AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Pourquoi se priver d'emmener sa nièce si elle est intéressée ? [PV Yevana Mallery]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Aslak
Homme d'Armes

Général + Etre fier c'est bien, être en vie c'est mieux ! +
♦ Missives : 1035
♦ Missives Aventure : 116
♦ Age : 31
♦ Date de Naissance : 24/09/1986
♦ Arrivée à Westeros : 03/06/2012
♦ Célébrité : Nicolaj Coster-Waldau
♦ Copyright : moua
♦ Doublons : Arkha Kenning, Ethaniel Stone, Maëlle Beurpuits
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : les Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles : + Dites moi que je resterai en vie et je vous dirai qui je suis

+ On va se boire un verre ?

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
465/500  (465/500)


Message Mer 21 Nov 2012 - 20:14

Un rayon de soleil traversa les rideaux qui paraient habituellement la luminosité de sa chambre. Un gémissement de désaccord traversa les lèvres de notre reître alors que son bras venait se remettre gentiment sur ses yeux et que son corps se mouvait dans une position latérale pour tenter de récupérer de l'obscurité nécessaire à son sommeil qui se devait d'être réparateur. Dire qu'il avait encore fait des siennes la veille et qu'il avait consommé à ne même plus se souvenir comment il avait dirigé son destrier n'était point un mensonge... En fait il était rentré dans la nuit, tentant par le plus grand des moyens de se faire silencieux... Ce qui n'avait pas été évident et il avait même réussi à réveiller du personnel de maison, mais heureusement personne chez les Mallery. Il faut dire qu'à sa connaissance, sa soeur n'était pas là pendant quelques jours et son cher frère absent aussi, seule sa nièce était censée être à la maison mais ne l'ayant pas vu de la journée la vieille, il ne l'avait pas entraînée dans ses péripéties. Du coup, il ne s'était guère retenu et avait encore fini dans une taverne dans un petit village non loin du fief. A croire qu'il ne faisait que ça de sa vie... Ce qui au fond n'était pas faux. Ses lieux préférés étaient les tavernes et les bordels - ou lits de demoiselles de passage, ça dépendait comment se présentait les choses- donc forcément, une fois qu'il errait et tombait sur un de ces deux lieux, il ne les quittait pas de si tôt. Un exemple en somme qu'il ne fallait pas forcément donner à une maisonnée aussi bien éduquée de celle que son frère avait construite. Mais comment changer un homme à cet âge, qui dans sa tête était bien plus jeune que son cadet ? C'était quasiment impossible en somme, surtout pour un homme tel que lui dont la liberté se complaisait à accompagner une absence de responsabilités et de directives ainsi que de contraintes. Donc forcément, il faisait en conséquence ce qu'il voulait, comme il voulait. HEureusement que son destrier s'était habitué à lui et qu'il avait un lien privilégié avec désormais... Cela lui avait permis de revenir au domaine et de se traîner jusqu'à son lit totalement imbibé.

Désormais réveillé, il avait quelques difficultés à replonger dans un sommeil profond. Se laissant somnoler un temps, il finit par bouger son bras lentement pour tenter d'ouvrir ses yeux sur le monde environnant. Il lui fallut plusieurs papillonnements et de longues secondes pour parvenir à garder les yeux ouverts de manière continue et avec un détachement certain du à une émergence récente, il découvrit la petite table de chevet habituellement posée sur ses quatre pieds renversées non loin du lit. Relevant lentement un sourcil il réfléchit - ce qui fut difficile dans l'immédiat et donc lui prit beaucoup de temps - afin de se rappeler ce qu'il avait bien pu faire pour qu'elle se retrouve dans cet état. Concentration ultime pendant un long silence de contemplation du phénomène avant de se décontracter le faciès et d'émettre un son prouvant qu'il avait trouvé ce qu'il s'était passé. En réalité c'était particulièrement simple : associez l'alcool avec un état d'ébriété et l'obscurité de la nuit et vous comprendrez très rapidement ce qui avait fait chuter ce meuble. Un sourire amusé étira ses lèvres alors qu'il se mouva pour se retrouver sur son échine avant d'émettre un long bâillement digne de ce nom. Il n'était même pas sous la couverture... C'était honteux. Entièrement vêtu de ses habits de la veille, il se redressa et prit une position assise avant de passer sa main dans ses cheveux. Au moins avait-il pris la peine de détacher ses Jumelles de son dos. Bon par contre, il avait du louper l'autre meuble car ses lances trônaient par terre près d'une sorte de commode. Bon au moins avait-il eu pendant une fraction de seconde le sens du rangement... Mais par contre sa perception des distances était trop biaisée pour que ça marche. Tant pis, ce n'était pas bien grave, elles en avaient vu d'autres.

Il se leva et prit ses affaires avant de se rendre dans la salle de bain. Faisant sa toilette - il en profitait de pouvoir le faire tous les jours dans une maison luxurieuse - il observa son visage qui semblait en plutôt bon état comparé à la façon dont il se sentait... S'approchant du miroir il perçut une marque dans son cou et il prit de nouvelles quelques secondes pour se remémorer d'où cela venait. Un sourire en coin amusé se dessina quand il eut trouvé. Une jeune femme très entreprenante d'après ce qu'il se souvenait.... Tiens cet événement lui rappela un autre. Il avait revu la veille justement un homme qu'il avait aidé une fois en donnant de l'argent qui au fond ne lui appartenait pas - lui qui avait tendance à détrousser les personnes qu'il pouvait croiser, ce n'était pas étonnant - ce qui donc ne lui semblait point important à ses yeux puisque ce n'était qu'un faux acte de gentillesse. Mais l'homme avait cependant tenu à le remercier et à venir voir du coup son gosse maintenant né - raison pour laquelle il avait besoin d'argent- aujourd'hui. Ce n'était pas une mauvaise idée au fond, ça voulait dire qu'il allait se retrouver à manger dans une famille qui lui rappellerait sûrement son enfance à Culpucier bien plus que cette demeure froide et vide. Il pouvait comprendre que son frère ait souhaité le luxe mais lui personnellement, sur le long terme, il n'aimait pas ça. Ca manquait de saleté et d'authenticité. Il quitta la salle de bain et se rendit en cuisine, c'est qu'il avait faim maintenant qu'il était réveillé. Volant une pomme à disponible, il croqua avec envie dedans alors qu'il observait ce qu'il pourrait prendre d'autres à manger sous le regard désapprobateur du personnel de maison malgré qu'ils étaient désormais habitués depuis le temps qu'il séjournait dans la demeure. Un frisson se répandit sur sa peau... Il sentit que le temps commençait à se refroidir, l'hiver venait ce n'était pas étonnant. Mangeant sa pomme il choppa deux trois autres trucs dans la cuisine avant de regarder l'heure et de se rendre compte que la journée était déjà bien entamée, était-il rentré si tard que ça ? Ce n'était pas impossible. Errant un peu dans la maison, il se rendit dans une autre pièce et aperçut une silhouette qui lui était familière. Souriant amusé il s'approcha discrètement de la demoiselle pour se mettre dans son dos.

"Mais que vois je ? N'est ce pas ma nièce adorée ? "


Forcément elle ne devait pas s'attendre à le voir apparaître comme ça et un sourire amusé traversa ses lippes alors qu'il quittait son échine pour apparaitre à sa vue prenant place à ses côtés en s'asseyant si ça en était de même pour la jeune femme ou restant debout si c'était sa position actuelle. Elle était réellement magnifique comme jeune femme. Dès qu'il la voyait il ne pouvait s'empêcher d'activer sa tendance charmeuse. Cependant, le fait qu'elle faisait partie de sa famille restait bien présent dans son esprit, donc même si son sourire était très charmeur, il ne tenterait jamais rien de déplacé, ce qui était normal, il n'était pas malsain à ce point là notre cher voyageur. Mais elle était effectivement très belle, son frère avait du soucis à se faire car elle aurait sûrement un nombre impressionnant de prétendant. Quoi que de ce qu'il avait pu entendre, son cadet souhaitait la marier ce qui n'était pas du tout dans les désirs de la jeune femme pour le moment. Elle avait d'ailleurs bien raison... SOn caractère n'était clairement pas propice à un enfermement avec un homme pour le restant de ses jours en tant que bonne femme de maison, prête à pondre des chenapans à tout va. Il était bien placé pour le savoir, l'ayant déjà entraîné dans une petit voyage en dehors du fief improvisé et l'emmenant où elle n'avait jamais été, il avait vu un potentiel particulièrement intéressant en cette poupée au caractère bien trempé. Elle lui plaisait au fond énormément, non pas physiquement désormais mais davantage dans son comportement. Son frère avait de quoi être fier d'avoir une telle enfant, c'était bien plus intéressant que d'avoir une jeune femme comme sa soeur par exemple qui était bien plus dans les règles. Mais bon, on ne pouvait pas tout avoir, déjà avoir quelqu'un comme ça dans la famille qui lui ressemblait plus que ce qu'elle ne ressemblait à Alrik était amusant.

"Alors jeune femme ? Quel est ton programme du jour ? A part traîner et errer dans cette maison dont on a vite fait le tour j'entends."

Son sourire se fit en coin. Tout deux était du même avis : au bout d'un temps, c'était d'un ennui mortel de rester dans le domaine. Prenant un air plus ou moins détaché et comme quelqu'un qui allait dire quelque chose de point intéressant, il reprit la parole.

"Non mais... Enfin je sais bien sûr que tu t'en fous ou que ça t'intéresse pas mais j'étais justement invité chez un ami qui vient d'avoir un mouflet et je m'disais que si t'avais rien à faire tu m'accompagnerais bien... En dehors du domaine, pas vraiment à Port-Réal... Ailleurs....Mais bon je sais bien que c'est pas trop ton truc... Enfin tant pis, j'irai seul ainsi..."


Bien évidemment, c'était de l'ironie pure et dure qu'il maquillait sous un ton faussement sérieux pour la taquiner comme il aimait le faire. Il avait appris à la cerner et il avait par conséquent pris connaissance de son penchant aventurier et de sa curiosité juvénile propre également à une éducation de la noblesse qui empêchait les jeunes femmes de voir le monde et donc de les cantonner à leur rôle de future pondeuse sans intérêt. Ses propos étaient marqués de différentes tentations pour la jeune femme : quelque chose à faire, ailleurs ce qui voulait dire qu'elle allait voir un peu autre chose, avec lui. Cela indiquait forcément une sortie remplie de détente et d'amusement sans aucune autorité de sa part et où elle pourrait totalement se lâcher comme elle ne pouvait jamais le faire. Bref, nombreuses données qui empêchaient un quelconque refus pour quelqu'un de son acabit. Il le savait pertinemment. Mais cela restait profondément amusant de lui faire croire qu'elle n'était sûrement pas tentée.





You're kidding ?? This smell is mine ? holly crap... i stink!
" Qui dit porte dit monstre, qui dit monstre dit dragon et qui dit dragon dit courez, moralité: qui dit porte dit courez ! "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 22 Nov 2012 - 23:10

La vie d'une jeune noble était parfois bien lassante, coincée entre convenances et obligations, entre apparences et politesses. Rien de tout cela ne seyait à Yevana, elle rêvait sans cesse de liberté, d'épopée, d'inconnu, d'amusement et de toutes ces choses que sa condition ne lui permettait pas d'avoir. Aussi, en cette matinée frileuse de fin d'automne, elle se leva, l'humeur bougonne et la mine renfrognée, pour aller prendre son petit-déjeune en compagnie de la vieille domestique qui lui servait de compagnie en l'absence de ses plus proches parents. Bien sûr elle savait que son oncle trainait quelque part dans le fief Mallery ou encore dans son lit et si elle appréciait particulièrement sa compagnie, elle n'osa le déranger dans ses activités. Les commérages dénonçaient déjà son attitude désinvolte de la veille et son état d'ivresse flagrant lorsqu'il était rentré la nuit dernière, autant donc le laisser se remettre de ses folles aventures qu'il avait préféré connaître seul.

Difficilement, elle se traina à la table de la salle à manger où, comme c'était à prévoir Maricella l'attendait de pied ferme, elle s'y assit et commença à déjeuner tranquillement. La demoiselle avait toujours eu du mal à se lever aux aurores et n'aimait pas changer ses habitudes pour correspondre aux attente que l'on se faisait d'elle, ce qui expliquait sans doute son humeur massacrante du moment. Trifouillant du bout de sa cuillère sa bouillie d'avoine, de lait et de miel, elle n'était pas très convaincu par le repas que l'on venait de lui servir mais, par faim, elle s'y contraignit.

-Tu aurais pu au moins te peigner avant de descendre manger !

Reproche lancé par la vieille dame à la plus jeune qui ne répondit qu'en lui lançant un regard assassin ce qui suffit à calmer sa témérité matinale. Il était de notoriété publique dans la maison Mallery, que la demoiselle n'avait pas le caractère facile et s'il était déjà courageux de lui adresses quelques remarques en temps normal, le faire de bon matin était un simple suicide social.
Terminant son bol dans le plus grand silence, Yevana n'adressa pas à sa gouvernante la multitude de noms d'oiseaux, de réflexions et de répliques qu'elle avait envi de lui jeter à la figure, son père en serait immédiatement averti et sa condition ne serait que pire. Au lieu de cela, elle releva la tête et, en bonne petite dame bien dressée, parla posément comme si rien ne s'était produit.

-Qu'y a-t-il de prévu aujourd'hui Maricella ? Et par pitié ne me dite pas qu'un de ces fichus prétendants doivent se présenter dans la journée auquel cas je retourne me coucher et je me fais porter malade.

La plus grande crainte de Yevana, la séduction sans répit que lui infligeait la ribambelle de d'homme venant sans cesse frapper à sa porte comme si elle était miraculeusement disposée à les recevoir.

-Tes prétendants ne sont pas « fichus » et tu devrais surveiller un peu plus ton langage qui ne correspond en rien à …

-... ce que l'on attend d'une noble dame. Le refrain est donc toujours le même.

-Bien sûr ! Et si tu m'autorises à répondre à ta question je te dirais que tu peux faire ce que tu veux dans les limites du domaine. Ce sont les instructions de ton père.

Soupirant de mécontentement, elle quitta la table sans ajouter un mot et se dirigea d'un pas rapide vers sa chambre où, elle le savait par avance, aller se dérouler le rituel quotidien de l'habillement. D'ailleurs la vieille domestique la suivait tant bien que mal, prête à l'aider dans cette tâche. La demoiselle se déshabilla, se lava avant de passer à l'habillement. Au bout d'une heure, la fâcheuse expérience se termina et Yevana fut à nouveau libre de ses mouvements. Mettant donc à profit son temps pour pratiquer des activités qu'elle appréciait, elle fit comme à l'accoutumée de la musique, puis lorsqu'elle s'en lassa, elle se mit à dessiner avant de trouver cela ennuyeux également.
L'après-midi venant pointé le bout de son nez et n'ayant pas particulièrement faim, la belle se retira dans une bibliothèque où elle pourrait lire tout à loisir les livres de géographie qu'elle affectionnait tant. Partir en voyage était l'un de ses désirs les plus intenses et les plus brûlants, aussi à travers sa lecture elle se plongeait dans des péripéties imaginatives qui la distrayaient beaucoup. Joignant la distraction au savoir, cela lui permettait également de connaître certains us et coutumes des différentes contrées de Westeros bien qu'elle ne savait pas le crédit qu'elle pouvait accorder à l'auteur du manuel. A peine venait-elle d'entamer sa lecture qu'une voix retentit dans son dos, familière et régulièrement synonyme d'expérience intéressante. Répondant sur le même ton que lui, elle s'amusa à le taquiner.

-Mais que vois-je ? N'est ce pas mon oncle bien aimé ? Je vois que tes folies de la nuit dernière n'ont pas terrassées ta conscience au point de te laisser la journée au lit. M'en voilà ravie !

Heureuse de le voir en cette journée qui s'annonçait si morne, elle lui adressa un sourire radieux, s'étirant jusqu'aux oreilles. Elle devait avouer qu'elle ne connaissait pas très bien son oncle mais ce qu'elle savait de lui suffisait à éveiller sa curiosité et son intérêt, si bien qu'elle était véritablement contente de passer un peu de temps en sa compagnie.

-Tu dois sans doute savoir que mon père ne me laisse pas sortir aussi je vais sûrement dépérir un peu plus dans cette prison de pierre. A moins, bien sûr, que tu ne veuilles m'emmener quelque part. Je suis sûre qu'il me laisserait sortir en ta compagnie.

Elle lui adressa un clin d'oeil complice en souvenir de leur dernière escapade de laquelle la demoiselle n'était pas rentrée bien sobre. Si elle n'était pas partante pour renouveler l'expérience de l'alcool, elle l'était en revanche beaucoup plus pour une sortie avec Aslak. Ce qu'il ne tarda pas à lui proposer sous-entendant que cela ne l'intéresserait probablement pas. Levant les yeux au ciel, Yevana le détailla d'un regard qui se voulait inquiet.

-Quel est donc cet ailleurs dont tu fais tant de mystère ? Je ne sais pas si je suis réellement prête à me laisser tenter par l'inconnu.

Taquinant Aslak comme elle savait si bien le faire, elle se remit à lire. La domestique fit alors inopinément son entrée.

-Voilà une réaction plus que raisonnable et digne d'une demoiselle. Je suis fière de toi Yevana !

La demoiselle la regarda d'un air étonné et au bout de quelques secondes éclata d'un rire sonore. Maricelle pouvait se montrer bien naïve parfois.

-C'était une plaisanterie en réalité, je serais ravie de t'accompagner. Pour tout dire j'en meurs d'envie et je n'ai pas envie de rester ici à m'engourdir tant je ne fais rien. Où va t-on alors ? Dis le moi s'il te plait ?

Elle lui adressa un regard suppliant, une moue à laquelle il ne pouvait résister il le savait. Mais avant que cette technique au combien subtile n'ait pu fonctionner, la gouvernante tira Yevana en arrière par le bras, bien décidée à ne pas abandonner la partie.

-Tu n'iras nul part ! Ta harpe t'attend !

Vivace, elle retira son bras de la poigne autoritaire pour retourner vers le reitre dont elle saisit la main.

-S'il te plait, mon oncle emmène moi.
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Aslak
Homme d'Armes

Général + Etre fier c'est bien, être en vie c'est mieux ! +
♦ Missives : 1035
♦ Missives Aventure : 116
♦ Age : 31
♦ Date de Naissance : 24/09/1986
♦ Arrivée à Westeros : 03/06/2012
♦ Célébrité : Nicolaj Coster-Waldau
♦ Copyright : moua
♦ Doublons : Arkha Kenning, Ethaniel Stone, Maëlle Beurpuits
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : les Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles : + Dites moi que je resterai en vie et je vous dirai qui je suis

+ On va se boire un verre ?

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
465/500  (465/500)


Message Dim 25 Nov 2012 - 14:06

Evidemment, il se souvenait parfaitement de la première fois où il l'avait emmenée. Ca avait été assez amusement car ils avaient fini dans une taverne et elle avait expérimenté pour la première fois l'effet de l'alcool. Forcément, n'ayant jamais eu l'habitude, les effets avaient été rapides et désinhibiteurs comme pour tout le monde certes mais venant d'une jeune demoiselle censée être noble et donc avoir une conduite irréprochable, il s'était clairement amusé à la dévergonder un peu. Peut-être n'aurait-il pas du la faire boire de la sorte mais elle ne le ferait sûrement plus avant longtemps alors autant qu'elle s'amuse. Ce qui avait sûrement été un peu le cas. C'est certain qu'elle n'était plus très sobre en rentrant au domaine, mais au moins elle savait ce que ça faisait de boire désormais. On ne pouvait pas toujours priver de tout une jeune femme même si elle était sublime et noble. A croire que parce qu'on avait un rang élevé on devait être coincé. Il savait bien que son frère était devenu un de ces nobliaux stricts qui respectait parfaitement les règles à la lettre sans s'en écarter d'un iota. Et ça, ce n'était clairement pas dans sa façon de faire à lui. Limite c'était plutôt l'inverse le concernant. C'était plutôt rare qu'ils suivent les règles ! Bon il ne disait pas qu'il était un exemple sans faille à suivre, juste qu'il ne fallait pas être dans l'extrême que ce soit dans le respect des règles et dans l'irrespect. Un mélange entre lui et son frère aurait été un bon compromis. Bien sûr il savait être dans la légalité mais ça restait souvent rare quand même ! Déjà simplement parce qu'il volait constamment. Et à moins que les choses aient changé pendant la nuit, le larcin n'était pas reconnu comme quelque chose de très réglementaire. Mais malheureusement, il ne travaillait pas assez- pas de sa faute si on ne le demandait pas tout le temps non plus - pour pouvoir avoir de l'argent tous les jours. Donc autant rencontrer des riches et leur subtiliser leurs piécettes. Après tout ils en ont encore plein ailleurs...

Il sourit amusé aux paroles concernant le fait qu'elle n'était clairement pas tentée. Il avait parfaitement cerné l'ironie de la chose mais il voulait continuer le jeu et il avait clairement envie de répondre qu'il allait alors y aller sans elle, qu'il s'attendait bien à ce qu'elle réponde ça, mais la réplique de la bonne Maricella ne l'empêcha guère de rire et par conséquent, prendre la parole n'était pas vraiment possible. Il adora cette bonne femme, non pas parce qu'elle était amusante, mais justement parce qu'elle était tellement stricte qu'elle n'avait sûrement pas du beaucoup vivre non plus dans son jeune temps. C'était bien dommage... Mais bon cette femme convenait sûrement bien à son frère pour "éduquer" sa rebelle de fille. Lui aussi avait bien envie de l'éduquer, mais certainement pas de la même façon. Regardant Maricella amusé il laissa sa jeune nièce lui avouer la vérité sur ses intentions et surtout qu'elle ne comptait pas du tout rester là à faire de la harpe. Oh bien sûr, il était vrai que c'était un magnifique instrument et que celui-ci manié dans les doigts délicats d'une noble devait sûrement apporter une sonorité d'un ravissement apaisant. Mais elle avait encore toute la vie pour apprendre à jouer, elle pouvait par conséquent bien faire un petit écart. Sentant la douce main juvénile dans la sienne il ne put s'empêcher de réaliser un enfantillage. Donc sans attendre il serra la main et se mit à courir - bien sûr quand on disait courir, le connaissant, ça tenait davantage de l'humour et du ridicule que vraiment se mettre en marche pour fuir réellement quelque chose - en entraînant la jeune femme en dehors de la pièce.

"Vite vite vite avant qu'elle nous rattrape ! "

Evidemment Maricella n'allait jamais se mettre à courir derrière eux - bien que ça aurait pu être marrant dans la tête d'Aslak - donc c'était bien pour ça qu'il se permettait plus de ridicule que de sérieux dans sa course. Après avoir quitté la pièce, il entraîna la jeune demoiselle dans le hall où il chopa rapidement de quoi se vêtir - les temps commençaient à se faire froid - avant de continuer sa petite marche désormais, tenant toujours la main délicate, vers la porte d'entrée. Il la lâcha enfin avant d'enlever ses armes et d'enfiler aussi de quoi avoir plus chaud. Les gardant ensuite en main il lui fit un sourire amusé.

"Habille toi, je vais déjà seller nos chevaux. T'auras plus qu'à me rejoindre près d'eux pour qu'on démarre. Et ne te laisse pas avoir par la sorcière hein ! "

La sorcière n'était autre que Maricella en réalité. Ce terme était peut-être un peu fort mais il faut dire qu'il ne l'utilisait qu'avec sa jeune nièce et c'était leur vocabulaire personnel. Il lui fit un clin d'oeil avant de sortir de la demeure pour aller rejoindre les bêtes qui allaient leur servir de destriers. La jeune demoiselle avait bien sûr le sien et depuis qu'il séjournait dans le domaine, un lui était également attribué qu'il prenait également désormais comme sien. Il faut dire qu'il s'attachait rapidement à ces montures et qu'il les aimait particulièrement, par conséquent, le lien s'était réalisé rapidement entre les deux. Après avoir flatté son cheval un long moment, il le quitta un instant pour aller seller le cheval de sa nièce. Il savait pertinemment qu'il était regardé un peu d'un mauvais oeil car certaines personnes étaient attribuées pour faire ça, mais il n'en avait rien à faire simplement parce qu'appréciait fortement ces bêtes, il estimait que c'était à lui de les vêtir pour son confort personnel, c'est-à-dire pour les monter. Une fois que le cheval de la demoiselle fut près, celle-ci décida justement de débarquer. Il lui sourit avant de retourner auprès de son cheval.

"Alors t'es prête à aller à l'aventure ? " Il prit de quoi "habiller" également son cheval avant de monter dessus. "Je te dis pas où on va c'est plus marrant, mais du coup par contre faut bien que je te défie une nouvelle fois... Je te défie d'arriver à me suivre...."

Il lui fit un nouveau clin d'oeil avant de se mettre en route. Ses lances n'étaient plus sur son échine mais accrochée à la selle du cheval sur le côté. Un des hommes étaient non loin de lui quand il le dépassa en cavalant ce qui le fit sursauter et ce qui retira alors un rire au cavalier avant qu'il ne jette un coup d'oeil à sa nièce pour voir si elle le suivait bien. Après tout ça aurait été dommage de la perdre même s'il connaissait sa façon de chevaucher maintenant et que par conséquent, il savait qu'elle n'avait pas vraiment de difficultés dans le domaine. Mais ça n'empêchait pas qu'il gardait quand même toujours un oeil sur elle. Ce n'était pas parce qu'il voulait lui faire voir d'autres choses dans un monde que son père n'affectionnait point beaucoup que forcément il ne devait pas faire attention à elle. Quoi qu'il arrive il s'occuperait d'elle et la protègerait. C'était normal. Après tout, et même s'il ne la connaissait que depuis peu, elle était sa nièce mais surtout la fille de son frère. Et il y tenait malgré tout à son frangin ! Ils cavalèrent un long moment à travers la plaine s'amusant des petites courses qu'ils s'offraient de temps en temps pour se divertir durant le trajet. Ils n'allaient pas aussi loin que Port-Réal mais néanmoins il fallait quand même deux bonnes heures pour arriver à destination. Du coup, alternant entre une avancée douce ou alors plus soutenue, il en profitant quand cela était possible d'entamer une petite conversation avec sa nièce. C'était toujours agréable de parler avec elle après tout, et au moins aucune oreille ne les écoutait quand ils n'étaient que tous les deux, elle ne risquait donc pas de représailles en étant honnête avec lui. Alors qu'ils étaient donc au pas, il la regarda et lui sourit en coin amusé avant de prendre la parole.

"Alors... Prête pour le mariage ? "


Evident, c'était particulièrement ironique. Il savait très bien que son frère souhaitait marier sa fille mais que celle-ci n'était pas du tout partisane de ce genre de choses. Voire elle envoyait valser les prétendants pour son plus grand amusement. Il trouvait ça ridicule de vouloir marier une personne simplement parce que c'était une fille pour répondre à des critères appliqués au noble... Enfin c'est vrai qu'ils ne partageaient pas vraiment les conventions. Mais de là à vouloir aller contre l'avis de sa fille juste parce que c'était comme ça qu'il fallait faire, il n'était pas d'accord.

"C'est pour quand d'ailleurs le prochain prétendant... J'ai bien envie d'être là quand tu joueras la comédie."

Par là il voulait entendre de jouer la gentille petite fille avant de toute façon refuser sa demande. Il adorait ça.





You're kidding ?? This smell is mine ? holly crap... i stink!
" Qui dit porte dit monstre, qui dit monstre dit dragon et qui dit dragon dit courez, moralité: qui dit porte dit courez ! "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 30 Nov 2012 - 22:51

Aussitôt le contact tactile établit, la poigne puissante de son oncle se referma sur sa main, l'entrainant dans une courses folles aux allures burlesques. Surprise, Yevana suivit le mouvement sans véritablement s'en rendre compte, ce qui en était de même pour sa gouvernante. Ébaubie devant un tel spectacle, cette dernière resta plantée là comme un piquet, immobilisée par sa stupeur et ébahie face à cette scène incongrue. Profitant de cet accès vers la liberté, la demoiselle ne se fit pas prier pour suivre le reitre et disparaître avec lui dans le couloirs. Ne pouvant s'empêcher de rire en repensant à la figure déconfite de Maricella, elle en vint rapidement à s'essouffler, ralentissant alors la course devenue inutile. Arrivés dans le hall du château, leurs mains se dénouèrent et sur les conseils de l'adulte, Yevana se remit à courir en direction de sa chambre cette fois. Elle ne mit que peu de temps à atteindre son objectif et, débaroulant dans la pièce, elle chercha immédiatement une cape et des gants fins. Une fois qu'elle eut trouvé les objets de sa quête, elle rouvrit l'huis de bois et prise d'un remord soudain s'assit quelques instants à un pupitre afin d'écrire ces quelques lignes.

Citation :
Maricella,

Ne me tenez pas rigueur de cette cavalcade aussi impromptue que soudaine. Je suis sûre que mon père me laisserait faire plus ample connaissance avec mon oncle dont je connais si peu de chose et notre relation nouvelle ne saurait être gâchée par les devoirs que je dois respecter quotidiennement. Vous comprendrez sûrement la vivacité qui m'anime et le désir ardent de sortir de cette morosité qui m'entoure et qui ne sied guère à mon caractère frivole. Je promets d'être rentrée pour le dîner.

Affectueusement,
Yevana.

Elle déposa le parchemin soigneusement plié sur son lit, en espérant que la gouvernante ait la bonne idée de visiter sa chambre, puis elle descendit, aussi vite qu'elle était montée, dans la cour du château. Elle se vêtit au passage des affaires récupérées et rejoignit d'un pas léger son oncle, présent non loin des chevaux et venant à peine de finir de les seller. Ne prêtant pas attention aux regards étonnés des palefreniers, la belle sauta allègrement sur son destrier, prête à partir à l'aventure comme si cette idée lui faisait subitement oublier tout ses tracas. En cet instant, elle rayonnait littéralement de joie et de bien être, aussi elle répondit subitement à son oncle.

-Bien entendu que je suis prête ! Mieux vaut être avec toi que de me morfondre seule au château ! Et gardes donc tes mystères, je préfère de loin les surprises, surtout lorsqu'elle provienne de toi.

Lui adressant un léger clin d'oeil comme ils en avaient l'habitude entre eux, elle commença à talonner son cheval, avant d'entendre le défi que le reitre lui lançait.

-Ça, ce n'est pas quelque chose que j'aurais du mal à réaliser !

Elle le suivit alors, talonnant son cheval pour qu'il monte au galop. La demoiselle avait bluffé, elle n'était pas si bonne cavalière, encore moins comparée à son oncle et lorsqu'il prit le risque de frôler un domestique, le faisant sursauter, la belle éclata de rire avant de s'élancer de plus belle. Il la ménageait, elle en était certaine mais elle ne dit rien suivant le rythme sagement, heureuse de repartir en escapade avec ce membre de sa famille qu'elle connaissait si peu. Le trajet serait sûrement long, elle se doutait qu'il l'amènerait à Port-Réal ou aux alentours une nouvelle fois, aussi elle se prit à se perdre dans ses rêveries et à se poser milles questions. Pourquoi son oncle faisait tant de mystère au sujet de leur destination ? Et quel était cet ami chez qui il était invité ? Sans mentir et en le connaissant si peu, Yevana savait que le reitre n'était pas du genre à fréquenter la bonne société, encore moins à accepter les invitations, ce qui était d'autant plus étrange. S'apprêtant à interroger le principal concerné, elle fut cependant devancée par ce dernier qu'il l'interrogea sur le fâcheux sujet du mariage.

-Oh ! Tu ne vas pas t'y mettre toi aussi ! Je suis lasse de ces considérations maritales et je ne comprends pas l'intérêt véritable que vous voyez tous à me voir mariée.

Partant en avant, elle fit mine de bouder mais fut bien vite rattrapée par son oncle qui continua de la tarauder avec ces questions dérangeantes.

-Pour tout te dire, je n'en sais rien et je ne suis pas pressée de le savoir. Ce n'est pas vraiment un plaisir que de tous les repousser. Ces hommes ne s'intéressent qu'à ma main et à ma dot, le reste n'est centré qu'autour de leurs personnes. Je ne veux pas de cela, je n'aime pas être considérée comme un simple objet décoratif, c'est une situation qui m'effraie quelque peu même.

Elle se livrait à Aslak comme elle ne s'était jamais livrée à personne. Son père, lui même, n'était pas au courant de la véritable raison qui la poussait à refuser systématiquement chacun des prétendants qui lui étaient présentés. Elle rougit légèrement, mais elle sentait, elle savait qu'elle pouvait faire confiance à son oncle et que c'était également la personne la plus à même de la comprendre. Elle continua donc sur la même lancée en le questionnant sur des sujets qu'elle n'avait jamais osé aborder auparavant.

-Est-ce cela le mariage mon oncle ? Est-ce que l'amour n'est qu'une légende ? Bien que tu ne sois pas marié, je me doute que tu en sais beaucoup plus que moi sur les relations entre les hommes et les femmes, pourrais-tu éclairer ma lanterne ? Je me dis certaines fois que je suis bien naïve et si j'aimerais faire plaisir à père, il est bien plus compliqué qu'il n'y paraît que de satisfaire et ses désirs et les miens.

Elle s'arrêta là, trottant au côté du reitre et n'osant pas vraiment le regarder dans les yeux. Soudainement, elle se dit que ses interrogations étaient bien stupides et qu'elle ne devait pas l'intéresser, lui qui était si badin et insouciant.

-Oublie ce que je viens de te dire. Ce ne sont que des idioties de jeunes filles. Tu ne veux toujours pas me révéler où nous allons ?

Intérieurement, elle s'en voulait d'embêter son oncle qu'elle ne voyait que trop peu avec des sujets aussi superficiels. Honteuse, leur cheval marchant côte à côte, elle espérait secrètement qu'il lui révélerait leur destination et qu'il oublierait rapidement ce petit intermède.
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Aslak
Homme d'Armes

Général + Etre fier c'est bien, être en vie c'est mieux ! +
♦ Missives : 1035
♦ Missives Aventure : 116
♦ Age : 31
♦ Date de Naissance : 24/09/1986
♦ Arrivée à Westeros : 03/06/2012
♦ Célébrité : Nicolaj Coster-Waldau
♦ Copyright : moua
♦ Doublons : Arkha Kenning, Ethaniel Stone, Maëlle Beurpuits
♦ Age du Personnage : 40 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : les Terres de la Couronne
♦ Liens Utiles : + Dites moi que je resterai en vie et je vous dirai qui je suis

+ On va se boire un verre ?

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
465/500  (465/500)


Message Mer 5 Déc 2012 - 17:58

Aslak s'amusait beaucoup à "défier" ou taquiner sa nièce mais bien sûr il ne faisait jamais rien qui pourrait lui attirer des ennuis. Bon d'accord il ne l'emmenait pas toujours dans les lieux les plus riches qui existaient mais après tout, ces lieux là étaient tous les mêmes et n'avaient rien d'intéressant. C'était bien plus amusant de se rendre dans des endroits bien moins investis où les gens avaient bien plus de choses à raconter pour vous faire rêver, ou au moins vous amuser... Enfin lui avait toujours préféré ce genre d'endroits, c'était bien connu. En attendant, il avait imposé un pas soutenu de cavalerie tout d'abord pour élancer la jeune demoiselle mais désormais, il était davantage à un rythme réduit pour pouvoir converser avec elle. Après tout, ils n'étaient pas pressés. Certes, il s'était levé tard et la journée était déjà bien avancée, mais rien ne leur imposait de rentrer pour une heure précise. Enfin lui n'était pas de ceux qui respectaient un programme journalier. C'était d'ailleurs rare qu'il soit à l'heure pour les repas quand Yevana ou même sa soeur les prenaient au domaine. Bref, il comptait bien en profiter pour se la couler douce, à son aise et Yevana n'avait pas d'autres choix que de suivre. Ce qui était toujours fortement amusant. Et puis il savait que ça lui plaisait au fond toute cette absence de règles, de conventions et d'attitudes strictes. Elle en avait déjà assez dans son quotidien pour en obtenir de nouveau quand elle était avec lui. De toute façon, il était clairement l'étranger de la famille, alors autant en profiter jusqu'au bout. A la pire connerie, ça lui retomberait dessus de toute façon, donc la belle demoiselle ne risquait strictement rien. Il ne l'emmenait pas non plus dans des lieux trop dangereux, il était souvent inconscient mais pas à ce point. Après beaucoup dirait que le danger était en réalité partout et il était bien d'accord. Mais certains endroits n'étaient que dangereux. Et s'il pouvait les éviter avec sa nièce, il le faisait.

Toujours est-il qu'il avait abordé un sujet un peu sensible et il ne put retenir un rire quand elle s'insurgea si promptement pestiférant qu'il ramène ça sur le tapis. Contrairement à ce qu'elle croyait, il ne voulait pas du tout la voir marier et trouvait ça grotesque. Encore une convention qu'il ne respectait pas du tout. Bien sûr, il souhaitait qu'elle trouve un homme un jour. Après tout, c'était mieux pour les femmes. Des femmes capables de vivre seules et de vivre une vie roturière, ce n'était clairement pas courant et il fallait le caractère pour ça. Yevana avait déjà trop connu le confort et au fond s'y plaisait assez pour ne pas pouvoir supporter une vie comme la sienne. Bien sûr, elle aimait les écart. C'était totalement compréhensible. Mais il savait qu'un jour ou l'autre, elle se plairait dans une certaine stabilité. Mais en attendant, la forcer était totalement stupide. Elle trouverait l'homme de sa vie un jour ou l'autre, il ne voyait pas trop pourquoi son frère s'éreintait à lui en trouver un absolument et rapidement. Elle était peut-être déjà "âgée" mais elle avait tout de même encore pas mal d'années de bon devant elle. Surtout qu'elle était d'une beauté qu'on ne pouvait négliger...

"J'ai aucun intérêt à te voir mariée, et d'ailleurs je compte pas du tout participer à tout ça."

Il écouta la suite et fut un peu surpris par le sérieux de la conversation. Apparemment, la situation pesait bien plus que ce qu'il ne croyait sur sa nièce qui prenait cet évènement très personnellement et qui presque souffrait de se voir rabaissée à ce rang qu'elle ne désirait pas et qui effectivement se rapportait beaucoup à une vente de bien au plus offrant. Il la vit rougir tout d'abord avant cependant de continuer à se livrer. Il semblait qu'elle n'avait encore jamais vraiment pu révéler ce qu'elle ressentait et que par conséquent elle en profitait pour se lâcher un peu. Ce n'était sûrement pas lui qui allait rétorquer quelque chose et surtout empêcher Yevana de se confier. Il est vrai qu'il n'avait jamais été présent pour elle simplement parce qu'il était sur d'autres terres et donc totalement absent de sa vie, mais maintenant qu'il était là, s'il pouvait lui être utile, il n'allait sûrement pas s'en priver. Il avait appris qu'il avait une nièce, alors il comptait bien en réalité jouer son rôle d'oncle à la perfection. Enfin.... perfection version Aslak évidemment. C'est-à-dire donc tout l'inverse de son frère, et donc père de la jeune demoiselle. La regardant, il la laissa parler jusqu'au bout sans l'interrompre. C'est vrai qu'il n'était pas marié et qu'il ne pouvait pas dire ce que cela faisait. D'ailleurs même se consacrer à une seule femme n'était pas quelque chose qu'il pratiquait... Mais ce n'était pas pour ça qu'il ne pouvait pas comprendre ce qu'était l'amour et les tenants et aboutissants du mariage. Il sourit doucement quand la jeune demoiselle essaya de détourner finalement la conversation se disant sûrement que ce n'était pas approprié de se lâcher ainsi. Ah ce que l'éducation bourgeoise pouvait entraîner comme principes minimalistes dans la tête des gens. Cela l'amusait toujours beaucoup. Néanmoins lui ne compta pas laisser passer tout ceci.

"Alors tout d'abord, non je te dirai pas où on va ! Cesse donc de me harceler jeune demoiselle, je suis sûr que la sorcière y verrait là une mauvaise éducation ! " Bien sûr il la taquinait allègrement, il n'en avait rien à faire qu'elle lui redemande et surtout, bien se tenir avec lui ne voulait strictement rien dire. Aucune tenue n'était bonne ou mauvaise ! "Ensuite, revenons un peu à toutes ces questions que tu me poses. C'est important à ton âge de se questionner sur tout ça et de savoir ce que tu dois faire face à des exigences que la noblesse amène. Ton père ayant maintenant un certain statut, forcément, il suit les règles établies par ce rang. Le connaissant, son but est surtout de te trouver un avenir fleurissant pour que tu manques de rien et que tu sois heureuse. Et selon lui, pour l'instant, il estime que c'est en te forçant à trouver un homme que ce sera le mieux pour toi." Il savait pertinemment qu'Alrik au fond n'était pas mal attentionné. Il voulait juste le bonheur de sa fille, mais simplement il était plutôt fermé et donc suivait les grandes règles qui impliquaient qu'une femme n'était heureuse que quand elle était mariée et prête à porter des enfants. Ridicule donc en somme. "Mais, il faut que tu saches surtout que le bonheur, ton bonheur, c'est toi qui dois le trouver. Ce que ton père veut est une chose mais c'est ta vie. C'est à toi de décider avec qui tu veux la passe. Et mon cher frère serait totalement contre ce que je vais dire mais si l'élu de ton coeur revenait à être un homme sans rang, et bien tant pis, qu'il en soit ainsi. Pour ma part, l'amour passe avant les règles. Faut savoir que cet homme tu vas l'avoir pour toute ta vie et qu'en plus tu vas devoir t'accoupler avec lui. Alors l'a intérêt à te plaire moi je te le dis ! "

Il lui sourit avec douceur. Après tout il était bien davantage de son côté que du côté d'Alrik pour le coup. Son bonheur lui apparaissait bien plus important que le reste. Certes il la connaissait depuis peu mais il l'aimait déjà pas mal cette demoiselle. Il sentait bien qu'elle était de sa famille et ça lui réchauffait le coeur de voir qu'elle avait de la fougue et qu'elle n'était pas la copie conforme de ce que son frère était devenu. Bref, de quoi s'amuser avec elle, non pas dans le mauvais sens du terme mais bien davantage dans le bon ! En attendant ils allaient aller se décontracter un peu bien loin de toute cette noblesse. Il remit donc son cheval au galop pour ne pas arriver trop tardivement à destination. Après un bon moment, ils aperçurent enfin une sortie de petit village et il fit signe alors à Yevana pour indiquer qu'ils arrivaient à bon port. Ils avancèrent jusqu'à se trouver près d'une petite maison, après en avoir passé plusieurs autres. Ralentissant, il mit son destrier en arrêt avant de descendre et d'attacher les rennes pour que celui-ci ne s'en aille pas. Il attendit que sa chère nièce en fasse de même avant de lui sourire et de l'emmener avec lui vers la porte.

"Bon je te préviens, ici les bonnes manières c'est pas ce qui priment ! "


Il lui sourit amusé avant de frapper à la porte. Après quelques secondes un "J'arrive ! " débarqua du fin fond de la demeure avant que la porte ne s'ouvre avec fracas. L'homme semblait totalement terrifiant à vue d'oeil, massif, d'un regard peu avenant, une cicatrice sur le menton, les toisant tout deux. Alsak fut amusé et brisa le silence pesant.

"Je t'avais dit que j'amènerais une magnifique jeune fille avec moi."

"Aslaaaaaak !!" Tonitrua l'homme en écartant les bras vivement avec un sourire qui se dessina brusquement sur se visage rugueux. Le bonhomme vint l'enserrer fortement en tapotant férocement son dos avant de venir serrer également Yevana peut-être un rien plus doucement mais au vu de son poids la soulevant de terre "Qu'est c'qu'elle est menue ! L'est pas un peu jeune aussi pour s'faire un type comme toi?"dit-il la reposant.

Aslak ne put s'empêcher de rire. Il n'avait pas du tout prévenu qu'elle était sa nièce. Il avait simplement indiqué qu'il viendrait accompagné, forcément ça pouvait entraîner des malentendus. Mais personnellement, ça l'amusait toujours. Il comptait cependant dissiper rapidement tout ceci pour ne pas mettre la jeune demoiselle mal à l'aise.

"T'insinues que je suis trop vieux pour les belles jeunes femmes ? " Il sourit en coin amusé avant de reprendre "Mais non mais non, c'est ma nièce. Yevana je te présente Tarek."

"Ah l'famille hein ! C'important l'famille ! Entrez entrez !!!"

L'homme les poussa littéralement à l'intérieur pour les presser. C'est qu'il avait clairement l'air content de les recevoir. Une femme était assise sur un fauteuil plus loin tenant un bébé dans ses bras qu'elle était en train d'allaiter sans aucune pudeur.

"J'vous présente m'femme ! Elle vint d'pondre l'gamin ! Ouais parc'qu'c'un fils c'petit ! S'ra comme son père ! Haha !!!"dit-il fièrement.

Le reste de la journée risquait d'être clairement mouvementé au vu de l'énergumène chez qui ils venaient d'atterrir. Aslak regarda sa nièce en biais et lui adressa un grand sourire charmeur et amusé. Des moments comme ça, elle n'en avait sûrement jamais passé !





You're kidding ?? This smell is mine ? holly crap... i stink!
" Qui dit porte dit monstre, qui dit monstre dit dragon et qui dit dragon dit courez, moralité: qui dit porte dit courez ! "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Pourquoi se priver d'emmener sa nièce si elle est intéressée ? [PV Yevana Mallery]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Pourquoi la musique haïtienne n'arrive-t-elle pas à percer le monde?
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Pourquoi Haiti est-elle si pauvre ?
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» Pourquoi les nègres sont-ils des xénophobes?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-