AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Une visite inattendue (Tristan Tyrell) - Corcolline

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 5 Nov 2012 - 17:03

Flashback

    Le soleil était levé depuis une petite heure déjà quand Leslyn sortit de sa demeure, prenant une grande bouffée de l'air pur du matin. L'air était encore un peu frais mais se réchaufferait sans nul doute. Il avait revêtit une tunique sombre se mariant bien avec son humeur, en effet, le seigneur de Corcolline s'était levé du mauvais pied et son visage respirait le mécontentement. Les sourcils légèrement froncé, une barbe naissante que le seigneur avait négligé et n'avait pas eu le courage de raser. La main posée sur le pommeau de son épée, il déambulait ainsi dans la forteresse, saluant les hommes qui commençaient à peine à s'affairer. Tout avait un goût lassant ce matin là. La routine s'installait comme durant bien des jours. Leslyn avait besoin de mouvements. Il sentait la guerre l'appeler et son coeur désirait connaître de nouveau la hardiesse des combats. Hélas pour l'instant, il restait auprès de sa femme à Corcolline, bien que son devoir fut de diriger les troupes terrestres du ban levé contre les Fers-Nés, il s'était permis un petit repos car sa femme réclamait sa présence.
    Il allait falloir qu'elle s'habitue à son absence si la guerre venait comme l'espéraient Leslyn et une bonne part de ses hommes, car il mènerait les combats jusqu'au coeur des Iles de Fer s'il le fallait. En attendant, il restait là, et cela l'ennuyait fortement, surtout durant ces longues journées banales où rien ne se passait. Bien sûr, il devait diriger Corcolline, mais ces activités répétitives n'avaient guère de goût quand on savait qu'au loin, les combats pouvaient vous appeler.


    Ses pas le menèrent vers la caserne de la cité et il se rendit à l'entraînement matinal des soldats de métier de la forteresse, l'observant d'un oeil critique. Le capitaine de sa garde s'avança doucement vers lui en le voyant, lui adressant un sourire courtois avant de venir le saluer.

    - Mon seigneur. Que nous vaut une visite aussi matinale ?
    - L'envie m'a pris d'une petite ballade. Comment vont les hommes ?
    - Tout se passe au mieux. Les plus jeunes progressent bien.

    Leslyn hocha la tête, visiblement satisfait de ce qu'il voyait. Des soldats s'entraînaient au tir à l'arc sur des cibles en paille tandis que d'autres se livraient des duels sans merci à l'aide d'épée en bois.

    - Des épées en bois ?

    - Oui. Ces deux là sont de piètres escrimeurs, je préfère commencer lentement...

    Lord Tarly sourit en observant les mouvements maladroits des deux soldats et hocha de nouveau la tête.

    - Je comprends. Il vaut mieux pour eux qu'ils apprennent à mieux manier le fer.
    - Ne vous en faites pas pour ça, dit le capitaine, confiant. Au fait, votre fils aussi est passé tout à l'heure. Il vous cherchait.
    - Mon fils ? Samwyle ?
    - Non, c'était Danzel qui vous cherchait, mon seigneur. Il est repartis sur ses pas, vers votre demeure.
    - Très bien. Merci. Bonne journée à toi, et... bonne chance avec ces deux-là, dit Leslyn en désignant les deux apprentis guerriers d'un signe de tête avant de reprendre sa marche, faisant demi-tour.

    Cette petite entrevue lui avait au moins remonter un peu le moral. En revenant sur ses pas, il croisa enfin son fils qui se hâta de venir à sa hauteur.


    - Père ! Vous voilà enfin,
    s'écria le jeune homme qui avait visiblement couru dans toute la forteresse tant il semblait essoufflé.

    - Que t'arrive-t-il ? s'inquiéta Leslyn d'un air sombre mais inquiet.
    - Un homme est annoncé. Il semblerait que ce soit ser Tristan Tyrell. Il sera ici d'une minute à l'autre.

    Leslyn haussa les sourcils.

    - Ser Tyrell ? Très bien. Va prévenir ta mère, qu'elle fasse préparer la salle des réceptions, j'y recevrais ser Tyrell. Où est Samwyle ?
    - Il est partis en patrouille avec les soldats, il avait besoin de prendre l'air.
    - Très bien. Allez, file, dit-il doucement tandis que son fils s'éloignait.

    Leslyn se demandait ce qu'amenait ser Tyrell jusque chez lui. Il portait peut-être une missive de lord Tyrell. Il ne s'attendait pas à recevoir de visite aujourd'hui, la journée ne serait finalement peut-être pas si ennuyante que cela. Il se dirigea vers les portes de Corcolline, s'apprêtant à y accueillir le jeune Tyrell qui ne devrait pas tarder. Leslyn ne s'était pas rendu à Hautjardin depuis quelques temps déjà et ne se souvenait guère du jeune Tristan. Il devait avoir le même age que Samwyle, si ce n'est légèrement plus jeune. Il se posta à l'entrée de la forteresse, accompagné de deux gardes et de Danzel qui le rejoignit bientôt.

    - Tu as prévenu ta mère ?
    - Oui !!
    - Parfait. Voyons voir ce qui ammène le fils de nos suzerains jusque chez nous... Espérons que ce soit de bonnes nouvelles qu'il nous amène, dit Leslyn en regardant au loin, espérant y déceler la silhouette du chevalier.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 5 Nov 2012 - 20:18

Les températures commençaient à chuter alors que les jours se faisaient de plus en plus courts à mesure que l'automne approchait. L'héritier de Hautjardin se trouvait dans ses appartements, l'absence de sa femme lui rappelait les jours jadis où il ne faisait que boire, dormir et baiser. Depuis qu'il était marié, outre la présence quotidienne d'une femme dans sa vie, son seigneur et père Léo Tyrell le mit complètement à l'écart des affaires du domaine. Tristan n'avait même plus accès à la salle de commandement où se trouvait une immense carte représentant Westeros et ses environs sur laquelle différentes pièces de bois désignant troupes et navires se battaient sous forme d'échiquier. A croire que Lord Léo Tyrell n'avait plus très a coeur de laisser à son fils la charge du Bief. Néanmoins c'est dans sa chambre que Tristan eu la visite de Darion, son oncle. Celui-ci lui expliqua rapidement la raison de sa venue si soudaine:
- Il te faut aller au plus vite à Corcolline pour t'assurer de l'état des troupes de Lord Tarly. Si jamais il nous fallait attaquer les Iles de fer, il serait le dernier rempart entre les Dornes et le centre du Bief, s'ils venaient à passer par Torentine.
- Est-ce père, qui l'ordonne ?
Il acquiesça, lui apprit qu'une garde montée serait dépêchée pour assurer sa sécurité jusqu'à Corcolline. Il n'en fallut pas plus pour le garçon de vingt-et-un ans qui se dépêcha d'enfiler armes et armure pour filer hors de la forteresse et se rendre jusqu'aux écuries. Il se présenta devant le maître et lui ordonna son cheval qui fut immédiatement préparé à la tache. Alors Tristan grimpa sur son destrier et quitter rapidement les lieux.

Tristan sur sa monture rejoignit sa garde et ensemble ils quittèrent hâtivement Hautjardin en soulevant poussière et gravats sur leur passage. Les yeux des vassaux les suivirent jusqu'à leur disparition ou par le rappel du travail. Alors s'en suivit une longue route de terre parfaitement tracée par les allers et venue des chevaux que Tristan n'avait empruntée que très rarement en compagnie de son oncle lorsqu'il était encore son écuyer. Aujourd'hui, il suivait un dénommé Artis qui connaissait le chemin par coeur à force de l'emprunter pour voir sa famille lorsqu'il était de repos. Une journée à cheval toute au plus il fallait pour rejoindre Corcolline. Le peloton traversa le Bief en croisant des champs et des prés où poussaient différents légumes succulents et où broutaient brebis, vaches et moutons. Tout ceci lui appartiendrait un jour, mais ce ne serait que dans quelques années. Le garçon avait beaucoup être ambitieux voir avide de ce pouvoir, il ne se risquerait pas à le réclamer avant l'heure. Lord Léo Tyrell était un homme qui avait trop d'alliés et de vécu pour laisser son avorton prendre le pouvoir trop tôt. Tristan ne savait plus trop sur quel pied danser à force. Lorsque la nuit commença à tomber, ils bivouaquèrent dans une auberge qui porter le nom sinistre de "Catacombe", lieu prisé par les soldats par son vin, sa bière et ses femmes de petite vertu qui n'attendait que quelques pièces pour vous emmener dans leur bordel. Tristan, une fois son auge terminée prit une chambre et s'en alla dormir.

Le lendemain dès l'aube, les cavaliers reprirent la route à la même allure, si bien qu'au matin l'on pouvait très clairement distinguer le château de Corcolline se dessiner à l'horizon. Moins de deux heures plus tard, Tristan Tyrell entrait dans le domaine de Lord Tarly. Il grimpa, avec derrière lui sa vingtaine de soldats, la colline qui l'emmena jusqu'à la forteresse de son hôte et le découvrit alors en présence de sa famille, l'attendant sur le bas de la porte.
- Bonjour Lord Tarly ! Annonça Tristan en démontant de son destrier dans un bruit de métal provoqué par son armure. Il se frappa le bas du dos pour soulager ses douleurs de chevauchée et avança alors jusqu'au seigneur. Je suis Tristan Tyrell, fils de Léo Tyrell seigneur de Hautjardin, Gouverneur du Sud, Défenseur des Marches et Haut Maréchal du Bief. C'est un plaisir d'être enfin arrivé.
Finit-il par grommeler en se tordant le dos pour conjurer la douleur provoquée par cette longue chevauchée. Tristan était alors vêtu d'une armure de platte pleine et de maille aux reflets verts, dans son dos une grande cape marquée de l'insigne de sa maison et à sa ceinture une épée longue dans son fourreau. Le bouclier quant à lui se trouvant encore sur le cheval qui était emmené dans les écuries. Tristan se tourna vers ses hommes et leur annonça alors:
- Demain matin, même heure je veux vous voir ici même pour notre départ. D'ici là quartier libre. Si j'apprends qu'un de vous à provoqué ou participé à une rixe, il sera fouetté pour indiscipline.
Chaque soldat salua Tristan avant de démonter et de se préparer à leur petit séjour à Corcolline. Tristan se retourna alors vers Lord Tarly et lui présenta ses excuses, prétextant vouloir être craint plutôt que d'avoir à manier le fouet pour punir d'un quelqu'on que désagrément provoqué par ses hommes. Le jeune homme espérait ne pas froisser son hôte en se présentant si tôt le matin chez lui. Après que chaque homme eut quitté les lieux avec son cheval en direction des écuries, le jeune héritier se laissa, à attendre que Lord Leslyn Taryn commence.

Il se demandait bien comment un lieu aussi paisible que celui-ci pouvait réussir à affronter les Dorne venus par le fleuve Lorentine. l'endroit semblait sans aucune grosse défense. Tristan avait hâte de pouvoir vérifier ses pensées et les espérer surtout infondés. Devoir en plus regarnir le sud du Bief leur prendrait énormément de temps et de ressources qui normalement devaient servir à l'attaque en direction des Iles de fer et de Greygoy. Le chevalier avait hâte de participer à un vrai combat et de vaincre l'ennemi de sa propre épée si par hasard ce dernier se présentait devant lui. Mille chansons en son honneur seraient faite et chanté à travers Westeros, mais pour l'heure il se devait de vérifier tout simplement des défenses du Bief et cela ne lui apportait que bonheur. Loin de sa femme, le jeune homme trouvait le temps trop long et trop ennuyant. Aller à travers ses terres natales pour rencontrer les différents lords et seigneurs était quelque chose que le garçon appréciait faire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 9 Nov 2012 - 13:17

    Rapidement, le bruit du galop emplis les oreilles de lord Tarly, et la fougue des chevaux lui rappela de vieux souvenirs, de l'époque où, chevalier, il parcourait encore le Bief, aussi frais que le vent qui les secouait ce matin là. Une petite troupe d'hommes venaient vers eux, deux dizaines tout au plus, et brandissant les bannières des Tyrell. Les menant, un homme à l'allure fière, qui arriva bientôt à leur hauteur. Il était jeune et était doté de toute la grâce que pouvaient espérer les chevaliers du Bief, c'était bien l'héritier de son père, d'ailleurs il arborait fièrement les couleurs vertes et or de sa maison.

    Il descendit de sa monture lourdement et s'approcha de Leslyn et son fils tandis que ses soldats se massaient en une petite assemblée aux portes de la forteresse. Ser Tyrell s'approcha gaiement et salua lord Tarly avant d'annoncer son nom et celui de son père, ainsi que tous ses titres. Leslyn souri faiblement, peu habitué aux visites des nobles ces derniers temps. Il hocha la tête, sachant pertinemment qui était Tristan, et se contenta de répondre avec toute la politesse qui l'habitait :


    - Salutations, ser Tyrell, et bienvenue à Corcolline. Le voyage na pas l'air d'avoir été plaisant, remarqua-t-il en voyant ser Tyrell ainsi endoloris.

    Tandis qu'il parlait, son fils, Danzel, veillait à ce que la monture de ser Tyrell et de ses hommes soient menées aux écuries et traitées avec le plus grand respect. Alors que Leslyn allait invité Tristan à gagner la demeure des Tarly et ainsi s'abriter de ce temps peu plaisant et profiter d'un repas, ce dernier fit volte-face et donna ses consignes à ses hommes. Visiblement, il tenait ceux-ci dans une discipline féroce et les menaçait déjà de sanctions au moindre incident. Leslyn appréciait déjà l'héritier Tyrell... Ils avaient visiblement la même vision de l'autorité. Elle devait être dure et impartiale, mais aussi juste. Il fallait parfois se montrer tyrannique pour assurer aux guerriers une discipline correcte et appréciable. C'était pour leur bien. D'ailleurs, le chevalier ne tarda pas à s'exprimer, avouant qu'il partageait le même opinion et s'excusant auprès de lord Tarly de se présenter si tôt chez lui.

    - Votre arrivée matinale ne me dérange pas le moins du monde, ser Tyrell, le rassura Leslyn. Je me lève aux aurores, tout comme mes soldats, n'ayez donc craintes de nous déranger, ce n'est pas le cas. Mais ne restons pas plus longtemps ici, à la merci du froid et du regard agard des badauds. Suivez-moi, vous devez être affamé. Si vos hommes ont faim, nos auberges leur sont grandes ouvertes, bien évidemment.

    La venue d'une troupe de soldat, même aussi faible, était toujours une bonne chose pour l'économie de Corcolline. Ils iraient boire et manger dans les tavernes et bordels du coin, engraissant les commerçants en échange de quelques bons moments autour d'un feu et d'un repas chaud. Ser Tyrell lui n'aurait pas à penser à ces choses, puisqu'il partagerait le repas copieux des Tarly et serait accueillis dans leur demeure.
    Ainsi, Leslyn commença à marcher, son invité lui emboîtant le pas tandis que son fils jugea bon de s'éclipser, laissant son père faire visiter la cité à ser Tyrell.


    - Le voyage n'a pas été trop dur ? Les temps se font plus frais ces derniers jours, et nous sommes proches des montagnes ici. Et même si nous sommes proches de Dorne - bien trop, à mon goût - nous n'avons pas la chaleur de leur soleil. En tout cas, ici, derrière les murs épais de Corcolline, vous serez au chaud et à l'abri, se targua le seigneur Tarly. Ces murs n'ont jamais connu la défaite et la forteresse ayant été batti contre les flancs de la montagne, elle est particulièrement dure à attaquer... Je dirais même, imprenable. Nous dominons les environs et ce n'est pas les gens de Dorne qui nous délogerait, si vous voulez mon humble avis. Aucune armée n'a jamais pu défié la forteresse. Et aucune ne le fera !

    Alors qu'il finissait sa petite tirade, ils arrivaient à la demeure de la maison Tarly. Les gardes leur ouvrirent la voie et ils pénétrèrent dans le manoir où il faisait déjà meilleur. Leslyn guida son invité jusque dans la salle des banquets où les attendait un repas s'ils le désiraient. Les servantes de lady Meerya avaient mis à leur disposition des fruits, du pain et quelques gâteaux de leur confection, et, si ser Tyrell désirait un repas plus copieux, ils pouvaient préparer de la viande. Leslyn prit place dans son siège, au bout de la table, et invita Tristan à s'asseoir sur un siège proche de celui de Leslyn afin qu'ils n'aient pas à hausser la voix pour s'entendre. Prenant une pomme et croquant dedans avec une faim non dissimulée, Leslyn reprit la parole :

    - Bien... Dites moi tout, ser Tyrell. Qu'est-ce qui vous amène chez moi ?
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Une visite inattendue (Tristan Tyrell) - Corcolline

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Une visite inattendue (PV Roro et Lala)
» Une visite inattendue [PV Kira]
» Une visite inattendue. (Zoé)
» Une visite inattendue [PV Garkach et Khaad ]
» Visite inattendue [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-