AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Des bandits et un maitre d'arme. (Flash back : Barth Snow [209])

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Noble
avatar

Wess Corbois
Noble

Général Seigneur de Corbois
♦ Missives : 69
♦ Missives Aventure : 18
♦ Age : 22
♦ Date de Naissance : 11/07/1995
♦ Arrivée à Westeros : 29/04/2013
♦ Célébrité : Richard Madden
♦ Copyright : Lyessa
♦ Doublons : aucun
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Corbois
♦ Liens Utiles : Fiche de Wess Corbois
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
6/500  (6/500)


Message Dim 12 Mai 2013 - 13:29

La fraicheur du vent fouettait le visage de Wess alors qu'il avançait au trot avec son cheval. Le soleil printanier était haut dans le ciel parsemé de quelques nuages. Derrière le jeune homme, chevauchait deux de ses meilleurs amis, Danny le Rouge et Ralf. Danny était le fils du maitre d'armes de Corbois et avait le même âge que Wess. Ils avaient grandi ensemble, ils s'était entrainé ensemble.
D'aussi loin qu'il se souvienne, Danny avait toujours été l'ami de Wess. Ralf était un homme d'arme qui faisait partie de la garde de Corbois. Il avait trois ans de plus que les deux amis mais il était néanmoins très proche des deux jeunes hommes.

Le petit groupe avançait désormais au petit trot sur les plaines qui séparaient Corbois de Winterfell. On pouvait apercevoir non loin un petit bosquet où un ruisseau coulait doucement, Wess le savait et il avait prévu d'aller faire une halte là-bas pour faire souffler les chevaux. L'héritier de Corbois adorait ces moments où il montait à cheval et parcourait les plaines du Nord en toute liberté, loin des responsabilités. C'était toujours très amusant pour lui et Danny que de galoper juste pour le plaisir de sentir le vent sur leurs visages.

Wess fit ralentir sa monture et vint se placer aux côtés de ses deux compagnons.

- Nous allons faire une petite pause au ruisseau du bosquet là-bas, pour faire boire les chevaux. Le premier arrivé à perdu !


Alors même que Wess finissait sa phrase, il partit au galop suivit de près par son ami. Ralf démarra en retard tout en grognant.
Wess perdait du terrain face à son ami qui possédait une des meilleurs bêtes des écuries de Corbois.
Le jeune Corbois talonna sa monture pour la faire accélérer mais rien n'y fit et Danny le dépassa assez facilement avec son cheval.

Les deux hommes déboulèrent dans le petit bosquet au galop et firent se stopper leurs montures brutalement, soulevant ainsi la terre. Le fils du maitre d'armes avait un grand sourire au visage et célébra sa victoire dans un éclat de rire tonitruant.

- Va falloir allez plus vite que ça si tu veux me battre ! lança-t-il à Wess.
- Je t'ai laissé gagné... tenta d'affirmer ce dernier, mais sans grand succès puisque son ami repartit dans un grand rire.

Ralf arriva sur ces mots, il avait ses traits qui s'étaient un peu détendus, sûrement à cause du petit vent frais.

- Je suis sensé vous protéger, mon seigneur, mais si vous vous montrez imprudent je ne le peux pas.
- Détends toi un peu, Ralf. Je vais bien !

D'habitude, Ralf était affecté à la surveillance de la grande porte de Corbois, mais depuis un certain moment, Lord Duncan, le père de Wess l'avait réaffecté à la protection de son fils. Sûrement pour le surveiller et l'empêcher de faire trop de bêtises. Son père se montrait moins confiant envers lui depuis que son fils bâtard était apparu un matin au bras de sa mère. Cela pouvait se comprendre, mais de là à lui coller un garde au basque... Non pas que ça lui déplaise, Ralf était un bon ami, très sérieux et qui vouait une fidélité sans bornes à la maison Corbois.
Les trois cavaliers mirent pieds à terre et amenèrent leur monture vers le ruisseau. Le cheval de Wess était en sueur à cause de son galop, tout comme les deux

En se retournant vers ses amis, le jeune homme réajusta le fourreau de son épée qui s'était déplacé lors de la descente de son destrier.
Danny portait une épée au côté lui aussi alors que Ralf avait un hache à la hanche gauche.
L'homme d'arme et le fils du maitre d'armes se mirent à discuter de tout et de rien, comme le font des amis.

- Bon, Ralf quand est ce que tu trouves une fille ? fit Danny.
- Qui te dit que j'en ai pas déjà une ! répondit Ralf.

Alors que Danny demandait à Ralf si il y avait effectivement une fille, Wess entendit une bruit de brindille qui casse. Il se retourna mais ne vit rien.

- Vous avez pas entendu quelque chose ?

Les deux hommes d'armes ne répondirent que pas un hochement négatif de tête. Toutefois, Wess restait perplexe, il l'avait bien entendu, lui, ce bruit. Le jeune homme retourna vers les chevaux qui buvaient tranquillement l'eau du petit ruisseau. Il voulait être sûr qu'il n'y avait rien. Le petit vent qui soufflait plus tôt s'était arrêté et Wess tendit l'oreille pour essayer d'entendre à nouveau le bruit d'une brindille.

Et alors qu'il s'approcha de sa monture, un homme surgit de l'autre côté du cours d'eau, il avait une hache dans la main droite et son sourire s'ouvrait sur sa dentition quelques peu oublié au niveau de l'hygiène.

Wess porta sa main à son épée alors qu'un autre homme arrivait derrière le premier. En regardant autour de l'endroit où lui et ses compagnons, il vit que d'autres hommes les encerclaient. Il était une douzaine, habillé de loques, tout portait une barbe plus ou moins épaisse et tous avaient des armes sortit prêtes à être utilisé.

Le jeune noble recula vers ses deux amis qui avaient sortis leur armes. Ils étaient dos à dos et observaient ceux qui étaient sans aucun doute des bandits. Wess dégaina sa lame et vint se placer doucement auprès de ses deux compagnons. Les chevaux commençaient à s'agiter en voyant autant d'hommes approchant avec l'air menaçant.
Ils étaient clairement en infériorité numérique, mais Wess et Danny avaient reçu un entrainement poussé au maniement des armes de la part du maitre d'arme à Corbois et Ralf était un bon combattant, tout le monde s'accordaient à le dire.
Le problème était qu'il pouvait y avoir d'autre bandits caché plus loin.

- Regardez c'qu'on a trouvé, les gars ! fit un des brigands. Trois jeunes pucelles prête à nous donner tout ce qu'elles possèdent.
- C'est moi que tu traites de pucelle, vermine ! cracha Ralf.
- Il faudra nous passer sur le corps si vous voulez nous voler, fit Danny.
- Y'a pas d'problème, mon gars, répondit le bandit en ricanant bêtement.

C'était la première fois que Wess se faisait attaquer par des bandits. Il était prêt à défendre chèrement sa peau, mais il ne voulait pas mourir. De toute façon, il ne pouvait pas se laisser détrousser sans rien faire, il était l'héritier de Corbois et serait amené un jour à être Lord. Il devait se montrer fort et faire goûter à ses bandits le goût de la justice.

Wess se mit en garde, prêt au combat, tout comme Ralf et Danny. Heureusement pour eux, il ne semblait pas y avoir d'archers parmi les bandits.




Vertueux dans la colère
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 13 Mai 2013 - 23:19

Mon bras gauche lâchait les rênes du destrier qu'il tenait fermement. La position de mon membre supérieur avait pour but de faire arrêter le petit convoi d'hommes qui me suivaient depuis ce matin. L'un de mes gars vint à mon niveau la mine sceptique. Il me demandait les raisons de ce soudain arrêt. La recrue ne comprenait pas le geste que je venais de faire à l'instant. Elle pensait que nous rentrions à Winterfell comme il était convenu lors de notre départ au petit matin de la région non loin de la Maison Corbois. Après avoir passé plus de deux semaines à s'entraîner au grand air non loin de la Brèchesaigue, mais hommes n'avaient qu'une hâte, retourner dans la capitale du Nord. Les individus qui m'accompagnaient - uniquement des recrues - devaient à notre retour intégrer la prestigieuse Garde de Winterfell, ce petit voyage dans les terres du Nord était en quelque sorte leur test final, celui qui devait leur permettre de rentrer dans la cour des grands. Voilà pourquoi, l'homme qui se tenait à ma droite était surpris que nous nous arrêtions soudainement, car leur but était d'arriver dans le domaine des Stark pour obtenir leur nouveau rang et tous les avantages qui allaient avec. Néanmoins, j'en avais décidé autrement. Certes, leur formation était terminée, je leur avais promis à tous que lorsque nous rentrions, ils deviendraient des gardes, sans exception, car ils le méritaient. Mais avant de goûter à cette euphorie, mon regard c'était perdu sur le contrebas de la route que nous étions en train d'emprunter. Mes prunelles azur étaient perplexes devant cette anomalie. Je descendais de mon cheval, au moment où je touchais le sol, je pus entendre les hommes qui se trouvaient derrière moi grommeler. Je leur jetais un regard glacial pour leur faire comprendre que j'étais leur chef, et qu'à tout moment, je pouvais revenir sur mes paroles.

D'un pas lent, je marchais vers le contrebas de la route. Le terrain était un peu labouré, comme si plusieurs personnes s'étaient mises à courir après quelque chose. Accroupit, j'essayais de mieux analyser ma trouvaille, mais je n'étais pas un pisteur né. Je faisais signe à celui qui m'avait interpellé de venir à mes côtés afin de récolter son avis. D'une voix très calme, je lui demandais ce qu'il en pensait. L'individu était un peu gêné de me donner sa réponse, à croire qu'il avait peur que c'était un autre test, et que toutes mauvaises réponses allaient lui coûter cher. Mais, en bon pédagogue, je lui faisais comprendre qu'il n'en serait rien. Il déglutit, puis me donna son verdict. L'homme pensait comme moi, plusieurs personnes étaient passées par là. Ils étaient en pleine course. Le fait que les inconnus qui avaient emprunté ce chemin qui n'en était pas un à vive allure, ne me plaisait guère. Que pourchassaient-ils ? C'était la grande question qui me trottait à l'esprit. La curiosité me gagnait, et je me dirigeais vers mon cheval de façon à me remettre en selle. Néanmoins, au lieu de reprendre l'itinéraire que nous avions prévu, je décidais de suivre les traces afin de savoir où elles menaient. Mes frères d'armes me suivirent, nos chevaux marchaient d'un pas lent, car nous ne voulions pas aller trop vite. Il serait dommage de passer à côté d'une piste sous prétexte que nous voulions nous dépêcher. Nous descendîmes la pente, cette dernière avait été labourée par plusieurs passages. La recrue qui était toujours à mes côtés me montrait que des chevaux étaient passés eux-aussi par là. Sans le savoir, le jeune homme venait de marquer des points, mais je m'abstenais à montrer tous signes pour le conforter dans cette idée. Avoir des fayots ce n'étaient pas ma tasse de thé, je préférais largement la spontanéité qui était preuve de vivacité d'esprit.

Le fait de suivre ces traces, me rappelait les nombreux exercices que j'avais effectués avec mon Maître et prédécesseur. Même si cela faisait quatre années qu'Ulgof nous avait quitté, ce dernier était encore bien présent dans ma mémoire. Tous les bons et mauvais moments que j'avais pu passer avec lui étaient mes plus beaux souvenirs. Ils étaient en quelques sortes l'héritage de mon second père de substitution, et personne ne pourrait me les voler, ce qui montrait qu'ils étaient d'une richesse infinie.
Tout le monde s'arrêta quand nous entendîmes du bruit à un peu moins d'une demie mile. Je n'étais pas en mesure de dire ce que c'était, mais il n'était pas normal d'entendre des sons de ce genre dans des endroits comme celui-ci, c'est-à-dire calme. « Vous sept, vous venez avec moi ! Les autres vous restez ici avec vos et nos chevaux. » Lançais-je à mes hommes. Je préférais me montrer méfiant afin de ne pas prendre tout le monde, car nous ne savions pas où nous allions mettre les pieds. La prudence était donc de mise. Les sept hommes que j'avais choisis, me suivirent. Nous courions pour rejoindre l'endroit d'où provenaient les bruits. Au bout d'un moment, j'étais capable d'identifier ce que j'entendais, il s'agissait de voix d'hommes. Nous étions en amont par rapport à ces dernières, ce qui nous permettait de voir ce qui se passait en bas, sans qu'on nous repère. Les individus qui se trouvaient près du ruisseau d'eau devaient être des bandits au vu de leurs accoutrements. Ils venaient d'encercler trois individus avec leurs montures. Mes hommes et moi, nous nous cachions derrière les éléments naturels qui se trouvaient devant nous. Tout le monde en contre-bas avait dégainé les armes, le bain de sang n'avait pas encore commencé, ce qui était une bonne chose. Les recrus et moi-même nous sortîmes nos armes dans le plus grand silence. Néanmoins, l'un de mes hommes pris son arc. « À trois tu vises l'un des bandits. » Lui ordonnais-je. Je voulais que l'un de ces parasites meurt afin de créer un effet de surprise, et à ce moment précis nous sortirons de notre cachette pour descendre sur l'ennemi.

« Trois ! » Ma recrue se leva, le bras tendu, il décocha une flèche qui vint se planter dans la nuque de l'un des affreux. Son corps gras et lourd tombait sur le sol comme une pierre. Mais avant de périr, un dernier râle jaillissait de sa gorge faisait réagir avec surprise les autres bandits. « Celui qui n'a pas de sang sur sa lame, restera une recrue. » Et dans ces mots, nous jaillîmes de notre cachette, et nous fondîmes sur l'ennemi en courant dans la petite pente. Si les trois gamins qui avaient été pris au piège voulaient vivre, ils avaient intérêt à prendre part à la bataille.


Dernière édition par Barth Snow le Jeu 16 Mai 2013 - 14:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Wess Corbois
Noble

Général Seigneur de Corbois
♦ Missives : 69
♦ Missives Aventure : 18
♦ Age : 22
♦ Date de Naissance : 11/07/1995
♦ Arrivée à Westeros : 29/04/2013
♦ Célébrité : Richard Madden
♦ Copyright : Lyessa
♦ Doublons : aucun
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Corbois
♦ Liens Utiles : Fiche de Wess Corbois
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
6/500  (6/500)


Message Mer 15 Mai 2013 - 11:57

La situation était sur le point d'exploser et le rapport de force n'était pas en faveur de Wess et ses compagnons. Les bandits commençaient à s'approcher d'eux pour les attaquer et selon toute probabilité les tuer.
Mais alors que tout semblait voué à mener à un combat perdu d'avance, une flèche atteignit un des bandits qui se trouvaient en face du jeune Corbois. Le projectile transperça la nuque du brigand qui tomba au sol en poussant un dernier râle.

Les ennemis se stoppèrent net, surpris de la mort inattendu de leur camarades. Ils n'eurent pas le temps de réagir qu'un groupe de combattant sortit de derrière les arbres et chargea l'adversaire, profitant de l'hébétude de la bande.
Toutefois, les soldats qui intervenaient n'étaient pas en surnombre par rapport aux bandits. Wess et ses amis devaient donc intervenir pour faciliter le combat qui devenaient déjà beaucoup plus équilibré.
Resserrant sa prise sur le pommeau de son épée, l'héritier de Corbois s'élança sur son plus proche adversaire en criant :

- Corbois !

Sa lame atteignit le bandit à la mâchoire alors que ce dernier était en train de se retourner pour voir les nouveaux belligérants approcher. Du sang éclaboussa la terre et Wess. Il acheva son adversaire d'un coup net sur la gorge, ce qui eut pour effet de rajouter encore plus de sang sur ses vêtements. Mais il n'en n'avait rien à faire. C'était la première fois qu'il tuait un homme de sang froid. C'était une expérience assez étrange d'ôtez la vie à quelqu'un.
Il n'eut pas le temps de réfléchir plus, qu'un autre bandit décida de venger son compère et se jeta sur Wess. Ce dernier para l'attaque grossière facilement et recula pour mieux analyser la situation.

Ralf et Danny avait attaqué eux aussi et se démenait pour défaire les bandits. Les hommes d'armes venus à leur rescousse étaient eux aussi aux prises avec les brigands. Ces derniers se battaient bien et ne feraient qu'une bouchée des détrousseurs.

Wess releva rapidement sa lame et attaque son vis-à-vis. Le bandit était plus habile que ce à quoi il s'attendait. Plusieurs passes d'armes eurent lieu avant que le noble ne réussisse à briser la défense ennemi. Il feinta à gauche puis attaque à droite, ce qui perturba son adversaire qui finit désarmé. Dans le feu de l'action, le Corbois enfonça son épée dans le cœur du bandit pour le tuer.

Le combat tournait à leur avantage, en grande partie grâce aux combattants qui étaient sortis de derrière les arbres pour les sauver. Wess crut voir l'emblème de Winterfell sur leur tenues mais il n'en fut pas certain. Danny combattait du mieux qu'il pouvait et il ne faisait pas honte à son père. Il avait toutefois, la manche droite de sa tenue déchiré et l'on pouvait voir une éraflure qui saignait sur son avant-bras.
Ralf fait honneur à la garde de Corbois en combattant avec courage.

Tandis que Wess s'avançait pour aller soutenir son ami Danny, un bandit le frappa avec le plat de sa lame derrière les genoux. La douleur fut forte mais soutenable. Néanmoins il tomba sur les genoux lâchant son arme sous la surprise du coup.
Il eut le réflexe de crier :

- A moi !

Le Corbois se retourna pour voir l'homme qui cherchait à le tuer. C'est un homme assez âgé avec une grosse barbe grisonnante. Ses vêtements étaient semblables à ceux des autres bandits, c'est-à-dire des loques crasseuses et mal odorante. Son regard puait l'envie de sang.
Wess vit que sa bouche s'étirait pour faire un sourire carnassier ne laissant planer aucun doute sur la suite. Il chercha avec sa main la poignée de son épée pour se défendre mais il ne la trouva pas. Un coup d’œil rapide derrière lui, lui indique qu'elle se trouva à environ un mètre de lui. Sans attendre, il recula le plus vite possible, presque en rampant vers son épée.
Lorsqu'il posa sa main sur le pommeau de son arme, il fit le reflet sur soleil se refléter sur la lame de mauvaise qualité de bandit qui s'apprêtait à l'abattre sur lui.
Mais une autre lame transperça celui qui s'apprêtait à le tuer, sauvant du même coup la vie à Wess.
Le vieux brigand tomba à genoux en crachant sur sang, le regard fixé sur l'héritier Corbois, puis il s'écroula sur le sol, mort.

En relevant les yeux pour voir qui l'avait sauvé, il vit que c'était un des intervenants qui avaient surpris les bandits. Son sauveur était musclé et très concentré sur ses mouvements pour éviter les erreurs et vaincre l'ennemi. Aucun doute que c'était un très bon combattant.
Ces gars-là l'avaient sauvé deux fois en moins de dix minutes. La première lorsqu'ils avaient surpris les brigands avec la flèche et en chargeant, la seconde en le sauvant d'un bourreau très déterminé à l'achever sans autre forme de procès.
Le combat continuait mais son issue était quasiment certaine désormais. Les bandits ne possédaient pas la formation martial de Wess et ses compagnons, ni des autres combattants. Ils se faisaient tailler en pièce.




Vertueux dans la colère
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 16 Mai 2013 - 15:54

L'ivresse du combat envahissait mes sens. Mon coeur battait à vive allure, quelques gouttes de sueur ruisselaient sur mes tempes. Mes doigts se resserrent sur le pommeau de ma lame, l'étreinte que j'effectuais ne pouvait être défaite. Les hommes qui me suivirent en faisait de même, des cris jaillissaient de leur gorge, mais ces bruits n'étaient pas seulement des sons graves, mais une façon de se donner de la force, et de ne pas avoir peur d'affronter la mort en face. Les individus qui nous faisaient face, rassemblaient leur courage à deux mains pour battre le fer avec nous, les hommes de Winterfell. Ils étaient en supériorité numérique, cela n'en faisait aucun doute, néanmoins les hommes habillés en guenille n'avaient pas suivi le même entraînement militaire que les sept recrues qui m'accompagnaient pour le champ de bataille. Ils étaient les meilleurs, des futurs Gardes de la Capitale du Nord, de valeureux guerriers qui n'hésiteraient pas à donner leurs vies pour protéger les gens du Nord en détresse. Et des Nordiens étaient en détresse, nos épées allaient les sauver, mais les leurs pouvaient également se montrer utile.
Nous descendions la petite côte à grandes foulées. Les bandits qui se trouvaient en contre-bas, eux la grimpaient. L'expression sur leur visage en disait long sur leur motivation. Même si ces individus étaient des mécréants, des parasites dans notre société, ils n'en demeuraient pas moins des hommes courageux, car ils fonçaient sur nous avec les armes de piètres qualités. C'est pour cette raison, qu'ils méritaient une mort digne de celle d'un combattant, une blessure de face pour qu'ils puissent admirer la Mort qui viendra les étreintes dans ses mains glacées et osseuses. En tant que Leader de cette petite escouade, j'étais celui qui était en tête, celui qui goûterait en premier au sang de ces parias. Muni d'une hache, le bandit qui fondait sur moi para mon coup d'épée qui devait aller se loger dans son cou. Il s'aida de sa deuxième main pour pouvoir maintenir mon arme loin de sa gorge. Mais en se privant de cette dernière, sa défense était considérablement amoindrie. Je lui donnais un grand coup de bouclier sur ses côtes pour l'affaiblir. Le choc fut violent, et ses forces le quittèrent sur le moment, ne lui permettant plus de contenir ma lame qui vint se loger dans son cou. Un fort jaser d'hémoglobine jaillissait de la plaie et qui recouvrit mes vêtements de cuir rouge. Quand j'ôtais mon épée de son corps, ce dernier tomba dans une marre de sang. D'autres arrivaient, et mes petits gars étaient eux aussi en train de combattre avec fierté. « Pour Winterfell ! » Criais-je après avoir abattu mon premier bandit et afin que les mécréants sachent qui, ils affrontaient avant de trépasser.

Un nouveau « chien » vint m'attaquer sur ma gauche, cette même gauche qui tenait le bouclier ovale où le centre représentait les armoiries de la Maison Stark. Je parais l'attaque du misérable qui était lui aussi muni d'une hache. Celui-là était plus imposant que le précédent, son corps était beaucoup plus massif, et sa barbe beaucoup plus dru. Néanmoins, sa dentition abjecte était équivalente à celle de son frère mort. Je l'entendais hurler de rage à chaque frappe qu'il mettait sur ma protection faite de métal. Il voulait ma mort, et m'annonçait que cette dernière allait être foudroyante. Cet individu montrait tous les signes qu'il ne fut pas entrainé dès son plus jeune âge, qu'il avait pris les armes pour être un hors-la-loi, car tous mes élèves le savent, on ne parle pas pendant que l'on combat. Le fait de parler ou de s'adresser à son adversaire n'était pas une bonne idée, car on perdait de la concentration, et cet homme allait l'apprendre à ses dépends. Plutôt que de gaspiller sa salive à m'annoncer ma future mort, il aurait dû tourner autour de moi, voyant que les coups qu'ils portaient ne m'atteignaient pas physiquement. Au moment, où il leva les bras au-dessus de sa tête, je fis deux pas sur le côté de façon à ce qu'il frappe dans le vent, et c'est ce qu'il fit. Surpris, il me regarda avec un air féroce, je lui plantais mon arme dans son bras, pour être précis dans son biceps. Il lâcha un cri de douleur. Son sang dégoulinait sur son membre supérieur droit. Il ne pouvait plus l'utiliser, le bandit allait devoir m'affronter avec un seul bras. Il m'assignait un nouveau coup qui vint se heurter à mon bouclier, plus lent maintenant et sans doute que la douleur y était pour quelque chose, il ne se rendit pas compte que mon épée venait de lui transpercer le cœur. Ses yeux sortaient de ses orbites, il regardait ma lame d'acier couverte de liquide rouge dans sa poitrine, une fois cette dernière retirée, il tituba sur plusieurs mètres avant de s'écraser la mine contre le sol.

La bataille faisait rage. Je vis l'une de mes recrues en difficulté non loin du point d'eau. J'accourais vers elle, car je n'avais aucun adversaire pour le moment. Le bandit me vit, et para mon coup, néanmoins le futur Garde de Winterfell pouvait lui porter l'estocade fatale, car le mécréant ne pouvait parer deux lames avec une. Une violente giclée d'hémoglobine vint m'asperger le visage, j'en étais couvert. Je passais rapidement le dessus de ma main pour pouvoir enlever le sang qui me masquait la vue, car il m'handicapait sur l'instant présent. Quand cette gêne ne fut plus, je pus voir que tous les bandits étaient sur un de mes soldats, ce qui voulait dire que leur supériorité avait disparu. Néanmoins, je fus interpellé par une voix qui m'était inconnue. Quelqu'un avait besoin d'aide, et je vis un homme à terre, désarmer. Un bandit lui faisait face, et il était armé. Cela ne sentait pas bon. Je lâchais mon bouclier, car ce dernier allait me ralentir dans ma course. Heureusement, le jeune homme ne restait pas tétanisé, puisqu'il rampait pour récupérer son arme, ce qui retardait l'échéance. Le parasite était un vantard, cela s'entendait, car il prenait son temps pour que sa victime soit envahie par la peur. Je n'allais pas m'en plaindre, car cela allait me permettre de sauver le Nordien en détresse. L'homme en guenille leva son épée au ciel, et ma lame vint le transpercer en traître. Je ne prenais aucun plaisir à tuer à homme dans le dos, car pour moi cela se résumait à de la lâcheté. Mon attaque fut fatale, le scélérat tomba sur les genoux, et quand j'enlevais mon épée toute flamme de vie s'éteignit en lui. Mes prunelles azur fixaient le jeune homme.
Celui que je venais de sauver était un noble, cela se voyait à travers les vêtements qu’il portait. Je ne m'attardais pas plus sur son cas, car la bataille n'était pas encore remportée, étant donné que d'autres brigands étaient toujours en vie. Priver de mon bouclier, je dégainais ma dague pour que ma main gauche soit armée comme son homologue. Je me dirigeais vers les derniers adversaires dans la ferme intention d'achever ce conflit.

C'était terminé. Les bandits avaient été vaincus, tous avaient péri sans aucune exception. Les corps inertes recouvraient l'herbe. Mes sept recrues étaient toutes en un seul morceau, et une vague de soulagement me submergeait. J'aurai été profondément attristé si l'une d'elle avait été assassinée par ces parias. Néanmoins, certains des futurs Gardes de Winterfell avaient plusieurs blessures, ces dernières n'étaient pas importantes, mais elles méritaient des soins. Je cherchais du regard le Noble que je venais de sauver tout à l'heure. Quand je le trouvais, je me dirigeais vers lui. Mon épée était rangée dans son fourreau, et j'avais récupéré également mon bouclier. « Barth Snow, Maître d'Armes de Winterfell. » Disais-je au noble avant de poursuivre. « Certains de mes gars ont besoin de soins, et j'aimerais qu'ils se fassent soigner avant que nous poursuivions notre route, Lord... » Je savais que je m'adressais à un Lord, car il en avait l'apparence, et j'espérais que ce dernier allait m'aider puisque s'il respirait encore, c'était grâce à notre intervention.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Wess Corbois
Noble

Général Seigneur de Corbois
♦ Missives : 69
♦ Missives Aventure : 18
♦ Age : 22
♦ Date de Naissance : 11/07/1995
♦ Arrivée à Westeros : 29/04/2013
♦ Célébrité : Richard Madden
♦ Copyright : Lyessa
♦ Doublons : aucun
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Corbois
♦ Liens Utiles : Fiche de Wess Corbois
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
6/500  (6/500)


Message Sam 18 Mai 2013 - 10:09

Son sauveur se relança dans la bataille après avoir dégainer sa dague. Les derniers bandits ne tinrent pas plus longtemps. Et quelques minutes plus tard, ils gisaient tous dans l'herbe. Un juste châtiment pour de tels vermines.
Wess remit son arme au fourreau après avoir essuyé le sang qui coulait sur la lame sur les vêtements d'un des cadavres. Tout en se dirigeant vers ses deux compagnons, il vérifia qu'il n'était pas gravement blessé. Tout deux semblaient allé bien, seul Ralf avait une estafilade sur son bras droit mais cela ne le handicapait pas.

Leurs sauveurs étaient, eux aussi, indemnes, mis à part quelques blessures sans importance. C'étaient, à n'en pas douter, des combattants qui avaient reçu un entrainement très poussé au combat. Quand Wess repensait à ce qu'il venait de se passer, il se dit qu'heureusement qu'ils passaient pas là car sinon ce serait sûrement lui qui serait au sol, mort.
Pendant que le Corbois ressassait le combat dans sa tête, revoyant les deux hommes qu'ils avaient tué et celui qui avait failli l'avoir, un homme se détacha du groupe des combattants et vint le voir. C'était celui qui lui avait sauvé la vie un peu plus tôt en tuant le bandit qui s'apprêtait à l'achever.
Il se présenta à lui comme était le Maitre d'Arme de Winterfell, Barth Snow. Snow, un bâtard donc. Mais cela importait bien peu à Wess puisqu'il lui avait sauvé la vie aujourd'hui. Et le Corbois avait lui-même un fils qui se nommait Snow.
Barth Snow

- Certains de mes gars ont besoin de soins, et j'aimerais qu'ils se fassent soigner avant que nous poursuivions notre route, Lord... fit-il.
- Corbois. Je suis Wess Corbois, fils de Lord Duncan. Ce serait un honneur d'accueillir vous et vos hommes à Corbois pour faire soigner les blessures qu'ils ont obtenus si vaillamment en sauvant la vie de mes amies et moi-même, répondit Wess avec un sourire amical.

Le maitre d'Arme était plus grand que lui et bien plus impressionnant physiquement. Wess se sentait petit en face de lui. Les quelques cicatrices qu'il pouvait apercevoir sur le guerrier montrait que ce dernier était un combattant aguerri qui avait déjà connu le combat à de nombreuses reprises. Il portait un vêtement de cuir rouge, une couleur surprenante dans le Nord, fondu avec une spallière sur l'épaule gauche.
Les soldats de Winterfell portait tous un uniforme similaire, aux couleur de Winterfell, montrant leur appartenance à la Garde de la capitale nordienne.
Alors que les deux hommes discutaient, Ralf se rapprocha de son protégé afin de savoir ce qui se passait pendant que Danny se faisait un bandage sur sa blessure légère. Lui aussi devrait faire vérifier cette coupure afin d'éviter qu'elle ne s'infecte.
Wess savait que son père se ferait un plaisir d'accueillir Barth Snow et ses hommes après qu'ils eussent sauvé la vie de son fils. Le jeune homme risquait par contre de se faire passer un savon pour avoir été imprudent. Mais il décida de ne pas penser à cela et de remercier son sauveur.

- Je crois que je me dois de vous remerciez pour nous avoir sauvé. De ce que j'ai vu, vous et vos hommes êtes de très bon combattants. Nous ne sommes qu'à quelques lieues de Château-Corbois, vous pourrez y faire soignez vos plaies et vous y restaurez avant de retourner à Winterfell.

Ce n'était pas pure politesse que Wess les invitaient à Corbois, mais par reconnaissance et respect. Tous ces combattants avaient risqué leurs vies pour lui sauver la vie avec ses compagnons, ils méritaient qu'on leur donnent au moins un petit coup de pouce et connaissant Lord Duncan, un très bon repas avec de la bonne bière.
Mais avant de partir, ils devaient régler un autre problème, celui des cadavres. Ils ne pouvaient pas les laisser simplement là, gisant sur terre et sanglant. Mais leur accorder un enterrement serait trop d'honneur pour ces chiens de voleurs et d'assassins. Le Corbois n'avait pas l'habitude de devoir prendre ce genre de décisions, aussi préféra-t-il suggérer ce à quoi il pensait au Maitre d'Arme qui, lui, avait de l'expérience.

- Que pensez-vous que nous devrions faire pour ces cadavres ? Les brûler ?

Alors que Wess conversait avec Barth Snow, il fit un signe à Ralf pour qu'il aille préparer les chevaux, il ne tarderait sûrement pas à partir pour Corbois et le jeune homme ne savait pas si leurs montures avaient été touchés durant le combat. Il pensait que non car les bêtes étaient de très bon chevaux et avaient de la valeur, puisque les bandits cherchaient leurs richesses, ils n'auraient sûrement pas tuer les chevaux. A moins de chercher désespérément de la nourriture...

En vérifiant du regard, il vit que les chevaux n'avaient rien. Ralf vérifiait les sangles des selles pendant que Danny s'était mis à parler avec les hommes de Winterfell. En y réfléchissant encore, Wess se rendit compte qu'à une seconde près il était mort. Il en devait une à ce Maitre d'Arme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 22 Mai 2013 - 22:46

Cela avait été une bonne bataille. Elle nous avait décrassé les muscles qui étaient au repos depuis deux jours maintenant. J'étais content des sept recrues qui m'avaient suivi dans cette mini-aventure à risque, car « oui » il y avait un danger de mort. Nous avions beau être des soldats de Winterfell, nous n'en demeurons pas moins des hommes lambda, nous saignons de la même manière que nos ennemis, et nous pouvons mourir aussi facilement que nous prenions la vie de nos assaillants. L'une des réussites dans l'art de combattre dans un duel à mort, était de ne jamais sous-estimer son adversaire, il ne fallait pas prendre ce dernier de haut. En les voyant sain et sauf, je savais qu'ils avaient écouté mes conseils, mes recrues avaient fait preuve de courage ainsi que de professionnalisme. Elles méritaient de devenir des Gardes de la Capitale du Nord, et que l'entraînement que je leur prodiguais était le bon, cela me réchauffait le cœur, car je les préparais comme il se devait. Ulgof - mon prédécesseur - serait fier de moi s'il était toujours de ce monde.

Je me tenais en face du jeune homme que j'avais sauvé tout à l'heure. Mes yeux ne m'avaient point trompé sur son ascendance. C'était bel et bien un Lord, le fils héritier du Lord Duncan Corbois, le Seigneur de cette région. C'était une aubaine de tomber sur sa descendance, car nous n'étions pas loin de la demeure principale des Corbois, mes hommes blessés seraient donc soignés dans les plus brefs délai, et elles seront entre de bonnes mains. Cette perspective me réjouissait grandement, les hommes qui avaient combattu avec moi, je les considérais comme mes petits frères, j'étais leur grand-frère pour eux, et dans ma vision des choses, mon rôle était de les protéger en les armant du mieux possible, mais également d'assurer leur sécurité. Cette sécurité passait par le biais de soins, même si leurs blessures n'étaient pas profondes ou graves, on devait les faire soigner pour éviter que cela ne s'infecte. Le jeune homme confirma ce que je pensais de lui, puisqu'il était enclin à nous inviter chez le Lord Duncan en guise de remerciement pour lui avoir sauvé la vie et celles de ses deux compagnons. De plus, nous serions même invités à nous asseoir à la table du Seigneur Corbois. Que demander de plus ? « Ce serait un honneur pour nous que d'être reçu dans la demeure du Seigneur votre Père. Néanmoins, j'ai d'autres petits gars qui attendent à une demi-lieue d'ici, je n'avais pris qu'une partie de mes troupes. » Disais-je au dénommé Wess, pour qu'il sache que nous n'étions pas huit, mais vingt au total et autant de chevaux que d'hommes. Je ne savais pas précisément où se trouvait le château de son père, il était donc important d'aller chercher les autres qui n'avaient pas participé au combat, car ces derniers pouvaient se trouver dans la mauvaise direction à emprunter pour rejoindre le château.

Mon esprit était déjà parti pour la maison Corbois, mais le jeune homme me rappela une dernière besogne qui m'était complètement sortie de la tête. Aussi étonnant que cela puisse paraître, j'avais fait abstraction des corps inertes et froids des bandits qui s'étaient attaqués au Noble de la région. Pour moi, ils appartenaient à ce nouveau paysage, ils avaient leur place, ce n'était plus que de la chair, les animaux en feront leur diner ce soir. Mais Lord Wess Corbois n'avait pas la même vision des choses, et la sienne était la bonne. L'homme avait raison de me poser cette question : qu'allons-nous faire des cadavres ? En principe, je ne m'occupais pas de cette tâche, je laissais les autres décider de leur sort, malheureusement cette fois-ci, j'allais devoir prendre une décision. Le brun me proposa que nous allumions un grand feu, où nous ferions brûler les corps, car ces derniers ne méritaient pas qu'on les enterre. Même si ces individus étaient des raclures de la pire espèce, je ne pouvais pas leur souhaiter une fin plus désolante. Néanmoins, mes gars et moi, nous n'étions pas leur cible, ils ne savaient pas que nous traînions dans ces contrées. Les hommes barbus et vêtus de vêtements en haillons voulaient faire la peau de ce petit Nobliau et de ses deux acolytes, je trouvais donc cela normal que le jeune Lord n'était pas enclin à leur faire des funérailles dignes de leur acabit. De ce fait, je soutiendrais sa proposition qui consistait à brûler les corps. Néanmoins, je désirais que nous hérissions un petit bûcher en ramenant tous les corps en un seul point. « Nous les brûlerons, car ces derniers ont intenté à votre vie et à celles de vos compagnons. » Lui disais-je d'un ton très calme, avant de me retourner vers les trois recrues qui étaient les moins amochés du conflit. Je leur expliquais rapidement la situation, deux d'entre elles allaient chercher du bois, et quant à la dernière, elle m'aidera à ramener tous les corps. Je mettais un point d'honneur à ce que ce soit moi et mes hommes qui nous nous occupions de ce fardeau, en aucun cas le fils du Lord Duncan Corbois devait nous aider, car ce n'était pas son rôle.

Il nous aura fallu presque une bonne demi-heure pour réaliser un bûcher des plus sommaires, mais c'était bien suffisant pour ces individus abjects. Nous n'allions tout de même pas leur ériger un ouvrage digne des Premiers Hommes ? Et puis je n'avais guère envie de donner toute mon énergie pour ces derniers, même si je les remerciais de ce petit exercice matinal. L'archer - le seul de la bande - décocha une flèche de feu, faisant de l'amas de corps et de bois, un grand brasier. Le feu s'étoufferait par lui-même, nous pouvions donc prendre la route pour retrouver le reste de ma garnison avant de rejoindre le château des Corbois. « Voudriez-vous bien me suivre Lord Corbois pour que je puisse vous amener au reste de mes hommes ? » Demandais-je au jeune homme, même si je savais que ce dernier allait accepter, je n'en oubliais pas le protocole.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Wess Corbois
Noble

Général Seigneur de Corbois
♦ Missives : 69
♦ Missives Aventure : 18
♦ Age : 22
♦ Date de Naissance : 11/07/1995
♦ Arrivée à Westeros : 29/04/2013
♦ Célébrité : Richard Madden
♦ Copyright : Lyessa
♦ Doublons : aucun
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Corbois
♦ Liens Utiles : Fiche de Wess Corbois
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
6/500  (6/500)


Message Sam 25 Mai 2013 - 23:03

Le maitre d'arme de Winterfell appris à Wess qu'il avait des hommes rester en arrière et qu'il faudrait aller les chercher. A la question du jeune noble à propos des cadavres, il décida de brûler les corps car ces bandits avaient attenté à sa vie et celle de ses compagnons. Barth Snow parlait d'une voix calme.
Avec trois de ses hommes, le sauveur des trois hommes originaires de Corbois fit un bûcher funéraire pour incendier tout les corps morts en même temps. Pendant que les hommes de Winterfell s'employait à ramasser le bois et à préparer le bûcher, Wess hésita à proposer son aide mais il ne le fit pas. Il était le fils d'un Lord, et serait amené à être un Lord lui même dans le futur, ce n'était pas une besogne pour un noble comme lui. Néanmoins, cela ne l'aurait pas dérangé outre mesure d'aider, ne serait-ce que pas respect envers ceux qui lui avaient sauvé la vie.

Au final, il fallut une petit demi-heure pour réaliser le bûcher. Rien de grandiose, juste un moyen de brûler des cadavres. L'archer qui faisait partie de la troupe de Snow décocha une flèche enflammée qui embrasa le modeste bûcher funéraire auquel avaient droit les bandits. Sans attendre, que les flammes ne finissent leurs œuvres, le maitre d'arme vint voir Wess pour l'inviter, de façon protocolaire, à rejoindre le reste de sa troupe.

Ralf et Danny avaient préparer les chevaux et le jeune Corbois s'empara des rennes de sa monture, mais il ne monta sur elle, préférant rester à pied, à la même allure que les hommes du maitre d'arme. Ils marchèrent sur environ une demi-lieue avant de retrouver le restant des hommes d'armes de la capitale du Nord.
Ces derniers gardaient les chevaux de la troupe et ils furent surpris de voir revenir leurs camarades avec des entailles et du sang sur leurs vêtements. D'ailleurs, les tenues de Wess et de ses amis n'étaient pas immaculés non plus, beaucoup de sang avait giclé sur le Corbois lorsqu'il avait tué le premier bandit. Barth Snow présenta les trois hommes qu'il avait sauvé à sa troupe et leur annonça qu'ils allaient en direction de Corbois afin de soigner les quelques blessures suite au combat.
Wess déclara qu'un bon repas chaud et une bonne bière leur serait servi et qu'il mangerait en compagnie de Lord Duncan, son père.
Ils montèrent tous sur leurs montures et partirent en direction du fief ancestral de la maison Corbois. Une brise légère les accompagnaient pour les rafraichir. Ils avancèrent à une allure modéré. Corbois n'était pas très loin. Un peu plus d'une heure serait nécessaire mais en définitive, ils n'étaient pas si éloigné. Ils rattrapèrent la route qu'avaient suivi Wess et ses deux compagnons pour atteindre le lieu de l'attaque et la suivirent pour rejoindre Corbois.

Presque une heure et demie plus tard, ils arrivèrent en vue du château. Wess apréhendait d'annoncer à son père qu'il avait failli perdre la vie aujourd'hui sans l'intervention de la troupe de recrue de Winterfell et de leur maitre d'arme. Son père ne lui dirait rien en face de tout le monde. Mais dès qu'ils auraient une discussion en privé, ce dernier ne se gênerait pas pour lui jeter au visage son imprudence et ce malgré la présence de Ralf, affecté à sa protection à la demande de Lord Duncan lui-même.
Ils atteignirent les portes de la forteresse qui étaient fermées. Les deux hommes postées au dessus reconnurent Wess qui ouvrait la marche à la troupe aux côtés de Barth. Ils ouvrirent le passage et la vingtaine d'hommes de Barth Snow pénétra dans Corbois aux côtés de Wess, Ralf et Danny.

Des palefreniers les accueillirent afin de récupérer les montures épuisés. Ils les menèrent dans les écuries quand les hommes furent descendus de leurs chevaux.
Lord Duncan Corbois apparut bientôt voulant savoir qui étaient les hommes que son fils avait ramené.

- Père, je vous présente Barth Snow, le maitre d'Arme de Winterfell, et ses hommes, de futurs membres de la Garde de Winterfell. Ce sont tous de valeureux guerriers, ils m'ont sauvé, ainsi que Ralf et Danny, d'une attaque de bandit. Sans eux, je crois bien que je ne serais plus là pour vous parler, Père.

Wess prononça les derniers mots en baissant le regard. Son père ne fit aucune remarque mais lui lança un regard lourd puis répondit :

- C'est un plaisir pour moi de rencontrer le maitre d'Arme de Winterfell et l'homme qui a sauvé mon fils. Vous m'honoreriez si vous acceptez de manger à ma table. Une bonne bière vous sera versé à vous et à vos hommes. Si vous avez des blessés, demandez à un palefrenier de vous menez à mon mestre, il s'occupera de faire le nécessaire.

Lord Duncan ordonna à une servante de faire préparer de bons repas chauds et la meilleur bière du château aux invités. Il dit alors à Barth de le rejoindre dans la grande salle où le repas serait donné, une fois qu'il aurait réglé les éventuels détails qu'il pouvait avoir à régler avec ses hommes et que dès que les blessés seraient panser, ils pourraient les rejoindre pour se restaurer.
Wess alla voir Ralf et Danny pour leur dire qu'ils pouvaient venir si l'envie leur prenait. Ralf préféra aller s'occuper de son cheval. Il mettait un point d'honneur à s'occuper lui-même de sa monture. Quant à lui, Danny fut enthousiaste et suivit l'héritier Corbois dans la grande salle pour prendre un bon repas.

Une aventure qui aurait pu se révéler mortelle qui se terminait bien finalement. Néanmoins, cela faisait bizarre à Wess car il avait prit la vie à quelqu'un de sang froid. C'était la première fois qu'il tuait un homme. Il préféra ne plus y penser pour l'instant et il sourit en pensant au bon repas qui l'attendait, ainsi qu'au confort de Corbois, sa maison.




Vertueux dans la colère
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 7 Juin 2013 - 22:35

L'odeur du bûcher funeste de fortune dégageait une forte odeur de viande brûler qui se mélangeait à l'air que nous respirions. Comme je l'avais demandé au jeune homme, nous quittâmes les lieux pour nous diriger vers le reste de ma garnison qui m'avait accompagné à plusieurs lieux de notre chez nous. Dépourvu de chevaux, les gars et moi nous étions obligés de marcher sur la distance qui nous séparait du reste du groupe. Néanmoins, je fus étonné de voir que le fils du Lord Corbois avait opté par le même style de déplacement que nous les hommes de Winterfell, alors qu'il avait son cheval à porter de main. Mais, le jeune Lord préférait sans doute se mouvoir à notre rythme, et puis nous n'étions pas pressés, donc tout le monde pouvait utiliser ses pieds pour se déplacer.
Un large sourire se dessina sur mon visage quand je revis les miens, ces derniers n'avaient pas bougé d'un iota, ils avaient parfaitement obéi à mes ordres. Je voyais sur leurs mines des expressions d'étonnements. De un, ils ne s'attendaient pas à nous voir en compagnie d'autres individus, effectivement nous revenions avec trois petits nouveaux. De deux, des blessures superficielles ornaient nos corps ainsi que de la sueur. Je leur expliquais donc ce qui s'était passé à une demie-lieue d'ici, leur présentant par la même occasion Wess Corbois et ses deux compères qui l'escortèrent au moment des faits. Puis, je vis des sourires quand je leur annonçais que nous n'allions plus à la Capitale du Nord, mais dans la demeure des Corbois pour justement panser les plaies des blessés, et festoyer comme il se devait. Même si j'étais un Bâtard, le fait d'être le Maître d'Armes de la citadelle de Winterfell faisait beaucoup sur les accueils des Nobles de la région qui se montraient cordial avec moi au vu de mon ascendance.

Chacune des recrues retrouva sa monture pour se mettre en selle, j'en faisais de même. Néanmoins, je ne prenais pas la tête du groupe, car je ne connaissais pas le meilleur chemin pour rejoindre la maisonnée Corbois, c'était donc son digne héritier qui mena le convoi à destination. Le voyage se déroula sans encombre, pouvant profiter des paysages en les admirant. Qu'est-ce que j'aimais le Nord, cette région était la plus belle des Sept Couronnes, même si les températures étaient rudes, il y faisait bon vivre. Pour rien au monde, je désirerais m'installer ailleurs. Mes vêtements chauds étaient comme une seconde peau pour moi, les enlever me donnait l'impression que l'on me mettait à nue, ou pire que l'on m'arrachait la chair des muscles.
Nous arrivâmes à bon port devant la grande bâtisse des Corbois. Je n'avais pas souvenir d'y avoir déjà mis les pieds, c'était donc bel et bien la première fois que je venais en ce lieu. Néanmoins, j'avais déjà vu le Lord Corbois notamment lors d'une visite dans notre ville pour y voir le Suzerain Stark de l'époque. Nous descendîmes de nos selles quand les palefreniers arrivèrent pour nous prendre nos bêtes afin de les amener aux écuries du château. Quelques instants plus tard, Duncan Corbois arriva devant notre petite assemblée. Son fils prit la parole et lui expliqua la raison de notre soudaine visite en nous présentant comme étant ses sauveurs suite à une attaque de mécréants. Je pus remarquer le regard sombre et lourd du père qu'il jeta à son fils, cela voulait en dire long. Comme quoi la vie de Noble n'était pas si géniale qu'elle puisait en paraître, mais elle était quand même bien meilleure que celle d'un Bâtard. Enfin bref, le Lord nous accueillit les bras ouverts en nous invitant à rejoindre sa table, et que son Mestre était à la disposition des blessés. « Je vous en remercie Lord Corbois, ce serait un honneur pour nous de pouvoir se joindre à vous. » Lançais-je à l'homme avec la plus grande des politesses. Je me retournais vers mes recrues légèrement abîmées. « Ceux qui ont besoin de recevoir des soins, faites-vous soigner, et une fois que cela sera fait, vous nous rejoindrez. » Disais-je à mes gars, ma voix devait faire comprendre que les individus avec des plaies devaient aller voir le Mestre obligatoirement. Pas de bières pour les non-pansés.

Quatre des futurs gardes que j'avais formés quittèrent le rang pour se diriger vers les appartements du Mestre de Corbois pour y recevoir les soins nécessaires. Les autres me suivirent. Nous arrivâmes dans une grande salle où les odeurs des mets commençaient à se faire sentir. L'atmosphère y était chaude ainsi qu'agréable. Même si cela ne faisait pas longtemps que nous avions voyagé, il était toujours plaisant de pouvoir se nourrir dans la demeure d'un Noble, car la nourriture était meilleure que les provisions que nous apportions avec nous. De la bière fut servie dans nos cornes. Je pris la mienne, me levant devant les hommes qui partageaient ce moment avec moi. « Nous vous remercions encore Lord Corbois pour votre hospitalité. » Sur ces mots, je me rasseyais, buvant et mangeant les plats qui étaient mis à notre disposition.
Une fois ma pense rassasiée, je m'adressais au fils du Seigneur de ces terres d'une voix discrète de façon à ce que son père ne m'entende pas. « C'est la première que vous preniez la vie d'un homme ? » Lui demandais-je les yeux dans les yeux. Si je lui posais cette question, c'était pour savoir si cela était effectivement une première. Ôter la vie d'un être humain dans ces conditions n'étaient pas chose aisée. Il était donc important qu'il en parle à quelqu'un si cela s'avérait être exacte. Je prenais très à coeur ce rôle, car je le faisais avec mes propres hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Wess Corbois
Noble

Général Seigneur de Corbois
♦ Missives : 69
♦ Missives Aventure : 18
♦ Age : 22
♦ Date de Naissance : 11/07/1995
♦ Arrivée à Westeros : 29/04/2013
♦ Célébrité : Richard Madden
♦ Copyright : Lyessa
♦ Doublons : aucun
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Corbois
♦ Liens Utiles : Fiche de Wess Corbois
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
6/500  (6/500)


Message Sam 22 Juin 2013 - 22:32

Quelques hommes de Barth partirent se faire soigner par le Mestre de la maison Corbois. Ces derniers seraient bien traités, assurément. Tout les autres suivirent Lord Duncan et Wess dans la grande salle. Les plats commencés à être posé sur les grande table où les hommes pourraient se restaurer.
Le seigneur des lieux prit place dans le grand siège qui présidait à toute la salle et qui se trouvait au centre de la table d'honneur qui était surélevé d'une trentaine de centimètres par rapport au reste de la pièce. L'héritier Corbois prit place à sa droite, tandis que le maitre d'Armes de Winterfell s'asseyait à côté de lui.
Danny préféra s'asseoir avec les hommes de la Garde de Winterfell pour sympathiser avec ceux qui avaient combattu à ses côtés. Une bonne bière fut servi à chaque soldat ainsi qu'à tout ceux qui se trouvait à la table d'honneur.
Il faisait très bon dans la grande salle grâce au feu qui brûlait dans les deux grosses cheminée. Elle réchauffait l'air jusque dans les pièces attenantes permettant ainsi de surmonter l'hiver dans la grande salle. Bien sûr la forteresse des Corbois était pourvu d'autre cheminée mais aucune n'était aussi grosse que celle-ci.

Wess décida de ne pas penser à la future discussion qu'il aurait avec son paternel. Il se ferait sûrement secouer pour son imprudence à vagabonder sans escorte forte. Qu'importe désormais, il était en vie et se méfierait la prochaine fois.
Alors qu'il allait porter sa coupe rempli de bière à ses lèvres, Barth Snow se leva pour remercier Lord Corbois de les accueillir sous son toit. Dès qu'il se fut rassit, tout le monde but dans sa corne de bière une bonne rasade de ce breuvage qu'adorait les hommes de tout horizons mais particulièrement du Nord. Le jeune homme ne se servit que très peu de viande dans son assiette car il n'avait pas très faim malgré ce qu'il avait du faire aujourd'hui. Il avait encore l'odeur des cadavres qui brûlaient en tête et il faut avouer que ça ne donne pas trop envie de manger.

Peu après, Barth se pencha vers Wess pour lui parler en privé. Le Corbois tendit l'oreille à son nouvel ami. La question du maitre d'armes le toucha beaucoup. Oui c'était bien la première fois qu'il tuait un homme.
Le jeune noble pris quelques secondes avant de répondre, le temps que son père arrête de rire bruyamment à une blague de son frère qui se tenait à sa gauche.

- En effet, c'e-c'est bien la première fois...

Il avait bégayé stupidement ! Ce n'était pas digne d'un seigneur, pas digne de l'homme qu'il aspirait à être... Mais il n'avait que rarement l'occasion de confier ses sentiments à quelqu'un. Son père et lui n'avait pas une relation forte. Et ses frères étaient trop jeunes pour comprendre ce genre de choses. Quant à sa sœur, il ne fallait pas y penser. Seul son oncle pouvait faire un interlocuteur mais ce dernier n'avait pas participé à de vrais combats depuis longtemps.
Barth Snow au contraire était un maitre d'armes, un commandant qui entrainait des hommes à combattre pour probablement tuer un jour. C'est pourquoi, en plus du fait qu'il était redevable à ce guerrier, qu'il décida de se livrer.

- Cela fait vraiment bizarre... Penser qu'on a le pouvoir de retirer la vie à quelqu'un. J'ai eu l'impression d'être puissant mais en y réfléchissant cela fait un peu peur. Penser qu'on n'est pas intouchables non plus et que la vie peut nous être ôter tout aussi facilement. Je dois vous avouer que pendant le combat, j'ai eu ... peur. Peur de mourir.

Jamais Wess ne s'était livré comme ça à quelqu'un pas même son ami de toujours, Danny. Ce dernier était un bon gars mais il était beaucoup trop insouciant et immature pour pouvoir discuter de chose comme cela sérieusement. Et Lord Duncan ne parlait jamais de ses expériences au combat alors qu'il s'était illustrer comme un vaillant combattant durant la Rébellion des Skaggs. Plusieurs fois, Wess avait pressé son père de questions mais ce dernier les évitait ou n'y répondait carrément pas.
Il fallait avouer que cela faisait du bien de parler et lâcher ce qu'on avait sur le cœur. Mais maintenant que c'était fait, il avait un peu peur que le vétéran qu'était Barth Snow ne le prenne pour un faible.

Après avoir parler, l'héritier Corbois reprit une gorgée de bière. Le liquide était frais et pétillant, exactement comme il l'aimait. Après avoir fini sa coupe, il fixa Snow dans les yeux attendant d'entendre sa réponse.

La grande salle était bruyante du fait des bavardages de chaque soldats de Winterfell, et des hommes de Corbois qui se trouvait là. Un vieux garde racontait à une dizaine de combattants une aventure qui lui était arrivé en chemin vers l'île de Skagos, où il était question de son barda ainsi que d'un grizzli dans la forêt.
Wess n'entendait pas ce que disait exactement l'histoire mais elle fit rire très fort ceux qui écoutait. Un grand sourire barra le visage du jeune noble devant cette joie de vivre dans sa maison. Il ne sera pas dit qu'à Corbois, il ne fait pas bon vivre.




Vertueux dans la colère
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Des bandits et un maitre d'arme. (Flash back : Barth Snow [209])

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Made in Flash Back
» Un professeur un peu spécial... [Flash Back]
» Garckün [Seigneur Nain et Maitre d'Arme]
» Zéphir, votre maitre d'arme chéri!!
» Maitre d'Armes - Averna Severs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-