AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Quand les moeurs douteuses sont partagées [Pv Daeron targaryen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Aslak
Homme d'Armes

Général + Etre fier c'est bien, être en vie c'est mieux ! +
♦ Missives : 1035
♦ Missives Aventure : 116
♦ Age : 31
♦ Date de Naissance : 24/09/1986
♦ Arrivée à Westeros : 03/06/2012
♦ Célébrité : Nicolaj Coster-Waldau
♦ Copyright : moua
♦ Doublons : Arkha Kenning, Ethaniel Stone, Maëlle Beurpuits
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : les Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles : + Dites moi que je resterai en vie et je vous dirai qui je suis

+ On va se boire un verre ?

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
465/500  (465/500)


Message Jeu 4 Juil 2013 - 23:03

Finir dans un bordel pour Aslak ? Ce n'était pas tellement étonnant quand on connaissait ses penchants et surtout ses désirs immenses et son amour éternel pour les femmes. En réalité, il n'y allait plus uniquement désormais pour obtenir des plaisirs charnels. C'était certes ce qui arrivait puisqu'il y mettait le prix, mais on pouvait dire ce qu'on voulait, le plaisir de se retrouver entourer de femmes suffisait à le combler. De plus, en tant qu'habitué, il n'était même plus obligé maintenant de devoir obligatoirement avoir des rapports charnels pour pouvoir rester. Tout le monde savait que ce n'était point difficile d'obtenir cet échange de lui mais qu'il est aussi un homme particulièrement charmant pour plaire et combler les femmes avides de nombreux compliments sincères. S'il devait dire où se trouvait réellement sa maison entre Empyrée et le bordel de Port-Réal, il n'hésiterait sûrement pas pour affirmer qu'il y passait bien davantage sa vie dans ce dernier plutôt que chez son frangin. Il faut dire que les femmes y étaient beaucoup plus nombreuses, tout comme l'alcool, et les rencontres. A Empyrée se trouvait uniquement sa nièce, qu'il affectionnait énormément mais avec qui il ne pouvait pas tout faire, même s'il en faisait déjà trop selon Alrik il en était certain - il fallait bien lui apprendre la vie à cette jeune demoiselle - et également sa soeur dont, pour être franc, il n'en avait pas grand chose à faire. En fait, elle représentait davantage une étrangère et le fait qu'elle fasse partie de sa famille en rajoutait à son absence d'intérêt pour elle. C'était parfaitement contradictoire mais il ne pouvait rien y faire, c'était ainsi. Tout ceci donc mit bout à bout, son cadet faisant sa vie bien davantage au Donjon Rouge, cela expliquait que lui-même préfère s'établir ailleurs, c'est-à-dire les tavernes diverses et variées des Terres de la Couronne, ou alors le bordel de Port-Réal. C'était d'ailleurs très amusant de se rendre compte qu'il profitait de la vie tandis que son cadet était en train de batailler pour prendre le dessus sur les Fer-nés. Le revoir en vie serait bien plus intéressant le concernant mais il n'avait que très peu d'inquiétudes à ce sujet, il le sentait bien. Après, ses espoirs portaient principalement sur le fait de le revoir entier.

Pour ce jour néanmoins, les femmes avaient primées sur les rencontres diverses et par conséquent, il se trouvait entouré de ses dernières à ricaner et raconter ses dernières anecdotes qui avaient toujours tendance à amuser la galerie. Il fallait reconnaître qu'il lui arrivait toujours un nombre incalculable de choses dont l'origine et la volonté étaient totalement indépendantes de son fait ! C'était d'ailleurs en ça que c'était particulièrement amusant. Et puis l'art de dériver sur des situations complexes ou comiques étaient vraiment dans ses capacités les plus poussées. Cela dura un moment avant qu'une des demoiselles ne requiert son attention de façon particulièrement possessive. Il n'allait pas se plaindre qu'on le quémande de la sorte. Les trois demoiselles qui trainaient avec lui, dont l'une donc désormais bien collées à lui, finir de toute façon par devoir répondre à des demandes masculines qui se profilèrent dans la demeure. Il garda néanmoins la main mise sur celle qui avait décidée d'être à lui pour la nuit. D'un beau sourire charmeur, il lui adressa des propos qui signifiaient son accord.

"C'est entre toi et moi alors ce soir ? "


Le sourire espiègle qui lui fut adressé l'amusa beaucoup. Il savait pertinemment qu'elle était encore jeune, néanmoins plus assez pour qu'il se sente pris entre deux eaux - celle du désir et celle de la responsabilité - car bien qu'il n'avait que peu de limites, il était toujours parfaitement prévenant envers les demoiselles qui siégeaient à ses côtés et surtout dans son lit. Par conséquent, si la demoiselle émettait le souhait d'être sienne alors qu'elle n'avait pas l'âge, il aurait tout bonnement refusé. De manière générale, il aimait les femmes de maturité mais comme tout homme galant qu'il était, il ne refusait jamais de satisfaire une de ces demoiselles. Décidée à être joueuse, la concernée se leva avec une attitude féline et taquine, et elle se mit à arpenter le sol de la demeure dans l'optique de s'éloigner. Ils n'étaient pas encore dans une chambre, en tant qu'habitué il pouvait désormais se permettre beaucoup de chose et traîner dans les petits salons en faisait parfois partie. Ainsi, avec un sourire amusé et toujours aussi axé sur le charme, il finit son verre d'un cul sec avant de se lever pour rejoindre la belle demoiselle. Celle-ci décida d'être joueuse et elle commença alors à se montrer fuyante quand il arrivait à l'attraper et à aimer se cacher.

"Tu vas voir toi si je t'attrape ! " dit-il tout aussi joueur.

Ce n'était pas pour lui déplaire cette manière de faire ! Il n'était jamais réfractaire à rien de toute manière et se laissait toujours aller à l'atmosphère actuelle. Aussi s'amusa-t-il à lui laisser un peu de marge et lorsqu'elle se mit à grimper les escaliers pour mener à d'autres chambres, il les escalada rapidement pour l'attraper mais n'eut le temps que de la voir disparaître derrière une des portes. Il ne put s'empêcher de rire et de se diriger vers celle qu'il pensait être la bonne. Ainsi, persuadé d'avoir raison, il ouvrit la porte sans se retenir prêt à montrer à la jeune demoiselle qu'elle ne pouvait pas l'avoir aussi aisément. Mais à la place, la force de son mouvement engendra un bruit de douleur pour quelqu'un qu'il ne put ignorer. Malheureusement, il s'était trompé de chambre mais heureusement n'était pas intervenu en plein ébats... En fait, l'homme qui venait de se prendre la porte dans la figure allait sûrement quitter les lieux vu la proximité avec la cette dernière.

"Oh merde ! Pardon ! "

La jeune femme qui l'avait piégé sortit de la chambre à côté en réalité se demandant ce qu'il pouvait faire et trouvant l'attente bien longue. Il fallait reconnaître que ce n'était pas de bol... Heureusement, le coup n'avait pas été non plus extrêmement violent et n'avait donc entraîné aucun dommage réel, plus un coup qui apporterait peut-être un bleu mais rien de cassé. Après tout ce n'était pas tellement dans ses moeurs d'user d'une force décuplée dans des moments qui n'en valaient pas la peine. Il n'était donc pas rentré tel un ouragan dans la pièce près à dévaster tout ce qui se trouvait sur sa route.

"Désolé je me suis trompé de chambre." ne put-il s'empêcher de dire avant d'ajouter avec amusement néanmoins" Mais quelle idée de quitter si tôt aussi quand on a de telles déesses en notre compagnie !" avant de rire face à ces propos de jugement alors qu'il n'avait pas la moindre idée de l'heure ni même des préoccupations de cet homme. Après tout, il pouvait bien faire ce qu'il voulait non ? Toujours est-il néanmoins que lorsqu'il le regarda plus attentivement il se rendit compte que ce n'était pas du tout la première fois qu'il le voyait et mieux encore, que c'était même un habitué autant qu'il pouvait l'être.

"Hey ! "

C'était la première fois qu'il lui adressait la parole. Il ne savait d'ailleurs pas pourquoi, sûrement parce que les nombreuses fois où leur croisement avait eu lieu, il devait être en charmante compagnie ou totalement inapte à s'adresser à qui que ce soit!

"Mais on se connait ! C'est pas la première fois que tu débarques ici ! Moi non plus d'ailleurs.... Enchanté, moi c'est Aslak ! "

"Hé tu viens !" demanda la jeune demoiselle impatiente.

"Attends ! C'est un habitué, et pour une fois qu'on s'adresse la parole, je vais pas partir aussi vite." il se tourna à nouveau vers le mec avant de d'ajouter  "bon... on va peut-être pas rester sur le pas de la porte, ça te dit de se boire un verre ? "

"Heiiiiiiiiin ?! "

"Tu peux venir, je viendrai avec toi après."

"Laisse tomber..."

La jeune femme claqua la porte. Il ne put s'empêcher de grimacer avant de dire avec amusement à l'homme en face de lui "Je pense que je l'ai vexée..." et de se mettre à rire un peu amusé. Peut-être était ce déjà l'alcool qui le faisait être totalement juvénile dans sa façon d'agir.






You're kidding ?? This smell is mine ? holly crap... i stink!
" Qui dit porte dit monstre, qui dit monstre dit dragon et qui dit dragon dit courez, moralité: qui dit porte dit courez ! "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 8 Juil 2013 - 23:11

Les rencontres. Il y a des tas de rencontres qui se font chaque jours. Il y a celles que l'on fait par hasard au détour d'une rue, qui ne changeront rien à notre vie, ni même à notre journée. Le genre de rencontre disparaissant bien vite de notre mémoire. Il y a aussi  celles qui fait que deux regards se croisent par hasard, et dont, au moins l'une des deux personnes n'oubliera pas de si tôt, sentant son cœur s'accélérer à chacune de ses pensées. Mais, il existe aussi des rencontres qui changent votre vie, complètement. Rencontrer des personnes que jamais l'on oubliera, et que, toute notre vie on sera à leur côtés, peu importe la raison. Les rencontres se font aussi dans de nombreux endroits. Des fois, elles sont recherchées dans des endroits propices à la découverte de nouveaux visages, parfois dans des situations complètement folles, et, d'autres encore, dans des endroits où, il est toujours préférable qu'on ne nous reconnaisse pas, et que pourtant … Le destin nous joue des tours. Même si, ces rencontres sont des plus gênantes sur l'instant, l'on s'en rappelle toujours avec un grand sourire, et, se les remémorer au coin d'un feu, ou d'un verre est toujours plaisant.

Je vois que certains commencent à décrocher. Si je vous parle de tout cela, ce n'est pas pour rien. Si je vous parle de cela, c'est pour que vous compreniez un peu mieux ce qui va suivre. Voyez-vous, les rencontres banales, notre très cher prince en a fait des tas et des tas. Des personnes qu'il oublie, on ne saurait les compter, les jeunes filles ayant attirés son attention, nous ne pouvons non plus les compter, tout comme les prostituées à qui il a glissé de doux mots dans le creux de l'oreille durant l'acte, alors que, le lendemain, c'est à peine s'il se rappelait de qui partagea sa couche. En revanche, les rencontres fortes, celles qui le marquèrent réellement au point que ces personnes devinrent importantes pour lui et sa vie … Celles-ci étaient rares. Il y avait Ororya bien sûr, sa très chère cousine, qui, contrairement aux apparences était la plus gentille personne qu'il connaissait. Celle-ci lui avait même sauvé la vie à quelques reprises. Il y avait aussi Perra, une jeune roturière, devenue son espion, sa servante et sa maîtresse, une personne de toute confiance. Il y avait aussi le prince Melexe qui était devenu un très grand ami, à qui il pouvait tout confier. A part cela, peu de personnes comptaient réellement. Oh, certes, il y avait quelques personnes, qui, étonnamment appréciaient le prince, comme ser Logan ou encore le capitaine Alrik -qui, pour lui la chose est encore plus étrange lorsqu'on sait que le prince a déjà vomi sur ce dernier- mais, la liste n'est pas bien longue.

Et pourtant, il restait au jeune prince de grandes rencontres à faire, telle sa future femme, lady Naerys Velaryon ou sa très chère future belle-mère qui, semblait-il le détestait-il déjà. Mais … Avant cela, il y eut une autre rencontre forte, une personne qui lui ressemblait en bien des points, tel un frère jumeau séparé à la naissance. Et, l'histoire de cette rencontre se doit d'être sue, par tous et par toutes. Oh, sans doutes, en apprenant cela, vous ne pourrez que le critiquer encore plus, mais, certains aimeraient sans doutes savoir qui est cet homme au fond, et non pas seulement le connaître à travers ces fameuses histoires qui ne dépeignent que ses côtés sombres.

L'action se déroule dans un bordel. Comme à son habitude, après avoir faire un premier tour rapide dans l'une des tavernes de la capitale, afin de se mettre dans de bonnes conditions, le prince eut l'envie de chaleur, d'amour et de tendresse. Qu'importe si les sentiments étaient sincères ou non, lui, pouvait se sentir vivant, trouvant l'amour qu'il n'avait jamais eu ces dernières années. Rejeté par tous et par sa famille, il fallait bien trouver de la chaleur humaine à quelque part, et, il ne trouva meilleure solution. Le bordel en question était l'un de ses favoris, un de ceux qu'il « visitait » régulièrement. En son sein se trouvait une des femmes qu'il appréciait le plus, par sa grande beauté, ses mots, sa douceur et … Ses compétences. Cette femme se nommait Maerie, un fille de joie plébiscitée disait on. Des rumeurs donnaient des noms connus parmi ses clients, outre le dragon ivre, il avait été fait mention de ser Obery Dayne, ou encore de ser Tommen Costayne. Une femme à la beauté si rare qu'elle était capable de faire rompre des vœux sacrés à un chevalier de la garde. Bien entendu, tout cela n'était qu'au stade de rumeurs, mieux valait que ce genre d'histoire ne se repende pas très loin.

C'est donc après avoir fini ses affaires, qu'exténué, que le jeune prince reprit un verre de vin, avant d'un dernier baiser empli de tendresse, pour enfin se rhabiller, et payer son dû à la jeune femme. S'apprêtant à partir, Daeron envoya la main vers la poignée de la porte, afin de s'en aller finir la soirée dans une quelconque taverne du Culpucier, mais … Quelque chose d'étrange se produit. La porte en question bougea avant que la main ne se pose sur la porte, et, celle-ci bougea plus vite que prévu, beaucoup plus vite que prévu. Et … Son cheminement ne fut pas du tout celui prévu non plus. L'arrêt normalement prévu à quelques centimètres de son buste afin de se faufiler dans l'ouverture. Mais là … La course folle du bout de bois qui semblait animé s'arrêta … Après avoir traversé la figure du jeune prince qui se retrouva au sol, une grande douleur au front sans réellement comprendre ce qu'il se passait, si ce n'est qu'il avait mal, et qu'il était au sol. Un homme se fit apercevoir, relativement grand et baraqué, tout souriant, riant même. Un homme plus âge que lui, blond aux cheveux mi-longs. Cet homme, il l'avait déjà vu, en ce lieu d'ailleurs … Souvent. Le genre de gars à s'amuser avec les femmes et à boire souvent … Et … Surtout, il lui rappelait quelqu'un, mais … Impossible de dire qui.

L'inconnu, surpris de trouver un obstacle s'excusa, sembla confus de ce qu'il s'était passé, prétextant  s'être trompé de chambre, tout en étant fortement amusé par la situation. Le dragon, lui, ne comprenait toujours rien à ce qu'il se passait. Enfin, dans le but de détendre l'atmosphère, l'étranger se mit à rigoler sur le fait qu'il n'avait pas à partir si vite des bras de pareille déesse. Cela fit rire le prince, qui tenta de se relever, malgré le choc et l'alcool présent dans le sang. Cela ne fut finalement pas si dur, ce genre d'exercices était devenu  presque quotidien. Suite à son épreuve physique, tout deux se regardèrent quelques instants, lui gêné, l'autre, toujours en train de sourire, avant de s'exclamer tout haut qu'il le connaissait, qu'il l'avait déjà vu de nombreuses fois ici. Se présentant même sous le prénom d'Aslak. Aslak ... Ce nom ne lui dit rien, absolument rien, et pourtant, son visage ne pouvait l'empêcher de ressentir cette impression de ... Déjà vu, cette horrible sensation que l'on a lorsqu'on essaie de se remémorer de quelque chose qui n'est pas bien loin dans notre esprit, mais qi, ne veut décidément pas venir jusqu'à nous. Oh oui, cette personne lui rappellait quelqu'un, malheureusement, impossible de dire qui. Cela dit, à peine sa présentation fut faite qu'une voix féminine se fit entendre, et, une dispute eut lieu, mélangée à une invitation à boire un verre, avant qu'un claquement de porte se fasse entendre un peu plus loin, se rendant compte qu'il l'avait vexé. Enfin seul, le prince put tendre la main à son comparse.

« Je suis Daeron Tar … Heu non, je suis le prin …. Non, je suis juste Daeron … Boh, et puis ... Hein!… Incapable de faire quelque chose de bien ce soir ... Si ... Vous pouviez oublier ce que vous avez entendu, je vous en serai reconnaissant ... Je pense que ... Comment dire? Il se dit suffisament de choses sur moi sans pour autant en rajouter ... »



Révéler son identité ne fut pas dans les premiers plans, mais … L'alcool, la fatigue du coït et le coup sur la tête ne l'aidèrent pas à avoir les meilleures des idées. Néanmoins, le prince se dut de poser une question.

« Aslak vous dites ? Enchanté. Je … Cela fait plusieurs fois que je vous vois ici, effectivement et … J'ai toujours pensé que vous me rappeliez quelqu'un, et … Votre prénom ne peut que me ramener à cette personne … Quant à votre invitation, je suppose que … Je ne peux qu'accepter, disons pour vous faire pardonner de heu ... »



D'un sourire gêné, le prince désigna la zone de l'impact sur son crâne avant de rire légèrement, pour enfin prendre la direction des escaliers, dans le but de descendre là où l'alcool se trouvait. En chemin, il se retourna vers lui.

« Sachez, monsieur que, si vous arrivez à véxer à ce point une femme, je  ne peux que croire qu'elle vous apprécie grandement. Ainsi, même si sa bouderie risque de durer, quelques douces attentions pourront l'aider à vous …. Pardonner ? »



Le prince se tut quelques instants, réfléchissant à l'étendue de ses mots, pour enfin rigoler sans retenue.

« Enfin, je dit ça … Mais, j'ai bien peur de n'être que peu douée avec les femmes mon cher. Finalement, peut-être ne devriez-vous pas m'écouter héhé. »



Arrivés sur place, le prince commanda une pinte de bière, avant de laisse choisir son compagnon de soirée, une fois les boissons servies et une grosse descente passée, dans le but de faire oublier à son cerveau les relances du choc, à nouveau, le dragon reprit la parole.

« Je … Je dois vous avouer qu'il y a quelque chose que je ne comprends pas. La plupart des hommes ici tentent de ne croiser le regard de personne d'autre, et de ne parler à personne d'autres … Pourquoi cette envie de me parler ? Je … J'ai beau réfléchir … Je ne comprends vraiment pas. »

Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Aslak
Homme d'Armes

Général + Etre fier c'est bien, être en vie c'est mieux ! +
♦ Missives : 1035
♦ Missives Aventure : 116
♦ Age : 31
♦ Date de Naissance : 24/09/1986
♦ Arrivée à Westeros : 03/06/2012
♦ Célébrité : Nicolaj Coster-Waldau
♦ Copyright : moua
♦ Doublons : Arkha Kenning, Ethaniel Stone, Maëlle Beurpuits
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : les Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles : + Dites moi que je resterai en vie et je vous dirai qui je suis

+ On va se boire un verre ?

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
465/500  (465/500)


Message Ven 12 Juil 2013 - 11:39

Aslak n’était pas de ceux qui se prenaient vraiment la tête. Qu’il ait vexé la jeune femme n’était pas forcément dans ses habitudes mais ne le dérangeait pas plus que ça. Concrètement, il était dans un bordel et même s’il ne manquait jamais de respect envers une femme il savait pertinemment qu’il y aurait toujours une qui serait ravi de l’avoir à ses côtés si jamais celle qu’il venait de repousser n’était pas contente. Mais comme il commençait à les connaître plutôt bien, à moins qu’un client ne la veuille pour lui, elle reviendrait le voir. C’était toujours comme ça. Mais faire des nouvelles rencontres était par contre fort bien dans ses mœurs et l’homme qu’il avait en face de lui était un habitué tel qu’il l’avait vu tellement de fois maintenant que l’impression de le connaître était présente alors qu’il ne lui avait jamais adressé la parole. De plus, il était assez proche de Maerie et concrètement, il avait déjà été avec elle aussi. Pour la peine, cela en rajoutait sur leurs points communs. De toute façon, il n’avait pas réellement besoin de se sentir proche d’une personne pour lui parler. Il parlait à tout le monde, femmes, enfants, hommes, nobles, gueux, peu importait clairement l’origine. Il n’avait de soucis avec aucune catégorie. Tout dépend toujours de la personne. Après tout, vu les habits de l’homme qui se trouvait actuellement devant lui, c’était certain qu’il n’était pas un gueux. Cela en rajoutait au plaisir qu’il pouvait ressentir à parler avec lui : un noble qui se bourrait la tronche et allait dans un bordel avait bien plus d’intérêt pour lui que ceux qui étaient généralement coincés et qui ne se permettaient aucune fantaisie sous le joug de la responsabilité. Cela lui rappelait étrangement un cher frangin à lui qui ne s’amusait pas beaucoup mais pourtant avec qui il avait passé une excellent soirée il y a peu. Il en avait même appris des belles sur ses penchants et sur un futur mariage possible…. C’était cela qui l’attristait le plus : son frère s’était forgé une personnalité de coincé alors qu’il pouvait très bien s’amuser quand il se laissait un minimum aller et que c’était ce genre de moment qui les rapprochaient tout deux le plus. Il n’avait pas dit son dernier mot, il comptait bien essayer de le dérider un maximum de ses fameuses responsabilités qui passaient toujours avant tout… En plus il avait une fille formidable, très belle de plus, qu’il ne voyait quasi pas. Parfois il avait l’impression de lui accorder plus d’intérêt que son propre père… C’était certain qu’il n’avait pas le même genre de boulot, mais même sans ça il préférait passer du temps avec sa nièce que bosser. Les nobles avec les bourses assez remplies pour préférer tout simplement leur voler et profiter de leur argent en charmante compagnie. Une divergence qu’il ne pouvait bien évidemment pas rapporter à son frère orienté vers la justice et l’attitude irréprochable. Ce qui n’était guère son cas.

En attendant, il se concentra sur l’homme en face de lui. Il l’écouta se présenter et ne put s’empêcher de rire à la fin de toute cette tirade incompréhensible. Daeron Tar ? Prin….. pour finalement arriver à dire qu’il s’appelait juste Daeron. Ce nom lui disait quelque chose et il se souvenait d’avoir entendu plusieurs rumeurs concernant le prince Targaryen qui vivait une vie de débauche contrairement à ses priorités qu’on attendait de lui. Était-ce celui là en question qu’il avait en face de lui. Cela semblait fort possible… Mais il manquait totalement d’assurance le petit ! Il vint tapoter l’épaule du concerné avant de prendre la parole.

« Déteeeends toi mon gars ! Je m’en fou complet de ce que tu es… Avoir un nom pour t’appeler est tout ce que je veux. Peu importe que tu sois le … prince … » formula-t-il discrètement avec amusement « ou un tout autre noble de ton choix ! Parce que, ouais, par contre vu comme t’es habillé c’est difficile de croire que t’es un mal sans frics, mais à part ça… On est là pour se détendre et s’amuser, pas besoin de craindre quoi que ce soit de ma part ! »

Il fut surpris d’entendre que son nom lui rappelait quelqu’un qu’il ne parvenait pas à dissocier. Connaissait-il son frère ? C’est vrai qu’ils avaient quand même tout deux un bel air de famille… Après tout, si cet homme était le prince Daeron Targaryen, ne vivait-il pas au Donjon Rouge ? Si c’était le cas, forcément, son cadet passant sa vie là bàs, c’était obligatoire qu’ils s’étaient déjà croisés. Rien donc à être étonné qu’éventuellement ça lui dise quelque chose. Mais ce n’était clairement pas pour ça qu’il allait avouer être le frère du Commandant des Dents de Freux. Il n’avait vraiment pas envie que son frangin apprenne où il passait sa vie et où il dépensait l’argent qu’il était censé gagner. Bon il accomplissait certains jobs pour avoir de l’argent disons normalement – et encore ça dépendait le boulot qu’il réalisait qui n’était pas toujours en accord avec la justice – mais souvent il volait. Une pratique développée depuis leur tendre enfance qu’il avait tout simplement peaufinée avec les années et pour laquelle il était maintenant vraiment très doué. Il sourit amusé à l’idée d’accepter un verre qu’il lui paierait pour se faire dédommager.

« Ah j’aime l’idée ! C’est bien de vouloir se faire dédommager par de l’alcool ! Allons-y ! »

Ils s’avancèrent donc vers la zone où on pouvait se désaltérer grandement, un endroit qu’il avait quitté que peu de temps avant finalement. Tout en avançant il écouta le jeune homme lui expliquer ce qu’il savait déjà mais dit d’une manière qui sentait l’expérience… Quoi qu’apparemment il semblait dire qu’il n’était pas doué avec les femmes. Selon lui, les hommes qui venaient dans des bordels n’étaient pas forcément des hommes qui n’arrivaient à rien avec les demoiselles que l’on pouvait croiser dans sa vie. Après tout, lui n’était-il pas là simplement par plaisir d’avoir nombreuses dames à disposition préférant de loin passer une nuit enivrante avec elles que tout seul ? Après, il passait parfois des nuits enivrantes avec des demoiselles rencontrées totalement en dehors d’un bordel. Toutes les femmes lui plaisaient… Il était un amoureux de cette catégorie de personne et ne pouvait décemment pas s’offrir à une seule uniquement. Il avait ses préférences comme tout le monde, mais il ne pouvait juste pas être fidèle. Il n’y avait que celle de Dorne avec qui il avait passé énormément d’années en se contentant d’elle, mais il l’avait finalement quittée quand même pour continuer sa route et faire d’autres rencontres, dont des femmes.

« Ah vous rabaissez pas comme ça voyons ! Je suis sûr que vous en faites tombée plus d’une avec votre bonne bouille ! Et pour la jeune demoiselle, vous en faites pas, je m’inquiète pas pour elle. »

Il sourit amusé avant de commander lui aussi la même boisson alors qu’ils étaient arrivés. Il se laissait choir sur son séant préférant se mettre à ses aises vu qu’ils étaient partis pour un moment regardant la descente faramineuse de Daeron. Celui là buvait à grande goulée ce qui était très amusant. Lui-même prit une gorgée aussi mais moins dense que son compatriote en face de lui. Il écouta les paroles formulées et ne put s’empêcher de nouveau d’en rire.

« Je savais pas qu’il fallait une raison pour aborder les gens ? » il sourit en coin avant d’ajouter « Je me prends pas autant la tête moi. Je trouvais juste que c’était une bonne opportunité pour se parler enfin depuis le temps qu’on se croisait ici. J’ai aucune honte à fréquenter ce genre d’endroits. Je trouve que ces femmes sont admirables de faire un tel boulot, contentant n’importe quel homme s’ils ont tout simplement de l’argent. Parfois je préfère pas imaginer ce que certains peuvent leur faire car quand je vois certains hommes, il sont pas forcément d’un physique très avenant…C’est pour ça que pour ma part, je leur offre ce qu’elles veulent. Bien sûr je les paye… mais elles le méritent bien nan ? » il sourit avec charme avant de reprendre « Mais donc cherchez pas à comprendre, j’avais juste envie de vous parler, histoire qu’on arrête d’être des étrangers à chaque fois qu’on se croise ! »

Il but une nouvelle gorgée. Il avait été totalement sincère, il n’avait réellement aucune honte à se trouver ici. Si les autres hommes n’étaient pas prêts à assumer et devaient se cacher en baissant les yeux, c’était totalement stupide. Les femmes de ce bordel étaient belles, gentilles, douces, et tout le monde avait le droit à bénéficier d’un peu de ces atouts féminins. Mais il était certain que tous les clients n’étaient pas pareils et que certaines filles avaient moins de chance que d’autres. C’était donc bien pour ça qu’il s’évertuait à être doux et gentils avec elles. Il l’était de toute manière avec toutes les femmes.

« Mais dites moi.. Avec votre statut que je dois oublier et pas dire mais que j’ai bien compris….Comment ça se fait que vous n’avez pas toutes les filles que vous voulez à vos pieds ? Après tout vous êtes bel homme, vous avez de l’argent, un rang de noblesse…. Les femmes doivent vous courir après nan ? Et puis… chez les nobles on fait pas des mariages ? »

Il n’y connaissait pas grand-chose au fonctionnement des nobles. Après tout son frère plus vieux allait se marier seulement maintenant… Donc peut-être que pour les hommes c’était moins stricte que pour les femmes. Il savait que ces dernières pouvaient être mariées très rapidement pour le bien de leur maison et parce que finalement elles ne servaient qu’à ça. Les pauvres. Il en était de même de sa chère nièce que son frangin souhaitait marier… Quelle sornette… Mais bon. Ce n’était pas sa fille, même s’il ne comptait pas rester sans émettre son avis.

« N’empêche, je trouve ça vraiment génial qu’un mec de votre rang se retrouve dans un bordel et boive de cette façon. Vous êtes tellement coincé habituellement vous les nobles…. Ca fait du bien de voir un qui se détend, même si les rumeurs qu’on entend sont pas super favorables. C’est bien malheureux… »


ET il était sincère en disant de tels propos.





You're kidding ?? This smell is mine ? holly crap... i stink!
" Qui dit porte dit monstre, qui dit monstre dit dragon et qui dit dragon dit courez, moralité: qui dit porte dit courez ! "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Quand les moeurs douteuses sont partagées [Pv Daeron targaryen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Quand mes yeux se sont posés sur toi - Pv Zahya
» Quand mes amis AP GREYEN DAN moi JE PLEURE !
» Moeurs douteuses [libre]
» Quand les dès sont jetés .....
» Grim ▬ Quand les brebis enragent, elles sont pires que les loups. (end)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-