AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Croisons le fil, brodons avec bonheur, pour qu'au-delà du temps, les mots demeurent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 23 Mai 2013 - 13:16

L'automne avait enfin fini par arriver sur les plaines fluviales du Conflans et chaque habitant avait été soulagé de voir la pluie s'abattre de nouveau sur Westeros, mettant fin à la terrible sècheresse que le royaume avait subie. Pourtant, les Sept accordaient encore quelques belles journées à Vivesaigues et, si elle ne négligeait pas ses obligations pour autant, la cadette des Tully se plaisait à flâner dans la cour du château. En songeant aux fils et aux aiguilles qui l'attendaient, Arianne soupira. Le parfum épicé des fleurs, l'air doux de ce beau début d'après-midi et le déjeuner, pourtant léger, l'avaient un peu ensommeillée. Elle avait toujours été sujette aux insomnies mais, depuis l'enlèvement de sa sœur, ses cauchemars habituels avaient refait surface.

Pendant deux jours, le temps s'était arrêté, figé comme lorsque Johanna était tombée malade. Eleanor avait disparu et Arianne l'avait cru perdue. Ayant vu sa cadette s'éteindre à l'âge de 4 ans, Arianne n'avait plus l'habitude d'être optimiste. Pourtant, grâce aux Sept, ou à n'importe quels autres dieux, son aînée lui avait été rendue saine et sauve. A son plus grand désarroi, l'immense soulagement qu'elle avait pu ressentir au retour d'Eleanor avait laissé place à une colère sourde. Comment son aînée avait-elle pu mettre sa vie en danger de la sorte ? Leur famille n'avait-elle pas subi assez de pertes sans qu'Eleanor n'aille jouer les filles de l'air sur un boutre fer-né ? De plus, d'une façon ou d'une autre, ce fâcheux incident avait coûté la vie au fidèle et loyal Ser Norbert. Quelle folie avait donc poussé Eleanor à mettre leurs vies en péril ? Toutes ses interrogations restées sans réponse, la jeune fille bouillonnait. Elle ignorait quasiment tout des circonstances de ce sombre évènement mais son ressentiment l'aveuglait : elle ne pouvait s'empêcher d'en vouloir à sa sœur.

L'arrivée de Ser Darion Tyrell à Vivesaigues n'avait pas adouci son humeur, bien au contraire. Elle n'ignorait rien des raisons de cette visite. Les Tully avaient depuis longtemps envisagé une alliance avec Hautjardin et, Eleanor étant déjà promise au suzerain du Nord, Arianne savait pertinemment que c'était son futur mariage qui avait amené le représentant de Lord Tyrell dans le Conflans. Aussi, malgré le temps clément et les jappements joyeux d'Orys, l'humeur de la jeune femme était loin d'être au beau fixe lorsqu'elle emprunta l'escalier à vis qui menait à la loggia.

Elle eut alors la surprise d'apercevoir sa sœur confortablement installée sur la terrasse et qui avait déjà commencé son ouvrage de broderie. Arianne fut étonnée de voir qu'Eleanor ne s'était pas dispensée de ce genre de tâche : si elle-même avait eue une main blessée, elle n'aurait pas raté l'occasion de tirer profit de ce léger handicap pour échapper au point de croix. Aussi, malgré les reproches qu'elle avait à lui faire, elle salua la rigueur et le sérieux de son aînée et se fit violence pour afficher un léger sourire alors qu'elle la rejoignait sur le balcon, Orys trottinant gaiement à ses côtés.


- Eh bien, ma sœur, te voilà déjà à l'ouvrage ? Je pensais que ton poignet blessé t'aurait affranchie de la broderie... pour quelques temps au moins ! lui lança-t-elle d'un ton plus sec qu'elle ne l'avait voulu.

Elle tenta de se rattraper en lui adressant un clin d’œil complice. Eleanor détestait la broderie, encore plus qu'elle-même, le moment était donc assez mal choisi pour vider son sac. De plus, elle devait profiter au maximum de chaque instant en sa compagnie car Beron Stark reviendrait bientôt, bien trop tôt, pour emmener sa promise dans les froides terres nordiennes. Aussi, Arianne se saisit du matériel que sa sœur avait pris soin de disposer non loin avant de s'installer près d'elle, fils et aiguilles en main, et tâcha de réfréner sa rancœur ne serait-ce que pour cet après-midi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 25 Mai 2013 - 10:29

Eleanor était agacée. Chacun de ses mouvements était gauche, maladroit et elle n'arrivait pas à s'occuper correctement de son ouvrage alors que, le matin même, le Mestre lui avait assuré que sa main était guérie et qu'elle pouvait sans difficulté recommencer ses occupations quotidiennes. Si elle n'avait bien évidemment aucune envie de se pencher de nouveau sur les travaux d'aiguille qu'elle trouvait fastidieux et peu compatibles avec ces derniers jours de beau temps que l'automne avait encore à offrir, la Tully s'était tout de même attelée à la tâche, espérant que ses doigts retrouveraient leur souplesse et leurs capacités d'avant sa chute.

Bien entendu, il n'en était rien et son ouvrage lui échappait régulièrement des mains, la faisant soupirer à maintes reprises et lui faisant totalement occulter le monde extérieur tant elle était concentrée sur son échec. Pourtant, le beau temps l'avait incitée à profiter de la terrasse, c'était peut-être la dernière fois avant longtemps, voir la dernière fois tout court, où Eleanor pourrait s'installer de la sorte et admirer le superbe paysage qu'offrait Vivesaigues à cette époque de l'année.


Si elle n'avait que brièvement croisé Arianne plus tôt dans la journée, elle avait suivi la tradition et préparé son ouvrage également. C'était une de leurs plus vieilles habitudes, les deux jeunes femmes ayant toujours exécré cette occupation et cherchant à l'adoucir en discutant de concert lorsqu'elles ne pouvaient plus y couper. Une fois n'est pas coutume, Emilia n'était pas à ses cotés, sa chère dame de compagnie ayant réussi à trouver une excuse des plus crédibles pour échapper à ce qui n'était pour elle qu'une corvée.

Mais l'attitude de sa cadette l'inquiétait quelque peu. Si elle lui connaissait un caractère parfois un peu difficile, depuis qu'elle était revenue elle avait eu l'impression qu'un fossé s'était créé entre elles. Peut-être parce qu'Eleanor n'avait pas pu tout lui raconter, toute honteuse qu'elle était vis-à-vis de ce qui était arrivé. Peut-être encore Arianne lui en voulait elle-aussi, tout comme Edwyn, de sa désertion et d'avoir tant insisté pour que la demande en mariage avec lord Stark soit acceptée. Les deux jeunes femmes n'avaient guère eu le temps de parler de tout cela, Arianne l'évitant probablement et Eleanor n'ayant pas envie d'affronter un autre membre de sa famille, elle n'avait pas cherché à en savoir plus de ce coté.

Songeant également à la venue du Tyrell et à la seule signification que cela pouvait avoir maintenant qu'Eleanor était promise au nordien, la Tully réprima un soupir, préférant une nouvelle fois se concentrer sur cet ouvrage désastreux qu'elle avait entre les mains plutôt que de se perdre en conjectures dont elle n'avait pas la moindre ébauche de répondre. Après tout, elle connaissait suffisamment bien Arianne pour savoir que, si sa jeune sœur lui en voulait, elle finirait par crever l'abcès un jour ou l'autre, même si chaque jour qui passait rapprochait irrémédiablement de leur séparation.


Un bruit sur la terrasse lui fit hausser un sourcil et il ne lui fallut quelques secondes pour reconnaitre le bruit caractéristique des griffes d'Orys sur le sol. Sa sœur se joignait finalement à elle, Eleanor lui rendant son sourire avec spontanéité et une chaleur non feinte.

"Et bien j'aurais bien continué à ignorer l'ouvrage qui s'amoncelle depuis plusieurs jours déjà et qui n'attendait que moi. Mais le Mestre a dit que je pouvais de nouveau utiliser ma main et je n'ai pas trouvé quelque chose de mieux à faire."

Grimaçant en réponse au clin d'œil tandis qu'elle agitait son ouvrage sous les yeux de sa cadette, elle continua, d'une voix toujours aussi tranquille, sans avoir réellement remarqué le ton un peu plus sec que d'habitude employé par Arianne.

"Et c'est encore plus laborieux que d'habitude. Déjà qu'en temps normal, j'ai du mal à faire quelque chose de potable, cette fois, c'est pire encore."

Eleanor était quelqu'un d'appliqué et de patient mais, étrangement, les travaux d'aiguille avaient réellement le don de lui mettre les nerfs en pelote, la jeune femme n'arrivant jamais ou presque au résultat qu'elle avait imaginé au premier abord. Mais elle continuait de s'exercer sans relâche, sachant pertinemment que c'était un élément important de son univers, que cela lui plaise ou non.

Effleurant le crâne d'Orys qu'elle gratifia de quelques caresses affectueuses, la jeune femme se redressa quelque peu, fixant sa sœur avec une curiosité non dissimulée, laissant filer quelques instants de silence tandis qu'elle la regardait se pencher sur l'ouvrage sans se décider à faire de même à son tour. Pourtant, il lui fallait le faire, après tout, c'était bien pour ça qu'elle était venue et qu'elle s'était installée sur la terrasse.

Attrapant son propre ouvrage de sa main droite, l'objet lui échappa des mains et elle le regarda s'écraser aux pieds d'Orys avec un soupir non feint, jetant alors un regard désespéré à ces doigts qui refusaient de lui obéir comme elle le voulait.


"Décidément…"

Ramassant sa broderie assez maladroitement, la Tully la laissa retomber auprès d'elle, sourcils froncés et avec la mine butée qui lui était habituelle lorsqu'elle était agacée. Se désintéressant finalement de la source de son problème, elle reporta son attention sur Arianne, dont la mine soucieuse lui sauta brusquement aux yeux, quelle que soit la façon dont elle tentait de le camoufler. Elle connaissait suffisamment bien sa cadette pour deviner lorsque quelque chose n'allait pas, d'autant plus qu'Eleanor se doutait bien qu'il y avait plus d'une source d'agacement pour sa jeune sœur.

Comme il fallait bien commencer quelque part, elle laissa échapper avec précaution après avoir longuement mordillé sa lèvre inférieure, hésitant longuement sur le sujet à aborder.


"Que penses-tu de mon départ dans le Nord ?"

La question était quelque peu abrupte voire certainement maladroite mais Eleanor avait beau eu la retourner plusieurs fois dans son esprit, elle n'avait pas trouvé comment l'interroger à ce sujet. Et, il fallait qu'elle le sache ce que pouvait ressentir Arianne à ce propos, même si cela ne changerait en rien ce qui allait se passer. Après tout, la décision avait été officiellement prise et il était hors de question de renoncer à ces fiançailles, d'autant qu'il n'y avait aucune raison pour cela.
Revenir en haut Aller en bas

Croisons le fil, brodons avec bonheur, pour qu'au-delà du temps, les mots demeurent.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» [FB]Certain vont à Lunveel pour faire la fête...moi j'y vais pour te faire cracher tes dents
» J’ai choisi de rester avec lui pour tout ce qu’il avait fait de bien et j’ai décidé de ne pas la quitter parce qu’il avait fait une erreur. J’ai choisi de pardonner. // Sungjong
» [Guide] Créer un Pokémon avec PKHeX pour console
» Episode 8: Thicker than Blood & Deeper than Water.
» Arriver avec yann pour un controle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-