AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Sujet n°1 : Bataille de Lordsport

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Noble
avatar

Danelle Lothston
Noble

Général

Dame régente d'Harrenhal

Dite "La Folle"


♦ Missives : 1003
♦ Missives Aventure : 25
♦ Age : 37
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 03/12/2012
♦ Célébrité : Michelle Pfeiffer dans 'Stardust' © Paramount Pictures
♦ Copyright : Avatar©Gritsou & Gif animé©Logan Grafton.
♦ Doublons : Alysanne Florent, Lantheïa, Vyrgil Vyrwel
♦ Age du Personnage : 39 ans
♦ Mariage : Qui aurait le courage de demander ma main ?
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles : Les racines de la folie
Extravagances et confidences
Les mystères d'Harrenhal
Les dons de Danelle
Scandales notoires

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
106/500  (106/500)


Message Jeu 11 Avr 2013 - 14:02

Lord Arryn faisait de son mieux. Je n’avais pour ma part jamais été très portée sur les discours et je me contentais, tandis qu’il édifiait ses troupes, de rappeler leur rôle aux officiers d’Harrenhal assignés avec la moitié de mes hommes à la défense de nos arrières : établir une solide position défensive, sur la plage et tout le long du segment nord-est qui nous séparait du reste de l’île. Mes alliés et moi-même avions préalablement convenu de nous couvrir de toute attaque en traître en établissant un véritable filet de sécurité aux mailles aussi resserrées que les effectifs le permettraient, qui si possible ferait jonction avec les forces débarquées à l’ouest pour encercler totalement Lordsport.

Je fis ensuite mander les deux plus jeunes soldats et les expédiai là où leur inexpérience ne les desservirait pas : l’un sur la côte un peu plus au nord, l’autre plus à l’intérieur des terres au nord-est. Ils avaient pour objectif de se dissimuler et surveiller l’éventuelle arrivée de renforts. Une sonnerie de cor, tel était le signal destiné à prévenir la ligne défensive qu’elle devait se mettre en position de combat et m’envoyer prévenir. « Tenez la position. » fut mon dernier mot d’ordre. Les officiers acquiescèrent sans sourciller, masquant leur éventuelle nervosité. Si mes hommes n’avaient pas connu la guerre, ils avaient au moins appris à verser le sang et à faire ce qu’on leur disait, sans atermoyer. Tybalt était un maître dur et moi-même une régente sans concession. Les guerriers d’Harrenhal n’avaient pas la bravoure furieuse des Fer-nés, ni l’expérience des champs de bataille, mais ils avaient la discipline et le pragmatisme de soldats entraînés à faire régner l’ordre, qu’il s’agisse de mater de simples roturiers en maraude ou des réîtres dévoyés. Tous avaient déjà participé à mes « expéditions de justice ». Je les avais vus en action, je les avais commandés, et je leur faisais confiance. Les mauvaises graines avaient déjà été éliminées.

Entourée de ma garde personnelle, je fis mouvement avec mes troupes, en même temps que mes alliés [Note : je laisse Lothar et Jasper déterminer leur position, nous avançons tous mais je ne décris que mes propres troupes]. Je me tenais au milieu de la force de frappe "lourde" d'Harrenhal, abritée en réserve derrière l’avant-garde plus "verte" et sacrifiable. Celle-ci essuierait les premières attaques, révélant nos adversaires, et affaiblirait leur résistance voire l’anéantirait sous le nombre. Les fantassins plus expérimentés qui m’entouraient termineraient le travail si nécessaire. Derrière nous se tenaient les archers. Ils n’étaient là que pour assurer des tirs de barrage : dans la mesure où nous n’affrontions pas d’armée en bataille rangée, c’était à mes yeux leur seule utilité en plus, évidemment, de l’abattage d’éventuels tireurs embusqués dans les bâtiments, sur lesquels ils allaient garder un œil.

Nous nous dirigeâmes vers la cité [vers le Bordel]. Nous avancions vite et en ordre, sans nous ruer dans une course effrénée. Nous avions l’avantage et il aurait été criminel de le gâcher. Je jetai un coup d’œil à Lothar Celtigar, puis à Lord Arryn, sur lequel je me posais quelques questions. Avait-il déjà trempé sa lame dans le sang d’un homme ? J’espérais que son expérience du combat ne se limitait pas aux tournois. Je n’avais certes jamais moi-même été sur le champ d’honneur, mais j’avais suffisamment tué pour ne pas défaillir à l’idée de risquer ma vie ici. Quant à risquer mon honneur… eh bien, je n’étais pas un chevalier, n’est-ce pas ? Je n’avais guère à me soucier de ce genre de choses.

[MDJ : rencontrons-nous des Fer-nés ? comment réagissent-ils ?]





PS : Mes PNJ sont ouverts à l'incarnation par des joueurs, MP-moi si vous êtes intéressé !


Spoiler:
 


Dernière édition par Danelle Lothston le Jeu 11 Avr 2013 - 19:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 11 Avr 2013 - 18:18

Maureen était déjà bien loin devant, tellement qu’il peinait à retrouver sa position parmi la foule grouillante des guerriers de l’Orage. L’Ecorcheur avait pourtant cet avantage… Les ennemis se fichaient de la couleur qu’ils pouvaient revêtir, mais lui au contraire, cela l’aidait à ne pas perdre le Nord dans les deux sens du terme…
Il fallait pourtant qu’il reste concentré. S’il passait son temps à vérifier la position de sa cousine, il ne verrait pas le prochain coup l’atteindre. Mortimer évoluait à ses côtés, en silence. Le vétéran ressemblait à un rempart inébranlable, mais parmi l’arrière des rangs archers Swann, il dénotait encore plus que lui. D’ailleurs, on leur avait laissé une place assez confortable pour évoluer les coudées franches. Il se doutait que ce n’était pas volontaire, simplement que chacun désirait confier sa vie à un frère d’armes et non un inconnu.

Malgré tout, ils évoluaient avec lenteur. Ce dont il n’était pas familier, les deux batailles qu’ils avaient déjà menés par le passé étant bien plus nerveuses et violentes. Ca viendrait, il n’en doutait pas… Et pour une fois, il se retrouvait dans le camp en surnombre ce qui changeait beaucoup la donne. Ils approchaient des premières habitations et déjà les guerriers devaient se heurter à une résistance aussi tenace qu’imprévue des habitants eux-mêmes. Lui n’avait toujours pas pu décocher sa première flèche, mais les premiers échos de l’escarmouche l’avait tendu imperceptiblement. A défaut de pouvoir aider au sol, il encocha et surveilla les toits des maisons. Pouvoir ainsi prendre son temps pour viser était un luxe qu’il ne pouvait que peu s’offrir…
Et il ne fut pas déçu, certains Fer-Nés pensant judicieux d’accéder aux toits pour répandre la mort sur les ennemis en contrebas. Sa flèche fila. Le corps tomba dans le vide, mort avant même de toucher le sol. C’était un avertissement clair pour tous ceux qui tenteraient de reproduire l’expérience. Certains archers à côté de lui le regardèrent, incrédules, sans qu’il sache ce qui les prenait de court… Le voir tirer si vite, avant même qu’ils ne réagissent, ou qu’il tue cet homme avec autant de sang-froid ? Peut-être un peu des deux.

« Adrian, il est demandé d’en épargner un maximum. » Lui lâcha Mortimer sur un ton bas, jetant des regards aux alentours vers leurs alliés. Qu’il emploie son nom avec tant de sérieux était pour lui asséner fermement les ordres donnés.
« Si on ne les calme pas de suite, ce sera pire encore. Qu’attendent-ils ? D’avoir les premiers morts dans nos rangs pour se rendre comptent de la menace ? Lord Bolton le disait : Un enfant devient un homme à partir du moment où il brandit une épée. » Quand il regardait autour de lui, il avait l’impression de faire bien plus que son âge. Beaucoup d’entre eux n’avait jamais connu de batailles avant celle-ci, l’honneur et la bravoure étaient les seuls mots qu’ils avaient à la bouche. Ils apprendraient bien vite à leur dépends que chaque faveur faite à l’ennemi se retournerait contre eux.
Progressivement, il se détachait des rangs des Swann sans que personne ne lui prête attention, hormis Mortimer. Ce rouage bien réglé qu’ils formaient, il n’en était qu’un caillou qui en gênait le bon fonctionnement. Il pressa le pas pour se rapprocher de Maureen, surveillant sur le côté l’évolution du Lord Baratheon lui-même. Il avait encore le sang froid, tirant quelques projectiles par intermittence pour les couvrir au mieux.


Dernière édition par Adrian Bolton le Ven 12 Avr 2013 - 13:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 11 Avr 2013 - 19:41

Son intervention, ainsi que celle de lady Danelle, fit mouche. Le jeune lord Arryn distribua ses ordres rapidement et l’armée se regroupa. Une partie de cette dernière fut affectée à défendre leurs arrières, ainsi que le front est – côté qu’il ne devait pas prendre à la légère si par malheur un messager réussissait à traverser leurs rangs et à prévenir la proche Pyke. Il fallait s’attendre à recevoir les furieux Greyjoy, et le Chevalier-aux-Crabes observa lady Danelle assigner des postes de surveillance à deux de ses hommes, en approuvant d’un signe de tête. A leur instar, Lothar se mit lui aussi à rassembler sa petite troupe. En deux-temps-trois-mouvements, il chargea une quinzaine de ses hommes de rester auprès de la galère pour supporter l’équipage et l’armée restait en retrait en cas d’attaque. Suivit par Mathis, Lothar prit le commandement de la petite soixantaine d’hommes restante et se mit en marche.

Situés à la pointe du flanc gauche de l’armée, Mathis et Lothar avançaient, doucement, presque sereinement, suivant le rythme hypnotique du crissement de milliers de bottes foulant le sable fer-né. En peu de temps, l’armée débarqua sur les frondaisons des buttes – mélange de dune et de colline – et commença son ascension. Le chevalier de Pince-Isle jeta une œillade vers le centre de l’armée. L’excentrique dame d’Harrenhal et son armure noire avait de quoi déparer dans le champ d’armures ternes s’étalant devant ses yeux, et Lothar se prit à apprécier ce côté farfelu et inédit – fort loin au courant qu’il était des ragots à son sujet. Le jeune lord Arryn quant à lui semblait sûr et décidé, mais Lothar ne savait que penser d’un si jeune homme aux commandes d’une armée entière, surtout pour un assaut de cette envergure.

Lothar reporta son attention sur ses hommes. Ces derniers arboraient des rictus peu engageants et des mines affreuses, mais dans leurs iris brûlaient une envie d’en découdre qui faisait plaisir à voir. Certains soldats plus jeunes semblaient moins décidés que leurs aînés, mais la haine du Fer-né était bien présente parmi eux. En dehors des querelles exclusivement politiques, les originaires de Pince-Isle ne supportaient pas la soi-disante « suprématie » fer-née sur les mers, dont ces derniers se complaisaient à colporter. Une querelle d’îliens capricieux ? Possible. Quoi qu’il en soit, une certaine fierté semblait porter la troupe menait par le Celtigar et le Brune.

Malgré le rythme au pas imposé pour plus de discrétion, l’armée arriva rapidement en vue de la cité. Au regard de sa position, Lothar observa un complexe amas de bâtisses et de ruelles rendant difficile un assaut direct. Une avant-garde serait sans aucun doute nécessaire, notamment pour sécuriser les rues, sans oublier de prendre en compte la réaction des habitants – qui sera probablement belliqueuse. Lothar fit avancer sa petite troupe plus en avant du gros de l’armée, formant de son propre chef une partie de l’avant-garde. Mettant la main à la garde de son épée longue, Lothar hésita un instant. Il finit par attraper d’un geste souple l’arme sanglée à son dos dans un large étui de cuir. L’éclat de la hache d’acier valyrien de la famille Celtigar – Fend-les-Eaux – brilla d’une lueur bleutée quand le chevalier la fit tournoyer pour la caler entre ses doigts. A situation d’exception, arme d’exception.

Lothar fit un geste vers Mathis, et les hommes de Pince-Isle prirent la direction des ruelles les plus proches. [ Proches du Bordel ] Il fit avancer ses hommes avec prudence, l’ennemi pouvait tout aussi bien se cacher au sein même de la population, qu’à l’embrasure d’une porte, les attendant vicieusement, l’arme à la main. [ Comment se présentent les ruelles et les bâtisses environnantes ? Et quelles sont les réactions des fer-nés alentour, s'il y en a ? ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 11 Avr 2013 - 21:12

    Ma respiration s’accéléra. Calme, Jasper, calme. Je devais réfléchir par étape, parce que là, je commençais à angoisser quant à la bataille que nous allions mener. Etais-je réellement prêt pour cela ? Allais-je prendre les bonnes décisions lorsque les complications allaient arriver ? C’était le moment ou jamais d’exister, réellement. Je ne devais pas m’effacer derrière mes subordonnés, sauf si leurs conseils étaient pertinents, ce qui allait très certainement être le cas. J’inspirai profondément. Lothson donna des ordres brefs à deux jeunes gens et j’acquiesçai devant la logique et la finesse du procédé. C’était une excellente idée. Pourquoi ne l’avais-je pas eu ? N’était-je pas sensé être un… un… un chef de guerre ? N’était-je pas sensé décidé, choisir, faire au mieux ? Calme, Jasper, calme. Pendant que Lothson et Celtigar faisaient de même, j’indiquai mes ordres au seigneur à la tête du groupe qui devait veiller sur nos arrières. Je voulais qu’il comprenne bien que j’avais une entière confiance en lui, et que je devais compter sur lui pour tenir la position, nous envoyer le plus rapide de ses hommes si jamais ils étaient submergés ou quoique ce soit de mauvais pour nous.

    Je fis un signe à mes hommes de ma garde personnelle de se placer à mes côtés, mais pas derrière moi. Je voulais rester devant, non pas par… arrogance, mais pour être vraiment à la tête de mes hommes, et que ce ne soit pas seulement une expression audacieuse. Nous fîmes le signe du départ, mes hommes sachant mieux que moi quelle position adopter, les archers sur l’arrière pour nous couvrir, mes chevaliers à mes côtés, et l’avant-garde devant nous. L’un deux osa poser sa main sur mon épaule, sentant ma nervosité mais aussi ma détermination. Je connaissais l’art de la guerre, j’avais appris auprès de mon père la stratégie, auprès des maîtres d’arme, l’art de l’épée que je maniais à présent correctement. Mais je n’avais jamais fait couler de sang pour tuer, pour survivre. Je me rendais bien compte que j’étais le plus inexpérimenté des chefs de guerre, et cela me désolait. Il ne fallait pas que je chute, que je fasse de faux pas, me répétais-je. Je jetai un coup d’œil aux deux autres chefs de guerre qui m’accompagnaient, je me sentis soudainement… intimidé. Encore plus inexpérimenté. C’était saisissant. Je me donnais l’impression d’être un bambin s’agitant pour être grand mais ne dépassant pas plus que cela les chevilles des adultes. Je secouai la tête pour chasser ces mauvaises pensées lorsque nous arrivâmes en vue de la ville.

    Pas facile d’attaquer une ville, je le savais très bien. Les habitants en connaissaient les moindres recoins, nous étions, de notre côté, aveugle dans des rues inconnues. A ma droite, Dame Lothson et Celtigar, moi de même bien sûr, arrivèrent proche d’un bâtiment [ le Bordel ] et je vis des hommes de Celtigar partir vers les ruelles. Je fis signe aux miens de se tenir prêts et d’avancer prudement pour soutenir les troupes alliées si les affaires se corsaient. Je demandais dans un même temps aux archers de se préparer à immobiliser quiconque apparaîtrait en hauteur, tandis que le gros de mes troupes se décalait sur le côté, pour ne pas s’agglutiner sans aucune forme aux côtés des autres soldats du continent. [ au Nord du Bordel ].
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Oberyn Dayne
Chevalier

Général

• Epée du Matin •
◌ Vision du Guerrier ◌
• Champion de la Maison Martell •

« Honneur, Loyauté, Sacrifice. »

♦ Missives : 2094
♦ Missives Aventure : 87
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 30/03/1988
♦ Arrivée à Westeros : 17/09/2012
♦ Célébrité : Jamie Campbell Bower
♦ Copyright : Violain <3
♦ Doublons : Gunthor Estremont
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : Fiancé à Edarra Ferboys
♦ Lieu : Citadelle des Météores.
♦ Liens Utiles :

Disponibilité : 3/4 RP's
Présentation d’Oberyn
Voyages & Aventures
Capacités d’Oberyn
Chroniques de la Maison Dayne

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1250/1500  (1250/1500)


Message Ven 12 Avr 2013 - 2:02


La Bataille de Lordsport.


Son souffle se fait lourd, ses battements de cœurs rapprochés alors qu’il déplace son armure d’argent étincelant sur l’humide sable brun de cette plage qu’il aura pour mission de prendre avec ses hommes comme ceux des armées de Dorne. Les premiers sangs sont versé et déjà lui vint le souvenir des affrontements de Salvemer. Lle retrouvera t’il ici ? Cet incroyable adversaire ? La Guerre n’est pas ce que l’on imagine en lisant des Contes pour enfants… La Guerre est une des pires expériences que l’on puisse vivre… Non seulement elle prive de compagnons et d’êtres chers, mais elles laissent des cicatrices qui ne guériront jamais sur le cœur et les âmes de ceux qui y survivent. La Guerre change beaucoup les gens et pas toujours en mieux… A croire qu’elle n’a fait que rendre le vieux Rennifer plus hargneux et plus engagé que jamais ! Décemment, Oberyn ne pouvait l’abandonner à son sort lui et ses hommes, aussi hurla t’il en direction de la soldatesque aux boucliers frappés de la Cockatrice de Salrivage :

« Gargalen, soutenez les Uller ! Soldats de Lancehélion, tenez notre droite ! » [Forces Gargalen vont au soutiens des Uller]Réorganisant ses troupes à mesure que leurs pas les faisaient traverser le Chantier Naval déserté. Progressant vers la menaçante silhouette de la forteresse éponyme de Lordsport, les Dorniens foulaient un sable qui ne les changeait que trop de celui propre à leurs natales contrées. [Les forces Forrests, Dayne & Martell Progressent vers l’Est, se retrouvant au Sud du Spetuaire] « Forrests, surveillez le Nord et tenez notre flanc Gauche ! Mycah, à la moindre arrivée de renforts : Déchaine les Enfers ! » Se dégageant une ligne de vue vers la Citadelle, l’Epée du Matin prit un instant pour réorganiser ses lignes comme évaluer les possibilités s’offrant à lui. Initier immédiatement un assaut contre les remparts était des plus insensé et ils n’avaient, pour l’heure pas rencontré de résistance. Les combats ne manqueraient pas de bien vite les alpaguer tant les Fer-Nès semblaient bien se démultiplier…

« Tirez sur tout Fer-né sortant de ce Fort ! » La fenêtre de tir offrirait peut être plus de précision que précédemment, quelques batiments venant à couper le vent. Toujours est-il que les troupes de Dorne s’organisaient sous le commandement d’Oberyn pour former un rempart de piques comme d’épée à même de les protéger. S’agenouillant lui-même pour permettre des tirs directs à ses archers, il comptait bien clairsemer les rangs adverses avant de se voir assailli par ce que les 7 couronnes connaissaient comme étant leurs plus féroces guerriers. [Ordre de Tir sur des combattants Fer-Nés] Beuglant pour couvrir la clameur, l’Héritier de Lord Olyvar signifia à Mycah : « Et qu’ils touchent désormais… ! » Leur position était pour l’instant inconfortable mais permettrait, surement une fois le front principal établi, d’amener un mouvement d’enveloppement à même de briser toute résistance. Une sorte de stratégie singeant le principe du Marteau et de l’enclume. « Tenez ! » Hurla t’il aux hommes placés sous son commandement. Tous ne rêvaient plus désormais que de voir la tension les animant soulagée dans le feu des combats… [Les Dorniens se voient ils chargés par quelques adversaires ?]




« Seal my heart and break my pride,
I've nowhere to stand and now nowhere to hide,
Align my heart, my body, my mind,
To face what I've done and do my time. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 12 Avr 2013 - 23:41

Au final toute la mise en place, tout ce beau positionnement sur la plage n'avait pas servi à grand chose et c'est sans que même un ennemi ne pointe le bout de son nez que les Ullers s'étaient mis en branle bas de combat pour fondre sur le chantier-naval que lui même avait tenté d'arroser de flèche quelques minutes plus tôt. Les Uller … Rien que ce nom lui laissai un frisson dans la colonne, en voilà qu'il préférait oublier. A espérer même que celui qu'il avait rencontré il y a quelques année de cela ne soit plus de ce monde. Autant parler d'un soulagement lorsqu'il vit d'ailleurs la troupe de sableux bouger loin de ses propres rangs.
D'ailleurs il n'avait même pas entendu Oberyn donner un ordre à ce sujet. L'épée du matin n'était elle pas sensée diriger l'ensemble des troupes de Dorne ? Les Uller sont pourtant bien sous les vassaux de Lancehélion à ce que le chasseur savait. Enfin, plus ils étaient loin mieux il se sentait et au pire cela ne le regardait même pas.

Oberyn lui même ne réagit pas vraiment, ordonnant simplement le support d'une autre famille à celle des fous de Denfert alors que de son côté il mettait au pas le reste des familles de Dorne pour monter vers l'Est. Les troupes avançaient droit sur ce qui semblait être un septuaire et ça alors qu'au loin dans la ligne d’horizon apparaissaient grandioses les murs de la forteresse de Lordsport.
De nouveaux ordres furent donnés, de nouveau, bien ordonné, les hommes s 'alignèrent parfaitement, connaissant parfaitement ce qu'il avait à faire. Mycah lui semblait toujours aussi perdu dans cet amas de rigueur militaire.
Oberyn lui redemanda de tirer à vu. Un autre noble ne perdit d'ailleurs pas l'occasion pour lancer une petite pique à l'égard du chasseur qui sentit son amour propre touché en plein cœur. Les dents serrés, il ne manqua pas de lancer un petit regard noir et une réponse toute simple.


Le vent de la plage est beaucoup plus puissant que celui de l’intérieur des terres. Même si l'on a pas grandement avancé, ça devrait suffire.


« Après il y a toujours des flèche perdues … » Se retint il de lâcher. Car, au nom des Sept, il lui aurait bien tiré un de ses traits dans le dos à cette arrogante pimbêche à la langue plus acéré que l'épée. Ça sait jouer au bâton et voilà que ça pense tout savoir. Bref ce n'était pas le moment et ça lui attirait plus d'ennuis qu'autre chose.
Les soldats étaient en lignes parfaite, des homme accroupis face aux rangés d'archer. Prêts à les laisser tirer tout en faisant barrage lorsque l'ennemi serait trop proche. Il ne restait plus qu'à attendre. Mycah détestait attendre. Pour a deuxième fois il prononça ces quelques mots.


Archers …. Mains aux carquois.

[Si des fer-nés arrivent. Les flèches les atteignent ils?]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 18 Avr 2013 - 0:53

Pitié. Honneur. Gloire. Des mots dénués de sens sur un champ de bataille : personne n'était moins mort lorsqu'on lui tranchait la gorge avec honneur. Aucune gloire ne se forgeait à un autre feu que celui de la victoire. Et aucune pitié n'était autre chose qu'une excuse à un tremblement de la main ou à une faiblesse du cœur. On disait que les Fer-Nés étaient des combattants aguerris, furieux, fiers ; s'ils l'étaient réellement, faire preuve de pitié envers eux n'était rien de plus qu'une injure.

Le vent était glacial et ses pensées étrangement posées lorsqu'elle sauta au bas de son perchoir, à l'ordre de son père. Le gravier crissa sous son pas mais son pied restait léger. Elle ne glissait pas, mais ne rejoignit pas tout à fait les rangs serrés de la horde dornienne qui suivait son père. Elle était mieux plus en retrait, plus solitaire, non par crainte, mais par souci de se garder une mire plus dégagée et la longueur de bras nécessaire pour bander son arc – ainsi que la distance minimale qu'il lui faudrait pour intercepter un guerrier si une charge franchissait les rangs des lanciers. Dents découvertes et échine ployée, elle était concentrée, les yeux passants sur le gris paysage en n'y guettant que des traces de vie pour leur donner la mort. Pas d'admiration, pas de curiosité. Ces terres désolées n'étaient pas son désert et n'avaient pas à être estimées. Elles n'étaient qu'un amas de cailloux sales qu'il fallait concourir à nettoyer.

Au grognement de son son père, Anissa répliqua un grondement sourd, guttural et bas, répondant positivement à l'impression paternelle : l'affrontement était imminent. Il y avait quelque chose dans l'air d'indéfinissable, mais de caractéristique, comme cette seconde juste avant qu'un tonnerre ne claque, comme ce dernier instant où un os résiste avant qu'il ne se brise. Puis soudain, les premiers Fer-Nés se firent jour et, au milieu des cris, des ordres, du tumulte qui bruissait d'un coup, elle n'entendait que la voix de Rennifer et le souffle du premier adversaire qu'elle s'était choisi. Elle était bien trop loin pour l'entendre réellement, mais il lui paraissait parfaitement clair, rauque, chargé de fureur, de vie, de valeur – un bon guerrier. Qui mourrait en tant que tel.

Elle banda son arc et, alors qu'elle filait de côté pour de dégager au mieux la mire, tandis que les lances filaient vers les haches, elle inspira de l'air, goûta le vent, attendit la poignée de secondes grêles qu'il lui fallait pour ressentir cet instant à la limpidité sublime où tout s'écoutait, où bras, corde, flèche et proie ne formaient qu'un trait évident. La pointe fila, le bois claqua dans l'air, l'arc roula sur son poignet ; déjà, elle portait la main à son carquois et refluait derrière les lanciers. [La flèche touche ?] Cette fois, il ne s'agissait plus de viser un seul être, mais de faire pleuvoir le bois fatal. Brandissant sa mire vers les cieux, elle accrocha une flèche, puis deux, bientôt trois, pour abattre des traits plus aléatoires, mais tout aussi cruels, au dessus des lanciers et sur les Fer-Nés. Ses yeux redescendirent sur la scène. Ses alliés allaient maintenant être trop mêlés à ses adversaires et, à moins de renforts alentours, il lui faudrait à nouveau enrouler ses anneaux autour d'une seule cible.

Quelque chose se levait en arrière : de la fumée, noire et abondante, éclairée d'un cœur rougeoyant, battant comme celui d'un homme. Quelqu'un avait bouté le feu, non loin. Elle sourit, vaguement, hideusement. C'était comme rentrer à la maison.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Lun 29 Avr 2013 - 18:30

Conscients de l'importance de la mission qui était la leur, ser Alrik Mallery et le prince Maekar Targaryen avançaient à la tête des Dents de Freux et des membres de la Garde Royale, se dirigeant droit sur la forteresse de Lordsport. Le siège de la maison Botley se trouvait là et en s'emparant de ce lieu-clé, ils pourraient sans doute donner un coup important aux forces des Fer-nés. Sans chefs, ces derniers devraient inévitablement se rendre et une fois la ville sous contrôle, elle pourrait devenir un excellent camp avancé pour les forces loyalistes. Malheureusement, les Fer-nés ne l'entendaient pas de cette oreille et lorsqu'un enfant armé s'attaqua à eux, les forces de la Couronne comprirent que cette bataille n'allait pas être des plus simples, tout individu devenant un véritable ennemi. Se mettant en position de défense, les Dents de Freux se préparèrent alors à affronter les villageois et les combattants de Lordsport qui s'avançaient vers eux...

Les archers décochèrent leurs flèches à l'ordre de leur commandant, ciblant les proches Fer-nés. Malheureusement, ce n'était pas là la meilleure manière d'utiliser leurs talents et bien qu'ils touchèrent quelques uns de leurs adversaires, les blessant plus ou moins grièvement, les Dents de Freux se retrouvèrent bien vite au corps à corps avec les Fer-nés. Derrière leurs boucliers, ils avaient un avantage certain, mais le combat de cette manière n'était pas non plus leur meilleure option. Les Fer-nés pouvaient à tout moment les prendre à revers et s'ils décidaient de prendre de la hauteur, ils deviendraient une véritable menace. Sans compter les ennemis qui arrivaient en renfort, à l'arrière, sous les ordres de Sargon Harloi. Tout retard prit par l'armée de la Couronne dans des affrontements de ce genre offrait à l'ennemi le temps de masser plus de troupes et de préparer la contre-attaque. De ce fait, plus on mettait de temps à avancer, plus le danger allait croissant. Le temps... Voilà ce qui allait être l'élément déterminant quant au choix du vainqueur de cette bataille.

C'était d'autant plus vrai que les Fer-nés se dirigeaient déjà en direction du port, conscients qu'il s'agissait là du point le plus propice à un débarquement. Guidant les marins de la Veuve Salée, Yoren cherchait en effet à rejoindre son capitaine et ce faisant, il interpella Arkha Kenning lors de son déplacement, l'enjoignant à combattre à leurs côtés. Ils arrivèrent alors non loin du port mais s'ils purent apercevoir les meneurs de cette armée, ils furent aussitôt confrontés aux Dents de Freux qui leur barraient la route. Une chose était sûre, cela allait grandement les changer des combats lors des raids. Les soldats et les chevaliers feraient de biens meilleurs adversaires que les paysans des villages côtiers...


*** *** ***

Lord Baratheon se retrouva confronté aux mêmes problèmes que les autres combattants de la Couronne, devant faire face à des citoyens armés et désireux de bouter l'ennemi hors de leur île. Malgré cela, ses hommes parvinrent aussi bien que possible à avancer en défaisant les Fer-nés sans recourir à l'aspect offensif de leurs armes, ce qui n'était pas une mince affaire ! Malheureusement, une fois arrivés aux premières maisons, d'autres problèmes allaient se présenter à eux. En s'engageant entre les habitations, ils risquaient en effet de se faire déborder de tous les côtés par des hommes jaillissant des demeures, armés jusqu'aux dents. Néanmoins, ils n'avaient pas le choix, leur mission étant de sécuriser la ville. Ils devraient donc non seulement s'assurer que les rues étaient dégagées et sûres mais surtout qu'aucune menace ne se terrait dans les habitations de Lordsport. Et dans le même temps, il fallait toujours s'assurer que les toits restaient dégagés...

Plus loin, d'autres soldats de l'Orage s'avançaient à leur tour, rencontrant la même opposition en cherchant à rejoindre l'autre extrémité d'une ruelle. Face aux Fer-nés qui les attaquaient, Maureen Bolton parvint à lutter sans leur donner la mort et elle dut l'une de ses victoires à son garde du corps. Pourtant, elle allait devoir se montrer bien plus prudente à l'avenir car le danger serait beaucoup plus grand une fois dans la ville... Par chance pour elle, après avoir montré son talent à tous les archers présents, son cousin la rejoignit pour mieux la protéger. La question restait toutefois de savoir s'il allait pouvoir continuer à agir de la sorte une fois dans un espace bien plus réduit. Combattre sur un champ de bataille était une chose, combattre au cœur d'une ville, même de petite taille, c'en était une autre...


*** *** ***

Après avoir mis en place une tête de pont sur la plage, les troupes mixtes du Val d'Arryn, du Conflans et des Terres de la Couronne se mirent à avancer, semant des hommes tout au long de leur route pour assurer leur sécurité et éviter qu'on ne les prenne à revers. Chacun s'avança à la tête de ses troupes, lady Lothston au cœur d'un groupe de solides guerriers là où Lothar Celtigar préférait la discrétion et la rapidité. Quant à Jasper Arryn, il cherchait tant bien que mal à faire bonne figure, conscient du peu d'expérience qu'il avait dans le domaine de la guerre...

Lorsque les soldats au service du roi arrivèrent en vue des premiers bâtiments de la ville, des Fer-nés qui quittaient les échoppes et autres bordels quelque peu en retard les repérèrent. Un temps surpris par cette attaque secondaire, ils ne tardèrent toutefois pas à se reprendre. Beuglant aussi forts qu'ils le pouvaient, ils cherchèrent ainsi à attirer l'attention d'autres combattants qui se trouveraient dans les environs. Malheureusement, la plupart d'entre eux s'était déjà dirigée vers le port et s'ils restaient des hommes ou des soldats, ils ne se firent pas connaître. Cela n'empêcha pas les Fer-nés de se rassembler, certains sortant leurs armes là où les autres ramassaient ce qu'ils trouvaient. Une chose les unissait toutefois : ils étaient tous décidés à combattre et chasser leurs ennemis. Lorsqu'ils furent enfin prêts, les insulaires se dirigèrent d'un pas décidé en direction du centre de la formation, s'abritant derrière de petits boucliers et visant cette étrange armure sombre et le jeune seigneur qui se trouvait non loin d'elle.

Dans le même temps, Lothar Celtigar envoya une partie de ses hommes contourner le groupe des attaquants afin d'avancer en direction de Lordsport, atteignant l'entrée des premières ruelles. Ces dernières étaient relativement désertes, ce qui n'avait au final rien de très rassurant... Après tout, le silence n'avait rien d'engageant, bien au contraire. Qui savait ce qui pouvait se cacher dans les recoins que l'on ne distinguait pas ? Il était de plus très difficile de dire ce que cachaient les bâtisses mais si on supposait que les beuglements des Fer-nés avaient été entendus, des hommes ne tarderaient pas à arriver en renfort. Qu'ils sortent des maisons ou qu'ils viennent par d'autres ruelles, la situation serait la même pour les continentaux : problématique. Le mieux restait peut-être de saisir le petit délai à disposition pour mieux se préparer...


*** *** ***

A l'ouest de la ville, dans les environs du chantier naval, les soldats Dorniens sous les ordres de la maison Uller ne comptaient pas suivre les consignes données par leurs généraux. Leurs archers n'hésitèrent donc pas à lâcher leurs flèches sur les habitants des îles de Fer, causant quelques morts dans les rangs de leurs ennemis avant même qu'ils ne passent réellement à l'attaque. Puis, sur un simple signe, ce fut le déclenchement des hostilités, une charge de lanciers déterminés venant cueillir les premiers Fer-nés qui se présentaient à eux. Le contact fut sanglant et si les Fer-nés furent tout d'abord surpris, ils reprirent bien vite leurs esprits, usant de leurs haches pour frapper ces hommes – et ces femmes – au teint sombre. Tom le forgeron n'hésita pas un instant à user d'huile pour créer un feu impressionnant, espérant ainsi empêcher ses ennemis de récupérer leurs secrets. Mais est-ce que cela gênerait les monstres venus de Denfert ? C'était difficile à dire mais l'histoire des Uller était depuis longtemps liée au feu...

Prenant à cœur son rôle de commandant, le jeune Oberyn Dayne, l’Épée du Matin, distribua alors ses ordres, envoyant les soldats de Salrivage en soutien des Uller tandis qu'il fortifiait leurs flancs et avançait toujours plus avant. Prenant position au sud du septuaire, il attendit de voir ce qu'il se passerait par la suite, donnant quelques instructions à Mycah. Les archers de ce dernier se préparèrent alors à décocher leurs flèches, patientant dans une attente qui semblait interminable. Puis il y eut soudain du mouvement, à l'est. Des ombres se déplacèrent entre les bâtiments et les archers Dorniens lâchèrent leurs traits sur les premiers adversaires qui se dévoilèrent. Les Fer-nés tombèrent sans tarder, incapables de réagir face à la fulgurance de l'attaque mais ce faisant, les autres s'abritèrent derrière les structures construites, beuglant et râlant. Se risquant à sortir la tête, l'un d'entre eux lança sa hache de lancer droit sur les Dorniens, espérant bien toucher l'un de ces envahisseurs avec l'arme. D'autres ne tardèrent pas à l'imiter et les hommes du sud apprirent à connaître l'une des traditions des îles : la danse du doigt.


Première relance ! Comme vous êtes tous restés sur vos positions de départ, je n'ai pas pu faire grand chose. N'hésitez donc pas à avancer vous-mêmes tout en faisant avancer vos hommes ! Si vous ne voulez pas aller trop vite, vous n'avez qu'à faire de courts déplacements et je vous indiquerais ce qui se présente à vous !

Dans le cas de déplacements, n'hésitez pas à être très clair et très précis, par exemple en indiquant des choses entre parenthèses ! Pour le moment, avec les rares personnes qui se sont déplacées, je ne sais pas trop où elles se trouvent... Utilisez donc les points cardinaux (le nord est en haut de la carte) et n'hésitez pas à vous servir des indications de la carte. Par exemple, si votre personnage se dirige vers des attaquants, vous pouvez mettre : (vers l'est, en direction du bordel). Là, ce sera très clair ! De la même manière, si vous décidez de rencontrer un groupe de PJ ennemis, n'hésitez pas à indiquer le nom du personnage en gras et entre parenthèses ! Comme vous ne vous connaissez pas, il est normal que vous ne les nommiez pas dans la narration mais ces indications peuvent grandement simplifier la gestion !

Maintenant, je vais brièvement reprendre les objectifs de chaque groupe afin que vous sachiez plus ou moins ce que vous avez à faire :

- Alrik et les Dents de Freux se retrouvent bloqués par des Fer-nés. Les Dents de Freux sont en mode défense, mais la lutte ne sera pas des plus aisées ! Vous pouvez toutefois régler les premiers affrontements vous-mêmes, bien qu'il faille tenir compte de l'arrivée de Sargon, bientôt suivi par Helya ! A vous de voir comment vous allez goupiller tout ça. Les Freux ont l'avantage des arcs et des boucliers, bien que les premiers ne soient plus très utiles. De leur côté, les Fer-nés sont peut-être moins protégés, mais ils connaissent les lieux et utilisent des haches de lancer. Tout cela peut donc devenir très sanglant. Arkha, tu arrives sur la même zone par une autre direction, c'est donc la même chose pour toi ! Tu peux te débarrasser de tes ennemis en n'oubliant pas qu'ils restent de bons adversaires ! Pour les tactiques les plus audacieuses, demandez toutefois le jugement du MdJ !

- Lyonel et les troupes de l'Orage (avec les Bolton) vous arrivez chacun au bout d'une même rue. Vous pouvez continuer de la sorte mais c'est maintenant que les choses deviennent sérieuses ! Il vous faudra en effet non seulement sécuriser la rue (et les toits), mais aussi veiller à ce que les maisons ne cachent pas de danger encore plus grand ! N'hésitez pas à décrire vos actions, de ça dépendra la suite. Les choses ont été plutôt calmes pour le moment mais attendez-vous à des surprises !

- Jasper, Danelle et Lothar, vous êtes arrivés en vue de la ville et un premier groupe d'un trentaine d'hommes se dirige vers vous. Certains sont armés de boucliers ! C'est peu, certes, mais ils ont demandé de l'aide, attendez vous donc à des renforts. Quant aux hommes de Lothar envoyés près des ruelles, ils ne voient rien pour le moment, mais rien ne dit que ça va durer... A toi de voir ce qu'ils vont faire !

- Rennifer et Anissa, vous êtes opposés aux Fer-nés du chantier naval ! Je ne vous ai pas trop relancé parce que vous êtes face à Tom. N'oubliez toutefois pas la présence du feu ! Oberyn, tu es toujours en position mais des Fer-nés semblent approcher, bien qu'ils s'abritent derrière les bâtiments. A vous de voir ce que vous allez faire ! N'oubliez pas que la maison Forgefer dispose d'un fief au nord de Lordsport et qu'elle pourrait bien envoyer des renforts...

Si vous avez des questions sur ce message ou sur les remarques, n'hésitez pas à MP Brynden Rivers. Enfin, n'oubliez pas de respecter les règles de l'intrigue.

Bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Arkha Kenning
Homme d'Armes

Général

"Fierté saumâtre jamais ne dessale"

♦ Missives : 498
♦ Missives Aventure : 69
♦ Arrivée à Westeros : 29/09/2012
♦ Célébrité : Odette Yustman
♦ Copyright : Luchadora (Alrik !)
♦ Doublons : Aslak, Ethaniel Stone
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : les Iles de Fer
♦ Liens Utiles : ~ Fille de la mer, dressée aux vents, telle une Fer-née~

~ En quête de reconnaissance de sa valeur ~

~Générant des prouesses à sa hauteur ~

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
181/500  (181/500)


Message Lun 29 Avr 2013 - 22:53

Cette vision subite et totalement inattendue l'avait propulsée dans des méandres de réminiscences honteuses dont elle souhaitait ardemment prendre sa revanche. Croiser ainsi l'homme qui l'avait vaincu et l'aurait sûrement tué - ne l'ayant pas fait pour une raison qui lui échappait totalement - entraînait une envie meurtrière de l'évincer rapidement, en oubliant presque le contexte actuel et le nombre d'obstacles qui pouvait réellement se dresser entre cet homme dont elle l'ignorait le nom et elle-même. Une seule obsession, une seule envie, l'atteindre lui et personne d'autres. Une fois qu'elle se serait débarrassée de cet être, elle aurait lavé son honneur et pourrait désormais reconquérir leur île avec plus de fierté encore. Bien que son regard ne quittait pas la tête blonde qui sortait du lot, elle se devait de ne guère oublier les personnes qui souhaitaient attenter à sa vie et qui n'était pas le concerné. Parer était bien beau mais elle se devait d'esquiver et de ne pas se laisser distraire avant d'arriver à sa cible. Au final, elle se devait d'esquiver car battre tous ceux qui s'étaient placés sur sa route seraient bien trop nombreux pour pouvoir les affronter tous sans risquer quoi que ce soit. Ce serait bien trop dommage de perdre des membres ou même se faire tuer sans avoir atteint son objectif. C'était bien le seul avantage après tout de son petit acabit pour une Fer-née. Une femme avait plus facile de se faufiler dans ces hommes violents et avec un besoin agressif. Et pour une fois, elle comptait bien utiliser cette capacité qu'elle n'avait jamais aimée pour se déplacer plus aisément parmi ces hommes. Son attention ne se préoccupait même plus des autres marins de la Veuve Salée. L'agitation n'était qu'un bruit de fond, ceux qui bataillaient, juste des obstacles à passer avec détermination. Il fallut un petit temps avant de pouvoir atteindre sa cible , elle n'était qu'à quelques pas de lui et elle leva Traitresse avec la ferme conviction de pouvoir l'assener sur le concerné en formulant une parole claire et nette "T'es mort ! " mais un coup de bouclier lui fut assené sur le flanc pendant son attaque l'obligeant à rediriger son coup vers l'assaillant. Désormais, sa cible était au courant de sa présence mais elle devait faire face à une autre qui comptait bien ne pas la lâcher et qui s'était précipité pour l'empêcher d'agir. Avec hargne, elle abattit violemment Traitresse sur le nouvel arrivant. Il ne l'empêcherait pas d'atteindre sa cible. Le coup toucha le bouclier [ Survit-il au choc ?] avant qu'elle ne tente d'atteindre une autre partie du corps [Ca fonctionne ?] permettant de se débarrasser momentanément de cette cible avant de se ruer de nouveau vers Alrik.

"Tu gagn'ras pas c'combat ! T'vas r'gretter d'pas m'avoir tuée! "

Cette fois-ci ce serait elle qui le renverserait et le mettrait à terre, mais contrairement à lui, elle comptait bien mettre un terme à sa vie. Le premier coup qu'elle lui asséna se voulut pour but d'éjecter le bouclier qu'il tenait avant de chercher à le blesser cette fois clairement !




Jamais le fracas de la mer n'atteint la roche

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Danelle Lothston
Noble

Général

Dame régente d'Harrenhal

Dite "La Folle"


♦ Missives : 1003
♦ Missives Aventure : 25
♦ Age : 37
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 03/12/2012
♦ Célébrité : Michelle Pfeiffer dans 'Stardust' © Paramount Pictures
♦ Copyright : Avatar©Gritsou & Gif animé©Logan Grafton.
♦ Doublons : Alysanne Florent, Lantheïa, Vyrgil Vyrwel
♦ Age du Personnage : 39 ans
♦ Mariage : Qui aurait le courage de demander ma main ?
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles : Les racines de la folie
Extravagances et confidences
Les mystères d'Harrenhal
Les dons de Danelle
Scandales notoires

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
106/500  (106/500)


Message Mar 30 Avr 2013 - 8:40

Un premier contingent ennemi nous aperçut. Certains étaient des guerriers, d’autres non, tous clairement résolus à défendre leur ville, et leur férocité impressionna nos soldats : c’était une chose de connaître la réputation des Fer-nés, une autre de les voir marcher sur vous avec des armes de bric et de broc et la rage d’un kraken sorti de son antre. Les premiers rangs moins expérimentés hésitèrent et je tirai mon arme. Je n’ai jamais été fine analyste des sentiments de mon prochain, mais je connais mes soldats. Ces roturiers dont les familles n’avaient pas encore souffert des assauts des Fer-nés, se battaient pour deux choses seulement : leur solde et leur survie. Face au danger, seule la seconde avait une chance de faire mouche.

« Je suis derrière vous »
proclamai-je d’une voix calme et forte. Et chacun d’entre eux, me connaissant, sut ce que cela voulait dire : « Celui qui fuira ce combat mourra avec une hache dans le dos ET mon épée dans le ventre. » Mais cela voulait dire aussi : « Je tiendrai avec vous. » Tybalt prétend qu'on pourrait se servir de ma détermination comme d’une enclume sur laquelle forger de l’acier valyrien. Je serrai les dents et me préparai au choc. « Tir de barrage ! » Une grêle de flèches monta en cloche et s’abattit sur les Fer-nés rassemblés qui brandirent leurs petits boucliers. Ces protections suffiraient-elles à les abriter d’un tir de barrage axé sur le nombre et la dispersion, dans ces rues plus protégées du vent que la plage ? [MJ : quel est l’effet réel du tir de barrage ?]

Dès que l’ennemi fut trop près pour poursuivre les salves, j'ordonnai aux archers de s’en tenir à des tirs incapacitants contre d’éventuels tireurs en hauteur. Pour l’instant aucun projectile ne tombait des bâtiments ; des haches de jet et des pierres fusaient, ainsi que divers ustensiles, contre lesquels je brandissais mon bouclier noir, mais tous venaient des Fer-nés massés dans la rue qui appelaient en beuglant des renforts. Cela ne pouvait vouloir dire qu’une chose : le gros de la population avait déserté la place pour aller au port, et nos alliés devaient en avoir plein les bras…

« Nous sommes supérieurs en nombre ! Écrasez toute résistance avant qu’ils ne reçoivent des renforts ! » ordonnai-je à mes hommes. Un fracas d’épées répondit à cette injonction. « Nous devons avancer et rejoindre nos alliés rapidement ! » lançai-je ensuite à Lord Arryn. Dès que nous réussirions à enfoncer les rangs adverses, je remanierais la formation pour avancer au cœur de la ville. Mais pour l’heure, il fallait déjà franchir cet obstacle. L’avant-garde faisait de son mieux. Pourtant, quelques ennemis parvinrent jusqu’aux fantassins lourds. C’était apparemment moi qu’ils visaient… espéraient-ils vraiment m’atteindre ? Je n’aimais guère jouer le rôle d’appât mais après tout, si cela incitait ces fous furieux à se jeter sur les lames de mes soldats les mieux entraînés…

Les projectiles maintenant avaient cessé de pleuvoir et la mêlée faisait rage. J'eus la surprise de voir se faufiler jusqu’à moi… une gamine de même pas dix ans, armée d'un couteau de table, que sa petitesse avait amenée là sans être repérée. Tant d’audace m’étonna, mais je n’hésitai pas et l’assommai d’un revers de gantelet sur la tempe. « Nous passerons. Quoi qu’il en coûte. » Heureusement, il n’y en avait pas vingt comme celle-là…

[MJ : Quelles sont les pertes de part et d’autre ? Réussissons-nous à enfoncer ce groupe ? Des ennemis atteignent-ils Danelle au cœur des rangs défensifs ?]




PS : Mes PNJ sont ouverts à l'incarnation par des joueurs, MP-moi si vous êtes intéressé !


Spoiler:
 


Dernière édition par Danelle Lothston le Mar 7 Mai 2013 - 15:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Oberyn Dayne
Chevalier

Général

• Epée du Matin •
◌ Vision du Guerrier ◌
• Champion de la Maison Martell •

« Honneur, Loyauté, Sacrifice. »

♦ Missives : 2094
♦ Missives Aventure : 87
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 30/03/1988
♦ Arrivée à Westeros : 17/09/2012
♦ Célébrité : Jamie Campbell Bower
♦ Copyright : Violain <3
♦ Doublons : Gunthor Estremont
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : Fiancé à Edarra Ferboys
♦ Lieu : Citadelle des Météores.
♦ Liens Utiles :

Disponibilité : 3/4 RP's
Présentation d’Oberyn
Voyages & Aventures
Capacités d’Oberyn
Chroniques de la Maison Dayne

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1250/1500  (1250/1500)


Message Mar 30 Avr 2013 - 12:16


La Bataille de Lordsport.


Le choc du tranchant contre le massif du bois fut violent, immédiat, à même de ravager les peintures figurant les blasons des différentes maisons de Dorne unies contre la Seiche. Serrant les dents, Oberyn reconnu à ces sauvages l’art de surprendre dans l’usage des armes. Lové derrière son bouclier, le Chevalier jeta un regard à sa troupe pour voir le premier sang couler et ses premiers hommes tomber. Commandant, général, il se devait de faire preuve d’une certaine réactivité pour ne pas voir sa troupe tomber sur le déluge d’acier qui leur était adressé. Tous bons lanceurs qu’ils soient, les Fer-Nés devraient opérer un temps mort pour se saisir de nouveau projectiles. C’est là qu’ils en profiteraient.

« Archers, encochez et tenez-vous prêts ! Forrest, maintenez vos positions et protégez l’archerie ! Je vous ordonne de tenir ces lieux et de nous préserver du Nord ! » Toujours méfiant sur l’arrivée de renforts venant du Nord, l’Epée du Matin se décida à une nouvelle fois scinder ses troupes, laissant les Soldats de la Tombe au Roy et les Archers des Météores à proximité du Septuaire alors qu’il comptait mener avec lui le reste de la troupe pour une frappe directe ! Se tournant vers le Chasseur de Lancehélion, toujours à l’ombre de son Bouclier, l’Hériter Dayne lui dicta ses derniers ordres : « Je t’abandonnes l’Archerie ! Veille à nous préserver du Nord et trouves donc du feu ! Si le fortin brûle, nous nous préserverons que quelques troupes occupées à l’extinction des foyers ! Veille à coordonner tes actions avec le commandement Forrest ! » [Les Forrests ainsi que l’Archerie des Météores passe sous le « commandement » de Mycah.] Une nouvelle hache fusa dans les airs et Oberyn jeta vers son origine un regard mauvais. Serrant plus que jamais ses phalanges sur la poignée d’Aube, le Bretteur des Montagnes Rouges parla toujours plus vite : « N’épuises pas toutes les réserve et préserve nous des Renforts ! Je veux une nouvelle salve de flèche vers ces combattants pour les terrer à couvert. A mon signal, je mènerai la charge ! » Abandonnant là son compagnon d’infortune, l’Epée du Matin se mêla à ses chevaliers comme aux Troupes de la Maison Martell. Ramassés vers le sol, ils offraient aux archers le luxe de tirer leurs traits par-dessus leurs dos voutés. Et alors que les Fer-Nès sortaient de leur cachettes pour leur faire gouter à leur danse du pouce, Oberyn hurla à plein poumon :

« Feu de Couverture ! » [Ordre de Tir sur des combattants Fer-Nés] La fenêtre de tir fut exploitée, les traits fusant vers les Pirates exposés. Voutés, les Dorniens entreprirent de charger en direction de leurs opposants. [Oberyn, ses Chevaliers et les Forces de Lancehélion Chargent les Hommes de la Maison Botley] Et alors que plus un trait ne fusa à leurs oreilles, Oberyn se leva pour courrir à en perdre haleine. Bouclier dressé, il motiva ses hommes : « Aujourd’hui, montrez-vous dignes du Soleil comme de la Pique de Lancehélion ! » Les hurlements se firent écho de ses mots et toute la fureur des Sables se manifesta. Bien vite ils furent sur eux, bien vite ils purent voir le blanc de leurs yeux et bien vite se forma la mêlée. « Pour le Prince Maron ! » Hurla-t-il alors que sa lame blafarde ciblait déjà un premier homme d’un rageur coup de taille… [Les Dorniens initient le combat avec les Soldats Botley. Oberyn abattit-il un premier combattant ?]




« Seal my heart and break my pride,
I've nowhere to stand and now nowhere to hide,
Align my heart, my body, my mind,
To face what I've done and do my time. »
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mar 30 Avr 2013 - 13:07

     Sargon ne mit pas bien longtemps avant de se lancer dans l'action, au fond que la confrontation ait lieu ici ou sur le continent, les adversaires restaient les mêmes. Quoique, cette fois-ci ils étaient plus prometteurs, des chevaliers et non des paysans armés de fourches. Mais serait-ce suffisant pour leur tenir tête ? La vanité du Harloi le persuadait que non.

     Des flèches furent tirées dans leur direction et abattirent quelques hommes, mais les autres ne ralentirent pas l'allure et rapidement les haches de jet firent leur travail. Que ces continentaux puissent s'imaginer battre les Fer-nés sur leur propre territoire, c'était tout bonnement impensable ! Sa colère aidant, le capitaine de la Veuve Salée commença par parer l'attaque d'un combattant lambda qui se dressa sur son chemin. Le Harloi ne visait personne en particulier, tout ce qui lui importait étant de débarrasser Lordsport de la racaille continentale. Après avoir bloqué le coup, Sargon repoussa l'arme de son adversaire pour libérer Crépuscule de son emprise et la porter sur le côté afin de transpercer le flanc du continental. Celui-ci prouva qu'il était plus débrouillard que les paysans en bloquant le coup. Sans se troubler, le Fer-né lui expédia un coup de coude en plein dans le nez avant de dégager sa lame pour la plonger dans le ventre de l'homme. L'acier de son arme traversant les armures comme du beurre, le compte de l'homme fut rapidement réglé.

     Les marins de la Veuve Salée arrivaient déjà, des renforts qui ne seraient pas de trop. Rapidement, Sargon chercha sa cousine du regard et la vit arriver par un autre coin avant de se précipiter vers celui qui semblait être l'un des meneurs du groupe des continentales. Une moue de contrariété se dessina sur le visage du Fer-né qui n'avait aucune envie d'annoncer à son oncle que sa fille avait été tuée lors de l'assaut des étrangers. Yoren s'était déjà hissé aux côtés de son capitaine qui lui donna quelques instructions.

     ▬ Ne les laisse pas passer, ils ne doivent pas atteindre la forteresse, peu importe si on y passe tous ! »

     Jetant un dernier coup d’œil en arrière pour voir où se trouvait Helya - ainsi que son frère et l'autre Botley de sortie - le capitaine de la Veuve Salée se détourna finalement d'eux avant de progresser en avant dans l'optique de se hisser à la hauteur de sa cousine. Même si le Fer-né avait confiance en elle, il devait admettre qu'il n'était pas certain qu'elle puisse faire le poids face à un chevalier entraîné. Si cet homme avait le malheur d'essayer de la tuer, Sargon comptait bien l'en empêcher. Mais c'était sans compter sur le fait que plusieurs hommes se trouvaient encore sur le chemin qui menait au duo, le Harloi se débrouilla donc pour essayer de se débarrasser des gêneurs, Crépuscule se révélant d'une fidélité sans faille. [ Sargon arrive-t-il à passer la barrière des Dents de Freux pour rejoindre Arkha ? ]


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 30 Avr 2013 - 14:11

Lothar, Mathis et ses hommes profitèrent de leur nombre plus restreint pour atteindre les premières ruelles de Lordsport en toute discrétion. Aux abords des habitations, seuls les échos lointains de l’assaut sur le port se faisaient entendre, comme si en ces ruelles périphériques, la paix régnait encore.

Ce calme ne dura pourtant pas. Aussi soudainement que l’avait été leur arrivée sur la grève, des beuglements et hurlements violents se firent entendre des ruelles adjacentes. Lothar jeta un coup d’œil à Mathis, puis les deux hommes firent des gestes à leurs hommes afin de les placer le long des premières bâtisses, les armes et boucliers levés. Un jeune soldat du nom de Erik fut envoyé jeter un œil sur l’armée de la Couronne, et sur la menace auquel elle faisait face. Ce dernier revint rapidement.

    « Un petit groupe de Fer-nés plus ou moins désorganisés fonce vers eux messer, tentant de les prendre rapidement au corps à corps. » Lothar fixa l’entrée des ruelles, à quelques dizaines de mètres. « C’est pas eux le problème, je fais confiance à lady Danelle pour les mettre au tapis. Ce que l’on peut redouter, c’est qu’ils ameutent tout l’quartier avec leurs hurlements de sangliers effarouchés… Et ça, c’est pas bon pour nous, ni pour le reste de l’armée. » Mathis l’interrompit brusquement. « Lothar, du mouvement droit devant ! »

Aussitôt, le Chevalier-aux-Crabes se mit en position, adossé contre une bâtisse grisâtre à un étage. Comme prévu, le tintamarre provoqué par les sagouins tout proche avait eu pour conséquence de faire réagir et d’attirer les Fer-nés des demeures proches. Un groupe d’hommes remarquèrent les soldats de Pince-Isle et foncèrent vers eux en beuglant. [ Combien sont-ils ? ] Dans le même temps, certaines portes des demeures qu’ils avaient déjà dépassées s’ouvrirent et déversèrent un assemblage hétéroclite de Fer-nés vindicatifs, dont une majorité de femmes et d’enfants. [ Combien sont-ils ? Y’en-a-t-il aux fenêtres pour pilonner les hommes de Lothar ? ] Surpris, Lothar ne se laissa pas décontenancé longtemps et hurla ses ordres.

    « Mathis, en arrière ! Forme une ligne de défense pour éviter d’être débordé ! Faites gaffe aux femmes et aux enfants, mais si vous l’pouvez, évitez les pertes inutiles ! Elyas, avec moi ! On charge et on sécurise la ruelle ! Il faut à tout prix nettoyer le secteur pour permettre à l’armée d’avancer, et notre petit nombre ne joue pas en notre défaveur dans ces corridors ! Allez les gars ! Pour Pince-Isle ! »

Suivant les ordres de leurs commandants respectifs, les soldats de Pince-Isle se mirent en formation et formèrent un bloc de boucliers et de lames qu’ils espéraient hermétique. Ser Mathis Brune, gueulant par-ci, par-là fit face à une attaque désorganisée mais déconcertante des villageois alentours. Leur erreur avait été de ne pas vérifier chaque maison, et les Fer-nés profitaient de cette occasion inespérée. [ Quelles sont les pertes des deux côtés ? Les Fer-nés arrivent-ils à briser le mur de boucliers ? ]

Lothar quant à lui chargea la troupe de barbares courant à leur encontre, et le choc qui en résultat fut violent. La hache d’acier valyrien au clair, le chevalier de Pince-Isle se démenait du mieux qu’il pouvait, tout en exhortant ses hommes d’en faire autant. Les voilà enfin confrontés à la sauvagerie fer-née… [ Quelles sont les pertes des deux côtés ? Les Fer-nés sont-ils mis en déroute ? Lothar est-il blessé ? ]


Dernière édition par Lothar Celtigar le Ven 3 Mai 2013 - 14:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Commandant des Dents de Freux
avatar

Alrik Mallery
Commandant des Dents de Freux

Général
- Noblesse d'Ame -

♦ Missives : 1209
♦ Missives Aventure : 117
♦ Arrivée à Westeros : 19/02/2012
♦ Célébrité : Josh Holloway
♦ Copyright : Luchadora
♦ Doublons : Lakdahr l'Edenteur - Séraphine - Jeyne Estremont
♦ Age du Personnage : 39 ans
♦ Mariage : Veuf - Fiancé à Velanna Vance
♦ Lieu : Les Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
2127/2500  (2127/2500)


Message Mar 30 Avr 2013 - 15:07

« Archers en retrait, rapidement ! Tâchez de rester à l'écart et continuez de tirer ! Dents de Freux, miliciens, repoussez les fer-nés, il nous faut tenter une percée, nous devons passer ! » Hurla Alrik à l'attention de tous les hommes sous son commandement, l'instant était crucial, il fallait garder la tête froide et être prêt à tout et n'importe quoi. Les insulaires étaient peut-être en infériorité numérique, mais ils n'en étaient pas moins de féroces combattants qui leur donneraient beaucoup de fil à retordre, en particulier alors qu'ils arrivaient de plus en plus nombreux pour leur faire barrage. Tout n'était qu'une question de stratégie, et qu'importait qui y parvenait en premier, mais leur unique chance de faire abdiquer les forbans, si ce n'était par l'estoc et la taille, était de prendre la forteresse de Lordsport. Et si eux n'étaient pas en mesure de l'atteindre, peut-être était-il opportun d'opter pour une autre tactique. Le chevalier se fraya tant bien que mal un chemin jusqu'au commandant des armées royales, bloquant de justesse une hachette qui eut la prétention de vouloir lui fendre le crâne, puis il héla son homologue duquel il se rapprocha. « Prince Maekar ! Je vous suggère de prendre vers l'Est pour tenter de contourner cette troupe fer-née ! Avec un peu de chance et si je ne me fourvoie pas, vous rencontrerez peut-être les forces Arryn et Lothston. Je reste ici pour tenir tête à l'ennemi et essayer de passer de ce côté pendant que vous essayez d'un autre, l'un de nous doit atteindre le fortin ! » Aux Sept Enfers la gloire, l'important n'était pas de savoir qui paralyserait la ville, l'important était de pouvoir le faire. De plus, les fer-nés seraient peut-être déstabilisés de voir leur groupe se scinder, il leur faudrait choisir entre rester ou poursuivre ceux qui partaient. [Maekar suit-il cette proposition ? Si oui, quelle est la réaction des fer-nés ?]

Mais pendant qu'il exposait son plan au targaryen, il ne vit pas la menace poindre dans son échine et ne dut son salut qu'à l'intervention de l'un de ses hommes, qui stoppa l'attaque originellement vouée à son supérieur. Alrik se retourna pour prendre connaissance de la situation et il fut pantois de reconnaître une brune fort caractérielle [Arkha] qu'il avait déjà rencontrée auparavant. Et visiblement, elle se souvenait également de lui ! L'assaut mené de front projeta son bouclier au loin, et face au bec-de-corbin de la fer-née, Fraternité pourrait difficilement faire le poids. Aussi, le sigisbée opta pour l'esquive, évitant autant que faire se pouvait les coups envoyés par la furie plus que décidée à prendre sa revanche. L'exercice aurait de quoi courroucer plus encore la jeune femme, quoi de plus irritant qu'une cible qui ne cesse de mouvoir ? A force de persévérance, le Mallery parvint jusqu'à son bouclier qu'il récupéra et dont il s'aida pour violemment bousculer son ennemie. « Je ne ferai pas deux fois la même erreur ! » Il aurait dû l'occire ce jour où ils avaient combattu, mais il n'était pas trop tard pour y remédier ! Et cette fois, ce fut à son tour de passer à l'attaque, son épée prompte à trancher sans commisération aucune fendit l'air pour un duel avec un certain goût de déjà-vu.


Vous allez balayer ma cendre ; L’homme ou l’insecte en renaîtra ! Mon nom brûlant de se répandre, dans le nom commun se perdra. Il fut! Voilà tout ! Bientôt même, l'oubli couvre ce mot suprême, un siècle ou deux l’auront vaincu. Mais vous ne pouvez, ô nature, effacer une créature... Je meurs. Qu’importe... J'ai vécu !


Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Helya Harloi
Homme d'Armes

Général
Capitaine de l'Amazone

♦ Missives : 1733
♦ Missives Aventure : 46
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 15/12/1988
♦ Arrivée à Westeros : 10/05/2012
♦ Célébrité : Sarah Polley
♦ Copyright : FEE aka Sargon
♦ Doublons : Nope
♦ Age du Personnage : 27 années
♦ Mariage : Sargon Harloi
♦ Lieu : Îles de Harloi - Dix-Tours
♦ Liens Utiles :

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
401/500  (401/500)


Message Mer 1 Mai 2013 - 8:21

Le bruit du fer qui se croise s'élève déjà, le sang d'Helya bouillonne alors qu'elle se dirige vers les docks d'un pas pressé, tentant d'éviter les habitants qui vont et viennent dans tous les sens. Elle n'hésite pas à les dévier de sa trajectoire d'un revers de bras. « Olaf ! » Son marin ainsi qu'ami capte son regard, le message est de suite compris. Il grimpe sur le toit et s'y aplatit, sondant de sa tour de guet de fortune ce qui se trame. Il fait des gestes dans l'air pour tenir au courant la troupe des positions des continentaux. Il s'agit maintenant d'en éliminer un maximum et de poser une stratégie. Helya fait signe à Olaf de rester perché sur le toit de la bâtisse et y envoie quelques hommes.« Prenez ces seaux d'huile ! A mon ordre, vous l'déversez sur l'gueule d'ces chiens en contre-bas. On va l'prendre d'assaut d'l'autre côté » Avec le reste de ses hommes, elle bifurque dans une ruelle étroite et s'engouffre dans une habitation dont les fenêtres donnent directement sur les alentours du dock. Une fois dans l'habitation, la capitaine tente de trouver une source de feu et la trouve en une lampe à huile encore allumée avant de la refourguer à un marin « T'as intérêt à c'qu'elle reste allumée ! Qu'l'sang gicle et colore nos haches ! » Les hommes d'Helya commencent à lancer leur hache de jet pour nettoyer la zone des fenêtres et permettre le reste du groupe de débarquer par son biais. Une fois hors de l'habitation, Helya confronte Goshaël aux premiers continentaux, les repoussant tant bien que mal. [Helya se trouve donc à l'extérieur du bâtiment se trouvant à l'Ouest d'Arkha selon la carte] Hissant son regard vers Olaf, elle siffle pour donner son ordre à Olaf sans éveiller les soupçons des continentaux. L'huile à lampe se déverse sur un groupe d'ennemis, aveuglés sur le coup. « Bougez vot'cul ! » De l'autre côté, Olaf et le reste des marins sautent à terre quittant le toit et commencent le combat, les continentaux pris en sandwich par les deux extrémités.[Olaf se trouve aux alentours du bâtiment à l'Est d'Arkha selon la carte] « Allume-les ! » Un marin de l'Amazone tente dans la cahute du combat de jeter la lampe à huile encore allumée sur les soldats arrosés d'huile. [Y arrive-t-il ?]

Rhoawyr arrive avec une poignée de marins de l'Amazone et une troupe de soldats Botley vers une zone d'habitation. [Il se trouve donc au niveau de Lyonel et les troupes de l'Orage] « Z'avez entendu les ordres d'not'C'taine : Tranchez tout c'qui respire ! » Une femme court en sens inverse, affolée « Ils arrivent par ici ! Ils arrivent ! Y sont au bout d'la rue » Rhoawyr ordonne au groupe de se diviser en deux groupes. L'un se cache dans une habitation, l'autre se hisse sur le toit d'une habitation opposée pour un effet de surprise sur ceux qui débouleront dans cette voie. [Que se passera-t-il quand Lyonel et les troupes de l'Orage seront à leur niveau ?]

Clovyn et Edan Botley ont sorti leur armes et mènent les soldats de la maison Botley. De leur position, ils peuvent apercevoir Sargon qui se démène pour rejoindre Arkha. Malgré leur but commun, aucun d'eux n'a envie de l'aider à faire une brèche dans la barrière des Dents de Freux sauf quand ils aperçoivent la tignasse rousse de leurs soeurs de l'autre côté de la cohue. Ils se mêlent donc aux efforts de Sargon de mauvaise grâce. [Les 2 frères sont pas loin de Sargon et veulent se diriger vers leur soeur]




Une civilisation se transforme lorsque son élément le plus douloureux devient tout à coup une valeur
Lorsqu'il ne s'agit plus d'échapper à cette humiliation, mais d'en attendre son salut, d'y trouver sa raison d'être.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 1 Mai 2013 - 17:51

Plus ils progressaient dans les ruelles, plus il se sentait à l’étroit. Avoir rejoint Maureen n’arrangeait pas les choses, au contraire… Les archers avaient pour habitude de se garder de l’espace pour avoir les coudées franches et une vue dégagée, même si le terrain ne le permettait pas. Parmi les guerriers, les bousculades étaient plus fréquentes et les rangs plus serrés. Il aurait pu tirer en cloche par-dessus les rangs alliés mais agir à l’aveuglette ne lui plaisait pas du tout.
Les circonstances voulurent qu’ils débouchent dans une même rue avec le Lord Baratheon à leurs côtés. Il avait beau être bien entouré de sa garde rapprochée, la stature de l’Orage Moqueur ne lui laissait aucun doute. Adrian se fendit d’un sourire, malgré la situation, avant que la réalité ne les rattrape. Il n’eut pas le temps de saluer le Lord-suzerain, son regard se braquant sur les hauteurs où il venait de percevoir quelques mouvements. Ca ne lui plaisait pas du tout… La ville était un guet-apens géant dans lequel ils avaient le devoir de s’enfoncer. Les Fers-Nés leur avaient déjà démontré à quel point ils pouvaient être traîtres et retords dans leurs actions défensives. Il pouvait s’attendre à pire, surtout en restant si proche du symbole des troupes de l’Orage.
- Nous devons monter sur les toits et en prendre le contrôle si nous voulons éviter les mauvaises surprises, lâcha t-il sur un ton élevé, audible autant par le Lord que Maureen, les archers auront ensuite le terrain dégagé pour vous couvrir en contrebas, on ne peut rien d’ici !

Il prit une lente inspiration, repérant une maison dans la ruelle, prêt à s’y engager. Mortimer passa naturellement devant lui pour couvrir sa progression, jetant un regard à sa Lady comme pour avoir son assentiment et savoir si elle comptait suivre le mouvement, alors qu’il ouvrait la porte d’un violent coup d’épaule. Adrian, lui, espérait que le Lord Baratheon lui apporterait son soutien. Seul dans les hauteurs, il s’exposait aux archers ennemis, mais avec ceux de l’Orage à ses côtés, ils prendraient sans mal le dessus. Du moins le pensait-il…

Une flèche encochée, il pénétra avec lenteur dans la maisonnée, repérant les potentielles cachettes et la sortie qui pourrait les conduire jusqu’au toit. Mortimer optait pour une stratégie prudente, faisant office de bouclier à l’héritier. [Il entre donc dans une maison, cherchant à éliminer les menaces pour déboucher un accès aux toits.]
- Ne me lâche pas d’une semelle.
Adrian hocha la tête, profitant de l’expérience du vétéran en suivant chacun de ses pas. Il était peu à son aise dans un endroit aussi exigu, et s’il était capable de causer de lourds dégâts en tirant à bout portant, il craignait surtout de se faire prendre à revers. Le chaos de la bataille l’empêchait clairement d’entendre tout mouvement suspicieux, aussi essayait-il de combiner sa vision à celle de Mortimer. Il avait beau s’être déjà battu par le passé, jamais dans des lieux aussi exigus… Et ça avait le don de le rendre nerveux.
Revenir en haut Aller en bas
Seigneur Suzerain de l'Orage
avatar

Lyonel Baratheon
Seigneur Suzerain de l'Orage

Général
L'Orage Moqueur

♦ Missives : 586
♦ Missives Aventure : 51
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 11/07/1992
♦ Arrivée à Westeros : 31/07/2012
♦ Célébrité : Russell Crowe
♦ Copyright : Neassa Baratheon
♦ Doublons : Aucun
♦ Age du Personnage : 52 ans.
♦ Mariage : Neassa Stark
♦ Lieu : Accalmie - Terres de l'Orage
♦ Liens Utiles : L'Orage Moqueur...
Voyages et Hauts-Faits
Aptitudes

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
321/500  (321/500)


Message Mer 1 Mai 2013 - 22:40

S'engouffrer dans les rues étroites du bourg était loin de faciliter les choses. Là, combattre devenait moins aisé, plus dangereux, et épargner la vie de leurs adversaires en devenait de plus en plus difficile. Même si les archers étaient bien plus contraints aux frappes hasardeuses que les guerriers, ces derniers avaient plus de difficultés à frapper précisément, chose hélas nécessaire lorsqu'on avait pour ordre de faire le moins de victimes possibles... N'en faire aucune était de toute façon impossible.

Avancer lentement leur serait nécessaire. Ils devraient nettoyer les rues mais aussi les habitations qui représentaient un potentiel piège mortel... Alors qu'un autre groupe de soldats de l'Orage les rejoignait, une autre menace se fit à nouveau sentir. Les toits ! Lyonel retint un juron lorsqu'Adrian rappela ce danger auquel il ne pensait plus, concentré sur les combats dans les rues. Le jeune archer avait raison et son initiative était intelligente. Quant à savoir ce que le Bolton faisait là, avec les troupes de l'Orage... Il y songerait en temps voulu.

-Suivez le ! Ordonna-t-il à ses hommes d'une voix forte. Grimpez sur les toits, éliminez ceux qui s'y cachent et couvrez les combattants qui restent dans les rues ! Surveillez les fenêtres également. Je veux au moins dix hommes dans les bâtiments, vérifiez que personne ne se terre à l'intérieur, fouillez toutes les pièces, jusqu'aux combles s'il le faut ! Après seulement vous aurez le droit d'en sortir et de passer à la suite ! Les autres, couvrez nos arrières, que personne n'arrive dans leur dos depuis la rue tant qu'il en reste à l'intérieur. Et n’encombrez pas la sortie !

Avec leur fichu caractère, ces Fer-nés seraient capables de mettre leurs propres maisons en feu... Était-ce de la fumée qu'il avait aperçu, en direction du chantier naval ? Mieux valait s'assurer qu'ils puissent vite être dehors en cas de problème de ce genre. Et s'ils rencontraient une trop grande résistance, laisser les issues libres permettraient de rejoindre plus vite le gros des troupes pour se débarrasser une bonne fois pour toute des Fer-Nés. Quoi qu'il en soit, ils allaient devoir progresser lentement, vérifiant que les maisons ne recelaient pas une horde de guerriers furieux... Ce qui ne manquerait certainement pas d'arriver. Ils devraient les visiter une à une, comptant sur les archers pour se débarrasser des menaces sur les toits et pour sécuriser leurs arrières tandis qu'ils avançaient. Oui, ce serait long, mais mieux valait espérer que ce soit également efficace.

Ainsi, alors qu'Adrian entrait dans une masure toute proche, il fut vite suivi par toute une troupe de soldats bien décidés à sécuriser la zone afin de permettre aux archers d'accéder aux toits. Tout un autre groupe d'archers et de soldats firent de même dans une maison voisine alors qu'une importante partie des troupes se chargeait de contenir les assauts des habitants dans les rues. Lyonel frappa un homme, puis deux, puis même une femme alors que ses hommes s'engouffraient à l'intérieur. Il laissa là le combat dans les rues et les suivit ensuite, estimant qu'il restait bien assez d'hommes d'armes et de chevaliers pour tenir les Fer-Nés à distance.

Il s'agissait maintenant de permettre un accès rapide et sécurisé aux toits. Investir les bâtiments en nombre permettrait de submerger l'ennemi sous le nombre : dans un espace aussi exigu, il n'était pas facile d'affronter près d'une quinzaine de soldats et de chevaliers bien équipés et déterminés.

[Est-ce que les archers parviennent à atteindre les toits ? Y a-t-il de la résistance (les hommes d'Helya ) ? Quel est le résultat de ces premiers affrontements ?]


Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 2 Mai 2013 - 12:44

Les gens des îles de Fer venaient-ils tous au monde avec une lame dans la main ?! Armand Tignac était encore effaré et choqué par la vision de ces femmes et enfants armés de couteaux de cuisine, de hachoir ou de pioches se jeter sur des soldats en cottes de mailles et armure… des enfants parfois de l’âge de ses propres rejetons !

Alors qu’il avait complètement oublié les quelques leçons reçues sur le maniement de l’épée, le paysan avait eu le réflexe de suivre les conseils d’un autre soldat, probablement un vétéran, à en juger par ses traits et l’usure de sa poignée d’épée. Armand s’était donc borné à bloquer les attaques dirigées contre lui à l’aide de la garde… encore qu’il se soit prudemment coulé dans le sillage de ce vieux dur à cuire, faisant davantage intervenir son bouclier pour parer les coups et repousser les civils. Tant bien que mal, la troupe avançait vers les habitations. Le Tignac ignorait quel était leur objectif, mais lord Lyonel Baratheon devait bien le connaître, lui. Autant suivre son seigneur et faire comme les autres. Lorsque l’ordre fut donné de sécuriser les rues, Armand se joignit en compagnie du vétéran à un groupe de trois autres soldats qui se postèrent à une intersection [contre un mur de la maison la plus proche]. Le paysan se plaqua dos au mur, à côté du vétéran. L’accalmie serait probablement de courte durée, aussi Armand fut-il tenté de remercier son compagnon pour le conseil de toute à l’heure. Mais il avait la gorge si sèche et les battements de son cœur lui faisaient tellement de mal aux tempes qu’il préférait ne pas essayer de parler. Si ils survivaient tous les deux à la bataille, il lui dirait merci.

Armand aperçut sur leur côté lord Lyonel discuter avec un jeune homme entouré de soldats portant sur leurs boucliers deux cygnes noir et blanc. « Les troupes des Swann ! », entendit-il à sa droite. Les soldats de l’Orage se rassemblaient… et Armand songea que le précédent combat n’avait été qu’une escarmouche. La vraie bataille viendra bientôt. Il resserra davantage la prise sur la poignée de son épée et serra son bouclier contre son torse en se répétant à voix basse : « Voler haut, voler loin… voler haut, voler loin…. Voler haut, voler loin… ». Peut-être que ces mots appris dans son enfance lui porteraient chance ?

[Les troupes rencontrent-elles de la résistance dans les rues ? ]


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 3 Mai 2013 - 21:24

    Je pense qu’on peut tenter toute sa vie de s’imaginer ce que c’est que la guerre, la vraie, sans jamais effleurer des doigts la réalité d’une bataille. Toute ma vie, ce n’était que dix neuf petits printemps. Je n’étais pas assez prétentieux pour croire que c’était une longue durée, même si j’étais un adulte à présent. Et pourtant, malgré tous mes efforts, donc, je ne m’étais pas attendu à voir ma gorge se nouer, ma bouche s’assécher, lorsque les premiers Fer-Nés apparurent devant nous. En fait… la bataille n’avait pas encore commencée que j’appréhendais déjà… Dame Lothson plaça ses hommes avec une rapidité qui me stupéfia, et tenant d’avoir l’air convaincu de ce que je disais, je m’employais à faire de même, plaçant les archers derrière en tir de barrage, mais optant aussi pour de la souplesse dans la formation. Je n’étais pas pour les formations militaires trop rigides qui, si elles avaient comme principal atout d’être connue par les hommes et instinctives, ne laissaient pas suffisamment de marge de manœuvre pour l’initiative et l’adaptation rapide. Le groupe de Fer-Nés, pas très imposant finalement, seulement une trentaine d’hommes alors que j’en comptais plus d’une centaine sous mes ordres. Les troupes de Dame Lothson attaquèrent les premiers, et me lança que nous devions aller rejoindre nos alliés le plus vite possible. Ca tombait sous le sens, puisque si nous n’avions à faire qu’à une trentaine d’autochtones, c’était bien que les autres se trouvaient autre part, et comme notre venue était un peu en décalée par rapport à l’attaque principale nous avions plus ou moins champ libre pour le moment. « Avançons donc. Pas d’archers à découvert, pas de fantassins à découvert non plus. » Que pouvais-je bien rajouter de plus ? Je jetai un coup d’œil à Lothson et j’estimai qu’elle allait gérer le groupe de bougres qui nous avait atteints. Nous nous dirigeâmes au Sud du bâtiment le plus proche [ Le Bordel ], là où Celtigar était monté au Nord. Je comptais contourner le bâtiment pour prendre à revers d’éventuels Fer-Nés venus en réponse aux beuglements poussés par ceux qui avaient tenté de freiner nos troupes. [ Y a-t-il déjà des hommes ? ] Des bruits de combats nous montaient déjà du Sud, des bruits de lames qui s’entrechoquées, des bruits de cris, de pas, de courses, des derniers soupirs qui allaient rejoindre les Sept… ou était-ce déjà mon imagination qui reconstituait la scène plus que probable ? Je savais que les hommes de la Couronne, et mon oncle donc, Maekar, se battaient là-bas. Avaient-ils le gros des forces ? Il me serait utile d’envoyer des hommes me donner une idée claire de la situation et je levais la tête à la recherche de bâtiments en hauteur que je pourrais prendre pour me faire une idée du paysage, dans le sens militaire du terme bien entendu. [ y-a-t-il un bâtiment en hauteur, suffisamment haut pour surplomber plusieurs bâtiments non loin de là ? ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 4 Mai 2013 - 21:46

Un guerrier Uller ne riait que rarement, lorsque cela se produisait cela n’avait jamais rien de ragoutant et ne concernait certainement pas un sujet léger. Des flammes, du sang, de la violence déchainée et gratuite, Rennifer ne s’était pas senti aussi vivant depuis des décennies, lorsque l’absence de paix avec le reste de Westeros avait amené son lot de véritables soldats à attaquer Dorne, avant qu’on ne le pousse à se contenter de vulgaires pillards du désert. A présent tout reprenait un sens, ses combattants tuaient avec discipline et férocité, exprimant cet entrainement implacable auquel il les avait soumis tout au long de leurs existences. Oui, le vieil acariâtre se sentait heureux désormais, furieux et heureux au milieu de toute cette haine physique, et cela n’alla qu’en s’arrangeant. Un son guttural s’échappa de sa gorge lorsque le lancier repéra les premières flammes, un cri de bête féroce constatant le côté vain d’une manœuvre désespérée. Les Fer-nés espéraient les arrêter avec du feu ? Autant essayer d’assommer un Bieffois avec un bouquet de fleurs fraiches, cet élément était le leur, leur forteresse même se résumait à un monumental brasier courroucé ! Jamais les siens ne craindrait la chaleur et la douleur, elles représentaient leur mode de vie ! Il beugla une fois de plus :

« Tuez ! Avancez ! Tuez ! Montrez à ces idiots que tout ce à quoi ils tiennent finira dans la cendre ! »

Du coin de l’œil il repéra l’approche des troupes Gargalen, probablement une aide envoyée par le jeune Dayne, et profita immédiatement de l’occasion. Sans guère se soucier de la chaine de commandement ou même de qui dirigeait les forces de la Maison où était née son épouse, il leur fit signe d’approcher pour ajouter leurs efforts là où le combat se faisait le plus intense. [Déploiement des forces Gargalen en lignes resserrées dans le chantier naval] Puis, cherchant des yeux la chair de sa chair il s’époumona :

« ANISSA ! Prends nos archers et contourne les ! Traque-les ! »

Sa fille ainée maniait plus efficacement l’arc que la lance, cela Rennifer en avait conscience, ainsi était sa nature de chasseresse implacable et son potentiel ne s’exprimerait à son maximum que lâchée là où son instinct la guiderait. De son côté il lui fallait encore donner un dernier ordre avant de se laisser submerger par la rage, un dernier effort stratégique avant de perdre sa lucidité.

« Lanciers Uller, dispersez-vous, éradiquez les et réclamez cette terre indigne de Dorne ! Abattez trente des leurs pour un seul des nôtres ! »

Se moquer des flammes était une chose, ne pas prendre en compte le danger concret qu’elles représentaient en était une autre, en se scindant l’ost Uller se déplacerait plus facilement et avec de la chance éviterait les foyers les plus dangereux. Bien entendu tout cela augmentait le risque de se faire isoler par les Fer-nés mais cela ne semblait guère le gêner, seuls les plus forts survivraient… [Dispersion des lanciers Uller en groupe d’environ une dizaine de combattants chacun, ils évoluent au hasard entre les boutres en flammes mais tentent tous d’avancer vers l’Est et les premières ruelles, si ils y parviennent ils essayeront alors de se regrouper]

Et enfin son moment arriva, Rennifer se jeta dans la mêlée en frappant de tous les côtés, guère mieux qu’une bête à la technique exercée et sans guère de retenue. Ses pas l’amenèrent jusqu’à un nouvel adversaire et il frappa à son encontre avec frénésie. [Attaque sur Tom le Forgeron]
Revenir en haut Aller en bas
Seigneur Suzerain de Iles de Fer
avatar

Dagon Greyjoy
Seigneur Suzerain de Iles de Fer

Général


"Nous ne semons pas. "

Lord Ravage de Pyk,
et de ce qu'il en reste
Fils du Vent de la Mer
Capitaine de.... non, SBF


♦ Missives : 181
♦ Missives Aventure : 89
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 13/05/1989
♦ Arrivée à Westeros : 16/09/2012
♦ Célébrité : Mads Mikkelsen
♦ Copyright : Lakdahr (signature + vava)
♦ Doublons : Neassa Baratheon, Bayard
♦ Age du Personnage : 44 ans
♦ Mariage : Lady Aaricia Bonfrère
♦ Lieu : Iles de Fer, Pyk
♦ Liens Utiles : # le personnage
# ses liens
# ses aptitudes
# son histoire


POSTES VACANTS (liens)
# Zachery
# Sorcha
# équipage du nouveau boutre
# fratrie Greyjoy

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
258/500  (258/500)


Message Dim 5 Mai 2013 - 8:42

Les années de razzias, aussi violentes soient elles, n’auraient jamais pu préparer Tom à ce spectacle incroyable. Ici, on connaissait les Continentaux sous les traits de vulgaires soldats, se battant inutilement pour protéger les côtes envahies. La vérité n’était probablement pas si fausse mais l’ennemi concentré au chantier naval n’avait rien de correspondant à cette description. Le Fer-né connaissait la violence, mais l’expression profonde de haine qu’il lisait dans les yeux de ses adversaires lui laissait croire qu’à la fin de l’attaque il y aurait plus de soldats étrangers que de Fer-nés debout dans le chantier naval. Si l’idée de mettre le feu lui avait semblée intéressante, trois coups plus tôt, il se maudissait désormais de l’avoir eue. La fumée dense rendait certains combats délicats et l’odeur rendait l’air difficilement respirable. Il tentait aussi bien qu’il le pouvait de s’éloigner du brasier, et surtout des lances. Il détestait ce combat inégal. Il avait peut-être encore plus de force à la hache que la moitié de ses opposants mais même s’il pouvait se donner au lancé, il aimait le corps à corps. Hors, les lances lui imposaient une distance de sécurité. A plusieurs reprises, de justesse, une lance ripa sur son semblant d’armure de métal. Déjà ses bras et son visage avaient subis des blessures brûlantes. Il avait réussi néanmoins à protéger ses jambes.

Il se débattait comme un aliéné, s’époumonant à crier comme si ses cris pouvaient faire fuir les ennemis qui se concentraient en groupes déterminés à tuer. Il ne comprenait pas leur démarche. D’ordinaire, il pillait les villes portuaires et tuait la résistance, tuait pour manger. Mais les hommes qui lui faisaient face semblaient avant tout décidés à tous les éradiquer. Intérieurement, il maudit son manque d’entraînements. Les meilleurs guerriers étaient partis en mer à l’aube et c’était inestimable d’avoir à Lordsport encore deux des meilleurs équipages pour les soutenir.

Il vit soudainement deux des soldats adverses se déporter, comme s’ils laissaient volontairement place à une force encore plus puissante. Réflexe salvateur, Tom se retourna. Il bloqua une frappe qui le fit blêmir jusqu’au plus profond de son être. Si le coup suivant ne lui avait pas percuté le corps avec une violence inouïe, il se serait probablement immobilisé devant l’ennemi indescriptible qui lui faisait face [Rennifer Uller]. Plus aucun son ne sortait de sa gorge sèche. Son esprit lui imposait une seule idée : protège-toi ! Alors que quelques instants auparavant, il frappait tout ce qui se présentait devant lui, il n’espérait plus qu’une chose désormais ; qu’une hache alliée se fiche au milieu du front du démon qui se déchaînait sur lui avait une soif de sang inégalable. Il était tout bonnement incapable de rivaliser. Maigre attaque comparé aux coups frénétiques, il plongea sa main libre dans le sac de clous à son côté et en projeta une poignée sur le fou qui allait indéniablement lui faire la peau d’ici peu. Profitant d’une seconde de répit, il recula de trois pas pour se rapprocher du brasier, pensant pouvoir y trouver un allié. La chaleur était insupportable, même pour un forgeron.

« Par l’Dieu Noyé ! » Cracha-t-il entre les dents avant de beugler par-dessus le vacarme en s’adressant à son adversaire. « Alors c’est tout ? Pour quoi ? Un deux sacs de farine !... j’aurais dû profiter d’une ou deux femmes en passant… » Il savait que l’autre allait resurgir sur lui comme un fauve affamé. La seule tactique qu’il avait était de l’énerver suffisamment pour que l’opposant devienne inefficace. Et encore, il serait plus efficace que lui-même.


"L'histoire morte est écrite à l'Encre, la variété vive s'écrit dans le sang."  

 
©️ frangin
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 5 Mai 2013 - 19:09

Le commandant Forrest semblait être un homme plutôt du genre bourru, un vrai Dornien des collines, un habitant des montagnes rouge comme on n'en faisait plus. Le chasseur se retrouva donc avec l'homme avec embonpoint aussi proéminent que la longue lance qu'il baladait à sa main gauche. Intimidé le chasseur se voyait déjà entrain de ramasser ses dents suite à une grande claque que le monstre lui aurait donné et ça avant qu'il n'ait même enchaîné trois mots sur la suite des événements. Et pourtant il n'en fut aucunement le cas et le soldat bien que face à un débutant dans l'art de la guerre, se contenta de lui de s'avancer vers lui et de lui donner une légère tape à l'épaule pour prendre son attention.
« Alors l'archer, on s'organise comment ? Je crois que le Dayne veut qu'on couvre ses arrières pendant qu'il avance sur le fort. D'après les plans de bataille y' a les Forgefer plus au Nord. Il risque d'intervenir sous peu si ils ne sont pas déjà là. Mais bordel aucun aucun moyen de savoir. Faudrait donc qu'on se replie ici même en les attendant ? »

Alors certes Mycah n'était pas un guerrier rangé comme tant d'autre, certes il n'était qu'un chasseur. Mais ce petit point lui apportait quelques bonus que d'autres n'avaient pas. Déjà soyons franc, il était bon à l'arc et ça même lors des situations de stress et de mouvement et surtout il apposait à ce monde si militaire une vision plus « pensée instinctive de dernière minute ». Couvrir Oberyn ? Certes pourquoi pas ? Mais attendre gentiment ici que les renforts arrivent, l'idée ne lui plaisait pas des masses. La frousse de la surprise en quelques sortes. Pour combattre courageusement combattons dans la lumière. L'effet de surprise est un traître qui vous poignarde dans le dos, alors autant prendre quelques risque à son encontre. Le chasseur, remonta son arc et le replaça dans son dos, vérifia son carquois et posa sa main sur l'épaule du grand commandant.


Vous savez quoi, je vous laisse les diriger pour moi. De toute façon les ordres sont simple. Vous tenez la position en surveillant que le Ser Oberyn n'a pas besoin d'aide, vous gardez un œil sur le nord et vous tenter d'enflammer les constructions de bois du fort. Il doit bien y avoir un peu de paille et de bois derrière ces pierrailles. Avancez un peu plus peut être entre le septuaire et le fort pour une plus large couverture et faciliter les tirs des archers. Moi je file faire ce que je sais faire, je vais jouer les éclaireurs vers le nord, je reviens sous peu.


[Mycah avance discrètement vers le Nord direction la maison des Forgefer pour voir si ils ont commencé à envoyer des hommes, lui arrive t-il quelque chose ? Les Forrest et les archers des Météores se prennent position et tire des flèches enflammées sur le fortin. Y a t-il un effet ? ]
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maureen Bolton
Noble

Général
Dame de la Maison Bolton de Fort-Terreur



♦ Missives : 518
♦ Missives Aventure : 142
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 08/07/2011
♦ Célébrité : Jaimie Alexander
♦ Copyright : Ann
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Maeve Arryn, Aaricia Bonfrère, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Non determiné
♦ Lieu : DERRIÈRE TOI
♦ Liens Utiles : Lady Maureen Bolton
Vents D'hiver et chant d'été
Nos Lames Sont Acérés
Aptitudes et Intrigues
Succès de Maureen Bolton

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
804/1000  (804/1000)


Message Mar 7 Mai 2013 - 2:57

Chaque pas était un pas devant l’inconnu. C’était différent des vastes étendues que le Nord avait pu offrir à la bataille de Motte la foret. . Plus ils se dirigeaient vers les maisons, plus elle grimaçait au danger qu’il pouvait s’y trouver. Elle devait garder un œil sur son cousin, mais celui-ci se trouvait plus souvent à assurer ses arrières que ses devants. En chemin, elle avait fasse à tous genres, mais les ruelles semblaient encore plus épeurant qu’elle aurait pu le croire. Même son homme d’arme ne put s’empêcher de commenter la scène. Elle ne savait pas comment qualifier cela, mais elle sentait son cœur débattre dans sa poitrine, bien plus fort qu’elle aurait pu le croire. Ce n’était pas son genre de se battre ainsi. Elle préférait des endroits qu’elle connaissait comme le fond de sa poche. L’ascension se fit avec quelques escarmouches dont la Bolton se défit plus facilement. Jack la sauvait parfois des mauvais pas, mais elle doutait qu’elle ne s’en tirerait pas à ce rythme. Savoir Adrian sur ses talons lui rendait la tache facile et difficile à la fois. Il prenait son rôle trop à cœur et elle se demandait si elle devait être heureuse de voir que l’homme était sorti en lui ou pas. Elle acquiesça lorsque Mortimer demanda une sorte d’approbation. Il était futé le gamin, bien plus qu’elle ne pouvait le croire. Savoir que Lord Baratheon abondait dans son sens l’amusait tout autant. Maureen passa directement à la suite de Mortimer, avec Jack sur les talons.

Mortimer surveilles leur arrières lança-t-elle avant de s’approcher de l’homme d’arme et de lui murmurer de faire attention.

Elle approuvait l’idée de son cousin, mais elle n’était pas certaine que c’était sécuritaire. C'était très loin des fondations solides de Fort-Terreur ou d’une quelconque habitation. Il n’avait qu’à mettre le pied à la mauvaise place et il tomberait. Les autres hommes de l’orage en faisaient autant, au moins les soldats au sol bénéficieraient d’une aide. Comme si la chance semblait vouloir lui sourire, elle fit un face à face avec un fer-né qui l’envoya valser jusqu’au mur. Elle se releva péniblement laissant le fer-né au bon soin des autres hommes de son grand-père. Elle prit la direction de son cousin et posa une main sur son épaule.

Attention une fois là-haut. Rien nous dis que les fondations sont solides avec un toit comme ca … Je dois te ramener à Fort-Terreur en un morceau, n’oublie pas. Jack, Mortimer, aidez-les à monter


Elle le laissa aller, tandis qu’elle fouillait la maison avec quelques soldats de son grand-père.


[Rencontrons-nous des obstacles dans la maison? Arrivons-nous à monter les archers?]



Un homme nu
n'a  guère de secrets,
mais un homme écorché
n'en a plus un seul


-Roose Bolton-
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 20 Mai 2013 - 13:45

Spoiler:
 

La charge fut donnée et les premiers morts tombèrent. Fauchés sans combats, la défaite devait être humiliante pour qui avait été cueilli chez lui, par surprise, par une flèche aussi aiguisée qu'implacable. Peut-être même certains avaient-ils péri sans avoir eu le temps de saisir leurs armes. C'était humiliant. Elle aurait détesté, sans doute son spectre haineuse aurait-il hanté longtemps alors ces terres pour hurler vengeance et happer tout étranger passant à sa portée. Mais dans l'instant, elle n'était que la continuité de son arc, elle n'était que la pointe soufflée par le vent ayant porté sa naissance, très loin, dans un désert aussi beau que sévère ; à l'ordre de son père elle ne hocha pas la tête, elle ne répondit rien pour lui, levant seulement la main à l'égard des archers en arrière pour leur faire signe de la suivre. Laissant la charge des lanciers s'avancer, elle darda un œil aiguisé dans la masse épaisse de combattants et de fumée qui noircissait. Ils avaient bouté le feu dans leur demeure propre – amusant. A croire que cette place s'offrait déjà à eux.
    « On contourne – tout ennemi qui dépasse des fumées, tout ce qui essaie de fuir est votre proie ! Je veux qu'il pleuve tant de flèches qu'il poussera les buissons de fer au prochain été ! »

Contournant les flammes sans approcher des brasiers, elle fit un signe à quelques uns des archers de contourner les bâtiments vers la côte.
    « Vous, par là. Si les flammes coupent tout, revenez. Elle se tourna vivement vers les autres. Vous, à ma suite. On remonte pour encercler. Restez en mouvement et surtout, tuez. »

[Les archers contournent le chantier en deux groupes pour l'encercler.]Ils filèrent, offrant à la vue une image d'ombres noires et cuivrées, les pièces d'armures reflétant l'éclat des flammes dans des teintes plus rouges, plus organiques, qui laissaient l'impression floue d'être avisés par des démons. Leurs traits étaient bien plus réels que les légendes, toutefois ; et alors qu'elle remontait les flancs du chantier naval, sitôt qu'elle distinguait entre les constructions une silhouette ennemie entre les fumerolles des brasiers opaques, elle s'arrêtait pour ajuster une flèche et tirer, comme son instinct et son père le lui commandait. Sans doute ne toucha-t-elle pas toujours, dans la cohue et dans les ténèbres des feux étouffés, d'autant qu'elle n'abandonnait son mouvement que le temps de faire siffler le bois dans l'air – mais, au milieu de leur propre terre, les Fer-Nés savaient maintenant que la mort pouvait venir de partout, même de ce qui semblait le hasard.

Son pas était vif et son regard alerte. Elle guettait tant ce qui pouvait surgir du chantier naval que des alentours : il n'y avait pas qu'une seule bâtisse sur ces Îles, si désolées soient-elles et, à ce qu'elle avait entendu dire, ces rochers escarpés pouvaient parfois vomir des combattants nés de ses entrailles fécondées par le sang. Peut-être certains à l'intérieur voudraient-ils faire une percée sortir des flammes, peut-être d'autres rejoindraient la bataille en les prenant par les flancs. La Vipère scrutait, écume aux lèvres, doigts fébriles et sourire découvrant largement ses dents. [Des renforts arrivent ou des Fer-Nés parviennent à sortir ?]
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Sam 15 Juin 2013 - 15:17

Avant-propos !

Je tiens à m'excuser du retard pris dans l'intrigue, quelque peu indépendant de ma volonté. Cette intrigue étant néanmoins vitale pour que nombre d'entre vous puissiez enfin jouer des événements post-intrigue, décision a été prise d'accélérer le pas ! Je vous annonce donc que l'intrigue ne durera certainement plus que quatre relance au maximum, selon vos actions. Je répondrais aussi de manière rapide, tous les quatre jours, afin que cela ne dure plus que jusqu'au début du mois de juillet, au plus tard. Cela sera tenu et appliqué ! Je vous encourage donc à bien relire les consignes d'après-message pour voir les quelques changements apportés à ces règles Very Happy

Autre petit changement, je ne ferais plus de relance personnelle pour chaque personnage ! Vous êtes tous plus ou moins réunis en groupe et de ce fait, les relances concerneront les groupes en question. A vous de vous arranger ensemble pour vous partager les tâches en communiquant en RP, à moins que vous ne préfériez continuer à la jouer solo. Ce choix vous revient, bien évidemment ! Mais en agissant ainsi, les réponses tomberont plus facilement et surtout, vous ne jouerez plus une aventure solo. J'espère que vous comprendrez ^^

Et maintenant, place au jeu !

Escarmouche des docks : Alrik Mallery, Sargon Harloi, Helya Botley, Arkha Kenning.

Le but premier de cette bataille était de prendre la forteresse et de faire plier lord Botley. Tous les commandants le savaient, Alrik Mallery le premier. Aussi décida-t-il de sacrifier sa propre gloire – et sans doute la vie de certains de ses hommes – pour permettre au prince Maekar Targaryen de quitter les lieux avec une partie des troupes afin de contourner l'obstacle dans le but de rallier des soldats plus nombreux. Ce faisant, il se donnerait la possibilité de marcher droit sur leur objectif. Bien qu'il eut du mal à l'admettre devant le Chien de Freuxsanglant, le commandant des armées ne put dénigrer la proposition et laissant les Dents de Freux derrière lui, le Prince partit vers l'est, suivi des Gardes Royaux et des soldats arborant le dragon rouge tricéphale.

Quant à la bataille, elle se poursuivait, les archers cherchant à abattre les renforts qui pouvaient venir de l'arrière de la masse des Fer-nés et les chevaliers et soldats combattant leurs fantassins et leurs pêcheurs. La Kenning parvint ainsi à se frayer un chemin jusqu'à l'homme qu'elle visait, le commandant des Dents de Freux lui-même. Mais si elle avait espéré pouvoir lutter à armes égales avec un tel homme, elle s'était fourvoyée, le commandant étant entouré de sa propre garde et des autres officiers, des chevaliers aguerris, lourdement armés et protégés. Un combat qui risquait d'être fort intéressant pour l'un comme pour l'autre. Par chance pour la Fer-née, son cousin Harloi parvint à la rejoindre, lame valyrienne au clair. Mais serait-il suffisant pour lui permettre de survivre ? L'aide des frères Botley qui le suivaient de près pourrait toujours leur être utile...

Les Botley, justement, mirent en œuvre une tactique des plus hasardeuses sous les ordres d'Helya la Rousse, l'usage du feu dans la bataille n'étant jamais un atout déterminant et cela malgré l'aide qu'il avait apporté lors des batailles de Salvemer et de Port-Lannis. Pour l'heure, si Helya parvint à contourner les continentaux en passant par l'intérieur des bâtiments et si ses hommes purent lancer leur huile sur de pauvres soldats qui s'enflammèrent bientôt comme de l'amadou, les vents traîtres des docks et de la plage firent danser les flammèches et rapidement, ce furent certaines des habitations alentours qui commencèrent à prendre feu. De ce fait, une fumée sombre et âcre s'éleva dans les airs et se répandit dans les ruelles, noyant peu à peu les combattants de la grande mêlée.


*** *** ***

Escarmouche des ruelles : Lyonel Baratheon, Maureen Bolton, PNJ d'Helya Botley.

Dans les ruelles, lord Baratheon faisait preuve de ses capacités de meneur et de soldat et il répartit rapidement ses hommes pour fouiller les maisons autant que pour protéger les lieux, dépêchant des archers sur les toits pour assurer leur sécurité. Mais si cela allait les protéger des soldats et citoyens ennemis, ils ne pourraient rien contre les feux... Entre le chantier naval qui avait vu se déclencher un feu et les tentatives Botley qui aboutirent au même résultat, il fallait éviter de rôtir tel un cochon au miel ! Laissant ses soldats affronter les ennemis dans les rues, lord Lyonel s'engouffra dans une bâtisse avec plusieurs de ses hommes. Ils repérèrent bien vite quelques ennemis et engagèrent directement le combat mais le suzerain de l'Orage dut bien vite retenir ses coups. Son adversaire ne semblait en effet pas avoir plus de dix ans et dans cet espace exiguë, il parvenait à se déplacer bien plus aisément que les lourds chevaliers... Mais s'il était plus agile, il n'en était pas moins dangereux avec la lame qu'il tenait à la main. Que faire ?

Dans une autre maison, les Bolton ne découvrirent pas d'occupants et commencèrent donc à faire grimper les archers en ménageant un trou dans le toit. Mais alors qu'ils s'attelaient à la tâche, des ombres se faufilèrent derrière eux et la porte se retrouva vite fermée, plongeant la pièce dans une semi-pénombre. Des coups furent alors portés, signe d'un combat qui s'engageait. Mais comment faire pour se défendre quand on ne voyait pas grand chose ?


*** *** ***

Escarmouche du chantier naval : Oberyn Dayne, Mycah, PNJ de Dagon Greyjoy.

Distribuant de nouveaux ordres et répartissant ses troupes du mieux possible, le jeune commandant Dayne ordonna un tir de couverture avant de se lancer à l'assaut des Fer-nés qui les menaçaient à l'abri des bâtisses. Le contact se fit bien vite et une lutte féroce s'engagea. Pendant ce temps, les troupes laissées en couverture eurent la possibilité de s'approcher un peu et tentèrent de tirer des flèches enflammées sur le fortin. S'ils parvinrent à faire franchir les murailles à leurs traits enflammés, cela ne servit néanmoins à rien : la pierre des îles ne brûle pas. Cette action eut néanmoins pour effet de redoubler l'ardeur des guerriers Fer-nés et les Dorniens durent faire face à forte partie.

Abandonnant le commandement que lui avait plus ou moins remis ser Oberyn, Mycah se prépara et partit discrètement en direction du nord. Le cheminement dans les îles n'avait rien d'aisé, le sol rocailleux étant accidenté et ouvert presque jusqu'à l'horizon. Cela était néanmoins pratique tout en étant un sérieux désavantage mais, contre toute attente, il n'arriva rien de particulier au chasseur le plus maladroit de Westeros... Portant son regard au loin, il put cependant apercevoir une étrange fumée, sans doute l'écho des feux d'alarme déclenchés à Lordsport. Mais, peut-être s'agissait-il aussi d'autre chose ? Se devait-il d'avancer plus loin ?

De l'autre côté des chantiers, les guerriers Dorniens se dispersèrent pour avancer au mieux malgré les feux, traquant les Fer-nés tout autant que ces derniers les traquaient. Lanciers, archers, combattants... Chacun cherchait à avancer comme il le pouvait, à survivre et à faucher le plus d'ennemis dans le même temps. Mais l'ennemi en question était souvent redoutable et surtout, il était préparé à cette bataille depuis plus longtemps que les Fer-nés. Tom le forgeron en fit l'amère découverte lorsqu'il fit face au terrifiant monstre de Denfert... Allait-il seulement pouvoir s'en sortir ?


*** *** ***

Escarmouche du bordel : Danelle Lothston, Jasper Arryn, Lothar Celtigar.

Les soldats de la couronne usèrent de leurs arcs pour faire un tir de barrage et si quelques Fer-nés tombèrent, cela ne les empêcha pas de passer à l'assaut. Bien que très inférieurs en nombre, leur hargne pouvait compenser cette faiblesse et même intimider leurs jeunes adversaires. Mais cela serait-il suffisant pour vaincre l'armée d'un démon ? Impossible à dire... Alors que les troupes Lothston et Arryn combattaient les Fer-nés, d'autres ennemis arrivaient au compte-goutte, rameutés par les cris d'alerte. Mais ils restaient bien inférieurs en nombre et bientôt, cette petite escarmouche prendrait fin.

Pendant ce temps, Lothar Celtigar avait pris de l'avance avec ses propres hommes, s'engageant dans les ruelles pour dégager le passage au reste de leur armée. Ils firent soudain face à une vingtaine d'ennemis hétéroclites, hommes, femmes et enfants, jeunes comme vieux. D'autres pouvaient néanmoins se dissimuler dans les bâtisses et attendre leur passage pour les prendre à revers. Respectant les ordres de leur suzerain, les Fer-nés se jetaient dans la bataille sans hésitation, prêts à défendre leurs terres au péril de leurs vies. Mais savoir si les continentaux allaient réellement les mettre à mort était une autre question... Quelques jeunes soldats Celtigar tombèrent dans les inévitables affrontements mais ce n'était qu'une infime goutte en comparaison du reste. Après tout, les Fer-nés n'étaient ni des soldats, ni des guerriers, pour la plupart. Ils n'étaient que des artisans, des pêcheurs et de simples habitants... Les confrontations allaient vite trouver leur conclusion.


Comme indiqué en début de message, les relances se feront rapidement et l'intrigue se terminera vite. Il s'agit d'une bataille rapide, elle ne durera donc pas 150 ans !

De ce fait, j'augmente le maximum à 1.000 mots afin que vous puissiez vous faire un peu plus plaisir. N'hésitez pas à avancer et à prendre des initiatives ! Pour les combats, vous affrontez principalement des habitants donc vous pouvez les mettre hors jeu sans trop de difficulté mais face aux soldats, n'oubliez pas que les Fer-nés sont redoutables ! Vous perdrez donc forcément quelques bleus de vos propres armées. Il en va donc de même pour les Fer-nés qui peuvent facilement vaincre les jeunes bleus mais qui auront plus de mal face aux chevaliers !

Continuez aussi à indiquer vos actions et vos déplacements en gras, c'est beaucoup plus clair ^^

Maintenant, je vais brièvement reprendre les objectifs de chaque groupe afin que vous sachiez plus ou moins ce que vous avez à faire :

- Alrik, Arkha et Sargon, vous êtes tous ensemble, je vous laisse donc gérer cela à votre guise. N'hésitez pas à utiliser les PNJ mentionnés aux alentours d'Alrik ! Les Dents de Freux continuent de combattre les Fer-nés et Helya a réussi à ouvrir un nouveau front de bataille derrière les continentaux. Les choses deviennent donc sérieuses ! De plus, grâce à la Fer-née, un début de feu a pris sur le champ de bataille, ce qui sera aussi dangereux pour les habitants des îles que les continentaux... Bon courage à vous !

- Lyonel, tu peux continuer de gérer tes PNJ à l'extérieur. Ces derniers vont combattre les marins d'Helya ! Quant à toi, tu te retrouves face à un adversaire de taille. Bon courage ! Maureen, tu as ton propre combat dans une situation des plus compliquées à gérer. Je te laisse te faire plaisir tout en restant réaliste ! N'hésite pas à PNJiser Adrian.

- Dagon, tes ennemis n'étant plus parmi nous, je te laisse poursuivre à ta guise. Si tu veux trouver un nouvel adversaire, vas-y, sinon je t'autorise à PNJiser Rennifer ! Vu ce que tu comptais faire de Tom, n'hésite pas à t'amuser Wink Oberyn, tu es donc dans la mêlée, fais-toi plaisir. Bats-toi comme tu le sens en gardant en tête que l'ennemi est féroce, mais inutile de demander si chaque action réussit ! Mycah, je te laisse voir si tu reviens en arrière ou si tu pousses ton exploration plus avant.

- Jasper et Danelle, vous affrontez donc les quelques Fer-nés présents. Je vous laisse la liberté de vous débarrasser d'eux sans aucun souci, amusez-vous. Notez bien qu'une fois que vous vous serez débarrassés d'eux, Maekar Targaryen vous rejoindra avec les Gardes Royaux et ses propres soldats dans le but de se diriger vers le fortin par un accès plus dégagé. Libre à vous de l'aider à avancer ou non ! Lothar, je te laisse poursuivre sur ta lancée. Tu es face à de simples citoyens et le combat ne devrait donc pas être trop compliqué. Tu peux le mener à terme en tuant ou non les gens, selon si tu respectes les ordres ou pas. Ensuite, à toi de décider si tu restes dans le coin pour sécuriser les ruelles pour Jasper et Danelle ou si tu avances plus loin dans le but d'aider Alrik. Le choix te revient !

Si vous avez des questions sur ce message ou sur les remarques, n'hésitez pas à MP Brynden Rivers. Enfin, n'oubliez pas de respecter les règles de l'intrigue.

Prochain message, mercredi soir sans faute, quel que soit le taux de réponse !

Bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Sujet n°1 : Bataille de Lordsport

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant


Sujets similaires

-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Élections-US :La bataille des sondages ?
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» 02. Crying shame [sujet terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives Militaires :: ◄ Intrigue n°4 : Bataille des îles de Fer-