AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Du soutien chez les Tarly ( PV Leslyn Tarly )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 11 Nov 2012 - 12:08

Dans le Bief, les vertes contrées, il n'y a pas de terre stérile. Tout est fertile. Tout pousse. Une beauté naturelle domestiquée. Les arbres en fleur, les troupeaux paissant dans des larges pâtures, le gazouillement des oiseaux. Une nature saine et docile, loin de la sauvagerie d'autres paysages. Ou de l'hostilité d'autres. En repensant au désert de Dorne, il ressentit un pincement. Le souvenir de Lotar lui était revenu vif avec la rencontre du chevalier aux Crabes. Ce personnage atypique l'avait somme toute marqué. Ses moments de désespoir, ses craintes terribles l'avaient obligé à fuir. Mais pourquoi ? Cette stratégie n'avait rien de logique pour lui. Il n'était qu'un échappatoire à la dure réalité en une période où Dorion avait perdu son monde. Mais que faire sinon le reconquérir ? Avec force et ruse, avec son talent inné. Pour la gloire. Pour l'argent. Pour le pouvoir. Que de douces motivations. Des ambitions qui n'avaient pourtant fait que caresser le chevalier. Il avait respecté la succession de son père; il avait respecté son frère en tant que seigneur... Mais avait tout fait pour donner de l'importance à leur maison. Mais, dès lors, s'était attiré les foudres du nouveau lord Varnier; qui avait toujours vu un trop bon adversaire en Dorion. Lequel brillait par son arrogance et son mépris pour la faiblesse... Alors que lui-même, perdu, désorienté, avait fait preuve de lâcheté. S'il n'était pas aussi compréhensif avec son ego, il se serait sans doute transpercé de son acier pour faire bonne mesure.

Sa monture renâcla, le ramenant au monde. Et face à une jeune enfant. Ses cheveux roux flottaient au vent tandis qu'elle dévisageait avec de grands yeux noirs. Le ser resta interdit quelques instants avant de descendre de cheval. Il se pencha en voyant qu'elle ne semblait pas effrayée.

- Dis-moi tu as perdu tes parents ?

Aucune réponse ne lui parvint. Elle pencha la tête, ne comprenant visiblement pas ce qu'il voulait dire.

- Il n'y a pas un village proche ? Ou un château ?

Il se savait proche de Corcolline, ayant évité par le sud le domaine familial. La fillette pointa du doigt vers le bout de la route et sourit. Dorion lui sourit en retour.

- Tu veux venir avec moi ? Retrouver ton père et ta mère ?

Elle hocha la tête vigoureusement avec une ferveur que seule l'enfance pouvait accorder. Un sourire à nouveau. Il la souleva et la mit sur le cheval qu'il mena par la bride jusqu'au village. Elle s'émerveilla de cette expérience inédite; ravie de monter un destrier. Ce privilège était de noblesse uniquement.

Comme beaucoup d'autres, le petit bourg avait pâle figure. On était loin de la majesté des palais et forteresses qui parsemaient Westeros. Aidant l'enfant à descendre, il la suivit alors qu'elle courait vers une masure à l'allure piteuse. Laissant son cheval attaché à une longe pour bœufs, il entra. L'intérieur était aussi miséreux qu'il était possible. Les lits ne consistaient qu'en de fines paillasses aux odeurs étranges, les meubles étaient rares et fragiles. La mère fut rassurée en voyant sa fille revenir et le père invita le chevalier à boire un verre. Ce que Dorion accepta. Par politesse plus que par goût. Ils discutèrent quelque peu avant que le ser ne les laisse à leur occupation. Tout en leur laissant quelques étoiles en quantité afin qu'ils puissent améliorer un peu leur quotidien. Pas assez pour attirer la convoitise de leurs voisins toutefois. En traversant le village, il croisa un groupe de jeunes filles auxquelles il adressa un sourire charmeur. Elles gloussèrent et lui-même sentit en son âme une fierté qu'il n'avait pas ressenti depuis longtemps. Il reprenait vie. Prends gare, Wesley, pensa-t-il...

Le chemin menant à Corcolline fut long mais peu fatiguant. Le Bief avait depuis longtemps des routes pavées. La citadelle ancestrale l'avait toujours impressionné. Il mena sa monture vers les portes et s'adressa à un garde en fonction, prenant un air supérieur et arrogant. Peu avant, il s'était arrêté à un ruisseau pour se préparer, se laver et nettoyer ses vêtements. Présentable au possible, il était au mieux de sa forme.

- Le bonjour, soldat ! Informe ton seigneur que je souhaite le rencontrer au plus vite.
- Et z'êtes qui ?
- Lord Dorion Varnier. Va donc !

En assénant ainsi le titre de lord, il espérait choquer plus qu'impressionner. D'autant qu'il était légitime. Tenter de tuer son frère, un ser, serait vu comme un crime divin au regard de tout noble un tant soit peu respectueux des préceptes des Sept. Confiant la bride à un palefrenier, il pénétra l'enceinte; patientant le temps nécessaire. Ses habitudes revenaient.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 11 Nov 2012 - 16:45

    En ce doux après-midi d'automne, lord Tarly n'avait guère d'occupation. Il sortait tout juste d'un conseil qui avait pris place après son repas, rendant la chose encore plus ennuyante alors qu'il digérait avec difficulté un copieux déjeuner. Pour estomper le mal de ventre qui l'avait ensuite pris, il avait pris l'initiative d'aller marcher un peu. Il y a quelques jours de cela, il avait eu la visite de ser Tyrell, qui l'avait occupée un temps avant qu'il ne reparte pour Hautjardin. Et désormais, la monotonie de la vie avait repris son règne. Il y avait bien quelques affaires locales à régler par-ci par-là, mais faire la chasse aux voleurs à la sauvette n'avait jamais été sa plus grande passion.

    Il occupait ses journées en visitant ses casernes et suivre l'entraînement des soldats avant d'aller lui-même s'entraîner avec le chef de sa garde. Tous les seigneurs se devaient de garder une certaine prestance au combat, et Leslyn était un guerrier.


    En marchant dans les rues de sa cité, il se souvint que cela faisait longtemps déjà qu'il n'était pas partis chasser. Son arc ne lui avait pas servis depuis plusieurs mois déjà, et il s'était privé de ce loisir quand il avait eu à organiser la levée des troupes terrestres pour le ban partiel des Fers-Nés. Maintenant que la situation stagnait avant un grand coup, il pouvait se permettre une petite chasse.

    Il gagna donc sa demeure avec l'idée de trouver son maître chasseur et lui demander d'organiser une petite chasse. Il n'y avait guère de forêt à proximité de la forteresse, et ils devraient peut-être s'en éloigner pour trouver un bois, ou alors iraient-ils dans les montagnes à pied, se livrant à la chasse dangereuse des animaux vivants contre les flancs de pierre ? C'était l'une des chasses les plus passionnantes que celle du bouquetin et autres animaux montagnards, car il fallait se méfier de l'environnement instable des montagnes.


    Mais il fut coupé dans son élan par un de ses gardes qui vint le chercher.

    - Mon seigneur, vous avez une visite,
    lui déclara-t-il.
    - Pardon ? Qui donc ?demanda Leslyn, intrigué. Il ne s'attendait vraiment pas à recevoir quelqu'un aujourd'hui. Décidément, les gens semblaient prendre goût à venir chercher refuge à Corcolline ces derniers temps. Ce n'était pas dérangeant en soit. Leslyn aimait recevoir, mais il aimait aussi planifier. Les surprises n'étaient pas son fort, bien qu'elles l'enchantaient quelques instants.

    - L'homme se prétend être Lord Varnier.

    Leslyn s'approcha du garde, de plus en plus curieux. Lord Varnier disait-il ? Leslyn avait eu l'occasion de le rencontrer lorsque lord Tyrell l'avait promu à la tête des forces terrestres du Bief pour lutter contre les raids Fers-Nés, mais cela faisait bien longtemps qu'il ne l'avait pas rencontré. Quelques rumeurs tournaient autour de la maison Varnier depuis la mort de leur ancien lord, Hadley, que Leslyn avait eu l'occasion de côtoyer par le passé. Un homme bon, mais ambitieux qui plaçait haut les intérêts de sa famille. Il était surprenant que lord Wesley Varnier ne vienne jusqu'à Corcolline, sans prévenir qui plus est.


    - Et... il est seul, ajouta finalement l'homme, tirant définitivement Leslyn de ses songes.
    - Pardon ? s'enquit Leslyn. Seul ?

    Un lord se déplaçant seul ? Cela cachait bien des choses, et ce n'était certainement pas un seigneur qui venait de pointer son museau agard aux portes de Corcolline. Le prenait-on pour un idiot ? Leslyn mit à sa ceinture Corvenin, soigneusement rangée dans son fourreau, et, s'enveloppant dans une cape grise partit à la rencontre dudit lord. Sortant de sa demeure, il fit venir à lui une poignée de garde et ainsi escortés se chargea en personne d'aller à la rencontre de cet homme.


    Il attendait à côté de sa monture et Leslyn approchait d'un pas rapide de lui, fronçant les sourcils. L'homme ne ressemblait guère à l'image que gardait Leslyn de lord Varnier. Hormis peut-être sa coiffure et ses cheveux bouclés qui semblaient étonnament soyeux, il n'avait même rien de son père. Il avait l'allure des jeunes hommes qui prennent soin d'eux, et n'était certainement pas un vulgaire gueux. Un menteur doublé d'un coureur de jupon. Enfin, pas de conclusions hâtives... Cet homme avait en tout cas plus l'allure d'un chevalier que d'un seigneur. Il avait été bien audacieux de se prétendre lord en venant ici seul chez les Tarly. Si Leslyn détestait les dorniens, il détestait encore plus les menteurs. L'avait-il pris pour un sot ? Etait-il ivre, fou ? Tandis que lord Tarly arrivait à sa hauteur, ses hommes encerclaient l'inconnu. L'un des gardes prit sa monture par les rennes pour s'assurer que le cheval ne panique pas, et bientôt s'approchèrent quelques autres soldats qui tirèrent leurs épées, intrigués par ce spectacle mais demeurant derrière leur lord.

    - Bienvenue à Corcolline lord Varnier, dit sèchement Leslyn. Vous avez perdu votre route ?

    Il fit un signe de tête à l'un de ses gardes qui posa sa main sur l'épaule.

    - Je ne crains que la seule hospitalité que vous trouviez ici ne soit une cellule...
Revenir en haut Aller en bas

Du soutien chez les Tarly ( PV Leslyn Tarly )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Messages de soutien
» visite chez le gynéco
» Jean-Bertrand Aristide doit rentrer chez lui !
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
» Retour chez soi (suite de moment de détente) [PV : Calypso]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-