AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Soleil de Sang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Chevalier
avatar

Logan Grafton
Chevalier

Général
Chevalier excentrique et Dent de Freux circonspect

"Fear peoples darkness with monsters."

♦ Missives : 910
♦ Missives Aventure : 20
♦ Age : 27
♦ Date de Naissance : 01/03/1990
♦ Arrivée à Westeros : 21/02/2013
♦ Célébrité : Paul Bettany
♦ Copyright : me
♦ Doublons : Bryn Penrose, Seamus Ouestrelin
♦ Age du Personnage : 31 ans
♦ Mariage : veuf
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
♦️ Fiche
♦️ RP et Liens
♦️ Résumé
♦️ Aptitudes
♦️ Succès
♦️ Histoire des Grafton
♦️ Bryn
♦️ Seamus

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1404/1500  (1404/1500)


Message Mer 6 Mar 2013 - 11:45


Soleil de Sang
An 212 - Suite à une fortuite rencontre avec le frère du Commandant (un dénommé Aslak), un venimeux serpent de Dorne tente d'empoisonner la Capitaine de la Garde personnelle de Brynden Rivers. Par un pur hasard, le récipient destiné à la jeune Gargalen est vidé par un autre Dent de Freux. Ororya a ainsi été sauvée, mais Logan ne se console pas pour autant de la mort du pauvre bougre qui était en fait son bon camarade...

*
* *
Ce que Logan croit n’est en général pas ce que croient les autres. Nombreux étaient ceux qui avaient tenté de le dissuader d’exposer sa colère, de lâcher son courroux contre le capitaine à cause de qui, d’après Logan, son camarade s’était fait empoisonner. Apparemment, le verre était destiné à la jeune dornienne mais un tragique hasard avait décidé que Robb ingurgite le vil poison et termine tel un légume. Cela avait été une véritable tragédie, une perte à laquelle seul le chevalier semblait porter une quelconque attention. De fait, le reste des Dents de Freux avaient oublié le jeune Robb les heures qui suivirent l’annonce. Le fils de Lord Grafton n’était pas parvenu à contenir son mépris et son mécontentement face à tant d’indifférence et d’irrespect et s’était permis d’éclater de colère en lançant milles reproches à ses compatriotes dont les visages s’affaissèrent aussitôt soit de culpabilité ou d’indignation. Le Chevalier Excentrique était connu pour être particulièrement brut et impudent dans sa façon de s’exprimer ; il n’était donc pas étonnant que sa fureur dévastatrice excita plus d’un soldat et certains furent même prêts à en venir aux mains. Heureusement, le respect du récemment défunt Robb, les incita tous à garder leur calme et à la fin de la journée la plupart des esprits enflammés étaient parvenus à s’évaporer dans de farouche propos et de violentes paroles. Logan toutefois était persuadé de devoir porter honneur à son jeune ami et se coucha avec la ferme conviction de faire face au capitaine afin qu’il – ou plutôt “elle” – réalise à quel point il était irrespectueux de sa part de ne pas porter davantage d’attention à l’ancien Dent de Freux.

Le jour suivant, le jeune Grafton se leva de bonne heure afin de se planter devant les quartiers du capitaine le plus tôt possible. Il était impatient de lui faire face. Sans doute son indignation s’était-elle mêlée à la sournoise jalousie qu’il éprouvait depuis quelques temps pour Ororya, ce qui rendait ce tête-à-tête encore plus excitant. De fait, Logan s’était senti délaissé, pour ne pas dire trahi, quand la jeune femme fut nommée Capitaine. Elle n’avait pas eu l’obligation de monter les échelons ; on lui avait simplement accordé le poste sur un plateau d’argent et elle l’avait accepté sans la moindre humilité. Lui, se trouvait parmi les Dents de Freux depuis près de trois ans et n’était même pas parvenu à atteindre la position de lieutenant. Certes, il faisait partie de la garde personnelle de la Main, mais il avait farouchement espéré obtenir une promotion considérable depuis. Disons que le chevalier suspectait la dornienne d’être l’objet d’un favoritisme considérable et une telle injustice le mettait en rogne. Si personne n’était prêt à dire ce qu’il pensait, il fallait bien que lui-même fasse quelque chose.
Ce fut donc avec des convictions de fer qu’il traversa escaliers et couloirs du Donjon Rouge avant d’arriver devant les quartiers de son supérieur. Deux gardes encadraient la porte au bout du couloir. A l’angle était placé une table sur laquelle s’épanouissait un joli bouquet de fleurs. Ces couleurs enchanteresses créaient un étrange contraste avec les frimousses froncées des deux hommes qui dévisagèrent le chevalier d’un air suspicieux. Peu étaient heureux de poser les yeux sur le jeune Grafton...
« Qu’est-ce que tu veux Logan ? lança une des Dents d’un ton dédaigneux.
_Oui, qu’est-ce que tu veux Logan ? répéta le second garde avec la même intonation.
_Je suis venu parler au capitaine. Le jeune Grafton se planta droit comme un “i” et croisa les bras derrière le dos tout en observant ses compatriotes d’un air défiant.
_L’est trop tôt, le soleil s’est à peine levé ! dit le premier en pointant un doigt accusateur vers la fenêtre où brillait qu’une faible lumière matinale.
_Oui, le soleil n’est même pas levé ! répéta de nouveau le deuxième soldat.
_Je ne suis point venu ici pour débattre avec d’inutiles perroquets. Maintenant laissez moi passer ! » Il avait adopté un ton impérial. Mieux valait faire preuve de dignité devant ces deux là... Qu’ils sont insupportables !
Quand il s’avança d’un pas, les deux hommes s’avancèrent également. Ils n’étaient manifestement pas prêts à céder le passage à leur “camarade”.
« Personne ne nous traite de perroquets. Maintenant va-t-en Logan avant qu’on ne te botte le cul.
_Oh mais les perroquets sont de magnifiques créatures ; plumage élégant et yeux intrigués, ainsi qu’une voix roque absolument épouvantable. Une description qui, j’imagine, vous sied à merveille avec votre merveilleuse uniforme mais vos manières exécrables. » Les regards des gardes s’assombrirent et ils resserrèrent leur poigne autour du cou de leurs lances.
Bien que Logan s’amusait beaucoup devant les expressions mécontentes de ses comparses, il leva les bras dans une position innocente, comme pour calmer la situation, mais dit :
« Très bien, vous ne me donnez d’autre choix que d’avoir recours à des moyens plus efficaces. Je dirais même pire ; particulièrement pragmatiques et qui vous seront par la même occasion extrêmement désagréables. »
Sans laisser le temps aux deux soldats de répliquer, Logan s’empara du plateau placé sous le vase, lui-même disposé sur la petite table qui se trouvait dans l’angle du couloir. Le vase percuta le sol avec fracas, s’envolant en milles morceaux. Le chevalier dégaina son poignard puis commença à entrechoquer la lame contre le support métallique, provocant ainsi un terrible brouhaha que même les cloches du Septuaire de Baelor ne semblaient pouvoir égaler.
« CAPITAINE !! Bang. Bang. IL EST TEMPS DE SE LEVER ! Bang. Bang. JE DOIS VOUS PARLER SUR LE CHAMP ! Bang. Bang. »
L’imprévisible manœuvre de Logan avait pris les deux gardes au dépourvu. Ceux-ci se jetèrent d’abord des regards où se lisaient autant de la surprise que de l’incrédulité. Enfin, ils abandonnèrent leur poste afin de s’emparer du Chevalier Excentrique (tant bien que mal) qui n’avait dès lors plus la possibilité de créer son invivable boucan.
« Lâchez moi ! Lâchez moi ou vous allez le regretter ! Répétait-il alors que ses comparses le tiraient contre son gré vers l’autre bout du couloir. ORORYA ! VOUS DEVEZ REPONDRE DE VOS ACTES ! »
Hurla-t-il tout en se débattant péniblement contre les fermes poignes de ses adversaires. Sa scène avait crée un tel chahut de manière à réveiller tout le Donjon Rouge. Il était sur le point de se faire jeter dans l’escalier quand la porte des appartements s’ouvrit...



One had to take some action against fear
wh
en once it laid hold of one.

Spoiler:
 


Dernière édition par Logan Grafton le Mar 19 Mar 2013 - 7:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Ororya Gargalen
Homme d'Armes

Général


Capitaine de la garde personnelle de la Main du Roi

♦ Missives : 1326
♦ Missives Aventure : 57
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 03/09/1987
♦ Arrivée à Westeros : 06/01/2013
♦ Célébrité : Karen David
♦ Copyright : Dagon / Moi
♦ Doublons : Tyana Veneur, Lyessa Reed, Serenei
♦ Age du Personnage : 20 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles : ♦️ Fiche de présentation
♦️ Voyages et aventures
♦️ Aptitudes
♦️ Succès

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
568/1000  (568/1000)


Message Mer 13 Mar 2013 - 9:37

Ororya fixait la flamme lascive de la bougie qui éclairait faiblement la pièce. Comme absorbée par cette contemplation, elle semblait prisonnière de ses troublantes pensées. Elle avait tenu à ce qu’on la tienne informée de l’évolution de santé du Dent de Freux qui avait été empoisonné à sa place, et n’avait pas fermé l’œil de la nuit. Il s’appelait Robb, et on lui avait dépêché la nouvelle depuis quelques heures qu’il était décédé de son empoisonnement. Pris au dépourvu par la situation, le grand Mestre Malleon n’avait pas pu le soigner et la réaction du feu soldat face au poison avait été foudroyante. Si d’apparence, elle avait faite face à la nouvelle avec sang froid, elle n’en était pas moins restée meurtrie en refermant la porte à ses messagers. La veille, un pas avait été franchi – celui où on lui avait clairement fait comprendre qu’elle n’était plus qu’une cible à éliminer pour quelques Dorniens. Ça avait de quoi faire ressasser – et bien plus que blesser son amour propre. Elle, qui avait toujours cru bien faire pour Dorne, se retrouvait dans une posture délicate. La colère avait été la première à la tenailler après quelques instants mais elle s’était contentée de serrer les poings, tout en espérant que cela passe. Un homme était mort, et même si elle devait remercier Aslak d’avoir inconsciemment évité que ce soit elle qui y reste, elle ne pouvait que se sentir coupable de cette perte. Il y aurait des comptes à rendre. Il y aurait des têtes à couper.

Au fin fond de ses pensées tumultueuses et de cette impression d’être arrachée de force à son enveloppe d’origine, Ororya trouva finalement à se raccrocher à la rencontre avec son oncle venu de Dorne pour le Conseil Restreint. Elle devait lui en parler, même si elle savait que cela était risqué. Dépossédée ainsi de son appartenance, trahie par quelques uns des siens, il lui fallait quelqu’un de son sang pour la réconforter – et elle savait que Maron saurait remplir ce rôle avec brio. Il l’avait toujours fait.

La bougie s’était totalement consumée lorsque les premiers rayons de soleil filtrèrent dans la pièce. Ororya avait daigné bouger, trouvant rien de mieux à faire que de quitter son lit pour marcher de long et en travers, pieds nus contre les dalles froides. La situation épineuse dans laquelle elle se trouvait ne cessait de lui crier vengeance. Il fallait qu’elle trouve qui était responsable – et elle était même à peu près sûre qu’ils ne s’arrêteraient pas là. Des bruits l’extirpèrent alors brutalement de ses pensées et la jeune Dornienne dut revenir dans la pièce à vivre pour entendre plus clairement ce qui se disait sur le pas de sa porte. Un tintement sonore extrêmement agaçant résonnait dés à présent alors qu’une voix l’appelait dans l’urgence. Il était clair que les deux hommes postés à la porte de ses appartements tendaient à virer l’importun et celui-ci ne semblait pas bien coopératif. La dernière phrase qu’elle entendit à travers l’épaisse porte de bois et qui s’étouffait au loin en vint à l’interpeller. Répondre de ses actes ?! La nouvelle avait-elle déjà faite le tour du Donjon ?

Ororya resta stupéfaite durant quelques secondes dans son hésitation avant de daigner ouvrir la porte et se montrer dans l’encadrement. Rabattant son pardessus contre elle et croisant ses bras contre sa poitrine, la jeune femme s’écarta de sorte à distinguer le visage de celui qui quémandait une entrevue avec autant de férocité. Il s’agissait de Grafton, un Dent de Freux sous ses ordres. Sa peau pâle et ses cheveux tout aussi blonds passaient difficilement inaperçus dans l’enceinte du Donjon Rouge. La jeune femme fronça légèrement les sourcils tout en détaillant la scène incongrue qui se déroulait sous ses yeux. Logan, se débattant comme un forcené tandis que les gardes tentaient de le traîner vers les escaliers. A vrai dire, la Gargalen ignorait bien ce que comptait lui dire l’excentrique Valois, mais elle pouvait deviner que ceci avait un rapport avec la perte nocturne. Etait-il son ami ? Elle ne pouvait décidément pas dédaigner son interlocuteur qui semblait en avoir gros.

« Ser Logan, vous vous oubliez ! » – Lâcha-t-elle sur un ton placide. Les deux gardes se tournèrent alors vers elle, tenant fermement l’importun, et la jeune femme esquissa un bref geste de la tête. « Je vais le recevoir. »

A peine l’avait-elle formulé qu’elle le regrettait déjà. Elle n’avait nulle envie de se confronter aux reproches que l’on pourrait lui faire. Elle savait très bien qu’elle était plus ou moins responsable de la mort de l’officier, et n’avait nulle envie que l’on vienne remuer le couteau dans la plaie. Néanmoins, elle ne pouvait pas risquer d’attirer plus de haine de la part de ses éléments. Ororya était jeune, surtout face à la plupart de ceux qu’elle avait sous son commandement. Elle avait conscience d’attirer la jalousie et le sentiment d’injustice. Après tout, elle avait eu ce poste grâce à son statut et ses qualités de combattante. Elle savait pertinemment que Logan faisait partie de ceux qui étaient là depuis belle lurette et qui désiraient ardemment gravir les échelons. Elle leur avait coupé l’herbe sous le pied – elle pouvait comprendre leur rancune. Elle n’attendit même pas après le chevalier et tourna les talons pour de nouveau pénétrer dans ses appartements et enfiler quelque chose de plus décent pour la confrontation. Sans son uniforme, elle avait toujours l’air plus féminin et peut-être plus vulnérable. Une chose dont elle ne pouvait résolument pas se permettre. Il n’était pas si aisé de donner des ordres lorsqu’on était une femme – qui plus est, une étrangère âgée de vingt ans. Elle revint rapidement dans la pièce à vivre et posa un œil sombre sur le Valois, le détaillant brièvement avant de daigner ouvrir la bouche.

« Et bien…Qu’attendez-vous de moi ? Beugler ainsi après moi ne fera pas revenir votre ami… Car c’est bien à ce sujet que vous êtes là, non ? » – Le ton était froid, presque méprisant. Elle l’était souvent lorsqu’elle tendait à se montrer inflexible. Elle confronta le regard si cristallin de son interlocuteur et guetta la moindre réaction. Elle se demandait bien jusqu’où il pourrait aller pour manifester toute sa franche colère. Devait-elle s’excuser ? Elle était bien trop fière pour se confondre en apitoiement, surtout lorsqu’on l’extirpait de son lit pour ce. « Que voulez-vous que je vous dise ? Cet affront ne restera pas impuni, je vous le promets. »

Elle était légèrement sur la défensive, comme à bout de nerfs, mais cela se résumait à un ton laconique et tranchant.



Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Logan Grafton
Chevalier

Général
Chevalier excentrique et Dent de Freux circonspect

"Fear peoples darkness with monsters."

♦ Missives : 910
♦ Missives Aventure : 20
♦ Age : 27
♦ Date de Naissance : 01/03/1990
♦ Arrivée à Westeros : 21/02/2013
♦ Célébrité : Paul Bettany
♦ Copyright : me
♦ Doublons : Bryn Penrose, Seamus Ouestrelin
♦ Age du Personnage : 31 ans
♦ Mariage : veuf
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
♦️ Fiche
♦️ RP et Liens
♦️ Résumé
♦️ Aptitudes
♦️ Succès
♦️ Histoire des Grafton
♦️ Bryn
♦️ Seamus

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1404/1500  (1404/1500)


Message Ven 15 Mar 2013 - 16:47

Les deux perroquets s’arrêtèrent brusquement à l’apparition de leur capitaine. Logan pendait toujours entre les deux soldats, les jambes dressées vers l’avant dans son ultime tentative à s’échapper de l’emprise des Dents de Freux. Il leva vers la dornienne un regard mécontent, puis murmura « C’est pas trop tôt » dans la barbe qu’il n’avait pas.
Quand le capitaine annonça qu’elle souhaitait le recevoir, les deux gardes grognèrent de déplaisir, manifestement déçus de ne pas pouvoir donner une bonne leçon au Valois. Logan se détacha de ses adversaires avec vivacité avant de jeter aux deux hommes un regard défiant.
« Coup de bol, Grafton. chuchota l’un avec mépris.
_Ouais, la prochaine fois t’seras pas aussi chanceux. » affirma l’autre en montrant les dents.
Logan décida d’ignorer les vides menaces des gardes et répondit d’un ton moqueur :
« Jusqu’à notre prochaine rencontre messieurs, et que les Dieux vous gardent. » Il ponctua sa phrase d’un drôle de sourire avant de rajuster son uniforme, puis d’avancer vers les appartements d’Ororya.
Le jeune Grafton toqua brièvement avant d’entrer. Bien qu’une telle cérémonie avait perdu tout son sens avec sa précédente prestation, il tenait à prouve à son capitaine qui connaissait tout de même les rudiments de la politesse.
La chambre de Dame Gargalen était éclairée d’une pâle lumière au teint doré. Les rayons s’infiltraient à travers les vitres transparentes, faisant briller les infimes particules qui voltigeaient dans les airs telle une farouche danse de poussière d’étoile.
« Quoi ? Vous voulez me jeter dans les donjons du château pour avoir fracasser le magnifique vase qui ornait l’entrée de vos appartements ? Me marquer au fer rouge pour vous avoir réveillée ? Logan lâcha un petit ricanement, il n’avait pas franchement peur d’être puni ; pour dire la vérité ce ne serait pas non plus la première fois... Il ébouriffa ses cheveux blonds d’un geste de la main avant de continuer d’une voix désinvolte, Gardez vos menaces Lady Gargalen. Vous ne m’autorisez pas à entrer dans votre chambre simplement pour me donner une leçon moralisatrice... J’imagine que vous devez vous sentir assez coupable de ce qui est arrivé à Robb, sinon vous n’aurez pas réagis à ma magnifique farce. »
Logan se passa une main sur le menton d’un air contemplatif. D’une certaine façon il était ravi de voir que la mort du soldat n’avait pas laissé la demoiselle indifférente, mais cela ne changeait point ses convictions ; têtu comme il était, il n’allait pas faire preuve de compassion devant son capitaine simplement parce que celle-ci portait les symptômes de la culpabilité.
Le chevalier s’avança un peu, puis vint se placer face à Ororya, quoiqu’en gardant une distance considérable. La jeune dame ne semblait pas avoir dormi... Lui non plus d’ailleurs, mais sont visage éreinté faisait partie de son identité quotidienne. Il croisa les mains derrière son dos, avant de commencer son discours sur un ton à la fois ferme mais courtois, bien que les paroles que portait sa voix étaient tout sauf avenantes.
« Les Perroquets à l’entrée ne me respectent pas assez pour m’accorder une entrevue avec vous ; il faut bien que je trouve un moyen d’attirer votre attention afin de pouvoir vous parler. D’autre part, vous êtes souvent occupée toute la journée et la seule occasion que j’avas de vous parler sur-le-champ était de venir à l’aube. Il avait également été très impatient à l’idée de discuter avec la dornienne, mais il garda cette dernière pensée pour lui, de peur que cet étrange désir de se quereller ne paraisse trop bizarre, Je suis bien conscient que mon boucan ne fera pas revenir le brave soldat mort par votre faute, mais crier de la sorte m’aura au moins permis de vous en parler. » Le “votre faute” était sorti involontairement, mais il décida de ne pas revenir sur ses paroles au risque de paraître indécis.
On pouvait presque considérer l’obstination du Grafton comme honorable. D’après lui, il devait trouver le responsable de la mort de son comparse, et mettre en évidence la part de responsabilité que portait Ororya dans cette délicate et désolante affaire. Peut importe s’il s’agissait d’un pur hasard ou non, Logan était persuadé que la jeune Gargalen aurait put empêcher Robb d’avaler le poison qui lui était en fait destiné.
« N’étant pas entouré d’autres soldats, je ne suis pas confronté au risque de bafouer publiquement votre autorité. Je vais donc vous parler franchement et en toute honnêteté. Le moment de la vérité a sonné. Après ça, ta vie deviendra un réel enfer Logan. Il ne pouvait toutefois s’empêcher de dire ce qu’il pensait à la jeune Gargalen. C’était maintenant ou jamais, et le chevalier n’était pas prêt de baisser les bras. Je pense que vous n’êtes pas qualifiée pour assumer la poste de capitaine de la garde personnelle de la Main du Roi. Il marqua une brève pause avant de plonger son regard turquoise dans les sombres iris de son interlocutrice, Je ne peux malheureusement rien changer à la décision de notre commandant et dois par conséquent me résigner à silencieusement consentir à votre immédiate élévation. De ce fait, je n’ai plus qu’une chose à vous dire : j’espère que vous comptez retrouver le coupable. La mort de Robb ne met pas fin à cette affaire, au contraire. Les Dents de Freux se doivent de rendre justice. Nous incarnons la sécurié de Port-Réal. Pour qui nous prendra-t-on si nous ne faisons rien ? Vous êtes obligée de faire quelque chose, que ce soit pour maintenir notre crédibilité ou votre propre honneur. »
L’on ne pouvait s’attendre à échanger de simples banalités avec Logan. Maintenant qu’il avait lâché son sac, il se sentait bien plus léger, comme s’il venait de jeter une charge de pierres dans un fleuve. Enfin, il resta planté là, droit et grand comme il était à attendre la réaction de son capitaine. Que les feux de Dorne s’acharnent sur lui ! Peu importe, il avait dit ce qu’il voulait dire et était prêt à faire face aux conséquences – non, il n’était pas du genre à fuir.



One had to take some action against fear
wh
en once it laid hold of one.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Ororya Gargalen
Homme d'Armes

Général


Capitaine de la garde personnelle de la Main du Roi

♦ Missives : 1326
♦ Missives Aventure : 57
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 03/09/1987
♦ Arrivée à Westeros : 06/01/2013
♦ Célébrité : Karen David
♦ Copyright : Dagon / Moi
♦ Doublons : Tyana Veneur, Lyessa Reed, Serenei
♦ Age du Personnage : 20 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles : ♦️ Fiche de présentation
♦️ Voyages et aventures
♦️ Aptitudes
♦️ Succès

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
568/1000  (568/1000)


Message Mar 26 Mar 2013 - 21:46

Si la jeune Gargalen se montrait particulièrement acerbe face au comportement de son interlocuteur, ce dernier ne manquait pas de férocité dans son ton. Il se moquait ouvertement de la sentence qu’elle pourrait appliquer pour avoir ainsi tapé un esclandre devant sa porte – et c’est exactement le dédain dont il faisait preuve en se moquant d’elle qui la faisait fulminer en silence. Ses sombres agates se plissèrent dans une froide œillade en réponse à sa maigre provocation. Sa mâchoire se fit plus anguleuse alors qu’elle serrait les dents en tâchant de garder son sang froid.

« Je ne pensais pas que l’éducation vous faisait défaut. » – Répliqua-t-elle sèchement. Lorsqu’il présuma qu’elle éprouvait des remords au sujet du défunt, sinon elle ne lui aurait pas accordé une entrevue aussi prompte – Ororya s’inclina vers la fenêtre et porta son verre d’eau à ses lèvres d’un geste voulu indifférent. « Lorsque l’on me demande une entrevue avec politesse, je tâche toujours d’y répondre. Mais si vous appréciez vous répandre dans l’opprobre en agissant comme un gamin, très bien. »

Son zygomatique droit s’étira dans un sourire glacial tandis qu’elle reportait de nouveau son sombre regard sur l’importun. Le chevalier du Val se rapprocha alors dans une posture détendue et elle soutint ses iris azurés sans peine malgré la différence de taille qui les caractérisait. Le prétexte qu’il trouva pour lui affirmer que c’était le seul moyen pour lui d’obtenir une entrevue la fit légèrement secouer la tête d’un air moqueur. Ororya était habituée à ce que l’on remette en cause son commandement. Après tout, elle était une femme, et la majorité masculine des Dents de Freux l’amenait souvent à devoir subir les tests de ses compères à la virilité exacerbée. Avec Logan Grafton, c’était cependant autre chose. Piquée dans sa fierté personnelle, et sûrement dans son ambition, il ne semblait guère supporter qu’elle soit sa supérieure hiérarchique. La jeune Dornienne garda son masque d’impassibilité même si cela se révélait difficile – notamment lorsqu’il appuya le fait que c’était de sa faute si Robb était décédé. Immobile, elle écouta le petit discours qu’il lui réservait dans toute sa froide colère précédemment réfrénée. Lorsqu’il mentionna honnêteté à son égard, elle haussa les sourcils simultanément dans une expression entre surprise et exaspération. A mesure qu’il formulait sa pensée, Ororya en vint à se mordre la langue, réfrénant toute son ardeur Dornienne qui la poussait à faire cesser cette situation. Bien sûr que la plupart la prenait pour une arriviste, jeune femme au sang chaud venue de manière impromptue ravir une place des plus disputées. Cela devait être un coup dur pour tout homme de se voir rabaisser dans son ambition, alors quand il s’agissait en plus d’une femme !
Elle ne s’arracha nullement de son regard intense lorsque l’aveu fut formulé. Il ne l’estimait donc pas compétente pour le poste qu’elle occupait ? Elle s’émut dans un air faussement peiné avant d’écouter d’une oreille distraire le petit laïus du chevalier au sujet de la justice à rendre dans cette affaire. Il était toujours dur pour elle de réfréner ses envies de gestes vifs et violents et tandis qu’elle pesait silencieusement le pour et le contre à se ruer sur l’impudent pour lui coller une rouste alors qu’ils étaient en face à face – Grafton semblait attendre une réaction de sa part.

« En quoi suis-je moins compétente que vous ser Logan ? » – Lâcha-t-elle sur un ton étonnamment calme. « Est-ce parce que je suis une femme ? Une Dornienne peut-être ? » – L’interrogea-t-elle sur un ton placide. Elle s’inclina légèrement vers lui pour appuyer ses dires. « Quoiqu’il en soit, il semblerait que je sache me tenir mieux que vous. Vous n’êtes pas le seul à trouver mon grade injuste, mais laissez-moi vous dire une chose. Vous ne me connaissez pas, et cela fait deux années que je suis ici et que je parviens à me tenir à mes responsabilités comme il se doit. Quant à votre avis, il ne m’importe guère. »

Elle réfréna l’envie qu’elle avait de lui balancer qu’elle était sa supérieure et qu’il devrait bien s’y faire pour le temps que ça durerait. Elle n’aimait pas se comporter comme une gamine suffisante. Elle tâchait de s’appliquer dans ses devoirs et ne supportait simplement pas qu’on remette ceci en cause chez elle. Elle inspira légèrement puis se pinça les lèvres avant de reprendre sur un ton moins agressif.


« Si j’avais pu éviter cet incident, je l’aurais fait. Il se trouve que nous ayons à faire à quelques complications vis-à-vis de la coopération de Dorne avec la Couronne. J’en suis la première chagrinée, et je vais devoir aller en référer au prince Maron lui-même qui est ici-même pour le Conseil Restreint. » – Elle y avait longtemps réfléchi, estimant que ça n’était peut-être pas une excellente nouvelle à apporter à son oncle qu’elle n’avait pas revu depuis longtemps. « Je compte bien tirer cette affaire au clair et retrouver les responsables. Mais comme les responsabilités me l’incombent, je suis obligée de rapporter les faits à mes supérieurs et d’en discuter. »

Elle aussi aurait voulu réagir au quart de tour et se lancer à la chasse aux coupables. Elle avait été attaquée par les siens, et l’appréhension que cela avait fait naître en elle ne cessait de grandir. C’était pourtant paradoxal de la voir elle agir avec un semblant de sagesse alors que son interlocuteur avait le grain de folie et d’impulsivité qui réclamait vengeance. Elle savait pertinemment qu’elle ne devait point se lancer dans une vendetta qui pourrait porter préjudice à son nom, ou aux Dents de Freux. Elle soupira, une moue dubitative aux lèvres.

« Y a bien quelque chose qu’il va falloir vous rentrer dans le crâne Grafton. Vous êtes sous mon commandement. » – Formula-t-elle finalement sur un ton glacial. « Je ne tolèrerai pas une autre de vos crises d’impatience et ça se pourrait même que votre idée des donjons me semble judicieuse. »

Ferme. Il fallait qu’elle se montre intraitable ou d’autres pourraient toujours se montrer plus méprisants et irrespectueux à son égard.

« Tâchez de vous tenir correctement à l’avenir. J’essaierai de vous faire parvenir les nouvelles au sujet de l’affaire. » – Sa remarque se fit plus souple, comme si elle comprenait toutefois le besoin qu’il avait de trouver les coupables. Elle aussi, ne ressassait plus que cette idée là.

Plantée fièrement devant lui, la jeune femme dardait ses agates impitoyables sur sa personne, espérant le voir plier face à son autorité.

HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Logan Grafton
Chevalier

Général
Chevalier excentrique et Dent de Freux circonspect

"Fear peoples darkness with monsters."

♦ Missives : 910
♦ Missives Aventure : 20
♦ Age : 27
♦ Date de Naissance : 01/03/1990
♦ Arrivée à Westeros : 21/02/2013
♦ Célébrité : Paul Bettany
♦ Copyright : me
♦ Doublons : Bryn Penrose, Seamus Ouestrelin
♦ Age du Personnage : 31 ans
♦ Mariage : veuf
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
♦️ Fiche
♦️ RP et Liens
♦️ Résumé
♦️ Aptitudes
♦️ Succès
♦️ Histoire des Grafton
♦️ Bryn
♦️ Seamus

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1404/1500  (1404/1500)


Message Ven 12 Avr 2013 - 16:05

Si les paroles du valois pouvaient paraître rudes et déplacées, celles de la Dornienne tranchaient l’air avec violence et précision. Le bon sens de Logan pouvait à peine parer des violents coups de son capitaine, mais il tint bon. Et alors qu’elle le réduisait en cendre, le chevalier ne put s’empêcher de penser au pauvre homme qui avait goûté l’épouse du Dornien. Que disait la chanson ?...

En se baignant chantait la femme du Dornien,
D'une voix douce comme une pêche,
Mais sa chanson à elle avait la lame du Dornien,
Et le mordant glacé d'une sangsue.
Voilà qui semblait adéquat...
La mélodie étira brièvement les traits du Grafton en une expression où se lisait davantage d’amertume que de colère. En effet, bien que Logan était le genre de personne qui s’évertuait à ne porter aucune attention à ce que pensent les autres, les propos d’Ororya ne manquèrent pas de toucher son amour-propre. Ah, qu’il détestait son capitaine en cet instant d’intense discorde !
Pourtant, une étincelle de respect s’éveilla en lui : si il l’avait traitée d’irresponsable et d’incompétente, le chevalier ne pouvait nier le fait que la jeune Gargalen était une femme qui savait s’imposer. Il fut étonné de la voir réagir avec sang-froid, certain qu’aucun subordonné n’avait jusqu’à présent osé lui parler de la sorte.
Quand il était enfin question du conseil restreint et de la présence de Prince Maron Martell, le chevalier ne put s’empêcher un bref rictus de mécontentement : “Quelques complications vis-à-vis de la coopération de Dorne avec la Couronne” ? La phrase fit résonner les cordes d’incrédulité dans le crâne du Grafton : ces quelques complications lui paraissaient bien plus problématiques qu’elle ne le laissait penser et le Dent de Freux sentait l’indignation s’emparer de lui alors qu’il se demandait comment son capitaine pouvait employer un tel euphémisme... Mais le valois maintint son silence ; il avait dit ce qu’il était venu dire. Un mot de plus et il risquait de mal finir. Il se consola donc du fait que la Dornienne affirmait vouloir retrouver le coupable.

Lorsque l’acquittement verbal prit fin, Logan se mordit les lèvres de sorte à maintenir de la discipline et de prouver à son capitaine qu’il était, malgré les apparences, capable de se tenir correctement.
« A vos ordres... Dit-il tout en adoptant une attitude martiale. Puis il baissa sur la jeune femme un regard qui se voulait neutre mais qui ne cachait qu’avec difficulté l’indignation bouillant dans sa poitrine. Il n’était pas étonnant que le dernier mot s’échappa avec une tonalité quelque peu dédaigneuse, Capitaine. »
Il s’avança vers la porte pour quitter cette pesante atmosphère, mais avant de passer le cadre de l’entrée, il se sentit obligé d’ajouter une dernière remarque.
« Je ne vous connais peut-être pas, mais vous non plus n’en savez rien à mon sujet. » Finit-il par souffler avec défiance.
Enfin, Logan n’avait d’autre choix que de quitter les appartements d’Ororya. La porte se ferma en claquant et il se retrouva devant l’entrée alors que les deux perroquets qui stationnaient toujours dans le couloir lui jetèrent des regards sanguinaires où résonnait l’heure de la vengeance...

*
* *
Un jour s’écoula sans que Ser Logan n’ait de nouvelles de son capitaine. Quand le soleil de la deuxième journée s’éleva dans les cieux, entouré de part et d’autre de rayons d’un rouge flamboyant, le chevalier se demanda si la jeune femme avait décidé de ne finalement pas l’impliquer dans cette affaire. Cette pensée ne manqua bien évidemment pas à l’irriter, éveillant aussitôt la rancune qui somnolait sournoisement au fond de son cœur. Ce n’était pas digne d’une Dent de Freux, et encore moins de la part du capitaine responsable de la garde personnelle de la Main du Roi.
Parlant de la Main... Le soleil n’avait pas encore atteint son zénith, mais Logan se trouvait déjà dans la salle du trône, veillant bravement à ce qu’aucun malheur ne s’abatte sur Brynden Rivers. Combien d'œil à Freuxsanglant ? Mille, et un. La devinette rôdait dans l’esprit du valois en guise de distraction. Et alors qu’il guettait attentivement l’activité des individus présents dans la salle, il ne put s’empêcher de se demander si Brynden était véritablement un excellent archer... Après tout, l’homme était borgne.
Il se passa une main à travers les cheveux, puis se frotta le menton d’un air pensif. Lui-même n’était pas un très bon archer, et bien qu’il portait quotidiennement son arc en barral, le contact de l’arme contre son dos lui était tout à fait étranger. La poignée d’une épée lui était bien plus familière...
Logan rajusta son uniforme, aplanant les plis qui déformaient le dragon blanc tissé sur la sombre étoffe. L’emblème de la Main lui donnait toujours un sentiment d’importance, comme si cette image lui affirmait qu’il était quelqu’un. La vérité voulait toutefois le contraire, et au fond de lui, le valois savait pertinemment que cet animal ailé n’y changeait absolument rien. Il fallait qu’il fasse ses preuves, et peut-être bien que cette fâcheuse affaire allait lui ouvrir des portes... Non, il ne fallait pas qu’il pense à de telles choses ; tirer profit de la mort de son camarade n’était point honorable. Pire, c’était tout à fait monstrueux. Pour l’honneur et la justice. S’obstina-t-il à penser, désireux de chasser les noires pensées qui lui taraudaient l’esprit.

Quand les audiences prirent fin, Logan résuma son devoir, suivant la Main de leur monarque tout en jetant des regards suspicieux de gauche à droite, puis de droite à gauche ; si les autres gardes prenaient leur métier au sérieux, pour le jeune Grafton c’était toujours une question de vie ou de mort. Et alors qu’il traversait silencieusement la salle du trône, ses yeux se vissèrent sur la silhouette familière d’Ororya Gargalen.
Logan sourit, son cœur se gonflant d’une mince impression de triomphe. Il allait donc y avoir une suite à cette épineuse affaire...

Spoiler:
 



One had to take some action against fear
wh
en once it laid hold of one.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Ororya Gargalen
Homme d'Armes

Général


Capitaine de la garde personnelle de la Main du Roi

♦ Missives : 1326
♦ Missives Aventure : 57
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 03/09/1987
♦ Arrivée à Westeros : 06/01/2013
♦ Célébrité : Karen David
♦ Copyright : Dagon / Moi
♦ Doublons : Tyana Veneur, Lyessa Reed, Serenei
♦ Age du Personnage : 20 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles : ♦️ Fiche de présentation
♦️ Voyages et aventures
♦️ Aptitudes
♦️ Succès

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
568/1000  (568/1000)


Message Dim 14 Avr 2013 - 11:29

Ororya dardait ses prunelles sur l’impudent qui avait osé la taxait d’incompétence. Lui – chevalier excentrique et dont la réelle efficacité restait encore à prouver. Voilà qui n’allait pas la conforter à apprécier les hommes liés par le serment de chevalerie. Jusqu’ici, seul Alrik avait tout son respect, et c’était bien car l’égocentrisme lui faisait défaut. Oberyn, elle l’avait taclé sans ménagement. Dornien et chevalier ? Pourquoi pas mais l’Epée du Matin était si insolente qu’elle n’avait pas pu s’empêcher de lui cracher son venin de franchise désobligeante. L’envie et la jalousie ne menaient à rien de bon, et même si Ororya elle-même s’y était complu à certaines périodes de sa vie, elle n’en avait pas moins pris de la graine aujourd’hui. Elle avait mûri – pour sûr qu’elle n’était plus la garce qu’elle était lorsqu’Oberyn l’avait escorté jusqu’à Port-Réal.

Installant un froid désarmant après avoir déblatéré son petit discours, Ororya détailla avec un semblant d’indifférence le faciès du Valois. Elle se rappelait encore la surprise qui fut sienne en découvrant les physiques si particuliers de cette partie de Westeros. Entre Brynden Rivers, doté d’une peau laiteuse, d’une chevelure argentée et d’une unique prunelle d’un rouge vif et la beauté de sa demi-sœur aux iris bicolores, l’on peut dire que la Gargalen était loin de côtoyer des stéréotypes de Dorne. Logan avait la peau presque aussi pâle que celle de la Main du Roi. Son visage était lisse, comme un masque de marbre et ses cheveux blonds donnaient l’impression d’être éclaircis par le soleil. Ce regard expressif d’un bleu profond ne l’effrayait guère, même si elle pouvait concevoir que ça lui donnait certaine autorité. Ororya décela le pli de frustration qu’arborèrent les lèvres de son interlocuteur face à ses réprimandes. Le mécontentement de Grafton était sans surprise et Ororya ne lui céda aucune expression de complaisance ou de compréhension. Il se résolut enfin à se mettre au pas, et la Dornienne ne le quitta pas du regard lorsque celui-ci tourna les talons pour quitter ses appartements. Lorsqu’il lui lâcha qu’elle ne savait rien de lui non plus, la jeune femme se contenta de sourciller en guise de réponse. Non, elle ne le connaissait pas – mais elle n’avait jamais prétendu le contraire en le jugeant à voix haute. Tout ce qu’elle lui avait dit était le résultat de son propre affront et il ne pouvait que s’en vouloir à lui-même pour ce qu’il venait de se passer entre eux. A peine eut-il refermé la porte que les épaules de la jeune Capitaine s’affaissèrent. Ça n’allait pas être une mince affaire, et ça l’épuisait déjà.

--------------------------------------------------------------

Les bruits de pas réguliers claquaient contre la pierre froide du Donjon Rouge. Ororya était vêtue de son uniforme de la Main du Roi et jetait quelques coups d’œil inexpressif à ses compères qu’elle croisait pour la énième fois. Elle avait quitté Maron la veille en lui assurant qu’elle ne ferait rien d’inconsidéré – elle savait pertinemment que les Ferboys avaient une chance d’être derrière tout ça mais que jamais elle n’obtiendrait leur nom de la bouche des coupables qui avaient tenté de l’empoisonner. Cependant, elle estimait que justice soit faite et ne pouvait pas laisser les choses se dérouler ainsi. Pour elle, ce n’était rien d’inconsidéré que de vouloir enquêter, surtout si elle le faisait discrètement. Alors que se profilait dans sa tête un dessein en dehors des sentiers de l’officiel, Ororya se pinça les lèvres dans une expression de témérité coupable. Maron lui avait bien précisé de ne pas se mettre en danger, et Alrik en penserait sûrement autant – mais Ororya voulait gérer personnellement cette affaire. Si elle était responsable de la protection de la Main du Roi, personne n’avait à en faire de même pour elle. Elle pouvait très bien se débrouiller seule. Elle hésita à revenir vers Logan Grafton, mais se doutait que l’avoir contre elle dans cette initiative attirerait bien trop d’ennuis. Alors que si elle l’avait de son côté, au moins n’aurait-elle pas à subir ses crises d’impatience.

Le soleil s’éclipsait lorsqu’elle pénétra dans la salle du trône, saluant Brynden Rivers en inclinant la tête avec respect. Grafton se tenait à ses côtés, dans l’exercice de ses fonctions et l’expression qu’elle lui découvrit sur le faciès la fit légèrement sourciller. Lui donner satisfaction était presque une tare pour la donzelle qui n’avait pas bien apprécié leur dernière entrevue. Plaçant ses bras dans son dos dans une stature glaciale, la jeune femme se mit de l’autre côté de la Main du Roi et se mit à l’escorter jusqu’à ses appartements. Elle ne jeta pas un seul coup d’œil à Grafton durant le chemin, et ce ne fut que quand la porte de la Main du Roi se ferma qu’elle daigna se tourner vers lui. Elle le toisa brièvement d’un regard froid avant de satisfaire sa curiosité et son impatience.

« Grafton. Si vous êtes disposé à m’aider, tâchez de me retrouver devant le Donjon, vêtu de la plus simple des manières. Ce que je vous propose, c’est de jouer discrétion sur cette affaire, donc inutile de vous préciser qu’il va falloir mettre de côté votre… Chevaleresque excentricité. » – Elle esquissa un petit sourire cruel, s’assurant par un regard appuyé qu’il ait bien compris les instructions.

Elle le quitta pour rejoindre ses appartements et enfiler une tenue plus adéquate à leur mission. Rien de tape-à-l’œil. Une tunique de bure sanglée à sa taille et des chausses tout aussi brunes coupées par des bottes de cuir abîmé. Une once d’appréhension ne cessait d’occuper son estomac, mais la jeune femme était bien trop fière et téméraire pour s’y appesantir. Enquêter, elle ne ferait qu’enquêter. Elle libéra sa chevelure de jais, la retenant vers l’arrière par une pièce de tissu ocre lui cernant le crâne et s’estima fin prête à faire un tour dans les bas quartiers. Les quelques personnes qu’elle croisa en descendant eurent du mal à la reconnaître, mais ils ne posèrent toutefois pas de questions indiscrètes au sujet de ce qui se tramait. Elle sortit à la pâle lueur lunaire et chercha du regard une silhouette qui s’apparentait à Grafton. Ce n’était pas elle qui allait être déçu de son éventuel désistement à la mission !
L’auberge dans laquelle on avait essayé de l’empoisonner n’était pas bien loin. Quelques Dents de Freux y trainaient sûrement mais Ororya était prête à parier qu’ils ne les reconnaitraient même pas !


Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Logan Grafton
Chevalier

Général
Chevalier excentrique et Dent de Freux circonspect

"Fear peoples darkness with monsters."

♦ Missives : 910
♦ Missives Aventure : 20
♦ Age : 27
♦ Date de Naissance : 01/03/1990
♦ Arrivée à Westeros : 21/02/2013
♦ Célébrité : Paul Bettany
♦ Copyright : me
♦ Doublons : Bryn Penrose, Seamus Ouestrelin
♦ Age du Personnage : 31 ans
♦ Mariage : veuf
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
♦️ Fiche
♦️ RP et Liens
♦️ Résumé
♦️ Aptitudes
♦️ Succès
♦️ Histoire des Grafton
♦️ Bryn
♦️ Seamus

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1404/1500  (1404/1500)


Message Mer 24 Avr 2013 - 10:27

La route jusqu’aux appartements de Brynden Rivers fut, pour le moins qu’on puisse dire, tendue. Le capitaine restait silencieux, ignorant presque le jeune Grafton avec qui elle s’était si merveilleusement disputée deux jours plus tôt. Logan n’osait prendre la parole, surtout auprès de la Main du Roi. Qui sait ce que Freuxsanglant lui réservait s’il venait à bafouer les lois de la hiérarchie. Logan en avait froid dans le dos... Il se résigna par conséquent à ne rien dire et d’attendre qu’Ororya parle la première.
Mais ce ne fut que lorsque Brynden disparut dans ses appartements que la Dornienne prit la parole. Son attitude vis-à-vis du chevalier était dure et son ton était glacial – de quoi mourir de froid... Logan n’osa même pas répondre et ne fit qu’hocher la tête. Qu’il aurait aimé essuyer cet horrible sourire des lèvres de la jeune femme ! Toutefois, ce n’était point l’endroit ni le moment de déchaîner ses furieux sentiments, et il fit preuve d’une incroyable discipline pour clouer son propre bec. Il osa toutefois fixer son capitaine avec un certain dédain quand celle-ci lui tourna le dos pour se dissiper au fond du couloir...
Peu après, Logan se réfugia dans sa chambre et s’empressa d’exécuter les ordres d’Ororya, bien que les instructions de la Dornienne suscitaient méfiance et suspicion.
Grafton se débarrassa de son uniforme, puis s’empara d’une très simple tunique d’un bleu profond ainsi que d’une chemise tannée et enfin une cape dont il remonta la capuche pour camoufler sa lumineuse chevelure. Il enfila le tout aussi vite que possible.
Il hésita à prendre son épée, contempla le fourreau d’un œil pensif puis posa l’arme sur son lit. Il s’apprêtait à quitter la pièce, mais se résigna à l’emmener au dernier instant. On ne sait jamais... pensa-t-il tout en rattachant la lame à sa taille ; le poids était des plus réconfortants. Pourquoi les Hommes se soulageaient-ils à l’idée de pouvoir trancher le gosier des autres ?... Logan y réfléchit l’espace de quelques secondes, puis haussa les épaules avant de fermer la porte derrière lui et de rejoindre le point de rendez-vous.

L’air était frais ; une douce brise voguait à travers Port-Réal, caressant agréablement les joues des quelques individus qui vagabondaient encore dans ces alentours. Recroquevillé dans un coin de la toile stellaire brillait un joli croissant de lune accompagné d’un grand cortège d’étoiles, voilé par-ci par-là de petits et minces nuages.
Aussi envoutante pouvait paraître la nuit, Logan n’était jamais tranquille ; ses sens inquiets et animés au moindre bruit et au moindre mouvement. L’agitation qui régnait dans la capitale l’empêchait de se sentir en sûreté, mais les responsabilités qu’il s’était fixé en tant que chevalier et Dent de Freux lui interdisaient de tourner le dos au Donjon Rouge qui, d’après le jeune Grafton, avait besoin d’hommes comme lui pour garantir la sécurité de ses habitants. Pas étonnant que l’Excentrique ne parvenait jamais à dormir : des images de monstres et de voyous en train de saccager les Terres de la Couronne dansaient insidieusement dans son crâne, riant dans son dos et torturant son âme.
Si Logan était conscient que son excessive angoisse et son effroi démesuré n’étaient que le fruit de son imagination, sa vie serait bien plus sereine. Or, sa solitude ainsi que sa fâcheuse tendance à rejeter les bonnes grâces de son entourage n’avaient fait qu’empirer son état d’esprit. Personne ne pouvait en vouloir aux Westerosis de négliger le fils de Lord Karl Grafton ; après tout, il faisait partie de ceux qui sont de nature, insupportables...

Quoi qu’il en soit, Logan atteignit l’entrée du Donjon Rouge avec la ferme conviction de retrouver le ou les coupables. Il s’agissait de rendre justice et il était même prêt à travailler avec l’une des personnes qu’il méprisait le plus à Port-Réal pour atteindre son but. Il discerna l’ombre d’une jeune femme un peu plus loin qui ne pouvait être personne d’autre que son capitaine ; cette tenue, silhouette... Les hanches ne laissaient effectivement aucune place au doute. Il devait toutefois avouer qu’il était difficile de la reconnaître sans son uniforme. Lui-même passait difficilement inaperçu avec son grand et long corps, ses cheveux curieusement lumineux et sa peau particulièrement claire. Heureusement, personne ne lui avait porté d’attention particulière.
« Bonsoir Capitaine. Le ton était formel, voire un peu trop cru, Désolé de vous décevoir mais je n’allai certainement pas vous laisser enquêter seule. Ma compagnie vous est, je n’en doute pas, rebutante, mais n’oubliez pas que la votre l’est autant pour moi. » Ser Logan se voulait plus franc que provocateur. Et bien que la sonorité de sa voix se voulait neutre, les paroles n’en étaient pas moins mordantes.
Il baissa sur Ororya un regard quelque peu surpris. C’était étonnant de voir la jeune femme porter quelque chose de moins formel. La ceinture qui sanglait sa taille faisait ressortir ses formes et ses cheveux détachés lui donnaient un air plus... féminin.
Logan dévisagea la Dornienne un peu trop longtemps puis détourna hâtivement le regard quand il s’en rendit compte.
« Soit, mettons-nous en route. » Dit-il tout en se frottant le menton d’un air quelque peu gêné.

Ainsi, les deux Dents de Freux s’éloignèrent du Donjon Rouge, essayant toujours d’attirer le moins d’attention possible. Mais alors qu’ils marchaient côte à côte, une atmosphère assez pénible s’installa entre eux : quelques questions titillaient les pensées du chevalier. En effet, le comportement d’Ororya paraissait un peu louche, mais il s’était jusque là efforcé de se taire de peur de subir de nouveau le courroux de sa supérieur. Bientôt, la tension devint insupportable et il lui était tout à fait impossible de contenir ses interrogations. Sa voix limpide brisa soudainement le silence.
« Où allons-nous ? Cette affaire ne lui plaisait pas du tout, tant de secrets et de discrétion n’entraient pas dans l’honorable et honnête registre des Dents de Freux, Capitaine, j’ai peut-être un caractère détestable mais je ne suis pas pour autant stupide. Pourquoi sommes-nous obligés de quitter le Donjon Rouge telle une bande de fripouilles ? »



One had to take some action against fear
wh
en once it laid hold of one.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Ororya Gargalen
Homme d'Armes

Général


Capitaine de la garde personnelle de la Main du Roi

♦ Missives : 1326
♦ Missives Aventure : 57
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 03/09/1987
♦ Arrivée à Westeros : 06/01/2013
♦ Célébrité : Karen David
♦ Copyright : Dagon / Moi
♦ Doublons : Tyana Veneur, Lyessa Reed, Serenei
♦ Age du Personnage : 20 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles : ♦️ Fiche de présentation
♦️ Voyages et aventures
♦️ Aptitudes
♦️ Succès

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
568/1000  (568/1000)


Message Jeu 25 Avr 2013 - 16:32

Ororya se sentait bien glissée dans cette nouvelle peau. Elle était habituée à subir le regard insistant de la peuplade à chaque fois qu’elle se risquait dans les ruelles de Port-Réal toute vêtue de son uniforme. Un vif intérêt qu’elle suscitait et qui n’était pas pour lui plaire. Son teint basané lui avait souvent porté préjudice, malgré l’autorité qu’elle représentait. En s’habillant comme une vulgaire roturière, la donzelle prenait le risque d’essuyer quelques provocation sans avoir la preuve même de son rang pour la protéger. La jeune femme était pourtant bien téméraire, et pensait pouvoir se débrouiller seule dans toutes circonstances – un orgueil typiquement Dornien. Si le Valois ne désirait pas l’accompagner, elle ne s’en porterait que mieux ! Alors qu’elle tentait presque de se convaincre de cet état de fait, une silhouette se rapprocha d’elle dans l’obscurité avant de témoigner de sa présence par un ton grave. Ororya s’inclina dans la direction de son interlocuteur qu’elle détailla de la tête aux pieds d’un bref regard inquisiteur. Elle fut sournoisement surprise de constater que le Dent de Freux avait sortie une tenue adéquate au besoin de la mission. En réponse à ses salutations glaciales, la Dornienne se contenta d’un bref sourire et de quelques mots.

« Ser Logan. » – Commença-t-elle en plissant les yeux. Quand celui-ci eut l’audace d’affirmer qu’il l’accompagnerait malgré leur aversion mutuelle, la donzelle laissa échapper un bref ricanement. S’approchant légèrement de lui pour planter ses onyx dans les prunelles cristallines du Valois, elle reprit sur un ton malicieux. « L’hypocrisie vous rendrait parfois service Grafton. »

C’est sur ce constat que la jeune femme se mit à vérifier son attirail, même si elle crut bon de remarquer que son détestable interlocuteur prenait soin de la reluquer avec une insistance sûrement involontaire. Alors qu’elle inclinait la tête en son sens pour mettre le doigt sur ce comportement déplacé, le chevalier eut la bonne idée de détourner son attention fissa, comme pour éviter les réprimandes. Il prit alors l’initiative de se mettre en route, et Ororya lui emboita le pas non sans lui jeter un regard méfiant. Elle ne voulait plus l’entendre ! A chaque fois qu’il ouvrait la bouche, c’était pour formuler quelque chose de désobligeant à son égard. Un recadrage en règle ne serait guère de trop contre l’ingratitude dont il faisait preuve. Il l’avait attaqué de front, alors qu’elle n’avait aucun grief personnel contre lui avant ça. Maintenant, elle en avait, et pas des moindres.

Marchant côte à côte, les deux Dents de Freux ne s’adressèrent pas pour autant la parole lors de leur progression dans les ruelles sombres de Port-Réal. Ororya aimait bien profiter de cette ambiance nocturne loin des regards indiscrets – elle appréciait particulièrement perdre son regard dans la contemplation silencieuse de la voute céleste, aimant à imaginer comment elles étaient perçues à Dorne en ce temps là. Seuls les bruits de leurs pas sur la terre battue étaient parfaitement audibles à cet instant même. Il y avait bien quelques individus qui croisaient leur route pour profiter de la fraicheur nocturne, troublant ainsi leur face à face spectral. Bien qu’Ororya se montre détachée à l’égard du Dent de Freux qui l’accompagnait, la donzelle ne cessait de ressasser dans son esprit ce qu’elle était en train de faire. N’était-ce pas une faute grave que d’entraîner Grafton là dedans sans avoir l’accord de ses supérieurs pour une telle investigation ?
Alors que le remord commençait à nouer les entrailles de la belle, cette dernière fut interrompue dans ses secrètes pensées par la voix irritante de son compagnon de route. L’homme semblait contrarié de ne rien savoir de la manœuvre qu’elle leur réservait et il exprima son mécontentement rythmé par son impatience.

Ororya s’arrêta dans son geste, glissant un regard d’une lenteur venimeuse sur son interlocuteur. Elle le détailla ostensiblement de ses onyx avant d’émettre un petit soupir résigné. Elle ne pouvait pas lui mentir, et encore moins l’utiliser de cette manière. Même si il était un personnage tout à fait méprisable. Croisant les bras contre sa poitrine, la donzelle vint s’appuyer contre un mur de pierre, son visage découpé par des ombres nocturnes.

« Pourquoi nous quittons le Donjon ainsi ? Y a-t-il quelque chose dans la notion « discrétion » qui vous échapperait ? » – La réplique fut glaciale, mais Ororya finit par affaisser les épaules, dubitative. « J’aurais préféré ne pas vous impliquer là dedans Grafton. Croyez-moi, ça aurait été mieux pour tout le monde. Certaines personnes d’influence semblent penser que je m’emporte, et que je ne dois pas me mettre en danger en me lançant aux trousses de mes agresseurs. »- La jeune femme ne désirait pas révéler le nom de son oncle, mais si le Dent de Freux était un brin perspicace et attentif, il pouvait se douter de l’identité des fameuses personnes d’influence. « Il s’inquiète, évidemment, mais je suis Dornienne et il sait que je ne passerai pas à côté d’un tel affront. Il faut que je trouve les coupables – voir si je peux tirer quelque chose toute cette histoire.»

Ses dernières paroles furent dites comme pour elle-même tandis qu’elle faisait quelques pas, n’offrant pas de réel regard à son interlocuteur. Après quelques secondes, Ororya écarta les bras de son buste dans un signe d’apaisement pour elle-même puis elle ramena ses cheveux vers l’arrière de son crâne, pensive.

« Ah, vous devez sacrément jubiler Grafton. Votre capitaine que vous détestez tant qui vous sert une raison pour aller référer de son incompétence à ses supérieurs. » – Elle soupira longuement, se détournant quelque peu. « Alrik n’est pas au courant non plus. Ces hommes ont toujours tendance à vouloir surprotéger vous comprenez ? »

Elle posa les yeux sur Logan, cherchant une réponse à sa question dans son physique. A quoi bon ? Cet homme là nourrissait sûrement l’ambition du grade chez les Dents de Freux, mais sûrement se contrefichait-il de la protéger, elle ou une autre.

« Au moins, je n’ai pas à craindre ça venant de vous. Alors, vous venez ou vous retournez au Donjon Rouge tout en vous gardant de tout raconter sur ce que je fais ? » – Se pointant face à lui, ses yeux rivés dans les siens, la donzelle attendait une réaction. « Ne voyez aucune question d’orgueil là dedans. Je comprendrai si vous ne désirez pas me suivre. »

Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Logan Grafton
Chevalier

Général
Chevalier excentrique et Dent de Freux circonspect

"Fear peoples darkness with monsters."

♦ Missives : 910
♦ Missives Aventure : 20
♦ Age : 27
♦ Date de Naissance : 01/03/1990
♦ Arrivée à Westeros : 21/02/2013
♦ Célébrité : Paul Bettany
♦ Copyright : me
♦ Doublons : Bryn Penrose, Seamus Ouestrelin
♦ Age du Personnage : 31 ans
♦ Mariage : veuf
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
♦️ Fiche
♦️ RP et Liens
♦️ Résumé
♦️ Aptitudes
♦️ Succès
♦️ Histoire des Grafton
♦️ Bryn
♦️ Seamus

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1404/1500  (1404/1500)


Message Jeu 2 Mai 2013 - 15:58

La brutale réponse du Capitaine ne manqua pas de décontenancer Logan – Quelque chose ne va pas. Il en était certain et cela l’insupportait autant que cela semblait démanger Ororya. Celle-ci ne tarda pas à lui avouer ses tracas. Logan écarquilla brièvement les yeux alors qu’il accumulait la confession de la jeune femme. Il avait du mal à croire que Lady Gargalen avait quitté le Donjon Rouge malgré les indications de ses supérieurs. Le fils de Lord Grafton ne tarda pas à comprendre qu’il s’agissait en réalité de Prince Maron. S’il avait bien compris, la mère d’Ororya était la plus jeune sœur du Seigneur de Lancehélion. Il n’en savait davantage sur la relation qu’entretenaient les deux Dorniens, mais le Grand Législateur était manifestement très protecteur envers sa nièce...
Cette pensée ne tarda pas de l’agacer : pourquoi fallait-il qu’une affaire de famille encombre leurs plans ? S’il avait été Capitaine de la Garde, Ser Logan ne se serait jamais embarrassé de pareilles affaires. Une telle perspective était évidemment très facile à adopter pour quelqu’un qui n’avait que très peu profité d’une vie en famille, mais les choses étaient telles qu’elles étaient et le Valois était indubitablement très maladroit quand il s’agissait de démêler ce genre de situation. Même la compassion ne naissait en lui que difficilement depuis la mort de Lady Lysa, il n’y avait donc rien d’étonnant à ce qu’il formule sa réponse d’un ton un peu trop sec :
« Je vous nommerais “incompétente” si vous aviez ignoré mes revendications et remontrances. La voix du chevalier se voulait dure mais il avait du mal à éteindre la surprise qu’avait éveillé la déclaration de la dornienne, En tant que Capitaine de la garde de la Main du Roi, vous devriez être prête à vous mettre en danger. Que vous soyez un homme ou une femme, cela n’y change absolument rien. Espère-t-elle que je me montre plus compréhensif simplement parce qu’elle est une femme ? Il secoua la tête d’un air déçu, Allez-vous réellement écouter les conseils d’un oncle à sa nièce ? il laissa la question flotter l’espace de quelques instants ; il était tout à fait naturel que Maron Martell s’inquiète de la sécurité de la jeune Gargalen, après tout, certains prétendent que c’est une loi de la nature que de s’inquiéter pour les membres d’une même famille. Toutefois, d’après Logan, Ororya n’était pas une petite fille et se devait de réagir face à ses responsabilités. Vous faites partie des Dents de Freux et avez des Devoirs à remplir. Que ces “personnes d’influence” se soucient d’autres choses, nous avons nos propres problèmes à régler. »
C’était dans la nature de Jeune Grafton de toujours exprimer ses pensées. Aussi inévitable que le lever et coucher du soleil, Logan ne pourra jamais garder son opinion pour lui seul.
Il ne jeta même pas un coup d’œil au Donjon Rouge. Il n’y avait aucune place pour l’hésitation : Logan était décidé de retrouver les coupables, il n’allait pas profiter de cette situation tel un répugnant opportuniste. Il s’apprêtait à résumer leur marche, mais réalisant que la dornienne tardait à avancer, il se retourna pour ajouter :
« Quoi ? Pensiez-vous réellement que j’allais courir retrouver notre Commandant pour lui faire part de votre insubordination ? Croyez le ou non, j’ai des principes, Capitaine. D’autre part, je compte mériter ma promotion, non m’en emparer par sournoiserie ou l’obtenir par favoritisme. » Si Ororya s’autorisait à faire de cruelles remarques, Logan ne s’en restreignait pas non plus... Le dernier point qu’il soulevait exprimait clairement la question du rang de la jeune Gargalen, puisqu’il pensait pertinemment qu’elle l’avait simplement obtenu grâce aux liens qu’elle avait avec les “personnes d’influence”.
« Je vous avais bien dit que vous n’en savez rien à mon sujet. » Glissa-t-il à Ororya avant de poursuivre leur route.

Lady Gargalen indiqua le chemin ; leur destination n’était pas trop éloignée. En apercevant l’établissement, le jeune Grafton réalisa qu’il s’y était même aventuré à plusieurs reprises. Bien que cela pouvait paraître étonnant, le chevalier s’autorisait de temps en temps à entrer dans une taverne pour évacuer le poids d’une pesante semaine...
Le bâtiment se fondait parfaitement dans une longue et banale rangée de maisons. Tout ce qui le distinguait était le brouhaha qui en émanait ainsi que l’insigne qui pendait au dessus de l’entrée : c’était un large baril de bière à moitié enveloppé d’une couche de lierre jauni.
Arrivé sur le seuil, Logan marqua une pause, baissant sur son capitaine un regard inquiet.
« Beaucoup de Dents de Freux fréquentent cette taverne. Ne regardez personne dans les yeux. Le Valois eut un étrange moment d’hésitation avant d’ajouter, Laissez vos cheveux tomber sur vos épaules, on vous reconnaitra moins. »
Enfin, il ouvrit doucement la porte pour pointer sa tête encapuchonnée à travers le cadre de l’entrée. L’auberge était assez peuplée. L’on pouvait apercevoir un nuage de chaleur humaine s’élever vers le plafond en une laiteuse fumée où scintillaient des milliers de flocons de poussière. Un groupe d’individus semblait particulièrement agité, entourant une table et discutant avec emportement d’un sujet obscur. La plupart des clients étant plongés dans leurs propres affaires ou surpris par le bruit provenant des gueulards, les Dents de Freux eurent de la chance, puisque leur arrivée n’attira pas d’attention particulière.
Ayant prit les devants, Logan s’avança jusqu'au comptoir, s’efforçant de ne pas jeter des regards suspects autour de lui. Derrière se trouvait une femme dont les formes pouvaient aisément être comparées à celles d’un homme : elle était grande, mince – voire trop mince et son corps se découpait à peine derrière ses ternes vêtements. Son visage était celui d’une jeune femme marquée par le chemin d’une vie trop tumultueuse ; sur sa sombre tignasse se détachaient quelques mèches grises alors qu’elle ne devait pas avoir atteint la trentaine. Son nez était légèrement crochu et ses cernes enfonçaient ses grands yeux verts, ce qui la rendait assez intimidante...
« Bonsoir, deux verres de vin. »
La demoiselle acquiesça. La commande était là pour mieux se fondre dans la masse et faciliter l’interrogation qui allait s’ensuivre : la tavernière se montrera probablement plus coopérative s’ils étaient eux-mêmes prêts à dépenser quelques sous. De plus, Ser Logan avait besoin d’étancher sa soif...
« Logan ?! » cria soudainement quelqu’un depuis un coin de la pièce alors que l’aubergiste préparait les boissons.
Le chevalier ne broncha pas, restant accoudé au comptoir comme si de rien n’était. Mais l’individu n’était pas près d’abandonner, puisque quelques secondes plus tard il pouvait l’entendre s’approcher de lui et poser une main sur son épaule. Le jeune Grafton fut contraint de se retourner, surpris de poser son regard sur Joff, un fréquent compagnon de garde – quelqu’un que le Valois avait appris à mépriser pour sa langue bien pendue et son vulgaire comportement.
« Logan ! Qu’est-ce que tu fais là ? T’es pas de garde ce soir ? L’haleine du garçon empestait l’alcool – d’après ce que Logan pouvait constater, sa soirée avait abondamment été arrosée d’eau-de-vie. Ooooh ! S’exclama ce dernier en apercevant la jeune femme qui accompagnait l’Excentrique, C’est qu’t’as pêché un joli poisson, Grafton... Joff voulait s’approcher d’Ororya, mais le Valois lui coupa brusquement le chemin.
_Retourne à ta place, Joff. Le ton de Logan était glacial, presque menaçant.
_Eh ! T’es bien possessif dis moi. T’as d’ja entendu parler du mot “partage” ? *hic* » L’homme poussa le Valois de côté pour se frayer un chemin jusqu’à la Dornienne.
La situation venait juste de devenir plus épineuse... Logan aurait aimé amochir la gueule de ce grossier personnage, mais il risquait d’attirer trop d’attention. Etant par ailleurs particulièrement maladroit en ce qui concernait les relations sociales, le jeune Grafton ne savait pas du tout quoi faire.
« Alors ma jolie... T’appelles comment ? » Demanda Joff en s’approchant d’Ororya, posant sa main poisseuse sur l’épaule du capitaine.



One had to take some action against fear
wh
en once it laid hold of one.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Ororya Gargalen
Homme d'Armes

Général


Capitaine de la garde personnelle de la Main du Roi

♦ Missives : 1326
♦ Missives Aventure : 57
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 03/09/1987
♦ Arrivée à Westeros : 06/01/2013
♦ Célébrité : Karen David
♦ Copyright : Dagon / Moi
♦ Doublons : Tyana Veneur, Lyessa Reed, Serenei
♦ Age du Personnage : 20 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles : ♦️ Fiche de présentation
♦️ Voyages et aventures
♦️ Aptitudes
♦️ Succès

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
568/1000  (568/1000)


Message Sam 4 Mai 2013 - 13:05

A peine avait-t-elle balancé les faits à Grafton qu’elle le regrettait déjà. C’était un instant de faiblesse de sa part que d’avouer avoir emprunté les sentiers officieux. Elle aurait pu l’affirmer avec témérité et contenance – mais non, il avait fallu qu’elle se liquéfie de culpabilité. La mine rembrunie de la donzelle se durcit plus sévèrement lorsque son comparse Dent de Freux prit la parole, manifestement agacé par ses révélations. Ça avait quelque chose de vexant de se retrouver à la place du faible – n’était-il pas en train de lui faire la morale ? Il était vrai que les histoires de familles pouvaient envenimer la situation lorsqu’elles interféraient dans les responsabilités inhérentes à chacun. Ororya se sentit comme une morveuse à qui l’on faisait la leçon. Si elle s’était plutôt attendue à ce que Logan s’offusque du manque d’autorisation vis-à-vis de la mission, ce dernier préféra l’accabler sur le fait qu’elle ait devoir de retrouver les coupables, qu’elle soit concernée ou non.

« Mais que croyez-vous ?! Je suis prête à me mettre en danger ! » – Répliqua-t-elle sèchement lorsqu’il sous-entendit le contraire. « Je suis la première à ne mettre aucun crédit sur la différence entre les hommes et les femmes. Je suis Capitaine et j’en assume entièrement les conséquences. »

Le problème n’était pas tant qu’elle venait à douter, ayant crainte du danger qui l’attendait. Il s’agissait là d’un manquement à l’ordre – elle n’avait pas mentionné cette mission à Alrik, tout ça parce qu’elle se doutait qu’il ne voudrait guère la confronter au danger d’une nouvelle attaque de la part de ses ennemis. Peut-être qu’elle s’était fourvoyée – peut-être qu’elle était simplement stupide de croire ça. Toutefois, Logan eut vite fait de la convaincre de poursuivre cette petite enquête en sa compagnie. Si le Valois aurait pu se montrer frileux, ce n’était pas le cas. Il semblait motivé – une détermination qui ne pouvait que l’élever aux yeux de la Dornienne qui avait eu quelques réticences à son égard. La jeune femme avait rivé sur lui un regard entre amertume et compréhension. Alors qu’il se remettait en marche, la donzelle resta en arrière, comme si cette discussion l’avait laissé sur sa faim. Elle n’était pas tant capricieuse – mais parfois, il lui arrivait de se retrouver confrontée à l’indécision qui nécessitait un petit coup de pouce pour la pousser à agir. Ororya détailla le blond à la peau pâle sous la lumière lunaire tandis qu’il lui lançait qu’il ne comptait pas rapporter la manœuvre à son supérieur. Lorsqu’il précisa qu’il tendait à gagner du grade par mérite et non par favoritisme, la donzelle le fusilla d’un regard noir. C’était un constat qui sonnait tellement vrai. Injuste sûrement, et la jeune Gargalen n’avait jamais lutté contre. Elle était la nièce du Prince de Dorne, et même si elle n’avait jamais exigé d’avoir une place stratégique au Donjon Rouge, elle n’avait su dire non au poste de Capitaine. Un rêve de gamine sûrement.

« Le favoritisme est une réalité que j’aurais été bien trop bête de refuser. » – Lui glissa-t-elle.

Elle avait formulé cette réponse sur un ton vexé, avant de se remettre en route sans plus attendre. Bien sûr que tout se jouait sur les relations. Le mérite était gratifiant – mais il était difficile de refuser les privilèges familiaux. Elle savait notamment que Myriah avait insisté pour que son poste ne soit pas exposé au danger. C’était frustrant pour la donzelle d’être aussi choyée – mais elle ne s’était jamais sentie la force de refuser. Elle devait avouer ne rien connaître de son comparse Dent de Freux – elle n’avait que pu le juger de par son comportement des derniers jours. L’incompréhension mutuelle était une source de griefs récurrents entre eux. La Dornienne mena sans dire mot le Valois jusqu’à l’auberge concernée par l’incident. L’endroit avait l’air peuplé à cette heure tardive, et Ororya redoutait de croiser bien trop de visages familiers. Elle s’y était toujours présentée en uniforme jusqu’à aujourd’hui, et espérait que ses frusques et son jeu la dissimuleraient bien assez. Les esprits embrumés d’alcool aideraient sûrement à la tâche !
Pénétrant dans l’établissement à la suite de Logan, la donzelle parcourut la pièce du regard. Les voix s’élevaient dans un brouhaha incessant, rythmé par le bruit des chopes remplies qui s’entrechoquaient dans l’allégresse. Les recommandations de Logan pour préserver son déguisement arracha un bref haussement de sourcils à la donzelle au teint cuivré. La tâche n’allait pas s’avérer facile mais elle avait conscience de la précarité de sa situation. Ayant été directement concernée par l’attaque, il fallait que ce soit Logan qui prenne en main cette mission. Une délégation bien frustrante mais nécessaire. Ororya suivit le Valois jusqu’au comptoir, jetant quelques œillades autour d’elle pour repérer ceux qui auraient le potentiel de la reconnaître. Heureusement pour elle, ceux-là étaient plutôt rares. Les Dents de Freux étaient nombreux, mais ceux appartenant à la garde personnelle de la Main plus restreints. S’appuyant avec nonchalance, dos contre le comptoir en bois tandis que Logan commandait à boire, la donzelle entreprit de chercher la serveuse du regard. Celle qui lui avait servi les coupes de vin et qui avait entraperçu la coupable de l’empoisonnement de leur collègue.

Une voix masculine sembla dés lors interpeller le Dent de Freux – froissant sa couverture sans ambages. Ororya remarqua que son compère tâchait de l’ignorer mais l’insistance de son subordonné le mena directement à eux. La Dornienne glissa une main dans ses cheveux pour les arranger autour de son visage de sorte à en dissimuler la forme. L’homme qui s’adressait à Grafton était ivre. Son haleine empestait le vin à chacun des mots qu’il prononçait. Ororya fronça le nez en le détaillant de la tête aux pieds et elle fit un pas de côté lorsque le Dent de Freux nommé Joff s’approcha d’elle. Elle fut surprise de constater que Logan la protégeait férocement de la curiosité de son comparse. Les hommes, surtout ivres, se montraient incorrigibles avec la gente féminine. N’ayant pas d’uniforme pour éviter ce genre d’égard, la Dornienne était forcée de supporter un tel comportement sans se montrer vindicative. Lorsqu’il insista en s’approchant pour poser une paluche sur son épaule, Ororya croisa le regard de Grafton. Elle se mordit la lèvre d’un air coupable avant d’afficher un sourire de circonstance, prenant soin de retirer la main inquisitrice de son interlocuteur.

« Alyssa. » – Répondit-t-elle néanmoins. Préservant un sourire mesquin sur ses lèvres charnues, la donzelle glissa un bras autour de la taille de Logan, s’appuyant contre lui avec sensualité. Elle ne craignait guère de mettre son subordonné dans l’embarras avec une telle posture – elle espérait juste que le dénommé Joff lui fiche la paix. « Et je suis pas d’humeur à me partager ce soir… »

Elle plissa les yeux avec malice et après avoir récupéré leur commande et payé, la jeune femme glissa sa main dans celle de Logan pour l’emmener un peu plus loin, vers une table qui venait de se libérer. Elle prit place, encourageant Grafton à en faire de même puis s’empressa de boire une gorgée de vin.

« Désolée pour ce petit épisode… » – Lui confia-t-elle. « J’ai rien trouvé d’autre pour qu’il nous lâche la grappe et n’ait aucun doute. »

Elle se pinça les lèvres, soucieuse, avant d’observer de nouveau la salle remplie de monde.

« Je ne vois pas la serveuse qui nous avait servi notre commande ce soir là. L’on devrait attendre un peu – puis j’irais poser quelques questions à la femme derrière le comptoir. » – Ce monde lui faisait tourner la tête. Attendre, oui, mais combien de temps ? Ororya craignait que la piste ne se refroidisse rapidement. Etait-ce vain ? Reportant ses sombres prunelles sur son interlocuteur, la jeune femme se décida à lui poser quelques questions. « Je ne connais rien de vous, c’est vrai, mais vous venez de me prouver que vous êtes aussi borné que moi – rien que pour ça, nous pourrions bien nous entendre. »

La jeune femme étira un sourire amusé avant de remarquer un mouvement dans le coin de son champ de vision. La serveuse. Elle était là, se glissant entre les badauds qui trinquaient pour rejoindre l’arrière du comptoir. Chassant son air trop méfiant et insistant pour un endroit pareil, la donzelle reprit la parole sur le ton de la confidence.

« C’est elle. Attendons un peu, et après, je vous serais reconnaissante d’aller lui commander un verre pour qu’elle nous l’apporte et qu’on puisse causer. » – Ororya lorgna son verre plein avec découragement puis en but une seconde gorgée. « Je tiens pas trop l’alcool. Vaudrait mieux que vous buviez pour nous deux. »

La demande avait quelque chose de comique. Ororya était témoin de l’alcoolisme exagéré de son lointain cousin Daeron et n’avait nulle envie de finir dans le même état que lui en forçant trop sur la boisson.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Logan Grafton
Chevalier

Général
Chevalier excentrique et Dent de Freux circonspect

"Fear peoples darkness with monsters."

♦ Missives : 910
♦ Missives Aventure : 20
♦ Age : 27
♦ Date de Naissance : 01/03/1990
♦ Arrivée à Westeros : 21/02/2013
♦ Célébrité : Paul Bettany
♦ Copyright : me
♦ Doublons : Bryn Penrose, Seamus Ouestrelin
♦ Age du Personnage : 31 ans
♦ Mariage : veuf
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
♦️ Fiche
♦️ RP et Liens
♦️ Résumé
♦️ Aptitudes
♦️ Succès
♦️ Histoire des Grafton
♦️ Bryn
♦️ Seamus

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1404/1500  (1404/1500)


Message Jeu 16 Mai 2013 - 1:20

Le soudain changement de comportement de son capitaine était surprenant ; lui-même avait du mal à apercevoir dans cette “Alyssa” le chef de la garde personnelle de la Main du Roi. Les joues de Logan s’empourprèrent au contact de la dornienne, sentant le bras de celle-ci lentement se glisser autour de sa taille – il en eut des frissons. Pouvait-il y avoir situation plus embarrassante que celle-ci ?
Après s’être détachée du comptoir, la jeune Gargalen s’empara de la main du Valois, comme s’ils étaient réellement ensemble. Sentant Ororya coller sa main contre la sienne, les poils sur sa nuque s’hérissèrent. Il aurait voulu nier toute cette comédie, mais sa raison était déchirée entre le désir d’avouer toute la vérité ainsi que l’insoutenable nécessité de trouver le responsable de la mort de son ancien camarade.
Le chevalier parvint tout de même à contenir sa surprise et son palpable embarras, maintenant son silence jusqu’à ce qu’ils se soient installés à une autre table. Le jeune Grafton pouvait encore sentir le regard de Joff les poursuivre. Il l’imaginait, un sourire moqueur lui tordant les lèvres derrière son haleine puante ; rien de pire pour toucher son amour-propre.
« Vous...vous êtes “désolée” ? commença-t-il avant de pointer un doigt accusateur sur son capitaine, Vous réduisez le peu de respect que mes collègues ont encore pour moi à néant ! Comme si un chevalier pouvait se permettre de s’aventurer au sein d’une taverne aux côtés d’une... catin. Il s’arrêta, réalisant ce qu’il était sur le point de dire. Je me dois de garder une image exemplaire quoi qu’il arrive, davantage pour le bien de mon fils que pour le bien de ma réputation ! »
Sa voix avait peu a peu pris de l’ampleur et les derniers mots s’échappèrent sous le joug de l’irritation et de la colère ; il frappa la table du plat de sa main, le choc menaçant de renverser les deux verres de vin. Son exclamation attira quelques regards curieux. Heureusement, Logan parvint à se reprendre et les inquiétantes prunelles se détournèrent rapidement de la scène.
« Excusez-moi. Je me suis laissé emporter... » chuchota-t-il à l’adresse de son capitaine quelques instants plus tard, tout en affichant un regard désolé, puis se frotta les yeux de la main droite. Fais preuve de plus de professionnalisme ! Il ne voulait tout de même pas passer pour quelqu’un de complètement incompétent.
L’aveu avait toutefois été sincère ; Logan ne comprenait pas vraiment pourquoi il s’était esclaffé de la sorte, mais s’il creusait davantage sa cervelle, il découvrirait que son excitation n’était en fait que liée à l’évocation de son fils... Une terrible culpabilité le rongeait secrètement ; une culpabilité qui se transformait toujours en profonde colère. Un sentiment qu’il avait l’habitude de diriger contre son entourage alors qu’il n’était en réalité destiné qu’à lui seul. Or, la jeune Gargalen était la seule personne contre laquelle il pouvait lâcher ses sautes d’humeur, et tout Port-Réal savait à quel point les emportements de Logan Grafton étaient irritables...
« Bien nous entendre ? Répéta-t-il. Un de ses sourcils se leva dans une expression incrédule, Chien et chat marchent tout deux sur quatre pattes, ce n’est pas pour autant qu’ils se comprennent... »
Ororya avait raison : Grafton était borné. Si borné qu’il s’entêtait à nourrir cette irraisonnable jalousie. C’était comme si Lady Gargalen lui offrait une possibilité d’armistice sur un plateau d’argent, mais qu’il la jetait simplement par la fenêtre. Bien qu’il essayait d’ignorer son ressentiment envers la dornienne, la rancune demeurait et l’incitait inévitablement à rejeter toute sympathie venant de son capitaine.
Finalement, la jeune femme lui demanda de terminer le verre qu’il lui avait commandé. C’en était presque trop pour Grafton, mais il voyait dans la proposition de son supérieur la possibilité d’une infime vengeance...
« B-boire pour vous ? beugla-t-il, Pour qui me prenez-vous ? Comme si j’allais terminer votre verre de vin... sa voix était toujours teintée d’une sournoise hargne, Je dois moi-même avoir l’esprit aux aguets : imaginez qu’on nous attaque ! Je pense franchement être plus compétent que vous au maniement de l’épée. Le visage du chevalier afficha une expression à la fois incrédule et goguenarde. Il cherchait à blesser Ororya de la même façon qu’elle l’avait touché, il était temps de lui faire repayer la part de honte et de rabaissement qu’elle lui avait infligée. Aller ! Il faut bien que vous terminiez votre verre si nous souhaitons passer inaperçu. Et puis, ce n’est pas cette petite dose de vin qui vous fera perdre la raison... Ou seriez-vous moins coriace que vous ne le laisser penser ? »
Il repoussa le verre en direction de la dornienne. La voix du chevalier ne pût s’empêcher de prononcer cette dernière remarque avec une pointe de sarcasme. Ses yeux bleus continuaient à fixer son capitaine d’un air un peu moqueur.
Mais avant que son capitaine ne puisse répondre, Logan s’était déjà levé et marchait en direction du comptoir derrière lequel travaillait la serveuse indiquée par Ororya.
« Excusez-moi, Il leva un doigt afin d’attirer l’attention de la jeune femme.
_Oui ? demanda la serveuse d’un ton fatigué.
_Euhm, pourriez-vous nous apporter deux pintes ? à la table, là-bas. »
Il indiqua la place à laquelle ils s’étaient installés. Son interlocutrice ne lui répondit que par un léger haussement de tête.

Le chevalier n’était pas particulièrement pressé de se rassoir auprès de son capitaine puisqu’elle lui réservait probablement quelque répliques mordantes... Il resta donc accoudé au comptoir, le temps de gonfler ses poumons d’assurance, afin de mieux faire face à sa coéquipière. Quand il se rassit à sa place, Logan s’empressa d’avaler deux larges gorgées de vin avant de river vers Ororya un regard endurci.
Peu après, la serveuse s’approcha de leur table, tenant entre les mains leur commande. Elle jeta un coup d’œil curieux aux verres de ses clients mais ne pipa mot : de la bière après du vin ? Mélange peu recommandable.
Enfin, elle s’apprêtait à repartir pour livrer le restant de ses commandes, mais Logan la retint fermement par le bras.
« Un instant. annonça-t-il d’un ton sérieux. Le contact n’était manifestement pas la bienvenue puisque la jeune femme lui jeta un regard quelque peur réprobateur. Logan ne lâcha pas pour autant la prise. Asseyez-vous, nous aimerions vous poser quelques questions.
_J’ai pas le temps pour de stupides questions. répondit-elle d’un ton défensif tout en tentant de se libérer de l’emprise du Valois.
_Votre temps ne sera pas gâché. » Le chevalier posa quelques pièces sur la table ; assez pour se payer au moins dix pintes de bière.
L’argent attira d’emblée l’attention de la jeune femme dont les yeux se mirent subitement à scintiller à la vue des piécettes. Elle fit toutefois mine d’hésiter avant de s’installer à la table des Dents de Freux.
« Très bien... Qu’est-ce que vous voulez ? »



One had to take some action against fear
wh
en once it laid hold of one.

Spoiler:
 


Dernière édition par Logan Grafton le Mar 28 Mai 2013 - 16:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Ororya Gargalen
Homme d'Armes

Général


Capitaine de la garde personnelle de la Main du Roi

♦ Missives : 1326
♦ Missives Aventure : 57
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 03/09/1987
♦ Arrivée à Westeros : 06/01/2013
♦ Célébrité : Karen David
♦ Copyright : Dagon / Moi
♦ Doublons : Tyana Veneur, Lyessa Reed, Serenei
♦ Age du Personnage : 20 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles : ♦️ Fiche de présentation
♦️ Voyages et aventures
♦️ Aptitudes
♦️ Succès

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
568/1000  (568/1000)


Message Jeu 16 Mai 2013 - 9:45

Tandis qu’Ororya œuvrait pour que leur mission ne vire pas à l’échec, employant ainsi la ruse et l’imposture, Logan se montrait rétiscent – préservant un orgueil sans pareil face à la situation. Autant dire qu’il semblait outré qu’elle ait pu se faire passer pour une de ses intimes connaissances – prétexte qu’Ororya avait cru sans danger, mais qui semblait défriser le concerné au plus haut point. Alors qu’il s’indignait de la manière dont elle venait de le traiter devant ses collègues, la Dornienne se pinça les lèvres dans une expression glaciale. Il prétendit avec virulence qu’elle venait de lui ôter toute contenance face à ses compères, qu’elle salissait sa réputation pourtant déjà bien entamée en matière de crédibilité professionnelle. Une image exemplaire ?! De qui se foutait-il en affirmant cela ? Grafton était insolent, tapageur, excentrique ! S’il était convaincu d’avoir d’ores et déjà eu une image exemplaire, alors il se fichait carrément le doigt dans l’œil. C’est ce que pensait Ororya, qui pourtant, ne daigna pas répliquer après cet affront insoutenables. Ses agates étaient rivées avec férocité dans celles de son interlocuteur. Elle fulminait, mais faisait preuve d’une patience admirable. Oh, elle n’allait pas le rater, ça, elle s’en faisait la promesse. Logan s’excusa bien vite de son emportement – surtout après avoir attiré l’œil chafouin de foule de curieux gaillards. Ororya vit là une manière pour son interlocuteur de faire profil bas, et ne fut point convaincue par ses paroles. Le visage marqué par une colère sourde, une œillade glaciale, la Dornienne se hâta de boire une gorgée de son vin, prenant son mal en patience. Elle avait caressé l’idée que pour enquêter en toute discrétion et former ce duo peu commun sans manquer d’efficacité, ils auraient pu mettre leurs griefs de côté – mais ça s’avérait complètement fou et utopiste. Elle n’avait qu’une envie, arracher la langue de Grafton et de le voir s’étouffer avec !
Patience et sérénité, patience et sérénité… J’irai le moucher c’morveux. Bien assez tôt.
Ororya réfréna ses envies de meurtre, se contentant de proposer à Grafton de finir son verre. Une proposition qui sonnait comme une obligation dans la bouche de la Capitaine qui se faisait force pour ne pas craquer. En vint une nouvelle provocation, lorsque Logan s’offusqua une fois de plus. Elle roula des yeux, une expression vaguement ennuyée dépeinte sur le visage tandis qu’elle cueillait son menton dans le creux de sa main en signe d’exaspération. Le chevalier était d’une paranoïa déconcertante, et lorsqu’il daigna affirmer qu’il était plus compétent qu’elle à l’épée, Ororya ne put s’empêcher de lâcher un petit rire sec. Il l’attaquait, la mettait au défi – sous entendant qu’elle était faible, que ce soit en compétence martiale, comme en condition physique. La jeune Gargalen serra la mâchoire, un regard torve à l’égard de son interlocuteur. Il se moquait ouvertement d’elle, et elle n’allait pas laisser passer ça. Tandis qu’elle s’apprêtait à vider son sac avec fureur, Logan la devança en repoussant le verre de vin vers elle. Il la mettait clairement au défi, ce bougre de Valois ! Elle n’eut pas le temps de faire quoi que ce soit que déjà le chevalier se dérobait pour interpeller la serveuse qu’ils devaient interroger. Alors qu’elle ne le quittait pas d’un sombre regard, Ororya porta le verre à ses lèvres pour en finir le contenu d’un seul trait. Puis, le froussard se décida à revenir, enclin à affronter le courroux de celle qui l’avait laissé parler bien trop longtemps. Curieusement, les prunelles de la Dornienne arboraient une étincelle empreinte de mesquinerie et elle étira un sourire moqueur avant d’articuler sur un ton sec :

« Vous croyez peut-être que c’est gratifiant pour moi d’me faire passer pour votre putain ? Vous devriez plutôt être reconnaissant. Vous êtes tellement coincé que ça ne m’étonnerait guère que vos collègues vous pensent plus porté sur les hommes ou les jeunes garçons plutôt que sur les femmes. » – Lâcha-t-elle de but en blanc. Elle plissa les yeux avec animosité, croisant les bras contre sa poitrine tout en laissant ses coudes reposer contre la table de bois.

Elle n’eut pas le temps d’exprimer le fond de sa pensée avec plus de témérité. La serveuse les interrompit dans leur délicieux face à face pour leur servir deux pintes de bières. Pinte ? Voulait-il la voir rouler sous la table ? Méfiante, la donzelle jeta un bref coup d’œil à la jeune femme qu’elle reconnaissait bien. Logan entreprit de la retenir, se décidant à la soudoyer pour se faire. Même si la serveuse hésita, elle finit par capituler et s’appuya contre le pan de bois avant de les interroger tout deux du regard.

« Il y a peu, quelqu’un a été empoisonné dans votre établissement. » – Lâcha Ororya, dénuée de patience la plus sommaire. « Essayez de vous rappeler. Vous m’aviez dit qu’une femme s’était aventurée prés du plateau. Pouvez-vous nous la décrire ? L’avez-vous revu ? »

La Dornienne jeta dés lors un voile d’indifférence sur l’insolent chevalier, préférant offrir toute son attention à la serveuse dont elle guettait la moindre réaction. La jeune femme sembla quelque peu interloquée, puis elle sembla vaguement reconnaître Ororya.

« Cette affaire est de la plus haute importance. Ce serait malencontreux que vous perdiez vos clients d’empoisonnement régulier. » – Ajouta-t-elle, lèvres jointes dans une moue dubitative.

Après quelques secondes, la serveuse essuya machinalement la table à laquelle ils étaient assis, jetant quelques œillades méfiantes autour d’elle.

« Je me rappelle à peine. C’était une femme ouais. Elle m’a bousculé. J’sais plus à quoi elle ressemble. J’veux pas d’ennuis moi vous comprenez… Une banale j’crois. Jolie mais banale. » – Lâcha la jeune femme d’un ton contrit.

« Est-ce qu’elle avait un teint cuivré ? Pensez vous qu’elle puisse être une Dornienne ? » – L’interrogea Ororya, ne la quittant pas d’un regard inquisiteur.

La serveuse de mordit les lèvres puis hocha la tête à la négative. Evidemment, ça ne voulait rien dire. Beaucoup de Dorniennes n’avaient pas son teint à elle. Beaucoup de Dorniennes pouvaient se fondre dans la population de Port-Réal sans grand souci. Mais c’était une femme… Et le poison était quelque chose de typiquement Dornien, il n’y avait pas de doute là-dessus. Pressentant qu’ils auraient quelques difficultés à faire avancer l’affaire avec si peu d’informations, Ororya s’enferma dans un mutisme songeur. La jeune femme profita de l’occasion pour tourner les talons et se réfugier derrière le comptoir. Après quelques minutes de silence, la Gargalen se mit à scruter Logan.

« C’est une mauvaise idée. Ça nous mènera à rien. » – Se renfrogna la Dent de Freux en s’appuyant contre le dossier de sa chaise. « Elle nous parle d’une femme lambda – p’têtre même qu’elle nous sert un mensonge parce qu’elle s’en souvient plus. Doit y en avoir un paquet de brin de filles qui passent par là. »

L’impuissance la rendait folle. Et l’arrogance de son interlocuteur ne s’était pas effacée de son esprit. Elle le fixa durant quelques secondes, une moue vexée aux lèvres avant de l’attaquer une fois de plus.

« Je ne vous excuse pas, ser Logan. La vérité c’est que vous n’êtes même pas désolé – et que comme vous dites, chien et chat ne s’entendent pas. » – Elle se pencha brusquement, attrapant la chope de bière dans un geste caricatural pour trinquer. « Ce n’est pas parce que je suis une femme que je suis moins compétente que vous Grafton. Que ce soit avec une épée ou avec un verre à la main, comprenez moi bien. » Orgueil quand tu nous tiens. « Alors, si vous avez une idée de génie, je suis toute ouïe Grafton. Prouvez donc moi votre efficacité inestimable… »

Son ton était teinté de sarcasmes. Elle lui rendait coup pour coup ce qu’il avait osé lui jeter au visage. Elle allait lui faire payer toutes les remarques blessantes qu’il avait osé formuler.
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Logan Grafton
Chevalier

Général
Chevalier excentrique et Dent de Freux circonspect

"Fear peoples darkness with monsters."

♦ Missives : 910
♦ Missives Aventure : 20
♦ Age : 27
♦ Date de Naissance : 01/03/1990
♦ Arrivée à Westeros : 21/02/2013
♦ Célébrité : Paul Bettany
♦ Copyright : me
♦ Doublons : Bryn Penrose, Seamus Ouestrelin
♦ Age du Personnage : 31 ans
♦ Mariage : veuf
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
♦️ Fiche
♦️ RP et Liens
♦️ Résumé
♦️ Aptitudes
♦️ Succès
♦️ Histoire des Grafton
♦️ Bryn
♦️ Seamus

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1404/1500  (1404/1500)


Message Mar 28 Mai 2013 - 23:27

« [...]Vous êtes tellement coincé que ça ne m’étonnerait guère que vos collègues vous pensent plus porté sur les hommes ou les jeunes garçons plutôt que sur les femmes. »
Les piailleries de la dornienne piquèrent Logan au vif. Il faillit se lever et frapper ses poings sur la table. Celle-ci se serait probablement brisée sous la furie du valois. Heureusement, il un miracle lui permit de contenir les flammes qui faisaient bouillir son humeur et au final, il ne fit que jeter une expression furibonde à son capitaine.
Sa chanson à elle avait la lame du Dornien, et le mordant glacé d'une sangsue. Se souvint-il. La chanson tournait dans sa tête tel un manège, lui rappelant l’aspect fatal que les Sept Couronnes avaient l’habitude d’accorder aux lointaines contrées de Dorne. Le jeune Grafton aura goûté à sa propre “épouse du dornien”, et le goût était âpre. Si âpre...
Ils ne s’entendront jamais. C’était une certitude, autant que les monts valois percent les cieux et que le sable de Dorne repose aux profondeurs de la Mer d’Eté. Et même si certains individus parviennent à trouver un certain équilibre dans des relations aussi contrastées, ce n’était manifestement pas le cas entre Logan Grafton et Ororya Gargalen qui étaient prêts à se sauter dessus seulement pour s’entretuer.
C’est la serveuse qui sauva les deux Dents de Freux en interrompant leur interminable bataille. Le jeune Grafton se mordit la langue afin de dompter les paroles acérées qui tentaient si désespérément de se faufiler à travers ses dents, puis se mit à interroger la jeune femme...

Le témoignage de la serveuse était tout à fait stérile. Logan se mordit la lèvre inférieure pour mieux étouffer son mécontentement face à des informations aussi inutiles. Ainsi, le chevalier se perdit dans le flot de ses pensées. Il tentait de trouver une solution à cette impasse ; une parcelle de lumière qui l’éclairerait, mais il n’y avait que ténèbres...
Quand la serveuse se réfugia derrière le comptoir, il avait presque oublié les insolentes paroles de son capitaine. Mais une brève rétrospective invoqua de nouveau ce révoltant souvenir et les mains de Ser Logan se crispèrent sous le joug de l’énervement. Sa raison tentait de le persuader qu’Ororya ne devait pas être la cible de son emportement, mais l’empoisonneur ! Toutefois, les aspirations à la justice n’étaient plus que de lointaines et indiscernables ombres ; des notions noyées sous la colère et l’alcool. Ce n’était pas non plus comme si le jeune Grafton voulait se souvenir du devoir qu’il s’était fixé pour son défunt camarade, justement : le chevalier préférait oublier l’échec auquel il devait si indubitablement faire face en se concentrant sur la vorace irritation qui perforait son esprit.
Qu’il était en colère ! Il resta silencieux l’espace de quelques instants tout en se focalisant sur quelques tentatives frivoles à contenir l’aigreur qui le poursuivait. Malheureusement pour lui, l’inhospitalière voix de la jeune Gargalen l’interrompit, brisant soudainement les remparts qu’il avait érigés autour de lui.
Ser Logan afficha une expression désapprobatrice en oyant la première remarque de son supérieur. Il aurait aimé la contredire, mais les mots se coincèrent dans sa gorge. Il s’empara de son verre, bu quatre longues gorgées, puis reposa la chope avec force. Elle avait raison, mais il ne voulait pas l’admettre. Cela rendait les mots d’Ororya encore plus intolérables...
Le chevalier serait resté dans cette attitude muette si la jeune femme avait gardé le silence. Or, elle se mit à formuler une nouvelle cascade de réprobations tout en se reportant à ce qu’il avait exprimé avant l’arrivée de la serveuse.
Les propos de la Dent de Freux anéantirent le dernier rempart contenant la part obscure du valois. Même s’il avait toujours exprimé ses pensées sans la moindre retenue, il n’avait jamais usés d’un discours à la fois cruel et malfaisant. Tout ce qu’il aurait aimé faire en cet instant précis était de foutre son poing dans le visage de la jeune dornienne ; lui assener un coup afin de lui offrir un joli coquard en guise de leçon. Mais Logan retint cette séduisante perspective en la transformant en malveillante réplique.
« C’est à moi de trouver une solution ? cracha-t-il avec mépris, A la dernière nouvelle, c’était vous le capitaine. Je ne suis qu’un simple soldat qui obéit aux ordres. Le chevalier s’adossa à sa chaise d’un air nonchalant, fier d’être parvenu à retourner la frustration qu’il éprouvait face à la supériorité du rang de la jeune Gargalen contre celle-ci. Si vous êtes vous-mêmes si compétente, prouvez le ! Où est-ce que vous vous croyez si supérieure en raison de votre lignage que vous pensez qu’il ne vous est même pas nécessaire d’avoir les qualifications requises à votre poste ? »
Logan afficha une large grimace amusée. Sa naturelle et abrupte sincérité s’était mutée en méchante et empoisonnante franchise, nourrie en partie par le médiocre alcool qu’il avait si rapidement absorbé. Une aigre et perfide parcelle s’était éveillée en Grafton et avait peu à peu assombri son humeur à l’en rendre incroyablement pénible ; pire, il flottait aux cimes de l’insupportable et n’était pas prêt de faire marche arrière. Non, il n’allait pas se recroqueviller devant les agressives et blessantes paroles de son capitaine. Cette fois, il allait hardiment s’opposer à cette pernicieuse dornienne !
« Laissez moi vous dire quelque chose Ororya. Il s’accouda de nouveau à la table, s’approchant doucement de la jeune femme et parlant avec lenteur, Que vous soyez un homme ou une femme, je n’en ai fichtrement rien à faire. Vous pouvez même être les deux, pour autant que je sache. Ses limpides iris contemplaient le sombre regard de son capitaine avec intensivité. Il n’a jamais été question de votre sexe. Voulez-vous savoir pourquoi vous êtes moins compétente que moi ? Son visage n’était plus qu’à quelques centimètres de celui d’Ororya. Vous êtes moins compétente que moi, parce que je suis meilleur que vous. Tout simplement ! Un sourire triomphant vint s’insinuer entre ses lèvres, libérant une tiède haleine imprégnée d’alcool, Retournez à Dorne, trouvez vous un beau seigneur et pondez une nouvelle lignée d’insupportables Gargalen. Vous ne manquerez à personne. »
Tout deux avaient largement dépassé les bornes et quelque chose dans l’air confiné de cette taverne insinuait qu’une terrible tempête était sur le point d’éclater...



One had to take some action against fear
wh
en once it laid hold of one.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Ororya Gargalen
Homme d'Armes

Général


Capitaine de la garde personnelle de la Main du Roi

♦ Missives : 1326
♦ Missives Aventure : 57
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 03/09/1987
♦ Arrivée à Westeros : 06/01/2013
♦ Célébrité : Karen David
♦ Copyright : Dagon / Moi
♦ Doublons : Tyana Veneur, Lyessa Reed, Serenei
♦ Age du Personnage : 20 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles : ♦️ Fiche de présentation
♦️ Voyages et aventures
♦️ Aptitudes
♦️ Succès

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
568/1000  (568/1000)


Message Mer 5 Juin 2013 - 18:53

Les deux protagonistes se renvoyaient d’acides remarques dans une joute verbale qui n’en finissait plus. Il ne fallait pas avoir un œil bien expert pour constater qu’ils avaient perdu tout sang froid pour se laisser aller à l’aigreur. Ororya était persuadée de n’avoir jamais rencontré être aussi horripilant dans sa vie. Elle était sa supérieure, et pourtant, il la traitait comme une moins que rien – et l’évidence même qu’il voyait en elle une incapable la rendait folle. L’orgueil Dornien était le moteur de leur tempérament sanguin, et la Gargalen n’échappait nullement à la règle. Son statut de femme ne faisait que renforcer sa témérité à vouloir prouver qu’elle n’était pas moins efficace que ses comparses. Elle était plus jeune que Logan, bien sûr, mais son éducation s’était basée sur le maniement de la lance et l’art du combat. Les chevaliers étaient si… Condescendants ! Elle l’avait déjà pensé en côtoyant Oberyn Dayne, et Alrik avait été le seul à lui faire espérer le contraire. Mais le fait était là – les hommes trouvaient en ce statut de chevalier un prétexte pour se placer au dessus, pour étaler leur dédain plus que leur honneur. Ororya ne supportait pas se faire ainsi allègrement juger – Logan devait payer pour ses allégations. Elle devait lui prouver que son jeune âge n’était en rien handicapant. Aucun doute n’était plus possible dorénavant. Les deux chiffonniers ne se disputaient guère cette image d’amants dont la Dornienne avait donné illusion à leur arrivée. Leur aversion mutuelle était claire comme de l’eau de roche, et quelques regards amusés et curieux venaient même à se croiser sur leur binôme étonnant.

La donzelle se saisit du poignard à sa ceinture pour en faire jouer la lame contre la table en bois, tandis que Logan s’offusquait du discours qu’elle venait de lui tenir. Elle s’en remettait volontiers à son jugement – lui qui semblait tout savoir ! Insupportable petit sermonneur. Ne trouvait-il qu’à se monter insupportable pour compenser la paire de couilles qu’il n’avait pas ? Et voilà qu’il mettait sur la table son sang noble ! En réalité, il ne s’agissait que de ça – et Ororya en avait parfaitement conscience. Il était jaloux, car elle avait bénéficié d’un jugement favorable et d’une place de choix de par son affiliation royale. Il se moquait ouvertement d’elle, sourire aux lèvres, mimiques espiègles que la Dornienne ne sentait pas l’envie de laisser passer. Elle ferma le poing à s’en faire blêmir les phalanges, ses yeux révulsés dans un regard tranchant et obscur. Son ton qu’il tentait de garder serein tout en formulant ses dires gonflés par le mépris la faisait fulminer. Combien de gorgées avait-elle bues durant son interminable monologue ? Elle sentait de la chaleur lui chatouiller les joues – et si elle préférait croire que c’était dû à sa colère, elle savait pertinemment que l’alcool en était responsable. Alors quand il lui susurra d’un ton provocateur qu’il n’avait jamais été question de misogynie, mais qu’elle était tout simplement moins compétente que lui – le sang de la Dornienne ne fit qu’un tour dans ses veines.

La Dent de Freux se fichait bien de l’intérêt soudain qu’ils avaient tout deux suscités. La couverture qu’elle avait espérée préserver s’était de toute manière effilochée d’elle-même. Logan avait tout gâché en refusant de mettre de côté ses griefs pour trouver une solution à leur problème. Quelqu’un était mort – et Ororya n’y pensait guère à ce moment même, trop occupée à réfréner ses élans de violence. Quand Grafton lui lança qu’elle n’était bonne qu’à procréer et qu’elle ne manquerait à personne si toutefois elle acceptait de retourner à Dorne, la jeune femme serra la mâchoire dans une grimace haineuse à son égard. La jeune femme se redressa de toute sa taille, le raclement de la chaise accompagnant son geste. Tous les badauds qui profitaient de l’établissement avaient interrompu leur discussion pour tourner un œil vers la scène. Quelques uns commençaient d’ailleurs frapper les tables de leurs mains pour encourager les deux tapageurs. La donzelle jetait un voile d’indifférence sur ces derniers, préférant river son attention comme son regard vers l’insupportable chevalier qui lui faisait face. Paumes de mains épousant le pan de bois, la jeune femme s’y appuya, un sourire féroce venant à étirer ses lèvres charnues.

« Grafton. Arrête donc de bramer, et montre-moi ce que tu sais faire. Que tout le monde soit témoin de ton arrogance. » – Grinça-t-elle. « Le manque de respect, chez moi, ça se paie par l’affrontement. Je suis p’têtre jeune, mais pas assez sotte pour me laisser insulter… »

A peine eut-elle fini sa phrase que le poing droit de la donzelle s’abattit violemment contre la mâchoire du Valois, le renversant vers l’arrière en envoyant valdinguer les chaises de côté. La Dornienne s’écarta souplement de la table et ne laissa pas même un brin de répit à son adversaire, portée par les voix des badauds qui s’excitaient. Ororya s’avança à pas lents, un sourire provocateur vissé sur ses lèvres. Elle allait lui faire mordre la poussière ! Mais pour ça, il fallait qu’elle le surprenne, le prenne au dépourvu. Elle croisa les prunelles cristallines de Logan dans une appréhension commune sur – qui va bouger le premier – et remarqua la chopine renversée à ses pieds. Il y eut un léger moment de flottement et la jeune femme donna un coup de pied virulent dans l’objet pour l’envoyer sur le Valois. [Arrive-t-elle à le toucher et à le déstabiliser ?] Elle fonça sans plus attendre en direction de l’impudent, espérant pouvoir l’atteindre dans les parties d’un coup de genou bien placé. [Parvient-t-elle à le frapper dans les bijoux de famille ?] Ororya ne ressentait guère le poids des responsabilités sur ses épaules. Elle se contrefichait bien de l’opprobre qu’elle pouvait s’attirer avec un tel emportement. La seule chose à laquelle elle pensait en ce moment même, c’était de le faire taire – et lui prouver qu’elle n’était pas aussi incompétente en art martial qu’il le prétendait.

Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Lady Coeurdepierre
Maître du Jeu

Général
Animateurs

♦ Missives : 189
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 13/12/2011
♦ Célébrité : Personne
♦ Copyright : Maron Martell
♦ Doublons : Personne
♦ Mariage : Personne
♦ Liens Utiles : Aucun
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Sam 8 Juin 2013 - 5:18

1e Action : lancer de chopine !
2e action : coup de genou dans les bijoux de famille !

Les dés du destin roulent...
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Sam 8 Juin 2013 - 5:18

Le membre 'Lady Coeurdepierre' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé de joute' :


--------------------------------

#2 'Dé de joute' :



--------------------------------

La farouche Dornienne, dans son emportement, frappa du pied la chope à terre, espérant l'expédier droit sur son agaçant adversaire. Hélas pour elle, la précipitation due à la colère associée aux effets de l'alcool ne garantissait pas un tir précis et la chope s'en alla éclater contre un pied de table non loin de Grafton sans même l'égratigner...

Guère découragée par cette déconvenue, elle se rua sur le Valois qui se relevait et tenta de lui loger son genou entre les cuisses pour l'atteindre dans sa virilité. Un coup assurément impitoyable, et Logan aurait dû à cet instant se mordre les doigts d'avoir mis en fureur une Dornienne, mais l'ardeur de la combattante ne lui suffit pas à réaliser son plan : glissant sur un tesson de la chope brisée, elle ne put ajuster son coup et dut rétablir son équilibre promptement alors que Logan s'apprêtait à réagir... le spectacle ne faisait que commencer !
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Logan Grafton
Chevalier

Général
Chevalier excentrique et Dent de Freux circonspect

"Fear peoples darkness with monsters."

♦ Missives : 910
♦ Missives Aventure : 20
♦ Age : 27
♦ Date de Naissance : 01/03/1990
♦ Arrivée à Westeros : 21/02/2013
♦ Célébrité : Paul Bettany
♦ Copyright : me
♦ Doublons : Bryn Penrose, Seamus Ouestrelin
♦ Age du Personnage : 31 ans
♦ Mariage : veuf
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
♦️ Fiche
♦️ RP et Liens
♦️ Résumé
♦️ Aptitudes
♦️ Succès
♦️ Histoire des Grafton
♦️ Bryn
♦️ Seamus

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1404/1500  (1404/1500)


Message Lun 10 Juin 2013 - 19:25

La signification des paroles d’Ororya monta jusqu’au cerveau du jeune Grafton avec paresse. Il ne saisit leur ampleur que trop tard ; quand le poing de son interlocutrice vint heurter sa mâchoire. Le chevalier ne s’attendait guère à l’attaque de la dornienne. Pourtant, la réaction de la jeune femme n’était point surprenante en vue des circonstances... En effet, Logan avait non seulement blessé l’honneur de son capitaine, mais il avait aussi porté un fatal coup à l’amour propre de la Dent de Freux. C’était un affront que lui-même n’aurait que très difficilement pardonné...
Le subit coup qu’Ororya lui porta au visage le fit tomber en arrière. Logan pouvait sentir l’arôme salé du sang se répandre entre ses dents. Un pur reflexe le fit lever la main pour se frotter la mâchoire et clairement assimiler ce qui venait juste de se passer, quand une chope fut projetée dans sa direction. Mais le valois vit le projectile s’éclater par terre sans causer davantage de dégâts...
Les buveurs éclatèrent de rire devant l’échec de la donzelle. La scène avait effectivement quelque chose de comique, notamment pour la prédominance de mâles qui semblaient particulièrement se réjouir face à la maladresse de la jeune femme. Le chevalier faillit faire écho aux railleries des clients, mais dû vouer son entière concentration à la scène puisque Ororya fonça sur lui l’instant d’après, une expression enragée lui tordant le visage, pour signer sa perte. Pourtant, le récipient qu’elle lui avait jeté lui sauva la mise lorsque la Dornienne glissa sur l’une des échardes. Elle bascula légèrement avant de reprendre son équilibre.
Elle va voir ce qu’elle va voir, cette ordure ! La manœuvre de la jeune Gargalen laissa à Logan le temps de préparer son offensive : porté par sa colère ainsi que son intense aversion envers son capitaine, il se défendit d’abord en s’emparant d’une chope remplie à ras-bord pour ensuite lancer le contenu sur la gueule de son adversaire dans l’espoir de l’aveugler [Touche-t-il Ororya ?]. Cela ne plut nullement au client à qui appartenait le breuvage : l’homme se leva et ouvrit la bouche pour protester, mais à peine avait-il commencé à gueuler que le chevalier agrippa le col du pauvre monsieur pour le jeter en direction de son ennemi. L’individu avait un tour de taille bien rebondi, assez pour immobiliser le capitaine de la garde si celle-ci venait à se faire écraser [la jeune Gargalen se fait-elle aplatir par le soulard ?]. Il n’y avait plus aucune place pour l’élégance ou le respect. Ils étaient deux bêtes à rugir et feuler au beau milieu d’une taverne dont les spectateurs fixaient le spectacle de leurs visages hilares. Bien heureusement, peu s’étaient rendus compte qu’ils étaient en réalité des membres de la garde personnelle de la Main d’Aerys Targaryen... Après tout, que dirait-on des Dents de Freux si l’on venait à apprendre que les soldats de Brynden Rivers se battaient tels de sauvageons ? Et tout cela à cause d’une goutte d’eau-de-vie en trop...



One had to take some action against fear
wh
en once it laid hold of one.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Lady Coeurdepierre
Maître du Jeu

Général
Animateurs

♦ Missives : 189
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 13/12/2011
♦ Célébrité : Personne
♦ Copyright : Maron Martell
♦ Doublons : Personne
♦ Mariage : Personne
♦ Liens Utiles : Aucun
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Mar 11 Juin 2013 - 16:47

1ère action : jet de boisson
2ème action : jet de buveur
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Mar 11 Juin 2013 - 16:47

Le membre 'Lady Coeurdepierre' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé de joute' :


--------------------------------

#2 'Dé de joute' :



C'est un Logan fichtrement remonté qui riposta à l'attaque de la Dornienne en fureur. S'emparant d'une chope, il réussit à projeter un flot de bière au visage de son antagoniste qui en fut momentanément aveuglé.

Il tenta alors de pousser cet avantage en utilisant une arme peu conventionnelle, en la personne du buveur spolié qui protestait. Le poids de l'homme dont la bedaine témoignait d'un amour inconditionnel du breuvage susmentionné, ne permettait toutefois pas une grande manoeuvrabilité, et Grafton ne réussit qu'à le faire tomber lamentablement entre eux deux. L'homme terrorisé se releva à grand-peine et s'enfuit en hurlant à l'assassin !
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Ororya Gargalen
Homme d'Armes

Général


Capitaine de la garde personnelle de la Main du Roi

♦ Missives : 1326
♦ Missives Aventure : 57
♦ Age : 30
♦ Date de Naissance : 03/09/1987
♦ Arrivée à Westeros : 06/01/2013
♦ Célébrité : Karen David
♦ Copyright : Dagon / Moi
♦ Doublons : Tyana Veneur, Lyessa Reed, Serenei
♦ Age du Personnage : 20 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles : ♦️ Fiche de présentation
♦️ Voyages et aventures
♦️ Aptitudes
♦️ Succès

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
568/1000  (568/1000)


Message Mer 12 Juin 2013 - 5:56

Décidément, l’alcool portait préjudice à son bon sens ainsi qu’à sa dextérité. A peine eut-elle frappé dans l’une des chopes vides qui traînait sur le sol, que celle-ci obliqua impunément pour venir s’écraser contre un pied de table. La dornienne laissa échapper un soupir de frustration mêlé à sa virulente colère qui tendait les muscles de son corps. Mais non, elle n’allait pas se laisser décourager par les rires gras de leurs spectateurs dont elle se contrefichait. Il fallait qu’elle frappe Grafton – qu’elle parvienne à l’humilier. Ce qui était pour le moment mal parti. Maudit alcool ! Aveuglée par sa colère et tenant tête à la provocation de l’impudent, elle n’avait pas prêté attention aux verres qu’elle avait avalés. Si la tête lui tournait de temps en temps, elle était bien trop focalisée sur le Dent de Freux pour s’en soucier. Tandis qu’elle s’apprêtait à fendre les airs pour frapper Logan en pleines parties intimes, espérant lui faire goûter à son courroux castrateur, son pied ne se fit plus aussi sûr. Elle se sentit glisser sur ce qui semblait être du verre et agita les bras pour retrouver un semblant de stabilité. L’effet de surprise provoqué par le coup de poing qu’elle avait infligé à son adversaire ne dura guère bien longtemps et Logan sembla vouloir profiter de l’échec de la dornienne pour riposter. Alors que cette dernière s’attendait à une violente contre-attaque, Grafton se contenta de lui jeter le contenu d’une chope au visage. Au contact du liquide froid et poisseux qui lui aspergea le visage pour couler le long de son menton, Ororya fut transie par la surprise. La bouche ouverte, la tête rentrée dans les épaules et les bras écartés de son corps, la jeune femme réussit à formuler sur un ton vindicatif.

« Tu t’bats un homme, un vrai… » – Lâcha-t-elle avec sarcasmes en prenant un ton voulu masculin.

L’homme à qui appartenait la chopine se dressa et Logan l’empoigna pour… Le jeter en direction de sa capitaine, sous son regard effaré. L’homme s’étala avant de parvenir jusqu’à elle, et la donzelle coula un regard réprobateur à son adversaire. Grafton était vraiment excentrique, et au lieu de rire de son comportement, la dornienne s’en retrouvait encore plus piquée dans son orgueil. Il voulait l’atteindre par des moyens détournés, le lâche ! Pourquoi ne voulait-il pas régler ce différend à mains nues ? Ororya s’essuya lentement le visage du revers de sa manche, ses prunelles abyssales toujours fixées sur l’impudent. Pour aller au plus efficace dans son état, la dornienne avait parfaitement conscience de ce qu’elle avait à faire. Se rapprocher de lui, avec brutalité pour ne pas lui laisser d’autres alternatives. Le capitaine fonça sans plus entendre en direction de Logan, buste légèrement incliné vers l’avant pour le cueillir de son épaule. [L’atteint-elle sans souci ? Le tamponne-t-elle assez violemment pour le déséquilibrer ?] Leur ridicule petit affrontement était rythmé par les rires et les bruits de chocs du poing contre les tables. Ororya tenta de saisir la mâchoire du Valois, tout en barrant son torse de son avant bras libre pour le retenir et joua de ses pieds en travers des siens pour le faire chuter. [Arrive-t-elle à le faire tomber et à ainsi prendre le dessus ?] La jeune femme estimait que le mettre à terre serait déjà une maigre victoire dont elle pourrait profiter pour faire prévaloir sa domination. Elle laissa échapper un cri rageur étouffé, mettant du cœur à l’ouvrage. La honte était sur elle si elle échouait une fois de plus !

Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Lady Coeurdepierre
Maître du Jeu

Général
Animateurs

♦ Missives : 189
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 13/12/2011
♦ Célébrité : Personne
♦ Copyright : Maron Martell
♦ Doublons : Personne
♦ Mariage : Personne
♦ Liens Utiles : Aucun
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Mer 12 Juin 2013 - 10:43

1e action : charge en furie
2e action : prise de lutteuse
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Mer 12 Juin 2013 - 10:43

Le membre 'Lady Coeurdepierre' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

#1 'Dé de joute' :


--------------------------------

#2 'Dé de joute' :


Ororya ne se laissa guère déstabiliser par les attaques ubuesques de son rival. Alors que la clientèle s'excitait ou s'effarouchait de leur empoignade, elle décida d'aller au contact et s'élança dans une charge furibonde. Toutefois elle jouait de malchance ce jour-là, car la bière répandue au sol la fit glisser, juste assez pour perdre la force de son impact. Le style de combat très particulier de Grafton ne ferait peut-être pas école à Westeros, mais il lui avait tout de même sauvé la mise !

Désormais assez proche pour tenter une action au corps-à-corps, Ororya tenta une prise dont elle avait le secret afin de jeter cet impudent à terre et lui rabattre son caquet, mais Grafton trouva appui contre la table derrière lui ce qui lui permit de résister à l'appel de la gravité... à moitié assis sur la table en question, le menton dans la main de la Dornienne, il n'était pas pour autant tiré d'affaire et devait maintenant riposter à cet assaut ! Bien qu'à n'en pas douter, nombre d'hommes à Port-Réal auraient rêvé de se trouver aussi étroitement accolés à une telle femme...
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
avatar

Logan Grafton
Chevalier

Général
Chevalier excentrique et Dent de Freux circonspect

"Fear peoples darkness with monsters."

♦ Missives : 910
♦ Missives Aventure : 20
♦ Age : 27
♦ Date de Naissance : 01/03/1990
♦ Arrivée à Westeros : 21/02/2013
♦ Célébrité : Paul Bettany
♦ Copyright : me
♦ Doublons : Bryn Penrose, Seamus Ouestrelin
♦ Age du Personnage : 31 ans
♦ Mariage : veuf
♦ Lieu : Port-Réal, Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles :
♦️ Fiche
♦️ RP et Liens
♦️ Résumé
♦️ Aptitudes
♦️ Succès
♦️ Histoire des Grafton
♦️ Bryn
♦️ Seamus

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1404/1500  (1404/1500)


Message Ven 14 Juin 2013 - 20:36

L’alcool éclata sur la figure de la jeune dornienne, aspergeant son visage d’ambre. L’action aurait été efficace si le soulard l’avait renversée, mais bien malheureusement, celui-ci s’arrêta mi-chemin pour s’éclater sur le sol avant de disparaître en gueulant si fort qu’on aurait cru entendre une grosse gonzesse en détresse. Rien de mieux pour réveiller tout Port-Réal ! Pourtant, les Dents de Freux ne s’en préoccupèrent guère, résumant leur maladroite bagarre sous les figures hilares de leurs spectateurs.
On pourrait se demander pourquoi le personnel de la taverne ne faisait rien pour séparer ces deux toqués, mais les serveurs semblaient eux-mêmes partagé le plaisir d’une telle prestation qui était – avouons-le – assez divertissante.
« Je... Je ne frappe pas les femmes. » balbutia Logan en guise de réponse aux ironiques beuglements de la Dornienne.
Evidemment, la remarque étira les sourires de la moitié de l’auberge et certains se mirent à rire encore plus fort. Toutefois, les propos du jeune Grafton n’étaient point destinés à être drôles – au contraire, le jeune homme avait du mal à saisir les ficelles de l’humour populaire – Il était tout à fait sérieux ! C’était en effet la vérité, bien qu’il fut tenté de lever la main contre une personne du sexe opposé à plusieurs reprises... Oh, un tel comportement n’était pas digne d’un “Ser” ! Toutefois, la scène qu’avaient montée les Dents de Freux dans cette petite taverne n’était pas particulièrement respectable, et peu digne de l’honneur qu’on attitrait aux chevaliers...
Cependant, le combat était loin d’être terminé. La bière qui dégoulinait le long des joues de la jeune Gargalen n’avait pas plus qu'échauffer sa furie. Elle ressemblait à une tigresse déchaînée, ses mèches noires dansant une valse effrénée alors qu’elle courait vers lui comme pour le réduire en morceaux.
Logan pouvait voir sa propre mort dans les prunelles de sa rivale. Il aurait certainement été perdu si les Sept ne lui avaient pas accordé une chance inouïe. De fait, lors de son avancée, le capitaine de garde perdit l’équilibre en glissant sur l’alcool répandu sur le planché, diminuant considérablement la force de l’impact quand elle percuta le jeune Grafton.
Les tourtereaux se trouvaient de nouveau l’un collé à l’autre. Ce n’était pas exactement la position adéquate entre un supérieur et son subordonné ; une situation qui aurait de nouveau embarrassé le chevalier s’il ne se trouvait dans le feu de l’action. Mais il n’y avait de toute manière rien de romantique à leur contact ! En effet, Ororya était plus susceptible de lui boursouffler la joue que de l’embrasser...
Enfin, elle tenta de le faire chuter en s’emparant de son menton tout en déstabilisant ses pattes, mais Logan bénéficiait du soutien de la table derrière lui, parvenant ainsi à ne pas s’éclater par terre.
Il se trouvait donc corps à corps avec son capitaine. La main d’Ororya tenait toujours sa mâchoire. Ce fut davantage par réflexe que par stratégie que Logan ouvrit la bouche pour mordre dans les doigts de la jeune Gargalen.
Cette manœuvre lui permit d’avoir une seconde pour détacher sa tête de la main de son adversaire, pour ensuite lui assener un puissant coup de tête en pleine figure [Le choc assomme-t-il davantage l’excentrique chevalier ou la bouillonnante combattante ?].
Aucun doute que la collision aura un plus grand impact chez l’un des champions de taverne que chez l'autre, mais quelle que soit l’issue de cette glorieuse bataille, aucun participant n’en sortira avec sa fierté intacte...

Spoiler:
 



One had to take some action against fear
wh
en once it laid hold of one.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Lady Coeurdepierre
Maître du Jeu

Général
Animateurs

♦ Missives : 189
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 13/12/2011
♦ Célébrité : Personne
♦ Copyright : Maron Martell
♦ Doublons : Personne
♦ Mariage : Personne
♦ Liens Utiles : Aucun
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Sam 15 Juin 2013 - 16:40

Action : coup de tête
Revenir en haut Aller en bas
Maître du Jeu
avatar

Corneille à Trois Yeux
Maître du Jeu

Général
Maître du Jeu

♦ Missives : 182
♦ Missives Aventure : 171
♦ Arrivée à Westeros : 09/04/2011
♦ Célébrité : Corneille à trois yeux
♦ Copyright : © Maron
♦ Doublons : Administrateurs
♦ Age du Personnage : Tous et aucun à la fois
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Partout et nulle part
♦ Liens Utiles : /
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
0/0  (0/0)


Message Sam 15 Juin 2013 - 16:40

Le membre 'Lady Coeurdepierre' a effectué l'action suivante : Lancer de dés

'Dé de joute' :


Logan ne s'avouait pas vaincu, et après avoir férocement mordu la Dornienne, en dépit de sa réticence à attaquer une femme, il lui porta un coup de tête si violent... qu'il en fut lui-même étourdi. Sa posture inconfortable ne facilitant pas une bonne circulation du sang, il se sentit soudain vaseux et glissa au sol tandis qu'Ororya en était quitte pour un bleu et une fichue migraine !
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Soleil de Sang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant


Sujets similaires

-
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil
» Cité Soleil, Evens serait le plus riche des pauvres
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien
» Don de sang
» L'intervention ratée à cité soleil, à qui la faute ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-