AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Sujet n°1 : Bataille de Lordsport

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Lun 1 Avr 2013 - 22:05

Sujet destiné à Dagon Greyjoy, Helya Botley, Sargon Harloi, Arkha Kenning, Alrik Mallery, Lothar Celtigar, Jasper Arryn, Danelle Lothston, Lyonel Baratheon, Armand Tignac, Adrian Bolton, Maureen Bolton, Oberyn Dayne, Mycah, Rennifer Uller, Anissa Uller !


Après la capture de Daemon II Feunoyr, le Conseil Restreint avait enfin pris la décision de lancer son attaque conjointe sur les îles de Fer. Pour cela, il avait établi une collaboration avec la maison Lannister, espérant que par ce biais, ils pourraient attirer l'attention de l'espion ouestien et des seigneurs des îles de Fer vers l'île de Harloi et la baie du Fer-né. Ainsi, la Flotte Royale aurait la liberté totale pour intervenir à Pyk et même si elle allait nécessairement rencontrer une opposition, celle-ci serait bien moindre que ce qui aurait pu se passer sans attaque de diversion. Par chance pour la Couronne, le plan espéré se déroula au mieux et lorsque lord Lannister réunit ses vassaux, l'espion de l'Ouest transmit ses informations à Sargon Harloi qui ne manqua pas de prévenir lord Dagon Greyjoy. Avec ces informations, la Seiche se prépara au mieux à affronter la Flotte du Lion, inconsciente que pendant ce temps, la Flotte Royale rejoignait la Flotte du Bief, loin au sud.

L'effervescence gagnait le bourg portuaire de Lordsport, siège de la maison Botley. On avait en effet annoncé que des navires étaient apparus au large d'Harloi, vraisemblablement venus de l'Ouest, et tous s'amusaient de la folie des continentaux qui osaient ainsi s'attaquer aux îles, au risque de perdre leurs vies. Voilà ce qui serait une grande victoire pour les Fer-nés ! Pourtant, cela n'émouvait pas davantage les Fer-nés qui continuaient à vaquer à leurs occupations, certains du fait qu'ils étaient intouchables... Du moins jusqu'à ce que des cris d'alarme attirent l'attention de tous vers le sud, loin en mer, où des voiles apparaissaient à l'horizon. Des voiles innombrables qui attirèrent l'attention des Botley du fortin. Après un temps de questionnement, ces derniers en déduisirent que le Bief avait du lui aussi se lancer dans une attaque, probablement en accord avec les seigneurs de l'Ouest aussi pour alarmer les îles, on alluma de grandes vasques de graisse de baleine afin que le signal d'alarme se transmette aux autres seigneurs.

Rapidement, les Fer-nés se préparèrent et les rameurs et combattants rejoignirent leurs boutres. La Sirène Noire en tête, une vingtaine de navires de toutes tailles se lança à l'assaut des attaquants, constatant bien trop tard que les ennemis étaient plus nombreux que ce que l'on avait d'abord pensé. En plus de la rose d'or Tyrell, on pouvait apercevoir des pavillons au cerf Baratheon, au faucon Arryn et même au dragon tricéphale Targaryen. Conformément à la tactique mise en place par le Grand Amiral, la Flotte Royale évoluant en croissant de lune déstabilisa les Fer-nés et les obligea à rompre leur formation pour mener des attaques solitaires, ruinant ainsi leurs chances de réussite. Des boutres et des dromons sombrèrent, leurs équipages passés par l'épée ou la hache, tandis que d'autres navires étaient capturés. Le temps défilait et petit à petit, les Fer-nés en vinrent à comprendre qu'ils allaient échouer, que ce soit à bord de leurs boutres ou depuis la ville de Lordsport. Lorsque la Sirène Noire, le navire personnel de lord Greyjoy, fut à son tour sauvagement éperonné, tout devint clair et les navires de la Flotte Royale poursuivirent leur route vers le port de l'île de Pyk.

L'alarme donnée, les Fer-nés s'étaient préparés aux combats et déjà des guerriers attendaient le débarquement inévitable des envahisseurs. Du haut des murs de la forteresse, Sargon Harloi et Helya Botley observaient la scène, conscients du fait que leur avenir et leurs vies dépendaient de l'issue de la bataille qui n'allait pas tarder à les happer. La fuite était désormais impossible et il était peu probable que beaucoup de soutien leur arrive encore... C'était donc à eux de prendre les devants ! Dans le bourg, on s'armait, on se dissimulait, on se cachait, on se préparait et surtout, on attendait dans le silence. Les Fer-nés étaient des Fer-nés et les continentaux comprendraient bientôt ce que cela signifiait. Ce qui est mort ne saurait mourir mais se lève à nouveau, plus dur à la peine et plus vigoureux.

Les dromons se rapprochaient peu à peu de la côte, certains prenant position dans le but d'attendre les boutres de soutien qui arriveraient certainement, les autres poursuivant selon un plan établi dans les îles Bouclier, lors des réunions stratégiques des différents seigneurs. La flotte se sépara alors et les premiers bâtiments pénétrèrent dans le port de Lordsport. Parmi eux, le premier dromon à s'échouer sur la plage fut celui qui portait le Dragon Rouge Targaryen et le Dragon Blanc de la Main du Roi. Deux gardes royaux et plusieurs Dents de Freux quittèrent l'abri du pont, rapidement suivi par le prince Maekar Targaryen, commandant des armées et par ser Alrik Mallery. Malgré leur antagonisme, les deux hommes allaient devoir coopérer face à leur ennemi commun. Non loin de là, d'autres dromons imitèrent le premier, déversant des flots de combattants battant oriflammes de nombreuses maisons. A la tête de ses hommes, l'Orage Moqueur se jeta à l'eau avant de rejoindre la terre ferme, suivi par des combattants de tous horizons, comme Armand Tignac. Plus loin encore, c'est avec les combattants du cygne Swann que les cousins Bolton posèrent pied sur les rocailleuses îles de Fer.

Plus à l'est de la ville, d'autres dromons accostèrent à leur tour, permettant aux combattants d'en sortir pour essayer de prendre les Fer-nés à revers tout en empêchant à d'éventuels renforts d'arriver sur place. A l'aide des navires de la maison Grafton, lord Arryn fut l'un de ces combattants, menant ses hommes à la bataille comme il s'en était fait la promesse, cela dans le but d'honorer le pacte passé avec la maison Lannister, aussi traître qu'il ait pu l'être. A ses côtés se trouvait sans doute le plus étrange combattant de l'armée royale, lady Danelle Lothston dans son armure sombre. On racontait de terribles choses à son égard et le simple fait de la voir mener des guerriers au combat dans son armure la rendait effectivement terrifiante. Autant, voire plus, que les chevaliers de la Couronne qui débarquaient plus loin, tel Lothar Celtigar qui avait amené son propre navire à la suite des autres.

A l'opposé du bourg, loin à l'est, d'autres navires avaient fait la folie de tenter de passer par les récifs immergés qui entouraient le port de Lordsport. Malgré le désaccord des capitaines, la fermeté de certains seigneurs présents à bord les avait contraints à tenter l'opération, perdant deux navires au passage, bien que les combattants aient pu, pour la plupart, regagner la plage à la nage. A la tête des troupes Dorniennes, ser Oberyn Dayne sauta du navire à bord duquel il se trouvait, suivi par le chasseur Mycah qui se trouvait là en bien fâcheuse situation. Il ne restait plus qu'à l'Epée du Matin à survivre en se montrant digne de la confiance de son seigneur et prince. Plus loin, ce sont les lanciers de la maison Uller qui les rejoignirent et Rennifer ayant du retenir ses pulsions à l'égard des Bieffois, les Fer-nés qu'il croiserait avaient du souci à se faire...

Voilà, premier message ! Les gens concernés par ce sujet sont indiqués en début de message. Actuellement le message ne fait que présenter de manière concise la situation, vous êtes donc libres de décrire vos faits et gestes en respectant les conditions indiquées ici ! N'oubliez pas de respecter les règles de l'intrigue.

Les gens de la Couronne sont sur la côte, comme indiqué sur le plan de bataille. Certains groupes sont toutefois "en dehors" de la carte actuelle ! Vous êtes donc libre de décrire les paysages en fonction des informations données.

Sargon et Helya, vous êtes dans la demeure des Botley. Quant à Arkha, tu es libre de te placer à l'endroit de ton choix, que ce soit la demeure des Botley, la taverne ou autre. Enfin, Dagon, ton PNJ peut lui aussi être à l'endroit de ton choix !

Si vous avez des questions sur ce message ou sur votre lancement, n'hésitez pas à MP Brynden Rivers.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 1 Avr 2013 - 22:59

S’il y avait bien une chose à laquelle Rennifer ne s’était jamais attendu c’était bien de partir en guerre presque à contrecœur. Il avait dû prélever la moitié de la garnison de Denfert pour cette opération, des hommes et des femmes entrainés par ses soins et que son neveu de Lord avait rechigné à lui céder, arguant qu’une cinquantaine aurait bien suffi pour ces pitreries. Une fois l’affaire réglée à grands coups de cris la cohorte de lanciers s’était mise en marche avec à sa tête l’acariâtre vieillard et sa fille Anissa, droit vers le Nord et la Passe-du-Prince jusqu’à atteindre le Bief pour… ne rien faire. Il leur avait fallu arpenter les terres mêmes qu’ils rêvaient d’incendier depuis toujours, tout cela par respect pour les vœux de fidélité dus à leur suzerain. Dire que la tentation avait été douloureuse tenait de l’euphémisme, mais cela semblait désormais bien peu de chose en comparaison de ce cauchemar sans nom qu’avait représenté la navigation.

Aux étendues de vertes prairies, de forêts et de collines rieuses avaient succédé ces immondes bateaux sur lesquels on avait jugé bon de les faire embarquer une fois la côte occidentale du continent atteinte. Selon les standards d’habitants du désert l’air automnal était déjà glacial et cela n’avait fait qu’empirer au fur et à mesure de leur progression au large vers le Nord. Un vent cinglant, de l’eau à perte de vue, l’insupportable roulis des vagues qui avait retourné l’estomac de ses hommes trop hargneux pour s’abaisser à le laisser paraitre, et par la Mère-Rivière, cette maudite humidité ! Rennifer avait eu l’impression de boire une gorgée à chaque respiration tant l’air ambiant en était chargé, sans compter les aggravations que cela avait causé à ses désormais fréquents maux de dos. Piégé sur une coquille de noix avec un équipage de veaux qu’il se serait fait un plaisir d’étriper à mains nues s’il n’y avait pas eu besoin d’eux pour arriver à bon port. Du sang, voilà ce qu’il avait désiré tout du long de cet insupportable périple.

Sur le pied de guerre dès l’aube qui avait précédé la bataille, le Uller s’était équipé comme prévu avec son armure d’écailles de cuivre et de cuir bouilli, si ces Fer-nés avaient vraiment la peau aussi dure que leur nom le suggérait il comptait bien se faire un plaisir de la leur trouer avec Lardentrailles. Lorsqu’on l’informa qu’ils approchaient il mobilisa aussitôt ses propres troupes, accordant une attention particulière à sa Vipère de fille pour qui l’expérience constituerait un baptême du feu. Non pas que le vieil homme s’inquiétait pour elle, enfin pas à la manière dont le ferait un père normal, il s’était juste assuré d’un regard que la chair de sa chair était parée. Si elle venait à mourir l’arme à la main eh bien il raserait l’intégralité de ces iles en son nom.

Lorsque la plage fit son apparition Rennifer alla directement chercher le ver informe qui servait ici de capitaine et le pressa d’une façon très Dornienne de les faire débarquer sur la partie Ouest, il se refusait de combattre côte à côte avec d’autres chiens sous le simple prétexte qu’ils affrontaient le même ennemi. Quelques navires avaient coulé durant l’opération ? Les enfers les emportent eux et leurs récifs ! Sitôt qu’il retrouva le contact de la terre ferme et du SABLE le vieillard aboya ses premiers ordres :

« Faites-moi une formation en pointe de flèche sur trois rangs ! Tuez tout ce qui respire et brûlez le reste ! POUR DORNE ! »

Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Oberyn Dayne
Chevalier

Général

• Epée du Matin •
◌ Vision du Guerrier ◌
• Champion de la Maison Martell •

« Honneur, Loyauté, Sacrifice. »

♦ Missives : 2094
♦ Missives Aventure : 87
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 30/03/1988
♦ Arrivée à Westeros : 17/09/2012
♦ Célébrité : Jamie Campbell Bower
♦ Copyright : Violain <3
♦ Doublons : Gunthor Estremont
♦ Age du Personnage : 25 ans
♦ Mariage : Fiancé à Edarra Ferboys
♦ Lieu : Citadelle des Météores.
♦ Liens Utiles :

Disponibilité : 3/4 RP's
Présentation d’Oberyn
Voyages & Aventures
Capacités d’Oberyn
Chroniques de la Maison Dayne

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1250/1500  (1250/1500)


Message Lun 1 Avr 2013 - 23:54


La Bataille de Lordsport.


Le vent marin fouettait son visage alors qu’il posait pied à terre, enfonçant ses bottes jusqu’au talon dans le sable humide et bientôt enfoui sous les eaux salées. Il haletait, son souffle manquant alors que la traversée fut pour lui une désagréable épreuve. Les roulis de la mer lui avaient donné la nausée et il ne se trouvait que mieux une fois debout sur cette bonne vieille terre. Sa coruscante armure argentée luisait sous la faible lumière, maille comme plate l’affichant comme un chevalier parmi tant d’autres alors que la cape passée à son épaule gauche et frappée des couleurs Martell indiquait son statut de Champion du souverain de Lancehélion. Une chape de plomb s’abattit sur ses épaules alors que les Uller, déjà, s’engageaient sur les sentiers de la guerre. Un bref instant de doute à questionner sa compétence comme sa légitimité alors que ses hommes se rassemblaient autour de lui. Puis tonna sa voix claire alors que les ficelles du commandement lui intimaient d’agir avec force et instinct : d’agir en Dornien !

« Formez les rangs ! Chevaliers à l’avant, hommes d’arme sur les flancs et archers derrière ! » A ses côté, Ser Raynald répétait les consignes de sa voix de stentor alors que les forces des Météores s’animaient pour donner vie un semblant de discipline. Le corps principal, l’entourant désormais, se trouvait composé d’une ligne de chevaliers, les deux flancs protégés par deux corps d’hommes d’arme aux longues piques toutes Dorniennes. Commandées par deux Ser expérimentés, les ailes s’incurvaient pour envelopper le corps d’archers. « Je veux un infranchissable mur de boucliers ! » Les bois frappés des couleurs Dayne comme de l’épée entrecroisant une filante étoile s’entrechoquèrent pour donner naissante à un semblant de phalange. Pointes de lances dressées vers l’inconnues et épées désormais brandis, les Dayne se voyaient désormais flanqués par les autres forces Dorniennes. Martell, Forrest, Gargalen… Les Uller se montraient les plus prompts à l’affrontement. Intérieurement, Oberyn priait pour voir rapidement exploser toute la rage emmagasinée par l’acariâtre lancier.

Soufflant un long râle d’anxiété, le Dornien Sigisbée se tourna vers le Chasseur originaire de Lancehélion : « Mycah, je veux une volée de flèches dans tous Fer-Nés ! Une fois le contact établi, ciblez les renforts… » Tirant Aube hors de son fourreau, l’Epée du Matin laissa la blancheur sépulcrale de son tranchant teinté d’une pâleur sans nom son visage désormais plus déterminé que jamais… Portant le tranchant à son visage, il en embrassa chastement la lame avant de raffermir la prise de sa main gantée de taupe sur la courroie de son bouclier. Son épée, c’est de la main gauche qu’il la maniait et non de sa main d’épée. Qu’à cela ne tienne, après tout, il s’était longuement entrainé… Ses pensées furent projetées vers l’amicale bouille de Lady Ismaëlle alors que lui revenait sa promesse. Ce serment en tête, il se fondit dans le front, attisant les cœurs des mots de sa Maison : « Lucides et Vaillants… » « NOUS VAINCRONS ! ! ! » Et c’est comme un seul homme que les gens des Météores furent prêts à s’avancer vers le tumulte des combats. Jamais de sa vie le cœur d’Oberyn n’avait si fort battu dans sa poitrine…




« Seal my heart and break my pride,
I've nowhere to stand and now nowhere to hide,
Align my heart, my body, my mind,
To face what I've done and do my time. »
Revenir en haut Aller en bas
Commandant des Dents de Freux
avatar

Alrik Mallery
Commandant des Dents de Freux

Général
- Noblesse d'Ame -

♦ Missives : 1209
♦ Missives Aventure : 117
♦ Arrivée à Westeros : 19/02/2012
♦ Célébrité : Josh Holloway
♦ Copyright : Luchadora
♦ Doublons : Lakdahr l'Edenteur - Séraphine - Jeyne Estremont
♦ Age du Personnage : 39 ans
♦ Mariage : Veuf - Fiancé à Velanna Vance
♦ Lieu : Les Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
2127/2500  (2127/2500)


Message Mar 2 Avr 2013 - 1:44

Enfin, ils s'y trouvaient... Les îles d'argentite, aussi maussades et peu avenantes que les croyances populaires le contaient. Le commandant avait longuement songé à cet instant, depuis le temps qu'ils en conversaient avec la Main du Roi, qu'il était particulièrement fier de représenter ici et en ce jour. Comme toujours, il avait fait serment, même vainement après tant d'années d'infrangible loyauté, aux pieds de son lord qu'il mènerait les troupes à la victoire ou périrait au combat. Une promesse en laquelle il avait foi, car avec le bel arroi qui s'était allié à la couronne – des confédérés aussi hétéroclites que puissants. - l'échec était impensable, impossible. Et la guerre demandait parfois des efforts diplomatiques qui n'auraient en aucun cas été plausibles en d'autres circonstances : qui aurait un jour pensé le voir là, aux côtés du prince Maekar Targaryen, celui-là même qui l'avait jeté dans les geôles de Lestival plusieurs mois auparavant ? Assurément point lui, mais quoi qu'il puisse advenir, il ne serait pas le premier des deux à chercher chicane à l'autre. Ils avaient des objectifs vertement plus importants et, depuis qu'il avait posé chausse sur le pont du dromon qui le portait sur l'écume, il ne pensait plus qu'à cela. Les prunelles fichées sur les Iles-de-Fer qui s'étaient graduellement ébauchées, il était prêt. Tous l'étaient. Il ne put toutefois s'empêcher de vérifier, d'une lorgnade, l'équipement et surtout, la résolution de ses Dents de Freux. Ses phalanges se portèrent ensuite à son plastron, derrière lequel ne reposait pas un, mais deux pendentifs : le sien, aux armoiries Mallery, et celui à celles Vance, offert par Velanna. Un geste, une pensée, qui signa les prémisses de l'expédition lénitive.

Chacun à son poste, tous savaient ce qu'ils avaient à faire et à quoi s'en tenir. Les premiers antagonistes tombèrent face à leur nombre et puissance, puis, ce fut l'amarrage, et là aussi, les premiers pas sur cette bribe de terre désolée.


« Que les meilleurs archers se disposent comme convenu, à l'arrière pour couvrir hommes et femmes qui tireront l'estoc ! » Et en guise d'illustration, Fraternité quitta son fourreau. « N'omettez pas que les fer-nés ont la notoriété féroce, ne les sous-estimez pas quoi qu'il arrive, et privilégiez la défense tant que nous ignorons ce qui nous attend. Soyez prêts à tout ! » Cette fois, il se munit de son bouclier aux six molettes argentées sur un fond améthyste. « Les ordres sont concis : notre premier objectif est la prise de contrôle de la ville, à la suite de quoi, nous partirons à la conquête du reste de l'île ! Lordsport doit être nôtre ! Quant aux fer-nés, tuez les belliqueux mais épargnez ceux qui se rendent, nous ne sommes pas ici pour éradiquer toute forme de vie sur ce caillou. Les Sept nous accompagnent ! »

Un regard au Commandant des Armées ainsi qu'au binôme de gardes royaux, puis ce fut férocement armées de leur volonté que les troupes entamèrent l'assaut, sur le qui vive et prêtes à occire.


Vous allez balayer ma cendre ; L’homme ou l’insecte en renaîtra ! Mon nom brûlant de se répandre, dans le nom commun se perdra. Il fut! Voilà tout ! Bientôt même, l'oubli couvre ce mot suprême, un siècle ou deux l’auront vaincu. Mais vous ne pouvez, ô nature, effacer une créature... Je meurs. Qu’importe... J'ai vécu !


Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Danelle Lothston
Noble

Général

Dame régente d'Harrenhal

Dite "La Folle"


♦ Missives : 1003
♦ Missives Aventure : 25
♦ Age : 37
♦ Date de Naissance : 25/09/1980
♦ Arrivée à Westeros : 03/12/2012
♦ Célébrité : Michelle Pfeiffer dans 'Stardust' © Paramount Pictures
♦ Copyright : Avatar©Gritsou & Gif animé©Logan Grafton.
♦ Doublons : Alysanne Florent, Lantheïa, Vyrgil Vyrwel
♦ Age du Personnage : 39 ans
♦ Mariage : Qui aurait le courage de demander ma main ?
♦ Lieu : Harrenhal
♦ Liens Utiles : Les racines de la folie
Extravagances et confidences
Les mystères d'Harrenhal
Les dons de Danelle
Scandales notoires

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
106/500  (106/500)


Message Mar 2 Avr 2013 - 8:43

Les Fer-nés n’ont pas peur de la mort, prétend Mestre Sydney. C’était heureux pour eux, me disais-je en regardant de loin les vagues happer les naufragés en armure. Leur foi et leur fureur guerrière suffisaient-elles à endiguer la terreur de l’eau se ruant dans leurs poumons ? J’attendais pour ma part de me trouver en vue du point de débarquement pour revêtir mon armure. Je connaissais la peur. Elle était pour moi une vieille amie.

La tactique du Conseil Restreint avait porté ses fruits. Au moins n’avais-je pas fait le déplacement pour rien. Lord Arryn et moi-même étions sur le point de débarquer à l'écart de la zone de la bataille que nos navires laissaient progressivement derrière eux et je n’en pouvais plus d’attendre. C’était un rôle sur mesure que l’on m’avait confié – ma propre devise dûment appliquée. Prendre les Fer-nés à revers, à terre, tel un fléau surgi des profondeurs secrètes d’une mer imprévisible. Mais les deux cent cinquante hommes que j’amenais avec moi ne constituaient pas une force aussi discrète que mes patrouilles habituelles, pas plus que les chevaliers du Val qui se battraient à leurs côtés. C’était donc la rapidité qui nous permettrait seule de prendre notre ennemi par surprise. Et j’entendais bien ne pas être en retard. A peine étions-nous en vue de la plage que je partis me changer.

Il y eut des rumeurs et des regards quand je fis ma réapparition sur le pont dans mon armure de plates noire aux formes inhabituellement féminines, mon bouclier aux couleurs des Lothston attaché dans mon dos. Je portais mes cheveux réunis en une natte épaisse ramenée en chignon plat sur la nuque, et un bandeau noir pour maintenir mon front dégagé, en attendant d’enfiler le casque que je tenais sous mon bras. Je gage que le spectacle était inédit pour les soldats du Val. Quelques-uns m’avaient déjà vue par le passé, mais jamais dans cet attirail. Ceux qui avaient craint que je ne sois un boulet commençaient peut-être à se dire que je ferais un bon allié, à défaut d’un bon épouvantail – si les Fer-nés ne craignaient pas la noyade, ils ne craindraient sans doute pas davantage la Folle d’Harrenhal.

Nous débarquâmes à l’est de l’île sur une plage de sable gravillonneuse. Une partie des troupes devait tenir cette position dans l’hypothèse de renforts à venir, interdisant toute possibilité d’attaque en traître par ce côté, l’autre prendre d’assaut la ville. Il était peu probable que des troupes massives nous attendent mais il y aurait de la résistance, à n’en pas douter. Les Fer-nés étaient féroces, et acculés. J’avais pris soin d’expliquer à mes troupes que ce ne serait pas une partie de plaisir. Que même un simple portefaix des quais se battrait sans doute avec le mordant d’un ours piégé. Ils savaient à quoi s'attendre. Ils étaient prêts - autant qu'on peut l'être en pareil cas.

« Lord Arryn. » J’avais divisé mes troupes en deux selon le plan établi et m’étais rapprochée du jeune suzerain du Val. « Mes hommes sont en ordre de marche. Ne tardons pas ou nous serons repérés et perdrons l’effet de surprise. » J’étais à peu près certaine qu’il mènerait lui-même ses soldats à l’intérieur de l’île ; ce n’était pas le genre d’un Arryn de rester sur la grève et décliner l’honneur d’un combat décisif.




PS : Mes PNJ sont ouverts à l'incarnation par des joueurs, MP-moi si vous êtes intéressé !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Arkha Kenning
Homme d'Armes

Général

"Fierté saumâtre jamais ne dessale"

♦ Missives : 498
♦ Missives Aventure : 69
♦ Arrivée à Westeros : 29/09/2012
♦ Célébrité : Odette Yustman
♦ Copyright : Luchadora (Alrik !)
♦ Doublons : Aslak, Ethaniel Stone
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : les Iles de Fer
♦ Liens Utiles : ~ Fille de la mer, dressée aux vents, telle une Fer-née~

~ En quête de reconnaissance de sa valeur ~

~Générant des prouesses à sa hauteur ~

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
181/500  (181/500)


Message Mar 2 Avr 2013 - 10:50

Dire que la journée n'avait pas mal commencé n'était pas faux. Après tout, elle allait remonter sur la Veuve Salée d'ici peu et reprendre la mer pour son plus grand plaisir. C'était avec cette pensée qu'elle s'était levée et qu'elle s'était confrontée aux vents frais du matin. Mais c'était précisément à ce moment là également que quelque chose avait cloché. L'expliquer aurait été impossible mais un sentiment particulier s'était joint à la brise salée qui avait parcouru son derme. Un mauvais pressentiment qu'une fille de la mer sentait venir de cette dernière. Quelque chose lui disait que bien que le lever avait été paisible, la journée ne le serait pas autant qu'elle le croyait... Toujours est-il qu'elle avait rendez vous sur Pyk. Sargon s'était rendu là bas, elle devait également faire pareil... Dommage que Lakdahr n'y serait pas également : elle avait appris qu'il serait sur la Jouvencelle avec Gabriel pour participer au Raid dans le nord. Finalement, son choix s'était porté sur la neutralité et elle avait juste décidé de ne privilégier personne et de ne pas s'y rendre tout simplement. Mais maintenant qu'elle savait ce dernier point, elle avait quelque peu regretté de ne pas y participer. Avec ces deux colosses, le Raid aurait été quelque peu épique... Elle avait donc pris un bateau et s'était rendu sur Pyk. Son ventre avait crié famine et elle avait fait halte à la taverne pour se sustenter avant d'aller au point de rendez vous. Etre seule et se restaurer sans compagnie n'était pas un problème pour elle. En tant que Fer-né dans l'âme, elle savait particulièrement bien se débrouiller toute seule de toute façon. C'est vrai que ça avait été plus amusant avec le forgeron mais là elle avait réellement faim et une fois repue, elle bougerait de toute façon pour un autre endroit. En gros, une occupation normale mais qui fut alors ponctuée par un remue-ménage tout à fait inattendu. Un fer-né passa la porte de la taverne si brusquement que personne ne put ignorer son arrivée et encore moins ses propos.

"Des voiles ! Une flotte continentale en approche !! Y en a partout !!"

Le silence qui suivit fut presque indéchiffrable comme si une bonne blague venait d'être lancée... Mais tout le monde comprit en voyant le bougre repartir, que de un ce n'était pas une plaisanterie du tout et de deux qu'ils avaient clairement intérêt à se bouger. Tout le monde abandonna les denrées pour se ruer vers l'extérieur et aller contempler ce qui venait d'être annoncé... Elle n'échappa pas à ce fait et ce qui les attendait fut rapidement devant leurs yeux.

"Merde... C'pas vrai...."

Tout le monde se dispersa, des ordres furent énoncés mais elle ne pouvait défaire ses yeux de ces nombreux nuages blancs inquiétants qui se profilaient à l'horizon... Que faire ? Ses seules batailles ne se ponctuaient que d'ordres émanant de son Capitaine... Et seule, devant ce flot de continentaux, elle se sentit totalement désarmée. Mais elle n'avait pas le temps de crouler... Bousculée par un Fer-né, elle reprit ses esprits et se mit elle aussi en mouvement. Il fallait qu'elle trouve Sargon... Il était sur l'île. Finalement elle comprenait le mauvais pressentiment ressenti le matin, mais elle aurait préféré ne pas être confrontée à cela. Comment osaient-ils débarquer chez eux ?!




Jamais le fracas de la mer n'atteint la roche

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mar 2 Avr 2013 - 12:12

     L'attaque de l'Ouest était connue depuis quelques temps déjà, mais la date exacte non. Sargon s'attendait tous les jours à voir débarquer à l'horizon des voiles marquées du Lion, mais rien ne venait. Cette épée de Damoclès ne devait cependant pas les empêcher de vivre et le Harloi avait donc quitté son île natale pour rejoindre celle où se trouvait « sa promise » dans l'optique de discuter de quelques détails plus ou moins importants.

     Ils étaient donc en train de converser lorsque les premiers cris d'alerte étaient arrivés à leurs oreilles, le Fer-né avait aussitôt porté son attention sur l'extérieur pour entendre la rumeur d'une attaque au large de son île natale. Ce n'était guère une surprise, mais le capitaine n'était pas particulièrement enchanté de ne pas se trouver chez lui au moment où le Lion attaquait. Invitant la Botley à le suivre, Sargon s'était rendu sur le haut des murs de la forteresse pour regarder ce qui se passait. Apparemment le danger ne se situait pas qu'au large de l'île de Harloi, mais chez eux aussi et il ne s'agissait pas de la Flotte du Lion. Aussitôt, le Harloi comprit que les informations qui lui avaient été données étaient loin d'être complètes et que visiblement, la Couronne avait elle aussi décidé de se joindre aux réjouissances.

     ▬ Quel fils de chienne ! Ce n'est pas que l'Ouest qui attaque, c'est tout Westeros ! »

     Mais la colère ne servait à rien, déjà les boutres Fer-nés avaient subis de lourd dégâts et les assaillants approchaient dangereusement de l'île de Pyk. Il était hors de question qu'il perde tout l'investissement qu'il venait de faire en persuadant la Botley de l'épouser ! Se tournant vers la capitaine de l'Amazone, il s'adressa à elle d'un ton visiblement contrarié.

     ▬ Ils n'iront pas plus loin que les ruelles de Lordsport, il est hors de question que ces chiens posent le pied ici. »

     Ce n'était pas le futur époux qui parlait, mais uniquement le Fer-né qui ne tolérait pas que les continentaux puissent se sentir suffisamment forts pour oser venir s'en prendre aux Iles de Fer sans risques ! Sans vraiment s'assurer du fait qu'Helya allait le suivre ou non – elle était assez grande pour se débrouiller seule – il se détourna des murs pour gagner le plus rapidement possible l'extérieur du château. Les rues étaient très fréquentées et tout le monde s'agitait, heureusement que Dagon avait eu l'idée d'obliger chaque habitant des îles à être armé ! Glissant sa main à sa ceinture, le Harloi dégaina sa précieuse Crépuscule avant de se diriger vers l'un des lieux où les attaquants venaient de débarquer.

     Pendant ce temps, Yoren, Wulfric et d'autres marins de la Veuve Salée, étaient sortis de la taverne où ils patientaient. Les deux premiers connaissaient suffisamment leur capitaine pour se douter qu'il allait se rendre vers les navires adversaires. Sans s'attarder davantage, ils décidèrent donc de se diriger vers la forteresse de Lordsport en espérant au passage croiser leur capitaine. Et s'ils tombaient sur des ennemis, ce serait simplement le début des réjouissances.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 2 Avr 2013 - 12:53

    « Préparez-vous, nous arrivons en vue de la grève. Réduisez la voilure et apprêtez-vous à mouiller les ancres ! »

Sur le pont de « La Fulgurante », sa galère personnelle, ser Lothar distribuait ses ordres à la petite troupe d’hommes que son frère lui avait fournit dans l’urgence. Son ami de toujours, ser Mathis Brune, contribuait à relayer ses ordres sur le gaillard arrière du navire, sur lequel flottait haut le semis de crabes rouges, blason de la maison Celtigar, ainsi que le blason personnel du Chevalier-aux-Crabes.

Lordsport, siège de la maison Botley sur l’île de Pyk, et but de leur voyage était en vue. Aux côtés des navires aux couleurs des Arryn, Grafton, Lothston et d’autres maisons du Val et du Conflans, le chevalier de Pince-Isle voyait le bourg portuaire se rapprocher à vue d’œil. Lothar affichait un visage fermé et des traits qui trahissaient la concentration. Par conviction, il avait proposé sa lame lors de l’appel aux armes de la Couronne pour contrer la menace fer-née – peuple que le Chevalier-aux-Crabes considérait comme barbare et capricieux. Se savoir prêt du but et à une poignée de minutes de l’imminent assaut avait de quoi le rendre fébrile, mais aussi pensif. Il avait entendu tellement d’histoires et de rumeurs au sujet du peuple du Dieu Noyé, qu’il avait hâte de se confronter à ces membres. En effet, malgré ses pérégrinations à travers les Sept Couronnes, le chevalier n’en avait jamais rencontré, et encore moins combattu.

Ses yeux bleus-gris pâles, fixaient avec intensité la grève toute proche. Cette dernière était surmontée de quelques collines de faible relief qui cachaient partiellement le bourg de Lordsport. Il y avait là une mince chance qu’ils obtiennent un léger effet de surprise, d’autant plus qu’ils faisaient partie de la branche de l’armée qui comptaient prendre à revers les îliens. Le roulis plus soutenu le fit sortir de sa réflexion, et le Celtigar s’aperçu que ses hommes étaient en train de balancer les ancres par-dessus bord. Le chevalier sentit la présence de ser Mathis à ses côtés. Il décocha un léger sourire à l’intention du Brune.

    « Prêt pour une nouvelle aventure l’ami ? » L’intéressé observa la grève et les contours de Lordsport qui se dessinaient. Un large sourire se dessina sur son visage, creusant ses traits. « Je suis toujours prêt pour ce genre d’aventure Lothar. Allons donner une bonne leçon à ses sauvages. »

Lothar lui fit un clin d’œil et se jeta dans l’eau d’un geste souple. Il atterrit lourdement dans l’eau grise qui lui arrivait jusqu’aux genoux. Équipé de l’armure familiale en plate – modifiée par ses soins pour permettre des mouvements plus fluides – le chevalier de Pince-Isle s’élança vers la grève, suivit par Mathis et la petite troupe d’hommes de Pince-Isle. Lord Arryn et ses chevaliers du Val étaient déjà présents sur la grève, et venaient d’être rejoint par l’inquiétante Lady Danelle Lothston et ses hommes. Jetant un coup d’œil d’ensemble à la plage de sable grossier, il se dirigea vers le petit groupe de commandants.

    « Ma Dame, mon Seigneur… » se présenta Lothar. « Il serait prudent de ne pas s’attarder et de se regrouper rapidement. Ces collines nous offrent peut-être un semblant de couverture, mais je doute que nous sommes passés inaperçus. Il faut mener l’assaut au plus vite si nous voulons avoir un effet de surprise sur l’ennemi. »

Lothar avait conscience qu’il s’immisçait dans les décisions de grands seigneurs, mais au vu de la situation, il y avait fort à parier que l’urgence de la situation primait sur le protocole.


Dernière édition par Lothar Celtigar le Mar 2 Avr 2013 - 21:18, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Seigneur Suzerain de Iles de Fer
avatar

Dagon Greyjoy
Seigneur Suzerain de Iles de Fer

Général


"Nous ne semons pas. "

Lord Ravage de Pyk,
et de ce qu'il en reste
Fils du Vent de la Mer
Capitaine de.... non, SBF


♦ Missives : 181
♦ Missives Aventure : 89
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 13/05/1989
♦ Arrivée à Westeros : 16/09/2012
♦ Célébrité : Mads Mikkelsen
♦ Copyright : Lakdahr (signature + vava)
♦ Doublons : Neassa Baratheon, Bayard
♦ Age du Personnage : 44 ans
♦ Mariage : Lady Aaricia Bonfrère
♦ Lieu : Iles de Fer, Pyk
♦ Liens Utiles : # le personnage
# ses liens
# ses aptitudes
# son histoire


POSTES VACANTS (liens)
# Zachery
# Sorcha
# équipage du nouveau boutre
# fratrie Greyjoy

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
258/500  (258/500)


Message Mar 2 Avr 2013 - 14:24

La forge n’avait cessé de s’activer, jours et nuits, depuis que le Lord Greyjoy avait fait connaître à tous, que tout homme, femme ou enfant, capables de tenir une arme devait en posséder une. Aux frais du Seigneur si besoins étaient. Tous les forgerons avaient étés réquisitionnés et personne ne se plaignait de cette montagne de travail. Tom, travaillait au surplomb du port depuis plus de vingt-sept années. Depuis qu’il avait été jugé inapte à continuer son travail de pilleur aux côtés du désormais Lord des Îles.

Bien bâti, et musclé, son physique reflétait néanmoins un manque d’activité certain. Il ne sortait guère de la forge et avec l’âge, était devenu un buveur inconditionnel. Continuellement imbibé, il ne faisait son travail que machinalement, sans y réfléchir, ne trouvant goût à rien. Il participait aux beuveries d’après razzias mais n’était nullement euphorique, constamment ronchon. Essuyant le front grisonnant qu’était le sien, d’une manche crasseuse, il regarda au travers des treillis métalliques qui pendaient au-devant de lui. Il cligna des yeux. L’alcool devait lui avoir monté à la tête.

Grognant et reniflant, il reporta les yeux à son travail. Depuis ce matin, innombrables fer-nés s’étaient présentés, comme les jours précédents pour avoir une arme. En l’espace de quelques secondes, la forge fut prise d’assaut par la rue entière, vorace et assoiffée. Tom fut contraint de reculer jusqu’au four continuellement chaud lorsqu’il comprit. Il n’avait pas rêvé. Pyk était attaquée.

Le Dieu Noyé lui soit témoin, il n’avait plus montré d’entrain pour la guerre depuis des lustres. Rassemblant ses esprits autant que ses affaires, il enfonça haches et divers couteaux à sa ceinture, revêtant au passage une cote de maille qui trainait ; elle était bien trop petite pour lui et ne lui protégeait que les épaules et le haut du buste, mais elle était mieux que rien. Il abandonna la forge, comme ses confrères, se mêlant au bordel ambiant. Rien n’était organisé. Personne pour les guider. Tous se dirigeaient vers la mer. Le bougre ne réfléchit pas plus loin et suivit ses congénères en criant, comme un forcené. Il prit la direction du port, estimant que c’était le seul endroit accostable, et le seul endroit digne d’intérêt. Protection n’était pas le mot. Il ne pensait pas un seul instant que le spectacle serait funeste.

Il n’attendait pas d’ordres, tout comme ses frères – et sœurs – il se contentait de repousser les assaillants sans stratégie efficace ne se rendant absolument pas compte de l’ampleur de l’attaque. A mi-chemin, il bifurqua pour prendre la direction du chantier naval. Dans la cohue générale, il ne savait où donner de la tête, se contentant pour le moment d’éviter l’ennemi du mieux qu’il pouvait. Il savait pourquoi il avait été jugé inefficace en mer ; il était incapable de réfléchir seul. Sans un homme à sa tête pour beugler des ordres, il ne servait à rien, et il ne semblait pas être le seul dans ce cas.


"L'histoire morte est écrite à l'Encre, la variété vive s'écrit dans le sang."  

 
©️ frangin
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 2 Avr 2013 - 17:47

Armand avait envie de vomir. La tête lui tournait, son estomac était noué comme un cordage de bateau, il avait la gorge sèche, et la sueur lui dégoulinait sur les yeux à travers les sourcils. La traversée avait déjà été éprouvante, Armand faisant partie des nombreux hommes atteints du vert-mal, et lorsque l’île de Pyk s’était profilée à l’horizon, son cœur avait commencé à battre une cadence de fête de village. Plus l’île se rapprochait, plus sa respiration se faisait rapide, jusqu’à ce que les toitures de Lordsport soient nettement visibles, et que le bateau aie jeté l’ancre. Le capitaine de son détachement avait hurlé l’ordre de descendre, et lord Baratheon avait mené en personne le débarquement des troupes de l’Orage. Fantassins, archers, piquiers, chevaliers, seigneurs ou simples hommes du peuple comme lui, ils s’étaient tous mis à suivre lord Lyonel, progressant avec peine dans l’eau et le sable humide, certains gênés par leurs armures de plates ou leurs longs manteaux, d’autres par la peur. Ce qui était son cas.

Il avait pourtant été préparé à cela, comme tous ses camarades, lors de l’entraînement sommaire supervisé par les officiers. On lui avait montré comment tenir un bouclier et une épée, comment manier une lance, comment parer un coup de taille et un coup d’estoc… mais on ne lui avait pas appris à faire la guerre ! La guerre, il n’avait jamais connu ça, il n’avait jamais vu de batailles… il ne s’était même jamais servi d’une épée ! Comment voulaient-ils qu’il combatte et qu’il tue des Hommes de Fer ? Comment un simple paysan d’Amberly comme lui pouvait-il espérer survivre à un combat face à des Fer-nés ?!

Les instructeurs lui avaient donné une cotte de maille rongée, un casque trop grand, une livrée avec un cerf noir sur fond jaune, un écu de bois avec le même symbole, et une épée. Enfant, il aurait fait n’importe quoi pour qu’on lui donne une épée et qu’on l’envoie combattre. Aujourd’hui, il avait l’impression d’être en plein cauchemar. Si Dina et les enfants le voyaient, accoutré ainsi… Et son cousin Byron, lui qui avait toujours envie de frapper, de se battre, lui qui rentraient toujours couverts de bleus quand ils étaient gosses, quelle serait sa réaction ? En fait, il savait d’avance ce que dirait Byron : « Tu ressembles à oncle Terrence, comme ça ! ». Il en aurait même sourit, d’un petit air fier, comme si il y avait quelque gloire à quitter sa femme et ses enfants et à partir loin, très loin des terres de l’Orage pour aller faire la guerre à des gens qu’il n’avait jamais vu ! Byron ne se rendait pas compte, lui qui vivait encore avec des rêves de chevaliers. A sa place, Byron aurait brandit l’épée et aurait chargé en hurlant comme un fol… Armand secoua la tête. Il ne comprenait pas comment on pouvait vouloir se retrouver dans une situation pareille.

Le champ de vision d’Armand était tellement limité qu’il ne pouvait quasiment pas voir sur les côtés. Et voulait-il tourner la tête à gauche ou à droite qu’il ne voyait rien d’autre que la paroi de son casque. La seule option était de faire comme les autres et d’avancer tout droit, de suivre le sire de l’Orage. Mais Armand Tignac était incapable de faire le moindre mouvement. Ses jambes se mirent cependant en mouvement d’elles-mêmes, et sa bouche s’ouvrit, laissant s’échapper malgré lui à voix haute, bien que dans le vacarme du débarquement ces paroles passèrent probablement inaperçues :


-« Par les Sept, mais qu’est-ce que je fous là ?! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 2 Avr 2013 - 20:59

Les années à parcourir les dunes n'apprenaient pas à dompter les vagues. Assise à même le pont, ou plutôt jetée en vrac contre le bastingage, la Vipère contemplait le lointain, drapée de ces lourdes toiles qui d'ordinaire la protégeaient contre l'écrasante chaleur du désert et, maintenant, retenaient le froid humide de lui mordre les os. Elle ne tremblait pas, n'éternuait pas, le mouvement incessant du roulis ne l'avait pas rendue malade, mais son humeur était au delà de l'exécrable. Bête mal domptée, à peine retenue par la laisse de la nécessité, elle n'avait pas dit un mot à personne, pas même à son père, depuis qu'ils avaient pris la mer. Traverser le Bief sans rien incendier avait déjà usé toute sa diligence et le peu qu'elle tenait en courtoisie. Au delà des vagues grises et de l'écume blanche, elle ne voyait le monde que d'un rouge qu'il lui serait nécessaire de répandre. Il faudrait tuer, souvent et beaucoup ; sous son chèche elle mordillait sa langue, parfois jusqu'à l'en faire saigner, pour tempérer le feu en son ventre. Oui. Il leur faudrait tuer. Tant et tant...

Elle était déjà prête aux premières lueurs du faible jour – par la Mère Rivière, pourquoi tout était faible par ici, jusqu'au soleil ? – et, sitôt que la plage se distingua, sitôt que son père se déplaça pour aller presser le capitaine du navire qui les avaient transportés – et dont les survivants, s'il y en avait, tâcheraient de perpétuer leur réputation détestable – elle se redressa, restant voûtée, comme un sac de toile et de membres noueux tenant un arc, tout juste capable de grogner. Malgré son allure de vieillarde, elle fila très vivement sitôt que l'ordre d'attaque fut donné – celui de Rennifer. Elle n'obéirait à personne d'autre que lui et, s'il périssait, elle tuerait tout jusqu'à mourir elle-même. Que lui importait une autorité autre que celle du sang, ainsi que celle nécessaire ? Elle revint s'accoler au rebord du navire dont la coque venait de toucher le sable, secouant de bas en haut tous les hommes sur son pont.

Ne plus sentir le sol se mouvoir sous ses pieds la déstabilisa, manquant de la faire chuter ; elle se redressa nerveusement et leva la tête pour aviser les environs. Comptant sur sa rapidité, elle se tassa sur elle-même pour être à la fois plus stable et une cible moins évidente, couverte par le bastingage et profitant de cette hauteur pour pouvoir couvrir l'avancée des siens. Encochant une flèche, elle fouilla les environs. Le premier être qui viendrait de ces îles froides qui paraîtrait à l'horizon – homme, femme, enfant, qu'importe – serait visé au poitrail. Si les siens avançaient trop, elle sauterait pour les rejoindre en une pointe de vitesse. Elle se savait vive, plus que la moyenne. Les galets ne semblaient pas plus glissants ou traîtres que les dunes qui l'avaient vue naître.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 2 Avr 2013 - 21:56

    Je n’étais pas un marin, j’en avais déjà la conviction, mais c’était à présent une certitude. J’étais bien plus à mon aise sur un cheval, en haut des Eyriés, voire sur une paroi à plusieurs pieds d’altitude, agrippé simplement par la force des poignets à des petits escarpements mis à ma disposition par l’érosion des années. Alors pourquoi avais décidé de mener mes troupes sous la bannière bleue et blanche des Arryn, accolée à celle de la Couronne pour aller combattre les Fer-Nés, sur les îles du même nom ? Un fin sourire s’étira sur mes lèvres. J'étais appuyé au bastingage du navire qui m’emmenait vers la bataille. C’était la première fois que j’allais prendre part au combat, et même si je considérais parfaitement normal le fait d’appréhender le premier sang, j’essayais de ne pas y penser. Il fallait que je reste clair dans mes pensées, que je garde la tête froide, et un certain détachement par rapport à la position de mes troupes. Il allait sans dire, aussi, que je comptais sur mes hommes les plus proches, ceux de ma garde personnelle, pour m’épauler un peu dans mes décisions. Je songeai à ceux que j’allais affronter sous peu, en contemplant les voiles blanches de la Flotte Royale qui s’approchait de l’île de Pyk. Les Fer-Nés. Méritaient-ils leur nom aussi bien que ce que l’on disait ? Assurément. Je m’étais renseigné, bien sûr, mais mon éducation et ma culture m’avaient déjà donné un ordre d’idée de la puissance des troupes au devant desquelles nous allions. Je n’étais pas lâche, j’étais juste… anxieux. Un peu impatient aussi, mais très soucieux. Je m’accoudai plus confortablement, joignant les poignets, laissant mon regard se perdre. L’un de mes chevaliers était derrière moi, prêt à obéir au moindre de mes ordres, prêt à faire la conversation, aussi.

    Nous y étions. La stratégie du Conseil Restreint avait fonctionné à merveille, et mes troupes, mes chevaliers surtout, étaient à présent à mes côtés sur les côtes Est de Lordsport. La ville se dressait devant nous, toute occupée à contrer les attaques venant du Sud et de l’Ouest. Nous avait elle déjà vu ? Je l’ignorais. J’étais tout entier à mes hommes, à ma tâche, mais j’avais peur de faire un faux pas mortel, pour moi et pour les autres. J’ignorais si j’étais à la hauteur, mais j’étais sûr d’une chose, je n’allais pas me défiler. L’intervention de Dame Lothston et de Celtigar, me rappela que je n’étais pas seul. J’acquiesçai avec raideur. Dans une série d’ordres brefs, je séparai mes troupes en quatre groupes autonomes à la tête desquels je plaçai les Seigneurs qui m’avaient accompagné.

    « Oui, ne tardons pas., me tournant vers mes hommes, je repris, peu sûr de moi mais tentant de l’être. Nous y sommes. Ce ne sera pas chose facile, mais vous êtes des hommes du Val. Je suis le Val. Et si les Fer-Nés ont leur âme dans leur épée, nous avons notre confiance dans les Sept. Suivez moi, pour l’honneur du Faucon, l’honneur des Eyriés, et votre honneur. Suivez moi, donnez à ces pirates une bonne leçon. »

    Je n’étais pas très à mon aise lorsqu’il s’agissait de parler, mais il m’avait semblé important de prendre la parole. J’enfilai mon casque, accrochant la lanière qui le retenait, inspirant profondément. J’assignai un des groupes à la plage, où il devait rester pour assurer nos arrières. Je fis un signe à Dame Lothston, qui était impressionnante et m’intimidait légèrement dans son armure, et à Lothar Celtigar.

    « Allons-y. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 2 Avr 2013 - 23:26

Le roulis incessant de flots impétueux, la brise marine qui vient vous réveiller alors que vous n'avez pas encore dormis, les pensées tournée vers la bataille, le chuintements des lames que l'on aiguisait pour passer le temps. Voilà comment les troubadours chanteraient sans le moindre doute la traverser héroïque jusqu'à Lordsport. Des histoires comme celle ci, Mycah en avait entendu des dizaines dans les tavernes et lui même s'était laissé bercer par de telle conte.
Mais voilà la triste réalité revient vite d'elle même et pour une fois le chasseur n'était pas spectateur mais bien acteur de cette tragi-comédie que pouvait être une guerre. Et ce qu'il avait sous les yeux n'avait rien de brave.
Accoudé au bastingage, il regardait le pont le regard vide. Il n'entendait pas les vagues, juste les beuglements de Dorniens entrain de vider leurs entrailles car trop peu habitués à la navigation. La brise marine était glacée et tendait à cloître vos yeux de force allant jusqu'à tirer des larmes. Les épées étaient bien tirées mais loin de faire penser à la gloire et au courage, on pouvait tout de même facilement y voir, une promesse de mort, une promesse de non retour pour la plus part de leurs porteurs.
Oui c'était ça la vérité et Mycah se savait en plus comme tout ces hommes. Peut être même en plus fâcheuse condition. Sûrement même. Il aimait beaucoup Oberyn, mais là tout de suite il regrettait cette promesse et surtout ce lot de circonstances qui l'avait amené ici. Entre ces dents sifflaient simplement deux mots :
Et merde …

***
Les cohortes étaient en mouvement, tout le monde était à sa place. La partie pouvait commencer.
Quand Mycah était arrivé aux Météores et qu'il s'était retrouvé embrigadé dans toute cette histoire, il avait certes récupéré un arc court comme promis mais aussi et tout autant un beau contingent d'archer aux couleurs des Daynes. En une année, la confiance de Ser Oberyn n'avait apparemment pas diminué et le douloureux apprentissage de Mycah quant à la direction d'homme sur le terrain semblait l'avoir plus fait rire qu'autre chose.
Maintenant la gorge serrée, sur cette plage, le chasseur se demandait bien où il avait pu la trouver.
Mais pour le coup il n'avait pas vraiment le choix alors vaille que vaille, autant qu'il fasse ce qu'il savait le mieux faire : Tirer … Et pour faire tirer aussi, à l'occasion.

L'ordre d'Oberyn le réveilla un coup de ses doutes. Tirer sur tout ce qui bouge ? Il pouvait le faire.
Et d'ailleurs il n'allait pas manquer de le faire. Car à peine était il arrivé qu'on entendait déjà les crieurs alerter sur un petit groupe de Fer-nés désorganisé qui se déplaçaient dans le chantier-naval.
Des travailleurs pris sur le fait peut être, mais les ordres. Environs deux cents mètres. Peu pour les deux douzaines d'arc en If qui attendaient sous ses ordres.


Il, leva la main. Archer … Le chantier-naval. Visez large et couvrez un maximum de terrain. Il prit une inspiration. Parés à tirer …. Il souffla et baissa la main d'un coup sec. Tirez !

La première slave s'éleva haut dans le ciel, traçant une courbe parfaite pour un premier tir réussi. Ou presque … Car un archer dornien sait tirer. Oui il sait tirer mais chez lui. Ici dans les îles la donne change. Aussi haut dans le ciel, aussi loin dans les eaux, les vents capricieux d'un océan sont forts et le prouvèrent lorsque la nuée de flèches s'ébranla dans sa chute, retombant loin de sa cible définie. Oui ici les arcs longs qui ont célébré Dorne n'ont pas la moindre utilité.
Revenir en haut Aller en bas
Seigneur Suzerain de l'Orage
avatar

Lyonel Baratheon
Seigneur Suzerain de l'Orage

Général
L'Orage Moqueur

♦ Missives : 586
♦ Missives Aventure : 51
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 11/07/1992
♦ Arrivée à Westeros : 31/07/2012
♦ Célébrité : Russell Crowe
♦ Copyright : Neassa Baratheon
♦ Doublons : Aucun
♦ Age du Personnage : 52 ans.
♦ Mariage : Neassa Stark
♦ Lieu : Accalmie - Terres de l'Orage
♦ Liens Utiles : L'Orage Moqueur...
Voyages et Hauts-Faits
Aptitudes

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
321/500  (321/500)


Message Mar 2 Avr 2013 - 23:31

Il y avait longtemps qu'il n'avait pas senti le poids de son bouclier à son bras. Le voyage depuis les Terres de l'Orage avait été long. Cependant, nulle fatigue liée au trajet ne se faisait ressentir. C'était une bataille mémorable qui se préparait et nul n'avait le temps de se sentir fatigué alors que les navires fendaient les flots vers les Iles de Fer. Lyonel fixait l'horizon, ses pensées se focalisant peu à peu sur le combat à venir. Peur ? Certainement pas ! Il n'était pas de ceux qui craignaient le combat ni même ses conséquences. Pour l'instant, il restait relativement serein. Lyonel savait pertinemment que ce calme relatif ne durerai pas.

Contrairement à lui, certains des hommes ne supportaient pas très bien le voyage en mer. Lyonel ne s'en souciait pas. L'excitation de la bataille aurait tôt fait de les remettre d'aplomb. C'était en tout cas dans leur intérêt. Les rebelles Fer-Nés ne les prendraient pas en pitié ! Une bonne partie des combattants de l'Orage étaient de robustes combattants expérimentés, des hommes forts forgés par leurs tumultueuses contrées natales. Le lord avait aperçu quelques jeunes hommes moins expérimentés dans ses troupes. Certains n'avaient jamais été vraiment entrainés et n'avait pas connu la moindre guerre. Il n'y avait plus qu'à espérer pour eux que l'expérience des plus vieux leur soit profitable également.

Lyonel fut l'un des premiers à se jeter vers l'avant, avant même qu'ils ne touchent tout à fait terre, parcourant les derniers mètres dans l'eau. Certains le suivirent, d'autre attendirent d'être au sec... Le lord lança quelques ordres brefs et les soldats de l'Orage formèrent rapidement les rangs. En moins d'une minute, les archers avaient déjà encochés leurs flèches et s'étaient placés derrière les hommes d'armes et les chevaliers. Ils n'attendaient plus que l'arrivée des premiers combattants adverses pour les cribler de leurs projectiles. Devant eux, Les boucliers s'étaient levés et les lames d'acier étaient impatientes de se mesurer à leurs homologues fer-nées...

Lyonel savait que les habitants de ces îles comptaient parmi les guerriers les plus redoutables en mer. Et il était plutôt impatient de voir ce qu'ils valaient sur leurs propres terres...

Dans les rangs, un homme d'arme vêtu de la même livrée jaune et noire se posta juste à côté d'Armand. semblait plus âgé que lui et à voir son regard déterminé, déjà concentré sur l'ennemi, il n'était pas un novice en matière de batailles. Les mots que le Tignac avait lâché ne lui avaient pas échappé et il n'avait pas pu retenir un rictus teinté d'un cruel amusement.

-T'es dans la même galère qu'nous tous, mon gars. Lui répondit-il. Et t'as plutôt pas intérêt à t'accrocher si t'veux qu'les Sept te disent c'que tu fiches là. Un conseil, lâche surtout pas ton épée, ça s'ra ta meilleure amie dans tout ça.

Comme pour appuyer ses propos, il lui désigna d'un rapide signe de tête l'arme qu'il avait lui même en main. Une vieille épée qui avait déjà servi plusieurs fois, au vu de la poignée au cuir fatigué par les années. Pourtant la lame restait brillante et dangereusement mortelle.


Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maureen Bolton
Noble

Général
Dame de la Maison Bolton de Fort-Terreur



♦ Missives : 518
♦ Missives Aventure : 142
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 08/07/2011
♦ Célébrité : Jaimie Alexander
♦ Copyright : Ann
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Maeve Arryn, Aaricia Bonfrère, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Non determiné
♦ Lieu : DERRIÈRE TOI
♦ Liens Utiles : Lady Maureen Bolton
Vents D'hiver et chant d'été
Nos Lames Sont Acérés
Aptitudes et Intrigues
Succès de Maureen Bolton

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
804/1000  (804/1000)


Message Mer 3 Avr 2013 - 3:56


Elle n’avait jamais appris à faire la guerre. À fort-terreur, les femmes n’avaient jamais été de vraies femmes. Elle avait appris comme plusieurs hommes à se battre et se défendre. La mort lui était devenue indifférente avec le temps, mais elle restait toujours aussi sensible à la perte des siens. Elle devait respect avant tout au terre qui l’avait vu naitre, son suzerain passant très loin. Elle avait tenté d’en éloigner son cousin, mais ils étaient tombés sur cette chance. Enfin, si le mot était assez fort pour résumer le tout. C’était difficile d’effacer la colère du Cygne de Pierheaume de sa tête. À trop vouloir protéger les siens, on finissait avec les problèmes. Les négociations avec son grand-père l’Avaient amené sur un des bateaux qui avaient fait route avec plusieurs autres. Elle était tenace et elle savait se montrer convaincante. Prendre la direction des Iles de fer avec les Swann n’avait été qu’une opportunité. Dans cette mare d’hommes en noir et blanc se trouvait le pourpre Bolton. Fait amusant pour la jeune femme, que les hommes de son grand-père ne la considéraient plus comme une enfant ou une lady fragile, depuis qu’elle avait mis facilement au sol l’un de ses chevaliers de cousin.

Le transport en mer ne lui allait vraiment pas du tout, elle arrivait à sauver les apparences par chance. Quelle vie pitoyable cela aurait été d’être née fer-née. Heureusement les anciens et les sept lui avaient laissé la chance de naitre sur le continent. Elle n’était pas accoutrée comme la plupart des hommes. Certains avaient la force de supporter une armure, Maureen ne faisait que la tolérée. Il n’en restait pas moins que l’écorché était bien visible. Même si cela semblait très loin de la partie de plaisir, elle avait bien profité de mettre le pied sur le sol. Elle savait qu’Adrian suivait de proche, mais il aurait une tâche bien différente de sa cousine. Il ne maniait pas l’épée aussi bien que sa cousine et c’était sans prétention. Mais il maniait l’Arc avec une fort bonne dextérité. La Bolton avait laissé les hommes des Swann se précipiter, elle tenait un dernier conseil à son cousin. Enfilant ses gants, elle regarda Adrian.


Tu sais quoi faire, tu es certainement le plus doué des archées de Lord Swann. Vise les yeux ! Ca sera pratique pour les tuer d’un seul coup.


Il n’y avait que son esprit tordu pour vouloir cela. Une flèche en plein cœur suffirait … Elle ne faisait pas dans le léger et encore moins quand cela concernait des fer-nés. Se rapprochant de Mortimer, elle baissa la voix :

Le premier qui l’approche et qui n’Est pas des nôtres tu l’écorches. Je dois le ramener en un morceau à Fort-Terreur, sinon notre nom aura tout pris son sens quand je rentrerais.

Inutile de dire qu’elle le paierait cher, mais Adrian était un garçon intelligent et il n’était pas aussi casse-cou qu’elle pouvait l’être. D’un clin d’œil, il avait acquiescé alors qu’elle se retrouvait avec l’unique homme d’Arme qui lui restait après Mortimer. Sortant Écorcheuse, elle prit une bonne inspiration.


Finit les causeries de gentilles femmes, y’a du fer-nés prêt à servir
, lança Jack en dégainant ses deux épées.



Un homme nu
n'a  guère de secrets,
mais un homme écorché
n'en a plus un seul


-Roose Bolton-


Dernière édition par Maureen Bolton le Dim 21 Avr 2013 - 2:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Helya Harloi
Homme d'Armes

Général
Capitaine de l'Amazone

♦ Missives : 1733
♦ Missives Aventure : 46
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 15/12/1988
♦ Arrivée à Westeros : 10/05/2012
♦ Célébrité : Sarah Polley
♦ Copyright : FEE aka Sargon
♦ Doublons : Nope
♦ Age du Personnage : 27 années
♦ Mariage : Sargon Harloi
♦ Lieu : Îles de Harloi - Dix-Tours
♦ Liens Utiles :

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
401/500  (401/500)


Message Mer 3 Avr 2013 - 9:40

La famille Botley se moquait bien et bel de l'information que Sargon avait transmit à la rousse, ils déambulaient dans la forteresse avec un air narquois sur le visage. La parole de Sargon n'avait aucun impact ni même celle d'Helya en ces bâtiments mais la capitaine se trouvait tout de même en ce lieu qu'elle évitait de fréquenter autant que possible. Juste aujourd'hui, au cas où l'attaque de l'Ouest ne soit pas arrêtée au large de l'île d'Harloi, bien que cette éventualité n'était pas vraiment envisageable, les continentaux ? De la chair pour les haches. Seulement, le souvenir des dégâts que peuvent causer les dromons avaient réussi à titiller la méfiance d'Helya. Pour la rouquine, Lordsport représentait beaucoup trop d'importance, un continental ne saurait que souiller ce lieu.

A la suite de Sargon, Helya se hissa sur les hauteurs de la forteresse afin d'avoir un état des choses. Surprise fut de mise lorsque son esprit prit conscience de la situation qui devenait de plus en plus grave. Devant eux, la flotte royale se dirigeait vers Pyk et nul doute qu'ils envahiront l'île et poseront le pied sur Lordsport. Son visage se ferma en une seule seconde, prête à passer ses nerfs sur son futur époux pensant à la première impulsion qu'il lui avait tut cette information avant de se raviser : il semblait tout aussi surpris qu'elle. Son poing s'abattit sur le muret de la bâtisse « P'tin d'merde ! » La capitaine ne releva même pas la réplique du Harloi, trop énervée par la vision qui s'étendait devant elle et qui ne lui plaisait guère. Elle se contenta de lui lancer un regard du coin de l'oeil quand celui-ci avança qu'ils ne poseraient pas un seul pied dans les ruelles de Lordsport, pour une fois, ils pensaient à l'identique et elle n'aurait pas mieux dit.

Sargon disparut de sa vue alors que la rousse jeta un dernier regard derrière elle pour constater une dernières fois de l'état de la situation et jeter un oeil sur l'Amazone puis elle descendit à la hâte, bousculant ses deux frères entrain de s'affairer dans la forteresse. « J'espère qu'vous vous préparez pas à vous cacher comme d'p'tites merdes dans l'forteresse ! » « Tagueule, Helya ! » Cette dernière leur lança un regard noir avant de détourner les talons, il y avait des choses bien plus importantes présentement que leur petite querelle mais elle ne se priva pas de leur balancer une réplique cinglante avant. « Faites gaffe d'pas vous prendr'une hache dans l'crâne ! Avec vos gueules d'minables, on f'rait pas l'différence entr'un continental et vous ! F'çon, ç'sera pas une gross'perte ! » Ses frères s'énervèrent mais Helya ne les craignait pas, ce n'était pas eux qui réveillaient son goût de la bataille, cette essence qui animait tout son corps tendu et prêt à attaquer.

Une fois hors de sa demeure, la Botley croisa Rhoawyr, son second. « Prend une partie d'l'équipage avec toi ! Tranchez chaqu'raclure qu'tu trouv'ra, Lordsport c'chez moi, c'chez nous ! J'veux qu'aucun continentaux n'y mette l'pied, j'n'accepterai aucun échec ! » Rhoawyr acquiesça en grognant et s'en alla de son côté vers les ruelles alors qu'Helya prit le côté opposé avec quelque marins de l'Amazone. Armée de Goshaël et sur ses gardes, son oeil capta la présence de Sargon sur le lieu où elle se rendait et une centaine de mètres derrière elle, son frère Clovyn, armé lui aussi.




Une civilisation se transforme lorsque son élément le plus douloureux devient tout à coup une valeur
Lorsqu'il ne s'agit plus d'échapper à cette humiliation, mais d'en attendre son salut, d'y trouver sa raison d'être.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 4 Avr 2013 - 21:34

Il posa pied à terre avec un certain soulagement. Roche stérile ou plaine verdoyante, peu lui importait d’autres que de retrouver la sensation de la terre ferme sous ses bottes. Il aurait été incapable de combattre en pleine mer, tout archer qu’il était, et aurait bien perdu la moitié de ses capacités. A défaut de s’estimer heureux, il se révélait au moins chanceux d’être parmi le bon détachement.
Les Swann ne l’attendirent pas pour se mettre en action, formant les rangs avec la force de l’habitude. Lui dépareillait sur ce fond de blanc et de noir, le pourpre Bolton ressortant presque comme une cible visible. Il avait hésité à arborer les mêmes couleurs que ses alliés de circonstance pour se fondre dans la masse, mais même sa cousine ne se le permettait pas. Il garderait ainsi pour lui la fierté d’être un Ecorcheur, même isolé des siens.

« Où est John ? » Dut-il crier par-dessus la foule à Mortimer et Jack. L’un comme l’autre lui répondirent par un signe de dénégation. Voilà qu’il perdait déjà son maître d’armes avant même que la mêlée ne débute. Mauvais présage… Il s’était toujours révélé un bouclier inébranlable pour lui, tout deux sachant parfaitement se compléter pour se couvrir l’un l’autre. Il lui faudrait renouveler cet exploit avec Mortimer, mais ça n’était pas hors de portée d’un vétéran comme lui de le protéger efficacement sans pour autant le gêner. Aussi acquiesça t-il vers sa cousine :
« Je ne suis pas le plus doué des archers de Lord Swann, mais de Lord Bolton. » Il eut un sourire de défi avant de rajouter. « Et je viserais en plein cœur, si la mêlée me le permet. » Il n’était pas sans savoir que les tirs directs étaient rares et difficiles à placer en temps de guerre. Si les rangs Swann prenaient la peine de laisser venir l’ennemi, les archers pourraient faire des ravages… Mais les Fer-Nés n’allaient pas s’y risquer. Leur rôle consisterait donc à atteindre, justement, les autres archers, à défaut de briser une charge. Ce qui était bien plus délicat à terre qu’en haut de roches et remparts…

« Ne fonce pas tête baissée, Maureen. Nous avons beau les prendre de court, mieux vaut ne pas se heurter les premiers à leur défense. » Il n’avait pas voulu la commander ni dire sa pensée profonde, qui était de laisser cette affaire à d’autres. C’était peut-être lâche mais son principal objectif serait de survivre avant même de répandre la mort chez leurs ennemis.

Il avança à pas rapide en même temps que les Swann, s’éloignant à mesure de sa cousine pour suivre le rang des archers de l’Orage. Ca ne lui plaisait guère, mais ils devaient tenir leur position. Il faisait pourtant en sorte, du mieux qu’il pouvait, de toujours la garder en visuel. Inutile de reproduire les erreurs commises à Motte-la-Forêt, il ne se le permettrait pas.
Loin devant, il aperçut le Lord Baratheon et un sourire illumina ses traits à cette vision. L’Orage Moqueur n’hésiterait pas à partir en première ligne, se fichant bien d’incarner la cible idéale. Il encocha doucement une flèche, gardant la corde de son arc détendue, les suivant de loin avec la ferme intention de représenter un soutien non négligeable pour sa cousine autant que le Lord-suzerain qui combattrait à leurs côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Mar 9 Avr 2013 - 14:52

L'atmosphère qui régnait sur Lordsport avait changé en très peu de temps, mais même si certains habitants du bourg scrutaient l'horizon et les dromons qui approchaient, les autres continuaient de vaquer à leurs occupations habituelles, certains qu'ils étaient de la victoire des Fer-nés. Après tout, nul n'avait réussi à prendre pied sur les îles depuis des temps immémoriaux et ce n'était pas aujourd'hui que cela allait changer ! Les vasques enflammées ajoutaient encore à cette drôle d'atmosphère au fur et à mesure que la graisse de baleine brûlée déversait ses fumées noires dans la ville, tel un présage des terribles et funestes événements qui allaient suivre. Les Fer-nés l'avaient compris, la flotte ennemie était bien trop importante pour que les rares boutres encore présents à Lordsport puissent faire quoi que ce soit... S'ils avaient eu le temps de se préparer et de rassembler tous les capitaines, il en aurait été bien autrement !

Jurant et maugréant, les Fer-nés se décidèrent donc à attendre les continentaux afin de les massacrer au cœur même de la ville. Les équipages et les soldats n'étaient certes pas en nombre très élevé mais lord Greyjoy avait eu une idée de génie en faisant vider les armureries de Pyk afin de doter chaque Fer-né d'une arme ! Qui irait se méfier d'une femme ou d'un enfant ? Personne ! Du moins, pas tant qu'il n'aurait pas planté son poignard dissimulé dans le ventre boursouflé de l'un de ces gras continentaux. Quelle surprise cela serait pour eux !

L'alerte à peine donnée, Sargon Harloi s'était rendu sur les murs de la modeste forteresse des Botley et de là, il avait pu assister à la première défaite des Fer-nés, en pleine mer, mais il pouvait aussi saisir le manque de fidélité de son espion. Si ce dernier avait eu vent de cette manœuvre, il s'était bien gardé de l'en informer ! Au contraire, s'il n'en savait rien, c'était que ses capacités ne valaient pas forcément le prix que le Harloi lui payait... Furieux, il dévala quatre à quatre les marches qui menaient à l'extérieur du fortin et, dégainant son épée d'acier valyrien, il se dirigea vers la plage, prêt à en découdre. Dans le même temps, les hommes de son équipage guidés par Yoren sortirent de la taverne et décidèrent de se rendre au fortin en espérant croiser le chemin de leur capitaine.

Ayant assisté à la scène, Helya Botley était toute aussi surprise et toute aussi énervée par la situation. Qu'on les attaque n'était déjà pas envisageable, mais que ce soit des continentaux, c'était bien pire encore ! S'énervant à l'encontre de sa fratrie, elle ne tarda toutefois pas à déboucher hors des murs du fortin, croisant la route de son second, Rhoawyr Wynch. Elle l'envoya alors chercher une partie de l'équipage de l'Amazone afin qu'ils mettent à mort les ennemis qu'ils croiseraient à travers la ville et, partant de son côté, elle se dirigea dans la direction opposée, accompagnée du reste de ses hommes. Rapidement, Helya constata qu'elle allait certainement devoir se battre aux côtés de son prétendant. Un bon moyen de savoir ce qu'il valait réellement !

Arkha Kenning se trouvait elle aussi à Pyk, comme bon nombre de Fer-nés. Elle vaquait là à ses occupations et lorsque les cris d'alerte informèrent les habitants du cru de ce qui se préparait, elle se trouvait tout simplement attablée à la taverne. Abandonnant bien vite son repas, elle sortit en trombe des lieux, suivant les autres hommes de Fer, et découvrit l'état actuel de la situation. Et il fallait bien l'avouer, les choses ne se présentaient pas sous le meilleur jour ! Totalement hypnotisée par les vues des dromons, elle reprit finalement ses esprits, décidant qu'il lui fallait retrouver Sargon. Mais par où commencer les recherches ? Peut-être lui suffirait-il de suivre Yoren et les autres marins de la Veuve qui venaient justement de quitter la taverne ?

Ailleurs dans le bourg, Tom le forgeron se tuait à la tâche pour respecter les décisions et les désirs de lord Greyjoy, forgeant des épées et des haches comme il n'en avait jamais forgé. Il ne savait pas ce qui avait motivé ces choix, mais il se devait les appliquer et c'est pourquoi il crut d'abord être victime d'hallucinations lorsqu'il repéra les voiles au large. Malheureusement pour lui, ce qu'il voyait était bien réel... C'est pourquoi, dans la cohue générale, il se prépara comme il le put avant de quitter son atelier et de suivre les autres Fer-nés vers la plage, prenant ensuite la direction des chantiers navals.


*** *** ***

Lorsque le dromon de ser Alrik Mallery, le commandant des Dents de Freux, accosta les quais du port de Lordsport, il ne fallut pas longtemps pour que les hommes à son bord le quittent afin de prendre position selon les ordres qui avaient été donnés. Les Freux en première ligne tirèrent l'épée au clair tandis que les autres encochaient déjà leurs flèches sur les cordes de leurs arcs de barral. Malgré tout, il leur fallait d'abord neutraliser les ennemis qu'ils rencontreraient, leur mort n'étant pas une option acceptable tant qu'elle était évitable. Après tout, malgré la guerre et la révolte, que serait un royaume mis à feu et à sang ? Les pertes avaient déjà été très importantes, inutiles d'en ajouter d'autres !

Laissant l'objectif de la sécurisation de la ville aux forces des seigneurs alliés, les Dents de Freux avait pour but de rejoindre le fortin des Botley afin d'en prendre possession. Une fois les seigneurs locaux sous contrôle, il y avait en effet de fortes chances que les autres Fer-nés se rendent ou du moins, que les forces de la Couronne puissent calmer leurs oppositions. Cela fait, il ne resterait qu'à débarquer des troupes supplémentaires afin de prendre la route de la forteresse de Pyk.

Vérifiant qu'il n'y avait pas de réel et véritable danger autour d'eux, les Dents de Freux avancèrent afin de quitter les jetées de bois, se dirigeant vers la ville qui s'étendait un peu plus loin. Les chevaliers des premiers rangs portaient épées et boucliers tandis que les archers suivaient. Nombre d'entre eux n'avait jamais combattu lors d'une guerre et cela laissait donc craindre de sérieux ennuis lorsque l'affrontement deviendrait inévitable.


*** *** ***

A quelques centaines de mètres de là, lord Baratheon avait lui aussi accosté avant de mettre ses troupes en formation, hommes d'armes et chevaliers en avant, archers en arrière. On trouvait dans leurs rangs des vétérans comme des jeunes recrues et cela indiquait que les combats à venir allaient être terribles, surtout lorsque la peur tenaillait leurs entrailles. Mais si cela était vrai, il allait néanmoins leur falloir avancer. En effet, rester sur les plages n'allait en rien servir à leur plan et il était peu probable que les Fer-nés choisissent de se jeter ainsi sur leurs épées et leurs lances, malgré le fait qu'ils venaient attaquer leurs terres natales. De plus, le temps que les Fer-nés prennent conscience de la situation et qu'ils se préparent à se défendre, le danger à l'intérieur de la ville serait bien plus grand pour les continentaux qu'il ne l'était actuellement. Or justement, ils allaient devoir pénétrer au cœur de Lordsport dans le but de sécuriser la ville, puisque telle était leur mission principale. Ils n'avaient maintenant plus qu'à avancer...

Cela concernait par ailleurs autant lord Lyonel Baratheon que les soldats du rang tel que ce Tignac, héritier d'une histoire familiale difficile et qui se retrouvait maintenant à combattre pour un suzerain et un roi qui avaient puni ses ancêtres. Et que dire des Bolton, intrus parmi les soldats ici présents ? L'armée rassemblée comprenait des troupes de tout l'Orage et pourtant, ils y avaient trouvé leur place, eux, des Nordiens affichant l'écorché écarlate. Une femme et un enfant, qui plus est ! Qu'en penseraient les hommes du rang ? Et surtout, sauraient-ils trouver leur place et éviter la mort ? Seule la bataille imminente allait pouvoir l'affirmer et ce ne serait pas une mince affaire...


*** *** ***

Plus à l'est, en dehors de Lordsport, quelques dromons du Val d'Arryn et des Terres de la Couronne avaient eux aussi accosté sur les plages, déversant leur lot de combattants. Si sécuriser la ville était un de leurs objectifs, cela n'allait pas être évident à réaliser ! Contrairement à bon nombre de villes et de bourgs du continent, Lordsport ne possédait pas de murailles et le bourg s'ouvrait donc directement sur l'intérieur des terres. Lorsque l'alerte serait donnée que la ville était attaquée, il y avait fort à parier que des renforts se décideraient à venir soutenir les Botley, que cela se passe dans les heures ou les jours qui suivraient... La prise de Pyk de la part des continentaux ne serait pas une mince affaire et il était donc très probable que leurs armées doivent camper dans la ville plusieurs jours durant... Malheureusement, chacun de ces jours risquaient d'amener avec lui un flot de combattants Fer-nés venus du reste de l'île ou des îles alentours. Après tout,, rien ne les empêchait d'accoster sur la côte septentrionale pour ensuite traverser Pyk et prendre l'armée royale par surprise ! Or s'ils perdaient Lordsport, ils perdaient leur seul accès aux dromons et donc, leur seul point de retraite. Garder Lordsport, sécuriser la ville et la protéger coûte que coûte, voilà qui allait leur demander bien du travail !

C'était là la raison qui avait poussé les commandants à diviser les assaillants en trois vagues, la première frappant en plein cœur de la ville tandis que les deux autres allaient encercler Lordsport. L'encercler pour empêcher la fuite et augmenter la force de leur attaque mais surtout, l'encercler pour préparer dans le même temps la défense extérieure. Sécuriser les plages, protéger les routes, dresser des points de surveillance, voilà tout ce qui pourrait aider, une fois que les Fer-nés auront été vaincus, bien entendu.

Revêtue de son armure noire, portant les armes de la chauve-souris, lady Lothston conduisait elle-même ses troupes, toutes aussi inquiétantes. C'était là un spectacle inhabituel qui devait surprendre plus d'un Valois et combattant de la Couronne ! Les surprendre et peut-être les effrayer un peu. Cela ne serait certainement pas le cas des Fer-nés mais qui savait ? Se dirigeant vers le jeune suzerain du Val, lady Danelle l'informa alors qu'elle était prête à lancer la marche. Ils furent rapidement rejoints par ser Lothar Celtigar, chevalier et navigateur de Pince-Isle. Ce dernier donna son propre avis sur la situation, faisant écho aux propos de la Folle Danelle. Ainsi invité à prendre la direction de Lordsport, le jeune lord Arryn, anxieux quant à la suite, prit la parole devant ses hommes avant de donner l'ordre de marche, laissant toutefois des combattants sur place pour couvrir leurs arrières. Le moment tant attendu était arrivé, celui de faire ses preuves devant tout le royaume assemblé. Le Faucon du Val pouvait enfin prendre son envol.


*** *** ***

De l'autre côté de la ville, des combattants tout aussi féroces et exotiques que les Fer-nés se rassemblaient. Il était difficile de savoir si les Dorniens et le peuple des îles de Fer s'étaient déjà rencontrés mais quoi qu'il en soit, leurs confrontations allaient rester dans les mémoires pendant longtemps... Du moins, s'il restait quelqu'un pour se le rappeler ! Tous les continentaux avaient entendu le dicton qui parlait de la maison Uller et savoir que l'un d'eux dirigeait une troupe de lanciers armé d'une pique d'acier valyrien pouvait avoir de quoi laisser craintif ! Comment être sûr qu'il n'allait pas devenir un ennemi supplémentaire ? Rien ne permettait de le dire, malheureusement... Il allait donc leur falloir faire avec, espérant que ce Dornien au caractère aussi acéré que les Fer-nés trouve en eux des ennemis suffisants pour canaliser sa hargne. Et surtout que ces ennemis soient assez nombreux pour contenter cet homme et sa plus-terrible-encore fille !

Par chance, d'autres Dorniens plus civilisés les accompagnaient, des hommes dirigés par l'Epée du Matin, un jeune chevalier qui avait déjà eu à affronter les Fer-nés et qui avait mené un épique duel à l'épée avec lord Greyjoy lui-même ! Il était toutefois malheureux qu'il n'en sache rien, l'identité de son adversaire de Salvemer lui demeurant inconnue. Quoi qu'il en soit, il avait vu de ses yeux les ravages et les tactiques de combat des Fer-nés, pour peu que l'on pouvait considérer cela comme de la stratégie. On aurait plutôt eu l'impression de démons issus des Sept Enfers, armés de bric et de broc, déchaînant leur fureur sur le monde. Est-ce que les stratégies conventionnelles fonctionneraient sur de tels individus, au cœur même de leurs îles ? Si tel n'était pas le cas, ser Oberyn pouvait toutefois compter sur le compagnon à ses côtés, le très-peu-conventionnel Mycah. Ce dernier avait fait ses preuves à de nombreuses reprises au cours des derniers mois et une fois de plus, il chercha à reproduire cela en guidant les archers sous ses ordres vers des cibles potentielles. Malheureusement pour eux, les îles de Fer n'étaient pas Dorne et leur premier tir ne fut guère efficace... Bien au contraire.

Première relance ! Comme vous êtes tous restés sur vos positions de départ, je n'ai pas pu faire grand chose. N'hésitez donc pas à avancer vous-mêmes par la suite tout en faisant avancer vos hommes ! Si vous ne voulez pas aller trop vite, vous n'avez qu'à faire de courts déplacements et je vous indiquerais ce qui se présente à vous !

Dans le cas des déplacements, n'hésitez pas à être très clair et très précis, par exemple en indiquant des choses entre parenthèses ! Pour le moment, avec les rares personnes qui se sont déplacées, je ne sais pas trop où elles se trouvent... Utilisez donc les points cardinaux (le nord est en haut de la carte) et n'hésitez pas à vous servir des indications de la carte. Par exemple, si votre personnage se dirige vers des attaquants, vous pouvez mettre : (vers l'est, en direction du bordel). Là, ce sera bien plus clair ! De la même manière, si vous décidez de rencontrer un groupe de PJ ennemis, n'hésitez pas à indiquer le nom du personnage concerné en gras et entre parenthèses ! Comme vous ne vous connaissez pas au sein du jeu, il est normal que vous ne les nommiez pas dans la narration et que vous utilisez d'autres termes mais des indications supplémentaires entre parenthèses peuvent grandement simplifier la gestion et la compréhension !

Maintenant, je vais brièvement reprendre les objectifs de chaque groupe afin que vous sachiez plus ou moins ce que vous avez à faire :

- Alrik et les Dents de Freux doivent se diriger vers le fortin des Botley afin de le capturer ! Il s'agit d'en faire le centre de commandement, si je puis dire Very Happy Ce ne sera toutefois pas aisé avec les Fer-nés qui rôdent en ville. Vous pouvez donc rencontrer des habitants du coin portant des armes en tout genre !

- Lyonel et les troupes de l'Orage (avec les Bolton) doivent sécuriser la ville, les rues et les bâtiments. Il s'agit d'éliminer les menaces ennemies (en tuant au minimum !) pour prendre possession des lieux. Ce ne sera toutefois pas évident ! Vous risquez fortement de rencontrer des ennemis sur la plage, en particulier des membres des équipages des boutres (et donc des combattants aguerris). N'oubliez pas que les Fer-nés n'utilisent pas d'arcs mais qu'ils ont de très dangereuses haches de jet ! Gare aux dégâts Very Happy

- Jasper, Danelle et Lothar, vous devez vous diriger vers la ville par l'est afin de créer une deuxième force de frappe mais vous devez aussi vous assurer que personne ne viendra ensuite vous prendre à revers ! Il vous faudra donc attaquer tout en organisant la défense. N'oubliez pas que vous vous trouvez entre Lordsport et Pyk et que vous avez donc le risque de voir des hommes de la maison Greyjoy arriver dans votre dos. Du fait de la distance, cela peut être long, mais qui sait ce que la Seiche a prévu...

- La situation est un peu la même pour Oberyn et Rennifer, à partir de l'ouest. N'oubliez toutefois pas que vous êtes encore à quelque distance de la ville ! De fait, même si vous voyez les bâtiments, vous n'y êtes pas encore directement ^^ Notez cependant qu'un groupe de Fer-nés se trouvent aux abords du chantier naval, ce groupe comprenant le PNJ de Dagon, Tom le forgeron. Vous risquez donc d'entrer rapidement en opposition. N'oubliez pas non plus que la maison Forgefer dispose d'un fief au nord de Lordsport et qu'elle pourrait bien envoyer des renforts...

- Enfin, les Fer-nés, vous devez simplement vous défendre et défendre votre île ! Vous êtes dans une ville, ce qui veut dire que vous avez des bâtiments pour vous protéger. Vous connaissez les lieux et cela est donc avantageux pour vous ! Enfin, il y a du matériel en quantité pour créer des diversions ou fabriquer des pièges (huile pour lanterne, treuils, charrettes, etc.). Vous êtes chez vous, profitez-en !

Autre point très important, lord Greyjoy a été fourbe avec vous ! Il a en effet donné l'ordre que chaque Fer-né soit armé, par précaution. De ce fait, que vous croisiez un homme, un femme, un vieillard ou un enfant de dix ans, ils porteront tous une arme et seront prêts à en faire usage ! A vous de voir si votre conscience vous pousse à tuer une femme ou un enfant... N'oubliez toutefois pas que le but n'est pas d'exterminer la population des îles de Fer mais bien de ramener la paix Wink Tuer n'est donc pas forcément la solution la plus appropriée et la plus acceptable ! Un tueur sanglant pourrait avoir des ennuis plus ou moins importants après la fin du conflit Very Happy A vous de décider !

Si vous avez des questions sur ce message ou sur les remarques, n'hésitez pas à MP Brynden Rivers. Enfin, n'oubliez pas de respecter les règles de l'intrigue.

Bon jeu à tous !
Revenir en haut Aller en bas
Commandant des Dents de Freux
avatar

Alrik Mallery
Commandant des Dents de Freux

Général
- Noblesse d'Ame -

♦ Missives : 1209
♦ Missives Aventure : 117
♦ Arrivée à Westeros : 19/02/2012
♦ Célébrité : Josh Holloway
♦ Copyright : Luchadora
♦ Doublons : Lakdahr l'Edenteur - Séraphine - Jeyne Estremont
♦ Age du Personnage : 39 ans
♦ Mariage : Veuf - Fiancé à Velanna Vance
♦ Lieu : Les Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
2127/2500  (2127/2500)


Message Mer 10 Avr 2013 - 10:45

A peu de choses près, il aurait été apte à ouïr l'eurythmie de chacun des quidams qui se hâtait à ses abords, armes parées à l'usage et le regard errant de tous les côtés avec la folle conjecture qu'un antagoniste pouvait apparaître de nulle part. Une angoisse somme toute légitime, les fer-nés avaient assurément plus d'un tour dans leur besace et, pris en étau comme ils l'étaient par les forces continentales, rien ne serait trop cauteleux de leur part. Quelle serait leur stratégie ? Auraient-ils ne serait-ce que le temps, l'idée même, d'en établir une ? Ces insulaires des rocailles étaient des écumeurs, redoutables squales sur l'échine des mers, mais sur terre, que valaient-ils ? S'ils étaient moins à craindre qu'à flots, ils n'en demeuraient pas moins des adversaires qu'il ne fallait point mésestimer et dont il fallait se méfier. Alrik lui-même était aux aguets, cette sapidité de guerre n'était pas sans lui rappeler les douloureux souvenirs de la bataille du Champ d'Herberouge, durant laquelle il avait oeuvré pour l'honneur et la vie de la Main du Roi. Et c'était toujours avec la même volonté de ne pas désappointer lord Brynden Rivers qu'il avait accepté de mener les troupes en compagnie de Maekar Targaryen, qui semblait tout aussi prêt qu'il ne l'était à en découdre avec la Seiche et ses séides. Ensemble, ils pénétrèrent dans la ville désertée en toute hâte – du moins, en apparence. L'on pouvait entendre des hurlements par-ci, des fracas par-là, de l'effervescence dans tous les sens.

« Direction le fortin, touchons les poumons avant de nous rendre au cœur ! » L'éponyme forteresse de Pyk serait l'organe principal qu'ils transperceraient, mais il y avait de la route à faire avant d'y accéder et les périls seraient nombreux. La première des surprises survint lorsqu'un garçonnet d'une dizaine d'années se retrouva, isolé, face aux estocs des Dents de Freux. Les consignes avaient été concises : pas de meurtre inutile, aussi le commandant prit-il les devants pour permettre à l'enfant de ne pas subir les conséquences des erreurs de ses aînés. Toutefois, celui qui semblait innocent extirpa un coutelas de sous son haut et tenta inconsciemment de se jeter sur le chevalier qui, pantois, le bouscula d'un coup de bouclier pour le faire choir au sol, lui faisant lâcher son arme qu'il éloigna du pied par la même occasion.

« Si même les enfants se mettent à attaquer... Nous avons intérêt à rester su... » Ce fut l'air dépité qu'il prononça ces mots, avant que des cris courroucés ne le coupent dans son élan. Des bâtisses, sortirent des ennemis, une cohorte devant eux et une autre sur leur flanc dextre, mêlant hommes et femmes farouchement déterminés. Le garçonnet avait-il été un moyen de diversion ? Rien n'était moins sûr. « Dents de Freux, parés à la défense ! » Cette fois, le combat était inévitable, et Alrik ne put s'empêcher de jeter un coup d'oeil en direction du prince et des gardes royaux, avant de bramer un nouvel ordre. « Archers ! Tirez ! » Dit-il en dépliant son bras vers la droite, direction dans laquelle les flèches seraient décochées tandis que ceux à l'épée se concentraient sur les fer-nés leur arrivant de face. [MDJ : Résultat de l'affrontement ? ]


Vous allez balayer ma cendre ; L’homme ou l’insecte en renaîtra ! Mon nom brûlant de se répandre, dans le nom commun se perdra. Il fut! Voilà tout ! Bientôt même, l'oubli couvre ce mot suprême, un siècle ou deux l’auront vaincu. Mais vous ne pouvez, ô nature, effacer une créature... Je meurs. Qu’importe... J'ai vécu !


Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5378
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mer 10 Avr 2013 - 11:51

     Lordsport n'était pas protégée par une muraille, les Fer-nés ne s'abritaient pas derrière des murs comme les continentaux et Sargon était bien décidé à leur prouver qu'ils n'en avaient pas besoin. L'agitation dans les ruelles était très présente, le Harloi espérait simplement que chaque natif des Iles de Fer allait être capable de tuer au moins un de ces chiens. Alors que des cris venaient du port, le Fer-né jeta un coup d’œil en arrière pour constater qu'Helya n'était pas très loin. Tant mieux, il ne crachait jamais sur l'aide d'une personne aussi compétente que la jeune femme, sans compter qu'elle aurait deux fois plus de raisons de défendre ses terres que n'importe qui. Lorsqu'il reporta son attention sur le port, Sargon distingua plusieurs silhouettes qui semblaient indiquer que les continentaux avaient débarqué et étaient prêts à en découdre. Ils ne dépasseraient pas les premières maisons, pas en vie du moins, c'était une idée fixe dans l'esprit du capitaine. Ce dernier progressa donc rapidement jusqu'au port où il repéra celui qui semblait être « le chef », un homme aux cheveux clairs qui avait visiblement l'expérience de l'âge. [ Alrik ] Sans se soucier davantage de ce qui se passait autour d'eux, le capitaine de la Veuve Salée commença à dégager le passage en s'en prenant à ceux qui venaient à leur encontre. Tout n'était qu'une question de patience, Sargon avait décidé qu'aucun continental n'atteindrait Lordsport et il s'y tiendrait ! [ Sargon se trouve donc au port ]


     Pendant ce temps, Yoren et les autres marins de la Veuve Salée progressaient eux aussi dans les rues. Le second tourna la tête dans plusieurs directions pour essayer de voir si ces continentaux avaient déjà réussi à s'infiltrer jusqu'à eux, mais il semblait que ce ne soit pas encore le cas. Son regard s'arrêta toutefois sur une silhouette bien connue, celle d'Arkha, elle aussi marin sur le boutre du Harloi. Ni une, ni deux, le Fer-né l'interpella avec vigueur.

     ▬ Arkha ! Par ici ! »

     Libre à elle de leur emboîter le pas ou de se débrouiller seule de son côté. Toujours est-il que le Fer-né connaissait suffisamment son capitaine pour savoir que celui-ci allait se rendre à l'endroit où il était le plus probable de voir les envahisseurs débarquer : le port. Des cris parvenaient d'ailleurs de cette zone et Wulfric avait déjà dégainé sa grosse hache pour montrer aux assaillants à quel point il pouvait apprécier ce genre de combat. Plusieurs Fer-nés étaient déjà présents au port, ainsi donc, les marins qui arrivaient se concentrèrent sur les quelques continentaux qui pourraient passer au travers des mailles du filet pour tenter de s'infiltrer dans les rues de Lordsport. Il n'était pas question que le moindre envahisseur ne pose ses sales pattes sur l'une de leur forteresse ! [ Les marins se trouvent au niveau des maisons avant le port ]


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Homme d'Armes
avatar

Arkha Kenning
Homme d'Armes

Général

"Fierté saumâtre jamais ne dessale"

♦ Missives : 498
♦ Missives Aventure : 69
♦ Arrivée à Westeros : 29/09/2012
♦ Célébrité : Odette Yustman
♦ Copyright : Luchadora (Alrik !)
♦ Doublons : Aslak, Ethaniel Stone
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : les Iles de Fer
♦ Liens Utiles : ~ Fille de la mer, dressée aux vents, telle une Fer-née~

~ En quête de reconnaissance de sa valeur ~

~Générant des prouesses à sa hauteur ~

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
181/500  (181/500)


Message Mer 10 Avr 2013 - 22:55

Pris au dépourvu, voilà ce qu’ils étaient. Personne ne s’attendait à ça, personne n’imaginait une seule seconde en réalité qu’un amas de continentaux pourraient débarquer sur leur terre et tenter de les soumettre par la force avec non pas quelques soldats mais une armée prête à mettre un terme à leur existence. Quel était réellement le but à part celui-là ? Elle n’en savait rien. Mais dans sa course effrénée quelque chose l’avait surpris… Comment ça se faisait que tout un chacun avait une arme en main ? Même les enfants… Était-ce possible qu’en réalité chaque Fer-né possède désormais à tout âge sa propre arme ? Elle avait de quoi être frustrée d’avoir du attendre si longtemps avant de posséder la sienne… Enfin du moins sa première, Traîtresse étant la seconde. Mais le temps ne permettait pas les réflexions et retrouver Sargon était sa priorité. Une pensée cependant l’amena dans les confins de la mer vers son cousin de cœur et Lakdahr, tous deux sur la Jouvencelle. Qu’en était-il d’eux ? Allaient-il bien ou eux aussi devaient-ils faire face à d’autres bateaux que de sa place elle ne pouvait accéder en visuel ? Secouant légèrement sa tête, elle chassa le négativisme qui commençait à se répandre en elle et décrocha Traîtresse de son échine avant de détacher la lanière autour du manche pour pouvoir l’attacher à son poignet. Tactique mise au point pour même désarmée, pouvoir toujours récupérer son arme avec laquelle elle était liée par cette lanière de peau solide et déjà souvent mise à l’épreuve. Toujours est-il que l’agitation se répandait de plus en plus à ses oreilles et certains cris n’étaient pas pour la sécuriser contrairement à une appellation particulièrement familière qui ne put qu’attirer davantage son attention et détourner son regard de l’agitation inhabituelle.

"Yoren !! "

Bien sûr que le fait que les autres marins de la Veuve Salée étaient présents n’avait pas manqué à son observation mais Yoren et son acolyte habituel lui avait échappé par contre et les voir avait entraîné une certaine assurance due à leur combattivité et surtout le fait qu’ils étaient particulièrement doués en tant que bras droits de Sargon. Il ne fallut pas longtemps pour que ses pas emboitent forcément les leurs et qu’elle les suive dans l’optique d’une trame plus construite pour la suite des évènements. Très rapidement elle put remarquer qu’ils arrivaient près d’un point davantage stratégique et pour la peine c’était compréhensible. Débarquer au port devait être une tactique mais sûrement pas la seule… Wulfric fut un des premiers à mettre son grappin sur un continental, les autres ne furent pas loin derrière et continuant sa route elle aperçut très rapidement que du continental y en avait à revendre… Ses pas la menèrent davantage vers l’amas à ne pas négliger [dépassant un peu les maison pour se rendre clairement au port] et il ne lui fallut pas longtemps pour reconnaître le personnage qui se trouvait être en réalité le chef de l’attroupement. Cet homme elle l’avait déjà affronté et par la plus grande des chances, il l’avait laissé fuir … Une honte dont elle n’avait jamais parlé à personne et qui venait de réveiller en elle une fureur de la revanche à prendre en même temps qu’une crainte car un tel combattant ne pouvait s’oublier aisément. Mais le rappel à l’ordre fut rapide et les coups à parer et à assener également. Il était temps de reprendre leur île même s’il fallait y laisser la vie.




Jamais le fracas de la mer n'atteint la roche

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Seigneur Suzerain de l'Orage
avatar

Lyonel Baratheon
Seigneur Suzerain de l'Orage

Général
L'Orage Moqueur

♦ Missives : 586
♦ Missives Aventure : 51
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 11/07/1992
♦ Arrivée à Westeros : 31/07/2012
♦ Célébrité : Russell Crowe
♦ Copyright : Neassa Baratheon
♦ Doublons : Aucun
♦ Age du Personnage : 52 ans.
♦ Mariage : Neassa Stark
♦ Lieu : Accalmie - Terres de l'Orage
♦ Liens Utiles : L'Orage Moqueur...
Voyages et Hauts-Faits
Aptitudes

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
321/500  (321/500)


Message Mer 10 Avr 2013 - 23:13

Un coup d’œil aux alentours suffit à Lyonel pour constater que tous les soldats étaient prêts à marcher sur Lordsport. Ils n'attendirent pas plus et se mirent en branle, droit vers les premières maisons qui bordaient la plage. Les deux groupes restaient séparés afin de pouvoir pénétrer rapidement et efficacement dans les petites rues de la ville mais ils restaient assez proches l'un de l'autre pour pouvoir se porter assistance en cas de problèmes. Cette précaution ne serait sans doute pas de trop, vu le tempérament pour le moins indomptable des Fer-nés. Sur sa gauche, dans l'autre groupe, Lyonel aperçu deux personnes arborant des couleurs bien plus vives que celles des Swann. La question qui lui vint naturellement à l'esprit était simple : Qui étaient-ils ? Mais il ne prit pas le temps d'y réfléchir plus alors que les premiers habitants de Lordsport se montraient. La plupart d'entre eux étaient armés, une femme leur lançait un regard mauvais et les hommes semblaient se concerter. Certains disparaissaient dans les maisons et les ruelles alentours... Combattre sur ce terrain qui leur était inconnu n'allait pas être aisé. Au moins avaient-ils l'avantage d'être plus expérimentés que les habitants de Lordsport. L'ordre avait été donné d'épargner le plus de combattants possible et les chevaliers étaient prêts à user autant de leurs lames que de leurs boucliers. Même si l'usage n'était pas de s'en servir pour frapper, un coup bien porté pourrait aisément estourbir n'importe quel guerrier.

A l'arrière, les archers se tinrent prêt, bandant leurs arcs et surveillant les toits des bâtiments. Les guerriers à l'avant du groupe seraient vulnérables à ceux qui y seraient et mieux valait leur éviter au maximum les ennuis liés aux Fer-nés postés sur les toits... Les premiers affrontements débutèrent alors qu'ils n'étaient plus qu'à une dizaine de mètres des premières habitations. Peu désireux de voir ces lâches de continentaux envahir leurs rues, les Fer-nés semblait décidés à les stopper net.

Les boucliers arrêtèrent les premiers coups avec fracas et la réponse ne se fit pas attendre. Autant que possible, il leur fallait essayer de rendre les villageois inoffensifs sans les tuer. Ce n'était pas chose facile, au vu de la résistance farouche que les Fer-nés opposaient ! Ils préféraient mourir plutôt que laisser un seul des soldats faire un pas de plus. Et laisser vivre quelqu'un qui n'en avait pas forcément envie, ça n'était pas chose aisée. Lyonel frappa le bras de l'homme hardi qui s'était avancé vers lui, heurtant son bras d'épée avec tant de force que ce dernier lâcha son arme. Un coup de l'imposant bouclier du lord l'envoya s'écrouler un peu plus loin avant qu'il ne puisse songer à faire un autre mouvement. Celui-ci devrait s'en tirer, au moins.

Malgré la résistance, leur groupe continuait son avancée, bien qu'un peu plus lentement. Une femme devant eux semblait terrifiée et ne savait plus que faire... Du moins c'est ce qu'elle voulu faire croire mais l'éclat métallique qui jaillit ensuite laissa présager bien autre chose. La dague vola dans sa main plus vite que l'éclair et le soldat qu'elle frappa eut à peine le temps de réagir. Lyonel ne vit pas si elle l'avait blessé ou non, laissant là le bref combat qui opposa l'homme d'arme à la femme pour se concentrer de nouveau sur leur objectif : Lordsport. Il aperçut seulement la Fer-née qui s'enfuyait, désarmée ou blessée, il ne savait pas. [Ils étaient arrivés au niveau des premières habitations], c'est là que les choses sérieuses commenceraient vraiment. Surtout s'ils devaient en plus se méfier de tous même de la moindre femme !


Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maureen Bolton
Noble

Général
Dame de la Maison Bolton de Fort-Terreur



♦ Missives : 518
♦ Missives Aventure : 142
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 08/07/2011
♦ Célébrité : Jaimie Alexander
♦ Copyright : Ann
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Maeve Arryn, Aaricia Bonfrère, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Non determiné
♦ Lieu : DERRIÈRE TOI
♦ Liens Utiles : Lady Maureen Bolton
Vents D'hiver et chant d'été
Nos Lames Sont Acérés
Aptitudes et Intrigues
Succès de Maureen Bolton

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
804/1000  (804/1000)


Message Jeu 11 Avr 2013 - 2:07

Elle avait regardé le plus vieux de ses protecteurs amusée. Ou avait-elle pêchée qu’il pouvait être le meilleur archer de Lord Swann. Décidemment, elle n’Avait pas toute sa tête. Elle avait ébouriffé les cheveux de son cousin avant de rire. Il était l’archer le plus doué qu’elle avait connu jusqu’à aujourd’hui. Elle-même qui d’ordinaire se débrouillait très bien avec les armes n’y arrivait pas aussi bien avec un arc. Elle finit par hausser des épaules avant d’émettre un léger rire. Quoiqu’elle fasse, où qu’elle aille, il veillerait toujours sur elle. Elle ne pouvait vraiment lui en vouloir, elle agissait aussi ainsi avec lui.

Tant que tu les fais tomber, je n’ai aucun problème avec ca. Ne t’inquiète pas. Je suis plus prudente quand je ne connais pas le terrain. Jack veillera sur moi.

Elle lui avait offert un clin d’œil avant de partir avec le reste des hommes de l’orage. Elle savait qu’en quelques parts c’était le devoir de l’homme qui l’accompagnait. Elle ne s’attendait pas à une partie de plaisir. Déjà qu’elle portait le rouge écarlate à travers le blanc et noir, elle était une femme. Non loin en elle, il y avait la peur qui la rongeait, mais il y avait aussi en quelques part le désire de la vengeance pour les hommes qui étaient tombés à Motte la forêt. Lorsque les troupes s’avancèrent, elle suivit le pas comme la plupart des hommes. Comme l’autre groupe, ils avaient du faire face à quelques fer-nés. Pour une fois l’envahisseur était envahi dans son propre chez soi. Un désavantage que chaque soldat avait sur cette terre de caillou. Pour le premier fer-né qui se présenta à elle, elle esquiva la pointe de l’arme et abattit son poing à la figure de son opposant. Limite, elle l’aurait assommé pour quelques minutes voir uniquement étourdi. Tant qu’elle n’écopait de rien à la suite. Si les opposants se suivaient, ils ne se ressemblaient pas. L’ordre était bien plus facile à dire qu’à faire. La plupart des soldats de l’orage qui avait descendu avec elle avait réussi à se retrouver à la même place que les autres, [tout aussi près que les troupes avec Lyonel] sauf que Maureen restait légèrement en retrait, faisaient face à une femme qui faisait d’un coup d’œil facilement son gabarit. Les échanges de coups s’étaient faites sans tarder et Maureen n’avait pas attendu très longtemps pour jeter son dévolue sur la femme qui se tenait devant elle. Après plusieurs échanges de coups, ce fut son homme d’arme qui s’en chargea abattant le pommeau d’un de ses épées dans le cou de son opposante. Il n’y avait pas de doute que l’étape suivante serait une aussi grosse galère.



Un homme nu
n'a  guère de secrets,
mais un homme écorché
n'en a plus un seul


-Roose Bolton-
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 11 Avr 2013 - 9:24

Toute sa vie Rennifer avait rêvé de voir Denfert retourner sur le sentier de la guerre, sa lignée possédait un riche passé de conflits sanglants et de pillages dont la paix avec le reste de Westeros l’avait brusquement privé. L’ennemi n’était pas celui originellement voulu, pas plus que ne l’était ce champ de bataille froid, humide, et au ciel grisâtre mais par la Mère-rivière le vieillard entendait bien remodeler le paysage avec son lot de cadavres et d’incendies. Sitôt l’ordre de formation donné il dégaina Lardentrailles, remarquant comme à chaque fois l’étrange légèreté de l’arme, lui qui avait manié une pique bien plus ordinaire une bonne partie de sa vie n’arrivait pas à se faire à l’idée d’un instrument de mort pareil.

Alors que les rangs se formaient la consigne beuglée s’imprimait clairement dans l’esprit de chaque lancier, que les chiens de ce faux roi incestueux aient des états d’âme ne lui importait pas le moins du monde, Rennifer ne comptait pas faire de prisonniers, pas plus qu’il ne comptait se montrer miséricordieux devant ceux qui croiseraient sa route. Ces iles avaient librement fait le choix de réclamer leur liberté aussi devaient elles aussi accepter le prix du sang pour cela, une femme valait tout autant qu’un homme si elle décidait de combattre, pour preuve les rangs de ses propres lanciers en dénombraient pas moins d’une vingtaine ! Quant aux enfants… eh bien seuls les plus forts survivaient en ce monde.

« En avant ! Ne rompez les lignes qu’à mon signal ! »

Pour l’heure la ville restait encore lointaine, tant que lui et les siens se trouveraient en terrain découvert il leur faudrait demeurer en formation serrée afin d’encaisser une éventuelle contre-attaque que le Uller attendait de pied ferme ou se préparer à subir une éventuelle charge de cavalerie. Pour un Dornien ces terres demeuraient aussi étrangères et inconnues que l’était l’au-delà du Mur pour un Riverain, aussi ignorait-il presque tout de leurs coutumes et de leur façon de tuer leur prochain, peut-être qu’eux aussi possédaient de ces maudits chevaliers dont même les montures se dissimulaient derrière de la plate !

Ils progressèrent alors vers la première trace de civilisation à portée [Vers le Sud-Est et le chantier naval] à une allure plus lente que le pas de charge, aussi assoiffés que ses guerriers, sa fille, et lui-même pouvaient être ils n’étaient pas fous au point de perdre toute cohésion prématurément et ne se voyaient pour l’heure pas pressés par d’éventuelles flèches ennemies. Roulant des épaules alors qu’ils s’approchaient de navires semi-finis et reposant sur la terre ferme le vieil acariâtre grogna à l’attention d’Anissa non loin. Il n’y avait là aucun mot clairement formulé, juste le bruit de gorge animal d’un prédateur à un autre alors que la proie se faisait proche. A la périphérie de son champ de vision il pouvait apercevoir d’autres vaisseaux « alliés » débarquant leurs flots de combattants gras et mous. Que les Fer-nés les éliminent presque tous avant leur défaite n’aurait pas été pour lui déplaire.

Vinrent alors les premiers beuglements et finalement leurs premiers ennemis d’un conflit qui, le Uller l’espérait, allait s’avérer particulièrement brutal. Pique brandie il cria :

« Pas de charge ! »

Lui et les siens s’élancèrent alors vers ces adversaires [Tom le forgeron et les autres] en une vague de pointes acérées tenues par des soldats au teint d’ébène et au rictus animal. Il n’y avait pour l’heure pas la trace d’une ombre de stratégie passive ou prudente, l’adversaire se trouvait en face, ils allaient à sa rencontre et rien d’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Seigneur Suzerain de Iles de Fer
avatar

Dagon Greyjoy
Seigneur Suzerain de Iles de Fer

Général


"Nous ne semons pas. "

Lord Ravage de Pyk,
et de ce qu'il en reste
Fils du Vent de la Mer
Capitaine de.... non, SBF


♦ Missives : 181
♦ Missives Aventure : 89
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 13/05/1989
♦ Arrivée à Westeros : 16/09/2012
♦ Célébrité : Mads Mikkelsen
♦ Copyright : Lakdahr (signature + vava)
♦ Doublons : Neassa Baratheon, Bayard
♦ Age du Personnage : 44 ans
♦ Mariage : Lady Aaricia Bonfrère
♦ Lieu : Iles de Fer, Pyk
♦ Liens Utiles : # le personnage
# ses liens
# ses aptitudes
# son histoire


POSTES VACANTS (liens)
# Zachery
# Sorcha
# équipage du nouveau boutre
# fratrie Greyjoy

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
258/500  (258/500)


Message Jeu 11 Avr 2013 - 12:27

L’air empestait l’huile fumante. Tom n’avait parcouru qu’une courte distance pour arriver au niveau du [chantier naval] et pourtant, il transpirait. D’un revers de bras, il s’essuya le front. Frénétiquement, il regardait de droite à gauche, pour trouver des compléments aux maigres armes qu’il avait emportées. Il connaissait l’organisation chaotique du chantier naval pour y avoir passé des journées à ferrer les avants des boutres. Les fer-nés occupés à poncer et à mettre en place les longues lames de bois avaient tous quitté leur poste. Armés de hache, marteau, épée et autres, ils avaient tous quittés les ponts bas des navires pour avoir un meilleur angle d’attaque. Bousculant un de ses confrères, Tom trouva enfin son bonheur ; un sac empli de clous aux pointes taillées. Il utilisait d’ordinaire ces petits objets pour maintenir les planches et les morceaux de ferrailles qu’il ne pouvait pas fondre. Il passa le sac à sa ceinture, il en trouva même plusieurs, et les fixa aussi.

On cria au-devant de lui. On riait. D’après les moqueries, le camp ennemi venait de lancer une salve de flèches. Ben voyons. Tom secoua la tête en se demandant à quel point les continentaux étaient mauvais observateurs. Il enfouit la main gauche dans sa sacoche pour en extirper des clous. Machinalement, il en plaça un sur chaque oreille, et en sera un entre ses dents. En trottant, il faisait teinter les petits objets. Il n’avait beau ne plus participer aux razzias depuis des lunes, il n’avait pas l’intention de laisser ces attaquants importuns s’emparer des navires. Ce n’était pas pour rien que les fer-nés étaient de bons marins. Les secrets de fabrications devaient rester secrets.

Il tomba nez à nez avec un camarade de beuveries qui venait de remonter en courant depuis la première ligne. « L’en arrive de partout ! Font chiez ces salopards ! On va s’faire prendre comme des gonzesses si on reste là… » Il allait se détourner quand Tom l’empoigna. Il répliqua, le clou toujours entre les dents. « J’vais po laisser c’chiens toucher aux navires ! » Les deux hommes se retournèrent au même moment. Une horde de travailleurs venait d’arriver en courant et avait renversé une bassine d’huile qu’ils utilisaient pour graisser les ponts et les coques. L’idée jaillit dans la tête des deux fer-nés comme une évidence. Sans prévenir Tom s’empara de la bassine qui continuait de couler.

La tenant inclinée, il se mit à avancer parmi les embryons de boutres, laissant couler la graisse à sa suite. Son ami était remonté aux petits fourneaux en contre haut qui permettaient aux ferrailleurs les derniers réglages. Le feu y brûlait en permanence. Une aubaine. Improvisant des torches avec ses propres vêtements ce dernier enflamma des étais de bois avant de rejoindre Tom. Des camarades comprirent la démarche et tentèrent de les arrêter, pensant que le geste était démesuré. La bataille éclatait au sein même des fer-nés. Dans la débardée, Tom roula sur le sol. Son allié venait d’enflammer les ponts et déjà, une fumée sombre montait dans l’air. Se redressant, Tom dévisagea alors incrédule, la horde qui se lançait sur lui. Réaction instinctive, il se lança en avant, beuglant comme un soulard. Il n’allait pas fuir. Si ses jambes avaient perdu de l’assurance, ses bras étaient encore accoutumés à la hache. Il ne craignait pas les lances.

Il évita la première lance [D'un homme d'Uller] d’un coup violent sur sa pointe d’acier et se lança épaule en avant sur les étranges adversaires [Dorniens]. Il était complètement incapable de réfléchir à ce qu’il faisait, laissant son corps prendre le dessus.


"L'histoire morte est écrite à l'Encre, la variété vive s'écrit dans le sang."  

 
©️ frangin
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Sujet n°1 : Bataille de Lordsport

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant


Sujets similaires

-
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Élections-US :La bataille des sondages ?
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» 02. Crying shame [sujet terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives Militaires :: ◄ Intrigue n°4 : Bataille des îles de Fer-