AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Comghall

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Comghall
Homme d'Armes

Général Reître
♦ Missives : 20
♦ Missives Aventure : 4
♦ Age : 24
♦ Date de Naissance : 15/09/1993
♦ Arrivée à Westeros : 06/07/2013
♦ Célébrité : Brendan Gleeson
♦ Copyright : Comghall
♦ Doublons : N/A
♦ Mariage : N/A
♦ Liens Utiles : Comghall, reître du Nord
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
49/500  (49/500)


Message Dim 7 Juil 2013 - 0:13

● Nom : Aucun, et il n'en souhaite pas.
● Prénom : Comghall
● Sexe : Masculin
● Âge : La quarantaine, mais il serait incapable de dire quand il est né.
● Origine : Le Nord, dans les contreforts des montagnes des clans
● Métier : Homme d'armes

● Pseudo :  Comghall
● Âge :  19 ans
● Vous concernant :  J'adorerai parler de moi durant des heures mais j'éviterai ! Very Happy
● Avatar :  Brendan Gleeson; Braveheart
● Connaissez-vous le Roman ?  Oui, je les relis et m'attaque bientôt au dernier tome !

● Lady Coeurdepierre ? Bien sûr !
● Comment avez-vous connu le forum ? Ancien joueur, faux nouveau.
● Comment le trouvez-vous ? Très joli comme toujours ! Razz
● De quelconques suggestions ? Aucune !

Informations Descriptives

D'une stature imposante héritée d'une lignée d'Hommes des clans, Comghall a une force qu'il entretient - et qu'il tient de son passé de bûcheron de même. Ses bras imposants et son torse velu sont couverts de cicatrices plus ou moins anciennes, vestiges de ses bagarres, batailles et guerres. De toute sa hauteur, il n'hésite pas à jouer des épaules - carrées et osseuses - pour s'imposer face à ses adversaires.

Son allure d'ours patibulaire n'est que le reflet de son physique. Longs cheveux roux entremêlés - parfois nattés -, barbe recouvrant la moitié de son visage affable et pilosité sur tout son corps forment une fourrure drue. Ça et son manque d'hygiène quotidienne lui donnent des allures de mendiant.

Impression renforcée par son style vestimentaire qui relève davantage de la récup' que de l'artisanat. Récoltant ses habits sur leurs anciens propriétaires - qu'ils soient morts ou pas tout à fait -, il se forge ainsi un patchwork de tissus variés.

Un point de détail qui fait sourire est son regard qualifié à tort ou à raison de bienveillant. Loin de l'être selon le Nordien, il serait plutôt rieur, moqueur même d'après de nombreux compagnons de beuverie.


Informations Mentales

Partageant le quotidien rude de la population des Sept Couronnes, Comghall est loin d'être distant et froid. Il préfère se montrer aimable et rigolard autant que possible lorsqu'il est loin du champ de bataille. Et pour cela, son penchant pour la débauche l'y aide souvent.

Cependant, lorsque vient l'heure de la guerre, le Nordien devient une implacable machine à tuer, appréciant vaincre sans être abattu. Il n'a jamais hésité à se placer au cœur des combats mais il n'ira jamais bêtement en première ligne. Pourvu qu'il survive, il reste heureux !

Nonobstant les lois et coutumes, Comghall est brut de fonderie, franc et direct. Il n'aura aucun respect envers les titres quels qu'ils soient - tant que sa vie n'est pas menacée par là. Lorsqu'un seigneur l'emploie, il accepte parfois de se plier aux conventions. Mais il préfère de loin le rire d'une putain aux courbettes d'une lady.

Il a une affection toute particulière envers les pauvres hères, les roturiers, les laissés pour comptes. Parfois, il leur vient en aide gracieusement. Il espère peut-être être le sauveur qui ne viendra pas de la foi...

D'aucuns le voient parfois, au matin, se retirer pour aller méditer quelques pensées personnelles. Des souvenirs ou des rêves, allez savoir.


Famille

Étant natif d'un petit village des Hommes des clans dans le Nord, il y a toujours vécu et n'a connu que ce cadre. Il a épousé son amie de toujours, Aghna, pour la voir périr moins d'une année plus tard dans une attaque de sauvageons durant l'invasion menée par Raymun Barberouge. Ses parents sont vraisemblablement décédés lors de la prime enfance de Comghall.

Il est fort possible qu'il soit père ça et là.


Résumé

Homme du Nord, Comghall fut autrefois bûcheron dans son village reculé. Lorsque les fourrageurs de l'armée de Barberouge tuèrent ses amis et son épouse, il décida de les venger en traquant leurs assassins. Après cette tâche macabre, il choisit de vivre comme reître et de vendre son bras et sa hache au plus offrant, parcourant les Sept Couronnes. Suite à une période calme où il renoua avec son ancienne vie, il finit par se lasser et a cherché de nouveau un champ de bataille où se battre.

Ses embauches ont été tout autant de simples escortes que de véritables batailles rangées. Ainsi il participa à la bataille du champ d'Herberouge, à quelques escarmouches contre les Fer-Nés et d'autres affrontements. Son passé de bagarreur et de mercenaire pourra sans doute lui être utile auprès de ses anciens employeurs. Ou lui attirer des ennuis chez ses ennemis.

Il fait un charmant compagnon de voyage – sauf peut-être pour les nobles dames et seigneurs – toujours prêt à rire et à faire sa part d'efforts et a maintes fois accompagné des caravanes de roturiers – pèlerins, baladins ou marchands.


Histoire

Quelque part au pied des montagnes des clans, le Nord, année 184

L'Ultime serpentait dans un petit vallon. Le fleuve brillait de mille feux cristallins à la lueur des quelques rayons du soleil qui perçait la couche nuageuse. La région passait pour être la plus belle du coin. Le bûcheron n'aurait pas été d'un autre avis, il appréciait cette vue enchanteresse. Et c'est pour cela qu'il marchait quelques lieues de plus chaque jour pour aller sur ces hauteurs qu'il aimait tant. Sa hache fichée dans une souche, il prenait le temps d'apprécier un panorama qui n'avait rien à envier aux terres du sud. Son souffle se transformait en de petits nuages de buée dans l'air frais du matin. Un givre blanc recouvrait les conifères de la forêt, aussi son épouse avait-elle ordonné à son cher et tendre d'emporter sa pelisse pour ne pas mourir de froid. Trop protectrice sans doute mais il l'aimait. Et Aghna le connaissait si bien. Depuis sa tendre enfance elle était sa « promise », autant que puisse l'être une jeune fille de huit ans envers un garçon de neuf. Cette jeune effrontée, blonde comme les blés, aux yeux verts rieurs, avait grandie depuis. Comme le garnement aux cheveux roux en bataille. Quoique. À la réflexion, il était toujours le même. Mis à part sa taille et sa carrure, rien n'avait vraiment changé. Son village vivait dans la même routine. Deux chaumières avaient été édifiées depuis son enfance, l'une d'elles étant devenue son foyer. Avec un sourire, il commença sa journée de travail, gaiement.

Le soleil était au zénith quand Comghall décida qu'il était temps d'aller déjeuner. Et rapporter les bûches qu'il avait accumulé en un tas chaotique. Il se chargea du fardeau et reprit sa hache au passage. Chantonnant, il profita de l'abri fourni par les branches quand un crachin léger passa au-dessus de lui. Il vit au loin les colonnes de fumée qui s'élevaient du village. Et se rendit compte qu'elles étaient trop nombreuses. Bien trop. L'estomac tenaillé par un mauvais pressentiment, il lâcha le bois et serra son outil dans son poing. Courant presque à travers futaies et buissons, il arriva non loin de l'orée de la forêt quand il aperçut trois corps d'où dépassaient des flèches. Il se rapprocha et reconnut des amis proches. Il pleura quelques instants avant de reprendre ses esprits. Et de craindre le pire. Le bûcheron alla au village le plus prestement possible, s'écorchant sur des branches basses et des épineux. Il dépassa sans s'arrêter les premières habitations, qui commençaient à être dévorées par les flammes. Des cadavres gisaient ça et là, laissant présager un court affrontement. Un massacre.
Il arriva devant sa porte mais n'osa pas la franchir. Une fumée opaque, âcre émanait de l'encadrement. Il posa sa main sur le bois mais la retira rapidement. Elle était brûlante. De fureur, il frappa avec sa hache et s'engouffra, à genoux. Il regarda – tant bien que mal – à l'intérieur et vit sa moitié, ensanglantée, à terre. Les yeux aveuglés tant par les larmes que par la fumée, il se rapprocha et l'amena à lui. Son visage livide semblait à peine différent. Elle avait toujours eu une peau d'albâtre. Il caressa sa joue et la posa sur le sol. Se laissant aller au chagrin, il n'entendit qu'au dernier moment les rires des deux pillards. Son regard se figea sur eux, sans comprendre. Ils lui tournaient le dos et fouillaient un tas de babioles diverses.

Comghall se leva doucement et se saisit de sa hache. La prenant à deux mains, il s'avança et donna un coup vertical puissant. Le sauvageon mourut sur le coup sans aucun doute. L'autre réagit rapidement et s'éloigna en essayant de dégainer son épée. Le Nordien ne réussit pas à dégager la lame du crâne et dut se résoudre à saisir un bout de madrier pour bloquer les coups de son adversaire. Son peu d'expérience fit que l'épée le toucha à plusieurs reprises. La sueur se mêla au sang et la fatigue se fit ressentir. En face, un sourire se peint sur les lèvres du sauvageon. Comghall sourit en réplique et fit ce qu'il pensait logique. Utilisant son arme improvisée, il se protégea et se lança de toute sa stature sur le pillard. Lequel ne put utiliser son épée et finit par chuter. Le bûcheron donna plusieurs coups de poing dans le visage du sauvageon, qui s'évanouit, le nez cassé. Comghall fouetta sa main dans l'air, constatant avec dépit l'état de ses phalanges. Il regarda autour de lui, reprenant peu à peu conscience du monde qui l'entourait et réfléchissant au futur.

Sous lui, gisait le pillard inconscient. Le bûcheron chercha une corde, attacha son prisonnier à un arbre et réunit les corps de feu ses compatriotes. Après une courte réflexion, il les enterra tous. Un par un, chacun dans une tombe, exception faite des couples. Face à la tombe d'Aghna, il hésita. À étendre ce trou, s'y allonger et dormir avec elle. Non. Il ne pouvait pas renoncer. Pas si facilement. Il y avait d'abord une vengeance à accomplir. Et les explications allaient bientôt avoir lieu.

Grigg s'éveilla difficilement, une douleur lancinante sur le crâne. Du sang séché lui recouvrait la joue et le menton. Il ne sentait même plus son nez. Celui-ci, par ailleurs, semblait être tordu dans un angle improbable. Des liens serrés lui entravaient les bras et les jambes. La position était des plus inconfortables. Son regard passa sur les alentours et il vit, assis sur un tabouret, un individu massif aux épaules carrées. Sa pelisse de fourrure était rouge tant elle était tâchée. Il ne le reconnut pas de suite mais se souvient assez rapidement du villageois qui l'avait attaqué.

- De l'eau ?

Incapable d'articuler, Grigg finit par hocher la tête. Le Nordien approcha avec une louche et un seau d'eau fraîche. Il fit boire trois fois le sauvageon et quand ce dernier eut bu tout son soûl, il amena son tabouret plus près.

- Tu peux parler ?

Grigg opina du chef.

- Combien de sauvageons ont attaqué le village ?
- Euh, hum.... Vingt... Vingt-trois.
- Bien, où sont partis les autres ?
- Vers le sud.
- Pourquoi z'êtes venu ?
- Fourrager. Moi et Delf – le mort – ont été resté pour vérifier qu'on avait rien oublié. On d'vait rejoindre les autres. Pas loin de Lonlac.
- Et qu'est-ce qu'une bande de sauvageons comptait faire près du lac ?
- Bah, après on d'vait aller se battre avec le roi.
- Le roi ?
- Raymun. Mon roi.
- Je vois.
- Je peux partir ?
- Non.

Le bûcheron saisit sa hache, nettoyée et aiguisée pour l'occasion et donna plusieurs coups, laissant libre cours à sa colère. Un fois calmé, il essuya la lame de son outil et partit de son village. Définitivement. Il n'est jamais revenu.


Winterfell, année 184

Comghall buvait tranquillement dans une taverne proche du château quand des hommes armés entrèrent. Portant les couleurs des Stark, ils riaient fort et leur conversation tournait autour d'un sujet : la défaite des sauvageons à Lonlac. Le bûcheron sourit. Lui aussi avait gagné sa bataille. Le danger du rôle de fourrageur était la solitude. Et les ennemis isolés sont plus faciles à abattre.

Les soldats pouvaient bien rire, lord Stark était mort aussi durant la bataille. Le Nordien pensa que s'il avait été présent, il aurait pu éviter ça. Peut-être. La vue du sang l'émouvait de moins en moins. L'amusait-elle ? Non, pas tout à fait. Il éprouvait plutôt une douce satisfaction. La satisfaction d'une victoire sur la mort. Et celle de la défaite d'un autre. Il but une autre gorgée et s'installa confortablement. Sa hache était désormais son seul bien. Il n'avait jamais été que bûcheron. Une piètre vie ailleurs ne l'intéressait pas. Mais une hache pouvait avoir une autre utilité. Tuer rapportait aussi de l'argent. Allez savoir combien. Allez savoir si c'était vrai.


Port-Réal, au lendemain de la bataille du champ d'Herberouge, année 196

Le reître était exténué. La journée avait été longue. Et douloureuse en prime. Une nouvelle estafilade ornait son torse. Cadeau d'un « confrère ». Mais de l'autre camp. Un minet braavien. Avec son épée toute fine. Jolie récompense en tout cas. La revendre serait utile. Une bonne poignée de cerfs d'argent. Voire plus. Il faudra négocier en tout cas. Mais son plastron de cuir était foutu. Et Comghall n'avait pas pu en récupérer sur les cadavres. Alliés ou ennemis d'ailleurs, peu importe.

Il sortait du bordel comme à son habitude dans une ville digne de ce nom. Durant les premières années, il était resté seul. Mais avec le temps, l'ancien bûcheron avait cherché la compagnie des femmes. Sans s'attacher. Impossible pour un mercenaire. Il avait pleuré la première fois et avait été incapable de faire quoique ce soit. Puis il avait oublié.

La nuit dernière, la femme – jeune, à peine adulte – qu'il avait payée lui avait demandé qui s'était battu. Le roi et le traître. Certes, mais qu'est-ce que ça pouvait faire au Nordien de savoir qui étaient ces hommes ? L'un l'avait payé, l'autre non. Pas besoin de chercher plus loin. Les questions d'honneur, de traditions, de légitimité, ils les laissaient aux têtes couronnées, aux « sang-bleus » comme il appelait si souvent les nobles.

Lui n'était qu'un visage quelconque aux yeux des lords. Et alors pourquoi aurait-il du s'intéresser à eux ? Il s'en cognait en toute franchise. Un roi mourrait-il que le reître continuait à se battre et à tuer. La routine lui semblait peu agréable face à l'exaltation d'une mort proche et de l'odeur du sang. Il soupira sous le ciel étoilé qui précédait l'aube et s'avança vers les rues qui commençaient à s'agiter.


Les Rus, Royaume du Nord, année 197

Et il n'aurait jamais du revenir. Le climat il l'appréciait, le paysage l'enchantait mais cette terre était pour lui celle qui détenait l'âme de ses amis, de son aimée. Pourtant, les périodes de vaches maigres s'étaient succédé, la paix était une piètre alliée pour un mercenaire. Aussi après quelques tentatives maladroites de reconversion professionnelle en pêcheur, fermier ou rétameur, Comghall finit par se résoudre à revenir à sa première activité : bûcheron. Il a ainsi repris sa vieille hache et entreprit de travailler pour gagner sa vie dans divers villages et bourgs. Souvent pour un salaire de misère.

Au final, il avait traversé le Conflans, puis le Neck pour revenir chez lui. « Chez lui ». Cruelle ironie car sa masure avait brûlé et son village rasé. Pour l'instant, chez lui, c'était une chaumière abandonnée dans un village côtier des Rus. Il avait à peine retapé la toiture. Avec l'aide de quelques-uns de ses nouveaux voisins. De prime abord, ils l'avaient accueillis froidement. Mais avec le temps, son amabilité et sa détermination aidant, il fut peu à peu accepté dans la communauté. Usant de sa hache, il donnait aussi de son temps et de ses efforts pour les récoltes et la construction. Sorte d'homme à tout faire qui ne reculait devant aucune tâche, il fut au final considéré comme un véritable ami par de nombreux villageois.

Une nouvelle vie qu'il acceptait difficilement. Souvent, il aiguisait la lame de sa hache d'armes ; prêt à reprendre la route le jour où il en aurait assez. Mais ce jour ne vint pas durant l'année. Ni la suivante. Et pendant des années encore, il est resté. Il a assisté à des naissances, des décès, des unions. Sa vie fut calme, malgré les difficultés.

Lorsque le Fléau éclata, il craint pour sa vie. Mais aussi pour celles de ses amis et de leurs familles. Et cette peur la tisonna chaque jour durant la pandémie. Lorsqu'un enfant toussait, qu'une femme reniflait, alors il se retournait, prêt à tout pour s'épargner la maladie. Au final, il avait craint une ombre, un fantôme qui n'avait pas touché ce village isolé. Quoique deux villageois soient décédés quelques temps plus tard. Peut-être une simple coïncidence.

C'est avec la canicule que le dur arriva. Peu de gens pouvaient s'en tirer sans être marquer par les épreuves. Notamment lorsque la faim vient avec la pauvreté, lorsque la chaleur se mêle à l'effort. Comghall lui-même dut reconnaître qu'il est des douleurs qui sont plus grandes, plus insidieuses que celle du sang versé. Une pensée émergea dans l'esprit du reître : que faisait-il ici ? Il se vit, seul devant son seuil, singeant l'existence tranquille d'un chef de famille. Mais il n'y avait ni famille, ni routine.

La campagne menée par les Fer-Nés fut l'amorce d'un retour de Comghall sur les routes. Certes bûcheron n'était pas la pire des conditions. Pour autant, ce n'était pas ce qu'il souhaitait. Plus depuis le décès de son épouse. Il n'a depuis lors rencontré aucune femme qui n'avait ému son cœur. Peut-être était-il devenu un monstre ? Après tout, il tuait pour l'argent. Il payait pour l'affection des femmes. Il buvait sans soif.
Lorsqu'il entendit parler des raids des Fer-Nés, le mercenaire se demanda que faire : participer aux combats ? Sans même être payé ? Impensable. Il n'était pas un chevalier, ni un héros. Son regard se posait sur l'acier de son arme. Elle ne possédait peut-être pas d'âme mais elle était sa plus proche amie. Après s'être habillé, le Nordien s'en saisit et sortit. Il croisa une jeune fille et lui ébouriffa les cheveux. Puis repartit sur les routes de Westeros vers la guerre et la mort. Quitte à avoir un ennemi autant que ce soit la mort elle-même.


Inventaire

- Une hache d'armes;
- Un arc et un carquois plein;
- Un dirk;
- Une armure de cuir usée;
- Des fripes bigarrées;
- Un bric-à-brac ( ou fourre-tout )


Dernière édition par Comghall le Lun 15 Juil 2013 - 12:47, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Main du Roi
avatar

Brynden Rivers
Main du Roi

Général
Freuxsanglant

- Combien c'est-y que lord Freuxsanglant il en a, de zyeux ?
- Mille, et rien qu'un.

♦ Missives : 3432
♦ Missives Aventure : 33
♦ Age : 32
♦ Date de Naissance : 27/07/1985
♦ Arrivée à Westeros : 22/06/2009
♦ Célébrité : Kevin Costner
♦ Copyright : Alysanne
♦ Doublons : Edric Estremont
♦ Age du Personnage : 36 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Donjon Rouge, Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
155/500  (155/500)


Message Dim 7 Juil 2013 - 0:24

Soit à nouveau le bienvenu sur le forum !

Bien que tu sois un ancien joueur, je te serais gré de ne pas utiliser le codage de ton ancienne fiche mais de repasser par le générateur. En effet, la fiche dispose maintenant d'une nouvelle présentation et il faudrait donc l'utiliser Wink Merci de veiller à faire le changement Very Happy J'ajouterais que techniquement il n'y a pas de souci puisqu'une joueuse a déjà utilisé le nouveau générateur.

Je regarderais ta fiche lorsque ce changement sera effectué.


Revenir en haut Aller en bas
http://star-city-heroes.forumsrpg.com/
Homme d'Armes
avatar

Comghall
Homme d'Armes

Général Reître
♦ Missives : 20
♦ Missives Aventure : 4
♦ Age : 24
♦ Date de Naissance : 15/09/1993
♦ Arrivée à Westeros : 06/07/2013
♦ Célébrité : Brendan Gleeson
♦ Copyright : Comghall
♦ Doublons : N/A
♦ Mariage : N/A
♦ Liens Utiles : Comghall, reître du Nord
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
49/500  (49/500)


Message Dim 7 Juil 2013 - 0:59

Au temps pour moi, je me suis trompé et - la fatigue aidant - je n'ai pas vérifié ce détail !

Cette fois-ci, c'est la bonne version !
Revenir en haut Aller en bas
Main du Roi
avatar

Brynden Rivers
Main du Roi

Général
Freuxsanglant

- Combien c'est-y que lord Freuxsanglant il en a, de zyeux ?
- Mille, et rien qu'un.

♦ Missives : 3432
♦ Missives Aventure : 33
♦ Age : 32
♦ Date de Naissance : 27/07/1985
♦ Arrivée à Westeros : 22/06/2009
♦ Célébrité : Kevin Costner
♦ Copyright : Alysanne
♦ Doublons : Edric Estremont
♦ Age du Personnage : 36 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Donjon Rouge, Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
155/500  (155/500)


Message Dim 7 Juil 2013 - 14:54

Bien, je peux donc regarder ta fiche !

Je n'ai strictement rien à redire sur les premières rubriques, si ce n'est que ton personnage ne peut pas avoir de bâtards ou de bâtardes. Ces derniers doivent nécessairement avoir un parent noble, ce qui n'est pas le cas de Comghall ! De fait, il peut bien donner des enfants nés hors mariage à des paysannes, mais ça ne sera pas des bâtards pour autant.

Au niveau de l'histoire, je n'ai rien à dire pour la première partie, ça me convient. Par contre, pour la deuxième à Winterfell, il faudra retirer les mentions aux Bolton. Les seuls à avoir affronté les sauvageons sont les Stark et les Omble, de fait, parler des Bolton est hors de propos ^^ Pour le reste de cette partie, ça me va. Pareil pour la troisième partie.

Par contre, tu arrêtes ton histoire là, en 196, soit 15 ans avant la date du forum... Il serait bien que tu complètes tout ça, que l'on sache ce que ton personnage a fait depuis 196. Il n'y a plus eu de guerre ou de bataille depuis donc un reître doit se montrer inventif pour gagner sa vie, il faudrait l'expliquer ! De même, un roturier a du souffrir du Fléau, de la sécheresse et de la canicule, il faudra donc expliquer comme il a traversé ces périodes. Sans parler de ce qu'il a fait durant la "guerre" contre les Fer-nés qui vient de s'achever. Bref, il faudrait combler ce trou historique de quinze ans ^^

Bonne correction !


Revenir en haut Aller en bas
http://star-city-heroes.forumsrpg.com/
Homme d'Armes
avatar

Comghall
Homme d'Armes

Général Reître
♦ Missives : 20
♦ Missives Aventure : 4
♦ Age : 24
♦ Date de Naissance : 15/09/1993
♦ Arrivée à Westeros : 06/07/2013
♦ Célébrité : Brendan Gleeson
♦ Copyright : Comghall
♦ Doublons : N/A
♦ Mariage : N/A
♦ Liens Utiles : Comghall, reître du Nord
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
49/500  (49/500)


Message Sam 13 Juil 2013 - 20:09

Les changements ont été effectués; même si j'ai peur de ne pas avoir eu beaucoup d'imagination pour la période de paix. ^^"

Bonne soirée ! :)
Revenir en haut Aller en bas
Main du Roi
avatar

Brynden Rivers
Main du Roi

Général
Freuxsanglant

- Combien c'est-y que lord Freuxsanglant il en a, de zyeux ?
- Mille, et rien qu'un.

♦ Missives : 3432
♦ Missives Aventure : 33
♦ Age : 32
♦ Date de Naissance : 27/07/1985
♦ Arrivée à Westeros : 22/06/2009
♦ Célébrité : Kevin Costner
♦ Copyright : Alysanne
♦ Doublons : Edric Estremont
♦ Age du Personnage : 36 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Donjon Rouge, Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
155/500  (155/500)


Message Dim 14 Juil 2013 - 15:34

Parfait, le rajout à l'histoire me convient et comble bien les années qui manquaient. J'ajouterais juste que tu as utilisé la première version du générateur où il manquait la rubrique "Inventaire". N'hésite donc pas à re-générer une nouvelle fiche afin de pouvoir compléter cette partie quand même utile ^^

En tant que reitre, tu ne pourras évidemment que compter sur les ressources que tu gagneras par ta hache. Toutefois, d'un point de vue RP, tu ne disposes que de tes possessions de départ, sans oublier que tu débutes le jeu avec 10 cerfs d'argent. Tu pourras te servir de cette somme pour acheter des biens aux marchands ou tout autre chose. Même si ça n'en a pas l'air, il s'agit quand même d'une grande fortune ! N'oublie pas de les ajouter à ton inventaire, dans ta fiche de personnage (accessible dans ton profil) !

Bref, si cela ne semblait pas encore clair, je te valide ! Tu vas donc pouvoir te lancer dans le jeu ! N'oublie pas de remplir ton profil, ta fiche de personnage et de poster les fiches relatives à ton personnage. Tu peux aussi aller signaler ta position sur le continent à cet endroit. N'oublie pas de consulter les autres sujets du bureau du Grand Mestre pour t'intégrer dans le contexte ! Tu pourras ensuite débuter le jeu en consultant les demandes, en postant la tienne ou en demandant directement à un joueur. En cas de questions, n'hésite pas à poster dans la Tour de la Main ou à m'envoyer un MP. Enfin, n'hésite pas à passer par le flood et la CB pour te faire connaitre et t'intégrer plus facilement sur le forum !

Puisses-tu retrouver sur les routes ce que tu cherches !


Revenir en haut Aller en bas
http://star-city-heroes.forumsrpg.com/

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Comghall

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1



Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives des Demandes de Citoyenneté :: ◄ Archives du Nord-