy Griffiths
♦ Copyright : © Seamus ©Helya ©Helewis ( Tout dépendant de l'avatar ), Sign ©Randal
♦ Doublons : Rohanne Tyssier
♦ Age du Personnage : 22 ans
♦ Mariage : Fiancée à Lord Fedric Prestre
♦ Lieu : Kayce, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles :

Disponibilité 1/3 RP

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
347/500  (347/500)


Message Jeu 25 Juil 2013 - 3:42

Ann devait avouer qu’apprendre que l’homme qui se tenait en face d’elle était le frère du suzerain des Terres de l’Ouest lui avait mis un peu la pression. La jeune dame de lésinait pas sur ses mots en général et aimait bien montrer aux hommes qu’elle avait du cran, mais l’arrogance n’était peut-être pas un bon moyen de s’adresser à un personnage aussi important que l’était Gerold Lannister. Elle devait prendre sur elle-même et faire ressortir son côté plus docile maintenant.

Lorsqu’il lui demanda si elle était bel et bien fiancée à Fedric Prestre, le Lord de Feux-de-Joie, la jeune femme arqua un sourcil, affichant un air très surpris. D’où venait cette nouvelle ? Bon, il était vrai que Morgan essayait autant que possible que cette union puisse se réaliser un jour, mais il avait dû essuyer deux refus : l’un de la part du seigneur en question et l’autre directement d’Ann. Le lord Kenning était pourtant très tenace et n’avait pas encore abandonné cette perspective, malgré les oppositions des deux concernés. Il devait pourtant y avoir quelqu’un qui avait entendu Morgan en parler et avait commencé à colporter tout cela. Ann espérait seulement que cette fausse nouvelle n’allait pas s’ébruiter tant que cela, bien qu’en y pensant bien, cela pourrait se tourner à son avantage à elle. Les autres seigneurs ne viendraient pas quémander sa main à Morgan…


En fait, non je ne suis pas fiancée au Lord Fedric Prestre, ni à aucun autre seigneur d’ailleurs. Ce que vous avez entendu-là ne sont que des rumeurs, je peux vous l’en assurer, messire. Je sais qu’il s’agit là d’un désir de mon frère ainé, mais il n’y a encore rien de concret et n’y aura certainement aucun autre mouvement dans cette affaire. Si vous connaissez Lord Prestre comme je le connais, vous savez donc qu’il ne désire point se remarier après ce qui s’est passé.

Et ca, ce n’était un secret pour personne. Il ne cessait de le répéter, Ann l’avait entendu bien trop de fois à son goût. Dommage pour lui parce que peut-être qu’une autre femme aurait pu mettre un baume sur son cœur.

Gerold donna alors quelques ordres à ses gardes et chevaliers puis l’un deux mit sa cape sur un rocher, le jeune lion l’invita d’ailleurs à y prendre place. Ann sourit puis accepta cette invitation avec empressement pour s’asseoir, répondant en même temps à ses interrogations sur ce qui l’amenait aussi près de Castral Roc.


Je me rends à la Dent d’Or en compagnie de Lady Lliane, ma mère. Elle est née Lefford et donc originaire de ce domaine. Nous ne faisions qu’une escale, ma mère n’aimant pas vraiment voyager lorsque le soleil est sur le point de se coucher et il fallait sans nul doute reposer les chevaux.

Ann, elle, tenait la grande forme, n’ayant pas pu chevaucher comme les autres soldats de la suite des Kenning. Sa mère l’avait forcé à prendre place dans la voiture avec elle.

Nous logeons à l’auberge qui se trouve en bordure de ce bois. Nous repartons au matin alors cela devrait faire l’affaire pour la nuit.

Bon, ce n’était pas les chambres les plus douillettes qui soient, mais ce n’était pas comme si la petite troupe de Kayce allait passer une semaine dans cet établissement. Suffisait de rester quelque peu discret. Après tout, même si l’auberge ne semblait ne pas être fréquentée par des gens aux mauvaises intentions, mieux valait ne pas attirer l’attention sur eux.

Le lion de Castral Roc s’excusa d’imposer sa présence, Ann lui sourit bien gentiment. Elle ne pouvait pas lui en tenir rigueur voyons ! Et puis, elle devait avouer qu’un peu de compagnie ne faisait pas de mal non plus. La jeune femme était habituée d’être en solitaire, certes, mais ca valait le coup de changer les habitudes pour une fois.

Je me verrais mal vous demander de partir, ces bois vous appartiennent tout de même. Et puis même si j’aime être seule, cela ne m’empêche pas d’apprécier la bonne compagnie. Maintenant, c’est à moi de vous renvoyez la question à savoir si ma présence vous dérange d’une quelconque manière. Je ne vous certes pas m’imposez dans votre ballade.

Après tout, en décidant de prendre place sur le siège improvisé qu’il lui avait précédemment proposé, Ann sentait qu’elle avait pris quelques libertés.

Spoiler:
 




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Gerold Lannister
Noble

Général
۩ Intrigant ಋ Homme de l'ombre ۩

♦ Missives : 1136
♦ Missives Aventure : 29
♦ Arrivée à Westeros : 09/06/2012
♦ Célébrité : William Moseley
♦ Copyright : Myself (ava) & Maron (sign)
♦ Doublons : Ryman Frey & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Castral Roc, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles : .
۩ Histoire d'un homme de l'ombre...
۩ ... les liens qu'il a tissés...
۩ ... ce qu'il sait faire...
۩ ... ce qu'il a accompli...
۩ ... et ce qu'il pense.

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
467/500  (467/500)


Message Mar 20 Aoû 2013 - 15:12


L’avantage d’être un intrigant, c’est qu’on possédait un réseau assez étendu et plutôt bien renseigné. L’inconvénient pouvait être que certaines rumeurs… n’étaient que des rumeurs. Mais au moins les informations étaient-elles connues. Lady Ann démentit ses fiançailles avec Lord Fedric Prestre. Ce dernier ne souhaitait pas encore se remarier. Il le faudrait, mais pas avant un temps. Ce que Gerold avait appris, c’est bien que Lord Morgan Kenning avait entrepris le futur mariage de sa sœur au seigneur proche de Lord Tybolt. Le jour viendrait sans doute où ces espoirs se concrétiseraient. Un seigneur encore jeune se devait de prendre une épouse, même après un deuil, afin de s’assurer une descendance. Ce que Tybolt avait fait en épousant Lady Maura. Il ne restait plus qu’à attendre la venue du fils tant attendu, héritier de Castral Roc… Car en attendant, c’était bien Gerold, l’héritier de son frère. Il ne rebondit pas sur la question, préférant laisser les alliances futures… au futur.

La jeune demoiselle de Kayce accepta alors l’invitation à s’asseoir. Ce serait une situation bien plus confortable pour converser, plutôt que de rester debout. Gerold aurait même pu offrir un verre à Lady Ann… s’il en avait eu. Ils n’avaient que de l’eau, celle du ruisseau. Même si elle était buvable, le jeune lion n’allait pas s’abaisser à en consommer. Pas assez… alcoolisé. Aucun goût, donc peu d’intérêt. La jeune femme exposa ensuite les raisons de sa présence en ce bois. Ainsi était-elle en compagnie de sa mère et voyageait vers la Dent d’Or. Lefford… Le nom était loin d’être inconnu pour les Lannister, puisque feue Lady Jessica, épouse de lord Damon, et donc mère des quatre enfants du Roc, était-elle-même de la Maison Lefford. Ce que Gerold souligna, d’ailleurs :

« Nos familles sont donc cousines, puisque ma propre mère, Lady Jessica, était née Lefford. Mais j’avoue n’avoir jamais eu l’occasion de me rendre jusqu’à la Dent d’Or. »

Ce n’était pas totalement exact, il avait eu maintes occasions. C’était plus l’envie, qui lui avait manqué. Castral Roc et Port-Lannis lui suffisaient, on y trouvait tout. Un pèlerinage vers les terres qui avaient vu naître feue Lady Jessica n’était pas indispensable, il n’était pas prompt à la nostalgie… Mais au moins la Dent d’Or recevait-elle des visites. Et sur le chemin qui y menait depuis Kayce se trouvait ce petit bois, et en bordure de ce petit bois, il existait une auberge. Pas le grand luxe, mais visiblement, la suite Kenning s’en contentait. Alors qu’il aurait été simple, pour une seule nuit, de demander le logis au Roc.

« Elle a bonne réputation, mais elle convient à des gens de moindre rang. J’espère donc que vous y trouverez satisfaction, en ayant cependant revu vos exigences à la baisse. La qualité ne compense pas toujours le manque de moyens. »

Castral Roc gardait un œil sur les établissements alentours, et s’assurait d’un minimum de confort, mais ils étaient maintenus en bon état pour les voyageurs qui ne portaient aucun nom noble.  Les seigneurs, leurs familles et leurs suites pouvaient bien être accueillis pas les suzerains des Terres de l’Ouest. Mais Gerold laissa le sujet de côté, ne souhaitant pas faire naître la gêne chez Lady Ann, qui aurait pu prendre comme un reproche que les Kenning aient opté pour une étape à l’auberge plutôt qu’à la forteresse. Elle s’excusa à son tour, pour une raison que le jeune lion jugea futile. Pourquoi l’aurait-elle dérangé ? Après tout, c’est lui qui était venu à sa rencontre, et non l’inverse.

Au passage, il eut droit à un compliment. « Bonne compagnie ». S’il avait eu du vin, il aurait été de bien meilleure compagnie ! Mais il faudrait faire sans. Quant à la question, Gerold hésita entre jouer un peu avec elle, ou être honnête sans attendre… Lui faire croire que peut-être, elle le gênait en effet alors qu’il achevait tranquillement sa marche à travers les alentours du Roc ? Ou bien affirmer sans hésitation qu’il n’en était rien ? Il opta pour la seconde solution. Peut-être se serait-il permis un trait d’humour s’il avait un peu plus connu la demoiselle.

« Ma balade, comme vous la nommez, s’achève. Pardonnez que j’aie dû ôter mes bottes, mais la marche m’a fourbu : j’ai quitté le Roc depuis de longues heures pour parcourir les environs. Alors terminer cette journée en faisant votre rencontre est comme une récompense après l’effort consenti. »

Et voilà qu’il retournait le compliment. Charmeur ? Absolument pas. Beau parleur ? À n’en pas douter. Le lion n’était point tourné vers la séduction. C’était un art dans lequel il aurait pu exceller s’il s’y était intéressé. Mais il n’était pas pressé de trouver une épouse. Il le faudrait bien, c’était son devoir, mais s’il pouvait repousser le moment d’une union maritale, il le faisait. Il aimait pouvoir encore jouir d’une certaine « liberté » que lui offrait le célibat. Notamment le peu de cas qu’il faisait des regards quand il avait quelque relation avec une prostituée. Au moins n’était-il pas infidèle.

« Comment se porte votre frère ? » demanda le jeune lion, alors que revenait son homme, suivi de près par celui qui avait escorté Lady Ann jusqu’à l’orée du bois.

Au moins ce dernier verrait-il qu’elle ne pouvait rêver meilleure protection : des hommes de Castral Roc, ni plus ni moins, menés par un Manteau rouge, et tout ça en présence du propre frère du suzerain !

Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Ann Kenning
Noble

Général
Dame de la Maison Kenning

I'm not a damsel in distress
who sit around and wait for you
to save me.

♦ Missives : 296
♦ Missives Aventure : 36
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 04/06/1992
♦ Arrivée à Westeros : 10/04/2013
♦ Célébrité : Lucy Griffiths
♦ Copyright : © Seamus ©Helya ©Helewis ( Tout dépendant de l'avatar ), Sign ©Randal
♦ Doublons : Rohanne Tyssier
♦ Age du Personnage : 22 ans
♦ Mariage : Fiancée à Lord Fedric Prestre
♦ Lieu : Kayce, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles :

Disponibilité 1/3 RP

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
347/500  (347/500)


Message Mar 1 Oct 2013 - 3:43

Ann s'étonna quant à la révélation de Gerold qui concernait sa famille. Il avait un lien avec les Lefford, quel hasard ! La jeune Lady se disait que si elle avait été un peu plus attentive lors de ses apprentissages, plus jeune, elle le saurait fortement. Il était très probable que quelqu'un le lui ai dit qu'il y avait des Lefford chez les Lannister, mais bon, l'étude n'avait jamais été la tasse de thé de la jeune Kenning. Elle avait cependant toujours eut de l'intérêt lorsque son père lui narrait les grandes batailles ou bien lui parlait des dragons des Targaryen.

- Il y a force de le dire, le monde est bien petit !

Voila en tout cas une information qui pourrait bien lui servir pour meubler les conversations, elle qui ne connaissait pas du tout ces terres qui avait vu naitre sa mère. Lady Lliane n'en parlait presque jamais alors il état normal qu'Ann n'est aucune connaissance du domaine des Lefford. Quoiqu'il en soit, elle y serait bientot ... et pas parce qu'elle le souhaitait. Si elle avat eut le choix entre rester à Kayce avec ses frères et partir avec sa mère, elle aurait sans nul doute choisit la première option, mais elle s'était fait imposer le deuxième, pas de chance.

Lady Lliane, ma mère, aime bien la simplicité et comme nos hommes savent cette auberge bien sécuritaire, la choix ne fut pas long pour elle.

Et puis pour Ann, ce n'était pas le confort qui la préoccupait non plus. Ellle avait passé bien des nuits à dormir sur un tas de paille dans les écuries seulement pour être auprès de son cheval qui était souffrant. Ca c'était également sans compter les nombreuses nuits où elle ne dormait pas du tout, préférant aller faire un tour de cheval à la belle étoile. Alors petite auberge ou grand luxe, ca ne la dérangeait pas vraiment.

Gerold s'excusa alors pour le fait qu'il avait enlevé ses bottes, Ann ne pu que sourire. Apres tout, il n'avait pas vraiment à s'excuser, il pouvait bien faire ce qu'il voulait, il était sur ses terres et c'était le frère du suzerain de l'Ouest. Et puis, il avait fini par un compliment, aussi bien ne pas relever la faute des bottes.


Ne vous excusez pas, messire. Sachez que vous n'êtes pas tombé sur une femme à cheval sur les convenances et puis le confort est toujours plus agréable.

Ann fut surprise que Gerold demande des nouvelles de son frère, mais après tout, Morgan était assez proche de Tybolt alors par la bande, il devait l'être aussi avec son frère.

Morgan va bien malgré l'atmosphère de nervosité qui règne en ce moment à Kayce. Entre les menaces Fer-nés et l'arrivée prochaine d'un nouveau membre de la famille Kenning, il ne sait plus où donner de la tête.

Ann vit arriver Ser Ronan avec un homme de Gerold et croisa le regard du maitre d'armes alors que celui-ci inclinait respectueusement la tête vers le jeune lion.

Il se fait tard et je crois qu'il serait mieux que je rejoigne les miens. Ce fut un réel plaisir et un honneur de pouvoir passer un moment avec vous. Peutêtre aurons-nous l'occassion de nous croiser à nouveau lorsque nous serons sur le chemin du retour.

La jeune femme récupéra les brides de sa montures et inclina la tête vers le jeune lion.

Spoiler:
 






Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Gerold Lannister
Noble

Général
۩ Intrigant ಋ Homme de l'ombre ۩

♦ Missives : 1136
♦ Missives Aventure : 29
♦ Arrivée à Westeros : 09/06/2012
♦ Célébrité : William Moseley
♦ Copyright : Myself (ava) & Maron (sign)
♦ Doublons : Ryman Frey & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Castral Roc, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles : .
۩ Histoire d'un homme de l'ombre...
۩ ... les liens qu'il a tissés...
۩ ... ce qu'il sait faire...
۩ ... ce qu'il a accompli...
۩ ... et ce qu'il pense.

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
467/500  (467/500)


Message Sam 19 Oct 2013 - 23:24


Contrairement à ce que semblait penser Lady Ann, le monde n’était pas si petit. Gerold l’observait souvent sur ses cartes et laisser voguer son regard sur les horizons, depuis les fenêtres de Castral Roc. Le fait que leurs mères respectives soient issues de la même famille n’était qu’une heureuse coïncidence, rien de plus. Mais le jeune lion garda pour lui ses réflexions d’homme terre-à-terre, pragmatique, laissant la demoiselle à ses expressions toutes faites, empruntes de quelque naïveté qui seyait si bien aux jeunes femmes nobles.

Ainsi, c’était Lady Lliane qui avait opté pour l’auberge. Elle aimait donc la simplicité ? Voilà qui était une notion bien étrange, même s’il arrivait à l’héritier Lannister de s’y complaire de temps à autre. Quoi de plus simple qu’un bon verre de vin ? D’ailleurs, il se vit, un instant, dans son fauteuil, devant la cheminée, un pichet du meilleur rouge à ses côtés… Il lui tardait à présent, en fait, de s’en retourner vers la forteresse pour profiter d’un repos bien mérité après son périple de la journée.

La jeune dame de la Maison Kenning déclara ensuite ne pas être à cheval sur les convenances. Gerold aurait pu réagir, mais il dut bien admettre qu’il ne l’était pas vraiment non plus. Enfin, quand il le fallait, lors d’occasions, ou en présence de seigneurs, mais là, il était dans un bois à la tombée de la nuit, sur les terres de sa famille, il était fourbu, et venait de faire une agréable rencontre. Une noble, certes, mais une demoiselle qui n’était pas dans des circonstances qui exigeaient un respect strict du protocole.

Le jeune lion eut ensuite des nouvelles de Morgan Kenning. À l’inverse de ce que l’on pouvait croire, Gerold n’était pas proche de celui qui l’était pourtant de Tybolt. Les deux frères partageaient assez peu de choses, et certainement pas leurs relations. Ensemble, ils parlaient des affaires de Terres de l’Ouest, parfois au-delà, de la famille, de stratégie, ou tout autre sujet quelque peu sérieux, mais ils allaient rarement plus loin. Il était un conseiller, alors, il conseillait. Le reste du temps, il vaquait à ses propres occupations, dans lesquelles jamais il n’aurait entraîné son aîné.

« Ser, bien le bonsoir. » salua-t-il, à l’arrivée du chevalier de la suite de Lady Ann.

Cette dernière décida alors qu’il était temps de prendre congé, et le jeune Lannister ne pouvait qu’approuver. Il fit signe à l’homme qui était revenu avec le chevalier.

« Tu les raccompagneras jusqu’à l’auberge. »

Le soldat inclina la tête. Puis, Gerold s’adressa à Lady Kenning.

« Vous avez raison, il est plus que temps que chacun rejoigne son foyer, même temporaire, où il fera meilleur passer la nuit. Le plaisir fut partagé, ma Dame, et sachez que je serais capable de vous en vouloir si vous faisiez à nouveau halte à l’auberge sur le chemin du retour. »

Son ton s’était faussement réprobateur. S’assurant qu’il ne laisserait rien derrière lui, il désigna ses hommes et leur indiqua qu’il était prêt à partir.

« Présentez pour moi mes hommages à votre mère. Et transmettez-lui mes paroles concernant le retour. Si elle le souhaite, nous ferons simple… »

Et à présent, il était légèrement moqueur, mais sans aucune méchanceté. Considérant qu’il avait terminé d’exprimer ses quelques bons mots, il s’inclina devant la demoiselle :

« Lady Ann, je guetterai avec impatience le moment où je vous croiserai de nouveau. »

Et il tourna les talons, non sans jeter un regard en arrière pour voir disparaître la femme, son cheval et le deux hommes. Son escorte et lui sortirent rapidement du petit bois et prirent la direction de la forteresse, dont l’imposante silhouette se dessinait sur le soleil couchant. Le retour se fit en silence. Les portes furent ouvertes à leur arrivée, et Gerold ordonna qu’on lui prépare sans attendre un bain. Ainsi parcourut-il, lentement, les longs corridors de pierre de Castral Roc, jusqu’à arriver à ses appartements. Dans lesquels il trouva deux serviteurs, un homme et une femme, en train d’achever les préparatifs pour le bain.

« Toi, apporte-moi du vin. » ordonna-t-il à la femme, qui s’éclipsa sans attendre.

L’homme, lui, versa le restant d’eau chaude dans la grande baignoire de pierre, et aida son maître à se défaire de ses vêtements. Gerold se réveilla quelques heures plus tard, dans une eau tiédasse, un verre de vin vide à la main.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Une rencontre des plus hasardeuses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Castral Roc-