AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

[Sujet commun] Session du Conseil Restreint

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Main du Roi
avatar

Brynden Rivers
Main du Roi

Général
Freuxsanglant

- Combien c'est-y que lord Freuxsanglant il en a, de zyeux ?
- Mille, et rien qu'un.

♦ Missives : 3432
♦ Missives Aventure : 33
♦ Age : 32
♦ Date de Naissance : 27/07/1985
♦ Arrivée à Westeros : 22/06/2009
♦ Célébrité : Kevin Costner
♦ Copyright : Alysanne
♦ Doublons : Edric Estremont
♦ Age du Personnage : 36 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Donjon Rouge, Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
155/500  (155/500)


Message Dim 11 Nov 2012 - 22:11

Une nouvelle journée venait de commencer, mais contrairement aux autres jours depuis des lunes, il allait sans doute s'agir d'une révolution pour le royaume. Après tout, les choses ne commençaient-elles pas déjà à changer ? Voilà quelques jours seulement que lord Brynden Rivers était rentré à Port-Réal, escorté depuis Murs-Blancs par les seigneurs des Terres de la Couronne et les Dents de Freux. Ils avaient ramené avec eux les trésors du fief de la maison Beurpuits et ce qui restait aujourd'hui sur place n'était plus que ruines et désolation. Tout cela par la faute et l'arrogance d'un jeune homme désireux de gagner l'héritage que son propre père n'avait pas pu saisir. Daemon II Feunoyr, fils de Daemon Feunoyr avait échoué dans sa rébellion encore plus sûrement que son paternel. Nulle bataille, nul bain de sang... Tout avait pris fin dans un murmure et en une fraction de seconde, les rebelles avaient été défaits. Certains avaient néanmoins été laissés libres parce qu'il était impossible de prouver leur culpabilité. Toutefois, pour être absolument certains qu'ils ne retenteraient pas de trahir le trône, on les avait obligé à envoyer un invité permanent à Port-Réal, otage qui servirait à les maintenir dans le droit chemin.

Une fois ces questions réglées, il en restait néanmoins bien d'autres à clore. Le Fléau de Printemps avait fait des ravages qu'il ne semblait pas possible de changer et la sécheresse avait réduit au minimum les récoltes engrangées. Pouvait-on acheter des céréales et autres fruits aux Cités Libres ? Mais surtout, devait-on le faire ? Bien entendu, avant de s'occuper de cela, il allait falloir mettre fin au plus gros problème auquel était confronté le royaume des Sept Couronnes : la menace et la révolte des Fer-nés. C'était pour discuter en priorité de ce sujet que lord Brynden avait convoqué le Conseil Restreint en session exceptionnelle et les choses s'annonçaient aujourd'hui bien mieux que ce qu'il avait pu attendre en faisant parvenir les convocations aux seigneurs siégeant là. Inspirant profondément, la Main du Roi fit un signe de tête aux hommes en faction devant les portes de la Salle du Conseil et ces derniers les ouvrirent en grand, laissant lord Rivers entrer dans la pièce. D'un regard, il constata que tout le monde était présent. Lord Clarence Hightower, Grand Argentier, était arrivé à Port-Réal depuis quelques temps déjà et il semblait avoir de nombreuses affaires en cours. Lord Jace Redwyne, Grand Amiral, avait atteint la capitale à peu près à la même période et il avait été relativement facile de constater qu'il voyageait en compagnie de dames de la maison Hightower. Y avait-il une quelconque entente entre ces deux hommes que ça n'aurait rien de surprenant, néanmoins, lord Redwyne était un homme en qui l'on pouvait avoir confiance. Il était bien plus difficile de marquer la même assurance concernant lord Hightower...

Le lord commandant de la Garde Royale, ser Addison Hill, et le Grand Mestre siégeaient eux aussi à cette table, du fait de leurs fonctions. Il en allait de même du Prince Maron Martell, suzerain de Dorne et Grand Législateur. On ne le voyait que très peu à Port-Réal, mais il se déplaçait toujours lors des affaires importantes. N'avait-il pas pris part à la bataille d'Herberouge par le passé ? De plus, il fallait garder à l'esprit que sa propre sœur était la mère de l'actuel couple régnant sur le royaume. Enfin, non des moindres, le prince Maekar Targaryen avait lui aussi pris place à cette table. Lord Brynden n'avait pas été capable de prévoir ce retour, considérant que la colère du prince l'obligerait à demeurer à Lestival. Mais visiblement, il semblerait que l'idée de pouvoir enfin jouer un rôle dans le royaume lui avait fait mettre sa rancœur de côté... S'avançant en silence, lord Brynden Rivers, Main du Roi, traversa la salle et vint s'installer à la place qui lui était dévolue, en bout de table.

« Messires, considérons cette session du Conseil comme ouverte. Je vous remercie d'avoir répondu à l'appel de la Couronne. Comme vous le savez sans doute tous, voilà maintenant de longues lunes que les Fer-nés attaquent et pillent les côtes de l'Ouest et du Bief. Nous n'avons malheureusement pas pu apporter le soutien voulu par les seigneurs Tyrell et Lannister, mais ces derniers ont fait leurs preuves pour repousser les pirates. » Expliquant cela, lord Rivers regarda tour à tour tous les nobles présents, s'attardant sur lord Redwyne et lord Hightower qui avaient été directement touchés par ces affaires. « Suite à cela, les Fer-nés ont visiblement tourné leur intérêt vers le Conflans, attaquant la ville de Salvemer, puis vers le Nord. J'ai ici une missive de lord Beron Stark qui nous demande à son tour notre aide. Il est plus que temps de réagir et surtout, d'agir ! » Nouvelle pause marquée par le silence et le son du parchemin roulé. Brynden rassemblait ses esprits avant de poursuivre. « Nombreux sont ceux à avoir critiqué la politique du trône, à avoir cherché à ourdir des complots et à me rendre responsable de leurs torts. Peut-être ont-ils raison, peut-être ont-ils tort. Néanmoins, chacun de mes actes est clairement étudié. Si je n'ai encore envoyé notre réponse aux Fer-nés, c'était en raison d'un autre mal qui nous menaçait, à l'est. Les Feunoyr ont peut-être été chassés de nos terres, ils n'en sont pas morts pour autant ! Aegor est toujours avec eux et il possède toujours l'épée Feunoyr. Il est un ennemi autrement plus dangereux que les Fer-nés parce qu'il dispose d'alliés au cœur même de nos terres. La preuve en est les récents événements de Murs-Blancs, dans le Conflans. Messires, je vous le dis, nous avons évité un drame terrible et un deuxième champ d'Herberouge ! Daemon est aujourd'hui notre prisonnier et tant que nous le détiendrons, Aegor ne tentera rien ! C'est avec une certaine sérénité que nous pouvons aujourd'hui envoyer notre flotte au loin pour remettre les Fer-nés dans le chemin du royaume ! » Brynden se doutait que chacun des personnages présents connaissait les événements dont il parlait, mais rien ne lui permettait de le confirmer. Il scrutait donc les réactions, silencieux, le visage impassible, avant de reprendre. Posant son regard sur les lords Hightower et Redwyne, il s'adressa d'abord à eux. « Messires, je gage que lord Tyrell ait pu vous demander de transmettre ses revendications au Conseil, aussi, je propose que vous commenciez à nous exposer cela. Après cela, si quelqu'un d'autre à des choses à ajouter sur le même sujet, nous l'écouterons aussi. Allez-y. »


Revenir en haut Aller en bas
http://star-city-heroes.forumsrpg.com/
Noble
avatar

Clarence Hightower
Noble

Général
Grand Argentier
~ We light the way ~

♦ Missives : 2168
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 20/09/2011
♦ Célébrité : François Arnaud
♦ Copyright : Valencia
♦ Doublons : Edwyn Tully
♦ Age du Personnage : 27
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
3996/4000  (3996/4000)


Message Lun 12 Nov 2012 - 16:34

     Lord Clarence Hightower était arrivé le premier dans la salle du conseil. Il était dans son tempérament d'être toujours à l'avance et d'emboîter le pas à ses alliés comme à ses ennemis, à ses partenaires comme à ses subalternes. Le Grand Argentier n'était définitivement pas l'homme de la surprise, il n'aimait pas surgir dans un nouvel environnement où tout est déjà installé, mis en place, en raciné. Clarence préférait, et de loin, s'approprier le lieu d'une réunion avant que celle-ci ne commence, assister à l'arrivée progressive de tous les protagonistes, pour mieux saisir la subtilité du moment et l'altérité qui s'annonce. La journée avait d'ailleurs commencé en vue d'une préparation méticuleuse pour cette session du Conseil restreint et Clarence avait très volontairement choisi ce qu'il porterait, essentiellement pour des raisons de confort – il souhaitait être à l'aise pour discuter à cœur ouvert de la politique du royaume. Étant donné que les décisions qui seraient prises durant la réunion aurait un impact de forte envergure sur l'ensemble des Sept couronnes, il était hors de question qu'une ceinture trop serrée ou qu'une épaulière trop courte le tyrannise tout le temps que durera la séance. Une telle attention à ces détails pouvait paraître vaine et abusive, mais Clarence l'estimait au contraire nécessaire et indispensable. Il entrait dans sa personnalité d'être si méticuleux, et il eût été moins que lui-même s'il n'avait pas, dès son entrée dans la pièce, pris le temps d'observer les sièges, la table, l'ameublement, les murs, les colonnes, les plafonds, etc. Il s'était assis et avait disposé devant lui quelques documents, des parchemins vierges, une plume et un encrier, quand arrivèrent les protagonistes de la réunion, les autres membres du Conseil, et notamment le Grand Mestre, qui le salua d'un geste poli, et messire Redwyne qui prit place à ses côtés. Ce dernier lui parut plus fatigué qu'à l'ordinaire, mais dans son salut et dans son regard Clarence décela les stigmates d'une détermination plus forte et féroce que jamais. Lui-même n'en montrait rien, mais il était décidé à actionner aux mieux les leviers de la discussion pour régler la question Fer-née une bonne fois pour toute, à présent que l'horizon oriental s'était dégagé avec l'échec de la dernière tentative Feunoyr. En attendant l'arrivée de la Main du Roi, le Grand Argentier échangea quelques mots avec son pair du Bief, tout en observant avec courtoisie les princes Maron Martell et Maekar Targaryen. Ces deux-là, il ne les connaissait que de réputation et ne savait rien sur eux en dehors de ce que toute personne raisonnablement cultivée pouvait savoir. Nul n'ignorait la place occupée par le suzerain de Dorne à cette table, et qui pouvait ignorer l'inimitié de l'héritier présomptif de la couronne à l'égard de lord Brynden Rivers ? Ce dernier apparut d'ailleurs à l'entrée de la salle, et Clarence se leva aussitôt pour le saluer, légèrement incliné alors que l'homme à la peau blanche comme l'albâtre se dirigeait vers son siège installé en bout de table. Clarence se rassit quand il annonça l'ouverture de la séance et écouta avec grande attention ses paroles pour ne rien perdre de leur substance.

     Le Grand Argentier approuva intérieurement les mots d'introduction qui évoquaient sans attendre la rébellion Fer-née et ses premières victimes, l'Ouest et le Bief. Puis, Brynden Rivers développa son propos en évoquant le Conflans et le Nord comme proies suivantes, avec pour appuyer son discours une missive reçue de lord Beron Stark en personne... Ainsi, ils en étaient là. Le loup lui-même appelait le dragon à l'aide... cette réalité aurait pu faire sourire Clarence s'il avait laissé fuir ses premières impressions. Il se souvenait avec une grande exactitude des paroles qu'il avait échangées d'abord avec lord Lannister, ensuite avec le frère de ce dernier. Ces deux lions avaient pointé du doigt l'inertie du trône et son incompétence à accomplir ses devoirs premiers... Or c'était vers le trône que toujours se tournaient les vassaux du roi pour réclamer l'aide que bientôt ils obtiendraient. Clarence patienta encore, écoutant le récit de Murs-Blancs qu'il félicita de bref geste chef avant de prendre la parole quand il y fut invité par la Main du roi. « La victoire de Murs-Blancs est un modèle du genre et nous pouvons nous en féliciter, bien que tout le mérite vous revienne, seigneur Main. À présent et pour l'heure, cette menace est écartée et le gage offert par la détention du prétendant Feunoyr nous laisse les coudées franches pour agir contre un autre rebelle, Dagon Greyjoy. Lord Tyrell a par le passé imploré l'aide et l'intervention du Trône dans cette affaire, et à la lumière des événements de Murs-Blancs, il a compris le délai imposé à cette intervention. Aujourd'hui, ses revendications n'ont pas changé. Il attend du Trône que celui-ci mate la rébellion des Îles de Fer, et assure qu'il soutiendra par tous moyens toute intervention que vous pourriez diligenter contre Dagon Greyjoy et ses Fer-nés rebelles. En somme, pointez l'ennemi et toutes les épées du Bief s'engageront dans ce combat. » Lord Hightower ne pouvait prétendre connaître son suzerain sur le bout des doigts, mais il avait là transmis le plus fidèlement possible le fruit de leurs entretiens chaque fois qu'il avait eu l'occasion, à Hautjardin, de discuter avec Leo Tyrell. Et ce dernier, plus que jamais, désirait recevoir l'ordre de mobilisation contre les Fer-nés. Quant aux questions matérielles, Clarence les aborderait plus tard, armé qu'il était par ses longues heures de travaux préparatoires.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 12 Nov 2012 - 21:02

 « Toutes les épées du Bief, et tous ses navires. L'ensemble de la flotte se prépare à l'événement. Je n'ai rien à ajouter aux paroles de lord Hightower qui relaient très exactement les demandes de Hautjardin, demandes qui sont l'écho parfaits des premières. »L'important était à ses yeux d'y répondre à présent, avec pertinence et efficacité. Jace n'était pas arrivé le premier à cette réunion, il avait pénétré dans la salle avec le Grand mestre qu'il avait accompagné depuis ses quartiers, en profitant pour discuter poliment avec lui de choses et d'autres avant d'entrer à ses côtés. Avant de s'asseoir, il avait courtoisement salué tous ceux qui étaient déjà là. Une fois installé aux côtés de lord Hightower qu'il connaissait bien et qu'il considérait avec beaucoup d'estime et d'amitié, il avait à son tour pris le temps d'observer tout le monde, sans toutefois s'y abîmer : il était inutile de scruter un visage pour le lire et en déceler l'intériorité. Il s'était également levé de son siège quand lord Rivers avait pénétré dans la salle, et il n'avait repris sa posture assise qu'une fois ce dernier à sa place, en bout de la table, d'où la Main du roi pourrait tout voir, tout observer, tout entendre aussi. Il ne connaissait personne ici, en dehors des lords Hightower et Rivers. Pour autant, s'il était de notoriété publique qu'il connaissait bien messire Clarence, il était en revanche une certitude qu'aucun des participants à cette séance du conseil ne connaissait le lien qui, par le passé, avait uni lord Redwyne à l'actuelle Main du roi. Il n'était pas sûr, d'ailleurs, que ce lien, s'il était à présent révélé, serait du goût du prince Maekar, qu'on connaissait pour être une personne emportée et coléreuse. Comment ce dernier allait-il se comporter lors de cette séance ? Aurait-il la décence de tempérer ses ardeurs méchantes à l'égard de son oncle la Main du roi ou bien, fidèle à sa réputation d'homme instable, irait-il jusqu'à laisser publiquement éclater sa rage ? La question était sur les lèvres de Jace, mais il se garda bien de la poser. Il n'était pas là pour assister à un pugilat, mais bien pour conseiller du mieux qu'il pouvait la Main du roi sur les questions relatives à la politique du royaume, puisqu'après tout en tant que Grand Amiral, tel était son statut. Conseiller. Qu'allait-il conseiller ? Le discours introductif de lord Brynden Rivers avait centré le débat autour du problème fer-né et cela lui convenait parfaitement, après tout la Treille comptait parmi les premières victimes de cette rébellion absurde et en tant qu'amiral de la flotte royale, il aurait un grand rôle à jouer dans la défaite décisive qu'il était nécessaire d'infliger en mer aux Fer-nés pour obtenir la victoire finale, leur reddition et leur réintégration dans la paix du roi. Il avait donc approuvé et prolongé les paroles du Grand Argentier, pour ajouter ensuite :

 « Les côtes du Bief sont patrouillées en permanence et donc sécurisées, mais pour répondre efficacement à la question fer-née, il faut porter l'assaut en mer contre Dagon Greyjoy et le vaincre sur son propre terrain de prédilection. Une fois cette victoire acquise, il pliera à toutes nos exigences. Il ne s'agit donc pas d'aider localement tel ou tel seigneur en fournissant des hommes, des vivres ou des ressources navales. Il faut concentrer les moyens et la tactique à cette seule fin et pour cela, tous les navires dont nous disposons seront nécessaires. À présent que la menace Feunoyr s'éloigne de notre ciel à l'Est, je pense qu'il est temps de mobiliser toutes nos flottes à l'Ouest. Si nous voulons vaincre les Fer-nés en mer, il nous faut tous les navires possibles. Hautjardin a demandé l'aide du Trône et est évidemment donner plus que sa part pour participer à l'intervention que vous déciderez contre lord Dagon Greyjoy. »

Les choses ainsi présentées pouvaient paraître simple, et d'un certain côté elles l'étaient. Jace n'oubliait pas qu'à l'appui de ce projet, il faudrait monter et présenter un solide plan tactique pour venir à bout de la puissance navale des fer-nés qui était réputée supérieure à toutes les autres. Il faudrait également déterminer la quantité d'hommes, la quantité de navires, la quantité de vivres, la quantité d'armes, etc. Ils discuteraient de tout cela en temps utile et, il l'espérait, au cours de la réunion, car c'était justement peut-être les sujets importants à traiter. Quelles flottes seraient impliquées ? Quelles armées ? Quels ports ? De nombreuses rumeurs circulaient et les dernières informations dont ils disposaient tous au sujet du nouvel ost ordonné par lord Arryn soulevaient quelques interrogations que la Main du roi saurait dissiper, du moins Jace l'espérait-il. Il était par ailleurs curieux de connaître l'avis de tous les autres, car après tout eux n'avaient pas été directement touchés ou concernés par la rébellion Fer-née. Serait-il sensible au sort terrible des rivages du Bief, de l'Ouest, et de Salvemer, et même du Nord d'après les dires de la Main du roi ? Il l'espérait de tout son cœur, car il ne se sentait pas la force de chercher à convaincre les princes, le grand mestre ou le commandant de la garde royale de la nécessité d'une action forte contre Dagon Greyjoy.
Revenir en haut Aller en bas
Prince de Dorne
avatar

Maron Martell
Prince de Dorne

Général
Insoumis. Invaincus.
Intacts.

♦ Missives : 9101
♦ Missives Aventure : 100
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 23/06/2009
♦ Célébrité : Antonio Banderas
♦ Copyright : © Moi
♦ Doublons : Pryam Templeton, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 44 Ans
♦ Mariage : Daenerys Martell (Targaryen)
♦ Lieu : Dorne, Lancehélion
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
368/500  (368/500)


Message Mar 13 Nov 2012 - 12:35

     Le Conseil Restreint avait été au cœur de la vie du Prince Maron depuis quelques temps. La missive envoyée par la Main du Roi était arrivée à Lancehélion avant les événements de Murs-Blancs et lorsqu'il avait posé le pied à Port-Réal, le Dornien avait appris l'incident, si tant est que l'on puisse appeler une rébellion de la sorte. C'est aussi sans surprise qu'il avait entendu le nom des Ferboys être cité dans la liste des invités, ils avaient toujours été et seraient toujours des traîtres à la couronne, mais ce n'était pas ce genre de détails qui occupaient l'esprit du Martell. Les Fer-nés étaient bien plus importants qu'une maison trop ambitieuse qui empruntait la voie du perdant depuis l'arrivée de Nymeria, ils occuperaient encore la place des perdants dans plusieurs générations, le « problème » qu'ils représentaient n'était donc aucunement important.
     L'arrivée assez tôt de la délégation Martell permit au Prince de prendre connaissance des détails de l'intervention que Brynden Rivers en personne avait faite à Murs-Blancs et lorsque l'heure H du Conseil Restreint se présenta, ce fut sans difficulté et sans anxiété que Maron s'y rendit.

     Plusieurs autres personnes y siégeaient, le Prince Maekar qui ne lui était pas inconnu étant donné qu'il était le fils de Myriah Martell, deux Bieffois issus de maisons importantes dont les noms qui rappelaient quelque chose, puis bien évidemment La Main du Roi : Brynden Rivers. Chacun attendait patiemment que le Freux fasse son apparition et lorsque ce fut le cas, il entra dans le vif du sujet afin de leur faire savoir que même le gouverneur du Nord avait demandé l'aide de la Couronne. Le résumé de Murs-Blancs n'apprit rien de particulier à Maron, qui malgré tout ne pu s'empêcher de se demander quand est-ce que les Feunoyr décideraient d'occuper la place qui leur revenait de droit : la potence ou l'exil. La bataille d'Herberouge avait été suffisamment sanglante pour que personne ne désire voir une telle bataille se reproduire, mais apparemment la voie des armes était toujours la seule que ces rebelles comprenaient – ce qui ne gênait pas réellement le Prince qui y goûtait davantage qu'aux paroles sans effet.

     La parole fut laissée aux deux Bieffois après que la Main eut abordé le sujet de lord Tyrell qui souhaitait apparemment transmettre quelques paroles aux membres du Conseil. Sans dévier de sa naturelle expression neutre, le Martell observa le Grand Argentier lorsque celui-ci résuma les doléances de son suzerain, souhaits on ne peut plus légitimes. Il avait dû être difficile de voir sa région pillée par ces Fer-nés sans rien recevoir d'autre que des promesses en retour. Mais si Brynden Rivers avait agi de la sorte, c'était pour une bonne raison. Le Prince ne doutait pas une seule seconde de la décision de son beau-frère et patienta donc en silence tandis que le seigneur de la Treille prenait la suite du Hightower.
     Les paroles du Grand Amiral ne firent que conforter tout le monde dans l'idée que toutes les régions étaient prêtes à apporter leur contribution dans la lutte contre la menace des Fer-nés. Ils comprendraient bien assez tôt quelle avait été leur erreur en s'en prenant à Westeros. Le Bief possédait une grande force navale, tout comme l'Ouest avec la flotte du Lion - Trystan en avait longuement parlé à son père puisqu'il avait eu le plaisir d'y assister - de quoi rivaliser avec les pirates des Iles de Fer. Même si la mer était leur élément, ils finiraient par ployer sous les assauts. Lorsque le silence retomba, le taciturne Dornien prit enfin la parole après un instant de réflexion. Parler n'était pas son activité préférée, il aimait agir et chaque mot était donc pesé pour ne pas être inutile et permettre d'aller directement à l'essentiel.

     ▬ Les régions situées à l'Ouest de Westeros ont toutes subies de lourdes pertes. Je gage qu'il reste encore d'excellents combattants d'autant plus désireux de se venger des Fer-nés, mais Dorne a des forces intactes à offrir. Les habitants des Iles de Fer ne s'en étaient jamais pris au désert, les lanciers de Dorne étaient donc parfaitement opérationnels. De nombreuses maisons, tel que les Uller par exemple, sont prêts à se battre. Certains d'entre eux ont déjà été à Salvemer comme Oberyn Dayne et ils sont désireux de pouvoir défendre Westeros. Ce n'était pas exactement le cas pour les Uller qui cherchaient surtout le sang et la bataille, mais le résultat désiré était le même au final. Nous disposons d'une force non négligeable qui ne demande qu'à se rendre utile et le fait que Dorne n'ait pas été victime des raids n'entre pas en ligne de compte. »

     Des reproches et des critiques étaient déjà arrivés aux oreilles du Prince qui savait parfaitement que malgré son appartenance à la couronne, la région qu'il dirigeait était encore considérée comme un intrus par beaucoup de monde. Cela dit, le but des Dorniens en offrant leur aide à Westeros n'était pas de prouver qu'ils étaient aussi dignes de confiance que le reste du continent, simplement de remplir leur devoir. Que la moitié des habitants pensent encore que les Dorniens n'avaient pas leur place dans le royaume, même après cette guerre, n'y changerait rien. Maron connaissait sa place et son devoir, celui d'apporter son aide à la couronne et par extension, aux autres régions. Les anciens griefs n'étaient pas oubliés, simplement dépassés.



« Il faut endosser ses erreurs comme on endosse ses vertus... avec fierté ! Et transformer, en avantages, les conséquences d'une faute. »
«
La vraie passion c'est une quête, pas une impulsion, un emportement, un instinct de chasseur. »
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Main du Roi
avatar

Brynden Rivers
Main du Roi

Général
Freuxsanglant

- Combien c'est-y que lord Freuxsanglant il en a, de zyeux ?
- Mille, et rien qu'un.

♦ Missives : 3432
♦ Missives Aventure : 33
♦ Age : 32
♦ Date de Naissance : 27/07/1985
♦ Arrivée à Westeros : 22/06/2009
♦ Célébrité : Kevin Costner
♦ Copyright : Alysanne
♦ Doublons : Edric Estremont
♦ Age du Personnage : 36 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Donjon Rouge, Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
155/500  (155/500)


Message Mer 14 Nov 2012 - 20:32

Brynden avait décidé d'ouvrir directement la réunion sur le sujet le plus important, à savoir la menace que représentaient les vassaux rebelles des îles de Fer. Au cours des lunes passées, nombreux avaient été ceux à critiquer la Main et sa politique, arguant qu'il chassait des chimères et des fantômes. Aujourd'hui que Daemon Feunoyr était dans les geôles du Donjon Rouge, les discours allaient très probablement changer et les détracteurs deviendraient les plus fervents alliés. Comme la politique pouvait être amère et prévisible... Néanmoins, tout le monde pouvait maintenant pleinement prendre conscience du retard inévitable dans la répression des Fer-nés. Il aurait été plus qu'inutile de les vaincre pour se retrouver ensuite avec une nouvelle guerre civile alors l'attente et le sacrifice de quelques villages côtiers avait semblé le meilleur choix. Maintenant, il était temps d'en punir les responsables.

Invité à prendre la parole, lord Hightower fut le premier à s'exprimer. Il félicita d'abord la réponse envoyée à Murs-Blancs avant d'affirmer que lord Tyrell était prêt à apporter le soutien nécessaire à une action commune, et cela depuis longtemps déjà. Seul, il ne pouvait rien faire, mais avec l'appui du trône, son armée et sa flotte n'attendaient plus que de frapper. Cela fut ensuite confirmé par lord Redwyne, qui ne manqua pas d'appuyer le fait que la flotte était déjà mobilisée. Il poursuivit ses propos en expliquant que si le Bief était en sureté grâce aux patrouilles côtières, le seul moyen de régler définitivement la question était de frapper directement au cœur du problème en envoyant la flotte combattre celle des pirates. Le Grand Amiral préconisait une frappe salvatrice plutôt que des aides ponctuelles et cela semblait en effet être le meilleur des choix. Néanmoins, la simple victoire sur les mers ne réglerait pas tout... C'est alors que le Prince Maron apporta une nouvelle ouverture à la discussion, informant que Dorne était prête à fournir de nombreux combattants dans le soutien aux autres fiefs du royaume.

« Je ne puis qu'appuyer vos dires, lord Redwyne, la victoire navale contre la flotte des Fer-nés est le moyen le plus absolu de remporter cette guerre. Néanmoins, je crois qu'il nous faudra aller bien plus loin et obliger la Seiche à ployer le genou une nouvelle fois devant la Couronne. A cette seule fin, nous aurons remporté la victoire. » Et tout comme cela avait été le cas à chaque rébellion, les Fer-nés devraient offrir des otages qui permettraient de maintenir les îles dans la Paix du Roi. On a moins tendance à se rebeller quand ses proches risquent la mort. Mais cela se verrait en temps voulu. « Comme vous l'avez dit, il faut mobiliser toutes nos flottes à l'ouest. Je crois savoir que vos propres navires sont déjà en position et c'est une bonne chose. La Couronne et l'Orage ont de nombreux navires à fournir et ces derniers n'attendent plus que l'ordre de prendre la mer. Ils sont parés depuis des lunes et cela nous a coûté, mais il est temps qu'ils prennent la mer. Lord Arryn a aussi fait envoyer des navires du Val, ce qui grossira quelque peu nos propres rangs. » Ces flottes auraient sans doute la force de rivaliser avec les pirates des îles de Fer, mais ce n'était pas ainsi qu'ils gagneraient la guerre.

« Malheureusement, des suites du Fléau de Printemps et de la sécheresse, nos seigneurs ne peuvent mobiliser toutes leurs flottes et tous leurs hommes. Il faut remplir les greniers en vu de l'hiver à venir aussi, si nous avons des navires, nous manquons de soldats. Je crois néanmoins qu'une fois la flotte de Fer vaincue, il faudra poser pied à terre et prendre de force la forteresse de Pyk. Pour cela, il nous faut des hommes. Qu'en dites-vous, Prince ? » Pour la première fois, lord Brynden s'adressait au Prince Maekar, ce dernier étant alors resté silencieux. Il laissa un temps de silence s'établir avant d'enfin parler. « Il ne sera pas simple de nous emparer de ce château, aussi faudra-t-il de nombreuses troupes. Le Prince Maron propose ses lanciers et c'est une excellente chose. J'amènerais moi-même mes propres hommes et je ne doute pas que lord Baratheon me fournira tout le soutien dont j'ai besoin. Ajoutez à cela les épées Tyrell et nous avons déjà de quoi l'emporter. » Il était vrai que tout cela était bien beau sur le papier, mais était-ce réellement réalisable ? D'autres problèmes se pointaient à l'horizon... « Je ne doute pas que les Dorniens aient envie de se battre, mais je crois qu'il ne serait pas judicieux d'envoyer tous les soldats à la guerre. La présence des Ferboys à Murs-Blancs reste inquiétante et je pense que le Prince Maron devrait garder des partisans près de lui. De plus, lord Arryn nous a promis une grande armée qui ne devrait plus tarder à arriver et de nombreux seigneurs de la Couronne venus à Murs-Blancs sont prêts. Pensez-vous que cela soit suffisant et gérable ? Comment devrions-nous procéder maintenant ? » Lord Brynden regarda alors lord Hightower, ayant une question bien précise à lui poser. « Et surtout, que devons-nous faire de l'Ouest et du Nord ? Les seconds sont bien trop loins. Quant aux premiers... Leurs troupes et leurs navires pourraient être utiles, mais des rumeurs sont arrivées parlant d'un traitre dans leurs rangs. Doit-on leur faire confiance ou vaut-il mieux jouer la sécurité ? Vous avez rencontré lord Lannister, qu'en pensez-vous ? »


Revenir en haut Aller en bas
http://star-city-heroes.forumsrpg.com/
Noble
avatar

Clarence Hightower
Noble

Général
Grand Argentier
~ We light the way ~

♦ Missives : 2168
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 20/09/2011
♦ Célébrité : François Arnaud
♦ Copyright : Valencia
♦ Doublons : Edwyn Tully
♦ Age du Personnage : 27
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
3996/4000  (3996/4000)


Message Dim 18 Nov 2012 - 16:43

     Entendre parler son camarade du Bief, le prince de Dorne, le prince Maekar et la Main du roi conforta quelque peu Clarence. Il prêta beaucoup d'attention à chacune de leur parole, et releva notamment les promesses avancées par les uns et les autres. Brynden Rivers avait raison de souligner que la victoire finale sur les Fer-nés en rébellion serait obtenue sous les remparts de Pyk, au prix d'une lutte acharnée pour la prise de ce château, siège de la fierté Greyjoy dans toute son opiniâtreté aveugle. Mais pour porter la guerre jusqu'aux pieds de la forteresse de la Seiche, il faudrait vaincre ses rejetons en mer, et pour cette raison la dernière question posée par la Main du roi suscita en lui un grand intérêt. Quelle place occupaient les Stark et les Lannister dans la balance de l'équation Fer-née ? Les Loups, très loin au Nord, avaient été victimes de la barbarie Greyjoy, comme l'avait annoncé Brynden Rivers, mais comme ce dernier l'avait souligné, leur situation géographique était de nature à les priver d'une voix au chapitre. En terme de moyens d'abord, réunir un ost nordien serait une vraie géhenne, une vraie torture, et prendrait plus de temps qu'ils n'en avaient ici. Le Nord était depuis plus de cinquante ans en retrait des affaires de la Couronne, et les soubresauts récents de lord Beron n'y changerait rien : ils n'avaient pas les moyens d'aider le Trône de fer ; le géant endormi commencerait à s'éveiller que la Seiche serait déjà muselée, matée et réintégrée dans la Paix du roi. Il était donc inutile de compter sur la maison Stark pour apporter un quelconque soutien à l'intervention du Trône dans les Îles de fer quand d'autres, qui n'étaient pas concernés directement par la menace fer-née, proposaient spontanément leur aide et leur soutien.

     Venait ensuite la question Lannister. Épineux sujet. Effectivement, Clarence avait, à plusieurs reprises, rencontré la famille de Castral Roc et notamment le chef et le conseiller. Étaient-ils fiables ? Pour leur affaire, tout à fait, ils n'étaient pas dans leur intérêt de s'opposer à une intervention du royaume et ce d'autant plus que cette intervention, ils l'avaient appelée de leurs vœux... Mais les nouvelles étaient mauvaises, en effet : un traître s'était infiltré dans leur rang et bien évidemment, cela posait problème. Qui était-ce ? Difficile de le savoir, et même ce n'était pas aux yeux de Clarence la véritable question. Davantage lui importait de savoir comment intégrer les Lannister, qui représentaient à une force considérable qu'il serait sot de négliger, à la décision qu'ils prendraient ici en séance, en limitant les possibilités de fuite d'une part, et en déterminant la réponse la plus efficace à la rébellion fer-née d'autre part. « Je suis d'accord avec ce point, il est inutile d'espérer quoi que ce soit de la maison Stark, dont les derniers égarements sont la preuve, à mon sens, que lord Beron Stark a d'autres préoccupations plus urgentes que la sûreté de ses propres côtes. Je me trompe peut-être, mais les faits sont là : pour réunir un ost dans le Nord, surtout en cette saison, il faut du temps et c'est une denrée dont nous manquons. Les forces de Dorne, du Bief, de l'Orage, du Val, du Conflans et de la Couronne suffiront et feront oublier jusqu'à l'idée d'impliquer le Nord, mathématiquement. » Clarence s'interrompit. Il tourna son regard vers le prince Maekar et l'observa de son regard de sinople avant de reprendre dans le quitter des yeux. Il regardait le prince, mais il était évident qu'il s'adressait à tout le monde. « Quant aux Lannister, je pense que sans leur accorder totalement notre confiance, nous pouvons du moins compter sur eux pour connaître leur intérêt et ce dernier est évidemment dans une franche coopération. Ils n'obtiendront rien seuls, ils le savent, et lord Lannister n'a plus rien à attendre des lords Arryn et Tyrell qu'il a ralliés pour mieux se les aliéner. Je pense donc qu'il sera réceptif à tous signes que nous pourrions lui envoyer et j'irai même jusqu'à dire qu'il accueillera favorablement toutes manœuvres de notre part qui viseraient à vaincre les Fer-nés. N'oublions pas que l'Ouest est géographiquement la cible la plus prisée des pirates fer-nés, alors si l'on peut douter du commandement de Tybolt Lannister, on peut sans crainte se fier à la rancœur de ses bannerets et de leurs hommes pour constituer, une fois rassemblés, une force qui, employée sagement, fera la différence. Le traître qui s'est infiltré dans leurs rangs, de ce que j'en sais, est davantage une menace pour les Lannister que pour les autres et encore... si ma mémoire est bonne, ce traître a plusieurs fois donné la preuve de son opportunisme... lors de la bataille de Port-Lannis, je crois qu'il a tourné sa veste, mais c'est un détail. » Clarence aurait pu ajouter ce qu'il pensait à titre personnel d'un homme qui n'avait pas hésité à mentir et à jouer à un jeu dangereux tout en ayant la bêtise de le faire au grand jour, mais ces considérations n'auraient certainement point élevé le niveau de la discussion. Il se racla la gorge et ajouta pour conclure, avec une conviction sans faille : « Il faut, à mon sens, associer l'Ouest à notre intervention, sans pour autant lui dévoiler les rouages les plus subtils de celle-ci si jamais nous faisons appel à une stratégie délicate et précise. Tybolt Lannister n'a pas hésité à me faire part du peu de confiance qu'il a pour le Trône de fer, alors pourquoi le Trône aurait-il confiance en lui ? Voyez où je veux en venir : il est inutile d'aller donc avec lui au-delà de ce que les nécessités de la guerre exige. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 18 Nov 2012 - 17:56

Jace, qui connaissait Clarence depuis bien longtemps, voyait déjà où le Grand Argentier souhaitait en venir, mais il n'était pas sûr que les propos de ce dernier reçoivent bon accueil dans les oreilles de leurs interlocuteurs. Il avait pour lui la raison, mais à quelle point celle-ci serait partagée par les autres ? Le Nord n'était d'aucune utilité réelle et pratique, malheureusement, car il s'y trouvait de nobles et fiers guerriers qui, certainement, auraient pesé de tout leur poids dans la guerre contre les Fer-nés. Quant aux Lannister, ce qu'il disait était très juste. Ce n'était peut-être pas la façon la plus policée de le présenter mais les propos du Grand Argentier avaient le mérite de la clarté et de l'honnêteté. En l'état, lord Lannister n'était pas tout à fait l'homme de confiance qu'il pouvait prétendre être et à bien regarder ce qu'il avait fait depuis qu'il était à la tête de sa maison, qu'était-ce à dire ? Il avait épousé une noble dame afin d'envoyer les troupes de son beau-frère aux premières lignes afin de n'avoir à dépenser aucune goutte de sang de ses propres hommes. Il avait, pour vaincre les Fer-nés à l'entrée de son port, condamner à brûler vif ses propres hommes et ses propres navires. Il avait maintenu le secret sur son premier mariage tout en diligentant des négociations ouvertes pour les noces de sa sœur. Il avait organisé à Hautjardin une réunion secrète dont le résultat fut tel qu'il le brouilla pour longtemps avec son beau-frère du Val et son voisin du Bief. Un homme qui méprise les lois de l'hospitalité ne peut être tout à fait digne de confiance, sur ce point Jace rejoignait absolument le point de vue de lord Hightower. « J'irai même plus loin, si vous me le permettez. Je n'ai pas eu le loisir de rencontrer personnellement lord Lannister, mais si j'observe les faits, tous concourent à nous démontrer sinon la déloyauté, au moins la défiance de cet homme envers son suzerain le roi. N'a-t-il pas dissimuler son mariage aux yeux de tous, y compris des Tyrell ses alliés jusqu'au jour des noces de ser Tristan Tyrell et de lady Aliénor Lannister ? N'a-t-il pas cru piéger lord Arryn au moyen d'un contrat de mariage signé au mépris de toutes les coutumes et de toutes les lois du royaume ? Je ne doute pas que l'homme serait favorable à une intervention décisive de notre part contre les Fer-nés. Mais je doute qu'il soit utile et même bien sain de l'associer de trop près à nos décisions quand nous ne pouvons être sûrs des sentiments qu'il nourrit à notre égard. Nous avons vu la façon dont il traite ses plus proches parents et alliés, alors donnons lui des ordres, mais n'allons pas jusqu'à lui confier trop de nos desseins. » Sur ce point, Jace n'avait pas grand chose à ajouter : il n'avait nul grief particulier envers lord Lannister, mais il se savait réticent à l'idée de laisser entre ses mains des marges de manœuvre trop dangereuses et puisqu'il était Grand Amiral, il lui incombait de le faire savoir.

S'agissant des autres questions soulevées par la Main du roi, le seigneur de la Treille serait autrement plus ouvert ; il avait naturellement une idée bien précise du nombre, de l'usage et de l'emploi de la flotte qui conviendrait à leur dessein, mais peut-être les autres membres du Conseil aurait des idées intéressantes à soumettre et dont ils pourraient à leur tour discuter en toute franchise et liberté ? Il reprit donc la parole à ce sujet :
« Pour ce qui est du volet naval de cette guerre, les flottes combinées du Bief, de l'Orage, de la Couronne et même de Dorne et du Val suffiront et même si le nombre est en lui-même un gage de victoire, il est un gage fragile quand il est entre les mains d'un commandant incompétent. Mais je pense que nous avons aujourd'hui les moyens d'infliger aux Fer-nés une défaite en mer. Nous connaissons tous la grande valeur au combat de leurs marins qui n'usurpent jamais leur réputation. Si nous voulons les vaincre, nous devons transformer leurs avantages en faiblesses et pour accomplir ce retournement, réunir la plus vaste flotte possible est un bon début. » Il s'interrompit, prudent, car il ne voulait pas immédiatement monologuer techniques et tactiques navales, de peur d'agacer ou d'ennuyer ses interlocuteurs. Il attendrait donc qu'on le questionne à ce sujet, au besoin, pour en discuter et pour exposer le plan qu'il avait mis au point après bien des nuits blanches passées à réfléchir à cette question précise : si la Seiche est la reine des mers, comment peut-on l'y vaincre ? Pour répondre à cette question, il fallait d'abord prendre en considération un fait souvent oublié des observateurs : la Seiche n'est pas une mais multiple, il s'agit en vérité d'un nombre considérable de petites seiches rapides et très mobiles ; une fois prise en compte cette donnée, il devient bien plus simple de déterminer la meilleur stratégie pour venir à bout de cette multitude qui fonctionne à la manière d'un banc, d'un nuage, d'un essaim. Jace avait bien conscience qu'en mer, face aux Fer-nés, il jouerait son nom et sa réputation. Ce surcroît de défi décuplait ses forces et sa détermination. Mais il gardait la tête froide et savait qu'ils allaient tous aux devants d'une bataille terrible qui ne prendrait fin qu'avec la reddition de Pyk.
Revenir en haut Aller en bas
Prince de Dorne
avatar

Maron Martell
Prince de Dorne

Général
Insoumis. Invaincus.
Intacts.

♦ Missives : 9101
♦ Missives Aventure : 100
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 23/06/2009
♦ Célébrité : Antonio Banderas
♦ Copyright : © Moi
♦ Doublons : Pryam Templeton, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 44 Ans
♦ Mariage : Daenerys Martell (Targaryen)
♦ Lieu : Dorne, Lancehélion
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
368/500  (368/500)


Message Lun 19 Nov 2012 - 13:11

     Le sujet de la bataille sur le sol des Iles de Fer avait nécessité l'intervention du Prince Maekar qui, après tout, était en charge de cette responsabilité. L'attention de son oncle fut donc dirigée sur lui et il écouta en silence les paroles qu'il prononça, expliquant qu'il ne serait pas aisé de réussir à prendre Pyk. La forteresse était pour le moins particulière dans sa construction, mais les Fer-nés étaient surtout réputés pour être d'excellents combattants en plus de navigateurs très doués. Un peuple né pour faire la guerre, mieux valait être suffisamment nombreux pour ne pas prendre le risque de tout perdre là-bas. Encore faudrait-il qu'ils parviennent à poser le pied sur la terre ferme, mais le sujet reviendrait plus tard dans la discussion. Le Prince de Dorne se contenta de hocher la tête lorsque l'idée de voir des lanciers Dorniens s'allier aux forces de l'Orage ou de la Couronne, fut abordée. Il l'avait proposé et ce n'était pas des paroles en l'air. Ce fut à ce moment que le sujet des Ferboys fut abordé, Maron reporta son attention sur La Main du Roi tout en restant silencieux puisque la discussion glissa vers un sujet concernant le Nord et l'Ouest, sujet auquel le Grand Argentier s'empressa de répondre.

     Le Martell ne pouvait qu'approuver le fait qu'il était plus qu'inutile d'attendre quoi que ce soit des Stark, la missive du seigneur suzerain du Nord semblait assez... Chaotique. Maron n'avait jamais été en contact avec les membres de cette maison et ne connaissait donc pas leur manière de fonctionner, mais une chose était certaine : ils ne devaient pas perdre de temps. Les Fer-nés avaient beau être très forts et doués dans l'art de la guerre, ce n'était pas pour autant que les forces conjuguées de plusieurs régions ne parviendraient pas à les vaincre, surtout que ni l'Orage, ni Dorne ni la Couronne n'avait eu à beaucoup subir de pertes d'hommes. Ce fut alors aux Lannister de faire leur apparition dans la discussion et apparemment le problème du traître avait déjà fait de gros problèmes lors de précédentes attaques. Maron était étonné d'apprendre qu'une personne de l'Ouest était prête à donner des informations aux Fer-nés, il avait toujours imaginé que les traditions de ce peuple les empêcheraient d'acheter qui que ce soit, à croire qu'il existait des calculateurs dans toutes les régions. Quoi qu'il en soit, le Dornien ne pouvait qu'approuver les paroles de lord Hightower, inutile de prendre des risques en dévoilant tous les plans à lord Lannister alors que son traître pouvait être quelqu'un de proche qui vendrait tout cela à prix d'or aux Fer-nés.

     Ce fut finalement le tour de lord Redwyne de conclure en soulignant son approbation au sujet des Lannister, apparemment le seigneur de Castral-Roc était un homme qui chérissait le secret et n'était pas extrêmement fidèle aux vœux de la chevalerie, le type de personnage que Maron préférait ne pas fréquenter en somme. À la fin de la réplique du Grand Amiral, le Martell hocha légèrement la tête avant de prendre à son tour la parole.

     ▬ Je ne connais pas autant que vous le problème lié au traître de l'Ouest, mais il me paraît plus qu'inutile de prendre le risque d'affaiblir nos forces en dévoilant tous nos plans à un homme qui ne peut en assurer le secret. De plus s'il goûte aux manipulations et aux cachotteries je ne crois pas qu'il soit particulièrement prudent de vouloir lui accorder trop de confiance, il ne s'agit plus de ne pas vouloir froisser un noble, mais bien de mettre fin à une guerre. Je ne doute pas que lord Lannister fera passer les intérêts de son peuple avant se fierté. Une légère pause s'installa. J'ignorais que les Fer-nés pouvaient acheter des informations et peut-être que ce traître a définitivement retrouver le chemin de la loyauté en voyant que les Iles de Fer étaient en mauvaise position, mais mieux vaut ne pas tenter le diable, les traîtres trahissent toujours. »

     Il avait reçu une missive de feu lady Lannister à l'époque où Trystan était passé à Castral-Roc, mais n'avait rien ressenti de plus que le calcul d'une dame désireuses de flatter un autre suzerain. La question était close aux yeux du Prince qui ne s'attarderait pas davantage sur ce sujet, si le Conseil décidait tout de même de confier plus que les bases du plan à lord Lannister, il restait à espérer que son traître ne soit pas trop proche de lui. Ce dernier n'hésiterait certainement pas à profiter de la moindre occasion pour se faire bien voir des Fer-nés. Son attention se porta sur Brynden Rivers.

     ▬ Concernant les Ferboys, je ne compte pas me dépouiller de tous mes alliés, mais je ne crains pas vraiment cette famille, depuis le début de la... rivalité qu'ils entretiennent avec la maison Martell, les Ferboys ont toujours choisi le camp des perdants. Je ne suis pas homme à sous-estimer mes adversaires, mais j'ai tendance à ne pas craindre une maison qui ne fait que donner des coups d'épée dans l'eau, les tentatives qu'ils feront ne seront jamais plus que des disputes d'enfants, rares sont les Dorniens à leur accorder le moindre crédit. Même ceux qui n'étaient pas en accord avec la politique de Maron n'allaient pas vers eux, preuve de leur incompétence. De plus, Oberyn Dayne qui se trouve certainement être mon plus fidèle vassal et qui est fiancé à lady Edarra Ferboys participera à cette attaque, ils auront donc tout intérêt à ce que nous remportions la victoire, car je doute qu'elle puisse à nouveau trouver un aussi bon parti après sa présence à Murs-Blancs. »

     Le ton n'était pas hostile, le sujet des Ferboys ne l'avait jamais vraiment inquiété et encore moins les ridicules tentatives qu'ils faisaient pour essayer de s'attirer les faveurs des autres maisons. À trop parler sans être capable d'agir, plus personne ne vous prêtait crédit. Son attention se détourna du visage de la Main du Roi avant de se porter sur les autres personnes présentes ici.

     ▬ La flotte de Dorne n'est pas adaptée à une guerre, nous ne possédons pas suffisamment de navires de guerre pour pouvoir apporter notre aide sur ce plan. Mais les lanciers seront déjà un apport non négligeable. Un léger silence se fit. Mais il est inutile de préciser que certaines maisons de Dorne sont encore assez.... Frileuses à l'idée de côtoyer des Bieffois, les anciennes rivalités ont la vie dure, il serait préférable d'éviter de les placer à bord d'un navire du Bief, si l'on peut éviter les tensions inutiles, autant en profiter. »

     Ce n'était peut-être pas agréable à attendre, mais sachant que les Uller étaient venus proposer d'attaquer le Bief il y a quelques semaines de cela, Maron estimait que ce serait suicidaire de les placer à bord d'un navire de cette région.



« Il faut endosser ses erreurs comme on endosse ses vertus... avec fierté ! Et transformer, en avantages, les conséquences d'une faute. »
«
La vraie passion c'est une quête, pas une impulsion, un emportement, un instinct de chasseur. »
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Main du Roi
avatar

Brynden Rivers
Main du Roi

Général
Freuxsanglant

- Combien c'est-y que lord Freuxsanglant il en a, de zyeux ?
- Mille, et rien qu'un.

♦ Missives : 3432
♦ Missives Aventure : 33
♦ Age : 32
♦ Date de Naissance : 27/07/1985
♦ Arrivée à Westeros : 22/06/2009
♦ Célébrité : Kevin Costner
♦ Copyright : Alysanne
♦ Doublons : Edric Estremont
♦ Age du Personnage : 36 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Donjon Rouge, Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
155/500  (155/500)


Message Lun 3 Déc 2012 - 15:55

Tous semblaient d'accord, seule la prise de Pyk assurerait la victoire au trône. Cela nécessitait donc la mise en place d'une flotte conséquente constituée des navires de la Couronne, de l'Orage et du Bief, mais aussi d'une armée capable de combattre sur le sol rocailleux des îles de Fer. C'était là qu'interviendraient les troupes du Val d'Arryn et les lanciers de Dorne, sans compter les reîtres, les soldats et les chevaliers des autres régions du royaume. Dans les faits, tout semblait aller en faveur de la Couronne, mais le moment venu, il y avait fort à parier que les événements prendraient un tout autre tour. Il fallait de plus tenir compte de la sécheresse et du Fléau de Printemps qui les priveraient de trop nombreux soldats. Sans oublier que si les rebelles Feunoyr avaient été neutralisés, certains de leurs partisans pourraient encore poser des problèmes. Bien entendu, aucun d'entre eux ne pourrait faire suffisamment de dégâts pour provoquer des troubles terribles, mais écraser une nouvelle armée rebelle n'allait pas être bon pour le moral général. Il fallait au royaume une victoire. Une victoire éclatante et décisive.

Lord Hightower confirma alors les propos qui visaient à laisser lord Stark sur le côté, le temps leur manquant pour attendre son armée, armée qu'il leur serait de toute façon impossible de déplacer à bord de leurs propres navires. Quant aux Lannister, il pensait qu'il ne fallait pas les négliger bien qu'il conseillait aussi de ne pas tout leur révéler. C'était une décision sage. Ainsi, leur force de frappe gagnerait en puissance tout en évitant que leurs manœuvres ne soient éventées par la présence d'un traître. Se servir de la flotte du Lion nouvellement construite dans l'intérêt du trône, voilà ce qu'il convenait de faire. Lord Redwyne confirma tout cela, indiquant qu'il allait falloir traiter lord Lannister comme tous les autres vassaux qui participeraient à la bataille, sans lui laisser trop de latitude pour qu'il manœuvre à sa guise, au risque de leur mettre des bâtons dans les roues, comme cela avait déjà été le cas par le passé lors d'autres alliances. Le seigneur de la Treille évoqua ensuite leurs moyens dans cette bataille, laissant penser qu'il avait déjà longuement réfléchi à la manière de mener ce combat. Le Prince de Dorne fit part du même état d'esprit au sujet des informations qu'il convenait de donner à lord Lannister, avant de revenir à la question des Ferboys, indiquant qu'ils n'étaient pas une menace pour lui et qu'il avait déjà pris certaines mesures pour éviter qu'ils ne dérapent de trop. La dernière précision fut quelque peu déplacée, étant donné la situation présente, mais lord Brynden se doutait bien que l'inimitié que ressentaient certains Bieffois à l'égard des Dorniens devait être partagée par ces mêmes Dorniens. Marquant un moment de silence, la Main du Roi finit toutefois par reprendre la parole, cherchant à synthétiser tout ce qui avait été dit jusqu'à présent.

« Soit, nous n'attendrons pas l'aide de la maison Stark en raison du temps que cette dernière mettrait à agir. Nous avons déjà trop tardé et la rapidité sera maintenant de mise. Quant aux Lannister, peut-être vaudra-t-il effectivement mieux les garder éloignés de nos actions principales. Pourquoi ne pas essayer de nous servir d'eux, à notre tour ? Nous pourrions envoyer un message porté par coursier à lord Tybolt afin de l'informer de notre action générale, à savoir que la flotte royale mettra le cap sur les îles de Fer un jour bien particulier. Ce message pourrait alors l'enjoindre à diriger sa propre flotte ailleurs, ouvrant ainsi de nouvelles opportunités à nos propres navires. Les Greyjoy se retrouveraient assaillis sur deux flancs, ce qui n'est jamais une mince affaire. Mieux encore, si le traître parle, il ne pourra les informer que de la présence de cette seconde flotte et il est alors probable que la défense de Pyk soit moins conséquente que ce que nous pourrions craindre. Nous n'aurions ainsi pas à nous inquiéter de la loyauté des Lannister et nous utiliserions le traître à nos propres fins. Qu'en pensez-vous ? » Lord Brynden attendait de voir si l'idée allait leur convenir. Certes, elle était loin d'être réellement honorable, mais ce n'était pas par l'honneur que l'on gagnait une guerre. Et par cette idée, il ne faisait que reprendre ce que tous avaient indiqué. « Lord Redwyne, vous sembliez avoir déjà en tête un plan d'action concernant cette bataille. Nos galères et nos dromons ont un avantage sur les boutres des Fer-nés, à savoir leurs balistes ou leurs catapultes. Il est vrai que tous les navires n'en possèdent pas, mais c'est là un atout non négligeable, non ? Néanmoins, vous devez déjà avoir réfléchi au déroulement de cette bataille, puisque vous parlez de transformer leurs atouts en faiblesse. Pourriez-vous nous exposer vos idées, je vous prie. »


Revenir en haut Aller en bas
http://star-city-heroes.forumsrpg.com/
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 10 Déc 2012 - 18:40

 « C'est en effet la meilleure solution. Tant que lord Lannister n'aura pas fait amende honorable de ses manigances et qu'il n'aura pas donné des signes suffisants de sa loyauté à l'égard du royaume et de son roi, je doute qu'aucun homme d'honneur ne lui accorde plus sa confiance, y compris dans le Bief où le Lion dit avoir un allié sûr qu'il traite pourtant comme le dernier des valets. Et en laissant toute latitude à lord Lannister pour agir contre les Fer-nés... oui, j'imagine qu'ainsi les deux fronts obligeront Dagon Greyjoy à diviser ses forces, diminuant ainsi la puissance de la flotte qu'il nous opposera quand nous ferons voile droit sur Pyk. Si nous pouvions convaincre lord Lannister de mobiliser toute sa flotte à l'assaut des Îles mais à un autre endroit que celui que nous choisirons, nos chances de succès s'en trouveraient considérablement accrues. » C'était du pur bon sens, car la puissance de la flotte des Fer-nés venait à la fois de la maniabilité extrême des boutres qu'ils utilisaient, mais aussi du très grand nombre de navires qu'ils étaient capables d'aligner sur les mers : alors face à ces deux réalités il était nécessaire de décroître l'impact de leur maniabilité et le grand nombre de navires qu'ils affronteraient. Opposer aux Fer-nés deux fronts sur les mers étaient un excellent début... s'ils mordaient à l'hameçon. Mais lord Dagon Greyjoy, jusqu'à présent, avait manifestement donné des signes de sa détermination plus dure que le métal, aussi ne pourrait-il laisser son territoire sous la menace de la flotte Lannister sans réagir. L'assaut sur Port-Lannis s'était traduit par une sorte d'échec qui avait englouti d'excellents capitaines Fer-nés et détruit les chantiers navals de la cité des Lions. Était-ce un signe précurseur du déclin de la morgue et de l'audace des seiches en rébellion ? Peut-être, mais le Grand amiral se gardait de toute surenchère à l'optimisme. Il n'avait d'ailleurs pas conçu son plan d'après de vaines considérations d'espérance et de désirs, qu'il laissait aux amateurs et à ceux qui mouraient rapidement. Il avait étudié la question longuement, consulté de nombreux ouvrages et recueillis les témoignages de marins plus vieux et plus aguerris que lui. Le capitaine pirate engagé à son service qu'il avait rencontré par l'entremise de lady Virginia Hightower, sa future épouse, avait eu pour lui de précieux conseils que le Grand Amiral s'était empressé d'intégrer à ses raisonnements. La flotte Fer-née effrayait, et si sa renommée n'était pas usurpée, elle n'en demeurait pas moins faillible. Les forces navales qu'ils déploieraient contre elle avaient des défauts, c'était certain, mais aussi des qualités et Jace était bien déterminé à les utiliser à bon escient pour démontrer qu'en matière de combat naval, il n'y a jamais aucune fatalité. La bataille des Trente voiles était un souvenir brûlant dans sa mémoire et abondait en ce sens que le nombre et la puissance sont des atouts sans être des garanties de succès.

 « La flotte que nous allons rassembler ne pourra rivaliser en nombre avec celle que nous allons affronter, mais nous compenserons ce défaut par la puissance de nos navires lourds contre lesquels ils viendront s'écraser. Il n'y a pas de plan miracle. Selon les conditions météorologiques, le jour choisi, le contexte une fois aux larges des Îles de fer, il faudra s'adapter, improviser et peut-être abandonner le plan que j'ai en tête. Celui-ci est simple : il faut ôter aux boutres fer-nés l'avantage que leur confère leur maniabilité. Contre eux, une formation négligée et désarticulée m'apparaît comme suicidaire, car nos navires, mêmes lourds, sont déliés les uns des autres et donc vulnérables. Il est donc nécessaire d'opter pour une manœuvre qui appuie la solidarité de nos navires et permet une grande flexibilité, de sorte que nous ne finissions pas coincés dans les chaînes de nos propres tactiques. Mais il faut aussi retourner contre les Fer-nés l'arme qu'ils utilisent toujours et dont ils abusent, la surprise. Si la flotte Lannister pouvait faire mouvement avant la nôtre et attirer les Fer-nés loin de la zone où nous frapperons, nous bénéficierons d'un effet de surprise que nous pourrons utiliser à notre avantage en portant notre assaut contre Pyk où se trouve la forteresse que nous devrons prendre et capturer. » Jace se tut quelques instants. Il souhaitait laisser aux autres participants de la réunion le temps de saisir toutes ses paroles, avant de continuer du même ton très calme qu'il avait quand il parlait de choses importantes et cruciales. « Il est très probable que nous rencontrions la flotte fer-née en mer, aussi je préconise une approche qui lie à la solidité de nos navires la souplesse de nos réactions et pour cela, une approche en croissant de lune avec les navires les plus lourds sur les flancs me semble la meilleure. Les Fer-nés seront obligés de s'éparpiller s'ils veulent nous affaiblir, ils hésiteront sans doute à avancer jusqu'au cœur de la courbe et si nous devons rompre la formation pour une raison ou une autre, nos navires plus maniables et plus rapides au centre n'auront aucun mal à joindre les extrémités pour former à nouveau deux blocs solides et mobiles pour mieux se défendre. Qu'en pensez-vous ? » Peut-être les autres membres du Conseil restreint trouveraient à lui faire des remarques qui l'aideraient à peaufiner leur stratégie, mais lord Redwyne était pour l'instant persuadé d'avoir abouti une tactique qui leur assurait les meilleures chances de succès. En effet, face à la formation du croissant les boutres fer-nés perdraient de leur mobilité et seraient contraints à l'éclatement pour ne pas se trouver coincés de tous bords en un bloc vulnérable et peu maniable, mais ce faisant ils exposeraient leurs flancs et leurs faiblesses à la merci des assaillants. Ces derniers cependant devraient tout faire pour ne pas rompre leur formation au risque de perdre tous les avantages qu'elles offraient... Mais il y avait tant d'aléas qu'évidemment ce plan ne pouvait qu'être un projet qui serait constamment soumis à la relecture de l'instant présent où se mêlerait tout un tas de facteurs qu'il faudrait prendre en compte.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Clarence Hightower
Noble

Général
Grand Argentier
~ We light the way ~

♦ Missives : 2168
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 20/09/2011
♦ Célébrité : François Arnaud
♦ Copyright : Valencia
♦ Doublons : Edwyn Tully
♦ Age du Personnage : 27
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
3996/4000  (3996/4000)


Message Mar 11 Déc 2012 - 9:43

     En silence, Clarence écouta les paroles et propositions de lord Redwyne, qui se trouvait être son ami de toujours et serait bientôt son futur beau-frère. Loin d'être aussi expert que lui de la chose navale, car il était Grand Argentier et non Grand Amiral, celui qui faillit devenir mestre ne put que hocher docilement la tête à chacune des phrases du seigneur de la Treille dont les mots trahissaient l'expérience et l'expertise en la matière. Il n'avait ni usurpé sa place, ni acheté ses titres, et l'on devinait sous le visage poli par le calme et la retenue le cœur et l'esprit du marin qui semble avoir toujours le regard tourné vers la mer. Il se souvenait d'ailleurs très bien des premières pensées qui jaillirent à son esprit le jour où lord Redwyne et lui avaient pour la première fois évoqué l'idée du mariage de Jace et de Virginia : « femme de marin, femme de chagrin. » Un proverbe ô combien réaliste, mais qui par chance ne trouvait pas à s'appliquer au marin le plus haut gradé des Sept couronnes. Clarence, qui prenait quelques notes, dressa une oreille intriguée quand lord Redwyne évoqué toute l'utilité pour leur entreprise de bénéficier d'un effet de surprise que procurerait une intervention préalable et musclée de la flotte Lannister en un point pendant que la flotte assemblée sous la houlette du Grand Amiral frapperait ailleurs. L'idée qui reprenait celle de la Main du roi était intéressante et méritait d'ailleurs qu'on s'y attarde, et lord Hightower entrevoyait déjà une possibilité de la tourner sûrement et définitivement en leur faveur. Il repoussa les parchemins devant lui, s'adossa au creux de son siège avant de joindre ses mains comme le font les gens d'importance qui s'apprêtent à dire quelques paroles qu'ils estiment plus intéressantes que d'autres moins adroites, moins opportunes. Toutefois, il ne parla pas tout de suite, et attendit simplement que le Grand Amiral ait terminé son plaidoyer pour une intervention navale qui lierait les muscles à la souplesse d'une flotte qui ainsi serait de taille à lutter contre celle très réputée de Dagon Greyjoy. « C'est un plan intéressant, il paraît simple, et comme tout ce qui est simple il sera sans doute efficace. Mais comme vous l'avez dit vous-même, ce plan devra s'adapter aux circonstances immédiates car je suis certain qu'une fois nos voiles repérées à l'horizon des Îles de fer, la riposte de la Seiche sera à la hauteur de sa réputation, sauf à croire que ses ambitions et ses moyens se soient noyés dans la rade de Port-Lannis, où il n'était pas lui-même... Toutefois... » Il prit une profonde inspiration tant pour donner le ton que pour tourner en lui sept fois de suite ce qu'il s'apprêtait à dire. « Pour ce qui est de l'effet de surprise, s'il faut s'en remettre à lord Lannister, je crois savoir où lui suggérer d'attaquer... Nul n'ignore ici que son épouse, lady Maura Arryn, est décédée, mais peut-être moins nombreux sont ceux qui savent qu'elle a été l'objet, il y a bien quelques lunes déjà, d'une attaque alors qu'elle voyageait, courageuse ou inconsciente, trop près de la côte. À en croire les récits qui ont été faits de l'événement, l'odieux et audacieux fer-né responsable de cette agression serait un certain Sargon Harloi. Pourquoi ne pas laisser entendre à lord Lannister qu'il aurait tout intérêt à lancer sa flotte à l'assaut de l'île éponyme un jour ou deux avant notre arrivée ? Les Îles de Fer sont difficile d'accès, nous le savons tous, mais si j'en crois les cartes dont nous disposons, cette île est l'une de celles qui ceinturent l'archipel. »

     Le Grand Argentier n'était pas sûr, avec une telle idée, d'emporter l'adhésion de toutes les personnes attablées au conseil, car certains parmi eux étaient peut-être frileux ou hostiles à l'idée d'appuyer ainsi sur les cordes peut-être sensibles du cœur d'un jeune veuf... Pourtant, il était évident et manifeste qu'un tel mouvement contre l'île de Harloi de lord Lannister leur permettrait d'attirer l'attention des Fer-nés au Nord-Est pendant qu'eux-mêmes frapperaient Pyk ou tout autre île qu'ils choisiraient. En obligeant ainsi les Fer-nés à s'éparpiller et à diviser leurs forces, tout en profitant de la surprise occasionnée par cette double attaque étalée sur un court laps de temps, ils auraient la main haute et l'avantage pour un temps qui serait peut-être suffisant pour acculer les Fer-nés contre le mur d'une défaite imparable, qui les obligerait à se replier dans leurs îles en attendant d'être cueillis comme des fruits mûrs par les armées de la Couronne. Et puis, n'était-ce pas brosser le Lion dans le sens du poil ? D'après l'idée de lord Hightower, ils offriraient à lord Lannister l'occasion d'aller payer sa dette auprès dudit Sargon Harloi, or les Lannister ne paient-ils pas toujours leurs dettes ? Clarence se souvenait très bien de sa rencontre avec le seigneur suzerain de Castral Roc, autant que de celle avec le frère de ce dernier, et il avait très bien compris que l'un comme l'autre étaient très désireux d'infliger aux Fer-nés le juste retour de flammes qu'ils méritaient. Si le Conseil restreint pouvait inciter les Lions à se lancer à l'assaut là où cela leur serait le plus utile, leur ouvrant par ailleurs un boulevard pour leurs propres navires jusqu'à Pyk ou ailleurs, pourquoi devait-il se priver ? Clarence était prêt lui-même à écrire la lettre s'il le fallait, mais il ne le ferait qu'avec l'accord de la Main du roi qui demeurait maîtresse des décisions prises à ce conseil. « J'ai eu l'occasion de rencontrer et de discuter longuement avec deux Lannister, le lord et son conseiller. Tous deux m'ont paru déterminé à faire payer par tous moyens aux Fer-nés le ravage de Belle-Île, les pillages des côtes de l'Ouest et l'assaut sur Port-Lannis. Il serait cruel de notre part de ne pas les approuver, et je dirais même dommage de ne pas les y encourager. L'assaut sur l'île de Harloi les tiendrait à l'écart de nos plans tout en offrant à ces derniers des facilités inespérés – car je ne doute pas une seconde de toute la force que le veuf de lady Maura Arryn déploiera dans un assaut contre la forteresse qui a vu naître l'agresseur de feue son épouse. »
Revenir en haut Aller en bas
Prince de Dorne
avatar

Maron Martell
Prince de Dorne

Général
Insoumis. Invaincus.
Intacts.

♦ Missives : 9101
♦ Missives Aventure : 100
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 23/06/2009
♦ Célébrité : Antonio Banderas
♦ Copyright : © Moi
♦ Doublons : Pryam Templeton, Sargon Harloi, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 44 Ans
♦ Mariage : Daenerys Martell (Targaryen)
♦ Lieu : Dorne, Lancehélion
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
368/500  (368/500)


Message Mar 11 Déc 2012 - 16:39

     L'idée de se servir des Lannister ne gênait pas vraiment Maron. Même s'il était vrai que le Prince de Dorne n'aimait pas franchement user de stratagèmes détournés et qu'il préférait la franchise ou encore régler ses contentieux de manière directe, il savait aussi faire la part des choses. Lord Tybolt avait l'air d'être un homme qui ne se gênait pas pour manipuler les autres, pour quelle raison la couronne s'en priverait-elle ? Trystan lui avait brièvement parlé du seigneur de Castral-Roc puisqu'il avait été amené à le rencontrer et visiblement ce n'était pas le type d'homme qui se souciait beaucoup de ménager ses adversaires. Chevalier uniquement de titre et non dans son comportement. De plus, c'était le traître qui était visé et non son suzerain, du moins pas directement. Les autres personnes présentes dans la pièce semblèrent tous en accord avec cette idée et Maron ne voyait rien qui s'y oppose.

     ▬ User du traître par ce biais me semble être une très bonne idée. »

     Il n'y avait rien de plus à ajouter à cela. Le Grand Amiral parla de stratégie propre à la navigation et à laquelle le Prince de Dorne n'entendait pas grand-chose, mais il estimait que si lord Redwyne avait été nommé Grand Amiral, c'était qu'il devait être capable de superviser une telle opération. Maron ne voyait pas grand-chose à redire avec ses maigres connaissances en la matière puisque dans les faits, les raisons de ce choix étaient tout à fait logiques. Comme il finissait de parler en demandant aux autres protagonistes de la scène ce qu'ils pensaient de tout cela, le Dornien laissa d'abord le Grand Argentier prendre la parole puisqu'il semblait avoir une idée derrière la tête. Tout ce qu'il prononça intéressa le Prince de Dorne qui n'était pas sans savoir que lady Maura n'était plus de ce monde. Il avait brièvement échangé une missive avec elle suite au passage de son fils à Castral-Roc, mais n'avait pas pour autant éprouver de tristesse à l'annonce de sa mort. Mais s'il était au courant du décès de la jeune femme, le Prince ignorait les détails et il fut assez étonné d'apprendre qu'elle avait échappé à une attaque de Fer-né. Quel natif des Iles de Fer laisserait filer une proie comme Maura Arryn ? Un incompétent très certainement, Maron ne comprenait pas pour quelle raison est-ce que lord Tybolt voudrait s'attarder sur un homme qui n'avait même pas été capable de mener à bien ce que tout bon Fer-né était censé savoir faire. Mais les désirs de chacun ne le regardaient pas. Fouillant dans son esprit, Maron tenta de se remémorer la carte des Iles de Fer et il se souvint que l'île de Harloi était aussi l'une des plus imposantes, chose qui pourrait convaincre encore plus facile lors Lannister de diriger ses navires vers ce point. À la fin de la tirade du Bieffois, le Prince laissa passer quelques secondes de silence avant de répliquer.

     ▬ J'ignorais ces détails concernant lady Maura et je suis étonné qu'elle puisse avoir échappé à une attaque, mais ce serait idiot de ne pas profiter de ce qui nous est offert. Il me semble que l'île de Harloi est aussi l'une des plus grandes, elle représentera donc forcément une cible de choix pour lord Lannister. Un détail le chiffonnait toutefois. Mais si je ne me fourvoie pas, il me semble que la particularité de l'île de Pyk est justement que c'est là que se trouve le seul port des Iles de Fer ? J'imagine que lord Lannister et ses hommes ne pourront pas envisager de poser le pied sur l'île de Harloi sachant qu'elle ne possède aucun port. Ils pourront toujours attaquer par la mer bien évidemment, mais j'avoue ne pas suffisamment connaître la typographie de cette île pour être certain que les forteresses sont à portée de tir de balistes. »

     Une fois de plus, les choses qui se présentaient à eux n'étaient pas forcément celles que le Prince de Dorne aimait beaucoup, mais il savait aussi que son peuple combattant d'une manière qui pouvait être considérée comme « lâche » par certains peuples. Profiter du veuvage d'un autre suzerain qui n'avait pas hésité à manipuler d'autres personnes ne lui posait donc pas vraiment de problème de conscience.

     ▬ Il me semble aussi que les raids des Fer-nés ne se soient pas particulièrement calmés sur le Nord, j'imagine qu'il reste envisageable qu'une partie de la flotte de fer soit de sortie lorsque nos navires se présenteront. Ce serait un avantage pour l'attaque, mais il faudra simplement veiller à ce que l'idée d'être pris à revers ne se retourne pas contre nous. C'était une simple hypothèse, la venue de l'hiver risquait de pousser les pillards vers le Nord. J'imagine que le combat en mer sera déterminant et qu'ils se méfieront des Dromons. L'attaque sur Port-Lannis leur a fait perdre énormément de boutres, je présume qu'ils réfléchiront à deux fois avant de s'approcher de trop près de notre flotte. »

     L'essentiel était surtout de pouvoir permettre aux hommes à bord de poser le pied à terre de manière à pouvoir affronter les Fer-nés qui défendraient leurs terres. Pyk restait la cible principale et devrait être capturée le plus rapidement et proprement possible. Enfin proprement, tout était relatif dans une guerre.



« Il faut endosser ses erreurs comme on endosse ses vertus... avec fierté ! Et transformer, en avantages, les conséquences d'une faute. »
«
La vraie passion c'est une quête, pas une impulsion, un emportement, un instinct de chasseur. »
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
Main du Roi
avatar

Brynden Rivers
Main du Roi

Général
Freuxsanglant

- Combien c'est-y que lord Freuxsanglant il en a, de zyeux ?
- Mille, et rien qu'un.

♦ Missives : 3432
♦ Missives Aventure : 33
♦ Age : 32
♦ Date de Naissance : 27/07/1985
♦ Arrivée à Westeros : 22/06/2009
♦ Célébrité : Kevin Costner
♦ Copyright : Alysanne
♦ Doublons : Edric Estremont
♦ Age du Personnage : 36 ans
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Donjon Rouge, Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
155/500  (155/500)


Message Jeu 21 Mar 2013 - 15:21

La discussion avait finalement mis en avant les points les plus importants quant à la bataille qui allait s'annoncer dans les semaines à venir. La flotte assemblée permettrait aux troupes d'infanterie et aux chevaliers de débarquer dans la petite bourgade de Lordsport afin d'en prendre possession et de pouvoir ensuite s'attaquer à la forteresse de Pyk. Si l'armée du Nord n'allait pas être impliquée dans la stratégie mise en place par le trône, la flotte du Lion allait être informée de certains points bien que l'essentiel des mouvements de la flotte royale ne lui serait pas révélé. Il ne restait qu'à espérer que lord Lannister accepterait de jouer le jeu et qu'il ne chercherait pas encore à faire cavalier seul. Lord Brynden exposa ainsi son idée qui visait à se servir du traître présent dans les bannerets de l'Ouest à leurs propres fins, espérant ainsi que les informations qu'il transmettrait détourneraient les Fer-nés de la véritable menace, simplifiant quelque peu la tâche des navires de la Couronne. Cette idée fut acceptée par les seigneurs attablés, ce qui permit à la Main du Roi de poursuivre la discussion en interrogeant lord Redwyne sur ses idées quant à la stratégie à tenir lors de la bataille.

Le Grand Amiral prit alors la parole, indiquant que la plus importante des décisions était de mettre en place une formation solide capable de rivaliser avec la maniabilité des boutres Fer-nés. Cela semblait effectivement non négligeable et il n'y avait pas de doutes à avoir sur le fait que le temps de préparation durant le voyage jusque dans l'Ouest permettrait d'établir une stratégie digne de ce nom. Autre point d'importance, lord Redwyne suggérait d'utiliser à leur avantage l'effet de surprise, lançant l'attaque de leurs propres navires après que la flotte du Lion ait déjà attiré à elle les navires Fer-nés. Ainsi, la succession des deux attaques mettrait à mal la cohésion de leurs ennemis, leur permettant de prendre pied à Pyk, leur objectif principal. Le Grand Amiral termina finalement en exposant sa stratégie pure, à savoir une approche en croissant de lune qui obligerait les Fer-nés à s'éparpiller pour les attaquer, quitte à devoir prendre pour cible les navires les plus imposants, tout en permettant à la flotte de pouvoir se reformer de manière relativement rapide et efficace. Autrement dit, cela semblait être la meilleure des idées possibles.

Le Grand Argentier prit alors la parole à son tour, donnant son assentiment au sujet des explications de lord Redwyne tout en poursuivant sa pensée un peu plus loin, suggérant que le trône invite lord Lannister à lancer une attaque contre l'île de Harloi, cette dernière ayant visiblement bien des raisons d'être la cible du Lion. Si ce qui était dit était vrai, et il n'y avait pas de raisons que ça ne le soit pas, cela les aiderait à éloigner la flotte des Fer-nés de Pyk tout en leur ouvrant le port de l'île grâce aux propos du traître. Nul doute qu'une attaque contre l'une des îles forcerait les Fer-nés à riposter et si cette attaque avait pour motif des raisons personnelles, la méfiance sur une seconde attaque n'aurait pas lieu d'être. Et qui de mieux que lord Lannister pour avoir de telles raisons ? L'attaque contre son épouse, l'attaque de sa ville, l'inaction du trône... Cela était amplement suffisant pour justifier son action.

Toutefois, comme le mentionna alors le Prince de Dorne, attaquer l'une des îles pouvait être dangereux, ces dernières n'étant pas d'approche facile en raison des nombreux récifs qui les environnaient. D'un autre côté, le but n'était pas de poser le pied sur l'île mais bien d'attirer la flotte Fer-née et là, les-dits Fer-nés n'avaient guère le choix. Soit ils envoyaient leurs navires vers ces attaquants, soit ils ne réagissaient pas, s'attirant dans le même temps la honte de l'inaction militaire. « Rien n'oblige lord Lannister a posé le pied sur l'île. Si l'espion fait bien son travail, la flotte sera en alerte et elle s'opposera donc forcément au Lion. Les Fer-nés ne resteraient jamais sans rien faire. A partir de là, le but du Lion sera principalement de défaire les navires. Quant à l'abordage des îles, il n'y a nul besoin de port. Une galère sans éperon pourra accoster facilement, pour peu qu'elle ait évité les récifs et pour cela, il y aura suffisamment de Fer-nés à capturer pour interrogatoire. Le Lion pourrait même s'emparer des boutres dans son propre intérêt mais peut-être que ce sera là une folie. Quoi qu'il en soit, ce sera à lui de décider ce qu'il convient de faire. Nous ne lui donnerons que l'autorisation de lancer cet assaut, à lui de veiller aux préparatifs. »

Cela était vrai, tant que le Lion attirait la flotte, le reste ne les concernait plus. Les Fer-nés s'étaient rebellés, il leur fallait maintenant payer le prix de leurs actes et comme l'avait prouvé la bataille d'Herberouge, la réponse à la rébellion était souvent sanglante. « Néanmoins, il faudra effectivement informer lord Lannister de ces risques, mais je ne doute pas que les Fer-nés se méfieront. A Port-Lannis, ils ont bénéficié de la surprise. Or là, même s'ils revenaient du Nord avec une flotte, ils se retrouveraient exposés aux armes de siège équipant les dromons et cela pourrait se révéler être dangereux pour eux. Sans compter sur le feu dont lord Lannister a fait usage. C'est une arme redoutable qui pourra rendre méfiant les plus aguerris des Fer-nés. »

Les choses semblant plus ou moins décidées, la Main du Roi décida donc de récapituler les faits en informant des décisions à suivre. « Lord Redwyne, si vous le désirez, vous pourrez accompagner mestre Malleon à la fin de la réunion afin de prendre connaissance des effectifs mobilisés en terme de navire. Cela vous permettra peut-être d'affiner votre stratégie. Dans le même temps, mestre, vous contacterez nos vassaux concernés afin de leur annoncer le départ de la flotte dans une semaine. Les navires de la Couronne rejoindront ceux de l'Orage avant de poursuivre leur route jusque dans le Bief. Avec de bons vents, ils pourraient atteindre leur destination trois semaines plus tard, soit, dans une lune à partir de cette date. » Cela semblait en effet envisageable, si tout se déroulait parfaitement. « Dans le même temps, le prince Maron pourra envoyer des missives à ses vassaux afin de leur donner l'ordre de marche et de les envoyer rejoindre les troupes stationnées dans les îles Bouclier. Nous espérons tous qu'ils sauront se tenir... De son côté, le prince Maekar conduira nos troupes de la Couronne ainsi que les reitres rassemblés aux portes de la ville. Là, vous attendrez l'arrivée des navires et d'ici une lune, vous prendrez la mer. Ser Addison, vous choisirez trois de vos hommes afin d'accompagner le prince. Quant à moi, je joindrais une partie de la garde du Donjon à ces forces armées. Cela me semble être le mieux à faire. Des remarques, messires? »

Lord Brynden Rivers laissa alors le temps aux seigneurs présents de faire les dernières remarques, répondant aux questions ou discutant des détails, avant de fermer la discussion sur cette question et de passer à la suite du programme du Conseil Restreint.


Sujet clos


Revenir en haut Aller en bas
http://star-city-heroes.forumsrpg.com/

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

[Sujet commun] Session du Conseil Restreint

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Comment se perdre en 1 leçon [Sujet Commun N°1]
» Sujet-commun : Intrigue 1
» 2. Bal masqué - Sujet commun
» SUJET COMMUN // joyeuse Saint-Valentin !
» LE BAL DE LA SAINT-VALENTIN - sujet commun (l'arrivée des invités)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: ◄ Archives Militaires-