AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

L'Echiquier est en place, les pièces avancent. - RP OUVERT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 5 Juin 2011 - 21:38





« Noble Dame ? Le Mestre est ici, dois-je le faire entrer ? »

Cynn se retourna vers son serviteur venu lui annoncer la nouvelle et lui adressa un vague hochement de tête pour lui signifier que son message avait été délivré et qu’il pouvait se retirer. Puis elle se leva, faisant reculer en un grincement sourd le fauteuil de cuir noir dans lequel elle était assise quelques instants auparavant. Elle jeta un bref regard à son bureau où s’amoncelaient divers documents épars, des affaires dont la responsabilité lui incombait désormais. Tous ces troubles pesaient sur la jeune femme plus que de raison, ils étaient plus que mineurs et ne dépassaient pas les frontières de la maison et du jardin mais elle ne se sentait pas très bien depuis quelques temps, cela avait d’ailleurs commencé peu avant l’enterrement mais elle ne s’était pas inquiétée plus que de raison, à présent Cynn désirait l’avis du Mestre. En pivotant vers la porte elle le vit entrer, grand, mince, vêtu d’une longue robe noire délavée semblable à ses corbeaux, une longue chaîne autour du coup aux anneaux divers et colorés. L’homme prit finalement la parole après avoir fixé la jeune femme de ses yeux tout aussi sombres.

« Vous m’avez demandé noble Dame ? Le ton n’était pas énervé mais Cynn sentit qu’il avait mieux à faire que de s’occuper de problèmes si mineurs.
- En effet mestre. Voilà quelques semaines déjà que je souffre d’un mal étrange, des aigreurs, des ballonnements, et il m’arrive souvent de vomir le matin, d’être perturbée par des odeurs trop fortes, j’ai aussi …
- Félicitations, vous êtes enceinte. »
Le mot tonna dans son corps comme le bruit du tonnerre après avoir aperçu de loin pourtant, un éclair si lumineux qu’on aurait volontairement omis. Mais c’était possible en effet, il suffisait parfois d’une seule fois pour tomber enceinte et le mariage avait en effet été consumé. Cynn posa sa main sur son ventre, prit une grande respiration et continua.
« Est-ce un garçon mestre ?
- Seuls les Dieux le savent, mais priez pour que cela en soit un. La lignée Grafton serait sauve et votre place assurée, dans le cas contraire je crains que Goëville ne devienne pour vous une place des plus incertaines. Priez la mère pour avoir un fils.
- C’est un fils alors. Elle sourit de nouveau.
- Puis-je encore vous être utile ?
- A vrai dire, vous le pouvez. Envoyez un corbeau à mon père, Jon Rougefort. Prévenez la cour, envoyez en également un à Maura Arryn qui sera, je suis sûre, heureuse d’apprendre que la maison Grafton a une chance d’avoir un héritier direct. Des troubles en moins sont toujours bienheureux. Enfin, prévenez le conseil que je désir réunir ma première séance pour que nous nous occupions des affaires de la ville.
- Il en sera fait selon vos désirs. » Il s’inclina.


Cynn soupira et reporta un instant son attention vers le travail qui l’attendait encore, se demandant comment son père aurait géré la situation. Impulsivement, supposait-il, et peut-être pas pour le mieux car son père a pour habitude de réagir sous le coup de vives émotions. Fort heureusement, Cynn n’avait pas hérité de ce trait de caractère.
Elle s’éloigna du bureau et rejoignit en quelques pas le balcon de l’étude d’où elle pouvait apercevoir la mer. Cynn s’accouda à la rambarde de pierre grise puis resta un moment les yeux clos à écouter les cris perçants des mouettes et à sentir le vent frais vif d’est fouetter son visage au teint pâle. Ses fins cheveux s’agitaient en tous sens sous cette rude et fraîche caresse. Elle sentit soudainement un frisson lui parcourir l’échine et resserra plus étroitement autour de ses épaules le voile de lin noir qu’elle portait. Cynn rouvrit ses yeux bleus et jeta un regard vers l’horizon puis reporta son attention vers la cour en dessous d’elle où se rassemblaient une compagnie de gardes aux capes frappées de la tour en feu Grafton. « Mes gardes … mais contre qui me protègent-ils ? Il n’y aura pas besoin d’épées dans ce duel. »


Le conseil s’était réuni comme prévu dans la grande salle aux volets clos pour empêchés à l’air de s’immiscer, simplement chauffée par de grandes cheminées ouvragées. . Le conseil « restreint » était essentiellement composé de nobles bannerets dirigeants des affaires de la ville et du mestre. Tous se saluèrent brièvement en se demandant ce que pouvait désirer la jeune femme, enceinte de surcroît. Cynn prit donc rapidement la parole pour briser le silence gêné qui semblait flotter dans la pièce.
« Seigneurs, si je vous ai demandé de vous réunir d’urgence en ce lieu, sachez que ce n’est point pour vous parler de ma maternité à venir mais bien pour mettre de l’ordre dans cet amas de documents épars qu’est devenu l’administration de la ville. C’est d’ordre dont j’ai besoin, et c’est l’ordre que je compte laisser à mon fils. (Nul n’osa objecter le sexe de l’enfant, ni même sa survie). J’entends alors organiser très prochainement un autre conseil pour faire le point sur nos possessions, sur nos armées, nos flottes, notre puissance, nos taxes, nos entrées et sorties d’argents … enfin tout ce qui concerne de près ou de loin la cité. Il vous incombe donc de préparer au plus vite une mise à jour dans tout ça. Il suffit parfois de regarder le port pour voir qu’il manque de manteaux rouges ou pour constater la faiblesse de notre flotte. Je pensais que Goëville est la 4° ville portuaire de Westeros, il serait temps de confirmer cette place ne pensez vous pas ? Le Val a autant besoin de ses preux chevaliers que d’un commerce florissant et sécurisé. La population a droit à cette même quiétude et j’entends également commencer la rénovation des lieux de culte. La foi sera un bon commencement pour redonner une morale à cette masse grouillante et informe qui se traîne en contrebas de ce donjon. Geöville doit regagner une place prépondérante, et j’entends, seigneurs, que vous m’aidiez à la tâche. »
Des murmures indistincts s’échangèrent entre les hommes, tous beaucoup plus âgés que Cynn, le plus âgé, Ser Daemon en charge des manteaux rouges prit la parole.

« Ce sera avec l’honneur des premiers hommes que nous vous contenterons ma Dame, mais permettez moi au nom de tous ceux présents de vous féliciter pour … le futur héritier Grafton …
- Je vous remercie. Je ne pense pas qu’il y ait des questions auxquelles je dois répondre, je pense avoir été suffisamment claire, je me retire dans mes appartements, je vous laisse en charge de gérer les détails de ces affaires. Bonne journée seigneurs. » Elle s’inclina et partit vers ses appartements escortée par deux gardes.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 11 Juin 2011 - 21:58

Un corbeau avait atteint les Eyrié et le message dont il s'était fait le porteur le temps d'un vol fut apporté jusqu'à lady Maura par un mestre Wyman l'air encore moins heureux que d'habitude lorsqu'il la voyait. Sans doute avait-il pris connaissance du message avant elle mais elle ne put s'empêcher de sourire, amusée malgré elle, en lisant les quelques mots griffonnés par le mestre qui servait Goelville et sa citadelle. Cela la ramenait à la belle époque où elle avait dirigé les Eyrié, et par extension le Val, et où chacun se soumettait à ses décisions. Les temps bénis où son frère était encore trop vert pour mettre la main à la pâte. Temps trop succincts par ailleurs... Elle froissa la lettre dans sa main avant de la jeter au feu avec une pointe d'agacement et reporter le regard sur le mestre qui s'éclipsa après une courbette à peine respectueuse.

Avec un rictus qui masquait mal son début de colère, la jeune femme retourna devant son miroir afin de terminer à se préparer. Cette colère, elle la contenait de plus en plus difficilement au fur et à mesure que le temps passait entre les hautes tours du château de son enfance. Son château. Comme à son habitude depuis quelques jours, elle dut prendre une profonde inspiration pour se calmer et ne pas détruire le décor précieux de sa chambre. Elle inspecta longuement son reflet cherchant vaguement une rougeur sur son teint pâle. Comment pouvaient-ils tous penser qu'elle se soumettrait sans réagir ? Elle. La Dame du Val. Évidement, sans réellement se l'avouer, elle était tout de même flattée mais elle ne se leurrait pas sur les raisons qui l'avaient faite obtenir ce surcroît d'attention. Ni sur celles qui poussaient Jasper à l'envoyer ainsi au loin...Lui faisait-elle réellement tant d'ombre que cela ? Elle n'y croyait point. Et pourtant, c'était bien à elle que la petite Rougefort engrossée par un Grafton avait envoyé sa bafouille empruntée. Une régence n'augurait toutefois rien de bon surtout avec les puissants voisins de Goëlville. Elle se souvenait d'avoir vu la brindille blonde qui représenterait la loi dans le plus grand port de l'Est et il était certain qu'elle aurait besoin de tout le soutien possible en premier lieu de la part de ses suzerains. Cela battrait à froid les ambitions des Royce qui ne manqueraient pas de venir y fourrer leur grand nez.

A son habitude, la décision fut prise en quelques secondes. Elle irait en lieu et place du seigneur du Val d'Arryn, leurs vassaux y étaient d'ailleurs habitués. Elle fit prévenir son frère et, sans beaucoup attendre, demanda à Wyman d'envoyer une réponse à la missive de lady Grafton puis claqua dans ses mains pour exiger de ses servantes qu'elles préparent ses effets personnels pour un assez long voyage. Rien ne devrait manquer précisa-t-elle. Ce serait la sœur de leur suzerain qui viendrait montrer aux autres maisons nobles la faveur dont jouissaient les Grafton aussi devrait-elle montrer à chacun que les Eyrié s'intéressaient de près à la cité portuaire.

Une fois que tous les effets de la dame furent prêts et après quelques adieux, il ne fut que temps de se mettre en route sous la chaleur de cette canicule qui frappait jusqu'au Val. Son escorte réduite à la plus expression - enfin simple on parlait tout de même de Maura Arryn sur les routes - n'eût guère de mal à progresser au travers de terres toutes loyales à la maison suzeraine du Val. Deux suivantes, quelques chevaliers mais cela suffisait à la jeune femme qui ne comptait pas affronter les rigueurs de la guerre ou de l'Ouest Fer-né. Il fallut une grande semaine au petit convoi pour atteindre les rives de la baie des Crabes après avoir profité de l'hospitalité des maisons nobles situées sur sa route.

Comme à chaque fois, l'immensité grise de la mer surprit la jeune femme plus habituée aux montagnes qu'à cette étendue au mauvais goût salé. Alors qu'ils approchaient des remparts de la cité, les bannières portant le faucon bleuté des Arryn surplombant la lune argentée se déployèrent pour annoncer l'arrivée d'un membre de la famille des Eyrié en leur bon port de Goëlville. Passablement fatiguée par la dernière étape du voyage, Maura n'eût même pas l'amabilité de prendre la parole et se présenter aux hommes du guet préférant laisser ser Tommen annoncer leur arrivée. De toutes façons, ils ne firent guère de difficultés pour laisser entrer la petite troupe. Les empêcher d'entrer aurait été un acte de trahison envers leur légitime suzerain. D'un claquement de doigt, elle ordonna à un écuyer d'aller prévenir les Shett de son arrivée chez les Grafton puis se dirigea au pas au travers de la ville jusqu'à la demeure de lady Cynn. L'accueil de la rue lui fut en tous cas plaisant, les bonnes gens de Goëlville s'écartaient devant la bannière des Arryn puis se mirent en devoir de les suivre presque silencieusement jusqu'au moment où Maura, quelque peu amusée de tant de silence, leur adressa un sourire et un geste aimable de la main. Sa petite troupe et elle finirent ainsi le chemin sous les cris de "Arryn !" et "Eyrié !". Oui, l'accueil était plaisant.

Elle arrêta sa monture en tirant sèchement sur les rênes, déjà agacée par les salamalecs qui allaient suivre. Avec l'aide de Tommen Royce, elle démonta tranquillement laissant Livia, une de ses suivantes, remettre un peu d'ordre dans ses robes. Si sa tenue s'était faite discrète et pratique pour les routes, les couleurs Arryn n'en imposaient pas moins le respect et surtout mettait en avant la place de la jeune femme dans la hiérarchie de l'Est. Elle était ici en maîtresse, invitée peut-être, mais avant tout représentante d'une maison qui régnait sur le Val et la Montagne depuis 6000 ans. Ses cheveux avaient été strictement tirés en arrière en un chignon strict mettant en valeur le fin cercle d'argent qui ceignait son front comme la couronne qu'avaient autrefois porté ses ancêtres. Elle regarda les quelques personnes présentes s'incliner profondément devant elle, ou devant son nom. Elle se posait toujours la question de savoir ce qui vraiment leur imposait le respect. Avec un sourire un brin forcé, la fatigue se faisait sentir, elle inclina la tête pour leur rendre à son tour quelques amabilités. Il fallait bien même si son esprit était, encore une fois, à des milliers de lieux du Val à se demander comment tournait la lutte contre les Fer-nés. Une telle réflexion dans un moment tel l'agaça profondément, elle était Maura Arryn, pas une de ces jouvencelles stupides qui ne rêvaient que de l'instant où un preux chevalier viendrait les enlever pour les couronner reines de beauté. Pour elle, envers et contre tout, elle avait son devoir à accomplir et c'était bien la seule raison qui la poussait à accomplir cette tâche, que l'on aurait pu qualifier d'ingrate, d'aller assurer les Grafton du soutien des Eyrié. Elle releva vivement le menton et plaqua un sourire de circonstance sur son visage, elle avait décidé d'être la bonne dame des Eyrié en visite chez ses vassaux et le serait aussi haut et longtemps que l'honneur la porterait.

Déjà se profilait entre les portes de la tour la silhouette menue, mais qui serait bientôt alourdie, de lady Grafton...Et Maura, sûre d'elle, s'avança à sa rencontre suivie comme son ombre par ses suivantes et son protecteur attitré, ser Tommen Royce. Elle espérait trouver de bonnes disposition chez Cynn Rougefort, elle ne venait pas s'extasier devant la future naissance mais parler le rude langage des dirigeants du Val. Régence ou non, les impôts devraient rentrer et les Eyrié ne tolèreraient pas le moindre retard de la part de leur receveur de taxes le plus important. Du reste, elle devait également discuté de la future levée d'hommes à laquelle, les Grafton devraient se faire un devoir de participer. Un sujet qu'elle avait déjà déroulé durant son voyage...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 16 Juin 2011 - 19:32

Depuis l’annonce de sa maternité, Cynn n’avait cessé d’organiser des conseils toujours plus longs, toujours plus ennuyeux et toujours plus fatigants pour la jeune femme enceinte. Mais elle ne pouvait pas se permettre de chômer, pas encore du moins, les tâches étaient nombreuses tant l’administration de la ville avait été abandonnée durant le « cours règne » de feu son mari, Lord Robert Grafton. Il aurait néanmoins été malvenu de les blâmer, après tout il n’y avait aucune loi qui définissait clairement le rôle de chacun lorsque l’homme censé s’occuper des affaires courantes passait plus de temps sur le pont d’un navire qu’entre les pierres grisâtres d’un donjon humide plus parcourut par des courants d’air que par des soldats. Un rictus nerveux avait parcouru le visage de Cynn la première fois qu’elle avait pensé à cette éventualité, mais ce n’était que pure supposition, peut-être était-il simplement un marin né dont la démarche chaloupée n’était le produit d’un temps trop grand à passer dans les gréements. Geöville était de fait une puissance maritime, mais qui semblait à bout de souffle, constamment battue qu’elle était par des embruns venus de la mer, déversant ses odeurs salées et poissonneuses que détestait tant Cynn encore plus aujourd’hui qu’à son arrivée. Décidément, la montagne lui manquait, elle enviait souvent sa sœur qui y vivait encore paisiblement au près de son père, libre et heureuse comme l’enfant naïve qu’elle avait elle-même été. Ses paysages aux sommets tantôt orangés et chatoyants tantôt blancs s’étaient transformés en une masse liquide et verdâtre que les gens d’ici chérissaient autant qu’ils la craignaient tant elle apportait autant richesse que mort. Les murs colorés et chaleureux étaient quant à eux devenus aussi gris et froids que les regards que lui lançaient mestre Hancel, ou du moins le mestre attaché à la cité qui avait pour devoir de supporter la « blondinette de Rougefort ».

Les corbeaux répétèrent les voyages entre la tour de Geöville et celle des Eryie depuis ces dernières semaines et il était désormais sûr que la Dame du Val venait en personne dans la cité ! Cynn n’aurait jamais pensé que son petit message prenne si grande importance, elle lui avait envoyé dans le but d’informer celle qu’on lui avait décrit comme la gérante du Val, alors même que le vrai et seul maître de celui-ci était et restait officiellement son frère Jasper, être donc la passivité politique rappelait étrangement celle de feu son mari. Il était, dans cette époque troublée, du fait des dames de gérer les problèmes des hommes. La dernière fois qu’elle avait aperçu Maura, elle était accompagnée de son père et de sa sœur pour le couronnement du nouveau prince de la montagne. Cynn avait déjà à l’époque été émerveillée par la beauté presque sauvage de la Dame du Val même s’il ne s’était passé entre les deux jeunes femmes que les quelques courtoisies d’usage à la cour. Il en était différent aujourd’hui, Cynn allait recevoir sa suzeraine en tant qu’hôte de marque dans la cité qu’elle avait en charge. Elle aurait préféré lui faire découvrir les beautés charmantes de Rougefort mais c’était bien face à la mer que l’entretien devait avoir lieu. Cité qu’elle avait déjà commencé à réorganiser en faisant un grand recensement des soldats employés à sa sécurité et à leur répartition en fonction des besoins. Cynn avait ordonné que tous les soldats soient présents lorsque les bannières bleues entreront dans la ville, placés en file, ils devaient formés un mur de cape rouge jusqu’à elle, rendant l’accueil aussi sécurisé que possible. Elle ne connaissait que trop peu les gens du bas peuple et s’en méfiait constamment, leurs réactions simplistes et parfois violentes l’avait forcée à jouer la carte de la sécurité plutôt que du faste. De toute manière, les finances en pleine réévaluation n’auraient sans doute pas permit pareil écart. Geöville était certes la 4° ville portuaire de Westeros, elle était loin d’égaler la puissance et le faste des cités libres comme Braavos. Cynn désirait à tout prix pouvoir aborder le sujet d’une création d’une réelle flotte de guerre capable de servir efficacement le Val sur les mers et protéger ainsi les navires marchands des pirates. Les débats promettaient d’être mouvementés.

Le jour tant attendu arriva finalement et à la grande surprise de Cynn, l’accueil militaire fut égayé par les cris de joie d’un peuple en liesse devant l’arriver de leur souveraine. Même si les villes étaient très marquées par leurs identités propres et que chacune d’entre elle avait ses nombreux uses et coutumes, il semblait que tous se reconnaissaient au moins en tant que membres d’un ensemble plus grand et plus glorieux que les seuls murs de la cité grisâtre au célèbre phare qui avait donné aux Grafton l’emblème de leur blason. Cynn se pinça les lèvres presque de manière compulsive lorsqu’elle vit enfin arriver devant elle Maura, radieuse dans sa robe aux couleurs bleu azure. Elle s’inclina longuement et remarqua que ses gens firent de même. La vieille noblesse de la ville avait tenu à participer à l’évènement et même si elle avait fait le souhait prononcé de garder Lyrio à ses cotés, on lui fit comprendre que la place d’un bretteur braavien n’était pas ici mais parmi la foule. Maura face à elle, elle releva enfin la tête et lui décocha un de ses fameux sourire puis prit la parole la première :

« Il n’est en ce monde, femme plus belle et plus puissante que vous m’a-t-on dit. Geöville a toujours gardé des relations aussi amicales que possible avec ses souverains et nous espérons moi et mes gens que tout ceci perdurera aussi longtemps que le Val sera entre des mains aussi généreuses que celles des Arryn. Nos demeures sont vôtres. Vous et vos gens êtes ici chaleureusement invités à venir vous restaurer avec nous ce soir au banquet organisé en votre honneur. Le voyage a dû vous épuiser, demandez autant de serviteur que vous en jugerez nécessaire pour que votre séjour vous soit agréable. Nous pourrons ainsi discuter des affaires pour lesquelles vous êtes venues ici lorsque vous en jugerez nécessaire et de bon temps. »

Cynn s’inclina de nouveau en affichant un autre sourire presque aussi protocolaire que le premier. Elle savait exactement pourquoi Maura était là. Elle avait eut vent de ce qui se tramait à l’Ouest et elle ne comptait pas lâcher ses soldats aussi facilement que ça. Elle savait qu’elle détenait en plus le soutient de son père, Jon Rougefort. Même les seigneurs du Val se devaient de rester courtois envers des seigneurs si importants. Cynn espérait avant tout lancer la création d’une flotte et demander une réduction des impôts versés, elle les jugea disproportionnés lorsqu’elle réalisa qu’elle en versait trois fois moins à la Couronne. La partie était engagée et il semblait que dans cette partie d’échec, les reines étaient déjà posées.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 18 Juin 2011 - 22:02

En attendant que Cynn Grafton se porte jusqu'à sa hauteur, la jeune femme se détourna et fit quelques pas pour se dégourdir les jambes et en profita pour renouveler ses signes à l'attention de la foule qui s'était massée le long de son passage. Malgré l'irritation née de la fatigue, elle éprouvait une sorte de lassitude heureuse à l'idée que le nom des Arryn soit acclamé aussi fort jusque dans la ville portuaire. Pour tout avouer, elle n'avait guère apprécié de voir les gardes de Goëlville se placer tout le long du chemin comme pour l'encercler. Était-ce une démonstration militaire qu'on lui imposait ? Enfin, les cris du commun n'étaient pas si déplacés ni même étonnants, la suzeraineté de la maison Arryn n'avait rien à voir avec celle d'un Tully ou d'un Tyrell...Les gens étaient depuis des millénaires habitués à s'agenouiller devant les rois du Val et leurs successeurs.

Laissant sa suite s'incliner - légèrement - devant lady Grafton, la dame du Val se contenta d'un simple signe de tête pour marquer son salut regardant avec un détachement forcé par l'habitude les Grafton et affidés ployer le genou devant elle. Contrairement à d'autres, le plus souvent ceux obligés de s'agenouiller, elle ne manifestait jamais aucun mécontentement ou impatience dans ces moments précis. Élevée avec la certitude d'être bien au-dessus des gens devant qui elle se trouvait, elle considérait normal de les voir lui rendre les hommages qui lui étaient dus. Toutefois, si elle était préparée aux hommages les plus divers, la suite fut une première du cru. Elle jeta un coup d'œil gêné au mestre qui se trouvait derrière Cynn se demandant où cette dernière pouvait bien vouloir en venir. Elle retînt un rire moqueur qui aurait sans doute déparé après tous ces compliments et se contenta de soulever un sourcil ironique en dévisageant son interlocutrice.


"Que de compliments lady Grafton...Rassurez-vous, je ne vais pas vous manger si je ne suis pas comparée à la lune à chacune de vos phrases. Quant à la puissance, on vous aura menti, je croyais que vos bateaux vous rapportaient suffisamment de nouvelles pour savoir qu'il y avait une reine à Port-Réal...Et pour la beauté, cela dépend du regard de chacun. On pourrait éventuellement vous qualifier de belle également." remercia-t-elle plus amusée que véritablement contente du compliment. Autant de flagornerie ne lui plaisait guère, d'une part elle n'y était pas habituée, de l'autre cela fleurait un peu trop l'ironie pour lui plaire. Sans doute cette petite Rougefort avait-elle besoin qu'on lui fasse comprendre qui se trouvait être la maîtresse en ces lieux.

Elle remercia d'un signe de tête pour la suite du compliment et les commodités mises à sa disposition. De toutes façons, chez ses vassaux, Maura partait du principe qu'elle était chez elle. Sans préjuger de ce qui appartenait en propre aux nobles familles qui l'hébergeaient, le simple fait de ne pas se mettre en quatre pour recevoir la sœur du Seigneur du Val était en soi un acte de défiance. Et chacun savait que la défiance menait bien trop vite à la trahison. Maura laissa son regard errer sur les présents avec un sourire lointain avant de hocher la tête à la proposition de Cynn de se retrouver plus tard.


"Autant commencer dès que nous le pourrons, je gage que les Shett et les Grafton ont de nombreuses doléances à présenter aux Eyrié comme tout un chacun. Je vais aller me reposer quelques heures et me rafraîchir ensuite nous pourrons nous retrouver afin de discuter tranquillement avant le banquet. Je vous remercie de votre accueil, lady Grafton et suis impatiente que nous puissions discuter de façon plus privée. Pendant que j'y suis, vous serez aimable de faire venir jusqu'à moi un des armateurs actuellement à quai. J'ai besoin de savoir si l'un d'eux compte se rendre à Port-Réal au moment où je vous quitterai."

Elle salua aimablement les présents puis, après un geste à sa suite afin que ses femmes la suivent, elle s'avança en suivant un valet mis à disposition afin d'aller découvrir ses appartements et s'installer confortablement. Malgré le fait d'être battue par les embruns, la forteresse des Grafton était accueillante et toutefois fort différente de ses Eyriés natals. Il n'y avait rien de la finesse et de la hauteur de la forteresse des neiges en ces lieux, tout était fait en fonction du seul paramètre qui comptait vraiment à Goëlville : la défense des lieux.

Délaissant ses observations, elle se laissa déshabiller par ses suivantes après avoir congédié les hommes afin qu'ils aillent prendre le pouls de la cité et lui rapporter, si ils le pouvaient, quelques informations susceptibles d'intérêt. Elle laissa ses dames la rafraîchir, la recoiffer et lui passer une robe d'intérieur classique. Oubliant les couleurs des Arryn, elle se trouvait être d'un rouge sanglant à peine adouci par quelques broderies ton sur ton rappelant les floraisons du Val. Après s'être reposée dans un bain tiède et avoir somnolé quelques heures, il était plus que temps de se rendre auprès de lady Grafton qui devait l'attendre. Suivant le mestre venu la chercher, elle se rendit jusqu'à une petite salle qui devait sans doute servir aux entretiens particuliers. Après un bref signe de tête pour remercier le vieil homme, elle s'installa dans un siège de façon confortable avant de relever le regard vers l'autre jeune femme.


"Alors Lady Cynn, quelles sont les nouvelles de Goëlville ?"
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

L'Echiquier est en place, les pièces avancent. - RP OUVERT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Cavernicole
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!
» Place de l'unité à Montréal bientôt une réalité
» La place d'Haïti dans le monde
» Bal costumé d'All Hallows' Even. [OUVERT À TOUS]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-