AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Un reître et un Corbois !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 8 Fév 2013 - 22:59

Le vent froid et âpre du Nord balayait le visage du reitre qui marchait depuis deux semaines en direction de Winterfell. Ce la faisait à présent quatorze ou quinze jours qu'il avait quitté son clan, celui des Norroit, pour parcourir le Nord dans le but de se rendre dans la ville siège de la famille Stark afin d'y trouver du travail et donc de louer ses services ainsi que son épée contre monnaie sonnante. Pour ce faire, il n'avait pas choisi le chemin le plus court mais le plus sûr. Descendre les montagnes et traverser le Bois-aux-loups ne lui plaisait pas. D'une part car un accident était vite arrivé lors d'une descente mais l'épaisseur de l'étendue boisée ne lui présageait pas de bonnes augures. Pour peu de chose, on pouvait le confondre avec un braconnier ou un brigand ce qui nuirait à la fois à sa réputation, à celle de son clan mais le condamnerait sûrement à passer par la case prison sans toucher 20 dragons d'or ou par la case décapitation. L'une comme l'autre ne le tentait pas. Suivre le l'Ultime et traverser une petite partie du bois lui convenait mieux. Ensuite, il lui suffit de suivre la Larmoyante et de contourner Fort-Terreur et continuer vers l'Ouest. Avant d'arriver à Winterfell, le reître avait espéré trouvé du travail chez certains petits seigneurs locaux, histoire que sa réputation précède son arrivée. Malheureusement, son envie d'arriver dans la "capitale" du Nord était trop grande et l'avait empêché de faire quelques arrêts. En y réfléchissant, il décida de contourner le relief plus élevé de la zone pour se rapprocher de la Brèchesaigue. Peut-être qu'il descendrait plus bas pour se rendre à Blancport qui était tout de même un endroit potentiel et massif où il pourrait trouver l'un ou l'autre travail à effectuer en échange de quelques pièces. Actuellement, il se trouvait entre les deux bras les plus à l'Ouest de la rivière susnommée. D'après ce qu'il en savait, la maison Corbois régnait sur cette portion de terrain. A moins que ce soit une autre. Ses connaissances sur les différentes grandes familles de Westeros n'était point aussi fournie que celle d'un fils de noble. Ses connaissances s'amélioreraient avec le temps et les voyages à la seule condition que les Anciens Dieux soient derrière lui bien évidemment. Nombreux étaient les reîtres qui n’exerçaient pas longtemps leur profession rencontrant un sort funeste comme sinistre conclusion à leur courte carrière.

Ses joues le picotaient mais il n'en avait cure. L'important pour lui était de continuer à avancer et trouver un abri pour la nuit. Il portait son armure de peau, celle que son père lui avait offerte lorsqu'il était devenu un homme fait. Sur son dos, un sac contenant quelques couvertures, des vêtements et de quoi se préparer à manger ou dépecer du gibier. Le contenant était à son tour recouvert par un bouclier de fer recouvert de peaux similaires à celles qui constituaient l'armure du guerrier. A sa ceinture, trônait fièrement son épée bâtarde prête à dégainée en cas d'attaque ou de conflit. A en juger par la position du soleil, midi était déjà passé de quelques heures et l'estomac du guerrier originaire des montagnes se mit à gargouiller. Cela faisait un petit moment qu'il avait faim mais cette fois, la sensation le taraudait trop. Il chercha dans les alentours quelques arbres et eut tôt fait d'en trouver. Déposant son barda, le Nordien alla chercher quelques vivres dans son sac. Les restes d'un lapin qu'il avait attrapé dans la matinée et qu'il avait fait cuir. Il ne lui restait pas grand chose mais assez pour calmer momentanément son estomac.

La viande était sèche et pas spécialement goûteuse mais elle se laissait facilement déchiqueter sous la dent. Ce n'était pas un repas de roi mais il y était habitué. Au soir, il ferait le nécessaire pour essayer de trouver quelques racines comestibles ou des légumes sauvages histoire d'agrémenter son repas. Ce n'était pas une vie simple ni facile mais elle lui convenait parfaitement. Terminant son dernier morceaux, l'homme contempla le ciel gris au dessus de lui. Une averse à prévoir ? C'était fort probable. Peut-être allait il passé plus de temps que prévu à l'ombre de ses arbres pour se protéger de la pluie ou peut-être pas. Pour l'heure, il n'était encore rien tombé du ciel aujourd'hui et peut-être que cela continuerait. Il ne comptait pas prendre de retard. Le plus vite il rejoindrait le domaine d'une grande famille et plus vite il trouverait du travail. Se trouvant actuellement sur les terres des Corbois, la véritable question était de savoir s'il comptait aller proposer ses services à ce vassal des Stark ou s'il misait tout sur Blancport ou Winterfell. S'il ne trouvait pas preneur dans le Nord, il sortirait de sa région pour explorer plus de monde. Il y aurait sûrement de quoi faire dans d'autres parties des Sept Couronnes.

Les pensées de l'homme originaire du Clan Norroit furent chassées par le bruits des sabots d'un chevaux. Les équidés du coin n'avait rien avoir avec les montures plus massives de ses montagnes natales mais le bruits de leurs pas restaient tout de même assez caractéristiques. Knut détacha son bouclier, le posa contre le tronc de l'arbre et enfila son paquetage sur son dos. Il préférait garder sa protection à proximité par simple précaution. Portant sa main sur sa lame, il s'adossa le dos contre l'écorce. Il ne faisait rien d'illégal mais il préférait toujours rester vigilent car on ne savait jamais sur quoi on pouvait tomber. Il n'y avait que quelques bêtes sans doutes montées par le même nombres de cavaliers. 5 tout au plus. Contournant l'arbre, il jeta un regard et apperçu au loin 4 bêtes montées par 4 personnes qui ne semblaient pas vêtu comme les paysans. Peut-être des notables ou des soldats des Corbois ? Ce ne serait pas étonnant de les trouver par ici. Après tout la forteresse n'était pas très éloignée. Mieux valait ne pas faire de bruit pour le moment. Une simple observation était de mise. De son emplacement, il était assez facilement repérable mais fallait-il encore que ces hommes le repèrent.

*Surtout ne fais pas de bruit et tiens toi tranquille. Ce n'est pas le moment de s'attirer des problèmes alors que ta réputation n'est pas encore faite.*
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 9 Fév 2013 - 9:28

-"Bon sang Duncan ! Pense à tes enfants qui ne voient presque plus leur père. Pense aussi à tes terres qui seront bientôt sujettes à diverses attaques de brigands et autres ! Il faut que tu sortes, que tu recommences à vivre." Lui avait dit son frère Edgar une semaine plus tôt .

Cela faisait en effet, longtemps que Duncan n'était pas sortis de la demeure familiale. Il ne faisait plus de cheval, plus rien sinon le strict minimum. Depuis le tragique mort de son épouse, il y a environ une année, le seigneur de Corbois semblait avoir perdu le goût de la vie.
Mais le sermon que lui avait passé son frère lui avait fait comme l'effet d'un électrochoc. Il était certes resté à ruminer tout ce que lui avait dit son frère pour arriver à la conclusion que tout était vrai : il ne s'occupait plus de rien, cela faisait longtemps qu'il n'avait entraîné ses fils au maniement des armes ou à monter à cheval. Il n'avait aucune nouvelle de sa fille, qui devait devenir plus belle chaque jour. Et summum du pire : ses abdominaux avaient laissé place à un, certes léger, ventre grassouillet...

Le seigneur de Corbois, sortit de son sombre bureau et se rendit dans ses appartements. Sans non pas croiser des regards interloqués, qui semblait dire :« tiens, le seigneur de notre maison et encore en vie ? ».
Il demanda à l'un de ses serviteurs de transmettre un message à son frère et à ses deux fils aînés : Wes et Rodwyn.
Arrivé dans sa chambre, il se lava. Et revêtirent des vêtements décents pour la promenade qui se préparait : Il prit une chemise noire, un pantalon et des bottes de la même couleur, et rajouta par-dessus une cape verte attachée par une fibule représentant l’emblème de sa maison : un Orignac. Puis Duncan mit son épée et sa dague favorite à sa ceinture. Il était fin prêt.

Ce fut avec un certain plaisir que Duncan se remit en selle. Sa monture, une belle jument aussi noire que la nuit, était sa préférée par le courage, la force, et l'endurance qu'elle montrait.
Edgar vint se placer à la droite de son frère, ne cachant pas sa joie :


-Alors ? Qu'est-ce que ça fait de revivre très cher frère-Je dois dire que cela fait mal !

En effet, Duncan après une heure de chevauchée ne sentait presque plus son postérieur. Un an, ou presque, sans exercice physique, lui avait fait oublier les muscles qu'il possédait.
Ses deux fils discutaient de même un peu derrière leurs aînées.
Cela faisait déjà une heure que les 4 hommes chevauchaient. Mais personne ne demandait à faire demi-tour, ils continuèrent donc leur chemin. Cependant, le temps commençait à se couvrir. Il faut dire que l'automne faisait son apparition, et la neige était déjà tombée plus loin dans le Nord. Les Corbois et leurs gens ne seraient pas épargnés par l'hiver sûrement très rude qui les attendait.
Soudain, Duncan sentit quelque chose. Ses instincts de guerriers se réveillèrent : Quelqu'un les observaient. Edgar semblait ressentir la même chose aussi. Ils firent donc demi-tour, suivit de près par Wes et Rodwyn.

Duncan, vit un peu plus loin, un bouclier adossé contre un grand arbre, et un homme se tenant juste à côté de lui. Wess descendit in extremis de son cheval tout en se saisissant de son épée. Son père le retint.


-Tu ne sais même pas qui il est, où ce qu'il fait là, et tu serais prêt à le tuer ? Je ne t'ai jamais appris cela mon fils.

Wess rangea alors son épée rouge de colère, et suivit son père qui s'approchait de l'étranger.
Le seigneur, remarqua que celui-ci ne devait être guère plus âgé que son fils. Il portait une armure de peau ainsi qu'un bouc. Il avait les cheveux rasés de près. Ces coutumes lui rappelaient vaguement un clan des montagnes dont son père lui parlait. Mais il n'arrivait pas à remettre le nom dessus.


-Qui êtes-vous ? Et que faites vous sur mes terres ?

Duncan avait d'abord pensé à un braconnier. Mais armé comme il l'était, ce ne pouvait être le cas.
Le seigneur de Corbois posa sa main sur la garde de son épée, au cas où son interlocuteur choisirait de l'attaquer.
Les 3 hommes qui l'accompagnaient c'était placé un peu derrière lui. Prêt à agir au moindre mouvement inamical.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 9 Fév 2013 - 14:07

Un homme était descendu de son cheval et avait dégainé son épée. Refermant sa propre main sur la garde de la sienne, Knut se tenait prêt à dégainer. Sa première pensée alla à sa famille. Il n'avait pas de chance et était tombé sur des gredins dissimulé sous de beaux apparat. Cela sentait le combat à plein nez et comme tout bon guerrier Norroit, Knut était prêt à mettre sa vie en jeu et à la perdre au fil de la lame. Mieux valait périr sous les coups de l'ennemi qu'à soixante ans dans son lit, emporté par la maladie. Le destin funeste de Knut prit cependant une autre tournure car le leader de ce petit groupe constitué de 4 hommes intima au plus impulsif de sa bande de se calmer. A noter qu'il s'agissait d'ailleurs du fils de leur chef. Cet étranger qui semblait ne pas vouloir prendre la vie du reître était de taille assez grande dépassant Knut de presque une dizaine de centimètres. Des cheveux bruns mi-long encadrait son visage. D'où il se trouvait l'ancien combattant du clan Norroit ne pouvait pas vraiment apercevoir ni reconnaitre le signe distinctif des Corbois. L'aurait-il reconnu ? Pas spécialement mais apercevoir une indication d'appartenance à une maison noble vous rend toujours un peu moins suspicieux bien qu'il existe aussi de parfaits vauriens et hommes sans honneur dans ce genre de famille. Le chef de la "meute" s'adressa finalement au jeune Nordien pour lui demander qui il était et ce qu'il faisait sur des terres lui appartenant ? Si de tels possessions était sous son joug, cela ne signifiait qu'une seule chose : l'homme qui se tenait devant Knut était un membre d'une grande famille de la région. Voilà qui en indiquait un peu plus sur son statut. L'homme des montagnes lui pouvait être identifié assez facilement comme originaire de cette partie nord du Nord. Quant à son statut principal, il était plus indéfinissable même si la présence d'arme, d'un boulier et d'une armure pouvait aiguiller facilement vers la bonne piste. Prenant une voix calme, l'homme des montagnes répondit à son interlocuteur, ne dévoilant dans un premier temps que le strict nécessaire que le noblion devait savoir. Pas besoin de s'étendre trop sur le sujet pour le moment vu qu'il ne connaissait pas encore les intentions de ce vassal des Stark.

- Je me nomme Knut et je proviens du clan Norroit. Je tentes de parcourir le Nord en quête de travail. Mon périple m'a conduit des montagnes jusqu'à vos terres dont j'ignorais qu'elles étaient votre possession, messire. Veuillez m'excusez si je vous ai importuné ou enfreint vos lois. Nulle n'était mon intention. Je ne suis qu'un guerrier qui cherche à gagner sa vie et qui n'importunera pas vos bonnes gens.

Le genre de métier qu'exerçait Knut ? Inutile de le préciser. Si le Corbois était un minimum futé, il pourrait bien vite comprendre qu'armé d'une épée bâtarde et d'un bouclier, le reître ne pouvait que rechercher quelqu'un qui avait besoin des services d'une épée. Même s'il pouvait paraître peu impressionnant, qui plus est en étant seul, le jeune homme était tout de même un guerrier compétent. Son aide pouvait s'avérer précieuse pour qui était prêt à en payer le prix. Encore fallait-il qu'on lui offre un boulot et une opportunité de gagner quelques cerfs. Peut-être que cette rencontre inopinée avec un Lord allait lui offrir une telle chose. Après tout même si les gens de nobles familles disposaient de soldats, ils pouvaient être amenés à préférer utiliser un homme de l'extérieur pour faire leur sale boulot pour éviter d'exposer ses propres hommes ou noyer tout simplement le poisson. Si un homme appartenant à la garde d'un domaine se retrouvait impliqué dans un meurtre ou autre, il était normal que les soupçons se portent sur le lord de ce domaine mais avec un inconnu, il était nettement plus difficile de démêlés le nœuds des intrigues. Ce fut tout aussi calmement, mais en restant néanmoins sur ses gardes que Knut reprit la parole.

- Puis je connaitre le nom de votre famille, messire. Je ne suis point un fin connaisseur de la géographie de notre Nord natale et sans vous offenser, j'aime aussi connaitre l'identité de la personne à laquelle je m'adresse.

La main du reître était toujours posé sur la garde de son arme. En signe de bonne foi, il retira sa main pour la laisser le long de son corps. De toute manière à un contre quatre, il aurait peu de chance de l'emporter sauf si les 4 lurons se trouvaient être de mauvais bretteur. Peu importe leur qualité à lame, le Lord semblait être capable de prouesse physiques prodigieuses au vu de sa taille. Il devait à lui seul être un adversaire coriace donnant bien des peines à en venir à bout alors en y ajoutant trois personnes en plus, cela ne pouvait qu'aggraver la situation. Le bouclier était toujours à terre et facilement ramassable. En cas d'attaque c'est vers celui-ci qu'il se tenterait de se précipiter en premier pour pouvoir se protéger le temps de dégainer son épée. L'inverse avait nettement plus de chances de lui être fatal. Ce n'était pas parce qu'on donnait l'impression de faire confiance à quelqu'un qu'il fallait pour autant baisser totalement sa garde. L'important était maintenant de savoir ce qu'allait faire le "messire". Poursuivre son chemin ? Enquêter plus ? Simplement bavarder avec un roturier ? Les nobles étaient la force vives et sur cette région, Knut devrait se plier à la volonté du Lord qui se tenait devant lui. Il n'était pas là pour s'attirer les foudres des seigneurs locaux mais bien pour trouver du travail et prêter son épée en cas de besoin au plus offrants. Seuls les anciens dieux savaient ce qui allaient se passer par la suite. Le reître allait il quitter ces terres la queue entre les jambes ou y resteraient ils un temps afin de gagner quelques menues pièces venant grossir sa petite bourse. Un jour, il ne serait plus obligé de dormir à la belle étoile et pourra se rendre dans des tavernes ou des auberges mais pour l'heure ce n'était pas le plus important.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 9 Fév 2013 - 22:00

Le clan Noroît... Oui c'était bien cette peuplade dont son père lui avait parlé. Des guerriers redoutables lui avait-il dit, et qui ne manquait pas de courage...
Ce jeune homme avait surement abandonné son clan, et se trouvait être sur les routes en tant que reître à la recherche de travail. Mais une question trottait dans la tête de Duncan, pourquoi mener cette vie des plus incertaines alors que l'on pouvait prendre femme et rester dans son village des montagnes sans s'inquiéter des événements du monde extérieur ?
Il se demandait ce qu'il aurait fait s'il avait été à la place du jeune homme, certainement la même chose. Il est vrai que l'aventure est quelque chose de très attirante pour les jeunes gens, et pareillement pour les moins jeunes...
Knut, lui fit remarquer qu'il ne s'tait point présenté. Il se trouva soudain très impoli d'avoir accosté un homme sans même se présenter.

-Pardonnez mon impolitesse jeune homme. Je me présente, Duncan de Corbois, actuel seigneur de Corbois. Et voici mon frère Edgar et mes deux fils Wes et Rodwyn...
À l'heure actuelle vous vous trouvez sur mes terres. Comprenez, nous sommes souvent sujets à divers brigands et braconnier. Nous nous devons de contrôler les quelques individus qui passent.


Duncan retira tout comme Knut, sa main de sa garde. Edgar fit de même, pourtant Wes ne lâchait pas son épée, et fixait le reître d'un air quasi menaçant. Son père fut déçu par son attitude, un mois sans lui et il se prenait déjà pour un petit chef un plus méprisant. Il préférait à son aînée Rodwyn d'un tempérament beaucoup plus calme et réfléchit.
Soudainement, une averse les surprit en plein milieu de leur conversation... La demeure des Corbois se trouvait à environ une demi-heure à cheval, bien assez de temps pour tomber malade. Heureusement, le seigneur de Corbois connaissait ses terres, et une grotte se trouvait non loin de là.

-Knut ! Venez avec nous... Nous allons nous protéger de cette averse dans une caverne un peu plus loin vers le Nord. Quand la tempête se calmera, je pourrais vous offrir le gîte et le couvert, bien sur c'est une invitation. Vous n'êtes pas forcé d'accepter, mais ce serait un plaisir pour moi et pour ma maison.
-Pourquoi ce sauvage devrait-il venir avec nous ?! Il devrait rester ici, tout comme ceux de son espèce.

Duncan ne tenait plus. Il retourna son fils au sol rien qu'en lui tournant le poignet... Son fils fut on ne peut surprendre et vexé par la réaction de son père, les yeux pleins de rages.

-Si cela ne te plaît pas Wes, je ne te retiens pas, rentre. Mais sache que sur mes terres, on ne traite pas les gens comme cela !

Le jeune garçon se remit en selle, la cape couverte de boue, et se dirigea sous la pluie vers la demeure des Corbois.
Duncan ne comprenait pas le comportement exécrable de son fils. Depuis la mort de sa mère, il n'était plus le même. Toujours plus violent, toujours plus imprévisible.
Il prit alors son cheval par la bride, ne se souciant pas vraiment si le reître les suivait, la pluie aveuglant presque son champ de vision.
La grotte apparut quelques mètres plus loin, et ceux-ci furent des plus laborieux : ses pieds s'enfonçaient dans la terre devenue molle, et la pluie frappait son visage avec une certaine violence.
Une fois les chevaux à l'abri, Duncan constata avec plaisir que la grotte était sèche, il pourrait allumer un feu sans problème et visiter la grotte pour vérifier qu'aucun habitant indésirable ne s'y trouvait.
Il prépara son feu qui s'alluma sans problème. Il se saisit de son épée et, accompagné de son frère, ils allèrent jusqu'au fond de la grotte. Heureusement, rien ne s'y ne cachait.
Duncan s'assit près du feu avec un soupire de soulagement. Il faut dire qu'il faisait déjà froid, et nous n'étions qu'au milieu de l'après-midi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 10 Fév 2013 - 17:23

Apparemment Knut avait sous les yeux quelques représentants mâles des Corbois. Le lord actuel nommé Duncan. Son frère Edgar et ses fils Wes et Rodwyn. En cas de pépins et avec un peu de chance, le reître pourrait mettre fin aux jours de la plupart des héritiers Corbois. Si des brigands mal intentionnés ou des assassins se trouvaient tapis prêt à frapper, il pourrait faire plus que mal à cette noble lignée. D'autant plus que les hommes dont le blason familiale était orné d'un orignac, n'était pas entouré de soldats ou de gardes. C'était très risqué de sortir dans ces conditions ce qui prouvait une seule chose : soit Duncan était courageux soit totalement inconscient. Ses terres leurs appartenaient et ils les inspectaient de temps à autres pour attraper du brigands ou des braconniers. De loin Knut pouvait être confondus avec ces deux catégories d'hommes mais de près, c'était une toute autre chose. La tension semblait être tombée. Ducan et ses compagnons, excepté l'un de ses fils avaient relâché leur garde en enlevant leur main de la garde de leur épée. Voilà une bonne chose : les chances de survie de Knut venait de s'accroitre. Sur cette simple idée formulée mentalement, une petite frappe humide se fit sentir sur le crâne rasé du reître. Une autre et puis une autre, encore une autre. Maudites gouttes ! La pluie se manifestait au plus mauvais moment. L'ancien membre du clan Norroit ne pouvait s'abriter sous peine de manquer de politesse et de respect envers son interlocuteur de prestige. Heureusement ce dernier l'invita à venir s'abriter avec sa compagnie dans une petite grotte. Connaissant sans doute la région comme sa poche et n'y voyant aucune menace, Knut accepta la proposition d'un hochement de tête, s'apprêtant à parler. Malheureusement le fils le plus méfiant comptait bien donner son avis sur la proposition qu'avait émit son père et cet avis était loin d'être positif. Rien d'anormal là dedans. Chaque famille avait sa pomme pourrie et du point de vue du propre père de Knut, le reître était celle de la sienne. Il était donc tout à fait normal que les Corbois n'échappe pas à cette règle. Voulant répondre à nouveau, le montagnard fut coupé dans son élan par le Lord qui régnait sur ses terres. Intimant à son fils de s'en aller si la décision paternelle ne lui plaisait pas. Le dénommé Wes ne demanda pas son reste et s'en alla fièrement. A n'en pas douter ce jeune Corbois était une sacrée tête de mule. S'attardant sur l’opportunité d'un gîte et d'un couvert provisoire, Knut n'allait sûrement pas refuser mais ce n'était peut-être pas le moment d'en parler. Au vu de la mine qu'affichait Duncan Corbois, mieux valait se taire au moins jusqu'à l'heure de l'arrivée. Un homme en colère avait la fâcheuse tendance à oublier ses précédentes propositions.

Le montagnard ramassa son bouclier et son barda puis se mit à marcher. Knut les suivit un peu en retrait jusqu'à la grotte. Il ne pouvait pas marcher au même rythme que les chevaux malheureusement. De plus Duncan ne semblait plus lui prêter la moindre attention. Il faisait froid et humide et Knut ne serait pas le premier à cracher sur un bon petit feu. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il pénétra dans la grotte de découvrir qu'une douce source de chaleur avait été allumée. Préférant laissé toutes les places assises pour les trois hommes, le guerrier du Nord préféra rester debout. Le silence régnait dans la cavité rocheuse et ce fut finalement le reître qui se décida à biser le silence, tel une lame valyrienne brisant une lame d'acier de mauvaise qualité, rouillée et ébréchée. Il fallait tout de même bien qu'il répondre à la proposition que lui avait faite Duncan.


- Sans vouloir vous remémorez ce triste passage, j'accepte votre offre messire. Sachez cependant que je ne souhaite pas être un poids pour votre noble personne et que si besoin est, ma lame est vôtre tout au long de mon séjour sur votre domaine. C'est la moindre des choses à offrir à une personne aussi généreuse que vous, messire. Bien sûr si ma présence indispose trop votre entourage, je partirai ou serait obligé de décliner votre généreuse proposition.

S'il n'avait pas terminé ses derniers bouts de lapin, il en aurait bien proposé à ses hommes. Après tout, il allait peut-être être amené à partager leurs tables alors autant commencer le plus rapidement, oui-da ! Passant ses mains au dessus du feu pour se réchauffer, le montagnard sentit un malaise s'installer. Malgré tout, Duncan semblait préoccupé par l'attitude de son fils et semblait bougon. Cela ne devait pas être facile pour lui de voir son fils adopter un tel comportement. A peu de chose près, il lui faisait penser à son père et Wes à lui même. Sauf qu'ici, la râlerie ne durerait peut-être pas aussi longtemps que la cassure établie entre Knut et son père. Duncan n'avait pas renié Wes. En bref, ce n'était sans doute qu'une dispute passagère. Pour essayer de lancer la discussion sur autres choses, Knut changea totalement de sujet.

- Vous avez beaucoup de braconniers et de brigands dans le coin ? Je n'en ai pas encore croisé sur vos terres mais si vous avez besoin d'une lame ou d'une âme en plus pour les traquer je puis me mettre à votre disposition.

Voilà peut-être une réelle opportunité de travail. Chassez les braconniers n'avait rien de bien excitant en soit. C'était loin d'être une aventure qui lui rapporterait gros et à propos desquelles on écrirait de valeureuses chansons mais cela lui permettrait peut-être de commencer à se faire un nom. Les Corbois n'était pas la plus petite famille du Nord et bien se faire voir par leur Lord ne pouvait être que bénéfique pour sa personne et sa carrière. Le seigneur local lui y gagnait à la sécurité de ses propres terres ce qui lui était tout bénéfique. Une deal qui devrait finir par contenter tout le monde. D'autant plus qu'un groupe de 4 hommes n'était peut-être pas la manière la plus discrète de se déplacer. La meilleure preuve pour illustrer ce fait était que Knut les avait facilement repéré alors qu'ils se trouvaient encore à bonne distance. Les braconniers vivaient dans l'illégalité et avait l'habitude de se cacher pour ne pas se faire attraper.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 15 Fév 2013 - 20:07

Les membres engourdis de Duncan reprenaient peu à peu vie. Le feu lui faisait un bien à ses articulations qui n'avait plus connu le froid depuis longtemps.
Il pensait encore à son fils, il avait peut-être agi trop durement pour leurs «retrouvailles» de la journée, il faut dire, qu'il avait déjà tenté beaucoup de méthode pour apaiser le caractère belliqueux de son fils...
Une voix le fit sortir de ses pensées, et ce n'était nul autre que Knut, toujours debout, qui venait d'accepter son invitation et même de proposer son épée au service des Corbois, pour une durée sûrement limitée bien entendu.


- Je suis heureux que vous ayez accepté ma proposition. Mais né faites pas attention à mon fils, c'est un gentil garçon, certes impétueux et irréfléchis, mais tout de même un bon garçon.

Le Seigneur de Corbois ne voulait pas indisposer son compagnon en parlant de ses problèmes personnels. Il jeta un regard à l'extérieur, la nuit ne cessait de tomber. Sa fille devait être avec son petit frère à une fenêtre du château guettant impatiemment leurs retours. Duncan adorait sa fille, pourtant il n'avait eu aucun contact avec elle depuis presque 2 mois.
Il se jura de passer un peu de temps avec Elyana en rentrant au château.
Knut changea de sujet. Il posait des questions sur ses terres, sur les brigands qui s'y trouvait...


- À dire vrai, je ne me suis point trop soucié de mes terres ses derniers temps. J’étais, disons... occupé. Les terres des Corbois sont riches voyez-vous, il y a beaucoup de gibier et les braconniers en profitent. J'ai aussi entendu parler d'une bande de brigands plus loin dans mes terres. Quelques villages ont été pillés, d'autres saccagés. Il faudrait y faire une expédition....

En réalité, Duncan voulait déjà organiser une expédition qui n'avait en fait pas eu lieu, le seigneur avait stoppé tout préparatif suite à la mort de son épouse. Il avait vraiment délaissé toutes ses responsabilités. Edgar le regardait, l'air presque heureux... Duncan redevenait un peu le seigneur de Corbois.
Mais, il devait d'abord poser des questions à Knut pour savoir s'il pouvait réellement lui faire confiance. Bien que toutes ses intentions paraissaient honorables, il se devait de vérifier.


-Ainsi, vous venez du clan Noroît. Mon père m'a beaucoup parlé de votre peuple, il paraît que vous êtes de farouche guerrier, très valeureux.
Mais pourquoi avoir quitté votre clan ? Je suis bien curieux de le savoir.


Duncan se dressa de toute sa hauteur. Il s'approcha de la sortie de la grotte. La pluie semblait se calmer légèrement, mais de grosses gouttes tombaient encore. Duncan espérait ne pas devoir passer la nuit ici dans cette grotte. Son corps n'était plus habitué à ce genre d'aventure. Et de toute façon, quelqu'un devrait tôt ou tard se dévouer pour aller chercher du bois afin d'alimenter le feu.
Sa santé physique n'était pas au mieux. Et le Lord le sentait... les douleurs, les articulations douloureuses, le ventre qui le gagnait petit à petit. Duncan devait reprendre un entrainement intensif régulier. Peut-être que le jeune roturier pourrait s’entraîner en sa compagnie ainsi que celle de ses fils et partageait son savoir.
Il était temps de se remettre en forme.


- Edgar et Rodwyn, restez ici. Knut et moi allons chercher du bois pour le feu, si la pluie continue ainsi, nous serons peut-être obligés de nous reposer ici et nous aurons besoin de réserves.

Duncan resserra sa ceinture où étaient accrochés son épée et son poignard. On n'était jamais à l'abri d'une mauvaise rencontre. Et si c'était le cas, il serait accompagné du jeune homme, il pourrait peut-être ainsi faire ses preuves. Sinon, il pourrait lui poser des questions en toutes sécurités.
Duncan sortis sous la pluie en espérant que Knut allait le suivre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 15 Fév 2013 - 21:58

La proposition tenait donc toujours bien au vu des paroles de Duncan Corbois. Qui plus est Knut ne devait pas tenir compte des sautes d'humeur de Wes. Cela lui ferait une chose en moins à penser même s'il était convaincu qu'en imposant sa présence dans la maison des Corbois, le fils héritier de Duncan deviendrait rapidement une épine dans son pied. Il allait devoir marcher sur des œufs avec de bouillonnant garçon. Ils avaient tous les deux un âge proche et maniait tous deux la lame. Il ne fallait pas que cette petite querelle dégénère. Tout en écoutant la suite des paroles de son interlocuteur, Knut se rapprocha du feu et remit ses mains au dessus des flammes pour sentir leur douce chaleur venir lécher sa peau. D'après les dires du seigneur local, ses terres étaient riches ce qui attiraient les malandrins pour venir braconner. Qu'est ce qui l'avait retenu occupé si longtemps pour l'empêcher de chasser ce genre de malotru de son territoire ? Le reître l'ignorait et pour tout dire s'en fichait un peu. Ce n'était pas ses oignons et il n'avait pas envie de connaître tous les petits secrets du Lord. S'il les lui confiait, peut-être serait-il prêt à les écouter mais il n'était qu'un simple roturier et ce genre d'homme ne servait généralement pas de conseiller ou de confident aux gens de la noblesse. Knut tapota le manche de son épée du bout des doigts avec un air neutre affiché sur le visage.

- Puisque vous m'offrez si chaleureusement l'hospitalité, comptez sur le fait mon épée sera vôtre pour mener à bien cette expédition si vous le désirez. Cela fait un moment que je n'ai plus combattu. Pouvoir me rendre utile pour vous messire tout en me dégourdissant l'épée me tente plus que vous ne pouvez l'imaginer, sans vous offenser.

La discussion passa ensuite sur le clan du reître, celui des Norroit. Malgré tous les qualificatifs positifs qu'avait usité Duncan, le guerrier des montagnes n'avait pas trop envie d'aborder le sujet. Sa dispute avec son père était toujours une plaie grande ouverte qui n'avait pas cicatrisé. La propre altercation père et fils entre les Corbois lui avait déjà rappelé mais cette demande d'explication formulée par son interlocuteur était comme retourner le couteau dans sa blessure. Il serait cependant malpoli de ne pas répondre aux questions posées par un Lord, qui plus celui qui vous offrait le gîte et le couvert sous son propre toit ce qui valait sûrement mieux que n'importe laquelle des auberges du coin. Prenant quelques secondes pour rassembler ses pensées, le jeune homme reprit finalement la parole pour éclairer quelque peu la lanterne du membre de la maison à l'Orignac.

- Comme vous venez de le souligner, messire, mon clan compte de farouches et valeureux guerriers. Un de plus ou un de moins ne changera pas la donne pour les Norroit. Je n'ai jamais voulu n'être qu'un simple soldat. J'aspirai comme de nombreux autres à l'aventure, à voir de mes propres yeux chaque recoins de Westeros. La plupart des hommes de mon âge en rêve secrètement ou publiquement mais très peu passe du rêve à la réalité. Moi j'avais envie de gagner ma vie par mon épée et de voir ce monde de mes propres yeux, c'est pourquoi j'ai quitté mon clan pour vivre ma propre vie, ma propre aventure. Je rentrerai peut-être un jour pour servir mon clan en tant que guerrier mais pour le moment, je préfère vivre comme je l'entend, messire.

Il était inutile que Knut s'attarde sur la situation problématique qu'il avait rencontré face au refus de son père de le voir quitter le clan. Cela ne ferait qu'empirer la situation émotionnelle dans laquelle se trouvait Duncan vis à vis de son fils Wes. Le chef de la famille Corbois se leva finalement prétextant qu'il fallait aller chercher du bois car ils risquaient fort bien de passer la nuit ici à cause du temps de chien qui s’abattait sur cette partie du Nord. De plus, le seigneur local sollicitait l'aide du reître pour aller chercher ce précieux combustibles. Knut ne pouvait refuser une telle demande. D'un simple geste de la tête il confirma sa venue puis sortit à l'extérieur pour accompagner le Corbois. La pluie tombait toujours, peut-être moins fort que quand ils s'étaient rencontrés. Avec un peu de courage, ils arriveraient à rentrer dans le domaine de Duncan s'il partait assez rapidement mais ce serait mettre son plus jeune fils en danger. En effet, par un temps pareil il était simple d'attraper un bon rhume voir pire. Si le Lord décidait de rester calmement dans cette caverne, c'était sa décision qui importerait mais Knut ne cracherait pas sur le fait de passer la nuit qui allait venir bien au chaud dans un lit.

- Votre domaine est il si éloigné, messire, que vous craignez ainsi de parcourir ces lieux sous la pluie et la nuit tombante ? Je m'inquiète de ce que devrait être amener à penser votre fils s'il ne vous voit pas rentrer chez vous après notre rencontre. Il pourrait avoir envoyer certains de vos hommes à notre rencontre ? Si vous comptez passer la nuit ici, du bois ne sera pas suffisant, il vous faudra également de quoi boire et vous sustenter. Je dispose également de quelques couvertures dans mon paquetage. Peut-êtres pas pour nous tous mais de quoi couvrir votre jeune fils, messire.

Knut marchait à la même hauteur que Duncan se contentant de le suivre. Il devait connaitre ces lieux mieux que lui et était sans aucun doute le plus apte à les guider. Une branche craqua à proximité mais impossible de dire de quoi il s'agissait. Gibier ou être humain ? Rien n'indiquait l'un ou l'autre. Ce bruit se reproduisait encore quelques fois sans pour autant se faire menaçant. Gardant sa main sur la garde de son épée pour se préparer à une menace, le reître continua d'avancer. Avec un peu de chance, les deux hommes pourraient trouver du gibier et de quoi se nourrir superficiellement. C'était le moindre confort qu'ils pouvaient s'octroyer. Cela allait sûrement les changer de la vie de château qu'ils menaient habituellement mais les Corbois étaient des hommes du Nord, bien plus farouche et résistants que ces hommes superficiels qui vivaient dans le Sud de Westeros.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 16 Fév 2013 - 13:43

Le lord avançait à grands enjambés dans le bois prenant garde au bruit. Il avait cependant toujours eu des difficultés à se faire discret à cause de sa haute stature et de son poids conséquent. Ainsi, Duncan avait l'impression de faire autant de bruit qu'un géant, et encore c'était peu dire...
Le reître le suivait de près, se laissant guider par le seigneur. Cependant, il fit une proposition intéressante, que Duncan ne pouvait accepter. Rodwyn avait toujours eu une santé fragile, il ne pouvait se permettre de l'exposer aux maladies, et la grotte offrait un endroit plutôt sur pour le jeune garçon. Knut relevait cependant un problème épineux: Celui de l'eau et de la nourriture, le lord essaya de se repérer malgré la pluie qui lui brouillait la vue.
D'après ce qu'il voyait, il devrait y avoir un ruisseau à pas plus de 10 minutes à pied.


-Mon château ne se situe pas vraiment loin d'ici, environ à une demi-heure à cheval. Mais je ne puis me risquer à courir le risque que mon fils soit malade. Sa santé est fragile tout comme l'était celle de mon épouse.
Cependant l'une de vos couvertures serait la bienvenue pour la nuit, à condition que vous en possédiez une pour vous. Mon frère et moi nous débrouillerons.
Nous allons continuer environ 10 minutes au Nord. Il devrait y avoir un ruisseau où nous pourrons nous désaltérer et prendre de l'eau pour Rodwyn et Edgar.


Les deux compagnons avancèrent de quelques mètres quand soudain un bruit de craquement se fit entendre. Duncan pensait au départ que c'était lui qui avait, encore, marché sur une branche et réveiller tous les animaux de la forêt au passage.
Le seigneur posa instinctivement la main sur son épée quand les bruits recommencèrent. Plus aucun doute n'était possible, quelqu'un ou quelque chose les suivaient.

Duncan imaginait le pire... Tomber sur toute une bande de bandits alors qu'il n'était que deux n'étaient pas une chose envisageable. Il n'aurait aucune chance. Mais le lord écartait cette possibilité, il n'y avait pas assez de bruits pour toutes une délégation d'homme... Si homme il y avait, il n'y en aurait qu'un... Duncan sortit son arc et le banda le plus silencieusement possible...
Soudain, quelque chose tir des fourrés environnants. C'était rapide, Duncan ne pouvait distinguer ce que c'était, mais il tenta le coup. Sa flèche se perdit plus loin, ayant raté la cible...
Le lord grogna... Il avait vraiment perdu le coup de main.
Ce n'était sûrement qu'un lapin ou un lièvre, et le seigneur avait sûrement ruiné tout espoir de nourriture pour ce soir.
Il regarda le reître avec un sourire contrit:

-navré... Mon bras n'est plus ce qu'il était ! Continuons notre chemin, nous rencontrerons peut-être un autre gibier pour satisfaire notre faim.

Duncan garda son arc à la main pour le reste du chemin au cas où. Ses réflexes étaient altérés par son manque d'activité combiner à la pluie qui ne cessait de tomber...
Le petit ruisseau était bien là, celui-ci avait souffert de la sécheresse de l'été et il était beaucoup moins rempli que d'habitude. Mais il contenait encore suffisamment d'eau pour remplir leurs deux gourdes ce qu'ils firent.
Aucun gibier ne se présentait sur leur route au grand dépit de Duncan. Mais il voyait le bon côté des choses, ils revenaient avec de l'eau et les bras remplis de bois pour le feu. Demain devrait être une journée moins désastreuse que celle-ci. De toute façon elle ne pourrait être pire.
Quand les deux hommes revinrent dans la caverne, ils étaient trempés jusqu'au os. Edgar et Rodwyn étaient quant à eux en plein entraînement : ils se battaient avec quelque vulgaires morceaux de bois mais semblaient bien s'amuser.


-À vous revoilà ! Vous en avez mis du temps. Dit Edgar J'ai bien cru un instant que vous vous étiez perdus.

Duncan envoya une bourrade dans le dos de son frère qui l'expulsa légèrement en avant.

-Le jour où je me perdrais sur mes propres terres, je te laisserais ma place volontiers Edgar. Dit le lord le sourire aux lèvres.
Nous allons passer la nuit ici, celle-ci est d'ailleurs sur le point de tomber. Knut et moi avons été chercher de l'eau. Même si ce n'est pas ce qui manque à cette époque de l'année. Mais nous n'avons rien pour nous sustenter. Ce soir, c'est régime !

Il rajouta quelques fagots de bois dans le feu. Tandis sa gourde à son fils qui semblait essoufflé par toutes ses chamailleries.

-Merci de m'avoir assisté Knut. Demain et pour les quelques semaines à venir, je vous promets une bonne chambre et de la nourriture correcte.

Il se débarrassa de sa cape tremper et la posa au sol, en espérant que celle-ci sécherait avant de dormir....
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 16 Fév 2013 - 19:14

- Votre jeune fils peut prendre toutes mes couvertures, je ne lui en tiendrai pas rigueur. Les montagnes d'où je proviens sont bien plus au nord que vos terres Messire. Le froid n'est pas un problème que je redoute et s'il en va de la santé de votre enfant, il peut disposer de ces tissus à sa guise. J'ai moi même de jeunes sœurs et je sais qu'à cet âge, mieux vaut ne pas attraper quelque chose que l'on soit fragile ou non. Quant à l'eau, je possède une bouilloire dans mon paquetage. Nous pourrons ainsi la faire chauffer si besoin est.

Ce fut à moitié amusé qu'il assista à la scène du tir à l'arc joué par Duncan Corbois. Knut n'avait jamais été doué pour cette discipline et le Lord devait sans doute avoir été adroit dans sa jeunesse mais en ce jour, il semblait aussi peu compétent que le reître. Ce dernier ne pouvait lui en vouloir. Habituellement, il chassait en restant à l'affût. Débusquant une proie pour la frapper d'un coup net d'épée et ainsi la tuer sur le coup. Sous la pluie, la chose était plus difficile, d'autant plus que leur mission prioritaire restait de trouver du bois pour faire un feu. L'important était de réchauffer le jeune seigneur. Des hommes fait comme Edgar, Duncan et Knut résisterait sans problème au froid d'une nuit du Nord, il n'en allait pas de même pour un jeune garçon déjà affaiblit. S'il ne trouvait pas de gibier d'ici leur retour, Knut était prêt à tenter de débusquer quelque chose à grignoter, ne serait ce qu'un peu de viande pour le jeune fils du Lord Corbois. En parlant de ce dernier, il gardait toujours son arc au cas où une bête pointerait le bout de son nez. A moins qu'il ne commence à se méfier de son compagnon du jour ce qui était tout à fait possible. Les deux hommes arrivèrent finalement à un petit ruisseau et remplirent leurs gourdes puis revinrent calmement jusqu'à la caverne dans lequel se trouvait encore le frère et le fils du Lord Corbois.

- Tenez messire, couvrez vous avec cette peau. Elle vous tiendra chaud tout au long de la nuit et ne vous éloignez pas du feu. Il ne faudrait pas que vous attrapiez froid.

Pendant que les deux hommes papotaient, Knut alla chercher une grosse couverture en peau de ce qui devait être du mouton ou quelque chose de similaire et il la déposa sur Rodwyn Corbois. Avec ça, il ne risquait pas de mourir de froid. Même sans feu, le jeune garçon n'aurait rien eut à craindre du froid de la nuit. Le reître se déplaça ensuite jusqu'à son barda et en sortit un couteau dont il se servait pour trancher habituellement sa nourriture. Il le mit dans sa ceinture puis se dirigea vers la sortie tout en lançant d'un ton calme.


- Je vais essayer de nous trouver quelques racines. Ce ne sera sûrement pas aussi goûteux que de la viande mais ce sera mieux que rien. Si je ne suis pas revenu d'ici une bonne heure, vous pourrez commencer à vous inquiéter.

Knut disparu dans la pénombre et marcha une dizaines de minutes avant d'arriver au pieds de quelques arbres et plantes vivaces qu'il avait repéré lors du voyage de retour qu'il avait effectué avec le Corbois pour aller chercher de l'eau. Il commença à gratter la terre à l'aide de son couteau puis termina l’œuvre avec ses mains pour extraire de précieuses racines. Il y avait là de quoi nourrir deux hommes, des petits mangeurs tout au plus. Cela suffirait cependant pour sustenter totalement le jeune Rodwyn Corbois. Portant le tout dans ses mains, le reître refit son entrée dans la grotte. Il se dirigea calmement jusqu'à son paquetage pour en extraire une bouilloire. Il commença ensuite à la remplir d'eau et souleva le couvercle. Il coupa rapidement les racines en morceaux grossier et en déposa une bonne partie dans l'eau que contenait le récipient. Il referma ensuite la bouilloire et la déposa dans le feu histoire que l'eau se mettent à chauffer et cuise l'aliment.

- Je préfère les cuire pour vous messire. Elles sont plus digestes une fois qu'elles ont été cuites et plus délicieuses aussi même si cela sera loin d'égaler les plats que l'on vous prépare chez vous mais cela vous confèrera tout de même de quoi faire le plein de force, messire.

Knut s'adressait à Rodwyn. Comme pour que celui ne prenne pas peur, le montagnard croqua l'un des bouts de racines non cuit et déposa les autres près d'Edgar et de Duncan. Eux aussi avaient le droit de manger même si un bout de viande aurait sûrement été mieux accueillit par les trois hommes. Il fallait se contenter de ce qu'ils avaient et ainsi les nobles pouvaient peut-être mieux se rendre compte de ce que pouvait vivre au quotidien les roturiers qui habitaient sur leur terre. Ne voulant pas relancer Duncan sur un sujet inquiétant ou ennuyant, Knut préféra laisser parler sa curiosité pour lui poser quelques questions simples. Il ne possédait malheureusement pas la culture que possédait un noble éduqué par un Mestre. Tout ce que savait Knut provenait des connaissances des roturiers de son clan et aussi de son voyage jusqu'aux terres des Corbois. Il ignorait encore énormément de choses sur ce monde et même sur son Nord natal.

- Avez vous d'autres enfants, messire ? Je m'excuse pour mon ignorance mais je n'ai pas la chance de connaître la généalogie de chaque famille importante de notre bon vieux Nord ? En parlant du Nord, que pouvez vous m'apprendre sur vos terres et votre famille, messire ?

La promesse de passer quelques semaines chez les Corbois était plus qu’intéressante. S'il en avait le courage, il se rendrait ensuite jusqu'à Blancport avant de foncer vers Winterfell mais pour l'heure, il devait savourer ce qu'on lui offrait. Peu de roturier des montagnes avait sûrement reçu l'honneur d'être invités seul à vivre quelques temps sous le toit d'un noble d'une famille aussi grande que celle des Corbois. Le reître commença à nettoyer ses ongles calmement avec son petit couteau de cuisine tout en attendant la réponse du Lord.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 24 Fév 2013 - 16:33

Knut se montrait prévenant envers son garçon. Il partait même chercher quelques racines pour pouvoir ne serait-ce qu'un peu sustenter leur estomac vide. Comment se méfier d'un être qui aspirait autant de sympathie et qui faisait tant pour les aider. Pendant l'absence de Knut, Edgar et lui échangèrent quelques mots à propos de Knut et sur l'agressivité de Wess. Le frère de Duncan lui apprit que Wessavait beaucoup changé depuis la mort de sa mère, sa violence et toute sa rancœur se mélangeait pour donner un être des plus exécrables et impossibles à vivre. Edgar avait pourtant essayé de lui parler sans succès. Même Elyana la sœur adorée de Wess avait échoué en cetteentreprise...

Le reître revint peu après quelques racinesen main. Il se proposait de les faire cuire... Duncan se sentait presque coupable d'avoir raté son coup à l'arc. Ils auraient tous eu au moins un petit morceau de viande... Mais il trouvait l'expérience bonne pour son garçon. On devenait un véritable homme du Nord si on avait déjà dormià la belle étoile par un temps glaciale. Enfin, c'était ce que lui disait son père. Duncan s'inquiétait en réalité sur la santé de son fils extrêmement sensible aux maladies. Une chance qu'il n'est pas attrapé le «fléau du printemps» Knut déposa auprès de chacun un morceau de racine, prenant le temps de parler spécifiquement à Rodwyn.


«Merci messire» dit le jeune garçon au reître avec un air aimable.

Duncan reçut sa part mais préféra la donner à son fils. Une petite privation de nourriture ne lui ferait pas le plus grand mal. Demain, il ferait faire pour les quatre hommes un repas de Titan. Knut interrompit la rêverie du Lord en lui posant des questions sur sa famille. Certains seigneurs auraient pu trouver cette question offensante, mais pas Duncan, il avait toujours apprécié de parler de sa famille dont il était très fier.

-Commençons par le début. Ma famille est très anciennes descendantes des premiers hommes. Nous sommes l'une des maisons les plus puissantes du Nord. L’emblème familial est l'Orignac, déjà parce-que c'est un animal puissant et fort mais aussi qu'il peuple encore le Nord du mur d'où nous les Corbois venons... Notre famille possède une armée forte d'environ 1500 hommes que nous sommes prêts à mettre au service de notre suzerain Lord Beron Stark.

Il avait fait un descriptif rapide de l'origine et de l'histoire de sa famille certes peu détaillé, mais suffisant pour avoir une vue d'ensemble...

-Sinon, oui j'ai d'autres enfants. Trois garçons : Wes que vous avez pu apercevoir tout à l'heure âgé de 19 ans, Rodwyn ici présent qui a 11 ans et mon dernier né Rick qui a 9 ans tout juste.
J'ai aussi une fille Elyana âgé de 16 ans. Un ange cette Elyana...


Duncan regrettait de ne pouvoir passer plus de temps avec elle. Sa fille avait beaucoup d'esprit et son aide pour la gestion était souvent les bienvenues il y a un an de cela.
Mais s'il recommençait à demander l'aide d'Elyana il ne savait comment réagirait Wes. En tant que futur héritier il trouverait sûrement cela inconvenant.
Mais bon sang ! Qui dirigeait la maison, lui ou son fils aîné ? Il emploierait l'aide d'Elyana s'il en avait envie après tout.


-J'espère avoir répondu à vos interrogations. Bien sur si vous avez d'autres questions je me ferais une joie d'y répondre.

Tout le monde avait terminé de manger le peu de racine qui se trouvait devant eux. Et la nuit était déjà tombé depuis fort longtemps.
Le Seigneur de Corbois décida qu'après tout il serait bien temps de dormir.


-Je prendrais le premier tour de garde, dit-il aux trois autres hommes. Le prochain sera Edgar. Enfin si cela convient bien à tout le monde bien entendu.

Le lord se leva détacha sa ceinture et posa son épée à ses côtés ainsi que son arc.
Qui savait ce qui pouvait attaquer de nuit ? La prudence était de rigueur....
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 24 Fév 2013 - 18:23

Le jeune Rodwyn semblait satisfait d'avoir quelques choses à manger. Cela faisait chaud au cœur de Knut. Même si de premier abord, il pouvait paraître rustre, froid et distant, il était un être humain. Cet enfant lui rappelait ses petites sœurs et il savait comment on prenait soins des plus faibles. Il ne fallait cependant pas penser que le reître prenait le fils Corbois pour être faible et féminin, loin de là. Peut-être qu'avec quelques années en plus et sa croissance faite, Rodwyn deviendrait un homme plus vigoureux et forts que ne l'était son grand-frère. Chassant tous cela de son esprit, l'homme des montagnes concentra son attention sur les informations débitées par la bouche de Duncan Corbois. Le symbole de sa famille était l'Orignac. En y regardant de plus prêt, le Lord semblait être bâtit dans le même bois que cet animal. C'était une famille puissante qui disposait tout de même de 1500 hommes. De quoi effrayer n'importe quel braconnier ou malandrin du coin. Knut n'était donc pas tombé sur n'importe qui. Il valait de toute façon mieux être du côté d'un Lord qui avait 1500 hommes sous ses ordres plutôt que de son ennemi en comptant moins. Bien que son visage restait impassible, intérieurement il souriait presque comme un gosse. Il y avait très peu de chance que ses premiers faits d'armes arrivent aux oreilles d'un Lord puissant et pourtant le hasard lui avait sourit en le faisant rencontrer Duncan. En lui prêtant sa lame quelques temps, il pourrait peut-être se faire une petite réputation, voir même un petit pécule non négligeable. Knut était certes un homme d'honneur, loyal au Nord mais il appréciait les bonnes choses de la vie qui passait bien souvent par la case argent si on ne voulait pas se faire trancher la gorge par un seigneur local. Le reître aimait donc l'argent et espérait en gagner un peu dans le coin. L'argent pouvait cependant prendre la forme d'un gîte et d'un couvert temporaire. Il n' y voyait pas d'objection. Le seul problème dans ce charmant cadre risquait d'être Wes, le fils belliqueux du maître des lieux.

Un fils plus jeune et une fille. En comptant Rodwyn et Wes cela faisait de Duncan le père de 4 enfants. Une question tarauda l'esprit du reître. " Est ce qu' Elyana était bâtie sur le modèle de son paternelle ou était elle plus féminine ?". Un mâle reste un mâle mais il devait pas avoir à se poser ce genre de question. Une fille de noble n'était pas de son rang et de toute façon il ne partait pas chez les Corbois pour y créer du soucis mais rendre service et gagner sa croûte. Knut souhaitait se fixer quelques principes histoire d'éviter toutes situations qui risquaient de le mettre en péril. De plus ce n'était pas le genre de question que l'on posait à un père aimant, qui plus est un père qui possédait une véritable petite armée sous ses ordres et qui vous accueillait chez lui de bon cœur Knut se racla légèrement le fond de la gorge afin d'éclaircir sa voix pour répondre à la question posée par le Lord.


- Je ne pense pas avoir d'autres questions pour l'instant, messire. Si vous en avez encore sur moi, n'hésitez pas à les poser. Je n'ai rien à cacher, messire. Et puis nous sommes sur vos terres, je me plierai donc à votre bonne volonté.

Knut acquiésa à la proposition de tour de garde émise par Duncan. Il alla s'installer dans un coin non loin de Rodwyn. Il appuya sa tête et son dos contre la parois rocheuse et ferma les yeux. Il n'était pas très fatigué et ne ressentait pas le besoin de dormir. Cependant le sommeil le prit quelques peu mais il ne dormit en tout et pour tout qu'une quinzaines de minutes. Frottant ses yeux tout en émergeant de son sommeil, le reître se releva et tritura un peu le feu afin de veiller à ce qu'il ne s'éteigne pas et continue à bruler po[i]ur réchauffer le sang noble de Rodwyn Corbois qui semblait si petit enveloppé dans les couvertures prêtées par Knut. C'était assez amusant à observer. Le rêitre étira son dos et ses bras pour éviter toutes crampes. En effet, la surface rocheuse sur laquelle il avait somnolé était loin d'être plane et confortable. L'envie de se dégourdir les jambes le prit et il s'avança jusqu'à l'entrée de la caverne, là où le Lord Corbois avait prit soin de monter la garde. Après avoir mit une main devant sa bouche lorsqu'il se mit à bailler, le reître s'adressa au garde de cette heure d'une voix calme et neutre

- Je n'ai pas dût dormir si longtemps que cela finalement si c'est toujours à votre tour de monter la garde, Messire. Je n'arrive point à trouver le sommeil avec la lumière du feu et je ne me sens pas particulièrement fatigué. Puis je vous tenir compagnie à moins que ma présence ne vous dérange, messire ?

L'homme avait peut-être prit le premier tour de garde pour ne pas avoir à parler ou pour simplement avoir son petit moment de solitude ce que Knut pouvait facilement comprendre. Si le Lord désirait l'envoyer balader, il en ferait à sa guise et retournerait à sa place tout en espérant trouver le sommeil. A vrai dire, la perspective de dormir dans un lit bien au chaud entre 4 murs l'avait tellement fait rêver, qu'il avait à présent du mal à trouver le sommeil. Il faisait un peu trop calme à son goût. Cela faisait un moment qu'il n'avait plus entendu le bruit d'un animal qui hurle, ou bouge non loin. C'était à la fois rassurant et inquiétant. Tout dépendait du point de vue qu'on prenait. Le Lord semblait à son aise en ces lieux. C'était étrange. Le reître aurait imaginé le seigneur local un peu plus dépaysé dans de telles conditions. C'était un homme du Nord à n'en pas douter. Un noble du Sud se serait sûrement déjà plein de la vétusté des lieux mais pas Duncan Corbois ! Un véritable Orginac, le gaillard ! Les anciens dieux ne l'avait pas mis sur sa route par hasard.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Un reître et un Corbois !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Nord -> Fils ▪▪ Benjen Corbois ▪▪ Feat Tom Holland
» Berena Corbois - "Everything is a choice, everything we do"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-