AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Il y a toujours une bagarre à la clé quand on cause religion ▬ Helewis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Mar 2 Juil 2013 - 15:36

     Le froid du Nord était surprenant lorsque l'on avait l'habitude de voyager dans des contrées aux températures beaucoup plus clémentes. Malgré la sécheresse et alors même que la canicule sévissait par exemple dans le Bief, cette région restait relativement froide en comparaison. C'était l'une des premières fois que Pryam mettait les pieds dans cette partie de Westeros, il fallait dire que le fait qu'ils ne possèdent qu'un nombre très réduit de chevaliers y était pour beaucoup. Les Nordiens préféraient les hommes d'armes, leurs croyances ne leur permettaient pas d'épouser la carrière de chevalier et le blond ne pouvait s'empêcher de se sentir décalé par rapport à leurs coutumes. C'était la raison principale qui l'avait toujours fait éviter cette région. Le reste n'était que secondaire et surtout d'un point de vue pratique, le froid du Nord demandait un équipement plus chaud que celui qu'il possédait et le natif du Val préférai garder son pécule pour autre chose que pour acquérir une tenue moins ouverte aux vents. Il avait quitté sa terre natale depuis bien longtemps et même si les Doigts d'où il était originaire possédaient un climat aussi rude que le Nord, le chevalier en avait perdu l’habitude depuis. Jusqu'à présent, cela ne l'avait jamais vraiment gêné, mais pour le coup il aurait grandement apprécié le fait de pouvoir encore être immunisé à ces températures.

     Il n'aurait certainement jamais mis les pieds aux abords des forteresses du Sud de la région si un noble du Conflans ne lui avait pas offert une somme non négligeable pour l'escorter jusqu'à la demeure d'un lord vassal des Stark. Pryam ne pouvait pas s'offrir le luxe de refuser une telle proposition, puis après tout le froid de cet endroit ne faisait pas le poids face à la beauté muette des contrées glacées des Stark, mêmes dénuées de neige. Il avait donc préparé son équipement du mieux qu'il pouvait pour résister aux courants d'air qui pouvaient souvent être plus difficiles à supporter que le froid lui-même, puis le groupe s'était mis en route.

     Le chemin ne fut pas vraiment difficile à suivre, le froid était plus supportable que ce à quoi le blond s'était attendu. Il fallut quelques jours le temps de rallier la demeure de l'allié du noble qu'il escortait, puis celui-ci annonça au chevalier errant qu'il comptait séjourner environ deux semaines ici avant de rentrer chez lui. Il offrit à Pryam de patienter dans les environs pour recevoir une somme équivalente pour le voyage de retour, mais le natif du Val ne pouvait pas s'offrir le luxe de traîner dans un endroit sans travailler pendant deux longues semaines. Il dû malheureusement refuser la proposition très intéressante du noble qui ne se vexa pas pour autant, il comprenait largement le fait qu'un chevalier errant devait travailler sans cesse. Ce n'était pas tous les jours que l'on tombait sur un « client » compréhensif et cela rassura quelque peu le chevalier qui n'aimait jamais se faire traiter de tous les longs et accusé d'un manque de savoir-vivre. C'était sans compter que le noble en question avait déjà son escorte personnelle : un chevalier de moins ne ferait normalement pas de grande différence.

     C'est donc sur ces entre-faits que le jeune homme avait repris la route en direction des Jumeaux pour rallier le Conflans et éventuellement prendre la route de Port-Réal où il trouverait bien davantage de travail. Cependant, il savait bien que cette région était réputée pour les vastes distances qui séparaient deux fiefs, aussi lorsqu'il aperçut au loin la silhouette d'une forteresse et de ce qui semblait être un petit village lui étant rattaché, le Valois décida finalement de faire un crochet par cet endroit. Ce n'était pas vraiment de gaieté de cœur : le seigneur qu'il avait précédemment accompagné lui avait fait savoir que les Nordiens étaient très méfiants à l'égard des étrangers, plus encore lorsqu'ils étaient chevaliers comme le Valois. C'était une chose qu'il pouvait comprendre. Pryam était un fervent croyant des Sept, son éducation religieuse était la chose la plus importante qui soit pour lui et il n'envisageait guère de pouvoir regarder d'un aussi bon œil d'autres croyances. Cependant, le Roi protégeait aussi bien le culte des Anciens Dieux que des Sept et pour cette raison, le chevalier errant avait accepté de faire profil bas en foulant le sol de cette région avec l'espoir caché que cela faciliterait son séjour ici. Mais c'était sans compter sur le manque de coopération des Nordiens, bien entendu.

     Il était rapidement arrivé en vue du village et son arrivée sembla déjà contrarier les quelques personnes dont il croisa le chemin. Il était clair que son statut de chevalier était visible, bien qu'il n'arborait aucun blason indiquant la maison qu'il servait. Et pour cause : il n'avait prêté allégeance à personne. Quoi qu'il en soit, tentant tant bien que mal d'ignorer les quelques regards contrariés qui lui furent lancé, le Valois se dirigea naturellement vers l'auberge la plus proche afin de se renseigner sur les personnes qui pourraient être aptes à lui fournir des provisions pour la route – contre paiement évidemment. Après avoir laissé son cheval et son équipement à l'entrée, le chevalier errant pénétra dans le bâtiment avant de se rendre auprès du tavernier pour lui poser la fameuse question. La réponse ne se fit pas attendre : ils ne vendaient rien aux « étrangers » et pour cause, les ressources étaient au plus bas en raison de la sécheresse. Loin de se laisser repousser aussi aisément, le Valois souligna à l'homme que le Nord n'avait pas l'air de souffrir de ce mal, contrairement aux autres régions, ils héritaient même d'un climat beaucoup plus clément et propice aux cultures ! Le Bief lui était soumis à la brûlure du soleil et pouvait presque rivaliser avec Dorne dans certaines zones. Visiblement la précision ne semblait guère convenir au tavernier qui s'empressa d'interpeller quelques clients fidèles pour qu'ils le débarrassent du chevalier.

     Malheureusement pour lui, le Valois avait réellement besoin de ces provisions et sans se montrer désobligeant, insista sur ce qu'il venait de dire, ne faisait que provoquer l'ire des Nordiens. Rapidement le ton monta, ils furent tous invités à sortir de l'auberge et les mots commencèrent à céder le pas aux gestes : dans un mouvement brusque, l'un des clients recula et bouscula quelques personnes présentes dans la foule. Dont une jeune femme qui ne retint cependant pas l'attention du Valois trop occupé à se défendre face aux attaques – pour l'instant verbales – des Nordiens.

     ▬ Si vous n'avez pas l'obligeance de faire preuve de respect à l'égard de voyageurs étrangers comme vous le soulignez si bien, il faudrait peut-être que vous songiez à fermer vos frontières pour vous contenter de vivre entre vous. »

     Le ton était contrarié, agacé, le chevalier ne perdait pas souvent patience, mais lorsqu'il le faisait c'était généralement pour un assez long moment.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Helewis Manderly
Noble

Général Dame de la maison Moss
Protégeons l'écho de l'hiver

♦ Missives : 76
♦ Missives Aventure : 6
♦ Arrivée à Westeros : 12/05/2013
♦ Célébrité : Kristen Stewart
♦ Copyright : Irishbreath & Tumblr
♦ Doublons : Aucun
♦ Age du Personnage : 20 ans
♦ Mariage : Svenn Manderly
♦ Lieu : Nord, village Montpiquesel
♦ Liens Utiles : Fiche d'Helewis Moss
Voyages et rencontres

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
276/500  (276/500)


Message Dim 7 Juil 2013 - 14:27

La sécheresse portait préjudices aux terres de Westeros, asséchant les cultures, prenant sur son passages les fruits et légumes cultivés par les agriculteurs. Le territoire du Nord n'en fut pas épargné bien que les températures, plus clémentes, leur laisser une source d'espoir. Des chariots furent prêter par les Moss pour transporter des tonneaux remplit d'eau de source en provenance de la Fièvre. Des chevaux furent également mis à contribution pour effectuer les aller et retour nécessaire à cette décision. Ainsi aidé par leur lord, les cultures commençaient à montrer le bout de leur nez. La faible quantité prête à être dégustée, était uniquement réservée aux habitants du village de Montquepisel. Tout autre voyageur se verrait refuser le souper faute de victuailles à lui proposer. Les habitants accepteraient de partager leur pain avec leurs connaissances quitte à ne pas manger à leur faim . Cependant, proposer le fruit de leur travail à des étrangers n'étaient pas envisageable. Une réalité cruelle marquant un tournant dans l'esprit des Nordiens et qui démontrait leur instinct de survie.

La jeune Helewis Moss soufflait de devoir resté confiner dans ses appartements plutôt que de se promener aux abords du village. Il ne lui était pas permis de quitter les lieux sans avoir reçu l'autorisation au préalable de son père. Il lui accordait rarement le droit de se promener en ville et s'il acceptait ce serait sous escorte afin de protéger l'intégrité de sa seconde fille. Les escaliers furent descendus marche par marche, l’amenant à la grande salle où siégeait son père, assis sur une chaise proche de la cheminée éteinte. L'homme, marquait par ses années, se renseignait sur l'état des terres aux alentours. Il portait des vêtements simple et léger. Il ne portait aucune extravagance sauf lorsque les convenance l'exigeait. Le superflus ce n'était pas pour lui. La famine était un fléau à éviter le plus longtemps possible. Les anciens récitaient en boucle que l'hiver venait. Si leur dire était juste, une quantité non négligeable de ressources devaient être placées en lieu sure pour permettre au plus grand nombre de survivre au froid massacrant de cette saison interminable. La nordienne s'approcha de son géniteur, lentement mais surement, s'assurant d'être suffisamment visible pour ne pas le surprendre durant sa lecture. L'homme leva le regard  alors qu'un sourire vint se placer au coin de ses lèvres.

Son père - « Que me vaut ce plaisir ? »

Helewis - « Père, je souhaiterais me promener en dehors de ses murs, dans les rues du village. Le temps est agréable. L'air frais du Nord me ferait le plus grand bien. »

Une minute de réflexion lui fut nécessaire avant d'acquiescer à sa demande. Il somma à l'un de ses fidèles d'accompagner Helewis durant son escapade. Les ordres furent cités clairement, ne laissant place à aucune émotion. La moindre égratignure sur sa fille lui serait assigné comme responsable. Il devrait l'escorter tout au long de sa ballade. Une demande difficile qui ressemblait beaucoup à du babysitting mais qu'il accepta sans rechigner. La jeune noble apprécia la réponse de son père qu'elle gratifia d'une révérence et qu'un doux sourire. Puis, sans perdre un instant, marcha légèrement en direction de la porte d'entrée afin de gagner le village. La distance était courte, tout comme la taille du village aux abords de la demeure familiale. Une atmosphère généreuse et agréable se dégageait de cette région. C'était tout du moins l'impression générale qui découlait de ses nombreuses escapades. Néanmoins, des voix fortes et un amas de personnes attirèrent son attention. Si son garde lui demandait de ne pas s'approcher de ce qui correspondait le plus à une joute verbale, Helewis choisit de ne pas écouter ses conseils aviser et d'approcher pour mieux comprendre l'objet de cette confrontation. Un tort qu'elle comprit à ses dépend lorsque l'un des clients fidèle de l'auberge, la poussa fortement au point de voir les paumes de ses mains retenir une chute brusque. Si son visage et le haut de son corps furent épargnés, le bas de sa robe fut tâché par de la terre sèche tout comme ses mains.

Villageois - « J'demande pas mieux que de faire ferme nos frontière. J'partage pas. La sécheresse à voler not'nourriture. Tu d'vrais faire route plus au Nord mon grand t'aurais peut être plus de chance de trouver de quoi manger à ta faim. J'en veux pas de ton or. »

Une sorte de couinement s'échappa de ses lèvres alors qu'elle se relevait, aidée par son compagnon de route. Elle épousta ses mains sur le dessus de sa robe et fit de même avec le bas afin de redonner un semblant de visibilité à ce qui l'habillait. L'homme à ses côté tint son bras en s'excusant pour ses manières rude mais fut également attiré par la suite, prêt à dégainer son épée vers les fautifs. Mais la jeune femme brune l'arrêta en positionnant son avant bras sur son torse. La colère montait alors que sa silhouette s'approchait.

Helewis - « Il suffit ! »

L'un des visages lui était étranger. Un homme à la chevelure blonde comme les rayons du soleil et dont l'armure métallique lui était inconnue. Etait ce l'un des représentant de la chevalerie ? C'était la toute première fois qu'elle voyait un de près. Les ouvrages mentionnaient leurs protections particulières tout comme la religion qu'ils défendaient. Ainsi le voyageur provenait du sud. Une pensée assez simple puisque la seule maison au Nord croyant les Sept, appartenait aux Manderly. Elle n'en voyait pas les couleurs ni mêmes les armoiries. Un chevalier errant en d'autre terme. Un de ses sourcils s'arqua alors que le villageois qui l'avait poussé s'excusa à plusieurs reprises tout en priant pour sa santé. Il n'était pas question de le punir ni même de le reporter à son père. Ce qui l'intéressait plus c'était le sujet de leur discussion.

Helewis - « Ne savez vous donc vous comporter dignement ? Quel est donc l'objet de cette discorde ? »

Ses questions étaient adressés aux personnes présentes, sans nomination. Elle espérait simplement des réponses claires et surtout des explications cohérentes avec cette situation peu commune à ses yeux. Souvent enfermée dans sa tour de pierre, elle n'avait pas l'habitude de voir les querelles des villageois, qui, pourtant, une fois enchanté par l'ivresse, finissait par commettre l'irréparable. Son visage restait neutre. Ses yeux clairs, balayaient de bas en haut l'étranger qui se trouvait à quelques mètres devant elle. L'un des villageois souhaitait faire amande honorable de sa faute et lui proposa de nettoyer ses mains au niveau de la pompe à eau présente à l'extérieure et souvent utilisée pour donner à boire aux chevaux. Une offre qu'elle déclina n'ayant toujours pas obtenu l'information désirée.

Helewis - « Je ne pense pas vous connaître ni avoir entendu la visite d'un chevalier sur les terres des Moss. Quel est votre identité et l'objet de votre voyage sur ses terres ? »

La curiosité était un vilain défaut mais lorsqu'il s'agissait d'une visite impromptu qui se finissait par une joute verbale dans un établissement de Montquepisel, la brunette perdait patience.


Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Lun 8 Juil 2013 - 11:47

     L'égoïsme des gens ne devrait plus étonner Pryam après tant d'années passées sur les routes, mais il ne pouvait s'empêcher de ressentir un profond sentiment d'incompréhension lorsqu'il se retrouvait face à de tels discours. Fermer ses frontières pour conserver uniquement de quoi manger pour les leurs. D'un côté c'était compréhensible, ils désiraient tous protéger leurs familles, mais le Nord n'était pas ce que l'on pouvait appeler la région la plus agricole de Westeros. Elle ne tiendrait pas bien longtemps en vivant en autarcie, ou alors son peuple souffrirait bien davantage. Le Bief et le Conflans étaient des régions réputées pour leurs cultures et leurs élevages, tandis que dans le Nord, mis à part la chasse et quelques fermes bien moins productives qu'ailleurs, n'avait pas grand-chose à offrir. Le chevalier avait toujours imaginé que les gens qui connaissaient les difficultés avaient plus tendance à tendre la main que les autres. Il le voyait avec les roturiers plus à même de se montrer aimable avec les voyageurs que ne l'étaient les nobles. Mais visiblement cette règle ne s'appliquait pas au Nord : on avait cherché à le prévenir, les habitants de cette région étaient réputés pour être des rustres et ne pas se montrer très avenants à l'égard des étrangers. Le Valois avait refusé de le croire, mais au final il était forcé de constater que c'était bel et bien le cas.

     Lèvres scellées, l'errant n'était pas décidé à riposter ; il connaissait bien ce type de comportement et savait parfaitement que ce paysan ne cherchait que la bagarre. Pryam n'était pas ici pour se battre et même si son voyage risquait de devenir compliqué sans ces provisions, il estima peut-être préférable de se rendre dans un autre fief. Où était-il d'ailleurs ? Concentré sur le paysan, le chevalier errant ne vit pas approcher la jeune femme qui avait été bousculée quelques instants plus tôt et lorsqu’elle prit la parole, il posa un regard un peu surprit sur elle. Était-elle noble ? À la manière dont elle parlait il semblait clair qu'elle n'était pas une simple paysanne – tout comme ses vêtements semblaient le montrer – il décida donc de la laisser parler avant de chercher à se défendre. Ce devait certainement être la fille du seigneur des lieux et elle appuierait donc forcément ses hommes plutôt qu'un étranger, chevalier de surcroît. Le blond resta obstinément muet alors qu'elle le dévisageait pour lui poser une dernière question. Ce fut à ce moment qu'il se réveilla enfin. Se redressant comme sous le coup d'une gifle, Pryam posa ses yeux clairs sur le visage de la jeune dame, s'adressant à elle d'un ton posé.

     ▬ C'est parce que je ne pensais pas que la présence d'un simple chevalier puisse intéresser votre famille ma dame. Il ne mentait pas ou ne cherchait pas à se rabaisser, c'était la stricte vérité. Je m'appelle Pryam ma dame, je suis venu ici pour acheter des provisions afin de pouvoir voyager jusqu'aux frontières du Nord et quitter votre région, mais il semblerait qu'en raison de la sécheresse vos gens ne souhaitent pas m'aider. »

     Le silence retomba une fois de plus alors qu'il détournait son attention du visage de la jeune femme pour jeter un coup d’œil à ses interlocuteurs précédents. Était-ce du simple racisme ou avaient-ils reçu des ordres leur interdisant de vendre des provisions aux étrangers ? Ils pouvaient toujours taxer davantage leurs produits et se faire une belle marge de bénéfice, bien souvent les voyageurs refuseraient eux-mêmes de payer une telle somme. Seulement le commerce ne semblait pas être la priorité de ces individus. Les yeux de l'errant se reposèrent sur la demoiselle ; il n'avait donné qu'un prénom comme à chaque fois et n'avait pas cité la maison qu'il servait, logiquement elle en déduirait seule qu'il n'était pas lié à une quelconque maison. Ou peut-être pas. Pryam ignorait quelles étaient les connaissances des Nordiens à propos des traditions des chevaliers. Dans le doute, il décida de préciser un peu ce point de manière à ce qu'elle comprenne bien que tout ceci partait d'un malentendu.

     ▬ Je ne suis pas venu ici provoquer une esclandre si c'est ce qui vous inquiète ma dame, je reviens simplement d'un fief plus au Nord où j'ai escorté un noble du Conflans. J'ignorais à qui appartenaient ces terres et je n'avais pas jugé utile d'annoncer ma venue ou la raison de mon passage ici. Pryam ne s'énervait pas, il ne s'énervait presque jamais en vérité. Son ton restait calme, mais ferme. Je vous présente mes excuses si je vous ai manqué de respect en omettant ce détail ma dame, mais je ne suis qu'un simple chevalier errant, je ne suis pas différent des reîtres qui se présentent sur vos terres et je doute qu'ils annoncent tous leur venue. Il marqua une brève pause avant d'ajouter quelques mots. À moins que ma première faute ne soit d'adorer les Sept bien entendu. »

     Ses paroles étaient assez décalées il le savait bien, mais cette impression ne s'envolait pas. Il apparaissait clair que si Pryam ne voyait pas les Anciens Dieux comme un mal, ce n'était pas réciproque pour les Nordiens. C'était toujours plus facile d'appartenir à une majorité lui disait son maître, les adorateurs des Sept dominaient Westeros et pour cette raison les Nordiens, Dorniens ou Fer-nés se sentaient toujours en danger. C'était pour cette raison qu'ils défendaient leurs croyances avec autant de hargne. Le Valois ignorait totalement si l'hostilité apparente de ces individus était uniquement liée à son origine géographique ou non. Les choses auraient-elles été différentes s'il s'était présenté comme étant un Nerbosc, adorateur des Anciens Dieux, mais originaire du Conflans ? Peut-être bien, il le saurait assez tôt. Conscient qu'il avait peut-être abusé et été trop provoquant, le chevalier errant décida de retomber dans le silence et guettait la réaction de la noble dame avec une politesse presque exagérée. C'était bien la seule chose que l'on ne pourrait pas lui reprocher : manquer de savoir-vivre, il était capable de s'excuser après avoir tué un brigand qui l'attaquait. Il ne restait qu'à espérer que cette situation se réglerait par une simple discussion.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Helewis Manderly
Noble

Général Dame de la maison Moss
Protégeons l'écho de l'hiver

♦ Missives : 76
♦ Missives Aventure : 6
♦ Arrivée à Westeros : 12/05/2013
♦ Célébrité : Kristen Stewart
♦ Copyright : Irishbreath & Tumblr
♦ Doublons : Aucun
♦ Age du Personnage : 20 ans
♦ Mariage : Svenn Manderly
♦ Lieu : Nord, village Montpiquesel
♦ Liens Utiles : Fiche d'Helewis Moss
Voyages et rencontres

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
276/500  (276/500)


Message Dim 28 Juil 2013 - 10:17

Les terres du Nord étaient connues par leur disparité sur le territoire. Aussi, les routes se trouvaient en de meilleurs dispositions pour protéger les voyageurs d'attaques impromptues. Plus sécurisant que les routes vers Port-Royal ou autres terres du sud. Pour autant, l'hiver approchait à grand pas. La sécheresse qui durait depuis plusieurs lune, ne leur laissait d'autres choix que de rationner chaque villageois et lord pour leur permettre de tenir durant la plus terrible situation météorologique. Nul ne savait lorsque l'hiver débuterait. Une chose était sur, il ferait de nombreuses victimes. Pour pallier à cet ignominie, les réserves leur donneraient du temps et une santé suffisante pour tenir dans le froid glacial. Les terres du sud ne comprenaient certainement pas ce point car épargné de cette poignante descente de température, des tempêtes ou de l'arrivée impromptu des sauvageons au nord. Rien de tout cela ne les concernait vraiment. Si bien qu'une situation comme celle d'un jeune chevalier à la recherche de nourriture pour son voyage, devenait un sujet difficile pour les villageois. En d'autres termes, le meilleur moyen d'éviter une guerre ouverte sur un quiproquo c'était encore de démêler la situation verbalement.

Une fois sa tirade terminée, elle laissa l'inconnu s'exprimer jusqu'à la fin sans jamais l'interrompre. Elle guettait chacun de ses mots pour en comprendre tout le sens et arrêterait les habitants du village s'ils s'échauffaient à la suite d'une de ses phrases. Certains d'entre eux perdaient patience, tapant du pieds. D'autres alternaient leurs regards de la lady au chevalier sans dire mot, posant leur mains sur leur chapeau pour le porter au niveau de leur torse. L'atmosphère globale semblait lourde et si un partit prit devait être envisagé, Helewis soutiendrait ses gens plus qu'un parfait inconnu et ça n'avait rien à voir avec le fait qu'il appartenait au Conflans. Elle agirait de la même manière face à une autre maison du Nord en pareille situation. Sauf si son père avait reçu une demande au préalable et avait accepté leur venue. Aussi, elle se comporterait en bonne hôte sur ses terres. Pour l'heure, elle entendait le nom du chevalier sans une once d'apriori. Un simple prénom sans nom de famille. Peut être avait il choisit de ne pas le lui citer ou était ce normal qu'un chevalier n'ait aucun nom ? La chevalerie restait pour elle, une fable contait dans les livres sans aucune forme de réalité.

Helewis -  « La sécheresse n'épargne aucun territoire. Le Conflans est connu pour ses terres verdoyantes et ses récoltes abondantes. Face à pareilles températures me dites vous que vos terres sont toujours aussi disposées à vous donner de quoi vous nourrir ? Et permettre votre commerce de prospérer ? Le nord verra bientôt l'arrivée de l'hiver en d'autre terme, nous choisissons de conserver nos récoltes pour les temps difficiles. »

Son ton restait calme mais au vu de la dernière phrase de son vis à vis, son ton monta d'un cran. Son visage s'échauffer d'entendre pareille absurdité. Si les nordiens se refusaient à apprécier les croyants des septs, les Manderly auraient été chassés du Nord pour vivre plus au sud, là où tous vivaient selon leurs principes. Cette croyance lui était inconnu puisque jamais elle n'avait l'objet de cette éducation. Pour autant, les croyances appartenaient à chaque individu. Il lui apparaissait bien improbable d'accepter ce genre de propos.

Helewis - « Je vous prie de retirer vos dernières paroles. Notre suzerain accepte les deux croyances tout comme ses maisons vassales. Si nous connaissons peu cette religion, nous l'acceptons. »

Ses mots furent dit avec instance, laissant ses yeux se poser dans ceux du chevalier errant sans s'en détacher. Son insistance ne faiblirait pas une seule seconde et si l'inconnu souhaitait fuir sa demande, elle riposterait de la même façon. Sa connaissance de la chevalerie restait basique. Elle n'en  avait vu aucun avant lui et n'avait jamais eu l'occasion de discuter de leurs coutumes ou de leurs entrainement. Pourtant leurs prouesses n'étaient pas à démontrer et nul doute que ses villageois n'auraient pas la moindre chance face à son épée. Autant éviter un bain de sang inutile qui ne profiterait à aucun partit. Son visage au trait marqué par la colère, se détendit pour laisser place à un sourire. Une certaine forme de récession pour permettre un dialogue dans de meilleure conditions.

Helewis - « Je vous propose de changer de changer de lieu afin de permettre une discussion en de meilleures dispositions. »

Que ce soit dans l'auberge ou bien ailleurs cela lui était égale tant que la tension environnante cessait d'être aussi pesante. Un gage de bonne fois et également une manière comme une autre de s'excuser pour le comportement hâtif des villageois. Pourtant aucun mots d'excuses ne s'échapperaient de les lèvres sous peine de voir son honneur s'envoler en fumée. Elle ne connaissait pas encore tous les rouages politiques bien qu'elle fut éduquée en ce sens. Ni même l'utilité des mots pour calmer une situation embarrassante. Elle n'utilisait que son instinct plutôt que l'épée de l'homme qui fut sommait de  la protéger des aléas qui se trouveraient sur son chemin. Celui ci restait droit, ne faisant aucun geste ni même ne plaçait mot. A la moindre demande de la part de sa lady, il saurait se débarrasser du chevalier ou en tous les cas l'inquiéter. Consciente que cet échauffement ne se terminerait pas aussi facilement, elle insista encore pour changer de situation géographique et pouvoir discuter sans autant de visage tournait dans leur direction. Personne ne souhaitait en venir aux mains et certainement pas la jeune nordienne qui préfèrerait la compagnie d'un bon livre plutôt qu'un voyageur aigri. Pour autant, elle ne le laisserait pas quitter le village sans un minimum de vivre quitte à lui proposer une petite ration pour lui permettre d'atteindre le village suivant. Certes, les nordiens étaient froids mais pas des sauvages.

Helewis - « Si vous voulez bien me suivre. »

Plutôt que de le conduire à l'auberge où les villageois seraient à l'affut de leur dialogue, elle fit route vers les écuries de sa demeure. Là bas ils accueillaient les voyageurs pour leur donner de l'eau et du pain en guise de bienvenue. Son protecteur, pourtant, semblait inquiet de sa décision, lui chuchotant plusieurs fois « En êtes vous sure ma dame ? » avant de reprendre sa position droite comme un piquet. Elle n'avait aucunement l'intention de discuter plus longuement de cette prise de décision et entendait bien appliquer à lettre son idée.


Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Pryam Templeton
Chevalier

Général

Chevalier errant

♦ Missives : 4281
♦ Missives Aventure : 308
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 26/08/2009
♦ Célébrité : Heath Ledger
♦ Copyright : © /
♦ Doublons : Maron Martell, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 27 Ans
♦ Mariage : Aucune épouse
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
485/500  (485/500)


Message Mar 30 Juil 2013 - 17:45

     Pryam ne comprenait pas vraiment ce que voulait dire la jeune femme. Il avait un peu de mal à voir le lien entre l'hiver qui approchait et la sécheresse actuelle. Le sentiment que les Nordiens se réfugiaient toujours derrière cette excuse – qui avait été utilisée comme maxime pour la maison suzeraine de cette région – était très présent dans son esprit. Prétexter que l'hiver arrivait était le meilleur moyen pour justifier un refus comme celui-ci. Aux yeux du Valois, c'était surtout une marque d'égoïsme : un moyen de refuser à des voyageurs le droit le plus légitime, à comprendre celui d'acheter de quoi survivre. Oh, bien entendu l'avis du chevalier était tronqué par le fait qu'il ne connaissait pas cette jeune femme et qu'il ignorait donc totalement qu'elle adoptait le même comportement avec un Nordien originaire d'un autre fief. Depuis son arrivée dans le Nord, Pryam avait été confronté au « racisme » des habitants de ces contrées glacées qui ne semblaient pas capables de voir en lui autre chose qu'un étranger. Peu leur chalait qu'il soit Valois, Riverain ou encore Bieffois, tout ce qui comptait c'était qu'il n'était pas Nordien. Considérant que le blond était humain, il était donc parfaitement normal qu'il en vienne à soupçonner tous les Nordiens de racisme. Au final, il agissait comme eux en mettant tout le monde dans le même sac. Mais l'errant n'était pas suffisamment sage pour prendre ces refus et ces remarques répétitives avec suffisamment de recul.

     Buté, Pryam pouvait l'être. Il avait beau posséder un caractère affable, il y avait des fois où sa patience était mise à rude épreuve. Malheureusement, le chevalier avait épuisé quasiment toute celle qu'il avait en sa possession lors de son voyage jusqu'au fief du noble du Nord. Désormais, ce type de situation qui se serait habituellement réglée sans trop de problèmes et par une simple excuse de sa part, devenait beaucoup moins calme. Il garda ses lèvres scellées lorsque la jeune femme lui somma de retirer ces dernières paroles. Et pourquoi le ferait-il ? Personne ne lui avait donné de raisons de le faire jusqu'à présent, bien au contraire. Un comportement légèrement puéril il fallait en convenir, mais Pryam aussi avait ses périodes butées.

     Il fit le choix de ne pas répondre à tout ce qu'elle disant, sentant parfaitement qu'il était à cran et que, bien malgré lui, il n'était pas exclus qu'il fasse preuve d'irrespect. La fatigue était très présente et Pryam n'avait qu'une seule envie : quitter cette région inhospitalière pour retrouver un environnement moins égocentrique. Sa vision des lieux était certainement parasitée par toutes ces mauvaises expériences successives, il verrait les choses d'un meilleur angle d'ici quelques lunes. Ou peut-être pas. Son expression restait parfaitement neutre alors que la demoiselle lui faisait savoir qu'elle préférait qu'ils changent de lui pour s'offrir une discussion moins hostile. L'errant eut brièvement l'envie de lui rétorquer qu'à moins de voyager jusqu'au Val ou au Conflans, ce serait chose impossible. Mais il ne le fit pas. Ce n'était pas le moment de s'abaisser à ce que l'on pensait de lui, mieux valait sa comporter comme un véritable chevalier que d'agir comme un butor. C'est pourquoi il lui emboîta le pas, toujours sans piper mot, pas franchement rassuré par l'idée de laisser ses affaires ici et sans surveillance, mais il n'avait pas vraiment le choix. Il laissa passer quelques instants de silence alors que le garde de la jeune dame tentait de la dissuader de son initiative, puis lorsque le silence s'installa, l'errant prit enfin la parole.

     ▬ Intervenez-vous toujours personnellement dans les problèmes qui se produisent sur votre fief, ou est-ce une exception ? Le ton n'était ni critique, ni hostile, il se renseignait simplement. Le problème est moins grave que vous avez l'air de le penser ma dame, il suffit de me confirmer ce que vos hommes ont déjà dit et je m'en irai sans faire de vagues. »

     Le jeune homme empruntait un ton distant et pas très chaleureux, mais ce n'était en aucun cas lié avec le début de discussion plutôt houleux qui les avait opposés. Pryam n'avait jamais été quelqu'un de très liant et il éprouvait beaucoup de difficultés à faire preuve de chaleur avec qui que ce soit – même les siens – ce ton était donc on ne peut plus normal pour lui. Cette situation était embarrassante, autant pour elle que pour lui : il était clair que ce début de rixe était absolument stupide et que rien ne ferait changer les Nordiens d'avis. En considérant le fait que Pryam n'avait aucune chance de pouvoir vaincre à lui seul tout un village, il ne lui restait qu'une solution pour partir d'ici : admettre qu'il n'avait rien à dire – une fois de plus – et s'en-aller sans avoir acheté de quoi survivre. Il suffirait de prier les Sept pour que ses réserves actuelles soient suffisantes jusqu'au Conflans.
     L'errant resta silencieux jusqu'à ce qu'ils arrivent à l'endroit dont la jeune femme avait fait état quelques instants plus tôt, mais il ne lui laissa pas le temps de lancer les hostilités – enfin, manière de parler. Même si ce n'était pas très poli, le blond décida de prendre la parole en premier.

     ▬ J'ignore ce que vous désirez ma dame, mais sachez que je ne suis pas ici pour faire de vagues ou pour provoquer des problèmes. Je cherche même l'opposé. Si j'ai autant insisté, ce n'est en aucun cas pour me donner une raison de cracher sur votre peuple, je serais bien idiot de m'aventurer dans votre région si tel était le cas. Une brève pause. C'est tout simplement parce que je dois regagner le Conflans et que les ressources dont je dispose actuellement ne me le permettent pas. J'aurais bien tenté de chasser, mais comme vous l'avez dit vous-même : la sécheresse touche tout le monde, les animaux aussi. De plus, il était un bien piètre chasseur. Un dernier détail lui vint alors à l'esprit. Et je ne viens pas du Conflans, j'y suis simplement passé pour arriver ici. »

     Simple détail, mais ce serait une manière de montrer qu'il souhaitait être parfaitement honnête, même si au fond, la jeune femme n'avait aucun moyen de vérifier ses dires.


« La vraie noblesse s'acquiert en vivant, et non en naissant. »

 

Hello darkness my old friend, i've come to talk with you again, because a vision softly creeping, left its seeds while I was sleeping, and the vision that was planted in my brain, still remains, within the sound of silence. ♦️ ©️ The Sound of Silence
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Il y a toujours une bagarre à la clé quand on cause religion ▬ Helewis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Des visiteurs venus d'ailleurs, ooooooooooooooh !!!!! [Mission rang D]
» Je serai là, toujours pour toi n'importe où quand tu voudras. Car je resterai, TA MEILLEURE AMIE. | Leyla&Sky.
» On a toujours besoin de sa maman... surtout quand elle est aussi cool que la mienne !
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Je serais toujours près de toi... [Mort de Saveur d'Amande: pv Dauphine, et ceux qui veulent lui rendre hommage]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-