AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Sujet n°2 : Bataille navale - Aux environs de Harloi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Ven 26 Avr 2013 - 18:04

Comme toujours, Lakdahr et Gabriel étaient inséparables. Était-ce la dernière fois qu'ils combattaient l'un à côté de l'autre ? Peut-être bien, ils devaient se rendre compte que les continentaux n'étaient pas ici pour plaisanter et venir les titiller, mais bel et bien pour se battre et tuer le plus de Fer-nés possible. L'idée émise par le forgeron fut positivement accueillie par son capitaine du moment qui s'empressa de distribuer aux siens des rondaches censés les protéger des flèches ennemies. C'était une bonne chose et Lakdahr s'en rendit compte lorsqu'un projectile vint se ficher contre le sien. Sans son bouclier, il aurait récolté la flèche en plein ventre et aurait rendu l'âme avant même d'avoir atteint l'île. Ainsi protégés, les hommes de Gabriel craignaient moins qu'auparavant, mais cela ne les rendait pas invulnérables pour autant. Comme pour rappeler aux Fer-nés qu'ils étaient tout de même mortels, une nouvelle salve de flèches atteignit plusieurs marins, en abattant définitivement un et blessant grièvement un second. Sa jambe était traversée de part en part, l'abordage se révélerait difficile voire impossible pour lui, mais il pourrait rester en arrière pour avertir ses compagnons des mouvements des autres navires.
Attaquant pour de bon, l'équipage de la Jouvencelle brava le danger, montrant au Lion que ses crocs n'effrayaient pas les Fer-nés et qu'ils étaient bien décidés à se battre jusqu'au bout, même largement inférieurs en nombre.

Lord Lannister était bien décidé à ne pas se laisser faire par les assaillants. Ses hommes effectuèrent une première charge qui ne produisit pas exactement l'effet escompté. Les Fer-nés étaient des combattants habitués aux abordages, si plusieurs hommes s'écroulèrent ou reculèrent, la grande majorité tint sa position à la grande satisfaction du capitaine de la Jouvencelle. Cela dit, le Lion n'avait pas dit son dernier mot ! Sommant ses hommes de repousser les Fer-nés, il mit lui-même la main à la pâte, envoyant un coup en direction d'un malheureux hère qui n'eut pas le temps de se protéger et vit la moitié de son visage être emporté par le coup d'épée de lord Lannister.

Alors que Gabriel devait se rendre compte de ce qui se passait autour de lui, il eut la surprise d'entendre l'un de ses hommes resté en arrière, l'interpeller. « Capitaine ! Capitaine ! Un Dromon nous prend en tenaille ! » En tournant la tête, le roturier constatait effectivement qu'un Dromon s'était détaché du lot et abandonnait la poursuite des boutres Harloi pour se concentrer sur la Jouvencelle. Une pluie de flèches fut d'ailleurs tirée dans leur direction, touchant quelques Fer-nés, mais blessant ou tuant aussi les soldats les plus bravaches du Lion, qui avaient osé s'aventurer trop loin de leur ligne. Le combat ne faisait que débuter, mais pourtant, le sang coulait déjà abondamment.

Ser Artos se lança lui aussi dans la bataille. Un Fer-né particulièrement belliqueux décida de le prendre pour cible, se lançant littéralement sur lui et jetant sa hache en avant. Le bâtard sentit le frôlement de l'arme contre son armure et se félicita d'en posséder une autre résistante. Les premiers coups portés par l'assaillant l'empêchaient de faire quoi que ce soit et il fut forcé de reculer de plusieurs pas pour se reprendre. Mais déjà le féroce adversaire attaquait à nouveau, il fallait réagir rapidement !

Lord Ouestrelin de son côté, faisait preuve d'un pragmatisme qui n'aurait pas manqué de plaire aux Fer-nés qu'il pourchassait. Laissant délibérément ses hommes à l'eau, il ordonna aux siens de se lancer à l'assaut des boutres Harloi qui s'éloignaient pour porter assistance à leurs compatriotes dans le besoin. Même si cette décision lui coûtait le respect de ses hommes – qui le méprisaient déjà – lord Ouestrelin ne semblait pas s'en soucier : lui aussi avait ses propres raisons de venir ici et elles n'étaient pas liées à la sauvegarde de l'Ouest.
L'idée d'utiliser les navires du Lion comme assurance de survie était une excellente idée. Elle pouvait bien leur assurer la victoire ! Suivant les Dromons (Groupe III), lord Ouestrelin parvint à éviter plusieurs récifs qui n'étaient visibles qu'une fois à côté, mais son navire subit toutefois plusieurs secousses et quelques bruits peu engageants se firent entendre, montrant que même cette technique avait une faille. Un excellent navigateur ne pouvait voguer ici en toute quiétude, seuls les Fer-nés qui naviguaient quotidiennement dans ces eaux pouvaient connaître la position des récifs. Sous ses yeux, Seamus vit un navire du Lion s'éventrer sur les récifs, sombrant en quelques minutes à peine, mais il n'y porta guère attention. Au final, sur tous les navires lancés à la poursuite des boutres Harloi, seule la moitié s'en tira. Le navire de lord Ouestrelin quant à lui subit plusieurs secousses qui projetèrent quelques marins par-dessus bord, ralentissant aussi sa cadence en brisant plusieurs rames sur les récifs. Mais ils étaient en vie et c'était là l'essentiel !

Anthon avait lancé l'abordage et provoqué la colère de ses adversaires. Les Fer-nés n'en revenaient pas que ces continentaux osent seulement s'en prendre à eux, mais en usant de leur technique en plus, c'était de la provocation pure et simple ! Lorsque les deux navires se trouvèrent côte à côte, les équipages respectifs se lancèrent à l'assaut de leurs adversaires. Les marins du boutre semblaient animés par une haine farouche qui n'avait fait que gagner en force lorsque les flèches avaient abattues leurs compagnons. Un homme plutôt trapu et armé d'une hache à deux mains se jeta en direction d'Anthon, levant son arme pour tenter d'atteindre le Riverain à la tête, mais une esquive de ce dernier l'amena à toucher le bouclier. Ses coups étaient puissants et sans sa protection, l'homme aurait certainement eu le bras – ou autre chose – de brisé. Une partie de l'équipage du boutre restait à son bord tandis que d'autres essayaient de se glisser sur la galéasse dans le but de faire le plus de morts possible.
Pendant ce temps, la manœuvre de Gareth Mallister portait ses fruits. Les autres navires arrivés en secours pour défendre le boutre abordé, furent stoppés par les galéasses bien décidées à ne pas leur faciliter la vie. Aussitôt, plusieurs boutres se dirigèrent vers l'équipage de ser Gareth tandis que les autres tentaient des briser cette opposition en la contournant, mais c'était sans compter l'assistance des navires du Lion. En effet, ces derniers semblaient avoir compris l'idée du Mallister et se portaient à leur secours, fermant la tenaille pour emprisonner les Fer-nés. Mais que comptaient-ils faire à présent ? Pris au piège, les boutres changèrent rapidement de cas pour tenter d'aborder les navires les plus proches.

*** *** *** ***

Pendant ce temps, les navires Kenning étaient toujours pris pour cibles par les Dromons du Lion (Groupe IV) et les volées de flèches faisaient de lourds dégâts. Quelques boutres parvenaient toutefois à naviguer suffisamment habillement pour se hisser à la hauteur des Dromons et lancer l'abordage. Mais c'était sans compter les flèches lancées par les autres navires situés en retrait, les Fer-nés décidèrent donc de se concentrer sur un objectif : se placer de manière à ce que les flèches tirées touchent aussi les Dromons situés à proximité. Ils opérèrent donc des mouvements leur permettant de se glisser derrière les Dromons, utilisant ces derniers comme des boucliers contre les autres navires du Lion.

Les boutres Harloi quant à eux, étaient pris en chasse par de nombreux adversaires. Ceux de lord Ouestrelin, ceux de lord Lannister, mais ils ne comptaient pas se laisser avoir aussi facilement. L'un des boutres se sépara du lot, changeant brutalement de cap pour emprunter un chemin sinueux qui laissait penser que de nombreux récifs étaient situés dans la zone. Les suivre serait suicidaire. Le boutre opérait un large virage destiné à le faire arriver sur le flanc du navire de lord Lannister, mais ce changement de cap leur prendrait du temps et la Jouvencelle devait tenir seule pendant ce temps.
Lors Ouestrelin eut le plaisir de voir un boutre ralentir l'allure et changer de cap pour venir à sa rencontre, apparemment le capitaine avait décidé de s'en prendre à lui et il fallait s'attendre à un abordage très prochainement. Le reste des boutres du groupe se lança à l'assaut des navires du Lion qui venaient à sa rencontre et l'équipage tira des rondaches de sous les bancs dans l'optique de se protéger d'éventuelles flèches. Leur survie en dépendrait peut-être.


N'oubliez pas de respecter les règles de l'intrigue.

- Si vous affrontez des PNJs, n'hésitez pas à avancer dans vos actions, ne décidez simplement pas de la mort du PNJ en question. Vous pouvez proposer plusieurs attaques et je déciderai de celles qui sont réussies ou non, ça vous aidera à étoffer vos messages et ça me facilitera aussi la relance !

- Les positions des boutres PNJs ont été actualisées sur la carte, n'hésitez pas à y jeter un œil pour vous situer !

Merci de tenir compte de ces détails !
Revenir en haut Aller en bas
Artisan
avatar

Lakdahr l'Edenteur
Artisan

Général
- Mestre fêvre -
Bâfreur & Guerrier

♦ Missives : 1389
♦ Missives Aventure : 121
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 06/12/1991
♦ Arrivée à Westeros : 08/05/2012
♦ Célébrité : Kevin Tod Smith
♦ Copyright : Luchadora
♦ Doublons : Alrik Mallery - Séraphine - Jeyne Estremont
♦ Age du Personnage : 26 ans
♦ Mariage : Serenei ( Femme-sel )
♦ Lieu : Les Iles de Fer
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
455/500  (455/500)


Message Lun 29 Avr 2013 - 10:41

Le titan ne répondit qu'une sombre lorgnade à la galéjade de son ami : une rondache pour le protéger lui ? Jamais ! Et il se garderait bien de lui avouer qu'il aurait fait barricade de son propre corps s'il avait été question de le sauver de la mort. Mais ils n'avaient guère le loisir de s'épancher en bons sentiments au risque que ces confessions soient les dernières qu'ils puissent faire. Cette fois, l'heure de vérité avait sonné, le dromon ne pouvait plus leur échapper, l'inverse étant tout aussi véridique. La Jouvencelle avait bien trop bravé de dangers pour battre en retraite, et le plaisir de trancher dans de la carne continentale était une perspective bien trop alléchante. Lakdahr observa donc avec toute la concentration plausible les hachettes s'abattre en petite mais meurtrière ondée sur l'équipage adverse, puis, ce fut l'abordage. L'instant d'après, le forgeron ne fut de loin pas mécontent d'avoir pensé à une protection ! Si tel n'avait pas été le cas, il serait alors présentement moribond, une flèche fichée dans la panse, un fait qui ne fit que le galvaniser plus qu'il ne l'était déjà par le simple remugle de leurs antagonistes séculaires. Les prémisses de la bataille firent rage, bien malgré leur infériorité numérique, les fer-nés n'étaient pas de ceux qui tendaient bien docilement leur séant pour une sodomisation dans les règles de l'art, surtout pas aux abords de leur propre archipel. Les Lions n'avaient qu'à bien se tenir ! Tout ceci, dans la totale impéritie du fait que lesdits Lions se trouvaient à seulement quelques pas de là.

Une nouvelle salve de flèches s'abattit sur eux, et en lorgnant vers l'arrière, le colosse put constater que les choses ne jouaient pas forcément en leur faveur. L'un de ses homologues s'écroula juste à côté de lui, abandonnant une rondache que l'artisan s'empressa de récupérer, et son usage ne ferait aucun doute. « Gab ! Tu chopes ? » Il lui envoya le bouclier non sans une idée présence en tête, et pour ce faire, il fit en sorte de se rapprocher de son frère de cœur jusqu'à taquiner son épaule de la sienne. « Ils sont trop bien organisés, faut faire une percée dans leurs rangs ! » Lui suggéra t-il avec une risette matoise venue ornementer son faciès. « On leur fait l'coup du bélier ? » Un regard entendu plus tard, et les deux géants des Iles-de-Fer s'en allaient faire usage de leur avantage physique et donner par la même occasion la preuve qu'ensemble, ils étaient bien plus redoutables. Côte-à-côte, ils s'élancèrent simultanément, rondaches en avant, et donnèrent la charge tels deux bovins furibonds prêts à écraser tout ce qui se trouvait sur leur passage. Profitant tant de leur force que de l'effet de surprise, ils traversèrent le dromon dans sa largeur jusqu'au bastingage d'en face, où Lakdahr tenta d'emporter quelques ennemis pour les faire passer par-dessus bord [MDJ ?], ce qu'il manqua de faire également dans l'élan. A la suite de quoi, il se mit immédiatement dos-à-dos avec Gabriel, position qui leur permettrait de couvrir les arrières de l'autre dans les combats qui s'annonçaient. Il se débarrassa de son bouclier de bois en tentant de l'envoyer en pleine figure d'un quelconque continental [MDJ ?], puis, paluches libres, il tira enfin Dentesque et joua de son épouse de guerre, bien trop lourde pour être utilisée à une seule main. Il se mit à distribuer les coups et trancha dans le tas d'une hache avide de charcuter. [MDJ ?]




" - On fait quoi ? - Valeurs sûres : on leur éclate la gueule. "
 " Barbare qui roule amasse coups de boule. "
" On dit que les fer-nés détestent toutes les races, c'est faux, on les aime toutes ! En ragoût, en civet, à la broche... "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Lun 29 Avr 2013 - 19:48

Anthon jubilait de sentir la fureur des fer-nés monter au fur et à mesure de ses manœuvres. Utiliser les tactiques de ses ennemis était généralement exaspérant pour ces derniers surtout lors d’une confrontation et la déconvenue de ces pirates le galvanisait, ses hommes et lui. Ayant maintenant pris pied sur le boutre, le patrouilleur riverain devait faire face à la hargne fer-née. L’un de ses adversaires se jeta sur lui et le capitaine de l’Aiglon ne dut son salut qu’à la présence de son bouclier qui lui évita de perdre un de ses bras. Le choc fut rude mais cela ne l’empêcha pas de reprendre rapidement ses esprits et de frapper de son épée son ennemi dans l’intention d’occire celui-ci. [MJ ?] Sans s’appesantir plus longtemps, Anthon se dégagea rapidement pour se tourner vers les nouveaux arrivants, poussant un cri de défi envers ses adversaires.

Certains de ses hommes l’avaient accompagné et se trouvaient à quelques mètres de lui, gardant un œil sur leur capitaine, assurant sa protection, un réflexe de combattant qui pouvait sauver des vies. Néanmoins personne n’oubliait qu’il devait rester en vie tout en pourfendant le maximum de fer-nés. L’arrière, restée sur la galéasse, avait ses propres difficultés. Les soldats tâchaient de maintenir leur position et de ne pas céder de terrain face aux pirates qui essayaient de grimper à bord du navire Mallister. S’aidant de leur bouclier, ils frappaient tout ennemi passant à proximité pour le repousser soit dans le boutre soit directement à la mer, et pour les fer-nés qui parviendraient à se hisser à bord les armes chanteront pour le corps-à-corps. [MJ?]

De son côté Joseth avait réussi à faire comprendre à ses alliés du moment sa manœuvre, l’Espérance et les bateaux de la flotte du Lion avaient encerclés les boutres fer-nées, gagnant un peu de répit pour son oncle. Cependant, il ne pouvait se permettre de laisser les ferrés reprendre le dessus. Alors, le jeune continental décida d’opter de nouveau pour l’usage des archers, profitant de la position de boutres qui ne tarderaient pas à essayer de casser le barrage de Joseth.

- Archers ! Quittant des yeux ses ennemis il vérifia que ces derniers avaient encore du matériel. [MJ ?] Utilisez vos flèches pour en tuer le plus avant qu’ils ne viennent à l’abordage.

C’était un pari risqué car les ouestriens se trouvaient dans la zone d’action, néanmoins, Joseth ne doutait pas de l’efficacité et de l’efficience de ses marins qui se garderont de viser leurs amis. Il espérait également que ceux-ci useront de leurs armes à longue distante avant que les boutres qui avaient changé de cap ne soient trop près.

- Tenez-vous prêt pour la confrontation ! lança-t-il à son équipage.

Il n’avait pas l’intention d’imiter son oncle et de monter sur les boutres, mais de faire les plus de dégâts depuis son navire et s’il parvenait à endommager une boutre, suite à un choc entre les deux bâtiments par exmple, cela lui conviendrait également, même s’il devrait alors gérer deux problèmes en parallèle s’il devait pallier à une avarie.




Spoiler:
 


Dernière édition par Rivanon Mallister le Ven 10 Mai 2013 - 10:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Gabriel
Homme d'Armes

Général
Capitaine de La Jouvencelle

♦ Missives : 1437
♦ Missives Aventure : 45
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 25/02/1992
♦ Arrivée à Westeros : 01/04/2012
♦ Célébrité : Michael Fassbender
♦ Copyright : Luchadora
♦ Doublons : Shaïra Seastar, Maël, Velanna Vance
♦ Age du Personnage : 30 ans
♦ Mariage : Ils l'appellent femme-sel, il dit juste qu'il l'aime } Séraphine
♦ Lieu : Île d'Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1298/1500  (1298/1500)


Message Lun 29 Avr 2013 - 20:40

L’abordage à proprement parlé commençait, et déjà les pièces du puzzle se dessinaient-elles doucement. Parmi les soldats en rutilantes armures l’un deux, un grand blond qui avoisinait sa taille et surplombait donc nombre des quidams agglutinés sur le pont, semblait donner les ordres sur ce dromon. Selon toute vraisemblance il était donc le Capitaine, et l’homme à abattre au plus vite pour que le désordre s’empare de tout le navire… Gabriel n’eut cependant pas davantage de temps pour y songer, les quelques âmes restées sur la Jouvencelle s’agitèrent et l’une d’elles l’interpella, signalant qu’une autre menace approchait… Ils n’avaient pas le choix, pour éviter d’être transpercés par les flèches, ils devaient se mêler à leurs ennemis. Et la Jouvencelle ? La faire s’éloigner reviendrait à faire se rapprocher le dromon et à signer à tous leur arrêt de mort… La brave devait tenir et leur faire gagner du temps. « Protégez-vous ! » Les quelques fer-nés à son bord ne tardèrent pas à se regrouper pour former une carapace protectrice avec les rondaches, n’en sortant que de temps à autres pour propulser des hachettes en direction des continentaux trop bravaches ou de leurs voiles, pour tenter de mettre en péril leurs manœuvres [Parviennent-ils à blesser des soldats ? Les voiles du second dromon sont-elles abimées ?]

A bord du dromon, le combat avait éclaté et fait déjà quelques victimes qui gisaient au sol dans de morbides glapissements… Mais nombre d’hommes de sel étaient encore debout et prêts à emporter le plus de pleutres possibles dans leur sillage ! Le Capitaine réceptionna la rondache sur son bras droit et comprit promptement les attentions de son ami, qu’il railla avant la titanesque charge. « Si on meurt, on est d’accord, c’était ton idée. » Une risette et un hochement de tête entendu plus tard, Gabriel s’élança de toutes ses forces et avec une brusquerie sans nom contre leurs adversaires. Son buste et son flanc droit protégés par la rondache, le côté gauche par la charpente de son ami, ils n’étaient pas à l’abri de recevoir des coups mais ils obligèrent leurs adversaires à reculer, à s’écarter, pour ne pas finir par-dessus bord. Evidemment, ça n’empêcha pas les deux amis d’essayer d’en propulser quelques-uns dans les vagues ! [La manœuvre fonctionne-t-elle ? Est-ce que des soldats sont déséquilibrés et tombent à l’eau ?] Parvenus au bastingage, l’échine du quartzeux épousa celle du forgeron, les voilà chacun face à une colonne d’ennemis. Face à leur destin… Gabriel essaya de lourdement écraser sa rondache sur le crâne d’un premier soldat, puis il dégaina à son tour l’immense et flamboyante Astaroth, un marteau de guerre ne s’utilisant qu’à deux mains. La partie intéressante allait commencer… Brandissant bien haut son arme, Gabriel l’abattit sur l’adversaire le plus proche, enchainant avec un brutal coup de manche sur le côté vers un second venu sur le côté. [Les successives attaques de Gabriel réussissent-elles ?] L’avantage de cette formation était qu’il n’avait pas besoin de prendre garde à son échine… Cela durerait-il ?

Les autres fer-nés n’étaient pas en reste et tentèrent également de désorganiser les rangs. A défaut de lances et de flèches, quelques membres de l’équipage usèrent ce qu’ils avaient sous la main pour semer la confusion sur le pont : tonneaux d’eau et de vivres, cordages, tout ce qu’ils purent trouver fut lourdement balancé contre les Ouestiens dans le seul dessein de briser leur front –et par chance peut-être, d’en balancer quelques-uns à la mer ? [Est-ce que les fer-nés trouvent quelque chose de ce style sur le pont ?] Une chute dans les eaux, en armure, était synonyme de mort… Ainsi fer-nés et continentaux seraient mêlés dans une lutte sans merci, un chaos que les hommes des Îles affectionnaient et maîtrisaient.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Seamus Ouestrelin
Noble

Général
Seigneur de Falaise, loup solitaire, ours mangeur d'homme et victime des langues de vipères

"If there are gods, they made sheep so wolves could eat mutton, and they made the weak for the strong to play with."

♦ Missives : 1288
♦ Missives Aventure : 49
♦ Age : 27
♦ Date de Naissance : 01/03/1990
♦ Arrivée à Westeros : 05/11/2012
♦ Célébrité : Gary Oldman
♦ Copyright : me
♦ Doublons : Bryn Penrose, Logan Grafton
♦ Age du Personnage : 53 ans
♦ Mariage : Lady Amelia Redwyne
♦ Lieu : Falaise, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles :
♦️ Fiche
♦️ RP et Liens
♦️ Résumé
♦️ Aptitudes
♦️ Succès
♦️ Histoire des Ouestrelin
♦️ Bryn
♦️ Logan

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
794/1000  (794/1000)


Message Mar 30 Avr 2013 - 13:28

L’équipage, le Second et même Lord Ouestrelin pensaient qu’ils allaient y passer alors que leur navire s’agitait dangereusement en ébranlant les récifs. La tension devint quasi-insupportable quand la coque d’un large dromon se brisa contre les invisibles obstacles ; comme la Louange, le navire sombra rapidement dans les ténèbres de l’océan, laissant flotter derrière lui son équipage voué à la perte. D’autres bateaux subirent le même sort et bientôt il n’en restait plus que la moitié, voguant la Mer du Crépuscule avec l’amer goût de l’échec et de l’abattement collé au palet.
Si Seamus n’avait été si déterminé à retrouver le ravisseur de sa fille, il aurait fait demi-tour. Cette quête était une pure folie et les raisons pour lesquelles les autres Ouestiens étaient partis en guerre lui échappaient complètement.

C’était presque un miracle que le Talion ainsi que le Parangon échappèrent au massacre provoqué par ces vicieux récifs. Quand les secousses prirent fin, Lord Ouestrelin ordonna à Alec d’accélérer l’allure. Les deux navires de Falaise finirent par rattraper les vaisseaux de Lord Lannister (Groupe III).
L’un des boutres ennemis effectua une étrange manœuvre qui ne manqua pas d’éveiller sur le pont de la surprise mais surtout une méfiance agitée. Les soldats se sentaient impuissants face à ce malheureux spectacle ; contrairement aux forces des Terres de l’Ouest, les fer-nés savaient ce qu’ils faisaient... C’était inévitable que les continentaux commencent à être envahis par un fatal désespoir.
Seamus s’interdisait à s’abandonner à d’aussi futiles sentiments ; tout ce qui comptait était sa future vengeance. Et l’heure ne pouvait être plus propice, puisqu’un vaisseau des îles de fer ralentissait tout en changeant doucement de cap dans leur direction, virant sur le côté bâbord du Talion. Tel un animal en furie, le change-peau grinçait silencieusement des dents et crispait ses doigts autour de la poignée de son épée. La proie approche. Se répétait-il alors que les traits du boutre et de l’équipage devenaient de plus en plus distincts.
« Alec ! Que l’équipage se prépare à envoyer une volée de flèches ! Ils n’auront pas le temps d’en envoyer une deuxième, Et préparez vous à l’abordage. Dites à la moitié des hommes de barricader le flanc gauche du navire à l’aide de leurs boucliers, mais de rester d’abord accroupis et indétectables : quand les premiers pirates voudront sauter sur notre pont, la première ligne de soldats pourra les projeter à l’eau en se redressant brusquement. Que les autres se préparent au combat. »
Alec acquiesça brièvement avant de s’éclipser. Depuis que Seamus avait donné l’ordre d’ignorer l’équipage de la Louange, le Second préférait comprimer sa rancune en silence.
En attendant la collision entre les deux bateaux, Seamus leva brièvement la tête, apercevant une délicieuse part d’un ciel d’azur majestueux. C’est un beau jour pour mourir. Se dit-il alors que le boutre Harloi menaçait de percuter la carapace du Talion.



"J'ai toujours détesté ces formules absurdes."
Revenir en haut Aller en bas
Seigneur Suzerain de l'Ouest
avatar

Tybolt Lannister
Seigneur Suzerain de l'Ouest

Général
Gouverneur de l'Ouest et
Bouclier de Port-Lannis

HEAR ME ROAR

♦ Missives : 1880
♦ Missives Aventure : 52
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 04/10/1987
♦ Arrivée à Westeros : 01/10/2012
♦ Célébrité : Bradley James
♦ Copyright : Me
♦ Doublons : Sir Corbac
♦ Age du Personnage : 27 ans
♦ Mariage : ~
♦ Lieu : Castral Roc
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
482/500  (482/500)


Message Mar 30 Avr 2013 - 13:57


Au coeur de la mêlée, Rétribution étincela pour la première fois comme un avertissement lancé à tous les fer-nés qui oseraient l'approcher de trop près. Son tranchant entailla le visage de sa victime, couvrant par la même son fil d'un sang rouge encore vif tandis qu'une autre menace approchait. Tybolt Lannister pouvait se mouvoir sans difficulté malgré le poids de son armure, comme si elle n'était au fond qu'une seconde peau ; et quelle peau ! Celle d'un lion rouge dont le coeur était habité par le noir de la colère. Où que se portait son regard, Tybolt ne perdait pas une miette de vigilance. Un ennemi surgissait sur sa droite qu'il en esquivait la hache et tentait de lui trancher le bras tendu vers lui comme une offrande [MJ ?]. Un autre jaillissait devant qu'il parait le premier coup avec son bouclier et lui offrait la piqûre de son épée en visant la gorge [MJ ?]. Quant à ceux qui espéraient l'atteindre par l'arrière, si cela était seulement envisageable, fallait-il encore passer la muraille des Manteaux Rouges et surmonter le courage de Gerold Lannister [ aux prises avec un PNJ quelconque ]. Quelle plus douce euphorie alors, que celle procurée par le coeur d'une bataille pour un guerrier de la trempe de Tybolt Lannister ? Le fracas des lames balancées les unes contres les autres, les cris tantôt de triomphe tantôt d'agonie, tout ou presque constituait un fond sonore des plus ténu. Le guerrier n'écoutait en réalité plus que le son vibrant de son coeur, les tintements successifs de sa lame, comme un excès de nombrilisme où tout s'effaçait pour ne laisser l'homme et l'épée que face aux coups du sort. Parfois les sens se ravivaient tout d'un coup, le ramenant à la réalité vibrante et cruelle de la guerre, tel un sixième sens. Le guerrier pouvait alors voir surgir le danger avant même qu'il ne soit sur lui [PNJ quelconque], voir venir le coup de si loin qu'il n'en était que plus aisé de l'esquiver pour trancher ensuite son auteur au ventre [MJ ?].

« TENEZ BON ! »

Tybolt leva les yeux et croisa aussitôt le regard du quartier-maître, en retrait des troupes. Il n'en fallut guère plus pour qu'ils s'entendent. L'homme attrapa l’étendard Lannister planqué à ses pieds et le souleva bien haut, par-dessus la clameur générale. Signe de ralliement autant qu'un ordre lancé à l'intention des archers, le lion doré entraîna un changement profond sur le pont. Les archers délaissèrent leur tour et en un instant la mêlée se transforma en piège à loups. Le pont était maintenant divisé en trois. Du côté poupe, le suzerain de l'Ouest combattant avec la majorité de ses hommes, de l'autre côté, côté proue, le reste des troupes auxquels venaient s'ajouter les archers qui après avoir délaissé leurs arcs, s'étaient armés des lances presque aussi longues que des phalanges dissimulées dans leur château de fortune pour former un rang d'épines tranchantes derrière lequel les hommes d'armes se dissimulèrent. Et coincé entre les deux, la horde de fer-nés. A cela fallait-il encore ajouter les hommes du second dromon qui s'apprêtaient à submerger leur arrière-garde et s'emparer du pont de la Jouvancelle [arrêt des tirs, abordage et engagement du combat].


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Artos Snow
Chevalier

Général Chevalier errant au service de Tybolt Lannister
♦ Missives : 49
♦ Missives Aventure : 15
♦ Arrivée à Westeros : 17/03/2013
♦ Célébrité : Tom Hiddleton
♦ Copyright : Nessa
♦ Doublons : Rahéna, Kay
♦ Age du Personnage : 27
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Castral Roc dans les Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles :
What I Am

What you are

What I can do


RP : 1/1

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
156/500  (156/500)


Message Mer 1 Mai 2013 - 19:26

  • Le temps n'était plus à la franche camaraderie, mais bien à celui de la guerre. Le combat venait de débuter et je ne comptais pas rester simple spectateur dans ce qui pouvait être le théâtre de ma vie. De cette bataille pouvait dépendre beaucoup de choses pour moi, mais pas seulement. Il en allait de l'avenir des Terres de l'Ouest également. J'eus tôt fait de regretter ma décision peut-être trop hâtive. Le frôlement d'une hache contre mon armure me le confirma. Mon armure, très chère amie que je ne regrettais nullement d'avoir mise. Je n'eus pas le temps de soupirer d'aise, appréciant mon sursit que déjà l'animal de Fer-né, puisqu'il m'était impossible de le décrire autrement, se rua sur moi. Il était rapide le bougre. Ne me laissant aucun répit il me poussa à reculer sous la pluie de coups qu'il me portait et que je peinais à parer. Mais le fait de reculer de plusieurs pas me donna également l'espace dont j'avais besoin pour riposter à mon tour. Il ne me laisserait pas beaucoup de temps, je le voyais, aussi j'optais pour une approche différente. Me servant de mon Bouclier pour le repousser. A mon tour de faire pleuvoir sur lui les coups avec rapidité [Mj?] Sans doute a-t-il le monopole de la force mais avant de lui laisser le temps de me le prouver, je brandis mon épée bâtarde au niveau de son aine, [Mj?] sans le moindre remord. Peut-être arriverait-il à parer. Dans une passe d'arme je change d'appuis pour venir trancher le cou de ce chien de Fer-né [Mj?].

    Je reculais de quelques pas pour reprendre une vision d'ensemble avant de rejoindre les miens et aider au mieux dans cette sombre journée. mon cœur raisonnait dans mes oreilles, assourdissant les bruits aux alentours. L'adrénaline, pourtant rendait mes gestes vifs et mon attention aiguisée. Aussi vite que je le pourrais, je rejoindrai les miens, il ne fallait pas perdre les Lannister! Le choc des armes les unes contre les autres, les cris des hommes autour de moi, tout semblait être atténué par le sang que je pouvais pratiquement sentir affluer dans chaque parcelle de mon corps. J'avais cette étrange sensation que tout se déroulait lentement et rapidement à la fois, quelque chose que je ne ressentais et que je ne m'expliquais que dans les affrontements. Sans doute était-ce dû à cette conscience grandissante que la mort était dans chaque geste, dans chaque mouvement et dans chaque adversaire?
    Cherchant un camarade je me plaçais derrière lui pour assurer aussi bien ses arrières que pour qu'il assure plus ou moins les miennes. Mon seul objectif, passer le plus de Fer-nés possible par le fil de mon épée.
    [peut-être un futur Pnj ?]


    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Gerold Lannister
Noble

Général
۩ Intrigant ಋ Homme de l'ombre ۩

♦ Missives : 1136
♦ Missives Aventure : 29
♦ Arrivée à Westeros : 09/06/2012
♦ Célébrité : William Moseley
♦ Copyright : Myself (ava) & Maron (sign)
♦ Doublons : Ryman Frey & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Castral Roc, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles : .
۩ Histoire d'un homme de l'ombre...
۩ ... les liens qu'il a tissés...
۩ ... ce qu'il sait faire...
۩ ... ce qu'il a accompli...
۩ ... et ce qu'il pense.

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
467/500  (467/500)


Message Ven 3 Mai 2013 - 12:34

C'était la panique. La folie. Les derniers mots glissés par Tybolt à son frère résonnaient encore à ses oreilles. Gerold, casque vissé sur la tête, voyait s'approcher inéluctablement les navires ennemis. Il se voyait déjà submergé par le flot des Fer-nés se déversant sur le pont du Lion gris. Son propre sang souillait bientôt les planches humides sous ses pieds, se déversant par sa bouche, et par la plaie béante que venait de lui faire au ventre un coup de hache mortel. Il tombait à genoux, le regard vide et implorant, cherchant le seigneur des Terres de l’Ouest dans une ultime tentative d’appel à l’aide. Il se mourrait en pleine mer dans une bataille à laquelle il n’aurait jamais dû participer.

Tybolt l’avait répété, mais Gerold n’avait rien voulu entendre. Il voulait être présent. Il chassa de son esprit embrumé les images de sa propre mort et concentra son entière attention sur les archers qui décochèrent leurs volées sur les pirates. Malgré leur précision, les Ouestriens se heurtèrent au savoir-faire des iliens, habitués de ces eaux et de la navigation. L’abordage eut lieu. Le jeune lion resserra sa prise sur la dague qu’il portait à la taille. Mais c’est bien de l’épée qu’il lui faudrait d’abord se servir. Il comptait énormément sur la solidité de son bouclier.

Devant lui, un mur de gardes le protégeait des assauts. Tybolt, lui, s’était déjà jeté dans la mêlée, mû par sa volonté de faire payer aux Fer-nés tous les affronts subis au cours des derniers mois. Gerold, pris d’un haut-le-cœur, redressa sa visière à temps pour déverser sa bile sur le pont. Un garde vint rapidement s’enquérir de son état, mais fut renvoyé avec les autres pour constituer de nouveau un rempart. Rempart qui finit par se disloquer. Un Fer-né arriva jusqu’à lui.

Gerold encaissa, subit les coups plus qu’il ne les para, et il fut soulagé quand un de ses hommes planta l’ennemi dans le dos. Mais déjà d’autres pirates s’approchaient. Penser à ce qu’il aurait dû faire n’aidait pas. Il devait se concentrer sur le moment présent. Ne pas mourir. Ne pas laisser sa vie au large des côtes des îles de Fer. Avec un cri de rage, il se lança en avant, épée brandie, prête à s’abattre sur le premier ennemi venu.

Il n’avait encore jamais tué. Son frère le lui avait rappelé. Gerold refusait de s’en vouloir de ne pas l’avoir écouté. Il refusait d’avoir ses pensées ailleurs qu’ici, sur le pont du Lion Gris. L’épée s’abattit [MJ ?] au moment où un cri se répandit sur le pont, devant une clameur ouestrienne, qui lançait l’abordage inverse. C’était au tour de la Jouvencelle d’être pris d’assaut.

Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Dim 5 Mai 2013 - 18:24

L'Edenteur adopta une attitude agressive qui seyait à merveille à ses origines Fer-nées. La force physique de l'homme ajoutée à sa maîtrise de la lutte lui fut d'un grand secours. Sans grande difficulté il parvint à entraîner avec lui quelques malheureux combattants de l'Ouest qui tentaient de faire leur devoir. Le poids de leur armure était moins conséquent que celui qu'ils avaient à terre, mais cela ne fut pas suffisant pour leur permettre de regagner leur équilibre et ils chutèrent rapidement à la mer. Après s'être placé dos-à-dos avec son compagnon de toujours le forgeron tenta d'envoyer son bouclier sur un continental qui parvint en partie à l'esquiver, ne recevant pas la protection en plein visage, mais bousculant quelques-uns de ses voisins qui furent momentanément déséquilibrés, les empêchant de se protéger convenablement lors de la première attaque de l'Edenteur. Mais c'était sans compter la ténacité des continentaux qui n'avaient pas l'intention de se laisser avoir aussi facilement sur leur propre territoire. Un homme d'armes dégaina son épée avant de s'élancer vers le géant, effectuant une frappe d'estoc visant le flanc de sa cible. Pour l'éviter, Lakdahr était contraint de reculer ou de se déplacer sur le côté, bousculant ou exposant son frère de cœur aux attaques portées dans son dos.

Gabriel de son côté avait compris qu'il n'y avait pas énormément de possibilités pour garder leurs vies sauves, du moins en partie ! Les marins à bord se protégèrent comme le leur ordonnait leur capitaine et ils profitèrent de leur maîtrise à la hache pour envoyer des projectiles en direction de leurs adversaires. Le vent était relativement plat ce qui permettait aisément de bien manœuvrer, mais aussi de ne pas avoir à lutter contre sa force ! Les haches de lancé touchèrent les voiles situées le plus à proximité de la Jouvencelle, réduisant très sérieusement leur prise au vent et ainsi leur maniabilité. Quelques soldats furent touchés, très peu mortellement, mais l'essentiel était de montrer que les Fer-nés ne se laissaient pas attaquer sans réagir !
Tout comme son compagnon, le capitaine du navire était très doué à la lutte et parvint sans difficultés à faire chuter quelques hommes qui tombèrent à l'eau sans pouvoir comprendre ce qui leur arrivait. Comme tout Fer-né digne de ce nom, l'homme connaissait son arme à la perfection et il usa de coups successifs pour assaillir les continentaux à portée. Deux s'écroulèrent au sol, l'un le crâne broyé dans son casque et l'autre l'épaule brisée. Mais ce n'était pas suffisant pour se protéger définitivement, même avec son ami derrière lui, Gabriel risquait gros et il s'en rendit rapidement compte. Attaqué par un chevalier belliqueux, le capitaine se rendit compte qu'un autre homme s’apprêtait à porter un coup à l'Edenteur, déjà fort occupé par un autre adversaire. Il fallait réagir promptement, prendre le risque de se faire blesser par le chevalier en préservant son ami, ou le laisser se débrouiller seul !
Le reste de l'équipage ne restait pas inactif, saisissant tout ce qui était à portée de main, tonneaux vides, cordages pliés, autant de projectiles inattendus et improvisés qui eurent le don de surprendre les continentaux. Ces derniers n'avaient jamais véritablement combattu mis à part depuis le début de la guerre et quelques-uns se laissèrent gagner par la panique, reculant pour s'éloigner de la discorde semée par ces diables Fer-nés, ou chutant par-dessus le bastingage. Il fallait remettre de l'ordre et seule une personne en était capable, le capitaine de ce bateau !

De son côté, Anthon n'était pas décidé à se laisser abattre aussi facilement par un Fer-né, il porta un coup en direction de son adversaire qui s'écarta à la dernière seconde, écopant d'une large entaille au bras. Celle-ci déversa un flot assez abondant d'hémoglobine, mais la situation ne sembla guère inquiéter le Fer-né qui grogna avec vigueur avant de passer son humeur sur un autre marin continental à sa portée. Il ne survivrait pas à sa blessure si elle n'était pas rapidement soignée, mais il comptait visiblement faire le plus de dégâts possible avant de rejoindre le Dieu Noyé ! Anthon n'en avait pas terminé avec les adversaires, une femme aussi furieuse et agressive qu'une sauvageonne d'au-delà du Mur se jeta à l'assaut du patrouilleur, visant ses jambes dans l'intention de l'handicaper pour la suite du combat. Elle était extrêmement vive et très jeune, ne devant pas avoir dépassé les dix-sept ans, mais est-ce que cela allait apitoyer un homme prêt à tout pour sauver les siens ? Rien n'était moins sûr.
Les hommes à bord de la galéasse repoussaient tant bien que mal leurs adversaires, certains parvenaient à se hisser à bord en chargeant comme des beaux diables, faisant fi des règles de prudence élémentaires. Apparemment l'idée de survivre n'était pas leur priorité et la manière dont ils frappaient à l'aide de coups aussi fort que des coups de bélier, indiquait qu'ils comptaient avoir le dessus rapidement ou pas du tout.
Du côté de ser Gareth, les archers disposaient encore d'assez de flèches pour pouvoir viser leurs adversaires, mais ils prenaient le risque de toucher leurs alliés venus les aider. Ne semblant guère dérangés par l'idée de perdre une certaine quantité de marins, l'un des boutres changea de cap pour se diriger droit vers le navire de ser Gareth. Il n'offrait qu'une cible réduite puisqu'il arrivait de face et apparemment les marins avaient décidé d'user de rondaches en bois pour se protéger. Si quelques-uns furent touchés, ils réussirent à se rapprocher suffisamment près pour que les premiers rangs puissent user de haches de jet, même si à cette distance la précision était grandement diminuée !

Le navire qui avait rebroussé chemin en direction du seigneur de Falaise était paré à l'attaque. Les Fer-nés connaissaient les continentaux comme des lâches qui se battaient avec des flèches et derrière des boucliers, ils ne furent donc aucunement surpris par le premier assaut de leurs adversaires. Habitués à ce type d'attaque, les marins s'étaient en partie dissimulés derrière des rondaches de bois, mais tout l'équipage ne fut pas sauf : comme à chaque attaque de ce type, plusieurs hommes furent mortellement touchés. Lorsque les grappins furent lancés pour rapprocher les deux navires, une partie de l'équipage se redressa, prêt à en découdre avec l'ennemi. Quelques-uns lancèrent des hachettes qui, si la plupart se fichèrent dans les boucliers, touchèrent certains soldats, créant des brèches dans la défense préparée. Ils se lancèrent ensuite à l'assaut et furent repoussés par les boucliers des hommes dissimulés, mais ne chutèrent pas à l'eau. À force de se tenir à l'écart des attaques, le seigneur de Falaise avait semble-t-il oublié que les Fer-nés collaient toujours leurs boutres aux navires qu'ils abordaient, les hommes repoussés se contentaient donc de retomber sur leur pont tandis que ceux derrière se lançaient déjà à l'assaut des autres hommes, haches levées et prêts à en découdre avec l’adversaire !

Lord Tybolt de son côté savait se débrouiller avec une arme et prouva qu'il méritait son titre. Tranchant le bras d'un Fer-né qui s'apprêtait à le blesser, il réagit très promptement à une autre attaque en bloquant l'homme avec son bouclier avant de lui trancher la gorge du bout de son épée. Le sang gicla et se déversa, éclaboussant au passage le Lion qui n'eut pas le temps de se réjouir de cette victoire que déjà d'autres adversaires fondaient sur lui. Tentant de trancher l'abdomen de son adversaire, le seigneur de Castral-Roc ne parvint qu'à couper le vide, sa cible s'étant brutalement reculée pour esquiver l'attaque. Tous les hommes n'étaient pas aussi aisés à tuer apparemment.
La panique avait gagné ses hommes et le Lion s'en rendit compte, heureusement il décida de prendre les choses en main. Son quartier-maître saisit l'étendard frappé du lion d'or et l'agita, invitant les archers devenus inutiles, à lâcher leurs armes pour prendre des lances. Serait-ce réellement utile ? Les Fer-nés s'étaient mêlés aux continentaux, courant certainement de grands risques, mais s'épargnant les tirs des archers, ils étaient donc tous à proximité d'hommes du Lion et user de lances était risqué, car beaucoup moins précis. La technique était bonne, mais l'anarchie des Fer-nés leur permettait aussi de mettre en déroute certaines tentatives. La tenaille pouvait se révéler utile, mais au vu de la position actuelle des adversaires, elle était pour le moment inutile.

Ser Artos se trouvait non loin de son seigneur, fidèle au poste ! Les premiers coups portés sur le Fer-né étaient précis, mais manquaient hélas de la force possédée par son adversaire. Le jeune bâtard était athlétique, mais pas suffisamment pour pouvoir égaler celle de son adversaire. Le coup porté à l'aine fut ciblé avec efficacité et déstabilisa provisoirement l'homme, laissant au jeune chevalier le temps de lui trancher la gorge et de se débarrasser définitivement de lui ! Après quoi, Artos trouva un compagnon contre qui il se colla pour protéger ses arrières : les Fer-nés avaient provoqué une véritable anarchie et il était difficile de différencier les ennemis des alliés. Alors qu'un nouvel homme fondait sur le jeune bâtard, il eut la surprise de se faire planter au vol par l'épée d'un autre continental, mais avant que le Nordien ne puisse remercier son sauveur, celui-ci eut le crâne éclaté par un adversaire d'une taille impressionnante [ Gabriel ]. Qu'allait faire le jeune chevalier ? Fuir devant ce titan des îles, ou braver le danger et s'en prendre à lui ?

Le jeune Gerold n'avait jamais été un homme de guerre, il était davantage doué pour la stratégie, mais dans ce combat, il n'y avait aucune place à l'hésitation ! L'anarchie provoquée par les Fer-nés avait fait son petit effet, le rempart de boucliers dressé par les continentaux dut rapidement disloqué et un adversaire parvint à se glisser jusqu'au jeune frère du Lion. Celui-ci fut heureusement sauvé par la prévenance de l'un des hommes d'armes à proximité, mais déjà un autre danger se profilait à l'horizon : de nouveau Fer-nés approchaient. Se lançant en avant, Gerold toucha un premier adversaire, le sang glissa, provoquant la fureur du blessé qui s'empressa de riposter en envoyant son poing en avant. Le malheureux Lannister sentit une brusque douleur au niveau de son visage, mais heureusement son casque protégea une grande partie de la zone visée. Suffisamment pour qu'il ne soit pas étourdit et puisse riposter, entaillant une fois de plus l'un des membres du Fer-né qui recula pour mieux charger. Il frappa à plusieurs reprises en direction du visage de son adversaire comme s'il désirait faire durer le plaisir et le sourire amusé qui se dessinait sur ses lèvres semblait indiquer que c'était effectivement le cas.

*** *** *** ***


Les boutres de la maison Kenning abordaient à présent les navires du Lion. Ils connaissaient les combats comme personne et le fait qu'ils étaient inférieurs en nombre ne les inquiétaient guère. Ils se lancèrent à l'assaut de leurs adversaires qui s'étaient secrètement armés de phalanges. Mais c'était bien mal connaître leurs assaillants que de croire qu'ils allaient s'arrêter en raison de ce petit imprévu, le fait de tomber « dans un piège » ne fit que renforcer la fureur des marins qui se donnaient au maximum de leurs capacités pour toucher l'adversaire à portée. [ La tactique du groupe avec ser Gareth étant la même, considérez que ce paragraphe est aussi valable pour eux. ]

Les boutres Harloi se dirigeaient vers les Dromons dans le but de les aborder comme ils l'avaient déjà fait des centaines de fois, l'attaque des archers ne fut plus d'une grande efficacité, elle toucha quelques marins comme à chaque salve, mais sans pouvoir transformer le navire en boutre fantôme. Les continentaux usaient toujours des mêmes stratégies et avec le temps, les assaillants s'étaient habitués à riposter. Usant de rondaches, ils se protégèrent donc autant que possible jusqu'à ce que le choc familier de l'abordage se fasse sentir.

Le navire solitaire qui volait au secours de la Jouvencelle fut prit comme cible par un autre groupe qui envoya des tirs de baliste et de flèche dans sa direction. L'avantage des boutres étant qu'ils étaient extrêmement maniables, ajoutez à cela que les récifs contraignaient à beaucoup changer de cap et vous obteniez une esquive involontaire, mais efficace. Le boutre parvint à échapper aux tirs de baliste et à une bonne partie des flèches, puis se hissa à la hauteur de la Jouvencelle, opérant son approche par le flanc du navire de lord Lannister. Il plaça ce dernier entre lui et les autres Dromons de manière à se protéger des tirs ennemis, puis se débrouilla pour approcher suffisamment la Jouvencelle de manière à pouvoir atteindre les continentaux de l'autre bateau qui abordaient le boutre. Les haches de jet furent efficaces pendant un bref instant, avant que l'équipage ne se joigne à celui de la Jouvencelle.


N'oubliez pas de respecter les règles de l'intrigue.

- Si vous affrontez des PNJs, n'hésitez pas à avancer dans vos actions, ne décidez simplement pas de la mort du PNJ en question. Vous pouvez proposer plusieurs attaques et je déciderai de celles qui sont réussies ou non, ça vous aidera à étoffer vos messages et ça me facilitera aussi la relance !

- Je précise que la réussite de vos actions est déterminée par vos aptitudes.

Merci de tenir compte de ces détails !
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Gabriel
Homme d'Armes

Général
Capitaine de La Jouvencelle

♦ Missives : 1437
♦ Missives Aventure : 45
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 25/02/1992
♦ Arrivée à Westeros : 01/04/2012
♦ Célébrité : Michael Fassbender
♦ Copyright : Luchadora
♦ Doublons : Shaïra Seastar, Maël, Velanna Vance
♦ Age du Personnage : 30 ans
♦ Mariage : Ils l'appellent femme-sel, il dit juste qu'il l'aime } Séraphine
♦ Lieu : Île d'Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1298/1500  (1298/1500)


Message Dim 5 Mai 2013 - 22:22

C’est avec une sombre inquiétude au creux du ventre que Gabriel mira le capitaine du dromon donner de nouveaux ordres… Qu’allait-il encore leur tomber sur le coin du crâne ? Il aperçut les archers se mettre en action, abandonnant leurs flèches pour se munir d’immenses lances. Fort heureusement son équipage avait été malin, entre leur charge de bélier et les projections des fer-nés, le désordre le plus complet régnait sur le pont. Les coups pouvaient venir de tous côtés, le danger était constant, mais au moins ils étaient plus ou moins à l’abri des attaques à distance. Il était temps désormais de se préoccuper de la menace immédiate…

Après avoir repoussé deux continentaux, il se retrouva face à un chevalier agressif et prêt à en découdre… Gabriel fut prêt à exaucer son souhait mais soudain, son comparse lui fit comprendre que tout allait s’accélérer. Brutalement poussé vers l’avant par l’échine de Lakdahr, le capitaine eut tout juste le temps de placer Astaroth devant lui pour s’en servir de pieux mortel, qu’il dirigea droit vers le cou du ser. En effet le plat du marteau était surmonté d’une pic d’acier en son milieu et pouvait, à l’occasion, se planter dans la chair de son adversaire comme dans du beurre. [Gabriel réussit-il à tuer le chevalier sur le coup ou à le blesser mortellement ? Est-il lui-même blessé ?] Sa précipitation l’avait empêché de parer l’ennemi qui s’intéressait de près à l’Edenteur, aussi avait-il eu tout juste le temps de hurler : « Lak !! Tribord !! » en espérant que cela suffise à son frère de cœur pour se débarrasser du danger.

Ils étaient en sous-nombre et devaient réagir au plus vite s’ils voulaient prendre un avantage décisif, la discorde ne serait pas éternelle, il fallait en profiter ! Le plus simple ? S’en prendre au Capitaine. Celui-ci n’était pas bien loin mais entre eux se dressaient plusieurs soldats et un autre chevalier [Arthos] dont il fallait prendre soin… Gabriel se précipita sur un premier homme pour jeter Astaroth contre son flanc et le propulser sur l’un de ses camarades de bataille. [Les deux hommes sont-ils mis à terre ? Le premier est-il blessé ?] Le marteau frappa le sol dans un craquement de bois brisé puis il le releva dans un brusque mouvement d’épaules pour fracasser le fer par en-dessous, entre les jambes d’un autre quidam qui n’aurait plus jamais l’occasion d’apprécier la vertu de son épouse… [Est-ce que... ça fonctionne ?] Enfin, ses prunelles de quartz tombèrent sur le chevalier, puis sur la silhouette du grand blond derrière lui [Tybolt]. Il devait passer… Refermant avec assurance sa prise autour du manche de son arme, il se prépara à l’affrontement.

Spoiler:
 
Autour de lui ses hommes continuaient à entretenir et profiter du chaos ambiant pour occire le plus de continentaux possible, mais parmi eux un petit groupe de téméraires eut soudain une idée… Ils essayèrent de progresser jusqu’au gouvernail du dromon, profitant du changement de stratégie des continentaux qui avaient relevé leurs lances et tranchant au passage ceux qui pouvaient l'être ils atteignirent leur objectif dans le seul dessein de le détruire. Une technique souvent utilisée par les fer-nés et autres forbans des mers ! Ainsi privé de gouvernail, même si la Jouvencelle tombait, le dromon serait à la portée d'autres boutres et incapable d'effectuer des manœuvres pour s'enfuir, comme ces lâches savaient si bien le fait ! [Les fer-nés parviennent-ils à rejoindre le gouvernail ? Si oui, réussissent-ils à le détruire ?]

Du côté de la Jouvencelle l’arrivée du boutre de Harloi fut accueillie par de puissants rugissements guerriers, les marins voyaient leur envie d’en finir s’accroître avec l’apparition de leurs frères de sel – c’est qu’il fallait tuer plus de continentaux que l’équipage d’en face, par le Dieu Noyé ! Beaucoup restèrent sur la Jouvencelle pour la protéger, d’autres rejoignirent le dromon en renfort et certains s’échinèrent à tenter de propulser à l’eau tous les ouestiens qui tentaient de les aborder. [Parviennent-ils à garder la Jouvencelle vierge de tout homme de l'Ouest ?]




Dernière édition par Gabriel le Mer 8 Mai 2013 - 11:45, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Artisan
avatar

Lakdahr l'Edenteur
Artisan

Général
- Mestre fêvre -
Bâfreur & Guerrier

♦ Missives : 1389
♦ Missives Aventure : 121
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 06/12/1991
♦ Arrivée à Westeros : 08/05/2012
♦ Célébrité : Kevin Tod Smith
♦ Copyright : Luchadora
♦ Doublons : Alrik Mallery - Séraphine - Jeyne Estremont
♦ Age du Personnage : 26 ans
♦ Mariage : Serenei ( Femme-sel )
♦ Lieu : Les Iles de Fer
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
455/500  (455/500)


Message Mar 7 Mai 2013 - 14:25

Les continentaux s'étaient lourdement fourvoyés s'ils avaient pensé que leur surnombre et la contingence de leur assaut dissuaderait les forbans de fer et de sel de leur tenir tête. Les insulaires n'étaient pas ineptes, tous avaient parfaitement conscience de la situation et de leur lourd désavantage, mais ce n'était pas là une raison pour reculer devant l'adversité. Ils avaient osé caresser une houle que leur appartenait, voguer jusqu'à l'orée de leur archipel et sciemment les provoquer. Même si c'était la mort qui les étreindrait au bout du conflit, ils emporteraient un maximum de ces fameuses ribaudes d'outre-mer dans leurs sépultures subaquatiques ! L'entreprise du tandem de titans avait été risquée, ils auraient aisément pu se faire transpercer en chemin ou finir par-dessus bord, mais la bonne fortune ainsi que leurs facultés physiques leur avaient permis de creuser cette percée escomptée. Une fort bonne nouvelle puisque les fer-nés s'étaient tous disséminés sur le pont pour créer le chaos le plus total, empêchant ainsi le capitaine du dromon d'agir à son bon vouloir pour les mettre en déroute. Et justement, ce bougre de capitaine... Où était-il ? Le forgeron eut une brève opportunité d'observer les alentours et de repérer un quidam à la flavescente crinière [Tybolt] dont la prestance tant que l'autorité ne laissaient aucun doute. Cela en faisait-il l'homme à abattre ?

Point le temps de plus s'interroger à ce sujet, Dentesque ne demandait qu'à valser parmi leurs hôtes surprises, et c'est ce qu'elle fit ! Le sang coula inexorablement, mais les antagonismes avaient de la ferveur à revendre et n'hésitèrent pas à se lancer à l'attaque. Ce sigisbée qui tenta une frappe d'estoc, Lakdahr l'aperçut, et il fut prompt à réagir. « Gab, vogue au nord !! » S'époumona t-il à l'attention de son comparse, qui comprendrait aussitôt qu'il lui fallait avancer, question de survie. Le mestre fêvre put ainsi faire un bond en arrière et envoyer sa hache embrasser celui qui avait tenté de l'importuner [MJ ?], mais les choses ne s'arrêtèrent pas là. Une indication de son ami lui fit savoir qu'un danger se présentait sur son côté dextre, danger qu'il vit un peu tardivement et qui eut loisir de lancer son arme avant que l'Edenteur n'ait le temps d'effectuer un entier mouvement d'esquive. Résultat, il sentit distinctement la lame écorcher sa chair. « Gnnh !! Fils de pute ! » [Emplacement exact de la blessure ? Est-elle conséquente ? Handicapante ?]. Sans plus tarder, son immense hache fila dans les airs dans le dessein de s'abattre sur son agresseur et lui rendre la pareille, si ce n'était plus [MJ ?].

Dans tous les cas, galvanisé par la douleur et l'hémoglobine, l'artisan accentua la puissance de ses frappes pour espérer faucher le plus d'ennemis possible. Mais soudain, il remarqua un individu plus téméraire – ou fou ? - que les autres, et qui se précipita vers lui dans le but de l'attaquer. Cet homme [Gerold], fit malheureusement une bévue d'appréhension qui risquait de lui coûter très cher, avant le châtiment, il eut l'occasion de croiser les sombres agates du colosse, et s'il prenait peur seulement maintenant, il était déjà trop tard. Lakdahr exécuta un ample mouvement circulaire de Dentesque qui s'écrasa sur le pauvre bougre dans un bruit sourd, brisant son équilibre et le projetant de ce fait dans le décors. Home run !

Spoiler:
 




" - On fait quoi ? - Valeurs sûres : on leur éclate la gueule. "
 " Barbare qui roule amasse coups de boule. "
" On dit que les fer-nés détestent toutes les races, c'est faux, on les aime toutes ! En ragoût, en civet, à la broche... "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Seigneur Suzerain de l'Ouest
avatar

Tybolt Lannister
Seigneur Suzerain de l'Ouest

Général
Gouverneur de l'Ouest et
Bouclier de Port-Lannis

HEAR ME ROAR

♦ Missives : 1880
♦ Missives Aventure : 52
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 04/10/1987
♦ Arrivée à Westeros : 01/10/2012
♦ Célébrité : Bradley James
♦ Copyright : Me
♦ Doublons : Sir Corbac
♦ Age du Personnage : 27 ans
♦ Mariage : ~
♦ Lieu : Castral Roc
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
482/500  (482/500)


Message Mer 8 Mai 2013 - 9:33

Spoiler:
 


Le chaos emplissait le pont du Lion Gris ; nourrit d'un bord comme de l'autre par la folie des hommes. Les cris se mêlaient aux fracas des lames, tandis que les grondements de la mer finissaient de couvrir cette sonate macabre. Les archers transformés en lanciers se trouvaient désorganisés par l'attitude de leurs proches opposants. Il se trouva toutefois parmi eux un homme plus intelligent que les autres qui leur somma de reculer en gardant leurs pics dirigés vers l'ennemi, et qui d'un regard adressé au capitaine des fantassins et autres hommes d'armes dispersés entre leur ligne et le château de bois entraîna un changement dans la stratégie voulue par l'étendard Lannister. Un cri à l'unisson, vif et hargneux à la fois, s'éleva alors de la proue du navire, voyant une vague de fantassins se faufiler entre les lignes écartées de lanciers pour se jeter corps et âme dans la bataille, tranchant, taillant, pourfendant, tout ce qui se présentait devant eux [MJ ?]. Le chaos ne s'en trouva que plus renforcé, tandis que les lignes de lanciers se regroupaient sous la houlette de cet homme, bien décidé à ne pas mourir sans avoir emmener avec lui assez de fer-nés pour baigné dans la gloire au panthéon de ses aïeux. Les pointes s'en trouvèrent relevées pendant un temps, le temps justement de regrouper la ligne, de la tasser presque en un carré compact, et de la déplacer vers la faille la plus proche [position où les fer-nés font une percée]. A quelques mètres de là, sur le pont de la Jouvancelle, une foule d'épées tentait de s'encastrer avec brio contre les défenses ennemie dans le seul but de porter la ligne de front le plus loin possible du bastingage ; de manière à libérer le champ aux hommes les plus robustes de leur équipage, des hommes larges et forts qui saisirent les lances dissimulées près de leurs rames et s'élancèrent sur le pont occupé pour obliger les fer-nés victorieux de leurs prédécesseurs à venir mourir sur leurs épines [réussite de la manoeuvre ?].

Tybolt Lannister percevait très clairement les battements de son coeur dans sa poitrine comprimée. Le sang de ses ennemis ruisselait le long de Rétribution, était même venu entaché les rubans de tissus lovés autour de sa taille, coulait sans discontinué sur le pont de son navire, envahissait son esprit. Le sang était partout et l'amena à considérer le chaos qui commençait à dominer la bataille et les corps, puis à s'apercevoir que les voiles d'un autre boutre venaient en renfort du premier. Son propre sang ne fit qu'un tour. Ses yeux roulèrent dans leurs orbites et s'arrêtèrent quelque part au-dessus de son épaule droite, sur cet homme qui tentait de percer ses arrières en menaçant de sa taille et de sa hargne la ligne de Manteaux Rouges [Gabriel] amassée en protection. Tybolt savait qu'une bataille ne pouvait seulement se remporter à la pointe de la stratégie, que les hommes avaient besoin de hauts-faits pour se sentir pousser des ailes. Tybolt savait. Et parce qu'il savait, il cria de toutes ses forces :

« ÉCARTEZ-VOUS ! »

Et les Manteaux Rouges de dessiner un cercle autour de lui, ouvert à l'endroit où s'avançait son prochain adversaire.

« TOI ! rugit-il avec conviction [à l'intention de Gabriel]. APPROCHE ET MEURS EN HOMME ! »

Et sur ces paroles empoisonnées, de s'élancer contre lui, son bouclier rutilant contre son flanc, le pied léger pour esquiver le premier coup qui tomberait sur lui, l'épée prête à blesser le bras qui lui serait offert [MJ?].



Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Gerold Lannister
Noble

Général
۩ Intrigant ಋ Homme de l'ombre ۩

♦ Missives : 1136
♦ Missives Aventure : 29
♦ Arrivée à Westeros : 09/06/2012
♦ Célébrité : William Moseley
♦ Copyright : Myself (ava) & Maron (sign)
♦ Doublons : Ryman Frey & Podrick Stone
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Castral Roc, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles : .
۩ Histoire d'un homme de l'ombre...
۩ ... les liens qu'il a tissés...
۩ ... ce qu'il sait faire...
۩ ... ce qu'il a accompli...
۩ ... et ce qu'il pense.

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
467/500  (467/500)


Message Jeu 9 Mai 2013 - 17:47

Loin d’être un homme d’affrontements sanglants, Gerold ne pensait pas un jour être confronté à bien plus que son dû en matière de combat à l’épée. Il savait qu’il était pourtant digne de son rang d’être doué une lame à la main, mais il ne s’était jamais résolu à s’entraîner. La seule arme qu’il savait manier, et qui n’avait pas sa place en plein déferlement de violence, était la dague.

Jamais il n’aurait cru pouvoir prendre du plaisir à tuer un homme. Le plaisir, c’était voir ses plans aboutir. C’était entendre la souffrance de ceux qu’ils faisaient venir dans ses appartements… Là, c’était différent. Un niveau au-dessus. S’il avait abattu un adversaire, le suivant était d’un autre calibre. La proximité entre le Jeune Lion et le Fer-né permit à ce dernier de décocher un coup de poing rageur, qui se heurta au casque. Gerold sentit le sang lui envahir la bouche. Il riposta, son épée taillant la chair du bras de son ennemi, qui pourtant tenait toujours debout.

Il insista, visant cette fois le visage. Il se sentait envahi par une étrange sensation, comme s’il était porté vers l’avant. Sa lame finit par faire son office. L’adversaire vaincu s’écroula, offrant à Gerold un bref moment de répit. Il vit un autre vaisseau s’approcher. Des renforts fer-nés… L’assaut inverse voulu par Tybolt avait été rapidement arrêté, et le combat se poursuivait sur le pont du Lion gris. Le conseiller vit la tentative de leurs ennemis de s’approcher du gouvernail. Mais alors qu’il s’élançait, il vit devant lui se dresser une ombre.

Un colosse, armé d’une hache, qui plus est. Gerold marqua un temps, durant lequel sa peur explosa. Il allait mourir, il n’était rien face à cet adversaire taillé pour la boucherie. Les regards se croisèrent un bref instant, avant que l’énorme arme ne s’abatte. Le jeune Lannister voulut mettre son bouclier en opposition, tout en essayant d’esquiver. Le tranchant toucha le bord de l’écu, qu’il écarta, et frappa son détenteur au flanc. L’armure se fendit, encaissant la grande majorité du choc.

En une seconde, Gerold crut qu’il était mort. Ses mains s’ouvrirent, laissant tomber épée et bouclier, et ses pieds quittèrent le sol de bois. Projeté en arrière, il fit un vol plané de quelques mètres avant d’aller s’écraser contre la rambarde. La chute lui coupa le souffle, et il peina à retrouver sa respiration. Quand enfin l’air accepta de pénétrer à nouveau dans ses poumons, il fut submergé par la douleur. Alors que des gardes, qui avaient assisté à la scène, s’empressaient de le protéger, il en oublia où il était. [MJ : Deux gardes accourent pour le protéger, et un pour l’aider. Y parviennent-ils ? Réussissent-il à le mettre à l’abri ?]

Gerold retira son casque, qui l’étouffait, et baissa les yeux sur sa blessure. Du sang s’échappait de la fissure dans le métal, à l’endroit où la hache avait frappé l’armure. Il devait avoir des côtes cassées… Ses pensées se tournèrent vers les cieux… « sauvez-moi »… et vers son frère, toujours au cœur de la mêlée… Pourvu qu’il ne s’éteigne pas ici, en pleine mer, avant la fin de la guerre…

Ce fut avec le fol espoir qu’il célébrerait bientôt la victoire, dans la grande salle de Castral Roc, que Gerold perdit connaissance.

Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Ven 10 Mai 2013 - 12:18

Spoiler:
 

Anthon avait frappé son premier adversaire avant de le délaisser pour faire face à une nouvelle menace. Une femme, jeune de surcroît mais dont la fureur guerrière ne laissait aucun doute quant à ses intentions. Le patrouilleur aurait pu se laisser attendrir s’il n’était pas un habitué des confrontations et il savait qu’une fer-née était aussi dangereux que son compatriote masculin. Un sourire féroce éclaira le visage du Mallister, il n’aura aucune pitié pour les fer-nés, quelque soit leur type. Un bon pirate était un pirate mort à ses yeux, d’autant plus depuis qu’ils razziaient les côtes. Voyant qu’elle dirigeait son attaque vers ses jambes, il sortit de sa ligne d‘attaque et utilisa son bouclier pour se protéger du coup qui allait venir. Puis il enchaîna avec un coup de taille administré en direction du buste de la donzelle. Sa tactique allait-elle porter ? Peu lui importe au final car il avait l’intention de s’assurer de la mise hors d’état de son adversaire. Même si cette dernière avait l’avantage de la jeunesse, lui avait l’avantage de l’expérience.

De son côté, Martyn l’un des soldats d’Anthon, vit arriver sur lui le fer-né que venait de blesser son capitaine. Il vit le sang s’écouler du bras de son ennemi et se dit que c’était un avantage pour lui. Un adversaire déjà blessé pouvait voir ses capacités amoindries, cependant il s’attendait à tout de la part de ces démons. Alors sans aucune considération supplémentaire, Martyn se porta à la rencontre du pirate pour croiser le fer. Il se fit simplement la réflexion qu’il n’était pas vraiment pratique de combattre sur des navires, entre la houle et le manque de place, avant de porter un coup de son marteau de guerre, une arme qu’il appréciait par rapport à l’épée. Son devoir protéger ser Anthon. Alors il continuait d’orbiter à quelques distances du patrouilleur et des soldats qui étaient montés sur le boutre.

- Formez une ligne ! dit-il à l’adresse de ses camarades. Combattre côte à côte offrirait moins de prises aux fer-nés, et chacun protégerait les flancs de l’autre. Dans tous les cas, les continentaux tailleraient dans le tas.

L’arrière garde avait fort à faire. Les fer-nés se montraient aussi brutaux que des animaux et mettaient à mal la ligne de défense. Celle-ci montrait quelques signes de faiblesses puisque certains pirates avaient réussi à grimper à bord. Pourtant, ces derniers avaient droit au fer des soldats qui n’avaient pu se joindre à la première défense de la galéasse. De plus, les fer-nés semblaient faire fi de toute prudence, ce qui pouvait présenter un élément déterminant pour les soldats Mallister car il fallait avoir un minimum de sang-froid pour pouvoir s’en sortir. Alvin, un des archers, se risqua à décocher une flèche sur un des fer-nés qui prenaient pied sur le navire, espérant toucher son but. Néanmoins il savait qu’il allait bientôt devoir troquer son arc pour une arme blanche, comme la plupart de ses camarades archers.

Joseth voyait un boutre approcher. Ses archers décochèrent une volée de flèche à son encontre, visant principalement la voile et les guerriers. Mais ces derniers se protégèrent grâce à des rondaches, ce qui arracha un juron au jeune Mallister. Et la réponse ne tarda à se manifester par les tirs d’arme de jet. Tous levèrent leurs boucliers, pas forcément assez vite pour certains.

- Par le flanc ! ordonna-t-il.

Son bâtiment commença à manœuvrer, il avait dans l’idée de vouloir prendre en tenaille son attaquant, en la coinçant entre un navire du Lion et le sien. Mais cela fonctionnerait-il ? Si oui, les fer-nés se retrouveraient pris en tenaille et en infériorité numérique, cela facilitera les tentatives de sabotage. L’idée de mettre le feu était des plus tentantes, mais sera-t-elle réalisable ? Il n’en avait aucune idée, même s’il comptait quelques barriques d’huile utilisées pour enflammer les flèches. Cependant, cette manœuvre offrirait un angle d’attaque plus intéressant, en espérant que les ouestriens de montreraient à la hauteur.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Artos Snow
Chevalier

Général Chevalier errant au service de Tybolt Lannister
♦ Missives : 49
♦ Missives Aventure : 15
♦ Arrivée à Westeros : 17/03/2013
♦ Célébrité : Tom Hiddleton
♦ Copyright : Nessa
♦ Doublons : Rahéna, Kay
♦ Age du Personnage : 27
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Castral Roc dans les Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles :
What I Am

What you are

What I can do


RP : 1/1

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
156/500  (156/500)


Message Ven 10 Mai 2013 - 18:59

    Comparé à cette enclume, la force ne l'emporterait pas, mais j'étais rapide, tout au moins bien plus que lui. L'avantage se trouvait dans ma capacité à me mouvoir autour de lui et à porter mes coups avant qu'il ne riposte d’un coup qui pourrait me plier en deux. Lorsque mon ennemi fut déstabilisé par le coup porté près de son entre jambe, mon épée bâtarde s'abattit sur sa nuque pour la lui trancher d'une manière plus ou moins propre. Qu'importe la manière pourvu que le résultat soit là après tout. Un Fer-Né en moins et bien d'autres à venir sans doute.
    Pour pallier au chaos qui régnait, je pris place derrière un frère d'arme pour qu'il protège mes arrières et que je puisse en faire de même. Difficile dans ce tumulte de reconnaitre les amis des ennemis. Je m'apprêtais à recevoir l'attaque d'un nouveau pirate lorsqu'il se fit planter en vol, si je puis dire, par un collègue qui lui-même fut l'objet de représailles. Je n'eus même pas le temps de formuler un mot de remerciement qu'il eut le crâne éclaté par un Fer-né à la taille impressionnante. Un coup d'œil à mon adversaire puis à mon suzerain. Hors de question de le laisser passer sans combattre.

    Je calais donc mon pas sur le sien pour me trouver constamment sur son chemin, essayant, si je le pouvais, de stopper sa progression. Les manteaux rouges étaient là pour ça. La garde personnelle des Lannister, je devais leur faire honneur. J'avais le devoir de les protéger, c'était le moment ou jamais. Entre cet homme et moi, deux autres chevaliers qui furent mis sur la touche lorsqu'il chargea. D'un coup, mon estimation de mes chances diminua considérablement, mais ce n'était pas pour autant que j'allais laisser mon poste. Un pas après l'autre je m'avançais pour rejoindre mon adversaire.
    Sur le fil de ma lame, le sang de nos ennemis me fit prendre une bouffée de confiance, m'engageant dans le combat qui ne me laisserait certes pas indemne. Je finis par franchir la distance qui nous séparait au pas de course pour venir directement frapper de ma lame l'arme de mon ennemi
    [Gabriel]. La force de cet homme était redoutable, me faisant reculer sous les coups que je parais avec peine [MJ?] Je ne pouvais pas le laisser passer. C'était tout du moins ce à quoi je pensais jusqu'à ce que j'entende la voix de Tybolt ordonner de nous écarter.
    Comme une chorégraphie tant de fois répétée, les Manteaux Rouges dessinèrent un cercle autour de lui. Je saisis l'occasion pour me relever et essuyer le sang sur mes lèvres.

    Le devoir me dictait de rester avec les autres Manteaux, mais c'était inutile, il y avait plus à faire au sein de ce chaos que de rester les bras ballants à regarder Tybolt assumer le choix de ses actes. Quant à moi, je me jetais de nouveau dans la nouvelle ligne de défense qui essayait de se former
    [MJ?] pour attaquer les premiers ennemis à ma portée. [MJ?]

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Seamus Ouestrelin
Noble

Général
Seigneur de Falaise, loup solitaire, ours mangeur d'homme et victime des langues de vipères

"If there are gods, they made sheep so wolves could eat mutton, and they made the weak for the strong to play with."

♦ Missives : 1288
♦ Missives Aventure : 49
♦ Age : 27
♦ Date de Naissance : 01/03/1990
♦ Arrivée à Westeros : 05/11/2012
♦ Célébrité : Gary Oldman
♦ Copyright : me
♦ Doublons : Bryn Penrose, Logan Grafton
♦ Age du Personnage : 53 ans
♦ Mariage : Lady Amelia Redwyne
♦ Lieu : Falaise, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles :
♦️ Fiche
♦️ RP et Liens
♦️ Résumé
♦️ Aptitudes
♦️ Succès
♦️ Histoire des Ouestrelin
♦️ Bryn
♦️ Logan

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
794/1000  (794/1000)


Message Ven 10 Mai 2013 - 21:03

Ce n’était plus qu’une question de secondes. Le boutre Harloi s’approchait à une vitesse inquiétante alors que les continentaux se préparaient autant physiquement que mentalement au choc qui allait s’ensuivre. Quelques battements de cœur plus tard, les carcasses se heurtèrent, secouant dangereusement pont du dromon de l’Ouest. Au même instant, les hommes positionnés derrière les soldats aux boucliers s’écrièrent à l’unisson, comme si une telle furie vocale pouvait les protéger contre leurs sanguinaires adversaires. Lord Ouestrelin ne fit pas écho au cri de guerre de son équipage, restant en retrait tout en observant d’un œil attentif l’arrivée de fer-nés. Malheureusement, sa défense s’avéra être d’une efficacité tout à fait superficielle et aucun ennemi ne tomba à l’eau – un plus grand échec que la volée de flèches tirée un peu avant que les deux navires ne s’entrechoquent.
En un clin d’œil, le Talion fut submergé par les combattants des îles-de-fer. Au premier coup d’œil, il était difficile à dire quel groupe avait l’avantage, mais c’était à peine comme si Lord Ouestrelin s’en préoccupait : ses yeux parcouraient le massacre à la recherche de celui qui avait enlevé sa fille. Quand son regard se fixa enfin sur une silhouette, son cœur bondit : les Dieux lui avaient-ils accordé sa folle vengeance ? Sans plus s’attarder, il dégaina lentement son arme, tenant fermement la poignée à deux mains, inspira profondément puis fonça dans la bataille.
Cela faisait longtemps qu’il s’était trouvé au cœur d’un combat et sa période de retrait suite à la révolte des habitants de Falaise ne contribuait point en sa faveur. Quand la hache d’un premier pirate trancha l’air en sa direction, Seamus eut un temps de réaction un peu trop tardif. Il esquiva le coup mais la hache frôla malgré tout son épaule. [Quelle est la gravité de la blessure ?]. Bien que la douleur fut vive, la rage animale du zoman perça sa souffrance et il parvint à balancer le poids de sa lame afin de la faire pivoter par dessous de façon à ce que la pointe entaille le torse du fer-né de bas en haut. [Est-il mort ?]
Bien que prochain adversaire était de dos, le change-peau était certain de tenir là le ravisseur de Miranda. Dans sa féroce rage, il se jeta sur lui alors que le fer-né combattait un continental, et les trois hommes tombèrent les uns sur les autres. Alors le soldat et le pirate reprenaient conscience, Seamus retourna celui qui devait être Sargon afin de lui regarder dans les yeux lorsque sa lame s’enfoncera dans son cœur. Mais l’homme qui lui fit face n’était point celui qu’il cherchait. Une colère sans nom s’empara de Lord Ouestrelin et il se mit à secouer le fer-né tout en criant :
« Sargon Harloi ? Où est-il ?! » [MDJ ?]



A quelques mètres du dromon de Lord Ouestrelin voguait le Parangon. Le navire avait pris un peu de retard lors de la traversée des récifs et semblait vouloir rejoindre le combat. Toutefois, leurs desseins restaient flous et on ne pouvait dire si l’équipage s’apprêtait à attaquer le boutre Harloi du flanc resté libre ou s’il comptait aborder un autre bateau adverse. Il était probable que le Parangon leur vienne en aide, mais peut-être que le capitaine n’avait point le désir de secourir son seigneur qui avait si monstrueusement sacrifié les hommes de la Louange. De plus, Seamus s’était férocement disputé avec Jacob (le capitaine), le menaçant de mort seulement quelques mois plus tôt, et les paroles du change-peau avaient sans doute considérablement ébranlé l’estime que le marin avait pour son seigneur. [Vont-ils parvenir et vouloir venir en aide au navire de leur seigneur ?]

Spoiler:
 



"J'ai toujours détesté ces formules absurdes."
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Lun 13 Mai 2013 - 13:16

Gabriel était bien décidé à ne pas se laisser faire par ses adversaires ! Le chevalier qui l'attaque le comprit rapidement : le Fer-né possédait une arme mortellement dangereuse et la pique qui surmontait le marteau se ficha dans le cou de l'homme de l'Ouest, entaillant sa peau et déchirant sa carotide. Un flot de sang éclaboussa le roturier qui devait être habitué à ce type de traitement, puis le chevalier s'affala sur le sol en émettant des gargouillis rapidement couverts par le bruit des combats autour d'eux. Le sang qui lui était tombé dessus rendait malheureusement son arme très glissante et réduirait clairement sa rapidité dans les prochains affrontements, à moins qu'il ne trouve un moyen de se nettoyer bien évidemment. Après cette attaque, Gabriel se précipita sur un autre adversaire pour le pousser et tenter de le propulser sur un autre homme. Malheureusement pour lui son coup fut en partie atténué par le sang qui maculait le sol et son arme : le choc fut moins puissant qu'il ne le souhaitait et l'homme d'armes se contenta de chuter au sol sans entraîner son compagnon pour autant. L'enchaînement que le Fer-né opéra porta toutefois ses fruits et le dernier homme visé fut touché de plein fouet, mais l'un de ses collègues en profita pour bousculer Gabriel qui sentit une douleur aiguë au niveau de ses côtes : il avait été entaillé par la pointe d'une épée. [ Celle d'Artos ]
Les Fer-nés décidèrent ensuite de s'attaquer au gouvernail, saine stratégie, mais qui allait certainement se révéler difficile. Les marins du Lion comprirent immédiatement où les hommes tentaient d'arriver et plusieurs archers recyclés en combattants essayèrent de leur barrer la route. Rapidement un nouvel affrontement s'engagea, les pirates étaient très proches de la barre, mais pas assez pour l'atteindre cependant.
Sur la Jouvencelle la lutte était toute aussi rude. Le boutre Harloi venu secourir celui de Gabriel possédait un équipage relativement nombreux, mais certainement pas assez pour pouvoir éternellement combattre contre les secours qui arrivaient pour appuyer le navire du Lion. En luttant, ils parvenaient toutefois à garder la Jouvencelle vierge de tout assaillant : les hommes de l’Ouest n'étaient pas idiots et devaient se rendre compte que le boutre était très petit et ne leur permettrait pas de se battre convenablement. L'aborder reviendrait à se suicider.

Lord Lannister se trouvait non loin de là aux côtés de Gabriel. Ses hommes commencèrent à tailler tout ce qui était à portée d'épée, ils parvinrent à toucher quelques Fer-nés, mais le fait que les assaillants se mêlaient aux défenseurs ne facilitait pas la tâche. Frapper sans regarder revenait à tuer ses propres hommes et c'était un luxe que les hommes de l'Ouest ne pouvaient se permettre. Ils parvinrent tout de même à tuer et blesser plusieurs Fer-nés, mais certainement pas autant qu'ils l'auraient souhaité.
À côté de cela, les hommes du Lion tentaient de faire bouger les choses au sens littéral du terme : Ils essayèrent d'éloigner la ligne de front du bastingage ce qui pouvait être une excellente idée s'ils souhaitaient s'attaquer à leurs adversaires à l'aide de lances. Ces dernières n'étaient vraiment pas conseillées sur les navires et surtout dans les mêlées qui incluaient des hommes aussi suicidaires que les combattants des Iles de Fer, mais cette fois-ci, les choses se passèrent mieux. Les Fer-nés n'avaient aucune raison de soupçonner les armes cachées des marins du Lion et ils s'éloignèrent donc du bastingage avant d'être pris par surprise lorsque les piques se dressèrent. Plusieurs hommes furent empalés et certains blessés, la surprise avait fait son effet, mais désormais les Fer-nés étaient bien décidés à ne pas se laisser avoir par de vulgaires bouts de bois surmontés de piques en métal ! Ils se lancèrent donc à l'assaut en tentant de briser les lances des Ouestriens.
Pendant ce temps, lord Lannister avait jeté son dévolu sur Gabriel et se précipita vers lui. Les deux capitaines allaient s'affronter, mais c'était sans compter l'expérience de chacun. Lord Tybolt n'avait jamais vraiment combattu excepté dans les tournois, mais ce n'était pas là que l'on apprenait l'instinct de survie. La première attaque qui fut portée vers Gabriel était prometteuse, si le Fer-né ne possédait pas une telle esquive, il aurait bien pu être touché ! La capitaine de la Jouvencelle se déporta sur le côté et les deux hommes se trouvèrent alors face à face, prêts à se battre.

Lakdahr de son côté était bien décidé à ne pas se laisser marcher dessus ! Il envoya un coup de hache en direction de l'homme qui osa s'attaquer à lui et lui arracha la vie en même temps qu'une partie de son visage. Mais c'était sans compter sur le nombre des assaillants : avant que le roturier ne puisse réagir, un autre homme s'était déjà lancé vers lui et lui envoya un coup en plein flanc. La blessure était située au niveau des abdominaux, elle entaillait une bonne partie du flanc de l'homme et saignait assez fort. Cependant sa tenue lui permettait de protéger en partie cette zone de son corps et la blessure n'était ni mortelle, ni handicapante, elle l'empêcherait simplement de se mouvoir aussi aisément qu'auparavant. La hache fut à nouveau envoyée vers l'homme, mais ne vint que le blesser, coupant assez profondément le bras directeur de l'assaillant qui s'empressa de reculer pour se mettre à l'abri.
Après ce bref accrochage, le forgeron décida de s'éloigner de cette zone et tomba sur un jeune homme particulièrement téméraire. Ou fou ? Gerold Lannister n'était pas un combattant, mais décidait pourtant de s'attaquer à un féroce adversaire ! D'un simple coup de hache, Lakdahr envoya le malheureux voler dans les barils posés non loin de là contre le bastingage, la force du choc fit lâcher l'épée au jeune noble qui tomba presque inconscient. Il avait échappé à la noyade et de peu ! Deux hommes d'armes s'étaient rendu compte de la catastrophe et s'empressèrent de voler au secours du jeune homme, le tirant en arrière pour le mettre autant à l'abri que possible. Mais le serait-il si l'Ouest perdait cette guerre ? Certainement pas. Pour le moment, le frère le lord Lannister était protégé par quelques hommes qui ne tiendraient peut-être pas éternellement.

Artos n'était pas en reste, il se débattait comme un beau diable et montrait de quoi il était capable. Après avoir réussi à toucher son adversaire [ Gabriel ] il avait reculé pour obéir aux ordres de son seigneur. Mais la bataille n'était pas encore terminée, loin de là même ! À peine le bâtard eut-il l'occasion de se reposer un peu qu'il posa le regard sur un autre homme tout aussi imposant que le premier [ Lakdahr ]. Celui-ci s'était attaqué à Gerold Lannister et l'avait visiblement gravement blessé, il était du devoir du jeune chevalier de se porter au secours du frère de son seigneur ! Lakdahr lui de son côté avait lui aussi repéré ce chevalier qui avait réussi à blesser son frère de cœur. Nul doute que cette découverte allait provoquer sa colère et qu'une nouvelle dualité venait de naître.

Anthon n'était aucunement gêné par l'idée de combattre une femme, il commença donc par se protéger de son premier coup à l'aide de son bouclier avant d'en profiter pour lancer un coup visant le buste de la jeune femme. Celle-ci était déséquilibrée par sa première attaque échouée, ainsi lorsque la lame de Riverain se dirigea vers elle, la Fer-né ne put pas esquiver. L'acier entailla sa chair et le sang coula rapidement, mais un coup du sort fit bouger les deux navires et épargna à la demoiselle une mort bien douloureuse. Lâchant un cri de rage, la féroce amazone décrocha un regard assassin à son adversaire avant d'arracher une partie de son haut pour le lancer en direction du Riverain, espérant masquer son regard, puis elle porta une attaque directe destinée à repousser l'homme pour mieux le blesser [ Tu peux décider du résultat sur ton PNJ ].
À côté du capitaine un autre homme s'était porté à l'assaut du blessé qui avait commencé à s'en prendre à ser Anthon. Celui-ci, galvanisé par l'adrénaline, ne refusa pas l'idée de se battre. Se jetant en avant il buta dans l'homme pour tenter de le faire choir sur le ponton, avant de se jeter sur lui en essayant de lui asséner un coup de hache qui lui réglerait définitivement son compte. [ Là aussi ]
Suivant les ordres, les hommes formèrent une ligne qui devait poser davantage de problèmes aux Fer-nés. C'était difficile de faire preuve de logique dans une telle anarchie, mais avec difficulté les hommes réussirent finalement à faire front. Les Fer-nés tentaient de briser la formation de leurs adversaires, dégainant armes et frappant comme ils le pouvaient, n'hésitant pas à saisir à bras-le-corps les Riverains pour essayer de les jeter par-dessus bord. L'idée était bonne, mais la proximité rendait toute cette réalisation très difficile. Alvin l'archer ne parvint pas à toucher sa cible, son arc était un arc long destiné à tirer loin et sans vraiment viser, dans une mêlée il devenait aussi inutile qu'une épée en bois. Le Fer-né ciblé par celui-ci se jeta d'ailleurs sur lui.
Le navire de Joseth commença à opérer une manœuvre pour prendre le boutre en tenaille, c'était sans compter le fait que les navires de lord Lannister eux aussi essayaient de prendre leurs adversaires à ce petit jeu. Rapidement les boutres furent bloqués et l'abordage se fit, tout comme sur la galéasse d'Anthon, le combat allait faire rage.

Seamus fut touché par le premier pirate qui l'attaqua, son épaule saigna abondamment et une douleur l'élança, mis la blessure n'était pas très grave : il pouvait encore bouger son bras. La riposte ne se fit pas attendre, d'un coup sec le seigneur de Falaise expédia un coup d'estoc à son adversaire et le tua net sur le coup. Le cadavre s'étalait à peine sur le ponton que déjà Seamus s'éloignait pour se jeter au sens littéral du terme, sur un homme qu'il prenait à tort pour le kidnappeur de sa fille. Les trois hommes roulèrent au sol et le Fer-né se reprit rapidement, il tenta de se remettre d'aplomb, mais sans y parvenir assez vite pour éviter le coup de Seamus qui lui transperça le cœur. Le regard de l'homme se fit trouble, il fixait son assassin alors que celui-ci lui parlait d'un homme qui n'était pas ici. Un bref sourire se dessina sur les lèvres de l'homme alors qu'il comprenait que le seigneur de Falaise allait être déçu.

« À Lordsport, il n'y a aucun Harloi de nom sur ces boutres. »

L'homme n'en dira pas plus. Il s'écroula sur le ponton et rendit l'âme : apparemment Seamus n'était pas prêt d'avoir sa vengeance en faisant couler le sang de l'homme qu'il détestait.
Non loin de là, le Parangon constatait bien que leur seigneur avait besoin d'eux, mais il ne fit aucun mouvement dans sa direction. Certes il y avait beaucoup d'autres hommes de l'Ouest sur ce navire, mais le capitaine du Parangon refusait de risquer la vie des siens pour un homme aussi abjecte et irrespectueux. Rapidement, lord Seamus vit le navire s'éloigner du sien pour aller soutenir ceux de lord Lannister visibles de leur position. Il n'eut pas le temps de s'énerver davantage qu'une folle furieuse se jeta sur lui, dans son dos. Elle se colla contre lui, enroulant ses bras autour de son cou et ses cuisses autour de la taille du Ouestrien, bougeant pour essayer de le faire chuter au sol.


N'oubliez pas de respecter les règles de l'intrigue.

- Si vous affrontez des PNJs, n'hésitez pas à avancer dans vos actions, ne décidez simplement pas de la mort du PNJ en question. Vous pouvez proposer plusieurs attaques et je déciderai de celles qui sont réussies ou non, ça vous aidera à étoffer vos messages et ça me facilitera aussi la relance !

- Dorénavant les combats entre navires PNJs qui ne sont pas importants (Les Kenning contre le flotte du Lion par exemple) ne seront plus décrits puisqu'ils n'apportent rien au jeu, je me centre uniquement sur vous !

- Je précise que la réussite de vos actions est déterminée par vos aptitudes.

Merci de tenir compte de ces détails !
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Seamus Ouestrelin
Noble

Général
Seigneur de Falaise, loup solitaire, ours mangeur d'homme et victime des langues de vipères

"If there are gods, they made sheep so wolves could eat mutton, and they made the weak for the strong to play with."

♦ Missives : 1288
♦ Missives Aventure : 49
♦ Age : 27
♦ Date de Naissance : 01/03/1990
♦ Arrivée à Westeros : 05/11/2012
♦ Célébrité : Gary Oldman
♦ Copyright : me
♦ Doublons : Bryn Penrose, Logan Grafton
♦ Age du Personnage : 53 ans
♦ Mariage : Lady Amelia Redwyne
♦ Lieu : Falaise, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles :
♦️ Fiche
♦️ RP et Liens
♦️ Résumé
♦️ Aptitudes
♦️ Succès
♦️ Histoire des Ouestrelin
♦️ Bryn
♦️ Logan

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
794/1000  (794/1000)


Message Ven 17 Mai 2013 - 18:10

La révélation dépassait tout ce que Seamus pouvait supporter. Et dans son ultime souffle, la victime du seigneur de Falaise osa esquisser un dernier sourire où miroitait toute sa cruelle satisfaction. Quelle meilleure fin que d’annoncer à son ennemi ce que celui-ci souhaitait le moins entendre ?
Les traits du visage de Lord Ouestrelin se crispèrent ; il y avait quelque chose de l’ordre du désespoir dans son expression haineuse. En cet instant, les Dieux se moquaient de lui, riaient au nez d’un homme auquel on venait de dérober sa seule et unique vengeance. La punition était extrême et atteignait, d’après Seamus, le summum de l’insoutenable. Toutefois, c’en était loin d’être terminé...
De fait, alors que l’équipage du Talion combattait désespérément contre leurs adversaires enragés, la dernière étincelle d’espoir qui luisait encore dans les prunelles des soldats flétrit en apercevant les voiles du Parangon voguer vers une toute autre direction.
« Ils nous ont abandonnés ! Cria l’un.
_Nous sommes perdus ! » Hurla l’autre.
Horreur, effroi... tous ces sentiments qui vous envahissent lorsque vous êtes certains de perdre la vie s’emparèrent des continentaux. Qu’ils avaient été stupides ! Comme s’ils pouvaient défendre l’Ouest à eux seuls face à ces bêtes sauvages ! Certains restèrent sur place, médusés, d’autres se mirent à trancher l’air frénétiquement, et les âmes les plus peureuses abandonnèrent le pont pour se jeter à l’eau.
Quant à Seamus, sa vie et ses espoirs s’étaient soudainement écroulés sous le mortel poids du jugement divin ; c’était le prix qu’il avait à payer pour avoir commis l’impardonnable, pour avoir assassiné son père. Aucune satisfaction ne lui sera accordée – dans la vie comme dans la mort. Par pure rage, il se mit à frapper le crâne du supposé Harloi jusqu’à ce que la tête du cadavre n’était plus que pulpe et mousse ; une vision affreusement soulageante pour un vieux zoman désespérément en colère. Il était sur le point de dévorer la cervelle de sa victime quand quelqu’un lui sauta dessus.
L’attaque de la fer-née le fit basculer et il faillit tomber en avant. Il parvint toutefois à regagner un semblant d’équilibre, jusqu’à ce que son assaillante serre ses bras autour de son cou et écrase la taille de Lord Ouestrelin à l’aide de ses cuisses. Il eut du mal à respirer, réussit pourtant à se relever, mais marchait à l’aveuglette à travers la bataille. Seamus secouait énergiquement les bras dans l’espoir d’attraper le crâne de la combattante, et parvint peu après à saisir son front pour ensuite couvrir les yeux de la fer-née de ses mains ensanglantées. En réponse, la femme enfonça ses crocs acérés dans la nuque du change-peau et le seigneur de Falaise ne pût qu’hurler de douleur [gravité de la blessure à prendre en compte pour les évènements à suivre]. Le tableau était grotesque : c’était comme voir un singe lunatique accroché au dos d’un loup enragé.
Enfin, sautant et courant d’un point à l’autre, ils finirent par percuter le bastingage du navire. Ils tombèrent à terre et la fer-née fut écrasée par le poids du vieux seigneur. Cela donna à Seamus le temps de se relever, mais au moment où il voulut dégainer son arme, il réalisa que son fourreau était vide. Au moment où il vira le regard en direction de son adversaire, il était trop tard : la folle s’était emparée d’un bouclier qui gisait là et frappa Lord Ouestrelin en plein visage. Le coup assomma brièvement le change-peu – ses sens se brouillèrent, il se sentit trébucher puis, tomba à l’eau. [Comment Seamus parvient-il à survivre ?]

Spoiler:
 



"J'ai toujours détesté ces formules absurdes."
Revenir en haut Aller en bas
Artisan
avatar

Lakdahr l'Edenteur
Artisan

Général
- Mestre fêvre -
Bâfreur & Guerrier

♦ Missives : 1389
♦ Missives Aventure : 121
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 06/12/1991
♦ Arrivée à Westeros : 08/05/2012
♦ Célébrité : Kevin Tod Smith
♦ Copyright : Luchadora
♦ Doublons : Alrik Mallery - Séraphine - Jeyne Estremont
♦ Age du Personnage : 26 ans
♦ Mariage : Serenei ( Femme-sel )
♦ Lieu : Les Iles de Fer
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
455/500  (455/500)


Message Ven 17 Mai 2013 - 20:53

Il sentait une ardente cataracte fluer depuis son abdomen et souiller ses nippes, la douleur le tiraillait de façon lancinante, et si elle le faisait grincer des dents, elle le galvanisait tout autant. Lakdahr avait observé son dernier antagoniste en date atterrir parmi les fûts, du côté de l'autre bastingage. Une belle projection de laquelle il n'eut toutefois guère le temps de se satisfaire, les ennemis étaient partout, et l'un d'eux manqua d'ailleurs de l'estropier d'un membre, interrompu qu'il fut par un autre fer-né qui disparut aussi promptement qu'il était apparu. Le forgeron posa ses noires agates sur une Dentesque empourprée, puis il mira sa victime que d'autres continentaux tentaient de protéger : par solidarité ? Il l'ignorait, mais une cible moribonde et surtout inconsciente était inintéressante, alors que d'autres pullulaient sur le dromon qui se faisait repeindre par tripes et boyaux. Le titan tâtonna succinctement sa meurtrissure qui risquait de le faire rugir lors de trop grands mouvements, mais tant qu'il serait debout et apte au combat, il guerroierait jusqu'à ne plus pouvoir.

Il semblait en être de même pour son comparse de toujours, ce qui ne l'étonna point. Un frémissement lui avait rongé l'épine dorsale lorsqu'il avait vu une lame l'atteindre au même titre que lui précédemment. L'impudent qui avait osé était désormais dans sa ligne de mire, et si sa priorité fut tout d'abord de rejoindre au plus tôt son ami dans le dessein de maintenir leur binôme, il lui fallut revoir ses plans. Le flavescent sigisbée qu'il avait antérieurement repéré avait hurlé au duel, un contre un, peut-être... Capitaine contre capitaine ? L'étau se resserrait et l'Edenteur était désormais persuadé que cet homme devait diriger ce navire. Il allait devoir faire confiance à Gabriel, car il avait lui aussi une tête à trancher. Il plissa les yeux en croisant le regard d'un chevalier [Artos] auquel il promit silencieusement une mort qui aurait le loisir de le faire souffrir mille tourments. Tel un buffle enragé, le forgeron tenta de se frayer un chemin jusqu'à lui, mais un ennemi lui barra la route et la réaction du fer-né ne se fit pas attendre. Voyant un bouclier mis en avant, il y porta un puissant coup de pied dans le but de déstabiliser son adversaire et créer un effet domino en le poussant sur ses congénères, dont le quidam qui avait blessé son frère de coeur. [Parvient-il à le faire choir ? D'autres ennemis sont-ils déstabilisés ? Dont Artos ?] Il se concentra sur ledit chevalier en privilégiant l'offensive, tentant de le toucher à coup de poing [Y arrive t-il ?] avant d'user de sa hache en visant les jambes de son antagoniste tant dans le dessein de l'écorcher que de le faire reculer vers un coin du bateau où les fer-nés étaient plus nombreux, cela pour l'isoler et le garder de toute aide potentielle. [Est-ce fructueux ?]




" - On fait quoi ? - Valeurs sûres : on leur éclate la gueule. "
 " Barbare qui roule amasse coups de boule. "
" On dit que les fer-nés détestent toutes les races, c'est faux, on les aime toutes ! En ragoût, en civet, à la broche... "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Gabriel
Homme d'Armes

Général
Capitaine de La Jouvencelle

♦ Missives : 1437
♦ Missives Aventure : 45
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 25/02/1992
♦ Arrivée à Westeros : 01/04/2012
♦ Célébrité : Michael Fassbender
♦ Copyright : Luchadora
♦ Doublons : Shaïra Seastar, Maël, Velanna Vance
♦ Age du Personnage : 30 ans
♦ Mariage : Ils l'appellent femme-sel, il dit juste qu'il l'aime } Séraphine
♦ Lieu : Île d'Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1298/1500  (1298/1500)


Message Dim 19 Mai 2013 - 19:04

Gabriel pouvait bénir les talents de forgeron de son frère de cœur : bien que son arme soit maculée de sang elle ne lui avait pas échappé des mains et pour cause, son manche n’était pas lisse mais rugueux, incurvé et constellé de minuscules sillons qui assuraient un écoulement du sang et une prise en mains optimale. Il lui suffisait de patienter quelques secondes et son aimée retrouverait son physique d’antan. Evidemment une telle arme écorchait aisément les doigts mais c’était un problème bien connu des fer-nés, et des marins en général. La manipulation des cordes humides et salées était une torture pour la peau les premières années, mais la cale et les cornes s’installaient et finissaient par les protéger. Ainsi le marteau de guerre n’échappa pas à son propriétaire, habitué aux torrents de sang et aux giclées de boyaux, néanmoins il fut momentanément aveuglé par les fluides et perdit en puissance. Une erreur en entrainant une autre, il sentit soudain le fer écorcher sa chair au niveau de ses côtes et une douleur terrible le transperça. Il geignit et grogna en opérant un pas de côté pour se dégager de l’épée et constater l’ampleur des dégâts : la blessure s’était faufilée au travers de son armure et si elle n’était pas mortelle, elle risquait de l’handicaper pour la suite… Mais ce n’était pas ça qui l’empêcherait de prendre sa revanche sur son assaillant ! Du moins le crût-il dans un premier temps… Un certain capitaine venait d’en décider autrement.

Le roi de ce navire venait d’ordonner à ses hommes de s’écarter pour lui laisser le champ libre, c’était l’occasion ou jamais d’en finir. Les prunelles de quartz accrochèrent le rutilant jeune homme qui vivait sans doute sa première bataille en mer – ou bataille tout court ? Les continentaux n’étaient pas connus pour leur esprit guerrier… Ils préféraient s’amuser lors de ridicules tournois. Il n’en ferait qu’une bouchée de ce petit ! Il devait toutefois lui reconnaître un certain cran à vouloir se mesurer à lui alors que tous ses hommes l’entouraient… Néanmoins Gabriel ne se faisait pas d’illusions, il piaillerait à l’aide s’il se trouvait en difficultés. Le courage des continentaux s’arrêtait à l’orée de la mort. « Gueule pas belle blonde ! J’vais m’occuper de toi. » Ne rien montrer de la douleur qui brûlait ses côtes, n’affichait que l’assurance de la victoire prochaine, tel était son credo. Après avoir esquivé le premier assaut il se retrouva face à son adversaire, prêt à en découdre. Astaroth ne glissait désormais pas plus qu’une autre arme ayant ôté la vie et était parée à recommencer un triste forfait. Gabriel s’élança le premier et profita de cet élan mortifère pour surprendre son adversaire qui surveillait sans doute attentivement et à raison la massive et lourde arme, il choisit plutôt de décrocher vivement une main et d’envoyer un violent coup droit dans la mâchoire de son ennemi – épargnant de fait sa chair déjà entaillée à gauche – [Est-ce qu'il touche Tybolt ?] et enchaîna par un brutal coup de genou gauche qui le toucherait s’il s’avisait d’esquiver en se baissant [Le touche-t-il ?]. S’il voulait l’éviter, le lion n’avait d’autres choix que de reculer et c’est là que la longue Astaroth l’attendait… Ses deux mains à nouveau sur son manche il propulsa le marteau contre les côtes de son ennemi, cette fois de son côté gauche, afin d’au minimum déstabiliser sa garde [L'attaque porte-t-elle ? Si oui, est-il blessé ? Si non, sa garde tient-elle ?]. Il profita de la confusion pour beugler : « Qu’est-ce que vous foutez ici ?! » Les Ouestriens étaient-ils suicidaires ?


Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Rivanon Mallister
Noble

Général
Un pion entre les mains des dieux...

♦ Missives : 466
♦ Missives Aventure : 98
♦ Arrivée à Westeros : 18/04/2011
♦ Célébrité : Sophia Myles
♦ Copyright : Bryn
♦ Doublons : /
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Aucun actuellement
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
584/1000  (584/1000)


Message Mer 22 Mai 2013 - 20:06

L’acier trancha la chair mais pas suffisamment pour occire la fer-née. Voulant achever cette adversaire, Anthon se préparait à asséner un nouveau coup lorsque l’environnement maritime se rappela aux protagonistes de la bataille. Les deux navires, épousant le mouvement de la houle, s’entrechoquèrent faisant trébucher les marins et soldats présents sur les bâtiments. La tentative d’Anthon échoua, la guerrière reprit rapidement contenance et projeta son habit à la tête du Riverain qui le reçut en plein visage. En d’autres circonstances, voir une femme se dévêtir aurait amené un sourire au patrouilleur mais seule une grimace tordit sa bouche. S’aidant de sa main armée, il ôta cet élément gênant mais la douleur qu'il ressentit dans son bras portant le bouclier lui fit comprendre qu’il ne s’était pas montré assez rapide, et il recula sous la force du coup. Les réflexes du combattant l’aidèrent à repartir au combat, il ne se laisserait pas abattre par une blessure. Faisant fi de cette dernière malgré le fait qu’elle fut assez profonde, il s’avança d’un pas déterminé sur sa proie. Anthon fut pleuvoir les attaques sur la femme, coups de taille et frappes de bouclier s’alliaient pour mettre à mal son adversaire et la faire reculer. La passer par-dessus bord effleura l’esprit du Mallister, mais il se demanda si cela serait possible vu les conditions de combat.

Martyn et le fer-né blessé se percutèrent violemment et le bateau eut la mauvaise idée de bouger au même instant, le continental chuta suite à la bousculade de son adversaire. A terre, il eut la bonne idée de lever son bouclier au-dessus de lui, évitant de se faire trancher et de trépasser. Éprouvant quelques difficultés à se remettre debout, il choisit de frapper les jambes du pirate pour l’éloigner et terminer de se relever. Les soldats présents sur le boutre réussirent à former une ligne et à présenter un front uni face à la menace. Les boucliers et armures encaissaient les attaques, néanmoins les continentaux ne pourraient tenir éternellement face aux charges, ainsi ils décidèrent de marcher sur l’ennemi, de l’acculer dans une impasse pour lui régler son compte. Mais rien n’était jamais certain.

De son côté, Alvin l’archer vit sa flèche se perdre et se fut avec effroi qu’il vit le fer-né se jeter sur lui. Combattant à distance, il n’était pas très à l’aise au contact mais savait se défendre un minimum, cependant il ne dût son salut qu’à sa vivacité lui épargnant de se faire ouvrir par l’arme de son adversaire. Epée en main, il se galvanisa en criant et abattit sa lame, puis il lui imprima des moulinées pour tenir à distance le pirate.

Un sourire éclaira le visage de Joseth quand il constata que la flotte du Lion suivait les mêmes objectifs que lui et que les boutres voyaient leur champ d’action réduire comme peau de chagrin. Par contre, il savait qu’il ne pourrait mettre en application ses idées et se résolu à l’abordage. D’une nature moins téméraire que son oncle, le jeune capitaine conserva ses hommes à bord de l’Espérance, offrant une position défensive en réponse aux assauts fer-nés. D’une certaine manière, cela permettait de cibler le tas de pirates sans se préoccuper de soldats qui se retrouveraient au milieu de l’ennemi. Mais il devait garder un œil sur les ouestriens. Une partie de ses hommes s’affaira à rendre la voile du boutre inutilisable tandis que l’autre partie taillait l’adversaire. Voulant mettre hors d’usage le navire, Joseth arma quelques soldats de torches dans la perspective d’un assaut. Il organisa une diversion et envoya ces hommes en espérant qu’ils parviendraient à allumer un foyer que les fer-nés seraient dans l’incapacité d’éteindre. Le Mallister savait qu’il pouvait perdre ses soldats, Mais la guerre avait son lot de blessés et de morts.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Dim 26 Mai 2013 - 11:50

Lord Seamus avait apparemment compris que les choses lui échappaient toujours davantage, il ne pouvait plus faire grand-chose : ses propres hommes fuyaient pour ne pas avoir à sacrifier leur vie pour sauver la sienne. Cruelle désillusion ? Non, certainement pas, le change-peau était habitué à susciter l'hostilité de ses hommes à n'en pas douter, cela ne devait guère être une grande surprise par conséquent. Le seigneur de Falaise s'était rapidement retrouvé fort occupé après s'être débarrassé de celui qu'il croyait être la raison de sa venue ici, en effet une folle furieuse s'était jeté sur lui pour tenter de s'occuper de son cas. Le seigneur ne pouvait pas le savoir, mais il venait de tuer le frère de la « demoiselle » et par conséquent, sa colère était redoublée. Elle faisait preuve d'une grande force et d'une férocité impressionnante pour une femme et après s'être débattu quelques temps, les deux finirent par chuter au sol. La Fer-née se reprit rapidement et parvint à asséner un violent coup de bouclier en plein dans le visage de lord Seamus, lequel bascula par-dessus le bastingage et tomba dans l'eau avec un bruit sourd. Celui-ci était à peine audible en raison du bruit des combats, mais heureusement pour lui, le seigneur de Falaise avait encore quelques hommes qui lui étaient fidèles : l'un d'entre eux, resté sur le navire, s'était rendu compte que son capitaine venait de chuter à l'eau et il réagit promptement. Ni une, ni deux, il se débarrassa de ses armes et de sa légère armure avant de sauter à la mer. Le poids de l'armure de Seamus l'avait entraîné sous l'eau et son homme dû nager quelques instants avant de pouvoir le trouver. Avec peine, il parvint à le tirer vers la surface, mais peinait sérieusement à l'y garder. Il appela à l'aide à plusieurs reprises et alors qu'il menaçait de se laisser entraîner par le poids de l'homme inconscient, il fut heureusement repéré par d'autres hommes. Plusieurs cordages furent lancés tandis que les affrontements continuaient et après un bref moment, lord Seamus fut tiré hors de l'eau et hissé sur le ponton de son navire. Finalement il restait quelques hommes dignes de confiance. Le sauveur du seigneur de Falaise s'agenouilla à ses côtés pour le défaire de quelques pièces de son armure avant de le secouer assez fortement pour le réveiller. Ce fut à ce moment que des cris lui indiquèrent que les autres navires de l'Ouest étaient en train de se replier, il fallait espérer que lord Seamus se réveille bientôt où les choses risquaient de tourner à la catastrophe.

Voir un Fer-né de la taille de Lakdahr charger dans sa direction ne devait pas trop rassurer Artos, mais le jeune homme n'eut guère le temps de s'attarder à ce niveau, car déjà l'homme s'était hissé presque à sa hauteur et s'occupait d'un autre malheureux qui avait eu la bêtise de s'interposer entre lui et sa cible. Expédiant un coup de pied en direction du bouclier, il parvint à repousser l'homme qui fit chuter celui derrière lui qui, à son tour, s'affala sur le chevalier du Nord qui se retrouva déséquilibré l'espace d'un instant. Il réussit heureusement à se rattraper, même si ce coup de semonce lui montrait qu'il risquait bel et bien sa vie. Sans se faire prier davantage, le Fer-né s'élança à l'attaque pour le frapper d'un coup de poing qui atteignit son but en raison du déséquilibre du jeune homme, cependant ce coup le décala sur le côté et lui sauva miraculeusement la mise : il parvint – involontairement certes – à esquiver le coup de hache qui lui fut porté. Les autres Fer-nés avaient remarqué la tactique de Lakdahr, mais malheureusement pour eux, les membres de leur équipage étaient beaucoup moins nombreux que ceux de l'Ouest et ils étaient donc en sous-effectif, seuls deux autres marins se détachèrent du lot pour tenter de pousser eux aussi le jeune chevalier dans leurs rangs. Seulement les deux équipages étaient tellement mêlés qu'il y avait du monde un peu partout. Alors que le Fer-né était bien décidé à s'occuper du bâtard, il fut pris à parti par un autre chevalier beaucoup plus jeune, mais courageux, qui se jeta sur lui pour le percuter de tout son poids. Il devait faire la moitié de la taille du roturier et l'effet fut celui d'un poney essayant de charger un éléphant, mais l'intention y était et permettrait à Artos de s'éloigner un peu.

De son côté, Gabriel était aux prises avec le capitaine du navire qui n'était nul autre que le seigneur de l'Ouest. Bien décidé à faire un maximum de dégâts, l'homme envoya son poing en direction de la mâchoire du Lion qui ne parvint pas à l'éviter, s'attendant certainement davantage à une attaque de marteau qu'à du corps-à-corps ! Le coup ne manqua pas de le déstabiliser quelques secondes, laissant à Gabriel le temps de le toucher avec son coup de genou. Cet enchaînement fut chanceux pour le Lion, même si de prime abord ce n'était pas forcément visible : en subissant les deux coups, Tybolt plia l'échine ce qui lui permis d'esquiver involontaire un coup de hache envoyé par un autre adversaire venu soutenir son capitaine. Malheureusement pour ce Fer-né, Tybolt n'était pas prêt à se laisser faire et il réussit à lui tailler la jugulaire d'une rapide taille du coup de son arme. Désormais il se retrouvait face-à-face avec le capitaine de la Jouvencelle qui n'était pas décidé à lâcher l'affaire lui non plus ! Propulsant une attaque en direction de son adversaire, le Fer-né espérait pouvoir le blesser, mais c'était sans compter l'esquive de son adversaire qui parvint sans trop de mal à éviter l'attaque. Au fond, même s'il avait été touché son armure le protégeait bien et même s'il n'aurait pas été totalement épargné, sa tenue lui aurait permis de se sécuriser. Cependant, pour ne pas se faire blesser, lord Tybolt avait dû briser sa garde et devait se remettre rapidement en position sous peine d'offrir une cible de choix à son adversaire.

Pris dans le feu de l'action, Gabriel n'avait pas remarqué que les autres navires de l'Ouest opéraient des changements : tout le monde avait compris qu'ils n'atteindraient jamais l'île de Harloi en raison des récifs trop dangereux. De plus au loin, l'on voyait clairement les silhouettes des habitants des lieux qui s'étaient préparés et attendaient sur les plages, prêts à tuer quiconque oserait débarquer. Mieux valait changer de plan et se rabattre sur une autre île, comme celle de Lordsport par exemple, Tybolt savait que toutes les forces continentales ou presque, se trouvaient là-bas. Le plus intelligent était donc de s'y diriger pour participer à la fin de l'affrontement. Les hommes du navire des Harloi interpellèrent Gabriel de manière à lui faire comprendre qu'il était préférable de s'éloigner, apparemment la rumeur d'une autre attaque était arrivé à leurs oreilles.

Anthon avait compris que son adversaire n'était pas qu'une frêle donzelle aux proportions agréables, la manière dont elle lui avait jeté son habit au visage n'avait rien de langoureux, mais était bien destiné à l'aveugler pour mieux le tuer. Heureusement pour lui, la première attaque ne fit que le blesser et même s'il allait être gêné dans ses prochains coups, il était encore en vie et c'était là l'essentiel ! Les attaques redoublées qu'il fit sur la Fer-née eurent un effet surprenant : elle se mit à sauter comme un cabri pour tenter d'esquiver l'épée désireuse de lui ôter la vie. Mais aussi leste et légère soit-elle, elle ne parvint pas à tout ignorer et plusieurs attaques l'atteignirent, faisant couler son sang et montrant à Anthon qu'il réussirait à voir le bout de cette attaque s'il persistait. L'idée qui lui effleura ensuite l'esprit fut intéressante : la passer par-dessus bord serait ardu, mais ce serait certainement le plus rapide à faire. Comme si elle lisait dans son esprit, la rousse lâcha un cri d'attaque avant de se jeter sur son adversaire, expédiant sa hache en direction de l'épée pour bloquer son ennemi et se colla contre lui, tentant de le pousser vers le bastingage pour le faire chuter par-dessus bord. [ Tu peux décrire la défense d'Anthon et l'envoyer à l'eau ou la tuer. ]

De son côté Martyn s'était débrouillé pour repousser le Fer-né le temps de se redresser et une fois sur ses jambes, il eut la satisfaction de voir que la ligne formée par ses alliés avait réussi à repousser en partie les assaillants. Les Fer-nés étaient habitués à la zizanie, faire face à des défenseurs aussi organisés était donc relativement rare pour eux. Mais ils ne se laissèrent pas avoir aussi aisément, faisant preuve de leur ténacité naturelle ils s'en prirent à tous les Riverains à portée. La tentative faite pour les coincer dans un coin du navire ne porta pas vraiment ses fruits : même si ce type de défense était relativement nouveau pour eux, les attaquants passaient leur vie entière sur des navires et ils ne se laissaient donc pas prendre aussi facilement au piège. Certains parvinrent à briser la ligne à quelques endroits tandis que d'autres usaient de haches de lancer pour essayer d'atteindre les défenseurs les plus tenaces. Alvin lui, avait réussi à garder son adversaire à une certaine distance, mais il fut rapidement assaillit par un autre Fer-né qui lui plongea son arme dans le flanc. La blessure pouvait se révéler mortelle à long terme si elle n'était pas rapidement soignée, mais pour le moment l'adrénaline le gardait en vie et il avait à présent deux adversaires sur les bras.

Les hommes de Joseth tentaient tous de s'en prendre au boutre ou aux rameurs. Les voiles ne servaient jamais réellement aux Fer-nés, ils n'en usaient qu'en pleine mer et ici elles ne seraient donc pas indispensables, cependant la technique était bonne, car elle permettait d'occuper des adversaires qui devaient la détacher pour l'éteindre. L'équipage fut assez fortement touché, mais les Fer-nés ne baissaient pas les bras pour autant ! En voyant les Riverains tenter de s'infiltrer chez eux, quelques Fer-nés tentèrent de leur barrer le passage : certains furent tuer, mais deux ou trois foyers prirent rapidement feu sur le boutre. Les hommes ne purent malheureusement pas faire demi-tour et subir le courroux des habitants des Îles de Fer qui s'empressèrent d'éteindre le feu qui débutait chez eux.

À côté de cela, les Riverains constatèrent que les navires du Lion s'éloignaient tous et comprirent que l'attaque de l'île de Harloi cessait : le plus prudent était certainement de les suivre en direction de Lordsport pour aller apporter son aide au reste de la flotte.


N'oubliez pas de respecter les règles de l'intrigue.

- En raison de l'absence ou de l'abandon de certains participants, les combats ne se font plus que contre des PNJs et les PJ qui se battent contre d'autres PJs sont bloqués. Donc j'amène le sujet à sa conclusion, vous pouvez achever les PNJs contre qui vous vous battez si vous le désirez !

Les gens de l'Ouest ou du Conflans : vous pouvez vous diriger vers Lordsport et couper court à vos actions avec les Fer-nés.

Les gens des Iles de Fer : vous pouvez évacuer les navires ennemis et rentrer à Harloi ou alors vous diriger aussi vers Lordsport.

Un dernier sujet sera lancé après la conclusion du sujet de Lordsport, vous pourrez y participer si vous vous rendez là-bas !

- Je clos dans ma prochaine réponse, je vous autorise à aller jusqu'à 800/900 mots maximum pour votre prochaine réponse si vous en avez besoin Wink

Merci de tenir compte de ces détails !
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Artos Snow
Chevalier

Général Chevalier errant au service de Tybolt Lannister
♦ Missives : 49
♦ Missives Aventure : 15
♦ Arrivée à Westeros : 17/03/2013
♦ Célébrité : Tom Hiddleton
♦ Copyright : Nessa
♦ Doublons : Rahéna, Kay
♦ Age du Personnage : 27
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Castral Roc dans les Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles :
What I Am

What you are

What I can do


RP : 1/1

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
156/500  (156/500)


Message Mer 29 Mai 2013 - 20:34

    J'en venais à me demander si tous les Fer-né étaient des monstres ou s’ils avaient juste fait une sélection, comme un panier garni que l'on offre en guise de bienvenue à des gens que l'on rencontre pour la première fois. Des petites spécialités locales, quoi que spécialités, pour le coup, je me serais abstenu de manger à sa table, si le menue était châtaigne, pruneau, cervelles et tripailles, surtout quand les viscères étaient celles de mes camarades, et que le bougre n'étaient pas avares de partager sa culture avec nous.
    Il y avait de quoi trembler devant pareil adversaire. Je n'aurais pas été grisé par les combats et pris dans ce chaos, je me serais sans doute effacé.
    Comment décrire le sentiment qui me serra les tripes lorsque je vis ce monstre charger comme un buffle dans ma direction. Une longue inspiration pour essayer de faire le vide, et assurer ma stabilité. Je devais faire face, comme tous mes frères, j'étais chevalier et un manteau rouge. Je me devais d'honorer cela. Rien n'était plus important que de garder les deux frères en vie. Gerold avait été déjà assez amoché, autant éviter que cela ne se produise derechef.
    Mais avant que je ne puisse décider réellement de la marche à suivre, il était presque à ma hauteur en train de combattre ou plutôt de malmener un de mes camarade qui avait eu la stupidité de se mettre entre lui et moi. Pas que je sois plus confiant dans mes chances de survie, mais au moins j'espérais pouvoir compter sur ma rapidité, le fait que j'ai une armure de plate et lui non, et qu'il soit trop aveuglé par l'envie de tuer pour viser juste. Ce qui en soit me laissait une espérance de vie relativement faible. Aller savoir ce que les sept me réservaient après tout.
    Dans un prodigieux coup de pied, sur le bouclier de mon comparse, il le repoussa sur moi et me déséquilibra dans sa chute, par chance, ou juste par hasard, je réussis à me rattraper de justesse. Mais étrangement, ce petit aperçu me faisait revoir à la baisse encore une fois, mes chances de m'en sortir vivant. Pourtant il le fallait!
    Le Fer-né se rua sur moi, passant à l'attaque profitant de ma faiblesse pour m'asséner un puissant coup de poing qui atteignit parfaitement son but et qui me coupa le souffle un instant. Tout mon corps se décala sur le côté, me permettant par une heureuse fortune de m'éviter un prodigieux coup de hache. Coup que je suppute mortel pour moi si j'eus été à la place initiale.
    J'aurais aimé rendre la politesse à mon ennemi, mais ce démon était déjà en prise avec un de mes confrères, autant de pas rester inactif, et éviter les deux hommes qui s'avançaient à ma rencontre. Pourvu que ce jeune gringalet survive, c'était comme si le vent essayait de plaire plier une montagne… totalement sens effet.
    Il fallait se reprendre et occire du Fer-né même au prix de quelques cicatrices.
    Lassé de rester passif, prenant mon élan, à mon tour de charger. Une feinte à l'épaule pour finalement venir entailler le ventre de mon adversaire
    [ est il blessé?] Pas le temps de souffler que le deuxième attaquait, lançant une dague [Artos peut-être blessé ou alors la lame effleure sa joue peut-être ? ] Déjà il s'apprêtait à combattre avec sa hache. Rompant la distance entre nous, j'assenais à ce pourceau la patience, lui enfonçant mon coude au niveau du plexus avant de planter ma lame dans le pied de mon adversaire pour faire demi-tour et essayer de lui faire une boutonnière du nombril au menton. [à vous de voir si ça fonctionne] 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Seamus Ouestrelin
Noble

Général
Seigneur de Falaise, loup solitaire, ours mangeur d'homme et victime des langues de vipères

"If there are gods, they made sheep so wolves could eat mutton, and they made the weak for the strong to play with."

♦ Missives : 1288
♦ Missives Aventure : 49
♦ Age : 27
♦ Date de Naissance : 01/03/1990
♦ Arrivée à Westeros : 05/11/2012
♦ Célébrité : Gary Oldman
♦ Copyright : me
♦ Doublons : Bryn Penrose, Logan Grafton
♦ Age du Personnage : 53 ans
♦ Mariage : Lady Amelia Redwyne
♦ Lieu : Falaise, Terres de l'Ouest
♦ Liens Utiles :
♦️ Fiche
♦️ RP et Liens
♦️ Résumé
♦️ Aptitudes
♦️ Succès
♦️ Histoire des Ouestrelin
♦️ Bryn
♦️ Logan

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
794/1000  (794/1000)


Message Jeu 30 Mai 2013 - 21:51

La collision avec la surface de l’eau fut glaciale. Son armure le tirait vers le bas, ce qui allait probablement causer sa perte... Sa longue histoire allait se clôturer par une fatale et terrible déception : la personne qu’il avait juré d’étriper était hors de portée, loin sur les îles-de-fer. Il avait échoué. Autant se laisser engloutir par les abîmes...
Alors qu’il se faisait ensevelir par la suffocante immensité de l’océan. Lord Ouestrelin vacillait entre deux mondes ; scrutant la surface de l’eau presque avec indifférence. Il flottait dans une autre dimension ; quelque part dans un nuage d’agréable inconscience, où la guerre et les conflits n’étaient que des notions étrangères. Son corps, autant que son âme, s’étaient séparés de l’accablant poids de sa vie pleine de tumultes – c’est ainsi qu’il réalisa de façon abrupte à quel point le pesait sa fiévreuse existence. Il était sur le point de sombrer dans les plus silencieuses profondeurs de la Mer du Crépuscule, jusqu’à ce qu’il soit subitement tiré de ce berceau maritime par une autre présence.
Tout était flou, vague et nébuleux ; une danse effrénée dont il était incapable de maintenir la cadence. Ses sens mélangeaient les événements jusqu’à les transformer en une bouillie informe dont il ne pouvait que péniblement discerner les ingrédients : son corps fut tiré à la surface par une force inconnue. Il avait l’impression de ne rester à la surface qu’avec peine, happant autant d’air que d’eau salée. Puis, on l’extirpa des sauvages flots et il atterrit brutalement sur une surface plane dont il en pouvait pleinement définir la nature.
Quelques instants s’écoulèrent avant que l’on se mette à le secouer. L’agitation lui fit tourner la tête, mais son sauveur finit par rappeler l’esprit du vieux seigneur à la raison. De fait, Seamus reprit doucement conscience, clignant des yeux pour poser le regard sur un sanglant champ de bataille, où les emblèmes aux six coquillages dominaient miraculeusement les blasons Harloi. Il n’eut pas le temps d’examiner le tableau avec plus d’attention puisqu’il fut prit d’un haut-le-cœur, puis cracha une goulée d’eau de mer sur le pont de son vaisseau.
Le soldat qui lui faisait face afficha une expression soulagée en voyant le change-peau recouvrir ses sens, mais ce n’était point le moment de laisser le zoman se reposer : l’homme tira Lord Ouestrelin sur ses deux pattes, restituant une part de perception. Seamus se passa brièvement une main sur le visage. Son crâne le faisait âprement souffrir, mais il parvint à ignorer la douleur.
« Messire ! s’écria son sauveur, Messire, nos navires avancent en direction des îles ! »
Le vieux seigneur leva les yeux pour poser son regard sur ce qui restait de la flotte du Lion : éparpillés sur une étendue tout à fait extraordinaire, nageaient les navires de l’Ouest. Beaucoup se trouvaient à la merci des boutres fer-nés, mais la plupart étaient effectivement en train de faire cap sur les îles-de-fer, probablement pour apporter leur soutien au reste de la flotte.
Le soldat qui l’avait tiré de l’eau le regardait d’un œil anxieux. Seamus faillit lui annoncer que tout était perdu et qu’ils allaient mourir : autant demeurer ici et tomber au combat. Pourtant, il ne parvenait à formuler ses pensées. Ses instincts de survie ne s’étaient pas éteints. Non, une étincelle frétillait encore au fond de son cœur et le poussait à poursuivre cette infime chance qu’ils avaient de survivre à cette bataille.
« Répandez... répandez l’ordre de suivre... le reste de la flotte. Nous... faisons cap sur Lordsport. » Il haletait, ne parvenant toujours pas à respirer avec aise, puis cracha de nouveau.
L’homme d’arme hocha la tête avant de courir sur le pont tout en hurlant les ordres de son seigneur. Il restait encore quelques vils pirates au bord du Talion, mais la plupart avait miraculeusement été vaincus. Petit triomphe face à la majeure défaite que semblait subir l’Ouest, certes, mais c’était assez pour ranimer la combativité de Lord Ouestrelin.
Après deux profondes inspirations, il s’empara d’une épée coincée dans les côtes d’une dépouille, puis rassembla le peu de force qui lui restaient pour rejoindre le combat.

Quand le dernier fer-né tomba, le Talion avait suivait de près les bateaux alliés. En reposant son regard sur le pont ensanglanté du navire, Seamus réalisa que le nombre de fer-nés avait été bien inférieur au leur. Pourtant, les habitants des îles-de-fer étaient parvenus à anéantir près de trois-quarts de son équipage. Parmi les cadavres il reconnut Alec, dont la moitié du visage avait été tranchée par la hache de son adversaire. L’arme était restée coincée dans la gorge du Second. Beaucoup ont connu le même sort.
Dans un coin du vaisseau, les soldats valides avaient regroupé leurs confrères blessés avant de s’emparer des avirons. Le seigneur de Falaise s’appuyait lourdement contre le bastingage. Son corps s’était vidé de toute énergie et tout ce qu’il pouvait faire était de contempler les boutres ennemis avec angoisse.
Enfin, il tourna les yeux vers la lointaine silhouette des îles-de-fer, souhaitant de tout son cœur que Sargon Harloi survive pour qu’il puisse l’étrangler de ses propres mains. Si je survis... Se promit-il. Si je survis...

Spoiler:
 



"J'ai toujours détesté ces formules absurdes."
Revenir en haut Aller en bas
Artisan
avatar

Lakdahr l'Edenteur
Artisan

Général
- Mestre fêvre -
Bâfreur & Guerrier

♦ Missives : 1389
♦ Missives Aventure : 121
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 06/12/1991
♦ Arrivée à Westeros : 08/05/2012
♦ Célébrité : Kevin Tod Smith
♦ Copyright : Luchadora
♦ Doublons : Alrik Mallery - Séraphine - Jeyne Estremont
♦ Age du Personnage : 26 ans
♦ Mariage : Serenei ( Femme-sel )
♦ Lieu : Les Iles de Fer
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
455/500  (455/500)


Message Lun 3 Juin 2013 - 8:47

Il s'en allait l'ouvrir comme de la poiscaille et prendre un bain de viscères, l'on ne meurtrissait pas impunément un fer-né face à un autre insulaire, et pis encore, l'on ne blessait pas Gabriel devant Lakdahr sans se faire copieusement édenter pour cet affront ! Il prendrait amplement le temps de lui spolier une dent à la fois pour s'en confectionner un collier, avant de lui disloquer la mâchoire pour s'en faire une visière, et pourquoi pas lui arracher la cervelle pour utiliser son crâne en guise d'écuelle ? La pitance n'en serait que meilleure – ou peut-être l'inverse, car des deux, si les écumeurs étaient les plus viciés, leur aversion pour les continentaux n'en était pas moins émétique et grand mal ferait au forgeron de rendre gorge un quelconque repas par leur faute. Qu'importe ce qu'il ferait de ce chevalier, à dire vrai, il ne voyait pour l'heure que pourpre et ne cherchait qu'à lui faire embrasser Dentesque. Chançard que le bougre fut lorsqu'il en esquiva involontairement la lame – ça lui apprendrait à faire passer le poing avant la hache, mauvais sens des priorités. Mais ce n'était pas cette bonne fortune qui l'arrêterait, du moins, en fut-il persuadé jusqu'à ce qu'il sente un poids le heurter de plein fouet. A défaut de choir sur le plancher humide d'eau saumâtre et de sang, le titan fit deux pas sur le côté, davantage déstabilisé par la surprise que la force de cet assaut. Son attention se reporta alors sur le fautif, un jeunot qui aurait mieux fait de rester confortablement veule chez lui plutôt que s'engager sur ce dromon. « J'espère que t'as embrassé ta catin d'mère avant d'partir, j'lui dirai que t'as été très con pendant que j'la baiserai ! » Feula l'artisan de sa voix de rogomme avant que le dos de sa paluche ne cogne la joue du jeune sigisbée. Son arme suivit de près, il lui asséna un coup de manche en pleine denture pour la lui faire éclater, le malheureux ne put que recracher dents mêlées d'hémoglobine et de bribes de gencive, avant que l'estocade ne lui soit portée et qu'il finisse le faciès morcelé en deux parts. Le forban désincrusta son épouse de guerre de sa victime et prit malgré tout le loisir de ramasser deux ou trois organes d'opale durs qu'il ajouterait à sa collection, même si ses tenailles larmoyaient de ne pas avoir joué leur rôle dans cette histoire.

Une fois relevé et reparti dans l'effervescence du combat, ses sombres agates quêtèrent pour le chevalier qui avait écorché son frère de cœur et qu'il avait dû abandonner au profit d'un autre. Il parvint à le repérer un peu plus loin, aux prises avec deux de ses homologues pirates auxquels il ne laisserait pas le plaisir d'occire cet énergumène avant lui ! Il tenta de se frayer un chemin jusqu'à eux, mais ce fut compter sans la pugnacité d'autres ouestriens qui vinrent faire embûche et dans lesquels il trancha sans vergogne. Cependant, après quelques instants de lutte, il lui sembla ouïr un cri de ralliement qui ne lui était point inconnu, et en observant les environs, il s'aperçut que les siens quittaient le navire. La seconde suivante, ce fut nul autre que Gabriel qui le héla pour lui signifier leur départ, ce à quoi il se plia sans objection et après avoir une dernière fois rudoyé un antagoniste. Les fer-nés rejoignirent la Jouvencelle miraculeusement encore sur les flots, et ce ne fut qu'une fois sur le pont de celle-ci que Lakdahr sentit une vive douleur lui tirailler le corps.

« Rah les sottards... ! » Une main sur le bastingage pour s'y tenir, le colosse renâcla et expectora un fluide hideux à la mer, avant de dégager les pans de son haut pour constater qu'à défaut d'être béante, sa plaie était immense et zébrait toute sa ceinture abdominale jusqu'au haut de son flanc. « Quelle bande de gouges, putain... » Il avait connu pire, mais voilà longtemps qu'il n'avait pas été blessé de la sorte, aussi avait-il déjà perdu une quantité non négligeable de sang, en témoignait son teint plus blême qu'à l'accoutumé. Toutefois, l'Edenteur était encore prompt à se battre, quitte à y trouver la mort. « Gab ? Ca va t'es entier enfoiré ? » Il couvrit l'équipage estropié d'un regard pour constater des pertes, puis ses prunelles biaisèrent vers les dromons ennemis qui fluaient droit en direction de Pyk. Visiblement, cette attaque n'était pas isolée, mais ils ignoraient encore tous à quel point. « J'arrive pas à croire qu'ils s'ramènent jusque chez nous pour nous attaquer ! Arkha est à Lordsport, y a intérêt à ce qu'elle aille bien ! » La Kenning et beaucoup d'autres s'y trouvaient, et même si Lakdahr était profondément soulagé de savoir Serenei sur l'île d'Harloi, ils ne pouvaient décemment pas abandonner les leurs. « La valse est pas finie pour Astaroth et Dentesque ! »




" - On fait quoi ? - Valeurs sûres : on leur éclate la gueule. "
 " Barbare qui roule amasse coups de boule. "
" On dit que les fer-nés détestent toutes les races, c'est faux, on les aime toutes ! En ragoût, en civet, à la broche... "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Sujet n°2 : Bataille navale - Aux environs de Harloi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant


Sujets similaires

-
» Règle sur la bataille navale.
» bataille navale
» La bataille navale d' ABOUKIR
» Star Wars Pocket Models TGC
» War At Sea

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives Militaires :: ◄ Intrigue n°4 : Bataille des îles de Fer-