AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Animation n°3 : Le miroir d'argent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Noble
avatar

Blayne Caron
Noble

Général
"No Song So Sweet"
Sire des Marches

♦ Missives : 183
♦ Missives Aventure : 29
♦ Age : 29
♦ Date de Naissance : 22/06/1988
♦ Arrivée à Westeros : 28/11/2012
♦ Célébrité : Craig Parker
♦ Copyright : Floob
♦ Doublons : -
♦ Age du Personnage : 31
♦ Mariage : veuf
♦ Lieu : Séréna
♦ Liens Utiles : Le Ménestrel de Séréna
De son habileté à l'épée et à la harpe
Les sérénades du Rossignol
Les Rossignols et leur cage

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
566/1000  (566/1000)


Message Jeu 20 Déc 2012 - 23:21

La situation avait de quoi le faire blêmir de rage. Se faire rembarrer par le commandant du Guet au profit d’un faquin de basse extraction était tout bonnement ahurissant, quel que fut le prestige dont pouvait jouir ce sombre idiot. Digérant non sans peine ce qu’il considérait comme un affront, Blayne se dirigea donc vers le chapiteau au centre de la place dans le but de se changer les idées, et profiter sans doute de l’occasion pour se restaurer, toutes les dispositions ayant été prises à l’intérieur de l’édifice de toile pour parer aux exigences des invités de marque du festival.
Le seigneur de Séréna eût l’agréable surprise de reconnaître quelques visages familiers en pénétrant dans l’imposante tente, principalement des membres de la famille Hightower, qu’il avait rencontrés lors de son arrivée à Villevieille il y a de cela quelques jours. Une sorte de gigantesque coupe de marbre trônait au centre de la pièce, ce qui attira l’attention du noble durant quelques instants, mais ce n’est pas vers elle qu’il se dirigea, mais plutôt vers la matriarche Higtower, qu’il salua en s’inclinant respectueusement, saisissant la main qu’elle ne manqua pas de lui tendre et réalisant un baise-main parfait.


« Lady Myrcella, veuillez accepter mes hommages. Les festivités ont manifestement été organisées de main de maître, et rendent honneur à votre magnifique cité. Il en est qui sont venus de fort loin pour avoir le plaisir d’y assister. Et les artistes engagés semblent tous sans exceptions maîtres dans leur domaine. »

Un serviteur s’approchant d’eux, Lord Caron accepta la coupe de vin qu’on lui proposait, humant le doux bouquet du nectar et admirant sa robe avant de se décider à le déguster, en appréciant pleinement la qualité.

« Il s’agit sans aucun doute possible d’un grand cru de la Treille, fort gouleyant tout en conservant un bouquet à nulle autre pareille. »

Prenant une nouvelle gorgée du doux breuvage, Blayne réorienta à nouveau la discussion qu’il avait entamée vers le festival, curieux de connaître l’opinion de son interlocutrice à ce sujet.

« Je dois avouer pour ma part avoir fortement apprécié les représentations de la troupe de ménestrels, qui s’est établie ce jour au sud d’ici, trouvant leurs mélodies captivantes, et pour le moins originales. Mais je n’ai guère eu le temps d’apprécier les autres divertissements, l’un d’entre eux mériterait-il selon vous une attention toute particulière ? »

Tout en restant poli et déférent, le seigneur de l’Orage avait décidé de suivre présentement cet adage populaire qu’il savait pouvoir tout aussi bien être applicable à lui-même : Rencontre la mère, tu connaitras le fils. Qui sait ce qu’il en ressortirait.



Nul chant n'est si doux...
Mais bientôt vous danserez entre mes mains


N'hésitez pas à me MP si un rôle dans la famille Caron ou son entourage vous intéresserait, je suis ouvert à toute proposition.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 20 Déc 2012 - 23:22

Aribeth regarda Caron battre en retraite avec une satisfaction – à peine – dissimulée. Haha, l'est mis en déroute l'arrogant ! Même Lady Estremont avait finit par le trouver rustre, laquelle chargea même un de ses hommes de lui remettre deux cerfs d'argents. Douze cerfs en un si court laps de temps, c'était une sacrée somme ! Pas de quoi faire fortune, mais largement de quoi lui permettre de reprendre les routes sans craindre de rester sur le palier des auberges. Alors qu'elle rangeait les pièces dans son corsage, un beau chevalier en armure rutilante s'approcha avec trois autres hommes d'armes. Walder n'eut guère le loisir de donner ses titres à Aribeth, toujours agenouillée devant lui sur la scène, apostrophé par le chevalier – les murmures semblaient s'accorder sur le fait qu'il s'agissait d'un certain Ser Calvin Hightower. Apparemment, il les en débarrassait ! Pas fâché qu'il parte enfin, le bougre. D'autant qu'elle n'était pas « sa paludette » – l'expression la fit grimacer – elle n'était la paludette de personne ; indomptée, indomptable et ce tant qu'elle en décidera, na. Et surtout pas par un malotru comme ce Walder – lui donner de l'argent n'achetait guère son affection ou son estime.

Ivy, à moitié cachée derrière la Paludière, grogna sourdement sur Walder qui leur tourna le dos en s'en allant. Puis, voyant le chevalier azur s'approcher, la renarde battit prudemment en retraite pour se réfugier derrière Elliot, loin de l'épée tranchante de Ser Calvin. Pourtant, c'est avec un ton avenant qu'il lui proposa de relancer les festivité avec une chanson joyeuse. Un sourire éclot sur les lèvres d'Aribeth : ce Calvin lui plaisait bien. Pour qu'un homme de sa stature lui propose ouvertement de chanter quelque chose d'un peu limite, c'était qu'il n'était pas complètement coincé comme la vieille Tyrell de tout à l'heure. La Paludière opina du chef et lui adressa un semblant de salut militaire : « Très bonne idée, Ser ! Et merci pour votre efficacité ! » Et elle redressa et fit faire volte-face dans un froufroutement de jupons. Elle ne pouvait peut-être pas jouer quelque chose de trop graveleux – dommage, elle aurait bien joué « La Reine retira sa sandale et le Roi sa couronne » ou bien « Meggett était une jolie pucelle, une jolie pucelle que c'était, Meggett » ou encore « Le Souper de Madame » – alors elle opta pour « un Baril de Bière », chanson paillarde populaire que beaucoup de gens connaissait et qui se révélait très entraînante. Elle en jouant les première note et laissa à ses musiciens l'initiative de la suivre. Elliot entonna la mélodie joyeuse de la chanson à la vièle, un sourire en coin.

La Paludière bondissait énergiquement, gaie comme un pinson, tout en chantant, virevoltant sur la pointe de ses pieds nus, rayonnante à nouveau maintenant que leur gêneur était parti.
Revenir en haut Aller en bas
Artisan
avatar

Maël
Artisan

Général
« Tailleur Dornien,
en service dans le Bief »

♦ Missives : 501
♦ Missives Aventure : 46
♦ Age : 25
♦ Date de Naissance : 25/02/1992
♦ Arrivée à Westeros : 02/02/2012
♦ Célébrité : Jared Leto
♦ Copyright : Cami-Ali
♦ Doublons : Shaïra Seastar, Gabriel, Velanna Vance
♦ Age du Personnage : 27 ans
♦ Mariage : Aucun
♦ Lieu : Le Bief
♦ Liens Utiles :
~ Fiche ~
~ Les Tissages ~
~ Aptitudes et Succès ~

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
273/500  (273/500)


Message Sam 22 Déc 2012 - 4:34

Kar’Olus sembla se résigner à quitter son étal mais il accompagna sa fuite d’un regard sombre et sans équivoque, qui eut l’art et la manière de glacer le jeune tailleur. Il n’était guère armé contre ce genre de personnages et ne savait pas davantage comment réagir sous l’œil d’un suzerain de l’envergure du Long Dard. Se chicaner sur des morceaux de tissus et leurs modestes réputations lui paraissait particulièrement grossier et non avenu, aussi le silence fut-il sa devise. La prise de position de Lord Tyrell le flatta autant qu’elle l’intimida, et c’est rougi par un doux embarras qu’il remercia à nouveau Leo.

Ce dernier s’étonna ensuite de l’attitude du marchand rival, qui pouvait sembler excessive mais qui était monnaie courante dans une région encore traumatisée par les lances de Dorne. Le jeune homme se refusait pourtant à tomber dans la généralité, d’autant plus face au suzerain de ces vertes contrées. C’est donc avec minutie qu’il choisit ses mots. « Un dornien n’est pas souvent bien vu, à tord ou à raison. Et pour la défense de Kar’Olus, peut-être ais-je une manière de faire trop différente, qui détonne de trop avec l’artisanat de Villevieille. Je regrette que vous ayez été importuné par tout ceci, je tâcherai de discuter avec lui dans un climat plus paisible. » Il eut un sourire particulièrement reconnaissant lorsqu’il précisa qu’il se chargerait en personne de rapporter les faits à lord Hightower. Cependant si Kar’Olus était dénué du sentiment fraternel unissant un corps de métier, Maël était naïf, solidaire et bien trop candide de nature. « J’ose croire qu’il a été poussé par toute la tension accumulée lors de ce festival… Je suis sûr qu’il regrettera ses paroles une fois que nous aurons discuté et écarté tout malentendu. Mais merci beaucoup messire, vous êtes un véritable chevalier, votre attention m’honore absolument. »

Vint alors la fameuse proposition, soufflée par une lady Tyrell de toute beauté. Et quelle proposition ! Le suzerain du Bief en personne requérait sa présence à Hautjardin pour une mission d’envergure qui, si elle était accomplie avec les honneurs, ne serait que bénéfique pour ses affaires, sa situation… Il s’imaginait déjà annonçant la nouvelle à Lyra… Ils iraient vivre quelques temps dans la splendide cité fleurie – il n’y avait jamais mis les pieds, mais s’y voyait déjà ! – il travaillerait dans des conditions qu’il n’avait jamais connu auparavant, il habillerait les plus élégantes ladies et les plus valeureux lords du Bief… Sa réputation et sa clientèle s’en trouveraient élargies, ses finances aussi, il pourrait alors offrir une plus jolie maison à Lyra… Et – oserait-il y songer ? – fonder une famille à ses côtés… La rêverie n’avait jamais paru aussi réelle, Maël était littéralement transporté. « Messire je ne sais comment vous remercier… C’est une merveilleuse proposition. Je vous promets de vous donner réponse dans la journée, et j’espère de tout cœur vous dire oui. Mais il faut que je m’entretienne avec Lyra, ma compagne que vous avez déjà rencontrée car c’est une très grande décision. Si vous le permettez. » Compagne… Le mot était venu si vite.



Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 23 Déc 2012 - 18:46

Le noble musicien lui fit présent de sa harpe en la déposant sur le bord de l’estrade, Jyanna le remercia d’un sourire avant de récupérer l’instrument qui était de belle facture puis le regarda s’éloigner vers le centre de la place où se trouvait l’estrade principale du festival. L’intervention d’un homme en armure permit à la représentation de reprendre son cours. Ce nouvel arrivant, fort charmant de surcroit, fut rapidement identifié comme étant le frère de lord Hightower, le fameux chevalier d’Azur. D’une manière forte habile il débarrassa Aribeth de son gêneur en prétextant qu’il était attendu à la guilde des Marchands. Véritable raison ou non, le dénommé Walder quitta la place sur une tirade théâtrale. Cette manœuvre fit sourire Jyanna car elle fut menée avec tact et habileté. Tandis que l’agitation environnante se calmait, le chevalier s’avança vers la nordienne et lui proposa de reprendre avec une chanson joyeuse qui collerait à l’esprit de fête. Alors qu’elle allait rejoindre sa place, elle entendit les cris de Jinto, portant son attention sur lui, elle se demanda ce qui pouvait exciter ainsi le petit animal quand elle vit les deux chenapans accrochés aux jupes de Jeyne. Leur comportement ne laissa aucun doute à Jyanna qui cria à l’intention des deux nobles.

- Jeyne ! Attention !

Elle ne savait si sa voix avait porté suffisamment à travers le brouhaha ambiant, mais elle vit qu’un jeune homme avait son regard fixé sur les deux voleurs. Il semblait avoir donné l’alerte plus rapidement qu’elle. Les voleurs déguerpirent avec leur butin, les gardes Estremont et Tarly aux trousses. L’histoire se finit bien comme Jyanna put en juger. Soulagée, elle allait reprendre son rôle d’harpiste quant de nouveau son attention fut attirée par les gesticulations d’une petite fille au pied de l’estrade. Intriguée, Jyanna s’accroupit pour se mettre à la hauteur de l ‘enfant.

- Que veux-tu, petite ? demanda-t-elle sur un ton interrogateur accompagné d’un sourire.

Elle se montrait nullement agressive, simplement désireuse de connaitre la raison de l’intérêt de cette enfant. Jyanna finit par poser un genou à terre pour adopter une position plus confortable. Jinto, maintenant privé de son attraction que constituaient les deux voleurs, vint se percher sur l’épaule de sa maîtresse et pencha la tête pour observer la gamine. Un nouvel élément distrayant pour le petit sapien. La stormienne jeta un coup d’œil à ses camarades artistes pouvoir voir s’ils s’en sortaient sans elle, sachant pertinemment qu’elle n’était pas le pilier de cette prestation, ce qui ne lui aurait pas déplu. Pour l’instant, elle attendait la réponse de l’enfant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 23 Déc 2012 - 22:01

  • Lord Tarly fut alors interrompu dans son initiative par lady Estremont qui approchait, visiblement prise de pitié pour ces deux pauvres garçons. En effet, ces deux là avaient l'air d'appartenir à la partie la plus pauvre de la population et voulaient seulement avoir de quoi se nourrir. Leslyn pouvait comprendre le ressentis de la noble, bien qu'il n'acceptait pas vraiment le fait qu'elle se permette de l'interrompre. Il n'en prit pas compte, et malgré une légère vexation, se redressa. Bien évidemment, il ne comptait pas envoyer aux cachots ces deux enfants : cela eut été le comble, lui qui venait de prendre la défense de Walder face à Lord Caron. Non, il voulait juste les effrayer et leur faire comprendre que le vol était un acte malhonnête, et ainsi les dissuader de recommencer. Pendant quelques temps, au moins.

    Leslyn hocha doucement la tête en se rapprochant de lady Estremont tandis que les gardes tenaient toujours les deux chenapans.

    - Je ne comptais pas envoyer ces enfants en prison, cela va de soit ! Je comptais simplement les effrayer pour qu'ils ne recommencent plus, enfin... Je crois que mon idée tombe à l'eau maintenant ! dit-il en se forçant à sourire.

    Rien ne servait de se montrer machiste ici. De plus, lady Estremont était bien plus pédagogue que lui et accordait une attention touchante aux deux jeunes enfants en leur laissant une chance. Leslyn laissa donc faire la jeune femme, regagnant les côtés de sa femme et s'assurant qu'elle n'avait pas été bousculée pendant le bazarre que tout cela avait provoqué.


    - Tout va bien, lui répondit doucement Meerya en souriant.

    Évidemment, comme Leslyn s'y attendait, celle-ci approuvait totalement la décision de lady Estremont d'intervenir et l'encourageait de tout coeur, allant même jusqu'à donner quelques pièces aux gamins sous le regard désespéré de son mari qui ne comprenait pas une telle naïveté, purement féminine selon lui.

    Ces deux là auraient tôt fait de faire les poches à d'autres, et s'ils n'avaient pas besoins de les punir, les récompenser n'était surement pas une bonne chose aussi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 15 Jan 2013 - 12:13

Alliser savait d'expérience que les plus mauvais tours ne venaient pas nécessairement des plus basses gens. Les nobles étaient eux-aussi capables des pires scénarii et il fallait s'en méfier même plus que des voleurs car ils avaient les moyens financiers d'arriver plus vite à leurs fins. Aussi ne fut-il pas surpris de repérer assez rapidement des murmures entre deux personnes dont les vêtements suggéraient une raisonnable richesse. Alors qu'il n'avait pas songé à faire preuve d'autres talents que son habile observation au cours de ce festival, l'agent comprit très vite que ce qu'il venait d'entendre allait exiger une intervention rapide et efficace de sa part. Apparemment, ces deux nobliaux avaient en vue le trafic d'une des plus secrètes recettes de La Treille et, puisque cela impactait directement le seul homme qui avait son amitié et sa loyauté, il se devait de ruiner leurs efforts. Les secrets de fabrication du Nectar des dieux appartenaient aux Redwyne depuis sa création. Il ne pouvait transiter entre nulles autres mains. Toutefois, ce fut moins la pensée de voir un secret viticole éventé que l'insulte contre l'intelligence de Jace qui poussa Alliser à se mettre dans le sillage des deux comploteurs, avec toute la discrétion dont il savait faire preuve. N'ayant pas perçu suffisamment d'informations pour déterminer avec certitude qui exactement détenait en ce moment même le parchemin interdit, l'ombre décida d'attendre une confirmation visuelle avant de mettre en œuvre ses talents de voleur. Comme il avait entendu toutefois que la réunion devait se passer du coté du terrain des acrobates, Alliser put déambuler à travers l'espace librement et sans se focaliser sur ses cibles afin de ne pas se faire repérer par elles – bien qu'il douta de leur capacité à le faire même s'il lui avait simplement suivi. Il ne fallait jamais sous-estimer son adversaire. On mourrait pour cela. De toutes manières, la calvitie de l'homme et la verrue de la femme étaient bien assez reconnaissables. Tout en allant dans leur sens, l'agent jeta quelques coups d'oeil à leurs tenues pour mémoriser les plus impossibles informations. Cela lui serait utile pour faire un rapport complet à Jace.
Il arriva finalement en premier au terrain des acrobates et trouva le meilleur point d'observation. De là où il se trouvait, il donnait l'impression de regarder avec grand intérêt le numéro d'un homme qui savait défier avec courage la gravité. Autour de lui, on applaudissait gaiement les performances et on en demandait d'autres. Les petits yeux gris d'Alliser se promenaient sur la foule, à la recherche d'un homme qui aurait présenté quelques signes de nervosité. Car, oui, on n'essayait pas de vendre un secret en plein festival en présence de son détenteur légitime le pouls parfaitement tranquille. Il trouva plusieurs candidats possibles. Les deux comploteurs émergèrent non loin de lui et ils se dirigèrent finalement vers l'un d'eux. L'agent se rapprocha un peu en se mêlant à un groupe de personnes qui se dirigeaient justement dans leur direction. Posté à une distance raisonnable et tourné seulement de moitié, il observa les trois vilains du coin de son œil perçant, décidé à suivre celui qui s'en irait avec le parchemin sur lequel figurerait la recette pour le lui reprendre. Mais que celui qui parte avec l'argent ne se croit pas sauvé pour autant. Le chien du Redwyne ne manquerait de venir lui rendre une petite visite afin de savoir où il a trouvé un secret pourtant bien gardé. Car si la recette était exacte – ce que pourra confirmer Jace – cela voulait dire qu'il y avait un traître au château de la La Treille.

MJ : Que voit Alliser, comment est leur contact (le reconnait-il, travaille-t-il au château?) et qui donne le parchemin à qui ?
Merci
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Animation n°3 : Le miroir d'argent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4


Sujets similaires

-
» Blog de Marc Bazin: Combien d'argent pour «sauver» Haïti ?
» Dossier Corruption 2:L'ONU et l'argent vole par JC Duvalier
» Haiti en Marche: L'argent de la drogue et les élections!
» La salle de l'argent
» L'argent du Pouvoir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives Militaires-