AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Dylis Sarschamp | TERMINEE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 25 Déc 2012 - 17:19


● Nom : Sarschamp, un nom qu'elle porte avec grande fierté n'en déplaise à certains.

● Prénom : Dylis comme l'exigence, le perfectionnisme.

● Sexe : Femme, entièrement, avec tous les tracas que cela engendre. Mauvaise fortune, dirait-elle.

● Âge : On la prétend âgée de vingts années, sa mère affirme qu'elle n'en n'a que dix huit. Son père atteste les dires de son épouse. Néanmoins ils s'accordent tous sur un problème tangible : elle est en âge de se marier hélas, les prétendants fortunés ne se bousculent guère au portillon.

● Origine : Issue des Terres de l'ouest, née à Sarschamp.

● Métier : A quel métier peut-elle prétendre ? Somme toute aucun, son rang l'empêchant de se salir les mains, cela dit, elle n'y voit là aucun inconvénient. C'est une noble dame, après tout, aussi petite soit sa maison.


● Physique :

Une chevelure battue par le vent, longue, blonde, chatoyante sous l’astre diurne. Un trait qu’elle a acquis des bords paternels, fort heureusement. De sa mère, elle a hérité cette carnation porcelaine qui lui valut, petite, grands nombres de sobriquets. Physiquement, Dylis n’est certainement pas un canon de beauté ( à ses yeux, tout du moins), ni même un exemple poignant d’hideur. Féminine, sa silhouette gracile est bien l’aspect anatomique qui attire le regard hormis, évidemment, le doré de ses tifs. Le voile de ses paupières dissimule souvent des iris d’onyx, tantôt bleu pétillant, tantôt sombre et marécageux, au gré de ses humeurs. Ce sourire mutin qui, bien trop souvent, vient fendre ses lèvres invitant les plus idiots à blesser leur ego. Certains se risquent à dire qu’elle n’est que la « pâle copie » de son père, dont le port altier défie toute concurrence. Il faut bien dire qu’elle n’est pas lésée. De taille plutôt moyenne, pour une originaire de l’ouest, elle n’éprouve aucun complexe. Le seul bémol serait probablement, ces lèvres charnues qu’elle aurait aimées moins volumineuse et ainsi, moins contestées. Peut-être devrait-elle cesser de faire craquer les jointures de ses doigts lorsque l'anxiété la tiraille ou encore, cesser d'hausser le ton, manie qui n'est surement pas digne d'une Sarschamp.

La manière qu’elle a de se vêtir, à la hauteur de son rang. Certes les pièces de tissus ne sont guère des chefs d’œuvres cousus de fil d’or comme bon nombre de ses commères mais, travaillées et avant tout : dignes d’être portées. Elle affectionne particulièrement la teinte verte, dominante du blason Sarschamp mais, accepte de porter des palettes plus étendues. Quelques bagues, quelques peignes agrémentent sa panoplie mais ce, que très rarement. Il ne faut tout de même pas freiner ses cavalcades inopinées, pile lorsque son cœur le lui dicte.


● Personnalité :

A Sarschamp, Dylis est une véritable controverse ou plutôt une certaine source de moqueries. Sa maladresse de l’ordre du légendaire, la rend célèbre et, on ne cesse de conter les aventures cocasses par lesquelles elle est passée. Du jour où elle fut désarçonnée par un cheval à la funeste soirée où elle fut éconduite par un pourceau alors qu’elle avait légèrement abusé d’hydromel. Néanmoins, ses mésaventures ne l’ont guère marqué puisqu’elle avance au jour le jour, la spontanéité comme arme d’appoint et les boutades amicales qu’elle distribue comme des petits pains (même aux petits gens). Elle est appréciée par les habitants qui voient en elle une succession possible. Le seul défaut criard qui pourrait lui être imputé, certainement, sa loquacité qui a une vive tendance à lui attirer de sérieux ennuis sociaux. Evidemment, son éducation stricte palpable dans sa façon d’être fait d’elle une noble somme toute quelconque sur les Terres de l’ouest. Absolument pas téméraire, cela dit, elle n’irait pas le crier sur tous les toits puisque son arrogance et son orgueil ( quoique quelque peu éraflé) sont parfaitement indubitables tout comme ce bagou parfois irritant qui lui vaut des remarques acides en provenance des Sarschamp. Ses détracteurs l'affublent toutefois d'un surnom aussi bien réducteur qu'évocateur, dans son dos, Dylis devient malheureusement : Dylis la godiche chose étonnement fausse pour une dame possédant un esprit aussi vif mais, incompris. Ces derniers temps, l’aînée est , toutefois, tracassée par un problème d'une autre nature : les Sarschamp sont en quête d'un époux pour leur fille qui, à leur grand dam, ne trouve pas chaussure à son pied.« Ne dit-on pas que derrière chaque grand homme, il y a une femme ?! »« Je crois qu'on oublie surtout de dire qu’une femme se trouve toujours dans le lit d’un grand homme ». Il n'est pas nécessaire de préciser que la jeune Dylis possède des idées bien arrêtées. Peut être rêve-t-elle simplement de pouvoir choisir au lieu de subir ?


● Famille :


Droit à la Cible

✖️ Ganael Sarschamp : un père aimant quoique peu démonstratif. Lord de Sarschamp, maison vassale des Lannister.

✖️Edwina Sarschamp née Swyft : une mère dévouée à sa progéniture et, répondant aux sirènes effroyables de la soumissions.

✖️ Hernan Sarschamp : petit frère âgé de huit années qu'elle affectionne énormément.

✖️ Doylana Sarschamp : dernière née, tout juste sortie du ventre de sa mère.

✟Feu Lady Hellen Sarschamps décédée en 186, mère de Lord Ganael.



● Résumé :
Dylis, fille ainée de Lord Ganael Sarschamp à vue le jour à Sarschamp sous l’étendard aux couleurs de vie, un après-midi quelconque, aucune date n’ayant été officiellement retenue. Elle a, dès son plus jeune âge, reçu une éducation à la hauteur du titre porté par son père et, dès lors toujours montré de l’attention face aux préceptes enseignés. Elle se sait femme, ainsi, inexorablement destinée à un mariage précoce. Bien qu’elle soit désormais en âge de prendre époux, son esprit demeure hanté par la disparition de sa plus fidèle amie, Oonagh, fille de forgeron, qu’elle s’imagine aller sauver des griffes de redoutables Fer-nés. A Verchamps, ses projets paraissent quelque peu impossibles compte tenu de sa maladresse et de son statut, sans parler d’un caractère irrécupérable qui risquerait de lui attirer bon nombres de péripéties. Cela dit, sa loyauté irréprochable qui fait d’elle une véritable épaule d’appui et cette détermination presque infaillible la dépeignant, lui donneront peut-être la force de poursuivre sur sa lancée.
● Histoire :




Well you only need the light when it's burning low
Only miss the sun when it starts to snow

« N’oublie pas, Dylis, droit à la cible » les lèvres qui remuent, ceux d’une mère aux allures effrayantes de maquerelle fardée à en dissimuler l’entière totalité de ses traits, combine teintée d’une crainte étrange, celle de finir emportée par le joug cruel d’une vieillesse inévitable. Mais, on ne trompe pas le temps. Un soupire inaudible, hochement de tête laconique, la doucereuse comprend qu’il ne faut surtout pas attirer le déshonneur sur leur maison. Dylis le sait, à quoi bon lutter ? L’obédience est une des conditions indiscutables de son statut de femme et, quand bien même n’est-elle point d’accord avec une telle pratique cela n’annihile pas son espoir : « Je ferai en sorte de vous rendre fière, mère ». Du moins, ne fera-t-elle rien pour attirer son courroux.

✘✘✘
Est-ce la proéminence remarquable de la mâchoire qu’il arbore ou bien l’espèce de furoncle qui perce impétueusement la peau de son prétendant, offrant à Dylis quelques réflexions poussées sur la nature de cette protubérance suspecte, qui la rebutent ? Ou est-ce l’idée même de devoir s’unir à ce gaillard jusqu’à la fin de ses tristes jours ? Peu importe, l’angoisse prend le dessus à un tel point qu’elle se précipite derechef dehors, à la recherche d’une diversion un tant soit peu acceptable pour parader. Elle prend une longue inspiration, les yeux balayant les alentours, aucune issue ne se présente, les minutes s’écoulent et l’inévitable se produit : « Dylis, vous êtes là ». Lèvres pincées, elle aimerait se confondre en excuses mais, rien ne lui vient en tête. Un sourire poli prend forme, illuminant son faciès tandis qu’un pli amer s’empare de celui du pauvre homme, il se sait éconduit : « A boire, allez donc me chercher à boire, mon bon monsieur ». Qu’il s’en aille et qu’il ne retrouve plus son chemin. « Dylis, enfin ! » volteface, la blondinette se retrouve nez à nez avec une jeune brune aux yeux rieurs et à la mine enjouée, une croquante avec laquelle elle n’est certainement pas censée se lier d’amitié : « Oonagh » souffle-t-elle, surprise de croiser son amie en un lieu si distingué : « Qu’est-ce que tu fiches ici ? » « J’suis v’nue t’chercher, pardi ! ». Elle désigne un canasson en contrebas, d’un preste mouvement de tête. La jeune noble se penche et constate non sans une certaine surprise le manège de sa commère : « J’aimerai tellement me joindre à toi, hélas, mon devoir m’oblige à l’acte de présence » « L’espèce de monstruosité qui t’accompagne ? Allez, ma vieille, tu vaux mieux que ça. Même moi, j’vaux mieux que ça ». Leurs rires résonnent en chœur alors que la tentation se fait pesante : « Je vais certainement me faire punir » « La belle affaire » une chiquenaude se perd sur l’épaule de la va-nu-pieds alors que Dylis soulève son jupon : « S’ils me tuent, je viendrai te hanter ». S’ils la corrigent, ce qu’ils feront surement, ce n’est pas tant d’avoir osé snober son potentiel époux mais bien davantage d’avoir revu Oonagh, fille du forgeron, indigne d’elle donc. Ainsi elles galopent sous l’astre nocturne, le vent frais d’un début de soirée s’engouffrant dans leurs chevelures. Quand se sont-elles rencontrées ? Pourquoi ? Des interrogations qui demeurent sans réponse et sources de céphalées – bien plus pour les Sarschamp, d’ailleurs-.


Staring at the bottom of your glass
Hoping one day you'll make a dream last

An 211

Ses veines qui gonflent du sang qui bat sans relâche contre ses tempes, la touffeur moribonde qui l’enserre à la gorge, Dylis s’asphyxie, son cœur évulsif tambourine excessivement contre sa cage thoracique, ulcérée, elle susurre quelques prières : « Gente Mère, ô fontaine de miséricorde… », le pied prit dans une racine, elle s’étale de tout son long. Le sol est humide, la moiteur imprègne sa chevelure lorsqu’elle se relève, sa toilette est maculée de boue, elle imagine les remarques assassines d’une mère prête à tout pour la rendre présentable, le regard furibond d’un père qui n’a de cesse de lui en vouloir. Statique, ses iris coulent avec panique autour d’elle, que fait-elle dans cette forêt, qu’elle est cette odeur de soufre qui s’élève tout comme cette fumée, véritable étau qui la malmène ? Et ce cri épouvantable qui retentit aussitôt ? Toum.Tah.Toum.Tah.Toum.Tah. Son palpitant désœuvré lâche alors prise, les arbres s’effacent, un tourbillon l’emporte impétueusement. C’est dans ses draps, en nage, qu’elle ouvre l’oeil. Sa respiration demeure saccadée, fébrilement, une main dompte la boucle qui lui barre la vue. Par tous les…pourquoi donc cette sensation ignoble ne parvient-elle point à s’en aller ? La porte de sa chambre s’ouvre en fracas sur sa nourrice qui se précipite sur elle : « Dylis », c’est la tête bercée par les mouvements respiratoires de Ditta qu’elle finit par trouver le repos mais, guère à fermer l’œil. Quelque part, hors de vue, des boutres avancent sans scrupules sur Salvemer, là où Oonagh s'est rendue quelques jours plus tôt, vendre des épées.

♣️♣️♣️

La nouvelle tombe, épée aiguisée sur sa tête, la délicate Dylis qui s’effondre en larme aux genoux de son père, Oonagh victime d’un rapt fut emmenée par un Fer-né, immondice sanguinaire qui ne doit guère avoir fait preuve de chevalerie. Elle s’imagine aller lui porter secours, hélas, ses devoirs envers sa famille la clouent au sol. Le temps qui passe, les souvenirs qui restent et l’espoir qui, malgré une volonté de fer, se consume. La douzième lune laisse place au nouvel an. Les jours qui galopent, la beauté qui se flétrie, la tristesse qui fleurie, gangrenant la joie de vivre, cette transformation au fil des saisons n’échappe guère aux yeux de Lord Ganael qui , un bon matin, fait à progéniture une bien étrange proposition : « Pourquoi n’irais-tu pas te changer les idées à Verchamps ? Des cousines pourraient peut-être t'y accueillir», d’un mouvement lapidaire, Dylis qui se voit ravivée, voyant là une occasion en or de prospecter en faveur de son amie, dont les réminiscences demeurent véhémentes et quotidiennes. Elle se sait pourtant incapable et inoffensive mais, elle aime penser que d'une manière ou d'une autre, arrivera-t-elle à trouver un roublard enclin à lui apporter son aide. Bien que cette nouvelle destination l'éloigne davantage de sa cible, Pyk.


« Tu pars alors ? » Hernan se tient allongé sur la couche de son ainée, le menton coincé entre ses paumes : « Tu pars à Verchamps ? Et, t’vas y faire quoi, ‘Lis ? », il questionne, les yeux brillants surmontés de longs cils qui la regardent avec attention. Elle avale la distance, s’accroupissant face à lui, prenant ses mains dans les siennes : « T’vas essayer de retrouver Oonie, n’est-ce pas ? Tu n'y resteras pas longtemps » elle baisse la tête, l’œillade fraternelle devenue insurmontable : « Tu vas nous quitter, une fois que tu seras là-bas, tu partiras ailleurs et tu ne voudras plus revenir ». Assez : « Je suis née à Sarschamp, j’ai grandi à Sarschamp, bonhomme. Puis, ce n’est que temporaire, j’ai besoin de prendre l’air, tu sais ce sont des histoires de grands ». Le visage d’Hernan change aussitôt d’expression, il pointe sur elle un doigt accusateur : « Tu mens », elle avance une main dans sa direction qu’il décide d’ignorer, se précipitant dehors, ne manquant pas de claquer la porte derrière lui. Que veut-elle ? Rien de plus que la vérité. Peut-être est-ce là une intention déraisonnable mais, de toute manière, elle n’est pas faite pour jouer aux intrépides et puis, Lord Ganael exigera certainement d’elle qu’elle ait une suite. Peut-être une servante ou deux et l’incontournable Ditta, présentes pour veiller au grain, cette inestimable vertu dont elle n’a cure et qu’elle compte pourtant protéger. Certainement devra-t-elle s'en défaire ou ruser pour les entraîner dans son sillage sans qu'il n'y ait de protestations opiniâtres.

❈❈❈

« Une escorte ? Etait-ce nécessaire, Ditta ? » Souffle-t-elle, le voyage se révèle pénible et, les raisons ayant poussé Lord Ganael à l’envoyer à Verchamps demeurent pour Dylis obscures, pourquoi donc ne peut-elle s’empêcher de voir là une énième conspiration imaginée par les esprits bien trop fourbes de ses parents ? Peut-être désirent-ils engendrer une franche alliance entre leurs deux maisons ? N’ont-ils pas fait de son « futur » mariage, une véritable obsession ? « Lord Ganael se soucie de votre bien être, Dylis, peut-être a-t-il vu à quelle vitesse vous vous étioliez ». Peut-être espère-t-il qu’elle finisse par oublier sa loyauté ?! Plus plausible. A moins qu’elle réussisse à corrompre ces hommes, sa quête risque de ne jamais voir le jour : « Certainement ». Si elle avait su à quel point ce périple ne serait que souffrance et désagréments, peut-être aurait-elle décliné l’offre. « A combien de lieues sommes-nous ? ». Une interrogation qui revient régulièrement, le soleil placé haut dans les cieux, courbant l’échine face à la lune séraphique et le temps flouant sa propre notion : « Bienvenue à Verchamps, ma Dame ». L’œillade appuyée agrémentée d’un sourire en coin de lippes, elle se sait prête à quitter les lieux dès que cela lui sera rendu possible.


● Inventaire :

Droit à la Cible
N'est-ce pas ? C'est pourquoi elle ne se sépare jamais du carquois et des flèches portant les armoiries de sa famille. Entre autre des toilettes qu'elle affectionne beaucoup, deux modestes robes qui n'attirent surement pas le regard. Pas de bijoux précieux qui , de toute manières peu nombreux sont sous la surveillance de sa mère. En revanche, elle s'arrange toujours d'avoir sur elle de quoi écrire, noter les informations substantielles qui peuvent s'élever autour d'elle.



● Pseudo : B&B
● Âge : 22 printemps entamés
● Divers :
● Avatar : Gabriella Wilde
● Connaissez-vous le Roman ? Oui, je me suis procurée les tomes , j'ai regardé la série, malheureusement, je n'ai pas tout lu, ni tout retenu
● Comment avez-vous connu le forum ? Un partenariat divin !
● Comment trouvez-vous le forum ? Il est sophistiqué, pointu, un véritable casse-tête pour lequel j'ai eu un véritable coup de coeur, d'ailleurs, bravo à l'équipe, c'est une perle.
● De quelconques suggestions ? Suggérer quoi ? Tout est bon.



Dernière édition par Dylis Sarschamp le Dim 30 Déc 2012 - 12:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Main du Roi
avatar

Brynden Rivers
Main du Roi

Général
Freuxsanglant

- Combien c'est-y que lord Freuxsanglant il en a, de zyeux ?
- Mille, et rien qu'un.

♦ Missives : 3432
♦ Missives Aventure : 33
♦ Age : 32
♦ Date de Naissance : 27/07/1985
♦ Arrivée à Westeros : 22/06/2009
♦ Célébrité : Kevin Costner
♦ Copyright : Alysanne
♦ Doublons : Edric Estremont
♦ Age du Personnage : 36 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Donjon Rouge, Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
155/500  (155/500)


Message Sam 29 Déc 2012 - 21:01

Tout d'abord, soit la bienvenue sur le forum, Dylis !

Les descriptions physiques et mentales me vont tout à fait ! Par contre, il y a quelques soucis dans ta famille ^^ Tout d'abord, ton père n'est pas ser, mais lord ! Ensuite, si tu peux dire que ta mère vient de la maison Swyft, tu ne peux pas dire qui est son père ni quelle place il a dans la famille. Il faut laisser cela au choix de l'éventuel joueur qui choisira la maison Swyft. Tu as aussi omis de parler de la personne citée sur l'arbre généalogique de la maison Sarschamp.

Concernant la fin de ton histoire, je me pose une question. Pourquoi ton personnage irait au Roc ? Elle n'a aucune raison de faire cela, n'ayant aucun lien avec la maison Lannister. De la même manière, Port-Lannis ayant été attaquée par les Fer-nés, ce n'est pas le lieu le plus sûr, ne serait-ce qu'en comparaison de Sarschamp Very Happy Il faut aussi tenir compte du fait qu'avec le décès de lady Maura, le Roc n'est pas un lieu très joyeux et que lord Lannister étant en plein dans les préparatifs de la guerre, il ne pourra pas nécessairement veiller sur des dames venues de loin. Il faudrait donc un peu expliquer les raisons à ce voyage aussi surprenant que compliqué Very Happy

Quant à la toute fin de l'histoire, de quoi s'agit-il ? J'avoue ne pas comprendre ce passage et c'est assez gênant... Est-ce que c'est Dylis qui cherche à aller dans les îles de Fer ? Où alors, c'est complétement autre chose ? Quelques précisions ne seraient pas de refus.

Merci d'avance des précisions que tu me donneras Very Happy


Revenir en haut Aller en bas
http://star-city-heroes.forumsrpg.com/
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 30 Déc 2012 - 11:07

Merci, Brynden.

Je t'avouerai m'être emmêlée les pinceaux Mouais J'avais consulté l'arbre généalogique mais, je me suis faite avoir par ça. En fait, je crois avoir été à côté de la plaque Face Les faits se produisant sur le forum ayant lieu antérieurement, je ne dois pas me référer aux informations ayant lieu à l'époque du roman. Mea culpa. Je vais tout modifier =D

Citation :
Concernant la fin de ton histoire, je me pose une question. Pourquoi ton personnage irait au Roc ? Elle n'a aucune raison de faire cela, n'ayant aucun lien avec la maison Lannister. De la même manière, Port-Lannis ayant été attaquée par les Fer-nés, ce n'est pas le lieu le plus sûr, ne serait-ce qu'en comparaison de Sarschamp Il faut aussi tenir compte du fait qu'avec le décès de lady Maura, le Roc n'est pas un lieu très joyeux et que lord Lannister étant en plein dans les préparatifs de la guerre, il ne pourra pas nécessairement veiller sur des dames venues de loin. Il faudrait donc un peu expliquer les raisons à ce voyage aussi surprenant que compliqué

Tu as tout bonnement raison, j'avais décelé une incohérence concernant le fait que Port Lannis ou bien même Castral Roc n'étaient certainement pas des lieux sûr mais, tu as mis le doigt sur un problème de taille

Je rectifie cela tout de suite, je pense surtout réécrire la fin de l'histoire, ça commence bien, je te donne du travail supplémentaire

EDIT/ donc, j'ai réécrit certaines parties puis, j'ai apporté des modifications dans la partie " famille".

J'espère que ça ira, je suis toute ouïe
Revenir en haut Aller en bas
Main du Roi
avatar

Brynden Rivers
Main du Roi

Général
Freuxsanglant

- Combien c'est-y que lord Freuxsanglant il en a, de zyeux ?
- Mille, et rien qu'un.

♦ Missives : 3432
♦ Missives Aventure : 33
♦ Age : 32
♦ Date de Naissance : 27/07/1985
♦ Arrivée à Westeros : 22/06/2009
♦ Célébrité : Kevin Costner
♦ Copyright : Alysanne
♦ Doublons : Edric Estremont
♦ Age du Personnage : 36 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Donjon Rouge, Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
155/500  (155/500)


Message Mer 2 Jan 2013 - 13:08

Les changements dans la fiche me conviennent et je ne vois donc rien de plus à dire. Je vois que tu parles aussi de quitter Verchamps aussi rapidement que possible, mais ne sachant pas ce que tu as en tête, je ne peux pas trop te dire si c'est logique ou non. Note simplement qu'une femme seule ne pourra jamais voyager à travers le royaume, mais aussi que l'Ouest est une région dangereuse, ne serait-ce qu'en raison des bêtes féroces qui y vivent (comme des lions des montagnes). Quand à la volonté de sauver son amie, Dylis peut toujours essayer, mais elle a très peu de chance de quitter la côte, surtout à la date actuelle. Je t'indique juste ces quelques précisions au cas où et si jamais tu as des questions, je suis disponible !

En tant que dame de la maison Sarschamp, tu bénéficies évidemment des ressources de ta maison. Toutefois, d'un point de vue RP, tu disposes surtout de tes possessions de départ, sans oublier que tu débutes le jeu avec 30 dragons d'or. Tu pourras te servir de cette somme pour acheter des biens aux marchands ou tout autre chose. Même si ça n'en a pas l'air, il s'agit quand même d'une petite fortune ! N'oublie pas de les ajouter à ton inventaire, dans ta fiche de personnage (accessible dans ton profil) !

Bref, si cela ne semblait pas encore clair, je te valide ! Tu vas donc pouvoir te lancer dans le jeu ! N'oublie pas de remplir ton profil, ta fiche de personnage et de poster les fiches relatives à ton personnage. Tu peux aussi aller signaler ta position sur le continent à cet endroit. N'oublie pas de consulter les autres sujets du bureau du Grand Mestre pour t'intégrer dans le contexte ou pour découvrir lady Coeurdepierre ! Tu pourras ensuite débuter le jeu en consultant les demandes, en postant la tienne ou en demandant directement à un joueur. En cas de questions, n'hésite pas à poster dans la Tour de la Main ou à m'envoyer un MP. Enfin, n'hésite pas à passer par le flood et la CB pour te faire connaitre et t'intégrer plus facilement sur le forum !

Puisses-tu réussir à aider vivre ta vie comme tu l'entends et à ne pas t'attirer trop de malheurs par ta malchance !


Revenir en haut Aller en bas
http://star-city-heroes.forumsrpg.com/

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Dylis Sarschamp | TERMINEE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Phyllis Shai (TERMINEE)
» CLAY Ҩ rebellion isn't with guns only... [TERMINEE]
» Keep calm and pass your way ♙ Saewald [TERMINEE]
» Nel Berrywood ou la confusion des genres ! [TERMINEE]
» Katherina H. Valorff || Tel fut son destin || FICHE TERMINEE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives des Demandes de Citoyenneté :: ◄ Archives des Terres de l'Ouest-