AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Une rencontre glaciale [Flash-Back Jack Harclay]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 20 Avr 2013 - 19:43

Nous sommes en 200 près de la région de Lonlac. Sur une piste de montagne, un chasseur se rapprochait du dit Lac, sans aucun doute pour remplir sa gourde d'eau. Et peut être repérer la trace d'un animal sauvage. Cette méthode est utilisé par tous les prédateurs pour piéger leurs proies. Nous étions en hiver, un vrai hiver, comme les Sudiens ne connaissent pas. Le froid est cinglant, la neige collante, gélant les vêtements et les fourrures.

Calum était venu dans cette partie de la région pour chasser éventuellement quelques orignacs, lièvres ou autre raton-laveurs. L'hiver étant présent, le commerce de fourrure tournait à plein régime, pour le plus grand plaisir de son frère Tugdual. Calum était heureux également, il venait de rencontrer la femme qui porterait, plus tard, ses enfants. Mais pour l'heure, il avait plus urgent à faire. Son futur beau-père lui avait raconter qu'un berger avait été retrouver par ses confrères aux portes de la mort, battu et délester de tous ses vêtements. Sa jeune fille, d'environ treize printemps, avait subi bien pire, vu qu'elle fût violée alors qu'elle n'a jamais eu de floraison. De plus, la famille avait perdu son troupeau de chèvre, sa seule richesse. Le Burley avait donc ordonner la traque de ses brigands, mais sans résultat. Les jours passaient sans que quelqu'un repère leurs traces. Mais le Chef de Clan ordonna aux traqueurs de débusqués tous bandits et autres brigands sur ses terres. La chasse était ordonné. Malheureusement, il faisait froid, et même extrêmement froid, et la chasse serait bien difficile.

Même pour Calum, pourtant habitué au froid et aux rigueurs de l'hiver, il faisait froid, et même très froid. Certains diraient même glaciale. La chasse était rude, les proies rares. Le soleil n'était plus au zénith, il lui restait encore quelques heures de jour avant de trouver un abri pour la nuit. Il lui faudrait peu de temps pour arriver au lac, et prendre de l'eau pure. Certains idiots auraient pris de la neige et l'aurait manger pour calmer leurs soifs. Mais il fallait savoir que manger de la neige asséchait bien plus facilement la gorge que le désert. Bon, peut être pas autant que le désert, mais vu que le Nordien ne compte pas vraiment allez dans les terres de Dorne ...

L'eau était l'élément indispensable pour la vie, et si il y a la vie, il y a, non loin, la mort ... S'approchant de plus en plus du lac, il remarqua de nombreuses traces de pas humaines. Tout d'abord, une trace solitaire, faite par quelqu'un de maladroit, ou d'inconscient. Un peu plus loin, une dizaine de traces longeait la rive. Depuis quelques temps, le Burley avait ordonné la traque de plusieurs bandits qui étaient en maraude. Ce n'était pas des brutes sanguinaires, mais ils causaient quelques soucis aux différents Clans. La justice étant d'un naturel expéditif dans Westeros, cela était de même dans le Nord. Sans donner de consignes particulières, le Chef de Clan avait ordonner la traque de cette bande de tire-laines aux pisteurs découvrant leurs traces.

Mais pour l'heure, il fallait aider le fou qui allait tomber droit dans le piège. Il suivait la trace du solitaire sans aucun mal. Apparemment, c'était un homme, au vu des profondes traces qu'il laissait derrière lui, peu habitué à voyager en plein territoire sauvage. Ici et là, il avait trébuché sur des branches, et il ne possédait pas de pattes d'ours pour éviter de s'enfoncer dans la neige. Il serait facilement fatigué, et la fatigue, dans ses terres glaciales, étaient, comme la faim ou le froid, un ennemi mortel.

Il tomba sur un homme qui devait avoir le même âge que lui, de dos, qui avait, par désespoir dans ce froid polaire, avait fait un feu chétif dans le mauvais sens du vent. S'approchant sans bruit, il lui dit, d'un ton calme et autoritaire.


"Tu devrais faire attention, je te suis depuis des lieues. Qui est tu ?"


Dernière édition par Calum le Lun 22 Avr 2013 - 7:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 21 Avr 2013 - 0:45

La nature, l'exil, le voyage, le froid, la chasse hasardeuse et la survie, voilà ce dont était fait la vie de Jack désormais. Cela faisait quelques jours que l'incident s'était passé. Quelques jours qu'il avait combattu son frère et son père, leur laissant des marques de leur défaites. Il avait enduré leur insultes durant tant d'années, leur moqueries, leur paroles acérées. Mais s'en était fini, le second fils du Harclay avait finit par craquer, finissant par montrer que le sang des guerriers du Nord coulait bel et bien dans ses veines. A deux contre un, il avait réussit à remporter l'affrontement, les hommes du clan le regardaient, souriant, certains de sa défaite. Quelle ne fut pas leur surprise que de voir leur chef et son héritier face dans la neige rougit d'une entaille, le souffle court, l'envie de rire complètement envolée, avec un ultime crachat sur le visage.

Parti. Il était parti, reniant sa famille, son père et son frère surtout. Ses montagnes lui manqueraient. Le bois lui manquerait, mais plus que tout, sa sœur lui manquerait. Shireï, de quatre ans sa cadette, elle était la seule personne qui comptait encore réellement pour lui. La seule personne avec qui il aimait passer du temps, le seul membre qu'il considérait réellement de sa famille. Son cœur saignait de la laisser là-bas, mais, il fut obligé. Il n'était pas sûr lui-même de survivre à ce périple vers on ne sait où, la nourriture manquait cruellement, les morsures du froid semblaient profondes, et, le Nord n'était pas l'endroit le plus paisible de ce bon vieux continent. Alors oui, le voyageur isolé fut obligé de l'abandonner, elle était encore jeune, il n'aurait pas supporté que quoi que se soit lui arrive. Un jour, il la retrouverait, il en était certain, et, elle serait devenue une grande guerrière, c'était dans son sang. Entourées par de telles hyènes, elle ne pouvait devenir que plus forte.

Le voyage donc, fut compliqué. Jack voyageait à travers le bois-au-loups en direction de Winterfell, espérant trouver quelconque refuge, ou travail pour un reître. Bien entendu, il n'était pas sûr de sa direction, il n'avait jamais voyagé seul si loin, et, pour tout vous dire, rien ne ressemble plus à un arbre, qu'un autre arbre. Allez donc vous retrouver dans une si grande forêt. Emmitouflé dans une épaisse fourrure d'ours, l'ambidextre avançait avec difficulté dans la neige qui semblait si profonde. A chacun de ses pas, le jeune homme se sentait comme happé par une force invisible, si bien qu'il en venait à voir rarement ses genoux.

Par chance, le combattant du Nord avait emporté un peu de provisions pour ce long voyage. Par chance, car, Jack se révéla être un bien mauvais chasseur. Toute les proies qu'il eut en vue détallèrent avant même qu'il ait pu faire quelque chose, le laissant ainsi sans gibier.

En cette journée, le soleil commençait à se montrer fatigué. Ses rayons s'estompaient peu à peu, les ombres s’agrandissaient à vue d’œil, chaque son devenait inquiétant, et le mot « froid » prenait une tout autre dimension. Très vite, Jack dû trouver un coin, pour faire un feu, après quelques minutes de recherches, il trouva un petit endroit isolé, un grand nombre d'arbres semblaient avoir en parti épargné le sol de l'épaisse couverture blanche qui recouvrait la quasi totalité du paysage. Il put donc aisément dégager ce qu'il y avait pour allumer son bois, et ainsi se réchauffer.

Très peu de temps après, une voix se fit entendre dans son dos, sans le moindre bruit de pas avant cela, le tout avec un ton calme. L’inconnu disait à Jack qu'il devait faire plus attention, qu'il le pistait depuis des lieues, finissant par lui demander qui il était. Le Harclay en rit.

« Ah ! Vous dites que vous me suivez depuis longtemps, vous vous montrez devant moi en avouant cela, et c'est moi qui devrait faire attention ? Qu'est-ce qu'il se serait passé si j'étais un grand furieux avide de combats qui s'énerve pour un rien ? Vous prêchez la vigilance sans pour autant appliquer vos préceptes, sieur. Cela dit, je dois vous reconnaître une certaine habilité à camoufler vos pas. »

Jack sourit avec simplicité, avant de proposer à l'inconnu de se joindre à lui pour se réchauffer.

« Enfin, pour répondre à votre question, je suis Jack Harclay, fils du Harclay, et bien meilleur combattant que lui. Vous me disiez de faire attention, mais, ma vie est faite de combat. De quoi dois-je me méfier ? Du groupe qui suit mes pas ? Cela fait bien trois jours que je l'ai vu , ils doivent être sept ou huit. Ils avancent torches allumées, regardez. »


D'un doigt, Jack pointa des flammes qui se dandinaient au loin dans la forêt.

« Ils sont loin et avancent moins vite que moi. Ici, j'ai un avantage, il est aisé de créer une embuscade, et, avec l'effet de surprise en terrasser … Trois. J'en affronterai sûrement deux avec mes épées, je doute fort qu'un groupe à ma poursuite, qui, logiquement serait constitué de brigand ait eu un entraînement martial conséquent. Deux adversaires ne poseraient pas problème, le reste du groupe finirait sans doutes par fuir. On ne dirait pas comme ça, mais, ça fonctionne bien là dedans, et, je me débrouille plutôt bien au combat. »


Sur ces mots, Jack pointa son front, désignant son cerveau en bon état de marche, tout en riant légèrement.

« Enfin, je parle, je parle, mais … Quel est votre nom chasseur ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 21 Avr 2013 - 15:31

Aux paroles du fils Harclay, Calum ne pût s'empêcher de sourire intérieurement. Qu'aurait il fait si Jack l'attaquait ? Il n'aurait certainement pas combattu le jeune guerrier, il aurait fuit le combat. Cela prouvait bien que c'était un guerrier et non un traqueur, qu'il ne connaissait rien à la vie sauvage. Protéger par les murs de sont chez soi, le jeune homme raisonnait comme un citadin. Ce n'était pas sa faute, mais cela pourrait lui coûter la vie. Le manque de provisions, l'absence de pièges autour de son bivouac pour attraper les différents lièvres et même le choix de l'endroit pour faire son feu révélait d'un manque crucial de survie dans ses contrées.

"Je vois surtout un homme seul, ne sachant nullement se déplacer en forêt, perdu. Qu'aurais je fais si tu m'avais agressé ? J'aurais fui, tu m'aurais poursuivi, tu te fierais aux traces que j'aurais laissé et, sans que tu t'en doute, j'aurais décocher une de mes flèches et atteint ta gorge, te vidant de ton sang comme un orignac lorsque sa carotide est touchée. Tu serait mort avant de toucher le sol et ton cadavre servirait à nourrir les nombreux loups de la région."

Le ton du chasseur n'était pas hautain, ni même condescendant. Pour lui, c'était la vérité et il aurait accompli ce qu'il venait de dire, sans autre forme de procès. Le chasseur, loin d'être charismatique, était quelqu'un sûr de ses gestes et de ses mouvements. S'approchant du feu, évitant la moindre dépense d'énergie inutile, ses mouvements rappelaient ceux d'un loup, toujours à l'affût, silencieux, en un sens, mortel. Il regarda le jeune Harclay dans les yeux et ce dernier pouvait voir la rude vie du chasseur. Couturée de cicatrices à son visage, Calum n'était nullement un modèle de beauté et on pourrait même dire qu'il était moche à faire peur. Sa main gauche ne possédait que quatre doigts, l'auriculaire ayant disparu.

"Ton plan est ingénieux, mais il manque de discernement, Jack Harclay. Ne prend pas les brigands pour des idiots, la plupart connaissent la région. Certains chassent ici depuis aussi longtemps que moi et d'autres combattent pour leurs survies, surtout ici, dans cette région. Tu es sans doute un grand guerrier, je ne dit nullement le contraire, mais tu n'es pas sur un champ de bataille, tu es traqué, comme une proie. Toi tu ne vois que les feux de leurs positions, moi je vois un leurre, servant justement à t'induire en erreur. Ils sont lents, certes, mais ils sont comme les loups, ils te traqueront jusqu'à temps que tu t'épuise, et là, ils frapperont, non pas au corps à corps, mais avec une flèche, de la même manière que moi, en moins subtil, sans doute. C'est du moins ce que je ferais, si j'étais avec eux."

Le jeune chasseur regardait les flammes, au loin. Ils étaient encore à quelques lieues, ils leurs faudraient quelques temps encore pour arriver à portée d'un arc. Ils attaqueraient sans doute en pleine nuit, en laissant quelques-uns des leurs avec des torches, pour donner une fausse impression de sécurité. Prenant un des lièvres de sa besace et son dirk, il lui retira la peau avec précaution, cherchant à éviter de gâcher la fourrure de l'animal. Certes, ce n'était pas une belle peau, mais elle servirait pour faire l'intérieur de bottes, ou d'un casque sans aucun problème. Il pris une branche et fît rôtir le lièvre sur le feu chétif.

"Je me nomme Calum, du clan Burley. Je chassais dans le coin quand j'ai repéré tes traces et ceux de tes ... poursuivants. Le Burley nous à ordonner, à nous autres, traqueurs, de tuer tous brigands sur nos routes. Des chèvres ont été volés par chez moi, le berger et sa jeune fille furent retrouvés non loin, le père fût matraqué et laissé pour mort, sans aucun vêtement. La fille eût moins de chance, ils la violèrent et la marquèrent comme du bétail. Je compte m'occuper de ceux là, pour l'exemple. Veut tu te joindre à moi ?"
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 22 Avr 2013 - 22:21

L'étranger semblait bien plus malin que ce que son visage amoché laissait penser. Il connaissait aussi très bien son domaine, chasseur, il ne l'était sans aucun doutes. Aux propos du jeune Jack, le nouvel arrivant expliquant que la seule chose devant lui était un homme seul ne sachant se déplacer en forêt. Il était vrai. Au sein des montagnes, l'on n'apprenait pas vraiment à être discret ou silencieux. Le concept étant bien plus tourné vers le combat bien plus simple. Dans le clan Harclay, il y avait bien plus de combattants beuglant un « WEUHAHHRRRGGGG !!! » en chargeant vers un ennemi que de trappeurs sachant agir dans le feutré. L'archer expliqua sa méthode si jamais l'ambidextre avait voulu l'attaquer, une fuite, des fausses traces, puis une flèche dans la gorge, rien de plus simple. Jack se mit à rire chaleureusement.

« Ah ! Vous … Oh et puis merde. Tu parles bien chasseur ! Cela dit, laisse moi t'enseigner quelque chose. Tu te fies aux lames à ma ceinture. Tu t'es certainement dit que j'étais un spécialiste du corps à corps. Tu n'as pas tort. Cela dit, comme toi, tu sais sans doutes combattre avec une lame, un guerrier se doit d'avoir de quoi faire sur la distance. »


Cachée à l'ombre, sa main droite tenait une dague de lancer, celle-ci s'y était agrippée discrètement depuis l'arrivée du silencieux. La lame se révéla au grand jour, et fut lancé entre les deux pieds du trappeur. Ce dernier expliqua alors que ses brigands sont bien moins idiots qu'il ne semblait le penser. Certains devaient chasser ici depuis bien longtemps, et, ces lumières étaient sans nul doute des leurres. Même lents, ils finiraient par le rattraper, et lui décocher une flèche mortelle. Décidément, cet homme était malin. A la lumière des flammes, un sourire intéressé se dessina sur les lèvres du fuyard.

« Ta théorie semble tenir la route. Mais, même si ce sont des leurres comme tu dis, il y a bien des hommes là-bas. Les dissimulés ne doivent pas se déplacer bien loin. Ils ont beaux connaître l'endroit, ces bois restent dangereux. Pour y avoir vécu toute ma vie, je sais de quoi je parle. Et … Cela peut paraître idiot, mais, se cacher dans un arbre permet une embuscade parfaite, encore plus en pleine nuit. Personne ne pense à chercher au sommet de l'un d'eux. En plus de quoi, en pleine nuit, les torches auraient du mal à atteindre la cachette. Leurre ou non, caché en haut, j'aurais un certain avantage, pouvant atteindre les archers en premiers, et pouvant ensuite faire parler mes épées. Certes, je ne suis pas un trappeur. Certes, je ne sais camoufler mes pas. Mais, je sais attirer quelqu'un dans un piège. A ce sujet. Une petite question. Et si … La proie n'était pas moi ? Et si je n'étais qu'un appât pour attirer la vraie proie ? Que ferais-tu pour t'en sortir ? Je suis curieux. Tu sembles malin et dégourdi, j'aimerais bien entendre cela. »


Jack sourit avec chaleur, regardant faire l'homme, sortant un lièvre, lui ôtant avec précision la fourrure, pour enfin le faire rôtir, et raconter son histoire. Calum, du clan Burley, traqueur au service du Burley, en chasse de ces fameux brigands. La suite prit une tournure nettement moins agréable. Des chèvres furent volées -jusqu'ici, tout va bien- un fermier tué, et sa fille violée par un groupe, puis marquée au fer rouge. Il disait vouloir s'occuper d'eux, pour l'exemple qu'il disait, avant de lui proposer de se joindre à lui. Avant toute réponse, Jack tira une gourde en peau de chèvre, pleine de vin, y but deux grandes gorgées, avant de relâcher un « Ahh .. » jouissif. Le combattant s'essuya la bouche avant de lancer la boisson à son compagnon de veillée.

« Triste histoire que voilà, Calum du clan Burley. Cette fille finira sans doutes par se donner la mort d'une manière ou d''une autre. Telle est la réalité. Ce ne sont pas de simples brigands, le Burley a bien fait les choses. Mon … Hmm, restons poli. Mon putain de père donc, n'aurait rien fait si cela était arrivé sur nos terres. En plus de quoi, cela tombe bien, je comptais m'occuper d'eux par cette belle nuitée. La lune est pleine, et azurée. Symbole de mon clan. N'est-ce pas un signe que l'on peut lire là ? Seulement, un chasseur est-il prêt à affronter de si près la mort ? Je ne remets pas en cause tes capacités trappeur, mais, as-tu déjà affronté plusieurs hommes dans le but leur ôter la vie ? »


Un rire lui sortit de la bouche. Les hommes des clans étaient réputés pour ne pas avoir peur, du moins, les guerriers. Jack avait rencontré peu de chasseurs. Comme dit précédemment, ce qui s'apparentait le plus à de la chasse au sein des Harclay était un grand bonhomme tout en muscle armé d'une lance épaisse courant vers l'animal, beuglant un grand « WEUHAHHRRRGGGG !!! » avant de tirer avec grande force son arme de jet. Aussi étrange que cela paraissait, cela marchait plutôt bien.

« Il faut se préparer à mourir. Cette éventualité est terrifiante, chaque combat peut entraîner cela. Si l'on s'y prépare sérieusement avec un tel affrontement, nul raison d'être immobilisé par la terreur dans la bataille. Et, en ce jour, le risque de mourir est grand. »


Nul rire cette fois, nul sourire, Jack ne se sentait pas supérieur. Simplement, tous n'étaient pas préparés à voir la mort de près. Certains, d'ailleurs, n'y arriveraient jamais. S'ils devaient combattre côte à côte, le guerrier devait s'assurer que ce Calum ferait un bon allié. Certes, il ne connaissait pas grand chose de cet homme, mais, pour l'instant, c'était peut-être sa seule chance de réellement faire quelque chose de moins risqué qu'une embuscade, et de se retrouver à dix contre un. S'il disait vrai, le traqueur était fin tireur, de quoi aider, et de quoi soulager l'épéiste qui sera dans le feu de l'action. Espérons seulement qu'une flèche ne se perde pas dans ses fesses, ou dans un endroit plus dangereux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 3 Mai 2013 - 14:30

Le chasseur prit la gourde de vin, et en bût une longue traite. Un vin pas vraiment délicat, apre en goût, mais qui réchauffait les entrailles de façon remarquable. Un vin particulièrement apprécié des clans du Nord, même si ses derniers buvaient principalement de l'hydromel des abeilles du Nord, un hydromel que l'on buvait régulièrement, que ce soit lors des repas, ou même pour se désalterer, car c'est bien connu, le froid donne soif. Du moins, c'est ce que prétende les anciens ... Mangeant avec délice le lapin, il laissait Jack lui dire qu'il pouvait parfaitement être avec les bandits et qu'au final, c'était lui, la proie. Il lui laissa également dire la vérité sur la jeune femme, et effectivement, elle se donnerait surement la mort. Ou bien elle ferait face, et sera bien plus dure envers elle ou envers les autres. Continuant de manger le morceau de viande qu'il avait retiré de la carcasse.

"Guerrier, je sais que tu n'est pas avec eux. Regarde toi, tu a le visage d'une jouvencelle, et tu me vouvoie depuis tout à l'heure. Tes fourrures sont superbes, il est vrai, mais tu les met comme un citadin. Si tu veux mon avis, tu est parti de chez toi, prenant tes affaires et partant sur les routes. Et tes paroles me le confirment. Ici, nous sommes plus sur ton territoire depuis environ une vingtaine de lieu, et je ne pense pas que tu connaisse cette forêt aussi bien que moi. Je parcours les montagnes et les rivières depuis bientôt 10 ans. Alors que tu dormait tranquillement dans ton lit douillet, moi je dormait dans les carcasses encore fumantes de certaines de mes proies pour ne pas mourir de froid. Alors que toi tu chassai avec ton père le Harclay pour le plaisir de tuer une bête, moi je chassai pour nourir mon Clan ..."

Calum termina sa phrase, avant de remanger un morceau. Prenant le foie, il l'avala d'une bouchée. Dégueulasse, il est vrai, mais ô combien nutritif. Ce jeune blanc-bec le prenait de haut, et le chasseur, loin de s'énerver, lui expliquait. Ici, aussi proche des montagnes de la Blanchedague, la vie était trop courte pour s'énerver inutilement. Néanmoins, une phrase du jeune guerrier lui fît perdre ses moyens. Etait il prêt à mourir ? Etait il prêt à tuer ? Ne comprenait il pas ? Alors Calum du Clan Burley se leva, et regarda le jeune Jack droit dans les yeux, et ce dernier pouvait voir la colère, une colère comme celle que les Dieux lançent lorsque l'Orage éclate, lorsque les Targaryen lançerent leurs dragons sur leurs ennemis. Et alors Calum lui répondit d'une voix tranchante.

"Tu veux savoir si je suis prêt à mourir Jack Harclay du Clan Harclay ? Tu veux savoir si j'ai peur de donner la mort ? Ah, laisse moi rire ! D'où croit tu que mes cicatrices viennent ? Du fait que je fait du tricot ? A tu déjà affronté une meute de loups, ou bien encore un Ours, Jack Harclay ? A tu déjà donner la mort à un de tes frères car il viens de recevoir un coup d'andouiller dans le ventre, et que ses blessures sont bien trop grave pour pouvoir le soigner, et que seule la Mort peut lui venir en aide ? Ah, tu crois tous connaitre, Jack Harclay fils du Harclay, mais tu n'en sait rien. Ici, ce n'est pas une bataille, pas encore. A tu déjà verser le sang Jack, à tu déjà senti ta lame s'enfoncer dans la chair de quelqu'un ?"

Le chasseur était clairement furieux. Au point qu'il prit une bourse, et la jeta par terre, tout près du feu. Il pris également son dirk, s'entailla la main, et fit gicler le sang tout autour du feu, tout en faisant plusieurs traces de pas, se roulant dans la neige, comme si il combattait un ennemi invisible. Ce manège dura quelques minutes, quand il se dirigea vers Jack.

"Maintenant, tu va me suivre, et tu va voir si je ne suis pas prêt à donner la mort, Jack Harclay du Clan Harclay. Et je vais te montrer ce que c'est, qu'un vrai piège ..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 15 Mai 2013 - 20:24

Cette rencontre était des plus étranges. Un inconnu arrivant de nulle part, disant vouloir sauver quelqu'un qu'il ne connaissait pas. Cet homme semblait tout savoir, tout avoir vécu, selon ses dires. Certes, il semblait connaître son métier, la chasse. Sans doutes bon archer, bon pisteur, il savait se déplacer sans bruits, et sans traces. De fait, Jack l'estimait doué dans cela. Mais, pour le reste … Cela était bien trop différent. Alors que ce dernier gouttait le vin proposé, ce que le Harclay avait à dire, fut dit. Et, Ce … Calum répondit, employant des mots bien étrange pour le décrire, les mots citadins et visage de jouvencelle furent utilisés. Jouvencelle ? Certes, le guerrier n'avait pas un visage haineux de guerrier sanguinaire. Certes, il n'était pas balafré, mais, cela, il le devait à sa maîtrise de ses lames. Certes, son visage était fin, et bien plus gracieux que son interlocuteur, mais, était-ce sa faute ? Dans tout les cas, ce qui fit rire plus que tout autre le jeune homme fut le passage avec son père. Ah ! Partir chasser avec son père … Quelle idée ? Il semblait que, l'étranger n'avait pas bien conscience de ce qu'était Lune-Azur. Semblait-il, que le chasseur voyait cela comme une maison noble, avec de gentes dames vêtues de robes, parfumées, et maquillées, pleine de bonne manière. Ah … S'il pouvait voir Shireï, son maquillage à elle était fait de traits noirs sur la joue et sous les yeux, voulant faire peur plus que de raison. Ses habits étaient fait de peau, et, celle-ci était bien plus du genre à jurer qu'à courber.

Ainsi, à la fin des mots du chasseur, Jack ne put s'empêcher de rigoler. Cela dura quelques instants. Une fois son souffle reprit, quelques mots furent lancés.

« Un citadin ? Ahah … Je doute fort que tu aies conscience de ce qu'est le clan Harclay. Nous vois-tu comme de simple nobliaux emplis de bonne manière et de jolis vêtements ? Notre demeure est en bois, nos jardins sont fait de boue et de légumes, et nos fourrures … Ah ! Lorsque l'on passe à l'âge adulte, nous devons les gagner dans le sang, combattre nos aînés pour prouver notre valeur et ne pas mourir de froid dans la honte. Tu parles sans savoir, Chasseur. Étrangement, tu sembles réfléchir sur certaines choses, je dois le reconnaître. Cependant, tu devines que je pars de chez moi, et tu me parles de mon territoire. Je n'ai que faire du territoire de mon père. Et, non, je n'ai jamais chassé, ça n'a jamais été mon rôle, et combattre des bêtes ne m'a jamais particulièrement intéressé. Penses-tu être le seul a avoir frôlé la mort, seulement parce que tu as vécu dans la forêt ? Penses-tu que mon père me choyait et me couvrait d'amour ? Une fois de plus, tu parles sans savoir. Mon père comme tu dis, m'a formé à l'épée, et sa méthode était des plus simples. Il me donnait une arme, et attaquait avec l'intention de me tuer, tout simplement. Je suis un guerrier, tout simplement. Je ne suis pas un chasseur, ni un pisteur, ni rien d'autre. Je n'ai peut-être pas des cicatrices si hideuses que les tiennes sur le visage, mais ça, c'est parce que j'ai réussi à l'en sauvegarder. Ne me prends pas pour un foutu fils de noble du Sud. Quant à mes questions … Je voulais juste savoir si ça fonctionnait bien là-haut. »

Sur ses mots, il tapota sa boîte crânienne de son index.

« Si nous combattons côte à côte, je veux m'assurer de ne pas avoir affaire à un crétin. Rien n'es pire que la bêtise en ce monde. Prendre les mauvaises décisions, faire de mauvaises choses, au mauvais moment, cela entraîne bien plus de dégâts que l’incompétence, et, aux marques dont tu es décoré, il me semble que tu es bien placé pour comprendre cela. »

Oui, de temps en temps Jack parlait beaucoup. En ces temps-ci, il était rare pour lui de prononcer de tels discours avec quelqu'un d'autre que sa très chère sœur. A Lune-Azur, rares étaient ceux qui le voyaient d'un bon œil. Après tout, n'était-il pas le fils rejeté par son père ? Il ne serait pas chef de clan, se battait avec deux épées courtes, ce qui était signe de faiblesse pour eux, et était bien plus chétif que la plupart d'entre eux. Et pourtant … Malgré son jeune âge, il était capable d'en combattre la plupart, sans sourciller, sans craintes, et sans défaite. Oui … Avec le temps, et la haine que lui offrit pour seule attention son père, Jack devint un grand guerrier. Alors … Insulter tout cela, parler de lui comme d'un faible, il n’appréciait guère. Il n'appartenait plus au clan Harclay, mais, sa vie là-bas, faisait de lui ce qu'il était en ce jour. Ces jours passés l'avaient forgés, l'avaient fait grandir et prendre de l'ampleur.

Le montagnard arracha un bout de viandes avec ces dents pour venir ensuite l'avaler dans un soupir d'extase, quand soudain, le chasseur s'emballa, déblatérant tant et tant de choses, avant de s'entailler la main, et se rouler par terre, chose qui fit grandement rire le … « Citadin ». Puis, encore nerveux, il l’invita à le suivre, promettant de lui montrer ce qu'était un piège, un vrai. A nouveau, Jack rit.

« Ah ! Quelle fougue ! Sais-tu ce qu'est l'ironie, chasseur ? Je ne suis pas aveugle, ni idiot, je vois ces marques sur ton visages. Je ne sais quelles bêtes ont pu faire ça, et … A vrai dire, je n'en ai rien à faire. Tu es peut-être un chasseur, mais il faut apprendre à garder ton calme. Et non, désolé de te décevoir, je n'ai jamais affronté une meute de loups, ni tué un frère parce que … C'était quoi déjà ? Enfin … Peu importe. J'ai combattu bien plus que tu ne peux l'imaginer, et, mes lames ont saignées bien plus que tu ne le penses. A mon départ, j'ai défait père et frère, dans un combat des plus … Déloyal, je les ais laissés là, gisant, leur offrant des souvenirs de ce fils, et de ce frère qu'ils haïssaient tant, sans comprendre ce qui leur arrivait. Alors pour moi, ces cicatrices ne sont que marque de faiblesse.... »
Il s'arrêta quelques instants avant de se rappeler l'élan de colère qui venait d'avoir lieu.

« Enfin … Ne t'énerve pas à nouveau. J'ai moi-même de très nombreuses cicatrices sur mon corps, cela signifie juste que l'on n'est pas assez compétent pour les éviter, l'on ne peut que s'améliorer. Comme tu l'as dit, ce n'est pas encore un chant de bataille. Mais, cela va le devenir, tu es peut-être bon archer, mais, qu'en est-il au corps à corps ? S'ils sont si nombreux que tu le penses, les flèches ne te protégeront sans doutes pas bien longtemps, mais … Je ferais mon travail au front, tu pourras voir par toi même ce qu'un … « Citadin » peut faire . »


A nouveau, un grand rire. Le guerrier se leva, partit ramasser son couteau et suivit son compagnon d'infortune, qui ne lui plaisait pas particulièrement. Cela dit, en temps de crise, il faut faire des concessions, et ce … Calum en était un.

« Va ! Montre moi ce savoir dont tu es si fier, et si prompt à vouloir me montrer ! »


Les pièges ? Lui n'y connaissait absolument rien. Un simple collet était l’œuvre d'un artiste pour lui, tout comme les plans élaborés. Ce qu'il avait apprit par ses combats, c'était qu'éliminer les plus faibles et/ou les plus dangereux était primordial. En ce cas là, les archers étaient une cible prioritaire, leur tomber dessus en premier n'était pas une si mauvaise idée, en tuer deux par surprise avec ses épées, lancer ses couteaux pour les autres, et, aller au corps à corps avec les épéistes. Pour lui, c'était un plan génial, il savait bien que, s'il arrivait à en tuer quelques uns, seul, sans la moindre peur dans les yeux, ses adversaires seraient apeurés, et, finiraient par fuir. Peut-être reviendraient-ils certes, mais, amoindris, et, craintifs. Quel était donc ce fameux piège que le chasseur avait en tête ?
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Une rencontre glaciale [Flash-Back Jack Harclay]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Made in Flash Back
» Un professeur un peu spécial... [Flash Back]
» Flash Back - Jack Rackham & Cloé Bellavi - Black Jack & Black Butler
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Touché Coulé. [Flash-Back][Pv Ben]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-