AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

d'une pierre deux coups ; lord logan ryswell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 12 Juin 2013 - 13:44


D'une pierre deux coups

les rus, troisième semaine de la sixième lune de l'an 212

Lorsque Rhaegar arriva aux écuries de l'auberge en compagnie de Wyman, il fut satisfait de voir qu'Edric avait déjà sellé leurs trois montures. Leurs paquetages solidement attachés aux selles, Rhaegar vérifia toutefois harnachement de son coursier à la robe grise : Edric n'était à son service que depuis une année, et du haut de ses neufs ans, il lui arrivait encore d'oublier une fois ou l'autre une quelconque sangle. Mais le seigneur Fengué ne trouva rien d'inhabituel, et il adressa un hochement de tête satisfait à son écuyer, dont le visage s'illumina d'un large sourire. Rhaegar soupira ... combien de fois n'avait-il pas attendu, tendu, que son oncle, ser Ryman, vérifie un travail qu'il venait d'accomplir, ne sachant qu'il l'avait bien réalisé ou pas ? Et combien de fois n'avait-il pas ressenti un soulagement intense, où se mêlait une pointe de fierté, quand son oncle lui adressait un sourire satisfait, un hochement de tête marquant son approbation. Ou alors les taloches derrière la tête lorsque Rhaegar oubliait quelque chose, aussi. « Tenez, on en aura besoin. » Il balança à ses deux compagnons de route un épais manteau en laine grise à chacun. Rhaegar avait dû négocier avec l'aubergiste, n'acceptant pas de payer plus de cent cerfs pour ces trois vêtements. Il avait insisté qu'il reviendrait éventuellement, sur le chemin du retour, et qu'il passerait une autre nuit dans l'établissement. Grognon, le tenancier accepta de mauvaise fois, sans doute quelque peu intimidé par l'imposant Wyman, qui avait tout pour ça : plus grand que la moyenne des gens, il était bâtit comme un bœuf, et sa stature avait souvent cet effet là. D'un geste habile et naturel, Rhaegar sauta sur la selle de son coursier, qui ne broncha pas sous le moins du seigneur. Bien dressé et de bonne naissance, la monture était bien bâtie, faisant partie de ses meilleures bêtes des écuries personnelles de la maison Fengué. S'il s'était toujours passionné par les chevaux et leur élevage, cette passion avait prit un autre tournant lorsque Rhaegar avait prit la tête des Fengué : les écuries avait été agrandies et améliorées, et il avait prit soin d'engager plusieurs éleveurs en provenance des quatre coins de Westeros. Régulièrement, ceux-ci partaient en voyage à l'un ou l'autre bout du continent, une bourse pleine, revenant avec une ou plusieurs belles bêtes, destinées à améliorer les chevaux Fengué. Tapotant l'encolure au poil brillant de sa monture, Rhaegar annonça le départ. « Allons-y. » Wyman se mit en selle sur le coursier à la robe alezane, tandis qu'Edric prit place sur son canasson alezan. Il avait eut de la chance, cet écuyer ... alors qu'il était au service de Ryman, Rhaegar avait dû, les premières années, se contenter d'un âne. Enfin bref, Edric s'en était plutôt bien sorti donc. Leur trajet était relativement simple : ils se trouvaient au nord de Moat Cailin, et devant l'auberge se dressaient les collines formant les Tertres. Si tout se passait bien, ils arriveraient chez les Ryswell dans moins d'une semaine, à condition de voyager sans traîner.

En fait, la visite de Rhaegar allait être plutôt inattendue pour le seigneur des Rus. Celui-ci avait échangé avec natif de Fengué une correspondance régulière ces derniers temps : Rhaegar avait entendu parler de la beauté et de la puissance des chevaux Ryswell, ce qui avait naturellement attisé sa curiosité. Les premiers corbeaux revenant des Rus avaient confirmé ses dires : lord Logan en personne lui avait vanté ses montures, et il était même prêt à lui en vendre une ou deux. Et à la surprise de Rhaegar, il avait reçu une invitation à se rendre en personne aux Rus. Malheureusement, Elanye était tombée malade peu de temps après, ce qui avait obligé Rhaegar à rester à Fengué. Il avait même demandé à Brynden Rivers l'autorisation de rester au chevet de la cadette de sa famille plutôt que d'accompagner Freuxsanglant en guerre. Le souhait de Rhaegar avait été accordé, la Main du Roi comprenant parfaitement les sentiments du jeune seigneur envers Elanye. Mais l'état de la petite n'avait fait qu'empirer, et malgré tous les talents de mestre Luwen, la mort ne tarderait pas à la prendre. Rhaegar avait alors entendu parler d'un prétendu sorcier, ou mystérieux guérisseur, vivant en solitaire dans le nord du Conflans. Sur un coup de tête, et en désespoir de cause, il avait emmené sa soeur là-bas. Il s'était retrouvé devant une femme trentenaire, à la silhouette fine et agréable à l'oeil. Après quelques jours de soins, l'état d'Elanye ne s'améliorait pas, mais avait cessé d'empirer, ce qui avait ravivé les espoirs de Rhaegar. Mais devant l'insupportable attente, mestre Luwen lui avait conseillé une petite escapade jusqu'aux Rus : Rhaegar serait de retour avant deux semaines, et il ne pouvait de toute façon rien faire de plus pour aider Elanye : sa vie était entre la main des Sept, ainsi que celles de Wyna, la guérisseuse. Voilà comment Rhaegar se retrouvait aux portes des Tertres, dont la surface se drapait lentement mais sûrement d'un fin manteau de neige, signe annonciateur de l'arrivée de l'automne.

Regardant les collines, ainsi que le chemin serpentant habilement entre celles-ci, Rheagar fut content d'avoir acheter son lourd manteau : un vent frais venu du nord lui frappant le visage avec une douceur traitre, tandis que de légers flocons blancs virevoltaient jusqu'à se déposer sur la laine grise, avant de fondre et de disparaître à jamais. Engageant son cheval, le jeune seigneur fut rapidement suivi par Wyman et Edric. Cela faisait trois jours qu'ils avaient quitté les Jumeaux, et ils devraient arriver au château des Ryswell d'ici trois, peut-être quatre, journées ... si d'un côté Rhaegar se réjouissait d'être dans les Rus, l'anxiété le poussait à accélérer la cadence de son petit groupe ... l'état d'Elanye était grave, et il voulait être tenu au courant des moindres évolutions. « Il fait froid ... » Ne s'étant encore jamais rendu dans les contrées du Nord, le jeune Edric ignorait tout du froid mordant qui y régnait ... pour avoir déjà voyagé l'une fois ou l'autre, notamment en tant qu'écuyer de ser Ryman, à Winterfell pendant l'hiver, Rhaegar s'était toujours demandé comment les nordiens faisaient pour supporter le froid glacial aussi longtemps. Mais il avait été surprit de la douceur et de la chaleur régnait à l'intérieur du château ancestral des Stark, maintenues grâce à des sources d'eau chaude situées sous les constructions. Quoiqu'il en soit, le seigneur Fengué était heureux d'avoir ce manteau, car si le froid lui balayait lentement le visage, la laine épaisse le maintenant bien au chaud, lui tombant même jusqu'aux cuisses. « Attendez d'aller jusqu'à Winterfell, et là vous pourrez vous plaindre. » Affichant un sourire amusé, Rhaegar adressa un petit clin d'oeil malicieux à son écuyer, avant de talonner son coursier, qui s'élança sans rechigner. Quittant la route royale, les trois voyageurs s'engagèrent donc sur la route en terre battue, bien plus étroite, bien moins utilisée. Le seul doute de Rhaegar concernait les éventuels brigands et bandits qu'ils pourraient rencontrer. Il avait beau être un excellent épéiste, et Wyman compter parmi les plus fines lames, ou les plus fortes dans son cas, Fengué, ils n'en demeuraient pas moins vulnérables face à plusieurs adversaires. Le jeune Edric ne comptait évidemment pas dans la balance, que ce soit au niveau de son expérience ou de sa force brute. La seule chance des trois compagnons face à des opposants nombreux restait la fuite, mais Rhaegar espérait qu'ils n'auraient rien à craindre de ce périple en terres nordiennes ...

Ils ne s'arrêtèrent que deux fois de la journée : la première alors que le soleil brillait à son zénith, le trois cavaliers trouvèrent refuge sous la frondaison d'un arbre solitaire trônant au sommet d'une colline. Ils purent s'abriter du vent du nord derrière un petit massif de buissons, dont les chevaux croquèrent quelques feuilles avec plaisir. Voyageant léger, Rhaegar n'avait emmené que les vivres nécessaires, achetant ce dont ils avaient besoin au gré des auberges rencontrées sur la route royale. En bon écuyer, Edric se chargea d'allumer un petit feu, sur lequel une petite casserole ne tarda pas à se réchauffer. Bientôt l'odeur du lard que l'on grille envahit froid, faisant Rhaegar saliver. Si en tant que noble il avait régulièrement le droit, ou plutôt les moyens, de manger des mets divers et raffinés, les voyages avec ser Ryman de ses temps d'écuyer lui avaient appris à apprécier une simple tranche de lard grillée, parsemée de gros sel. Le tout posé sur une généreuse tranche de pain noir et accompagné d'une gourde de bière brune ... rien de tel pour remettre un voyageur d’aplomb. « Que dirait lady Alanys si elle vous voyait aussi ? » Rhaegar était en général proche de ses hommes, dont il avait traîné dans les pattes de la plupart en étant enfant. Il aimait le côté camaraderie des guerriers, et son statut de seigneur l'empêchait parfois de vivre pleinement ce lien. Il s'autorisait toutefois certaines familiarités en petit comité, et Wyman comptait parmi ceux dont Rhaegar se souvenait de toujours avoir été à Fengué. Sa remarque fit d'ailleurs rire le seigneur ... Alanys, fille d'une princesse royale, avait hérité de ce côté gracieux et particulièrement distingué des Targaryen. Adepte des avantages de la noblesse, elle aurait sans doute préféré jeûner que de se salir les doigts sur du pain noir et du lard grillé. « Elle nous aurait obligés à trouver une auberge convenable. » Lâchant un rire sincère et quelque peu moqueur, Rhaegar et ses deux compagnons avaient terminé leur repas dans la bonne ambiance. Après s'être remis en route, ils ne s'arrêtèrent qu'à la tombée de la nuit, ayant trouvé un petit établissement de campagne. Rhaegar avait dû faire changer les matelas et les couvertures des lits, où Edric avait trouvé quelques insectes peu ragoûtants, et ils avaient préféré manger leurs propres provisions, mais hormis cela, la nuit fut bonne. Les journées suivantes se ressemblèrent énormément, hormis le fait qu'ils durent un soir monter leur tente au creux d'un vallon abrité du vent. Le temps devenait d'ailleurs de moins en moins clément au fur et à mesure qu'ils s'éloignaient vers le nord, ce qui raviva le contentement de Rhaegar par rapport aux trois manteaux de laine grise, épais et protecteurs.

A la tombée du jour de la troisième journée, ils aperçurent enfin la forteresse des Ryswell. Elle semblait bien entretenue, et Rhaegar nota avec attention la présence de nombreux gardes patrouillant sur les murs, où plusieurs torches brûlaient, se détachant peu à peu sur un horizon où la lumière faiblissait. Lord Logan semblait être un homme attentionné donc, ce qui n'était pas plus mal en ces temps troublés. Ser Ryman avait d'ailleurs l'habitude de lui répéter qu'un homme averti en vaut deux ... on encore que qui aime la paix prépare la guerre. Ces mots n'avaient jamais semblé sonner aussi justes aux oreilles quelque peu inexpérimentées de Rhaegar. Il se demandait d'ailleurs quel accueil on allait lui réserver, surtout par rapport à la forme de sa venue. S'il avait été invité par le seigneur des Rus en personne, ils n'avaient pas convenu d'une quelconque date. Et Rhaegar ne voyageait pas avec tout l’apanage d'un seigneur, encore moins d'une famille telle que Fengué, maison importante des Terres de la Courage, et de là, de Westeros. Lord Logan allait-il le prendre pour un abruti ? Voyager en compagnie d'un seul cavalier, aussi fort soit-il, et de son écuyer était-il judicieux ? Sans doute pas. Intelligent ? Encore moins. Mais peut-être comprendrait-il la décision de Rhaegar une fois ses derniers périples entendus ? Enfin bref, rien ne servait de spéculer, autant talonner les chevaux et rallier rapidement l'abri qu'offrait la demeure des Ryswell. Leur bannière flottait joyeusement au gré du vent froid du nord. « Edric, décris-moi cette bannière. » Le jeune écuyer haussa les sourcils, un voile de panique passant sur son visage. Après quoi il jeta son attention sur le tissu claquant au vent, observant attentivement et faisant appel à toute sa mémoire. « Un ... un cheval ... noir, aux yeux et à la crinière rouges ... sur un champ de bronze à bordure noire ? ... » Rhaegar soupira ... ce n'était pas encore ça. Mais pour une année en tant qu'écuyer, Edric ne s'en sortait pas trop mal ... « Prseque. Une tête de cheval noire aux yeux et à la crinière rouges, sur champ de bronze à bordure noire engrêlée. Souviens t-en, où lord Logan te fera nettoyer ses écuries. » Les yeux du pauvre écuyer s’écarquillèrent de surprise, et Rhaegar vit ses lèvres bouger rapidement, tandis qu'il se remémorait la description de la bannière Ryswell avec attention. Se retenant de pouffer de rire, Rhaegar poussa son cheval en avant, se délectant du vent passant dans ses boucles brunes, sentant toute la puissance et la vitesse de sa monture entre ses jambes. Arrivé à portée d'arc, le jeune seigneur attendit ses compagnons, avant de s'arrêter à nouveau devant les portes. « Halte-là ! Qui êtes-vous ? » Nul doute qu'en temps normal, Rhaegar se serait offusqué de la familiarité dont ce garde faisait preuve. Derrière sa petite fenêtre, bien à l'abri derrière les lourdes portes, il ne laissait apparaître qu'un oeil à l'iris brun, mais parlant d'une voix sûre et sans peur. « Je suis ser Wyman, et voici mon seigneur, lord Rhaegar Fengué, ainsi que son écuyer, Edric. » Le haute stature de Wyman, qui semblait encore plus grand perché sur son coursier alezan, fit le garde lever les yeux. « Bien. Reculez que je fasse ouvrir les portes. » La petite fenêtre en bois se ferma avec un claquement sec, et tandis que les trois visiteurs faisaient reculer leurs montures, les portes s'ouvrirent en grinçant. Une fois le chemin ouvert, Rhaegar s'avança en premier, suivi de ses deux compagnons. Le garde se tenait devant eux, droit comme un piquet, s'adressant à Rhaegar d'une voix courtoise. « J'ai fais appeler lord Ryswell, nul doute qu'il sera bientôt là. Si vous voulez bien confier vos montures à ces garçons, ils les conduiront aux écuries. » Rhaegar hocha la tête, mettant pied à terre d'un geste habile. Trois garçons d'écuries s'approchèrent immédiatement, attrapant les rênes avec douceur. Se tournant vers Edric, le jeune seigneur lui donna quelques indications par rapport à la suite à voix basse. « Si lord Ryswell nous accepte en son château, tu iras aux écuries aider ces garçons. Tu porteras aussi nos affaires à nos chambres. » Rhaegar n'avait pas vraiment de doute quand à l'accueil qu'il recevrait : en seigneur accueillant, et le nord était réputé pour ça, lord Logan permettrait sans doute à Rhaegar et aux siens de rester quelques jours aux Rus. Et autant qu'Edric se montre utile. En attendant, les trois natifs des Terres de la Couronne se tinrent là, dans la cour du château Ryswell. Déjà le vent ne les atteignait plus, barré par les murs en pierre de la forteresse, même si quelques flocons continuaient à virevolter joyeusement. La nuit n'allait plus tarder à tomber, et si la cour était convenablement illuminée par de nombreuses torches, ainsi que par la pâle lumière de cette fin de journée, Rhaegar se réjouissait de sentir la chaleur d'un feu contre sa peau, d'observer l'espace de quelques secondes la danse hypnotique des flammes, le craquement violent du bois se fendant, le crépitement des braises. C'était amusant ce qu'un homme pouvait se mettre à espérer après une semaine de voyage, et quelques jours passés dans le froid du nord. Encore que l'hiver ne soit pas encore là. Habitué à des vêtements chauds et rembourrés, à des feux permanents et à des couvertures en fourrure, Rhaegar se voyait revenir à ses temps d'écuyer, où ses principales préoccupations étaient de pouvoir grignoter quelque morceau de pain noir accompagné d'une tranche de lard, et de trouver un creux convenable pour installer leur tente de toile grise. Comme les temps pouvaient changer ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 12 Juin 2013 - 20:44

Un vent froid c'était abattu en même temps que la nuit sur les Rus. Le souffle frais venu du nord sifflait entre les collines abruptes, semblable parfois à un cri d'animal blessé. Heureusement pour les Ryswell, l'imposante cheminée qui trônait dans la salle principale portait à ce moment en son sein un feu si ardent que le froid ne pouvait même plus traverser les fentes des portes et des fenêtres. Bien utile qu'elle était, cette cheminée, bien utile en des lieux froids comme les Rus, où le vent soufflait fort et froid. Cette dernière a été construit il y a des siècles, servant aux premiers seigneurs de la maison Ryswell pour se protéger durant les hivers, où les températures chutaient à une vitesse alarmante. Depuis, ce bloc de pierre creusé dans la parois du château remplit encore son rôle, et à merveille il faut dire. 
Depuis quelques temps, une nouvelle circulait entre les murs du château: Un invité serait attendu à la table du seigneur des Rus depuis quelques jours maintenant. Effectivement, depuis quelques temps, lord Logan entretenait une sorte de correspondance dans le sud, et pas avec n'importe qui: Lord Rhaegar Fengué, seigneur d'une des maisons les plus influentes des Terres de la Couronne. Ce dernier, jeune et récemment devenu lord, avait semble t-il une passion pour les chevaux, et on lui avait rapporté que ceux des Rus étaient particulièrement beaux et puissants. Cette rumeur était, sans aucune vanité, tout à fait fondée: Les chevaux de la maison Ryswell était à la hauteur de leur réputation, et lord Ryswell n'en avait pas peur de faire l'éloge. Ce n'était pas pour rien que l'emblème de leur maisonnée était un cheval après tout. Quoi qu'il en soit, ce jeune seigneur du sud avait visiblement commencé à porter un intérêt particulier pour les chevaux de cette région. Et comme tout bon nordique qui l'était, lord Logan lui avait proposé de venir en personne aux Rus, afin qu'il puisse les admirer et, qui sait, en acheter un ou deux. La réponse ne c'était pas fait attendre, répondant par une affirmation directe de lord Fengué. Néanmoins, aucune date n'avait été précisé, donc Logan Rywell n'avait aucune idée de quand pourrait bien arriver son invité. Il a fait venir malgré tout les meilleurs chevaux des Rus avant l'arrivée du jeune seigneur. Cela ne fut pas trop long, car les meilleurs chevaux logeaient essentiellement au château, car bien entendu lord Ryswell, également adepte de l'équitation, se plaisait à avoir les meilleurs qui soient, ainsi qu'à passer du temps avec ces nobles bêtes. Bien sûr, cela lui faisait de la peine de devoir se séparer des certaines de ces bêtes, mais il savait, ou du moins espérait, qu'elles seraient entre de bonnes mains entre celles de lord Raeghar...

~

Le bruit de l'acier s'entrechoquant se répéta à plusieurs reprises, son écho se répercutant dans le hall de la salle principale et dans les couloirs adjacents. Et, accompagnant cette mélodie scintillante, une voie s'éleva en même temps:

" Ne baisse pas ta garde Brian ! Ne baisse pas ta garde ! Et toi Gauvain cesse de te trémousser, ce n'est pas un jeu ! "

Du haut de son siège taillé dans le bois et la pierre, lord Logan Ryswell regardait attentivement ses deux fils qui, au centre de la pièce, se livrait à une joute d'entraînement. Celui à droite, le garçon habillé comme un sauvage et dont la crinière noire toute ébouriffé voletait dans tous les sens, c'était Brian, son deuxième fils, âgé de bientôt 13 ans. Et celui à gauche, le jeune homme grand et droit à la stature chevaleresque, c'était Gauvain, son fils aîné et hériter légitime, âgé de maintenant 20 ans. Tous les deux tenaient une épée en acier-château, chacun pointant l'un vers l'autre sa lame. L'aîné, avec un sourire moqueur qui lui était propre, continuait de se déplacer à la manière des chevaliers du sud, en effectuant quelques moulinets souples avec son arme. Son cadet, lui, rejetant furieusement sa longue tignasse sur le coté, prit son arme à deux mains, et chargea tête baissée en poussant un cri de guerre rageur. Alors qu'il abattait sa lame, Gauvain l'esquiva avec élégance, puis para une deuxième attaque, avant d'abattre le plat de son épée sur l'épaule droite de son adversaire. Brian poussa un gémissement de stupeur, et manqua de s'écraser par terre. Il se rattrapa de justesse, et se redressa péniblement.

" Allez Brian un peu de nerfs ! gronda une voie forte, Ne quittes pas ton adversaire des yeux ! "

Appuyé contre le mur à droite de la salle, le taciturne oncle Harold regardait également le combat, grommelant par moment dans sa barbe blanche. Le garçon regarda son oncle puis son frère. Il semblait exténué, à en croire les gouttes de sueur qui coulait depuis son front.

" C'est facile à dire ça ! geignit-il, Il est trop fort pour moi, et en plus il ne fait qu'attendre que j'attaques, il ne se bouge même pas !

- Cesse de te plaindre, Brian ! répondit son père, toujours assit, Laisse ton frère se pavaner comme un tourterelle s'il en a envie, mais toi, comportes toi comme on te l'a apprit ! "

Sur ces mots, Gauvain baissa sa lame et lança un regard narquois à son cadet.

" Allez Brian. dit-il en rigolant, Ne va pas me dire que te battre en duel te fais peur ! Toi qui n'arrêtes pas de te battre avec les molosses de père. "

Fulminant, le jeune frère s'élança une fois de plus tête baissé, la colère l'emportant une fois de plus: " La ferme ! " lança t-il avant d'asséner un nouveau coup à son aîné. Reprenant la même danse, ce dernier esquiva sans peine, puis passa à l'attaque. Il porta un coup, puis un deuxième, que Brian para du mieux qu'il put à chaque fois. Mais le troisième coup, Gauvain y mit cette fois plus de puissance, et parvint à désarmer son frère, dont l'épée glissa jusqu'aux pieds d'oncle Harold. Ce dernier grogna une nouvelle fois sans dire un mot, ce qui eu pour effet d'amuser lord Logan. Profitant alors du moment de stupeur de son frère, le jeune homme leva son pied et donna un léger coup sur l'épaule de son adversaire, léger certes, mais assez fort pour le faire tomber sur l'arrière-train.

" Gauvain est le vainqueur ! Gauvain est le vainqueur ! "

La victoire fut proclamée par Thibault et Agnès, respectivement âgé de huit et sept ans, les derniers arrivés de la famille Ryswell, qui assistaient au combat aux cotés de leur père. A l'annonce de sa victoire, Gauvain fit la révérence à son adversaire vaincu, puis rengaina son épée. Il s'avança ensuite vers lui, et entreprit de lui tendre la main pour l'aider à le relever, mais ce dernier repoussa sa main sans ménagement.

" T'avais pas le droit de faire ça ! C'est pas loyal !


- Enfin frérot, arrêtes un peu d'être mauvais joueur. dit-il en ricanant, Tu sais très bien que cela n'aurait rien changer.

- Gnagnagna, c'est rigoles tiens ! Et tant que tu y es, recoiffes toi un peu, tu es tout ébouriffé. Les mauviettes du sud n'aiment pas avoir les cheveux désordonnés. "

Il allait alors se relever, mais fut plaqué au sol par son grand frère. Il se débattit de toutes ses forces pour échapper à son étreinte, sans succès. Ce dernier, en rigolant, lui tira alors les oreilles, causant l’hilarité de ses deux plus jeunes frères et sœurs, Thibault et Agnès.


" Aïe ! Arrêtes, lâches moi ! Tu sais que j'aime pas ça, arrêtes ! Aïe !

- Et bah alors, c'est qui la mauviette maintenant dis-moi ? C'est qui la mauviette ? Ah ah ça te fait une belle tête dit donc ! "

Les deux frères continuèrent donc ainsi de se chamailler, sous le regard désabusé de leur père. Décidément, ces deux là ne cesseraient jamais de se prendre la tête pour rien, peut importe leur différence d'âge. Heureusement que là il n'était qu'entre eux, entre les membres de la famille et les quelques servants qui étaient dans la salle, mais cette attitude ne serait pas acceptable en présence d'invités ou autre. 
Alors qu'il comptait intervenir, l'oncle Harold le devança. L'imposant homme attrapa son premier petit-neveu par le col et le tira brutalement en arrière, avec autant d'aisance que si c'était un ballot de paille. Puis il attrapa Brian resté au sol et le souleva de terre avec une force considérable. Il avait beau être vieux, Harold Ryswell restait un colosse comme on ne trouve peu dans les Sept Couronnes. Entant que maître d'armes du château, c'est lui qui est chargé de l'entraînement des jeunes nobles, ce qui le rend très regardant sur leur façon de se battre.

" Allez tout les deux, sa suffit comme ça ! Vous m'avez assez fatigué pour aujourd'hui ! Allez vous changer avant que mes mains ne soient prises de spasmes et vous en en foutent une. "

Les deux jeunes hommes ne se firent pas prier et allèrent se changer, tandis que Thibault et Agnès se lançaient sur leurs talons. Logan se leva alors, s’étirant les bras et réajustant sa longue cape de fourrures. Il aimait bien quand son oncle réglait les problèmes familiaux à sa place, il avait un certain... don pour résoudre ce genre de problèmes. A ce moment, un garde entra dans la grande salle, s'arrêta, en s'inclina devant son seigneur et maître. D'un geste de la main, lord Logan lui fit signe de se redresser, et lui adressa alors la parole:

" Eh bien, qu'y a t-il Norb ?

- Vos invités sont là messire. Lord Rhaegar Fengué, il vient d'arriver.

- Maintenant ? s'étonna t-il, Mais nous n'avons rien préparé !"

Il se retourna vers trois servantes: 

" Allez préparez un bon repas pour notre invité. Le pauvre bougre doit être fatigué et affamé, tout comme sa suite d'ailleurs. "


Les servantes s'exécutèrent, et filèrent en cuisines. Le seigneur des Rus réajusta de nouveau son manteau de fourrures, tata le pommeau de son épée toujours accrochée à sa ceinture, puis se dirigea vers la sortie en compagnie de son oncle Harold et de deux gardes. Depuis les temps qui couraient, avec la guerre contre les fer-nés, la sécheresse et le fléau du printemps qui a fait des ravages... Il y avait des raisons d'être méfiant et les nerfs à vifs. Aussi de la précaution de la part du lord était tout à fait justifié. A son passage, les gardes postés à la porte d'entrée le saluèrent et ouvrir la porte pour le laisser sortir. Dès cet instant, le froid vint mordre la peau et s'engouffrer à travers les vêtement. Cela était bien entendu désagréable et très pénible pour tout homme du sud, mais ils étaient des nordiens, et le froid, ils y étaient habitués. Marchant d'un pas décidé, il arriva dans la cour et se retrouva alors non pas face à une délégation, mais à simplement trois individus, sans monture, ces dernières ayant dues être conduites aux écuries. Le premier individu qu'il remarqua fut l'enfant, sans doute un écuyer, âgé de dix ans à peine, qui semblait grelotter sous les attaques mordantes du vent. Puis il vit l'imposant homme, dépassant d'une bonne tête la moyenne, qui avait plutôt une apparence de garde, et qui semblait être trop vieux pour être le jeune seigneur. Son regard se porta donc sur le dernier, un jeune à la chevelure blonde et à l'apparence... Moins noble qu'il ne l'aurait cru. Tous emmitouflés dans des manteaux de fourrures et de laines, il semblait un peu sale et fatigué. D'après les dires qu'ils avaient entendus sur la maison Fengué, ce n'était pas vraiment le style de cette dernière, la peau sale et les manteaux de voyages servant à tenir chaud. Nul doute qu'il avait fait là un long voyage pour arriver jusque là.
De plus, Logan fut surprit de voir le jeune lord en compagnie de seulement... deux compagnons de route. Normalement, un seigneur de son acabit aurait dut voyager en compagnie d'une délégation entière, ne serais ce que pour assurer sa propre sécurité. En effet, trois cavaliers, dont un jeune garçon, aurait été des proies faciles pour une troupe de bandits, ou bien une meute de loups. Ce jeune seigneur était-il donc inconscient ? Ou étais-ce simplement la fougue de la jeunesse ? Qu'importe, au moins Logan se plaisait à croire qu'il aurait affaire avec quelqu'un de débrouillard, ce qui lui permettrait peut être de changer sa vision des gens du sud qui était pour lui... Trop élégant et trop raffiné pour faire de vrais soldats.

Arrivé à quelques pas d'eux, ces derniers semblèrent l'apercevoir. Il leva alors légèrement les bras et déclara:

" Eh bien, je ne pensais pas vous voir arriver à une heure si tardive lord Fengué ! il fit un grand sourire, découvrant toute ses dents blanches, Et je suis bien surpris de vous voir avec une si petite... escorte. Ignorez vous donc les dangers de la route ? Et cet accoutrement n'est pas très approprié il faut dire ! "

Il arriva avec ses gardes à leur hauteur. Les examinant rapidement de la tête aux pieds, il remarqua leur air quelque peu désabusé et décontenancé. Se retournant vers ses hommes, il se mit à rire, imité de bon cœur par ses 
gardes, à l'exception d'Harold Ryswell qui se contenta de pousser un grognement dubitatif. Il regarda ensuite à nouveau les arrivants.

" Ah, ne vous ne faites jeune seigneur, je vous charrie un peu ! Allez venez avec moi, vous devez avoir faim et devez être épuisé après un voyage comme cela. Entrons à l'intérieur, nous y serons au chaud et vous pourrez me racontez votre périple. "


Sur ces mots, il leur montrait déjà le chemin vers le château et la chaleur de la cheminée...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 12 Juin 2013 - 22:46

Au premier coup d'oeil, Rhaegar identifia immédiatement le maître des lieux, qui écartait d'ailleurs les bras dans leur direction. « Eh bien, je ne pensais pas vous voir arriver à une heure si tardive lord Fengué ! » Un sourire radieux sur le visage, Logan Ryswell était, à n'en pas douter, un nordien typique. Outre son épaisse chevelure brune, il était relativement grand, et possédait un physique rivalisant avec ser Wyman, bien que ce dernier soit un peu plus jeune. Ses yeux bleus où se mêlait du gris brillaient d'un éclat d'intelligence et de bienveillance, ce qui plut immédiatement au jeune seigneur des Terres de la Couronne. « Et je suis bien surpris de vous voir avec une si petite ... escorte. Ignorez-vous donc les dangers de la route ? Et cet accoutrement n'est pas très approprié il faut dire ! » A cette dernière remarque Rhaegar ne put répondre que par un sourire gêné, se demandant comme lui et ses deux compagnons auraient voyagé s'il n'avait pas pensé à faire l'acquisition des deux épais manteaux en laine ! Sans doute qu'ils se les seraient gelées, pour reprendre l'expression qu'utilisait son oncle Ryman en temps glacial, jusqu'à atteindre les Rus ! Mais pour le reste, lord Ryswell avait parfaitement raison, un seigneur de son acabit ne pouvait pas se permettre de voyager sans une escorte appropriée, ce qui était loin d'être le cas aujourd'hui. Surtout en ces temps troublés, ainsi qu'avec les attaques en provenance des Iles de Fer. Mais tout allait rentrer dans l'ordre dès que l'armée mênée par Brynden Rivers arriverait chez ces pirates, et qu'ils seraient pris entre la Flotte Royale et la Flotte du Lion. Rhaegar ne doutait pas de l'issue de la guerre : la Couronne vaincrait, et les Fers-nés seraient lourdement punis pour leurs actes.

Devant l'air quelque peu déconfit de Rhaegar, le seigneur des Rus s'approcha encore quelque peu, détaillant les nouveaux arrivants avec un peu plus d'attention. Cela gêna un peu le natif de Fengué, mais il prit sur lui pour ne pas réagir, de quelque manière que ce soit, avant d'être surprit par les rires de lord Logan. Sans doute était-il habitué à ce que les voyageurs de la région se déplacent mieux habillés, et surtout en plus grande compagnie, du moins pour un seigneur tel que Rhaegar. Soit. Mais les circonstances pouvaient expliquer une partie des agissements du jeune chevalier, à n'en pas douter. Le seul qui ne rigola pas fut un vieil homme à la carrure impressionnante, à la barbe et à la chevelure blanches. Nul doute qu'en son temps, cet homme fut un redoutable guerrier ... et sans vraiment savoir pourquoi, Rhaegar sentait que ce vieillard était dangereux, qu'il dégageait une force tranquille qu'il valait mieux ne pas se mettre en face. « Ah, ne vous en faites pas jeune seigneur, je vous charrie un peu ! Allez venez avec moi, vous devez avoir faim et devez être épuisés après un voyage comme cela. Entrons à l'intérieur, nous y serons au chaud et vous pourrez me racontez votre périple. » Tandis que conformément à ses ordres, Edric s'en alla dans la direction où les garçons d'écurie avaient emmené les chevaux, Rhaegar suivit son hôte en compagnie de ser Wyman. Les lourdes portes furent ouvertes pour laisser passer tout ce beau monde, et Rhaegar soupira en sentant la chaleur qui régnait à l'intérieur de la grande salle. Il aperçu une grande cheminée, où un feu bien nourri crépitait joyeusement, le doux claquement des flammes retentissant comme une douce mélodie aux oreilles du jeune seigneur. « Je voudrais m'excuser de mon arrivée quelque peu inattendue. Je n'avais en effet pas prévu de vous rendre visite dans l'immédiat, du moins sans m'annoncer en bonne et due forme. J'aimerais également vous remercier de votre accueil chaleureux. » Au vu de la différence de température régnant entre l'intérieur et l'extérieur de la pièce, Rhaegar ne put qu'insister en souriant sur le dernier mot. Tandis qu'on leur prenait leurs manteaux, le jeune seigneur continua ses explications. « Mais pour une raison dont je vous tiendrai informé plus tard, j'ai dû me rendre non loin des Jumeaux. J'ai donc profité de la tournure des événements pour venir vous rendre visite, de manière il est vrai imprévue. »

Débarrassé de son manteau, Rhaegar lâcha un discret soupir d'aise lorsqu'il sentit la chaleur s'engouffrer peu à peu en lui, se faufilant entre ses vêtements, s'enveloppant autour de ses doigts quelque peu engourdis par le froid régnant dans ces régions nordiennes de Westeros. Se rapprochant instinctivement du feu, Rhaegar plongea son regard sur les flammèches orangées virevoltant avec grâce dans l'âtre en pièce, se perdant dans la contemplation de leur élégante danse l'espace de quelques instants. Il sentit la présence de son compagnon, qui profitait également de la chaleur bienfaisante prodiguée par la cheminée. Se retournant ensuite vers son hôte, il ajouta d'une voix soudainement joyeuse. « Hé bien, lord Ryswell, j'accepte avec plaisir votre hospitalité, lorsqu'elle est ainsi généreusement proposée. » Et pour avoir voyagé de nombreuses années en compagnie de ser Ryman, le jeune seigneur pouvait affirmer qu'un hôte joyeux et attentionné faisait toujours bonne impression, et on s'en souvenait bien plus longtemps qu'un homme vous accueillant froidement et avec mépris, affichant clairement son mécontentement. Au moins lord Logan semblait faire partie de ces seigneurs n'hésitant pas à partager la chaleur de leur âtre et l'abri de leur toit, ainsi que le talent de ses cuisines !

Cédant à la proposition du seigneur des Rus, Rhaegar prit place à table, et profita de l'instant pour commencer son histoire, comme l'avait demandé son hôte. D'ailleurs, jetant un coup d'oeil à la grande salle, Rhaegar attendit qu'ils ne soient plus qu'en petit comité pour commencer, ne voulant pas faire profiter tout le monde de son récit. « Ma soeur, Elanye, est tombée gravement malade il y a plusieurs semaines en arrière, et malgré tout son savoir, notre mestre nous a annoncé qu'il ne lui restait plus très longtemps à vivre ... » A cette pensée, Rhaegar serra son poing, un sentiment de culpabilité le rattrapant. Il n'aurait pas dû venir ... sa place était au côté de sa soeur, qui se battait pour sa propre vie ! Mais mestre Luwen avait bien insisté qu la présence de Rhaegar n'y changerait rien, et que seuls les talents de Wyna ainsi que la grâce des Septs pouvaient désormais aider la petite fille de onze ans. « Mais son état s'est amélioré alors qu'elle se faisait soigner en Conflans, si bien que ma présence étant inutile, me voilà ici. J'ai préféré laisser mon escorte avec elle, ne me faisant accompagner que de ser Wyman et d'Edric, mon écuyer. Ce qui explique également nos accoutrements, peu adaptés au rude climat du Nord, je vous l'accorde. » Rhaegar espérait juste ne pas ennuyer lord Logan avec son histoire, et ne voulait surtout pas donner l'impression qu'il se plaignait. Mais pour son arrivée inattendue, le jeune seigneur estimait qu'il devait quelques explications à son hôte, surtout que ce dernier ne semblait nullement offusqué, au contraire, de ne pas avoir été prévenu plus tôt de l'arrivée de son invité des Terres de la Couronne.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 17 Juin 2013 - 16:50

Lord Ryswell montra le chemin à ses invités jusqu'au château. A peine furent-ils rentrés dedans qu'il put lire sur leurs visages la réjouissance qu'il éprouvèrent en sentant la chaleur du feu s'immiscer en eux. Il les guida jusqu'à la salle principale, où il fit signe à des servants de les débarrasser de leurs épais manteaux. Une fois débarrassé de ce dernier, lord Fengué eut comme l'air de renaître, tandis qu'il se rapprochait du feu pour y tendre devant ses mains gelées.

" Je voudrais m'excuser de mon arrivée quelque peu inattendue. Je n'avais en effet pas prévu de vous rendre visite dans l'immédiat, du moins sans m'annoncer en bonne et due forme. J'aimerais également vous remercier de votre accueil chaleureux. il fit une pause, Mais pour une raison dont je vous tiendrai informé plus tard, j'ai dû me rendre non loin des Jumeaux. J'ai donc profité de la tournure des événements pour venir vous rendre visite, de manière il est vrai imprévue. 

- Ne vous en faîtes seigneur du sud. répondit lord Logan, Ce n'est pas grave, vous restez le bienvenue aux Rus. "

Peu après, les premiers plats commencèrent à arriver. D'un geste de la main, le seigneur des Rus invita son convive à se rendre à la table. Le lord du nord vit également que les membres de sa famille n'était pas encore présents, à l’exception de son oncle taciturne qui restait encore debout à ruminer dans son coin. Lorsque son convive ce fut assit, Logan s'assit à son tour sur son imposant siège de pierre dont les extrémités prenaient une forme de cheval. Les servants déposèrent sur toute la longueur de la table les entrées: Soupe de marrons crémeuse avec des croûtons chauds et potage d’orge et venaison. Comme boisson, de la bière brune d'orge, et de l'hydromel, et du vin rouge liquoreux du Bief, boisson que la maison Ryswell avait gardé pour ses invités du sud. Les servant repartirent ensuite en cuisine, laissant lord Ryswell et son invité seuls dans la grande salle, hormis les compagnons de lord Fengué qui c'était assit à la droite de leur seigneur, et les gardes. Logan se retourna plusieurs fois en se demandant bien où tous les membres de sa famille était caché. Refusait-il de voir leur invité ? Logan ne sût répondre à temps à cela, car le lord du sud commença à lui parler à voie basse:

" Ma soeur, Elanye, est tombée gravement malade il y a plusieurs semaines en arrière, et malgré tout son savoir, notre mestre nous a annoncé qu'il ne lui restait plus très longtemps à vivre ... "

A ces mots, Logan remarqua l'air du jeune homme changer: Ce dernier serrait le poing et ses dents, avec comme un sentiment de frustration dans les yeux. Il pensait à sa sœur, craignait pour sa vie et aimerait être à ses cotés. En cela, Logan ne pouvait l'en blâmer, car lui-même avait perdu sa soeur auparavant, sans avoir put faire quoi que ce soit. Il ignorait combien de membres de sa famille il restait au seigneur Fengué, mais en ce qui le concerne, lord Ryswell avait perdu beaucoup des siens au cours de son existence: Son père, ses frères et sœur,... Heureusement pour lui, tous ses enfants étaient encore bel et bien vivants, et il jura devant les anciens dieux en silence qu'il reposait dans une crypte avant l'un de ses enfants. Reprenant ses esprits, il reporta son attention sur la triste histoire du jeune seigneur.

" Mais son état s'est amélioré alors qu'elle se faisait soigner en Conflans, si bien que ma présence étant inutile, me voilà ici. J'ai préféré laisser mon escorte avec elle, ne me faisant accompagner que de ser Wyman et d'Edric, mon écuyer. Ce qui explique également nos accoutrements, peu adaptés au rude climat du Nord, je vous l'accorde. "

Le seigneur des Rus regarda en silence son invité, ne sachant trop quoi dire. Ce jeune homme se battait pour sa sœur, pour la sauver. Logan ne pouvait qu'éprouver de la compassion et du respect pour cette petite fille souffrante et son frère qui lui aurait sans doute donner toute son énergie vitale pour qu'elle survive. *Anciens dieux, si vous êtes bienveillants, veillez à ce que sa chère sœur s'en sorte, ne lui causer pas le même chagrin qu'à moi.* Ses prières intérieures finies, il but une choppe de bière d'un seul trait, puis se tourna à nouveau vers Rhaegar.

" Je suis sincèrement navré de ce qui arrives à votre sœur. J'aimerais vous dire qu'elle va s'en sortir, mais je ne suis pas mestre, et je ne peux répondre à la place des dieux. il se remplit une autre choppe, La perte d'un être cher est la plus dure des blessures, pire que n'importe quelle blessure de guerre. il attarda son regard sur une de ses cicatrices que l'on pouvait voir sur son bras droit, courant du coude jusqu'au poignet. Un souvenir de l'île de Skaggos, laissé par un de ces cannibales dégénérés, mais celui qui avait fait ça n'était plus là pour s'en vanter en tout cas, Vous savez, jeune seigneur, il y a parfois des cicatrices qui restent invisibles. Et ce sont celles là les pires, mais il faudra vivre avec quoi qu'il en soit. "

Lord Logan commença à se remémorer tous ses proches qu'il avait perdu. Tant de cicatrices, tant de blessures qu'il porterait toute sa vie... Mais enfin, la vie suivait son cours, et nul ne pouvait altérer le sens des dieux. Voulant changer de sujet, le seigneur des Rus reporta son attention sur oncle Harold qui, partit entre temps, vint s’asseoir en face de son seigneur et maître.

" Ah tiens au fait, lord Fengué, je ne vous ais pas présenté mon oncle, Harold Ryswell. il désigna le vielle homme qui, dans son armure sombre recouverte de fourrure, donnait l'impression d'un géant, C'est le maître d'armes du château, et un sacré combattant encore. On aime à penser ici qu'il n'y a pas meilleur maître d'armes que lui dans les Sept Couronnes ! "

A ce moment, une porte s'ouvrit et laissa entrer une délégation de servants et de servantes qui accompagnaient les derniers membres de la famille Ryswell. *Ah enfin ! Je me demandais quand est-ce qu'ils allaient enfin arriver.* En premières venaient, comme toujours, lady Alyson, la mère de lord Logan, vêtue d'un tunique mauve et recouverte de fourrures, avec le regard toujours aussi sage et calme qu'elle avait; et à coté d'elle se tenait son épouse, lady Marie Ryswell, dans une belle robe rouge de soie, avec le même visage radieux et séduisant que quand elle avait seize ans. Enfin, venait derrière, toute sa troupe de marmots turbulents, que le seigneur de s'embêta pas de compter pour voir si il en manquait un, car cela lui devenait lassant... Sa mère se présenta en première, faisant la révérence au jeune seigneur avec un sourire courtois.

" Messire Fengué, puis-je vous présenter ma mère, lady Alyson Ryswell, de la maison Flint.

- Bienvenue parmi nous messire. répondit-elle, J'espère que votre voyage n'a pas été trop long et trop dur ? "

Puis vint ensuite sa femme, toujours aussi ravissante. Encore aujourd'hui, Logan se demandes comment un bougre comme lui a bien put s'unir à cette belle créature. Cela dit, il n'allait pas blasphémer les dieux pour cela, bien au contraire... Tout comme lady Alyson, son épouse effectua une gracieuse révérence, puis afficha un sourire éclatant. 

" Et voici ma sublime épouse, lady Marie Ryswell, de la maison Moss. 

- Ravie de vous connaître lord Rhaegar. déclara t-elle, Je suis contente que quelqu'un vienne, du sud en plus, nous rendre visite en ces contrées éloignées. "

Logan baisa la main de sa femme, qui s'installa alors à sa gauche. A ce moment même, les premiers plats arrivèrent à table: Petits légumes sautés aux pacanes raisins fenouil rouge et fromage râpé, salade mêlée de doucette d’épinards de prunes et de noix pilées, croustade de rognons à l’ail et aux herbes et friand de porc aux œufs et aux pignons. Alors que l'on s'attablait tout autour, Logan se tourna à nouveau vers le jeune lord:


" Veuillez excuser mes enfants, ils ne sont pas très polies envers les invités. il rigola puis se reprit une autre choppe de bière, Je vous les présenterais après le repas, mon aîné a quasiment le même âge que vous. Cela dit, ils ne sont guère intéressants, mis à part mes filles peut être."


Il rigola de nouveau, avalant cul sec sa choppe, avant de la remplir de nouveau. Il ignorait le nombre de choppe qu'il avait bu avant, mais il n'y avait pas meilleur que lui pour tenir l'alcool, de plus il savait être raisonnable et s'arrêter quand il le faut. Il appela de la main un servant et lui ordonna de verser du vin rouge du Bief dans la coupe de son invité. 


" Un peu de vin peut être, lord Fengué ? Vous devriez goûter  nous l'avons gardé spécialement pour vous. "
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

d'une pierre deux coups ; lord logan ryswell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Amalia Petridis - D'une pierre deux coups
» Combien ont coûté à Haiti les deux coups d'état contre Aristide ?
» Bienvenue à Pierre Raymond!
» Hommage bien mérité à Gérard-Pierre Charles un grand mapou
» Selon prof Sauveur Pierre Etienne Aristide pap fè ront pot nan Afrik di Sid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-