AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Sujet n°3 : Bataille navale - Aux environs de Noirmarées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Lun 1 Avr 2013 - 22:07

Sujet destiné à Beron Stark, Lyessa Reed, Fedric Prestre, Morgan Kenning, Willem Bonfrère et Moïra Merlyn !


Lors de la session du Conseil Restreint de Port-Réal, une décision avait été prise. Si la Couronne allait bien envoyer une armée afin de ramener les îles de Fer dans le chemin de la Paix du Roi, cette armée ne rassemblerait toutefois ni les troupes des Terres de l'Ouest, ni celles du Nord. En effet, alors que les seconds étaient bien trop éloignés de la capitale, les premiers accueillaient malheureusement un traître en leur sein et les membres du Conseil ne souhaitaient pas voir leur plan éventé auprès des Fer-nés. Au contraire, ils espéraient que lord Lannister entre dans leur jeu afin de se servir dudit traître et cela même si son identité demeurait toujours secrète. Pour cela, le Conseil avait fait connaître une partie de ses plans au seigneur du Roc, par l'intermédiaire d'un messager à cheval, et il l'avait autorisé à lancer une attaque sur les îles de Fer, et plus précisément l'île de Harloi. Ainsi, en rassemblant ses troupes, il était probable que lord Lannister informe le traître de ses mouvements, ce qui aurait pour résultat le fait que ce dernier préviendrait son contact dans les îles. Les yeux de la Seiche se tourneraient de ce fait vers l'île de Harloi et la baie du Fer-né, laissant toute liberté d'action à la Flotte Royale qui se dirigerait vers l'île de Pyk.

Qu'il en soit conscient ou non, le Lion du Roc allait ainsi servir de diversion à la Flotte de la Couronne, attirant à lui les boutres des Fer-nés qui n'accepteraient sans doute pas que les continentaux aient ainsi l'outrecuidance de s'attaquer à eux dans leurs eaux. De ce fait, lord Lannister avait rassemblé cinquante navires de la Flotte du Lion auxquels s'ajoutaient des navires de ses vassaux ainsi que des bateaux de moindre importance gorgé de combattants Nordiens. Il était difficile de savoir si les membres de cette flottille hétéroclite étaient conscients du fait qu'ils ne poseraient peut-être pas le pied dans les îles et qu'ils allaient vers une mort certaine, inconscients des mouvements de la Flotte Royale au sud, mais leur colère à l'égard des Fer-nés était telle que cela ne devait pas les déranger plus que cela, du moment qu'ils pouvaient se battre et se venger.

Lord Beron Stark s'était allié au seigneur de l'Ouest contre leur ennemi commun et ils avaient ainsi décidé de rassembler leurs forces. Après avoir convoqué ses armées, le seigneur de Winterfell les avait faites descendre vers le sud via la route royale afin de leur faire emprunter les navires de l'Ouest à destination des îles de Fer. Tout à ses pensées, il était actuellement debout sur le château de l'un des dromons Lannister, ses hommes occupant le pont en contrebas, le regard rivé vers le large, bien que certains semblaient plutôt mal à l'aise sur les flots. Tout autour, les navires s'espaçaient sur les flots des mers du Crépuscule, que ce soit les dromons de la flotte de l'Ouest ou les bateaux hétéroclites que les Nordiens avaient réquisitionnés le long des côtes. Sur l'un de ces navires, Lyessa Reed vérifiait son armement afin d'être parée à ce qui allait bien pouvoir arriver par la suite. Si les Paludiers avaient déjà affronté les Fer-nés à maintes reprises sur les côtes du Neck, la situation présente allait être toute autre... Des combats en mer, à bord de navires, ce n'était pas dans leurs habitudes !

Le but premier de la Flotte du Lion était l'île d'Harloi mais il était évident que l'affrontement allait se déclencher bien avant et lorsque les voiles de boutres apparurent dans la mer à l'horizon, les navires se séparèrent. Tandis que lord Lannister continuait de faire voile vers l'île, lord Stark ordonna de diriger les bateaux vers le nord, à la rencontre des boutres. Certains navires de l'Ouest se joignirent à eux, comme ceux des maisons Prestre ou Kenning, prêts à en découdre. Chacun de ces seigneurs avait eu à subir les razzias des Fer-nés et ils touchaient là du doigt le moment de leur vengeance. Nul doute qu'ils n'allaient pas laisser passer l'occasion.


*** *** *** ***

Au large de l'île de Noirmarées, des boutres des maisons Merlyn et Bonfrère attendaient patiemment que le reste de la flottille les rejoigne. Voilà de cela plusieurs jours que lord Greyjoy avait rassemblé les Fer-nés à sa table afin de les enrôler dans l'idée d'un nouveau raid et le moment de ce raid était enfin arrivé ! Tous étaient prêt à lancer une nouvelle attaque vers le Nord afin de ramener des vivres, des biens en tout genre et peut-être même des femmes ! Tous s'amusaient à imaginer ce qui allait bien pouvoir advenir lorsque des cris attirèrent l'attention vers l'est, là où l'on pouvait voir des voiles apparaître à l'horizon. Cela semblait plutôt surprenant parce qu'aucun boutre n'était parti dans cette direction et l'arrivée de ces bateaux ne fut donc pas accueillie avec joie. La réaction ne se fit pas attendre et les navires Fer-nés déclenchèrent le branle-bas de combat, les rameurs lançant la cadence pour ne pas laisser ces étrangers approcher des îles.

Dans le même temps, les forteresses des maisons nobles proches apprirent elles-aussi la nouvelle et les lords décidèrent rapidement d'envoyer leurs navires en soutien. Les continentaux avaient beau être de piètres combattants, ce n'était pas pour autant qu'il fallait les sous-estimer ! Oser s'attaquer ainsi aux îles de Fer n'était pas pardonnable ! Rapidement, à mesure que les dromons de l'Ouest approchaient, les boutres des maisons Noirmarées et Tawney rejoignirent les boutres des maisons de Grand Wyk en attente.


Voilà, premier message ! Les gens concernés par ce sujet sont indiqués en début de message. Actuellement le message ne fait que présenter de manière concise la situation, vous êtes donc libres de décrire vos faits et gestes en respectant les conditions indiquées ici ! N'oubliez pas de respecter les règles de l'intrigue.

Au passage, quelques petites précisions :

- Les seigneurs de l'Ouest et les Nordiens ne connaissent pas les plans de la Couronne, en dehors de Tybolt Lannister (et de Gerold ainsi que de Beron s'il leur en a parlé). Vous pensez donc être les seuls à combattre, ce qui est à la fois héroïque et totalement fou ! Votre cible principale est l'île d'Harloi.

- Les Fer-nés ne connaissent rien au sujet de l'attaque de l'Ouest ! En effet, seuls Dagon Greyjoy, Sargon Harloi et Helya Botley disposent de cette information. Les autres pensaient tout simplement partir en raid vers le Nord, conformément au Rassemblement.

Merci de tenir compte de ces détails ! Si vous avez des questions sur ce message ou sur votre lancement, n'hésitez pas à MP Clarence Hightower.
Revenir en haut Aller en bas
Chasseur
avatar

Lyessa Reed
Chasseur

Général
Insaisissables
Représentante des Bouffes-Grenouilles

♦ Missives : 2044
♦ Missives Aventure : 73
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 03/09/1987
♦ Arrivée à Westeros : 13/10/2012
♦ Célébrité : Keira Knightley
♦ Copyright : Randy / Moi
♦ Doublons : Tyana Veneur, Ororya Gargalen, Serenei
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Lieu : Le Nord
♦ Liens Utiles : Fiche de Lyessa
Journal d'aventures
Aptitudes

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
512/1000  (512/1000)


Message Mar 2 Avr 2013 - 9:11

Stupide immensité salée. Si Lyessa avait l’habitude de côtoyer les marais, ce n’était pas pour autant qu’elle se sentait à l’aise sur ce navire qui les portait aux abords des Iles-de-Fer. Il fallait dire que ça lui rappelait de bien atroces souvenirs, lorsqu’elle s’était trouvée sur le boutre en compagnie du forgeron édenteur qui avait menacé de faire d’elle une femme-sel. Foulant le pont d’un pas nerveux pour ne pas sentir son estomac lui jouer de mauvais tours, la jeune femme ne manqua pas de grommeler son manque d’aisance en ce lieu. Elle avait amené une centaine de Paludiers avec elle – les plus aptes à se battre pour faire plier l’ennemi. Autant dire que la moitié tentait de se concentrer pour surpasser les aléas intempestifs de leurs estomacs malmenés. Lady Reed, revêtue de sa chemise d’écailles de bronze, son arc immense sanglé dans son dos, dardait ses sombres prunelles sur ces eaux sombres et menaçantes qui pourraient être leur tombeau. Son père s’était résigné à lui laisser le commandement des troupes. C’était sa vengeance – une occasion de suivre leur suzerain et de mettre fin aux pillages et rapines des Fer-nés.

Orik se tenait à ses côtés, un Paludier de vingt ans son aîné qui avait parfait sa maîtrise des armes. Il était un bon combattant, autant à l’aise muni d’un arc qu’avec une épée à la main. Etre sur un navire ne semblait guère le déranger – du moins, pas autant que ses comparses qui étaient blancs comme des linges. Plissant les yeux vers l’horizon, Lyessa inclina sa tête en direction de ses compères et remarqua le jeune Pod, vidant ses tripes par-dessus le bastingage.

« Prometteuses perspectives ! » – Lâcha la téméraire sur un ton sec. « Notre place n’est pas sur un navire mais à terre. J’crains qu’on perde la moitié de nos hommes et qu’on n’puisse tirer une flèche correctement avec tous ces remous. »

Son ton témoignait de l’inquiétude qui commençait à poindre en elle. Sur leur terrain de prédilection, les Paludiers se débrouillaient bien, mais elle ne pouvait garantir leur efficacité sur ce navire en mouvement. Cependant, ces derniers avaient une volonté de fer et les sous-estimer amenait toujours à quelques surprises. Orik esquissa un petit sourire voulu rassurant à l’égard de la lady Reed.

« Tant qu’ils font gaffe à pas enflammer notre propre navire avec leurs flèches, estimons nous heureux. Tout va bien se passer Lyessa. » – Une chose qu’elle avait sûrement envie d’entendre, mais qui ne la rassurait pas pour autant.

« Nous les coulerons, avant qu’ils ne parviennent jusqu’à nous. » – Déclara finalement Lyessa sur un ton assuré.

Discernant dés à présent les quelques boutres Fer-nés qu’ils devraient à affronter, la jeune femme donna l’ordre à ses comparses de se préparer. Arcs en main, flèches huilées et prêtes à être enflammées pour toucher les voiles de leurs ennemis, les Paludiers étaient tous dans l’attente. Malgré la pâleur de leur faciès et l’inconfort de la situation à bord du navire, ils étaient tous prêts à en découdre et à se venger.








Spoiler:
 

Thème
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Morgan Kenning
Noble

Général
Le Bouclier du Loup.



Seigneur de Kayce.

♦ Missives : 294
♦ Missives Aventure : 43
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 28/06/2012
♦ Célébrité : Santiago Cabrera
♦ Copyright : Helya
♦ Doublons : Even Corbray, Corwin Rogers, Kealan du Rouvre
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : Alyn Kenning, née Lydden
♦ Lieu : Kayce, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
244/500  (244/500)


Message Mar 2 Avr 2013 - 9:52

Bien des choses s'étaient passées en fort peu de temps. D'abord Fedric qui avait finalement demandé Ann en mariage, puis lady Alyn qui avait donné le jour à un deuxième fils, et enfin la décision de lord Tybolt d'attaquer les Fer-nés avec la puissance de la flotte du Lion. C'était peu ou prou une folie : s'aventurer dans des eaux inconnues face à des hommes qui les connaissaient comme le dos de leur main, hommes qui en plus de ça étaient de redoutables combattants... Les solides navires continentaux ne suffiraient peut-être pas à faire le poids. Pourtant, il le fallait. Et Morgan n'avait pas hésité un instant à répondre présent à l'appel de son suzerain, malgré les risques évidents. Lord Stark était lui aussi de l'aventure, avec une flotte hétéroclite de Nordiens. Ils avaient pour objectif d'atteindre l'île de Harloi. En dépit du danger, l'idée de pouvoir faire payer leurs sévices aux Fer-nés était tentant, et donnait du cœur et du courage. Mais le seigneur de Kayce ne se faisait pas d'illusions. La mine de ses proches, lorsqu'il avait quitté son fief avec ses navires, en disait long sur les risques encourus. Morgan avait quitté Kayce avec trois de ses propres navires : l'Astre Noir, le Flamboyant et l'Intrépide. Tous trois portaient, en plus de leurs équipages, des soldats de la maison Kenning. De ses proches, pas de trace : il avait même refusé que son frère Keylan l'accompagne, préférant laisser son cadet au château en guise d'homme de la famille en son absence.

A présent, ils étaient en mer, avec de l'eau et des vagues à perte de vue. Le seigneur de Kayce se trouvait sur l'Astre Noir, un solide dromon flanqué du Flamboyant et de l'Intrépide. Le vent lui fouettait le visage tandis que les navires voguaient vers leur destination. A bâbord, les navires de Feux-de-Joie les accompagnaient. Morgan laissait le soin à son capitaine de diriger le dromon, mais il n'en était pas moins rendu nerveux par la perspective de ce que les flots pouvaient cacher. Récifs, bancs de sable, rochers... Toutes ces choses que les vagues traîtresses dissimulaient à leur vue, et qu'ils n'avaient aucun moyen de détecter. Il fallait se fier aux bons yeux de la vigie qui guettait les flots depuis la tour centrale. Alors que le jeune homme s'approchait du bord du vaisseau pour observer les alentours, un cri de la vigie les alerta quant à la présence de voiles à l'horizon, appartenant à des boutres. Leur objectif était l'île d'Harloi, toutefois le seigneur de Kayce vit les navires nordiens de lord Beron prendre la direction du Nord pour se porter à la rencontre des navires ennemis. Il eut un bref instant d'hésitation en jetant un œil à la flotte du Lion. Puissante, à n'en point douter. Celle des Nordiens était plus hétérogène, et l'appui de deux dromons et d'une galère pourrait lui être appréciable. De plus, les soldats de Kayce comme lui-même brûlaient d'en découdre. Que ce soit à présent ou plus tard, quelle différence ? Ils permettraient ainsi de défendre les flancs de la flotte de lord Tybolt afin qu'il atteigne Harloi, si les Sept l'y aidaient. Morgan prit sa décision et se tourna vers son capitaine.

« Capitaine, faites voile vers le Nord. Nous allons appuyer lord Stark et nous frotter à ces boutres. »

Les trois navires de Kayce se déportèrent sur les traces des Nordiens, et le jeune homme vit que ceux de Fedric faisaient de même.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 2 Avr 2013 - 12:30

Vaan Merlyn, cousin éloigné du seigneur de Pebbleton qui avec le temps avait réussi à gagner le respect de lord Egen, commande l’Écume Pourpre. Il prend part au raid sur le Nord suite aux ordres de son seigneur qui ne souhaite pas que son héritier se lance dans des attaques aussi inintéressantes. Il a pris la décision d'envoyer quelques hommes pour montrer à lord Greyjoy qu'il lui est toujours fidèle. Histoire d'appuyer ce symbole, il a même placé Samwell et Thean Merlyn – ses fils – sous les ordres du capitaine.

L'homme attend patiemment sur son boutre. À ses côtés, d'autres navires de leur maison ainsi que quelques-uns des Bonfrère de Cormartel sont visibles, rien ne semble venir troubler leurs préparations, un raid comme un autre en somme.
Mais le Dieu Noyé en a décidé autrement apparemment, à peine quelques instants après cette pensée, Vaan entend des cris qui semblent parler de voiles à l'horizon. Des voiles ? Mais aucun navire des Iles de Fer n'est parti ces derniers temps, l'homme se tourne vers la zone désignée pour se rendre compte qu'il s'agit apparemment de bâtiments du continent. Il n'en faut pas plus pour que tout l'équipage se mette en branle, Vaan commence à lancer les ordres de sa voix forte qui ne semble même pas pouvoir être recouverte par le bruit de la mer elle-même.

« Tout le monde à sa place ! Les rameurs, tenez-vous prêts à aller les intercepter, il est hors de question qu'ils approchent les îles vous m'entendez ! »

Chacun court pour se rendre à sa place, ils ne sont pas inquiets, pas plus que l'idée de mourir ne leur fait peur. Ils sont sur leur territoire, en pleine mer et surtout, dans leurs eaux. Les continentaux ne connaissent les emplacements des récifs contrairement aux Fer-nés, il suffira simplement de se placer dans une zone dangereuse pour les pousser à suivre et à rejoindre le Dieu Noyé. Des batailles navales, Vaan en a déjà vécu des dizaines et même s'il ne sous-estime pas les continentaux, tout ceci ne l’inquiète pas réellement.

« Thean, les voiles fermées ! On doit avoir toute la marge de manœuvre possible, le vent risque de nous fracasser contre les récifs alors on les garde en l'état ! »

Le Merlyn hoche la tête avant de gagner son banc pour se préparer à ramer. La Brume Pourpre est prête à défendre son territoire, pleine d'hommes habitués au combat et surtout, qui ne craignent pas la mort, ils n'attendent qu'une chose : prouver à ces petites fiottes de continentaux que l'on ne vient pas provoquer impunément la Seiche sous peine de finir entre les bras du Dieu Noyé. Sauf qu'eux ne siégeront pas à la fête avec les sirènes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 2 Avr 2013 - 13:41

Lord Stark aurait presque accueilli avec soulagement le jour de leur départ en mer, sentant un poids quitter ses épaules après que ses troupes aient eu le temps de descendre la route royale en temps et en heure pour l’assaut. En plus des navires cédés par lord Lannister ses hommes avaient embarqué sur à peu près tout ce qui aurait été à même de les amener au large, jusqu’à ces Iles méritant une juste rétribution pour leurs crimes. La chose avait de quoi surprendre, les Nordiens ne naviguaient plus, du moins pas dans un but belliqueux, depuis bien longtemps et cela se ressentait dans le malaise des divers soldats assemblés pour l’occasion. Moins d’un sur dix devait savoir nager, et encore il leur faudrait composer avec le poids de leurs armes et de leurs maigres protections s’ils venaient à passer par-dessus bord durant les combats. Autant dire que quiconque tombait à l’eau n’en ressortirait certainement jamais.

Perché sur le château d’un dromon, Beron avait observé la masse disparate qui constituait sa flotte, il avait déjà été ardu de les faire progresser à la même allure jusqu’à leur destination aussi ne se berçait-il d’aucune illusion quant à leur manœuvrabilité lors de la bataille à venir. Face-de-pierre ne connaissait que trop bien la vitesse des dromons qui avaient ravagé ses côtes des lunes durant, surgissant à toute allure du brouillard, filant ensuite les poches pleines de butin et les mains ensanglantées avant qu’une contre-attaque n’aient eu le temps de s’organiser. Essayer d’acculer un de ces bateaux de malheur en pleine mer revenait à poursuivre le vent pour au final passer du rôle de chasseur à celui de la proie quand les pirates profitaient de leur aisance pour les prendre par surprise.

Voilà pourquoi il s’était montré si empressé de les combattre sur leur propre terrain malgré la folie de la chose, près de l’archipel aurait enfin lieu de véritables affrontements. Lord Stark ressassait constamment le péril qui les guettait tous, que pourraient donc faire des troupes avec peu de cohésion et presque inaptes en combat naval contre la férocité d’hommes bardés d’acier et rompu au jeu des marées depuis leur enfance ? Eh bien elles feraient de leur mieux, il fallait supposer, car nulle autre alternative n’impliquait pas de directement faire saigner les foyers du Nord. Beaucoup périraient dans ces eaux, si ce n’était pas tous, mais cela arriverait dans l’exercice de leur devoir, poussés par la nécessité de préserver leurs familles.

Lorsque les voiles ennemies firent leur apparition à l’horizon le seigneur de Winterfell ordonna d’espacer leur formation pour se diriger droit vers elles et former une ligne ininterrompue de coques séparées par environ une petite centaine de pas chacune. Nul doute que cette simple opération mettrait leurs maigres compétences en difficulté mais l’appui de certains bâtiments Ouestriens le conforta légèrement dans sa tactique. Bien visible par les hommes du pont, l’air plus grave que jamais, il demanda à ses seconds de mobiliser les archers avec cette simple consigne : Prenez en tenaille tout dromon qui s’approchera, flèches incendiaires dirigées vers les voiles et flèches traditionnelles à hauteur de pont. Tout fer-né tentant d’aborder un de leur navire devait être immédiatement repoussé, le but restait d’assurer un soutien réciproque entre chaque embarcation en essayant pour l’heure de maintenir une moyenne distance de sécurité.

Se souviendra-t-on de moi comme du fou qui a conduit ses troupes à leur perte ou comme d’un seigneur ayant accompli ce qui devait l’être ? Songea-t-il alors que tous s’organisaient en vue de l’attaque imminente.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 7 Avr 2013 - 13:09

Willem avait grand hâte de partir pour le Nord. Piller et tuer allait lui faire le plus grand bien. Son séjour prolongé aux Iles de Fer ne lui avait apporté que frustration et dispute avec des membres de sa chère famille. À commencer par Aaricia, qui s'était permise de le corriger devant tous, comme un gamin, au banquet des Fer-Nés, chose qu'il n'a pas prise et maintenant, la dame voudrait qu'ils se battent un contre l'autre pour résoudre leur différent à l'ancienne méthode. Se battre contre sa sœur et la femme de la Seiche, il y a des limites à être suicidaire quand même. Puis son frère, son pauvre frère, Veloran, qui fait de plus en plus la honte à son clan, selon Will' en tout cas. Son obstination à faire le châtelain plutôt que le guerrier ou le Fer-Né cause des embarras. Encore une fois, il a refusé de prendre part au prochain raid. Pourtant, Willem lui aurait volontiers laissé le meilleur boutre et le meilleur équipage, ne ne serait-ce que pour voir sa petite tête de seigneur au devant d'une proue, mais non, rien à faire, son frère était toujours terré à Cormartel pendant que lui tenait le juste rôle qu'un seigneur Fer-Né digne de ce nom devrait avoir. C'était décidé dans sa tête, à son retour du Nord, il va faire en sorte que les choses changent à Cormartel. Il est resté passif et docile bien trop longtemps.

L'équipage de la Larme Noire avait hâte de partir en mer, les promesses de piller les récoltes du Nord les enchantant et de venger aussi leurs camarades tombés dans la bataille. Les Nordiens étaient des adversaires un peu plus coriaces que les lions édentés de l'Ouest dirait-on. Tous des continentaux tout de même, tous des bons à rien. Willem mangeait une pomme, son écharpe en poile de chèvre sur lui, arborant sa tenue habituelle, accoudé au bord du boutre, à l'arrière, observant Noirmarées. Soudain, Harkar, son second, vient à son encontre. On apercevait des navires à l'horizon et ce n'était pas des boutres. Aussitôt, Will' presse le pas devant et constate par lui-même. Il se retourne alors vers ces hommes.

-J'en reviens pas! Les Continentaux ont décidé de venir à nous apparemment. Allez, aux rames bande de fainéants. Le Dieu Noyé nous demande de couler ces imbéciles!

Willem allait s'atteler à la direction du navire. Pour l'instant, les navires sont quelques peu éloignés, quelques voiles dans le lointain. Les hommes se mirent à ramer pour quitter le mouillage et se diriger à leur rencontre. Harkar lui demande alors si selon lui, ce sont des navires-éclaireurs.

-J'en sais rien, on va vite le découvrir...

Et effectivement, tandis que la Larme Noire se rapprochait de la flotte ennemie, les voiles des navires continentaux apparurent; les quelques-unes devinrent plus nombreuses, encore, et encore. Willem eut une légère nervosité, qui se mua rapidement en appréhension de la bataille. Oui, il avait hâte. Aujourd'hui était une belle journée pour s'illustrer dans l'Histoire, il en avait le pressentiment et cette fois, ce ne sera pas comme à Port-Lannister.

-Foncez sur le navire de tête et faites signes à nos boutres de prendre une formation en V, mais à l'envers. On va les prendre en étau.
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Lun 8 Avr 2013 - 23:00

Ô capitaine, mon capitaine ! Ce jour serait pour de nombreux hommes l'occasion d'accomplir leur devoir, mais hélas une poignée seulement rentrerait au logis pour raconter la mort héroïque de ceux qui seraient offert en pâture à l'appétit vorace de l'océan, ce glouton sans vergogne qui avale plus souvent qu'il ne recrache les hommes imprudents qui partent en mer comme on s'abandonne à l'inconnu, l'espoir demeurant au rivage. Et pourtant, aucune fatalité ne régnait sur terre ou sur mer. Il ne tenait qu'aux hommes, aux marins, aux soldats, aux capitaines, aux seigneurs réunis pour la bataille d'exiger du ciel qu'il les mène à bon port et d'agir pour le salut ! Mais qu'importe les prières, à présent que les mortels ennemis se font face ? Ni les Sept ni le Dieu noyé n'était présent ce jour-là, sinon dans le cœur des fidèles qui, voyant leur mort prochaine, adressaient en secret leurs ultimes prières. Heureusement, certains gardaient la tête sur leurs épaules et ne perdaient pas une minute en vaines supplications ! Lord Beron Stark, conscient de la fragilité de la flotte trop hétéroclite qu'il dirigeait, avait à la vue des premiers navires fer-nés ordonné que la formation prenne le large, et les navires obéirent : ils s'espacèrent les uns des autres et maintinrent l'allure lente qu'imprimait à chacun le geste des rameurs. Dans le même temps, les batteries d'archers, que la houle promettait de déstabiliser quand viendrait l'heure de lâcher une volée, suivaient l'ordre du seigneur de Winterfell et se tenaient prêtes. Pour l'heure, pas un souffle de vent ne venait d'ailleurs se mêler de la partie. Fallait-il y voir un signe du silence attentif des dieux, anciens ou nouveaux ?

*** *** *** ***

Sur son boutre, Willem n'eut pas le temps de finir sa pomme qu'il eut la surprise de découvrir en vue la flotte des continentaux. Une fois la surprise passée, il prit sur lui d'ordonner à l'équipage de la Larme noire de se tenir prêt au combat. Il prit le temps d'examiner la situation et donna enfin les consignes pour l'ensemble de la flotte fer-née, qui devait approcher des navires ennemies en formant devant elle un large étau, un grand V, comme celui du mot « victoire », qui devait écraser dans ses mâchoires les prétentions de cette flottille ennemie sans valeur ! À sa place, l’Écume pourpre s'y inscrivit et son commandant, Vaan Merlyn, ne fut pas en reste pour donner à son équipage les ordres nécessaires. La grande connaissances des eaux de la région ainsi que l'expertise navale offrait aux Fer-nés un avantage tactique considérable et pourtant, rien n'était encore décidé. La dizaine de boutres apprêtés pour le raid initialement prévu fut bientôt rejoint par de très nombreux autres qui s'intégrèrent promptement à la formation ordonnée par Willem qui vogua sûrement vers sa destination, la ligne ennemie qui, elle-même s'organisait. La formation de la flotte des Nordiens fut elle-même bientôt talonnée par les navires des lord Kenning et Prestre qui, à présent, auraient à choisir : intégreraient-ils la ligne ordonnée par le Loup de Winterfell, ou bien suivraient-ils un tout autre chemin ? De son côté, Lyessa regrettait de ne pas être dans son marais natal, là où elle aurait pu profiter de sa connaissance du terrain, mais elle n'en démordrait pas malgré les vagues et l'iode : elle se battrait pour son suzerain, et déjà préparait les paludiers à la bataille qui serait bientôt imminente !

*** *** *** ***

Le choix de Beron fut le bon. En effet, en dissociant chaque élément du carnaval qu'il commandait comme flotte, il avait été à nombre de ses navires de se gêner les uns les autres et de se pousser donc sur les nombreux récifs clairsemant les fonds marins de cette zone-là de la mer du Crépuscule. Il put d'ailleurs voir le visage de ses plus proches soldats exprimer le plus grand soulagement quand ils constatèrent qu'un dromon parvenait à manœuvrer subtilement pour éviter l'horreur d'un naufrage si précoce... Quant au choix de Willem, il fut bon jusqu'au moment où le jeune Fer-né put constater que la ligne des navires déployées contre les Fer-nés ce jour étaient étonnamment longue et disparate... Il n'avait pas affaire à une flotte ordonnée et taillée pour la guerre comme ce fut le cas à Port-Lannis... et ce constat l'inviterait peut-être à revoir ses plans ou à les maintenir, selon ce qu'il jugerait le plus opportun... Cependant l'un des membres de son équipage risqua cette remarque : « C'est pas des navires, c'est des jouets ! Pff ! On devrait se ruer sur eux sans tergiverser et les envoyer sans attendre au Dieu noyé ! » Mais il appartenait à Willem de prendre la décision, car il était capitaine sur son navire, et avait donc à bord de la Larme noire autant de pouvoir qu'un roi en son royaume. Toutefois, il devait choisir promptement, car l'imminence de l'affrontement sur mer ne faisait plus aucun doute : les boutres fer-nés étaient désormais à portée des archers du Nord et de l'Ouest !

Voilà, deuxième message ! Les gens concernés par ce sujet sont indiqués en début du premier message. N'oubliez pas de respecter les règles de l'intrigue.

Au passage, quelques petites précisions :

- Clarence prend la main mes loulous ! Une brève intervention pour vous mettre à présent les uns sur les autres, c'est l'heure des vrais décisions !

- Point Météo : Pas de vent, temps clair ; Houle : raisonnable

- Les seigneurs de l'Ouest et les Nordiens ne connaissent pas les plans de la Couronne, en dehors de Tybolt Lannister (et de Gerold ainsi que de Beron s'il leur en a parlé). Vous pensez donc être les seuls à combattre, ce qui est à la fois héroïque et totalement fou ! Votre cible principale est l'île d'Harloi.

- Les Fer-nés ne connaissent rien au sujet de l'attaque de l'Ouest ! En effet, seuls Dagon Greyjoy, Sargon Harloi et Helya Botley disposent de cette information. Les autres pensaient tout simplement partir en raid vers le Nord, conformément au Rassemblement.

Merci de tenir compte de ces détails ! Si vous avez des questions sur ce message ou sur votre lancement, n'hésitez pas à MP Clarence Hightower.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 9 Avr 2013 - 18:42

Vaan s'approche du bastingage pour observer les silhouettes qui se dessinent de plus en plus nettement. Mais quelle folie a pris ces continentaux pour qu'ils s'imaginent réussir à battre les Fer-nés sur leur propre terrain ?! Sans soliloquer davantage, le capitaine se dirige vers son second alors que les hommes rament avec vigueur, il a repéré un navire qui semble l'intéresser plus que les autres. Situé sur le flanc gauche de la flotte des continentaux, il offre une possibilité de l'aborder sans trop se mettre à découvert.

« Vise le navire le plus à l'écart. »

Le second hoche la tête avant de s'éloigner pour donner les ordres. Tournant la tête sur le côté, il aperçoit les navires de la maison Noirmarée non loin de là, puis sur son autre flanc, la flotte des Tawney. De bons soutiens qui permettront d'assurer les arrières, sans compter qu'ils sont dirigés par des hommes compétents, contrairement aux continentaux. Ceux qui vivent sur la côte sont peut-être aptes à naviguer, mais ils sont loin d'égaler l'expérience d'un Fer-né qui passe les trois quarts de sa vie sur le pont de son boutre.

Vaan se tourne pour faire face à ses hommes, debout à l'arrière de son boutre. Il sait comment motiver les hommes et sait aussi comment se débrouiller pour qu'ils n'oublient pas quel est leur but : faire comprendre à ces continentaux qu'ils ne sont bons qu'à nourrir les poissons.

« On va faire comprendre à ces fils de chienne qu'ils n'ont pas leur place ici ! » Les acclamations des marins approuvent les dires de leur capitaine. « Ils se sont préparés au contact, ce qui veut dire qu'il va falloir redoubler de force ! Nous allons être touchés avant de les atteindre, mais n'oubliez pas : le Dieu Noyé n'accepte à sa table que les véritables guerriers, alors si vous mourrez, faites-le en emportant ces chiens avec vous ! »

De nouvelles acclamations se font entendre alors que les hommes redoublent de vigueur pour atteindre leur cible le plus rapidement possible. Le navire visé se dessine petit-à-petit avec plus de précision, bientôt ils peuvent même apercevoir au loin les silhouettes des continentaux. Les deux autres Merlyn s'agitent eux aussi, l'un rame avec vigueur en sentant ses muscles se crisper de joie à l'idée de pouvoir se confronter aux continentaux, tandis que le deuxième semble trop concentré sur la tâche pour pouvoir faire autre chose en même temps. Ils s'attendent à recevoir des flèches de la part de ces tarlouses de continentaux, trop lâches pour en arriver au corps-à-corps. Vaan cherche la silhouette du capitaine du regard, désireux de lui trancher chaque extrémité avant de l'envoyer nourrir les poissons. Avant que la première attaque ne débute, le capitaine lâche une dernière réplique, glissant sa main jusqu'à sa hache pour la saisir.

« Le capitaine est pour moi ! »

-------------------------

PRÉCISIONS : Le boutre se dirige vers celui de Fedric Prestre, je n'ai pas trop avancé pour le laisser réagir à mon message, mais on peut considérer qu'il est aussi proche que possible de lui !
Revenir en haut Aller en bas
Chasseur
avatar

Lyessa Reed
Chasseur

Général
Insaisissables
Représentante des Bouffes-Grenouilles

♦ Missives : 2044
♦ Missives Aventure : 73
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 03/09/1987
♦ Arrivée à Westeros : 13/10/2012
♦ Célébrité : Keira Knightley
♦ Copyright : Randy / Moi
♦ Doublons : Tyana Veneur, Ororya Gargalen, Serenei
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Lieu : Le Nord
♦ Liens Utiles : Fiche de Lyessa
Journal d'aventures
Aptitudes

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
512/1000  (512/1000)


Message Mer 10 Avr 2013 - 9:15

Le temps s’égrenait dans une lenteur presque anormale pour la Paludière qui menait ses troupes sur ce navire branlant. Lyessa risqua un coup d’œil pour s’assurer que tous aient bien retrouvé assez de contenance pour parvenir à tirer leurs flèches. La certitude que tout allait se jouer très bientôt était pressante. Forcer le passage jusqu’à l’île d’Harloi mènerait à une confrontation musclée mais ce n’était pas pour autant que Lyessa ou ses compères devaient le craindre. C’était insensé mais chacun venait à supplier la chance de leur porter secours dans ce bras de fer. La centaine de Paludiers armés se regroupèrent en lignes sur le pont et Pod fut chargé d’allumer les flèches en passant dans les rangs avec une torche. La jeune femme déglutit difficilement, prenant en mains son arc et l’équipant sans un mot avant d’ordonner à tous de faire de même. Ses yeux se plissèrent sur le navire le plus proche, celui qui serait la cible de cette vague de petites lueurs dévorantes.

« Archers ! Droit devant ! » – Lâcha Lyessa tout en bandant son arc dans un geste commun à tous.

Orik était à ses côtés, muet. L’homme était bien le seul à ne pas avoir d’arc. C’était un guerrier, friand du combat au bouclier et à l’épée. Il serait sûrement le plus efficace sur ce navire si jamais on venait à les accoster. Il n’était pas facile de prendre en cible un boutre dont on se devait d’évaluer la distance dans cette mer interminable - une vraie épreuve pour chacun des Paludiers qui était habitué à la végétation de la tourbe pour se repérer.

« Tirez ! » – Cria Lyessa, les dents dénudées dans un cri rageur et téméraire.

Une volée de flèche s’élança tout de go dans le ciel dégagé, parsemant des auréoles de flammes dans son sillage. Sans plus tarder, la donzelle des marais donna l’ordre de s’équiper de nouveau, laissant le soin aux deux autres lignes de prendre les devants pour tirer leurs flèches enflammées. Il ne fallait pas laisser le temps aux ennemis de respirer. Ils devaient savoir, à quel point les Nordiens pouvaient se révéler dangereux. Lyessa ne pouvait que redouter le moment où c’est sur le pont qu’ils devraient livrés bataille. Les Fer-nés étaient plus entraînés qu’eux – surtout que les Paludiers avaient tous la faculté de se mouvoir avec aisance et légèreté pour pouvoir se dissimuler et jouer avec la distance – chose qui serait résolument difficile sur un navire !

HJ:
 







Spoiler:
 

Thème
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Morgan Kenning
Noble

Général
Le Bouclier du Loup.



Seigneur de Kayce.

♦ Missives : 294
♦ Missives Aventure : 43
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 28/06/2012
♦ Célébrité : Santiago Cabrera
♦ Copyright : Helya
♦ Doublons : Even Corbray, Corwin Rogers, Kealan du Rouvre
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : Alyn Kenning, née Lydden
♦ Lieu : Kayce, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
244/500  (244/500)


Message Mer 10 Avr 2013 - 15:32

Les navires s'étaient déployés pour faire face à l'arrivée des boutres fer-nés, gardant assez de distance entre eux pour éviter de se retrouver tous pris par d'éventuels récifs cachés. Le temps était clément pour l'heure, sans vent ni importante houle, et la visibilité au mieux de ce que l'on pouvait espérer. Morgan, qui se tenait proche du capitaine de l'Astre Noir pour observer l'évolution de la situation, se tenait prêt à donner ses ordres. Les navires des deux camps approchaient les uns des autres plus vite que l'on aurait pu s'y attendre. Bientôt, il faudrait choisir un adversaire et la tactique à adopter... La mine grave et concentrée, le seigneur de Kayce réfléchissait. Les boutres avaient pour eux vitesse et maniabilité, ce qui en faisait des adversaires difficiles à coincer. Le mieux était de les priver de cet avantage... Le jeune homme réfléchit encore, parvenant à une conclusion : en l'absence de vent, tous étaient tributaires des rameurs, les boutres comme les autres. Si on voulait réduire à néant leur maniabilité, tant qu'ils ne pouvaient pas utiliser leur voile, il faudrait détruire les rames... chose qui pouvait être faite s'ils parvenaient à coincer un boutre entre deux dromons. Si la situation se présentait, ils pourraient tenter la chose avec l'Intrépide ou le Flamboyant qui flanquaient son navire.

Face à eux, les Fer-nés semblaient choisir leurs adversaires. Des boutres obliquèrent pour se frotter aux navires de Feux-de-Joie. Voilà qui ravirait sans doute Fedric, qui préférerait probablement affronter ses ennemis au cours d'un abordage qu'à distance. Mais qui sait ce qu'il pouvait décider de faire ? Morgan jeta un regard pour évaluer la situation, et vit que certaines embarcations nordiques engageaient le combat avec les boutres qui leur faisaient face. Il allait falloir choisir entre préférer donner son appui aux navires de la maison Prestre, ou renforcer la formation que les Nordiens avaient adoptée. Il finit par choisir une position intermédiaire. Des signaux furent échangés entre l'Astre Noir et les deux bâtiments qui le flanquaient. L'Intrépide alla s'insérer dans la ligne formée par les navires nordiens, suivi par l'Astre Noir. Le Flamboyant, lui, se positionna également sur la même ligne, tout en restant à une distance qui lui permettrait de venir épaules les navires de Feux-de-Joie si cela s'avérait nécessaire. Les trois bâtiments ouestriens prirent le soin de rester à bonne distance pour éviter de se gêner mutuellement, et réduire les risques d'un naufrage groupé sur un récif invisible. Le seigneur de Kayce ferma les yeux et adressa une prière muette aux Sept, afin qu'ils le guident dans ses choix, veillent sur les hommes de la flotte, et leur apportent la victoire. Quittant son capitaine, il s'approcha de ses hommes pour leur donner ses instructions et les faire se tenir prêts.

« Archers, tenez-vous prêts à tirer. Ne lâchez vos flèches qu'une fois qu'ils seront à distance suffisante pour être atteints. Inutile de gâcher des projectiles. Soldats, soyez prêts à repousser un éventuel abordage. »

L'idéal était d'éperonner tout boutre qui se présenterait, et les capitaines des trois bâtiments avaient pour consigne de le faire s'ils en avaient l'occasion, sans prendre de risques inconsidérés. L'idée d'utiliser des projectiles enflammés était tentante, et ils avaient le matériel pour le faire. Toutefois, Morgan se montrait méfiant. Le vent maritime était traître, et si pour l'heure il ne soufflait pas, une brusque bourrasque pourrait tout aussi bien leur renvoyer leurs propres projectiles et mettre le feu aux dromons. Des soldats préparèrent la baliste embarquée à la proue de l'Astre Noir, prêts à envoyer ses gigantesques carreaux meurtriers contre leurs ennemis.


HJ: Les archers du Flamboyant visent les boutres de la maison Merlyn qui viennent se frotter aux navires de Feux-de-Joie, et les archers et la baliste des deux autres navires visent les boutres PNJ's qui seront à portée (Noirmarées peut-être, si je me fie à la carte?), n'ayant pas réussi à me représenter exactement la formation des Fer-nés vu qu'elle n'est pas retranscrite sur la carte, je n'ai pas précisé plutôt que de faire une bourde x)



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 11 Avr 2013 - 9:13

Comme le navire qui emportait Fedric aux environs de Noirmarées se dégageait du cillage de celui de Tybolt pour suivre celui de Beron, le Boeuf Écarlate, debout sur le pont, adressa un signe à son suzerain et ami. Il ne sut pas s'il le vit. Son cœur était serré comme dans un étau, conscient qu'il y avait une petite chance pour que le lion périsse dans cette attaque folle mais pas inconsidérée. Comme il aurait aimé savoir le moment de son trépas afin de pouvoir mourir sereinement ensuite, sans le regret de laisser un frère sur terre derrière lui. Fedric n'avait pas peur de la mort mais il craignait le chagrin qu'elle causait à ceux qu'elle n'emportait qu'en dernier.
Il fixa ses petits yeux gris sur le large. Il fallait être vraiment dingue pour oser aller provoquer les fer-nés sur l'eau. Au sol, son épée et lui auraient l'avantage conféré par sa stature, par sa force et par sa soif de vengeance. Une soif qu'il entretenait depuis un peu plus d'un an maintenant. Un an, ça ne paraît pas long. C'est ce que vous vous dîtes, n'est-ce pas ? Sauf que quand on passe chaque seconde à maudire son ennemi et chaque nuit à rêver du jour où on le passera par le fil de son épée, un an, c'est une éternité.
« Peut-être que vous pourriez faire un petit discours pour vos troupes, monseigneur » suggéra ser Malkior qui n'avait pas quitté son coté depuis plusieurs heures. Il savait fort bien que Fedric n'était pas un homme de parole, qu'il ne croyait pas en les mots mais seulement en les actions. Pourtant, même le colosse savait qu'il ne pourrait pas y couper. Il hocha la tête et son fidèle chevalier fit rassembler tout le monde sur le pont. Ses hommes se jetaient des regards intrigués, conscients eux-aussi que le lord allait faire un effort contre sa nature taciturne pour leur donner quelques paroles d'encouragement. Fedric se tourna vers eux et sa voix si rauque entama le fracas des vagues sur la coque pour gronder : « Ces chiens sont venus apporter la mort chez nous. Aujourd'hui, nous allons la leur rendre ! » Sa déclaration guerrière fut soutenue par des hourras qui cessèrent juste le temps qu'il poursuive : « Pendant le combat, ne désespérez pas. Levez votre épée tant que votre bras le peut et pensez à vos proches, à feue Alivianne, à feu Alberic et toutes les personnes à qui ces bandits ont ôté la vie. Pensez à toutes les femmes enlevées qui attendent que l'on vienne les libérer de leurs griffes. Et, surtout, pensez que toutes vos victimes seront des souillures en moins sur la noble terre du Lion ! »

Les trois navires de la maison Prestre fendaient l'eau en formation. Fedric se trouvait sur L’Écarlate. Son père avait lancé la construction à sa naissance et il lui avait toujours dit que ce serait son bateau. Le Voile Rouge et Le Coeur Sanglant l'encadraient. Non loin se trouvaient les bâtiments de Kayce et il fut soulagé de savoir que, même s'ils ne se battraient pas littéralement aux coté de Tybolt, il aurait un autre ami en la personne de Morgan Kenning dans les parages.
C'est avec une joie malsaine que Fedric vit que les boutres fer-nées se dirigèrent droit sur ses navires. Il gonfla ses poumons d'air. « Archers, visez et attendez mon signal ! Chevaliers, préparez-vous à l'abordage ! » Un messager traduisit en signes ses commandements pour les transmettre aux deux autres navires.


MJ : Quand la première boutre est à portée, les archers des navires tirent. (Désolée mais n'ayant pas trop compris où était qui, je ne préfère pas dire de nom pour la cible. Pourrait-on avoir un plan de ce début de bataille, s'il vous plaît ? )

Rappel :
Navire Prestre n°1 : L’Écarlate (là où est Fedric et ser Malkior (PNJ))
Navire Prestre n°2 : Le Voile Rouge
Navire Prestre n°3 : Le Coeur Sanglant (là où est ser Gawain (PNJ))
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 11 Avr 2013 - 12:01

Nul vent ne venait gonfler leurs voiles, au point que l’on aurait pu croire que les dieux eux-mêmes retenaient leur souffle devant l’affrontement qui s’annonçait, du moins d’autres que le désenchanté Beron auraient pensé cela. Ils étaient loin de chez eux, loin de leurs terres, et surtout loin de tout barral, si les anciens dieux avaient manifesté quelque intérêt pour cette énième guerre parsemant l’histoire des hommes ils n’auraient pas été en mesure d’y assister. A défaut d’entendre la brise l’on pouvait sans peine distinguer les tambours rythmant les gestes des rameurs et les instructions aboyées par les divers maîtres de pont. Les troupes demeuraient relativement silencieuses, ceux pourvus d’arcs s’affairaient à encocher leurs flèches tandis que ceux équipés pour le corps à corps venaient se placer tout contre le bastingage, bouclier levé. Lorsque les dromons seraient plus proches leur rôle serait tant de protéger leurs camarades de traits ennemis que de retarder les abordages le temps de s’y préparer correctement.

Avec un hochement de la tête presque imperceptible Lord Stark prit note du soutien que l’Ouest avait décidé de lui fournir sur son flanc gauche, leurs navires étaient tant mieux équipés que maniables en comparaison des siens et le taciturne Nordien se félicita une fois de plus de cette alliance avec la Maison Lannister. Ce combat ne se limitait plus à sa seule région mais à presque tout l’occident de Westeros, unis contre un ennemi commun leur cause n’en devenait que plus honorable, en plus de diminuer leurs chances de périr respectives au cours de cet assaut osé.

Le temps des symboles arrivait, Beron connaissait les coutumes précédant toute bataille et s’y plia une fois de plus. Toujours perché sur la tour de la galère, il dégaina Glace tandis que les têtes se tournaient vers lui, les yeux emplis d’appréhension, de fureur, ou de peur selon les cas. Cette lame était aussi ancienne que sa Maison et incarnait son rang aussi efficacement que son titre de Lord, il s’agissait là d’un estramaçon aux proportions encombrantes et particulièrement difficile à manier là où l’espace manquait. Sur le pont, cerné par ses hommes combattant dos à l’océan Face-de-pierre aurait toutes les peines du monde à exprimer son plein potentiel et aurait aimé troquer cet héritage ancestral contre un bouclier et une épée courte mais la chose demeurait impossible. Glace appartenait au Lord Stark et tout soldat devait la voir dans sa main pour ne pas perdre sa détermination. D’une voix forte mais dénuée de passion le seigneur de Winterfell dit :

« Aujourd’hui nous combattons pour rendre justice à nos terres brûlées et aux familles détruites par l’avidité des pirates ! Ne faiblissez pas car vous êtes le dernier rempart entre les Fer-nés et vos enfants ! »

Une fois cela fait il ordonna d’accélérer le rythme, les dromons ennemis semblaient décidés à venir à leur rencontre et sauf évènement inattendu le choc se produirait sous peu. Lorsque le navire des paludiers non loin décocha sa première volée Beron ordonna aussitôt que sa propre galère prenne le maximum de vitesse afin de dépasser l’embarcation des natifs du Neck et les préserver pour un temps du contact en jouant les appâts. Les navires à la droite des paludiers reçurent les mêmes instructions, les meilleurs archers de la flotte se devaient d’être protégés. Par la même occasion Face-de-pierre fixa le dromon le plus proche [Celui de Willem] et après de longues secondes ordonna à ses propres hommes de tirer à leur tour.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 12 Avr 2013 - 15:33

La Larme Noire et le reste de la flotte fer-née fonçait vers les navires adverses, que Willem imaginait petite, mais qu'elle ne fut pas sa surprise que d'avoir tord en bout de pistes. Des navires, il y en avait autant que la ligne de l'horizon, chose assez inquiétante, il faut l'admettre, mais sa témérité le poussait à aller de l'avant quand même. Une fois en haut plus profonde, après avoir donné des premières directives, il ordonne de déployer la voile, pour prendre plus de vitesse. Il avait un plan en tête, un plan d'une témérité que lui seul pouvait avoir. C'était peut-être même de l'imprudence, voir du suicide, mais enfin, vu la quantité de navires et la tactique des continentaux sur mer, à toujours vouloir utiliser des projectiles comme armes, il considérait la vitesse un atout nécessaire. Plus question de faire demi-tour maintenant, bien que l'espace d'une brève seconde, il y a songé. À l'avant de son navire, il se retourne, tandis que les navires ennemis continuaient d'apparaître en plus grand nombre à l'horizon.

-Fer-nés, écoutez ici. Ces navires qui se déploient à l'horizon sont là que pour une seule chose. S'en prendre à nos Iles chéries. Ils feront ce que nous leur avons fait. Ils violeront nos femmes et prendrons ce que nous avons si chèrement gagné par la lame de nos haches. Je dis massacrons les. Tuons les tous, faisons leur payer chèrement leur témérité. Que la mer soit rouge du sang de nos ennemis! Offrons en cadeau au Dieu Noyé de quoi remplir sa somptueuse demeure!

Puis, sur une note plus calme, il conclut.

-Ce qui est mort ne saurait mourir...

Le boutre prenait de la vitesse et sera bientôt à portée des flèches ennemies. Willem prit un bouclier, on n'est jamais trop prudent après tout. Le boutre offrait somme toute peu de couverture, mais quand même, vu la vitesse, il n'allait pas non plus s'offrir en cible facile. La première volée en fut une enflammée et s'abat sur le boutre. Des hommes tombent et meurent, Willem se protège avec son bouclier. Situé à l'arrière du navire, le capitaine manœuvrait son boutre lui-même, quand il ne devait pas se mettre à couvert... Après cette première volée, il lève sa hache en l'air et s'agrippe au bord, targuant ces ennemis d'un cri de guerre, enjoignant les autres à faire de même et à cogner leurs armes ensemble.

Puis, une galère vient leur barrer la route vers ce bateau d'archers qui venait de leurs volées et décoche une salve à son tour. Harkar eut ce commentaire:

« On va trop vite, on ne pourra pas éviter la collision ».


-C'est exactement ce que je veux.

Peu après avoir encaissé la volée de flèches, le boutre percute de plein fouet le côté de la galère qui lui barrait la route, pour ensuite, longer un peu son côté. Quand les secousses diminuent et qu'il reprend son équilibre, Willem se débarrasse du bouclier et fonce avec son glaive et sa hache en main. Traversant son boutre, il cognait le côté du corps de ces hommes ou bien leur tête, comme pour leur dire "réveillez-vous!"

-À l'attaque!

Les Fer-Nés, avides de sang, se lancent à l'assaut de la galère. Willem saute sur la galère et tue, tente du moins quiconque est sur son chemin et comme toujours, il cherche un combattant digne de ce nom, un seigneur ou le capitaine de cette galère, peu lui importait, pour lui, cela ne faisait pas de différence, fut-il un Stark. Harkar, son second, restait sur le boutre avec quelques hommes, pour le manœuvrer et le défendre, mais avec l'état qu'avait la Larme Noire, il était clair que ce boutre ne voguera plus aussi rapidement. Les dés étaient jetés.
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Lun 15 Avr 2013 - 14:32

     Le vent ne soufflait guère. Le ciel se taisait. La mer du crépuscule fut-elle jamais si calme ? L'ordre donné par Willem de déployer la voile de la Larme noire, pour prendre de la vitesse, eut l'effet contraire, car le carré de toile ajouta aux difficultés des rameurs qui ne profitaient d'aucune faveur du courant. Heureusement qu'un boutre est un navire léger ! Si la Larme noire avait été une galère, un dromon ou tout autre navire qu'un boutre, la voile éployée aurait sans doute provoqué son arrêt pur et simple. Dès lors ce choix tactique se révéla mauvais, car le boutre perdit de la vitesse et la collision n'eut guère l'effet escompté par le capitaine fer-né. Le navire mené par lord Beron Stark n'eut point à rougir ou trop souffrir du geste de cet ennemi que des prétentions surréalistes avaient jeté contre lui. Toutefois, les guerriers sur la Larme noire ne demeurèrent pas longtemps en reste et, grognant quelque peu contre la bévue du « jeune poisson » qui les menait, ils se portèrent sans attendre à l'abordage. Paradoxalement, les archers qui prirent pour cible la Larme noire avant la collision pâtirent de sa perte de vitesse, qui provoqua leur mauvais calcul, et les premières salves ne provoquèrent aucun mort, seulement quelques blessures qui ne furent pour les guerriers fer-nés que des égratignures... pour le moment. Toutefois, l'ordre de Willem d'éployer la voile fut tragique pour une autre raison : la flèche enflammée tirée par l'intrépide Lyessa Reed toucha le tissu de plein fouet. Les fer-nés qui avaient pris d'assaut le navire de lord Stark purent constater derrière eux que le boutre deviendrait sous peu un brûlot qui ne naviguerait plus jamais si rien n'était fait.

*** *** *** ***

     Le vent n'était toujours point désireux de donner son avis. Vaan Merlyn, capitaine de l’Écume poupre, son fier navire, le porta à l'encontre du navire commandé par Fedric Prestre, l’Écarlate. Porté par la force des rameurs qu'excita le discours du capitaine, le boutre fer-né s'avançait résolu et déterminé vers cet ennemi qui couvrait les flancs de la ligne ennemie. Telle une libellule sous la pluie, l’Écume pourpre affronta les salves d'archers qui firent, parmi les membres de l'équipage, quelques victimes, deux morts et autant de blessés. Qu'importe, le Dieu noyé réclamait en ce jour des sacrifices, après tout ! La mort de ces compagnons enragea les survivants qui redoublèrent d'effort et déjà le boutre flanquait l’Écarlate, l'abordage était imminent ! En effet, l'Ecume pourpre était un navire léger et donc autrement plus maniable que les dromons de la maison Prestre, notamment le Coeur Sanglant et le Voile Rouge qui furent impuissants à l'empêcher d'atteindre son but. Les archers sur le Flamboyant ne pouvaient plus désormais harceler les boutres Fer-nés sans risquer de toucher les navires de Feux-de-Joie. D'ailleurs la stratégie observée par lord Morgan Kenning eut pour effet de couper les navires battant le pavillon de Kayce de la ligne de front ; ceux ci se trouvaient à présent derrière tandis que les boutres achevaient leur course contre eux. Ils étaient désormais trop près d'eux pour espérer profiter d'une prise de vitesse afin d'éperonner un navire ennemi, sauf à s'obliger à mille détours.

*** *** *** ***

     Partout les cris s'élevèrent, car la bataille s'engageait et devenait générale, elle touchait toute la ligne, les navires fer-nés s'étaient portés à sa rencontre et les adversaires n'étaient plus séparés les uns des autres que par un bouclier, une lame ou un saut d'abordage. Les combats débutèrent à grand fracas, et l'on entendit partout les hurlements des adeptes du Dieu noyé, qui intimidèrent certains des continentaux que la présence pourtant rassurante de nombreux alliés ne sut réconforter. Le moral de certains soldats flanchait. Certains capitaines peinaient à galvaniser leurs troupes. Un navire, qui pourtant n'était pas au cœur des combats, sembla faire défection. Mais il était trop tard, pris en chasse par les Fer-nés, il fut bientôt pris d'assaut, son destin fut scellé. Mais ailleurs, c'est un boutre qu'on ravageait après avoir vaillamment repoussé l'abordage de ses guerriers. La bataille promettait d'être un carnage monstrueux. Sa victoire se jouait partout à la fois. Mais qu'adviendrait-il si Beron Stark tombait ? Ce dernier vit son navire bientôt infesté par l'équipage de la Larme noire, dont la voile avait pris feu. Il devait combattre, tout inconfortable que fût le maniement de Glace. Et il devait prendre garde que l'incendie sur le navire ennemi ne se propage point à son propre bâtiment.

Voilà, troisième message ! Les gens concernés par ce sujet sont indiqués en début du premier message. N'oubliez pas de respecter les règles de l'intrigue.

Au passage, quelques petites précisions :

- Point Météo : Pas de vent, temps clair ; Houle : raisonnable

- Les seigneurs de l'Ouest et les Nordiens ne connaissent pas les plans de la Couronne, en dehors de Tybolt Lannister (et de Gerold ainsi que de Beron s'il leur en a parlé). Vous pensez donc être les seuls à combattre, ce qui est à la fois héroïque et totalement fou ! Votre cible principale est l'île d'Harloi.

- Les Fer-nés ne connaissent rien au sujet de l'attaque de l'Ouest ! En effet, seuls Dagon Greyjoy, Sargon Harloi et Helya Botley disposent de cette information. Les autres pensaient tout simplement partir en raid vers le Nord, conformément au Rassemblement.

Merci de tenir compte de ces détails ! Si vous avez des questions sur ce message ou sur votre lancement, n'hésitez pas à MP Clarence Hightower.
Revenir en haut Aller en bas
Chasseur
avatar

Lyessa Reed
Chasseur

Général
Insaisissables
Représentante des Bouffes-Grenouilles

♦ Missives : 2044
♦ Missives Aventure : 73
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 03/09/1987
♦ Arrivée à Westeros : 13/10/2012
♦ Célébrité : Keira Knightley
♦ Copyright : Randy / Moi
♦ Doublons : Tyana Veneur, Ororya Gargalen, Serenei
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Lieu : Le Nord
♦ Liens Utiles : Fiche de Lyessa
Journal d'aventures
Aptitudes

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
512/1000  (512/1000)


Message Lun 15 Avr 2013 - 22:44

Lyessa n’avait jamais vécu de guerre. Elle avait bien sûr assisté à quelques affrontements et surtout aidé à repousser les Fer-nés de leurs côtes, mais jamais elle n’avait assisté à un pareil déluge de flèches, de flammes et de violence. Cela ne faisait que débuter, et pourtant, elle pouvait sentir le goût du sang dans sa bouche et ses muscles se tendre et tressaillir d’appréhension. Ils se battaient pour le Nord – se battaient contre ceux qui les considéraient comme une sous-espèce, alors qu’ils se permettaient de tout leur voler. Elle les détestait. Affirmer qu’elle n’avait pas peur aurait été un mensonge. L’inconscience chassait souvent la prudence, et la jeune Paludière préférait restait sur le qui-vive et mener les siens à la victoire. Même si elle redoutait, elle ne plierait pas. Jamais.

Souplement, lady Reed encocha une nouvelle flèche et donna l’ordre à la rangée qui se tenait derrière elle de tirer les leurs. Elle était fière d’eux - fière de leur combattivité même si leur loyauté à la famille Reed et à leurs marais était bien plus exacerbée que celle naturellement réservée au suzerain du Nord. Beron Stark. Malgré la réticence familière des Reed à se mêler aux affaires des Stark, Lyessa ressentait un grand respect et une certaine fierté de combattre à ses côtés en ce jour. Les Paludiers étaient discrets mais ce n’était pas pour autant qu’ils étaient inutiles ou inefficaces.

« Le dromon de Stark manœuvre vers nous ! » – L’informa Orik sur un ton alerte. Il était proche du bastingage et suivait d’un regard sombre les mouvements de leurs alliés comme de leurs ennemis. « Le boutre Fer-né nous arrive droit dessus ! »

Pod passait de nouveau dans les rangs pour allumer les flèches de ses compères et Lyessa se perdit dans la contemplation évasive de la flamme qu’elle détenait avant de décocher la flèche qui disparut en un éclair.

« Ne leur laissez pas de répit ! » – Gueula-t-elle d’une voix ferme avant de se rapprocher. « Il se met en travers de leur ch’min pour nous protéger. »

Constat qui ne fit qu’inquiéter d’autant plus la Paludière. Bien que ça ne semblait pas évident au premier coup d’œil, les navires allaient à une vitesse non négligeable, fendant l’eau sombre dans une blanche écume qui s’agitait en remous. Le boutre Fer-né rencontra de plein fouet de dromon sur lequel se tenait Beron Stark et ses hommes. Il ne fallait pas être bien perspicace pour voir que ça en viendrait rapidement aux mains.

« N’cessez pas de tirer avant d’avoir enflammer leurs fichus navires ! » – Lâcha-t-elle.

De la fumée s’élevait du navire visé par la Paludière un peu plus tôt et elle ne put réprimer un sourire carnassier. Le souci étant maintenant que leurs alliés étaient en fâcheuse posture face à ces enragés de Fer-nés.

« On doit les aider ! » – Confia-t-elle à Orik avant de se saisir d’une nouvelle flèche qu’elle se garda d’enflammer pour la réserver à quelques Fer-nés qui attaquaient le navire d’en face.
« Va donner l’ordre de rapprocher le navire pour qu’on leur vienne en aide ! »

Orik lui adressa un drôle de regard mais s’exécuta tout de même. Les cris de rage et les bruits de l’affrontement lui parvenaient jusqu’ici. Elle ne se démonta pas pour autant, saisissant flèche après flèche pour faucher du mieux qu’elle pouvait les ennemis qui assaillaient le navire du suzerain.

HJ:
 





Spoiler:
 

Thème
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 16 Avr 2013 - 9:18

Arriva finalement le moment attendu avec appréhension depuis des lunes et des lunes, les vitesses respectives des deux flottes étaient rapides en dépit du vent inexistant et le choc qui en résulterait ne pouvait qu’être terrible. Il n’y avait guère de place pour les tactiques savamment élaborées dans un camp comme dans l’autre, du moins c’était ce que laissait à penser le cours des évènements pour l’heure, les deux camps avaient cherché le combat de la façon la plus simple possible en se ruant l’un vers l’autre.

Alors que son propre navire venait faire écran pour soustraire les paludiers à l’attention des pirates, Lord Stark ressentit une satisfaction un rien paradoxale en constatant que la manœuvre avait fonctionné et qu’un boutre tentait désormais de les aborder. Détournant un instant le regard de ce problème imminent pour se concentrer sur le reste de la flotte qui elle aussi connaissait ses premières échauffourées, Beron ordonna à ses seconds :

« Que tous nos navires qui ne sont pas encore engagés manœuvrent pour décocher flèche incendiaire sur flèche incendiaire contre leurs boutres lancés à l’abordage. »

L’ordre avait été prononcé d’une voix calme et avec un regard tout aussi dur qu’à l’ordinaire malgré les implications de la consigne donnée. Jouer avec le feu n’était pas réputé dangereux pour rien et tenter d’enflammer les embarcations mêmes qui se trouvaient pratiquement coque contre coque avec les navires Nordiens représentait une prise de risque conséquente que Face-de-pierre devina sans peine dans le regard de ses lieutenants. Mais la nature même de cet assaut constituait une tentative aussi folle qu’honorable, et pour Lord Stark la véritable victoire serait d’arracher les crocs de la bête, non de l’éliminer pour de bon. Un boutre envoyé par le fond équivalait à un village épargné, à un rien de paix supplémentaire pour ses terres.

Il sembla alors que le Lord suzerain du Nord devrait courir lui-même les propres dangers auxquels il exposait sa flotte, la voile du bâtiment s’apprêtant à les aborder se consumait à bonne allure et tout laissait à croire que l’incendie tendrait à se propager. Une fois la dernière salve lâchée avant que l’ennemi ne soit trop proche, Beron commença à descendre les marches de son perchoir, Glace en main, et donna ses dernières instructions :

« Archers ! Sur la tour ! Feu à volonté sur les hommes à bord de leur vaisseau, ne prenez le risque de tirer sur notre pont qu’en dernier recours ! »

Lord Stark espérait que depuis leur position surélevée les lanceurs de flèches parviendraient à abattre quelques cibles et par la même occasion diminuer le flot de Fer-nés enragés qui ne tarderait pas à déferler à bord. Puis, à l’un des capitaines :

« Tenez les rameurs sur le qui-vive, à mon ordre nous essayerons de rompre le contact ! »

Cette petite victoire isolée au milieu d’une guerre ne tiendrait qu’à une bonne gestion du temps, il leur faudrait affaiblir suffisamment les pirates pour réussir à désengager leur propre navire et le préserver de l’incendie. Suivi de près par plusieurs de ses hommes d’armes, le Nordien taciturne attendit derrière le mur de boucliers que l’adversaire se présente et réalisa une nouvelle fois à quel point l’ennemi était féroce. Partout autour de lui l’on bataillait pour sa vie, nez à nez avec son prochain en évitant de trébucher sur les premiers morts. Reculant d’un pas pour gagner suffisamment de place Beron fit décrire des moulinets à l’imposante arme en espérant faucher plusieurs de ces pillards qui avaient fait saigner son peuple.


Dernière édition par Beron Stark le Ven 26 Avr 2013 - 9:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 16 Avr 2013 - 11:59

Les flèches tirées dans la direction du boutre n'ont pas grand effet. Elles parviennent à toucher quelques personnes, tuant deux marins et en blessant deux autres. C'est une perte plus qu'acceptable, ces Fer-nés iront festoyer avec le Dieu Noyé et leurs sirènes dès que cet affrontement sera terminé. Vaan ne comprend pas la logique des continentaux, comment peuvent-ils être assez stupides pour tirer des flèches sur leurs adversaires, alors que le navire de leurs alliés se trouvent entre eux et leur cible ? Peut-être ne possèdent-ils aucun respect à l'égard de leur compatriotes ? Peu lui chaut, si ces chiens du continent se tuent entre eux, ce n'est pas eux qui s'en plaindront !

L’Écume Pourpre a réussi à ses hisser à la hauteur du Dromon qu'il vise depuis le début, la suite ne se fait pas attendre. Les marins sont entraînés à cet exercice, une bonne partie – dont les deux frères Merlyn – se redresse pour se diriger vers le bastingage. Quelques-uns saisissent les grappins qui serviront à maintenir le boutre en place une fois que les marins se seront lancés à l'assaut de leur adversaire. Chaque Fer-né tient son arme à la main et lorsque la proximité est suffisante et que le sursaut familier des deux navires qui s'entrechoquent se fit sentir, les grappins furent lancés. Afin d'éviter que les continentaux ne les coupent, une partie de l'équipage se lance à l'assaut de l'autre navire de manière à empêcher les soldats de se concentrer sur autre chose. Les deux frères Merlyn ne sont pas en reste, tenant leur hache à la main et prêts à défendre chèrement leur peau. Ils ont peut-être du sang bleu dans les veines, mais surtout du sang de Fer-né et sont capables d'être aussi efficaces que des chevaliers malgré leur jeune âge. N'ont-ils pas passé les derniers mois à prendre part aux raids sur le continent ?

Pendant ce temps, Vaan n'est pas resté inactif. Il s'est assuré que ses hommes sont bien lancés avant de prendre part à l'action. Sa hache à deux mains fermement maintenue, il se jette sur le pont du Dromon avant d'effectuer des mouvements circulaires destinés à tuer et non à blesser. L'homme possède une carrure moins imposante que certains continentaux en raison du manque de variété dans la nourriture de son peuple, mais il est plus musclé que bien des chevaliers ! Son arme a suffisamment été maniée pour qu'il la connaisse, elle est davantage l'extension de son bras qu'un morceau de métal tranchant. Son but et tout d'abord de dégager le pont à l'endroit où il se trouve, mais il ne se lance pas à la recherche du capitaine pour autant. Si celui-ci n'est pas trop lâche, il viendra défendre sa vie au lieu de se cacher derrière ses petits soldats. En attendant la venue de cet homme qu'il est bien décidé à tuer, Vaan se concentre donc sur les hommes à sa portée, essayant de tuer autant de personnes que possible. Cependant, son expérience lui a appris à ne jamais être trop sûr de lui, c'est bien pour cette raison qu'il a laissé des hommes en arrière, prêts à les avertir sur le vent venait à tourner et que le danger se faisait plus grand. Ils ne craignaient pas la mort, mais voulaient simplement tuer un maximum de continentaux avant de rejoindre le Dieu Noyé. S'il fallait reculer pour mieux attaquer, ils le feraient !

-------------------------

MDJ : Quels sont les dégâts des deux côtés ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 16 Avr 2013 - 13:21

Harkar était laissé derrière avec un nombre d'hommes restreint, chose qu'il n'aimait guère. Il aurait préféré de loin tuer du Nordien au côté de son capitaine! Mais il devait obéir et de toute façon, la bataille le tira vite de ces pensées. Accroupi sur le boutre, une odeur de fumée et la fumée elle-même ne tarde pas à attirer son attention. En levant alors les yeux, il aperçoit la voile toute déployée, en flamme. Il savait que le jeune Bonfrère n'avait pas eu une bonne idée en la déployant, surtout avec l'absence de vent, erreur de débutant, mais tout le monde sait que les Bonfrère sont têtus comme des mules. Maintenant, c'était à lui de réparer les erreurs du capitaine.

-La voile! Il faut couper la voile!

Difficile de bouger quand vous êtes sous des tirs d'archers ennemis provenant de divers bateau, Harkar ne prenait pas trop le temps de regarder d'où les tirs venaient. Pour lui, la voile était plus préoccupante. Prêt à prendre tous les risques pour sauver la Larme Noire, il se lève et abat sa hache sur la corde. Puis, blessé ou non, il va faire de même à l'autre et en toute logique, la voile devrait tomber du dernier côté vers où elle est détachée. Ne restait plus qu'à espérer que la voile tombe à la mer, malgré l'absence de vent. Sinon, ils n'auront pas d'autre choix que de tenter d'éteindre le feu sur le pont sous une pluie de flèches. Aussi bien se jeter à la mer tout de suite, pensa-t-il.

****

Willem était enfin sur le pont d'un navire ennemi, hache à la main, ne se souciant guère de l'odeur de brûlée. Ces hommes fonçaient pour se battre contre l'ennemi, dans un chaos le plus complet. Il savait que dans un tel moment, il était plutôt inutile de scander des ordres désespérés à gauche et à droite, comme il pouvait entendre. Valait mieux faire simple et bref et apprécier toute l'anarchie du chaos. Leur foncer dessus, les envahir et obligé chacun de ces Nordiens à se battre pour sa survie, paralysant de fait leurs rameurs et leurs archers, c'était en somme, l'objectif premier d'un abordage. Encore faut-il gagner ses duels.

-Tuez les, tuez les tous!

Le Fer-Né repère un homme caché derrière d'autre, du genre justement à scander des inepties. D'ailleurs, histoire d'éveiller son attention, Willem dégaine une hache de lancée et s'approche le plus possible, avant qu'un combattant nordien ne lui tombe dessus, et lance sa hache dans la direction de Beron Stark.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 18 Avr 2013 - 15:14

Fedric savait que ce n'était pas normal qu'il ressente autant de satisfaction à voir le boutre de Vaan Merlyn se diriger droit sur son dromon. L'adrénaline se répandait dans la moindre de ses veines et son cœur battait les tambours de guerre. Ses muscles gonflèrent et sa mâchoire se serra. Rien au monde ne lui faisait autant d'effet qu'une bataille. Au cours d'un combat, il se sentait parfaitement lui-même. Se battre était ce qu'il savait le mieux faire et il en était fier. Il allait étriper ses ennemis jusqu'au dernier et il maculerait la coque de son dromon avec leur sang. Ainsi, l’Écarlate porterait bien son nom.
« Un navire s'en va ! » s'écria quelqu'un sur le pont, pointant du doigt l'intérieur de la ligne. Ceux qui regardèrent purent voir en effet qu'un allié fuyait le conflit. Fedric gronda intérieurement en maudissant le couard avant de tirer son épée de son fourreau. « Tenez vos positions ! Tenez vos positions ! [...] Mes frères ! Je lis dans vos yeux la même peur qui pourrait saisir mon cœur. Un jour peut venir où le courage des hommes faillira, où nous abandonnerons nos amis et briserons tous liens. Mais ce jour n'est pas arrivé ! Ce sera l'heure des [chiens] et des boucliers fracassés lorsque [notre Couronne] s'effondrera. Mais ce jour n'est pas arrivé ! Aujourd'hui, nous combattrons. Pour tout ce qui vous est cher sur cette bonne terre, je vous ordonne de tenir ! Hommes de l'Ouest ! *» Ragaillardis, les membres de son équipage tirèrent à leur tour l'épée. Vaan Merlyn pouvait venir ; il serait reçu comme il se devait.
On y était. Des grappins accrochèrent son bastingage. Fedric souffla tout bas à son plus fidèle chevalier : « Ne meurs pas, Malkior. Ou je te destitue. » Le jeune homme esquissa un sourire en entendant la menace qui déguisait en vérité une marque d'amitié souvent sous-entendue mais jamais dite. Il hocha la tête et réaffirma sa prise sur le pommeau de son épée. L'équipage de L’Écarlate demeura parfaitement silencieux jusqu'à ce que la tête du premier ennemi ne pointe par dessus la rambarde. S'en suivit un déchaînement de cris rauques et fous. C'est comme un seul homme que les continentaux engagèrent les combats sur leur pont, sans aucune pitié ni retenue. Fedric avait choisi avec grande attention ceux qui embarqueraient avec lui. Il s'était assuré qu'ils soient autant assoiffés de vengeance que lui. Il ne faudrait pas moins pour la carnage que promettait cet affrontement. Vaan Merlyn se mit à faire la toupie avec sa hache et blessa plusieurs de ses hommes. Las de ce spectacle à peine digne d'une danseuse dornienne, Fedric profita d'un moment de répit pour renverser un baril de liquide et le fit rouler en direction du capitaine du boutre dans le but de le faire tomber.
Le Voile Rouge était à présent dans une posture semblable à la leur mais Le Coeur Sanglant avait profité de sa liberté pour contourner L'Ecarlate et se placer du coté du boutre qui l'assaillait. Commandés par ser Gawain, les archers de ce navire décochèrent une volée de flèches en direction des fer-nés restés en retrait dans le boutre. En voyant la manœuvre de soutien, Fedric gonfla sa poitrine et continua à tailler à grand coup d'épée dans ces parasites qui méritaient de mourir.



Citation :
HJ :
* discours d'Aragorn devant la porte du Mordor dans Le Seigneur des Anneaux
Vous pouvez revoir en vidéo ce moment ici : http://www.youtube.com/watch?v=QE80N2ilbE8

MJ :
Vaan Merlyn tombe-t-il ? Les flèches du Coeur Sanglant touchent-elles ?


Rappel :
Navire Prestre n°1 : L’Écarlate (là où est Fedric et ser Malkior (PNJ))
Navire Prestre n°2 : Le Voile Rouge
Navire Prestre n°3 : Le Coeur Sanglant (là où est ser Gawain (PNJ))
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Morgan Kenning
Noble

Général
Le Bouclier du Loup.



Seigneur de Kayce.

♦ Missives : 294
♦ Missives Aventure : 43
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 28/06/2012
♦ Célébrité : Santiago Cabrera
♦ Copyright : Helya
♦ Doublons : Even Corbray, Corwin Rogers, Kealan du Rouvre
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : Alyn Kenning, née Lydden
♦ Lieu : Kayce, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
244/500  (244/500)


Message Ven 19 Avr 2013 - 22:14

Les navires de Kayce ne parvinrent pas à empêcher les boutres fer-nés d'atteindre les navires de Feux-de-Joie, qui ne tardèrent pas à se retrouver pris dans un abordage, l'un d'entre eux mis à part. Les aléas de la bataille les firent se retrouver en arrière de la ligne de front, les empêchant également d'atteindre les pillards de leurs flèches, gênés qu'ils étaient par les dromons qui faisaient écran. Morgan donna l'ordre aux archers de cesser les tirs. Fedric et ses hommes allaient devoir se débrouiller, pour le moment. Si les choses tournaient mal pour lui, les navires de Kayce seraient là pour l'aider. Pour l'heure, il était hors de question de tenter une manœuvre risquée qui pourrait coûter bien plus qu'elle ne rapporterait. Tirer d'autres flèches était inutile, et les enflammer d'autant plus impensable : les boutres n'étaient pas les seuls à pouvoir s'enflammer, et ce n'étaient pas eux qui étaient en avant, bien placés comme cibles.
Le jeune homme reporta son attention sur des boutres qui s'étaient faufilés dans l'espace ménagé entre les navires pour se diriger vers les siens. Il n'y avait pas énormément de possibilités, car il n'était plus possible de prendre assez d'élan pour espérer faire usage de l'éperon des navires contre leurs ennemis. Le tenter aurait sans doute nécessité de grandes manœuvres qu'il n'était pas prêt à essayer. Il préférait rester prudent, plutôt que de se risquer à effectuer des manœuvres hasardeuses en terrain inconnu, qui aurait pu leur coûter leurs navires comme leurs vies. Il tourna la tête vers le capitaine de l'Astre Noir et lui fit signe de garder son cap afin d'affronter les boutres. Après quoi, il tira son épée et s'adressa à ses hommes.


« Il se pourrait que d'ici peu, des Fer-nés grimpent à l'abordage de nos ponts. Ces mêmes Fer-nés qui ont pillé nos côtes, incendié nos villages, volé nos récoltes et nos biens, enlevé nos femmes. Ceux qui ont fait couler le sang des hommes qui se sont dressés face à eux pour défendre nos terres. Ils s'imaginent pouvoir tout prendre à un peuple qu'ils pensent plus faible, mais il ne tient qu'à nous d'y mettre un terme aujourd'hui. Ce sont des combattants implacables, mais ne laissez pas la peur vous envahir : combattez pour vous, pour votre famille, pour Kayce, pour l'Ouest. Ne montrez aucune pitié. Nous allons leur montrer qu'on ne défie pas impunément l'Ouest, et que nous aussi, nous pouvons être redoutables. Nous brillons haut !

- Nous brillons haut !

Le cri fut repris par les soldats de Kayce et les marins. Tout le monde avait tiré son épée, et les archers se tenaient prêts à décocher de nouvelles volées de flèches sur leurs assaillants. Des marins se tenaient prêts, de courtes haches à la main, pour trancher les cordes des grappins qui pourraient venir s'agripper au bastingage. Un lourd silence s'abattit sur le pont, seulement troublé par le bruit des vagues, le cliquetis métallique de la baliste qu'on armait d'un lourd projectile à la pointe de métal, et les cris des affrontements voisins. L'Astre Noir, toujours flanqué du Flamboyant et de l'Intrépide, fendait les flots. Les trois navires se garderaient ainsi mutuellement au mieux. Avec de la chance, des boutres se faufilant entre eux y perdraient leurs rames contre les robustes coques.

- Archers, tirez à volonté lorsqu'ils seront à portée. Saisissez vos épées s'ils grimpent sur le navire. »


HJ: Les archers des trois navires et la baliste ont pris pour cible les boutres qui leur arrivent dessus. Ils auront à affronter les flèches et les puissants tirs de baliste s'ils approchent pour les aborder.



Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Lun 22 Avr 2013 - 16:10

     Les boutres fer-nés qui s'étaient faufilés jusqu'à menacer les navires de la maison Kenning n'eurent guère à s'inquiéter des tirs de la baliste : ils allaient vite, et s'étaient trop approchés pour être touchés par une arme de si longue portée et si peu précise. En revanche, les tirs d'archers firent quelques ravages dans leurs rangs, mais cela ajouta à leur rage et à leur détermination. Deux des navires de Kayce flanquaient le troisième comme auparavant, cela n'avait pas changé et les capitaines des boutres fer-nés l'avaient bien vu et intégré à leur tactique : ils ne cherchèrent pas à se lancer individuellement à l'abordage de chaque bâtiment. Au contraire, puisque lord Kenning était désireux de leur opposer un bloc uniforme ou presque, ils allaient leur rendre la politesse et considérer les trois dromons comme un seul ! Ils fondirent sur l'Intrépide et lancèrent l'abordage, dédaignant les deux autres navires, l'Astre Noir et le Flamboyant. Si les archers ou la baliste souhaitaient les atteindre à présent, ils devraient avoir le cran de tirer sur leurs propres alliés, sur leur propre navire ! Mais la manœuvre avait eu pour but d'isoler lord Kenning et ses navires du reste de la ligne, ce qu'il aurait pu prévoir. Il fut toutefois impuissant à l'empêcher, et déjà les Fer-nés infestaient l'Astre Noir où l'abordage prenait des allures de chaos de fer, de bois et de flots. Les trois dromons se gênaient, et s'ils s'approchaient davantage les uns des autres, ne risquaient-ils pas de briser les lignes de rames ? Il appartenait à Morgan d'agir. Quelqu'un d'ailleurs lui déclara :  « Sire ? Vos ordres ? Il faut sauver l'Astre Noir ! » C'était l'un des multiples choix qui s'offraient à lui en effet, encore devait-il savoir comment il s'y prendrait.

*** *** *** ***

     Au moment où le baril roula pour atteindre Vaan Merlyn, un carreau de baliste frappa la coque de l’Écarlate, qui s'ébranla tout entier et dévia la course du projectile qui n'atteignit jamais sa cible. Sur le pont où l'abordage se poursuivait, il était difficile pour le moment de dire qui prenait l'avantage, même si les Fer-nés semblaient avoir la main. Toutefois le choc provoqué par le tir de baliste rebattit les cartes. Plusieurs soldats, des deux bords, tombèrent à l'eau. Les flèches tirées depuis le Coeur Sanglant firent elles aussi des ravages, touchant indifféremment les uns et les autres : Fedric Preste en vit une se ficher dans son épaule et s'il n'avait eu son armure... il aurait très certainement écopé d'une blessure grave, voire mortelle. Dans le tumulte, un gros fer-né, dans le genre primate dégénéré, s'approcha de lui pour le défier, mais il n'eut pas le temps de porter le premier coup que ses yeux se détournèrent de Fedric pour se porter sur le nid de l'infestation Fer-née. Il hurla alors :  « Les bateaux s'éloignent ! Merde ! » En effet, suite au tir de baliste, qui avait provoqué la chute du marin tenant la barre, celle-ci était folle, et le navire, inexorablement, désormais, tournait sur lui-même, et comme il était plus lourd que le boutre fer-né, il l'avait repoussé. Ironie du sort, car l'abordage n'était pas encore gagné.

*** *** *** ***

     Un peu plus au nord, non loin, Lyessa Reed continuait d'ordonner aux Paludiers de harceler leurs ennemis. Leur bateau se rapprocha au plus près pour soutenir leurs camarades Nordiens. Plus particulièrement la « demoiselle » s'attaquait aux agresseurs isolés de la Larme Noire, présents sur le pont du navire de Beron Stark. Ce dernier ne dut d'ailleurs qu'aux moulinets qu'il fit avec son épée Glace, large comme la main et plus longue qu'un gamin de quatorze ans n'est haut, de pouvoir esquiver la hache de jet lancée par un Willem Bonfrère plus déterminé que jamais à en découdre. Les soldats du Nord, qui connaissaient bien Glace, s'écartèrent pour laisser toute marge de manœuvre à leur suzerain... ce qui le laissait seul face à Willem et à tous les Fer-nés désireux d'abattre la tête de cette armée de continentaux odieux et provocateurs ! Un boulevard s'ouvrit donc jusqu'à lui... tandis que l'abordage continuait.

*** *** *** ***

     Sur la Larme noire, Harkar choisit, pour sauver le navire de l'incendie, de couper les cordes assurant la mobilité de la voile qui n'était plus qu'une torche énorme dont le boutre aurait été le brandon. Mais la toile était toujours attachée au mât par la vergue, espar trop souvent négligé, cette barre transversale qui tient la voile par le haut... Couper la corde fut inutile et même inconscient : sous l'effet des flammes qui, par le haut, se propageaient, la toile se gonfla et s'agita au-dessus de la tête des Fer-nés demeuraient à bord. Il était temps d'abandonner le navire... ou d'éteindre l'incendie de la façon la plus élémentaire ? Il fallait en tout cas décider et agir vite, les flèches tombaient sur eux comme autant d'arrêts de mort, et le feu coulait désormais sur le mât central du bâteau...

*** *** *** ***

     Sur toute la ligne à présent, la bataille fait fureur ! Les uns luttent contre l'ennemi imprévu, les autres cherchent à envoyer par le fond ces pirates qui les empêchent d'accéder à l'Île de Harloi, leur objectif. Par le côté d'ailleurs un boutre vient d'aborder le navire des Paludiers. Un jour comme on en vit peu, et demain, le Nord se souviendra que ce qui est mort ne saurait mourir...

Voilà, quatrième message ! Les gens concernés par ce sujet sont indiqués en début du premier message. N'oubliez pas de respecter les règles de l'intrigue.

Au passage, quelques petites précisions :

- Point Météo : Pas de vent, temps clair ; Houle : douce

- Les seigneurs de l'Ouest et les Nordiens ne connaissent pas les plans de la Couronne, en dehors de Tybolt Lannister (et de Gerold ainsi que de Beron s'il leur en a parlé). Vous pensez donc être les seuls à combattre, ce qui est à la fois héroïque et totalement fou ! Votre cible principale est l'île d'Harloi.

- Les Fer-nés ne connaissent rien au sujet de l'attaque de l'Ouest ! En effet, seuls Dagon Greyjoy, Sargon Harloi et Helya Botley disposent de cette information. Les autres pensaient tout simplement partir en raid vers le Nord, conformément au Rassemblement.

Merci de tenir compte de ces détails ! Si vous avez des questions sur ce message ou sur votre lancement, n'hésitez pas à MP Clarence Hightower.
Revenir en haut Aller en bas
Chasseur
avatar

Lyessa Reed
Chasseur

Général
Insaisissables
Représentante des Bouffes-Grenouilles

♦ Missives : 2044
♦ Missives Aventure : 73
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 03/09/1987
♦ Arrivée à Westeros : 13/10/2012
♦ Célébrité : Keira Knightley
♦ Copyright : Randy / Moi
♦ Doublons : Tyana Veneur, Ororya Gargalen, Serenei
♦ Age du Personnage : 21 ans
♦ Lieu : Le Nord
♦ Liens Utiles : Fiche de Lyessa
Journal d'aventures
Aptitudes

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
512/1000  (512/1000)


Message Mar 23 Avr 2013 - 12:38

La bataille faisait rage sur le navire du suzerain. Malgré l’habileté de la Paludière, les cibles isolées venaient à se faire de plus en plus rares – à tel point qu’elle dut se résoudre à s’en retourner vers les siens. La flotte Fer-née s’était rapidement rapprochée et un boutre menaçait maintenant de les aborder. Orik se rendit vers le bastingage à l’opposé et lorgna les ennemis d’un œil sombre. « On va se faire aborder ! » – Gueula-t-il, bouclier et épée au poing. Lyessa fit volte face et considéra le boutre Fer-né durant quelques secondes avant de donner ses ordres.

« Qu’tous les archers se placent dans le fond du bateau ! Ce bateau est votr’ cible ! » – Ce qu’elle redoutait était en train de se dérouler sous ses yeux. Si leurs ennemis parvenaient jusqu’à leur pont, alors les Paludiers devraient se défendre au corps à corps – et pour sûr qu’il y aurait des pertes. Lyessa croisa le regard d’Orik mais ne laissa filtrer aucune crainte. Seulement de la détermination. Tandis que les lignes se pressaient contre le bastingage à proximité du navire Stark pour faire face à leur nouvel ennemi, Lyessa interpella une vingtaine de Paludiers – ceux qui avaient le plus d’affinité avec le combat rapproché. La mine grave, elle leur fit signe de se tenir prêts.

« Paludiers ! Amis, famille. Nous sommes le rempart entre ces rats d’Fer-nés et les meilleurs d’entre nous. Nous gagnerons c’tte bataille, même si c’est au prix de notre vie. Paludiers, jamais nous ne plieront ! » – Gronda-t-elle, attrapant la lame qui pendait contre sa cuisse pour la lever vers le ciel.

Ses compères des marais semblaient tous respirer d’un souffle commun. Ils n’étaient plus les petites bêtes effrayées, tapies dans la tourbe. Orik se tenait de front, ses yeux rivés vers le boutre qui menaçait de leur rentrer dedans. La soixantaine d’archers tentaient d’atteindre l’ennemi de leurs flèches enflammées et Lyessa attendait nerveusement la suite des évènements, arme au poing. Ils étaient tous fin prêts pour la bataille, mais lorsque des Fer-nés mirent le pied sur le navire Nordien, il y eut un bref moment de stupeur. Ils étaient pour la plupart munis de haches et les Paludiers n’en avaient jamais côtoyés d’aussi prés. Lyessa, quant à elle, fut rassurée de voir qu’ils n’étaient pas aussi colossaux que le dénommé Lakdahr l’Edenteur qui lui avait laissé un douloureux souvenir. Lorsque la première rangée de Fer-nés fut sur le pont, une volée de flèches s’abattit sur eux pour les maintenir le plus loin possible. Si ça les avait ralentis, l’affrontement eut néanmoins lieu. Orik fut le premier à croiser la lame avec l’un de ses ennemis. Ses frappes étaient puissantes – assez pour qu’on remette en question sa condition de Paludier. Lyessa, quant à elle, ne se débina pas pour autant et tenta de repousser tous ceux qui se rapprochaient dangereusement des archers à coup d’épées et en esquivant du mieux qu’elle pouvait les attaques frontales.

HJ:
 










Spoiler:
 

Thème
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Morgan Kenning
Noble

Général
Le Bouclier du Loup.



Seigneur de Kayce.

♦ Missives : 294
♦ Missives Aventure : 43
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 28/06/2012
♦ Célébrité : Santiago Cabrera
♦ Copyright : Helya
♦ Doublons : Even Corbray, Corwin Rogers, Kealan du Rouvre
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : Alyn Kenning, née Lydden
♦ Lieu : Kayce, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
244/500  (244/500)


Message Mar 23 Avr 2013 - 19:49

Les Fer-nés abordèrent bientôt les trois navires de Kayce, comme prévu. Morgan serra les dents, car il aurait aimé éviter ce cas de figure, mais comment éviter l'inévitable ? Il était loin d'être un expert en batailles navales, et sa crainte d'échouer ses navires sur un récif avait été plus forte que celle d'affronter les habitants des Iles de Fer la lame à la main. Au moins, tout le temps qu'ils gagnaient, et tous les boutres qu'ils retenaient étaient ça de gagné en faveur de la Flotte du Lion qui s'efforçait de débarquer à Harloi. L'Intrépide fut le premier à être envahi, mais son équipage et les soldats qui y étaient embarqués s'y étaient préparés, et se défendaient vaillamment. Mais le plus gros problème n'était pas tant l'abordage en lui-même que d'éviter que les dromons, dont l'attention des occupants était totalement tournée vers la défense, finissent par se percuter.
Les Fer-nés abordaient à présent l'
Astre Noir, et il convenait d'agir. Le seigneur de Kayce songea un instant avec dépit que son père aurait sans doute su comment se comporter, et n'aurait probablement pas fait les mêmes erreurs que lui. Mais il se ressaisit, entendant un membre de l'équipage lui demander quels étaient ses ordres pour sauver le navire. Il espéra prendre les bonnes décisions en parant au plus urgent.

« Tranchez les cordes de leurs grappins et celles qui les relient à nous ! Faites passer le message aux capitaines de l'Intrépide et du Flamboyant : que les navires s'écartent assez pour ne pas se percuter, mais sans commettre d'imprudence. Que chacun puisse être libre de manœuvrer ! »

Il tira Noirastre de son fourreau afin de se défendre face aux attaquants qui avaient atteint le pont de son navire. Alors que les signaux étaient envoyés aux deux autres bâtiments, le jeune homme put voir du coin de l'oeil ces derniers s'écarter de l'Astre Noir avec une élégance qui tranchait avec la situation. Peut-être cette séparation jouerait-elle aussi contre les guerriers des Iles de Fer en divisant leurs forces, mais l'essentiel était de ne pas courir au désastre.
Sur le pont de son navire, Morgan vit ses hommes lutter comme des lions. Les Fer-nés étaient des guerriers redoutables, qui trouvaient difficilement leur pareil, et qui n'en avaient probablement pas sur mer. Toutefois, la rage et la haine des pertes subies durant les raids, ainsi que la volonté de protéger leur terre natale poussait les Ouestriens à ne pas céder un pouce de terrain, et à donner toutes leurs forces dans ce combat. Naturellement, des rangs s'étaient formés autour du seigneur de Kayce pour le protéger : ses meilleurs guerriers formaient un rempart autour de lui. Habitués à combattre ensemble, ils savaient bouger pour ne pas se gêner mutuellement, et étaient d'une grande efficacité. Il fallait espérer qu'elle serait suffisante pour tenir bon...

Le
Flamboyant semblait être pour l'heure le seul navire de Kayce à ne pas être envahi par les Fer-nés, et peut-être la manœuvre de séparation lui donnerait-elle du temps supplémentaire. Le capitaine semblait décidé à faire usage de son éperon, et à cette fin il effectuait une manœuvre qui lui permettrait de prendre la distance nécessaire à percuter efficacement l'un des boutres qui n'était pas au contact des deux dromons restants. Sur les ponts de ces derniers, la résistance s'organisait, et les soldats de l'Ouest faisaient bloc contre leurs ennemis en leur opposant épées et boucliers. Des marins s'étaient précipités pour trancher les cordes qui les retenaient, comme cela leur avait été ordonné.


HJ: Je me suis basée sur ça "Ils fondirent sur l'Intrépide et lancèrent l'abordage, dédaignant les deux autres navires, l'Astre Noir et le Flamboyant." pour déduire que le Flamboyant était "libre", puisque plus aucune mention de lui n'est faite pour dire que des Fer-nés y ont grimpé. Si j'ai fait une erreur d'interprétation, me contacter! Si non, est-ce que le Flamboyant arrive à éperonner un des boutres à proximité qui ne sont pas engagés dans l'abordage?



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 24 Avr 2013 - 15:13

Il arrivait parfois à Beron de se demander si les Premiers Hommes ne s’étaient pas mêlés aux géants légendaires une fois établis dans le Nord, sinon comment une arme aussi monstrueuse que Glace aurait-elle pu voir le jour ? Certes l’acier valyrien allégeait considérablement son poids en comparaison de son équivalent en acier château –qui de toute façon aurait été rigoureusement impossible à soulever-mais à l’heure actuelle cette pensée n’avait rien de bien réconfortant. Sur le pont de son navire les pirates se bousculaient, parfois fauchés en pleine course par quelque trait allié, et Lord Stark se trouvait désormais aux premières loges de cette guerre.

Le maniement de l’estramaçon faisait naitre un feu douloureux dans les muscles de ses épaules, malgré tous les entrainements qu’il s’était infligé depuis son accession au rang de seigneur il n’avait jamais pu entièrement se faire à son originalité. Fort heureusement ses propres hommes veillaient à lui laisser le champ libre afin de pouvoir se battre dans de bonnes conditions, même isolé comme Face-de-pierre semblait l’être cela valait toujours mieux que de faire sauter des têtes alliées par mégarde. Il n’avait jamais été un grand amateur de cris de guerres mais comprenait une fois encore la portée des symboles, aussi alors que Beron s’élançait il cria suffisamment fort pour être entendu par ses troupes :

« WINTERFELL ! »

Et il frappa, frappa, toujours de taille tant pour ne pas ouvrir sa garde que pour profiter de son allonge plus importante que celle de ses adversaires. A la sauvagerie proverbiale des Fer-nés venait s’ajouter un armement qui n’avait pas à rougir en comparaison de celui des Nordiens, l’acier répondait à l’acier et tout cela inspirait à Lord Stark l’horrible vision de cannibales Skaggs rendus encore plus dangereux par les progrès de la forge. Une hache de jet fusa et ne le manqua que d’une paume à peine, fallait-il remercier les Dieux ou la chance Beron n’en avait aucune idée mais ne disposait pas du temps nécessaire pour se pencher sur la question. Loin d’agir en tête brûlée pour l’heure, il veillait à mesurer ses coups pour ne pas s’épuiser immédiatement, avançant et reculant au gré des assauts tandis qu’autour de lui toujours plus d’hommes tombaient la gorge ouverte ou tout simplement jetés par-dessus bord. Profitant de quelques secondes de répit entre deux attaques effrénées sur sa personne, lord Stark perçut une lumière à la périphérie de son champ de vision et remarqua finalement que le mat du boutre ennemi commençait à s’embraser à la suite de sa voile.

Impossible de se concentrer sur le reste de la flotte qui pour le moment se perdait dans les incendies et les abordages, en l’espace de quelques minutes le feu risquait de gagner son propre bâtiment et il chercha du regard l’un de ses seconds. N’y arrivant pas, Face-de-pierre tonna :

« Rameurs ! Manœuvre d’écartement, éloignez-nous de ce brasier ! Soldats, détruisez tout ce qui pourrait nous retenir ! »

Le dernier ordre visait spécifiquement cordes et grappins qui risqueraient de les maintenir côte à côte avec le navire des pirates. Beron joignit ensuite le geste à la parole et repartit de plus belle à l’assaut, il fallait à tout prix sécuriser le bastingage.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 24 Avr 2013 - 17:26

Vaan ne détourne son attention de ses cibles, que l'espace de quelques secondes. Un baril roule sur le sol et s'écrase contre le bastingage sans même le frôler. C'est ainsi que se battent les continentaux : à coup de baril sans oser approcher leurs adversaires ? Cela n'étonne guère le Fer-né qui est habitué à voir les fiottes du continent se débiner devant les attaques de leurs assaillants, Vaan ne s'attarde donc guère sur ce détail. Faisant pivoter une fois de plus sa hache à deux mains autour de lui, il tente d'attendre de nouvelles cibles, estimant que, finalement, le capitaine de ce rafiot ne vaut pas mieux que ses marins. Nul besoin de se fatiguer à essayer de le tuer, un quelconque marin de son équipage y parviendra aussi !

Pendant ce temps, Thean s'éloigne du groupe, les coups ayant ébranlé le navire où il se trouve l'ayant quelque peu inquiété. Il jette un coup d’œil en arrière pour vérifier l'état de ses compatriotes restés sur le boutre, certains ont succombé, d'autres sont encore en vie, il est difficile de distinguer clairement ce qui se passe dans tout ce bordel ! Le jeune homme se glisse entre plusieurs combattants, frappant de sa hache ceux qui ont l'audace de trop s'approcher de lui. Son but ? Il souhaite simplement tenter de faire le plus de dégâts possibles en essayant de repérer la zone où se trouve la baliste qui pourra être retournée contre eux une fois qu'ils se seront échappés de se Dromon. Couper quelques cordages, glisser une arme ou quelque chose d'autre pour bloquer le mécanisme, il trouvera bien une fois devant la baliste !

Samwell frappe tout ce qui se met à portée de sa hache. Mais il s'interrompt soudain en entendant un autre Fer-né crier pour signaler que les bateaux s'éloignent. Comment est-ce possible ? Le jeune homme détourne son attention de ses comparses pour jeter un coup vers le boutre et constater qu'en effet, celui-ci s'éloigne. Mais le responsable n'est pas de leur côté, il s'agit d'un continental qui n'a pas su se protéger des flèches lancées par ses compatriotes. Le jeune homme fronce les sourcils avant de rebrousser chemin, rapidement il tranche les attaches qui relient le boutre au Dromon de manière à éviter que celui-ci ne soit entraîné dans son sillage et abîmé. Au moins comme ça, les quelques marins restés à bord pourront manœuvrer pour approcher à nouveau l'embarcation et extraire les Fer-nés restés sur le Dromon. Après s'être exécuté, le jeune Merlyn s'éloigne du bastingage pour tenter de gagner la barre où l'homme affalé bloque toute retraite aux siens. Son objectif ? Le repousser pour libérer la barre et permettre au boutre de regagner le côté du navire. Tout simplement.

-----------------------------

MDJ : Est-ce que Thean arrive à approcher de la baliste ? Si oui, parvient-il à la saboter ? Concernant Samwell, atteint-il la barre ? Si oui, réussit-il à repousser le corps du mort pour libérer la barre ? Et s'il y parvient, le boutre peut-il regagner sa place initiale ?
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Sujet n°3 : Bataille navale - Aux environs de Noirmarées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» Règle sur la bataille navale.
» bataille navale
» La bataille navale d' ABOUKIR
» Star Wars Pocket Models TGC
» War At Sea

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives Militaires :: ◄ Intrigue n°4 : Bataille des îles de Fer-