AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

« Un véritable ami vous poignarde en face. » [Lyra & Mycah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Artisan
avatar

Maël
Artisan

Général
« Tailleur Dornien,
en service dans le Bief »

♦ Missives : 501
♦ Missives Aventure : 46
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 25/02/1992
♦ Arrivée à Westeros : 02/02/2012
♦ Célébrité : Jared Leto
♦ Copyright : Cami-Ali
♦ Doublons : Shaïra Seastar, Gabriel, Velanna Vance
♦ Age du Personnage : 27 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Le Bief
♦ Liens Utiles :
~ Fiche ~
~ Les Tissages ~
~ Aptitudes et Succès ~

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
273/500  (273/500)


Message Ven 18 Jan 2013 - 5:43

« Un vieil ami est chose toujours nouvelle. »

Depuis combien de jours et de nuits la situation s’éternisait-elle au point de survoler le stade de l’insupportable ? Maël avait arrêté de compter dès lors que cet ami d’enfance perdu depuis longtemps s’était avéré avoir… Changé, beaucoup changé. Ce lointain souvenir enfoui dans sa mémoire avait ressurgi sans qu’il ne s’y attende, grandi et raffermi par les années, le petit garçon voleur et amusant n’était plus et laissait place à un homme que le tailleur ne parvenait pas à cerner. Qui était-il, et que voulait-il ? Il l’ignorait mais à le voir ainsi tourner tel un vautour autour de la femme qu’il aimait lui faisait peu à peu perdre tout sens commun… Il ne fallait pas être mauvaise langue cependant : le jeune homme avait été invité par Lyra elle-même à séjourner dans sa maison qu’ils partageaient depuis le retour des évènements de Murs-Blancs. Les raisons lui avaient rapidement été expliquées mais Maël ne s’y était pas attaché plus que cela car seule comptait la finalité qui était, à l’époque, des lus réjouissantes ! Leur vieil ami était de retour ! Mycah, rencontré puis perdu des années en arrières dans les ruelles de Lancehélion tandis qu’ils n’étaient que des bambins aventureux et insouciants. Ils avaient tant de choses à se dire, à se raconter, le dornien se réjouissait sincèrement par avance de ces retrouvailles qu’il s’était régulièrement imaginé, à défaut de croire qu’elles se produisent réellement. Ils étaient si loin de chez eux, de leur terre natale… Trois dorniens dans le Bief, à Villevieille, qui se retrouvent par hasard… C’était une chance inouïe, une bénédiction de la Mère Rivière ! C’est du moins ce que le jeune homme avait honnêtement cru… Au début. A présent il était bien plus confus sur la situation.

Dès les prémisses tout avait été relativement décevant si ce n’est vexant : Mycah ne semblait pas se remémorer le vol qui avait scellé leur rencontre à tous les trois, leurs périples ensemble dans toute la cité, la petite mais tenace jalousie qui avait menacé leur trio, leurs facéties et galéjades communes… Tout cela n’éveillait rien de concret en lui, à l’inverse du petit couple qui se souvenait avec émotion de leur jeunesse. C’était dommage mais encore loin d’être éliminatoire, après tout il suffirait sans doute de lui rappeler une kyrielle d’instants passés pour que leur vieil ami se souvienne de tout. Cependant c’était loin d’être la seule tâche noire et préoccupante du tableau… Mycah manifestait un intérêt plus qu’amical envers la sylphide de Dorne, qu’il savait pourtant en couple. L’histoire se répétait-elle sous son nez ? Maël était absent toute la journée durant, coincé dans sa boutique à effectuer des commandes toujours aussi importantes et urgentes, l’aide pourtant précieuse de Gajeel ne suffisait pas et les journées étaient longues et harassantes. Peu à peu et au sein même de son atelier son esprit était happé par l’image de Lyra en compagnie de cet homme aux attentions qu’il jugeait peu louables… Se trompait-il ? N’était-ce que son imagination qui lui jouait des tours ? Il craignait d’évoquer le sujet et que la belle ne blâme sa possessivité… Pourtant il ne pouvait s’empêcher de craindre qu’un jour son amour ne lui avoue qu’elle ressentait plus de passion pour cet homme plus affirmé qu’il ne l’était, et choisisse de le suivre dans ses aventures exaltantes aux quatre coins de Westeros plutôt que de rester à ses côtés, au sein de sa douillette mais modeste maison.

Toutes ces questions le travaillaient plus que de raison, lui qui avait sérieusement envisagé de demander la main de Lyra et travaillait comme un forçat afin de lui offrir une bague digne de ce nom, une belle cérémonie et un cadre de vie favorable pour accueillir… Accueillir en sa demeure son souhait le plus précieux, son rêve qu’il touchait innocemment du doigt mais auquel il n’osait pas songer de peur de se faire des illusions. Depuis qu’il avait avoué ses sentiments à celle qu’il aimait depuis toujours et que cette dernière lui avait dit ressentir la même chose, il se perdait à croire qu’ils fonderaient une famille, des bambins qui à leur tour feraient mille découvertes et mille bêtises sous leurs toits et dans le monde qui n’attendait qu’eux. Mais cet espoir se trouvait durement ébranler par les récents évènements et la venue d’un seul homme, Mycah. Maël se savait ridicule, après tout la dryade ne donnait nul signe d’intérêt amoureux pour le jeune homme mais il ne pouvait s’empêcher de redouter leur proximité tandis que d’indignes sentiments jaloux le secouaient tout entier. Et plus que tout, il ne parvenait pas à faire confiance à Mycah une seule seconde… Se fourvoyait-il sur son compte ? Il devait en avoir le cœur net, il ne pouvait demeurer ainsi, dévoré par l’angoisse et menotté dans ses envies.

En ce début d’après-midi Maël quitta sa boutique en avance, très en avance par rapport aux semaines précédentes où il ne lâchait ses aiguilles et ses tissus qu’une fois la soirée bien avancée. Il espérait ainsi pouvoir discuter calmement avec Lyra, et si possible seulement avec elle même s’il se faisait peu d’illusions sur le sujet, Mycah finirait bien par montrer le bout de son nez… Il n’était toutefois pas temps d’y penser, il devait se concentrer sur ce qu’il voulait lui dire et la manière de lui exprimer ses sentiments. Son cœur battait déjà la chamade lorsqu’il poussa la porte de la maisonnette chaleureuse, métamorphosée depuis que Lyra y avait établi ses quartiers. Plus coquette et mieux aménagée, l’intérieur était désormais accueillant, plus confortable et respirait une fraîcheur de vivre rassurante. Souvent mitonnait également sur le feu un plat épicé comme aimaient en savourer les palais dorniens, l’un des innombrables indices attestant de leurs origines tout comme la profusion d’agrumes glanés au marché et uniquement cultivés en Dorne. Ça et là s’entassaient également quelques étoffes que le tailleur n’avait pas encore eu le temps de travailler, déjà trop envahi dans son atelier pour tout stocker convenablement. Le jeune homme s’avança dans la pièce colorée de rouge et d’ocre et tendit l’oreille pour savoir où se trouvait la sylphide, il la repéra dans leur chambre et la rejoignit donc d’un pas pressé, une risette timide dessinée sur les lippes. « Lyra… ? appela-t-il de sa voix douce. Sans doute allait-elle être étonnée de le voir si tôt, aussi il précisa promptement en tendant sa main pour lui effleurer le bras. Tu as passé une bonne mâtinée ? Je suis parti un peu plus tôt aujourd’hui, cela fait longtemps que l’on a pas passé du temps ensemble… Et il fallait aussi que je te parle de quelque chose d’important. Il hésita sur la formulation à utiliser, il ne voulait ni se montrer trop brutal, ni l’inquiéter outre-mesure, d’autant plus que son courage se volatilisait dès lors qu’il plongeait dans ses sombres et étincelantes prunelles. Et bien… Je ne sais pas trop comment te dire ça… Tu vas sans doute me trouver très stupide. Comment avouer que tel le mari de la fameuse chanson L’épouse du Dornien il éprouvait une jalousie enflammée ? Mais c’est quelque chose qui m’obsède depuis un moment alors… Je crois qu’il vaut mieux que je t’en parle maintenant, si tu veux bien. Il prit délicatement ses mains entre les siennes et l’incita à s’asseoir au bord de la couche. Il posa un baiser sur ses phalanges puis, après une profonde inspiration pour se donner un élan, il murmura. C’est à propos de Mycah. Je suis vraiment content qu’on l’ait revu je t’assure, mais je ne peux pas m’empêcher de le trouver… Un peu bizarre. Il n’osa pas encore expliciter sa pensée, espérant peut-être que Lyra confirmerait ce sentiment. Et puis, surtout… Il tente vraiment d’être très proche avec toi… » L’aveu colora les joues du dornien qui détourna ses grands yeux bleus, de crainte que la jeune femme ne prenne mal ses propos ou se moque de son inquiétude.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 18 Jan 2013 - 12:46

     Mycah s'était installé dans la maison qu'elle partageait avec son cher Maël, depuis quelques temps à présent. Au début Lyra avait dû s'habituer au fait de tomber sur ce visage familier, mais pourtant étranger à chaque fois qu'elle sortait d'une pièce, mais à ce jour, c'était devenu normal. Avoir un peu de compagnie à la maison n'était pas pour lui déplaire, le jeune tailleur travaillait énormément – trop de l'avis de la Dornienne d'ailleurs – et parfois cette dernière avait du mal à trouver comment se rendre utile. Lyra avait tenté de rendre la maison aussi chaleureuse que possible pour que Maël puisse se sentir entouré lorsqu'il rentrait d'une journée de dur labeur, mais elle avait toujours le sentiment de ne pas faire assez pour lui montrer à quel point elle lui était redevable. Puis surtout, combien elle tenait à lui. La présence d'une autre personne lui permettait donc de se changer un peu les idées, de pouvoir s'amuser de temps en temps et de ne pas penser sans arrêt à ce qu'elle ne faisait pas pour se concentrer sur ce qui était fait. Voir le bon côté des choses en somme.

     La fille de tavernier avait été très heureuse lorsqu'elle avait présenté Mycah à Maël le soir où il était rentré, elle avait été ravie de voir que son tendre tailleur était au moins aussi ravi qu'elle à l'idée de pouvoir tendre la main à cet ancien ami. Pourtant, depuis quelques jours, Lyra ne pouvait s'empêcher de se demander si elle avait bien agi. Mycah vaquait de temps en temps à ses affaires pendant que Maël passait presque tout son temps à travailler, les choses reprenaient leur rythme normal et rapidement, la Dornienne avait ressenti un léger malaise sans qu'elle ne puisse mettre le doigt sur ce qui la gênait vraiment. Elle avait longuement songé aux choses étranges qu'elle avait vu lors de sa première sortie avec le chasseur : la prostituée qui disait le connaître bien, ces « amis » qui parlaient du jeune homme comme d'un homme qui savait bien s'entourer.... Il ne fallait pas être très intelligent pour comprendre qu'apparemment l'éphèbe avait un « quelque chose » qui plaisait aux femmes. Lyra était une femme prude, même si née dans une région aux mœurs plus libérées que le reste de Westeros, il fallait donc avouer qu'elle pouvait être gênée par le fait que Mycah allait courir après les femmes pendant la journée alors qu'il vivait sous leur toit. Une sorte de conscience, un peu comme le propriétaire d'un chat qui allait engrosser toutes les femelles du quartier. Comment pourrait-elle regarder ses voisins en face si le chasseur était ce type de personne ? Lyra avait tenté de chasser ces idées de son esprit, de se persuader qu'elle se trompait et que les choses étranges qui s'étaient produites lors de la première sortie, n'étaient que le fruit du hasard. Elle y arrivait presque, bien que quelques doutes subsistaient encore et venaient la tarauder lorsqu'elle s'apprêtait à dormir.

     Assise dans la chambre, Lyra s'occupait de ranger les affaires qui n'étaient pas à leur place. Elle entendit alors une voix familière et fut étonnée de voir Maël rentrer aussi tôt. L'idée que quelque chose de grave puisse être arrivé lui traversa l'esprit l'espace de quelques secondes, mais l'intonation de la voix chaude de Maël lui disait que ce n'était pas le cas. Elle tourna la tête vers lui pour l'interroger de ses grands yeux expressifs alors qu'il lui effleurait le bras en la rassurant sur la raison de sa présence ici. Un sourire ourla les lèvres trop épaisses de la Dornienne lorsqu'elle constata qu'en effet, ils n'avaient plus vraiment pris le temps pour être tranquilles tous les deux. Cela dit, la dernière phrase du jeune homme était suffisamment intrigante pour que la demoiselle abandonne tout ce qu'elle faisait histoire de concentrer son attention sur lui. Patiente, l'ancienne serveuse attendit que son cher et tendre formule ce qu'il avait en tête, espérant simplement que ce ne serait rien de désagréable à ses oreilles, elle s'assit docilement lorsqu'il l'invita à le faire, puis le regarda d'un air rassurant. Lorsque la phrase qui tourmentait le tailleur sortie enfin de sa bouche, Lyra esquissa un nouveau sourire rassurant avant d'inspirer profondément, puis elle serra la main de Maël dans la sienne avant de se pencher doucement vers lui.

     ▬ Est-ce que ça fait longtemps que tu penses à tout cela Maël ? L'idée qu'elle puisse lui avoir causé du tort dans le vouloir lui sauta soudain aux yeux. Elle dégagea l'une de ses mains pour la lever et la glisser sur la joue de son amour de manière à lui tourner le visage vers elle. La jalousie était un sentiment qu'elle avait découvert il y a peu et s'était surprise à se faire des idées sans aucune raison. Je t'avoue que je trouve aussi Mycah assez particulier. Disons qu'il a beaucoup changé depuis l'époque où nous étions enfants, il n'est plus le même, mais nous non plus d'un côté. Tout le monde évoluait après tout. Il est vrai qu'il essaye d'être proche de moi, mais je ne pense pas que c'est dans une idée.... Avec de mauvaises pensées. Tu sais, j'ai beaucoup parlé avec lui et il n'a jamais eu d'amis fidèles depuis qu'il a quitté Lancehélion, je pense qu'il a essayé de compenser ce manque d'amour d'une autre manière, mais je suis certaine qu'il a compris qu'il pouvait me voir comme une véritable amie. Je suis persuadée qu'il ne tentera jamais rien d'autre. Elle en était intimement convaincue, sans compter qu'à ses yeux il était déjà surprenant qu'un homme s'intéresse à elle, un second ce serait tout bonnement impensable. Et quand bien même serait-ce le cas, mon cœur est déjà pris et je ne pourrais pas le donner à quelqu'un d'autre. »

     Elle ne jugea pas utile de détailler davantage ce point. Maël savait mieux que personne que Lyra n'était pas femme à donner ses attentions à un homme pour qui elle n'éprouverait rien, soit elle donnait tout, soit elle ne donnait rien. Sauf de l'amitié. Lyra inspira une fois de plus avant de se déplacer légèrement pour se glisser aux côtés du jeune tailler, puis elle glissa ses mains autour de sa taille avant de se presser contre lui. Leur amour avait beau être chaste et platonique depuis leur retour de Murs-Blancs, jamais il ne viendrait à Lyra l'idée de reprendre sa promesse.

     ▬ Comme je te l'ai dit à Murs-Blancs, c'est toi que j'aime Maël, si je dois avoir des enfants et une famille, je veux qu'elle soit avec toi. J'ai quitté Dorne pour venir vivre avec toi ici, ce n'est certainement pas pour me laisser charmer par le premier jeune homme venu. La fidélité était une notion très importante dans la vie de la demoiselle. Elle ne précisa cependant pas ce que Mycah lui avait amusé lors de leur première sortie, le fait qu'il disait avoir été amoureux d'elle lorsqu'ils étaient enfants. Même si c'était dépassé, elle ne voulait pas assombrir les pensées de son tendre tailleur. Je suis désolée de ne pas m'être rendue compte que tout ceci te travaillait. J'aurais dû le voir par moi-même et effacer tes craintes. »

     La Dornienne prolongea l'étreinte en frottant légèrement sa joue contre le torse de son ami et amour. Il était difficile de comprendre tout ce qui pouvait bien passer dans l'esprit de la personne que vous aimiez, mais elle désirait être une compagne digne de toutes les attentions qu'il avait pour elle. Alors qu'elle entrouvrait la bouche pour reprendre la parole, la jeune femme entendit le bruit familier de la porte qui s'ouvrait. Mycah était-il déjà de retour ? La jeune femme se redressa légèrement, décollant sa joue du tissu de l'habit de Maël, puis jeta un coup d’œil vers l'entrée de leur chambre.

     ▬ Mycah ? Est-ce que c'est toi ? »
Revenir en haut Aller en bas

« Un véritable ami vous poignarde en face. » [Lyra & Mycah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Un véritable ami vous poignarde en face! [ Combat: Gilles de Rais vs Aiakos ]
» “Un véritable ami vous poignarde en face.” | ft. Neil Archer
» Et vous, vous ecoutez quoi souvent?
» Quel sport faite vous?
» A QUAND UN DEBAT SERIEUX ? LES ANTI-PARLMENTEURS LEVEZ-VOUS ! DEMASQUEZ-VOUS !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-