AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

[Terminé] La gloire s'obtient en faisant ce qui mérite d'être écrit, et en écrivant ce qui mérite d'être lu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Noble
avatar

Glenn Corbray
Noble

Général
Courage et Honneur



Héritier de la maison Corbray

♦ Missives : 22
♦ Missives Aventure : 7
♦ Arrivée à Westeros : 16/06/2013
♦ Célébrité : Björn Hlynur Haraldsson
♦ Copyright : Moi-même
♦ Doublons : -
♦ Age du Personnage : 33 ans
♦ Mariage : Elana Corbray
♦ Lieu : Cordial, Val d'Arryn
♦ Liens Utiles :
Fiche de Glenn Corbray
Voyages et Aventures
Aptitudes

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
60/500  (60/500)


Message Ven 21 Juin 2013 - 18:19





"L’héroïsme est la seule façon de devenir célèbre quand on n’a pas de talent."
Pierre Desproges


Dernière édition par Glenn Corbray le Dim 1 Fév 2015 - 23:26, édité 8 fois (Raison : Une partie me semblait mal écrite et peu compréhensible, je l'ai donc réécrite.)
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 23 Juin 2013 - 14:47


La vie suivait son cours dans le Val d'Arryn, et Randall préférait largement sa vie que celle du reste du Royaume. Le seigneur de Rougefort vieillissait. Il n'aimait guère se le dire, ou se le faire dire, mais il approchait de l'hiver de sa vie. Et en devenant vieux, il devenait casanier, il s'attachait de plus en plus à sa maison. Chauvin, Randall l'était depuis toujours mais cela semblait s'accentuer depuis quelques temps, depuis qu'il était revenu de l'Ouest, en fait. Le temps où Randall rêvait avec ses frères d'exploits guerriers et de la guerre était loin, passé et fini. Il laissait les rêves aux jeunes, à son fils Rodrik. La jeune génération serait là pour reprendre le flambeau, il le savait. Randall ne savait pas très bien si cela l'ennuyait où non de ne plus être jeune. Petit, il regardait avec amusement les vieux assis sur les bancs du village, le vieux boulanger Malorik, qui avait passé le relais à son fils et s'asseyait sur un banc, dans la rue principale du village. Lord Robert laissait ses fils jouer à se poursuivre, et la limite du terrain de jeu, c'était le vieux assis sur son banc. Bientôt, il songeait à cela, il aurait des petits enfants, et ce serait lui, le vieux qui servirait de limite à un terrain de jeu. Est-ce que c'était une mauvaise chose ? Randall Rougefort n'aurait pas su le dire. Il ne réfléchissait pas à la mort, pas trop, cela lui semblait loin. Puis sa vie aurait été bien remplie lorsqu'il se présenterait au jugement du Père. Il ne regretterait rien, sinon d'être parti.

Rougefort ou le Rougefort, les deux se disaient puisque l'un désignait le fief en général et le second la forteresse en elle même, se dressait là, sur la colline. Randall supervisait la dernière moisson. C'était l'automne et il fallait rentrer le maximum de provision car l'hiver venait et il serait rude. Les nuages s'accumulaient à l'est. Bientôt viendrait la pluie et le lord fit accélérer la cadence. Rude était lord Randall, rude comme le Val et comme l'Hiver, mais lui préférait l’Été. L'Eté et la maison. Randall aimait cette colline et ce château rouge à l'écart de tout, bati par les Premiers Hommes, par les fondateurs de la famille dont il tirait le nom. La famille avait survécu à bien des Hivers et survivrait encore à celui ci. Solide comme le roc, Randall tirait fierté de cette devise. Rien ne valait son domaine pour le vieux soldat. Le soleil qui éclairait la façade sud, et les blés qui ondoyaient sous le village. Rien ne valait le moment où le soleil coulait à flot et il passait sa main dans les blés lorsqu'il revenait au bercail. Les départs n'avaient de bon que les retours. Et à chaque fois qu'il partait, c'était pour le plus grand malheur. Randall détestait les voyages car ceux qu'il faisait n'avaient qu'une raison : la guerre. Herberouge en premier, puis ensuite la bataille contre les Fer-Nés. Il ne voulait plus partir. Il voulait vivre en paix chez lui. Que d'autres viennent le voir, oui, que d'autres aillent se battre. Mais pas lui. Ce n'était pas lâche. Randall, dans le fond, se battrait si lord Jasper lui demandait. Mais il n'aspirait plus à le faire. Se battre n'était plus synonyme de gloire mais de sang. En vieillissant il devenait réaliste. Ou alors il se prenait pour une vieille femme aigrie. Mais non. Il riait encore, souriait, parlait. Mais à la maison. Rien n'était plus précieux que le pichet de bière qu'il partageait avec son frère dans sa loggia, le soir.

Les nuages étaient sur eux et la pluie se mit à tomber à grosses gouttes froides et humides. Randall fit terminer le tout et préféra pour sa part rentrer au château. Le temps était vraiment sombre. Il laissa Margot et Selyse, absorbées dans leurs travaux de coutures, car il venait d'être arrêté par mestre Ashton. Un corbeau venait d'arriver depuis Cordial. Cela faisait longtemps que lord Rougefort n'avait pas eu de nouvelles des Corbray. La famille de son beau-fils traversait des temps difficiles, semblait il également.

Randall appréciait les Corbray. Son père, lord Robert avait scellé une alliance commerciale en mariant une fille d'un second fils avec le fils d'un second fils. Randall se méfiait un peu de Glenn Corbray, car après tout, pas question de laisser sa fille a un goujat. Le moindre motif de se plaindre lui vaudrait une bonne correction. Mais il avait tout de même relativement confiance, il tenait, d'après la réputation qu'on faisait à Gwayne Corbray, et plus tard Randall put le vérifier lui même à Herberouge, cette famille pour droite et honnête.

Puis il y avait eu l'affaire Corbray. Kaeril, Randall ne le connaissait que peu. Mais son comportement restait inexcusable. Il lut la lettre de son beau-fils, et comprit. Bien entendu, cela les mettait eux aussi dans une position plus qu'inconfortable. Au moins l'autre avait il eut la décence de prendre le noir. Randall prit sa plume pour répondre à son beau-fils :



Citation :
A l'intention de Glenn Corbray, héritier de la Maison Corbray,


Glenn,


Il va sans dire que je comprends tout à fait votre situation. Je ne vous le cache pas, et votre lettre m'incite à penser que vous le savez, que votre situation est difficile et que les temps seront durs pour vous. Votre silence est bien sur plus que compréhensible. J'ose cependant espérer que votre père tient le choc, et que cette situation ne cause pas trop de tort à ma fille. J'attends également de ses nouvelles par votre prochain corbeau. Je suis sur que vous comprendrez l'inquiétude d'un père lorsque ses enfants sont loin de lui, et que vous me pardonnerez cette demande quelque peu formulée sur un ton autoritaire.

J'ai bien conscience que le Val, terre d'honneur s'il en est, ne peut qu'être affecté et réprobateur face à cette action visiblement lâche et traître. Moi même le suis, qui pourrait en faire le reproche aux seigneurs d'ici alors qu'elle est vile de manière si évidente ? Cependant, je tiens personnelement à vous assurer que notre soutien ne vous faillira pas. Les erreurs d'un seul ne peuvent condamner des innocents, or je sais que ni votre père ni vous n'approuvez les actions de votre cousin.

Il m'est donc facile de vous assurer du soutien le plus élémentaire, le plus nécessaire, et surtout le plus sincère qui puisse être de l'ensemble de la famille Rougefort. Je sais, n'étant pas moi même à l'origine destiné à devenir lord que votre tâche est difficile et que se retrouver, comme je le fus, héritier d'une maison dans des conditions difficiles, que ce soit dans les circonstances où je le devins ou dans votre situation, et je puis vous assurer que si vous nécessitez le moindre conseils, en tant que beau-père et en tant qu'ami, vous me trouverez toujours présent.

Puissent les Sept vous protéger,


Lord Randall Rougefort, seigneur de Rougefort.


Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Glenn Corbray
Noble

Général
Courage et Honneur



Héritier de la maison Corbray

♦ Missives : 22
♦ Missives Aventure : 7
♦ Arrivée à Westeros : 16/06/2013
♦ Célébrité : Björn Hlynur Haraldsson
♦ Copyright : Moi-même
♦ Doublons : -
♦ Age du Personnage : 33 ans
♦ Mariage : Elana Corbray
♦ Lieu : Cordial, Val d'Arryn
♦ Liens Utiles :
Fiche de Glenn Corbray
Voyages et Aventures
Aptitudes

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
60/500  (60/500)


Message Dim 23 Juin 2013 - 16:53





"L’héroïsme est la seule façon de devenir célèbre quand on n’a pas de talent."
Pierre Desproges


Dernière édition par Glenn Corbray le Dim 1 Fév 2015 - 23:27, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 25 Juin 2013 - 12:53

Randall  Rougefort ne craignait pas beaucoup de gens. Son père insistait pour qu'il en soit ainsi, car lord Robert avait pour projet de faire de son fils le commandant militaire des forces armées dont la famille Rougefort disposait. L'entente familiale existait et elle était bonne, Randall ne craignait donc personne parmi les siens car aucun ne cherchait à écraser les autres. Doucement, jeune, il s'habituait à servir Rudolf, son frère, qui serait lord. Non, lord Robert, son père, lui enseigna simplement à avoir peur de lord Arryn, du Roi, et des Dieux, mais surtout, et c'était une bien meilleure chose, à les aimer, car on sert mieux ceux qu'on aime. Randall avait grandi en ne craignant personne, car on lui avait enseigné, et il l'avait appris par cœur, que ceux qui dirigeaient étaient bons. Et lui y croyait, lui voulait y croire, même s'il avait vu que ce n'était pas toujours vrai. Mais il fallait bien faire des sacrifices pour le royaume, et parfois être dur.

Randall lui même était un homme dur. Mais pas dénué d'empathie. Il aimait ses enfants et voulait ce qu'il y avait de mieux pour eux, il aimait sa famille et n'aurait pas supporté de la voir déshonorée. Mais lorsque les deux s'opposait, il y avait la un cruel dilemme. Randall n'était un stratège qu'en matière militaire, la politique il n'y comprenait, les Sept le savait, peu ou prou, presque rien. Ainsi, il plaçait le prince Maekar et Brynden Rivers, la Main du Roi, sur le même piédestal. Après tout, eux aussi se battirent à Herberouge, et il se disait fier, réellement, d'avoir participé à cette bataille aux cotés de ces deux hommes là. Si le roi Aerys venait à mourir, les Sept le préservaient, Randall se demandait qui lui succéderait...le prince Rhaegel, disait mestre Ashton, mais de ce prince là, le noble ne savait rien, aussi aurait-il préféré que le prince Maekar devienne roi. Mais dans ce cas il ne prendrait pas lord Rivers comme Main...Randall jugeait décidement toutes ces affaires politiques autour du jeu des Trones bien trop compliquées pour sa personne. Ses propres problèmes étaient plus simples et plus faciles gérer.

Encore que. Comment choisir entre couper les ponts avec les Corbray, ce qu'il aurait fait s'il avait suivi à la lettre son principe d'honneur si droit qu'il ne laissait la place à rien d'autre, et donc couper les ponts avec sa fille ainée, ou les soutenir comme son cœur lui suggérait, car il ne fallait pas se leurrer, Randall Rougefort tenait plus à ses enfants qu'à son honneur, au risque de passer lui aussi pour un traitre ? C'était la situation de départ, et en effet lord Randall aurait pu choisir la première option, ce qu'il ne fit pas, cependant. Pourquoi ? Il ne pouvait pas, tout simplement, le faire de cette manière, parce qu'il avait choisit la première fois de soutenir Glenn, parce que la première fois, et comme Randall croyait en son instinct, il lui avait paru évident qu'il allait soutenir sa fille et son beau-fils. De plus il avait appris qu'Even Corbray avait battu Daemon II Feunoyr – un éternel perdant comme son père  et comme tous les Feunoyr, car il en restait encore, ayant fui dans les Cités Libres -  et pour Randall, cela ne pouvait que marquer la sincérité de la position des Corbray.

Il n'avait jamais bien compris que son beau-fils le craigne. Etant naturellement peu enclin à craindre les gens, Randall Rougefort ne voyait pas bien comment on pouvait le craindre lui, d'autant qu'il ne pensait pas vraiment qu'on pouvait le croire si monstrueux que ça. Eh, quoi, il n'était pas un ogre, il fallait juste passer certaines frontières, celles de son caractère bourru par exemple, et de son passé de vieux soldat.

Il prit de nouveau une plume et se mit à écrire, tranquillement. Ses réponses étaient toujours écrites avec soin, de sa grande écriture décidée et lisible. Il faudrait aussi qu'il réponde sur le fait que Rodrik allait se marier. Les négociations étaient bien amorcées mais Randall n'avait plus guère de nouvelles de lord Vanbois, il faudrait donc voir pour trouver une autre prétendante...nul doute que Margot saurait en dénicher une.

Citation :
A l'intention de Glenn Corbray, héritier de Cordial et de la maison Corbray,

Glenn,

Bien que le fait de constituer pour vous un modèle m'honore, je crains que vous ne me fassiez passer pour un ogre, ce qui serait facheux pour ma réputation...Ne vous offusquez pas de cette pointe d'humour, et considérez que vous n'êtes pas le seul à avoir craint votre beau-père dans votre vie. Vous verrez qu'un jour où l'autre vous terrifierez vous aussi l'un de vos gendres.

L'idée de porter assistance au mari de ma fille me paraît naturelle, il n'y a donc pas à s'appesantir là dessus, d'autant que d'après ce qu'il s'est produit à Murs-Blancs où votre frère s'est héroiquement illustré, personne ne saurait remettre en doute votre honneur.

En ce qui concerne ma fille, je ne doute pas de vos bonnes attentions. Cela me semble suffisant, et j'espère comme vous voir naitre mon premier petit-fils et pouvoir être fier de lui. Ce dont je ne doute pas.

Enfin, touchant au mariage de mon fils, il est possible qu'il y en ait un, mais ce n'est pas sur. Je ne sais pas vraiment si lord Vanbois donnera suite à ma proposition, bien qu'il aie semblé l'accepter au départ. Le mariage de Rodrik semble pour l'instant incertain, donc, bien que j'aimerais qu'il se produise, puisqu'il conviendrait qu'un nouvel héritier voit le jour.  Par ailleurs je serais ravi que vous veniez nous rendre visite. Votre frère est-il revenu ? Nous pourrions ainsi organiser une vraie réception où nous pourrions tous nous retrouver. L'impact en serait positif puisqu'aucun Corbray ne serait mis à l'écart.

Puissent les Sept vous protéger,

Lord Randall Rougefort, seigneur de Rougefort.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Glenn Corbray
Noble

Général
Courage et Honneur



Héritier de la maison Corbray

♦ Missives : 22
♦ Missives Aventure : 7
♦ Arrivée à Westeros : 16/06/2013
♦ Célébrité : Björn Hlynur Haraldsson
♦ Copyright : Moi-même
♦ Doublons : -
♦ Age du Personnage : 33 ans
♦ Mariage : Elana Corbray
♦ Lieu : Cordial, Val d'Arryn
♦ Liens Utiles :
Fiche de Glenn Corbray
Voyages et Aventures
Aptitudes

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
60/500  (60/500)


Message Mer 26 Juin 2013 - 10:24





"L’héroïsme est la seule façon de devenir célèbre quand on n’a pas de talent."
Pierre Desproges


Dernière édition par Glenn Corbray le Dim 1 Fév 2015 - 23:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 28 Juin 2013 - 12:56

“La route est longue pour des hommes comme nous, mon frère...”

Regenard Rougefort, intendant de Rougefort et conseiller de son lord de frère, était habitué aux silences profond de Randall et ne cherchait pas vraiment à interrompre son ainé, sachant parfaitement qu'il y aurait probablement une suite aux mots que Randall venait de prononcer. De son coté, le vieux lord semblait perdu dans ses pensées. Il aimait bien le silence de son cadet, c'était apaisant. Regenard était un homme tranquille et sage, qui savait bien mieux écouter que parler, qui n'aimait guère être sur le devant de la scène, semblant définitivement préférer conseiller à l'action de diriger. Randall désigna les champs du fief Rougefort de la main, car ils se trouvaient dans la loggia, qui offrait une agréable vue sur le contrebas de la colline où se trouvait le chateau.

“Nous avons vu bien des choses, en bien ou en mal, et au final nous revenons toujours ici. Parfois je me dis que partir ne sert définitivement à rien. Et je crois que nos enfants auront bien de la chance s'ils ne voient pas la moitié de ce que nous avons vu...”


Vrai qu'il se souvenait de bien des choses honteuses ou horribles, qu'il ne voulait pas revoir, ou bien qu'il craignait d'évoquer. Les meilleures années de sa vie furent celles qui furent les plus simples, lorsque Rudolf était vivant et que son destin restait immuablement celui d'être un chevalier au service de son frère. Randall pensait que rien ne ferait changer ça. Lord Robert, son père, vivrait longtemps, et quand il mourrait, Rudolf deviendrait lord. Lui, Randall serait le commandant des troupes de Rougefort, et Regenard serait le conseiller de Rudolf. Ser Robarr, le vieux chevalier qui avait adoubé Randall et qui fut son maitre, continuerait à être maitre d'armes. Il semblait à Randall que rien ne pouvait obscurcir ce tableau qu'il se dressait.  Il ne se trouvait pas malheureux. Un temps il avait été très libre, buvant, riant, joutant, avec son rire de tonnerre, courant la gueuse parce qu'il était jeune et qu'il profitait de la vie. Puis son père lui rapella qui il se trouvait être, et qu'un Rougefort devait agir dans l'honneur. Alors il maria ses deux fils, et Randall se retrouva à être le mari de lady Margot Wyndman. Aucun amour ne nacquit entre eux deux, mais pourtant ils s'appréciaient, car finalement ils se connaissaient depuis longtemps, et leur couple continua à tenir sur la base de l'amitié. Randall se rangea et devint un mari exemplaire, car s'il n'aimait pas vraiment son épouse il s'attacha bien vite à ses enfants, et ne voulut pas les décevoir. La vie coula très tranquillement.

Puis vint la bataille d'Herberouge. Et tout s'écroula. Randall le savait, et Regenard aussi, ces choses qu'il aurait préféré ne pas voir venaient de là. Regenard commenta :

“C'est ce que les dieux veulent pour nous. C'est sans doute une plaisanterie cruelle, mais...

-Ce sont les soldats qui se battent. Ce sont les soldats qui meurent. Et les Dieux, eux, ne s'impliquent jamais.”

Randall ne méprisait pas les Dieux ; il craignait les Sept et il les priait régulièrement, mais certaines choses n'étaient pas du ressort des Dieux. Eux ne faisaient rien qu'aiguiller les hommes, mais ces derniers ne semblaient décidemment fait que pour être des abrutis destinés à s'entretuer parce qu'ils étaient incapables de reconnaitre leurs erreurs. Randall méprisait cela ; au final, lui qui se disait guerrier était devenu pacifiste. Pour la simple et très bonne raison qu'il ne pouvait plus, par manque de temps, faire la guerre. Lorsqu'il devint lord, il réalisa qu'on ne passait pas son temps à se battre, mais à éviter de le faire. Il devint alors rude non plus pour combattre mais pour éviter de le faire, pour impressionner ses ennemis et qu'ils le laissent en paix.

Lui se contentait de travailler et de batir, ce qu'il trouvait bien plus intéressant, finalement, que de guerroyer. A l'origine Randall n'était pas fait pour la gestion d'un fief, parfois, même aujourd'hui, il lui semblait faire des erreur, mais il essayait de faire désespérement au mieux et rien ne pouvait plus le satisfaire que d'oeuvre pour sa famille. Il faudrait que Rodrik apprenne cela, lui aussi. Il semblait à son père que son ainé avait plus de facilité dans la gestion et l'administration du fief, comme il le montrait tous les jours, aussi se décida-t-il à ajouter, après un long moment de silence :

“Je crois que Rodrik devrait prendre le commandement de notre garnison. Il est temps pour lui d'apprendre cela, moi je vieillis et je ne pourrais pas toujours le faire. ”

Regenard approuva d'un signe de tête :

“Il a bien appris le rôle d'administrateur, je crois que tu as raison...tiens, mestre Ashton. Que voulez vous donc ?”

Le vieux mestre s'approcha et s'arrêta à la hauteur des deux frères ; il tendit une missive frappée du sceau Corbray à Randall, avant de se retirer. Randall la parcourut, puis il salua son frère, car il ne lui restait plus qu'à répondre à Glenn Corbray, son beau-fils.

Citation :
A l'intention de Glenn Corbray, héritier de la maison Corbray et de Cordial,

Glenn,

Ma réputation dans le Val est ce qu'elle est, vous n'ignorez pas qu'on ne se créé pas soit même une réputation mais que les autres s'en chargent volontiers. Pour ma part j'ai toujours essayer d'agir du mieux que j'ai pu pour servir ma famille, mon suzerain et mon roi, toujours dans le respect des Dieux qui veillent. Le bonheur est fragile. Rien qui dure ne peut être construit dessus. Seul le devoir perdure. C'est ainsi que je me suis bati et c'est ce que j'ai enseigné à ma famille. A ne pas trop se fier à sa propre personne ni à ses propres intérêts, mais à toujours observer et agir pour le mieux dans l'intérêt de la communauté, selon l'honneur et le devoir, qui comptent plus que tout. C'est ainsi que se batissent les grandes choses, ainsi qu'on peut se regarder, et se dire qu'on a construit une toute petite part d'éternité sans se trahir soit même. Si cela a pu vous servir de modèle, tant mieux. Le monde manque d'hommes de biens, et j'espère que vous, et vos enfants, le seront et le resteront jusqu'à la fin.

Votre honneur a certes été entaché, mais je reste persuadé, et c'est entre autre pour cela que je ne vous abandonnerais pas, et que si cela entre dans mon pouvoir, je vous interdis de lacher prise, qu'il se relevera grandi de tout cela, comme votre frère l'a déjà prouvé. L'honneur est autant dans votre sang que dans votre devise, Glenn, et je crois que cela continuera.

Vos aspirations concernant votre frère sont tout à fait fondées, et je vous souhaite de réussir, et à lui d'être heureux si jamais il se marie. Mon offre reste valable, et je vous verrais avec plaisir à Rougefort.

Puissent les Sept vous protéger,

Lord Randall Rougefort, seigneur de Rougefort.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

[Terminé] La gloire s'obtient en faisant ce qui mérite d'être écrit, et en écrivant ce qui mérite d'être lu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» Site : La gloire des Berserkers
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-