AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Alliance d'argent vaut bien alliance de sang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 14 Nov 2012 - 10:51

Un héritage était parfois bien plus qu'une simple passation de terres et d'argent. C'était en tout cas bien de ce fait chez les Solverre. La plus religieuse des maisons de la Baie pouvait en effet se vanter – si l'on pouvait compter cela comme un mérite – de se transmettre depuis des générations un lot plus que considérable de traditions et de devoirs dont l'application de certain n'était même plus d'actualité de nos jours. Il en était ainsi depuis toujours et à travers les générations ce rituel se décupla forgeant aussi le legs des projets et des idées de cette famille qui peinait à garder la tête hors de l'eau. Cette génération ne changea pas des autres à ce sujet et sur son lit de mort Aaron Solverre délaissa à son fils un devoir qu'il lui tenait particulièrement à cœur, une mission peut être même plus importante que le mariage d'Annabelle tant son ancienneté rongeait la famille.

Pour comprendre tout cela il faut remonter à l'arrière arrière grand père d'Heward lui même. A l'époque et battant fièrement les eaux les navires Solverre se construisaient et se réparaient aux grands chantier-navals de Sombreval. Les deux maisons y gagnaient en ce temps là toute deux de leurs cotés et personne ne s'en plaignait. Au contraire à croire les anciens, une certaine amitié et confiance se serait liées au fil du temps et il n'était pas rare de découvrir de temps en temps le pavillon aux sept étoiles d'or se poser dans la cité portuaire pour une visite chez leur voisin du continent. Hélas et comme toute histoire qui ne tient qu'à un fil, elle se brisa d'un coup sec en une soirée. La vérité ne fut jamais vraiment donnée mais bien des rumeurs circulaient entre les capitaines ; Une sombre affaire de coucherie ou une altercation, un manque de respect qui s'envenima. Quoi qu'il en était les échanges s’interrompirent et la rancœur demeura évoluant au fil du temps pour finalement aboutir au temps de l'époque d'Aaron. Ce dernier - peut être moins fier et plus souple que ses ancêtres ou peut être simplement plus conscient de ce qu'il devait mettre en place pour le bien et la reconnaissance de sa famille – travailla toute sa vie à recontacter la famille côtière et après bien des négociations il obtint enfin premier gain de cause ; Les Sombrelyn acceptait de reprendre dans ses cales-sèches le galères de Dulceport à une condition, une et unique : un prix démesuré. Bien sûr Aaron ne lâcha pas prise et continua à persévérer multipliant les aller-retours et il sûrement n'aurait il pas lâcher prise si la maladie ne l'avait pas emporter.

Ce petit aparté historique raconté, nous pouvons donc en venir au moment présent et nous centrer sur Heward qui était actuellement à traverser les ruelles de Sombreval. A cheval et entouré de quelques hommes de confiances en guise d'escorte, il observait les rues bondées ; Les chemin parfois pavés parfois de terre battue qui se succédaient sans grande logique alors que la foule qui s'y massait sur les cotés continuait sa vie sans même faire attention au petit cortège qui les croisait. Le nouveau lord n'avait presque pas donné le moindre mot depuis son départ, trop occupé à méditer ce qui allait être sa première vraie négociation depuis sa nomination, une véritable source de stress et de panique pour lui. D'un geste lent et les yeux plissée il releva la tête vers le ciel qui se déchiquetait maintenant entre soleil et nuages gris quand une première goutte s'écrasa sur lui. Une pluie fine commençait à tomber et alors que l'agitation des rues changea en recherche d'un abris, lui se contenta de rabattre son lourd manteau de fourrure contre son corps d'un air dépité. Simple caprice de l'automne, il y voyait un mauvais présage. Les Sept s'étaient pour l'instant bien amusés avec son destin et sans le moindre doute il aurait pu prétendre qu'une fois de plus ils allaient mettre leur petite pincée de sel dans cette histoire, jouant avec le hasard dans cette discussion qui pouvait se révéler cruciale.
Les portes de Fort Jaune apparurent enfin à son regard. La bruine s'était transformée en pluie battante et c'est sous des trombes d'eau que les chevaux passèrent enfin le seuil de la demeure des Sombrelyn. Le corbeau que le lord avait envoyé avait apparemment fait son travail et quelques minutes à peine après avoir mis pied à terre Heward se laissa interpellé par un homme en armure qui se présenta comme un serviteur des seigneurs locaux. Sans attendre Heward lâcha quelques instructions à ses hommes et se laissa guider au sec des murs du grand donjon.
Totalement trempé et sûrement bien peu présentable il passa sa main sur son visage et ses cheveux tout en tentant de suivre l'allure importante de son guide. Froid et sûrement impatient de retourner à ses occupations ce dernier ne lâcha qu'une phrase de leur parcours.


Ser Erryk est en déplacement en ce moment, mais son frère est présent et va vous recevoir. Je crois même que vous êtes invitez à sa table.

Pour le coup ça n'avait pas d'importance un Sombrelyn était un Sombrelyn et alors qu'il tentait de masquer ses inquiétudes afin de paraître un minimum crédible, il prenait d'un coup conscience qu'il allait en avoir un face à lui, un noble un vrais, avec qui il pourrait peu être enfin clore définitivement cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 18 Nov 2012 - 0:16

La situation était pour une fois très simple. La maison Solverre avait fait plusieurs démarches depuis un moment pour se rapprocher des Sombrelyn. Si c'était bien Erryk Sombrelyn qui était Lord, c'était pourtant Andrik qui tirait les ficelles dans l'ombre. Pourquoi Est-ce que les Solverre s'acharnaient à vouloir discuter avec les Sombrelyn? Pourquoi tout faire pour contacter la prestigieuse maison de Sombreval? Mariage? Alliance militaire ou économique? Autre raison ou visite de courtoisie pour améliorer les relations? Les raisons possibles ne faisaient que s'accumuler dans la tête du petit loup.

La rencontre qui allait avoir lieu aujourd'hui n'avait été décidé qu'au dernier moment. Andrik revenait tout juste de Port-Réal et avant cela, des terres de l'orage. Habituellement, le frère d'Andrik ce serait occupé de cette entrevue importante, mais l'affaire avait suffisamment intrigué le chevalier pour qu'il demande à celui-ci de lui laissé réaliser cette conversation. Ainsi, le véritable maître de la maison Sombrelyn avait fait préparer un repas. Il était sur le balcon de la salle à manger et observait l'océan qui s'étendait devant lui. Profitant de l'air marin et du vent lui caressant le visage.

« Ser Andrik! » « Oberyn... oublie mon titre deux minutes tu veux... Notre invité arrive? » « Oui, il est en bas, il sera la d'ici peu. » « Bien, va le recevoir »

Il quitta alors le balcon et s'installa sur un fauteuil. Attendant son invité, il se mit dans une position des plus surprenante pour un noble s'apprêtant à recevoir un invité pour des négociations. D'un comportement provocateur et je m'en foutiste, Andrik n'avait rien trouvé de mieux que de mettre ses deux jambes sur la table. Il était loin d'être habillé en tenu de cérémonie et était tout simplement vêtu d'une tenue de cuir et de tissu. Une tenue qu'il met généralement pour les voyages ou la chasse. Quand son invité entra dans la salle. Il le détailla d'abord de la tête au pied avant de lui parler.

« Vous êtes le bienvenu dans cette humble demeure qu'est Fort-Jaune, forteresse protectrice de Sombreval et maison de la famille Sombrelyn. »

Descendant ses jambes de la table il s'approcha de son invité et lui fit face. Souriant et tendant la main, Andrik semblait à la fois prendre la visite de son voisin maritime au sérieux et à la fois la prendre de façon très immature. Difficile de savoir sur quel pied danser avec ce genre de personne pour le Solverre, mais Andrik avait parfaitement conscience de ses actes. Il voulait savoir à qu'elle genre de personne il avait à faire, paraître ce qu'il n'est pas et être contradictoire d'un instant à l'autre était donc la meilleur façon d'entrevoir le tempérament et l'âme de son interlocuteur.

« Je suis personnellement ravi de vous recevoir dans cette salle. J'espère que le voyage fut agréable et si vous avez faim, le repas est sur la table. »

Andrik s'assit alors sur le fauteuil ou il c'était installer il y a peu. Il invita son invité à s'asseoir à son tour. Détaillant toujours autant son interlocuteur, Andrik était pourtant des plus agréables, souriant et accueillant.

« Je suis Andrik Sombrelyn, je serai votre interlocuteur pour notre entrevu. Vous pouvez rester ici aussi longtemps que vous le voulez. Vous êtes mon invité. »

Il observa une dernière fois son interlocuteur et écouta avec attention ses réponses. Il laissa le temps à l'homme qui lui faisait face de prendre ses repères de s'installer et de s'habituer à son environnement.

« Alors, à qui ai-je l'honneur? Quel membre de la famille Solverre ai-je en face de moi? Et qu'elle est la raison de votre venu dans notre humble demeure? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 20 Nov 2012 - 20:38

Un noble un vrais … La formulation était finalement peut être à revoir. Au sein d'une vaste salle prestigieuse qui avait dû voir passer bien des hommes illustres, se tenait en effet un seigneur des moins commun. C'est les pieds sur la table que le ser Sombrelyn se montra à son invité, posture rare et manquant aux conventions qu'Heward s'était acharné à se répéter avant son arrivé. Pour le coup le Solverre en fut plus que désappointer, que dire et penser d'un homme qui se montrait et se présentait à l'envers de toute logique diplomatique si ce n'est que ce dernier devait bien savoir ce qu'il faisait. Voilà une bien spéciale première visite diplomatique pour le jeune lord qui au bout de quelques minutes se renfrogna sur ses idée prés conçues pour finalement se dire que la théorie devait être bien loin de la pratique. Inexpérimenté pour ce genre de cas, il se décida donc donc un haussement d'épaule invisible à suivre le jeu de son hôte qui ne tarda pas à se présenter à lui sous de mots forts simples mais qui semblaient amicaux. La boule qui enserrait alors la gorge du jeune homme disparut d'un coup et si ses appréhensions étaient encore présentes il n'eut aucun mal à partir sur le même ton.

Une bienvenue aussi agréable ne peut que mettre un invité à l'aise. Je vous en remercie.


Dénouant enfin ses jambes le Sombrelyn vint enfin à sa rencontre. Et toujours aussi accueillant pour une simple visite de diplomatie, c'est d'une main tendue et d'un sourire qu'il démarra la petite entrevue. Les doutes et les questions étant l'apanage du lord, il en vint même à douter quelques secondes de l'ensemble des actes qui se déroulaient ici, voir à se demander si à peine assis on allait pas lui demander de partir. Mais non ! L'heure n'était pas aux hésitations et il se devait de continuer sur son chemin. A vrais dire cette situation l'arrangeait bien. Heward n'était pas homme à se complaire dans la paperasse et le protocole. Déjà que les responsabilités qui lui incombaient l'ennuyaient profondément, il devait avouer que si en plus il avait dû les gérer en suivant la doctrine stricte de la noblesse qu'on lui avait enseigner et dans laquelle il ne faisait que des erreurs cela lui aurait sûrement porté préjudice. C'est donc sans trop de peur qu'il accueillit volontiers la nouvelle phrase du Sombrelyn.


La mer est mon domaine chaque voyage que j'y passe ne peut que bien se passer. En tout cas votre repas est le bienvenue. Le large creuse la faim.


Sans attendre il suivit de bon cœur l'invitation de son bien curieux hôte et s'assit sur le grand et confortable fauteuil qui lui faisait face, avant d'attaquer en tout manque de convenance et dans un appétit féroce les plats présentés sur la table. C'est les mains déjà bien grasses que le lord s'arréta un cour instant tant son impolitesse venait de le marquer. Trop à l'aise voilà qu'il venait de faire sa première bourde. C'est en fixant son vis à vis qu'il relâcha doucement le pain qu'il avait dans la main, comme si l'absence de geste brusque sauverait les apparences. Finissant de mâchouiller et d'avaler le morceau qui lui restait en bouche il écoutait d'ailleurs la fin des paroles du Ser qui venait enfin de dévoiler son nom et qui lui demandait tout autant le sien et enfin la raison de sa venue.

Il émanait quelque chose d'étrange de cette homme comme un paradoxe entre ce sourire si engageant et l'ostentatoire sentiment que ce dernier passait le plus clair de son temps à observer le jeune lord des pieds à la tête. Encore un fois Heward oublia bien vite l'ensemble de ce questionnement. Sûrement se faisait il des idées sur ce chevalier et enfin la discussion allait pouvoir commencer sérieusement.


Lord Heward Solverre en personne pour me présenter. Fils et successeur de feu mon père Aaron Solverre, je tente aujourd'hui tant bien que mal de continuer à guider ma famille. Et c'est bien la raison de ma venue. Boucler enfin l’œuvre que mon père avait démarré de son vivant.

Hésitant mais affamé le Solverre finit tout de même par recraquer et par fondre sur le quignon qu'il avait délaissé quelque minute plus tôt. Faible repas qu'était le pain mais il avait le mérite de couper la faim et de rendre l'esprit plus claire pour ce qui était des négociations à venir. Son ventre ayant enfin lâché ses pensées, il plongea enfin sur regard bleu océan sur le ser Sombrelyn.


Parlons peu mais parlons bien je crois. Il y a bien des années les navires de notre famille naissaient dans les cales-sèches de Sombreval et y étaient entretenus dans l'entente contre monnaie trébuchante. Cette époque oubliée l'a été trop longtemps et je pense qu'il serait tant d'y remédier. Voilà quelques générations que nous devons aller à Port-Réal pour ce simple fait.

De vous à moi. Vous gagneriez tout autant que nous à notre retour. Nous demandons simplement des prix convenables.


L'entrée de jeu avait enfin été faite et le Solverre s'il tentait de garder l'air sérieux à l’extérieur, se démangeait intérieurement à savoir si sa prestation avait été la bonne. Si les mots comme le ton avait été le bon. En tout cas la réponse viendrait bien assez vite au cour de cet entretien et il l’espérait positive. D'autant plus qu'un pensée l'accompagnait celle d'une cause magistrale où la présence des Sombrelyn ne serait que favorable.

J'ai même plus à vous proposer. Vous êtes je le suppose au courant de nos positions actuelles. La Baie n'est plus ce qu'elle était et ce sont aujourd'hui les marchands qui la tiennent. Position inconfortable pour les seigneurs de la mer que nous somme tous censé être vous en conviendrez.
Heward marqua une calme pause dans son récit la politique n'était pas non plus dans ses prédispositions et si ce qu'il racontait, il s'en rendait bien compte lui même. Le présenter clairement était une toute autre histoire. Hors nous possédons quelque chose qu'eux n'ont pas. Nos terres et nos ports. Escales obligatoires sur les routes maritimes jusqu'à la capitale. Qu'adviendrait il si par mégarde au lieu de nous tirer dans les pattes comme nous le faisons actuellement, nous nous unissions sur des prix d’amarrage et de taxes communs ?

J'y ai bien réfléchis Ser Andrik. Une cohésion dans la baie ne nous serait que favorable en ces temps troublés. Les Celtigar nous suivent et j'ai espoir que les Bar Emmon en fassent de même sous peu. Alors qu'en pensez vous.

Sa phrase finit, il se replongea contre le dossier de son fauteuil. A peu prés sûr de lui lors de sa phrase, il ne l'était plus tant que ça une fois les dés jetés. Tout ne faisait que commencer et c'était maintenant aux Sombrelyn de jouer.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 21 Nov 2012 - 18:03

Les actions de l'homme qui faisait face à Andrik le firent sourire plusieurs fois. Il n'était pas comme tous les nobles qu'Andrik ne supportait pas. Il l'avait fait rire par ses gaffes, la façon dont il c'était jeter sur la nourriture et la manière dont il avait lâché son morceau de pain. Il ne se gêna pas pour sourire devant l'impression gênait qu'eu le Solverre. Visiblement, l'homme n'était pas à l'aise avec le protocole, tout comme Andrik d'une certaine façon.

A ses dires, il cherchait tout simplement à gérer du mieux possible sa maison et ses terres. A partir de ce moment, Andrik imagina beaucoup de possibilité, car l'homme qui lui fessait face avait forcément une idée politique, économique ou militaire en tête. Les Sombrelyn étant l'une des maisons les plus puissantes de la couronne et du royaume, il n'était pas rare que des nobles cherchent à se lier à la prestigieuse famille du chevalier. Le Solverre semblait sérieux dans ses propos...

Ce qui ne l'empêcha pas de s'effondrait de nouveau sur la nourriture. Un comportement qui força Andrik a étouffé un petit rire amuser. Il était plus gaffeur qu'autre chose et heureusement, car s'il avait fait cela de manière irrespectueuse, le Lord Solverre ne serait pas rentré chez lui. Puis il recommença à parler de son idée et celle-ci devint rapidement évidente, surtout pour ce qu'il avait déjà en tête.

« Oui il est vrai que par le passé, les Solverre et d'autres maisons faisaient construire ou stationner des navire dans notre port. Certaines maisons sont toujours présentes, je ne doute pas que vous ayez pu observer les différents emblèmes lors de votre arriver. Vous parlez bien Lord Heward, mais connaissait vous la position de ma maison?... »

Il se tut un instant, mais ne resta pas assez silencieux pour que le Solverre puisse répondre.

« Sombreval est le deuxième port et la deuxième ville la plus importante des terres de la couronne. Pour vous donnez une idée, Les Targaryens contrôlent directement 2 000 hommes à Port-Réal et 3 000 à Peyredragon. Le reste des troupes du continent, vient de leurs vassaux soit 15 000 hommes, pour beaucoup, ils viennent des maisons Rosby et Sombrelyn. Puis, d'un point de vue maritime, la supériorité des Targaryens et de Peyredragon ne fait aucun doute, vient ensuite les Celtigar, les Velarryon et les Sombrelyn qui semblent être au même niveau de puissance maritime, puis il y a les Bar Emmon et les Solverre, puissance maritime qui reste, je l'admets, respectable. Je suis même impressionné que vous ayez une telle flotte avec vos terres, j'imagine que vos navires de commerce vous rendent riche et je respecte profondément votre famille pour la force que vous avez su gagné» Il resta un instant silencieux.



« Ne vous méprenez pas, je suis un interlocuteur ouvert. Je respecte tout homme qui mérite d'être respecté et je respecte la famille Solverre. Pour être franc, recevoir vos navires dans notre port et en construire pour vous, en échange d'or, ne peut-être que bénéfique pour nous. Je vous le dis d'office, si nous devons nous entendre sur un prix pour les marchands, il sera le plus élevé possible, car je ne puis faire perdre de l'argent à ma maison. La ville de Port-Réal continuera d'attirer les marchands, peut-importe le prix, la proximité de Sombreval fait que mon port et pour la plupart du temps plein. »


Il observa la réaction du jeune lord qui lui faisait face. La discussion était intéressante, Andrik avait cru bon de mettre les points sur les I. Le Solverre devait savoir que les Sombrelyn étaient une maison parmi les plus puissantes. Les deux ne jouaient certainement pas dans la même catégorie. Si les Sombrelyn venaient à rejoindre cette alliance maritime et commerciale. Les Solverre ferait un bond important dans la hiérarchie de la région, tout comme les Bar Emmon d'ailleurs, surtout s'il était soutenu par les puissants Celtigar. Pour eux, ce lié d'amitié avec les deux maisons que sont les Sombrelyn et la maison du crabe, serait une véritable mine d'or, là où les Sombrelyn y gagneraient seulement un bonus conséquent permettant d'asseoir à peine plus leur domination militaire. Certes les Sombrelyn y gagneraient également, mais pas autant que les Solverre.

« Je suis prêt à accepter toutes vos propositions, mais je dois avouer que vous y gagnez plus que ma maison. Votre projet est ambitieux, c'est le moins qu'on puisse dire, mais pour que votre rendement soit optimal, le port de Sombreval doit se joindre à vous. La proximité de Sombreval avec Port-réal rendrait votre plan nettement moins efficace si je ne vous rejoignez pas. J'aimerai une garantit de votre part, un rapprochement. Si ma maison doit aider la votre à s'élever d'un point de vue hiérarchique dans la région, j'aimerai être assuré que votre maison fasse de même avec la mienne. Les Sombrelyn et les Rosby sont en concurrence pour ce qui est des troupes terrestre. Je vous aide pour la mer alors aider moi pour la terre. Je veux votre loyauté. Je vous propose également un mariage, une femme Solverre pourrai épouser un homme Sombrelyn afin de garantir un rapprochement définitif entre nos deux maisons et ceux en toute circonstance. Si mes propositions sont trop importantes pour vous. Je vous laisse le loisir de les revoir ou de proposer autre chose. Je suis ouvert à d'autres propositions. J'aimerai que cette entrevue se déroule admirablement bien. D'autant plus que je vous apprécie énormément, vous et votre appétit insatiable » finit il, laissant échapper un rire franc et sincère.

Si le sujet était complexe, Andrik ne parla pas un seul instant de manière agressive. Il était resté calme, respectueux, voir même gentil, comme désolé de ses demandes. Andrik n'était pas vraiment un homme difficile pour ce qui était de la politique, du moins en général, mais il était vrai que les Solverre y gagnaient plus que les Sombrelyn. D'une certaine façon, Andrik s'en fichait complètement, lui ce qu'il voulait c'était partir à l'aventure, mais Erryk avait été clair, même s'il ne faisait rien sans l'accord d'Andrik. Il avait précisé à son petit frère que le nouveau Lord Solverre était ambitieux et qu'il ne devait rien laisser au hasard. Au final il était plus désireux de satisfaire son frère que d'être un lion pour le Solverre en face de lui. D'une certaine façon, il en était désolé, mais le jeu de la politique n'était pas pour les âmes sensibles et le Solverre le savait surement. Il avait montré à Andrik toutes ses cartes dès le début, c'était à lui de sortir un joker pour convaincre définitivement Andrik.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 21 Nov 2012 - 21:11

L'air sérieux – si l'on peut avoir l'air sérieux quand on est Heward Solverre mâchouillant avec appétit du pain – le lord buvait les paroles du Ser Sombrelyn comme un premier cour de diplomatie. Il écoutait et analysait chaque mot, chaque phrase que le chevalier prononçait face à lui. Et le point d'orgue de la conversation arriva bien rapidement. Les Solverre n'étaient pas une lourde famille de la baie. Ce n'était en rien une nouveauté et depuis toujours ils se battaient pour garder la tête hors de l'eau dans la jungle des familles. Il le montrait et le démontrait parfaitement écrasant pas ses paroles la puissance des terres de Sombreval. Pourtant loin d'être cruel ou arrogant l'homme laissait la discussion calme et ouverte. Il était simplement pragmatique et voulait au même titre que le Solverre, le meilleur pour sa maison. Le jeu était ouvert la suite allait plus que compter et Heward sentait déjà sa propre tension monté alors que ce qu'il espérait plus tranquille à ses premières paroles prenait une proportion importante. Finissant sa bouchée, il avala rapidement tout en se rendant compte que finalement l'entretient prenait plus d'ampleur qu'un simple repas. La fin de l’explication du Sombrelyn le démontrait parfaitement.

Veuillez encore m'excuser pour mon appétit. Mais si je mourrais de faim face à vous je ne pense pas que nos négociations se passeraient pour le mieux. Enfin pour reprendre où vous en étiez, je sais bien que ma famille n'a qu'une importance mineure comparée aux Sombrelyn mais hors de notre puissance brute j'aimerais surtout que vous observiez les opportunités que nous vous offrons.
Comme je vous l'ai dis précédemment c'est plus d'un ensemble dont je vous parle. Une réunion de famille noble afin de coordonner nos démarches dans la Baie plutôt que nous marcher dessus. Certes les Sombrelyn gagneraient moins que nous à cet accord. D'ailleurs rappelons qu'il nous resterait à en définir les détails. Mais vous y gagneriez tout de même.


Continuant ses paroles le Solverre attrapa un cruchon d'eau proche et en remplit allègrement son verre qu'il vida d'un trait. Ne croyez pas qu'il avait soif ça aurait été bien trop simple. Non il cherchait simplement les bon mots pour exprimer son idée, une diversion maladroite pour un homme encore peu habitué au rencontre de parole.


Déjà comme vous l'avez dis les Celtigar sont une famille particulièrement puissante et je pense qu'une alliance avec eux vous serait profitable . Hors et bien que je ne peux parler en leur nom. Nos famille sont particulièrement liée pour ne pas dire plus que proche. Il en à été ainsi et nos actes se suivent souvent. Vous alliez avec nous reviendrait à vous alliez avec eux et je ne serais pas surpris que mon Oncle Geralt ne vous communique sous peu en cas d'accord.

Je suis d'ailleurs moi même en négociation avec les Estremont de Vertpierre. Vous n'êtes pas sans savoir que notre temps est à l'époque des pactes et non plus de la puissance simple. Eux même négocieraient à droite et à gauche parmi les plus grandes familles de notre continent. Par notre biais vous pourriez garder un œil sur ces grandes maisons maritimes. Moi même je vais me marier à une Reyne l'une des plus importantes famille de l'Ouest aux grandes mines d'or.

Non je pense réellement pouvoir vous offrir plus que vous ne le penser.


Parler ainsi de son mariage avec Catelyn lui retourna le ventre – déjà qu'il n'était pas mis dans un bel état à parler tout court -. Non il discutait de la magnifique dame de l'Ouest. Celle qui devait partager sa vie. Et maintenant qu'il était lord il sentait déjà la douce odeur du mariage approcher. Alors en parler sous pseudonyme de l'or des quantités et des puissances l’écœurait. Il n'avait hélas pas le choix. Une deuxième fois il se resservit un verre qu'il vida d'un trait.

Je comprend pour autant que vous vouliez parler de ce nous pouvons vous apporter directement. Notre fief est comme vous le savez une île centrale à la baie et d'une position particulièrement intéressante au delà de sa taille. C'est d'ailleurs bien ce qui nous à permis de prospérer. D'autant plus que nous n'y risquons finalement pas grand chose. Dulceport pourrait presque être appelé terre d'asile. En partant de cette idée nous n'aurons donc sûrement jamais nous même besoin d'un renfort d'homme. Notre garnison est donc prête et en attente de mouvement. Au alentour de sept cents hommes et sept galère peut être plus si vos chantiers-navals nous sont ouverts. Voilà qui pourrait passer pour une broutille mais qui peut tout de même avoir un certain poids. En cas d'un accord les Sombrelyn seraient donc bien sûr parmi les prioritaire à notre aide. D'autant plus que contrairement à nous et aux Celtigar votre position est bien plus délicate et ouverte que la notre. Vous ne pourriez pas éviter des conflits dans la couronne. Pour ce qui est d'allier nos maison par le sang, vous me voyez honoré de cette proposition. Mais peut être vaut mieux t-il s'accorder sur les différents points si vous êtes intéressé et j’espère bien que vous l'êtes.

Voilà ce que proposait vraiment le Solverre. Une aide militaire qui bien que petite n'aurait sûrement jamais à être réciproque. Des ouvertures sur biens de familles de Westeros. Et surtout un poids commun sur la Baie. Une parole en un seul nom au lieu de différentes voix qui se mélangent. Il l'avait lui même dit le temps n'était plus au famille et à l'honneur. Les alliances fleurissaient à vue d’œil et pour ne pas finir dévorer ils devaient asseoir leur puissance sur leur propre terre pour continuer à faire face. La Baie devait rester leur. Les Sombrelyn y gagneraient … Moins mais ils y gagneraient et cette équation restait à prendre en compte. S'allier au faible permettait parfois plus qu'on ne le pensait car même petit un blason reste un blason et c'est par l'unité et non par la comparaison que la puissance se trouverait. Heward en était persuadé et c'est bien ce qui l'avait amené ici.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 24 Nov 2012 - 12:51

Andrik avait écouté son interlocuteur avec une attention toute particulière. Andrik se leva de son siège et marcha silencieusement jusqu'à la fenêtre donnant sur la baie. Il réfléchit et observant l'océan. Lord Solverre était un homme particulier, d'apparence gaffeur, il était loin d'être idiot. Terriblement maladroit et manquant tout simplement d'expérience, le Solverre apprenait vite. De plus, le fait d'élever sa famille aussi haut était tout simplement un exploit et trahissait aussi une ambition particulièrement grande.

La seul question qu'Andrik se posait été la suivante. Quelles étaient les limites de son ambition? D'après ses dires, il avait maintenant des relations avec l'orage grâce à la grande famille Estremont. Il venait également de se rapprocher de richesse en se liant avec une dame de la maison Reyne. Richesse, contact, alliance et construction d'une flotte plus conséquente, pourquoi? Le Solverre était finalement une personne intéressante, peut-être plus intéressante que prévu.

Andrik n'aimait pas jouer le jeu de la politique et du pouvoir. Du moins, il adorait ça mais craignait d'y prendre goût. Il préférait donc s'en éloigner autant que faire ce peu. Le problème était que cette conversation et la discussion qu'il avait avec cet homme prenait une tournure jouissive. Il n'offrait pas juste des troupes supplémentaires en cas de guerre, des richesses ou autres, mais ni plus ni moins que des contacts. Le Solverre semblait avoir tout prévu, à tel point qu'il semblait avoir une idée derrière la tête. Seulement, l'homme en face de lui manquait cruellement d'éloquence, ce qui était en revanche un point fort pour Andrik.

« Vous êtes plus habile que vous vous plaisez à le montrer Heward. »

Il reste un instant silencieux, cherchait il a le flatté? Faisait-il Semblant d'être soucieux pour frapper ensuite plus fort? Amener t-il le Solverre quelque part en particulier? Décidemment, Heward plaisait beaucoup à Andrik pour un noble, ce qui était plutôt rare. Il se retourna et s'adossa au mur en croisant les bras. Il plongea son regard dans celui de son interlocuteur avant de poursuivre. Cherchant certainement à l'intimidé ou à le déstabiliser avec son regard. Andrik voulait peut-être le pousser à bout, voir ce qu'il avait dans le ventre? Voir les limites du Solverre? Après tout, on ne connaît un homme que de cette manière.

« Bien, poursuivons » avant de se taire une nouvelle fois.

Il installait une tension croissante avec ses silences et ses yeux. Il avait appris à le faire depuis qu'il était né. Il espérait bien faire subir au Solverre une pression insoutenable, que celui-ci ai raison ou pas. Ne serait-ce que pour lui donner une idée de ce qui l'attendrait avec les monstres de politique qu'il serait amené à rencontrer.


« Vous nous proposez de rejoindre un réseau de famille importante. Nous avons-nous même, en tant que grande famille des liens. Des liens avec des familles du Val, du Conflans et du Nord. La maison Sombrelyn est une famille ouverte et un allié généreux pour les amis qui la respectent, mais ma maison est un ennemi mortel pour tout traitre et les Sombrelyn, bien que réputé pour leur noblesse, sont réputé pour balayé leurs ennemis à coup d'épée... »

Si les paroles ressemblaient à des menaces ce n'en était pas pour autant. Andrik n'avait aucun intérêt à le faire et ne menacer aucunement le Solverre. Il précisait tout simplement une chose. Les Sombrelyn étaient les meilleurs amis qu'on puisse vouloir, mais aussi les pires ennemis. C'était d'une certaine manière, un message caché, ils étaient aussi connus pour être de grands rancuniers et cela n'était pas un secret. La remarque avait le mérite d'être clair et de mettre les points sur les I. Si les Solverre s'engageraient, ce ne serai pas pour abandonner les Sombrelyn. Andrik c'était voulu intimidant, s'adoucissant un peu, il poursuivit.

« Je doute en effet que vous soyez un jour attaqué sur votre sol et 700 hommes sont toujours importants, mais si jamais vous l'étiez, vous pourrez compter sur les soldats et les petites dizaines de navire que ma maison pourrai vous fournir. Avant d'accepter d'entrer dans votre alliance maritime. Je veux être sûr que cette alliance débouchera sur vos contacts. Les Celtigar, les Estremont et les Reyne sont des familles que je respecte énormément. Je souhaite ouvrir ma maison au monde bien plus que mon père, mon frère et le reste de mes ancêtres, aussi, me rapprocher d'eux autant que de vous serez un honneur. Nos familles ont, je l'avoue, beaucoup à recevoir l'une de l'autre et quand je parlais de mariage, je ne parlais pas forcément d'une dame importante, mais j'ai la de nombreux membres de ma famille à marier, vous n'avez qu'à choisir, les Sombrelyn sont une TRES grande famille et là je parle en terme de population! » Dit il en souriant

« Vous avez aussi dit « Certes les Sombrelyn gagneraient moins que nous à cet accord. D'ailleurs rappelons qu'il nous resterait à en définir les détails. Mais vous y gagneriez tout de même. » Je vous en pris, préciser et parler moi de ces détails Lord Solverre. »

Andrik était sur le point d'accepter, ce n'était pas un secret, comment refuser? En revanche, il se faisait déstabilisant et insistant sur les détails, suffisamment pour faire douter le Solverre, après tout, la politique n'était qu'un jeu. Les deux familles se rapprocheraient d'une quelconque manière, ça avait le mérite de laisser rêveur.

« Et j'en profite pour vous félicitez de votre mariage Lord Solverre. Je suis ravi pour vous » Dit il en souriant sincèrement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 25 Nov 2012 - 0:58

Les cents pas ! Le sombrelyn faisait maintenant les cents pas à travers la pièce. Il semblait réfléchir, il observait son invité. Les questions se bousculaient dans l'esprit du nouveau lord qui ne savait pas vraiment comment prendre la réaction du chevalier. De bonne à mauvaise il n'y avait finalement qu'un pas et il était finalement bien facile à réaliser. Le moindre détail, la moindre erreur de diction pouvait coûter bien cher au Solverre qui ne pouvait aucunement imaginer revenir sans un accord ou tout du moins un promesse de la part de Sombreval. Sans rien dire les mains sur la table il observait les vas et vient de son hôte. Ses yeux allait de la grande silhouette vagabonde à ses doigts triturant entre eux un léger bout de mie et le doute s'était insinué dans son esprit alors qu'il ne savait aucunement deviner ce qui allait se produire. Ce n'était pas son projet qu'il défendait … Enfin si ! C'était le sien mais par un jeu de circonstance. Celui qui l'avait mené à la tête de sa maison en récupérant les idées de son père qui lui même les avait récupéré du sien. Aujourd'hui lord et croulant sous la paperasse et le devoir il avait lui même compris les difficultés et la pression que portait son père. Il comprenait aussi qu'il n'était vraiment pas fait pour cela. Et ça quoi qu'en dise le ser Sombrelyn.

Les apparences sont parfois trompeuses. J’espère simplement avoir été à bonne école.


Il se souvint pour le coup de ses heures passée dès son jeune âge à potasser les familles et les puissances la tête engouffrée entre deux bras, un mestre las de son élève à ses cotés. Il avait apprit la diplomatie et tout ce qui s'y rattachait d'une oreille distraite, sa concentration se braquant le plus souvent en dehors de tout ce qui pouvait avoir un rapport avec le cour. Exceptionnellement tout prenait une ampleur démesurée par rapport au conventions sociales. Mais finalement aujourd'hui qu'il en aurait bien eu besoin. Il lui semblait qu'écouter d'une oreille avait finalement bien suffit.
Prudent il reprit l'écoute de l'homme qui se tenait face à lui les mains toujours occupées à jouer avec ce qu'elles trouvaient sur la table. Le ser ponctuait ses phrases de silences et de regards, le ton montait et s'adoucissait dans un enchaînement de paroles et de précisions. Négociations bien peu commune à n'en pas douter mais première acte diplomatique tout de même ; Heward chercha à le suivre, à le comprendre alors qu'à tout moment il semblait ne pas comprendre ce qui se passait. Avait il réussit à le convaincre ou non ? Où en étaient ils maintenant ? Non vraiment loin d'avoir réussi à le suivre le Solverre avait perdu le Sombrelyn dans les méandres de sa concentration. D'ailleurs une fois que l'homme avait fini il le regarda bizarrement. Un question lui brûlait les lèvres : Avait il fini ou non ? Et dans ce cas par où commencer ? Conscient au bout de quelques secondes que c'était à lui de répondre, Heward arrêta brusquement ses jeux de mains afin de se concentrer sur la réponse qu'il devait sortir.


Merci bien pour mon mariage. J’espère avoir l'honneur de vous compter parmi mes invités. Voilà qui était déjà fait.
Le reste maintenant, il y avait d'ailleurs quelque chose qui dérangeait le Solverre dans les dires du Sombrelyn. Une sorte de malentendu. Encore une fois je ne peux rien vous promettre, si ce n'est citer mon nom parmi vos alliés lors de vos prises de contacts avec ces maisons je ne peux rien assurer. Chacune parle en son nom. Je vous le dis encore les Celtigar eux devraient se montrer mais c'est bien la seule prévision que je peux donner.
C'est d'ailleurs bien pour ça que je vous offre aujourd'hui ce projet cette idée. Elle était à la base celle de mon grand-père et nous nous efforçons de la faire perdurer. Voilà quelques années déjà que des pôle se créés à l'écart de la flotte royale. La flotte du Lion dans l'Ouest. Les Redwyne. Les Estremonts. Les Hightower. Bien des noms avec qui nous nous devons de négocier pour rester présents. Hors comment négocier face à ceux qui sont déjà bien installés. En ayant nous même un certain poids sur nos propres terres. En nous réunissant. Je ne peux pas vous garantir leurs accords. Mais je peux vous y aider.
Il fallait le dire clairement Heward n'avait aucune chance de pouvoir assurer ce service au Sombrelyn. Personne ne l'aurait pu et quelque part, cela l'arrangeait. Car, il fallait bien l'admettre, il s'était pour le coup senti légèrement comme un simple tremplin remarque pouvait il réellement être plus ? Il allait falloir équilibré les comptes. Rien n'était joué.

En effet les détails car nous parlons d'un accord mais nous n'en définissons pas les termes. Voilà ce que je propose. Déjà dans le commun nous avons donc bien sûr la possibilité de citer nos familles respectives comme étant alliés et soutiens. Comme je le fais d'ailleurs aujourd'hui avec les Celtigar et les Reyne. Aide militaire et bien sûr surtout navale en cas de besoin. Les ports alliés restent ouverts à nos navires qu'ils soient commerçants ou militaires. Liens commerciaux bien entendus. De plus il faudrait enfin asseoir une politique et une stratégie commune sur la Baie. Hors de tout cela, pour ma famille je demanderais et c'est bien le fond de ma visite. La possibilité de la construction et de la réparation de nos navire dans les chantiers-navals de Sombreval en échange bien sûr de paiement. Pour ce qui est de ma terre je vous offre donc l'ensemble de mes contacts de la façon dont je le peux. Dulceport est une terre isolée et si le besoin en est elle pourra vous servir d'asile. Enfin et surtout réfléchissez y. Ensemble quoi qu'il en soit nous seront plus fort, surtout en les temps qui courent.

Heward laissa planer un silence à son tour. Non pas dans une optique recherchée mais bien pour laisser le Sombrelyn réfléchir. Il se demandait s'il faisait bien. S'il n'en demandait pas trop. Il cherchait le meilleur pour conclure cette affaire et soudain une idée puis deux lui arrivèrent. L'oeil pétillant il le releva sur le Sombrelyn, conscient que beaucoup pouvait se jouer maintenant.



Pour entériner cette accord je vous propose d'ailleurs deux choses de ma part et de celle de ma famille. Déjà, deux nouveaux navires ne seraient pas de trop parmi la flotte de Dulceport. J'ai les moyens de les payer. Il ne me manque au final que les chantiers-navals. Voilà qui pourrait déjà bien commencer notre relation. De plus j'ai réfléchis à votre histoire de mariage. Les Solverre sont hélas une famille plus restreinte que la votre mais je tiens à vous montrer que nous ne sommes pas là pour vous utiliser ou autre. Mon frère Renaud est un chevalier accompli. Il a suivi l'enseignement de la noblesse et compte sûrement parmi les meilleurs marins de la Baie . Un homme droit et juste et je sais qu'il ne cherche qu'à servir ma famille. Je vous offre donc le mariage entre mon frère et une femme de votre maison. Sans attendre il sera d'ailleurs notre représentant à Fort-Jaune et sous vos ordres si vous l'acceptez. Qu'en pensez vous ?
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Alliance d'argent vaut bien alliance de sang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» CADEAUX ► parce qu'on le vaut bien
» « L’amour fantasmé vaut bien mieux que l’amour vécu. Ne pas passer à l’acte, c’est très excitant. »
» GRACE WENDY NOLAN - Une fille vaut bien mieux que vingt garçons.
» Ça vaut bien le coup d'aller à la messe...
» [0219] #Parce que je le vaut bien - Suishi Swift [PHYLLALI]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-