AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

[ Terminé ] Le monde souffre de ne pas avoir assez de mendiants pour rappeler aux hommes la douceur d'un geste fraternel ▬ Jorah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 7 Juil 2011 - 12:55

     Alysane était déjà depuis quelques temps à Port-Réal à ce jour, elle commençait à se repérer au fil des ruelles, bien que sa patience arrivait à bout. Elle était venue ici dans l'espoir de pouvoir combattre un peu, on lui avait dit que Port-Réal était l'endroit avec un grand « E » si l'on recherchait quelque chose. Elle cherchait de l'action, les choses qui lui avaient été proposées étaient soit insultantes, soit indécentes, rien qui ne soit du goût de la combattante en somme. Alysane avait cherché le chasseur dont elle avait fait la connaissance il y a a quelques temps et qui lui avait appris à s'améliorer légèrement dans le domaine de la chasse, mais plus aucune trace de lui. Ce n'était guère étonnant d'un côté, Torben avait clairement signifié à la lady qu'il comptait prendre la route vers Salvemer pour aller combattre les Fer-Nés. Alors qu'elle marchait dans la rue, une expression déçue semblable à celle d'une enfant en train de bouder, se dessina sur son visage habituellement rude, elle était contrariée, rien ne tournait comme elle le souhaitait, c'était trop injuste ! En réalité, sa patience – déjà très mince en temps normal – était depuis longtemps dépassée, elle avait quitté l'île aux ours dans l'espoir de trouver de l'action, des rencontres intéressantes, du combat, du sang, en somme ce qu'elle entendait de la bouche des quelques voyageurs qui poussaient leur voyage jusqu'à la demeure des Mormont. Mais rien, tout cela n'était que fadaises, l'excitation de son départ et l'envie de voyager étaient rapidement retombées, actuellement elle était blasée, sa vie semblait la même qu'avant son départ, mais transposée dans un autre décor où on la regardait avec surprise et frayeur lorsqu'elle apparaissait dans ses tuniques chargées de quelques fourrures. Elle avait rapidement dû oublier ces dernières tant la chaleur de l'été se faisait caniculaire, elle se sentait poisseuse et désemparée, ça l'agaçait fortement.

     En vérité, les seules rencontres dignes de ce nom qu'elle avait faite jusqu'à ce jour, étaient celles avec les gardes royaux. Le Lord Commandant, elle se sentait encore joyeuse au souvenir des quelques mots échangés avec cet homme, un bâtard en plus, Alysane se gravait quelque part dans l'esprit l'idée d'en parler à Jorah lorsqu'ils se reverraient. Son souvenir revenait souvent aux membres de sa famille, son frère bâtard qui lui manquait cruellement, les combats d'entraînement qu'ils faisaient, les discussions qu'ils avaient, en somme son contact tout simplement. Puis Maege, sa grande sœur qui la chaperonnait comme une enfant, dire qu'avant cela la faisait sortir de ses gongs et dessinait une expression agacée sur son visage, dans des moments de faiblesse elle aurait échangé tout ce qu'elle avait pour une remontrance de sa part ! Le Nord lui manquait, mais elle devait rester forte et ne pas chanceler, hors de question de rentrer à l'île aux ours avec la queue entre les jambes, elle devait simplement trouver le moyen de réaliser son but. La jeune Nordienne marchait dans les ruelles, passant rapidement entre les quelques étals, manquant de percuter des hommes qui venaient en sens inverse, ignorant les regards appuyés des dames revêtues de magnifiques parures qui lorgnaient sa tunique et ses braies. Elle avait commencé à s'y faire, elle ne pouvait pas combattre en robe bien évidemment et devait donc opter pour une tenue normalement essentiellement masculine. On la raillait souvent, les hommes la regardaient de haut comme si elle ne pouvait représenter qu'un sujet de moquerie, mais cela lui passait au-dessus de la tête, elle préférait encore les défier au combat que de se faire courtiser par l'un d'entre eux. Les habitants de Port-Réal étaient des pleutres voilà tout, elle était satisfaite de venir du Nord et se complaisait dans son apparence pour le moins exotique.

     Alors qu'elle marchait sans trop savoir où elle se dirigeait, la jeune femme percuta de plein fouet un jeune garçon qui marchait dans sa direction, les bras chargés de légumes qui tombèrent sur le sol et s'étalèrent partout autour. Elle lâcha un cri de contrariété avant de voir que le gamin affichait une expression paniquée, ce qui la calma aussitôt. Elle détestait les enfants, mais ne pouvait pas volontairement les railler. Alysane soupira d'agacement avant de se pencher pour commencer à ramasser les légumes au même moment que l'enfant et ils se cognèrent la tête en lâchant un cri de surprise chacun son tour. Portant sa main à son front à l'endroit de l'impact, elle finit finalement par rigoler légèrement devant la situation ridicule dans laquelle ils devaient être, puis elle termina de ramasser les légumes avant de les poser à nouveau dans le panier de l'enfant qui s'en-alla un sourire aux lèvres. Mimétisme inconscient, elle fit de même et le regarda s'éloigner en arborer une expression amusée, avant de le quitter des yeux pour esquisser un geste comme si elle comptait s'en-aller. Mais son attention fur attirée par autre chose, un gloussement léger digne d'une pintade ou d'une femme de la cour devant un beau chevalier. Elle se redressa aussitôt comme à la recherche de la source de ce rire agaçant, lorsque son regard mordoré se posa sur une silhouette non loin de là. Un homme plutôt grand aux cheveux aussi sombres que les siens, une tenue qui détonait des chevaliers de Port-Réal, il lui tournait le dos et regardait en direction de deux jeunes dames qui étaient responsables des gloussements dignes d'une dinde. L'expression amusée d'Alysane s'envola pour laisser place à une moue agacée alors qu'elle s'apprêtait à partir, puis se ravisa en reportant son attention sur l'inconnu, les sourcils froncés.

     Étrange ! Il lui rappelait quelqu'un, mais qui ? Elle fit un pas dans sa direction avant d'entendre une vois familière s'élever, puis elle se tapa le front - mentalement, sans quoi la future bosse dû au gamin n'apprécierait pas - et s'élança vers le trio avant de se planter derrière le jeune homme. Pas de doute, cette tenue, elle la connaissait bien puisque c'était un Nordien, mais qu'est-ce qu'il venait donc faire à Port-Réal ?! Elle ne fit pas dans la dentelle, avança sa main pour attraper l'épaule du jeune homme et le forcer à se retourner à grand renfort de cris dont elle avait le secret.

     ▬ Jorah ! Qu'est-ce que tu fais là ?! »

     Heureusement pour elle, elle avait visé juste, le jeune homme en question était bien son frère bâtard, mais qu'est-ce qu'il pouvait bien faire à Port-Réal alors qu'elle l'avait abandonné en quittant l'île aux Ours ?! Et quel heureux hasard qu'elle se soit pris ce jeune garçon de plein fouet sans quoi elle serait certainement passée à côté de lui sans même le voir. Le pauvre jeune homme devait maintenant lui faire face vu la douceur avec laquelle elle l'avait retourné, puis le regard clair de la Mormont quitta le visage de son frère bâtard pour se poser sur les deux dames qui conversaient avec lui. Elle les darda du regard en arborant une expression hostile mêlée à de la jalousie, elle détestait voir d'autres femmes tourner autour de son frère. Elle claqua de la langue pour marquer sa contrariété avant de leur faire signe de dégager le plancher, elles n'avaient rien à faire là pardi ! L'une d'elles fut tentée de protester, mais sa compagne la retint et elles se détournèrent pour s'éloigner, non sans avoir jeté un regard noir à la nouvelle arrivante. Celle-ci se retourna vers Jorah, les poings sur les hanches avant de s'adresser à lui d'un ton toujours aussi revêche, bien qu'il y était habitué depuis le temps.

     ▬ Alors tu viens à Port-Réal sans me le dire et pour jouer les jolis cœurs ! Tu mériterais que je te laisse ici tout seul, frère indigne, tu aurais pu me chercher et me dire que tu étais dans le coin quand même ! »

     Elle renifla histoire de donner plus de vigueur à ce qu'elle venait de dire, pas très élégamment ce qui lui valut quelques regards interloqués de passants qui compatissaient avec le pauvre jeune homme face à elle, mais elle ne remarqua rien comme à son habitude. Aussi prompte à changer qu'une girouette elle s'avança toutefois pour enlacer – sans vraiment de douceur – son frère en lui sautant dessus avant de briser l'étreinte pour reculer en affichant une expression plus avenante.

     ▬ Mais je te pardonne quand même parce que je suis heureuse de te voir ! Qu'est-ce que tu viens faire alors, tu es accompagné de quelqu'un ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 7 Juil 2011 - 14:46

Le voyage avait duré si longtemps, son premier pas sur le continent l'avait marqué, en vingt huit ans il n'avait jamais été si loin, toujours retenu aux abords du château par Lady Jorelle pour des tâches ménagères et l'entraînement aux armes. Il avait rejoint Motte la Forêt pour s'y reposer puis avait traversé le Bois aux Loups sans trop de dommages, quelques rencontres avec les animaux qui furent réglées en quelques coups d'épées. Il était passé aux abords de Winterfell, mais sans s'y arrêter pour rejoindre la voie royale et en un mois de marche intensive, avait fini par rejoindre Port Réal. C'est donc un Jorah assez miteux et épuisé qui arriva à Port Réal, une ville immense était là devant lui. Un léger sourire naquit sur son visage fatigué et couvert de boue et même de taches de sang par endroit avec une barbe de trois jours qu'il avait maladroitement tenté de raser avec Poinçon. Il en était ressorti avec quelques coupures qui se saignaient plus tellement maintenant. Il entra dans la ville ne se préoccupant pas des regards étranges lancés dans sa direction, habitué qu'on le regarde de façon louche de toutes façons.

Il était ébahi de ce qu'il voyait, toute la ville grouillait d'activité, des gens partout, du bruit à s'en faire sauter les oreilles, Jorah était bousculé de toutes parts. Il eut le réflexe de serrer son sac contre lui de peur de voir ses affaires volées. Certes ce n'était pas le grand luxe dans son sac, ça sentait même le gibier faisandé et la saleté, un peu comme lui quoi. Certaines dames un peu précieuses l'avait même remarqué et poussaient des « oh » de gêne avant d'esquisser le geste de se pincer le nez. Jorah leva les yeux au ciel, sa très chère sœur n'aurait pas été dérangée par de telles choses. Du reste en parlant d'elle, comment allait il se débrouiller pour la retrouver dans cet endroit immense et grouillant de monde. Alysane était pourtant du genre à dénoter dans le paysage, du moins si elle était toujours la Alysane qu'il avait connu. Qui sait peut être avait elle changée... Il l'imaginait dans la même tenue que toutes ces dames qu'il voyait autour de lui, dans des tenues on ne peut plus apprêtées et fort peu pratiques, un léger rire passa ses lèvres l'image lui venant à l'esprit. Son visage fendu d'un léger sourire, il continua à traverser la foule cherchant de tout côté quelqu'un qui pouvait s'apparenter à la sœur qu'il avait toujours connu.

Au détour d'une rue, il tomba sur deux jeunes femmes qui semblaient avoir son âge, il ne se départit pas de son sourire et inclina légèrement la tête pour les saluer. Elles eurent une réaction qu'il ne comprit pas tellement sur le coup, elles se mirent à rire et à glousser bruyamment, provocant des têtes tournées autour de lui.

« Bonjour beau chevalier... »

« D'où vient il ce bel éphèbe ? »

Il gratta son crâne souriant ne sachant que répondre, son calme olympien en était ébranlé, il se maudit intérieurement de se laisser submerger, d'un côté toute cette nouveauté, ça faisait beaucoup de choses à intégrer après la routine de la vie à l'Île aux Ours. Un bruit violent le ramena à la réalité, un porteur de légumes venait de se faire bousculer par une autre personne, les deux jeunes femmes montrèrent du doigt la jeune femme qui venait de taper dans le garçonnet et lâchèrent quelques commentaires.

« Encore une barbare qui ne sait pas ce que c'est que la vie civilisée ! »

« A qui le dites vous ! Ces gens du Nord sont tous des espèces de sauvageons ! »

Il la dévisagea les yeux dans le vide puis se retourna vers les deux jeunes femmes qui se disaient « civilisées », son regard s'assombrit, ses traits se durcirent alors qu'une voix sourde qui n'avait que trop peu parlé ces derniers temps sortit de sa bouche.

« Dites donc vous... »

Il n'eut pas le temps de leur dire ce qu'il pensait vraiment qu'une main se posait sur son épaule cuirassée et qu'un geste violent le forçait déjà à se retourner. Une voix grave féminine au demeurant s'adressa à lui, couvrant tous les bruits alentours. Le temps de réussir à se repositionner dans l'espace Jorah se rendit compte de la personne qui lui faisait face. Ses yeux presque noirs s'écarquillèrent alors que sa bouche formait un sourire franc. Il n'eut pas le temps de dire quoi que ce soit que déjà elle tournait ses yeux vers les deux résidentes de Port Réal, une lueur qui voulait en dire long dans le regard, lueur qu'il avait déjà vu par moments quand ils étaient chez eux, quand des filles de l'Île venaient lui parler. Elle fit même ce bruit caractéristique, celui qui voulait dire qu'elle était jalouse, il lui avait manqué ce bruit. Les deux femmes partirent après qu'elle leur eut lancé un regard noir digne des loups quand on s'approchait de leur nourriture. Sauf que son regard continua quand elle posa ses yeux sur lui et commença à lui faire la leçon les poings vissés sur les hanches. Mais cela ne dura pas trop longtemps et les côtes de Jorah furent broyées en un instant dans une étreinte violente. Pendant une ou deux minutes il entendit ses os craquer légèrement.

Quand elle eut enfin décidé de le lâcher, il replaça ses articulations et fit craquer ses jointures, son bras tatoué était encore un peu douloureux, sa voix était rauque quand il lui répondit, heureux de la revoir.

« Je ne suis pas venu accompagné non... Il n'y a que moi... A croire que ça te désole que je n'ai pas emmené une de tes sœurs dans mon sac... »

Son sourire s'agrandit la regardant, sa main gratta sa barbe de trois jours maculée par endroits de sang.

« Quand à ma venue ici, je voulais te surprendre Soeurette... Je t'aurais bien trouvée un jour où l'autre, tu n'as pas changé ! »


Un rire franc, le premier depuis de longs mois passa ses lèvres, elle lui avait tellement manqué, la vie au foyer familial était bien morne depuis qu'elle était partie, plus personne ne lui adressait la parole à part Jeor. Un léger murmure passa ses lèvres, elle était la seule devant laquelle il osait dire un peu ses pensées et ses sentiments.

« Il était temps que je te retrouve Alysane... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 8 Juil 2011 - 13:03

     Alysane ne pu retenir un sourire lorsqu'il déclara être venu seul, c'était ce qu'elle avait espéré d'un côté, même si Maege et les filles lui avaient toutes manquées, elle appréciait de pouvoir profiter seule de son frère, bien que les autres demoiselles Mormont ne considéraient pas vraiment Jorah comme tel. Les paroles suivantes ne firent que l'amuser davantage, elle était toujours heureuse de savoir que sa présence avait manqué à quelqu'un, il était vrai que son caractère et son égo prenaient de la place, lorsqu'elle disparaissait ça se remarquait toujours, même si pas mal de personnes étaient généralement satisfaites de la voir s'en-aller. Elle arbora un sourire victorieux avant de corriger son frère sur les termes employés.

     ▬ L'une de nos sœurs Jorah, c'est aussi les tiennes n'oublie pas ! »

     Elle avait volontairement appuyé sur le « nos » histoire de bien lui rappeler qu'il était autant leur frère que le leur. Un soupir peu féminin lui passa les lèvres alors qu'elle levait les yeux au ciel, décidément si même lui refusait de parler des autres sœurs de la jeune femme comme des siennes, comment espérait-il qu'elles le considèrent comme tel ? En réalité, ce n'était pas tellement lui qui espérait, mais plutôt Alysane, elle n'avait de cesse de bassiner ses sœurs avec Jorah en les obligeant presque à l'appeler « mon frère », bien qu'elle se faisait très souvent remettre à sa place. La combattante avait du mordant et ne lâchait pas facilement l'affaire, le jour où elle cesserait de ramener ce sujet à chaque occasion qui se présentait, ce serait lorsque tout le monde aurait accepté de le voir non comme un bâtard, mais bien comme un enfant légitime de lord Jeor. La jeune femme espérait toujours que ce dernier finirait par demander au Roi de légitimer son bâtard, des rêveries d'enfant en somme puisqu'il était évident que le Roi n'aurait cure d'un bâtard du Nord, qui plus est d'un lord d'une maison mineure. Elle réajusta sa tunique en secouant la tête avant d'enchaîner.

     ▬ Et ne dis pas n'importe quoi, tu sais très bien que tu dois être celui qui me manque le plus rapidement, ça te plait que je te le dise en fait, tu devrais avoir honte de faire s'épancher une dame de la sorte. »

     Elle fronça légèrement son nez comme si elle pouvait réellement être considérée comme une dame, la bonne blague, s'il y avait bien une chose qu'elle avait toujours détesté c'était que lady Jorelle l'appelle « ma jeune dame », Maege était une dame, Meera et les autres aussi à la rigueur, mais elle c'était plus le vilain petit canard de la bande et elle se complaisait dans ce rôle qui lui allait sur mesure. Quoi qu'il en soit, elle se reprit bien rapidement, débordante de vitalité pour ne pas changer, approchant légèrement de Jorah elle tendit la main pour passer son doigt sur sa joue en secouant la tête d'un air contrarié.

     ▬ Est-ce que tu essayes de passer pour un sauvageon avec ta barbe ? Si ça continue tu risqueras de passer pour un barbare du Nord, tu crois que ça va améliorer notre réputation auprès des gens de Port-Réal ? »

     Ironie quand tu nous tiens, elle savait bien qu'elle-même n'était pas vraiment un modèle, au contraire même si l'on devait se baser sur son caractère pour définir celui des gens du Nord, les voyageurs risquaient fortement de ne plus vouloir y mettre les pieds. Elle laissa un sourire amusé lui gagner les lèvres, qu'à cela ne tienne, elle avait réussi à mettre la main sur Jorah avant que lui ne le fasse, cela signifiait donc qu'elle avait le droit de lui faire faire ce qu'elle souhaitait sans qu'il ne puisse protester. La demoiselle attrapa la main de son frère sans se soucier des regards des autres, que ce n'était pas ce qu'une dame était censée faire même avec son frère, où qu'elle avait de morceau de légume collants qui lui restaient entre les doigts. Il était habitué à son comportement et ne se plaindrait certainement pas plus qu'à l'accoutumée. Jorah subissait ce qu'Alysane faisait, souvent lord Jeor plaisantait en disant qu'il était bon à marier parce qu'il avait passé toute sa vie auprès des femmes les plus caractérielles du Nord. Alysane doutait qu'il n'existe pas d'autres femmes au caractère aussi vif que celui des Mormont, en réalité elle avait même très envie de voyager jusqu'à Dorne pour tenter de rencontrer des combattantes du Sud, seule la chaleur la retenait, elle la supportait déjà mal à Port-Réal alors à Dorne.... Entraînant Jorah dans son sillage, elle se glissa dans les ruelles de la ville, évitant de temps en temps des passants qui venaient dans l'autre sens, percutant d'autres, elle semblait être habituée à cette foule dense qui était l'antipode de l'île aux ours. Finalement, la jeune femme lâcha la main de Jorah une fois qu'elle fut certaine qu'il ne pourrait pas tenter de fuir, avant de tourner la tête vers lui pour l'assaillir de nouvelles questions et de babillages qui ne devaient certainement pas l'intéresser.

     ▬ Tu sais, j'ai rencontré un Stark l'autre jour ! Ser Ulrik, c'est devenu un garde royal, on a même combattu en duel, j'ai au moins pu me servir de ce que j'ai appris, tu vois, finalement ça servait à quelque chose nos entraînements. Elle le regarda en souriant sans cesser de marcher. Oh, et puis j'ai aussi croisé le Lord Commandant de la garde royal, bon il m'a menacé de planter ma tête au bout d'une pique, mais finalement après que je lui ai fait remarquer que c'était un bâtard, il a dit que je l'amusait et m'a laissée partir tranquillement. Elle avait frôlé l'incident diplomatique, mais ça ne semblait pas l'inquiéter plus que cela. Puis le mieux, j'ai croisé un chasseur du Nord, c'est un ancien soldat de Winterfell, il a combattu les sauvageons tu te rends compte ! Il m'a appris comment mieux chasser d'ailleurs, et puis il m'a offert une belle peau d'ours, je l'ai à l'auberge, elle doit être réparée, mais je ne sais pas coudre ça m'embête que Maege ne soit pas dans le coin. »

     Elle débitait un flot de paroles sur le pauvre Jorah qui ne devait plus rien comprendre entre les différents épisodes de sa vie à Port-Réal. Noyé sous la masse d'informations il restait silencieux non par choix, mais surtout parce que sa sœur ne lui laissait pas l'occasion d'en placer une. Son regret de ne pas voir son aînée n'était pas lié au fait qu'elle avait besoin d'elle pour coudre une peau d'ours évidemment, mais c'était sa manière de présenter les choses, elle avait été obligée d'essayer d'apprendre à coudre, mais ça n'avait jamais rien donné. Trop impatiente qu'elle était, la jeune combattante ne cessait de se piquer le doigt avec les aiguilles d'os et au final, elle balançait l'ouvrage par terre et sortait rejoindre Jorah en ignorant les cris de lady Jorelle. Tout à coup, elle pensa à quelque chose et s'arrêta net, obligeant Jorah à lui rentrer dedans avant d'avoir le temps de stopper à son tour, provoquant les cris de protestations d'un homme qui marchait derrière eux. Alysane l'ignora, elle marchait comme s'ils étaient au milieu de nulle part, puis posa son regard mordoré sur le visage de son frère, levant la tête comme il était plus grand qu'elle.

     ▬ En parlant d'auberge, tu as déjà trouvé un endroit où dormir ? J'ai une chambre dans un bâtiment du coin, tu pourras venir au même endroit comme ça tu ne risqueras pas de te perdre dans la ville. Puis je pourrais veiller à ce qu'aucune noble ne vienne te tourner autour. »

     La jeune femme fronça son nez comme si cette idée lui était insupportable, avant de se détourner pour reprendre sa marche sans vraiment savoir où elle allait en réalité. Le simple plaisir de discuter avec Jorah en marchant tranquillement lui suffisait, enfin c'était surtout elle qui bavardait et lui qui écoutait comme il n'avait presque pas le temps d'en placer une. Finalement lorsqu'il se hissa à nouveau à sa hauteur, elle le regarda avant de conclure son monologue.

     ▬ Tu as déjà eu le temps de visiter la ville d'ailleurs ou tu es arrivé fraîchement ? Tu veux que je te fasse un peu visiter, ou tu as envie de faire autre chose ? Au fait, tu n'as pas eu de problèmes sur la route ? J'étais tombé sur quelques idiots qui s'imaginaient pouvoir me détrousser, non mais tu imagines ça ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 8 Juil 2011 - 15:25

Des flots de mots lui envahirent les oreilles, quand elle s'y mettait Alysane était digne des plus grandes pipelettes de la Haute. Elle lui parlait de tout et de rien, il nota ; dans l'ordre ou le désordre, qu'elle lui parlait de tout ce qui lui était arrivé depuis qu'elle était à Port Réal, des la fameuse sororité Mormont, de sa barbe et de sa tenue, de son attitude envers ses sœurs, d'auberge et de sa situation actuelle à lui. Ne se laissant pas submerger et de répondre du mieux qu'il le pouvait à ce véritable interrogatoire. Son calme reprit le dessus et il la dévisagea longtemps, un léger sourire aux lèvres avant de reprendre la parole murmurant d'une voix basse.

« Elles seront toujours plus tes sœurs que les miennes Alysane... elles me verront toujours comme un bâtard et moi toujours comme elles sont... »

Une légère ombre passa sur son visage faisant disparaître son sourire, puis il se reprit, la regardant et commença à énumérer les réponses à toutes ses questions d'un ton plus que formel, croisant les bras, déclenchant de ce fait un crissement dans sa cotte de maille, son léger sourire revenant et faisant naître, de ce fait, une fossette, sur sa joue.

« Je vois en effet que la ville de Port Réal t'a changée en une grande Dame chère sœur, de haute stature, avec une toilette impeccable, des manières irréprochables, un parler qui est fort châtié et un port altier à en faire frémir le ciel... »

Un rire passa ses lèvres, Alysane n'aimait pas quand il la taquinait sur son apparence et ses manières, il le faisait sans reproche aucun, il l'adorait comme elle était et ce n'était pas avec les nombreux entraînements aux armes qu'il lui avait fait subir qu'il aurait pu la faire devenir une « Dame du Monde », il la préférait ainsi et était soulagé que la ville n'avait pas réussi à avoir d'emprise sur elle ; comme quoi elle ne pouvait être changée et resterait la même contre vents et marées pour le plaisir de Jorah. Elle l'avait traîné dans une ruelle, à l'abri des regards de toutes ces jeunes dames qui pouvait le soustraire à son regard mordoré. Il bénit d'avoir toujours ses gants quand, en y jetant un coup d’œil il découvrit qu'ils était couverts de bouillie de légumes poisseuse et collante. Il releva qu'elle avait eu des « rencontres » plus ou moins fortuites avec la garde civile, la connaissant Jorah soupçonnait qu'elle avait bien dû les provoquer un peu pour qu'ils menacent de lui couper la tête. Elle avait rencontré un autre bâtard et un chasseur qui lui avait offert une peau d'ours.

« Tu sais qu'une peau d'ours chez nous c'est un cadeau d'une grande valeur, tu me tombes dessus alors que je suis avec quelques jouvencelles mais à t'entendre je crois qu'il était temps que j'arrive, j'aurais attendu plus longtemps je t'aurais trouvée mariée, sachant coudre avec une bande de marmots qui m'aurait assailli ! »

Il frappa gentiment son épaule, il savait que si il continuait comme ça, elle finirait par prendre la mouche et lui ordonner de la suivre pour lui servir d'esclave ambulant à traîner derrière elle. Elle avait abordé la question de son physique et de cet ensemble de peau, sang, boue et poils qui lui servait de visage. Il passa ses doigts gantés sur sa barbe serrant les dents quand le jus de légumes touchait les plaies.

« Disons plutôt que emporté par la fièvre de te revoir, j'ai mis du temps à me raser et me servir de Poinçon, la dague que Père m'a donnée n'était pas la meilleure idée que mon esprit ait eu, bénis les anciens dieux de ne pas avoir de barbe Sœurette je t'assure. »

Il se décida à lâcher son menton et dégaina Fortefoy pour la montrer à sa sœur, son épée et sa dague était attachées dans son dos, à portée de main si jamais le combat se faisait sentir. Un bruit de métal se fit entendre quand il la tira, il y avait peu de luminosité dans l'endroit où ils étaient mais elle brillait tout de même, par endroits des taches de sang séché se découpaient dans l'acier. Jorah la regarda souriant, murmurant d'une voix fascinée à sa sœur.

« Regarde Soeurette, c'est notre Père qui me l'a donnée, je te présente Fortefoy, en acier château, pour me récompenser des mes efforts quand je vous ait entraînées, ainsi qu'une dague en acier château elle aussi nommée Poinçon, comme j'affectionne le combat à deux armes... Mais apparemment je ne suis pas doué pour m'en servir pour autre chose que trancher, parer et piquer quelques aliments à la rigueur... »

Il la rengaina et réajusta ses canons d'avant bras, il était maculé de taches de sang par endroits ainsi que de boue, ses cheveux étaient sales et même si il n'était pas un aficionado des bains et des ablutions, en cet instant il se sentait sale et humide car il finissait par faire chaud sous ce soleil.

« Durant le trajet, et bien comme tu as dû le remarquer avec ton sens aigu du discernement très chère, te dire que je n'ai pas été dérangé aurait été affabuler... Il y a eu de tout, des brigands, des animaux et un ciel qui semblait parfois faire obstacle à mon avancée vers Port Réal... Mais maintenant je suis là et je viens d'arriver, j'ai commencé par te chercher jusqu'à ce que... ces dames me trouvent avant toi. De ce fait je n'ai en effet aucune auberge où résider et si tu me conseilles un endroit je suppose que de toutes façons je n'aurais d'autre choix que de te suivre, te connaissant comme le fond de mon sac... » Il renifla « Qui commence à sentir le rance du reste... » Il passa la main dans ses cheveux. « Aussi ma sœur je te demanderais de m'emmener dans un endroit où nous pourrions nous détendre et ensuite sans nul doute me passer un peu d'eau sur cette carcasse puante qui me sert de corps. » Il sourit de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 9 Juil 2011 - 11:52

     Fidèle à son habitude, Jorah ne se laissa pas submerger par les paroles de sa sœur, d'un autre côté avec le temps passé en sa compagnie, il devait commencer à s'y habituer. Elle était capable d'avoir un grand débit de paroles lorsqu'elle s'y mettait, surtout lorsqu'elle souhaitait à tout prix faire passer quelque chose. Le moyen le plus sournois d'obtenir ce qu'elle souhaitait était d'en venir à agacer son interlocuteur au point où celui-ci lui accorder ce qu'elle souhaitait juste pour avoir la paix. La combattante savait se montrer extrêmement insupportable lorsqu'elle le désirait, un talent caché dont elle ne se privait pas d'user à tord et à travers. Alysane secoua légèrement la tête lorsqu'il déclara que les autres Mormont resteraient toujours plus ses sœurs que les siennes, ça finirait par changer, foi de Mormont, sa bouche se plia en une légère moue contrariée qu'elle arborait toujours dans de tels moments, puis elle lâcha quelques mots.

     ▬ C'est ce que nous verrons, tu pensais aussi que mère ne te considèrerait jamais autrement que comme un bâtard, tu vois bien que ça a changé aujourd'hui. Je ferai céder Mae j'en suis certaine, puis les autres, elles accepteront automatiquement si Maege le fait. Elle sourit légèrement. Toi tu seras celui qui me posera le moins problème ! »

     Un sourire goguenard se plaça sur ses lèvres, elle était du genre à penser qu'il ne pourrait rien lui refuser, pas parce qu'elle papillonnait des yeux devant lui pour le faire céder, mais simplement parce qu'elle commençait à le connaître. Il ne lui avait jamais dit non, peut-être que ça cesserait un jour, peut-être pas, en tous les cas son arrogance et son assurance naturelle faisaient qu'elle ne lâcherait pas prise à moins d'être vraiment bien rappelée à l'ordre et encore. L'ombre passée sur le visage de Jorah passa bien rapidement alors qu'il se mit à la taquiner sur son apparence, il savait bien que sa cadette ne serait jamais du genre à se promener en robe, déjà parce que l'île aux Ours n'était pas vraiment praticable empêtrée dans une robe, ensuite parce qu'elle combattait à la hache et que c'était plus facile de se défendre sans devoir surveiller les pans de sa robe pour éviter d'offrir une prise à l'adversaire. Elle repoussa une mèche de cheveux rebelle qui venait de se glisser devant des yeux puis mima une fausse révérence à l'attention de Jorah. Après tout elle n'avait jamais rêvé d'être une dame qu'un beau chevalier viendrait épouser lorsqu'elle était jeune, c'était plutôt le style à rêver de pouvoir voir le Mur ou encore de pouvoir un jour combattre les sauvageons sur les limites des Terres du Nord. Son visage affichait une expression faussement hautaine, même les airs de dames ne lui allaient pas, elle aurait l'air ridicule affublée d'une robe de dame à n'en pas douter.

     ▬ Que veux-tu, avec ma beauté hors du commun je n'ai eu qu'à ramasser les prétendants comme des fruits mûrs tant ils se pressaient à ma porte ! J'ai de quoi marier toutes les filles Mormont désormais, c'était un jeu d'enfant. »

     Laissant son amusement s'effacer elle lui offrit finalement une grimace digne d'une enfant avant de détourner le regard comme si parler de son apparence ne l'intéressait plus. Elle n'était pas du genre à emprunter l'épée de son père lorsqu'ils étaient en voyage, pour tenter de se regarder dedans et de se recoiffer de manière potable comme Meera avait l'habitude de le faire. Soupir las alors qu'elle promena son attention sur la foule environnante au moment où Jorah la tirait de ses pensées en parlant du chasseur qui lui avait offert la peau d'Ours. Certes, sur leur île c'était un cadeau extrêmement précieux, souvent même le genre que l'on faisait à une dame qui avait éveillé l'intérêt d'un prétendant, il était difficile de tuer un ours et pouvoir le faire montrait que l'on était détenteur d'une grande force. Elle fut amusée par les paroles de son frère alors qu'il imaginait la voir mariée et avec une ribambelle d'enfants, c'était plutôt le contraire avec elle, il y avait toutes les chances pour qu'elle finisse par se retrouver vieille fille comme Mae le lui disait si souvent. Bah, qu'importe, du moment qu'elle avait sa hache et la compagnie d'une personne qu'elle aimait, que demander de plus ? Elle séjournerait sur l'île aux ours lorsque les années deviendraient trop longues, l'idée de devoir abandonner sa famille pour vivre avec un homme qu'elle ne connaissait pas, dans une famille qui n'était pas la sienne, sans façon ! Même si l'île aux ours était petite et difficile à vivre, c'était sa demeure natale et pour rien au monde elle n'envisagerait de la quitter. Sa réponse ne se fit pas attendre.

     ▬ Mais bien évidemment ! Il était très séduisant qui plus est, je suis sûr qu'il t'aurais intéressé, il avait plusieurs peaux d'ours en plus, un excellent chasseur, je l'aime bien en tous les cas. Elle sourit d'un air moqueur, si elle était jalouse et possessive avec Jorah, lui ne l'était pas forcément, mais elle ne ratait jamais une occasion de s'en assurer. Rassure-toi mon cher, je lui ai payé cette peau, même s'il a décidé d'en offrir la somme à des mendiants, c'était simplement parce que j'étais une dame du Nord qu'il a agi de la sorte, l'homme le plus respectueux que j'ai rencontré à Port-Réal vois-tu. »

     Elle donnait l'impression de faire les éloges du chasseur, mais pour tout dire il l'avait fortement marquée et elle avait beaucoup apprécié cette discussion avec lui. La demoiselle n'avait pas bronché lorsqu'il lui avait touché l'épaule, lui offrant simplement une expression à la fois moqueuse et pleine de défis, il s'excuse en expliquant les raisons de son apparence quelque peu négligée avant de finalement tirer une épée du fourreau qu'il portait attaché à son dos. Le bruit du métal dessina une lueur intéressée dans les yeux mordorés de la Mormont qui se pencha vers la lame pour mieux la contempler. Quelques taches carmines y figuraient, mais n'enlevaient rien à sa beauté. La bouche d'Alysane s'entrouvrit légèrement dans une expression admirative alors qu'elle écoutait ce que Jorah lui disait avec plus d'intérêt que jamais, les armes éveillaient toujours cette passion en elle. De l'acier château, ce n'était pas une mauvaise chose, au contraire, leur père leur avait fait de beaux présents à tous les deux et elle fut intérieurement satisfaite de constater qu'il avait agi de même avec son fils bâtard que ses filles légitimes. Lorsqu'il rengaina l'épée, Alysane se redressa sans que son expression de réflexion ne la quitte pour autant, elle posa son regard sur le visage fatigué de son aîné alors qu'il la taquinait en répondant au sujet des difficultés qu'il avait eus pour rallier Port-Réal. Elle ne cacha pas son amusement au fil de ses paroles avant de hocher la tête en reniflant légèrement puis en mimant une expression dégoûtée.

     ▬ En effet, maintenant que tu le dis j'aurais sans aucune peine, pu te retrouver à l'odeur, tu sens presque aussi fort qu'un ours humide mon pauvre, suis-moi je vais te montrer où nous dormirons. »

     Elle lui attrapa le poignet pour le tirer derrière elle avant de le lâcher lorsqu'elle considéra qu'il serrait capable de marcher seul sans se perdre. Il ne leur fallut pas bien longtemps avant de rejoindre l'auberge où la demoiselle séjournait depuis son arrivée ici, rien de très luxueux, mais c'était toutefois un endroit suffisamment propre pour dormir sans être gêné par des cafards et autre vermines. La Mormont poussa la porte de l'auberge avant d'entrer dedans, parcourant les environs du regard et repérant l'aubergiste vers qui elle se dirigea d'un pas décidé avant de s'adresser à lui de son ton habituel.

     ▬ Vous serez bien aimable de trouver une chambre à proximité de la mienne à mon frère. »
     ▬ Mais ma dame, les chambres à côté de la votre sont occupées. »
     ▬ Et bien arrangez-vous pour qu'une soit libérée, à moins que vous ne vouliez que je change d'auberge. »
     ▬ Non, je vais m'arranger ma dame, ce sera fait d'ici la tombée de la nuit. »

     Elle se retourna vers Jorah et lui fit signe de la suivre, il pourrait se laver dans sa chambre en attendant. La demoiselle demanda à ce que l'on monte un broc d'eau chaude à l'aubergiste avant de se diriger vers les escaliers pour conduire le jeune homme à l'endroit où elle avait déposé la majeure partie de ses affaires. Alysane était agaçante, l'aubergiste devait le penser, mais lorsqu'elle désirait quelque chose, elle l'avait, le pauvre en avait déjà fait les frais plusieurs fois, puis elle payait bien contrairement à d'autres clients, ce qui expliquait qu'il ait accepté aussi rapidement sa demande – et surtout il savait que c'était inutile de parler avec elle –. Poussant la porte de sa chambre, elle se laissa tomber assise sur le lit le temps qu'il puisse observer les environs.

     ▬ Tu peux laisser tes affaires en trop ici en attendant. »

     Après quelques instants passés là, quelqu'un toqua à la porte et Alysane alla chercher le broc d'eau chaude que l'aubergiste avait apporté. Il y avait déjà une cuvette et un broc avec de l'eau fraiche dans la chambre, tout ce qu'il fallait pour se faire une toilette digne de ce nom. La jeune lady posa le tout sur la table avant de retrouver sa place sur le lit, ne quittant pas Jorah du regard comme si elle songeait à quelque chose. Cela ne se fit pas attendre, à peine quelques secondes après s'être installée, la jeune femme s'adressa à son frère.

     ▬ Maintenant que j'y songe, ça ne te diras pas de voir comment tu te débrouille avec ton épée face à la hache que père m'a offerte ? »

     Elle sourit légèrement, glissant sa main vers la hache qui pendant toujours à son flanc, un poids considérable, mais qui ne la quittait jamais, histoire qu'elle sache toujours qu'elle l'avait sur elle. Une sensation rassurante dont Alysane avait du mal à se passer en ces lieux inconnus pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 9 Juil 2011 - 17:59

Elle continuait à s'entêter sur le fait qu'elle était persuadée qu'un jour elle arriverait à faire accepter à l'entière sororité qu'il était aussi bien son frère que le leur. Elle traînait cette idée depuis qu'ils avaient commencé à se rapprocher quand ils étaient enfants. Elle plaisanta un instant sur le fait qu'elle n'était pas une grande Dame qui brillait par sa féminité, mais ça Jorah s'en fichait. Un point qu'il trouvait assez récurrent c'était ce fameux chasseur, Alysane s'amusait souvent à titiller son sentiment vis à vis des pensées que Jorah avait envers le peu d'hommes qui lui faisaient la cour. A chaque fois c'était pareil, Jorah fronçait le nez, prenait une expression neutre tendant vers l'amer et prenait un ton détaché marmonnant.

« Bien... Bien... Un homme comme on en voit peu par ici je présume... »

Elle avait regardé avec un sentiment de fascination Fortefoy, elle n'avait pas perdu cet amour des armes qu'il lui avait transmis au fil des années. Un sourire passa sur son visage quand elle critiqua sa tenue et son odeur.

« Tu as gagné des semblants des civilisations tout de même... Tu ne supportes plus cette odeur que je ramenais des parties de chasses auparavant ! »


Il se laissa conduire à l'auberge, mené par une main experte, là, après maints et maints pas, portes, couloirs et palabres ; il arriva enfin à la chambre d'Alysane. Il devait donc attendre qu'un chambre se libère dans celle de sa sœur. Il posa son barda sur le sol et l'ouvrit pour libérer une odeur de viande pourrie. Se pinçant le nez, il commença à fourrager pour jeter par la fenêtre les cadavres pourris et les morceaux de tissu qui les avaient touchés. Au bout de quelques minutes, dépité par l'intérieur de son sac, c'est lui qui alla rejoindre le sol de l'auberge tellement celui ci était puant. Soudain on frappa à la porte, Alysane alla chercher le broc d'eau pour le poser sur la seule table de la chambre.

Avide de se laver, Jorah se dirigea vers la bassine, commençant à défaire les liens en cuir qui retenaient ses armes et ses épaulettes d'acier, dans un bruit de casseroles celles ci rencontrèrent le sol, bientôt rejointes par son armure en cuir traité, la cotte de mailles et enfin la légère tunique de coton noir. Il était maintenant torse nu dans la chambre, ses muscles luisant à la lumière faible que laissait passer la fenêtre. Il adressa un sourire à Alysane montrant son épaule du doigt.

« Regarde... Tu t'en souviens ? Ce lien... »


Il n'en dit pas plus, ce tatouage c'était leur secret, le lien qu'il partageaient dans leur peau. Il avait parfaitement cicatrisé maintenant, pendant quelques mois Jorah a été incapable de se servir de son bras pour combattre. Il avait dû dissimuler cela à Jeor et Jorelle, ce qui n'avait pas été chose aisée. Ses yeux se posèrent sur les nombreuses cicatrices, acquises au fil des années. Certaines étaient dues aux entraînements d'Alysane et de ses sœurs, mais d'autres étaient dues au froid, aux animaux, mais d'autres encore, une ombre passa sur son visage, dataient de son enfance. Lady Jorelle, avant que ses demi sœurs naissent, lui rendait la vie impossible tellement elle ne supportait pas de voir le fruit de l'adultère de son mari sous le même toit qu'elle. Les cicatrices étaient physiques mais pas seulement... Jorah contempla son visage dans le reflet de l'eau du broc. Puis soudain, il empoigna de l'eau qu'il passa violemment sur son visage se débarrassant du sang et de la boue, se mouillant les cheveux et le torse. Il jeta un coup d’œil dans la pièce, cherchant le peu d'affaires qu'il avait gardées de son voyage et trouva enfin le petit morceau de graisse parfumée légèrement et durcie qui lui servait à se laver, il le trempa dans l'eau en se le passant sur le visage et les cheveux puis le torse. Lentement il prit le broc et se plaçant à la fenêtre, se le versa sur la tête pour achever de le rincer.

« Aaaaah ! »

Revigoré, il se tourna pour faire face à Alysane, posant le broc sur la table et entreprit de faire craquer ses jointures et sa nuque.

« Alors ma sœur que fait on maintenant ? Tu as une bonne taverne a me recommander ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 11 Juil 2011 - 13:21

     Elle n'esquissa qu'un sourire lorsque Jorah lui montra le tatouage qu'il portait, bien évidemment qu'elle s'en souvenait sinon pour quoi lui aurait-elle demandé de lui en faire un ? Inutile de discuter de ce sujet, les mots étaient des fois bien inutiles face aux gestes ou aux regards. La jeune femme laissa son frère se débarbouiller correctement de la crasse accumulée au cours du voyage, certaines personnes croyaient que de passer des semaines, voir plus, sur les routes n'avait aucun impact sur le physique. C'était totalement faux, Alysane l'avait remarqué au fil de ses voyages, elle qui marchait d'une ville à l'autre en refusant de monter à cheval, elle avait rapidement sentit ses jambes protester et ses pieds crier à l'infamie lorsqu'elle refusait de s'arrêter avant que la nuit ne soit là. Le fait de voyager rendait plus fort, même si l'on avait l'habitude de se battre ce n'était pas comparable à des jours et des jours entiers de marche, tout comme on commençait à perdre des muscles et de la graisse. La jeune femme n'avait jamais été plus forte que la moyenne, autant en ce qui concernait les muscles que la graisse, l'île aux ours ne recélant pas d'assez de richesses pour lui permettre d'en profiter au-delà du raisonnable, mais elle s'était considérablement affinée depuis son départ. Ses muscles qui ne pouvaient plus être entraînés au combat tous les jours avaient perdu un peu de leur vigueur, mais la demoiselle espérait simplement que ça reviendrait tout seul, comme comme ses formes - déjà peu féminines de base - s'étaient pratiquement envolées. Si elle continuait sur ce chemin bientôt il ne lui resterait plus qu'à se raser le crâne et elle pourrait passer pour un homme sans aucune peine, pas que ça la gêne, loin de là même, ce serait enfin la possibilité d'être considérée comme une personne capable de sa battre sans que son statut de lady ne passe devant.

     La jeune femme fut tirée de ses pensées par la voix de son frère qui lui demanda si elle avait une taverne à lui conseiller, son expression pensive s'envola rapidement pour céder le pas à un visage amusé alors qu'elle lâcha quelques mots à l'attention de son frère, le tout sur un ton badin bien que moqueur bien évidemment, elle ne voulait pas le railler méchamment et il ne savait pertinemment.

     ▬ À peine arrivé, voilà que tu veux déjà te saouler à mort, mais cette fois-ci père ne sera pas là pour m'empêcher de faire de même. J'espère simplement que tu ne vas pas me demander de te montrer où est le quartier des filles légères. »

     Elle arbora un sourire moqueur avant de se redresser pour se diriger vers la porte. Alysane avait cessé de tirer Jorah par la main à tout bout de champ, ils n'étaient plus enfants et elle devait apprendre à se comporter comme une combattante et non une petite fille qui ne voulait pas perdre son aîné. L'idée que son comportement puisse soulever des questions d'ordre plus privé ne l'effleurait même pas, il fallait dire que leur lien familial ne sautait pas forcément aux yeux, mais ça ne la gênerait pas outre mesure qu'on la prenne pour une femme sans honneur, au moins on cesserait de lui rabâcher les oreilles avec des détails sans importance. Alors qu'elle avait ouvert la porte et s'apprêtait à sortir, la jeune lady se ravisa, tourna la tête vers son frère avant de lui lâcher quelques mots sans se départir de son sourire qui semblait omniprésent lorsqu'elle était avec Jorah.

     ▬ Enfile tout de même quelque chose, je ne voudrais pas que toutes les serveuses tombent en pâmoison devant toi. »

     Ils sortirent alors de la pièce qu'Alysane referma avec application - il ne manquerait plus qu'on lui dérobe ses fourrures - puis se dirigèrent vers la sortie de l'auberge pour déboucher dans la ruelle, non sans avoir été interpellés par l'aubergiste qui déclarait avoir une chambre d'ici ce soir. Ils discutèrent de choses et d'autre, sans réelle importance un peu comme un frère et une sœur discutent en temps normal. Finalement, après avoir évité quelques chariots qui s'arrêtaient de manière à boucher les rues, avoir opté pour quelques détours qu'Alysane avait découvert au fil du temps, ils débouchèrent dans une ruelle attenante à celle où se situait la taverne que la jeune femme fréquentait souvent. Celle-là même où elle avait offert à boire à Torben après qu'il lui eut proposé ses services en tant que chasseur. Alysane déclara à Jorah qu'ils avaient une bière assez légère et qui n'était certainement pas aussi forte que celle que lord Jeor possédait, mais qui se laissait boire. Elle avait enfin l'occasion d'en consommer selon ses envies sans que sa mère ne soit derrière elle pour la rappeler à l'ordre à tout bout de champ en prétextant qu'une dame se devait de boire de l'eau ou du vin. Ils pénétrèrent dans le bâtiment déjà bondé de monde qui cherchait une zone d'ombre pour éviter de devoir griller sous le soleil caniculaire de Port-Réal, puis la Mormont sélectionna une table qui retenait son attention : assez éloignée de la foule pour ne pas supporter les rots des soulards, mais sans être totalement isolée pour autant. Ils s'installèrent et patientèrent quelques instants avant qu'une serveuse au décolleté qui en révélait plus qu'il n'en cachait, se présente devant eux en offrant un sourire enjôleur à Jorah. Alysane renifla de manière hostile avant de commander pour eux deux sans laisser la possibilité à son aîné de parler à la serveuse au décolleté avantageux.

     ▬ Deux pintes de bières de ce que vous avez de plus fort. »

     Surprise de l'expression de la jeune femme, celle-ci s'exécuta rapidement en s'éloignant pour aller chercher ce qu'ils désiraient. Alysane la regarda s'éloigner d'une expression peu amène avant de darder Jorah du regard comme s'il était coupable de ce qui venait d'arriver. Alysane ou l'art de reprocher aux gens des choses dont ils n'étaient pas coupables.

     ▬ Arrête ça, je ne sais pas ce que tu fais, mais arrête, elles n'ont que ça à faire, te regarder comme si tu étais un plat qui n'attendait qu'à être consommé ? Elle soupira d'agacement, ne cachant pas sa jalousie et son côté possessif, au final des fois ça lui convenait bien que ses autres sœurs ne collent pas Jorah, ou ça donnerait lieu à des disputes plutôt vives entre elles. Et sinon, qu'est-ce que tu prévoyais de faire d'autre en venant ici ? Tu as entendu dire que les Fer-Nés attaquaient l'Ouest ? J'avais bien envie d'aller faire un tour là-bas pour voir ce que ça donnait, pas toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 11 Juil 2011 - 22:51

Il avait grandement apprécié le regard qu'ils avaient échangés... Comme quoi des fois les mots n'étaient pas nécessaires pour cette jeune femme qui pourtant se distinguait par sa langue bien pendue. Elle ne put s'empêcher de faire une remarque sur son envie d'aller à la taverne, remarque qui fut suivie d'une autre, sur un sujet qui capta l'attention de Jorah et lui fit esquisser malgré lui un sourire, le quartier des filles de joies... Il se promit mentalement d'aller y faire un tour dès qu'Alysane avait le dos tourné, elle l'avait tenu en laisse pendant toutes ces années sur l'île aux Ours, ne tolérant que quelques passades avec quelques filles qu'elle avait bien voulu laisser approcher. Il espérait qu'elle n'avait pas relevé ce sourire qui ne s'en allait pas de son visage.

Elle ouvrit la porte lui ordonnant de s'habiller pour ne pas faire tomber comme des mouches les serveuses. Il passa rapidement sa tunique de coton noir, attachant rapidement ses armes dans son dos et sortit de la pièce, laissant Alysane fermer derrière eux. L'aubergiste annonça que sa chambre serait prête le soir même, Jorah inclina rapidement la tête pour signaler son accord et se dit que, de toutes façons, Alysane ne le laisserait sans doute pas dormir dans le couloir, de peur de voir qu'une ou deux serveuses auraient pu le rejoindre et l'inviter à dormir avec elles. Quand ils sortirent dehors, le chape de chaleur tomba sur le pauvre Jorah dont le corps répondit immédiatement en devenant d'une moiteur sans précédent. Ils évitèrent les chariots, les badauds et arrivèrent enfin à une taverne que sa chère sœur semblait affectionner.

Là, ils s'installèrent tant bien que mal à une table, Jorah posa ses armes sous la table, ses pieds gardant les lames près de lui. Il avait senti les regards sur eux dès qu'ils étaient entrés dans le bouge. Alysane commanda rapidement deux pintes de bières, la plus forte qu'il possédaient, Jorah doutait qu'elle égale celle que Lord Jeor leur servait au foyer familial. Ils attendirent quelques minutes au milieu des cris et des rires quand la serveuse, qui avait ma foi un fort charmant minois se présenta à eux, une pinte dans chaque main le sourire aux lèvres, enfin le sourire, il était plutôt adressé à lui qu'à sa sœur. Il ne l'avait même pas entrevue quand elle avait commandé et ne put la détailler des yeux que quand elle revint. Son examen fut soudainement interrompu par un reniflement énervé de sa sœur qui prouvait qu'elle avait bien eu raison de lui demander de s'habiller quelque peu pour l'occasion. Elle venait de l'accuser de quelque chose qu'il n'avait pas fait. Il attendit qu'elle pose rapidement les pintes sur la table avant de répondre à ses accusations.

« Soeurette... Qu'ais je fait selon toi ?... Tu l'as bien vu, je n'ai ni parlé ni bougé, j'avais trop peur du molosse assis en face de moi voyons... me faire émasculer en pleine taverne me semble fort mal venu... »

Il empoigna la pinte et laissa le liquide couler lentement dans sa gorge. Sur l'île aux Ours il ne buvait pas souvent, Lady Jorelle désapprouvant totalement le fait qu'il puisse toucher à de l'alcool. Il se souvint de quelques fois, où parti chasser avec Jeor, celui ci avait emmené de l'alcool ou de la bière et où ils buvaient ensembles dans les bois de l'île. Il avait pour réputation de bien tenir l'alcool, les rares fois où on l'avait vu dans la taverne de l'île aux Ours, il n'y avait qu'une fois où il avait quasiment dû ramper pour rejoindre sa couche, il avait tuer son premier ours et l'avait fêté dignement cela avec les habitants de l'île. Il finit totalement la pinte et la posa dans un soupir de soulagement alors qu'Alysane terminait son rapport sur ce qu'elle avait entendu de la région. Ainsi donc les Fer-Nés attaquaient, il n'en savait rien.

« Je ne savais pas que les Fer-Nés étaient passés maintenant à l'offensive... Quant à aller là bas... Pourquoi pas mais pas maintenant, comme tu le soulignais je viens seulement d'arriver, pas comme toi, donne moi le temps de m'acclimater. »

Il essuya ses lèvres et sa barbe d'où s'échappaient quelques gouttes de bière.

« Je ne suis venu ici que pour te retrouver Soeurette... Si il y a quelque chose de remarquable ici alors je compte sur toi pour me le montrer... » Il lui fit un clin d’œil « Même si je sais qu'il y a un quartier que tu ne me montreras pas et que je devrais découvrir par mes propres moyens à ce que j'ai cru comprendre... » Un léger rire passa ses lèvres, il aimait tellement la taquiner.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 12 Juil 2011 - 11:55

     Jorah répliqua à ses accusations infondées, elle attrapa la pinte qui lui était destinée tout en l'écoutant d'une oreille distraire, déclarer qu'il n'avait rien fait avant de parler d'un molosse assit à la table. Elle s'accorda une gorgée avant de planter son regard dans le sien, à la fois amusée et faussement vexée par la situation.

     ▬ Est-ce que c'est moi que tu traites de molosse, ou ta future prétendante mon cher frère ? Je ne compte pas t'émasculer si ça te rassure, j'aimerais beaucoup avec des neveux et des nièces pour tout te dire. »

     Le seul problème étant qu'elle considérait que Jorah était incapable de choisir la bonne femme, elles étaient toutes trop stupides, pas assez bien pour lui, chaque fois qu'il posait son regard sur une représentante du sexe faible, Alysane lui trouvait tous les défauts du monde. Le rôle de la sœur agaçante lui seyait à merveille. Alors qu'elle s'accordait une nouvelle gorgée du liquide ambré, Jorah en vint au sujet des Fer-Nés, visiblement il était autant au courant qu'elle lors de son arrivée à Port-Réal. Dans le Nord les nouvelles tardaient généralement à venir, surtout sur l'île aux ours, il n'était pas rare qu'ils ignorent des faits importants pendant plusieurs semaines. Même lors de son voyage jusqu'à Port-Réal la combattante n'avait rien appris de plus, il fallait dire qu'elle ne prenait pas trop le temps de se lier avec les personnes qui fréquentaient les bouges où elle passait la nuit, question d'instinct de survie oblige. Alors qu'elle reposait la choppe sur la table, la Mormont se retrouva avec de légères traces brillantes sur les lèvres, elle ne savait même pas boire proprement, voilà que ça lui donnait l'air d'un sanglier avec des défenses. La jeune femme essuya le tout du revers de la main avant de reporter son attention sur Jorah pour constater qu'il semblait aussi doué qu'elle en la matière. Un sourire d'amusement se plaqua sur ses lèvres tandis qu'il poursuivait en expliquant qu'il était venu ici pour la retrouver avant de la titiller sur le sujet sensible des femmes. Elle fit mine de serrer les dents avant de lui donner un coup de coude dans les cotes, lâchant un râle agacé qui attira quelques regards étonnés sur eux, mais qui se détournèrent rapidement.

     ▬ Et bien crois-mi ou non mon cher, mais j'ai déjà été dans ce quartier en poursuivant un gamin qui avait essayé de me dérober ma bourse ! Je suis tombée sur des prostituées, j'ai même parlé avec l'une d'elle, une jolie fille d'ailleurs, je lui ai dit qu'elle ferait mieux d'apprendre à ne pas fermer sa bouche devant les hommes plutôt que d'écarter les cuisses. Elle ne s'est pas vexée et elle m'a même répliqué que je devais me mêler de mes affaires. »

     Il était vrai que sa rencontre avec Maerie avait été plutôt.... Spéciale, Alysane n'avait pas sa langue dans sa poche, mais visiblement ce n'était pas non plus le cas de la prostituée. Celle-ci lui avait expliqué qu'elle n'avait pas le choix et n'avait pas choisi ce métier parce qu'elle en avait envie, mais bien pas obligation. La Mormont était le type de personne qui croyait que la manière dont on naissait ne déterminait pas la personne qu'on devenait. Elle était née lady, aujourd'hui elle était considérée comme un homme d'armes, Jorah était bâtard, il était devenu le maître d'armes de l'île aux ours, elle espérait franchement que tout cela s'améliorerait encore, qu'elle échapperait au mariage forcé et que lui deviendrait un Mormont à part entière. Elle fut heureuse que son frère ne lui fasse pas remarquer que combattre des Fer-Nés était une chose dangereuse, si elle en avait parlé avec Maege, celle-ci aurait très certainement joué les moralisatrices, comme son rôle de grande sœur le lui demande en fin de compte. L'avis de Jorah était très important pour la jeune femme, s'il lui avait déclaré qu'elle n'était pas prête à se battre pour de bon, cela l'aurait grandement ébranlée, même si elle n'aurait pas lâché prise pour autant. En fin de compte, Jorah était le seul homme qui comptait pour elle. Elle glissa ses mains autour de la pintes tout en parlant, oscillant du regard entre le liquide de la pinte et le visage de son aîné.

     ▬ Je n'ai appris pour les Fer-Nés que lorsque je suis arrivée en ville, j'avoue qu'auparavant, je n'en avais pas entendu parler. On dit que de nombreux combattants vont vers l'Ouest pour aider à défendre les villages. Je crois que ça serait vraiment l'occasion pour moi de voir de quoi je suis capable, enfin, si l'on ne refuse pas de me laisser me battre. Tu crois qu'ils pourraient me repousser parce que je suis une femme ? »

     Elle haussa légèrement les sourcils d'un air interrogateur en portant son attention sur Jorah. Après tout, si elle avait été acceptée par pratiquement tout son entourage, ce n'était peut-être pas de même pour les autres combattants. Une idée germa soudain dans son esprit, elle rigola légèrement avant de boire une nouvelle gorgée du liquide alcoolisé, puis de reprendre.

     ▬ Au pire des cas, je me rase le crâne et je me fais passer pour un homme, ça ne sera pas très difficile vu le nombre de fois où l'on m'a prise pour un homme ici. Les braies qu'elle portait y étaient pour beaucoup, de plus elle n'avait pas une forte poitrine et mis-à-part ses hanches que sa mère taxaient d'idéales pour enfanter, elle n'avait rien d'une femme. Enfin, c'est encore loin, maintenant que tu es là je pourrai effectivement te faire visiter les environs. Je ne connais pas tout comme ma poche, mais il y a beaucoup d'endroits qui méritent le détour. Il y a de très bons forgerons, même l'un d'entre eux qui peut forger l'acier Valyrien ! Malheureusement tout est très cher pour ma bourse, et j'ai ce qu'il faut d'un autre côté. Dis-moi, tu as déjà vu le Donjon Rouge de loin ? »

     Elle avait déjà contemplé Fosse-Dragon qui était – de son avis – le bâtiment le plus impressionnant de tout Port-Réal. Mais il fallait avouer que le fait d'être originaire du Nord la rendait un peu perplexe, elle préférait largement l'architecture de sa région natale, en parlant notamment de Winterfell puisque la maison des Mormont n'était pas vraiment une demeure digne de ce nom. Toutefois, c'était toujours intéressant de dire qu'on avait vu tout cela si l'on avait mis les pieds dans la ville du Roi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 12 Juil 2011 - 14:28

Jorah se retourna écoutant Alysane pour héler la serveuse et commander deux nouvelles pintes de bière. Ainsi donc elle n'avait pas résisté à faire part de son opinion à une prostituée. Jorah allait de découvertes en découvertes, Alysane était vraiment impayable mais apparemment la jeune femme qui lui avait fait face avait au moins une langue aussi bien pendue. Il ne retint pas le nom mais retint tout de même que sa sœur la considérait comme jolie, chose qui n'était pas aisée quand on connaissait Alysane. Il se fit mentalement la remarque de passer tout de même dans ce fameux quartier. Il ne lui en parla pas plus, le coup qu'il avait reçu dans les cotes lui suffisait amplement.

« Tu as décidé d'aller combattre les Fer-Nés alors... »


Il eut une expression amère, il ne voulait pas apprendre un jour qu'on avait tué sa sœur sur le champ de bataille. Il imaginait déjà la scène et son poing se serra, ses yeux fichés sur la personne d'Alysane. Cela ne pouvait être, aussi il articula lentement d'un ton grave, l'ombre caractéristique de son visage grandissant.

« Ma sœur... Je pourrais très bien t'interdire d'y aller mais je sais qu'à la fin... tu y irais quand même... Aussi je te demanderais plutôt... » Il attrapa sa main la serrant dans la sienne, cette main qui portait encore la cicatrice qu'Alysane lui avait faite quand ils étaient venus à Winterfell. « … De m'emmener quand tu décideras de faire ce voyage... » Ses yeux sombres se logèrent dans les siens.

Il ne s'épanchait pas souvent en sentiments et demeurait souvent fermé aux autres, mais pas quand il s'agissait d'Alysane. Elle était la seule qui avait percé cette carapace que son enfance avait forgée. Il reprit sur son ton un peu plus léger adoptant une expression neutre.

« Mais en tous cas les Fer-Nés auront un sang d'encre a se faire, même si tu as du mal avec les armes un peu plus fines, à la hache tu sais parfaitement couper des têtes Soeurette... »

La serveuse apporta de nouveau des bières et ce fut Jorah qui régla l'addition. Il ne manqua pas de noter une nouvelle œillade de celle ci à son intention et eut un sourire pour elle la remerciant de sa promptitude. Il avança la pinte vers Alysane même si celle ci n'avait pas fini la sienne dans un sourire désolé pour ce moment avec la serveuse, il savait qu'il allait encore prendre cher. Il reprit se détendant légèrement sur le ton de la conversation.

« Je pense qu'au vu de tes performances les hommes qui auront besoin de toi ne vont pas faire la fine bouche sur tes restes de féminité Soeurette... Ca durera quelques jours voire quelques semaines mais sans plus... Face à une menace, la plupart des contrariétés comme celles ci passent à la trappe. »

Elle le rassura en disant que de toutes façons tous ces événements n'était pas pour maintenant et lui parla de lui faire visiter la ville. Quand elle lui parla d'un endroit où on forgeait l'acier Valyrien, ses yeux s'éclairèrent. Il imaginait déjà les lames qui venaient de cet acier, on lui en avait longtemps parlé mais il n'en avait pas vues énormément et encore, il n'était même pas sûr qu'on lui avait dit la vérité et qu'elles étaient vraiment en acier Valyrien. Quant à l'entretien de ses armes, il était ma foi amplement satisfait de celles que Père lui avait données et les entretenait chaque soir avec le même zèle que quand il les avaient reçues.

Elle lui parla du Donjon Rouge et lui demanda si il l'avait déjà vu. Il est vrai qu'il l'avait entraperçu de loin mais ne s'y était pas tellement attardé, il avait d'abord souhaité revoir Alysane avant d'entamer quoi que ce soit mais maintenant que ceci était chose faite, il était vrai qu'il aurait aimé voir la cité.

« Et bien montre moi ce qui vaut la peine d'être vu Alysane... »

Soudain, un jeune garçon fit irruption dans l'auberge et demanda à la serveuse qui venait de les servir où se trouvaient « la barbare du Nord et la personne l'accompagnant ». La jeune femme les désigna du doigt mais il préféra laisser le message à la jeune femme, prétextant que la barbare lui faisait peur. Aussi ce fut la serveuse qui, penaude, vint leur annoncer la nouvelle. Le garçon venait de l'auberge où Alysane résidait et murmura quelques mots empressés.

« Je suis désolée ma Dame et Messire, mais on vient de m'informer que la chambre que vous vouliez pour ce jeune homme n'a pas pu être libérée... Mais qu'une couche a été installée dans votre chambre... Apparemment vous n'allez pas avoir a payer plein pot... »


Jorah écouta ce qu'elle avait à dire et tourna ses yeux vers sa sœur. Cela ne le dérangeait pas plus que cela d'être obligé de dormir sur une paillasse à ses pieds. Restait à savoir si elle cela la dérangeait ou pas. Il prit une gorgée de bière et congédia la serveuse avant de marmonner à sa sœur.

« Ca fera comme au bon vieux temps... et en plus », il sourit, « ca fera toujours un homme à dormir à tes pieds Soeurette ! C'est pas tous les jours qu'on a ça... » Il termina sa pinte et dans un soupir ajouta. « Moi ça ne me dérange pas... Si en plus on paie moins cher, a moins que tu n'en aies pas envie... »

Qui sait elle avait peut être des projets avec ce chasseur, ce Torben, à la simple pensée et évocation de son nom, Jorah renifla comme Alysane avait l'habitude de faire, son visage devint comme si on avait placé quelque chose de puant et rance juste sous son nez alors qu'il l'imaginait en train de tourner autour de sa sœur. Autant pour les autres filles Mormont cela ne le gênait pas, voire même il s'en fichait, mais pas elle...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 14 Juil 2011 - 15:34

     Elle nota un ton de désapprobation dans la voix de son frère alors qu'il répétait son intention d'aller combattre la Sèche. La jeune femme ne bougea pas la tête, regardant fixement le liquide auburn au fond de sa choppe avant qu'il ne reprenne la parole en lui attrapant la main, attirant l'attention de la brune sur lui. Alysane n'était pas vraiment le genre de femme à qui l'on se confiait, pas plus que ce n'était le style à qui l'on faisait des démonstrations de sentiments, ajoutez à cela que Jorah ne parlait presque jamais de ce qu'il ressentait, vous comprendrez aisément la surprise qui s'afficha sur le visage de la jeune femme. Il pouvait lui interdire en effet, mais elle le laisserait un matin en prétextant aller chercher à manger pour ne plus revenir avant d'avoir combattu les Fer-Nés, il la prenait par les sentiments, sachant très bien que la jeune femme n'oserait pas lui désobéir s'il lui demandait aussi sincèrement l'autorisation de l'accompagner. Elle inspira légèrement avant de froncer les sourcils, puis détourna le regard pour hausser légèrement les épaules avant de rétorquer d'un ton qui exprimait son agacement de s'être fait avoir de la sorte, mais la satisfaction de savoir qu'il l'accompagnerait là-bas.

     ▬ Soit ! Tu as gagné, nous irons là-bas ensemble dans ce cas, je ne peux pas te le refuser après tout. Elle esquissa alors un sourire amusé. Torben le chasseur sera là-bas, au moins tu pourras le rencontrer comme ça. »

     Toujours une parcelle de provocation, elle n'avait pas l'intention de faire quoi que ce soit à ce malheureux chasseur, mais la tentation d'embêter Jorah était trop forte, elle s'occuperait de le rassurer le moment venu de toute manière. Alysane s'en voudrait que son frère parte avec une mauvaise opinion de Torben en tête alors qu'il avait fait preuve d'un très grand respect à son égard. Elle comptait bien trancher quelques têtes, bien qu'elle doutait que sa force soit suffisante pour réussir à tuer un Fer-Nés aussi aisément, ils étaient réputés pour être d'excellents combattants après tout, du moins aussi motivés que les Nordiens ou les sauvageons ce qui n'était pas peu dire. La serveuse arriva une nouvelle fois et décrocha un regard toujours aussi appuyé à son frère tandis que la brune l'assassinait littéralement du regard, encore une incartade de la sorte et elle ne pourrait plus sourire, où alors sans dents pour l'orner. Au lieu de critiquer Jorah, elle lui colla un coup dans l'épaule, assez fort pour qu'il le sente passer et éventuellement se retrouve avec un bleu pour les jours à venir. Bien fait pour lui, il l'avait cherché. Puis il joua son rôle de grand-frère en la rassurant sur son utilité au front, il était fait qu'ils ne risquaient pas de faire les difficiles si l'on voyait les Fer-Nés débarquer aux portes, de plus elle avait encre la fougue et l'inconscience de la jeunesse, il était aisé de l'envoyer en première ligne sans qu'elle ne proteste. La jeune femme hocha la tête sans se départir de son sourire amusé.

     ▬ Tu as raison, puis sinon je menacerai de me battre du côté des Fer-Nés s'ils refusent de me prendre avec eux, ça devrait avoir son petit effet aussi je crois. »

     Elle n'était pas sérieuse, ça serait la peine de mort immédiate si jamais elle osait dire une telle chose, Alysane était une grande bouche, mais pas une idiote. Alors qu'il lui déclarait qu'elle pourrait lui faire visiter la ville, un jeune garçon entra et attira leur attention, la Mormont grimaçant en s'entendant taxée de barbare, mais ne fit rien. Finalement il s'enfuit et la serveuse s'approcha d'eux pour leur annoncer que la couche n'avait finalement pas été libérée et que Jorah devrait partager sa chambre. Elle avala une gorgée sans répondre avant que son frère ne la congédie – sans regard aguicheur cette fois-ci – puis lui lâche quelques boutades avant de lui demander si cela pouvait la gêner. Elle haussa légèrement les sourcils avant de planter un regard amusé dans celui de son frère puis lui répondit en souriant de toutes ses dents.

     ▬ Crois-tu que je puisse avoir pour projet d'inviter quelques chevaliers ou pauvres bougres à visiter ma couche Jorah ? Tu te fourvoies mon cher, la seule chose qui m'intéresse chez eux, ce sont leurs armes et je parle de celle dans leur fourreau et pas ailleurs. L'idée de pouvoir profiter d'un homme d'une autre manière ne l'intéressait absolument pas. Elle préférait largement la compagnie de sa hache à celle d'un boulet qui ne la laisserait pas en paix. Ça me va tout à fait, j'avais songé à te le proposer au début, mais je craignais que tu n'imagines que je ne devienne une rapiat en arrivant ici, au moins ça nous économisera quelques pièces. Puis au pire, on s'imaginera que tu coures la barbare et ça m'évitera d'avoir à décourager les prétendantes. »

     Affichant un air goguenard, elle termina de boire sa seconde choppe avant de s'essuyer la bouche du revers de la main, puis elle planta son regard mordoré dans celui de Jorah avant de lui faire signe de la suivre pour qu'ils aillent visiter les environs. Une fois dans la rue, la chaleur leur tomba dessus comme une chape de plomb et elle plissa les yeux, quelque peu éblouie avant de se mettre à marcher en direction du Donjon Rouge. Ils passeraient par des petites ruelles qui donnaient sur les devantures de quelques marchands d'armes et forgeron, de quoi satisfaire doublement leur curiosité. Alors qu'ils marchaient, elle reprit la parole, encore une fois capable de lui dire des choses qu'elle n'avait pas encore abordé, difficile de savoir où elle cherchait tous les ragots qu'elle débitait.

     ▬ Oh, d'ailleurs, te souviens-tu, lord Beron avait parlé de son frère, Ulrik Stark, c'est le garde royal dont je t'ai parlé avant. Il a aussi des magnifiques épées, pas en acier Valyrien certes, mais l'une d'elle était toute bleue et brillait magnifiquement au soleil ! Il m'a même laissé la toucher et la prendre en main, je le trouve bien plus apte à capter l'attention que ses frères ! »

     Elle ricana légèrement, lui montrer des armes avait bien plus d'effet pour elle que tout le reste.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 14 Juil 2011 - 19:30

Elle avait réussi à détourner ce « léger » désagrément de chambrée en quelque chose à son avantage. Sacrée Alysane, toujours à trouver un intérêt partout. Il eut un sourire entendu, sur certains points elle ne changeait pas de quand elle était petite. Elle en profiterait pour le surveiller de ce fait et ne rechignait pas sur le fait de faire des économies. Il savait qu'elle n'avait que moyennement apprécié son épanchement de sentiments qu'il venait de lui jeter à la face. Mais le sujet était grave... et quand il s'agissait de la vie d'Alysane, Jorah laissait tomber la plupart des barrières qu'il se fixait. Impossible pour lui d'imaginer ne plus avoir droit à son visage le matin alors qu'elle le secouait violemment le matin.

Elle parla de Torben, une nouvelle fois, ce qui fit naître un rire jaune dans la gorge de Jorah tentant de masquer ceci par un sourire qu'il voulait aussi vrai que possible. Il se doutait bien que mettre autant d'insistance dans ses paroles pour parler de lui ne ressemblait pas à Alysane. Si elle s'était entichée de lui alors elle aurait été plus économe en paroles, même avec lui. Il savait que les Fer-Nés étaient des combattants hors pair, il savait leur cruauté sans limite aussi il préférait nettement accompagner sa sœur, histoire de la protéger d'eux, mais aussi d'elle même... Jorah savait qu'Alysane pouvait parfois agir de façon irréfléchie et se laisser emporter, certes cette attitude avait gagné en tempérance au fil des ans, mais Jorah n'excluait pas cette possibilité.

Toujours est il qu'elle avait une bonne envie de tuer la serveuse aussi Jorah fut rassuré quand elle proposa de sortir, avant de quitter la taverne, Jorah glissa une pièce dans la main de la pauvre serveuse qui venait de passer un sale quart d'heure en leur présence. Elle eut un mot de remerciement et lui envoya un baiser du bout des doigts auquel il répondit par un clin d’œil quand sa sœur avait le dos tourné. Il était en train de rattacher ses armes, bouclant la lanière de cuir sur son torse quand il sortit, la chape de chaleur lui tomba sur la tête, déclenchant de nouveau un phénomène de sudation sur sa peau. Tout le bénéfice de la bière était perdu. Il se laissait faire, fendant la foule dans le sillage de sa sœur qui avait l'air de savoir parfaitement où elle allait. Et elle avait bien choisi son chemin, ils firent tous le quartier des forgerons histoire qu'Alysane se rince l’œil. Il repéra lui aussi quelques belles pièces mais était entièrement satisfait de ce que Jeor lui avait donné, il n'aurait jamais pu espérer de plus belles armes. Des armes avec un nom, c'est ce qui leur donnait une âme, une valeur.

Il se souvenait du moment où ils étaient venus chez les Starks, moment qui avait été intéressant du reste, même si ils avaient réussi à excéder Jeor en s'entraînant dès l'aube dans la cour de Winterfell. Ca avait failli mal se terminer, il avait eu le réflexe de tout prendre sur lui pour protéger Alysane. Mais là n'était pas la question, cela s'était terminé. Il se souvenait bien sûr de Beron, Seigneur de Winterfell qui s'était joué un temps de sa sœur avec sa complicité. Il se souvenait également qu'il avait mentionné son frère, Ulrik.

« Ainsi donc c'était lui qui voulait embrocher ta tête au bout d'une pique... Il avait tout à fait cerné ta personnalité Soeurette... Tu avais promis de l'embrocher parce qu'il t'avait traitée de barbare? » Il eut un léger rire.

Il écoutait Alysane parler de la lame alors qu'ils avançaient vers le Donjon rouge, Jorah écoutait sa sœur parler avec une certaine fascination. Un sourire naquit sur son visage, si il y a une chose qu'il avait bien pu lui communiquer c'est son amour des armes. Après tout c'était la seule occupation qu'on lui avait laissée avoir quand il était enfant, la seule chose qu'il avait essayé de transmettre à la sororité Mormont mais seule Alysane avait été réceptive. Cette lame était on ne peut plus intéressante, il nota dans un coin de son esprit les caractéristiques pour s'en souvenir plus tard.

Ils avançaient toujours sous la chaleur cuisante, se faisant héler par des badauds puis soudain, au détour d'une rue, il le vit, le donjon rouge. Le bâtiment était impressionnant, il leva les yeux pour le regarder malgré le soleil, ce qui eut pour effet de faire gémir sa nuque. Il prit quelques minutes pour l'observer à loisir. Là, perché sur la colline, il semblait dominer toute la ville.

« Je me demande si tout ce qu'on raconte à son sujet est vrai... »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 15 Juil 2011 - 18:47

     La jeune femme regarda Jorah d'un air amusé lorsqu'il présuma – de manière erronée – que c'était Ulrik qui était responsable de la menace dont elle lui avait fait part juste avant. Oh, certainement pas, il avait même été étonnamment poli avec elle, la combattante s'était attendue à tomber sur un rustre ou un homme qui goûtait le même humour que son frère aîné, mais ça n'avait pas été le cas, au contraire même. Ser Ulrik avait fait preuve d'une « gentillesse » qu'elle avait apprécié à juste titre, touchée par le fait d'avoir été autorisée à tenir Croc dans sa main, elle se flouait peut-être un peu. De plus, il avait été le premier à accepter qu'elle combatte contre lui, même à le lui proposer, les autres chevaliers refusaient d'avoir le moindre contact avec elle, que ce soit pour la combattre – parce qu'elle était une femme – ou pour lui faire la cour – parce qu'elle n'entrait pas dans leurs standards de beauté – il avait donc toute son estime ! En fin de compte, avec Torben, il était la seule bonne rencontre, si l'on exceptait la fin de celle avec le Lord Commandant. La brune secoua la tête avant de ricaner légèrement d'un rire rauque qui tranchait avec son statut de lady, mais convenait parfaitement à son physique de guerrière.

     ▬ Bien sûr que non ! Ser Ulrik a fait preuve d'une gentillesse très prévenante à mon égard, je n'en dirais pas autant des autres Stark. Elle plissa légèrement le nez, la petite « farce » de lord Beron ne s'était pas pas encore faite oublier. Non, c'est le Lord Commandant qui a menacé de me planter la tête sur une pique, parce que j'avais pris à partie une noble qui m'avait traitée de barbare. Elle était allée se cacher derrière son chevalier servent, tu te rends compte ? Ser Ulrik a bien raison de dire que les habitants de Port-Réal ne sont que des moutons, ils sont tout simplement risibles. »

     Ils arrivèrent alors en vue du Donjon Rouge, la jeune femme qui l'avait déjà vu plusieurs fois ne ressentait plus la même fascination, mais elle patienta le temps que son frère puisse le contempler avant de lâcher quelques mots plutôt flous. Alysane l'observa un moment avant de froncer les sourcils, cherchant quelque part dans son esprit les relents d'un cours qui aurait été dédié au Donjon Rouge. Après quelques instants, elle haussa les épaules en affichant une légère moue dubitative, on racontait beaucoup de choses, difficile de prêter foi à tout ce qui se disait ! Après tout combien de fois avait-elle entendu des voyageurs lui demander s'il était vrai que les Mormont vivaient parmi les ours comme s'ils étaient des membres de leur famille ? La jeune femme avait d'ailleurs tiré une fourrure de son épaule pour la montrer aux curieux en leur demandant s'ils portaient souvent des peaux de leur famille sur leurs épaules. Après cela, on ne lui avait plus posé la moindre question au sujet des rumeurs qui circulaient sur sa famille, où alors ils en parlaient dans son dos.

     ▬ Tu penses à quelle rumeur ? Que le Roi aurait tué tous les responsables de cette construction pour que personne n'en connaisse les secrets ? Je pense que c'est possible, après tout c'est un Targaryen, ils ne sont pas vraiment réputés pour leur sens logique. »

     Il était vrai que les Targaryen, à force de se marier entre frères et sœurs finissaient par avoir quelques problèmes mentaux, bien que cela avait été endigué avec le mariage du Roi avec la Princesse de Dorne. On disait d'elle qu'elle était d'une grande beauté, mais Alysane n'en avait cure au final. Elle laissa un sourire prendre place sur ses lèvres avant de regarder Jorah, puis de jeter un coup d'œil autour d'elle pour s'assurer qu'il n'y avait pas de sympathisant du Roi dans les parages qui aurait pu juger que le fait de parler de la famille royale de la sorte était un sacrilège. Elle ne voulait vraiment pas finir dans le geôles du Donjon Rouge et ne jamais plus revoir son Nord natal. La lady reprit la parole d'un ton satisfait.

     ▬ J'ai été dans la cour du Donjon Rouge d'ailleurs, avec ser Ulrik lorsqu'il m'a proposé un petit combat pour m'estimer, nous sommes allés là-bas pour ne pas être dérangés, c'était plutôt sympathique, même si je préfère m'entraîner avec toi au final. »

     Elle se détourna et commença à faire quelques pas pour s'éloigner avant de tourner la tête pour vérifier qu'il la suivait bien, Jorah avait souvent la chance d'avoir quelques « compliments » de la part de sa sœur qui n'était pas du genre à en faire à tout bout de champ. Mais elle les dissimulait généralement plutôt bien et il fallait avoir une certaine expérience de son comportement pour les détecter parmi la foule d'inepties et de choses peu intéressantes qu'elle débitait. Ils poursuivirent donc leur marche, le port n'était pas très loin puisqu'elle était tombée sur Torben qui vendait ses peaux là-bas, en suivant une ruelle qui partait de cet édifice. Ils bavardèrent de choses et d'autres, bien que la foule était assez bruyante et ne permettait pas facilement de converser en toute quiétude, puis leurs pas les menèrent non loin des étals qui s'étendaient sur le port. Une forte odeur de poisson arriva au nez de la guerrière qui plissa légèrement les yeux comme si cela pouvait l'empêcher de sentir. Elle préférait très nettement la viande, c'était étrange de voir autant de poissons alors qu'il était rare autour de l'île aux ours - ou généralement dévoré par les ours justement - puis ils s'avancèrent vers les différents étals et la jeune femme commença à observer les environs. Rien de bien intéressant, quelques stands d'armes qu'elle regarda juste pour le plaisir, puis elle s'arrêta devant celui d'un voyageur qui proposait visiblement plusieurs sortes de bourses ou de contenant pour les grands voyageurs. Alysane se tourna vers Jorah avec un sourire.

     ▬ Te faut-il quelque chose mon frère, un cadeau d'une sœur à son frère, après tout je te dois bien quelque chose pour toutes les années de souffrance que je t'ai fait subir tu ne crois pas ? Il ne te manque rien pour nos futurs voyages ? Je ne te préviens, je ne veux pas avoir à te prêter ma pierre à aiguiser alors réfléchis bien ! »

     Elle plaisantait, Alysane lui prêterait tout ce qu'il faudrait pour que son frère puisse ne pas être dans le besoin, mais c'était une excuse comme une autre pour qu'il ne refuse pas une proposition faite. De plus, ils avaient économisé le prix d'une chambre après tout, ils pouvaient bien se permettre quelques dépenses en plus n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 16 Juil 2011 - 12:43

« Tu pourrais au moins me dire ce que Ser Ulrik a pensé de toi quand tu l'as combattu Soeurette. Histoire que je sache si ce que j'ai fait de toi est bien vu par les hommes d'armes d'ici. »

Il s'arracha à la contemplation du bâtiment pour regarder sa sœur et vit qu'elle commençait déjà à s'en aller. Il mit quelques minutes a retrouver une vision normale, ayant fixé le soleil trop longtemps et emboîta tant bien que mal le pas à Alysane. Alors qu'ils marchaient dans les ruelles, toujours sous un soleil de plomb qui avait depuis longtemps trempé et la chemise de coton et les cheveux de Jorah, il prit la parole.

« Il est vrai que les Targaryens ont une tendance à la consanguinité qui n'est même plus à démontrer... Je vois bien leur dirigeant les tuer sans préavis... Cela doit sans doute être vrai... Hem ! Quelle odeur ! »


L'odeur de poisson lui entra violemment dans le nez, telle une claque, il fallait souligner que dans le Nord ils n'étaient pas habitués. Ils avaient beau habiter sur une île, poisson et pêche n'était pas vraiment légion chez eux. Jeor préférait la viande et il n'y avait que Lady Jorelle pour servir par moments du poisson à leur tablée. Il plissa le nez, tentant de penser à autre chose qui pourrait le soustraire à l'odeur. Alysane était déjà en train d'examiner l'étal d'un marchand qui proposait divers produits à l'achat. Déjà il entendait son ton railleur lui proposer de lui acheter quelque chose et refusant définitivement le prêt d'objets qui lui appartenaient. Il était vrai certes que son pauvre sac avait rendu l'âme durant son voyage, mais il ne jugeait pas utile que ce soit Alysane qui lui en offre un nouveau.

« Allons Alysane... Tu n'as pas à m'offrir quoi que ce soit, après je me sentirais obligé de faire de même... » Il eut un sourire moqueur. « Même si je sais que pour toi, m'avoir à tes côtés dans ta chambre est déjà un présent fort délectable pour toi, tu n'auras que peu de route à faire pour me réveiller à ta manière que j'affectionne tant. »

Il vint juger des contenants que le marchand proposait et les reposa, une lueur d’intérêt dans le regard puis se tourna vers sa sœur.

« Si tu tiens tant à m'offrir quelque chose alors je ne te dirais aucun indice sur ce que j'aimerais. Je préfère être... surpris. »


Il eut un léger rire et se dirigea vers un autre étal qui vendait toute sortes de choses, cela allait des armes aux bijoux en passant par une infime quantité d'épices. Jorah s'approcha, histoire d'en humer un peu pour se débarrasser de l'odeur de poissons. Une forte odeur de musc vint lui frapper les narines, le débarrassant totalement de l’infâme odeur précédente. Il examina pendant quelques temps différents étals, ne s'occupant pas d'Alysane. Il se doutait bien qu'elle le retrouverait quand elle aurait besoin de lui, continuant ses pérégrinations, il finit par se trouver au bout du Port, sur la jetée.

Il avait marché longtemps en regardant ses pieds et bousculant les gens qui lui rendait le passage ardu, mais désormais, là où il se trouvait, il ne voyait que l'immensité bleutée avec quelques parcelles de terre pour encadrer son regard, et là, au milieu de tout cela...

« Quel fier esquif... »

Il fallait dire qu'il n'y avait que très peu de bateaux qui mouillaient dans le Nord, et encore moins vers l'île aux Ours, aussi, Jorah qui n'était pas beaucoup sorti de son île et avait fait le chemin jusqu'à Port Réal par la terre, n'en avait pas vu énormément dans sa vie. Et là, cette vision du bateau dans la baie de Port Réal, était une chose qui obnubilait son esprit en ce moment même. Il entendit sa sœur le rejoindre dans son dos, alors qu'il tentait de graver l'image dans son esprit, quand elle fut arrivée à son niveau il lui posa une question.

« Dis moi Soeurette, as tu déjà pris le bateau ? … Je me demande parfois jusqu'où va le monde... J'ai déjà appris qu'il était loin de se limiter à l'île aux Ours certes.»
Il eut un léger rire.

Les gens du Nord avaient pour réputation de ne pas avoir le pied marin, mais cela n'empêchait pas la fascination. Jorah avait envie de voir l'extérieur et le bateau semblait être le meilleur moyen pour y parvenir. Toutefois, il avait et s'était juré de protéger sa sœur, même si celle ci pensait largement pouvoir le faire seule, il avait toujours tût cette promesse qu'il s'était faite, car il savait que si Alysane en entendait parler, elle l'enverrait sur les roses. Dommage, embarquer sur un esquif comme celui ci aurait été une expérience on ne peut plus intéressante. Il détacha son regard de l'imposante caravelle pour retourner à sa sœur esquissant un sourire. Elle avait bien dû remarquer la lueur dans ses yeux quand il avait regardé le bateau. Il chassa de son esprit les pensées de voyage et d'aventure, pour revenir sur terre.

« Dis moi as tu trouvé ton bonheur dans un étal ? Ne me dit pas que ce soir nous allons manger du poisson je t'en prie... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 17 Juil 2011 - 14:12

     Ce qu'il avait pensé d'elle ? La jeune femme leva les yeux vers le ciel en arborant une expression dubitative, il avait été plutôt agréablement surpris, mais au final cela n'avait pas beaucoup d'importance puisque ce n'avait été qu'un échange de coups entre deux Nordiens, même si l'un des deux portaient la tenue des gardes royaux. La jeune femme haussa les épaules avant d'opter pour une expression soudainement désintéressée tout en lui répondant brièvement.

     ▬ Il a dit que j'avais été très bien entraînée, tu peux donc te sentir comblé mon frère, tu es estimé comme un excellent professeur, même si je te l'ai déjà dit plusieurs fois. »

     Alors qu'ils arrivaient en vue du port, Jorah protesta de l'odeur plutôt forte ce qui la fit sourire, même si la Nordienne restait sensible à cette forte odeur, elle avait eu le temps de s'accoutumer à ce genre d'odeurs depuis son premier passage sur le port. Son regard mordoré parcourut rapidement les environs avant que Jorah ne décline sa proposition de lui acheter quelque chose de convenable. Elle claqua sa langue contre son palais alors qu'il répondait qu'il se sentirait obligé de faire de même, quelle idée, comme si elle pouvait avoir envie de recevoir le moindre cadeau en échange de ce qu'elle pourrait décider de lui donner ! Ce serait comme d'imaginer qu'elle devait lui donner quelque chose en échange des cours qu'il avait donnés aux filles Mormont. Elle secoua doucement la tête avant de ricaner légèrement lorsqu'il parla de la manière dont elle aimait le réveiller, en effet, il n'y aurait qu'un tour sur elle-même et ce serait fait ! La jeune lady ne se laissa pas refuser l'idée de lui offrir quelque chose toutefois.

     ▬ Tu es mon frère, ce protocole stupide ne s'applique pas à nous, puis ta présence me suffit comme tu le dis si bien. »

     Elle observa Jorah observer les sacs de voyage que le marchand lui proposait avant de les reposer pour se tourner vers elle et lui déclarer qu'elle devait se débrouiller pour lui offrir quelque chose qui le surprendrait. Elle le regarda s'éloigner pour observer les étals qui se trouvaient aux environs avant de sourire à son tour, oh, elle pouvait lui proposer les services d'une professionnelle, sûr qu'il serait surpris, mais ce n'était pas le genre de choses qu'elle aimait faire dirons-nous. Alysane le laissa donc s'éloigner avant de reporter son attention sur les sacs qu'il venait d'observer, après tout le sien était totalement inutilisable alors autant lui en prendre un nouveau qui servirait non ? Elle fouilla un peu dans l'étal alors que le marchant lui montrait les avantages de chaque sac en omettant bien évidemment le prix pour ne lui annoncer que lorsqu'elle se serait décidée. Mais ça lui était égal, la jeune femme avait quelques pièces sur elle alors autant en faire profiter quelqu'un non ? Son choix se porta finalement sur un sac de voyage digne de ce nom, solide, il résistait à l'eau - enfin c'est ce que l'homme disait - en raison d'un fond renforcé et durcit avec de la cire d'abeille, puis l'homme lui dressa le pédigrée complet de la bête avant d'être interrompu un peu grossièrement par la jeune femme qui lui demanda le prix. Ce n'était pas donné, mais plutôt que de devoir porter les affaires de Jorah avec elle ou de le voir condamné à glisser le tout dans ses poches, il fallait bien en prendre un nouveau ! La jeune lady paya donc, attrapa sa nouvelle acquisition avant de se détourner de l'homme qui la remerciait en ajoutant un nombre incalculable de courbettes. Alysane trouva Jorah à l'autre bout du port, en train de regarder un bateau avec un intérêt visiblement palpable, elle s'arrêta à ses côtés avant qu'il ne lui demande si elle avait déjà pris le bateau et de déclarer qu'il apprécierait de découvrir le monde. La jeune femme haussa les épaules.

     ▬ J'ai pris le bateau pour partir de l'île aux ours bêta, mais sinon je n'aime pas l'idée d'avoir des bestioles qui nagent sous l'endroit où je marche ! Je préfère largement rester sur le sol, les ours ne sont pas fait pour voyager sur la mer crois-moi. »

     Elle renifla légèrement, l'eau et elle, ça n'avait jamais été une grande histoire d'amour, plutôt étrange pour quelqu'un qui venait d'une île, mais c'était justement là l'explication. La mer était la seule chose qui l'empêchait de voyager à l'époque, si elle avait été sur le terre ferme elle aurait pu s'enfuir de la maison familiale de temps en temps, alors que là non ! Alysane regarda Jorah qui se retourna vers elle pour lui demander si elle avait trouvé son bonheur et elle leva le sac qu'elle venait d'acheter avant de lui coller dans les bras.

     ▬ C'est pour toi ! J'avais songé à t'acheter les services d'une catin au début en me disant que ça te surprendrait vraiment, mais après je me suis dit que si je devais en sélectionner une, je risquais d'en avoir pour des semaines avant d'en trouver une qui puisse convenir et encore c'est un euphémisme. »

     Aucune femme n'était assez bien pour son frère, cela allait de soit, qu'elle puisse payer les services d'une femme pour lui c'était comme de pouvoir imaginer qu'un matin elle allait se décider à enfiler une belle robe et à se pomponner pour trouver un noble qui accepterait de l'épouser et de fonder une famille avec elle. La demoiselle regarda une fois de plus le navire qui avait attiré l'attention de son frère puis elle renifla bruyamment avant de reporter son attention sur lui.

     ▬ Rassures-toi, je déteste le poisson au moins autant que toi, mais je n'aime pas ta manière de regarder cette chose, est-ce que tu aurais la sotte idée de t'engager dans un équipage pour aller voyager ? A part de mouettes et des poulpes, tu ne verras rien d'intéressant sur l'eau mon pauvre, l'action elle se trouve sur la terre et pas ailleurs ! »

     L'idée de pouvoir le laisser filer lui était difficile, il était retombé dans ses filets et elle aurait encore plus de mal qu'auparavant à accepter la séparation. Quoi qu'il en soit, elle haussa les épaules avant de regarder Jorah dans les yeux, maintenant à lui de décider ce qu'ils faisaient, ils pouvaient toujours rentrer à l'auberge si la chaleur du soir tombant était trop intenable.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 17 Juil 2011 - 16:46

Il jeta un regard indulgent au sac qu'elle lui tendait en présent. Au vu de l'état de l'ancien baluchon qui lui avait servi pour le voyage, cela semblait presque couler de source qu'on lui offre un tel cadeau. Jorah le prit entre ses mains, appréciant sa qualité et le savoir faire de l'artisan. Sa sœur avait bien choisi, le produit de toile grise était bien renforcé. Elle fit une plaisanterie sur un autre potentiel cadeau qu'elle aurait pu lui faire, ce à quoi il répondit par une moue amusée.

« Ne te méprends pas, ce sac de voyage durera bien plus longtemps qu'une catin de Port Réal ! De toutes façons de toutes celles d'ici, aucune ne t'aurait semblé tenir la route. Et cela me coûtera moins de pièces d'argent de suroît, je le serrerais dans mes bras lors des nuits froides quand je serais seul et je penserais à toi Soeurette. »

Il lui donna une bourrade sur l'épaule, un léger rire passant ses lèvres. Alysane savait que le remerciement était sous entendu dans cette bourrade, comme dit précédemment, faire étalage de ses sentiments n'était pas toléré entre Mormont. Une remarque salace sur son sac et les filles de joies lui traversa bien l'esprit mais n'atteignit jamais les lèvres, il estimait trop Alysane pour cela. Elle venait de faire la remarque qu'elle avait pris le bateau pour aller de l'île aux Ours vers le continent, mais la coquille de noix n'avait aucun rapport avec celui qui venait de croiser son regard, sinon bien sûr que lui aussi avait déjà voyagé en bateau.

« Je parlais d'un bateau comme celui ci et pas deux planches de bois qui flottent voyons ! »

Elle le gourmanda sur la façon dont il avait regardé ce bateau, supposant qu'il avait à l'idée de s'engager dans un navire. Il fallait dire qu'en effet, il y avait pensé, il avait des fois posé des questions a Jeor sur ce sujet mais il lui avait répondu que, pour le moment, il était appelé à devenir le Maître d'Armes de la maison Mormont et qu'un Maître d'Armes n'avait pas de telles pensées. Et il semblait clair qu'Alysane partageait l'opinion de son père sur la question.

De toutes façons il était clair qu'une option comme celle ci ne se présenterait pas de sitôt, il aurait fallu un capitaine qui propose une offre alléchante, une personne que Jorah apprécie et que sa sœur soit d'accord pour le laisser partir. Elle chercha ses yeux pour le sonder sans doute, laissant un silence gênant s'installer, et de fait, Jorah ne souhaitait pas lui dire qu'il s'était très exactement formulé de telles pensées en voyant l'esquif flotter sur la baie. Il cligna des yeux et se racla la gorge. Le soir commençait à tomber mais la chaleur elle ne diminuait pas. Jorah passa la main dans ses cheveux, enfin ce qui lui servait de cheveux plutôt, étant donné que ses doigts ne rencontrèrent qu'une masse humide et visiblement graisseuse, qui commençait à dégager une odeur de poisson de surcroît. Il se sentait poisseux mais ne désirait pas non plus rentrer tout de suite à l'auberge.

« Sais tu par hasard si quelqu'un pourrait me réparer mon armure, elle a subi les aléas du voyage et du temps et il serait bon que je la répare ou alors je me ferais sûrement embrocher au prochain coup d'estoc qui me sera porté. »

Il fit quelques pas, rebroussant chemin et désireux surtout de se débarrasser de cette odeur de poisson qui commençait à revenir malgré les épices qu'il avait reniflé plus avant. Il enjoigna sa sœur de venir. Et se souvint de quelque chose qu'il aurait du lui parler plus avant mais qu'il avait omis, et ce n'était pas une petite omission.

« Tu te rends compte qu'emporté par la joie de te revoir je ne t'ai même pas dit un seul mot du reste de la famille Mormont. Je manque vraiment à toutes mes politesses, ça fait de moi un bien piètre frère. »

Il continuait d'avancer, repassant devant les étal, se faufilant parmi tous les gens. Jorah cherchait un endroit à peu près calme où ils auraient pu respirer un air plus sain et moins fétide. Il se fit la promesse de sa laver intégralement une fois leur retour à l'auberge. Se faisant, il expliquait la situation de la Maison Mormont à sa sœur.

« Notre père va de moins en moins bien... Sa jambe le réveille de plus en plus et le fait souffrir de plus en plus longtemps, Lady Jorelle pense bien à faire venir le Mestre mais n'est il pas trop tard ? Sinon le reste de tes sœurs se porte bien, avant de partir j'ai terminé l'entraînement de Meera qui se bat maintenant comme toi quand tu avais son âge, même force et même volonté, elle a bien failli me démettre l'épaule ! Quand tu es partie Jorelle à recommencé à me traiter comme si j'avais été un étranger... A croire que tu es le seul lien assez fort pour maintenir des relations familiales convenables... »

Et il disait vrai, Lady Jorelle avait été contente de le voir partir du foyer familial, Jeor avait dit que de toutes façons, avec tous les Mormont formés adroitement aux armes, Jorah pouvait bien quitter l'île aux Ours. Celui ci doutait d'ailleurs que quelqu'un le remplace un jour dans le foyer. Jeor était de plus en plus fatigué, même si il n'en laissait rien paraître, cela devenait d'autant plus dur pour lui de se mouvoir convenablement, heureusement Lady Jorelle s'occupait de lui sans relâche et administrait l'île avec autant de discernement que son mari. A toutes ces pensées, une ombre passa sur le visage de Jorah, transformant pendant quelques secondes son visage en masque de neutralité et de froideur. Masque qui s'envola bien vite alors qu'il posait ses yeux sur sa sœur, n'ayant pas envie de l'effrayer outre mesure il ajouta d'un ton détaché alors qu'ils se trouvaient dans une ruelle pour déboucher sur le centre de la ville.

« Rassure moi tu n'as pas brisé l'arc que je t'avais offert tout de même, emportée par ta fougue barbare, un mauvais geste est si vite arrivé ! »

Il avait mis du temps à trouver le bois le plus souple et solide, les boyaux pour faire la corde, il avait poli et tendu l'arc lui même, histoire de faire à sa sœur de cœur un cadeau qu'elle ne regretterait pas de sitôt. Il savait bien qu'elle en avait pris soin, mais il ne résistait pas à l'envie de la taquiner un peu, une lueur rieuse dans le regard.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 19 Juil 2011 - 13:07

     Alysane ne répliqua pas lorsque Jorah avança le fait qu'un sac de voyage était bien plus pratique qu'une catin, après tout c'était tout à fait véridique et la jeune femme avait du mal à envisager qu'une catin puisse convenir à son frère. Ou plutôt qu'une catin puisse lui convenir pour aller fricoter avec son frère, la Mormont tenait à avoir son mot à dire dans les fréquentations de son frère, bien qu'à son grand regret elle imaginait difficilement pouvoir le surveiller toute sa vie. Après quoi son aîné lui rétorqua qu'il parlait d'un véritable bateau et non du style de petite barque qui naviguait entre l'île aux ours et le continent, la jeune femme afficha un air désintéressé avant de secouer la tête en répondant d'un ton gamin.

     ▬ Un bateau c'est un bateau, l'essentiel c'est que ça flotte sur l'eau, le reste ça n'a aucune importance. »

     Autant la demoiselle pouvait passer des heures à débattre des haches, déterminer que telle ou telle lame était meilleure qu'une autre, mais les bateaux, ça la dépassait et de loin. La guerrière chassa ce sujet d'un geste de la main, ils étaient en désaccord à ce niveau et ni l'un ni l'autre ne considèrerait que l'autre avait raison, la mauvaise foi à l'état pur. Jorah aborda alors le sujet de son armure qui avait visiblement besoin d'une petite réparation, Alysane prit un air songeur en fronçant légèrement les sourcils tandis que le jeune bâtard s'éloignait pour échapper à l'odeur des poissons qui se faisait toujours plus forte. Sa sœur s'exécuta et lui emboîta le pas alors qu'il se débrouillait pour passer entre les différents étals qui transformaient la place du port en une espèce de labyrinthe. Elle n'eut guère le temps de répondre à sa question, car le jeune homme enchaîna en parlant de leur famille, Alysane lui avait bien demandé des nouvelles à ce sujet lorsqu'ils s'étaient croisés quelques heures avant, elle fut donc heureuse de l'entendre orienter la discussion sur ce sujet. Même si Jorah restait son frère préféré – non parce qu'elle en avait un seul – et qu'elle n'avait presque d'yeux que pour lui lorsqu'ils étaient sur leur île, cela la soulageait tout de même d'avoir quelques nouvelles à leur sujet. Elle posa ses yeux ambrés sur lui en attendant qu'il parle d'eux, esquivant quelques enfants qui passaient en courant vers eux, puis son cœur manqua de rater un battement lorsqu'elle l'entendit dire que leur père n'allait pas beaucoup mieux. Sa jambe le faisait toujours durement souffrir, le rendant très grognon certains jours, le froid ne devait rien améliorer en prime, pas plus que l'inquiétude qu'il éprouvait pour ses enfants qui quittaient la maison. Elle attendit qu'il parle de tout le monde en affichant un air quelque peu inquiet, puis lorsqu'il lui demanda si elle avait brisé son arc, la jeune fille lui décrocha un regard étonné avant de secouer la tête en souriant légèrement.

     ▬ Pour quoi me prends-tu donc ? Ton arc est en parfait état dans ma chambre à l'auberge, je ne le prends avec moi que lorsque le besoin s'en fait sentir, je ne tiens pas à l'abîmer justement. »

     Même si l'arc n'était pas son arme fétiche – loin de là – elle en prenait soin parce qu'il lui venait de son frère voilà tout. La jeune femme afficha un air songeur avant de faire signe à Jorah d'emprunter une ruelle de l'autre côté de la place, elle donnait normalement sur une ruelle où il y avait une échoppe de forgeron, en espérant qu'elle soit en bon état. Ils marchèrent quelques mètres en silence avant que la voix d'Alysane ne s'élève à nouveau, même si elle ne le montrait pas, elle restait très inquiète après de telles nouvelles.

     ▬ Il n'est jamais trop tard pour père voyons, il a toujours su se débrouiller pour pouvoir tourner la situation à son avantage. Il faut plus qu'une patte douloureuse pour neutraliser un ours ! Elle essayait autant de convaincre Jorah que de se rassurer elle-même. Crois-tu.... Elle déglutit et fronça les sourcils. Crois-tu que je devrais peut-être rentrer quelques temps, histoire de voir s'il va mieux ? »

     L'idée qu'elle puisse mettre ses pérégrinations de côté ne signifiait pas n'importe quoi, elle n'était pas égoïste, mais disons simplement qu'elle considérait avoir le droit de faire un peu ce qu'elle voulait après avoir passé plus de vingt-cinq années à obéir à sa famille - enfin à sa manière du moins -. Alysane essaya de chasser ses pensées noires, s'il le fallait elle reviendrait dans le Nord pour rester quelques temps auprès de son père en espérant qu'il se porterait mieux en voyant ses enfants en sécurité. Elle avança quelques mètres en silence avant de regarder Jorah d'un coup d'œil.

     ▬ Meera se battre ? Elle a délaissé ses rêveries de chevaliers et a décidé de se mettre au combat ? La dernière fois que j'ai assisté à son entraînement elle geignait comme un chiot affolé, c'était plutôt effrayant je dois dire. Elle ricana légèrement. Tu sais, mère a toujours été craintive vis-à-vis de toi, comme si elle avait peur que tu la ridicules devant les autres nobles, bah, inutile de s'inquiéter, elle n'est victime que de la stupidité des autres nobles. Elle soupira doucement. Et Mae ? Est-ce qu'elle s'occupe de père ? Il a toujours été mieux lorsqu'elle était là pour veiller sur sa santé, un vrai bébé ours des fois. »

     Elle secoua la tête, Maege avait un côté rassurant qui permettait aux gens de se sentir rapidement maternés, même si Alysane n'aimait pas être considérée comme une petite fille par son aînée, l'idée qu'elle soit aux côtés de leur père l'aurait considérablement rassurée. La brune aux côtés de son frère continua d'avancer, il n'y avait pas autant de monde dans cette ruelle que dans les autres, en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, ils furent donc en vue de l'échoppe du forgeron, une forge qui se voyait de loin rien qu'à entendre les bruits du marteau qui battait le métal chaud. Arrivés devant la porte close derrière laquelle se trouvait l'équipement nécessaire pour réparer l'armure de Jorah, Alysane s'arrêta avant de se retourner pour faire face à son frère, ses bras croisés sous sa poitrine.

     ▬ C'est le seul forgeron à ma connaissance, enfin il y en a d'autres, mais je ne connais pas leur réputation. Je t'attends ici ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 19 Juil 2011 - 17:46

Jorah sentait le scepticisme d'Alysane quant à son envie de voyager par mers. Aussi il décida de ne pas insister dans ce sens, de toutes façons une telle chose n'arriverait jamais ou alors dans un bon laps de temps. Ils avaient déjà eu quelques disputes. Autant ne pas continuer à en parler. Il sentit bien que sa mention des difficultés de père, la touchait grandement, chose normale en soi.

« Pardonne moi Alysane, je n'aurais pas dû t'en parler mais il est notre père. »

Il savait qu'il avait crée un souci dans son esprit, qu'elle ne serait plus jamais tranquille. Elle avait gardé précieusement son arc, ça Jorah n'en doutait pas, il connaissait son amour des armes, elle les aimaient au moins autant que lui. Mais Alysane continuait déjà sur le sujet de père, se demandant si elle ne devait pas rentrer sur l'île. Il se souvenait de quand ils étaient enfants, quand elle lui parlait certains soirs de son envie de voir du pays, de voyager, de découvrir d'autres gens et d'autres mœurs. Elle avait attendu vingt cinq années avant de pouvoir réaliser son rêve, alors la voir y renoncer et rebrousser chemin alors qu'elle avait déjà mis un pied dans celui ci. Jorah croisa son regard, cherchant ses mots, bien sûr que père aurait aimé la voir, que Lady Jorelle lui avait bien dit que si il la voyait de lui transmettre le message qu'ils souhaitaient la voir revenir. Mais Jorah n'avait jamais vraiment écouté celle qui était sa mère adoptive. Il avait toujours préféré Alysane à tous les autres membres de la famille Mormont. Il n'aurait même pas osé imaginer ce qu'aurait été son avenir si Alysane n'était pas née ou n'avait pas décidé de venir l'embêter. Mais ce n'était pas le cas, aussi il préféra répondre avec toute la franchise qu'il était capable. Son ton était neutre, prouvant qu'il mettait toute la sincérité qu'il pouvait.

« Tu fais comme tu le désires Alysane, Jeor a bien tenté de me cacher son trouble de peur que je te le dise et que tu rentres ni une ni deux sur l'île, moi je te dirais que je me souviens de nos conversations quand nous étions enfants, de tes rêves et maintenant que tu as un peu trempé dedans... ça serait bête de retourner dans le foyer familial. Tu as encore tant de choses à voir, tu me l'as dit toi même... »

Elle avait parlé de Meera et de Maege, la première avait succombé au plaisir des armes quand Jeor l'avait emmenée dans une partie de chasse pour seconder Jorah. En effet, lui même ne participait que peu à la chasse, mais préférant observer. Quoiqu'il en soit, Meera avait ramené une biche qu'elle avait tuée d'une flèche. Elle semblait vraiment fière de sa prise et l'avait ramené fièrement devant Lady Jorelle. Jorah avait bien vu les étincelles de plaisir dans ses yeux et savait qu'elle venait d'attraper l'engouement de la chasse. Le lendemain, elle avait demandé à Jorah de l'entraîner plus avant à l'arc. Elle finissait par bien se débrouiller et était assez adroite, avant qu'il quitte le foyer elle mettait presque toujours dans le mille.

« Meera semble avoir développé un intérêt pour les armes quand elle m'a accompagné à la demande de Père à une partie de chasse et je gagerais qu'elle se débrouille mieux que toi à l'arc même Soeurette ! »

Il eut un rire et continua sur Maege, elle ne lui avait plus beaucoup adressé la parole depuis qu'Alysane était partie. Elle s'était astreinte aux dernières séances d'entraînement puis avait gardé une attitude neutre à son égard. Mais il ne doutait pas qu'elle était aux petits soins pour Jeor, il avait pu la voir à l'oeuvre c'était presque si Jeor n'en était pas agacé. A cette pensée, il sourit et opina du chef.

« En effet Maege, si elle n'est pas partie depuis, est aux petits soins pour Père, comme la plupart de tes sœurs Alysane, ce qui a tendance à énerver Jeor même maintenant... tu le sais bien, il n'aime pas être vu comme un faible... » Une ombre passa sur son visage, voir son Père démuni lui faisait un peu mal par moments.

Au fil de leur cheminement, Alysane lui désigna un forgeron. Il avisa du regard la bâtisse esquissant un sourire.

« Merci Soeurette, je vais me renseigner et je reviens. »

Il entra et prit quelques minutes à converser avec le forgeron, la réparation n'allait pas mettre de temps et n'allait pas coûter trop cher, il suffisait d'amener l'armure dès qu'il le pouvait. Sur ce, Jorah sortit de la boutique, le ciel était rosé, il commençait à ne plus tellement distinguer les contours des maisons. Il s'approcha d'Alysane lui demandant sur un ton affable.

« Souhaites tu que nous retournions à l'auberge ? A moins que tu achètes ta nourriture dehors? Ou mieux, tu as décidé de me cuisiner quelque chose ? »

Toujours prompt à se moquer et se gausser. Puis soudain, il reprit son ton sérieux et murmura d'une voix à peine perceptible.

« Tu penses vraiment rentrer sur l'île Alysane ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 21 Juil 2011 - 11:34

     Alysane hocha légèrement la tête en entendant Jorah lui déclarer d'un ton sincère qu'elle faisait comme elle le désirait. D'un côté la jeune femme essayait de ne pas se sentir culpabiliser d'avoir laissé sa famille et d'être allée voyager comme bon lui semblait, mais d'un autre côté elle se sentait coupable. Saleté de bonne conscience, la guerrière repoussa ses pensées alors que son frère continuait en expliquant qu'il se souvenait de leurs conversations d'enfant lorsqu'elle rêvait de pouvoir aller voyager jusqu'à Dorne pour rencontrer des lanciers dignes de ce nom. La Mormont savait bien qu'il avait raison, ce serait totalement stupide de retourner à la maison pour vérifier que son père allait mieux, surtout qu'elle avait encore énormément de choses à faire et à découvrir. Alysane souffla légèrement de dépit, elle savait bien que si elle décidait de revenir sur l'île aux ours le temps de s'assurer que son père allait mieux, elle risquait de ne plus pouvoir partir. Lady Jorelle avait été prise de court lorsque sa fille avait annoncé de but-en-blanc, au cours du repas, qu'elle comptait partir à l'aventure. Sa mère avait toujours été persuadée qu'elle aurait le temps de trouver un époux pour sa fille et de la caser avant qu'il ne soit trop tard, malheureusement pour elle, Alysane avait été plus rapide et elle ne pouvait donc plus mettre son plan à exécution. Peut-être que si la jeune femme revenait au bercail, lady Jorelle trouverait le moyen de lui décrocher un prétendant plus coriace que les autres, il était hors de question pour la brune de prendre le risque de passer sa vie auprès d'un autre homme que ceux de sa famille, à savoir Jorah et lord Jeor.

     La jeune femme fut agréablement surprise lorsque son frère lui déclara que Meera s'était intéressée aux armes lorsqu'elle avait été à une partie de chasse, puis la brune ricana légèrement lorsqu'il ajouta qu'elle s'en sortait mieux qu'elle à l'arc. Ce n'était guère surprenait d'un côté, n'avait-elle pas été attirée par la hache parce que c'était une arme qui faisait beaucoup de dégâts ? Alysane n'avait jamais accroché au combat à distance, à ses yeux les archers cherchaient à esquiver le combat, elle avait toujours préféré l'idée d'être dans la mêlée et de pouvoir frapper l'adversaire de ses mains – prolongées par une arme certes – que de voir le tout de loin.

     ▬ Ce n'est guère surprenant, je ne sais pas viser avec les arcs, je préfère largement ma hache si tu veux savoir ! »

     Il le savait bien puisque c'était lui qui l'avait entraînée d'un côté, mais c'était une manière de faire remarquer qu'elle ne se ferait pas dépasser par sa cadette ! Oh, Alysane avait toujours été ravie de voir que ses sœurs étaient capables de se défendre seules, mais disons qu'elle avait toujours été considérée comme l'amazone de la famille et qu'elle aurait plutôt mal pris le fait d'être doublée par sa sœur réputée pour être une vraie lady. La jeune guerrière ne se faisait pas de soucis, ce serait sans aucun doute Meera qui finirait par lâcher les armes et marier un lord qui goûterait à sa beauté beaucoup plus prononcée que celle de ses aînées. Alysane hocha finalement la tête aux réponses de Jorah lorsqu'il déclara que Maege s'occupait de leur père avant qu'il ne parte, il ne lui venait absolument pas à l'esprit qu'elle pourrait avoir décidé de partir à l'aventure de son côté. Cela serait tellement... Surprenant de sa part ! Jorah entra finalement dans la forge alors que sa sœur restait à l'extérieur à réfléchir, penser que son père était en difficulté lui broyait le cœur, elle détestait l'idée qu'un homme aussi fort et respectable que lui puisse être handicapé de la sorte. Elle inspira longuement, essayant de faire passer ce sentiment d'amertume et d'injustice, saleté de cheval, s'il n'était pas tombé jadis il serait encore en parfait état ! Ce qu'elle pouvait détester les canassons en y repensant. Le retour à l'île aux ours ne l'enchantait pas particulièrement, mais elle se voyait mal continuer à faire sa petite vie de son côté alors que des membres de sa famille risquaient de ne plus être en état lorsqu'elle reviendrait plus tard.

     Après quelques minutes, le jeune homme d'armes sortit de la forge et se dirigea vers sa sœur qui avait sagement patienté, puis lui demanda si elle souhaitait rentrer à l'auberge avant de lui suggérer d'acheter quelque chose pour faire de la cuisine. Elle rigola franchement, ce serait que de vouloir l'empoisonner d'envisager qu'elle puisse servir quelque chose de convenable et surtout de mangeable. Elle secoua légèrement la tête, faisant bouger ses mèches de cheveux complètement désordonnées, puis elle lui fit signe de la suivre alors qu'il lui demandait ce qu'elle comptait faire au sujet de leur père.

     ▬ On va éviter de te tuer quand même, je vais encore avoir besoin de toi, en plus leurs repas sont très bons, enfin, tout est relatif, comparé à la soupe que mère nous servait c'est très bon dirons-nous. »

     Ils marchèrent quelques instants avant que la jeune femme ne se décide à inspirer légèrement pour répondre à son autre question. Elle n'était pas vraiment sûre d'elle, mais disons qu'après tout, il avait le droit de connaître le cheminement de ses pensées puisque c'était lui qui avait abordé le sujet de leur père et de sa santé plutôt précaire.

     ▬ Je ne sais pas, peut-être juste le temps de voir comment il se porte sans pour autant traîner trop longtemps sans quoi mère risque bien d'essayer de me marier avec un lord quelconque. Je ne sais guère Jorah, je vais peser le pour et le contre avant toute chose. »

     L'auberge n'était pas très loin de là, ils bavardèrent de choses et d'autres sans véritable importance, évitant les personnes qui allaient dans le sens inverse, le ciel prenait une couleur rosée et il ne tarderait pas à faire de plus en plus sombre. Le temps d'arriver à l'auberge, la chaleur avait légèrement diminuée bien qu'elle restait horriblement élevée pour une native des steppes glacées comme la brune. Ils entrèrent dans le bâtiment et la jeune femme n'aborda pas le sujet de la chambre, demandant simplement que deux assiettes accompagnées d'une boisson alcoolisée leur soient servies. Puis ils s'installèrent à table et en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, ils furent servis. Alysane attrapa sa choppe - elle commençait à beaucoup boire en une journée, lady Jorelle n'aurait pas été ravie - puis trinqua avec son frère.

     ▬ À ta santé mon frère, en espérant que cela nous permettre de faire ce qu'on souhaite depuis si longtemps ! »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 21 Juil 2011 - 19:03

Il sourit quand il entendit sa sœur affirmer qu'elle préférait la hache, cela ne l'étonnait guère. Alysane n'aimait pas s'empêtrer dans des fioritures inutiles comme devoir encocher, prendre son temps pour viser et laisser entrevoir la probabilité que la flèche manque son but final. Non, sa sœur avait toujours été une personne d'action, qui voulait tout tout de suite. Dès qu'il avait commencé à lui apprendre les armes elle s'était tout de suite dirigée vers les armes de poing, qui pouvaient faire le maximum de dégâts en peu de temps. La précision n'avait jamais été son fort se souvint Jorah, cette pensée le faisant sourire. Il était vrai que ce n'était pas Meera qui allait se jeter en plein dans la mêlée armée d'un arc. Mais Jorah avait tenu à ce que la dernière de la famille et donc la dernière à quitter le foyer Mormont normalement, soit parfaitement formée, la santé de Jeor allant en décroissant.

Elle proposa d'aller se restaurer à l'auberge, prétextant que sa cuisine allait le tuer, mais cela ne pourrait être pire que ce qu'il s'était préparé sur le chemin de Port Réal, il avait encore des progrès à faire dans la cuisson du gibier. Il repensa une seconde au goût du lapin qu'il avait préparé un soir, un des premiers, après avoir passé Winterfell et réprima un haut le cœur.

« Ne t'en fais pas... Je crois que si j'avais continué à cuisiner comme je l'avais fait sur la route pour venir te voir... Je serais mort depuis belle lurette ! Il faut vraiment que je demande des cours à qui de droit... »

Il rit alors qu'ils avançaient en chemin vers l'auberge. Alysane caressa la possibilité de rentrer tout de même au foyer mais sans trop y passer de temps, de peur que Lady Jorelle décide de la marier sans crier gare. Une moue dubitative passa sur le visage de Jorah, en effet, elle en semblait bien capable mais cela serait dire qu'elle ne connaissait pas encore assez bien sa fille et les énièmes remontrances de celle ci qui serait excédée et n'hésiterait pas à quitter le foyer familial sans jamais revenir. Les mots passèrent calmement les lèvres de Jorah, il était sûr de ce qu'il disait à sa sœur.

« Quel que soit ton choix Alysane, je te soutiendrais, je sais que tu ne feras pas le mauvais choix, je te connais Soeurette. »

Il lui sourit alors qu'ils arrivaient aux abords de l'auberge qui les accueillaient. Jorah ne manqua pas de lancer un coup d’œil à la serveuse de la taverne qui les avait croisés plus tôt dans la journée. Il s'assura qu'Alysane ne l'avait pas vue et commanda comme sa sœur un plat ainsi qu'une pinte de bière. Quand celles ci arrivèrent sur la table, il haussa un sourcil quand il vit sa sœur attraper immédiatement sa chope et se détendit quand il la vit proposer de trinquer. Il se demandait si elle n'avait pas commencé à prendre l'habitude de boire tout de go. Jorah sourit et trinqua bruyamment avec sa sœur, causant quelques retournements de tête des gens présents dans l'auberge. L'assiette suivit et Jorah découvrit de la viande rôtie accompagnée de purée de racines.

« Je te le souhaite aussi Alysane, tu l'as bien mérité ! »

Il but alors qu'il se demandait bien ce qu'il souhaitait pour l'avenir. Une femme ? Une famille ? L'aventure ? Alysane ? Les Fer-Nés ? Le voyage ? L'image du bateau sonna comme un flash dans son esprit, causant un petit moment de latence entre le moment où il finit de trinquer et le moment où la pinte rejoint ses lèvres. La pinte toucha de nouveau la table mais elle était vide. Jorah fit le geste à la serveuse la plus proche d'en amener des nouvelles puis il empoigna sa dague et piqua dans le morceau de viande qui lui semblait le plus ragoutant. Observant le morceau pensif, Jorah s'adressa à sa sœur.

« Je ne peux donc même pas espérer avoir des neveux et des nièces très chère sœur ? Si toi tu espères en avoir alors nous sommes deux. »

Il enfourna le morceau dans sa bouche, le mâchant lentement, la viande n'était pas assez cuite et de ce fait assez élastique. Son discours fut un peu plus haché alors qu'il parlait en mâchant.

« Je sais très bien que toutes tes autres sœurs auront forcément des enfants, elles aspirent toutes à se marier avec un noble, un chevalier ou que sais je, mais cela n'aura jamais la même valeur qu'avec toi, cela n'a jamais été pareil avec toi. » Il lui sourit.

Il était vrai que si cela n'avait jamais été pareil, pourquoi cela se déroulerait il de la façon la plus courante, Alysane n'aspirait pas du tout à vivre une vie de Dame. Elle ce qu'elle voulait c'était l'action, l'aventure voire même la guerre. Se souvenant de quelque chose, Jorah ajouta sur un ton plus sérieux.

« Si toutefois tu décides de repartir sur l'île aux Ours, dis le moi, je verrais si je peux t'accompagner Soeurette, cela me gênerait que tu aies des ennuis sur la route et que je ne l'apprenne que plus tard. »

Il avisa un autre morceau de viande qui ne semblait pas trop mal et piqua dedans, la serveuse amena les chopes sur la table, Jorah eut un coup d’œil pour la remercier et se tourna vers sa sœur, passant sa main dans ses cheveux poisseux. La chaleur avait quelque peu faibli mais de façon plus qu'infime. Avant de porter ce nouveau morceau à ses lèvres Jorah demanda discrètement à sa sœur.

« Dis moi... Tu ne sais pas où est ce que nous pourrions nous laver entièrement à part plonger dans l'étendue d'eau la plus proche ? Cette chaleur à eu raison de mes vêtements ! »

Autant sur l'île aux Ours se trouvait un lac où ils pouvaient réaliser toutes les tâches à grandes eaux, autant ici avec toute la population ambiante et aucune étendue d'eau à l'horizon, il ne savait vraiment pas comment les gens, et par extension la haute société, faisait pour se laver...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 22 Juil 2011 - 18:49

     Ils burent de bon cœur et ne se privèrent pas de manger, la jeune femme n'était pas vraiment du genre à se soucier du fait qu'elle risquait de passer pour une simple roturière en raison de ses manières. En réalité ça l'arrangerait même étant donné que cela lui éviterait de devoir justifier sans arrête sa tenue vestimentaire qui ne convenait pas vraiment au titre qu'elle portait. Elle mangea quelques morceaux avant que Jorah ne parle de neveux et de nièces, manquant de faire s'étouffer la brune qui ne s'attendait vraiment pas à ce genre de questions. Des enfants ! Quelle drôle d'idée, dire qu'elle avait déjà du mal à s'imaginer mariée alors avec une ribambelle de gamins, c'était tout bonnement impossible ! Elle secoua vivement la tête, tentant de répondre, mais ayant la bouche pleine elle ne fit que lâcher quelques postillons peu élégants. Alysane plaça sa main devant sa bouche pour éviter à son frère d'être encore plus sale qu'il ne l'était déjà et n'eut pas l'occasion de retenter une protestation puisqu'il enchaîna aussitôt en déclarant que les autres filles de la famille auraient certainement des enfants, mais que ce ne serait jamais pareil avec elle. La jeune femme haussa les épaules, avalant quelques bouchées pour libérer sa bouche et éviter de réitérer l'exploit des postillons, puis elle posa sa main sur la table avant de regarder Jorah et d'esquisser un sourire sincèrement amusé.

     ▬ Tu as presque réussi à me tuer mon cher, je t'en félicite, nul besoin de faire la cuisine tu vois ! Je ne compte pas avoir d'enfants, encore moins que je ne compte me marier c'est pour dire. De plus je ne suis pas certaine que dans l'intérêt de tous il soit bon que je décide de me reproduire, imagine s'ils étaient pires que moi, le Nord deviendrait un territoire pire que celui des sauvageons ! »

     Si en plus l'époux était de la même trempe qu'elle, inutile de dire que ça risquait de devenir encore pire. Alysane avait souvent eu des « compliments » de la part de sa mère qui lui disait qu'elle serait parfaitement pour donner naissance à une ribambelle d'enfant, vantant ses hanches larges et son corps assez fort pour pouvoir supporter les neuf mois de gestation. Non, elle refusait tout net l'idée de pouvoir avoir quelque chose qui grandissait dans son ventre ! La belle tenait beaucoup trop à son indépendance, avoir un enfant c'était devoir rester auprès de son époux et ne pas pouvoir vadrouiller partout comme elle le souhaiterait. À moins qu'elle n'envisage de porter le bébé sur son dos comme les sauvageonnes ? Non, mauvaise idée, très mauvaise idée, la jeune femme lâcha un soupir alors que Jorah lui déclarait que si elle décidait de rentrer sur l'île aux ours, elle devrait le prévenir pour qu'il puisse l'accompagner. Lorsqu'il avança l'idée qu'elle puisse avoir des ennuis sur la route, la jeune femme rigola franchement, puis elle attrapa sa choppe avant de boire quelques gorgées pour finalement lui répondre.

     ▬ Jorah, mon cher, sache que si je me faisais avoir sur la route par des brigands de bas étage ce serait une véritable honte pour moi, je préfèrerais encore y passer pour de bon que de ne pas pouvoir me défendre seule ! Ça signifierait que tous mes entraînements n'auraient été qu'un coup d'épée dans l'eau ! »

     De plus elle savait bien que ce n'était pas vraiment une bonne idée de prévoir des choses, si Jorah jurait aujourd'hui de rester à ses côtés, peut-être que d'ici quelques jours ou semaines il aurait trouvé quelqu'un qui pourra lui offrir quelque chose qu'il ne pourrait refuser ? Alysane ne voulait pas qu'il se sente obligé de refuser une offre qui lui plairait simplement parce qu'il lui avait juré quelque chose, cela la frustrerait elle-même de ne pas pouvoir faire ce qu'elle désirait parce qu'elle devait rester avec quelqu'un. Après tout s'ils étaient partis à la découverte du monde ce n'était pas pour rebrousser chemin devant une chance inouï pour une simple promesse non ? Alysane avala un morceau de viande alors que son frère se penchait vers elle pour lui demander s'il y avait moyen qu'ils puissent se débarbouiller convenablement plutôt que de devoir se servir d'une éponge et d'un petit bac d'eau. Elle fronça légèrement les sourcils, réfléchissant rapidement, lorsqu'elle souhaitait se laver convenablement elle se rendait dans l'espèce de débarra que le tavernier avait installé pour permettre aux clients de profiter d'une sorte de bac d'eau. La guerrière hocha la tête.

     ▬ Si, ils ont une pièce où l'on peut demander un grand bac d'eau tiède pour se laver, c'est plutôt pratique je dois dire, ça évite de devoir aller en ville pour ça et puis c'est franchement plus agréable que de se servir d'une bassine. »

     Elle interpella la serveuse pour lui demander s'il serait possible d'avoir deux bassines prêtes pour la fin de leur repas, la jeune femme le regarda un peu surprise avant de préciser inutilement que le bassines seraient dans la même pièce. Alysane rigola légèrement avant de lui déclarer que son frère ne serait pas choquer pour si peu, puis elle laissa la serveuse s'en-aller pour avertir le tavernier de leur demande. Ils eurent donc l'occasion de finir leur repas puis la brune et son frère burent une nouvelle choppe alors que la Mormont constata qu'elle devrait peut-être cesser de boire ce liquide pour la journée, qui se terminait d'ailleurs tout doucement. Ils se rendirent ensuite dans la salle située au fond du rez-de-chaussée, cela devait certainement avoir été une espèce d'ancien débarra et en hivers il devait faire extrêmement froid au point que l'eau gèle dans le bac, mais pour le coup c'était très agréable. Alysane trempa sa main dans l'eau d'un bac et hocha la tête, elle était juste parfaite, autant dire que dans le Nord les bains étaient légèrement mois chauds. La brune déposa ses affaires sur le côté, les serveuses avaient toutefois ajouté un petit rideau pour séparer les bassines, ce qui ne manqua pas de faire rire la jeune femme. Une fois dans l'eau, la jeune femme en profita pour essayer de démêler le sac de nœuds qui lui servait de chevelure.

     ▬ Je te conseille d'en profiter mon cher, à mon avis nous en aurons assez peu pendant nos voyages. Alors ta première impression, Port-Réal est une ville qui te sied ? »


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 23 Juil 2011 - 10:58

Spoiler:
 

Il avait reçu une gerbe de postillons contenant viande et bière dans le visage, ainsi que la remarque qu'il allait la tuer si il continuait. Il encaissa la volée de protestations en riant, ce n'était pas la première fois qu'il la voyait dans cet état. Lady Jorelle elle le faisait plus souvent que lui encore qui ne s'y était risqué qu'une fois. Cela avait même déclenché de belles disputes sur l'île aux Ours. Et puis des rejetons de sa chère sœur c'était un peu comme si pleins de petits sauvageons attaquaient le foyer Mormont, imaginant sans peine ce que cela pourrait donner, Jorah se dit qu'en effet, ce n'était peut être pas la première chose à lui conseiller.

Elle rigola également sur le fait qu'il propose de l'accompagner. Disant que si elle se faisait détrousser cela en deviendrait presque honteux pour elle, il était vrai qu'elle avait été tellement entraînée – de plus Jorah ne doutais pas qu'elle se soit encore améliorée dans son coin – et que si le mot avait été passé entre les brigands, elle n'aurait aucun ennui sur la route, tout le monde redoutant quelque chose comme « la femme Ourse ».

« Ils doivent déjà paniquer en attendant ton retour Soeurette ! »

Un rire passa ses lèvres alors qu'elle lui disait que oui en effet, dans l'auberge se trouvait un tel établissement. Jorah finit sa seconde pinte de bière ainsi que son plat alors qu'Alysane demandait à la serveuse de préparer deux de ces bacs si particuliers. A la fin du repas, celle ci les conduisit vers la pièce où ils se trouvaient, alors que Alysane commençait déjà à se mettre à l'aise pour y entrer, la serveuse retint Jorah par la manche et murmura d'une voix quasiment inaudible.

« Pardonnez moi Messire, mais c'est... » Elle désigna Alysane du menton, enfin l'endroit où celle ci se trouvait derrière le rideau. « ...votre femme ? »

On sentait bien la gêne dans ses paroles, il faut dire qu'elle avait surpris quelques échanges qui pouvaient porter à confusion, l'attitude d'Alysane n'ôtait rien à ce trouble. Jorah la rassura d'un sourire.

« Ne vous en faites pas, ce n'est pas ma femme, c'est ma sœur... »

Au regard étonné qu'il croisa, il comprit qu'il énonçait une vérité encore plus incongrue que si elle avait été sa femme. Il continua parlant rapidement et de façon à ce que sa sœur n'entende rien, d'un côté elle faisait tellement de bruits avec l'eau qu'il doutait qu'elle entende. Il continua toujours sur le même ton.

« … Et vu les regards qu'elle vous a lancés au cours de la journée, je vous conseille de filer avant qu'elle vous découvre charmante damoiselle. »

Il imprima un léger geste à son épaule pour lui enjoindre de partir avant de la gratifier d'un baiser sur la joue murmurant à la volée.

« Voilà... Pour vos services... maintenant partez ! »


Il attendit qu'elle fut partie pour commencer a enlever ses vêtements et discrètement entrer dans l'eau alors que sa sœur s'adressait à lui. Lui disant qu'il avait plutôt intérêt d'en profiter car une telle aubaine ne se représentera pas de sitôt. La température de l'eau était bonne, il sentit avec plaisir toute la crasse accumulée suinter de lui lentement, il empoigna le savon qui était là et entreprit de commencer à se laver.

« Tu as raison, je doute que les Fer-Nés nous offrent un tel luxe ! Si ils nous laissent déjà un peu de répit alors nous pourrons nous estimer heureux ! »

Il réfléchit à l'autre question de sa sœur qui était de savoir ce qu'il avait pensé de la ville pour le moment, il prit quelques minutes à répondre sur le ton de la plaisanterie.

« Tu veux mon avis ? Je dirais chaude, puant le poisson et remplie de gens jusqu'à presque en éclater ! Tout le contraire du Nord en somme. Ce n'est pas pour me déplaire certes, mais je ne pense pas que je pourrais vivre là dedans éternellement... Il suffit de voir l'état dans lequel je me trouvais juste avant d'entrer dans ce bac ! »

Il rit et s'immergea totalement, mouillant ses cheveux, démêlant les nœuds qui s'étaient formés. Cette ville, hormis le fait qu'elle possédait un port très fréquenté, nombre de commerces qu'on ne trouvait pas au Nord et des reliques du passé, elle ne l'intéressait pas. Il gratta sa barbe pensif avant de demander à sa sœur une faveur.

« Je sais que je le regretterais sûrement après coup mais ma très chère sœur, aurais tu l’extrême gentillesse de me raser si tu souhaites que je ne ressemble plus au dernier des sauvageons ! » Il rit avant de poursuivre d'un ton badin. « La serveuse m'a demandé avant que j'entre si tu étais ma femme ! Tu te rends compte ? »

Il finit de se laver les cheveux et le corps avant d'émerger de l'eau avec bruits et éclaboussures, ses yeux trouvèrent un trou dans la toile que la serveuse avait placée entre les deux bacs alors qu'il voyait le bas du dos de sa sœur, ainsi que le tatouage qu'il lui avait fait, enfin il entraperçut plutôt celui ci, mais constata avec plaisir qu'il avait toujours la même intensité. Il murmura dans un sourire.

« Toujours là... »


Ses yeux quittèrent le trou pour trouver un pan de tissu pour s'essuyer et commença à se rhabiller, enfilant ses braies et ses bottes ce qui prenait un certain temps étant donné qu'il fallait les nouer jusqu'au genoux. Il jeta un coup d’œil au bac d'Alysane et murmura railleur.

« Alors Soeurette que fais tu ? Tu mets presque autant de temps que Maege maintenant ! »


Il se souvenait de quand Alysane embêtait sa sœur, celle ci passant trop de temps à se rhabiller et se faire belle. Maege mettait toujours autant de temps certes, mais sa sœur mettait un peu plus de temps qu'avant à présent... Il croisa les bras, torse nu, attendant un sourire moqueur sur les lèvres. Jorah savait pertinemment qu'il allait se prendre un coup ou une remarque acide quand Alysane sortirait de son bac. Il trempa sa tunique en coton dans de l'eau pour la laver et la roula en boule projetant de la sécher quand ils seraient rentrés dans la chambre. Si jamais sa sœur allait le laisser traverser la taverne torse nu...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 25 Juil 2011 - 11:46

     Alysane se lava avec application, elle n'était pas vraiment du genre à apprécier ce genre de moment, mais lorsqu'elle y était, la demoiselle préférait que ce soit tout de suite fait correctement ! Peut-être que cela la soulagerait un peu de la chaleur étouffante qu'il y avait ici, même si la brune en doutait fortement, des fois la chaleur était telle que même dans l'eau, elle avait l'impression de transpirer ! La jeune femme rigola légèrement lorsque Jorah parla des Fer-Nés, il n'était pas sûr qu'ils soient un jour amené à les rencontrer en y songeant, tout ce qu'ils avaient pour le moment c'était des rumeurs qui disaient que les Fer-Nés songeaient à attaquer les côtes, mais sans en connaître la localisation précise. Peut-être très au Nord ? Peut-être au Conflans ? Peut-être bien à l'Ouest ? Alysane avait du mal à se décider, dans son esprit Salvemer était certainement le dernier choix à faire, après tout, cette ville n'était-elle pas protégée par des murailles et prévues spécialement pour parer les attaques du peuple de la Seiche ? Ses pensées furent coupées par la voix de son frère qui répondit à sa question au sujet de Port-Réal, il lui fit une remarque peu reluisante en déclarant qu'elle ne sentait pas très bon - ce qui était on ne peut plus vrai - et qui dessina un sourire sur les lèvres légèrement gercées de la jeune femme. Elle hocha la tête de son côté bien qu'il ne puisse pas le voir, entendit un bruit d'eau la renseignant sur le fait qu'il devait avoir plongé sous l'eau, puis Alysane reprit la parole lorsque les bruits lui indiquèrent qu'il devait avoir émergé. Sinon elle parlerait dans le vide tant pis !

     ▬ Je confirme qu'elle sent très fort, je te laisse imaginer ce que les catins de Port-Réal peuvent sentir, tu vois que tu n'as aucun intérêt à vouloir en rencontrer une au final ! À moins que tu ne veuilles sentir le poisson pour les mois à venir ! »

     Elle était plutôt fière d'elle pour le coup, réussir à glisser tranquillement une petite réflexion sur les catins avec lesquelles il l'avait assez cherchée jusqu'à présent. Alysane entreprit de se laver correctement, essayant de démêler à peu près bien ses longues mèches brunes qui avaient la sale habitude de se transformer en boules de nœuds lorsqu'elle passait plusieurs jours à dormir dessus sans les brosser. En réalité, il était rare qu'elle perde du temps à s'occuper de son physique et ça se voyait généralement toujours. Lorsqu'elle eut pratiquement terminé, il lui demanda si elle pouvait le raser avant d'avancer le fait que la serveuse l'avait prise pour sa femme, elle ne se priva pas de rire franchement jusqu'à ce qu'il lui dise qu'elle était aussi lente que Mae. Alysane lâcha un soupir contrarié avant d'envoyer une gerbe d'eau dans sa direction, puis elle lâcha quelques mots d'un ton faussement hautain.

     ▬ Allons, si l'on doit me prendre pour ta femme il faut que je sois présentable tout de même ! »

     Après quoi, la brune se redressa et sortit de son bac avant d'attraper une espèce de serviette à la propreté assez douteuse, puis s'épongea rapidement le corps avec avant d'enfiler ses habits. Ce n'était pas très utile de repasser les mêmes habits que ceux dans lesquels elle avait transpiré, mais la jeune femme n'avait pas une garde robe digne d'une lady ! Achevant d'enfiler son haut, elle se glissa entre les tentures pour rejoindre Jorah qui se tenait torse nu au milieu de la pièce, elle lui décrocha un sourire moqueur avant de désigner du menton l'espèce de tabouret qui se trouvait derrière lui.

     ▬ Allons, si je dois te raser assieds-toi au moins, à moins que tu ne veuilles que je prenne le risque de te couper accidentellement. »

     Il ne le voulait certainement pas, la jeune femme attrapa le petit couteau qui se trouvait posé à côté d'elle avant d'approcher de son frère, elle n'avait pas vraiment peur de faire ce genre de choses, après tout lorsque leur père avait été handicapé à la main suite à un accident de chasse, elle s'était occupée de ce genre de détails. En deux temps trois mouvements, la jeune fille se chargea de la barbe de son frère après lui avoir mouillé les joues à l'eau chaude, retrouvant son visage de jeune maître d'armes qu'elle avait toujours connu. Elle essuya la lame sur la serviette avant de se servir de cette dernière pour lui essuyer les joues et recula enfin pour contempler son « œuvre ».

     ▬ Et voilà, tu es beaucoup plus séduisant comme ça tu vois ! Même si je ne veux pas particulièrement que les filles des environs te regardent de trop près. Elle fronça légèrement les sourcils avant de se pencher pour ramasser les quelques affaires qui trainaient. Et enfile quelque chose ! Je ne veux pas que tu montres tes pectoraux à tout le monde ! »

     La Mormont termina de ramasser ses affaires, puis après s'être assuré qu'elle n'avait rien oublié, ils sortirent de la pièce pour se diriger vers l'escalier de la salle principale qui menait aux chambres. Après avoir aperçu le regard de la serveuse vers Jorah, Alysane lui décrocha un dernier regard noir puis gravit rapidement les marches avant d'ouvrir la porte de leur chambre pour y entrer et lâcher ses affaires sur le sol. Une paillasse avait été installée à côté du lit pour que Jorah puisse y dormir, un sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme alors qu'elle imaginait déjà sa manière de le réveiller le lendemain matin, puis elle essora une fois de plus ses cheveux humides. Alysane changea rapidement de vêtements pour enfiler une tenue « de nuit » puis s'allongea sur son lit, dehors la nuit était déjà tombée, mais l'air restait encore très chaud. Une auréole humide se dessina dans son dos au moment où elle posa la tête sur l'espèce d'oreiller.

     ▬ Dors bien mon frère, et ne t'avise pas d'aller visiter la chambre de la serveuse ! »

     Elle rigola légèrement et ferma les yeux pour tenter de s'endormir, une dure journée les attendait le lendemain !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 25 Juil 2011 - 18:55

Alysane fit une remarque sur les catins qui courraient dans les rues de Port Réal, une remarque sur leur odeur. Un sourire naquit sur les lèvres de Jorah, elle n'en démordait pas évidemment ! Mais cela ramena à Jorah le souvenir de la visite qu'il s'était promis de faire. Il laissa couler la remarque sans faire aucun commentaire et alla se poser sur le tabouret. Il lança un léger regard à sa sœur qui avait déjà empoigné le couteau et s'avançait vers lui.

« Ne vas pas m'abîmer plus que je ne le suis déjà... Juste pour qu'une jouvencelle ne me trouve plus à son goût ! »


Il rit et serra les dents sentant la lame toucher sa joue, après bon nombre de grimaces effectuées pour tendre sa peau et aucune coupure -ou presque- elle coupa le dernier pan de poils qu'il avait sur le menton. Jorah passa ses doigts sur ses joues, il restait un fine couche de poils qui lui faisait une légère ombre sur son menton. Il se leva et empoigna sa tunique encore humide et suivit Alysane à sa chambre. Tentant de se faire discret, il passa dans la salle torse nu, mais quelques jeunes femmes le remarquèrent dont la serveuse qui eut droit au regard meurtrier de sa sœur, aussi elle détourna les yeux rapidement. Il montèrent rapidement et Jorah ferma la porte de la chambre avant d'aller étendre sa chemise qui avait déjà en partie séchée à cause de la chaleur ambiante.

Alors que sa sœur se mettait dans les draps, Jorah regardait la ville dehors, la nuit était tombée, les lumières brillaient par endroits et des voix se faisaient entendre. Il inspira fortement, essayant de sentir plutôt l'odeur de la nuit que la puanteur ambiante mais sans succès. Un coup d’œil à sa sœur qui commençait déjà à sombrer dans les limbes du sommeil. Une idée passa dans son esprit alors que sa bouche murmurait déjà malgré lui.

« Dors tranquille Alysane, je sors un moment, une envie de me promener et je vais aller flâner un peu, histoire de trouver de la graisse et des chiffons pour ma dague... Elle a besoin d'un soin particulier, Jeor me l'a bien spécifié... »

Il empoigna sa chemise même si celle ci était à peine sèche et la passa rapidement. Jorah ne voulait pas laisser le temps à Alysane de dire quoique ce soit, mais elle semblait déjà être partie dans un monde meilleur et sans nul doute moins puant. Il attacha son épée et sa dague, attrapa sa bourse avant de partir et sortit discrètement de la chambre. En descendant les marches, il surprit la serveuse qui était en train d'éponger les tables. Il lui lança un sourire alors qu'elle lui souhaitait de passer une bonne soirée, visiblement déçue qu'il sorte si tardivement. Jorah lui adressa un bonne nuit qui était d'une tonalité qui pour lui était charmante et sortit dans la rue. La chaleur n'avait pas tellement diminuée mais il profitait du frais et humide que diffusait sa chemise. Il surprit quelques regards étonnés, ne connaissant visiblement pas cet homme qui venait de sortir mais il ne s'en souciait pas.

« Maintenant Mesdames, où que vous soyez je vais vous trouver... Et nous verrons si ma sœur avait raison... »


Il rit légèrement alors que certaines personnes murmuraient qu'il semblait avoir bu ou alors qu'il était un fou notoire. Il surprit même un « Dommage pour un si beau paquet... » mais il joua celui qui n'entendait rien et commença sa recherche vers les tavernes...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

[ Terminé ] Le monde souffre de ne pas avoir assez de mendiants pour rappeler aux hommes la douceur d'un geste fraternel ▬ Jorah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» N'avoir d'yeux que pour lui ... [Sev]
» Terminée || « Ne gagne pas après avoir frappé, mais frappe après avoir gagné.» || Takeshi Fujita
» Un jour je ferai comme tout le monde c’est promis… (ou pas).
» [Réflexion] Porygon2, un Pokémon maudit : pourquoi?
» Avoir Shaymin et Darkrai sans Event ni AR (JAP)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-