AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Animation n°4 : La Lanterne Rouge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Homme d'Armes
avatar

Ororya Gargalen
Homme d'Armes

Général


Capitaine de la garde personnelle de la Main du Roi

♦ Missives : 1326
♦ Missives Aventure : 57
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 03/09/1987
♦ Arrivée à Westeros : 06/01/2013
♦ Célébrité : Karen David
♦ Copyright : Dagon / Moi
♦ Doublons : Tyana Veneur, Lyessa Reed, Serenei
♦ Age du Personnage : 20 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles : Fiche de présentation
Voyages et aventures
Aptitudes
Succès

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
568/1000  (568/1000)


Message Jeu 4 Juil 2013 - 20:28

Toute l’assemblée était en ébullition et ce n’était même pas en réaction à la présence du prisonnier révélé. Beaucoup d’évènements étranges venaient à se croiser en cette soirée, soulevant des questions quant aux motivations du coupable. Ou des coupables. Car tout ceci semblait d’une grande ampleur pour une seule personne. La dornienne songeait à ce que lui avait dit Luceon – que cette trappe dans le cellier n’avait rien de mystérieux et qu’il arrivait même qu’ils louent cette cave aux clients dans la confidence. Comment savoir si tout ça n’était pas une comédie ? Ororya peinait à distinguer si l’imposture se jouait sous ses yeux. Après tout, Luceon avait l’air sincère dans son effarement, même si elle pouvait lui accorder un éventuel don pour la comédie. La jeune femme songea dés lors à toutes les intuitions qu’elle avait ressenties lorsqu’elle avait mis le pied dans l’enceinte de la Lanterne Rouge. La trace d’un chandelier manquant ? Le coup à l’étage, Jonas prétendant qu’il ne s’agissait là de rien d’anormal, cet homme prétextant que son pot de chambre s’était cassé pour lui interdire l’accès à sa chambre, et personne ne s’était enquit à envoyer quelqu’un nettoyer… Les sombres prunelles de la Gargalen se rivèrent sur l’homme imposant qu’elle avait croisé avant que le cadavre ne s’écroule dans la pièce voisine. Vyrgil avait parlé d’empoisonnement, mais aussi mentionné la bonne constitution du criminel s’il avait du hisser le corps jusqu’au grenier. Orys leur avait aussi appris que toutes les chambres possédaient une trappe qui y menait, ce qui ne faisait que renforcer les soupçons de la Dent de Freux. Les hypothèses allaient bon train, évoquant griefs avec des natifs d’Essos et leur éventuel rapport avec le traître Aegor Rivers. Les deux frères baignaient-ils dans un complot visant à faire échoir les Dragons du trône ? Lady Virginia semblait avoir le plus discuté avec l’homme d’envergure qu’elle soupçonnait.

« Et bien… Si Gendry a été attaqué et traîné jusqu’ici alors qu’il était inconscient, cela rejoint l’hypothèse du mestre Vyrgil. Un homme de bonne constitution aurait pu le faire, à moins qu’ils aient été plusieurs pour agir en toute discrétion. Moi, ce qui m’étonne, c’est que tout le personnel de l’établissement n’ait rien vu ou entendu au sujet du captif amené et séquestré dans le cellier. A croire que le chat seul était au courant… » – Laissa-t-elle échapper, les lèvres jointes dans une moue dubitative. « Vous. Lorsque nous étions en haut, et quand j’ai voulu vérifier d’où provenait ce choc, vous m’avez coupé l’herbe sous le pied, affirmant que le bruit n’était autre que votre pot de chambre cassé. Un prétexte servi à point nommé si vous voulez savoir mon avis. Vu que personne ne s’est enquit de venir nettoyer tout ceci, permettez moi d’aller jeter un œil dans votre chambre ? »

Ses yeux étaient rivés sur le dénommé Stanford, qui en savait manifestement beaucoup sur la situation des deux propriétaires.

« Vous faites partie de la proche clientèle de Luceon et d’Orys semblerait-il… Sûrement aurez vous entendu parler de l’ingrédient secret, et de la cave sous le cellier. Si vous nous parliez un peu plus de vous, peut-être que vous pourrez faire lever les soupçons de votre personne. » – Etait-il impliqué ? Ororya peinait à croire que les propriétaires étaient dénués de toute culpabilité dans cette affaire. Cela se compliquait.
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Lady Coeurdepierre
Maître du Jeu

Général
Animateurs

♦ Missives : 189
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 13/12/2011
♦ Célébrité : Personne
♦ Copyright : Maron Martell
♦ Doublons : Personne
♦ Mariage : Personne
♦ Liens Utiles : Aucun
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Dim 7 Juil 2013 - 21:20


     L'étau se resserrait manifestement sur le coupable, qui se trouvait parmi les présents dans l'établissement. Qui était-ce ? Un employé ? Un client ? Le mestre déchu ? Le prince Daeron ? Ethaniel le petit garçon ? Toutes les hypothèses traversaient l'esprit rigoureux du manteau d'or, qui écouta le mestre déchu avec un surcroît d'intérêt. Depuis le début, il avait été étrangement coopératif. Étrangement ? Peut-être pas tant que ça, après tout... s'il collaborait souvent et volontairement avec le guet de Port-Réal, pour aider à la résolution d'enquêtes en tout genre, peut-être que ce Vyrgil était tout simplement un honnête citoyen soucieux d'accomplir son devoir civique. Impossible de trouver donc en lui de près ou de loin ce qui s'apparentait à la racaille Feunoyr que le manteau d'or s'attendait à découvrir ici ! Ainsi l'officier balaya ses derniers soupçons à l'égard du savant qui, de toute façon, lui était trop précieux à cet instant. Ce qu'il disait du reste était plein de bon sens, pourquoi ne pas l'écouter ? Pendant que le manteau d'or écoutait d'autres remarques et témoignages, Vyrgil eut tout le temps d'examiner le chat Aegor, qui se laissa faire docilement entre ses mains. Le maillon qu'il forgea pour témoigner de sa connaissance en zoologie lui fut très utile, et en observant le félin si vilain, il put découvrir que celui-ci était rongé par endroit par les morsures caractéristiques de certains parasites très courant dans les rues de Port-Réal : poux, puces et tiques. Et sous les griffes de l'animal, il découvrit des résidus d'une substance blanche et farineuse, mais point seulement. Manifestement, le chat avait trempé ses griffes dans quelques pots de la cuisine ! Et en portant ces pattes sous son nez, le mestre déchu reconnut une odeur qu'il n'avait pas besoin de trop passer au crible de sa mémoire : c'était bien l'odeur de la plante en question, cause de tous leurs soucis ce soir.

     Quand Ororya fit part de ses observations, que le manteau d'or nota avec un surcroît d'attention, Stanford parut s'emporter. Il pesta avec bruit et leva les yeux au ciel.  « Je ne vois pas pourquoi je vous répondrai ! Vous n'êtes qu'une femme, pas l'manteau d'or ! Et l'officier qu'est là a dit de rester là ! Laissez l'donc faire son travail au lieu d'palabrer en vain, dame ! Ah ça ! Dès qu'on leur laisse un doigt, elle vous bouffe l'bras, ces bécasses. » Le manteau d'or n'eut pas le temps de réagir que déjà Luceon reprenait la parole, ses yeux fixaient toujours Virginia avec méfiance, et mépris. « Personne n'est monté pour nettoyer ce pot de chambre, car tout le monde a dû descendre, ma lady. Veuillez s'il vous plaît ne pas incriminer nos clients sans raison et laisser l'officier accomplir son œuvre sans l'entraver par des assertions fantasques ou sans fondement. » Mais le manteau d'or ne semblait pas presser d'intervenir. Il rassemblait en lui tout ce qu'il savait. Ce qui laissait la place à d'autres.

*** *** ***

Heure, ambiance : Soirée, l'humeur est explosive. Désormais, c'est à vous de jouer !

Important : Votre statut et votre identité ne sont en rien des garants d'impunité ou d'immunité. Vous le verrez, l'officier du guet est du genre... zélé.

NB : N'oubliez pas que vous pouvez et même devez gérer vos PNJ ! Et n'oubliez pas que contrairement à vous, ils sont parfaitement mortels. Notez toutefois que les PNJ qui sont à l'extérieur échappent à votre contrôle, et vous comprendrez bientôt pourquoi.

NB bis : Petite relance, on approche de la fin et on est même en avance, n'est-ce pas magnifique ?

NB ter : Pour toutes vos questions, contactez Clarence Hightower !
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Virginia Redwyne
Noble

Général
Automne
Si foudre tonne
Vendange sera bonne



♦ Missives : 425
♦ Missives Aventure : 22
♦ Arrivée à Westeros : 25/04/2013
♦ Célébrité : Mila Jovovich
♦ Copyright : @Clarence/Randal
♦ Doublons : -
♦ Age du Personnage : 19 ans
♦ Mariage : Lord Jace Redwyne
♦ Lieu : Là où le devoir me conduit
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
390/500  (390/500)


Message Lun 8 Juil 2013 - 18:59

          Stanford se croyait-il si brillant chasseur qu'il osait parler des femmes en les décrivant comme des bécasses ? Avant l'aube, il verrait de quoi le sexe faible est capable. Tout comme il la dénigra quelques temps auparavant, Stanford déprécia le rôle et l'emploi de lady Ororya, qu'il somma presque de revenir à l'inaction pour laisser libre cours à l'action du manteau d'or, un homme, qui donc saurait mieux qu'elle ce qu'il conviendrait de faire. Or lady Ororya n'était-elle pas capitaine de la garde personnelle de la Main du Roi ? Ce titre ne pouvait paraître insignifiant à un homme comme Stanford, non ? Peut-être ignorait-il ou avait-il mal entendu ? Mais la présence du prince Daeron aurait pourtant dû lui donner plus de raisons de craindre une femme telle que cette fleur des sables. Lady Virginia s'écarta sur le côté d'un geste félin pour mieux entendre le tailleur qui, à la faveur des événements, révélaient à présent son vrai visage d'homme froid et intraitable. Où étaient les sourires, les courbettes, les caresses ? Cachées sous le givre du mépris, sous la braise de la détermination à tenir le sceau du secret sur quelque sombre vérité. Et quelle vérité ! De la manche épaisse de sa robe, la demoiselle tira un bout de parchemin aux contours irréguliers. Sur la crème du vélin, quelques phrases griffonnées. Cher Stanford, sachez que la bécasse a fait dans l'escalier une découverte intéressante, quand elle est arrivée. Voyez plutôt. Virginia déplia le parchemin et baissa sur lui ses yeux en amande, puis lut à haute et distincte voix, de sorte que tout le monde pût entendre, et spécialement Stanford, dont elle observa au fur et à mesure la réaction. Votre établissement est le lieu parfait pour mener les opérations. Le nom de Peake est en disgrâce, mais je saurai malgré tout repayer vos services et votre générosité. Et quand le Donjon Rouge sera devenu le Donjon Noir, votre récompense dépassera vos espérances. Gardez votre frère en dehors de la confidence.   Il est trop bavard pour être un ami sûr. Et je n'ai besoin que de votre complicité passive pour mener à bien mes projets dans la capitale. Vous êtes avec nous, Luceon, désormais... Malheureusement, le reste n'est qu'une suite de mots déchirés, ou se trouve sur l'autre partie du parchemin.

          Virginia se tut. Elle se régalait d'avance de la réaction de Stanford, qu'elle croyait être l'auteur de la lettre sans pouvoir tout à fait le prouver, et de Luceon, destinataire manifeste de la missive. Sa négligence lui coûterait cher. Quant à Stanford, il n'avait pour le moment aucune raison de s'inquiéter, mais Virginia n'en avait pas terminé encore avec lui. C'est toutefois au manteau d'or que la demoiselle adressa ses dernières remarques.Cet homme est un menteur. Il m'a dit être un marchand de tapis venu de Villevieille. Il m'a décrit certains quartiers de cette magnifique cité. Il m'a parlé des affaires qu'il a dit avoir conclu avec l'actuel lord Hightower. Je suis peut-être une bécasse, mais j'ai bonne mémoire, et je crois être bien placée pour connaître Villevieille, ses artisans et négociants, et les derniers aménagements à Grand-Tour. Avant d'être lady Virginia Redwyne, n'étais-je pas lady Virginia Hightower ? Quant à vous... Elle tourna un regard méprisant et rieur vers celui qu'elle incriminait.Avant d'être Stanford le marchand rustre et grossier, n'étiez-vous pas Stanford Peake, le conspirateur, le traître et maintenant l'assassin ? Présenter la chose de la sorte n'était pas faire preuve d'une grande prudence, mais elle espérait que l'excès de son accusation pousserait l'homme à se révéler lui-même. Elle se trompait peut-être, mais la faiblesse de son sexe apparaîtrait alors comme une excuse irréfutable.


Revenir en haut Aller en bas
Mestre
avatar

Vyrgil Vyrwel
Mestre

Général
Mestre destitué et noble déchu
Médecin des pauvres malgré lui

♦ Missives : 337
♦ Missives Aventure : 24
♦ Age : 36
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 10/05/2013
♦ Célébrité : James Callis dans 'Merlin & the book of beasts' © Front street pictures
♦ Copyright : Moi
♦ Doublons : Alysanne Florent, Danelle Lothston, Lantheïa
♦ Age du Personnage : 38 ans
♦ Mariage : A priori, c'est cuit, mais sait-on jamais ?
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles : Sa déchéance
Ses tribulations et avanies
Son nouveau chez-lui
Ses domaines d'expertise
Ses éclairs de génie
Stock d'images pour créations

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
199/500  (199/500)


Message Mar 9 Juil 2013 - 17:18

L’examen du chat avait confirmé la contamination de ses griffes par la plante toxique incriminée, en plus de la présence dans son pelage de spécimens variés de la faune parasitaire locale. Vyrgil, qui était d’autant plus pressé de retrouver l’assassin qu’il ne souhaitait pas être mis au rang des suspects ni des cibles futures du criminel, comptait partager cette information avec l’assemblée, quand la lady élégante, qui se révéla être Virginia Redwyne, prit à nouveau la parole. Et pour quelle révélation ! Le message qu'elle avait découvert incriminait directement Luceon dans les menées des Feunoyr, ou tout du moins des Peake. "Stanford Peake ? Ce nom ne m'est pas inconnu..." releva-t-il avec intérêt."L'homme a sa petite notoriété dans le Bief, pour ses bâtards et autres faits peu glorieux..."  Il ignorait si Bryce avait été en affaire avec les Peake, mais son frère était sans doute trop malin pour se compromettre avec un rustaud comme Stanford, quant à lui assez imprudent pour laisser traîner de tels indices. "Il est certain qu'un partisan du Dragon Noir aurait d'excellents mobiles pour se débarrasser d'un ou plusieurs agents de la Main. Mais aurait-il pu le faire seul ? La lettre n'évoque qu'une participation passive de Luceon... je serais curieux de lire la fin de cette missive, si nous pouvions la retrouver. Elle fait peut-être mention d'un autre complice..."  dit-il d'un air grave.

Orys semblait hors de cause, mais un autre membre du personnel avait peut-être aidé Stanford. Luceon était incriminé mais non de manière active, semblait-il. Vyrgil songea alors à Harys dont l'expression avait semblé préoccupée ce soir-là. N'était-il pas bien placé pour empoisonner quelqu'un ? Après tout, quel intérêt d'employer le poison, si ce n'était par commodité ? Sauf à vouloir prendre la victime par surprise et sans risque, le poignard aurait aussi bien fait l'affaire. Peut-être Stanford avait-il quelque arrangement avec l'apprenti... peut-être même celui-ci était-il l'un de ses multiples bâtards, encore qu'il parut un peu vieux pour cela ! L'esprit de Vyrgil se dispersait en conjectures toutes plus fantaisistes les unes que les autres. Des indices encore leur manquaient pour percer entièrement ce mystère. Seule la culpabilité du dénommé Stanford, supposément Peake, apparaissait maintenant comme un fait plus que probable...

"Par ailleurs, je suis à présent en mesure de vous confirmer que le chat a du poison sur les griffes. Des traces non létales qui expliquent sans doute l’état de sommeil soudain dans lequel Lord Solverre a été plongé tout à l’heure. Nous pouvons supposer que le coupable a renversé du poison en se servant dans le cellier... sur un objet sur lequel le chat aurait l’habitude de faire ses griffes. Un coffre, ou un fauteuil, ou un tapis… "  Il caressa le chat comme pour le remercier de son concours à l’enquête. "Il serait bon que quelqu’un prenne la peine de nettoyer ses pattes, en se protégeant soigneusement, avant qu'une autre personne ne soit touchée, ou que le pauvre animal n'en avale lui-même. Notez qu'il y a également une substance farineuse sur ses griffes. Peut-être y avait-il aussi de la farine là où il a récolté ceci... Enfin, il semble avoir trempé ses pattes dans divers pots de la cuisine ! Je vous conseille donc, Orys, de tout jeter pour éviter un accident potentiellement mortel... "


Thème musical : La Marche Turque ~ Mozart
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Lady Coeurdepierre
Maître du Jeu

Général
Animateurs

♦ Missives : 189
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 13/12/2011
♦ Célébrité : Personne
♦ Copyright : Maron Martell
♦ Doublons : Personne
♦ Mariage : Personne
♦ Liens Utiles : Aucun
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Mer 10 Juil 2013 - 20:56


     Stanford n'en crut pas ses oreilles. Il ne put qu'ouvrir la bouche, mais aucun bruit n'en sortir. Luceon, de son côté, serrait les dents. Comment avait-il pu être si négligent ? Lady Virginia avait très habilement dissimulé son jeu et jusqu'au bout. Jamais il n'aurait cru que la vérité viendrait d'elle. Orys, quant à lui, s'était évanoui. Il ne répondait plus de rien, et ses forces l'avaient abandonné. Point de substance nocive et dangereuse, cette fois, la seule cause à cette perte de conscience était l'accumulation de mauvaises nouvelles et le dur retour à une réalité qu'il ignorait. Trahi par son propre frère, il n'avait su rien faire d'autres que jeter l'éponge. D'ailleurs, Luceon se garda bien cette fois de prolonger la comédie. Des cuisines arrivèrent Lotho, Walda et Edmure, qui montrèrent le large mouchoir de tissu qu'ils découvrirent. De même, lord Solverre et lady Catelyn exposèrent la découverte de cette dernière, qui se trouvait être en vérité le bout manquant du parchemin précédemment révélé par lady Virginia. Le puzzle était désormais complet. Les preuves accablaient Stanford... Peake, ainsi que Luceon le tailleur, qui souhaita prendre la parole inopinément pour se défendre, mais il fut interrompu par l'officier du guet qui imposa le silence d'un ordre qui ne souffrait nulle contradiction. Pourtant, Stanford n'obéit guère à l'injonction, et se précipita sur Ethaniel pour l'attraper et s'en servir comme d'un otage – il avait bien compris le lien que le môme entretenait avec lady Shaira Seastar pour laquelle il n'éprouvait que du mépris, toute belle qu'elle fût. Tout alla très vite. Les manteaux d'or se précipitèrent, Harys intervint, et bientôt Stanford fut maîtrisé et neutralisé. Ligoté, puis emmené. Personne n'entendrait plus jamais parler de lui. Mais les habitants de Port-Réal pourraient dès le lendemain voir sa tête exposée sur une pique, sur le port, les yeux crevés regardant faussement vers Essos.

     Mais tandis que Stanford, puis Luceon, était conduit à l'extérieur, dans l'établissement, les questions affluaient sur les lèvres de tous les malheureux participants de cette farce macabre et policière. Le manteau d'or ne put répondre à toutes, mais tous discutèrent et en recoupant les informations dont ils disposaient chacun, ils purent dresser le tableau de ce qui était vraiment arrivé dans la Lanterne Rouge. Orys, de son côté, demeurait toujours inconscient. Aegor avait pris place d'ailleurs sur son front dégarni, où il s'était roulé en boule de poils ronronnante. Pour d'obscures raisons, que la torture révélerait sans doute, Luceon et Stanford Peake s'était mis en tête de collaborer pour faciliter un projet ourdi loin à l'est : l'évasion du prisonnier Feunoyr actuellement détenu dans les geôles du Donjon Rouge. L'espérance n'était pas vaine, puis qu'il s'agissait de profiter de l'absence de ser Alrik Mallery et du prince Maekar Targaryen pour frapper et libérer Daemon II des griffes de la Main du roi. Harys, bâtard très particulier, les y avait d'ailleurs aidé dans un premier temps, avant de tourner sa veste et d'offrir à quelqu'un soucieux de voir la chute finale de la maison Peake ses services, comme agent double en quelque sorte. C'est ainsi qu'on apprit qu'Harys était parfois reçu au Donjon Rouge, dans le bureau du Grand Argentier. À l'étage, le cadavre fut identifié par Gendry qui reconnut un de ses compagnons : tout comme lui, le malheureux défunt était, avant sa mort, l'un des mille yeux de Freuxsanglant. D'ailleurs, Gendry faussa bien vite compagnie à tout le monde, pour partir bien loin, là où il serait sûr de n'être reconnu de personne. Peu après son départ, Orys revint à lui, et c'est vers lui que les questions fusèrent. Le pauvre eut bien du mal à toutes les satisfaire, mais après plus d'une heure d'interrogations quasi-constantes, il apparut bien clair que le malheureux n'était en rien responsable de tout ce qui était arrivé ce soir. Si la Lanterne Rouge ne devait qu'à lui son succès, elle ne devait son brutal déclin qu'au perfide Luceon qui, jusqu'au bout, aura su mener son double-jeu.

     En effet Harys put donc révéler à tout le monde le fin mot de cette histoire. Aidé de Luceon, qui couvrait ses activités, et d'Harys, qui les épaulait sans trop se mouiller, Stanford préparait depuis plusieurs jours le plan qu'il fomentait pour libérer le prétendant Feunoyr. Il avait, dans sa manœuvre, capturé deux espions de lord Brynden Rivers, pour les interroger, puis s'en débarrasser. Malheureusement, il avait surestimé les capacités de la Lanterne rouge, et sous-estimer le mauvais état du plafond. Si les poutres de la charpente n'avaient pas été dévorés par les parasites xilophages, jamais le cadavre n'aurait été découvert, et jamais le complot n'aurait été mis au jour ! On comprit donc que la corde trouvée dans le cellier avait sans doute servi à ligoter ces malheureux espions, pour les retenir solidement dans leur cellule de fortune. Quant à l'arme du crime, c'était bien le poison découvert par le mestre déchu, cette plante qui, à dose infime, était l'ingrédient secret de la brioche de Maegor – Orys eut l'idée d'en servir à tout le monde pour apaiser les tensions, mais personne n'osa y goûter. Cependant, pourquoi la trace d'un coup de poignard, et les marques de strangulation ? Plaisir sadique, ou idée réfléchie ? Peut-être Stanford, qui se serait tôt ou tard débarrassé du corps, avait-il voulu semer le trouble quant à la cause de la mort. Sans cause sûre, pas de suspect sûr ! Le mouchoir taché de sang avait certainement dû servir à essuyer le couteau ou tout autre chose, mais le dragon noir qui y était représenté ne laissait aucun doute sur les sympathies de son propriétaire. Ainsi se trouvait donc éclaircie un mystère au fond bien simple, puisqu'il vit le jour dans l'esprit malveillant d'un imbécile, qui eut le tort de s’associer à un homme trop négligent, et à un autre trop peu sûr. La question fut d'ailleurs soulevée au sujet du rôle précis d'Harys : avait-il trempé dans le meurtre ? Comme il se disait protéger par son employeur du Donjon Rouge, le manteau d'or n'osa point aller trop loin et accorda à l'apprenti le bénéfice du doute.

     Peu à peu, tout le monde quitta la Lanterne Rouge, et l'on redirigea les locataires vers d'autres établissements plus sûr. Orys était en larmes. Son affaire était ruinée, mais sa moustache frétilla d'aise quand une idée lui vint : il vendrait, et partirait pour une autre ville, où son incognito lui permettrait d'à nouveau faire étalage de ses talents. Villevieille, ou Port-Lannis ? Qu'importe ! Walda et Edmure, d'ailleurs, proposèrent de le suivre, car ils n'avaient pas mieux à faire, et Ramirobis les imita. Mais Orys le leur refusa, et leur déclara plutôt qu'ils partageraient les bénéfices de cette vente, afin que chacun d'eux pût vivre sa vie loin du souvenir terrible de cette soirée. Quelques lunes plus tard, Edmure et Walda s'installait à Sombreval, tandis que Ramirobis prenait la mer pour les Cités-libres... n'en était-il pas originaire ou presque, après tout ? Quant à Jonas, la traîtrise de Luceon signifiait l'interruption de son apprentissage, mais par chance il avait plus d'un aiguille à son poignet, aussi ne tarda-t-il point à retrouver un nouveau maître. Harys, de son côté, regagna le Bief, qu'il croyait être la terre de ses ancêtres. Nul ne sut jamais ce qu'il devint.

     Quelques jours après ce drame cependant, ce n'en était toujours pas fini pour ses infortunés participants. Au dispensaire, mestre Vyrgil reçut une visite plus qu'inattendu. Un coursier lui apportait une bien étrange convocation pour le Donjon Rouge, et ce coursier était escorté par plusieurs Dents de Freux qui portaient avec eux un petit coffre contenant une coquette somme. « Don royal pour le dispensaire ». Lady Virginia, dans ses appartements du Donjon Rouge, reçut pour sa part la visite du Grand mestre qui l'entretint longuement de sujets divers et variés avant de lui remettre ce qu'elle saurait voir comme un véritable trésor : l'homme lui offrait l'unique exemplaire de l'ouvrage « Constructions passées et futures », par mestre Caellon, un manuscrit daté d'avant l'arrivée d'Aegon le Conquérant sur le continent. Ororya Gargalen, quant à elle, eut la délicieuse surprise de voir sa solde augmentée par trois fois. Et un peu plus tard encore, lord Solverre et lady Catelyn Reyne, avant leur départ respectif de Port-Réal, reçurent d'un message invitation formelle et personnelle pour le mariage du prince Daeron Targaryen et de lady Naerys Velaryon.

     Et Aegor, dans tout cela ? Qu'est donc devenu ce chat ? Il disparut le soir-même, quant tout le monde quitta l'établissement, et nul ne sut où il alla dans la nuit sombre et pluvieuse... Mais dès le lendemain, certains des visiteurs du Donjon Rouge disaient avoir vu un chat passablement abîmé par la vie qui se roulait au pied d'un homme au regard d'émeraude et au nez caractéristique d'une très ancienne lignée.


*** *** ***

NB : Pour toutes vos questions, contactez Clarence Hightower !
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Animation n°4 : La Lanterne Rouge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4


Sujets similaires

-
» [MISSION] Helen Bird & Estien Balmore ♣ " Négociation sous la lanterne rouge. "
» [WIP] Blood Axes - Les peaux rouge du Desert !
» Croix Rouge Haïtienne ou à l'haïtienne? La descente aux enfers.
» Carton rouge...
» Bouge ton boule, c'est pour moi qu'on déroule le tapis rouge... >>Libre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Port-Réal-