AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Renaud Solverre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Chevalier
avatar

Renaud Solverre
Chevalier

Général
"Humble sous Sept devoirs"

♦ Missives : 215
♦ Missives Aventure : 5
♦ Age : 27
♦ Date de Naissance : 27/08/1989
♦ Arrivée à Westeros : 17/06/2013
♦ Célébrité : Will Mellor
♦ Copyright : Papa Ouestrelin ♥
♦ Doublons : -
♦ Age du Personnage : 22 ans
♦ Mariage : Fiancé à Miranda Ouestrelin
♦ Lieu : Actuellement Port-Lannis
♦ Liens Utiles : Fiche de Renaud
Journal du chevalier à l'étoile

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
43/500  (43/500)


Message Sam 22 Juin 2013 - 0:14


● Nom : Solverre
● Prénom : Renaud
● Sexe : Masculin
● Âge : 22 ans
● Origine : Île de Dulceport, Terres de la Couronne
● Métier :  Chevalier


● Physique : Renaud est plus costaud qu'il n'est grand. Il est de taille moyenne certes, mais il sait jouer des coudes pour se faire remarquer, au sens propre comme au figuré. Il ne semble jamais effrayé à l'idée de relever un défi plus grand que lui, et cette assurance parfois feinte fait des merveilles chez ses adversaires. Un peu maladroit quand il s'agit d'exécuter des activités moins martiales, Renaud est un horrible danseur. La seule danse qu'il connaisse est celle d'un combat bien orchestré. Hormis cela, il a deux pieds gauches, aucune coordination, aucun sens du rythme. Ajoutez un léger manque de délicatesse quand il s'agit de tenir autre chose qu'une épée ou un bouclier, et on comprendra que sa mère remercie les Sept d'avoir pu faire de ce fils un chevalier et non pas un septon ou un musicien.

Sans être le meilleur des combattants, Renaud s'avère être un bon soldat, respectueux des ordres et de la hiérarchie, plus rapide qu'on ne le pense pour esquiver. Ce n'est pas le style de combat qu'il préfère, plus adepte du "sautons dans le tas en criant très fort pour surprendre l'ennemi". C'est une technique qui se vaut... Contrairement à ce que son air de gros bourrin laisse supposer, Renaud est capable de se montrer surprenant en combat. Les grandes stratégies ne sont pas son fort, mais son apprentissage de chevalier et son expérience en tant que Capitaine l'ont habitués à essayer de voir les choses sous un autre angle pour appréhender une situation délicate. Son meilleur atout reste son habileté à l'épée.

Sa tenue de chevalier est des plus simples. Comme tout Solverre qui se respecte, Renaud fait preuve d'humilité et ne portera rien qui puisse étaler sa noblesse aux yeux des autres. La majorité de ses vêtements officiels porte les couleurs de sa maison, mais de manière générale, Renaud préférera des tenues simples aux couleurs sobres sous son attirail de chevalier. Sa cape de tous les jours reste jaune d'or pour rappeler les étoiles du blason Solverre. Une étoile est gravée sur son heaume, sept autres ornent le fourreau de son épée, Valgar. Forgée il y a des générations par un ancêtre Solverre, elle serait selon la légende bénie des Dieux et protégerait son porteur contre tout adversaire. Renaud la porte avec fierté et dévotion car elle est le symbole de sa famille et de sa foi pour les Sept.

Renaud a aussi hérité des Solverre des cheveux bruns, bouclés au naturel. Il les a rasés en signe de deuil à la mort de son père et devant la commodité de la chose, il les as laissé courts depuis ce jour. Ses yeux bleus adoucissent légèrement une mâchoire carrée et un nez anguleux, rehaussés de sourcils souvent froncés dans une expression sérieuse ou agacée. Ses sourires resteront fugaces en public mais exprimeront toujours un franc amusement, Renaud étant incapable de feindre des émotions aussi fortes que la joie, ou la tristesse. Peu bavard en apparence, il se transformera en vrai moulin à paroles si vous le mettez un tantinet à l'aise.

Il n'en reste pas moins quelqu'un de sérieux, parfois trop peu flexible comme en témoigne son allure générale. Le Guerrier a sans aucun doute façonné une grande partie de son mental et de son physique, à commencer par ses tics de soldat. Il se tient droit comme un "i" lorsqu'il parle, le regard droit et le menton relevé le faisant apparaître comme plus confiant qu'il ne l'est parfois en réalité. Sa démarche chaloupée est pourtant moins celle du soldat que du marin, habitué qu'il est à arpenter le pont de son Guerrier. Il fixera toujours ses interlocuteurs dans les yeux, ce qui est pour lui signe d'honnêteté et de respect, même si cela n'est pas bien vu par tout le monde. Aussi expansif dans ses paroles que dans son attitude, Renaud ne camouflera jamais émotions ou pensées, et ses sentiments auront parfois tendance à prendre le dessus sur la raison.


● Personnalité : Renaud est sans aucun doute un homme de parole, franc et honnête. Il considère qu'un homme juste n'a aucune honte à exprimer ses pensées et que le mensonge est l’apanage des couards. Il éprouve une aversion qui tend au dégoût pour tout ceux qui se cachent derrière de belles paroles et des faux-semblants. Il juge ces gens de manière peu amène, ce qui peut le rendre arrogant, en un sens. Il a également tendance à se fier à son instinct et à se laisser emporter par sa première impression. C'est un défaut qu'il reconnait et il essaye de se montrer plus patient et plus compréhensif dans sa vie de tous les jours, ce qui n'est pas facile.

Un des défauts qu'il reconnait peu, en revanche, c'est son perfectionnisme. Renaud est quelqu'un de très appliqué dans ce qu'il fait. Avoir des regrets est la dernière chose qu'il souhaite, alors il fait toujours de son mieux, quoi qu'il entreprenne. Il a tendance à se montrer aussi exigeant avec les autres qu'il l'est avec lui-même, ce qui peu s'avérer problématique dans sa relation aux autres. Par exemple, son statut de Capitaine l'a amené à donner l'exemple et à attendre la même attitude chez ses subordonnés. Il va de soi que tout le monde devrait faire preuve d'autant d'honnêteté que lui, le mensonge ne servant qu'à camoufler une faiblesse. Renaud exprime donc tout haut ses pensées, quel que soit son interlocuteur. Il parle aussi beaucoup si on lui en donne l'occasion : sérieux et calme si la situation l'exige, il se révèle être un vrai bavard dès qu'il se sent un peu à son aise.
 
Religieusement parlant, on pourrait dire qu'il se situe entre ses deux frères. À l'image d'Heward, il ne prend aucune décision sans être sûr d'être approuvé des dieux. Ce qui signifie de longues prières à attendre une réponse qui se fait parfois désirer. Cela est d'autant plus vrai à la veille d'un combat, où Renaud demande force et courage pour honorer les vertus de la chevalerie, les dieux et le nom des Solverre. Ajoutons à cela que l'épée Valgar lui est échue, et qu'il ne voudrait pour rien au monde se montrer indigne de porter cette relique. On comprend alors à quel point la pieuse éducation des Solverre a façonné le jeune homme.

Concernant les autres religions, cependant, Renaud n'est pas aussi ouvert d'esprit que son Lord. Sans être aussi fanatique que Martyn, il ne tolère les Anciens Dieux et autres "croyances barbares" que s'il n'y a pas directement affaire. Il ne se montre pas moqueur ou dédaigneux s'il y est confronté, après tout chacun est libre de croire ce qu'il veut, mais il lui est impossible de cacher une certaine méfiance, sûrement engendré par une ignorance toute bête. Après tout, ce qui est mystérieux peut se montrer dangereux. Renaud préfère donc repousser ces croyances inconnues, ou dans le meilleur des cas les ignorer, pour cacher son malaise.

Malgré quelques maladresses, Renaud ne cherche qu'à honorer les Sept et ses voeux de chevalier. Il accorde une grande importance à la religion et à la tradition. Tout ce qui est nouveau et "original" lui arrache en général une grimace de désapprobation. Mais comme les autres religions, Renaud est probablement mal à l'aise devant ce qu'il ne connait pas. Il ne le montrera pas, bien sûr, il est très entêté. Et s'il est en général très sûr de lui, il arrive que cette assurance soit feinte. En tant que guerrier, Renaud considère que le mental est aussi important que le physique, et que se conditionner de manière convenable avant un combat peut vous sauver la vie. C'est la raison pour laquelle il prie pour renforcer son courage et sa volonté avant chaque nouveau défi.

Sa première priorité reste sa famille. Malgré qu'il ne partage pas toujours l'avis de ses frères, en particulier Heward, son but reste le même : protéger les Solverre, protéger leur fief, tout cela dans le respect des Sept.


● Famille :
Maison Solverre

Humble sous Sept devoirs


Les membres de la famille sont les suivants :

Père : lord Aaron Solverre (164 - 212)
Mère : lady Alys Solverre (167 - ?), née Celtigar
Fratrie : lord Heward Solverre (184 - ?), septon Martyn (187 - ?), lady Annabelle Solverre (194 - ?)
Oncles : lord Geralt Celtigar (169 - ?), Marcus Solverre (170 - 194), ser Lothar Celtigar (172 - ?)
Tantes : lady Lorane Bar Emmon (172 - ?) née Solverre, lady Rhea Celtigar (180 - ?).

Leurs relations avec Renaud :

Renaud était très proche de son père de par leur ressemblance, même si l'éloignement qu'il lui a fait subir l'a certainement rendu amer à son égard. Il ne l'aimait pas moins pour autant, et respectait chacune de ses décisions, sachant qu'elles étaient motivées par les Sept et par son devoir de chef de famille, parfois lourd de responsabilités. La confiance presque aveugle qu'il lui portait n'a malheureusement pas été transmise à Heward, qu'il considère inapte en ce rôle. Il ne le déteste pas mais aimerait lui faire comprendre que son attitude actuelle est un danger pour leur famille et qu'il ferait bien de changer ou de léguer sa place à quelqu'un de plus "Solverre" - lui, par exemple. L'éloignement de son frère Martyn n'a pas aidé à nouer des liens fraternels très profonds, mais il reste son frère et Renaud le respecte pour ce qu'il fait. Il écoute chacun de ses conseils, sachant que sa voix est celle des Sept. Le fait que Martyn approuve l'inaptitude d'Heward joue sûrement un rôle dans la confiance que Renaud porte à son septon de frère. Quant à leur cadette, Renaud a toujours considéré comme étant de son devoir de la protéger, mais avec ce mariage qui s'approche il se retrouve devant un dilemme : doit-il encourager une alliance dont il comprend l'importance, ou écouter les inquiétudes d'Annabelle ?
Finalement, Renaud éprouve une affection certaine pour sa mère, lady Alys. Il a toujours admiré l'entente qui régnait entre ses deux parents malgré un mariage arrangé, preuve selon lui que la volonté des Sept a été honorée. Même s'il ne se sent pas particulièrement doué pour réconforter les gens, Renaud tente de soutenir sa mère du mieux qu'il le peut dans son deuil. Il a cependant moins hérité de son caractère Celtigar que sa soeur Annabelle, et cela se ressent un peu dans leur relation, Renaud étant peut-être plus sérieux et plus strict à l'image de son père. Il entretient pourtant de bonnes relations avec ses oncles et tantes Celtigar, à commencer par ser Lothar qui a toujours été un modèle de chevalerie pour lui. Renaud avouera difficilement que ses récits ont suscité en lui des rêves de gamins qu'il n'a jamais vraiment abandonné, heureux par-dessus tout lorsqu'il prend la mer pour de nouvelles aventures. Il n'entend parler que sporadiquement du reste de sa famille, en partie car ses voyages le tiennent éloigné de l'île et de ses nouvelles, mais l'entente reste cordiale et respectueuse.

Renaud est actuellement fiancé à lady Miranda Ouestrelin, mais il ignore tout de cette alliance que son père puis Heward ont planifiée dans son dos. Martyn s'y est opposé car les Ouestrelin vénèrent les Anciens Dieux... une alliance ironique pour une famille si dévouée aux Sept.



● Résumé : Né en 190 à Dulceport-le-Pas, Renaud est le cadet des trois fils Solverre, Heward étant l'aîné destiné à hériter, et Martyn se vouant aux Sept. Assez tôt, il décide de devenir chevalier. Son père en profite pour l'éloigner de la famille, et plus particulièrement d'Heward dont il est l'exact opposé. Renaud voyage en compagnie de son mentor, un chevalier de la maison Bar Emmon. Il est adoubé lors du tournoi de Cendregué en 209 et se met au service de sa famille dont il reçoit l'épée Valgar. Malgré tout, Renaud continue de passer plus de temps sur le continent ou en mer sur son navire - Le Guerrier - plutôt qu'en l'île de Dulceport. On l'envoie au loin, aussi bien en tant que représentant de la famille que simple messager, afin d'éviter tout conflit avec son aîné. Il revient sur leurs terres en 212, informé par Heward de la santé dangereusement bancale de leur père. Il est présent lors des funérailles et n'approuve pas l'ascension de son frère en chef de famille. Il essaye de le faire changer, quitte à prendre sa place, pour le bien de la famille. Malheureusement pour lui, il ne trouve que peu de soutien. Il participe également à la bataille de Lordsport où il dirige la flotte Solverre. Heward, de son côté, planifie une alliance avec la famille Ouestrelin, sans que Renaud ne le sache.

● Histoire :
Au nom du Père, je te demande d’être juste.


Renaud était un Solverre. La religion des Sept était aussi profondément ancrée en lui que l'était son amour de la mer et de l'aventure. Lorsque son mentor l'adouba au tournoi de Cendregué, sous l'oeil avisé du septon présent et de ses père et frère, Renaud senti une pointe de chagrin l'envahir, sans savoir pourquoi. Il révisa mentalement les derniers événements, remontant de plus en plus loin dans ses souvenirs à mesure que la réponse se faisait toujours plus floue. Pourquoi cette soudaine tristesse ? Renaud n'était pas homme à craindre l'inconnu, il se sentait confiant et sûr de lui dans cette charge qui lui incomberait bientôt, celle de défendre les devoirs et l'honneur de la chevalerie. Alors, pourquoi ?

Père, pensa-t-il, en écho aux mots du chevalier qui posait sur son épaule la lame de son épée. J'ai peur de décevoir Père.

Aaron Solverre avait toujours était un homme de poigne, une main de fer dans un gant d'acier pour maintenir le gouvernail Solverre et permettre à chacun de ses fils de trouver sa voie. Martyn avait voulu devenir septon, un choix qui lui allait comme un gant. Heward était l'héritier et, bien que Renaud le trouve trop mou pour ce rôle, Père n'avait jamais abandonné cette idée de faire de lui son digne successeur. Quant à lui, il avait tout jeune déjà décidé qu'il serait chevalier, prenant exemple dans la force, le courage et l'honneur reflétés par son oncle Lothar, le frère de sa mère, et son père Aaron. Renaud l'idéalisait peut-être... sûrement. Il n'approuvait pas toujours ses décisions, il savait par exemple que depuis son plus jeune âge, le lord Solverre ne cessait de l'éloigner d'Heward pour parer à tout conflit engendré par des personnalités si opposées... Il s'en était bien rendu compte, à force, et souvent cette idée l'attristait. Il aurait pu en vouloir à son père, après tout il n'avait que six ou sept ans lorsqu'on l'avait mis au service d'un chevalier de la maison Bar Emmon. Mais Renaud savait qu'Aaron Solverre avait à coeur le bien-être de la  famille, et que son devoir demandait de lourdes responsabilités et quelques sacrifices. Il comprenait cela, et c'est la raison pour laquelle jamais ô grand jamais Renaud n'avait défié son père. Il avait une confiance absolue en lui, aveugle dirons certains. Mais son père était son père, et il était juste. Renaud tenterait de perpétuer cet héritage en se montrant honnête et droit.

Au nom du Guerrier, je te demande d’être brave.


Brave, Renaud l'était déjà. Son mentor ne cessait de lui dire qu'il devait réfléchir à deux fois avant d'agir, car le danger n'était jamais moins menaçant quand on se jetait sur lui sans crainte. Trop brave, c'est ce qu'il disait. Renaud avait bataillé des années contre des ennemis imaginaires, ceux de sa trop grande bravoure, qui lui faisaient courir des risques énormes. Il avait fini par se calmer, passant du gamin hyperactif et aventureux au jeune homme plus réfléchi et plus sérieux, mais ce défaut était resté dans sa façon de parler et d'exprimer tout haut chacune de ses pensées. Combien de fois son mentor l'avait-il gratifié d'une taloche parce que le gamin les mettait dans des situations délicates avec ses remarques déplacées ? La courtoisie, il connaissait. Renaud avait un grand respect des dames. Mais il l'oubliait parfois quand il déclarait ouvertement à un supérieur que "ses méthodes n'étaient guère souhaitables". C'était la manière la plus courtoise qu'il avait trouvée pour exprimer "vous agissez comme un abruti, abruti" devant l'homme et ses subordonnés.

"Ne ridiculise jamais un homme devant ses soldats", dit son mentor.
"Le ridicule ne tue pas", grommela Renaud dans la barbe qu'il n'avait pas encore.
Son aîné le gratifia d'une taloche à l'arrière de la tête et se retourna pour présenter ses excuses à l'abruti... à l'homme en question.


Renaud n'était pas le meilleur chevalier qui soit, mais il avait de la bravoure et du courage. Son mentor ne désespérait pas d'en faire un honorable soldat aux manières plus délicates, même si ce dernier objectif n'avait jamais été complètement atteint. Renaud resterait probablement toujours un peu rustre, riant aux éclats et plaisantant sur une bonne blague avec de presque inconnus. Son héritage Celtigar, probablement.

Au nom du Ferrant, je te demande d’être humble.


Renaud avait prié le Ferrant lorsqu'il avait reçu le commandement de son navire de guerre, Le Guerrier. C'était juste après son adoubement, et son père avait trouvé judicieux de mettre entre ses mains une responsabilité supplémentaire à son statut de chevalier. Ainsi pourrait-il parcourir les eaux de la Néra et représenter leur famille comme c'était son devoir, mais aussi servir de messager et être plus libre de ses mouvements. Renaud tentait d'ignorer le fait que, comme à son habitude, Père l'éloignait du fief et d'Heward. Il avait tenté  d'ignorer son jeune âge qui, il l'espérait, n'entraverait pas son autorité une fois à bord. Il avait tenté d'ignorer que la présence de son mentor allait lui manquer... et que l'idée de partir à l'aventure sur son propre navire l'inquiétait moins qu'il ne l'aurait fallu, la faute aux récits d'Oncle Lothar.
Il n'avait pas réussi, alors il avait prié le Ferrant, lui demandant de forger son courage et sa détermination, de le laver de toute peur, et de lui transmettre une part de la bonne fortune qu'il avait accordée au navire qui serait bientôt le sien.

Il s'était endormi dans ses prières et il avait été réveillé le lendemain matin au septuaire par un des hommes qui devait le servir sur le navire, un dénommé Eckert. Renaud s'était relevé en époussetant sa tunique grise et simple. D'aucuns auraient rougis de pareille situation, mais s'il y avait bien une chose dont Renaud n'avait jamais honte, c'était de prier. Prier n'était pas signe de faiblesse. Reconnaître ses défauts et ses fautes devant les Dieux était signe d'humilité, et l'humilité n'était jamais mauvaise, même en combat. Renaud avait défait bien des adversaires trop sûrs d'eux parce qu'ils le sous-estimaient. L'humilité était une force, et Renaud avait vite constaté que ses hommes d'équipage le respectaient davantage en sachant qu'il était tout aussi humain qu'eux, avec ses défauts et ses doutes. Ils étaient plus enclins à obéir aux ordres de qui ne se montrait pas supérieur à eux, et cela Renaud l'avait appris, sans s'en rendre compte, aux côtés de son mentor. Malgré son âge et sa position, son aîné l'avait toujours traité d'égal à égal. C'était cette humilité qui forçait le respect.

Au nom de la Mère, je te charge de défendre le faible et l’innocent.


Alors que la flotte Solverre arrivait en vue de Lordsport, un rictus défigura le visage déjà peu avenant d'Eckert.

"Certains gars disent qu'au moment d'leur mort, ils préfèrent prier la Mère plutôt que d'demander du courage au Guerrier", fit-il devant le regard interrogateur de son supérieur.


Renaud pensa à sa propre mère, laissée à Dulceport-le-Pas en compagnie de ses frères et sœurs. Depuis le décès de Père, elle n'était plus la même. Elle tentait de sourire et de se montrer forte pour eux, mais force était de constater que cette perte l'avait beaucoup touchée. Alys Solverre était une femme courageuse, Renaud savait qu'elle surmonterait son deuil, comme eux tous. Il le fallait bien. Pourtant, au fond de lui, quelque chose lui assurait que ce ne serait plus pareil. Ce sentiment ne disparaitrait peut-être pas... Il se renfrogna en regardant au loin. Il avait d'autres choses en tête, mais Eckert lui avait rappelé ce qui l'attendait à son retour. Puisqu'il rentrerait. Il en était certain. Il se refusait à douter dans des moments aussi critiques que celui-là. Le doute n'est pas permis sur un champ de bataille.

"Et toi, qu'est-ce que tu en penses ?" demanda-t-il franchement à Eckert.
"Moi ? J'prierai le Guerrier, pour sûr ! Sauf son respect, la Mère n'peut pas grand-chose quand on meurt sur un champ de bataille, m'sire... Sauf son respect, hein !" répéta le second, connaissant bien la foi qu'avait Renaud. Ce dernier haussa une épaule.
"Qui sait ce qui arrive au moment de notre mort..."


Il repensa à son père, son père à qui il n'avait pu dire au revoir. Il osait croire qu'en ce moment-même, Aaron Solverre festoyait dans la grand-salle en or du Père d'En Haut, et que la Mère d'En Haut veillait sur la mère et les enfants qu'il avait laissés derrière lui... Il sourit.

"Les hommes dont tu parles, ont-ils des enfants ?" demanda-t-il à Eckert. Le soldat hocha la tête.
"Ben euh, c'est possible ! J'connais pas les détails de la vie d'tout l'monde hein, sauf vot'respect m'sire."
"Alors laisse-les prier la Mère s'ils le souhaitent. Le Guerrier les aidera dans la bataille."


Il se retourna et, comme à son habitude avant un combat, énonça une prière au Guerrier que ses hommes reprirent en coeur.

Au nom de la Jouvencelle, je te charge de protéger toutes les femmes.


Il y avait bien d'autres choses qui attendraient Renaud à son retour de Lordsport. Des choses auxquelles il aimait penser, et d'autres qu'il préférait ignorer. Le mariage commençait à devenir une priorité dans sa famille. Heward avait annoncé ses fiançailles avec lady Catelyn lors des funérailles de Père, tandis que leur chère Annabelle était promise à l'héritier Estremont. Bêtement peut-être, Renaud ne pensait pas à son propre avenir. Heward était lord, il était normal qu'il se marie pour perpétuer la lignée. Le choix de son épouse était discutable - surtout aux yeux de Renaud qui se sentait embarrassé à l'idée d'avoir eu des vues sur la jeune femme lors de son passage à Dulceport, ahem - mais il se ferait sûrement à l'idée avec le temps. Martyn était septon bien sûr, hors de question pour lui d'envisager une autre union que celle aux Sept. Puis venait Annabelle, dont le mariage pouvait créer des liens importants avec d'autres maisons. C'était bien évidemment ce dont on attendait d'une jeune dame noble. Renaud, aussi attaché qu'il l'était à sa petite soeur, la perle de Dulceport, devait se faire à l'idée de la voir partir avec un autre homme. Il refusait simplement de la livrer à n'importe qui. Lord ou pas, son époux devrait être digne d'elle, et il espérait qu'Heward avait la même intention.

De son côté, il se voyait bien vadrouiller quelques temps encore sur son Guerrier, sans attaches autre que celle de son fief. L'idée qu'une nouvelle alliance pouvait se créer par le biais de son propre mariage ne lui avait même pas traversée l'esprit. Non qu'il ne voyait pas l'intérêt à prendre femme - son intérêt pour la gent féminine était tout à fait honorable et chevaleresque, mais bien présent, ne nous leurrons pas - mais il était chevalier de sa maison, second fils à procréer... nul doute qu'on avait d'autres missions à lui confier avant celle de perpétuer le nom des Solverre. Il était beaucoup trop jeune ! Sans compter qu'Heward lui en parlerait avant d'entamer les négociations, peut-être même lui laisserait-il choisir sa promise... n'est-ce pas ?

Au nom de l’Aïeule, je te charge de rechercher la vérité et la sagesse.


Le défaut majeur de Renaud était peut-être son jeune âge. À vingt-deux ans, il pouvait se montrer aussi entêté et impatient qu'un enfant. Il ne cautionnait pas la position de son aîné en chef de famille, pas parce qu'il ne le pensait pas capable de devenir digne du lord qu'il devait être, mais parce qu'il avait peur que d'autres en profitent pour tirer partie de son manque d'expérience pendant qu'Heward jouait les discrets. Peut-être Renaud n'avait-il pas la patience d'attendre qu'Heward se fasse à sa nouvelle position ; en tout cas il ne s'était pas gêné pour exprimer ouvertement sa désapprobation. Il espérait que cela fasse réagir les autres et que son frère change rapidement d'attitude, ou trouve quelqu'un de mieux placé que lui. Un peu égoïstement, Renaud était sûr qu'il ferait l'affaire. Mais il connaissait son devoir, il connaissait sa place, et il savait qu'il avait peu de chance de remplacer son aîné. Son père lui-même, si semblable à lui, n'avait jamais abandonné l'idée de faire d'Heward son héritier. Alors Renaud, frustré, se contentait de ruminer en silence les dangers qui pesaient sur leur fief si son lord de frère ne se réveillait pas vite, le destin qui avait fait de lui un soldat et son frère un dirigeant, son père qui apparemment n'avait pas eu assez confiance en ses capacités pour lui laisser une chance...

La vérité, c'est que son père faisait simplement plus confiance à Heward pour être lord, et à Renaud pour être le chevalier qui l'épaulerait. Mais Renaud était encore trop jeune pour s'en rendre compte. Pour lui, son père n'avait jamais su accepter son potentiel de leader, et il se reprochait de n'avoir jamais pu le lui montrer. Il n'était pas jaloux d'Heward, il ne le détestait pas. C'était son frère, il l'aimait. Mais il éprouvait une frustration sans nom à être là à le regarder se dépatouiller dans ses habits de lord, incapable de régler la situation. Renaud aurait aimé prendre les choses en main, alors que la meilleure chose à faire aurait été d'épauler son frère comme son père l'avait fait. La sagesse n'était donc pas la principale qualité de Renaud, mais espérait-il vraiment honorer toutes les qualités du chevalier à seulement vingt-deux ans ?

Au nom de l’Etranger, je te charge d’honorer même les mystères que tu ne peux comprendre.


Renaud était un Solverre. La religion des Sept était aussi profondément ancrée en lui que l'était son amour de la mer et de l'aventure. Lorsque son mentor l'adouba au tournoi de Cendregué, sous l'oeil avisé du septon présent et de ses père et frère, Renaud releva les yeux et croisa ceux de son père. Entre ses mains se tenait l'épée Valgar, héritage des Solverre depuis des générations. Renaud savait qu'il devait honorer son nom. Il était impatient de faire ses preuves, et inquiet à l'idée que l'épée bénie des Dieux ne se brise entre ses mains, signifiant qu'il en était indigne. Mais il était aussi heureux, heureux d'avoir tant travaillé pour en arrivé là, heureux de servir sa famille, heureux de rendre son père fier. Il comprit alors que ce chagrin n'était pas ce qu'il croyait. Il ne craignait pas de décevoir son père, il ne redoutait pas son futur. Le seul inconnu qu'il redoutait était la mort, car il savait que les choses seraient différentes si elle venait frapper sa famille. Aussi différent qu'il l'était de son frère Heward, même s'il ne comprenait pas toujours le fanatisme de Martyn et qu'il se montrait trop protecteur envers sa soeur, Renaud savait qu'il avait besoin d'eux, d'eux tous.
Il n'avait pas peur de les décevoir, il avait peur de les perdre.
Il était le chevalier des Solverre, il était le Guerrier. C'était à lui de les protéger.

Relevez-vous, ser.




● Inventaire : Hormis ses vêtements de tous les jours - simples mais solides - Renaud porte une armure et un heaume gravé d'une étoile en son front. Sa cape est jaune d'or pour rappeler les couleurs de sa maison, à l'image de son bouclier. À sa ceinture pend un lourd fourreau de cuir, orné de sept étoiles, qui renferme Valgar. Supposée indestructibles car bénie des dieux, la vieille épée ne porte pas moins les stigmates des années. Mais chacun de ses possesseurs en a toujours pris grand soin, et Renaud ne déroge pas à la règle. Longue de 27 pouces, sa lame est composée d'un acier de très bonne qualité qui la rend aussi lourde que solide. La forme du pommeau rappelle deux mains jointes pour la prières. Hormis cela, il ne comporte aucune fioritures, fidèle à l'humilité des Solverre.
Renaud ne porte aucune autre arme excepté une lance, utile en combat monté. Sa selle de cuir et son destrier, Fer, complètent son inventaire.



● Pseudo : Renaud
● Âge : Bientôt 24 :)
● Divers : Malheureusement, les présentations ce n'est pas mon fort  Very Happy
● Avatar : Will Mellor
● Souhaitez-vous vous inscrire aux interventions de Lady Coeurdepierre ? Avec plaisir ^^
● Connaissez-vous le Roman ? Affirmatif
● Comment avez-vous connu le forum ? On m'en a parlé !
● Comment trouvez-vous le forum ? Farpait  Very Happy
● De quelconques suggestions ? Négatif ! Tout est extra !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 22 Juin 2013 - 4:09

Petit post pour dire  que la fiche à de mon côté mon aval
Revenir en haut Aller en bas
Main du Roi
avatar

Brynden Rivers
Main du Roi

Général
Freuxsanglant

- Combien c'est-y que lord Freuxsanglant il en a, de zyeux ?
- Mille, et rien qu'un.

♦ Missives : 3432
♦ Missives Aventure : 33
♦ Age : 31
♦ Date de Naissance : 27/07/1985
♦ Arrivée à Westeros : 22/06/2009
♦ Célébrité : Kevin Costner
♦ Copyright : Alysanne
♦ Doublons : Edric Estremont
♦ Age du Personnage : 36 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Donjon Rouge, Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
155/500  (155/500)


Message Sam 22 Juin 2013 - 18:17

Pour commencer, soit le bienvenu sur le forum, Renaud !

Voilà une fiche comme on aimerait en voir plus souvent ! Elle est parfaite à mes yeux et je n'ai rien de plus à dire. Tu as visiblement bien cerné le personnage et tu lui donnes la crédibilité religieuse qui manque à beaucoup de chevalier. En bref, tout est bon pour moi.

En tant que chevalier de la maison Solverre, tu pourras évidemment compter sur les ressources de ta maison. Toutefois, d'un point de vue RP, tu ne disposes que de tes possessions de départ, sans oublier que tu débutes le jeu avec 20 dragons d'or. Tu pourras te servir de cette somme pour acheter des biens aux marchands ou tout autre chose. Même si ça n'en a pas l'air, il s'agit quand même d'une grande fortune ! N'oublie pas de les ajouter à ton inventaire, dans ta fiche de personnage (accessible dans ton profil) !

Tu gagnes par ailleurs 50 points de réputation bonus pour avoir choisi un scénario ! Ils sont ajoutés à ton profil.

Bref, si cela ne semblait pas encore clair, je te valide ! Tu vas donc pouvoir te lancer dans le jeu ! N'oublie pas de remplir ton profil, ta fiche de personnage et de poster les fiches relatives à ton personnage. Tu peux aussi aller signaler ta position sur le continent à cet endroit. N'oublie pas de consulter les autres sujets du bureau du Grand Mestre pour t'intégrer dans le contexte ! Tu pourras ensuite débuter le jeu en consultant les demandes, en postant la tienne ou en demandant directement à un joueur. En cas de questions, n'hésite pas à poster dans la Tour de la Main ou à m'envoyer un MP. Enfin, n'hésite pas à passer par le flood et la CB pour te faire connaitre et t'intégrer plus facilement sur le forum !

Puisses-tu servir ta famille de ton mieux !


Revenir en haut Aller en bas
http://star-city-heroes.forumsrpg.com/

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Renaud Solverre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Après Lavalas le parti 'Louvri Baryè' de Renaud Bernadin dans la tourmente
» Renaud va t-il mourir?
» Renaud SARDI
» renaud benodin vous salue
» Mickey Renaud

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives des Demandes de Citoyenneté :: ◄ Archives des Terres de la Couronne-