AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

En avant toutes !!!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Noble
avatar

Maureen Bolton
Noble

Général
Dame de la Maison Bolton de Fort-Terreur



♦ Missives : 518
♦ Missives Aventure : 142
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 08/07/2011
♦ Célébrité : Jaimie Alexander
♦ Copyright : Ann
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Maeve Arryn, Aaricia Bonfrère, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Non determiné
♦ Lieu : DERRIÈRE TOI
♦ Liens Utiles : Lady Maureen Bolton
Vents D'hiver et chant d'été
Nos Lames Sont Acérés
Aptitudes et Intrigues
Succès de Maureen Bolton

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
804/1000  (804/1000)


Message Jeu 17 Jan 2013 - 4:07

Ils étaient restés quelques jours supplémentaires à Pierheaume. Elle avait besoin des réponses à ses questions. Elle n’avait pas eu toutes les réponses. Elle avait eu un Lord Swann qui cherchait à comprendre. Elle avait eu l’impression de briser une barrière. Il lui en voulait d’avoir risqué sa vie inutilement. Elle s’en voulait de l’avoir mis dans un tel état. Pauvre Homme. Ils avaient été seuls presqu’une journée entière. Lord Swann était un homme fier et honnête. Il ne reconnaissait pas le médaillon comme faisant partis des bijoux familiaux. Maureen avait tenté du mieux qu’elle pouvait de faire taire ses soupçons a l’égard de son grand-père, mais certainement pas pour le reste de la famille. Elle avait finis par abandonner de croire qu’il était coupable. Elle s’en rendait malheureuse uniquement à en parler. Il ne s’était pas emballé lorsqu’elle lui avait dit qu’elle partait pour Dorne. Pour Maureen le Nord avait toujours été la pire région qui existait à Westeros, mais Lord Swann n'était pas certains. Les Dorniens n'étaient pas aussi charmant que sa petite –fille semblait le croire. Qu’est-ce qu’elle ne ferait pas pour Adrian? Lord Swann l'avait compris. Ce petit garçon qui avait grandi avec elle, comptait beaucoup trop pour qu’elle le déçoive. Dorne n’était qu’une région parmi tant d'autres. Malgré leur récente discussion, Lord Swann avait pris le temps de lui parler de Dorne et ses potentiels dangers. Maureen s'était retint de rire chaque fois. Elle savait se défendre et Adrian n'avait plus de preuve à faire. Il lu avait montré que ses flèches pouvaient être meurtrières aussi bien que la Lame d’Écorcheuse.

La veille de leur départ, elle avait vu à ce qu’ils ne manquent de rien. Elle savait que les déserts arides de Dornes pouvaient cacher des surprises. Il avait tout pris à Avalanche de sortir du Nord, Maureen ne savait pas comment elle s'adapterait au climat de Dorne qui était bien différent de son nord d’origine. Elle veillerait à ce que tout se passe relativement bien. Jusqu'à maintenant chaque fois qu’elle avait pris la route, il s'en était sorti plutôt bien. Elle aimait bien les quelques pépins qu’ils avaient rencontré. Elle-même tirait de grande leçon de ce voyage. C'était la première fois, qu’elle ne tentait pas de le materner. Il y avait de bonne chance qu’elle y arrive. Elle était restée tardivement dans le bureau de son grand-père. Ils avaient discuté de tout et de rien. Elle n’avait pas réussi à dormir avant les petites heures du matin. Elle savait qu’elle n’aurait pas du mettre les pieds au Bois du roi. Quand bien même, la vérité aurait certainement éclaté. Il avait peut-être eu une certaine chance de tomber sur le médaillon avant bien des hommes. Elle n’avait pas caché le fait que le seigneur de l’orage était au courant. Elle ne fermerait peut-être pas les yeux de la nuit, mais il en était mieux ainsi. Demain, ils prendraient la route pour se rendre à Séréna. Elle avait prévu quelques haltes. Enfin c'était lord Swann qui lui avait expliqué comment traversé les terres arides. Des gens du Nord n'étaient pas habitués à ce genre de climat. Maureen approuvait, ses premières années, elle n’avait pas aimé être dans les terres de l’Orage.
∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Elle s’était endormie aux petites heures du matin. Elle avait, la veille, averti son cousin et ses hommes qu’ils partiraient dès l’aube. Ses hommes avaient été prêts. Ils étaient habitués depuis le temps qu’ils suivaient la Bolton. Jack avait sorti Écorcheur des écuries de Pierheaume et l’avait scellé. Il était surpris qu’elle ne soit pas encore là. Il avait fini par croire, que Lord Swann l’avait retenu quelques minutes. Tous semblaient prêts. Adrian était déjà près d’eux, ne manquait plus que la Bolton qui se faisait absente pour le moment.

Je vais aller la chercher,

Mortimer eut un sourire et regarda John. Le plus jeune avait un don pour mettre la dame des Écorcheurs de mauvaise humeur. Mortimer savait qu'un jour, il regretterait, mais ce jour était trop proche selon lui. Il n’allait pas se cacher derrière le petit Bolton. Les blagues sur sa cousine étaient courantes. Il se tourna vers John et avec un sourire, il finit par parler :

Dix dragons d’or, qu’il fait une bêtise et qu’elle laisse des marques.

Le centenaire eut un léger rire. Il évitait d’habitude de faire des paris sur sa jeune lady. Elle avait un sale caractère quand elle s’y mettait. Il l’aimait bien. Elle lui rappelait Aaron Bolton quand il se mettait en colère. Il l’aimait bien. Il avait été un père quand celui-ci était mort en 209.
∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞∞

Maureen dormait à poing fermé lorsque Jack entra dans ses appartements. Discrètement, il prit place à ses cotés. La jeune Bolton passa sa main sous son oreiller et tira sa dague, avant de le pousser au sol et poser la lame sur sa gorge. Dans sa chute, il l’avait attiré contre lui et la tenait assez fermement pour qu’elle ne puisse pas se débattre. Elle se défit de son emprise et se releva. Il n’eut pas le temps d’exprimer une phrase qu’elle le gifla. Avec le temps, il était immunisé des gifles des femmes. Même si celles de sa lady étaient toujours plus fortes.

La prochaine fois, je serais moins clémente

Il lui avait fait un clin d’œil avant de la laisser se préparer. Il massa sa mâchoire espérant faire taire cette sourde douleur. Elle avait une grande force celle-là. Elle savait où frapper. Rigolant, Mortimer tendit sa main pour empocher son gain. Il la connaissait trop bien. Cette dernière avait finit par descendre suite au dernier au revoir à son grand-père. Elle ne reviendrait certainement plus. La guerre occuperait certainement plusieurs temps le continent. Heureusement, il y aurait toujours les corbeaux. Elle s'était avancé vers son cousin et le regarda un sourire aux lèvres. Elle l’avait gardé un peu à l’écart de cette histoire et s’en voulait, mais elle préférait garder l'ignorance de son grand père dans le secret.

Tu es prêt pour faire route dans les terres de Dornes? Saches que nous risquons de faire plusieurs arrêts. Écorcheur et Avalanche ne risquent pas d'aimer trop le climat, mais ils s’y feront.



Un homme nu
n'a  guère de secrets,
mais un homme écorché
n'en a plus un seul


-Roose Bolton-


Dernière édition par Maureen Bolton le Lun 28 Jan 2013 - 0:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 27 Jan 2013 - 17:29

Il attendait, presque patiemment.
Les bras croisés sur la selle d’Ecorcheur, une moue ennuyée au visage ne le quittait pas. Le fougueux peinait à rester en place mais ne tentait pas de se dégager de la présence d’Adrian, alors qu’à côté, Avalanche était à ce point placide qu’on aurait pu croire qu’elle dormait debout. John vérifiait avec tranquillité et aplomb qu’ils ne manqueraient de rien dans ce voyage. Régulièrement, Adrian l’entendait rechigner, comme quoi se rendre à Dorne était pure folie ; ce sur quoi il lui rendait un froncement de sourcils mauvais qui le faisait taire instantanément. Il n’en demandait pas tant, se rendre sur les marches de Dorne pour observer cette mer de sables s’étendre sous leurs yeux… C’était comme un vieux rêve qui se réaliserait. Il n’avait pas réclamé plus et ne cherchait pas la confrontation avec cette zone aride qui, il s’en doutait, serait des plus difficiles à supporter.

Pour l’occasion, il s’était vêtu de tissus légers et amples afin de mieux supporter le climat. Il avait encore du mal à se faire à l’idée de se rendre ainsi, lui qui était habitué aux fourrures et tenues de cuir. Un mauvais coup pouvait rentrer comme du beurre dans sa chair avec des protections aussi faibles… Mortimer lui avait mis sur la tête une large cape blanche en retroussant la capuche jusqu’à ce qu’il y voit à peine au dehors.
- Mais je vais mourir de chaud avec ça ! Avait-il protesté vainement.
- C’est pour te protéger de la morsure du soleil, aussi violente que celle du froid mais bien plus fourbe, avait cru bon de préciser John, on reste vêtu de la tête au pied dans le désert Adrian, sinon on cuit sur place à ce qu’il paraît. Tu devrais te couvrir le bas du visage aussi.
- Oui, bon, on verra.


Il avait abdiqué devant les sages conseils des plus anciens. Après tout, tant qu’on ne lui disait pas qu’il valait mieux renoncer à cette idée, il devrait pouvoir s’en contenter. John avait fini l’inventaire que Maureen n’était pas encore arrivée sur les lieux, ce qui avait fini par agacer Jack qui s’était dévoué pour aller la chercher. Les deux autres s’en amusaient, sans qu’il n’en comprenne la raison. John qui tenait un pari qu’il serait incapable de rembourser. Heureusement qu’il évitait les jeux, en terme général, vu comment il partait souvent perdant.
« Vous n’avez pas fini avec vos paris stupides ? » Lança Adrian, reprenant une remarque que leur avait gratifié le centenaire durant le voyage. Une façon de lui rendre la monnaie de sa pièce !

Il fallut attendre une dizaine de minutes supplémentaires avant que Maureen et Jack ne fassent irruption. Il aurait plus volontiers parié sur cette histoire de Swan et de médaillon, mais il semblait que le vieux Mortimer avait touché juste vu la marque sur la joue de Jack. Il ne l’avait sans doute pas volé… Et encore pouvait-il s’estimer heureux. « Elle n’a pas mis le poing, au moins. » Glissa t-il vers Jack d’un air moqueur. Ces échanges de regards et de mauvaises pensées duraient depuis le début du voyage, tellement qu’il en avait pris l’habitude et évitait d’être pris à partie entre les deux. Ils semblaient avoir, cette fois, franchis un nouveau seuil…
Adrian s’étira, s’écartant d’Ecorcheur pour le remettre à Maureen et, sans tarder, se mettre lui-même en selle. John maugréait de son côté face à la main tendue de Mortimer, finissant par avouer : « J’ai bien dix cerfs d’argent sur moi, mais les dix dragons d’or… »

Adrian leva les yeux au ciel, avant de se rendre compte qu’il n’y voyait quasiment rien sous cette capuche et de la rejeter en arrière pour répondre à sa cousine : « Il semblerait que je sois prêt, oui. En espérant que Dorne nous réserve autant de belles surprises que les terres de l’Orage… Et moins de bêtes sanguinaires, mais j’en doute. » Même s’il lui semblait peu plausible que des bêtes de Dorne soient aussi fortes et voraces que pouvait l’être celles des fanatiques de l’Âne. Déjà qu’ils risquaient de retrouver les fiers cousins des lézards-lions du Neck… « Tout va bien, de ton côté ? S'enquit-il finalement, nous passerons par les Marches, je présume ? »

Il mettait déjà sa jument en marche, alors que Jack prenait un peu de retard. Il en avait marre d’attendre, le voyage se révélerait déjà assez long et difficile en soi pour qu’il ne s’encombre pas de ce genre de détails. Et dire que le plus jeune et le plus vieux de la troupe était, encore une fois, ceux qui menaient la danse !
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maureen Bolton
Noble

Général
Dame de la Maison Bolton de Fort-Terreur



♦ Missives : 518
♦ Missives Aventure : 142
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 08/07/2011
♦ Célébrité : Jaimie Alexander
♦ Copyright : Ann
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Maeve Arryn, Aaricia Bonfrère, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Non determiné
♦ Lieu : DERRIÈRE TOI
♦ Liens Utiles : Lady Maureen Bolton
Vents D'hiver et chant d'été
Nos Lames Sont Acérés
Aptitudes et Intrigues
Succès de Maureen Bolton

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
804/1000  (804/1000)


Message Mer 30 Jan 2013 - 4:31

Maureen avait mal dormi, mais rien ne l’empêcherait de faire plaisir à son cousin. Un petit retard de sa part lui serait permis. Écorcheur piaffa à la vue de sa maitresse qui s’empressa de prendre les rênes de sa bête noire. Elle lui caressa le chanfrein alors qu’il collait sa tête contre elle. Comparée à sa dernière monture, Écorcheur était beaucoup plus jeune. Le père avait trouvé la mort face au fer-né, mais le temps l’avait rendu fatigué. Écorcheur était plus fougueux et jeune. Sa première sortie hors du Nord semblait bien lui plaire, mais lorsqu’il était loin de sa maitresse gare aux palefreniers. Elle remercia Adrian et osa un regard vers Jack. Ce dernier se massait la joue encore. Mortimer avait frappé l'épaule de John amicalement lui faisant comprendre qu’il n’avait pas à débourser quelconques centimes. Il avait tout de même une longueur d’avance sur lui quand il s’agissait de Maureen. Il voyageait avec elle depuis bien longtemps désormais. Il n’avait jamais compris pourquoi, le jeune homme espérait toujours une quelconque faveur de la Bolton. Tous savaient comment elle avait un caractère bien trempé et que celui qui l’épouserait, n’était pas encore né.

La jeune Bolton avait troqué ses vêtements contre des couleurs plus pale. Les vêtements qu’elle arborait par habitude ne seraient pas de bonne aide sous le soleil cuisant de Dorne. Si au Nord, il fallait se couvrir de peau pour éviter la morsure du vent et du froid, à Dorne il fallait se couvrir autant, mais pour se protéger du sable et du soleil. Heureusement pour elle son grand-père avait réussi à trouver des vêtements forts utiles pour ne pas cuire. Ce dernier avait même trouvé le temps de sortir et venir souhaiter bon voyage. Il avait incliné la tête légèrement. Ses cheveux blancs et gris montraient une vieillesse avancée et son teint était un peu plus pâle.

J’ai été très heureux de vous rencontrer Adrian. Faites bon chemin, souhaita-t-il avant de se tourner vers sa petite-fille et l’embrasser sur le front. Fais attention à toi ma belle Maureen. Puis se tourna vers le vieil homme dont il avait connu grâce à Maureen. Prenez soin d’elle Mortimer.

Il retourna près des portes de sa maison et soupira. Les temps changeait, mais elle restait toujours aussi aventurière qu’elle l’était jadis alors qu’elle avait à peine dix ans. Il avait connu un garçon tout à fait charmant qui ne ressemblait rien à ce fou de Réginald Bolton. Que les sept puissent veiller sur eux dans leur périple. Maureen se mit en scelle et soupira d’aise. Elle ne saurait jamais la vérité. Elle préférait mieux la laisser derrière elle. Elle ne se sentait pas impliquée tout autant. Elle eut un sourire alors qu’ils se mettaient tous en marche. Elle retourna la question à Mortimer. Il savait bien plus de chose qu’elle. Qu’est-ce qui pouvait bien avoir comme bestiole dans le sableux Dorne. Elle s’attendait à quelques exemples tirés de l’imagination de leur cher Jack, mais celui-ci semblait rester un peu à distance et dans ses pensées.

Je ne sais pas ce qu’il y a à Dorne en matière de bestiole, mais une chose certaine, j’aimerais bien que cette partie du voyage soit un peu plus calme. Mise à part les scorpions et les vipères, je n’ai aucune idée de ce qui se trouve ici. Entre Fort-Griseaux et ses lézard-lion et l’orage et ses bêtes affreuses, je ne dirais pas non à un peu de calme et apprécier le spectacle de Dorne.

Surtout si la gu ….

Mortimer, l’interrompit-elle sévèrement.

Il s’excusa lamentablement. La guerre viendrait et elle savait que personne ne serait épargné. Même si elle était à l’autre bout de Westeros, elle gardait contact avec le Nord. Elle n’avait pas envie que ce genre d’histoire gâche le plaisir qu’elle avait jusqu’à maintenant. Adrian en sortirait certainement plus grand et c’était là son bonheur. Elle n’avait pas besoin d’être à fort-Terreur pour avoir un œil sur son grand-père. Elle le connaissait aussi très bien pour savoir que si le Stark faisait appelle à ses bannerets, il se ferait un plaisir de se rendre à Winterfell, pour le grand déplaisir de Maureen.

Elle chassa ses idées noires en balayant le tout de la main et se concentra sur la route, mais surtout sur Adrian. Si elle passait son temps à sermonner Jack, il y avait une chose dont elle était certainement, c'était qu’il était beaucoup plus intelligent qu’il ne le laissait croire. Elle avait finit à l’aide de son grand-père à établir un trajet qui serait par moment un peu dangereux, mais aucune vie ne valait la peine d’être vécu s’il n’y avait pas de risque. Excuse lamentable pour quelqu’un qui était une vraie casse-cou.

Ca va aller. J’ai un peu sonné Lord Swann avec cette nouvelle, mais il s’en remettra. Celui qui avait causé du tort à la famille le saura. J’ai aussi eu des nouvelles du Nord. Grand-père n’a pas encore fait de bêtise.

Elle eut un léger sourire et reprit en expliquant leur trajet. Il pouvait bien savoir. Elle-même avait hâte de voir à quoi pouvait ressembler ces montagnes.

Nous ne pénétrerons pas dans les terres dorniennes avant quelques jours. Nous ferons marches vers Serena. Nous resterons une journée entière avant de pénétrer dans la Passe du Prince. Cela permettra aux chevaux de se reposer avant de faire face au climat dornien. Nous ne tenterons pas de les pousser, nos montures ne connaissent rien d’autre que le Nord. De ce que grand-père dit, les Dorniens ne semblent pas tous apprécier les étrangers. Nous resterons donc très vigilent.

Et encore moins les Bieffois, un sentiment qui semble réciproque à ce que j’ai ouïe dire.

Maureen non plus n’aimait pas beaucoup les Bieffois et en particulier les chevaliers du Bief. Las plupart lui donnait des envies de vomir, qui amusait fortement ses hommes. Elle avait toujours eu des complexes avec la chevalerie et à l’poque du tournoi de Cendreguée, elle avait encore plus détesté ce genre d’homme. Prêt à tout pour l’honneur.



Un homme nu
n'a  guère de secrets,
mais un homme écorché
n'en a plus un seul


-Roose Bolton-
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 23 Fév 2013 - 19:49

« Moi de même, Lord Swan. Ce fut un plaisir ! »
Il ne sut quoi dire d’autres pour traduire sa pensée mais étant persuadé que son entrain se ressentirait dans ses paroles. Il avait envie de partir dans l’instant, mais se retint pour gratifier des politesses d’usage. « Je vous remercie pour votre chaleureux accueil, j’espère que d’autres occasions se présenteront. » Une pensée triste lui vint à ces derniers mots. Si le Lord Swann semblait bien se porter, il était vieux. Il ne leur serait pas donné souvent l’occasion de voyager ainsi… Des chances qu’il ne se trouve plus en état de le recevoir la prochaine fois, et en dehors du Lord, personne ne s’était montré avenant. Mieux valait alors pour le jeune Bolton ne pas remettre les pieds à Pierheaume. Il leva un regard vers les hauteurs de la place forte comme pour se la remémorer une dernière fois avant de tourner bride.

Derrière eux, ils laissaient le bois brumeux pour se tourner vers les contreforts de la garde rouge. A en croire Maureen, il leur faudrait parcourir les Marches de Dorne et éviter au maximum le désert afin de conserver rivière et fraicheur pour eux. Fraicheur toute relative cependant, car même si l’automne leur accorde un climat certainement plus tempéré qu’au cœur de l’été, la chaleur les accable bien vite. Il ne leur a fallu guère de temps pour s’engager sur la roche aux couleurs chaudes. Aussi chaude qu’elle l’était au toucher, si on daignait y poser une main… Mais elle ne brûlait pas, du moins pas encore à cette heure-ci.
Avalanche avançait d’un pas calme et sûr, se jouant sans mal des pièges que lui tendaient ces petits chemins rocheux. Elle avait toujours eu des appuis étonnement stable, ce qui faisait d’elle une monture idéale dès qu’il s’agissait de parcourir un flanc de montagne, mais la chaleur la faisait rapidement peinée. Il l’entendait souffler fort, par moment, son pelage blanc fondant comme neige au soleil, par couche entière. Il craignait qu’elle finisse par se rendre malade et la ménageait au maximum, traquant les zones d’ombre que laissaient parfois naître les marches. Ils étaient pourtant plus traître qu’en plein soleil, car autant lézards que serpents pouvaient s’y réfugier un temps. Et si les premiers détalaient à la simple vue des bêtes, les serpents sifflaient parfois, laissant craindre une mauvaise morsure. Son destrier renâclait et grattait le sol quand l’un d’eux se rapprochait trop de ses sabots, les forçant à fuir. Mais chacun réagissait à sa manière, et le petit cheval agile que s’était dégoté John à Pierheaume préférait esquiver d’un bond soudain sur le côté… Ce qui avait tendance à le faire bien rire, voyant le maître d’armes se faire souvent ballotter. Il peinait bien davantage que lui, ainsi exposé aux rayons sans possibilité de gagner l’ombre, surtout qu’il avait strictement refusé de lâcher sa maille qui l’ankylosait et le faisait cuir sur place.
« Des scorpions et des vipères, sûr qu’on en a là, mais pas de bêtes affreuses encore en vue. Encore que je préférerais croiser à nouveau des lézards-lions que de me retrouver confronter au poison de ces petites bêtes retords… »
Adrian n’aspirait pas autant au calme que sa cousine. Il s’agitait parfois sur selle, se dressait dessus pour tenter de distinguer une once du « spectacle de Dorne » mais le paysage se refusait à eux en grande partie. D’où ils se trouvaient encore, il n’arrivait à distinguer que roches à l’horizon et rivière en contrebas. Rivière qu’ils refusaient de perdre de vue pour le moment, pour un souci de confort, mais il était certain que les hauteurs leur réservaient bien meilleur spectacle. Les croisements de chemins étaient pourtant extrêmement rares et il n’avait pas l’occasion de rechigner.
Il glissa un regard lourd de sens vers Mortimer, sans dire un mot. La guerre, il l’avait bien compris. Lui n’oubliait pas et était même bien résolu à décamper dès que l’occasion lui serait donnée pour retourner aider le Nord. S’il n’avait pas évoqué le sujet une seule fois depuis qu’ils avaient franchi le Neck, ça n’avait pas fini de lui trotter dans la tête. Pire, toutes ces découvertes, ces nouvelles têtes et ces expériences lui faisaient prendre conscience de sa place dans ce monde… Et de ce qu’on attendrait de lui, en tant qu’héritier. Ils ne pouvaient plus le considérer comme un gamin, pas moins que quelqu’un d’inexpérimenté en termes de combat. Ce voyage, il le savait, était une fuite vers l’avant. Mais il comptait bien faire en sorte d’être parti pour mieux revenir. Il détourna le regard, comme s’il n’avait pas relevé, s’attardant à deviner les pièges au sol.
« Pas encore de bêtises ? Cela signifie plutôt que les Stark n’ont pas encore daigné contrattaquer, non ? Tu as eu des nouvelles de nouveaux assauts ou pillages d’ampleur sur la côte Ouest ? » Il se rendit compte trop tard qu’il s’était montré bien bavard et concerné pour quelqu’un qui cherchait à montrer tout l’inverse, changeant aussi radicalement de sujet : « Il fallait parler du médaillon à Lord Swan, d’une manière ou d’une autre. L’Orage Moqueur sait, autant ne pas lui réserver de mauvaises surprises après ça. J’espère qu’ils trouveront le responsable même si je crains que cette affaire garde toujours sa part de mystère… C’est comme si la Couronne avait voulu éventer l’affaire. »

Il secoua lentement la tête, mais ne prit pas le temps d’y réfléchir davantage. D’un coup sec sur les rênes, il stoppa sa monture nette en entendant siffler un serpent dans le calme des roches. Encore un autre, mais celui-ci avait pour avantage d’être noir sur noir dans l’ombre, des anneaux de couleurs plus vives tranchant avec le reste. De noir et de pourpre, comme l’empennage de la flèche qui filait aussi vite le ficher dans le mur. Sale bête. Il avait failli la rater, si bien que le reptile agonisait et effrayait davantage les montures alors que le projectile aurait dû le couper en deux sur le coup. Mais quand il parvint à se dégager, laissant une large entaille dans ses écailles, ce ne fut que pour s’entortiller plus bas et mourir enfin. Adrian le ramassa avant que John ne l’en empêche, lui criant de faire attention. Mais l’animal était bien mort… « De belles couleurs, non ? Il fera le plus bel effet à Fort-Terreur… » Il tourna la tête du serpent mort vers son maître d’armes qui ne put réprimer qu’un soupir dépité devant son imprudence. « Je me demande de qui tu as pris ces manies-là, de Maureen Bolton la casse-cou ou de ta nouvelle amie Lyessa Reed ? » Une grimace lui échappa, mais réprimant bientôt un rire en voyant la monture de John refreinée difficilement son envie de fuir à la vue des couleurs vives et vénéneuses quand la sienne restait parfaitement placide. Un élan de fierté lui prit, flattant l’encolure du destrier en reposant sa trouvaille dans son sac. « Disons que j’étais jaloux que Maureen est le sien ! » Répondit-il d’un air espiègle avant de talonner. Mortimer l’avait prévenu, beaucoup de serpents entre les roches, et ceux dont les couleurs étaient les plus vives traduisaient un venin mortel. Peut-être que finalement il s’était laissé influencer par Maureen, car il n’arrivait à retenir qu’une once de fierté de l’avoir planté là contre la roche avant qu’il ne fasse le moindre mal. Et il avait la cruelle impression que, quand ce n’était pas Maureen qui s’y mettait, c’était son maître d’armes. « Je reste vigilent. » Confirma t-il à sa cousine, comme pour apaiser. Il ne s’en plaça pas moins à côté de Jack pour pouvoir avoir la paix. « Et que risquons-nous de croiser sur les Marches de Dorne ? Bieffois, Dorniens ou encore ceux que nous venons de quitter ? J’espère bien autre chose que des serpents. » Et pour demander, plus timidement : « Et où est-ce, Séréna ? »
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maureen Bolton
Noble

Général
Dame de la Maison Bolton de Fort-Terreur



♦ Missives : 518
♦ Missives Aventure : 142
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 08/07/2011
♦ Célébrité : Jaimie Alexander
♦ Copyright : Ann
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Maeve Arryn, Aaricia Bonfrère, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Non determiné
♦ Lieu : DERRIÈRE TOI
♦ Liens Utiles : Lady Maureen Bolton
Vents D'hiver et chant d'été
Nos Lames Sont Acérés
Aptitudes et Intrigues
Succès de Maureen Bolton

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
804/1000  (804/1000)


Message Jeu 28 Fév 2013 - 16:14



A l’instar de sa maitresse, Écorcheur semblait ne pas comprendre qu’il devait mettre les pieds l’un devant l’autre. Peut-être était-ce la peur du voyage qui le faisait réagir ainsi. Maureen n’avait jamais été très bavarde dans ses déplacements. Elle écoutait bien plus qu’elle parlait. Il y avait en elle, une contradiction qui pouvait en dérouter plus d’un. Tant de question ne trouvait pas de réponse et la plupart concernait le garçon qui se trouvait près d’elle. Elle l’avait vu grandir et savait que bientôt le destin le ferait élever au rang de Lord. Puis il était question de Pierheaume dans son esprit. Remettrait-elle un jour les pieds dans la demeure de Lord Swann? Elle avait presque eut la sensation que l'Étranger était tout près lorsqu’elle lui avait parlé du médaillon et des trois bêtes. Une fois qu’il aurait trouvé le repos, il en serait fini de ses liens familiaux. Son oncle la détestait par-dessus tout. Que lui réservait le Nord? Elle commençait à être âgée pour une femme et la simple idée de vivre éternellement dans la demeure des Écorcheurs lui donnait haut le cœur.

La jeune Bolton écoutait de manière peu attentive. Disons qu’elle se laissait planer sur un doux nuage qu’elle n’aimerait pas voir exploser. Elle savait amplement qu’il avait assez des trois autres hommes pour auditoire. Elle préférait redevenir la petite fille qui disait à son grand-père qu’un jour, elle irait au-delà de l’orage. Elle avait toujours cru cela insignifiant, mais cela se réalisait. La vie lui réservait des surprises à chaque instant. C'était peut-être en fait pour cela, qu’il ne restait qu’Adrian dans sa vie. Il était bien plus sage qu’elle pouvait l’être et cela l’amusait en tout point. Elle attrapa sa gourde d’eau et écouta Adrian lui parler des petites bêtes. La plupart des Vipères, qu’elle avait connues, se tenaient sur deux pattes plutôt que de ramper au sol.

En matière de vipères, Jack est un connaisseur, ricana Mortimer en regardant Maureen avec qui il partagea un sourire

Très drôle le centenaire, maugréa le concerné.

Il courait les jeunes donzelles, mais il était certain que Dorne serait la seule place où il n’oserait pas puisque les femmes semblaient avoir un sacré caractère. Puis, il préférait faire les yeux à sa Lady, tout le monde le voyait et ne l’empêchait pas de faire. Même Maureen semblait vouloir se confier à quelqu’un dans les derniers temps. Tous savaient comme l’affaire du médaillon l’avait quelques peu ébranlé, mais parfois, il fallait un adulte pour en comprendre un autre. Elle préférait tout de même un voyage un peu plus tranquille, mais le souhaiter était presque impossible, avec ce qu’ils étaient. Il arrivait certainement quelques pépins.

Qu’il fasse ce qu’il veut. J’approuve grand-père sur le fait que personne ne semble au courant. Ou c’est encore cette manie qu’il a de ne rien dire au Bolton. Parfois je me demande si ce qui s’est passé à Motte la forêt reste comme un gout amer. Je n’ai pas eu de nouvelle des cotes.

Fallait pas l’insulter, Les Stark n’ont pas d’humour

Il avait seulement à reconsidérer ses paroles et ne pas me traiter en pauvre fille du sud, que je ne suis pas.

Fin de la discussion, car elle s’emporterait certainement trop facilement. Elle n’aimait pas qu’on lui rappelle qu’elle avait désobéi à un ordre. Si elle n’avait pas été la, le Stark n’aurait certainement pas vécu très longtemps. Tant pis, elle ne remettrait pas les pieds à Winterfell avant un bon bout de temps. Le dire était plus facile, le faire était autre chose. Elle savait qu’à Winterfell, il n’y avait qu’un loup qui ne cherchait pas les problèmes avec les Bolton. Maureen savait qu’elle aurait des comptes à rendre un jour ou l’autre. Elle regarda Adrian d’un air songeur puis soupira intérieurement. Elle ne lui avait pas caché le médaillon.

Au Contraire, je lui ai montré. Je lui ai dit que Lord Baratheon était au courant. Je n’étais pas capable de lui laisser. Il ne savait rien et je ne veux pas qu’il se culpabilise à cause que la maison est à moitié cinglée. Il ne savait vraiment rien et je sais quand il me cache des choses. Chaque fois que je reviens dans l’orage, je me dis que c’est mon dernier voyage, car, il ne vivra jamais jusqu’à la prochaine fois et cette fois-ci j’ai bien l’impression qu’il est abattu. Peut-être que la vieille avait raison. Celui qui avait ce médaillon est mort … Nous aurions du laisser cette histoire en paix.

La suite la surprit et l’inquiéta peut-être même un peu trop. Adrian stoppa Avalanche pour mettre une flèche au serpent. À la vue de la bestiole, Écorcheur s’éleva dans les airs, mais Maureen le calma. Elle l’aimait ce garçon. Il arrivait toujours à la faire rire. Maintenant, il allait orner Fort-Terreur de serpent au lieu de cadavre. Charmant décor. Elle osa même regarder John avant de pouffer de rire tout simplement. Tous les animaux, sauf les reptiles. Elle n’avait aucune affinité avec ces petites bêtes. Du moins, quand elles étaient vivantes, elle se tassait du chemin pour les éviter.

Pour cette fois, je suis entièrement innocente. Je t’aurais volontiers offert ce cadeau, si tu voulais en tapisser les murs de tes appartements. J’avoue que cela changerait le décor de la maison, mais je suis loin de douter que grand-père apprécie cette nouvelle décoration.

Qu’il prenne exemple ce qui il voulait ne lui faisait pas peur. Elle savait qu’il se débrouillait facilement. Elle avait signé une trêve avec Lord Bolton uniquement pour amener Adrian hors du Nord, pendant quelques temps. Et puis il y avait à Westeros bien des choses à voir. Elle ne savait plus combien de temps ils étaient partis. Chose qu’elle regardait rarement lorsqu’elle voyageait à travers les terres de Westeros. Elle était beaucoup plus encline à regarder et explorer. Elle ressentit une once de désespoir de son cousin. Fallait qu’elle arrête de le materner. Elle devenait agaçante à la fin. Elle ne chercha pas à se trouver à ses cotés. Elle allait plutôt rester entre Jack et Mortimer, dans son monde, truffé de questionnement inutile et incompréhensible. Jack avait tourné à tête en direction de l’héritier de Fort Terreur.

Tu ne trouveras pas aucun Bieffois dans les terres de Dorne. S’il y a en a, à ce que j’ai compris, il évite de se montrer trop. Dorne est un peu comme le Nord, peu accueillant par moment et par endroit.

La relation entre les Dorniens et les marchiens ne sont pas les meilleurs aussi, ajouta la Bolton.

Les seigneurs des marches sont des vassaux de la maison Baratheon, mais des vassaux du Sire des Marches, soit la maison Caron qui se situe à Séréna. Elle est situé dans les marches de Dornes et elle est la maison la plus a l’ouest des Terres de l’Orage. Elle donne directement le passage sur la Passe du Prince. On continuera vers l’ouest et on trouvera un moyen de se rendre dans le Bief par la suite.



Un homme nu
n'a  guère de secrets,
mais un homme écorché
n'en a plus un seul


-Roose Bolton-
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 24 Mar 2013 - 15:43

Adrian glissa un regard perplexe vers ces différents interlocuteurs avant de s’arrêter plus longuement et pesamment sur John. Ce dernier se contenta d’hausser les épaules, lui signifiant ainsi que les boutades de leurs camarades ne valaient pas la peine qu’on s’y attarde. Il arrivait parfois qu’il peine à en saisir le sens, comme c’était le cas actuellement. John était bien le seul qui daignait lui expliquer ce qui avait pu lui passer au-dessus de la tête, mais généralement, il se contentait de ce geste familier qui était plus à même de le faire soupirer d’agacement.
Maureen, elle, semblait conserver tout son sérieux. Il l’aurait presque senti un peu sombre, un peu distante, si elle ne faisait pas autant part des précautions à prendre. Le voyage ne semblait pourtant pas lui peser, alors c’était sans doute le départ en lui-même.

« Comme on dit : Pas de nouvelles, bonnes nouvelles, non ? Beron Stark est intraitable, mais pas orgueilleux au point de partir en campagne sans en avertir les Bolton. Ce serait insensé… » Au ton de sa voix, l’on percevait qu’il n’était pas si sûr de ce qu’il avançait. Il ne l’espérait juste pas capable d’une telle absurdité mais connaissait trop mal le Lord-suzerain pour s’avancer. Il était vrai que les Stark n’avaient pas le moindre sens de l’humour, comme le soulignait Jack. « Et pas non plus capable de concessions. » Rajouta t-il.

Il glissa un regard vers Maureen mais la sentait désormais fermée à toute discussion. Du moins à celle-ci, car il semblait bien que l’histoire du médaillon la travaille encore, comme il le présageait. Elle regrettait d’en avoir parlé, et lui regrettait de l’avoir poussé à le faire. Ce n’était pas ses affaires, jamais il n’aurait dû s’en mêler.
« Je suis désolé, Maureen. Ca ne fera qu’une source d’inquiétude en plus pour le Lord Swann, mais il était trop tard pour laisser cette histoire enterrée après en avoir référé au Lord Baratheon. Il s’est montré compréhensif, peut-être parviendront-ils à résoudre le mystère de cette mort ou… Ils le laisseront tout deux reposer en paix. Le Lord Baratheon n’ira pas chercher noise à ton grand-père pour pareille histoire, ça ne semble pas dans sa nature. »
De maigres consolations, il en avait bien peur. Adrian tentait faiblement de la rassurer, mais il n’était pas doué dans ce rôle qu’elle avait tant exercé auprès de lui. Et lui, finalement si peu…

Au moins parvenait-il à la faire rire sans détour, par de simples impulsions. Ce qu’il avait toujours rêvé se produisait, chevaucher dans des contrées inconnues, combattre des créatures mythiques et chasser des plus rares et colorées… Même si ça n’avait pas le même degré de dangerosité qu’il avait cru, il pouvait en rire, toujours, tant qu’il réussissait ce qu’il entreprenait. Et rire était si naturel quand Maureen était là. Le voyage n’aurait pas eu la même saveur sans sa présence inestimable. Souvent lui revenait le passé, les jours d’insouciance à jouer dans Fort-Terreur. Il refusait de les perdre malgré tout ce qui était arrivé depuis. « C’est aux couleurs de la maison, ça reste harmonieux ! Il va râler, mais il le gardera finalement. » Répondit-il d’un air plein d’assurance.

Le pas d’Avalanche s’était réduit, et sans qu’il ne s’en rende compte, Adrian rejoignait les derniers de la file, la talonnant pour la remettre en tête. Sous ses jambes, elle lui semblait incroyablement chaude et son pas était raide, difficile. Il leva le regard vers le ciel où l’astre renvoyait une chaleur de plomb. L’ombre peinait à les protéger, la hauteur leur épargnait à peine les courants d’air chaud… Pourtant, le désert serait bien pire de l’avis de la majorité. Il n’était pas certain que son destrier en supporte autant. « Nous pouvons faire une pause ? » John s’arrêta à sa hauteur, comprenant bien vite le problème. « Tu veux changer de monture ? » Le Bolton lui rendit un signe de tête négatif. « S’arrêter un peu, simplement. »

Il leur fallut une petite heure supplémentaire pour trouver un abri valable, un renfoncement dans la roche qui protégeait autant l’équipée que leurs montures des bourrasques chaudes qui charriaient un peu de sable. Du sable, il n’en voyait qu’ainsi, jeté au gré du vent à basse altitude… Il avait tant voulu voir le désert de ses propres yeux mais les roches lui camouflaient systématiquement, et maintenant, il doutait aussi de si c’était une bonne idée. Maureen avait eu raison pour leurs montures… Mais jamais la blanche n’avait faibli avant lui, endurante qu’elle était. Jamais avant ce jour.
« Je suppose donc que les Dorniens ne risquent pas de s’aventurer dans ce coin-là, s’ils ne s’apprécient pas. Je commence à me dire que nous n’allons croiser personne hormis les serpents et lézards… »

Et une bonne demi-heure de pause suffit à lui prouver le contraire. Ils s’étaient installés plus confortablement dans le renfoncement, laissant les montures souffler un peu et boire suffisamment. C’était leur première vraie halte depuis le départ des plaines vallonnant Pierheaume. Et il semblait ne pas être les seuls à s’aventurer sur les Marches.
Adrian s’était penché pour détailler le paysage en contrebas qui révélait davantage de plaines verdoyantes que de déserts arides pour le moment. Au loin se dessinait un groupe de cavaliers portant un étendard difficile à reconnaître, à cette distance… Mais le noir et le blanc laissait peu de places à l’imagination.
« Maureen ? On dirait que des hommes du Lord Swann vont s’engager à notre suite. Je ne comprends pas… Pourquoi ne seraient-ils pas partis avec nous, s’ils devaient aussi s’aventurer dans les Marches ? » John plissa le regard, se postant à ses côtés pour détailler la scène. « Peut-être sont-ils porteur d’un message… »

Peu importe la raison de leur venue, un regard en arrière lui suffit pour comprendre que ses compagnons étaient aussi perplexes que lui. « Alors, nous les attendons peut-être ? » Porteur d’un message, simple mission ou patrouille, à son sens, les Swann ne pouvaient être que de bons alliés de circonstance face à l’ennemi insidieux et invisible que constituait les Marches de Dorne.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maureen Bolton
Noble

Général
Dame de la Maison Bolton de Fort-Terreur



♦ Missives : 518
♦ Missives Aventure : 142
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 08/07/2011
♦ Célébrité : Jaimie Alexander
♦ Copyright : Ann
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Maeve Arryn, Aaricia Bonfrère, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Non determiné
♦ Lieu : DERRIÈRE TOI
♦ Liens Utiles : Lady Maureen Bolton
Vents D'hiver et chant d'été
Nos Lames Sont Acérés
Aptitudes et Intrigues
Succès de Maureen Bolton

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
804/1000  (804/1000)


Message Mer 27 Mar 2013 - 1:31

La jeune nordienne avait préféré garder le silence en ce qui concernait le Stark. Si elle n’avait pas été là qui l’aurait sorti de l’impasse alors qu’ils étaient loin des autres. Elle avait laissé son cheval en pâture pour venir en aide à un homme qui l’avait traité comme une femme du sud. Elle n’avait pas besoin d’être protégé. Elle éprouvait toujours de la rancœur envers son suzerain et ce même si son nom ne l’aidait pas. Elle se fichait bien de ce qu’il pensait d’elle désormais. Tant qu’elle n’aurait pas à répondre de rien, elle le laisserait bien tranquille. Elle n’attendait rien d’autre que cela. Elle ne se pointerait pas le nez à Winterfell en ayant l’idée de faire encore pire qu’À motte-la foret.

Je dirais tout simplement tant pis. Fort-Terreur reste particulièrement éloigné des côtes. S’il n’a pas besoin de nous, alors tant pis. Grand-père ne proposera pas ses hommes tant Beron Stark n’en fera pas la demande.

Elle s'était rapprochée d’Adrian pour posé une main affectueuse sur son épaule. C’était les conséquences de toute chose. Il ne pouvait pas être désolé d’en avoir parlé. Elle savait que la triste réalité frappait toujours un moment où un autre. Même si elle était persuadée que son grand-père n’en était pas la cause, elle ne pouvait pas en dire autant pour le reste de la famille. Elle aurait fini par s’ouvrir un jour ou l’autre et il aurait su. Même si l’événement du Bois du Roi datait, elle n’arrivait pas à retirer l’embarcation et le sang qu’il y avait. Ils étaient près de l’eau lorsqu’ils avaient trouvé la barque. Peut-être avait-il fini noyé? Ou Sacrifié ? Peut lui importait à ce moment ci.


Tu n’as pas à être désolé. Je m’inquièterais toujours pour lui. Il sait se défendre seul et je suis certaine que Lord Baratheon ne doutera pas de ses paroles. Lord Swann a toujours été un homme fidèle. Ou peut-être que la vieille folle avait simplement raison. Il est plutôt mort. N’oublie pas la marre de sang qu’il pouvait y avoir. Il s’en sortira.
[/b]

C’était la première fois, que les deux hommes des Bolton restaient aussi silencieux. Ce qui ne dérangeait pas la jeune femme. Elle aimait bien la solitude et le silence. Malgré tout, Adrian avait le don de lui mettre un sourire sur les lèvres. Si elle n’avait pas eu la vie facile, lui il avait toujours réussi à dédramatiser le tout. Peut-être était-ce pourquoi elle ne s’était jamais attachée à personne pour quitter définitivement fort-terreur. Peut-être parce qu’il y avait toujours eu Adrian comme excuse. Elle ne voulait pas le laisser entre les mains de Réginald, mais d’u autre coté, elle aimerait bien qu’il devienne un peu comme lui. Elle voulait en faire un grand seigneur, même si lui voulait la mort probable de son grand-père dans bien des années.

Je suis certaine que cela lui plaira vraiment et je suis prête à parier qu’il te fera le même discours sur les écorcheurs qu’il m’a fait lorsque j’avais à peine dix ans. JE me demande même des fois si notre mésentente ne vient pas de la relation qu’il avait avec ma mère à cette époque.

Relation bien compliqué. Même si Réginald lui en avait toujours voulu de ne pas avoir laissé son jumeau vivre. Peut-être aurait-il fini à la main du fléau, mais il restait peu de trace de cela sauf peut-être dans la tête du Mestre et du vieux Lord. Fort-Terreur avait fini par oublier les héritiers de l’Écorcheur et l’écorcheur lui-même. Ne restait plus que deux petits enfants et un lord presque sénile.

Ils s’étaient arrêtés quelques temps. Maureen était restée cloitrée dans son esprit la plupart du temps. John et Jack restaient quand même au les sens en alerte. Pour Maureen était comme le Nord, à la différence que les températures étaient inversées. Elle lui avait sourit. Comme quoi ce voyage serait certainement tranquille. Elle ne dirait pas non, elle ne demandait que ca. Dans sa tête, elle voyait le reste du voyage comme relativement calme. Peut-être moins, en discussion puisque certains quand ils s'y mettaient ne dérogeait pas de dire n’importe quoi. Pauvre Adrian qui devait perdre des bouts de conversation parfois.

Ne t’inquiètes pas, on aura certainement de folle aventure encore. Je me suis toujours dis que le Dorne était comme le nord, à l’exception de la température.


Elle et écorcheur préférant certainement le froid du nord au sable de Dorne. Écorcheur trouvait le moyen d’embêter sa maitresse, mais elle le laissait faire. Elle lui avait donnée de quoi se régaler et en profitait pour lui caresser l’encolure. Elle n’avait jamais cru qu’un jour, elle l’aurait amené plus loin que le nord. Comparé à son père, il n’avait connu que le froid lui aussi. Elle ne se souciait presque plus des autres et ce fut Adrian qui lui mis la puce à l’oreille. Des hommes en noir et blanc?

Attendons qu’ils arrivent.

Elle avait tenu sa main sur la garde d’écorcheuse. Pourtant, elle ne craignait pas grand-chose, mais pourquoi des hommes du Cygne venaient aussi tardivement. Maureen avait attendu que les cavaliers s’avancent. Quelle mauvaise nouvelle amenaient-ils ? À un moment, elle pu discerner facilement le cygne de la famille. L’homme en tête avait stoppé le reste des cavaliers et descendit de sa monture pour se rendre près de la Bolton. Il s’était incliné et avait tendu un bout de parchemin à la Dame de la maison Bolton. Une écriture plus que familière.

Lord Swann veut que nous rentions à Pierheaume. Lord Baratheon a réquisitionné des bateaux pour la guerre. Tu sais demain et après demain les marches de Dorne seront encore là. Désires-tu venger ceux qui sont tombés à Motte-la foret?

Elle avait regardé Adrian pour lui signifier que si le suzerain du Nord ne voulait pas des Bolton, il aurait certainement les deux pires. Maureen avait bien l’intention d’y laisser sa marque. Réginald Bolton aurait certainement voulu que cela soit autrement pour son héritier, mais elle doutait que le jeune Bolton serait d’humeur à venger son Nord. S’il ne l'était pas, elle, elle était prête. Il suffisait de prendre la route avec les Swann.





Un homme nu
n'a  guère de secrets,
mais un homme écorché
n'en a plus un seul


-Roose Bolton-
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 31 Mar 2013 - 17:03

Il hocha lentement la tête, d’un air grave, sans lui répondre.
C’était lui qui voulait la rassurer et il avait le sentiment que l’inverse s’était produit. Il ne préférait pas continuer sur cette discussion macabre, Maureen en avait assez vu ces derniers temps pour ne pas l’accabler davantage. Lui, ça lui arrivait encore de rêver de ses bêtes immondes et féroces. Des bêtes qui semblaient tout droit sorti d’un mauvais rêve, justement. Le dilemme des Swann l’affectait bien moins que ces réminiscences. Ils avaient eu tellement de chances de s’en sortir sans grands maux, alors que les bêtes semblaient avoir la force de dix hommes. Même s’ils n’auraient plus jamais à en recroiser, la mort les avait frôlé de près. Et ça se reproduirait, plus tôt qu’il ne le craignait.

« Quel discours ? »
A évoquer ce que pourrait dire le Lord Bolton, la curiosité l’incitait à en savoir plus dans l’heure. Il aurait bien voulu en apprendre davantage, ne voyant pas le rapport entre la mère de Maureen et un fichu serpent accroché au mur. Sa cousine semblait surtout songeuse… Peut-être ne parvenait-il plus à suivre ses raisonnements mais il n’aurait pas l’occasion de lui demander plus de détails.

A vrai dire, il en avait presque oublié cette intrigante remarque à la vue des hommes en noir et blanc. Ils avaient attendu dans l’expectative leur approche, aucun ne daignant rompre le silence. Le vent mugissait entre les roches, lugubre, et Adrian peinait à se maintenir en place. La patience n’avait jamais été son fort.
Quand ils arrivèrent enfin à leur hauteur, aucun d’eux ne s’exprima. Un simple parchemin tenait lieu de paroles. Son regard s’attarda sur Maureen, comme pour percevoir son ressenti. Un message porté par une équipée Swann, si peu de temps après leur départ, ne pouvait annoncer que de sombres présages. Il ne s’y trompa pas.

« La guerre… »
Il répéta ce mot à la suite de sa cousine, d’un air soucieux. La Couronne daignait enfin répondre à l’appel en détresse du Nord et de l’Ouest ? C’était inespéré. Le Lord Bolton avait pourtant bien calculé son coup : Il ne pourrait pas revenir à temps dans le Nord pour prêter main-forte. Il l’avait laissé délibérément en arrière. Pourtant, la surprise passa sur ses traits alors que Maureen lui proposait de prendre la route en sens inverse afin de venger les morts de Motte-la-Forêt. Adrian s’était toujours dit qu’elle cherchait à l’apaiser mais que ce voyage s’était planifié pour l’écarter du danger. Malgré son démenti…

« Excuse-moi de ne pas t’avoir cru, Maureen. Combattre aux côtés du Lord Baratheon et des Swann sera un immense honneur. Nous aurons les coudées franches, le Stark au loin, et nous serons bien entourés. » L’occasion de rallier les rangs des Bolton ne se présenterait certainement pas en cours de route, mais en partant maintenant avec les forces du Lord Baratheon, ils arriveraient à temps… Et il jouirait d’un anonymat total, ce qui empêcherait au Lord Bolton de s’offusquer d’une rebuffade... A condition qu’il reste en vie, bien entendu. Même s’il n’aurait pas la satisfaction de se battre parmi leurs hommes, Maureen lui permettait de ne pas rester en arrière comme un lâche. Il avait bien triomphé des bêtes noires des fanatiques de l’Âne, plus rien ne saura l’effrayer. Les Marches de Dorne l’intéressaient bien moins maintenant qu’il avait cette idée fixe en tête.

« Les Marches peuvent bien attendre. Je refuse de rester en arrière quand d’autres risqueront leurs vies sous notre bannière. Nous les vengerons, nous leur ferons comprendre qui nous sommes, que nos lames sont acérées. »
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Maureen Bolton
Noble

Général
Dame de la Maison Bolton de Fort-Terreur



♦ Missives : 518
♦ Missives Aventure : 142
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 08/07/2011
♦ Célébrité : Jaimie Alexander
♦ Copyright : Ann
♦ Doublons : Aliénor Tyrell, Maeve Arryn, Aaricia Bonfrère, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 23 ans
♦ Mariage : Non determiné
♦ Lieu : DERRIÈRE TOI
♦ Liens Utiles : Lady Maureen Bolton
Vents D'hiver et chant d'été
Nos Lames Sont Acérés
Aptitudes et Intrigues
Succès de Maureen Bolton

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
804/1000  (804/1000)


Message Mar 2 Avr 2013 - 22:59

Elle était sèche et dure parfois avec lui. Elle ne s’en rendait pas compte, mais elle se montrait quelques sans cœur. Pourquoi lui parler de Lord Bolton et ses discours assourdissants. Elle y avait eu le droit quand elle était petite et qu’elle boudait ou voulait renier ce qu’elle était. Si elle n’avait plus peur de Réginald Bolton, rien ne disait qu’elle n’en avait pas eu peur un jour. Elle avait soupiré pour chercher une échappatoire. Elle ne se souvenait pas qu’il ait fait une seule fois ce discours devant Adrian. Ou peut-être était-ce sa tante qui avait protégé les oreilles de son neveu ? Elle cherchait quoi dire, mais Mortimer fut bien plus rapide qu’elle.

Il y a des choses qui ne valent pas la peine d’être entendu et dites. Les discours de Lord Bolton en sont plus souvent qu’autrement le meilleur exemple.


Maureen avait remercie son protecteur de lui avoir servi une réponse toute à fait correcte selon elle. Elle n’avait pu selon elle dire mieux, mais Lord Réginald n’était pas le pire des hommes. Il était vieux et avait perdu ce qui avait de plus cher aux yeux d’un peur. Son agacement pour le jeune loup arrivait plus souvent qu’autrement à le contrarier, mais elle le laissait faire. Même sous son jeu de vieillard sénile, la fille de l’Écorcheur savait bien que cela n’était qu’une mise en scène. Elle connaissait beaucoup plus son grand-père, que lui pouvait connaitre ses secrets.

Même si pour toi le statut d’Héritier est encombrant parfois, tu restes le seul Lord des Écorcheurs, s’il devait mourir. Je sais que tout au fond, il voulait te protéger et il ne faut pas lui en vouloir, j’aurais fait la même chose... Jamais je n’ai cru que nous pourrions avoir accès à cette opportunité, mais sache qu’elle est bien plus avenante que celle de diriger les troupes de la maison Bolton.


Et en plus les bannières du loup seront très loin. Qui pourrait rêver mieux?

N’escomptez pas faire les fanfaron. Nous resterons sous les ordres des Swann et sous aucun prétexte nous leur désobéirons.

Elle avait regardé le plus jeune des protecteurs et elle savait que son regard le faisait sourire. Même si depuis le temps, elle connaissait ses hommes, elle savait que Jack ne pouvait pas lui laisser le dernier mot … Son regard avait été insistant, mais elle soupira intérieurement à ne pas le voir répliquer quoique ce soit. Elle savait que même si le vieillard décidait de ne pas trop jouer avec le feu, en ce qui concernait les ordres du Stark, les Bolton resterait toujours éloignée géographiquement et mettrait toujours plus de temps à arriver. Elle préférait servir sa cause, dans le sud que d’être près du Stark, aussi. Il touchait un bon point c’était plus que certain. Elle veillerait sur son cousin comme ses hommes le feraient tout autant. Elle ne laisserait pas l’héritier de Fort-Terreur sur les iles de fer. Elle n’attendait plus que la décision de ce dernier. Elle connaissait la réponse, mais l’entendre de la bouche d’Adrian la ferait sourire. La réponse ne tarda pas à fuser, elle monta sur écorcheur.


Voilà qui est bien parlé …


Il n’en fut pas plus pas moins pour que les cavaliers suivent les hommes de Pierheaume. Elle savait que son grand-père ne serait pas très ouvert à l’idée, mais comme il avait été le seul à toujours la voir différemment, il ne s’opposerait pas à cette idée. Et puis, elle aurait trouvé cela étrange qu’il prenne le temps de l’avertir, mais au moins, elle aurait moins de rancœur que d’Avoir machiné le départ d’Adrian de Fort-Terreur. Les montures prirent la direction de la maison des Swann et une nouvelle aventure allait se dessiner à l’horizon ….





Fin



Un homme nu
n'a  guère de secrets,
mais un homme écorché
n'en a plus un seul


-Roose Bolton-
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

En avant toutes !!!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» L'ardennais veut se présenter avant toutes choses
» Manipulations avant, pendant et après le coup de 2004.
» " Féeries de lumières de l'Avant-NOËL "
» Bonjour dans toutes les langues
» ARISTIDE SERA DE RETOUR AVANT LES ÉLECTIONS SELON IRA KURZBAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-