AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

La prudence est la mère de l’imbécilité ▬ Aaricia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mer 20 Mar 2013 - 13:26

     Pas mal de choses s'étaient passées depuis que Sargon avait eu l'occasion d'avoir un moment en « tête-à-tête » avec Aaricia. Lady Aaricia comme il l'avait appelée lors du rassemblement, sachant pertinemment qu'elle ne supporterait pas une telle appellation. Toujours est-il que la rumeur de son accouchement était récemment arrivée aux oreilles du Harloi, à ce qu'il paraîtrait, elle avait donné deux enfants à lord Ravage, un garçon et une fille. Bonne petite épouse, cette annonce n'avait pourtant pas dissuadé le Fer-né de continuer à agir comme il le faisait avant d'apprendre que l'épouse de la Seiche allait bientôt lui pondre un héritier : tenter de la faire céder à ses avances. C'était dangereux, pour ne pas dire suicidaire, il le savait parfaitement. Mais Aaricia étant ce qu'elle était, depuis le premier jour où il lui avait parlé, Sargon souhaitait la faire sienne, ne serait-ce qu'une fois. Qu'elle soit aujourd'hui l'épouse de son cousin et suzerain n'était qu'un simple détail, même s'il savait ce qu'il risquait, le capitaine de la Veuve Salée ne pouvait s'empêcher de céder à ses envies. Au final, le risque encourut était même un moteur qui le poussait à persister dans cette voie alors qu'il avait bien plus à perdre qu'à gagner. Une lubie à laquelle les hommes du Fer-né étaient habitués, ils avaient déjà presque tous assisté à ce genre de spectacle lorsque la demoiselle était présente sur le pont de la Veuve Salée. Chose qui ne s'était plus produite depuis bien longtemps malheureusement, au grand dam du Harloi.

     La grossesse de la Bonfrère avait pas mal dissuadé Sargon de trop lui rendre visite il fallait l'avouer, ne serait-ce que parce qu'il savait que dans de telles occasions, les femmes pouvaient se montrer particulièrement désagréables et qu'il n'avait aucune envie de se quereller avec la Greyjoy. Elle était donc restée enfermée chez elle tandis que de son côté, le Fer-né s'occupait de ses affaires, en venant presque à oublier ce qu'il avait assuré à la demoiselle : qu'il ne la laisserait pas tranquille avant longtemps. Ainsi donc, l'annonce de son accouchement était une bonne raison pour que le jeune homme puisse se mêler à nouveau de la vie d'Aaricia, qu'elle le désire ou non. Peut-être que sa position avait changée depuis ? Avant cette longue pause, la demoiselle ne l'avait jamais formellement envoyé paître, mais il n'était pas exclut que son comportement puisse avoir évolué maintenant qu'elle avait des marmots à élever. Oh, il espérait bien que ce n'était pas le cas, mais si ce changement s'était opéré, Sargon allait bien devoir trouver un autre moyen de se « divertir » et tirer un trait sur l'épouse de la Seiche d'Or.

     Il débarqua sur l'île de Grand Wyk avec l'idée ferme de rencontrer la jeune femme. L'idée même de croiser ses frères ne dérangea guère le Harloi qui n'avait pas vraiment d'intérêt pour les deux « gamins » et qui se débrouillerait donc rapidement pour les ignorer comme il en avait l'habitude. Poser le pied ici ne lui était plus arrivé depuis bien longtemps : il n'avait aucun lien avec les familles présentes sur cette île et ne voyait donc pas de raisons d'y passer. La visite d'Aaricia à sa famille était donc une bonne raison pour briser ses habitudes ! Après avoir ordonné à ses hommes de s'occuper comme ils le désiraient, mais sans faire de remous, le capitaine s'éclipsa en direction de Cormartel. Une question lui vint alors à l'esprit, est-ce que son cousin serait présent ? Il était peu probable que Dagon soit du genre à vouloir être aux côtés de son épouse pour s'assurer que tout allait bien, mais peut-être que le lord Ravage cachait un cœur sensible sous ses airs brutaux ? L'idée ne manqua pas de faire sourire Sargon qui s'approchait déjà de la demeure des Bonfrère. Après s'être annoncé à l'entrée et d'avoir fait savoir qu'il souhaitait rencontrer lady Aaricia – petite touche de provocation pour commencer – il patienta dans l'une des pièces de l'étage. Que comptait-il faire ? Dire ? Aucune idée ! Comme bien souvent en matière de femmes, Sargon avait agi sur une impulsion et il avait simplement l'intention de reprendre leur discussion là où elle s'était arrêtée avant que la demoiselle ne lui annonce qu'elle allait se retirer des leçons de navigation pour les temps à venir. Elle avait parlé de son accouchement comme potentielle reprise, est-ce que c'était encore d'actualité ? Il allait être fixé sous peu.

     Des bruits se firent finalement entendre à l'extérieur de la pièce, le Fer-né pivota pour regarder en direction de la porte, s'attendant à voir la silhouette familière de la blonde se dessiner dans le cadre de l'huis. Et ce fut le cas. Elle était apparemment en assez bonne santé pour tenir sur ses deux jambes, ce qui ne fit que le conforter dans son idée : la demoiselle était une personne au caractère bien trempé qui ne manquerait certainement pas te tenir si elle devait donner le jour à une tripotée de rejetons. Sargon resta tout d'abord silencieux, se contentant de l'observer avec son air habituel : un léger sourire dessiné sur les lèvres et la dévisageant puis la scrutant de haut en bas comme s'il avait affaire à une marchandise qu'il comptait acquérir. Venant de lui, c'était un compliment. Lorsque la jeune femme pénétra pour de bon dans la pièce, le capitaine daigna enfin lui adresser la parole. Et bien évidemment, toujours du même ton léger moqueur et provocateur qu'il utilisait lors de leurs discussions précédentes.

     ▬ Et bien, vous avez l'air en pleine forme, à croire que la grossesse et le rôle d'épouse vous donnent tout ce dont vous avez besoin. Approchant de la belle blonde, il s'arrêta à moins d'un mètre d'elle, son regard plongé dans le sien. J'imagine que Dagon doit être heureux d'avoir son héritier, vous avez bien joué votre rôle, vous devez être fière de vous.... Aaricia... Ma dame ? J'avoue ne plus savoir comment vous appeler vu que notre dernière discussion a plutôt mal tournée... »

     Il faisait référence à leur échange lors du rassemblement, Aaricia avait été relativement froide pour ne pas dire hostile avec lui et même s'il ne lui en tenait pas rigueur, c'était une petite pique destinée à essayer de la mettre un peu mal à l'aise. Pour le moment, le Harloi voulait surtout savoir à quoi s'attendre avec elle : qu'elle soit devenue l'épouse idéale qui refuserait de le revoir ou qu'elle soit toujours la même, la différence était suffisamment importante pour qu'il se renseigne.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Ven 22 Mar 2013 - 2:38

Ils étaient à peines sortis que l’on leur donnait pleins de surnoms, plus idiot l’un que l’autre. Elle avait eu du mal les premiers jours à se faire à l’idée de mettre de cotés quelques plans. Elle aurait aimé reprendre la mer, mais elle n’était pas assez en confiance pour les laisser seul entre les mains d’un quelconque domestique. Et puis, même si elle ne semblait pas proche de la mort, le mestre de la maison Bonfrère lui avait vaguement conseillé de se reposer. Ce qu’elle faisait plus souvent qu’autrement. Elle n’avait plus envie de chercher des problèmes et comme la relation qu’elle avait avec ses deux frères venaient d’éclater en millions de morceau de verre, elle préférait rester enfermée dans la forteresse. De toute manière, elle savait qu’une fois les pieds dehors, elle ne pourrait pas faire abstraction aux ragots que l’on racontait sur la femme de la seiche. Elle n’avait pas l’humeur pour cela, encore.

Dagon avait mis les pieds à Cormartel avec un certain recul, et pour cause. Il avait certainement mieux à faire. Elle savait prendre du recul quand elle le devait et attirer son attention, lorsqu’il écoutait et qu’il n’était pas dans sa bulle à préparer des raids. Elle avait demandé uniquement à ce qu’il soit informé que tout allait bien, autant pour l’enfant que pour son épouse. Quand il avait fait face à ses deux enfants, elle avait certainement connu un autre homme. Il avait tôt fait de retrouver sa précieuse Sirène, la seule femme qui passait devant elle. Zachery s'était mis en tête d’être un bon grand frère ce qui ne déplaisait pas le moindre du monde à sa belle-mère. Helena s’étant déjà épris de son demi-frère, elle ne pouvait certainement pas demander mieux. Elle passait une partie de ses après-midi avec le fils de la seiche, lorsqu’il ne s’entrainait pas avec son frère. Même s’il était un petit démon, il pouvait agir comme un ange.

Au bout de quelques minutes, une servante vint lui murmurer à l’oreille que le capitaine de la Veuve Salée l’attendait en bas. Elle fut tout aussi surprise, elle ne l’avait pas oublié, elle l’avait seulement mis de coté le temps d’accoucher de ses deux petits poulpes. Elle se souvenait que leur conversation avait pris un autre ton lors du rassemblement, mais elle avait subi des revers qu’elle avait voulu oublier. Elle laissa Zachery seul, avec les bambins, même si non loin se trouvait Lysena, pour les apaiser s’il y avait quoique ce soit. Elle descendit les marches menant à la grande salle, où il devait certainement l’attendre. Aaricia se força d’un sourire. S’il savait comment cela était pénible à la longue.

Je serais encore en meilleure forme seulement si je pouvais retrouver la mer. Ce qui ne sera certainement pas le cas avant plusieurs temps, mais je me porte tout même à merveille. Je vois qu’il en ait tout autant pour vous. Helya ne vous martyrise pas trop dans ce cas…

Un temps encore indéterminé. Même si Dagon lui avait redonné l’autorisation de reprendre la mère, elle n’était pas assez raisonnée pour ne pas laisser ses poulpes sans surveillance. Elle voulait élever des Fer-nés, pas des bébés criards pourris gâté. Si elle était fière ? Elle l'était. Elle le serait encore plus une fois que son fils deviendrait le Seigneur de Pyk, mais elle n’escomptait pas cela avant plusieurs années. Elle avait ponctué sa phrase avec un petit sourire amusé. Helya avait certainement encore plus mauvais caractère que la Greyjoy. À coté d’elle, elle devait certainement être très douce.

Tout homme est certainement heureux de pouvoir voir sa lignée perdurer encore. Je serais fière lorsqu’il sera un véritable fer-né pour l’instant, il n’est qu’un bambin qui ne demande qu’à grandir.

Ce qui n’était pas en somme faux, mais la mère reposait aussi ses espoirs en sa fille. Elle n’en ferait pas une douce colombe. Elle n’était pas de ce genre là, alors il y avait peu de doute qu’elle démontre cette personnalité à sa fille. Du coté de la famille, on raillait déjà qu’elle en ferait une future Aaricia II. Elle ne s’étonna pas qu’il lui parle du rassemblement. Si elle avait réussi, elle l’Avait presque envoyé paitre avec ses airs enjôleur et ses mots. Elle n’avait pas forcé les choses, mais Sargon avait seulement rajouté une couche sur sa colère.

Vous savez comment m’appeler, et vous n’êtes que le seul fautif pour notre dernière discussion. Vous avez décidé seul de faire le paon, devant Dagon. L’idée était plutôt ridicule de faire des sous-entendus devant lui. Contrairement à vous, je tiens beaucoup à ma tête, je n’ai pas envie de finir en bas d’une falaise ou avec la tête sur une pique. Je n’ai pas envie d’abuser de la confiance de Dagon ni de gâcher notre amitié, enfin, si vous y en voyez une entre nous.

Elle ne pouvait pas dire comment elle appréciait le Harloi. Il arrivait à lui plaire comme lui déplaire par moment. Elle ne savait pas qu’est-ce qui l’attirait chez le capitaine, mais elle ne niait pas qu’il y avait quelques choses. Elle avait toujours eu des doutes sur les envies du Harloi, mais elle n’avait jamais pu dire exactement ce qui lui passait par la tête. C’était tout de même agréable de voir qu’il était venu lui tenir quelques peu compagnie, avant qu’elle tente d’assassiner ses deux frères.

Vous ne semblez pas m’en tenir rancune puisque vous êtes venus jusqu’à Cormartel, prit-elle le temps de dire, avant de sourire, pour lui lancer une phrase à son tour. Il faudra vous y faire à ce ton avec les femmes enceintes. Surtout si votre future femme se prénomme Helya Botley.

À une époque Helya avait été comme une idole. Les deux femmes s’étaient détestées, pour enfin s’accorder qu’elle était plus forte comme alliée. Aaricia avait toujours bien aimé le caractère bien trempé de la fer-née. Elle ne pouvait pas non plus mentir que son éventuel mariage l’avait surprise plus que tout. La simple image de voir Helya enceinte jusqu’aux yeux lui donnait des envies de rire. Elle se retiendrait, pour ne pas froisser le Harloi.




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Ven 22 Mar 2013 - 13:12

     Le sourire qui se dessina sur les lèvres d'Aaricia était difficile à identifier. Était-il sincère ou forcé ? Sargon préféra ne pas s'y attarder pour l'écouter répondre. Elle lui fit savoir que même si son idée était de reprendre la mer, cela ne se produirait pas avant quelques temps, ce qui au fond, n'avait rien de très surprenant. Ne venait-elle pas d'accoucher de jumeaux ? De plus avec les raids auxquels elle avait participé et qui avaient été très risqués pour une femme enceinte jusqu'aux yeux, il était plus qu'évident qu'elle avait dû frôler la mort. Une femme de plus qui n'aurait pas survécu à son cousin, l'ironie aurait été très présente et Sargon aurait été bien navré de ne plus pouvoir apercevoir le minois de la Greyjoy pour égayer ses journées. Ou les rendre plus compliquées suivant ses humeurs et le Dieu Noyé savait à quel point les Fer-nées en avaient ! Comme si elle lisait dans les pensées de son interlocuteur, l'épouse de la Seiche d'Or lui parla d'Helya en avançant l'argument qu'elle ne devait pas trop le malmener. Lui ? Le martyriser ? C'était aussi impensable que de l'imaginer comme le plus fervent fidèle du Dieu Noyé ! Elle n'était pas encore née celle qui lui rendrait la vie impossible, même si la Botley s'appliquait à la lui compliquer, il fallait l'avouer.

     Lorsque la jeune femme aborda le fait que n'importe quel homme devait être heureux de voir son nom perdurer, il ne put la contredire. Lui-même avait imposé à Helya le fait qu'elle doive lui donner un héritier, ne serait-ce que pour s'assurer que ce ne serait pas ce bâtard de Gabriel qui finirait par hériter de Crépuscule si jamais Sargon venait à rejoindre les flots avant lui. Arriva ensuite le sujet le plus épineux, celui de leur discussion au rassemblement. Apparemment Aaricia lui en voulait toujours pour les quelques sous-entendus à peine voilés qu'il lui avait offerts. Helya était à leurs côtés d'ailleurs, elle non plus n'avait pas bien réagi, visiblement Sargon était le seul à avoir été amusé de la situation ! Il se contenta de hausser les épaules pour la laisser terminer ce qu'elle avait à dire avant de prendre la parole à son tour. Pour commencer, le Harloi resta immobile, bien que son regard scrutait avec attention le visage de la jeune femme.

     ▬ Ne mettons pas la charrue avant les bœufs, Helya a juste accepté ce mariage pour le moment, mais rien n'est encore certain. Les femmes sont si promptes à changer d'avis, je préfère ne présager de rien avant d'avoir certaines cartes en main. Pourtant, il voyait loin, très loin, mais disons que ses plans pouvaient être reportés si la Botley se désistait à la dernière minute. Quant aux femmes enceintes, j'ose espérer qu'elles ne sont pas toutes aussi caractérielles et impulsives que vous, sans quoi je pourrais bien tirer un trait sur ma descendance pour avoir un peu de quiétude. »

     L'idée était juste impensable, mais Aaricia s'en douterait parfaitement. Combien de fois lui avait-il dit qu'il aimait les risques et le danger ? Trop de fois pour qu'elle s'imagine qu'il puisse réellement préférer la paix à une descendance. Surtout que la Botley n'était pas des plus agréables même sans avoir un héritier qui lui déformait le profil. Le Fer-né inspira légèrement, détourna brièvement son regard de son interlocutrice pour regarder autour de lui. Il venait rarement ici et en réalité, la dernière fois qu'il avait mis les pieds à Cormartel avait été à l'époque où il courtisait Aaricia. Drôle de souvenir, il s'était toujours demandé si l'époux de la demoiselle était au courant que son cousin avait tenté d'obtenir sa femme avant lui. Certainement pas, sans quoi les soupçons de Dagon vis-à-vis des intentions de Sargon à l'égard d'Aaricia, auraient été plus présents. Reportant son attention sur la demoiselle, le capitaine s'approcha d'elle, son éternel sourire flottant toujours sur ses lèvres.

     ▬ Pour ce qui est du rassemblement, mes paroles n'ont pas été déplacées, je me contentais de complimenter l'épouse de mon suzerain, est-ce donc si mal que ça ? Le ton amusé soulignait clairement le fait que c'était bien loin d'être la vérité. Je ne suis pas suicidaire non plus, votre époux n'était pas à côté de nous de toute manière. Ce n'est pas parce qu'il lui manque un œil qu'il est capable d'entendre un murmure à l'autre bout d'une pièce, non ? Sargon s'arrêta à un petit mètre d'elle, scrutant son visage avec attention. Quant à notre amitié.... Je ne sais quoi en penser. Je n'ai pas pour habitude d'avoir des amis, encore moins avec des femmes et j'ai entendu dire que vous n'étiez pas plus douée dans ce domaine que je ne le suis. »

     Les rares femmes avec qui le Fer-né s'entendait étaient généralement ses alliées – et non ses amies – ou des membres de sa famille. En somme, des personnes qu'il était obligé de traiter avec un semblant de respect, mais Aaricia n'entrait dans aucune des deux catégories. L'assurance du Harloi avait toujours été très présente, mais depuis que la Botley avait accepté de se marier avec lui, il avait encore gagné en vanité. Si Helya qui se refusait à lui depuis tant d'années et que tout le monde considérait comme indépendante, avait accepté un tel accord, pourquoi est-ce que la Bonfrère ne céderait pas elle aussi ? Cette victoire lui avait redonné du poil de la bête et il avait bien l'intention d'en profiter autant qu'il pourrait. Il fallait l'avouer, les échanges qu'il avait eu jadis avec la jeune femme, lui manquaient bien souvent.

     ▬ Est-ce donc ainsi que vous me percevez, comme un ami ? Pourquoi se borner à une relation aussi basique ? L'amitié n'est que du vent, ce n'est pas aussi intéressant et divertissant que le reste. Il était aisé de comprendre ce qu'il entendait par « le reste » surtout comme elle l'avait déjà vu à l’œuvre. J'ai toujours pensé qu'il y avait autre chose que ce que vous appelez de l'amitié. Osez me dire que je me trompe. »

     C'était très présomptueux de sa part, il en était parfaitement conscient, mais qu'importe ! Lorsque vous aviez autant d'assurance que le capitaine de la Veuve Salée, vous n'aviez absolument aucune raison de douter de vous. Il était persuadé que la belle était sensible à ses charmes et n'en démordrait pas, même si elle lui assurait le contraire à cet instant. Son sourire s'accentua alors qu'il ajouta quelques mots.

     ▬ Il n'y a que vous et moi ici, inutile de craindre les oreilles qui traînent. »


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Sam 23 Mar 2013 - 2:51

Même si elle avait envoyé paitre le Harloi, lors du rassemblement, elle était tout de même heureuse de voir qu’il avait pris le temps de venir la voir. Sur le moment, elle s’en était prise à lui, après les annonces de son époux et les imbécilités de son frère. Elle avait mis le tout sur la faute du Harloi pour se débarrasser de ce moment qui semblait si important pour Dagon. Aaricia n’y avait vu lors de ce rassemblement, plutôt des capitaines qui n'étaient pas capable de se sentir. Elle n’avait peut-être pas aimé les sous-entendus de ses paroles, mais elle le connaissait bien pour ne pas avoir froid aux Yeux et répliquer. Malheureusement, plus elle passait du temps à Pyk, plus elle ramollissait. Elle aimait Dagon, mais jamais elle n’en ferait part à quelconque fer-né. Elle était certaine que le Seigneur de Pyk, n’avait pas envie de voir sa vie sentimentale étalée. D’un autre coté, elle ne restait pas indifférente au capitaine Harloi. Il avait toujours aimé la contrarié pour obtenir quelques choses d’elle. Aaricia se souvenait bien de la promesse qu’il lui avait fait, qu’un jour, il prendrait bien plus qu’un simple baiser. Il était déterminé à la faire céder devant ses avances.

Elle eut tout de même un franc sourire lorsqu’il lui parla des femmes enceintes. Elle n’avait pas été de tout repos pour Dagon. Même si Lord Ravage ne s’en sortait pas si amoché au final. Pour le reste des hommes fer-nés, certains avaient plus de chance que d’autre, au final. Heureusement, il y en avait peu comme elle, mais il y en avait.

Il y en a peut-être des pires que moi, mais je suis certaine qu’elles ne sont pas toutes ainsi. Malgré tout et malgré mon caractère, Dagon ne s’en est tiré pas trop mal. Mais je suis déçue d’entendre cela de la bouche d’un homme qui pourtant n’a pas peur des risques et encore moins du danger. Je vous aurais pourtant imaginé en train de vous amuser.

Elle appréciait le Harloi et encore plus lorsque Dagon n’était pas là. Chaque fois qu’il prononçait le nom du capitaine de la Veuve Salée, elle sentait une accusation de son époux. Une accusation justifiée, selon elle. De tous les fer-nés qu’elle connaissait, il avait toujours le même nom pour la faire sentir mal à l’aise, mais surtout pour la prendre au dépourvu. Une partie d’elle n’en avait que pour Dagon alors que l’autre voulait toujours connaitre les limites du Harloi. Pourtant, elle ne savait pas si un jour, elle franchirait la mince ligne entre eux. Elle n’avait pas l’énergie pour s’emporter contre le fer-né devant elle. Elle n’avait même pas l’envie de lui faire connaitre le fond de sa pensée concernant le rassemblement. Pour elle s’était du passée et elle préférait le garder là où il était.

Vos compliments étaient plus qu’explicite et lorsque l’on vous connait, on comprend très vite les doubles sens. Dagon n’était pas à mes cotés, mais il n’en est pas idiot pour autant. Je sais qu’il a des soupçons

Quoi de plus normal. Elle était une gamine comparée à la Seiche. Pour l’instant, elle tenait fermement ses engagements envers lui et avec, ses jumeaux, elle ne pouvait faire les idiotes. Elle eut tout de même un rictus lorsqu’il lui parla des amis. Ils étaient si rares, qu’elle avait certainement assez de ses deux mains pour les compter. Elle en avait, mais pas autant et pas si important, quoique pour elle, ils l’étaient. La plupart qu’elle avait eue était des marins avec qui elle avait navigué, quand elle était plus jeune. Elle n’avait qu’une amie sincère et elle était tout son opposé. Elle détourna le regard pour fuir celui du Harloi. En fait, elle ne savait pas ce qu’il était pour elle. Mais elle était certainement le plus grand de ses amusements.

Je suis certainement encore moins doué que vous pour ça. La plupart des gens que je pourrais traiter d’amis, on finit dans les flots et ceux qui restent seraient certainement près à me poignarder dans le dos une fois retournée, si cela en valait la peine.

Elle n’était pas appréciée partout, particulièrement depuis qu’elle était l’épouse de la Seiche d’Or. Elle s’était faite à l’idée de restreindre les gens auxquels elle tenait vraiment. Elle avait l’impression que même ses deux frères avaient fait un trait sur leur sœur. Tous les comptes faits, elle n’était même pas certainement que le Harloi en fasse vraiment parti. Il avait toujours apparu dans des moments de sa vie à des moments rarement opportuns. À un moment, elle s’était même demandé si Dagon avait fait exprès de demander à son cousin pour réapprendre la navigation à sa femme.

Je ne saurais dire ce que vous êtes réellement pour moi. Vous vous amusez à voir comment je réagis à vos paroles, vous réussissez la plupart du temps, pour ne pas dire presque toujours à me mettre hors de moi-même et vous arrivez toujours à obtenir quelques choses de moi.

Elle avait plongé son regard dans le sien espérant trouver une réponse. Que voulait-il vraiment qu’elle lui dise ? Elle ne voulait pas se créer de problème surtout maintenant. Elle n’était pas certaine de vouloir avouer quelques choses qu’il savait déjà. Elle ne savait même si elle avait un quelconque sentiment ou même désirs. Une chose certaine elle était capable d’avouer qu’elle ne restait pas si indifférente à sa présence ou ses paroles.

Que voulez-vous que je vous avoue ? Ce que vous savez déjà ? Que je ne suis pas insensible à vos avances ?




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Sam 23 Mar 2013 - 14:56

     Lorsqu'elle se prétendit déçue, Sargon ne fut pas plus vexé que contrarié. Il y avait fort à parier qu'elle se doutait qu'il ne parlait pas sérieusement et par conséquent, il n'avait aucune raison de croire ce qu'elle disait sur parole. Le Fer-né se contenta d'esquisser un sourire comme si une telle déclaration l'amusait au plus haut point, ce qui était presque le cas. Après un bref haussement d'épaule, il lui répondit du même ton qu'il empruntait en permanence.

     ▬ Disons que je ne prends des risques que lorsque l'enjeu en vaut la peine. »

     Sachant qu'il lui avait toujours dit qu'il n'hésiterait pas à en courir pour elle, c'était une sorte de compliment. Au moins ne pouvait-elle pas protester sur le fait qu'il parlait d'une manière trop révélatrice puisque personne ne comprendrait le sous-entendu mis à part eux-deux. La demoiselle continua pour faire savoir au capitaine de la Veuve Salée qu'il suffisait de le connaître pour comprendre qu'il ne la complimentait pas uniquement par politesse. Une légère moue se dessina sur le visage du Harloi. Ce genre de remarques avait toujours le don de le contrarier, il passait pour un coureur de jupons alors qu'au final, il ne faisait véritablement des avances qu'à une ou deux femmes sur ces satané îles. Comme quoi, il suffisait de se montrer aimable avec une représentante du sexe faible pour que tout le monde s'imaginait que vous vouliez lui relever le jupon. Bon, en l’occurrence, Sargon comptait bel et bien charmer la Greyjoy, mais personne n'avait la moindre preuve alors à quoi bon l'accuser. Même si Aaricia avouait que son époux avait des soupçons, le jeune homme ne sembla guère inquiet ou contrarié, il se contenta de hausser une fois de plus les épaules en chassant ce sujet de la main comme s'il repoussait un moucheron qui venait le déranger.

     ▬ Les soupçons n'ont jamais tué personne. Et j'ajouterais que si votre époux a des doutes sur votre fidélité, c'est peut-être qu'il doit se reprocher quelque chose. Son sourire s'accentua alors qu'il se penchait légèrement vers elle. Un homme qui sait combler son épouse n'a pas à craindre de la voir aller ailleurs, vous ne pensez pas ? »

     De telles paroles n'étaient pas forcément justifiées, Dagon pouvait être le marie idéal sans pour autant réussir à empêcher cela. Après tout, lui-même avait vu Deirdre aller chercher ailleurs ce qu'il ne pouvait pas lui donner, à savoir le sentiment d'être aimée. Cette idiote s'était laissée berner par les belles paroles d’un imbéciles, mais Aaricia était bien loin d'être comparable à la bâtarde : elles ne jouaient absolument pas dans la même cour. Sargon n'était pas certain de pouvoir offrir quelque chose de différent ou de nouveau à la demoiselle, mais sa vanité le persuadait pourtant du fait qu'il soit capable de l'éloigner de son rôle de femme parfaite. Le mariage avait le don de rendre la vie monotone, il suffisait de voir le père de Sargon qui passait davantage de temps avec ses femmes-sel qu'avec sa propre épouse. La Greyjoy avait beau être ferme à ce sujet et interdire à son mari d'aller voir ailleurs – le Harloi n'avait jamais compris que son cousin accepte un tel traitement d'ailleurs – elle ne l'empêcherait certainement pas d'obéir à son instinct si un jour il en avait l'envie. Et ce jour arriverait sans aucun doute possible, le Harloi en était intimement persuadé. Aaricia avait donc tout à gagner à céder elle aussi. Une logique discutable il fallait l'avouer, mais peu importait, tous les moyens étaient bons pour atteindre son but !

     La demoiselle se déclara comme étant moins douée que lui pour se faire des amis avant d'avouer qu'elle ne savait comment le qualifier. Pas un simple ami donc ? C'était ce qui intéressait le plus le Fer-né. Lorsque la belle ajouta qu'il avait le don de la mettre hors d'elle, cela ne le contraria pas, mais l'amusa plutôt. Soutenant le regard clair de la Greyjoy, Sargon se contenta de garder son habituel petit sourire tandis qu'elle confirmait ce qu'il savait déjà. Qu'attendait-il ? Ce n'était pas compliqué, qu'elle cesse de freiner de toutes ses forces dès qu'il essayait de la pousser dans la direction qu'il souhaitait. Pas gêné pour deux sous par la proximité qu'il y avait entre eux, le capitaine répondit d'un ton à la fois amusé et détendu.

     ▬ Juste la vérité. Je ne vous demande pas de flatter mon ego ou de me mentir, ce n'est pas franchement ce qui m'intéresse vous le savez bien. Détaillant le visage d'Aaricia, le Fer-né resta silencieux quelques secondes avant de reprendre. Je vous l'ai déjà dit souvent par le passé, je préfère encore vous mettre hors de vous que de vous laisser indifférente, au moins je peux considérer que j'arrive à éveiller quelque chose en vous. C'était d'ailleurs ce qu'il lui avait dit lors de leur toute première rencontre et ce qui lui avait valu un baiser de sa part. Mais vous m'intriguez. Je n'arrive pas à vous comprendre et je ne sais plus comment m'y prendre avec vous. »

     Pourtant, son comportement disait le contraire. Mais c'était une manière comme une autre de lui faire comprendre qu'elle pouvait faire un effort dans son sens pour lui envoyer des messages plus clairs. Les femmes étaient très compliquées, elles étaient versatiles et lunatiques, mais c'était justement ce qu'il aimait beaucoup chez elle. Le Fer-né aimait la manipulation et jouer avec les mots, quel meilleur moyen de s'entraîner que de parler avec les représentantes du sexe faible pour essayer de les comprendre ? Après avoir scruté le minois de la Fer-née, le capitaine se détourna finalement d'elle et s'éloigna de quelques pas comme si la discussion ne l'intéressait plus vraiment. Pourtant, les paroles qui sortirent de sa bouche étaient bien différentes.

     ▬ Vous me dites que je ne vous laisse pas insensible, pourtant, chaque fois que je fais un pas dans votre direction, vous reculez. Est-ce que je vous fais peur Aaricia ? À moins que vous n'ayez plus assez de caractère à présent pour désobéir aux ordres de votre mari ? Titiller les zones sensibles restait le meilleur moyen de la pousser à agir comme il le souhaitait. Pivotant pour la regarder à nouveau, il conclut d'un ton léger. Vous savez, si vous voulez que je cesse mes avances à votre encontre, vous n'avez qu'une chose à dire : laissez-moi. Je le ferai, mais encore faudrait-il que vous me le disiez. »

     En avait-il réellement l'intention ? Non, mais c'était uniquement parce qu'il était persuadé qu'elle ne dirait jamais une telle chose. Vanité, assurance, sans toi le Fer-né ne serait pas arrivé bien loin ! Rien ne prouvait qu'Aaricia ne pouvait pas lui ordonner une telle chose, mais il n'avait besoin d'aucune preuve, tout comme son cousin apparemment.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Mar 26 Mar 2013 - 17:38

Il ne changeait donc pas. Il avait toujours en priorité de la faire céder. Elle se demandait si cela n'était que suicidaire ou amusant. Elle le laisserait trouver son point faible et l'exploiter, voir s'il pouvait obtenir quoique ce soit. Du moins, elle espérait en conclure que s'il était venu sur l'ile la moins hospitalière des îles de fer, c'est qu'elle en valait toujours la peine après avoir été mariée et être devenue mère quelques mois plus tard. Elle le regarda droit dans les yeux pour seulement y déceler quelques choses qui lui mettraient la puce à l'oreille, mais il semblait insondable avec ses paroles qui pouvaient ne rien dire et tout dire à la fois. Elle ne savait plus sur quel pied danser. Elle était une autre qu'elle ne voulait pas. Ses frères avaient certainement raison, elle avait changé au contact de la seiche. Elle avait appris à se terrer au lieu d'affronter.

Dois-je en conclure que j’en vaux toujours la peine, puisque vous prenez des risques la plupart du temps quand je suis près de vous.

Elle n’avait pas toujours été franche avec lui et elle l’avait reconnu après leur brouille à Port-Lannis. Si elle n’avait pas voulu lui dire pour sa grossesse c’était pour se prouver qu’elle n’avait pas besoin que l’on l’a materne, même quand elle avait un handicape. Elle avait vu tout de même les conséquences que cela avait posé et cela était certainement la dernière fois qu’elle se battrait enceinte jusqu’aux Yeux. Malgré ses paroles, elle baissa honteusement la tête. Si quelqu’un à Pyk avait quelques choses à se reprocher c’était bien elle. Dagon malgré son cœur en pierre n’était pas le pire des époux. Elle avait eu des amants pires en somme.

Et pourtant, il n’a rien à se reprocher. Peut-être est-ce la rencontre de la sagesse et l’insouciance qui nous rend distant et qui fait que je le crains davantage que nul autre homme sur les îles de fer.

Il n'avait plus la force d'aller voir ailleurs et se contentait facilement de son épouse. Tous croyaient que c'était elle qui lui interdisait, mais c'était de bien loin cette réalité. Il lui avait fait clairement comprendre avant son départ que jamais, elle n'aurait le pouvoir de lui interdire cela. Elle se demandait même s'il avait mis cela sur le compte de la vieillesse uniquement pour la rassurer. Même si elle pouvait s'avérer des plus exécrables, elle n'était pas la pire. La seule chose qui les distançaient serait toujours l'âge. La sagesse et l'Insouciance sous le même toit. Dagon ne lui avait-il pas dit un million de fois, que la seule personne dont il devait la protéger était elle-même ? Aaricia était insouciante par moment ce qui l'amenait à faire des choses et se retrouver contre un mur bien vite alors que Dagon avec les années était un homme réfléchi. Pour l'instant tout restait compliqué. Elle voulait bien lui donner la vérité. Elle avait promis de toujours être franche à l'avenir.

Après Port-Lannis, j'ai regretté de ne pas avoir été franche avec vous et je vous avas promis de ne plus jamais vous mentir, peut importe la raison. J'ai beaucoup changé. Des gens comme Harlon disent que c'est pour le mieux, et d'autres comme mes frères que je cherche simplement à garder ma tête sur mes épaules. Pensez ce que vous voulez... Il n'y a rien de compliqué à comprendre. Je ne veux pas faire de mal à Dagon qui se donne tant de mal avec moi, mais je n'ai pas envie de vous envoyer balader de la main et vous oublier pour autant.

Elle s'était détournée pour fixer quelques choses, autre que le fer-né. Elle n'était pas la meilleure pour ce genre de discussion. Les excuses n'étaient pas dans son vocabulaire et les explications comme les justifications n'étaient pas son fort. Une partie se disait de céder, l'autre de rester forte. Elle voulait bien raisonner une, mais elle n'avait pas le choix de faire taire l'autre. Facile à dire, mais plus compliqué à faire. Elle aurait bien voulu, mais le Harloi resterait toujours dans un coin de son esprit. Elle avait senti ses poings se former. Qu'avaient-ils tous à lui reprocher son obéissance à la seiche ? N'avait-elle pas eu le droit de changer ? Était-ce si mal en soit, qu'elle change ? Elle s'était retournée pour lui faire place.

Si je cherchais réellement à vous fuir, je ne serais pas venue vous voir. J'aurais attendu patiemment que vous partiez. Ai-je peur ? Peut-être .... J'ai peur de céder, peur des conséquences, peur de perdre ce que j'ai réussi à construire pendant la dernière année qui s'est écoulée. Je n'ai pas besoin de Dagon pour me dire quoi faire et je vis avec les conséquences de mes actes. Même si je vous disais de ne plus jamais me voir, de me laisser seul, jamais vous le feriez, vous sauriez que je ne ferais que vous mentir pour trouver une échappatoire.

Tout au fond, même si elle était tiraillée entre lui et Dagon, elle ne voudrait jamais qu’il la laisse tranquille. Il arrivait à troubler à sa manière et maintenant qu’elle avait l’approbation de retourner en mer. Elle devait certainement le prouver qu’elle était apte à le faire et elle avait besoin du Harloi pour cela. Dagon avait mis cela entre les mains de son cousin…


Spoiler:
 




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mer 27 Mar 2013 - 12:55

     Elle pouvait conclure ce qu'elle souhaitait, il apparaissait assez évident que s'il venait toujours lui rendre visite, c'était pour une raison bien précise. Aaricia commençait à connaître suffisamment le Harloi pour comprendre qu'il ne viendrait pas à Cormartel pour le simple plaisir de prendre des nouvelles de la dame des Iles de Fer. Déjà qu'il ne montrait que très peu de respect à l'égard de son suzerain, ce n'était pas pour se plier aux règles de bienséance avec une femme. Non, s'il venait ici, c'était pour la bonne et simple raison qu'il voulait pouvoir discuter avec la jeune femme et rien d'autre. Même si Sargon se targuait d'être un personnage manipulateur et difficile à cerner, il était en réalité très simpliste dans ses réactions avec les autres. S'il ignorait quelqu'un, c'était tout simplement parce que cette personne ne l'intéressait pas et dans de tels cas, il ne prenait jamais la peine de rendre des visites de courtoisie. Si son intérêt pour l'épouse de la Seiche avait diminué, il aurait tout simplement cessé de lui adresser la parole. N'étaient compliqués que les individus qui agissaient sur des pulsions, même eux ne savaient jamais ce qu'ils allaient faire et cela les rendait donc imprévisible.

     Il resta donc silencieux après les quelques paroles de la jeune femme, mais constata qu'elle baissait la tête comme si elle était prise en faute. L'ajout qu'Aaricia fit au sujet de son époux ne manqua pas de faire sourire Sargon. Dagon, ne rien avoir à se reprocher ? Allez savoir, en tous les cas, il avait beaucoup de mal à se représenter son cousin comme un modèle d'époux. Elle glissa ensuite vers Port-Lannis pour lui avouer qu'elle s'était sentie coupable de ne pas lui avoir dit la vérité et que depuis, elle avait beaucoup changé. Sargon l'avait constaté en effet. La Aaricia qu'il avait rencontrée lors de son premier passage à Cormartel avait beaucoup évoluée. Peut-être en bien, peut-être en mal. Lui-même ne le savait pas encore. Toujours est-il qu'elle ne voulait pas faire souffrir son époux et cette simple phrase suffit à amuser encore davantage le capitaine de la Veuve Salée. Les sentiments des autres ne l'intéressait pas, il avait tellement fait souffrir des gens qui tenaient à lui et qui se donnaient du mal pour entretenir leur relation, ce n'était pas Dagon qui allait trouver grâce à ses yeux.

     Toujours silencieux, il observa la Fer-née s'éloigner de lui avant de lui faire à nouveau face pour formuler une réponse qui fut des plus satisfaisantes. Ainsi donc elle n'était pas certaine de pouvoir s'empêcher de céder ? L'annonce ne manqua pas de dessiner une expression amusée sur les lèvres du Harloi qui se contenta de la scruter d'un air indifférent. Lorsqu'elle retomba dans le silence, il détourna brièvement son regard, puis répondit enfin.

     ▬ Vous avez peur ? Je croyais que les Fer-nés ne connaissaient pas la peur ? Je ne pensais pas que vous puissiez être le type de femme qui puisse avoir peur des conséquences de ses actes. Glissant son regard vers elle, il enchaîna de plus bel. Si vous vous focalisez sur les conséquences, vous risquez de passer à côté de beaucoup de choses vous savez. Que se serait-il passé si j'avais décidé qu'il était trop risqué que je tente ma chance avec vous ? Je ne serais pas ici et nous ne nous serions certainement jamais parlé. Il pouvait parler de ne pas craindre les risques vu qu'il flirtait sans arrêt avec le danger, c'était un mode de vie similaire à presque tous les Fer-nés cependant. Vous parlez beaucoup de Dagon, mais assez peu de vous au final. En quoi pourrait-il souffrir de quelque chose qu'il ne saurait pas ? À moins que vous n'ayez dans l'idée de lui faire savoir que je vous fais des avances ? »

     L'idée était saugrenue, il n'y avait que très peu de chances pour qu'elle prenne un tel risque. Pourquoi ? Certainement parce qu'elle risquait autant que lui, si jamais Dagon savait qu'elle avait laissé le Harloi insister au lieu de l'envoyer paître depuis longtemps, il pouvait lui en tenir rigueur. Oh, bien évidemment, Sargon avait tout de même eu l'audace d'essayer de séduire la femme de son suzerain et il risquait donc beaucoup plus gros qu'elle. Comme la mort par exemple ? C'était envisageable, après tout, le Fer-né ignorait ce que son cousin pensait réellement de lui. Il pouvait lui parler pour la simple et bonne raison qu'il souhaitait garder la main sur tous les capitaines de la flotte de fer, mais sans le supporter davantage que ce qui était nécessaire.

     ▬ Dagon ne vous ferait jamais de mal, n'allez pas essayer de me faire croire qu'il pourrait attenter à votre vie simplement parce que vous vous êtes laissée faire. Et encore, peut-on dire que ce soit le cas sachant que vous ne m'avez pas accordé davantage qu'un baiser depuis notre première rencontre ? Il devrait plus s'estimer fier de vous sachant que vous lui êtes plus fidèle qu'il ne pourrait l'espérer. Si c'est tellement l'idée de risquer votre vie qui vous inquiète, je peux toujours me faire passer pour le seul responsable. »

     Prendrait-il un tel risque ? Allez savoir, d'un côté c'était totalement contradictoire avec ce qu'il avait l'habitude de faire. Jamais le Harloi n’encoure-rait le risque de tout perdre juste pour une femme, il fallait qu'il y ait une récompense bien plus importante à la clé pour qu'il se lance dans une telle idée. Mais il fallait avouer que l'attitude d'Aaricia accentuait tout ceci. Elle se refusait depuis tellement longtemps à lui, que le capitaine de la Veuve Salée était en train de se dire que l'idée de perdre beaucoup juste pour avoir le plaisir de savoir qu'il avait réussi à la faire céder, pouvait être acceptable. Le Fer-né décida cependant de changer un peu de sujet histoire de lui accorder une petite pause, pour mieux y revenir plus tard évidemment. Sans s'éloigner beaucoup d'elle de manière à pouvoir réellement profiter de sa présence, il reprit la parole d'un ton badin.

     ▬ Mais parlons d'un sujet plus léger, je ne voudrais pas vous faire fuir avant d'avoir pu savoir ce que vous aviez comme projets. J'imagine que je n'aurais plus le plaisir de pouvoir vous voir sur le pont de la Veuve avant un moment ? Vous allez devoir materner, deux enfants c'est d'autant plus de travail, vous risquez d'être très prise durant les quinze années à venir. Son sourire s'accentua alors qu'il la fixait. Comment se fait-il que vous soyez venue vous abriter à Cormartel plutôt que de rester à Pyk ? J'espère que ce n'est rien de grave. »

     Mis à part l'éventuelle attaque des continentaux bien évidemment. Ou plutôt de la Flotte du Lion qui semblait persuadée de pouvoir battre les Fer-nés sur leur propre terrain, pauvres fous qu'ils étaient. L'espoir faisait vivre, mais cela ne leur serait pas suffisant pour rentrer chez eux autrement que les deux pieds devant.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Dim 31 Mar 2013 - 2:21

La peur restait humaine et ils n’étaient pas Des immortels. Un jour ou l’autre, fer-né ou pas, l’on pouvait craindre quelques choses. Peut-être pas tous. Le Harloi avait tendance à ne pas montrer autre chose que de l’arrogance. Elle se disait qu’il devait certainement avoir eu peur un jour où l’autre. Il ne pouvait pas être insensible, quoique cela ne la surprenne pas au finale. Elle avait toujours eu peur et d’un coté, fer-né ou pas, la peur finissait toujours par vous surprendre à un moment où vous ne vous y attendiez pas. Elle avait peur beaucoup plus pour les autres qu’elle-même d’ailleurs. C’était une chose qui la rendait parfois très agaçante. Elle ne pouvait faire autrement …

Nous connaissons tous la peur un jour où l’autre. Même si nous sommes des fer-nés, cela ne change rien au fait que l’on peut avoir peur. Nous sommes que des humains, de pauvres mortels jouaient des dieux ... Nous ne l’exprimons pas tous, mais elle reste là.


Elle avait eu peur dans le Nord. Chaque jour ensuite, avait été une torture constante. Elle restait alitée à attendre et à se questionner ce qu’il l’attendait. Elle avait eu peur de partager le triste destin de sa mère et ensuite de perdre l’un de ses enfants et désormais, elle avait peur pour Pyk, pour les Iles de fer. Elle lui avait offert un sourire forcé, mais il y avait bien qu’elle qui le savait. Elle ne pourrait faire autrement. Elle s'était détournée pour héler un domestique quelconque. Domestique qui ne tarda pas à ramener des rafraichissements pour le Harloi et la Greyjoy. Aaricia avait bu d’une traite. Elle parlait bien trop, une vraie bonne femme …

À une époque je me fichais bien des conséquences. Surtout, si elles valaient la peine de faire râler mon paternel. Il est peut-être trop tard, puisque j’ai passé à coté de beaucoup de chose. Ne le croyez pas si imbécile … Un homme sait quand sa femme ment

Aaricia retenait un conseil de son vieil oncle. Ce n’était pas parce que l’on disait que la personne ne finissait pas par le savoir. Les Iles de fer n’était pas le genre d’endroit où la simple petite rumeur prenaient des jours à arriver aux oreilles du concerné. Que dirait-on d’elle … Et Dagon, le seigneur cocu des iles de fer. Elle n’était pas prête à endosser ce rôle maintenant. Surtout que Lord Ravage n’était pas le plus indigne et grotesque des hommes. Au contraire, il était d’une bonté qu’elle ne criait pas sur tous les toits. Elle ne voulait pas le faire paraitre comme le mari idéal. Il lui avait pris tant de temps à fracasser cette carapace, elle n'allait pas le laisser se refermer pour qu’il la déteste. Si cela impliquait de prendre quelques distances elle le ferait aussi. Même si elle trouverait cela fort regrettable.

À la première vue, quand l’on voit ce qui est arrivée à sa première épouse, il est plus utile de se poser des questions que d’agir comme une idiote. Dagon n’est pas le mari parfait et je suis très loin de cette idylle.

Elle était certainement la pire épouse que les Greyjoy avait vu dans les différentes générations. Certes épouser un homme qui avait l’âge de son père ne l’avait jamais bien aidé. Elle avait tant eux de misère à respecter son père durant son adolescence que de se mettre dans le crâne que Dagon agissait davantage à titre de mari plutôt que de père était quelques peu compliqué. Elle s'était approchée du Harloi sans crainte qu’il tente quoique ce soit. Elle n’avait plus envie de parler de Dagon qui était, elle ne savait où. Cet homme était attaché à elle et ses enfants, mais il était bien plus fidèle à sa précieuse Sirène Noire. Ses yeux passèrent sur le Harloi, avant de sourire. Avait-il donc oublié? Elle lui avait ouvert la porte le premier jour de leur rencontre, mais il avait préféré la quitter. Maintenant qu’elle était mariée et qu’elle avait ses deux petits poulpes, elle n’avait pas envie de se lancer dans de grande aventure.

J’avais ouvert la porte la première fois que vous aviez mis les pieds à Cormartel. À cette époque même je me cherchais de bien grand aventure. Votre détermination vous donnera un jour ce que vous voulez réellement de moi.

Elle avait préféré sourire plutôt que de répondre. S’il se déclinait comme le seul fautif cela ne lui enlèverait pas de soupçon. Elle était à état de refuser ou d’accepter. Elle avait préféré laisser cette porte ouverte à l’interprétation. Tout n’était pas fini, elle était encore jeune, après tout et le Harloi avait bien assez de patience pour l’Attendre. Et contrairement à ce qu’il croyait il aurait de la chance de la revoir bientôt. Elle n’Avait pas l’intention de jouer les gentilles mères à plein temps. Surtout que Dagon lui avait intimé l’ordre de se remettre sur pied, et il avait ponctué sa phrase d’un capitaine ce qui l’avait rendu de fort bonne humeur malgré tout.

À moins que vous ne voulez pas m’y revoir, mais il me fera un plaisir de pouvoir monter sur le pont de la Veuve Salée. Enfin, si j’y suis toujours la bienvenue. Même si j’ai éduqué mes deux frères sans réels succès, je ne me contenterais pas de tenir la main de mes enfants tout la vie et de me concentrer uniquement sur eux. Je pourrais toujours accorder la mère et la capitaine quand il le faudra.

Elle s’était mordue l’intérieur des joues lorsqu’il lui demanda pourquoi elle n’tait pas à Pyk. Devait-elle vraiment répondre par la vérité où devait-elle seulement dire quelques choses pour éviter le sujet. Elle avait fini par opter la vérité. Quand bien même qu’elle dirait quelques choses d'autres, on finirait bien par savoir que Dagon avait abrité sa progéniture loin de Pyk.

Rien de grave me concernant personnellement. Dagon a seulement voulu me savoir ailleurs qu’à Pyk, si les continentaux se pointaient le nez sur les Iles de fer. Il trouvait plus prudent que j’accouche à Cormartel que je le fasse à Pyk. Même s’il est encore fragile, il ne veut pas voir son fils et unique héritier mourir. Je préférais être mille fois ailleurs que dans cette forteresse maudite

Quoiqu’elle ne survive pas longtemps s’il la laissait avec ses frères. Les jumeaux étaient courants dans la famille Bonfrère autant que la fratricide. .




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Dim 31 Mar 2013 - 18:02

     Aaricia parlait de peur, de décision des Dieux, de choses qui avaient le don de passer au-dessus de la tête du Harloi. Il n'acceptait pas l'idée que des divinités puissent diriger sa vie et crachait volontiers sur les croyances de ses comparses. La Greyjoy le savait parfaitement puisque son époux était un proche d'Harlon le Rouge et que ce dernier devait certainement se plaindre du comportement hérétique de son neveu. Avait-il peur ? Certainement, tout le monde devait ressentir ce petit pincement un jour ou l'autre, mais il était tellement aveuglé par sa vanité qu'il était bien incapable de savoir dans quel domaine est-ce qu'il pouvait la craindre. C'était un risque, car cela signifiait tout simplement qu'il pouvait voir cette peur lui tomber dessus sans qu'il ne s'y attende. Mais l'arrogant personnage refusait de croire qu'il pouvait craindre quelqu'un ou même quelque chose et se contenta de chasser ce sujet d'un geste impatient de la main.

     ▬ La peur c'est juste l'absence d'assurance. J'en ai suffisamment pour ne laisser aucune place à la crainte, c'est ce sentiment qui empêche les humains de faire ce qu'ils veulent. Et ne me parlez pas de Dieux, vous savez très bien ce que je pense d'eux. Aucun Dieu ne gouverne ma vie et ne joue avec moi pour la bonne et simple raison que je ne le veux pas. Il sourit légèrement. Il y a beaucoup de choses que vous n'exprimez pas Aaricia, pourtant vous devriez. Inutile de préciser à quoi il faisait référence. Les Dieux ne sont que des excuses inventées par les hommes pour justifier leurs actions et leurs interdictions. Mais elles n'engagent que ceux qui y croient et ce n'est pas mon cas. »

     Autrement dit, les excuses que la belle pourrait lui fournir n'allaient pas le dissuader de faire ce qu'il désirait. Bafouer le Dieu Noyé ne le dérangeait guère, bien qu'il savait que ce comportement faisait grincer des dents beaucoup de Fer-nés.
     Le domestique appelé par Aaricia s'était déjà éloigné que la Greyjoy avait avalé sa boisson d'un geste sec. De quoi surprendre n'importe qui, elle avait une bonne descente et cela fit sourire le Harloi qui la contemplait toujours de la même manière qu'au premier jour. La jeune femme avoua alors à son interlocuteur qu'à une certaine époque, elle n'aurait pas songé aux conséquences de ses actes, mais que les choses avaient évoluées. Quel dommage, il se souvenait bien l'avoir visitée – ou plutôt sa demeure sachant qu'elle, il n'en avait pas encore eu l'occasion – mais ne se souvenait pas d'avoir eu le signal qui l'invitait à pouvoir faire râler son géniteur. Oh, elle lui avait bien proposé de séjourner chez lui pour la soirée, mais avait clairement fait comprendre au Harloi qu'il dormirait seul. Dure demoiselle, les femmes mentaient toutes, Dagon le savait aussi sûrement que lui. Amusé, le capitaine de la Veuve Salée la fixait avec la même intensité que précédemment alors qu'elle s'approchait de lui afin de lui laisser entendre quelque chose qui lui plaisait beaucoup.

     ▬ Et vous me laissez dans le flou quant à la date ? Vous êtes bien cruelle avec moi, j'ai le sentiment que je serai vieux et gâteux avant que vous ne me donniez ce que je souhaite réellement. Drôle de réplique sachant qu'il lui avait dit espérer mourir en étant encore jeune et fort. Je me rappelle que vous m'avez ouvert votre porte, je me souviens aussi que vous m'aviez accordé plus qu'aux autres hommes qui vous rendaient visite, mais je me rappelle aussi que vous aviez été claire sur la fin de la soirée. Il se pencha légèrement vers elle avant d'ajouter quelques mots, un sourire collé aux lèvres. Et je me souviens de votre surnom, il était peu probable que vous m'auriez laissé avoir ce que je voulais, même à cette époque. À moins que vous ne le méritiez pas ? M'auriez-vous menti ? D'un côté, je l'espère, ce serait le signe que vous pouvez flouer n'importe quel homme avec votre charmant minois. »

     Il parlait du surnom qu'elle avait à l'époque « La vierge de Grand Wyk » et qui était assez significatif pour qu'il comprenne qu'elle n'aurait pas davantage laissé le Harloi avoir ce qu'il attendait d'elle, même pour contrarier son géniteur. Toujours est-il qu'elle répondit à la question qui lui était adressée pour faire savoir à son invité qu'elle comptait regagner le pont de la Veuve Salée dès que l'occasion lui en serait donnée. Était-elle toujours la bienvenue ? Quelle question ! Il la scrutait avec amusement et arrogance.

     ▬ Vous êtes toujours la bienvenue sur la Veuve, Yoren me parle souvent de vous, je crois que vous lui manquez. »

     L'idée était saugrenue, le roturier n'ouvrait jamais la bouche et il n'était même pas certain qu'Aaricia puisse déjà avoir entendu le son de sa voix. L'homme avait veillé sur elle lors du raid sur Port-Lannis et il était au courant du comportement de son capitaine à l'égard de la belle, mais ce n'était pas pour autant qu'il viendrait à parler d'elle de son propre chef. Et même si Sargon lançait le sujet, Yoren restait muet, se doutant que leur suzerain n’apprécierait pas d'entendre une rumeur à propos d'une telle discussion.

     Aaricia répliqua une dernière fois pour faire savoir à Sargon que son époux l'avait envoyée ici parce qu'il jugeait plus prudent qu'elle accouche loin de Pyk. C'était logique, avec la menace de l'Ouest qui pesait sur leurs destins, il valait mieux ne rien risquer, même s'il était peu probable que les continentaux parviennent suffisamment près des îles pour pouvoir mettre Pyk en danger. À la dernière réplique de la belle, le Fer-né se détourna d'elle pour marcher un peu dans la pièce, mais non pour se dégourdir les jambes : à peine se fut-il un peu éloigné d'Aaricia qu'il se glissa derrière elle jusqu'à se retrouver presque collé à elle. Provocation ? Ouvertement !

     ▬ Si la vie ici vous est si insupportable, vous pouvez toujours venir à Dix-Tours vous savez. Igon est l'oncle de votre époux, c'est comme s'il était de votre famille d'un côté, non ? De plus, la forteresse est presque déserte, comme vous le savez, il n'y a que très peu de Harloi qui vivent là-bas. Vous ne m'auriez même pas sur le dos comme je n'y suis pas invité et vous verriez un peu de paysage. Levant la main, il lui effleura l'épaule, faisant mine de la débarrasser de quelque chose, mais d'une manière bien trop douce pour être réaliste. Sauf si vous avez peur de désobéir à votre époux bien entendu. »

     La peur, est-ce qu'elle allait lui servir ? Il l'espérait, mais ce n'était pas pour autant qu'il réussirait à faire ce qu'il souhaitait d'elle.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Ven 5 Avr 2013 - 2:30

Elle parlait trop. Elle aurait bien voulu ne rien dire et laisser faire les choses. Qu’elle pouvait être idiote … Elle avait amené le sujet sur un point inutile. Heureusement, elle ne l’avait pas contrarié comme elle arrivait à le faire avec les autres habituellement. Elle, parler ? Elle arrivait à peine à se confier que lorsqu’elle le faisait elle s'éparpillait sur des sujets qui n’intéressaient personnes. Ses amours, elle préférait les laisser bien loin. Certains lui avaient assez couté depuis quelques années. Elle avait cette impression de toujours s’enliser encore plus. Elle s’enfonçait chaque fois qu’elle ouvrait la bouche pour dire quelques choses. Elle avait bien peur de Dagon, mais personne ne semblait vouloir la croire. Tous croyaient que le fer-né ne pouvait porter la main sur sa femme et plusieurs savait qu’il ne l’avait jamais fait. Il y avait pire que la violence physique et contre Dagon elle n’était pas de taille pour la deuxième forme. Il savait sur quel sujet l’attaquer.

Ce que j’aurai à dire sont certainement des lamentations de femme. Inutile donc de les dire ou même de les exprimer. Et vous savez ce que je pense sur vous, je ne vais pas le répéter, à moins que le fait de m’entendre dire que vous ne me laisser pas insensible vous amuse …

La Greyjoy avait rempli sa coupe de nouveau pour en prendre une bonne gorgée. Elle avait toujours refusé les avances du Harloi suite à son mariage. Elle ne supporterait certainement pas l’infidélité et d’avoir le cœur brisé. Elle se sentait comme une obsession chez le Harloi. Il ne l’oubliait donc pas. Lorsqu’il aurait eu ce qu’il voulait, elle ne vaudrait plus la peine, elle en était certaine et la simple idée de le voir tournée autour d’elle l’amusait. Un jour, elle s’accorderait peut-être à laisser tomber, mais pour l’instant, elle n’avait pas envie de se mettre dans le pétrin, vu la situation s des iles de fer. Il pourrait dénigrer Dagon, elle ne réagirait certainement jamais. S’ils ne s’aimaient pas, elle n’allait pas jouer les réconciliatrices. De toute manière, ils étaient trop différents pour s’entendre réellement. Un léger rire s’échappa de ses lèvres. Décidément, il aimait bien se montrer insistant. Elle avait été cruelle avec tous les hommes qu’elle avait connus. Rare était ceux qui avait eu la chance de la voir sous un bon jour avec eux. À cette époque, elle n’avait jamais eu de pitié pour les hommes.

J’aime bien être cruelle avec vous. Je ne sais pas pourquoi, cela vous ramène toujours vers moi. Peu importe les dates, l’important est de s’en souvenir. Et je n’ai aucun regret de vous avoir accordé plus. C'était sans doute, le surnom le plus ridicule que j’ai eu. Si je me souviens ce jour là vous m’aviez répété sans cesse que les interdits étaient là pour être bravés. Les femmes mentent comme elle respire, ce sont de viles créatures que les hommes croient.

Sans être réellement déçue, elle avait accordé beaucoup au capitaine. Lui aussi semblait bien « obéir ». Elle l’aurait cru bien plus insistant à cette époque, mais elle ne lui en voulait pas. Il restait toujours dans un coin de son esprit ce n’était pas ce qu’il voulait au final. Qu’elle ne l’oublie pas ? Enfin c’était compliqué d’oublier l’homme qu’il était. Restait à savoir si un jour, elle lui laisserait sa chance. Tout n’était pas perdu, mais elle se disait que plus elle repoussait ce jour, plus Harloi ne l’oublierait pas. Elle s'étouffa quelques peu lorsqu’il lui parla de Yoren. Elle s'était toujours demandé si le capitaine de la Veuve salée lui avait coupé la langue. Dans ses souvenirs le fer-né lui avait sauvé la vie plus d’une fois, surtout à Port-Lannis. Il était aussi l’homme le moins bavard qu’elle avait connu depuis longtemps. Elle s’était rapprochée du capitaine pour se pencher à son oreille. Un léger frisson parcouru son corps tant elle se savait proche du Harloi.

Je doute que Yoren vous ai exprimé une seule fois l’envie de me revoir, puisqu’il court plus souvent à ma rescousse. Je crois plutôt que c’est à son capitaine que je manque non ?

L’idée ne lui déplaisait pas vraiment. Elle aimait l’idée de manquer au capitaine de la Veuve Salée. Elle s’était détaché quelques peu pour faire quelques pas dans la salle. Même si elle ne savait pas encore sur quel pied danser, elle savait que retrouver la mer serait toujours la meilleure chose et ce avec ou sans enfants. Son regard fixait l’horizon et elle sentait le regard de Sargon dans son dos. L’invitation était une bonne idée, mais elle n’irait pas embêter Igon Harloi avec ses rejetons. Pas question de les laisser à Cormartel avec son frère. La tension entre les membres Bonfrère allaient jusqu’à la méfiance. Et puis si Sargon n’y était pas quel intérêt, elle avait d’y aller. Dagon n’appréciait pas beaucoup sa famille et encore, ils évitaient de parler de l’ancien seigneur des Iles qui pourrissait toujours à Pyk. Aaricia ne pouvait pas dire si elle l’avait rencontré une seule fois.

Là n’est pas la question de désobéissance. Je me vois mal m’imposer à Dix-tours, même si je sais que Dagon est son neveu. Je ne vais pas imposer mes deux rejetons qui braille aux petites heures de la nuit … Et puis quel intérêt y aurait-il, si vous n’y êtes pas ?

Elle avait ponctué sa phrase d’un sourire. Elle avait l’impression de parler comme si la présence du Harloi était inestimable. Même si elle avait apprécié son court épisode chez Igon Harloi, elle n’y voyait pas la raison valable d’y retourner. Surtout que presque tout le monde savait comment la famille Bonfrère avait éclaté dernièrement. Et puis, c'était beaucoup moins amusant sans Sargon. Tant qu’elle ne revenait pas à Pyk, Dagon ne lui en voudrait pas. Rien n’était exclue qu’elle se rende chez les Merlyn. Au dernières nouvelles, elle semblait toujours la bienvenue. Sinon, elle aurait toujours la seule tour fortifié habitable de Grand Wyk pour se reposer réellement.




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Sam 6 Avr 2013 - 15:26

     Est-ce qu'il était amusé par le fait de l'entendre avouer ce qu'elle ressentait pour lui ? D'une certaine manière, oui ! Mais Sargon était ainsi fait, qu'il n'avait guère besoin d'être flatté en permanence pour se sentir assuré de quelque chose. Il savait que la belle Fer-née réagissait aux attentions qu'il pouvait avoir à son égard, il n'avait donc aucunement la nécessité de la pousser à lui répéter sans cesse. Pourtant, ce n'était jamais désagréable que voir qu'il pouvait mettre mal à l'aise Aaricia, si tant est que l'on puisse appeler cela de la sorte.

     ▬ Je n'ai pas besoin que vous me le rappeliez pour le savoir, mais ce n'est jamais désagréable d'entendre de telles choses, non ? J'imagine que vous devez aussi être heureuse lorsque l'on s'amuse à vous vanter votre beauté. »

     Un compliment ? Pas spécialement, la demoiselle savait parfaitement que le Harloi la trouvait belle, ne lui avait-il pas répété plusieurs fois lors de leurs précédentes rencontres ? Il fallait être aveugle pour ne pas s'en rendre compte de toute manière. Aaricia n'avait pas le physique d'une continentale, mais c'était justement ce qu'il appréciait chez elle : les femmes de Westeros étaient trop délicates pour résister à cette vie, la Bonfrère était comme ses îles natales ; caractérielle et très agréable pour qui s'y intéressait de près. La Greyjoy rit légèrement lorsqu'elle déclara apprécier l'idée d'être cruelle avec lui. Il n'en doutait pas une seule seconde, les femmes aimaient bien pouvoir faire mariner les hommes, Aaricia n'était pas différente des autres représentantes du sexe faible sur ce point. Le fait que la jeune mère lui rappelle les paroles qu'il avait eues ce jour-là, dessina un sourire amusé sur ses lèvres. Oh, il se souvenait parfaitement d'avoir tenu un tel discours en effet, à cette période, Sargon aurai été prêt à dire n'importe quoi pour persuader la belle. Mais rien ne s'était passé au final et étrangement, cette constatation ne le frustrait pas tellement : il n'aurait jamais cherché à revoir Aaricia si elle lui avait donné ce qu'il attendait sans prendre la peine de résister un peu. C'était idiot, mais les hommes étaient faciles à manipuler en fin de compte, il fallait les appâter et les faire patienter pour qu'ils finissent par ne plus vouloir aller voir ailleurs.

     ▬ Je m'en souviens, en effet. Et je pense toujours la même chose, les interdits n'existeraient pas sans personnes pour les braver. Je reste persuadé que vous êtes de celles qui aiment dépasser les limites. Il plongea son regard dans le sien. Et je suis certain que vous ne regretterez pas non plus ce que vous m'accorderez si vous y cédez. Comment pouvait-il en être sûr ? En étant aussi arrogant qu'il l'était actuellement tout simplement. Il faut croire que j'aime me faire repousser, ou peut-être que c'est simplement votre personne et pas le reste qui me ramène chez vous ? »

     Les deux étaient envisageables, même s'il savait parfaitement que la belle devait se douter qu'il ne s'intéressait qu'à son caractère. Il y avait beaucoup de belles femmes dans les environs et pourtant, elles n'attiraient pas toutes son attention. Question de priorités. L'épisode sur Yoren ne manqua pas de la faire réagir et lorsqu'elle s'approcha de lui pour lui parler à l'oreille, le Fer-né la fixa avec intensité comme si cette proximité ne le gênait absolument pas. Il en regrettait presque qu'elle ne s'approche pas davantage pour être sincère, mais il y avait fort à parier qu'il n'aurait pas la moindre attention de sa part aujourd'hui. Après la réplique de la Greyjoy, le capitaine la suivit du regard tout en répondant.

     ▬ Vous savez, Yoren aime beaucoup jouer les chevaliers servants, il a un bon fond. Et, qui n'aimerait pas sauver une demoiselle en détresse ? Il rigola légèrement. Mais peut-être que vous me manquez effectivement, difficile à savoir comme j'aurais besoin de vous voir plus souvent pour ressentir le manque de votre absence. »

     Pas certain que cette réplique suffise à la persuader de le voir plus souvent cela dit. Le Fer-né bougea légèrement pour observer la pièce comme si le spectacle que lui offrait la Greyjoy ne l'intéressait pas plus que cela. En réalité, Sargon aimait assez le fait de ne pas toujours la fixer, c'était comme lorsque vous mangiez un plat que vous aimiez, vous gardiez le meilleur pour la fin et vous preniez votre temps pour le déguster. La réplique qu'elle lui fit concernant sa présence à Dix-Tours ne manqua pas de dessiner un nouveau sourire sur les lippes du Harloi. Était-elle sincère ? Il pensait que oui. Tournant la tête vers elle, sans se départir de son assurance, le capitaine répliqua.

     ▬ Oh, si c'est mon absence qui vous pèse, je pourrai toujours m'arranger pour vous rendre visite de temps en temps. Mais disons simplement que la présence de certaines personnes là-bas, ne m'incite pas vraiment à y passer beaucoup de mon temps libre. Il faisait référence à sa cousine et à son bâtard de demi-frère. Enfin bâtard, à son roturier de frère plutôt. Je vous aurais bien invitée à séjourner à Kenning comme j'y suis plus souvent, mais je ne veux pas donner matière à s'inquiéter à votre époux. »

     Était-ce la vérité ? Peut-être pas. Le Fer-né s'approcha à nouveau de la jeune femme pour la rejoindre et s'appuyer contre le mur à ses côtés. Comme à chaque fois qu'il la croisait, le capitaine scruta Aaricia de haut en bas pour finalement s'arrêter sur son visage. Est-ce qu'elle appréciait lorsqu'il la traitait comme une marchandise ? Peu lui chalait, son sourire ne s'envolait pas tandis qu'il reprenait de plus bel, toujours aussi obstiné comme si la situation ne le dérangeait pas.

     ▬ Vous savez, c'est peut-être la dernière fois que nous nous voyons. Certains pensent que cette guerre va durer encore longtemps, mais il est clair que les continentaux vont finir par se rebeller contre nos raids. Avec un peu de chance, ce sera le dernier combat naval que je ferai. Comme tous les Fer-nés, il ne craignait pas la mort. Est-ce que vous ne regretterez pas de toujours avoir attendu le bon moment pour vous laisser aller ? Son sourire s'accentua légèrement. Vous savez, parfois à force d'attendre, les choses finissent par vous passer sous le nez. Voyez donc comment votre époux a réussi à vous faire sienne avant moi. Même s'il n'aurait jamais pu l'épouser en imaginant qu'il en ait eu l'intention. Est-ce que vous pleureriez si je ne revenai pas Aaricia ? »

     Il rigola légèrement comme si l'idée l'amusait beaucoup, puis détourna son attention du minois de la Bonfrère. Peut-être que cela prendrait encore des lunes avant qu'ils ne soient amenés à croiser le fer avec les continentaux, rien ne pressait après tout !

     ▬ Je suis étonné de ne pas voir vos frères en train de nous chaperonner ! Apparemment ils n'ont jamais trop apprécié de me voir tourner autour de vous, est-ce qu'ils vous ont fait la leçon avant que vous ne veniez ici ? »

     Le ton était amusé, comme si cette perspective lui semblait improbable.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Mar 9 Avr 2013 - 15:14

Elle s’était promis que le premier qui lui parlerait de beauté, elle l’enverrait paitre. Pourquoi cela devait-il tomber sur le Harloi. Elle devait l’avouer, elle ne savait pas quoi répondre. Et pourtant, elle avait une réponse qui semblait lui trottiner en tête. Son beau-fils n’avait pas eu tort non plus. Elle était tout de même prête à parier que cette phrase, il l’avait entendu du prêtre du Dieu Noyé ou de son père lui-même. La deuxième option lui semblait encore plus possible que la première. Ce genre de compliment ne pouvait la faire sourire que s’il sortait de la bouche du Harloi. Autrement, on passait outre ce fait. Ils ne vivaient pas chez les continentaux où la beauté semblait préoccupé plus d’un.

C’est toujours aussi amusant de vous l’entendre dire. La beauté est une chose éphémère qui ne perdure pas. Commençant à vous connaitre, je suis certaine que mon caractère vous plait beaucoup plus … Vous pouvez trouver la beauté chez vos femmes-sels.

Sur les Iles de fer, si on a que la beauté on ne survivait pas. Aaricia l’avait compris avec son mariage. Même si le seigneur des iles appréciait en partie le minois de sa femme, il appréciait encore plus son caractère. Elle ne s’était jamais donnée au Harloi parce qu’il n’était pas dans ses principes d’être infidèle à son mari. Elle n’était pas dupe et même s’il devenait vieux, il pourrait toujours tenter. Elle n’avait pas encore dans l’idée de se laisser faire. Cela lui manquerait trop de ne plus voir le Harloi venir la voir, surtout si s'était la seule chose qui semblait le faire revenir chaque fois vers elle. Avec le temps, il se lasserait peut-être, mais rien n’était écrit qu’elle lui refuserait toujours. La jeune femme eut un sourire avant de le regarder :

Un jour peut-être … Pourquoi pas les deux ?

Il y avait assez de femmes sur le continent pour qu’il en prenne et les iles n’étaient pas constituer en entier de femmes repoussantes à un tel point que les hommes allaient voir ailleurs pour avoir mieux. Il y en avait des plus jolies et plus tempétueuse qu’elle pouvait l’être par moment. Elle ne jalousait aucune femme … Longtemps la petite fille qu’elle avait été jadis avait admiré la femme et la capitaine que sa mère avait été. Chaque fois que son sourire s’effaçait, il arrivait à lui en donner un autre. Elle avait du sa vie au fer-né plus d’une fois et surtout lors de leur excursion sur Port-Lannis.

Bon fond, mais surtout très peu bavard. Où peut-être préserver son capitaine de la colère de son cousin et suzerain ?

Les yeux d’un homme parlaient aussi bien que ceux d’une femme, Aaricia l’avait compris en vivant avec son oncle, à bord de la Larme Noire. Si le second de la Veuve Salée était peu bavard, il n’avait certainement pas apprécié comment avait failli terminer leur dernière discussion, lorsqu’elle avait décidé d’être franche sur son état. Aaricia se souvenait avoir failli rencontrer la mer, à moins de lui de donner ce qu’il désirait. Elle l’avait embrassé le laissant languir sur ce qu’elle pourrait lui accorder de plus. Il n’avait jamais eu plus, mais elle savait qu’il s’était promis le contraire. Elle doutait aussi d’être la bienvenue chez les Harloi. Dans ses souvenirs, Dagon avait entendu son nom chez un de ses fameux cousins et elle préférait ne pas savoir lequel. Certainement un prétendant à qui elle aurait claqué la porte au nez comme elle savait si bien le faire à l'époque.

S’il ne voulait pas s’inquiéter, il ne devait pas faire appel à vous pour remettre son épouse dans les bonnes voies de la navigation … Je tacherais de m’en souvenir, mais si je passe à Kenning, ce sera pour une autre raison. On m’a dit de source sur, qu’Helya avait accepté de vous épouser …

La source fiable étant la capitaine elle-même. Si les deux femmes n’avaient pu se sentir au tout début, elles restaient tout de bonne amie. Quelle surprise d’entendre de la bouche de la capitaine, qu’elle épouserait le Harloi. Elle qui avait toujours cru qu’Helya avait plus de force qu’elle pour résister à un homme. Elle souriait mais sans plus. Si les habitants avaient bien profité de parler et de parier sur les deux Greyjoy, les commères allaient certainement s’en prendre à cœur joie de le faire sur le couple le plus improbable qui soit … Le voir jouer le faux sentimental l’amusait vraiment.

Je ne regretterai jamais. Ce sera le dernier raid de plusieurs marins, mais vous reviendrez. Je n'ai pleuré qu'une fois, les autres larmes que j'ai pu versé était des larmes de rage, n’escomptez pas avoir plus. Et pourtant, contrairement à lui, je ne vous ai jamais claqué la porte à cette option. Vous ne m’auriez pas supporté une seule minute. Cormartel n'a rien d’intéressant à offrir

Elle préférait le persuader que de s'étendre sur le sujet même. Malgré les boutres et quelques mines de fer, il n'avait rien d’intéressant. Elle avait à peine mis les pieds dans la forteresse de Pyk qu’elle en avait fait trembler ses murs. C’était une cruelle réalité qu’il y avait chez elle. Elle n’était pas un oiseau que l’on pouvait laisser en cage si facilement. Et même si Dagon avait finit par lui retirer cette effet, elle était maintenant accrochée à deux petits poulpes qu’elle ne pouvait pas laisser libre dans la mer. Sinon il était assuré qu’ils ne survivraient jamais plus loin que leur grand destin qui leur était permis. On riait déjà chez les Bonfrère qu’il y aurait une Aaricia II, ce qui ne déplaisait certainement pas à la mère.

Je m’entoure de ceux que je veux bien voir. Ne me croyez pas à leur merci … Disons qu’ils se fichent éperdument de ce que je peux faire. Pour eux, je ne suis plus une Bonfrère, je suis devenue, comment dire, « trop » Greyjoy. Ils ne sont pas les seuls qui n’apprécient pas de vous voir tourner autour de moi, mais ils peuvent bien raconter ce qu’ils veulent, je n’en ai cure …

Ce n’était certainement pas son radin de frère qui allait lui dire comment se comporter, alors que c’était elle qui l’avait élevé pendant plus de dix ans. Ils avaient accepté de la garder pendant que Dagon allait faire ses raids dans le Nord, elle ne broncherait pas. Elle écouterait son époux, et s’occuperait de ses deux enfants qui requéraient facilement son entière attention. Elle n’était plus chez elle depuis des mois, Pyk était et resterait sa seule demeure.




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mer 10 Avr 2013 - 16:11

     Elle avait absolument raison et disant qu'il s'intéressait davantage à son caractère qu'à sa beauté. L'esthétique n'entrait pas réellement en ligne de compte pour le Harloi. Il avait déjà connu des femmes qui étaient loin d'être belles, mais qui s'étaient révélées particulièrement agréables à côtoyer. La beauté aidait les femmes qui ne possédaient rien de plus, comme sa cousine par exemple, mais elle se gâtait avec le temps et finissait par disparaître. Trouvait-il Helya belle ? Il ne s'était jamais posé la question, ce point n'entrait pas en ligne de compte dans son jugement. Ils étaient sur les Iles de Fer, pas dans le Bief où seuls les plus beaux avaient une chance d'attirer l'attention. Au contraire, le Fer-né pensait même pouvoir dire sans trop se tromper, que la beauté pouvait être un frein et même un sujet de moquerie ici. Il observa la demoiselle tandis qu'elle parlait de ses femmes-sel. Il n'était pas réputé pour en avoir et à raison : Sargon n'avait jamais vraiment été adepte de cette pratique, ce n'était que très récemment qu'il avait fait une entorse à ses propres règles.

     ▬ Vous avez raison, votre caractère m'intéresse davantage que votre beauté, mais je ne peux pas nier qu'elle me plaît tout autant. Je ne vais pas cracher sur la possibilité d'allier une femme de caractère à une jolie femme. Il haussa légèrement les épaules. Quant aux femmes-sel, vous savez que je ne suis pas un adepte de l'Antique Voie, pour quelle raison est-ce que je m'amuserais à aller chercher des femmes ailleurs ? Je préfère largement les Fer-nées, elles ont un caractère qu'une continentale ne possédera jamais. Son habituel sourire s'accentua légèrement. Je suis certaine que vous devez le savoir, presque tous les Fer-nés en ont. Enfin, pas votre époux. Est-ce qu'il est aussi passionné par la fidélité ? »

     Il avait du mal à imaginer son cousin dans le rôle de l'époux fidèle qui refusait d'écarter les cuisses d'une autre femme que son épouse. Mais peut-être que la Seiche d'Or dissimulait un cœur romantique ? L'idée l'amusait beaucoup, nul doute que ses « vassaux » perdraient toute l'estime qu'ils avaient pour lui si une telle nouvelle venait à s'ébruiter, véridique ou non. Sargon mentait souvent, il venait d'ailleurs de le faire en prétextant que son aversion pour la religion l'empêchait de prendre une femme-sel. Il l'avait déjà fait et le faisait actuellement, piochant les traditions qui lui convenaient pour passer à côté des autres trop contraignantes. D'ailleurs, Aaricia avait eu toute l'occasion de voir la jolie Cybeline lors du rassemblement, elle avait été au centre de l'action lorsque Gabriel avait osé lui faire les yeux doux et avait déclenché la rixe entre les deux frères. Mais c'était un détail, rien ne prouvait que le Harloi était sensible au charme de la jeune femme qui, en plus, n'était même pas du continent. Lorsque la jeune mère demanda à son comparse si Yoren ne souhaitait pas simplement le préserver de la colère de Dagon, le Harloi se contenta de hausser les épaules.

     ▬ Je ne m'entoure que de personnes en qui j'ai confiance. Je pense que Yoren est simplement loyal parce que c'est dans son caractère et non parce qu'il veut me préserver. Je n'ai pas besoin de chaperon. Même si son second passait beaucoup de choses sous silence. Mais il sera ravi de vous revoir avec nous en mer, il faudra que vous lui en parliez la prochaine fois que vous le verrez. »

     En réalité, c'était plutôt le contraire. Yoren n'aimait pas vraiment voir Aaricia sur le pont de la Veuve Salée parce qu'il savait que son capitaine ne résisterait pas à l'envie de tenter sa chance avec elle. Il n'en avait jamais parlé, mais Sargon savait parfaitement que son second pensait que la belle finirait par lui coûter cher un jour. Il n'avait d'ailleurs pas totalement tord, mais les risques étaient divertissants ! La Greyjoy axa alors la discussion sur un autre sujet, abordant le fait qu'il allait épouser Helya sous peu. C'était l'entière vérité et la démonstration faite au rassemblement lorsqu'il avait eu l'audace de l'embrasser devant les autres, ne laissait aucune place au doute. Il se contenta de sourire.

     ▬ En effet. Elle a compris que nous avions des intérêts communs et que nous pouvions tous les deux nous apporter quelque chose l'un à l'autre. Elle n'est pas idiote et elle sait parfaitement qu'elle gagnera beaucoup dans cette affaire. Moi aussi d'ailleurs. Ce n'est pas pour la même raison que Dagon a décidé de vous épouser ? »

     Une question apparemment innocente, mais qui en réalité signifiait beaucoup. Il se demandait si son cousin avait simplement jeté son dévolu sur la demoiselle parce qu'il savait que cela lui apporterait les boutres de la maison Bonfrère, ou pour une autre raison. Laquelle ? Peut-être la beauté de la jeune femme ou tout simplement parce qu'elle avait été la seule à accepter ? L'idée du caractère était envisageable, mais le Harloi avait quelques doutes à ce propos : Helya aussi était une femme de caractère et la maison Botley se trouvait à Pyk contrairement aux Bonfrère. Il devait donc y avoir une bonne raison à ce choix, mais Sargon ignorait laquelle. Cela dit, la demoiselle ne souhaiterait peut-être pas l'en informer. Elle enchaîna d'ailleurs sur autre chose, assurant au Fer-né qu'il reviendrait de ses raids et qu'il n'obtiendrait aucune larme de tristesse. Elle parla ensuite de Cormartel et du fait qu'il ne pourrait pas la supporter avant de conclure sur ses frères en donnant quelques informations juteuses. Le capitaine de la Veuve Salée la fixait avec intensité avant de se détourner d'elle pour regarder la pièce dans laquelle ils se trouvaient.

     ▬ Allons, vous me connaissez assez pour savoir que je vous supporterais au quotidien sans aucune peine. Le caractère d'une femme n'a jamais été un problème pour moi, je tolère davantage une dame comme vous qu'une aussi geignarde que ma mère. À moins que vous ne vous mettiez à pleurer et vous plaindre à tout bout de champ, votre présence me sera toujours agréable. Il tourna la tête vers elle. Mais peut-être que vous, vous n'auriez pas réussi à me supporter. Si j'en jure votre intérêt pour la fidélité, j'imagine que notre entente aurait été compliquée. Est-ce qu'il sous-entendait qu'il ne comptait pas être fidèle ? Pas vraiment, c'était juste pour la provoquer un peu. Je considère donc que je vous suis plus agréable à vivre que vos frères. Son sourire montrait clairement que l'idée lui plaisait. En quoi ma présence à vos côtés leur pose-t-elle problème ? Est-ce qu'ils craignent que je ne vous fasse du mal ? À moins que ce ne soit simplement le manque de maturité du plus gamin qui le fasse éprouver de la jalousie à mon égard ? Willem était un idiot, rien qu'à la manière dont il s'était comporté au rassemblement, le Harloi l'avait compris. Les rumeurs ne vous importent pas, est-ce que vous accepteriez de me montrer si vous vous êtes améliorée à l'épée depuis notre première rencontre ? Il pivota sur lui-même avant de s'approcher de la donzelle pour s'arrêter à moins d'une demi-longueur de bras d'elle. Avec le même enjeu si je vous bats ? »

     Il faisait bien sûr référence à leur toute première rencontre, celle au cours de laquelle il avait tenté sa chance avec elle. Logiquement si la jeune femme se souvenait aussi bien de ce moment qu'elle le prétendait, elle se souviendrait la récompense à laquelle il avait eu droit. Mais quelque chose lui disait qu'elle refuserait. Par peur ? Par fidélité ? Le Harloi lâcha quelques mots pour la provoquer une dernière fois.

     ▬ Sauf si vous avez peur des rumeurs sur notre compte bien entendu. »


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Dim 14 Avr 2013 - 20:38

La jeune femme eut un sourire lorsqu’il lui parla de beauté. La beauté ne comptait pas sur les Iles de fer. La plupart des femmes des iles de fer étaient reconnu pour leur caractère. Toute jeune, Aaricia avait rêvé de vivre comme sa mère qui même si elle partageait la direction d’un boutre, avait été une femme convoité. Son père Préférant les belles femmes. Elle savait une chose c’est que si on n’avait que la beauté, on ne survivait pas. La jeune et nouvelle mère prit le temps de s’asseoir et regarder le Harloi avec un certain sourire. Elle le savait qu’il n'était pas adepte de l’Antique Voie, mais il était un des seuls qui avait affiché sa femme-sel au rassemblement. Une idée qu’elle avait trouvé simplement idiote, mais le Harloi semblait-il aimé au même titre que la Greyjoy que l’on parle de lui ?

Je veux bien croire que vous n’est pas adepte de l’Antique Voie, mais vous semblez ne pas détester certain principes ? Je ne supporte pas la présence de femme-sel depuis que je dois avoir l’âge de dix ans. C’est bien plus que ce que vous croyez. La fidélité est un concept idiot, mais Dagon n’a plus l’âge des frivolités.

Elle ne détestait pas son mari pour autant. Elle savait que Dagon ne lui disait pas tout et elle se demandait si ce n’était pas pour une autre raison qu’il n’avait pas de femme-sel. Elle l’avait surpris à être un homme fidèle et plus d’un à Pyk aurait confirmé cette vérité, sachant qu’il avait eu plus d'une occasion pour oublier sa femme. Maintenant qu’il avait ce qu’il avait tant désiré avec le temps, il ne pouvait pas être plus heureux. Elle ne savait pas quelle concessions elle allait devoir faire, mais elle était certaine d’une chose. La prochaine étape allait être plus ardue. Il avait peut-être la patience d’un maitre, mais sa femme n’avait pas hérité de cela. Il aimait la narguer en lui disant qu’il en rapporterait une, uniquement pour elle. Elle en avait tué une, une fois, rien n’était inscrit comme quoi, elle ne le ferait pas une seconde fois.

Sa bienvenue sur la Veuve Salée était bien tout autre que le fer-né pouvait croire. Elle n’était pas à ce point sotte pour se laisser convaincre qu’elle manquait au second de Sargon. Elle était plus souvent qu’autrement un problème sur ce boutre. À port-Lannis, il avait du la repêché parce qu’elle était tombée, la seconde fois, il avait du laisser son capitaine s’en prendre à l’épouse de la seiche et d’obtenir d’elle un baiser qui a la longue pourrait lui couter bien plus que sa vie. Et c'était sans oublier qu’ils avaient failli foncer tout droit dans les récifs qui longeait la cote de Grand Wyk. Même si le Harloi était un amateur de grand risque, elle était souvent la cause.

Je n’y manquerais pas de lui demander…

La suite l’amusa certainement autant. Helya marié c’était comment dire presque impensable. Si elle pouvait être une affreuse vipère, la capitaine de l’Amazone était certainement encore plus pire qu’elle. Il y avait eu un temps où les deux femmes n’avaient pas pu s’accorder. Helya trouvant que la petite Aaricia avait succombé trop facilement à la soumission par son époux. Avec le temps, elle avait réussi à trouver une alliée en la capitaine. Au moins, on arrêterait de parler d’elle et de la seiche. Elle ne voyait pas ce que la Boltey et le Harloi avait comme intérêt commun, mais valait plutôt qu’elle ne le sache pas.

Que peut-on donner de plus, à un homme qui est suzerains des Iles de fer ? Il n’a pas besoin de vouloir les boutres de la famille Bonfrère. Comme il dirait, les boutres sont la propriété de ses vassaux. Vassaux qui lui doivent soutien lors de ses expéditions.

La famille Bonfrère n’en retirait pas plus une place d’honneur à la table de son suzerain. Moins il y avait de Bonfrère dans la forteresse de Pyk, mieux il se portait. Aaricia ne pouvait pas démentir qu’elle était mieux elle aussi. Ce qui l’avait surpris de ses frères c’est que jamais ils avaient eu l’idée de la marier à la seiche d’or. Dagon était venu et avait pris ce qu’il voulait. Aucun deux n’avaient protesté contre cela. Elle se posait même parfois la réponse, qu’avait-il a gagné dans ce mariage ? Elle savait s’occuper d’elle-même si plus souvent qu’autrement, il devait lui sauver la mise. Il était là pour la protéger d’elle-même …

Peut-être ce n’est pas Dagon, mais moi le problème. Il est clair que je ne vous supporterais pas, comme époux. Ai-je au moins la franchise de vous l’avouer. Ce n’est pas la fidélité qui me cause problème. C’est l’orgueil.

Peut-être comprendrait-il qu’elle ne voulait pas une autre femme comme rivale. Elle était d’une jalousie qui s’étend bien loin. Elle avait toujours aimé que les hommes tournent uniquement autour d’elle. Depuis sa tendre enfance, elle avait eu ce don de faire ainsi. Elle s’était promis très jeune de ne pas vivre l’humiliation de sa mère. Une femme si forte et un père si couard. Euron l’avait averti plus d’une fois, à force de jouer avec le feu, on s’y brulait. La raison pour laquelle, elle aimait Dagon c’est qu’il ne se faisait pas manipuler aussi facilement. Elle avait trouvé cela lassant de ses amants qui n’avaient jamais eu plus qu’un baiser de sa part. La vierge de Grand Wyk était désormais une femme et surtout devenue une mère. Peu à peu, il ne restait que des méandre de ce qu’elle était réellement.

Tout le monde m’est plus agréable que mes frères. Ce n’est pas une question de confiance. Ils se méfient de vous. Pourquoi vous jalouserait-il un seul instant ?

Avait-elle manqué un épisode entre son accouchement et le rassemblement ? Peut-être qu’elle n’avait eu que des mauvais regards pour les paroles imbéciles contre la Kenning, mais c’était purement solidaire et impulsif qu’elle lui avait mis cette claque bien mérité. Si Aaricia avait compris un concept chez certaine femme c’est qu’il valait mieux s’entraider que se piétiner l’une sur l’autre. Aaricia se finit par se lever et s’approcha du capitaine. Elle aurait bien aimé se confronter de nouveau à Crépuscule, mais elle devait se reposer. Après avoir été alité pendant plus de trois mois, elle devait retrouver la pleine capacité de ses articulations.

Les rumeurs ont tendances à être des mensonges grossiers, je ne prête pas attention aux ragots, je préfère les vraies vérités. Je ne puis que refuser ce combat. Cela serait vous donnez trop d’avantages pour ma condition. Ce n’est que partie remise, mais je peux toujours vous dédommager par un prix de consolation.

Elle s’approcha avant de déposer un léger baiser sur sa joue. Elle se dérobait comme elle avait toujours réussi à le faire depuis qu’elle l’avait vu pour la première fois à Cormartel.




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mar 16 Avr 2013 - 12:42

     Il regarda Aaricia s'installer sur son siège avant de le regarder, un sourire dessiné sur ses lèvres. À quoi pensait-elle ? La référence à sa femme-sel n'étonna guère Sargon qui se contenta de hausser les épaules d'un air léger, pas troublé pour deux sous. Il était vrai qu'il prenait toujours ce qui l'arrangeait dans la religion, c'était d'ailleurs ce qui avait toujours beaucoup contrarié Harlon. Après tout, si le Harloi avait plus tendance à repousser en bloc la religion, ce serait beaucoup moins frustrant que s'il n'en retenait que ce qu'il souhaitait. Mais c'était ainsi, les femmes-sel offraient un certain avantage il est vrai, mais pas celui que la plupart des hommes voyaient en elles. Si la majorité des Fer-nés percevaient les captives comme un moyen de pouvoir contenter leur libido, le capitaine de la Veuve Salée les percevaient davantage comme des interlocutrices plus amusantes que les Fer-nés. Ces derniers ne goûtaient pas aux bavardages et Sargon se butait toujours à des murs lorsqu'il tentait d'avoir une discussion intéressante avec l'un des siens. Sauf les femmes. Et encore, celles comme Helya étaient aussi fermées que leurs homologues masculins. Les femmes-sel ne rechignaient que rarement à parler, trop heureuses qu'il ne demande rien de plus d'elles. Malheureusement jusqu'à présent, les femmes qu'il avait faites captives s'étaient toutes révélées de pauvres interlocutrices juste bonnes à ressasser les mêmes sujets. C'était pour cette raison qu'il n'en avait gardé aucune, sauf Cybeline qui l'amusait autant qu'elle l'intriguait. Pourquoi l'avait-il amenée au rassemblement ? Pour une raison très simple.

     ▬ Ne vous méprenez pas Aaricia, mon intérêt pour les femmes-sel n'en en rien commun avec celui des autres Fer-nés. Je vous l'ai déjà dit, je préfère ne pas avoir les faveurs d'une femme forcée, celles consentantes sont bien plus agréables. Si je l'ai amenée au rassemblement, c'est parce que je sentais qu'il allait être particulièrement soporifique et je ne me suis pas trompé, elle a mis beaucoup d'animation. Enfin c'était plutôt lui, mais il ne s'agissait là que d'un détail. Et pourquoi les détestez-vous tant dans ce cas ? Vous n'aimez pas l'idée qu'un homme qui vous appartienne puisse toucher une autre femme ? Le ton était amusé. Quant à l'âge de votre époux, j'ignorais qu'il était devenu un vieillard, il m'avait l'air encore en forme lors de notre dernière rencontre. Est-il bon comédien ? »

     Il n'avait aucune raison de vouloir le malheur de son cousin. Dans le fond, le Harloi se moquait éperdument de savoir si Dagon était en bonne santé ou à l'article de la mort, que ce soit lui ou un autre Fer-né qui dirigeait les Iles de Fer, cela ne changerait rien à la vie de Sargon. Il avait toujours agi en solitaire et les choses n'étaient pas prêtes de changer. Comme en écho à ses pensées, Aaricia lui demanda ce qu'un homme qui possédait la suzeraineté des Iles de Fer, pouvait désirer d'autre. Rien certainement, mais il y avait toujours des hommes pour ne pas être satisfaits de ce qu'ils avaient. C'était une maladie répandue chez les nobles. Les roturiers se moquaient pas mal de ce qu'ils pouvaient posséder de plus, tandis que des personnes déjà nanties ne crachaient jamais sur la possibilité d'agrandir leur patrimoine. Mais peut-être que le Greyjoy n'était pas comme ça. Lorsqu'elle lui fit savoir qu'elle ne le supporterait pas comme époux, un sourire se dessina sur ses lèvres et il la dévisagea d'un air amusé.

     ▬ L'orgueil ? Vous n'auriez pas apprécié que je sois plus arrogant que vous ? Imaginez une seule seconde le caractère qu'auraient eu nos enfants avec nos deux personnalités. Je suis prêt à parier qu'ils auraient été très amusants. Spéculer à ce niveau était assez déplacé, mais c'était sans importance. Si vous aviez été mon épouse, je vous aurais encouragée à être toujours plus vaniteuse, je n'aurais pas souhaité que vous changiez. »

     Légère pique destinée à lui faire savoir qu'il trouvait dommage que sa personnalité se soit modifiée au contact de son époux actuel. Celui-ci n'était peut-être coupable de rien dans le fond, mais c'était un regret que le capitaine avait, même si dans un sens il appréciait toujours de retrouver l'ancienne Aaricia dissimulée sous la mère nouvelle arrivée. Ce fut ensuite la sœur qui parla, exprimant le fait qu'elle n'appréciait apparemment plus la présence de ses frères et lui posa une question sur la jalousie qu'ils pourraient éprouver à son égard. Là, Sargon n'en savait rien, il avait simplement émit cette hypothèse parce qu'il avait le plaisir de pouvoir s'entretenir avec Aaricia tandis qu'elle ne semblait plus vouloir le faire avec eux. Mais il ne pensait pas que les deux Bonfrère étaient assez intelligents pour envier d'autres personnes. Ils étaient tellement centrés sur leur petite personne qu'ils ne se rendaient pas compte qu'ils n'avaient rien en comparaison des autres.

     ▬ Je ne pense pas que vos frères soient suffisamment intelligents pour envier une personne. Lorsque je parlais de jalouser, c'était simplement le fait de pouvoir passer du temps en votre compagnie. »

     Peu lui importait qu'ils puissent l'entendre, Sargon n'avait rien à cacher et ne dissimulait jamais ses pensées aux personnes concernées. Il l'avait d'ailleurs déjà plusieurs fois fait savoir à Willem, même si celui-ci semblait avoir la tête tellement vide qu'il n'imprimait rien. Chassant cet avorton de ses pensées, le Harloi baissa les yeux sur le visage d'Aaricia qui s'était approchée de lui pour lui faire savoir qu'elle ne prêtait pas foi aux rumeurs et qu'elle préférait refuser son offre. Il s'y attendait. Dans l'état où elle était, sa victoire était assurée, l'enjeu était donc forcément gagné d'avance. La compensation qu'elle lui offrit était bien maigre et éveillait davantage l'envie d'en avoir plus qu'elle ne la contentait, mais il allait devoir s'en satisfaire. Il soupira légèrement en l'observant, un sourire au coin des lèvres.

     ▬ Votre consolation me frustre plus qu'elle ne me comble, mais je suis certaine que vous en êtes pleinement consciente. Il se pencha légèrement vers elle, mais ne l'embrassa pas comme il pouvait en donner l'impression. Je crois qu'il est temps pour moi de vous quitter, sans quoi je crains que mon impatience ne me rattrape. Se reculant une dernière fois, il ne la quitta cependant pas du regard. N'oubliez pas que vous me devez un combat, dès que vous serez en état de le mener à terme. Il faudra ajouter des intérêts à la récompense. »

     Qu'étaient-ils ? Elle le saurait le moment venu.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Noble
avatar

Aaricia Greyjoy
Noble

Général Dame des Iles de fer
♦ Missives : 702
♦ Missives Aventure : 203
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 12/08/2011
♦ Célébrité : Sienna Guillory
♦ Copyright : lakdahr
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Rebecca Staedmon, Maeve Arryn, Maureen Bolton
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Dagon Greyjoy
♦ Lieu : Pyk
♦ Liens Utiles : Lady Aaricia Greyjoy
Chant des Cornes
Journal d'Aaricia
Intrigue et Aptitudes
Succès
Résumé

1/2 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1392/1500  (1392/1500)


Message Jeu 18 Avr 2013 - 2:43

Beaucoup d’animation était le terme en soit. Son époux même avait trouvé quelques choses d’intéressant chez la femme-sel. L’événement avait été soporifique, il fallait voir la colère que la jeune épouse du Kraken avait déversée sur lui quelques heures après. C’était la première fois qu’elle avait trouvé des paroles assez forte pour le mettre contre le mur. Pourquoi, elle détestait les femmes-sel? C'était se genre de femme qui avait mis la pagaille dans sa famille, à une époque. Elle avait toujours détesté celle se son père et avait toujours eu besoin de le faire savoir à cette dernière. Trop pleurnicharde pour qu’Aaricia l’endure une minute. Peut-être que la blondinette qui avait servi de femme-sel à son père aurait été propriété de son oncle, elle n'aurait rien dit et ne l’aurait peut-être pas envoyé balader dans la mer, mais cela n’avait pas été ainsi. Son oncle avait toujours été un fer-né très différent des autres. Bref, les familles tordues n’étaient pas uniquement chez les Bonfrère. Pour Dagon, le fer-né pouvait bien entendre ce qu’il voulait. Elle avait soupçonné plus d'une fois son époux de lui dire ce qu’elle voulait entendre, tout en étant sincère. Peut-être ne se laissait-il pas d’elle, uniquement parce qu’elle lui plaisait véritablement? Elle pouvait dire bien des choses, mais elle savait qu’il tenait à elle, même si parfois il était dur.

Un peu trop d’animation … Peut-être Dagon aime seulement me faire entendre ce que je veux? Je déteste les femmes-sel depuis ma tendre enfance. Pourquoi un homme ne pourrait-il pas se contenter d’une seule femme? De toute manière, je ne dois pas être la seule à les détester vu le sort de la dernière femme-sel de Dagon …

Selon les racontars de Pyk, c’était la défunte épouse de ce dernier qui avait tué la mère du jeune Zachery. Aaricia était confiné à l’idée d’être la seule femme du Kraken. À la longue c’était beaucoup moins de problèmes. Sa haine profonde pour les femme-sels remontait à sa prime jeunesse alors qu’elle était encore une enfant fragile. Sa mère était devenue un modèle qu’elle tentait de surpasser jour après jour. Du moins jusqu’à ce que la mort l’emporte loin d’elle. Sa mère avait fait des choses bien pires qu’elle pouvait le faire. Elle avait fait des raids enceinte jusqu’aux yeux et ne tardait jamais à reprendre la mère quelques jours après la naissance ou la mort de son enfant. Les jumeaux avaient été son dernier combat et pourtant, elle aurait pu survivre, s’il n’y avait pas eu cette femme-sel qui pleurnichait nuit et jour… Si sa mère n’aurait pas eu la brillante idée de s’attaquer à cette femme, elle n’aurait pas durement tombé des escaliers, accouchant presque prématurément. Elle préférait de loin enterrer cette histoire pour vivre.

J’aurais pu supporter votre éternelle arrogance, mais certainement pas vos airs de grand séducteur avec les autres femmes. J’ai peut-être changée, mais l’L’ancienne Aaricia n’est toujours pas très loin. Certaine situation m’oblige à agir autrement.

Peu importe son mari, elle aurait eu des enfants terriblement amusant avec le mariage des caractères. Déjà Lars et Helena n’avaient pas hérité des meilleurs caractères des Iles de fer. Au dernière nouvelle, elle avait compris que son époux ferait attention davantage à sa fille qu’à son fils. Elle était certaine et elle pouvait mettre cela sur le compte de l’instinct maternel, que la petite allait avoir ce sacré caractère trempé qu’elle avait eu dans son adolescence. Pyk sera certainement un endroit où il fallait éviter certain Greyjoy. Dagon avait une personnalité qui ne démordait pas non plus et un mélange de celle de sa femme n’aidait pas en rien.

Lorsqu’il parla de ses frères, elle se demanda si ses frères étaient vraiment jaloux? Non il ne l’était pas. Ni Veloran, Ni Willem ne l’avait retenu lorsque Dagon était venu la chercher. Plus, ils l'évitaient, plus tout le monde allait beaucoup mieux dans la forteresse de Cormartel. Elle était une mère désormais et d’autres enfants requéraient désormais, son attention précieuse.

Je ne crois pas. Depuis quelques mois, plus je suis loin d’eux, mieux leur vie doit aller. C’est bien normal après tout. De toute manière, j’ai beaucoup plus à faire désormais. Ils n’ont qu’à se prendre une épouse. Pyk est ma maison désormais.

Elle ne tenait plus autant à ses frères qu’avant. Willem lui avait fait clairement comprendre sa frustration de petit dernier. Elle aurait voulu les protéger plus longtemps de la fratricide, mais elle n’avait plus la force de faire parti de ce petit jeu. Elle les laisserait à eux-mêmes. Elle n’avait pas besoin de sortir de s gongs avec des hommes pour des questions idiotes. Comme Willem l’Avait si bien dit, elle devait s’occuper de ses bébés et jouer à la mère. Elle avait voulu le frapper pour son impertinence, mais elle s’était retenue. Elle n’Avait pas besoin d’avoir autant d’ennemi. Ceux qu’elle avait lui suffisait amplement.

La consolation de Sargon était mince, mais elle ne pouvait pas se lancer dans les grandes batailles. Elle était extenués. Il savait qu’elle perdrait. Elle qui s'était faite à l’idée de gagner la prochaine fois qu’ils se rencontreraient. Il voudrait toujours plus. Il la voulait elle, mais elle avait trop peur des conséquences. Et puis, il finissait toujours par revenir vers elle, si elle lui donnait ce qu’il voulait il ne reviendrait plus. Une chose, elle en était certaine. Malgré tout, un sourire se dessina sur ses lèvres.

Je le sais et cela m’amuse de vous frustrer. , lança-t-elle, en cessant de respirer à son approche. Une mince consolation, mais vous reviendrez prendre ce que vous voulez vraiment. Enfin, si vous me battez. Nous les ajouterons en temps et lieux.

Elle avait hésité sur ses derniers mots. Que voulait-il en intérêt? Avec Sargon tout était possible c’est ce qu’elle avait appris sur cet homme. Qu’il la quitte maintenant la frustrait, mais valait mieux le faire avant que cela tourne au vinaigre, autant pour elle que pour lui. Un sourire se peignit davantage sur ses lèvres. Elle était heureuse malgré tout de sa présence. Leur retrouvaille serait certainement pour dans quelques semaines. Elle ne resterait pas éternellement ici. Si la guerre ne pouvait qu’être un mauvais pressentiment, elle serait heureuse.

Nous nous reverrons sous peu, sur le pont de la veuve et si ce n’est pas sur votre boutre, ce sera sur le mien …




« A terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d'une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l'éternité. Elle enseigne aux marins des rêves que les ports assassinent »
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Ven 19 Avr 2013 - 14:21

     Se contenter d'une seule femme ? C'était une réflexion typiquement féminine. Les femmes ne semblaient éprouver aucune peine à se contenter d'un seul partenaire, mais ce point n'était pas forcément présent chez les représentants du sexe fort. Les hommes appréciaient la diversité, de plus les donzelles avaient souvent le don de se laisser dicter par leurs hormones, manquant d'envie ou tout simplement souhaitant ennuyer leur compagnon. C'était un point que Sargon avait souvent reproché à sa génitrice lorsqu'elle se plaignait de voir le père du Harloi aller passer une soirée dans les bras de sa femme-sel. Si elle avait été moins frigide et plus ouverte, peut-être que Gabriel n'aurait jamais vu le jour. Les femmes-sel existaient pour combler le manque de dévotion des femmes-roc, tout simplement. Même si c'était un point que le capitaine ne partageait pas forcément. Il était vrai qu'il aimait les femmes, beaucoup même, mais davantage pour les séduire que pour réellement aller jusqu'au bout. Si c'était un but qu'il réussissait à atteindre, tant mieux, mais disons que ce n'était pas son but premier. Les Fer-nées étaient des femmes jalouses, mais la plupart n'en devenaient pas plus agréables pour autant. Un bref sourire éclaira les lèvres du Harloi, amusé par l'idée de voir Aaricia devenir une épouse parfaite pour conserver son époux.

     ▬ Les hommes seraient bien plus fidèles si les femmes n'étaient pas aussi frigides sur les îles. Lorsque vous prétendez que les Fer-nés vont chercher chez les continentales, ce qu'ils ne trouvent pas chez les Fer-nées, vous avez absolument raison. Un homme repoussé par sa femme-roc pourra toujours aller chercher du réconfort chez une autre. Il n'y a rien de bien surprenant là-dedans, la faute en revient à l'épouse en fin de compte. »

     C'était assez culotté de prétendre que les femmes-roc étaient les responsables, mais c'était surtout pour provoquer Aaricia, lui faire comprendre qu'elle gagnerait beaucoup à se montrer plus ouverte. Puis, si les hommes se permettaient de prendre plusieurs amantes, pourquoi les femmes ne le pourraient-elles pas ? C'était ironique de penser que le Harloi avait insisté sur le fait qu'Helya n'avait pas intérêt à aller voir ailleurs sans quoi leur accord serait caduc, alors même qu'il poussait une autre épouse à faire de même. La logique était assez relative chez le Fer-né qui se moquait éperdument de ce que les autres pouvaient penser. La réponse de la Botley avait été claire à ce propos : elle se moquait de ce qu'il ferait avec une autre femme, c'était donc une autorisation pure et simple. Puis, un peu de risque n'avait jamais tué personne, même si en l'occurrence une telle chose pouvait bien se produire. C'était sans importance, la mort n'était qu'une étape de la vie comme une autre. La Greyjoy reprit la parole de plus bel pour lui faire savoir qu'elle aurait supporté son arrogance, mais pas sa manière de vouloir séduire les autres femmes. C'était amusant d'entendre une telle chose, parce que dans un sens, le Fer-né n'agissait de la sorte qu'avec très peu de dames. En réalité, elles se comptaient sur les doigts d'une main et encore, les continentales avaient été un simple moyen de s'amuser, rien de sérieux.

     ▬ Détrompez-vous, je ne joue pas les séducteurs avec les autres femmes. Vous pouvez demander à chaque donzelle de ces îles, vous êtes la seule avec qui j'agisse de la sorte. »

     C'était effectivement le cas. Que ce soit avec Elyn ou encore Deirdre, il n'avait jamais utilisé ce système. À la rigueur Cybeline pouvait entrer dans ce cas de figure, mais elle n'était pas native des Iles de Fer et ne comptait donc pas. Mais quelque chose lui disait que la Greyjoy ne le croirait pas quoi qu'il dise et quoi qu'il fasse, cette réputation injustifiée lui collait à la peau sans qu'il ne puisse s'en débarrasser. Il ne répondit rien lorsque la jeune femme déclara que ses frères devaient trouver une épouse. Si l'idée d'unir Veloran à la cousine de Sargon avait été abordée, celui-ci ignorait si c'était encore d'actualité. Quant à l'autre, il se comportait d'une telle manière que l'idée même qu'il puisse prendre une épouse semblait impossible. La rumeur courait même qu'il s'était entiché de sa femme-sel, de quoi faire rire n'importe qui ! En somme, un sujet qui ne risquait pas d'être très actif au cours des semaines à venir. Le Harloi se contenta de l'observer alors qu'elle lui déclarait qu'il reviendrait toujours vers elle et que s'il parviendrait à la battre ce jour-là, ils verraient à ce moment. Un bref sourire naquit à nouveau sur ses lèvres tandis qu'il soupirait doucement. Il était vrai qu'il revenait sans arrêt, mais si un jour son caractère versatile le poussait à aller voir ailleurs, la jeune femme ne pourrait rien faire contre. En serait-elle triste ? C'était probable, mais uniquement parce qu'elle ne serait plus au centre de l'attention, le reste devait être sans intérêt pour elle. Le Fer-né se contenta de hocher la tête lorsqu'elle annonça qu'ils se reverraient plus tard.

     ▬ Il me tarde que ce jour arrive. En espérant que je ne me sois pas lassé d'attendre d'ici-là. Prenez soin de vous, je n'oublie pas que vous me devez toujours un combat. »

     Il esquissa un pas sur le côté comme s'il se préparait à s'en-aller, mais se ravisa à la dernière seconde. Tentation quand tu nous tiens, le Fer-né pivota une fois de plus pour refaire face à la belle Greyjoy, fit mine de se pencher vers elle, avant de s'arrêter à quelques centimètres de son visage. Sargon leva finalement le bras pour frôler la joue de la jeune femme du dos de sa main, puis hocha la tête, une fois de plus, comme pour déclarer que cela lui convenait. Sans ajouter le moindre mot, le capitaine se détourna pour de bon cette fois-ci et quitta les lieux sans se presser. Que sa visite arrive aux oreilles des autres – dont Dagon – ne lui importait que peu, ils auront bien davantage à raconter lors de sa prochaine visite à la dame des Iles de Fer. Il y mettait un point d'honneur.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

La prudence est la mère de l’imbécilité ▬ Aaricia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Piétinée par l'Imbécilité. [Pollo]
» Chasse entre mère et fille
» LA TARTE AUX EPINARDS (comme celle de ma mère)
» Remèdes de grans mère (santé)
» Rien pour écrire à sa mère...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-