AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Sujet n°1 : Bataille de Lordsport

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mar 25 Juin 2013 - 12:44

     La bougresse ne se laissait pas faire ! Elle avait visiblement compris que ce combat risquait de se solder par sa mort si elle ne se montrait pas à la hauteur de la situation. Tuer une femme n'était pas un problème et les coups de Sargon n'étaient pas allégés par rapport à ceux qu'il avait porté quelques instants plus tôt contre des adversaires plus solides qu'elle. Parlons de sa résistance d'ailleurs ! La guerrière savait se défendre, même s'il était vrai que sa force lui faisait défaut – c'était normal d'un côté, elle n'avait pas été élevée pour devenir un chevalier – l'intelligence dont elle faisait preuve réussissait à équilibrer à peu près ce qui se passait là. Un véritable adversaire : de quoi réjouir n'importe qui !

     S'aidant de son bouclier, la femme tenta de se défaire de l'épée du Harloi, mais en vain. Il tenait bon, habitué à combattre contre des continentaux armés d'épées et de boucliers : c'était un combat on ne peut plus habituel pour lui. Cependant, contrairement à ses précédents adversaires, la rousse ne comptait pas uniquement sur sa force physique. Elle était assez lucide pour comprendre qu'en continuant dans cette voie elle risquait de ne pas rentrer chez elle. C'était mauvais signe, Sargon tentait de la pousser dans la direction pour l'arrangeait justement pour la mettre en position de faiblesse, il fallait donc lui barrer la route avant qu'elle ne s'éloigne trop de cette zone. Mais c'était presque trop tard. La femme se défit de son bouclier, comme le Harloi l'espérait, sauf qu'elle ne se contenta pas de le lâcher : elle s'amusa à lui jeter dans les jambes pour tenter de l'entraver. Le Fer-né ne s'attendait pas à pareille réaction de sa part et lorsque le bouclier cogna contre sa jambe le capitaine s'en débarrassa en reculant légèrement. Reculer face à un adversaire le contrariait réellement, mais il n'avait guère le choix pour le coup. Une chance que l'habitude de se battre sur les navire qui tanguaient lui permettait de ne pas se laisser entraver par le premier obstacle venu, mais la femme avait brisé sa prise et reprit une situation équilibrée.

     Le combat tournait en rond, du moins de l'avis du Fer-né. Elle reprenait le dessus et ils se retrouvaient dans la même situation qu'au début, sauf que cette fois-ci, la guerrière avait eu le temps de l'esquiver pour se libérer de sa prise et se retrouver sur le côté. Elle pouvait sans difficulté lui porter un premier coup qu'il ne pourrait pas totalement esquiver [ Je te laisse décider où. ], mais il ne baissa pas les bras pour autant. Après un temps de latence qui l'avait mis en position de faiblesse, Sargon pivota à son tour en se déportant sur le côté pour se retrouver à nouveau face à elle. Ce qu'elle déclara le fit sourire, une fois de plus.

     ▬ Un Fer-né vaut dix de tes hommes, dommage que tu ne sois pas venue avec des femmes, elles ont l'air plus capables qu'eux. »

     Simple provocation ? En effet ! Le capitaine retrouva le silence avant se raffermir sa prise sur la poignée de Crépuscule, puis il tenta une attaque simple : un coup d'estoc visant son ventre. L'acier Valyrien lui procurait un avantage certain et bien que ses bras blessés le faisaient souffrir, il bénéficiait d'un entraînement qui devrait lui permettre de prendre le dessus par la force. Si le coup d'estoc était bloqué par l'épée de la guerrière, il tenterait tout simplement de la repousser à la force de ses bras pour réitérer son attaque. Si cela ne fonctionnait pas, Sargon maintiendrait le blocage des armes pour s'approcher autant que possible d'elle et tenter de lui expédier un coup de boule en plein visage. Manière brutale, mais efficace.

HP:
 


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Commandant des Dents de Freux
avatar

Alrik Mallery
Commandant des Dents de Freux

Général
- Noblesse d'Ame -

♦ Missives : 1209
♦ Missives Aventure : 117
♦ Arrivée à Westeros : 19/02/2012
♦ Célébrité : Josh Holloway
♦ Copyright : Luchadora
♦ Doublons : Lakdahr l'Edenteur - Séraphine - Jeyne Estremont
♦ Age du Personnage : 39 ans
♦ Mariage : Veuf - Fiancé à Velanna Vance
♦ Lieu : Les Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
2127/2500  (2127/2500)


Message Mer 26 Juin 2013 - 19:13

La sapidité de sa propre hémoglobine était aussi âcre que galvanisante, si la bataille avait été plus féroce encore, si la victoire lourde ou non ne leur avait pas été assurée dès les prémisses du débarquement, il aurait été temps de jouer les berserkers. Occire sans faiblir, étêter le plus possible et ne surtout pas dénombrer le nombre de macchabées qui chutaient et jonchaient le sol d'une ville en proie aux périls. Le feu, le sang, ne manquait plus que l'ombre d'un dragon virevoltant à l'orée des remparts, et tous se seraient crus retournés à l'époque d'Aegon le Conquérant. C'était également une page importante de l'histoire qu'ils écrivaient ici, des séquelles resteraient de cette rébellion sciemment menée par la Seiche d'Or, les côtes et le cœur des hommes n'avaient été que trop meurtris pour se panser si vite. N'existait point de panacée à ce genre d'ignominies, mais au moins appliquaient-ils, aujourd'hui, une première couche d'un onguent un peu spécial. Il fallait combattre le mal par le mal, disait l'apophtegme, tirer l'estoc de son fourreau et guerroyer avec foi et résolution, voilà ce que tous ses frères et sœur d'armes faisaient.

Il était plus que temps que tout cela s'achève, même si l'arrivée de l'ost Celtigar témoignait de la main mise de leurs troupes sur l'ensemble de la ville. Le commandant hasarda un regard en direction du fortin vers lequel les fuyards se dirigeaient à toutes jambes, non sans s'interroger sur la situation de Maekar qu'il avait lui-même envoyer contourner leurs ennemis. Soudain, un feulement attira son attention, la bougresse était décidément bien déterminée à en découdre, et les insulaires qui la secondaient ne semblaient pas plus enclins à l'abdication. Qu'à cela ne tienne, son messager aurait tôt fait de rapatrier quelques renforts, il leur fallait seulement tenir jusque là ! Sa poigne se raffermit sur le manche de Fraternité, et le duel reprit de plus belle, une confrontation bariolée de l'incongruité de l'une et des goguenardises de l'autre – autant ne pas perdre son sens de l'humour. A la place, Alrik manqua d'y perdre un bras ! Il sentit l'arme de son antagoniste glapir contre son armure qui le protégea d'une blessure qui se serait voulue délétère, et en guise de toute réponse, il joua de force avec la rouquine et tenta de la faire culbuter. Ce fut alors le soulagement, car les cris enthousiastes qui lui parvinrent furent ceux de leurs homologues, arrivés pour leur prêter main forte. Une déferlante de braves soldats s'abattit sur les fer-nés encore récalcitrants à se résigner, parmi eux, le Mallery reconnut aisément Lothar, auquel il adressa également un signe de tête avant de se replonger dans le combat.

De plus en plus de pirates prenaient la poudre d'escampettes ou se jetaient à genoux pour se rendre, et si la harpie avec laquelle il croisait le fer ne le fit pas de bonne grâce, elle y fut toutefois contrainte lorsque sa hache lui fut confisquée par deux Dents de Freux. « Ne sois pas idiote. C'est fini. » Commenta t-il, la pointe de son épée sous la gorge de la jeune femme qui s'était fort bien défendue, mais qui avait perdu. Il observa les environs pour constater que ses hommes et ceux du seigneur de Pince-Isle étaient en passe de prendre définitivement le contrôle des lieux, ce qui heurta son poitrail d'un sentiment de satisfaction et de fierté. Abandonnant l'hydre rousse, il rejoignit le chevalier aux crabes pour un furtif brin de causette. « Ser Lothar ! Vous êtes véritablement tombé à point nommé, je remercie les Sept de vous avoir guidé jusqu'ici. » Il baissa les yeux sur la plaie du sigisbée. « Comment se présente votre blessure, est-ce que cela ira ? » Il ajoute ensuite. « Vous aviez débarqué à l'Est si je ne m'abuse, comment cela s'est-il passé de votre côté ? » Il patienta pour le rapport du père de son jeune page, Ethaniel avait de quoi se ronger les sangs de les savoir tous deux en guerre. Une fois qu'il fut renseigné, ses prunelles azurées biaisèrent vers les alentours et il reprit. « Nous sommes désormais en bonne posture, mais pas de temps à perdre, sait-on jamais. Je vous laisse sécuriser les lieux messer et faire courber l'échine aux derniers rebelles, je prends une poignée de Dents de Freux pour faire route vers le fortin. Mes capitaines et sergents collaboreront avec vos forces. Soyez prudent ! » Se disant, Alrik rassembla une partie de ses troupes et traversa enfin ce passage qui leur avait été interdit d'accès par les fer-nés.

Spoiler:
 


Vous allez balayer ma cendre ; L’homme ou l’insecte en renaîtra ! Mon nom brûlant de se répandre, dans le nom commun se perdra. Il fut! Voilà tout ! Bientôt même, l'oubli couvre ce mot suprême, un siècle ou deux l’auront vaincu. Mais vous ne pouvez, ô nature, effacer une créature... Je meurs. Qu’importe... J'ai vécu !


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 26 Juin 2013 - 21:10

L’aine en sang mais la même détermination dans le regard, le Chevalier-aux-Crabes s’en alla au-devant des dernières poches de résistance fer-nées. La fin de la bataille de Lordsport semblait être sur le point de poindre, comme le soleil couchant sur un océan de cadavres. Tout autour du Crabe, les combats s’étiolaient, et devant lui, nombre de bougres insulaires se rendaient, laissant tomber leurs armes ou fuyant les lieux. L’incendie qui progressait petit à petit donnait un air apocalyptique à ce cauchemar infâme et ce bouge ignoble. L’espace d’un instant, les pensées du Celtigar s’envolèrent vers les contrées exotiques, où tout était plus simple. Enfin, c’est ce qu’il en avait perçu.

Un brusque mouvement de hache le fit revenir brutalement à la réalité, et il esquiva le coup du pouilleux d’extrême justesse, grimaçant sous l’effort et la douleur de son aine droite. Foutu colosse… Voilà comment il avait été remercié par sa pitié et sa miséricorde, toute deux naïve et utopique. Mais que voulez-vous, on ne change pas son caractère comme de tunique. Lothar reprit le combat avec hargne, et en quelques instants, le bougre se retrouva sans armes et implorant à terre. Le Crabe se désintéressa rapidement de lui et se rapprocha un peu plus de ser Alrik et de ces Dents de Freux. Les combats étaient de plus en plus brefs, et nuls doutes que les continentaux n’allait pas tarder à soumettre les derniers combattants des docks.

Quelques instants plus tard, un vent de satisfaction parcourut les troupes de la Couronne, et Lothar observa les lieux alentours. Les forces fer-nées n’étaient plus, et seuls des poignées de fuyards s’apercevaient, courant vers le fortin ou vers les côtes environnantes, évitant du mieux qu’ils pouvaient les flammes dévorantes. L’errant chevalier reporta son regard vers le fort. Les bannières aux flamboyants Dragons écarlates s’apercevaient, ainsi que celles plus bariolées des Dorniens. Lordsport était à eux.

Lothar esquissa un faible sourire. Ils avaient peut-être gagné cette bataille, mais la guerre était loin d’être terminée. Pyk était leur but ultime, et restait leur principal défi. Un défi majeur qui plus est. La forteresse des Greyjoy était de sinistre réputation, et son architecture rendait difficile un siège, et encore plus un assaut. Enfin, pour l’heure, il valait mieux se concentrer à rassembler les troupes, sécuriser les accès, emmener les blessés vers les bateaux et se préparer aux forces des maisons fer-nées environnantes. Alors que le chevalier essuyait sa hache poisseuse de sang en contemplant les morts qui s’étalaient sous ses yeux, il fut alpagué par le commandant Mallery. Lothar sourit devant le fier bonhomme, et lui claqua fraternellement l’épaule.


    « Oh, je n’ai pas fait grand-chose ser Alrik, vous aviez déjà la situation bien en main. On va dire que je vous aie donné un p’tit coup de pouce, ha ha ! » Le Crabe s’adonna à un léger rire qui, se faisant, le fit grimacer de douleur, aussi sec. En face de la question du commandant des Freux, Lothar esquissa son sempiternel rictus confiant et chaleureux. « Ne vous en faites pas messer, ce n’est pas grand-chose. Rien qu’un vieux crabe comme moi n’a pas déjà connu. » Après un clin d’œil espiègle, l’errant jeta tout de même un œil à sa blessure. La douleur était lancinante car le coup qu’avait porté le colosse avait enfoncé sa cuirasse à la hauteur de l’aine. Sa protection avait heureusement amorti le choc, mais le coup était tel  que sa hanche était meurtrie et à vif. Rien de bien méchant, mais qui faisait fichtrement mal s’il ne redressait pas cette foutue armure. « Du côté Est, j’ai pour ma part prit les devants de l’ost mené par lord Arryn et lady Lothston, et sécurisé les ruelles de cette partie de la bourgade. Nous avons été surpris – tout comme vous je parie – par des civils armés, mais nous les avons rapidement maitrisés en limitant les pertes. Aux dernières nouvelles, lord Arryn mené l’attaque par l’Est sur le fort et… » Lothar jeta un nouveau regard vers le fortin. « Il me semble que cela se déroule comme prévu. J’ai aperçu les bannières du Prince Maekar aux portes du fortin des Botley. » Le fier Mallery lui fit part de son envie de rejoindre le fort et Lothar acquiesça. « Entendu, je vais m’occuper des derniers combattants, des blessés et essayer de remédier à ce foutu feu qui se propage. Faites attention à vous aussi ser Alrik, les forces des Forgefer sont sûrement déjà en route, et qui sait combien sont-ils ? »


Le Crabe salua le fier commandant des Freux et s’en alla retrouver Mathis qui se tenait devant le triste champ de bataille, en compagnie d’une poignée d’hommes en armure, sûrement les capitaines d’Alrik.


    Lothar les salua, alors qu’une partie de ces derniers se félicitaient de l’issue de la bataille. « Nous ne devons pas nous reposer sur nos lauriers messers. Il reste encore quelques combats en périphérie qui ne devront pas trop poser de problèmes, mais il faut absolument rassembler les blessés pour les amener vers les bateaux les plus proches. Quelque mestre ou apprenti mestre sauront bien recoudre les blessures. Messers, puis-je vous chargez de distribuer vos ordres en conséquence ? » Ceux-ci remuèrent du chef et filèrent. « Quant à nous Mathis, nous devons absolument faire quelque chose pour ce satané incendie. Si l’on ne fait rien, la bourgade sera ravagée, et nous ne sommes pas venus initialement pour mettre à feu et à sang le bled ! » Son affirmation avait le goût amer de la triste vérité, mais Lothar n’y songea pas.


Regroupant ses hommes, le Celtigar prit la direction des flammes [ Vers le nord-ouest, vers l'incendie ]. Grimaçant encore sous la douleur, le chevalier prit sur lui pour forcer l’allure. Ils tombèrent sur quelques groupes de fer-nés et d’habitants, mais la panique était telle qu’ils ne reçurent aucune résistance. Au détour d’une ruelle, Lothar tomba sur le brasier que formaient deux bicoques en flammes.


    « Par les Sept Enfers… Comment allons-nous nous y prendre pour arrêter cette folie ? »


Dernière édition par Lothar Celtigar le Sam 29 Juin 2013 - 14:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Helya Harloi
Homme d'Armes

Général
Capitaine de l'Amazone

♦ Missives : 1733
♦ Missives Aventure : 46
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 15/12/1988
♦ Arrivée à Westeros : 10/05/2012
♦ Célébrité : Sarah Polley
♦ Copyright : FEE aka Sargon
♦ Doublons : Nope
♦ Age du Personnage : 27 années
♦ Mariage : Sargon Harloi
♦ Lieu : Îles de Harloi - Dix-Tours
♦ Liens Utiles :

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
401/500  (401/500)


Message Jeu 27 Juin 2013 - 6:51

Juste un mouvement, un simple mouvement et Helya retrouva son équilibre afin de s'élever sur ces deux pieds. Elle s'attela à reprendre son bien encore avalé par la chair tranchée du pauvre homme. L'arrachant dans un jet de liquide rougeâtre, la fer-née se mit en quête de retrouver ce blond pour lui faire payer la monnaie de sa pièce. Alors qu'il était dans sa ligne de mire et qu'elle allait le prendre d'assaut, l'immondice se mit sur son chemin, un frêle et fragile gringalet qui s'amusait à tenir une arme et la pointer sur la fer-née. Erreur. L'enragée évita avec zèle la lame du pauvre soldat et avec sa petite taille le surprit d'un coup de hache à la jambe. Un dernier coup planté de façon aléatoire et elle fut débarrassée du soldat devenu aussi bancal qu'inutile. Cherchant le chevalier blond [alrik], ses yeux sondèrent le champs de bataille mais nulle trace de son ennemi. En tout cas, c'est ce qu'elle se dit avant de sentir un piège se refermer sur elle, un piège qui se posait en territoire miné, un territoire jamais encore exploré. L'état d'âme de la capitaine était déjà teintée de rage mais celle-ci s'en tâcha totalement, la folie enragée s'empara de ses traits et de sa gorge déchargeant des sons qui feraient plus penser à des bruits d'animaux que d'humains. Vaines et vaines tentatives pour se libérer, liberté trouva son compte dans un coup de boule salvateur qui lui donna le tournis quelque instant. « T'gueule ! » Ses yeux le perçaient en attendant que le tournis s'évapore, la voix du chevalier y aidant assez. « J't'emmerde, bourre-cul d'Continental ! J'm'soum'trai  jamais à un d'chet ! JAMAIS ! » Goshaël brandie, un combat débuta, la petite taille de la capitaine lui faisait de façon aléatoire soit défaut soit avantage. La lame du chevalier traversa son épaule complètement comme pour venger le soldat tué quelque instant plus tôt, son retrait sec et brusque lui arracha un flot de sang et de douleur. Agenouillée à terre par l'élancement, Helya tentait d'encaisser la douleur et de se relever, prenant l'ignorance du chevalier comme un affront. Il pensait en avoir terminer ? Elle respirait encore, ce n'était pas fini. Des ennemis profitèrent de sa faible position pour l'immobiliser, fort heureusement ses hommes arrivèrent en renforts pour sortir leur capitaine de ce guet-apens. Protégée de façon bancale, la fer-née se redressa et se fondit sur sa cible malgré sa blessure pour reprendre où ils s'étaient arrêtés. Sans cette armure de malheur, elle aurait pu trouver une issue la favorisant mais hélas. C'est avec surprise non dissimulée qu'elle vit des renforts ennemis polluer ses terres rendant le retrait de Goshaël plus facile. Pointe de lame sous la gorge, son regard se confronta à celui de son ennemi. « C'sera fini quand j'le d'cid'rais ! » Profitant de n'être plus la cible de son regard, elle se défila en lui assenant un coup de genou afin de partir à la quête de sa hache comme possédée par un démon, ne voulant pas admettre la défaite, écoeurée par les fer-nés qui abandonnaient les armes « Band'd'enfoirés ! Continuez à vous battr' » [Helya tente de retrouver sa hache. J'sais pas trop quoi lui faire donc soit elle la retrouve et je meuble jusqu'à la fin ou bien elle se rend et je laisse le MdJ faire ce qu'il veut d'elle]

Jusqu'à là, la ceinture de défense que formait Rhoawyr et les fer-nés se montra efficace mais pour un temps très court. Les habitants de l'île qui lâchaient l'affaire et les renforts arrivant en étaient la principale cause mais les ordres étaient les ordres. Rhoawyr devait rester sur sa position et limiter le passage. Un plus gros poisson[Lyonel] ne tarda pas à pointer son nez, Rhoawyr brandit sa hache vers lui dans l'espoir peut-être de lui faire perdre quelque kilo superflus de chair. [Arrive-t-il à la toucher ?] Le reste des marins de l'Amazone se heurtent à la continentale[Maureen] et ses hommes dans l'unique but de les faire reculer ou alors dans cette bataille en leur défaveur de sauver un semblant honneur.




Une civilisation se transforme lorsque son élément le plus douloureux devient tout à coup une valeur
Lorsqu'il ne s'agit plus d'échapper à cette humiliation, mais d'en attendre son salut, d'y trouver sa raison d'être.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Danelle Lothston
Noble

Général

Dame régente d'Harrenhal

Dite "La Folle"


♦ Missives : 1003
♦ Missives Aventure : 25
♦ Age : 37
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 03/12/2012
♦ Célébrité : Michelle Pfeiffer dans 'Stardust' © Paramount Pictures
♦ Copyright : Avatar©Gritsou & Gif animé©Logan Grafton.
♦ Doublons : Alysanne Florent, Lantheïa, Vyrgil Vyrwel
♦ Age du Personnage : 39 ans
♦ Mariage : Qui aurait le courage de demander ma main ?
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles : Les racines de la folie
Extravagances et confidences
Les mystères d'Harrenhal
Les dons de Danelle
Scandales notoires

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
106/500  (106/500)


Message Jeu 27 Juin 2013 - 11:19

Spoiler:
 

La manoeuvre m'avait au moins permis de prendre du champ et de le frapper à l'aine par le côté droit, sans toutefois le blesser mortellement car ses réflexes lui avaient permis de se dérober juste assez pour éviter le pire malgré sa position de faiblesse. Les muscles de mes bras m'élançaient d'avoir subi la pression de fer de ce sauvage. Je n'arrivais pas à prendre le dessus, et lui non plus. Cela me convenait à défaut de me satisfaire : tout ce que j'avais à faire, était protéger les arrières de Lord Maekar pendant que celui-ci s'emparait de la forteresse. Je ne renonçais pourtant pas à tuer mon adversaire pour ensuite m'occuper de ses acolytes et soutenir mes hommes faiblissants. L'homme éleva la voix, manifestant du mépris envers mes soldats ; cela ne m'affecta guère, mais c'était une autre forme de passe d'armes à laquelle je répondis avec détachement.

"Dommage, alors, que vos stratèges soient dix fois moins brillants que les nôtres. Toute votre force ne vous aura servi, en définitive, qu'à courir vers une défaite humiliante."

Il est temps d'assumer les conséquences de vos erreurs. Comme Harren le Noir, vous allez apprendre qu'il ne sert à rien de se terrer dans son repaire, quel qu'il soit, après avoir défié un dragon. Ces Fer-nés ! Leur arrogance serait toujours leur perte, à ce qu'il semblait. Et ils se moquaient des conséquences. Peut-être étaient-ils tout simplement aussi fous que moi. L'homme m'attaqua à nouveau d'un solide coup d'estoc. Parant de justesse, je vacillai sous l'impact et l'épée hurla en éraflant mon armure au lieu de me transpercer.

Déstabilisée par le coup, je reculai et une de mes mains lâcha la poignée de l'épée, mon bras valsant pour m'aider à conserver mon équilibre. Dans un afflux de volonté je réussis à maîtriser mon corps et à me rétablir pour envoyer, à défaut de temps pour lever mon arme, mon bras libre rencontrer le coup suivant. C'était folie contre une telle épée mais n'étais-je pas la Folle d'Harrenhal ? L'acier valyrien mordit le métal noir du canon d'avant-bras et le trancha jusqu'à entamer le gambison, puis la peau et la chair au-dessous. Serrant les dents, je profitai du délai de retrait de la lame enfoncée pour porter à mon tour un coup d'estoc droit vers l'épaule, tout en essayant de ma main libre d'empoigner l'épée adverse au moment où elle se retirait, malgré la douleur de mon bras en sang. Je n'avais que peu de chances d'y parvenir, mais après tout nous étions deux à être blessés et ses réflexes ne seraient peut-être pas supérieurs aux miens.




PS : Mes PNJ sont ouverts à l'incarnation par des joueurs, MP-moi si vous êtes intéressé !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 28 Juin 2013 - 10:56

Le chasseur le plus maladroit de Westeros avait déjà bien avancé. Allure rapide, foulée régulière, pas de caillasse dans les chausses, pas de roche abruptes rencontrant de manière hasardeuse ses phalanges. Mycah se prêtait pour l'instant plutôt bien à cette mission d'éclaireur qu'il s'était auto confié. Là, loin des batailles rangées, il avait simplement accouru pour traverser les chemins rocailleux des Îles de fer, utilisant ses talents de manière intelligente. Du moins c'était ainsi qu'il le concevait.
De toute manière, il ne cherchait l’approbation de personne. Les faits étaient les faits, il allait revenir avec une info en or et sauverait sûrement par la même occasion plus d'une vie. On pouvait le regarder comme un couard si l'on voulait, mais plus d'un devraient une fière chandelle à ce Dornien qui avait su sortir des sentiers battus.
Car oui Mycah se voyait déjà arrivé essoufflé et haletant devant les commandements. Annonçant sa nouvelle alors que des ordres pour accueillir leurs invités commençaient déjà à fuser. Une main gantée de maille se lèverait et s'apposerait sur son épaule pendant que, plié en deux, il tenterait de retrouver sa respiration. On le remercierait au moins de quelques honneurs se disait il.

Toujours dans ses pensées, il avait prit un rythme de course régulier et sans s'en rendre vraiment compte, il finit rapidement par apercevoir à l'horizon les bâtisses de Lordsport se dessiner.
Ce qu'il en restait en tout cas. Car hors du grand fortin de pierre surplombant la ville de sa taille massive, seule des panaches de fumée et un air de guerre planait sur la ville.

La bataille faisait apparemment rage et vu ces légères vision de chaos qui lui venait, les assaillants semblaient prendre le dessus. Tant mieux pour lui dirons nous ? Pas sûr car, revers de la médaille les fer-né en déroutes commençaient à fuir les affrontements de tout les côtés. Il en voyait ci et là et notamment un en face de lui. Sanguinolent, grimaçant et le regard plein de haine. Le guerrier boitait difficilement et dans ses dents serrées et les quelques sueurs froides perlant à son front on finissait de lire une douleur, une blessure.
« L'animal blessé est le plus dangereux … » Lui disait bien souvent son maître. Cela valait aussi pour les hommes.
Même entaillée, ces brutes était des sanguinaires.  Leur réputation n'était plus à faire. Mycah le savait bien et lui son combat se tenait dans les distances d'un arc et dans une langue bien pendue. Rien de bien glorieux, mais voilà qui l'avait toujours tenu en vie. Et il comptait bien continuer ainsi.
Doucement et tout en restant à distance et sur ses gardes, le Dornien leva doucement les bras entre lui et le fer né. Une façon comme une autre de vouloir calmer le jeu.



    « T'es blessé et tu fuis. Je suppose que si tu es là, c'est qu'au final tu tiens à ta vie. Alors je te propose d'être sûr qu'on la garde tout les deux. On continue chacun notre chemin. Personne n'a rien vu et tout le monde sera heureux. Ça te va ? »
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Ven 28 Juin 2013 - 12:56

     Il ne répliqua rien à la déclaration de la femme : elle avait parfaitement raison et il le savait bien. Les Fer-nés s'attaquaient au continent sans avoir la moindre chance de gagner cette guerre, ils vivaient sur les flots et non sur le continent, à quoi bon vouloir le conquérir ? Non, les habitants des Iles de Fer ne s'en prenaient à leurs voisins que par facilité : piller les côtes de Westeros était bien moins épuisant que de contourner le continent pour aller s'en prendre aux Cités Libres. Ils agissaient uniquement selon leur bon plaisir et non muent par une quelconque logique, même Sargon était prêt à l'admettre. Sauf qu'il ne le fit point, pas face à cette inconnue.

     Le coup d'estoc porté n'atteignit pas son but, la guerrière chancela et cette maladresse permit de lui sauver la vie. Crépuscule siffla, laissant sa marque sur l'armure de la femme, mais sans la blesser. Une brève expression de contrariété passa sur le visage du Harloi qui songeait à l'homme qu'il pourchassait et qui devait déjà se trouver aux portes de Lordsport. Un chien du continent allait soumettre lord Botley alors même que Sargon patientait depuis des lunes pour pouvoir y entrer. Le sentiment d'injustice pétrissait son esprit alors qu'il continuait à éprouver le besoin de les remettre à leur place.

     La continentale recula, sa main s'entrouvrit et lâcha la poignée de son épée, ne lui laissant plus qu'une main pour la manier. Tout se passa en quelques fractions de seconde et elle retrouva rapidement son équilibre, plaçant son bras en travers de son corps pour parer le coup qui arrivait. La lame de Crépuscule entailla l'armure sombre, la coupant comme du beurre, puis continua son chemin pour continuer ses dégâts plus profondément. À son grand regret, Sargon ne trancha pas net le bras de la femme, dommage il aurait trouvé ceci particulièrement amusant ! D'un geste mille fois répété, le Harloi dégagea sa lame du bras de la femme, mais cette dernière ne semblait pas désireuse de se laisser faire : elle porta un coup en direction de l'épaule avant de faire mine de saisir la lame valyrienne. Sargon ne pouvait pas réagir assez promptement pour esquiver le coup qui l'atteignit de plein fouet, la douleur familière de l'acier qui mordait la chair se fit sentir, la guerrière avait réussi sans grande difficulté, à le planter plutôt profondément. Quels étaient les dégâts ? Il n'en savait strictement rien, ce n'était pas le moment de détourner son attention de la femme pour admirer sa nouvelle blessure. Une chose était sûre : il ne pouvait plus utiliser son bras [ Lequel est-ce que tu visais ? ] et rien ne servait de continuer ce combat. Afin d'éviter qu'elle n'aggrave la blessure, le Fer-né usa de sa main valide pour tirer vivement son amante d'acier de la prise de la guerrière : il était hors de question qu'il laisse quiconque la toucher ! La lame ayant blessé son épaule devrait bien en sortir s'il reculait.

     Le visage du Fer-né s'était marqué d'une expression de douleur mêlée à de la contrariété, il décrocha un regard hostile à la femme avant de songer à autre chose : avec Helya ils avaient décidé qu'il profiterait de la moindre occasion pour se débarrasser de ses frères. L'un d'entre eux se trouvait juste à ses côtés. Rapidement l'expression de contrariété se mua en une amusée, il recula à nouveau jusqu'à se porter aux côtés de son « beau-frère » et attira son attention.

     ▬ Elle est trop forte pour moi, tu y arriveras mieux ! »

     Mensonges, mais le Harloi savait que l'homme était vaniteux et qu'il tenterait le coup. Finalement il n'aura pas besoin de le tuer lui-même, ce sera une continentale qui s'en chargera !

HP:
 


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Maureen Bolton
Noble

Général
Dame de la Maison Bolton de Fort-Terreur



♦ Missives : 518
♦ Missives Aventure : 142
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 08/07/2011
♦ Célébrité : Jaimie Alexander
♦ Copyright : Ann
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Maeve Arryn, Aaricia Bonfrère, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Non determiné
♦ Lieu : DERRIÈRE TOI
♦ Liens Utiles : Lady Maureen Bolton
Vents D'hiver et chant d'été
Nos Lames Sont Acérés
Aptitudes et Intrigues
Succès de Maureen Bolton

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
804/1000  (804/1000)


Message Ven 28 Juin 2013 - 20:15

Au moins avaient-ils eu le temps d’approcher le reste des gens de l’Orage et surtout le Lord Lui-même.  Un problème qui se réglait plutôt bien pour l’instant, il fallait réfléchir maintenant à un moyen de mettre terme à cette incendie qui vu la constitution de l’endroit finirait en ruines. Même si l’idée vengeresse de laisser les fer-né cramer sur leur Iles maudites étaient tentante, mais ce n’était pas les ordres qu’ils avaient reçu. Même si l’obéissance n’Était pas un concept prêché par Maureen, elle n’irait jamais contre un ordre qui venait plus qu’Elle.  Fixant le feu qui ne cessait de brûler plus chaque minute qui passait, elle fixa le vide avant de parler. Une  pensée qui était tout haut.

Soit on leur laisse éteindre ce feu par eux-mêmes ou nous le faisons. Mais je doute de l’efficacité d’un tel travail à la chaine. Cela prendrait trop de temps … Autant invoquer les nouveaux dieux comme les anciens pour que la pluie tombe et nous aide quelques peu.

S’en remettre aux dieux pour atténuer le feu? Elle avait de la misère à croire à la simple idée que des êtres plus forts pouvaient exister? Pour Maureen, Lordsport n’Avait qu’à cramer et souffrir comme les villages qu’ils avaient piller souffraient encore.  Elle n’avait pas de cœur pour les fer-nés et n’en aurait jamais. Le saccage de Noiremer ne lui avait pas donné de pitié pour eux. Pour une deuxième fois, elle se retrouvait au coté de l’orage Moqueur et s’en remettait à son jugement.   Elle l’aurait bien écouté, mais des fer-nés s’étaient avancé vers eux et la Nordienne semblait avoir de la rage à expier.  Un fer-né sembla prendre a part le Baratheon ce qui laissait la jeune femme avec quelques hommes dont son protecteur, qui était bien décidé à ne pas la laisser prendre trop de crédit.  Elle était capable de se jeter dans une fosse aux requins sans savoir ce qui s’y trouvait.

*Viens ici que j’écrase ta fierté.*

Écorcheuse en main, elle se précipita sur un adversaire. Elle était pleinement consciente qu’elle ne pouvait le tuer, mais elle était bien décidée à écraser la fierté du fer-né. Elle glissa son regard sur Jack qui n’était pas très loin et qui se défendait comme un chef. Quant à elle, elle esquiva le premier coup du fer-né et para le second. Elle commençait à se demander combien de temps Écorcheuse resterait en un seul morceau.   Pour la première fois, elle n’était pas certaine qu’elle resterait ainsi.  Maureen recula toujours devant les coups et sentit de proche la hache qui la frôla. Elle profita d’un très bref moment pour   abattre son poing au visage du fer-né et appelée son homme de main pour un peu d’aide.



[Jack réussit-il a se debarasser du marin et venir aider maumau? Le coup de Maureen n'A aucun effet ou il fait voir quelques petits oiseaux au ferné?]



Un homme nu
n'a  guère de secrets,
mais un homme écorché
n'en a plus un seul


-Roose Bolton-
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Danelle Lothston
Noble

Général

Dame régente d'Harrenhal

Dite "La Folle"


♦ Missives : 1003
♦ Missives Aventure : 25
♦ Age : 37
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 03/12/2012
♦ Célébrité : Michelle Pfeiffer dans 'Stardust' © Paramount Pictures
♦ Copyright : Avatar©Gritsou & Gif animé©Logan Grafton.
♦ Doublons : Alysanne Florent, Lantheïa, Vyrgil Vyrwel
♦ Age du Personnage : 39 ans
♦ Mariage : Qui aurait le courage de demander ma main ?
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles : Les racines de la folie
Extravagances et confidences
Les mystères d'Harrenhal
Les dons de Danelle
Scandales notoires

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
106/500  (106/500)


Message Sam 29 Juin 2013 - 9:05

La lame que Tybalt appelait Dernière danse s'enfonça dans l'épaule droite du Fer-né. Si coriace fût-il, il n'était pas suicidaire et sentant son bras neutralisé, il se désengagea du combat, refusant la mort rapide que j'étais disposée à lui accorder. Son sang-froid détonait parmi ses pairs prêts à s'empaler joyeusement sur nos lames pour rejoindre glorieusement leurs ancêtres, au moins autant que son arme, et sa maîtrise de l'épée. Je me demandais qui j'avais affronté là, et me trouvais satisfaite de ne l'avoir pas rencontré lui-même en armure de plates, sans quoi... comme par jeu, il défia l'un de ses compagnons de m'abattre. Je n'avais pas l'intention de tergiverser. Au moment même où mon ennemi anonyme se retirait, lançant cette apostrophe, je fondis sur son acolyte qui l'écoutait, les deux mains sur la garde de mon épée jetée en avant, le buste incliné dans ma course, les mâchoires serrées et le regard fixe comme un rapace. Pourquoi donc lui aurais-je laissé l'initiative, alors que mes forces diminuaient à chaque instant ?

Le brillant de l'acier tâché de sang, à quelques pouces de ses yeux, provoqua un réflexe salvateur qui ne suffit toutefois pas à saper totalement mon effet de surprise. Pris de court, il tenta une esquive qui se solda par un glissement de ma lame sur son visage, emportant des morceaux de chair des pommettes et une partie du nez. Il hurla, mais c'était un guerrier Fer-né, et sans cesser de hurler, de rage autant que de douleur, il brandit sa hache et l'abattit avec une force décuplée par la colère. Je ne dus mon salut qu'à mon armure. Le gambison absorba le gros de l'impact du coup et du métal déformé, de sorte que je pus tenir sur mes jambes et répliquer en relevant en arc-de-cercle mon épée que la fatigue et la douleur dans mes bras avaient un instant abaissée vers le sol. La remontée rapide et désespérée de mon arme cueillit mon adversaire sous le menton et une gerbe de sang éclaboussa mon armure noire en même temps qu'un râle lui échappait. Le duel avait été fulgurant, précipité par le sentiment d'urgence qui battait à nos tempes, comme à celles de tous les soldats s'affrontant sur ce champ de bataille. Maekar ! Qu'attendiez-vous pour accrocher l'étendard du Dragon au sommet de ce fortin ? Les survivants marchaient sur les cadavres au pied des remparts. Mes hommes avaient subi de lourdes pertes et vacillaient, mais la victoire était proche - il ne pouvait en être autrement !

Je n'avais plus assez de vigueur, ni le loisir, d'ouvrir la poitrine du cadavre pour en arracher le coeur et le brandir devant mes hommes en promesse de triomphe. A la place, je levai ma lame écarlate et criai de toute la force de mes poumons : "HARRENHAL !" Qu'ils se rappellent au nom de quoi ils se battaient, et au nom de quoi ils l'emportaient. Quelques regards s'égarèrent dans ma direction. Quel étrange vision devais-je offrir, femelle humaine emmaillotée d'acier noir, sortant d'un bain de sang, et dominant le cadavre défiguré d'un insulaire, avec à la bouche ce cri synonyme d'horreur. Harrenhal était la plus sinistre victoire des dragons, et cette victoire avait été emportée sur un monarque originaire des Iles de Fer. En ces lieux, à cette heure, il ne pouvait y avoir de promesse plus claire.

Spoiler:
 




PS : Mes PNJ sont ouverts à l'incarnation par des joueurs, MP-moi si vous êtes intéressé !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Oberyn Dayne
Chevalier

Général

• Epée du Matin •
◌ Vision du Guerrier ◌
• Champion de la Maison Martell •

« Honneur, Loyauté, Sacrifice. »

♦ Missives : 2094
♦ Missives Aventure : 87
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 30/03/1988
♦ Arrivée à Westeros : 17/09/2012
♦ Célébrité : Jamie Campbell Bower
♦ Copyright : Violain <3
♦ Doublons : Gunthor Estremont
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : Fiancé à Edarra Ferboys
♦ Lieu : Citadelle des Météores.
♦ Liens Utiles :

Disponibilité : 3/4 RP's
Présentation d’Oberyn
Voyages & Aventures
Capacités d’Oberyn
Chroniques de la Maison Dayne

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1250/1500  (1250/1500)


Message Sam 29 Juin 2013 - 11:33


La Bataille de Lordsport.


L’ascension du Dornien ne fut pas aisée, lui rappelant ses premières escapades sur les murs des Météores dans sa prime enfance. La pierre humide ne rendait pas l’escalade aisée alors que son bras, usé par les affrontements, ne lui autorisait pas des prises faciles comme une grimpette aisée. Pourtant, il trouva en son cœur une énergie incroyable lui autorisant de rapidement voir le bout de son effort, prenant pied sur le chemin de ronde alors qu’un de ses hommes l’accompagnait, immédiatement suivi d’un autre. Sa flavescente toison fut immédiatement soulevée par la brise marine alors qu’il portait ses yeux bleus persans vers la cours intérieure du fortin. Il restait encore beaucoup d’ennemis à abattre… Il ne moufta point immédiatement toutefois, préférant prendre le temps de voir plus de combattants des sables poser le pied au sommet du rempart pour faire jouer leur nombre et ainsi voir leur assaut couronné de réussite. Il n’en eut, toutefois, pas vraiment le luxe. En effet, un quidam amassé dans la poussière du Fort de la Maison Botley donna l’alerte, beuglant sa surprise de voir des hommes à la peau claire, sombre comme basané, passer par les murs pour les défaire enfin. Il jura en voyant déjà des insulaires emprunter l’escalier de pierre en mugissant, se préparant à un nouveau combat. Leur comité d’assaillant désormais un peu plus conséquent, il laissa tonner sa voix de commandant pour haranguer ses troupes dans un dernier effort avant le véritable assaut. Avant la prise de Pyk…

« Tenez la zone jusqu’à ce que les autres nous rejoignez ! » Beugla t’il à l’attention des premiers grimpeurs à sa suite. Instinctivement, Ser Raynald prit la défense de la seconde portion là où Oberyn s’entourait de deux hommes pour défendre le chemin face aux assaillants Fer-Nés. Dans la cours, certaines avaient déjà renoncé au combat, montrant ostensiblement qu’ils ne comptaient plus placer leur vie dans la balance pour sauvegarder une bataille perdue d’avance. Le blanc estramaçon familial fut mis au jour de nouveau, fusant hors de sa protection pour gouter au faible éclat de lumière de ces îles minérales. Bouclier fermement cramponné par sa main gantée, le Chevalier des Météores reçut fièrement la charge de ses adversaires. Parant, esquivant et taillant finalement, il tint sa position pour finalement la raffermir, reprenant même du terrain aux îliens alors que toujours plus de Dorniens posaient le pied sur le Mur de Pierre. Ragaillardi par ces renforts précieux, Oberyn laissa éclater ses consignes dans un rugissement : « Avec moi ! Vers les Portes ! » [Les Forces Dorniennes parviennent elle à rallier les Portes et à les ouvrir pour le Prince Maekar ?] La clameur des Dorniens résonna longtemps dans le ciel des îles de Fer alors que les mots de Ser Raynald se faisaient l’écho des battements de la bannière de Lancehélion, brandie fièrement dans sous la voute nuageuse. C’est comme si tous les démons du Désert vinrent à renforcer le bras des Batailleurs venus du Pays des Sables alors qu’ils redoublaient d’efforts pour en finir avec ces combats qui n’avaient que trop duré. La défaite des Insulaires semblait consommée, pourtant certains d’entre eux continuaient à se battre comme de beaux diables. Sur le chemin de ronde, des archers vinrent à prendre position, ciblant les défenseurs amassés devant la porte pour les cribler de leurs traits. Devant la menace nouvelle proposée par les armes de jet, Oberyn prononça une dernière menace aux allures de… Rédemption ? « Déposez les armes ! Il ne vous sera plus fait aucun mal… » Dit-il de sa voix de stentor à destination des insulaires massés dans la cours du Fortin. [Les Fer-Nès cessent ils le combat sous la Menace ?] Oberyn avait joué son va tout alors que de nouveau opposants semblaient se présenter à lui. Un instant, il se demanda comment Clay, Edward, Haloti, Clay comme Mycah pouvaient bien s’en sortir dans cet enfer de fer comme de sang. Priant les Septs pour le salut de ses compagnons, l’Epée du Matin n’en mit que plus de cœur à l’ouvrage…

Citation :
Post rapide par manque de temps, je m’excuse de ma lenteur pour répondre.




« Seal my heart and break my pride,
I've nowhere to stand and now nowhere to hide,
Align my heart, my body, my mind,
To face what I've done and do my time. »
Revenir en haut Aller en bas
Seigneur Suzerain de l'Orage
avatar

Lyonel Baratheon
Seigneur Suzerain de l'Orage

Général
L'Orage Moqueur

♦ Missives : 586
♦ Missives Aventure : 51
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 11/07/1992
♦ Arrivée à Westeros : 31/07/2012
♦ Célébrité : Russell Crowe
♦ Copyright : Neassa Baratheon
♦ Doublons : Aucun
♦ Age du Personnage : 52 ans.
♦ Mariage : Neassa Stark
♦ Lieu : Accalmie - Terres de l'Orage
♦ Liens Utiles : L'Orage Moqueur...
Voyages et Hauts-Faits
Aptitudes

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
321/500  (321/500)


Message Sam 29 Juin 2013 - 12:29

Les combats avaient cessé. Ca n'avait pas été une mince affaire mais seuls les premiers moments avaient été les plus difficiles, lorsque les fer-nés pensaient encore avoir une chance de victoire. Elles étaient dérisoires désormais et les habitants en avaient pris conscience. Tout ceux qui n'étaient pas des combattants avaient vite fini par ne plus pouvoir supporter les combats, les morts et l'incertitude de l'issue de la bataille. Les troupes de l'Orage se regroupèrent plus ou moins une fois que les combats se firent rares et quelques archers descendirent des toits, rapportant de sombres nouvelles quant à l'incendie qui se propageait. Les flammes touchaient déjà deux bâtisses et l'incendie menaçait de s'étendre encore à tout Lordsport.

Lyonel avait bien essayé de secouer un peu l'un des fer-nés quand au sort de leur bourg mais il était loin d'être convaincu que cette initiative soit efficace. Il fallait prendre une décision rapidement. Maureen semblait persuadée qu'ils n'avaient aucune chance. Mais ils étaient nombreux et tant que l'incendie se limitait à une ou deux habitations, ils pouvaient espérer faire quelque chose, d'autant plus que la plage n'était pas si loin. Certes, ils n'étaient pas venus pour sauver la ville d'un incendie mais ils étaient en danger au même titre que les habitants de la ville si tout prenait feu. Et à quoi bon épargner les habitants si ils périssaient dans un formidable brasier ou s'ils se retrouvaient sans habitations, obligés de tout reconstruire alors qu'ils n'avaient que peu de ressources ? La punition serait bien dure.

-Il nous faut de toute façon faire quelque chose avant qu'il ne soit trop tard. L'incendie n'est pas encore trop étendu, nous pouvons toujours essayer. Répondit-il à la Bolton.

Rapidement, quelques ordres furent donnés : Ils devaient se diriger [vers la plage] et essayer tant bien que mal de contenir l'incendie. Les soldats trouveraient sûrement de quoi transporter de l'eau dans les maisons maintenant désertes. N'importe quoi ferait l'affaire. Mais avant même que tous ne se soient mis en route, les marins qu'ils avaient affronté  précédemment revinrent à la charge. Même si plusieurs archers étaient descendus de leur poste, un bon nombre étaient encore en train de surveiller les alentours et les flèches prirent leur envol dès qu'ils aperçurent les marins. Lyonel accueilli de son bouclier le coup de hache de Roawyr. La protection de métal avait pris bien des coups mais pouvait se montrer efficace encore quelques temps. Il ne perdit pas de temps à tergiverser et, le temps que son adversaire arme un nouveau coup, chercha à son tour à l'atteindre d'un coup de son arme. [Y parvient-il?] A ses côtés, une partie des soldats et chvaliers de l'Orage engageaient également le combat avec les marins. Une dizaine des soldats, menés par l'un des chevaliers, firent mine de prendre la fuite mais ils avaient la ferme intention de faire le tour du bâtiment pour prendre les marins à revers. [Leur plan fonctionne-t-il ? Si oui, quel en est le résultat ?] Ils devaient se dépêcher s'ils voulaient espérer pouvoir faire quelque chose pour arrêter les flammes et ils n'auraient pas le temps d'essayer de faire des survivants.

Une petite partie des soldats s'était déjà eloignée rapidement [vers l'incendie] lorsque les combats commencèrent. La rue était trop petite pour qu'ils puissent combattre efficacement tous ensemble et la supériorité numérique des soldats de l'Orage leur assurait la victoire presque à coup sûr. Ce n'était une quizaine d'hommes en moins qui changerait réellement la donne, d'autant plus que, même s'ils l'ignoraient, des renforts Dorniens étaient en route. Ils croisèrent un autre groupe de guerriers et leur transmirent rapidement les ordres chemin faisant. Arrivés à hauteur de [Ser Lothar] et de ses hommes, un chevalier pris les devant et s'avança.

-Ser, lord Baratheon nous envoie pour essayer de contenir l'incendie, ils sont occupés avec quelques rebelles mais ils nous rejoindront bientôt. Je vous propose de joindre nos forces et de commencer à agir avant qu'ils arrivent.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Dim 30 Juin 2013 - 20:25


Escarmouche des docks : Alrik Mallery, Helya Botley, Lothar Celtigar.

La bataille des docks prit rapidement fin, la résistance s'amenuisant peu à peu et cela même si certains Fer-nés ne semblaient pas vouloir se rendre. Fallait-il les mettre à mort ? Non, certainement pas. Mais il était possible de les mettre aux arrêts et de rassembler les prisonniers dans un endroit sécurisé. Bien entendu, dans le même temps, il fallait aussi s'occuper du feu, permettre aux navires de débarquer leurs troupes et surtout, s'assurer qu'aucun citoyen ne poserait de problème. Laissant le commandement à ses subalternes, ser Alrik se dirigea alors vers le fortin qui risquait d'ors et déjà d'être investi à son arrivée sur place. Quant à ser Lothar, il se retrouvait avec un grand feu sur les bras. Quel plaisir il aurait à gérer cette affaire !

A moins qu'il n'ait oublié de s'occuper d'autres choses... En effet, personne n'avait cherché à mettre les combattants Fer-nés restant aux arrêts et de ce fait, la Furie Rousse parvint à retrouver sa hache, à tuer celui qui l'en avait dépouillée et à menacer les hommes présents, même s'ils étaient dix ou vingt fois supérieur en nombre. Il allait falloir s'occuper d'elle de manière plus expéditive parce qu'il semblait qu'en dehors de la mort, rien ne l'arrêterait...


*** *** ***

Escarmouche des ruelles : Lyonel Baratheon, Maureen Bolton, PNJ d'Helya Botley.

Tandis que lord Lyonel et la Bolton cherchaient un moyen de contenir le feu, les Fer-nés revenaient à la charge pour les affronter. Comprenaient-ils seulement qu'en agissant ainsi, ils ne gagneraient pas la bataille mais ils risquaient surtout de perdre la vie et leur ville ? Ne valait-il pas mieux se rendre pour collaborer à sauver ce qui restait ? Visiblement, ils étaient trop en colère pour le comprendre... Mais ne récoltaient-ils pas les fruits de leurs propres attaques ? C'était compliqué et pourtant, s'ils ne se rendaient pas, ils finiraient cette journée auprès du Dieu Noyé. Un chevalier de l'Orage conduisit ainsi une dizaine d'hommes afin de prendre les Fer-nés à revers et quand il les eut contourné, il prit la parole. « Rendez-vous maintenant où vous mourrez ! Ne vaut-il pas mieux sauver ce qu'il reste, maintenant que tout est fini ! A quoi sert de combattre jusque la mort pour ne trouver que des cendres !? Êtes-vous fous !? »

Quant aux autres soldats, ils rejoignirent ser Lothar afin de lui apporter leur aide dans le but d'éteindre l'incendie. Mais comment allaient-ils faire ?


*** *** ***

Escarmouche du fortin : Arkha Kenning, Oberyn Dayne, Danelle Lothston, Sargon Harloi.

Les soldats Dorniens parvinrent à prendre pied sur les remparts et tout en protégeant leur position, ils permirent aux autres de les rejoindre. Ce faisant, ils affrontèrent quelques Fer-nés venus repousser ces assaillants et quand tous furent enfin sur les murs, ils descendirent dans la cour. Des Fer-nés déposaient déjà les armes, conscients que la bataille était perdue, mais d'autres cherchèrent néanmoins à les attaquer, à leurs risques et périls. Parvenant à rejoindre les portes, les Dorniens les ouvrirent afin de laisser les forces du Dragon Rouge pénétrer à l'intérieur du fortin. Devant cette arrivée massive de combattants de la Couronne, les armes des insulaires tombèrent et la cour fut bientôt le premier théâtre de leur défaite. Souriant, le Prince Maekar répartit ses hommes à l'intérieur du fort, mais tout n'était pas encore joué...

Pendant ce temps, lady Danelle montrait l'exemple à ses hommes en affrontement l'un des redoutables Fer-nés, offrant aux yeux d'un éventuel spectateur un spectacle des plus singuliers. Ce faisant, elle assurait les arrières du Prince et permettait à ce dernier de mener à bien sa propre mission. La victoire était proche et elle en était un élément important !


*** *** ***

Quelque part au nord : Mycah.

De son côté, Mycah se retrouva face à face avec un Fer-né blessé et contre toute attente, il ne s'attaqua pas à lui mais lui proposa un étrange marché. Le Fer-né le regarda un moment avant de grogner et de détaler, sans rien ajouter. Était-ce malin de le laisser fuir avec la colonne en provenance de Forgefer ? Rien n'était moins sûr mais au moins, il avait l'occasion de poursuivre sa route vers la ville.

Dernière relance ! Les combats sont terminés et je vous laisse donc l'occasion d'achever le tout sur un dernier message ! N'hésitez pas à vous faire plaisir ! Je retire de ce fait tous les quotas, donc ne regardez pas le nombre de mots :) Pensez juste à répondre à temps !

- Alrik, je te laisse rejoindre la forteresse si tu veux ! N'oublie pas que tu vas tomber sur Danelle et Sargon au passage. Lothar, tu peux t'occuper du feu si tu veux, à moins que tu ne te charges d'Helya et des autres prisonniers. Quant à toi, Helya, tu as l'occasion de faire parler de toi pour l'ultime fois pendant cette guerre. Amuse-toi Razz Fais quand même attention à tes PNJ, s'ils ne se rendent pas, on n'aura pas d'autre solution que de les tuer :/ A toi de voir comment tu finis leur combat.

- Lyonel et Maureen, si les hommes d'Helya ne se rendent pas, vous pouvez les tuer. Sinon (et si Helya n'a pas le temps de poster), faites-les se rendre, ça me semble le plus logique. Ensuite, charge à vous de vous occuper du feu. C'est le dernier message, donc amusez-vous ^^

- Oberyn, vous avez pris possession de la cour et l'armée du prince vous a rejoint. Tu peux maintenant te faire plaisir en envoyant tes hommes dans les bâtiments ou en suivant le prince pour retrouver lord Botley ! Arkha, je te considère comme faisant partie des Fer-nés qui se rendent, à toi de voir si tu veux quand même répondre un ultime message ^^ Quant à Sargon et Danelle, votre combat est visiblement terminé mais je ne vois rien à vous faire faire :/ De fait, pour ce dernier message, faites-vous plaisir !

- Mycah, je te laisse décider de ce que tu fais du fuyard ! Tu peux donc poursuivre ta route et aller prévenir quelqu'un mais il faudra faire le bon choix pour que ça ne vous retombe pas dessus ! Oberyn et Clay sont occupés mais il y a d'autres commandants dans la ville, à toi de voir qui tu vies ! Comme pour les autres, n'hésite pas à t'amuser pour la dernière ligne droite !

Si vous avez des questions sur ce message ou sur les remarques, n'hésitez pas à MP Brynden Rivers. Enfin, n'oubliez pas de respecter les règles de l'intrigue.

La prochaine relance sera la conclusion et l'épilogue du sujet ! Elle tombera jeudi dans la journée, sans délai. Si vous ne répondez pas d'ici là, ce sera trop tard. A vous de le faire dans les temps !

Bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Danelle Lothston
Noble

Général

Dame régente d'Harrenhal

Dite "La Folle"


♦ Missives : 1003
♦ Missives Aventure : 25
♦ Age : 37
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 03/12/2012
♦ Célébrité : Michelle Pfeiffer dans 'Stardust' © Paramount Pictures
♦ Copyright : Avatar©Gritsou & Gif animé©Logan Grafton.
♦ Doublons : Alysanne Florent, Lantheïa, Vyrgil Vyrwel
♦ Age du Personnage : 39 ans
♦ Mariage : Qui aurait le courage de demander ma main ?
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles : Les racines de la folie
Extravagances et confidences
Les mystères d'Harrenhal
Les dons de Danelle
Scandales notoires

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
106/500  (106/500)


Message Lun 1 Juil 2013 - 18:28

Ce fut à travers les yeux de mes ennemis que je vis se dessiner notre victoire. Dans les regards dépités et furieux qui se levaient vers le fortin, je lus le signe que nous attendions. Le Dragon avait déployé ses ailes sur cette aire indigne de lui, et tournait la tête vers l'antre de la Seiche. La guerre était terminée, avant même l'ultime marche, mais le Greyjoy ne le savait pas encore.

J'abaissai mon épée, rassemblai mes troupes d'un cri de ralliement et contemplai nos ennemis survivants qui marquaient le pas. "Rendez-vous, ou mourrez dans l'instant. Lordsport est nôtre." Nul triomphalisme, nulle pitié, nulle négociation. Les termes étaient simples. S'il n'avait tenu qu'à moi, j'aurais passé ces canailles au fil de l'épée. Mais nos ordres intimaient de faire le moins de morts possibles. En haut lieu, on avait jugé plus important de ménager les Fer-nés pour les ramener dans le giron des Sept Couronnes, que de faire un exemple en appliquant les châtiments les plus sévères. La plupart saisirent cette chance, les autres s'en allèrent rejoindre leurs ancêtres. Même en comptant les pertes, nous restions supérieurs en nombre et la victoire de Maekar avait insufflé à mes hommes un regain de combativité ; l'affaire fut bientôt entendue.

Observant les vaincus qui jetaient leurs armes, j'ôtai mon casque. Mon chignon bas s'était à moitié défait et mes cheveux roux, fatigués et désordonnés, glissèrent sur l'acier noir de mon armure. "Apprenez aujourd'hui le prix de votre folie. Le goût de la défaite. Et rendez grâce à votre roi légitime, Aerys Targaryen, sans lequel vos têtes voleraient bientôt des catapultes d'Harrenhal à la demeure de vos ancêtres. Car ce souverain vous fait l'honneur de vous considérer encore comme ses sujets, et non comme des insectes à écraser. Il protège les siens. Mais rappelez-vous que je protège aussi les miens." Le sang gouttant de ma lame nue et de ma blessure grava ce serment dans le sable de Lordsport. J'ôtai les pièces d'armure de mon bras blessé et examinai la plaie, plutôt vilaine. La douleur était aiguë mais ce n'était pas le moment de geindre comme une fillette qui a perdu sa poupée. Un de mes soldats nettoya pour moi mon épée pendant que les autres rassemblaient les Fer-nés présents et les plaçaient sous bonne garde. Le guerrier armé d'acier valyrien que j'avais affronté plus tôt n'était pas parmi eux... heureusement pour lui, car j'aurais volontiers emporté sa lame comme trophée de guerre. Curieuse, à la réflexion, de savoir quel genre de barbare pouvait bien détenir un tel trésor, je demandai à mes soldats de s'en informer auprès des captifs. Il s'agissait sans nul doute d'un de leurs capitaines, ils sauraient son nom.

Pour l'heure, j'avais plus urgent à faire que d'attendre la réponse. Faire soigner cette maudite blessure qui me laisserait sans doute une sacrée cicatrice... et avant cela, rejoindre Lord Maekar à l'intérieur du fortin pour lui signifier que nous tenions les abords et que toute résistance avait cessé. Ce n'était que le début, mais déjà la fin...




PS : Mes PNJ sont ouverts à l'incarnation par des joueurs, MP-moi si vous êtes intéressé !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Seigneur Suzerain de l'Orage
avatar

Lyonel Baratheon
Seigneur Suzerain de l'Orage

Général
L'Orage Moqueur

♦ Missives : 586
♦ Missives Aventure : 51
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 11/07/1992
♦ Arrivée à Westeros : 31/07/2012
♦ Célébrité : Russell Crowe
♦ Copyright : Neassa Baratheon
♦ Doublons : Aucun
♦ Age du Personnage : 52 ans.
♦ Mariage : Neassa Stark
♦ Lieu : Accalmie - Terres de l'Orage
♦ Liens Utiles : L'Orage Moqueur...
Voyages et Hauts-Faits
Aptitudes

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
321/500  (321/500)


Message Jeu 4 Juil 2013 - 12:08

Il y eut comme un instant de flottement, l'air semblait étrangement figé par la tension qui régnait.

Quand le groupe de soldat était arrivé sur les arrières des marins fer-nés, quand la voix du chevalier avait atteind les oreilles de tout le monde, les combats avaient cessé. Si les guerriers de l'Orage étaient restés tendus, prêt à se ruer à nouveau au combat, les fer-nés furent peu à peu pris d'hésitation alors que le temps semblait s'éterniser. Ils allaient sans doute décider là de leur destin. Se rendre ? Certains ne voulaient pas. D'autres voulaient en finir, mais rester en vie... Personne n'osait parler. Après quelques secondes – qui en semblèrent bien plus – ce fut l'un des marins qui rompit le silence.

-C'est foutu. Moi j'arrête là. Grogna-t-il en lâchant sa hache.


L'un de ses camarades voulu l'arrêter, le faire taire d'un coup de hache ou de poing, peu importait, mais la main gantée de fer du lord Baratheon l'en arrêta.

-Laissez-le. Il sera épargné, mais ce ne sera pas votre cas si vous vous obstinez. Gronda-t-il de sa voix puissante. C'était un ultimatum, bien moins suppliant que l'appel du chevalier : ils avaient à se décider et tout de suite.

Visiblement, les fer-nés avaient parfaitement compris le message. Un deuxième décida de déposer ses armes. Puis il fut suivit d'un troisième... Bientôt, tous finirent par abandonner la lutte, même les plus récalcitrants. Ils étaient de féroces et fiers guerriers, mais pas idiots. Ils savaient que la bataille étaient perdue, ces chiens de continentaux étaient trop nombreux.

-Très bien, prenez leurs armes et assurez vous qu'ils restent sous bonne garde. Vous, continua Lyonel en désignant un groupe de soldats, commencez à fouiller les maisons à la recherche de tout ce qui pourrait permettre de  transmettre un peu d'eau. Nous allons vers la plage.

A peine eurent-ils le temps de récupérer les armes des fer-nés alors que quelques hommes commençaient à fouiller les maisons, cette fois à la recherche de tout autre chose que d'habitant belliqueux, qu'ils furent rejoint par un groupe de Dorniens aux couleurs des Dayne. Lorsque ser Troy s'avança, à la tête de son groupe, Lyonel l'informa rapidement de la situation : Les rues avaient été sécurisées mais l'incendie menaçait encore le bourg. Ils allaient donc faire leur possible pour limiter les dégâts. Si l'idée d'aider les Fer-nés à protéger leur ville ne sembla pas plaire à tout les Dorniens présents, ils acceptèrent néanmoins de prêter main forte aux gens de l'Orage. Ainsi, leurs rangs grossis par les troupes de Dorne et les marins désarmés sous surveillance, ils prirent rapidement la direction de l'incendie.

Tout ce qui avait pu être utile avait été ramené près de la plage : Seaux, marmites et même certains soldats qui utilisaient leur casques... Tout ce qui pouvait contenir un peu d'eau avait été récupéré. Des seaux, des marmites et même quelques casques de soldats tombés ou appartenant à ceux qui allaient tenter de calmer les flammes, tout était bon à prendre. Les fer-nés capturés furent regroupés sur la place sous bonne garde, une partie des hommes de l'Orage étant chargés de les surveiller sous les ordres de ser Odric. Dès que l'étendard au dragon rouge flotterai au dessus du fortin, ils se chargeraient d'y conduire les prisonniers. Une partie des archers avait également été chargée de surveiller les alentours pendant que les autres s'organisaient pour éteindre l'incendie. Pour l'heure, ils ne savaient pas si des renforts fer-nés allaient arriver, ni même si toute résistance était vraiment anéantie...

Plusieurs files de soldats se mirent rapidement en place, reliant le borde de mer à l'incendie, avec l'aide des Dorniens et des troupes Celtigar. En d'autres temps, lord Lyonel aurait pu se réjouir de recontrer ser Lothar, mais pour l'heure, il avait d'autres préoccupations. Ainsi, une fois qu'ils furent prêts, s'aidant de tout ce qu'ils avaient pu récupérer, les différentes chaines se mirent à l'oeuvre, amenant rapidement l'eau froide de la mer jusqu'à la chaleur étouffante de l'incendie. Si les soldats n'avaient pas été préparés pour un tel exercice, il leur fallait s'y adapter. Heureusement, bien que leur lourd équipement ne soit pas des plus confortable, ils n'avaient qu'à se faire passer les différents récipients contenant l'eau sans avoir à bouger bien plus. Lyonel lui-même pris part à l'exercice, car même s'ils étaient nombreux, mieux valait mobiliser toutes les forces disponibles, et ils avaient déjà assez perdus de guerriers avec la surveillance des alentours et des prisonniers.

Si dans les rues, la bataille était finie, c'était sur la plage qu'elle reprenait, avec cette fois le feu comme adversaire. La scène était plutôt cocasse, lorsqu'on y songeait. Les envahisseurs tentant d'empêcher le ravage total des terres sur lesquelles ils venaient de poser le pied... Assurément, ce n'était pas le genre de scènes que l'on voyait tout les jours.


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Jeu 4 Juil 2013 - 12:13


Bataille de Lordsport.

La bataille de Lordsport avait pris fin après des combats sanglants et violents. Les Fer-nés avaient fini par comprendre que la victoire ne pouvait que leur échapper et après une ultime bravade, ils s'étaient rendus et avaient déposé les armes. De ce fait, pendant que le prince Maekar et que les soldats de Dorne prenaient possession du fortin des Botley sur lequel flottait maintenant l'étendard au dragon rouge tricéphale, les autres soldats de la Couronne s'emparaient de la ville. Lordsport fut passée au peigne fin et toutes les armes saisies et entreposées dans les campements de fortune montés ici ou là. Les soldats s'occupèrent aussi d'éteindre les feux déclenchés par les Fer-nés et ce faisant, ils permirent aux troupes qui avaient assisté à la bataille depuis les ponts des navires de débarquer.

Quelques fuyards parvinrent à atteindre les côtes ou les bourgs proches, comme celui de Forgefer. Les quelques hommes envoyés en renfort par les seigneurs de ce fief arrivèrent par ailleurs à proximité de la cité attaquée mais face à la menace présente, ils firent bien vite demi-tour pour rentrer chez eux. On contait souvent la rage des Fer-nés mais à quoi cela servait-il de se lancer dans une bataille perdue d'avance ? Lordsport était tombée, la route de Pyk était bloquée, tout était pour ainsi dire terminé.

L'espoir sembla néanmoins revenir alors que des boutres arrivèrent en vue de la ville, mais ces derniers venaient déjà de subir leur propre bataille au large de Harloi et de Noirmarées. De ce fait, ils ne purent rien faire d'autre que de se laisser arraisonner et conduire à terre, les hommes étant guidés auprès des autres prisonniers contenus pour la nuit. En effet, les forces de la Couronne établirent leur campement à Lordsport pour la durée de la nuit afin de se mettre en branle en direction de Pyk au petit matin. Les hommes pourraient ainsi se reposer et se préparer, les armes pourraient être affutées et préparées et surtout, les engins de siège pourraient être apprêtés.


*** *** ***

Bataille de Pyk.

Alors que le soleil se levait à peine, l'armée se mit déjà en branle, prenant la route qui la conduirait à Pyk. Il lui faudrait tout au plus deux heures pour atteindre les remparts extérieurs et là, ses engins de siège et son grand nombre lui permettraient de passer outre. Et c'est ce qu'il se passa. Il fallut un certain temps mais une brèche fut finalement percée dans la muraille. Les hommes purent s'y engouffrer, affrontant les défenseurs dans de sanglants combats qui n'étaient pas sans rappeler la bataille de la veille. Beaucoup furent blessés et d'autres périrent, mais les continentaux purent avancer de manière irrémédiable et inexorable.

La cour principale fut ainsi bientôt sous contrôle et il fallut alors avancer avec prudence sur la multitude de ponts de la forteresse afin de s'emparer et de sécuriser les divers donjons. L'avancée ne pouvait cependant pas être arrêtée et rapidement, ce fut le trône de grès lui-même qui apparu sous les yeux des continentaux... Et avec lui le suzerain des îles de Fer qui n'eut d'autres choix que de ployer le genou devant les représentants de la Couronne...


*** *** ***

Epilogue.

Alors que Pyk était prise et que lord Dagon Greyjoy était rappelé à ses vœux de soumission et de loyauté, c'est l'ensemble des îles de Fer qui fut rappelé à ses devoirs. La révolte n'était pas acceptable et comme ils avaient pu le voir, elle était sévèrement réprimée. Si les Botley et les Greyjoy étaient ceux qui avaient subi le plus lourdement cet assaut, tous devraient se ranger à la paix du roi. Il apparaissait comme évident qu'une nouvelle révolte ne serait pas traitée avec la même clémence...

Un traité fut alors présenté à lord Greyjoy, lui enjoignant de payer une amende compensatoire – qu'il pouvait prélever sur ses vassaux -, de ployer le genou et de prononcer ses vœux de loyauté et de soumission mais surtout de rendre tous les prisonniers faits au cours des raids de ses hommes. Le suzerain des îles était dans le même temps chargé de faire respecter la volonté du roi en tenant fermement ses vassaux, toute attaque future pouvant être considérée comme une violation du traité. A lui de s'assurer qu'il ne subirait pas les conséquences des erreurs de ses hommes...


Et voilà, l'épilogue de cette attaque !

Dans un premier temps, nous vous avions indiqué que cet épilogue serait joué en RP mais après réflexion, cela n'aurait pas apporté grand chose. Cela n'aurait effectivement que retardé la fin de l'intrigue en ne permettant de participer qu'à un petit nombre de joueurs. Nous avons donc opté pour un épilogue général, ce qui ne vous empêche pas de le jouer vous-mêmes si vous le souhaitez malgré tout !

En effet, le fait que l'intrigue soit terminée ne veut pas dire que cela s'arrête là. D'une part, les Fer-nés sont maintenant libres de reprendre le cours de leurs vies en tenant compte des conséquences de la bataille (tous les Fer-nés présents à Lordsport ont été considérés comme prisonniers jusqu'à la prise de Pyk, moment où ils furent libérés). D'autre part, vous pouvez jouer des sujets se déroulant directement après la fin de la bataille. Si Alrik et Dagon souhaitent jouer la reddition, libre à vous ! Si Lakdahr et Gabriel souhaitent jouer leur arrivée à Lordsport, vous pouvez ! Si Seamus souhaite jouer le retour de sa fille à ses côtés, c'est possible ! Si vous jouez de tels sujets, ouvrez-les dans la section des Iles de Fer plutôt que dans celle de la bataille et précisez bien en entête que le sujet se situe juste après la prise de Pyk !

De ce fait, vous pouvez considérer que tous les combattants ayant participé à l'une des batailles (que ce soit en tant que PJ ou que PNJ, comme des Bieffois ou des personnages comme Renaud Solverre, Maekar Targaryen ou d'autres) peuvent avoir débarqué à Lordsport et de ce fait, peuvent interagir avec les autres combattants ou avec les Fer-nés. En cas de doute ou de questions, n'hésitez pas à interroger un administrateur !

Conséquences de la guerre.

A l'avenir, il ne sera plus possible pour des Fer-nés d'attaquer le continent ou de se rendre en visite là-bas, pour des questions de crédibilité avec le contexte. En effet, les Fer-nés ayant été ramenés dans le droit chemin, ils ne mèneront plus d'attaque sur Westeros (ce qui ne les empêche pas d'attaquer des navires des Cités Libres ou d'ailleurs!). De plus, leur haine du continent étant déjà forte de base, elle le sera encore plus après l'attaque subie et il ne sera donc pas possible d'imaginer des promenades touristiques! A noter que tout boutre qui s'approchera des côtes sera encore considéré comme une menace pendant quelques lunes et qu'il vous faudra donc faire attention ! Pour les mêmes raisons, il ne sera plus possible qu'un Fer-né ait des prisonniers ou des femmes-sel issues du continent !

Cela ne vous empêche cependant pas de continuer à jouer des sujets de raid et d'attaque, en flashback ! Dans ce cas, n'oubliez pas de l'indiquer clairement en début de sujet et/ou dans la description. De la même manière, vous pouvez jouer des sujets d'après-guerre à Pyk comme vous le  désirez, l'armée de la Couronne restant certainement sur place plusieurs jours avant son départ.

Si vous avez des questions sur ces conséquences, n'hésitez pas à les poser.

Un sondage sera ouvert d'ici peu pour avoir votre avis et les récompenses viendront ce week-end.

Merci à vous d'avoir participé !
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Sujet n°1 : Bataille de Lordsport

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4


Sujets similaires

-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Élections-US :La bataille des sondages ?
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» 02. Crying shame [sujet terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives Militaires :: ◄ Intrigue n°4 : Bataille des îles de Fer-