AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Un cri d'espoir [Kealan de Rouvre] [205]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Noble
avatar

Cylia Stark
Noble

Général Dame du Nord
♦ Missives : 239
♦ Missives Aventure : 49
♦ Age : 24
♦ Date de Naissance : 11/01/1993
♦ Arrivée à Westeros : 11/03/2013
♦ Célébrité : Sofia Pernas
♦ Copyright : ASoIaF et Sargonnette jolie
♦ Doublons : Annabelle Solverre, Lorant Trant, Daenerys Martell et Emeraude
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Point encore.
♦ Lieu : Winterfell
♦ Liens Utiles : Fiche de Cylia Stark

Voyages et aventures de Cylia

Succès d'une Stark

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
147/500  (147/500)


Message Mar 26 Mar 2013 - 19:19



    Le tournoi de Port-Réal battait son plein. Cylia Stark avait la chance d'assister à cette fête de tout Westeros avec sa famille. Ou du moins, avec ce qu'il en restait, puisque la jeune fille n'avait plus ni père ni mère depuis plusieurs années. Le premier avait été tué alors qu'il cherchait à mater une quelconque rébellion et la seconde avait connu les douleurs de l'enfantement jusqu'à leur paroxysme. C'était donc avec son aîné, Beron, désormais le Seigneur du Nord, que Cylia était venue. Ils n'étaient pas seuls, leur grande fratrie les accompagnait et notamment la meilleure amie de Cylia au sein de sa famille; sa soeur aînée, Yelina.

    Le voyage avait été long, depuis Winterfell et fatiguant. Les deux soeurs n'avaient pas l'habitude ce genre de voyages, pas plus que leurs plus jeunes frères. Pour Cylia, c'était sa première excursion si loin dans les terres de Westeros et elle avait essayé de profiter du voyage comme elle l'avait pu. Toutefois, la jeune femme devait bien avouer qu'elle avait aussi parfois été épuisée, les journées passant les unes après les autres, dans le froid, sous la pluie, parfois. Néanmoins, elle ne regrettait en rien ce voyage depuis qu'elle était arrivée à Port-Réal. C'était merveilleux, vraiment, de découvrir cette ville. Mais Cylia Stark était frustrée. Ô combien frustrée, à vrai dire. Elle était bien obligée de suivre une partie des règles que Beron avait dressé. Et si jamais la jeune fille s'en éloignait, ne fut-ce qu'un peu, il y avait toujours l'un ou l'autre de ses frères voire Yelina, pour lui rappeler que Port-Réal était une grande ville et qu'elle devait faire attention à elle. Une demoiselle ne pouvait se déplacer n'importe comment et n'importe où. Pourtant, Cylia mourrait d'envie de tout voir. Elle connaissait l'histoire de la construction de Port-Réal, par Aegon le Conquérant.

    A 17 ans, Cylia Stark avait un caractère affirmé. Elle savait depuis très longtemps se battre pour obtenir ce qu'elle souhaitait. C'était une demoiselle du Nord, qui en avait l'âpreté mais pas la froideur. Au contraire, Cylia était pleine de chaleur, elle essayait tout le temps de mettre de la bonne humeur dans la vie du château, à Winterfell. C'était le genre de jeunes filles qui essayait de voir la vie du bon côté et qui préférait un bon fou rire à une crise de nerfs. Pourtant, lorsqu'il le fallait, la jeune femme savait se rendre aussi rougeyante que la lave fondue et se faire entendre.

    Cela allait d'ailleurs lui être bien utile quelques minutes plus tard. Cylia avait passé la majeure partie de la journée avec sa soeur, Yelina, et ceux de ses frères qui ne participaient pas au Tournoi. C'était une bonne ambiance qui régnait entre eux, rires et bons mots étant présents entre les deux soeurs, en particulier, et leurs petits frères. Beron était plus compassé et sévère, c'était un fait. Cylia ne s'entendait d'ailleurs pas particulièrement bien avec le jeune homme, qu'elle trouvait bien trop triste et engoncé dans ses habitudes. Mais après tout, pouvait-elle vraiment le lui reprocher ?
    Yeline était une soeur particulièrement douce et sa présence était vraiment réconfortante pour Cylia. Mais cependant, il arrivait aussi que la Nordienne étouffe sous cette douceur et langueur de sa soeur. C'était le cas aujourd'hui. Après le dîner qu'ils avaient pris dans la Tente de leur famille, Cylia avait prétexté qu'elle devait aller parler à Beron, alors absent, pour fuir ce cocon affectueux mais étouffant.

    « -Quoi ? Tu veux aller retrouver Beron? Mais enfin, Cylia il fera bientôt nuit ! »

    « - Ne sois pas si méfiante, Lina, il ne va rien m'arriver, enfin ... ».

    La discussion n'était pas allée beaucoup plus loin, mais Cylia avait bien vu que sa sœur n'était pas dupe. Elles se connaissaient suffisamment et passaient tant de temps ensemble que le contraire aurait été étonnant. Yelina laissa donc partir Cylia avec un peu d'appréhension, mais elle ne pouvait pas vraiment la retenir contre son gré. Cylia avait cet esprit indépendant qui n'habitait pas Yelina.

    Il ne faisait pas encore nuit, mais le froid était déjà tombé sur Port-Réal. Cylia se félicita de porter ce jour-là les vêtements qu'elle mettait habituellement chez elle, à Winterfell. C'était des vêtements assez simples pour une dame noble, mais ils étaient coupés dans des tissus épais et solides. Malgré tout, à sa démarche et aux broderies sur ses robes, on ne pouvait se tromper : Cylia n'était pas une femme du peuple. La jeune fille respira à pleins poumons l'air frais.

    Se faufilant entre les tentes des différentes familles rassemblées pour le Tournoi, Cylia réfléchissait. A quoi, vous demandez-vous ? A tant de choses. Sa vie à Winterfell lui plaisait, maintenant que son père n'était plus là pour la terroriser ou lui rendre la vie désagréable. Mais elle se rendait compte qu'il lui faudrait quitter cet endroit. S'asseyant un peu à l'écart des tentes, Cylia trouva un endroit un peu isolé d'où elle pouvait tranquillement regarder le coucher de soleil. Sans s'en rendre compte, elle s'était tout de même pas mal éloignée.
    Une voix avinée l'arracha à sa contemplation. « -Bah alors, ma jolie, on fait quoi ici toute seule ? ».

    Immédiatement, Cylia fut sur la défensive. Ce genre de choses ne lui était jamais arrivée, à Winterfell, personne n'aurait osé l'importuner. Mais ici, elle n'était pas connue de tous. Toutefois, elle avait déjà entendu des histoires de jeunes filles violées à la faveur d'un clair de lune et son esprit se mit en marche aussi rapidement que possible.
    Essayant de partir sans faire d'histoires, Cylia contourna du mieux qu'elle put l'homme, qui, à en voir son teint bien rubicond, avait bu plus que de raison. Il n'était pas si veux que ça, peut-être 25 ans, il était assez grand, plutôt musclé. Cylia prit peur.

    Toutefois, elle ne put aller bien loin car une poigne de fer s'empara de son poignet. « -Allons, tu vas pas déjà te sauver ! ». Furieuse, Cylia essaya de se dégager mais ne fit qu'accentuer l'emprise de l'homme. Étouffant un cri de douleur, la jeune femme le regarda droit dans les yeux. « -Lâchez-moi tout de suite ! Je suis Cylia ... ». Elle n'eut pas le temps de terminer que déjà l'autre homme vociférait. « -JE ME FOUS DE QUI TU ES GAMINE ! ». Prise de panique, Cylia regardait autour d'elle, cherchant désespérément quelqu'un qui pourrait venir à son aide. « -A l'aide ! S'il vous plaît ! ». Sa voix portait fort mais l'homme qui la tenait toujours par le poignée mit sa grosse paluche sur les lèvres de la demoiselle qui éructa en vain et finit par le mordre. Cylia implora alors les Anciens Dieux de toutes ses forces. Qu'on lui vienne en aide. Elle se débattait comme un beau diable mais elle ne faisait visiblement pas le poids.

Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Kealan du Rouvre
Chevalier

Général
"La fin justifie les moyens."



Chevalier du Bief.

♦ Missives : 233
♦ Missives Aventure : 50
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 18/03/2013
♦ Célébrité : Ioan Gruffudd
♦ Copyright : Danelle
♦ Doublons : Even Corbray, Corwin Rogers, Morgan Kenning
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Veuf
♦ Lieu : Vieux Rouvre
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
340/500  (340/500)


Message Sam 30 Mar 2013 - 15:43

Kealan aurait sans doute dû se reposer après cette journée de joute, afin de mieux préparer la prochaine. Mais c'était plus fort que lui, il n'arrivait pas à s'empêcher de penser au lendemain. Il n'avait pas été sorti de la compétition dès le premier jour de joutes, et pour une première fois où il participait à un tournoi aussi important, cela le grisait. Il avait partagé sous la vaste tente des du Rouvre un repas avec son frère Geoffroy et sa propre femme. La nuit commençait à faire tomber au dehors, et il savait que le plus sage serait sans doute d'aller dormir au plus tôt pour s'épargner des courbatures inutiles et gênantes. Mais il sentait au fond de lui qu'il allait avoir du mal à fermer l'oeil, restant sans doute à tourner sur sa couche sans parvenir à trouver le sommeil. Une promenade digestive à travers le camp lui ferait peut-être du bien. De fait, il prit ses armes une fois le repas avalé, et se leva pour quitter la tente. Seul, mais armé. Même s'il ne pensait pas craindre grand-chose, cela aurait été idiot de prendre le risque de se retrouver au mauvais endroit au mauvais moment, désarmé.
L'air frais du crépuscule lui fit du bien. En dépit de l'activité qui régnait encore dans le camp, même si moindre comparée à celle qui avait eu lieu en cours de journée, le calme tombait progressivement telle une chape sur le village de tentes. Le chevalier restait conscient de l'activité fourmillante de la capitale toute proche, mais il inspira profondément, laissant l'air lui envahir les poumons. Se mettant en marche, il déambula à travers le camp sans but précis, suivant le chemin que ses pieds choisissaient. Lorsqu'il croisait quelqu'un, on le saluait parfois, le reconnaissant. Il portait une simple tenue de cuir par-dessus laquelle il avait une tunique portant le blason des du Rouvre. Cela aidait à aiguillonner un éventuel interlocuteur. Ses pensées voguaient sur différentes vagues, parmi lesquelles celle du tournoi avait une importance toute particulière. Il avait terriblement hâte d'être au lendemain, de s'élancer de nouveau en lice sous les acclamations de la foule. Ce n'était pas la première fois qu'il joutait, mais jamais il n'avait connu de tournoi de cette importance. Il s'en était trouvé totalement grisé. Peut-être ses actions lui permettraient-elles de remporter les honneurs, la gloire ? Quelque chose au moins qui le feraient reconnaître comme plus qu'un simple énième rejeton d'une importante famille du Bief.

Kealan était tout à ses réflexions quand un cri le figea. Il s'était éloigné de la partie la plus peuplée du camp, pénétrant dans un coin plus calme. Il tendit l'oreille, tentant de déterminer d'où venait l'appel, car c'était clairement un appel à l'aide qui avait retenti. Pendant un instant, il faillit renoncer. Plus aucun cri ne troublait le calme, laissant penser que c'était peut-être sa propre imagination qui lui avait joué des tours. Il fronça les sourcils, prêt à passer son chemin, mais il crut entendre finalement un bruit de lutte quelque part au milieu des tentes. Décidant d'en avoir le cœur net, il pressa le pas et s'engouffra à travers les pavillons, en direction de l'agitation. Aider quelqu'un pouvait toujours lui servir d'une manière ou d'une autre, non ? Il avait déjà appris qu'il était pratique d'avoir quelques personnes qui lui étaient redevables.
Il arriva bientôt sur les lieux, découvrant qui avait demandé de l'aide. Une jeune femme seule était aux prises avec un homme éméché bien décidé à profiter de l'aubaine. Trop pauvre pour se permettre de se payer des prostituées, ou alors trop ivre pour faire la différence entre une catin et une simple passante ? La jeune femme ne semblait pas être une gueuse, mais le chevalier n'avait pas le temps de s'attarder sur la question de sa naissance et de la famille à laquelle elle appartenait. Il s'approcha d'un pas vif de la brute qu'il tira en arrière. Titubant, l'homme lâcha sa proie en reculant. Ce n'était pas un affrontement équitable. Il était sans doute trop fort pour une femme, même ivre, mais pour un autre combattant parfaitement sobre, c'était une autre affaire. Sans même chercher à comprendre, le soûlard tenta de lui asséner un coup de poing, violent mais malhabile. Kealan esquiva le coup sans peine, et répondit par un coup de poing dans l'estomac. Son adversaire suffoqua, crachota sous le coup de la douleur et de l'air brutalement éjecté de ses poumons, et tituba en arrière. Il s'effondra à terre en reprenant péniblement une respiration sifflante. Le chevalier le toisa en tournant quelque peu autour, afin de se rapprocher de la jeune femme. Afin de perfectionner la leçon et l'avertissement, il gratifia l'homme d'un coup de pied en plein estomac alors qu'il tentait de se relever, ce qui l'envoya bouler un peu plus loin. La leçon serait sans doute apprise. Kealan le regarda et lui lança un dernier avertissement :


« Et ne tente plus de t'en prendre à une femme, sans quoi il t'en coûtera bien plus.

Avertissement largement assez éloquent pour un homme ivre. Le chevalier n'aurait pas été jusqu'à le tuer, mais il aurait pu aller le dénoncer aux soldats responsables de l'ordre ou aux Manteaux d'Or pour violences et tentatives de viol. En se retournant vers la jeune femme qu'il venait de sauver, il constata que malgré ses vêtements simples, elle était probablement de haute naissance. Ses vêtements de bonne facture et finement brodés ne mentaient pas. Il avait plutôt bien fait de s'en mêler. Outre une bonne action qui lui vaudrait peut-être la faveur des Sept, il aurait peut-être une forme de reconnaissance plus substantielle de la part des mortels. Il tendit la main à l'inconnue, galant et plein de sollicitude.

- Il ne vous importunera plus, ma dame. Je suis ser Kealan du Rouvre, pour vous servir. Il ne vous a pas fait de mal, j'espère ? »

Kealan observa la jeune femme, une interrogation au fond de ses yeux sombres. Il était impatient qu'elle se présente à lui, sa tenue ne lui permettant pas de deviner à quelle maison elle pouvait appartenir. Il ne voyait aucun blason sur elle, mais peut-être était-ce en raison des ténèbres grandissantes ? Un bruit lourd derrière lui indiqua que le soûlard s'était péniblement relevé, la respiration encore sifflante. Un regard en arrière par-dessus son épaule permit au chevalier de voir que l'homme marchait légèrement plié en deux, pas tout à fait remis de son ivresse et de la correction qu'il avait reçue. Il n'avançait pas droit, tanguant tantôt de droite, tantôt de gauche, mais il fila aussi loin que possible des deux jeunes gens. Satisfait, Kealan reporta toute son attention sur celle qu'il avait sauvée. La promenade serait finalement plus intéressante qu'une simple déambulation, après tout.




Maison du Rouvre.
"Nos racines sont profondes."

Spoiler:
 


Possibilité de jouer des membres de la maison du Rouvre, me contacter!


Dernière édition par Kealan du Rouvre le Lun 20 Mai 2013 - 21:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Cylia Stark
Noble

Général Dame du Nord
♦ Missives : 239
♦ Missives Aventure : 49
♦ Age : 24
♦ Date de Naissance : 11/01/1993
♦ Arrivée à Westeros : 11/03/2013
♦ Célébrité : Sofia Pernas
♦ Copyright : ASoIaF et Sargonnette jolie
♦ Doublons : Annabelle Solverre, Lorant Trant, Daenerys Martell et Emeraude
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Point encore.
♦ Lieu : Winterfell
♦ Liens Utiles : Fiche de Cylia Stark

Voyages et aventures de Cylia

Succès d'une Stark

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
147/500  (147/500)


Message Dim 31 Mar 2013 - 13:49



    Ce serait une bonne leçon pour Cylia. En dehors de Winterfell, elle ne devrait pas s'aventurer ainsi seule, en dehors des limites surveillées par les Stark et leurs sbires. Là voici dans une situation bien compliquée. L'homme qui venait de se précipiter sur elle comme un homme assoiffé sur une gourde d'eau fraîche. Elle était mal à l'aise, très mal à l'aise même. Comment faire, alors qu'il était si fort ? Bien plus qu'elle ! La jeune femme essaierait certainement d'avoir, à l'avenir, de quoi se défendre sur elle. Malheureusement, ce serait peut-être trop tard si jamais personne ne venait à l'aide de Cylia.

    Elle criait, pourtant, refusant de se laisser intimider, malgré le regard violent de l'homme qui la tenait en poigne. Elle se demandait encore comment faire pour se sortir de ce mauvais pas. Elle avait beau se débattre, il était réellement plus fort. Mais heureusement, Cylia fut secourue … Par un homme qu'elle ne connaissait pas mais qui avait tout l'air d'un noble jeune homme. Elle respirait déjà un peu mieux. Très vite, elle se mit à l'écart, dès qu'elle put partir de la poigne de son agresseur. La réaction de l'homme fut intimidante. La Stark n'aurait pas voulu être l'objet de son courroux. Pour nuancer, il fallait tout de même dire que le jeune homme était face à un homme qui avait trop bu et avait donc des réflexes très amenuisés.
    Les mots du jeune homme flattèrent l'honneur de la jeune fille, qui se sentit tout de suite bien mieux. Pourquoi ? Elle avait l'impression d'avoir été vengée et cela était suffisamment agréable pour qu'elle le souligne. Elle n'avait pas été qu'une pauvre femme agressée, elle avait aussi été une femme défendue, fièrement, par un jeune homme de bonne facture. C'était tout de même plus facile à accepter de cette manière.

    Le regard de Cylia s'attarda sur le jeune homme. Il portait un blason, sur sa tunique, pourtant simple. Un blason que Cylia pensa du Bief. Etonnant … Elle ne connaissait que très peu cette région de Westeros et elle n'avait pas souvenir que son frère ait des relations particulières avec cette région. Il fallait dire que le Nord était particulièrement à l'écart du reste du Continent. On se mariait entre soi, à l'exception, sans doute, des Stark, qui avaient besoin de créer des alliances. Des alliés puissants étaient toujours nécessaires. C'était la Maison du Rouvre, comme le lui confirma le jeune homme.

    Soucieuse d'être définitivement en sécurité, Cylia vérifia que l'homme partait bien. C'était le cas, visiblement. Il partait en boitillant. Effrayée, encore, la jeune femme reprenait sa respiration. Elle avait mal à la gorge, à force d'avoir crié. Et elle se sentait courbaturée, de s'être tant débattue. Elle sentait bien que la politesse voulait qu'elle remercie vivement son sauveur et qu'elle se présente, mais la jeune fille avait encore un peu de mal à se remettre de ce qui venait de se passer.

    Jamais, jamais, elle n'aurait cru être de cette manière agressée, pendant une balade anodine. De fait, Beron et Jonas avaient raison quand ils disaient que le monde extérieur était une brute pour les jeunes femmes comme elle. Elle aurait du prendre plus de précautions, se faire accompagner par un de ses frères … Mais c'était trop tard, désormais et Cylia devait assumer ce qui s'était passé.

    « -Je vous remercie, Ser Kealan. Cylia Stark, je suis votre obligée. » Cylia était habituellement une jeune fille pleine d'élan et de peps, mais elle était encore un peu secouée. Les yeux un peu vagues, la jeune fille secoua sa tête, dans l'espoir de se retrouver un peu plus sereine. « -Du mal ? Oh, il en a fait à mon ego et à ma tranquillité d'esprit mais rien de plus. ». Elle s'en remettrait. Et très certainement, un jour, elle aurait oublié jusqu'à cette histoire, sauf si Kealan de Rouvre marquait son esprit. « -Serait-ce trop vous demander, ser Kealan, de partir de cet endroit ? J'avoue n'avoir pas envie de m'y attarder. »

    La jeune fille se dirigea donc vers le camp où étaient les tentes des familles participant au Tournoi, d'une manière ou d'une autre. Son pas était lent, mais ses sens étaient aux aguets, tant elle espérait ne plus avoir à recroiser cet homme dont les traits s'imposaient dans sa mémoire. « -Je vous suis reconnaissante de votre intervention. Réellement. Je ne pensais pas qu'en m'éloignant si peu des tentes je craindrais ce genre de … sévices. Mais le fait est que je vous remercie sincèrement. »
    Elle eut un sourire sincère et qui retrouvait un peu de chaleur. « -J'espère que je ne vous ai pas enlevé de ce fait vos forces pour le Tournoi ! Combattez-vous ? ». Tous les nobles présents n'étaient pas forcément des combattants.



Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Kealan du Rouvre
Chevalier

Général
"La fin justifie les moyens."



Chevalier du Bief.

♦ Missives : 233
♦ Missives Aventure : 50
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 18/03/2013
♦ Célébrité : Ioan Gruffudd
♦ Copyright : Danelle
♦ Doublons : Even Corbray, Corwin Rogers, Morgan Kenning
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Veuf
♦ Lieu : Vieux Rouvre
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
340/500  (340/500)


Message Ven 5 Avr 2013 - 23:23

Lorsque l'inconnue se présenta comme étant une dame de la maison Stark, Kealan eut du mal à ne pas sembler surpris. Il avait vu juste en songeant à une femme de haut rang, mais il n'avait pas pensé attraper un aussi gros morceau de choix dans ses filets. Il comprenait d'autant moins ce qui s'était produit. N'avait-elle pas de gardes de sa famille, pour l'accompagner et la garder en sécurité ? Lui-même n'aurait eu qu'un mot à dire pour que des soldats de Vieux Rouvre lui emboîtent le pas dans sa promenade, et pourtant il savait se défendre. Il n'était même pas l'héritier de sa maison, loin de là : juste un frère cadet de lord qui avait déjà assuré sa descendance. Alors que penser d'une dame issue de la maison suzeraine du Nord ? Nul doute qu'on serait sans doute très reconnaissant de son acte chevaleresque... Le chevalier ne l'aurait sans doute pas laissée à son triste sort, d'une manière ou d'une autre, mais s'il pouvait en retirer quelque chose... c'était bien mieux. Une belle occasion de prouver à tous qu'il n'était pas qu'un rejeton de second mariage, une ombre négligeable au milieu de sa fratrie plus âgée que lui. Le tournoi visait aussi à démontrer cela. Pourtant, jusque là, ses efforts pour s'attirer la gloire avaient échoué. Il s'y échinait depuis qu'il était enfant, qu'il était devenu écuyer, mais même si l'on reconnaissait ses mérites, son nom n'avait pas l'éclat de celui de bien d'autres de ses pairs plus âgés. Kealan avait grandi, et même s'il n'avait pas encore totalement abandonné l'espoir d'être reconnu pour ses talents, il commençait à acquérir une maturité plus... calculatrice. Lorsque lady Cylia lui demanda s'ils pouvaient quitter cet endroit, il s'inclina galamment avec un sourire apaisant.

« Comme il vous plaira, ma dame. Vous ne risquez rien avec moi, mais nous n'avons nulle raison de nous attarder ici.

Ils se dirigèrent tous deux vers le centre du campement, moins désert et sinistre que cet endroit. La nuit qui tombait n'allait pas améliorer les choses, et on voyait peu à peu des taches de lumière poindre entre les tentes, signe que l'on allumait feux et torches. Si certains allaient se coucher de bonne heure, d'autres avaient l'intention de profiter de leur nuit, et de toutes les tentations que la capitale toute proche pourrait leur offrir. La perspective de clients aux poches pleines et pas forcément exigeants attiraient des gens qui faisaient commerce de toutes sortes de choses...
Si la jeune femme sembla encore sur ses gardes un long moment, elle montra quelques signes de détente, peu à peu, alors que leur marche lente les conduisait dans des endroits plus peuplés. Lorsqu'elle remercia le chevalier une fois encore, il se contenta d'incliner modestement la tête.


- C'est tout naturel. Je n'allais pas vous laisser vous faire agresser de la sorte sans réagir. Toutefois, j'avoue avoir été étonné. Je ne pensais pas trouver une dame de la maison Stark dans ce camp, surtout seule et en mauvaise posture. Je croyais qu'au moins un ou deux gardes étaient attachés à la protection d'une femme de votre rang. Je ne veux pas paraître offensant, mais je suis réellement surpris. Ma propre épouse, en mon absence, est escortée par deux soldats du Rouvre, pour éviter ce genre de mauvaises rencontres. Le vin transforme bien des hommes en bêtes... et les autres en loques.

Avait-elle faussé compagnie à son escorte ? Kealan savait que certains caractères impétueux, même chez les dames de haute naissance, n'acceptaient pas d'être chaperonnés en permanence. Ce ne serait pas la première fois qu'une femme échappait ainsi à la surveillance de ses gardes... pour mal finir. Elle pouvait également s'être éclipsée en douce, s'être perdue... Ou alors lord Stark s'était montré d'une négligence ou d'une naïveté parfaitement incompréhensible. Le jeune homme se mordit la lèvre, se retenant de lui demander ce qui l'avait amenée seule là où il l'avait trouvée. S'était-elle perdue, avait-elle eu envie de calme ? Peu importait, au final. Un peu mieux la connaître, alors qu'il ne la reverrait probablement jamais après ce tournoi, était-il vraiment important ? Le chevalier chassa ces questions de son esprit alors que lady Cylia lui demandait s'il prenait part au tournoi. Il acquiesça.

- Les tournois sont très prisés dans le Bief. C'était une excellente occasion de prendre part à des joutes de cette importance, de croiser le fer ou la lance avec des combattants venus de tout Westeros... Oui, je prends part aux épreuves, ma dame. J'espère ne pas m'y déshonorer et me montrer digne de ma maison. Mon frère, lord Geoffroy du Rouvre, une partie de ma famille ainsi que mon épouse assistent aux joutes et aux combats. Il serait regrettable que je me ridiculise devant eux, ne pensez-vous pas ? Je m'en suis plutôt bien tiré jusque là, mais je prierai les Sept durant la nuit pour qu'ils m'apportent leur soutien demain. Je participe aux joutes montées et à des épreuves de combat à pied. Je pense que c'est dans cette dernière catégorie que je pourrai montrer un talent particulier que je possède : je suis ambidextre. Si vous assistez à ces épreuves, peut-être me reconnaîtrez-vous de la sorte. C'est dans ces conditions que cette technique de combat prouve vraiment sa valeur.

Comment se différencier de tous les concurrents présents ici, de tous les chevaliers, sinon en citant sa technique de combat particulière ? Il l'utilisait plus souvent au cours de tournois que dans des combats réels. Cette technique avait une efficacité nulle dans le combat à cheval, mais fonctionnait très bien dans le cadre de combats réglés et mis en scène pour des épreuves. Une bataille serait également une belle occasion, sans doute, même s'il s'agirait de survivre et non de faire de belles démonstrations, mais pour tout combat réel, il n'avait affronté que des bandits. Le Bief n'était pas un endroit réputé pour être très sauvage...
Kealan redressa la tête pour jeter un regard circulaire autour d'eux. Le brouhaha des conversations, hors ou dans les tentes, se faisait à nouveau entendre. Ils croisaient régulièrement des gens, certains les saluant, d'autres étant trop occupés pour seulement se soucier d'eux. Un environnement sans doute bien plus rassurant pour la jeune lady que celui qu'ils venaient de quitter. Le chevalier lui jeta un regard plein de sollicitude.


- En l'absence d'une escorte pour veiller sur vous, peut-être désirez-vous que je vous accompagne ? Dois-je vous reconduire à votre tente ? »

Il n'allait pas la lâcher au milieu du camp sans rien ajouter. Si ce n'est que cela aurait pu être reculer pour mieux sauter, la sauvant d'un homme pour peut-être la livrer à un autre, il n'aurait en plus probablement aucune récompense pour ce qu'il avait fait. Oh, peu lui importait qu'elle soit substantielle. La maison du Rouvre avait suffisamment de richesses pour qu'il n'aie pas à s'en plaindre. Toutefois, de la reconnaissance de la part d'un Stark serait toujours bonne à prendre. On les disait assez pointilleux sur leur honneur... Sans doute était-il bon que des nobles aussi importants lui soient redevables. Ou tout simplement reconnaissent en lui quelqu'un de valeur, digne d'intérêt...




Maison du Rouvre.
"Nos racines sont profondes."

Spoiler:
 


Possibilité de jouer des membres de la maison du Rouvre, me contacter!
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Cylia Stark
Noble

Général Dame du Nord
♦ Missives : 239
♦ Missives Aventure : 49
♦ Age : 24
♦ Date de Naissance : 11/01/1993
♦ Arrivée à Westeros : 11/03/2013
♦ Célébrité : Sofia Pernas
♦ Copyright : ASoIaF et Sargonnette jolie
♦ Doublons : Annabelle Solverre, Lorant Trant, Daenerys Martell et Emeraude
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Point encore.
♦ Lieu : Winterfell
♦ Liens Utiles : Fiche de Cylia Stark

Voyages et aventures de Cylia

Succès d'une Stark

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
147/500  (147/500)


Message Dim 7 Avr 2013 - 12:36



    Cylia savait bien qu'elle avait fait une folie en partant ainsi. Et elle le regrettait vivement. Mais elle n'avait pas cru que cela pouvait être si dangereux que cela lui avait été dépeint par sa grand-mère ou bien encore par Lady Tanzelle. Et pourtant, pourtant … C'était bien ce qui s'était passé. Et désormais, elle craindrait bien des choses, de ce séjour dans le Sud. Le Nord était plutôt un lieu sûr, pour elle, en tant que Lady Stark. Mais ici, elle n'était pas dans les mêmes dispositions et surtout, elle devait comprendre que certaines règles étaient plus pour sa sécurité que pour l'empêcher de vivre … Cylia était fougueuse et avait envie de liberté, mais elle avait pris conscience que certaines conseils méritaient qu'on les écoute.
    Elle craint d'avoir vexé le Bieffois à qui elle devait son salut en lui demandant de quitter ce lieu lugubre, et évidemment, elle s'en excusa. Bien consciente qu'elle lui devait beaucoup, Cylia ne voulait pas ajouter à sa dette en se montrant désagréable. « -Loin de moi l'idée de douter de vous, c'est plutôt ce lieu qui me dérange … Je vous remercie. ».

    Elle entendit le jeune homme lui dire qu'il ne comprenait pas pourquoi elle était là et seule. Cylia comprenait son étonnement et elle savait bien qu'il avait raison, de ne pas comprendre. Elle n'avait pas suivi les règles et les normes de Westeros et elle avait failli le payer bien cher. Si la paresse était la mère de tous les vices, Cylia ne doutait pas que la prudence fut celle de toutes les vertus. Elle essaierait de s'en souvenir, même si elle savait bien qu'elle était suffisamment rebelle pour recommencer un jour prochain si un certain objet la fascinait trop pour qu'elle put y résister. Néanmoins, là, elle savait qu'elle devait faire profil bas et accepter ce qu'elle venait de dire. Cylia nota qu'il était marié et qu'il semblait protéger son épouse avec beaucoup d'attention. « -Je vous rassure, messire, j'aurais du, moi aussi être accompagnée, mais je croyais que mon besoin de solitude ne poserait pas de problèmes. Je me suis trompée … A l'avenir je … ». Elle ne savait ce qu'elle ferait réellement à l'avenir, puisqu'elle avait tant besoin de liberté et qu'elle se sentait si frustrée. Néanmoins, il fallait réellement s'amender, devant ce Chevalier qui l'avait secouru. « -Je serais bien plus prudente à l'avenir. C'est la première fois que je viens dans le Sud et je dois bien avouer avoir pris certains conseils à la légère. C'était une erreur. ». Elle avait débitée ces mots sur un ton automatique. Y croirait-il ? Certainement. Cylia se doutait bien qu'il ne chercherait pas à en savoir plus sur elle. Il avait fait son devoir, pourquoi allait plus loin, après tout ? Ils n'étaient rien à l'autre.

    Il lui parla du Tournoi et Cylia sourit. Visiblement, Kealan de Rouvre était un homme d'honneur qui tenait également à montrer combien il suivait les règles chevaleresques. Cylia hochait la tête, en silence. Ainsi, il participait et en plus, il avait une particularité … Le jeune homme parlait et Cylia écoutait sagement. Ce n'était pas dans ses habitudes, mais elle savait qu'elle devait montrer un minimum de respectabilité devant cet homme ou il aurait une fort mauvaise opinion des Nordiennes et des Stark. Elle se faisait violence. Il parlait de prier les Sept … Or, Cylia ne priait que les Ancieux Dieux, dans le Bois Sacré de Winterfell. Ici, donc, elle ne le pouvait. Dans d'autres circonstances, elle aurait confié qu'elle prierait pour lui, mais ne le prendrait-il pas mal ? Finalement, Cylia décida de ne rien dire à ce sujet. « -Je suis certaine que vous ne vous ridiculiserez pas ! ». Les hommes aimaient toujours qu'on les flatte, au sujet de leurs forces guerrières et Kealan de Rouvre devait être comme les autres. « -J'essaierais donc de reconnaître votre force sur le Tournoi, messire ».

    Cylia avait du mal à se reconnaître dans ce ton calme et mesuré. Mais malgré tout, elle s'y tenait et plutôt bien. Malgré tout, quand il lui proposa de la ramener, Cylia répondit d'elle-même, brusquement et plus fort que ce qui aurait été normal. « -Oh non ! Cela ira, ne vous inquiétez pas ! ». Si Beron apprenait qu'elle s'était enfuie de cette manière et qu'elle avait du être secourue, il lui ferait certainement la morale voire plus. Non, il ne fallait pas que cet homme l'accompagne. « -Pourriez-vous garder pour vous ce qui s'est passé ? Je vous en prie ! ». Le ton était presque suppliant, tandis que Cylia le regardait avec inquiétude. Si jamais Kealan disait quoi que ce soit, cela mettrait Cylia dans une situation bien compliqué. Elle promettrait tout ce qu'il voudrait pourvu qu'il n'en dise rien à son frère aîné. « -Je saurais retenir la leçon. ». Elle avait essayé de ne pas s'humilier en ne le suppliant pas, mais elle espérait vraiment qu'il accepterait de garder pour lui cet incident mineur qui n'avait finalement débouché sur aucun problème majeur.



Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Kealan du Rouvre
Chevalier

Général
"La fin justifie les moyens."



Chevalier du Bief.

♦ Missives : 233
♦ Missives Aventure : 50
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 18/03/2013
♦ Célébrité : Ioan Gruffudd
♦ Copyright : Danelle
♦ Doublons : Even Corbray, Corwin Rogers, Morgan Kenning
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Veuf
♦ Lieu : Vieux Rouvre
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
340/500  (340/500)


Message Dim 14 Avr 2013 - 15:12

Lorsque la jeune lady Stark répondit brusquement qu'elle n'aurait plus besoin d'être escortée, Kealan s'arrêta et haussa un sourcil, perplexe. La vivacité très spontanée avec laquelle elle avait répondu à son offre pour la décliner, et sa demande de ne rien dire de ce qui venait de se passer laissait entendre qu'elle aurait sans doute des ennuis si cela venait à s'ébruiter. Se trouvait-elle là où elle ne le devait pas ? C'était très probable, et expliquait peut-être l'absence de gardes pour veiller sur une personne aussi importante. Une telle attitude, si différente du calme apparent dont la jeune femme avait fait preuve jusque là, laissait en tout cas clairement voir que quelque chose ne tournait pas rond. A vrai dire, le chevalier s'était attendu à tout autre chose lorsqu'il avait fait sa proposition, c'est à dire à une charmante acceptation et non pas à un refus, surtout venant d'une dame. Mais après tout, il s'agissait là d'une Nordienne, et leur tempérament différait bien de celui des dames du Sud, et surtout des Bieffoises qui n'auraient sans doute pas décliné si charmante et galante compagnie, qu'il soit marié ou non.
En tout cas, ce refus n'arrangeait guère Kealan. S'il la laissait partir ainsi, sans rien de plus que sa reconnaissance, il perdrait toute occasion de se faire connaître de la famille Stark. Lady Cylia n'aurait sans doute aucune raison de mentionner son existence à sa famille, d'autant plus si elle ne mentionnait pas l'accident dont elle avait failli être la victime. Autant dire que cela contrariait ses plans. Mais là où, quelques années auparavant, il se serait emporté, il laissa plutôt la place à une vive et rapide réflexion. Conservant une expression neutre, il s'inclina légèrement devant la Nordienne.


« Vous avez ma parole, je ne dirai rien de ce qui s'est passé. Toutefois, mon honneur de chevalier m'interdit de vous laisser de la sorte, toujours exposée, quand bien même vous m'assurez que vous êtes prudente. Peut-être puis-je vous reconduire sans que mention soit faite de votre mésaventure ? Je me ferai passer pour un simple chevalier qui a eu envie d'échanger quelques mots avec vous au gré de votre promenade. Avec de la chance, personne ne remarquera... ce qui a pu se passer.

Il pensait plutôt à son absence, ayant deviné qu'elle avait dû s'éclipser en douce et sans autorisation de ceux qui étaient responsables d'elle. Il saurait effectivement faire en sorte de ne pas la compromettre, même si une fois encore, on lui enlevait d'office les lauriers que son acte honorable auraient pu lui valoir. Au moins pourrait-il peut-être espérer qu'elle-même le récompense, et que la famille Stark se souvienne un petit peu de lui ? Après tout, ce n'étaient pas ses frères ou sœurs qui avaient secouru la jeune femme, mais bien lui, l'obscur petit dernier de la portée !
Avec un sourire propre à lui donner toute confiance, Kealan s'offrit humblement et avec toute la galanterie qu'il lui était possible de déployer.


- Je me permets de déduire que vous êtes sortie sans que les vôtres soient au courant. Je ne me mêlerai pas plus de vos affaires, toutefois, en plus de veiller à votre sécurité jusqu'à ce que vous soyez auprès de votre famille, ou au moins de gardes, je pourrai également vous servir d'alibi. Si vous rentriez seule, et que votre absence a été constatée, je suppose que cela serait pire que de vous découvrir escortée sous la bonne garde d'un chevalier ?

Ses paroles étaient pleines de bon sens, et le chevalier espérait qu'elle accepterait. Il n'osait encore se laisser aller à la frustration que lui inspirerait un nouveau refus. Il se remit à marcher, faisant quelques pas avec elle, déployant des trésors d'amabilité pour rendre sa compagnie la plus agréable possible. Son tempérament de feu, pour l'heure, était largement dominé par son esprit et ses réflexions. Il aurait largement l'occasion de laisser libre cours à son impulsivité si cette occasion en or lui échappait, ou le lendemain au cours des épreuves du tournoi.

- Le tournoi vous plaît-il, lady Stark ? Est-ce le premier auquel vous assistez, ou bien avez-vous déjà vu des joutes auparavant ?

Pour sa part, il avait vu toutes sortes de joutes dès sa plus tendre enfance, aussi bien au cours de véritables tournois qu'à l'entraînement. Le Bief était une région particulièrement propice à ce genre d'évènements et de manifestations. L'imagination des enfants y était peuplée de chevaliers aux prouesses légendaires à la joute et à tout ce qui s'y rattachait, peut-être davantage que dans la rude région du Nord. C'était une question de culture... Toutefois, un tournoi pouvait plaire à tout le monde, surtout celui-ci qui brassait autant de provenances différentes aussi bien pour les participants que pour les spectateurs.
Lady Cylia avait dit que c'était la première fois qu'elle venait dans le Sud, ce qui laissait donc entendre qu'elle n'avait jamais mis les pieds dans la capitale jusque là. Un endroit bien différent du Nord, à ce qu'il en savait, et propice aussi bien à l'émerveillement qu'aux pires mésaventures. C'était sans doute la plus grosse ville, toute fourmillante d'activité, qu'elle avait pu voir jusque là. Et pour cause, Port-Réal était la plus grande ville de Westeros.


- Avez-vous eu le temps de visiter un peu Port-Réal ? C'est une ville fascinante, mais également pleine de dangers. Je vous déconseille fortement de vous y aventurer sur un coup de tête et sans bonne garde. Certaines rues sont de vrais coupe-gorges, où vous risquez de vous faire voler, violer et tuer. Mais il y a aussi quantité de belles choses à voir. Le Grand Septuaire de Baelor, par exemple, même si vous ne partagez pas nos croyances. C'est un très beau bâtiment, qui vaut le coup d'oeil ne serait-ce que pour ses qualités esthétiques. »

La jeune femme avait très probablement accès au Donjon Rouge également, si elle accompagnait lord Stark. Un des plus puissants vassaux de la Couronne pouvait sans doute y entrer facilement... s'il avait à y faire, du moins. Les quartiers de la ville avaient aussi leurs qualités qui faisaient d'eux des endroits qui valaient la peine d'être vus, du moment qu'on évitait les endroits dangereux. Voir les marchés, les nombreuses boutiques d'artisans, les auberges, assister aux spectacles des artistes itinérants... Tant de possibilités de divertissement qu'offrait la ville ! Mais pour l'heure, le principal d'entre eux, qui avait amené tant de gens à se déplacer depuis leurs contrées natales, c'était bien évidemment le tournoi.




Maison du Rouvre.
"Nos racines sont profondes."

Spoiler:
 


Possibilité de jouer des membres de la maison du Rouvre, me contacter!
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Cylia Stark
Noble

Général Dame du Nord
♦ Missives : 239
♦ Missives Aventure : 49
♦ Age : 24
♦ Date de Naissance : 11/01/1993
♦ Arrivée à Westeros : 11/03/2013
♦ Célébrité : Sofia Pernas
♦ Copyright : ASoIaF et Sargonnette jolie
♦ Doublons : Annabelle Solverre, Lorant Trant, Daenerys Martell et Emeraude
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Point encore.
♦ Lieu : Winterfell
♦ Liens Utiles : Fiche de Cylia Stark

Voyages et aventures de Cylia

Succès d'une Stark

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
147/500  (147/500)


Message Mar 16 Avr 2013 - 17:51



    A vrai dire, Cylia ne pensait pas à une seule seconde aux intérêts de Kealan du Rouvre dans cette affaire. Elle pensait surtout à sauver sa peau et à ne pas avoir de soucis avec ses frères. Elle savait Beron intraitable et Jonas fidèle au premier, donc elle n'aurait pas d'indulgence à attendre d'eux. Il fallait avouer que ce qu'elle avait fait était plutôt stupide. La voir en compagnie d'un Bieffois ne plairait sans doute pas réellement à ses frères. Mais ce serait sans doute mieux que si elle revenait, un peu débraillée, seule et sans aucune vérité à leur offrir. Elle écouta la proposition du jeune homme. C'était certes respecter ses serments de Chevalier que de lui venir en aide, Cylia n'en doutait pas … Pourtant, elle n'avait pas réellement envie qu'il l'accompagne. Oh, elle n'avait rien contre lui en particulier, c'était simplement les conséquences qu'elle redoutait. Si elle parvenait à rentrer aussi discrètement qu'elle était partie, alors, il y aurait peut être un espoir pour elle …

    Cylia passa d'un pied sur l'autre, réfléchissant en se mordillant la lèvre. Il avait bien sur raison, mais elle avait toujours l'espoir qu'une solution miracle ne vienne la sauver du mauvais pas dans lequel elle s'était fourrée, toute seule, il fallait bien l'avouer. Elle était légèrement sur la défensive, mais pour autant, elle devrait accepter. C'était la seule solution viable. Un léger soupir lui échappa.

    « -Vous avez bien sur raison ... ». La jeune fille était bien obligée d'accepter. Refuse aurait été fort impoli et aussi fort ingrat pour un jeune homme qui l'avait quand même sorti d'une situation bien difficile. Le jeune homme était venu à son secours et elle lui devait suffisamment pour ne pas chercher à ergoter davantage. Mieux, encore, elle s'excusa de ses hésitations, légèrement rougissante. « -Je vous prie de m'excuser de vous faire porter mes propres erreurs … Vraiment ... ». Sur la fin, le ton était légèrement rêveur.

    Mais Cylia retomba vite les pieds sur terre. Tous les arguments du jeune homme étaient rigoureusement exacts. La jeune fille n'avait rien à y redire. Il l'avait conquise bien plus tôt et elle n'avait plus qu'à acquiescer. Effectivement, Cylia Stark n'avait pas été aussi prudente qu'une Dame de Grande famille aurait du l'être. C'était une erreur. Une erreur qui n'avait pas eu de conséquences et c'était tout ce qu'elle voulait retenir comme conséquences de cette journée.

    Ils marchaient, se dirigeant peu à peu vers la tente des Stark qui n'était pas encore toute proche. Le silence s'installa un instant avant que le Lord Bieffois ne lui pose une question. Visiblement, il était d'une très bonne compagnie. Agréable, galant, charmant, vraiment. Son épouse devait être heureuse. Et chanceuse. Car Cylia ne croyait pas que le mariage soit une chose aisée … C'était même plutôt le contraire; il fallait s'adapter aux hommes alors qu'eux ne faisaient aucun effort. Cylia avait pu le constater, avec sa belle-mère, Lady Tanzelle, qui avait beau faire tant d'efforts mais qui jamais ne pouvait satisfaire tout à fait son époux. « -Oui, c'est la première fois que je viens dans le Sud, à dire vrai. Je n'avais jamais quitté le Nord avant ce Tournoi et je dois bien dire que tout ici est pour moi une nouveauté. Les habitudes, les coutumes, le climat, la manière de se conduire, de s'habiller … Toute est une fête pour les yeux et nous avons beaucoup de chance, avec ma sœur d'avoir l'occasion d'assister à tout cela. »

    Cylia était rigoureusement sincère, dans sa démarche comme dans ses paroles. C'était une expérience incroyable et elle garderait des souvenirs merveilleux de ce Tournoi, sans nul doute. Tout la fascinait et c'était aussi pour ça qu'elle n'avait pas résisté à en découvrir encore plus, seule. « -C'est aussi ce qui explique mon … escapade. J'ai l'impression que je ne saurais saisir tout ce qu'il y a à admirer et comprendre si je ne vis pas pleinement ces jours à Port-Réal ! ». Serait-il capable de comprendre ? Sans doute que non car il n'y avait rien de commun entre un Bieffois venant à Port-Réal et une Nordienne quittant Winterfell pour le Sud. Tout en marchant, d'ailleurs, Cylia ne manquait pas de regarder autour d'elle, toujours à l'affût de quelque chose d'inédit ou de passionnant.

    Décidée à se montrer plus docile le temps de revenir auprès des siens, Cylia hocha la tête lorsqu'il la mit en garde contre Port-Réal. Bien, elle n'irait pas seule. Elle se doutait que le jeune homme lui faisait la remarque après l'avoir surprise en bien mauvaise posture. Mais Cylia était révoltée à l'idée qu'il puisse penser que c'était de sa faute si elle avait été agressée. Non, c''était la faute de l'agresseur … Bien entendu, elle aurait du être plus prudente, mais vivre en permanence sous clé était … triste et fatiguant. Ce n'était pas la vie qu'elle connaissait à Winterfell où il y avait suffisamment de place pour vivoter à son aise sans déranger qui que ce soit. Ici, évidemment, tout était différent. Elle n'était plus la fille de feu Lord Cregan et sœur de Lord Beron. Elle était une Lady parmi tant d'autres.

    La jeune femme sursauta à la mention du Septuaire car effectivement, sa croyance allait aux Ancieux Dieux. Trouvait-il ses croyances sordides et ridicules ? Très certainement. Les Nordiens étaient certains de leur culte. Il devait en aller de même pour les Bieffois qui adoraient les Sept. Cylia, cependant, ne voyait pas d'inconvénient à visiter cet endroit si il en valait le coup. Elle en parlerait à Beron … Et à Jonas. Si jamais elle rentrait sans qu'il ne l'intercepte en chemin, bien évidemment. « -Je retiens vos conseils, ser Kealan. Merci du temps que vous m'accordez ». Car en effet, Cylia imaginait qu'il avait bien d'autres choses à faire que de discuter avec elle. Rendre visite à sa femme, par exemple. Curieuse, Cylia finit par s'enquérir d'informations plus personnelles. « -Avez-vous des enfants ser Kealan ? ». Il avait dit être marié, il serait donc fort logique qu'il ait quelques rejetons. Cylia aimait les enfants. Elle avait eu beaucoup de frères et sœur et avait apprécié cet état de fait. C'était donc assez logique qu'une tendresse toute particulière pour l'enfance naisse en elle. Mais se rendant compte que la question était très personnelle, elle rougit légèrement. «-Je vous prie de pardonner ma curiosité, je n'avais pas à vous poser ce genre de questions ! Excusez mon impulsivité … Vous parliez du Septuaire, vous y rendez-vous souvent ? Comment est-ce, exactement ? Je n'en ai jamais visité un ... ». Bon an, mal an, elle essayait de se rattraper comme elle le pouvait. En espérant qu'il ne lui en tienne pas rigueur.



Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Kealan du Rouvre
Chevalier

Général
"La fin justifie les moyens."



Chevalier du Bief.

♦ Missives : 233
♦ Missives Aventure : 50
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 18/03/2013
♦ Célébrité : Ioan Gruffudd
♦ Copyright : Danelle
♦ Doublons : Even Corbray, Corwin Rogers, Morgan Kenning
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Veuf
♦ Lieu : Vieux Rouvre
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
340/500  (340/500)


Message Mer 24 Avr 2013 - 1:07

Kealan était soulagé d'avoir réussi à garder sa chance de poser sa marque sur une des plus grandes familles de Westeros, ou du moins de se faire remarquer d'eux. Il marchait à présent tranquillement avec la jeune lady Stark tout en discutant, ce qui avait au moins le mérite de lui vider la tête de tout ce qui s'y pressait auparavant et l'empêchait d'aller se coucher. Il sentit la jeune femme se laisser aller à une curiosité bien féminine selon lui. Mais il ne voyait aucun inconvénient à lui répondre. Après tout, c'était plus agréable de parler que de marcher en silence, et il voulait se montrer de la meilleure compagnie possible, ce qui ne pourrait que lui être bénéfique. Il eut un sourire quand elle s'excusa de l'avoir questionné sur sa vie de famille. En réponse, il haussa les épaules.

« Je n'ai pas encore eu la joie de devenir père, non, mais mon mariage reste assez récent, j'ai donc bon espoir. Qui sait, peut-être cela sera-t-il pour bientôt ?

Le chevalier ne mentait pas en disant cela. Il était marié à Alys depuis un an, mais leur mariage n'avait pas encore donné naissance à un enfant. Il souhaitait de tout cœur avoir un fils pour continuer à faire vivre la branche cadette de la famille du Rouvre qu'il constituait à lui seul pour le moment. Quand il voyait son frère aîné et sa belle descendance, il ne pouvait s'empêcher de l'envier, même si la descendance en question avait plus l'âge d'être ses frères et sœurs que ses neveux et nièces. Et pourtant...
La question sur le septuaire lui demanda quelques moments de réflexion avant qu'il puisse y répondre. Comment expliquer simplement et de façon claire ce qu'était ce genre de bâtiment à quelqu'un qui n'en avait jamais vu ? Quelque part, il trouvait amusant et intéressant qu'elle lui pose la question alors qu'elle vénérait d'autres dieux. Certains, quelle que soit la religion à laquelle ils adhéraient, étaient parfaitement dédaigneux vis à vis de celle des autres, et s'en souciaient comme d'une guigne. Ce n'était visiblement pas le cas de lady Cylia.


- Un septuaire... voyons, comment vous décrire cela ? C'est un bâtiment heptagonal, généralement surmontés d'un dôme, et les plus grands sont parfois dotés d'un clocher à chaque angle du bâtiment. L'intérieur s'organise en sept autels surmontés d'une représentation symbolisant l'un des Sept. On y trouve également souvent un globe de cristal taillé destiné à capter la lumière et à la réfracter sur les autels. Il est possible d'y déposer offrandes, cierges et d'y prier à genoux, et les bâtiments sont souvent purifiés à l'encens, comme c'est le cas de celui de Baelor. Vous vous en rendrez compte si vous allez le voir. Les septuaires importants comportent fréquemment des cryptes où reposent les ossements de défunts. Ici, à Port-Réal, on trouve les cryptes où reposent les Targaryen défunts à l'intérieur du septuaire. Je pensais que vous auriez peut-être pu en voir un à Blancport, il me semble que la maison Manderly vénère les Sept également.

Pour sa part, il fréquentait surtout le septuaire de Vieux Rouvre, et n'ayant pas voyagé jusqu'à Port-Réal assez longtemps pour se permettre de visiter jusque là, il n'avait vu le fameux septuaire de la capitale que tout récemment, avant le début du tournoi. Il avait naturellement trouvé l'édifice grandiose et sans pareil dans tout ce qu'il avait pu voir. Celui de son domaine natal n'avait rien d'un modeste édifice, c'était un bâtiment élégant, en pierre taillée de couleur claire, et les statues des Sept, taillées dans la même pierre, étaient réalisées avec soin et goût. C'était un endroit beau et agréable, mais en comparaison de l'oeuvre de Baelor le Bienheureux, cela semblait être tout juste digne d'une porcherie.

- Pour tout vous dire, je n'ai visité le septuaire de Baelor que très récemment, celui où je me rends le plus souvent est celui de notre château à Vieux Rouvre. Mais dites-moi, je n'ai jamais été dans le Nord, et je me permets d'être curieux à mon tour. Comment est-ce ? J'ai entendu dire que c'était une région froide et sauvage, qui s'étend à perte de vue... Et Winterfell ? Tout ce que j'en sais, j'ai pu le lire dans les livres, mais rien ne vaut un récit de première main émanant d'une personne directement concernée.

Kealan savait des choses sur le Nord, il s'était bien renseigné, avait étudié tout au long de sa vie avec assiduité. Mais il était toujours plus agréable d'entendre le récit et la description de quelqu'un qui vivait les choses au quotidien plutôt que de devoir se fier aux longues lignes manuscrites couchées sur le parchemin par un illustre inconnu. Il savait que c'était la plus vaste des régions de Westeros, et que le climat y était rude, ce qui expliquait que ses habitants étaient forgés en conséquence. Le chevalier aurait aimé voir ces choses de ses propres yeux, ainsi que le Mur, mais ses obligations et sa vie le retenaient ailleurs, là où était sa place. Dans le Bief, auprès de sa famille, dans une région bien plus hospitalière.

- Avez-vous déjà vu le Mur ? J'ai déjà croisé quelques frères jurés de la Garde de Nuit, qui venaient recruter des volontaires ou vider les prisons de leurs occupant, même jusque dans le Bief. Mais obtenir une description d'un tel endroit n'en vaut pas le spectacle, j'en suis certain. J'aurai aimé pouvoir un jour le contempler de mes yeux, mais seulement en tant que visiteur. Prendre le noir ne me sourit guère, et j'ai bien des occupations qui me retiennent ailleurs.

Il ne fallait pas croire qu'il n'éprouvait pas de respect pour les membres de la Garde de Nuit, au contraire. Les sauvageons seraient sans doute encore plus entreprenants qu'ils ne l'étaient déjà si la Garde n'était pas là pour les arrêter. Mais ce corps militaire n'était plus ce qu'il était, en comparaison de ses origines... Pour qu'il faille recourir à des voleurs, des tueurs et des violeurs pour garnir le Mur, en complément du volontariat, les choses ne devaient pas aller si bien que cela. Mais tout cela était bien loin de lui et de sa vie dans le Bief. C'était évidemment bien plus proches des terres natales de lady Cylia.

- J'ai lu quelque part que votre maison a forgé des liens de respect mutuel avec la Garde de Nuit, depuis les nombreuses attaques des sauvageons il y a de cela des siècles et des siècles. Joramun, Gendel et Gorne, le Seigneur aux Cornes, Baël le Barde, Raymun Barberouge et d'autres, j'en oublie sans doute... Vous êtes peut-être mieux placée que moi et en savez peut-être plus. J'avoue être intrigué par le Nord, c'est une région que je ne connais que par ce que j'en ai lu. »




Maison du Rouvre.
"Nos racines sont profondes."

Spoiler:
 


Possibilité de jouer des membres de la maison du Rouvre, me contacter!
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Cylia Stark
Noble

Général Dame du Nord
♦ Missives : 239
♦ Missives Aventure : 49
♦ Age : 24
♦ Date de Naissance : 11/01/1993
♦ Arrivée à Westeros : 11/03/2013
♦ Célébrité : Sofia Pernas
♦ Copyright : ASoIaF et Sargonnette jolie
♦ Doublons : Annabelle Solverre, Lorant Trant, Daenerys Martell et Emeraude
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Point encore.
♦ Lieu : Winterfell
♦ Liens Utiles : Fiche de Cylia Stark

Voyages et aventures de Cylia

Succès d'une Stark

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
147/500  (147/500)


Message Ven 26 Avr 2013 - 11:09



    La jeune Stark n'avait au fond guère d'intérêt à s'intéresser à la vie de son compagnon – qui ne le serait que pour une balade. Non seulement ils avaient fort peu de chance de se revoir, si on en jugeait à la distance qui séparait le Bief des autres régions. Cependant, et même si elle n'avait rien de la parfaite Lady qu'était sa soeur aînée, Yelina, Cylia avait appris à se discipliner avec le temps. Et quand elle avait compris que cela tenait au coeur de ser Kealan de la raccompagner, Cylia avait accepté. Faisant contre malchance bon coeur, la jeune femme avait donc essayé de nourrir la conversation de ce qui lui venait à l'esprit en premier, en l'occurrence, il s'agissait du mariage. Non pas qu'elle considère cet événement comme nécessairement prévu bientôt pour elle, mais c'était normalement un sujet sur lequel hommes et femmes pouvaient disserter, notamment sur le nombre d'enfants et les alliances … En l'occurrence, toutefois, Lord du Rouvre n'avait pas encore d'enfants. Il attendait certainement avec impatience la naissance d'un premier-né, qui était toujours une source de réjouissances. Cela, Cylia pouvait bien le comprendre, elle qui avait vécu avec tant de frères et soeurs. Cela avait été toute son enfance son bonheur que d'avoir tant d'enfants autour d'elle. Elle risqua donc une remarque à ce sujet. « -J'espère que vous aurez la chance d'accueillir de nombreux enfants, alors, ser Kealan. J'ai moi-même grandi dans une grande fratrie ... ». Le ton se fit un instant plus rêveur, tandis qu'elle revivait tous ces moments d'enfance. Plus ou moins drôles.

    Cela tombait bien, car visiblement, son interlocuteur ne savait comment lui répondre. A la vérité, la jeune fille n'avait pas songé à mal en posant cette innocente question sur la religion des Sept que pratiquait les autres régions de Westeros. Elle croyait dans les Anciens Dieux, mais il était, après tout, toujours intéressant d'en apprendre plus sur les Sept. Cylia avait des connaissances très théories, mais elle n'avait aucune idée de à quoi pouvait ressembler un septuaire. Alors qu'elle était abîmée dans ses pensées sur sa fratrie, le jeune homme réfléchissait visiblement à ce qu'il allait pouvoir lui dire. Cela ne dérangeait nullement Cylia qu'il prenne son temps ; ils n'avaient de toute façon pas de but à atteindre dans cette conversation, si ce n'était arrivé devant la tente des Stark. Et ce n'était pas encore à l'horizon.

    Lorsqu'il parla, la jeune femme l'écouta. Ce qu'il disait intéressait suffisamment Cylia Stark pour qu'elle soit accrochée à ses lèvres, tâchant de se représenter ce que pouvait être réellement ce bâtiment. Une seconde, elle ferma les yeux, pour essayer de saisir cette atmosphère sans doute très spécifique, qui devait se dégager de ce lieu sacré. Si elle ne croyait pas dans les Sept, cela n'empêchait nullement la jeune femme de s'intéresser à eux. Pour comprendre les autres, il était important de saisir leurs croyances. La jeune femme secoua la tête au nom des Manderly et de Blancport. « -Je ne quitte que très peu Winterfell. A l'exception de ce voyage, je crois pouvoir dire ne m'en être jamais réellement absentée ou alors sur de très courtes distances ... ». En effet, pourquoi l'aurait-elle fait ? Sa place était dans la demeure des Stark et elle n'avait aucune raison de quitter ces lieux, sauf pour des événements aussi exceptionnels que ceux-ci. Mais cela ne l'empêcha pas de se dire que le Lord du Rouvre était bien au courant des affaires des Manderly.

    La discussion partait sur le Nord et Cylia en fut ravie. Elle appréciait les lieux dont elle était originaire et ressentait même une certaine fierté à en être issue. La jeune femme eut donc un grand sourire avant de se mettre à en parler. « -Oh c'est somptueux, le Nord … De grandes étendues … Et le joyau du Nord, Winterfell. Nous avons un château réellement magnifique, vous savez ? Et complètement équipé pour faire face aux rigueurs de l'hiver ! C'est vraiment une merveille ! Nous avons une chance folle d'y habiter, je le crois vraiment ! ». Enthousiaste, le visage de Cylia s'était épanouie tandis qu'elle racontait tout ce qui avait de l'importance pour elle. « -Si vous avez des questions plus précises, dites, je serais ravie de vous éclairer ! Oh tiens, par exemple, nous avons un système qui nous permet de chauffer le château, grâce à des sources d'eau chaudes souterraines ! C'est une perfection, Winterfell ! ». Ces yeux brillaient tandis qu'elle racontait, encore et encore, sans se lasser. « - Le Mur ? Voilà quelque chose que nous craignons Yelina et moi … Je crains de ne pouvoir vous renseigner plus. Il est vrai que la famille Stark est très liée à la Garde de Nuit, mais si mes frères Jonas et Beron y sont sans doute déjà allés plusieurs fois, il n'en va pas de même pour les femmes de notre maison ... ». Si Cylia regrettait cet état de fait ? Sans doute pas réellement. Le Mur et les sauvageons l'effrayaient bien plus qu'elle ne voulait le laisser croire.

    Cylia était impressionnée par les connaissances de Kealan. « -Vous n'avez peut-être que lu, ser Kealan, mais vous semblez très informé ! Et très cultivé sur notre région ! Vous aimez donc vous adonner à la lecture ? Avez-vous une bibliothèque conséquente ? ». Cylia elle-même aimait à passer du temps à s'imprégner des livres qui garnissaient la bibliothèque de Winterfell. D'après ce qu'elle avait compris, d'ailleurs, son frère projetait d'améliorer cette dernière, ce qui ne serait que positif pour la maison Stark. « -Vous savez sans doute que les frères jurés ont fait vœu de chasteté, qu'ils renoncent à toute possession matérielle et à leurs héritages ? Tout comme avez déjà du entendre dire combien la discipline y est sévère … La mort punit les déserteurs. ». Cylia sentit un léger frisson courir sur sa colonne vertébrale en annonçant ses faits … Si un de ses frères -et cela arriverait très certainement- rentrait à la Garde de Nuit, elle savait qu'il en serait digne et qu'il se sentirait certainement très utile, sa vie durant … Mais quel sacrifice de vie. « Je crains de ne pouvoir vous raconter ici toutes les histoires et traditions qui peuplent notre bon Nord … ». Cylia avait en effet vu la Tente des Stark au loin. « -Nous ne sommes plus très loin des Stark, ser Kealan. Avant que nous ne soyons à leur hauteur, permettez moi de vous remercier encore de votre intervention ! ». Le ton de Cylia s'était fait sérieux, soudain, bien loin de la joie et l'enthousiasme qu'elle avait connu une seconde plus tôt en parlant de chez elle.




Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Kealan du Rouvre
Chevalier

Général
"La fin justifie les moyens."



Chevalier du Bief.

♦ Missives : 233
♦ Missives Aventure : 50
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 18/03/2013
♦ Célébrité : Ioan Gruffudd
♦ Copyright : Danelle
♦ Doublons : Even Corbray, Corwin Rogers, Morgan Kenning
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Veuf
♦ Lieu : Vieux Rouvre
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
340/500  (340/500)


Message Mar 30 Avr 2013 - 1:28

Kealan ne manqua pas de noter l'enthousiasme que suscitèrent chez lady Cylia ses questions sur le Nord. Il était normal pour tout un chacun d'aimer son chez soi, du moins lorsqu'on y vivait bien ou qu'on y passait de bons moments. Mais quelque chose chez les Nordiens laissait entendre qu'ils étaient peut-être... encore plus marqués par cet attachement. C'était plus un pressentiment qu'une réalité, toutefois le jeune homme se disait qu'il devait toucher du doigt la vérité, en pensant de la sorte. Il écouta sans mot dire, tentant de s'imaginer la région la plus vaste et la plus septentrionale du royaume en croisant les dires de la jeune femme et ce qu'il en avait lu. Probablement ne verrait-il jamais tout cela de ses propres yeux, mais sans doute aurait-il apprécié de pouvoir le faire. Le chevalier sourit alors que la jeune Stark lui décrivait le système de chauffage de son château natal.

« Voilà qui est fort ingénieux. Je crois que je gèlerai sur place, si je venais dans le Nord. Le Bief est sans doute la région au climat le plus clément, bien plus chaude que votre terre natale, et bien moins torride que Dorne... Je ne crois pas être taillé pour supporter le froid et la neige. Toutefois, je crois que j'aimerai voir toutes ces choses, même si je n'en aurai sans doute jamais la chance.

Comment se tailler la place qui lui était due auprès des siens s'il quittait tout pour aller vadrouiller de par le monde ? Il savait comment faire, il lui aurait suffi de devenir chevalier errant pour se laisser porter par ses propres désirs, mais il n'aspirait pas à cela. Sa place était à Vieux Rouvre, et il entendait bien la conserver et l'aménager à sa guise.
Lady Cylia le complimenta alors sur ce qu'il savait de cette région qu'il n'avait jamais vue par lui-même. Nul doute qu'il ne serait pas aussi bien informé s'il n'avait pas été grand amateur de livres. Son frère aimait le taquiner en lui disant qu'il aurait largement eu la carrure pour aller se forger une chaîne de mestre à la Citadelle de Villevieille, au vu de son penchant pour l'accumulation de savoir et de culture, suggestion qui avait toujours eu le don de le hérisser. Plus jeune, il montrait carrément les crocs quand il en était question. Il respectait les mestres, mais cette vie n'était pas faite pour lui, loin de là !


- Vieux Rouvre abrite une belle bibliothèque bien fournie. On y trouve de nombreux ouvrages sur toutes sortes de sujets : politique, guerre, histoire, héraldique, généalogies, médecine, légendes, géographie, plantes et animaux... J'en ai lu tant et plus, mais je ne sais même pas si j'en ai parcouru la moitié. Notre mestre est sans doute le seul à les avoir tous lus, encore que je n'en sois pas absolument certain. Je crois que les livres permettent de voyager à ceux qui en sont incapables par leurs propres moyens, par contrainte ou par devoir. Peut-être aurez-vous l'occasion de venir dans le Bief, un jour. Vous verrez, il y règne un climat doux, avec des champs à perte de vue...

Un paysage qui devait bien changer des terres natales des Stark. Vieux Rouvre avait en plus de cela la chance d'être un domaine côtier, ce qui lui permettait un commerce maritime profitable, et une magnifique vue dont pouvaient jouir ceux qui se promenaient sur la côte. Tandis qu'elle parlait de la Garde de Nuit, Kealan eut un discret rictus en coin. Il admirait ces gardes noirs, d'une certaine façon, mais jamais il n'aurait pu goûter à cette vie. Il tenait à trop de choses que ces hommes devaient laisser derrière eux... Peut-être pourrait-il y être forcé, un jour, si les choses se passaient mal pour lui. Combien de gens avaient ainsi fui une grave peine judiciaire en se rendant au Mur ?
Le jeune homme laissa de côté ces pensées tandis que sa compagne de marche l'informait qu'ils étaient proches de la tente des Stark. Elle le remercia, naturellement, ce qui sonna à ses oreilles comme une façon de le congédier, ce qui le contraria. Une fois encore, ce n'était pas ce qu'il avait souhaité. Toutefois, insister encore n'aurait-il pas été louche et mal placé ? Sans doute fallait-il savoir s'avouer vaincu quand le moment était venu. Et puis, le tournoi n'était pas terminé, sans doute l'occasion de se revoir se représenterait-elle. Avec l'aide des Sept... De fait, il accepta de perdre cette bataille, et inclina galamment la tête face à elle, un sourire avenant aux lèvres, sans prendre en compte l'air sérieux de la dame.


- Tout le plaisir a été pour moi, lady Stark. Je ne peux que vous souhaiter un agréable séjour à Port-Réal, et de profiter du spectacle que peut offrir ce tournoi !

Le chevalier marcha encore quelques pas avec elle, mais n'eut guère le temps de s'approcher davantage de la tente avant qu'un imprévu se présente. Il sentit une main s'abattre sur son épaule avec la puissance d'un roc dévalant une falaise, ce qui le fit sursauter et faire volte-face. Cinq hommes se tenaient derrière lui, avec l'air de vouloir en découdre. Avec la pénombre, il était difficile de dire de qui il s'agissait. Chevaliers errants, mercenaires, simples serviteurs, hommes d'armes ou spectateurs... La seule chose absolument certaine, c'est qu'ils n'étaient pas animés de bonnes intentions. Cette constatation fit froncer les sourcils au jeune homme, qui s'était tout de suite mis sur ses gardes. Pourquoi vouloir ainsi s'en prendre à eux, alors qu'ils étaient entourés de témoins ? Une petite brise nocturne lui apporta la réponse, sous la forme d'effluves alcoolisées : ces hommes étaient ivres, certains plus que d'autres. L'un d'eux se tenait en retrait, avec l'air assez mal en point. Kealan le reconnut : c'était celui qui avait tenté de s'en prendre à lady Cylia. De toute évidence, il était allé se plaindre à ses camarades de beuverie, qui comptaient sur leur nombre pour rosser le responsable.

- Alors comme ça, c'toi qui t'crois permis d'tabasser un des not' ?

- Et toute personne qui s'en prendra à une femme innocent, et de statut bien supérieur au vôtre qui plus est.

- Et tout seul cont' nous tous, tu vas faire quoi hein ? »

L'alcool faisait perdre le sens des réalités à beaucoup d'hommes. Mesurer le danger, une situation, ses actes... Ces choses devenaient difficiles une fois que l'esprit était suffisamment aviné. En l'occurrence, ils ne semblaient pas se soucier d'être vus, et de pouvoir potentiellement attirer des soldats de la maison Stark qui n'étaient pas stationnés si loin. Le meneur de la bande, un colosse presque aussi large que haut, avec des mains comme des battoirs, n'avait pas l'air de vouloir s'embarrasser de paroles encore bien longtemps. Kealan, décidé à ne pas sortir son épée pour de simples saoulards, s'interposa entre eux et Cylia, afin d'éviter qu'ils ne s'en prennent à elle s'ils le décidaient. Il ne s'était pas donné tant de peine pour rien !
Il n'eut cependant pas le temps d'agir davantage qu'un violent coup de poing lui explosa en plein visage, assorti d'une douleur lancinante à la bouche, et d'un sifflement strident de ses tympans. Le monde tourna l'espace d'un instant qui sembla durer bien plus longtemps, alors que le jeune homme s'efforçait de reprendre ses esprits. Un goût de sang lui envahissait la bouche, et c'est peut-être ce qui l'aida à se recentrer. Il esquiva de justesse un nouveau coup du colosse et recula, le temps de trouver une parade. Il voulait éviter de faire couler le sang, sans quoi les choses risquaient de grandement s'aggraver. Tant qu'il n'était pas celui qui frappait, mais qui se défendait, tout irait bien. Ou presque. Il porta les doigts à sa lèvre fendue, qui saignait abondamment. Rien de grave, heureusement, mais c'était impressionnant à voir. Un des hommes tenta de le frapper en bondissant en avant, un peu maladroitement à cause de l'alcool. Le chevalier le cueillit d'un coup de coude en plein visage, ce qui le fit s'effondrer. Ceux-là, peut-être parviendrait-il à s'en défaire s'ils n'attaquaient pas ensemble, et grâce à l'alcool qu'ils avaient ingurgité. Mais le grand, lui, avait l'ivresse mauvaise, qui le rendait violent. Sans doute n'en serait-il que plus dangereux, et à moins de sortir son épée, Kealan sentait qu'une aide serait bienvenue. Alors que ses pensées lui revenaient plus claires, et que sa lèvre blessée cognait douloureusement au rythme de ses palpitations cardiaques, il prenait le soin de toujours protéger la jeune Nordienne qui l'accompagnait.




Maison du Rouvre.
"Nos racines sont profondes."

Spoiler:
 


Possibilité de jouer des membres de la maison du Rouvre, me contacter!
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Cylia Stark
Noble

Général Dame du Nord
♦ Missives : 239
♦ Missives Aventure : 49
♦ Age : 24
♦ Date de Naissance : 11/01/1993
♦ Arrivée à Westeros : 11/03/2013
♦ Célébrité : Sofia Pernas
♦ Copyright : ASoIaF et Sargonnette jolie
♦ Doublons : Annabelle Solverre, Lorant Trant, Daenerys Martell et Emeraude
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Point encore.
♦ Lieu : Winterfell
♦ Liens Utiles : Fiche de Cylia Stark

Voyages et aventures de Cylia

Succès d'une Stark

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
147/500  (147/500)


Message Ven 3 Mai 2013 - 18:49



    La discussion entre les jeunes gens avançaient au rythme de leurs pas dans les abords de Port-Réal. Cylia finissait par apprécier ce moment qu'elle n'avait nullement prémédité ni même appelé de ses voeux. Elle avait, au contraire, voulu une solitude qu'on lui accordait peu depuis l'arrivée de la famille Stark à ce tournoi qui avait ramené bien du Monde des sept coins de Westeros. La jeune femme était encore étonnée, en vérité, d'avoir l'occasion de parler à quelqu'un qui vienne du Bief. Pour elle, dont les habitudes la poussaient plus à connaître le rude temps de Winterfell, il était fort étonnant de discuter avec un jeune homme qui connaissait le doux climat du Bief. Oh, certes, Cylia avait suffisamment de connaissances géographiques pour comprendre où était situé la terre du jeune homme. Mais pour autant, cela ne lui permettait pas réellement d'imaginer ce qu'était d'y vivre. Visiblement, Lord Du Rouvre allait lui fournir des informations à ce sujet et c'était la meilleure nouvelle de la journée.

    Après l'agression dont elle avait été victime, Cylia Stark avait souhaité vite retrouver les siens, mais cela ne lui avait pas été permis par son sauveur qui lui avait parfaitement fait comprendre qu'il serait bon qu'elle accepte de faire un brin de causette. Décemment, il lui était impossible de refuser cela à un homme qui venait de risquer coups et blessures, si ce n'est plus. Elle eut un sourire quand ser Kealan lui dit qu'il n'était pas taillé pour une vie dans le Nord. Cylia ne put s'empêcher de lui faire une remarque -légèrement acide. « -Allons donc, ser Kealan, songez donc que j'ai survécu près de 17 années au froid du Nord, je suis donc certaine que vous en seriez tout à fait capable ! Il suffit de toujours être bien couvert et de savoir où sont les limites de notre corps ! ». Cylia Stark n'était pas la mieux placée pour en parler, elle qui avait depuis toujours la chance d'être abritée derrière les remparts de pierre de Winterfell où la température était toujours supportable.

    Finalement, que connaissait-elle réellement du Nord ? Elle avait passé l'immense majorité de sa vie à Winterfell, n'avait jamais vraiment visité les vassaux de son père puis de son frère. Non, décidément, Cylia pouvait se dire connaisseuse de Winterfell mais pas du Nord, comme elle l'aurait souhaité. Elle en connaissait les familles, les blasons, l'histoire, la géographie. Mais pas vraiment l'essence, passé Winterfell. Elle sentait bien qu'il y avait un ailleurs qui ne lui était pas donné à voir. Mais là était son rôle de femme, et parfois, par la rencontre des autres nobles de la région. Cependant, ce n'était pas encore assez à son goût.

    La discussion dévia sur la lecture, les bibliothèques. C'était un univers qui plaisait tout particulièrement à Cylia et ce, depuis toujours. Alors qu'elle était une enfant turbulente, elle avait trouvé dans la lecture un réconfort que rien d'autre n'avait pu lui apporter. C'était un voyage des sens, comme le disait si justement Kealan du Rouvre. Du moins, c'est ce qu'elle comprenait des propos du jeune homme. Sans doute extrapolait-elle, par désir de faire de ses envies des réalités. La jeune femme se revoyait encore, enfant, en train de dévorer les récits de ses ancêtres et de ceux des autres régions de Westeros. L'invitation à aller découvrir le Bief fit sourire la jeune femme. « -Je doute que l'occasion m'en soit donnée, mais je l'espère tout de même … ». Un brave sourire illumina son visage. Lady Cylia savait pourtant qu'à moins de chamboulements inattendus, jamais elle ne verrait le Bief. Si elle quittait le Nord, ce serait pour un mariage et elle n'imaginait pas une seconde que son frère, Lord Beron Stark puisse imaginer la marier avec un Bieffois. Cela n'avait sans doute nul intérêt politiquement, or, l'intérêt politique avec la procréation, commandait les mariages.

    Ils allaient se quitter, sourire aux lèvres tous deux. Cylia lui était reconnaissante, sincèrement, de lui avoir permis de se sortir du mauvais pas où elle s'était mise. Touchée par la gentillesse du Chevalier, Cylia l'avait remercié avec une sincérité qu'on ne saurait lui renier. « -J'espère que nos chemins auront l'occasion de se recroiser un jour, ser Kealan. Bonne chance dans le Tournoi ! ». Mais soudain, Cylia entendit une voix s'adresser au Lord du Rouvre. Choquée, elle se retourna, pour voir un homme abattre sa paume sur l'épaule de ser Kealan. Cylia comprit bien vite qui il était … Par les Ancieux Dieux … et même les nouveaux, comment allaient-ils faire pour se sortir, tous deux, de ce mauvais pas ?

    Cylia sentit que Kealan l'abritait derrière lui, mais elle ne pouvait s'empêcher de crier aux soudards de le laisser tranquille. « -Espèce d'abrutis alcoolisés ! Allez vous cesser ! ». Ce n'était pas nécessairement le plus intelligent à faire. Mais la voix de sa sœur avait du résonner dans les oreilles de Jonas Stark. Alors qu'elle voyait que les hommes se faisaient de plus en plus présents autour d'eux, la voix de son frère retentir à ses oreilles. « -Cylia ? Qu'est-ce-que c'est cette histoire ? ». Évidemment, son charmant frère n'avait pu manquer de voir dans quelle situation elle était. Mais malheureusement, Jonas n'était pas la meilleure aide dans ce genre de situations. Il n'avait rien d'un guerrier aguerri. Malgré tout, il s'approcha de la scène. «-Que voulez-vous à Lady Cylia Stark ? ». C'était demandé fort dignement, mais le regard de Jonas devait être suffisamment explicite pour leur faire comprendre qu'ils avaient en face d'eux une famille puissante de Westeros. Cylia retenait son souffle. Si il s'attaquait à Jonas, Cylia ne savait pas comment il serait en mesure de se défendre. Mal à l'aise, elle observait la scène qui se jouait, sans rien pouvoir faire réellement. Un silence s'imposa. Visiblement, l'arrivée de Jonas avait quelque peu calmé les ardeurs de la petite bande, tout comme le nom de Stark. « -Déguerpissez avant que les Nordiens ne viennent vous chercher querelle ! ». Évidemment, les Nordiens étaient réputés pour leur dureté. Ils étaient différents. Mais malgré tout, cela ne fit pas partir le groupe, toujours dans l'expectactive. Le colosse se rapprocha de Jonas, mais celui-ci resta stoïque. Cylia savait qu'il n'avait pas une âme de guerrier, mais il saurait la défendre. Et effectivement, son attitude était celle d'un homme prêt à se défendre … L'alcool pouvait brouiller l'esprit d'un homme. Et celui du colosse fut tellement brouillé qu'il décocha à Jonas une droite que celui-ci n'esquiva que de peu. Heureusement, les réflexes de l'homme étaient ralentis par l'alcool et le frère de Cylia put lui envoyer un coup de poing suffisamment puissant pour lui couper le souffle. Le colosse recula. On sentait la haine qui animait ses yeux, ajoutée à la douleur ressentie. Cylia lâcha un cri. Refroidis, les autres hommes commencèrent à reculer. Cylia retenait à grande peine les injures qui lui venaient aux lèvres et finalement, n'y tenant plus, elle passa devant Kealan et les pointant du doigt, leur intima de déguerpir. « -Vous êtes des êtres méprisables ! Odieux ! Partez donc ! ». Voilà qui n'était pas forcément les paroles les plus adaptées à la situation …



Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Kealan du Rouvre
Chevalier

Général
"La fin justifie les moyens."



Chevalier du Bief.

♦ Missives : 233
♦ Missives Aventure : 50
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 18/03/2013
♦ Célébrité : Ioan Gruffudd
♦ Copyright : Danelle
♦ Doublons : Even Corbray, Corwin Rogers, Morgan Kenning
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Veuf
♦ Lieu : Vieux Rouvre
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
340/500  (340/500)


Message Jeu 9 Mai 2013 - 0:20

Alors qu'il aurait été pour le moins souhaitable que des gardes de la maison Stark interviennent, ce fut au contraire un homme seul qui se présenta, un proche de lady Cylia, à en juger par sa façon de s'adresser à elle. Voilà qui risquait d'être fort peu... Kealan ne broncha pas, faisant toujours face. Il aurait sans doute pu régler cette histoire au plus vite en faisant usage de ses lames, mais les sortir du fourreau aurait pu inciter toute la meute à prendre les armes également. Et même ivres, le nombre jouerait une fois encore en leur faveur. Sans oublier qu'un homme ivre avait tendance à croire sa force décuplée dès qu'il se retrouvait avec une lame à la main... Quoique c'était aussi le cas de certains hommes sobres, après tout.
Le nouvel arrivant ne sembla cependant pas se laisser démonter, et il vint se planter entre le groupe ivre et les deux autres, se drapant dans toute la dignité d'un seigneur pour leur demander ce qu'ils voulaient à la demoiselle, insistant bien sur le nom de famille. Bien plus que les discours, ces hommes auraient compris les actes. Un petit nombre de gardes aurait été des plus dissuasif. Au lieu de quoi, ils semblèrent se figer un instant, comme pour réfléchir à ce qu'ils avaient entendu. Le chevalier ne savait pas ce qu'ils valaient lorsqu'ils étaient sobres, mais pour l'heure ils lui semblaient avoir les capacités cognitives d'un gastéropode mort. Malgré la douleur qui lui cognait dans la lèvre, et le sang qui coulait toujours, il ne baissa pas sa garde. Ce genre d'individu semblait s'apaiser brièvement, avant de charger. Le Stark sembla vouloir les décider en les menaçant de représailles de la part des Nordiens, chose qui n'avait aucune raison d'être du bluff. Mais cela ne sembla pas les convaincre vraiment.

Le colosse s'avança alors à nouveau, et balança un coup de poing à l'importun, qui esquiva de justesse et riposta. L'ivrogne recula en soufflant avec douleur, le reste du groupe se mettant légèrement en retrait. Vaincre le chef était souvent une façon de disperser les autres... Kealan grogna. La situation tournait au ridicule. Pour éviter le bain de sang, ils étaient tenus en respect par une bande de soûlards. Il aurait simplement suffi d'appeler du renfort pour mettre un terme à tout cela. Au lieu de perdre son temps et son énergie tout en se mettant en danger à tenter de raisonner des brutes... Autant tenter la même expérience avec son pot de chambre. Lady Cylia décida alors de s'en mêler en les traitant d'êtres odieux et en leur commandant de partir, chose probablement inutile... Le colosse reprit son souffle et posa ses yeux colérique sur eux, puis les pointa du doigt.


« T'as fait du mal à l'un des not', faut qu'tu paies... Pis s'pas en vous f'sant passer pour des gens puissants qu'vous en êt'.

De toute évidence, l'obscurité l'empêchait de voir l'emblème des Stark sur le nouveau venu. Mais comme ce n'était pas ostensiblement visible, on pouvait le comprendre. Kealan se maudit de ne pas se trouver à proximité du pavillon de sa famille : l'histoire aurait été vite réglée. Il ne répondit toutefois pas aux dires du chef des ivrognes. Sa lèvre lui faisait trop mal pour qu'il s'en donne la peine, par ailleurs. Mais l'autre ne se laissa pas démonter.

- Il voulait juste inviter la jolie à un bon moment, et tu l'as agressé.

- Qui a agressé qui ? Si votre ami s'était comporté comme un homme digne de ce nom, il n'aurait rien eu à craindre.

- Allez les gars, on s'le fait pour de bon !

Dociles, les autres reprirent du poil de la bête, et c'est comme un seul homme qu'ils foncèrent sur le groupe. Le chevalier passa à nouveau devant la Nordienne pour s'assurer de sa sécurité, mais il était prêt cette fois. Le plus difficile était d'anticiper les mouvements désordonnés d'adversaires en état d'ébriété. Cela laissait de mauvaises surprises. Toutefois, certains avaient une tête qui laissait à penser qu'ils étaient presque mûrs pour rendre tout ce qu'ils avaient ingurgités. Ceux-là, il ne leur faudrait pas grand-chose pour s'en défaire. Le Bieffois était rapide et entraîné, et il n'eut pas de mal à se défaire des maladroits. Le seul à poser véritablement problème était le meneur et sa force de titan. Il ne cessait de dire à qui voulait l'entendre qu'on ne s'en prenait pas à un des leurs, que tout le monde venait le venger, etc. Quand bien même l'affrontement était loin d'une escarmouche armée, les éclats de voix du groupe avaient enfin attiré l'attention. Tout en esquivant un coup qui l'aurait envoyé bouler comme un vulgaire chiot, Kealan vit du coin de l'oeil des hommes d'armes s'approcher pour intervenir. Il ne voyait pas quel était leur surcot, et par conséquent ignorait s'il s'agissait de soldats Stark ou d'une autre maison, mais il s'en moquait. L'essentiel était qu'ils seraient tirés de ce mauvais pas. Au moins, le Stark qui les avait rejoints avait sans doute pu voir qu'il avait joué un rôle dans la protection de la jeune dame. Par ailleurs, il n'avait pas trahi sa parole donnée à cette dernière, concernant son silence sur sa mésaventure.
Les soldats s'interposaient à présent, se saisissant des importuns pour les emmener ailleurs. Le chevalier en vit un s'éloigner gauchement, en marchant en crabe, esquivant les choses qui tournaient mal. Il put souffler alors qu'on le débarrassait du colosse, et il tira de ses vêtements un mouchoir en tissu qu'il pressa contre sa lèvre fendue. C'était le genre de blessure impressionnante, mais qui cicatrisait vite. Avec de la chance, on n'en verrait plus trace dès le lendemain matin. Il se retourna vers lady Cylia, puis soupira.


- Nous sommes enfin tirés d'affaire. Si je m'étais attendu à ça... »

Sans doute avait-il bien fait de ne pas la lâcher aussi tôt qu'elle l'avait voulu. Les hommes avaient dit vouloir s'en prendre à lui, mais il ne doutait pas qu'ils se seraient bien amusés avec elle en la trouvant seule et sans défense. Et tout un groupe d'ivrognes pouvait se montrer bien plus désagréable qu'un seul homme sous l'emprise de l'alcool...




Maison du Rouvre.
"Nos racines sont profondes."

Spoiler:
 


Possibilité de jouer des membres de la maison du Rouvre, me contacter!
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Cylia Stark
Noble

Général Dame du Nord
♦ Missives : 239
♦ Missives Aventure : 49
♦ Age : 24
♦ Date de Naissance : 11/01/1993
♦ Arrivée à Westeros : 11/03/2013
♦ Célébrité : Sofia Pernas
♦ Copyright : ASoIaF et Sargonnette jolie
♦ Doublons : Annabelle Solverre, Lorant Trant, Daenerys Martell et Emeraude
♦ Age du Personnage : 24 ans
♦ Mariage : Point encore.
♦ Lieu : Winterfell
♦ Liens Utiles : Fiche de Cylia Stark

Voyages et aventures de Cylia

Succès d'une Stark

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
147/500  (147/500)


Message Ven 17 Mai 2013 - 16:30



    Cylia craignait pour le moins les répercussions de la situation dans laquelle elle s'était mise en faussant compagnie aux Stark pour aller se balader. Prendre l'air frais n'était visiblement pas une bonne idée et elle saurait s'en souvenir pour l'avenir: mieux valait réellement éviter de s'absenter loin des regards bienveillants des Nordiens dans un Tournoi. La jeune femme n'avait aucune habitude de ce genre de situations. Ni Jonas Stark ni Cylia Stark n'étaient qualifiés pour mettre en fuite une bande de soudards et la jeune femme en avait cruellement conscience.

    Oh, elle avait pleinement confiance en Jonas, mais il n'avait pas la flamme qui aurait permis de chasser ces malvenus. La jeune fille, quant à elle, était bien incapable de se conduire convenablement en pareilles circonstances. Elle aurait du être tremblante de peur et bien au contraire, elle essayait de les intimider, alors qu'elle n'avait aucune raison de pouvoir l'être. La jeune fille put enfin respirer quand des hommes des Stark intervinrent. Visiblement, ils avaient été interpellés par les paroles de Jonas et les cris de Cylia. A dire vrai, la jeune femme se moquait de savoir qui, quoi, donc. Ce qu'elle voulait, c'était simplement voir le bout de cet horrible moment où elle avait d'abord été agressée avant d'être interpellée par une bande de soudards.

    Respirer. Lentement. Expirer, inspirer. La jeune femme essayait réellement de reprendre son souffle et de reprendre pied. Ce qui s'était passé était juste assez dingue, surtout pour une Stark de Winterfell qui ne quittait jamais son château. C'était son premier grand voyage et la jeune femme n'avait pas pris la mesure des différences qu'il pouvait y avoir entre ici et son lieu de naissance. Elle observa Kealan de Rouvre, tandis qu'il se tamponnait discrètement la lèvre qui avait été fendue dans la bagarre. Se mordant la lèvre, Cylia Stark s'en voulut. Ce qui était arrivé était de sa faute.

    « - Je suis désolée, ser Kealan, réellement. Je ne pensais pas vous voir confronter à cette situation par ma faute. » Mal à l'aise, la jeune fille ne savait plus trop où se mettre. De fait, elle n'osait pas regarder son frère, Jonas, qui, elle le savait, voudrait très certainement des explications. Et elle ne voulait même pas imaginer la réaction de Beron. Son frère aîné était sévère, austère et il pensait que ses sœurs devaient représenter une certaine idée de la noblesse et de la féminité et bien souvent, Cylia avait l'impression d'être confrontée chez lui à une certaine dureté qu'elle n'appréciait pas.

    Mais il y avait aussi Yelina, qui se ferait un sang d'encre, pour elle, dès qu'elle aurait compris ce qui s'était passé. Cylia essaierait de trouver les mots pour ne pas trop l'inquiéter, mais elle connaissait suffisamment son aînée pour comprendre que cela ne se passerait pas si simplement. Elles étaient de plus si proches que Cylia ne pouvait pas imaginer ne rien dire à sa sœur de cette aventure … particulière.

    Les yeux baissés, Cylia allait d'un pied sur l'autre, se demandant comment se sortir de cette situation. Elle devait trouver un moyen de partir poliment, sans que son frère ait le temps d'interroger Kealan de Rouvre. Se tournant vers son frère, Cylia essaya de retrouver sa belle assurance. « -Merci d'être venu, Jonas …Ser Kealan, mon frère Jonas. Je te présente Kealan du Rouvre, mon frère, que j'ai rencontré en prenant l'air devant la tente il y a un instant …». Cela n'était pas vraiment une justification pour son comportement, mais la jeune femme essayait tant bien que mal de faire comprendre à Kealan qu'il lui avait fait une promesse. Rien ne l'obligeait à la tenir, Cylia le savait. « -Merci à vous aussi. Je ne voudrais pas vous retenir plus longtemps loin de vos activités ... ». La jeune femme esquissa une sorte de révérence devant le Bieffois, avant de s'emparer du bras de son frère. Il était temps pour la Lady de regagner des lieux bien plus sûrs.



Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Kealan du Rouvre
Chevalier

Général
"La fin justifie les moyens."



Chevalier du Bief.

♦ Missives : 233
♦ Missives Aventure : 50
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 24/07/1991
♦ Arrivée à Westeros : 18/03/2013
♦ Célébrité : Ioan Gruffudd
♦ Copyright : Danelle
♦ Doublons : Even Corbray, Corwin Rogers, Morgan Kenning
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Veuf
♦ Lieu : Vieux Rouvre
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
340/500  (340/500)


Message Lun 20 Mai 2013 - 21:43

L'arrivée des soldats avait eu l'avantage de grandement soulager tout le monde de la pression mise par le groupe d'hommes ivres et belliqueux. En quelques instants, on n'en vit plus trace, comme si rien ne s'était passé. La lèvre fendue de Kealan était pourtant là pour leur rappeler que tout ceci était réel. Le grabuge avait fait sortir un des loups de sa tanière, et il était difficile de savoir si c'était une bonne ou une mauvaise chose... Sans doute un peu des deux. Une mauvaise chose pour lady Cylia, sans doute, qui voulait que son escapade reste secrète. Une bonne pour le chevalier, peut-être, si le Stark se sentait d'humeur généreuse en le voyant protéger sa sœur. Le jeune homme n'était pas du genre à espérer une compensation financière, non. Etre dans les petits papiers d'une des plus grandes familles de Westeros lui suffirait amplement.
Tandis qu'il tapotait doucement sa lèvre avec son mouchoir, qui se tachait peu à peu d'auréoles rouges, la jeune femme s'excusa auprès de lui de l'avoir entraîné dans de tels ennuis. Comme pour minimiser la chose, il haussa les épaules. A dire vrai, il avait déjà vu pire au cours de sa vie. Et pour quelqu'un qui avait fait face à une bande de brutes avinées, dont l'un d'eux aurait été digne d'un ours, il s'en tirait plutôt bien.


« Ne vous en faites pas, ce n'est pas grand-chose. J'ai déjà vu bien pire que cela. Si cela doit être de la faute de quelqu'un, c'est de celle de ces ivrognes. Des hommes saouls ne savent plus vraiment ce qu'ils font, et ceux qui ont l'alcool mauvais sont prêts à s'attaquer à n'importe quoi... Comme ceux-là.

Nul doute que Kealan aurait pu se montrer plus loquace vis-à-vis de cette nouvelle mésaventure, mais il risquait fort d'être à proximité d'oreille du Stark, et quand bien même cela aurait servi ses intérêts, il avait donné sa parole. En tant qu'homme et en tant que chevalier, c'était une chose qu'il fallait respecter. Son frère Geoffroy avait été formel à ce sujet, et le lui répétait depuis qu'il était écuyer. Il fallait garder sa réputation et son honneur intacts, ce qui sauvegarderait pas là même sa maison.
Lady Cylia se décida à faire les présentations, désignant le nouveau venu comme étant son frère, Jonas. Tandis qu'elle parlait, le chevalier inclina respectueusement la tête pour saluer le Nordien. On ne saurait dire d'un Bieffois qu'il se comporte comme un rustre... ou du moins, on ne saurait le dire de ce Bieffois là. Un instant, tous les espoirs du jeune homme se ravivèrent, voyant enfin sa chance de côtoyer d'un peu plus près les grands suzerains du Nord... Une espérance qui se trouva trop vite déçue. De façon un peu cavalière, la Nordienne le remercia, s'inclina devant lui, avant de prendre le bras de son frère. Après un remerciement guindé, tous deux s'éloignèrent pour regagner leur tente où flottait le pavillon au loup-garou des Stark. Kealan s'en sentit froissé et frustré, mais il ne pouvait rien faire de plus. Au moins aurait-il, avec de la chance, marqué un tant soi peu les mémoires de ces deux nobles. Il resta quelques instants immobile avant de se décider à reprendre le chemin de son propre pavillon. Autant aller se coucher sans tarder, à présent.

Il déambula à travers le camp à présent plongé dans la pénombre, que les taches lumineuses des torches et des feux venait percer. Le village de tentes était encore animé, et il y avait fort à parier qu'il y aurait plus de couche-tard que de gens désireux de rapidement rejoindre leur couche. En arrière-plan, les bâtiments de Port-Réal luisaient de l'éclat des torches allumées dans les rues. Bien des hommes avaient dû se rendre en ville, sans aucun doute, afin de goûter aux plaisirs des tavernes et des bordels. Il n'était cependant pas nécessaire de s'en donner la peine : un certain nombre de prostituées étaient venues vendre leurs charmes directement dans le camp, comme c'était le cas à chaque événement de ce type. L'une d'elle adressa un sourire aguicheur et de délicieuses paroles au chevalier tandis qu'il passait devant elle, mais il déclina d'un geste vague. Tenter l'Etranger avec une de ces inconnues capables de lui donner quelques maladies vénériennes ne l'intéressait guère. Il n'avait jamais été très attiré par les catins, de toute façon, au contraire de bon nombre d'hommes. Peut-être changerait-il d'avis un jour, mais jusque là il s'était contenté de femmes prêtes à passer un moment avec lui de leur plein gré et sans rémunération, et à l'heure actuelle il se satisfaisait fort bien de son épouse.
Lorsqu'il parvint au pavillon jaune sur lequel flottait la bannière aux trois feuilles de chêne de Vieux Rouvre, les gardes le laissèrent entrer sans un mot, mais non sans lui jeter un passage un regard en coin interrogateur et un peu inquiet en raison de sa lèvre enflée et du mouchoir taché de sang qu'il avait à la main. Ce fut sans commune mesure avec l'accueil qui lui fut réservé à l'intérieur. Il trouva son frère occupé à lire à la lueur d'une chandelle, lady Alys près de lui, en train de broder. Tous deux levèrent les yeux sur lui lorsqu'il s'approcha d'eux. L'épouse de Kealan fut la première à réagir à la vue du sang. Elle se redressa, délaissant sa broderie, portant sa main à ses lèvres, légèrement blêmissante.


- Vous saignez...

- Ce n'est rien, ma douce. Une petite blessure de rien du tout, cela cesse déjà de saigner. Nous n'y verrons plus que du feu dès demain matin.

La jeune femme ne put cependant s'empêcher de vérifier qu'il ne s'agissait de rien de grave, avant d'aller jusqu'à un coffre pour en tirer les onguents que le mestre de Vieux Rouvre leur avait fournis avant leur départ. Le chevalier capta le regard intense de Geoffroy posé sur lui, alors qu'il ne disait rien. Son frère finit cependant par poser une simple question.

- Que s'est-il passé ?

Le chevalier haussa les épaules.

- Une simple rixe qui a fait plus de peur que de mal. J'ai empêché un ivrogne d'abuser d'une dame, et ses comparses tout aussi saouls sont revenus un peu plus tard pour me demander des comptes. Mais les soldats de la famille de la dame sont intervenus avant que cela ne tourne mal et que je n'aie à tirer mes épées. C'était une Stark. Lady Cylia Stark.

- Je vois. Tu as bien agi. Tu devrais faire soigner cette lèvre, avant qu'elle ne s'infecte. Ton épouse a sans doute été te chercher ce qu'il te faut. »

Sans rien ajouter, lord du Rouvre se replongea dans sa lecture, et son cadet alla rejoindre son épouse, écartant un pan de tissu qui leur fournissait une alcôve privée où se coucher. Lady Alys eut tôt fait de l'aider à se dévêtir, et à soigner sa lèvre, la désinfectant d'abord avec de l'alcool avant d'y appliquer un onguent à la forte odeur d'herbes. Puis, elle embrassa son époux sur la lèvre supérieure avec un petit sourire. Le jeune homme se contenta de l'attirer dans ses bras pour la rassurer. Il savait combien elle pouvait s'angoisser rapidement...
Il n'eut guère de mal à trouver le sommeil, finalement, un peu plus tard. Son épouse lovée contre lui, il écouta les bruits provenant du camp qui ne semblaient pas vouloir faiblir, ayant finalement la sensation que tout s'apaisait progressivement alors qu'il sombrait dans le sommeil...




Maison du Rouvre.
"Nos racines sont profondes."

Spoiler:
 


Possibilité de jouer des membres de la maison du Rouvre, me contacter!
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Un cri d'espoir [Kealan de Rouvre] [205]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Jeunesse haitienne: Quel espoir??? Quel avenir???
» Ministre Bellerive un menteur avéré, crée de faux espoir avec le pétrole
» Le bloc Espoir contre des representants de partis au CEP
» Port-Salut, un vent d’espoir souffle
» Lueur d'espoir!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-