AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Haillons et ciseaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 4 Nov 2012 - 13:13

Le Nordien porta sa hache sur son épaule et lâcha un nuage de respiration dans la brume matinale. De retour à la maison, pensa-t-il. Enfin, maison. Avait-il jamais eu de maison ? Peut-être autrefois, il y a longtemps. Mais depuis il vadrouillait, allant d'auberge en auberge, voire parfois séjournant dans des maisons de passe. Enfin, une chouette vie pour un guerrier. Du sang et de l'or, voilà tout ce qu'il lui fallait. Durant les dernières années, il avait vivoté tranquillement, travaillant plus souvent en tant que bûcheron qu'en tant que mercenaire. Quelques fois, il avait préparé un accueil chaleureux aux Fer-Nés dans les bourgs où les plus aisés souhaitaient que leurs biens soient protégés alors qu'eux-mêmes et leurs familles couraient vers Salvemer. Des idiots selon Comghall. Enfin. Ils payaient bien.

L'aube était rouge. Les rayons embrasaient la campagne environnante. La nature s'éveillait peu à peu. Ça et là, un oiseau gazouillait gaiement, fêtant le lever de l'astre solaire. Un escargot serein avançait à son rythme, lentement, avec une certaine patience que seuls les membres de son espèce pouvaient avoir. Derrière lui, une traînée de bave brillait d'un éclat orangé sous la chaleur toute relative du soleil levant. Et soudain... SPROCH ! Une semelle de cuir brisa la branche, écrasa l'escargot. Un éclat de rire retentit, le barbare jouant de sa hache dans les airs.

Une rosée cristalline recouvrait l'herbe, les feuillages et le bois. Des étincelles lumineuses donnaient une féérie à ce panorama pourtant commun. Les effluves champêtres montaient au nez du Nordien, qui plissa les yeux rapidement. Une odeur méphitique provenait de lui. Il examina ses atours. Rapiécés, laminés, sales et tâchés. Un embarras qu'il considérait comme secondaire. Mais après tout, il était bien temps de changer de vêtements. Aux environs, rien que des masures de paysans plus ou moins isolées. Ces manants étaient moins bien habillés que lui à coup sûr. Un reniflement. Il avança vers la route. Il irait à Blancport, la ville la plus proche. Et descendrait dans le Sud sans doute ensuite. Les Fer-Nés se faisaient rares. Ou plus dangereux. Seul face à une dizaine, Comghall n'avait aucune chance en combat direct. Il espérait beaucoup de la ruse, de la peur. Voilà tout ce qui importait pour un combattant seul hors du champ de bataille. Son pas se fit tout de suite plus leste. Peut-être était-il temps de se ranger du côté de quelqu'un... D'un grand seigneur, d'un bourgeois aisé. En somme, devenir un exécutant.

Un soupir. Le claquement léger de ses semelles sur le pavé rythmait le temps qu'il mettrait à joindre le port. Ou du moins occuperait ses pensées de façon détournée. Il n'aimait pas ruminer. C'était inutile. Autant réfléchir une fois et prendre une décision dans la foulée. Le reste... Peccadilles que tout cela ! Penser ne sert à rien si l'on n'agit pas. Et l'action, c'était ce que préférait le Nordien. Il accéléra le pas. Au bout de quelques heures, il arriva devant l'agglomération. Bah, une autre cité. Un ramassis de crétins qui s'enferment et s'engoncent dans leur petit quotidien tranquille. Jusqu'à ce qu'on les dérange. Jusqu'à que la guerre, la maladie ou la mort les rattrape. Des animaux dociles effrayés. Misérable.

Comghall se dirigea vers une taverne proche. Il s'y détendit près du feu, buvant peu à peu, s'imbibant joyeusement. Il paya. Il payait toujours. Peu importe après tout. Son pécule lui suffisait. Pas de grandes richesses. Jamais. Que lui apporteraient-elles mis à part un tas d'ennuis ? Ah. Quelques bières, parfois un toit, parfois autre chose. Rien qui n'entame sérieusement son fonds. Mais après tout, il faisait attention. Toujours attention à tout. Il sortit dehors et vit que le matin était déjà bien engagé. Il allait chercher à se vêtir maintenant et profiterait ensuite du reste de la journée pour commencer son voyage.

Les quelques tailleurs qu'il rencontrait refusaient de s'occuper d'un client immédiatement et surtout pour un voyageur. Ils avaient des commandes disaient-ils. Quelle malchance... Peut-être qu'en chassant, il trouverait des fourrures. Mais encore faudrait-il les laver et... Bah. Aucune importance. Il fallait trouver un autre moyen. Il ne voulait pas des fanfreluches que les marchands lui avaient proposé. Enfin... Comme s'il allait croiser quelqu'un qui pourrait l'aider dans la rue...

Revenir en haut Aller en bas

Haillons et ciseaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Cabinet Poitevin des Avoks Haillons
» Président de pacotille dans un pays zombifié, accoutré de haillons roses
» cheveux
» [validé] T. Pratchett (en cours)
» Réglisse , jeune caniche toy maltraité ; Var

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-