AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Quand l'Orage Moqueur se rend dans l'Ouest [Lyonel Barathéon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 4 Juin 2011 - 7:15

La nuit avait été particulièrement courte pour le Seigneur de L'Ouest. Peu avant l'heure de la chèvre alors même que la nuit était encore noir, le capitaine de la garde de Port-Lannis avait fait résonner le tocsin trois coups annonçant qu'un navire en proie à une attaque Fer-Nés approchait du port. Tybolt avait parcourue les quelques lieues entre le Roc et la ville aussi rapidement que possible, pressant Antares autant qu'il le pouvait, le destrier faisant résonner ses sabots dans la nuit et filant comme le vent pour mener son cavalier jusqu'aux portes de la ville. Ces dernières furent ouvertes à la volée lorsque les gardes le virent arriver. Le temps qu'il rejoigne les contreforts des défenses du port, les baliste géantes avaient déjà frappé par trois fois et endommagé en partie la voilure et le mât du boutre Fer-nés. Le jeune Seigneur en fut quitte pour voir le vaisseau pirate virer de bord et reprendre une distance de sécurité. C'est un sourire de satisfaction aux lèvres qu'il se rendit à l'encontre du capitaine rescapé pour s'enquérir de sa provenance ainsi que de sa cargaison mais plus que tout de son histoire. Tybolt était curieux de connaitre à partir de quelle hauteur les Fer-Nés prenaient en chasse les navires venant du sud.

Voyant l'armure du Lord le capitaine reconnut bien vite à qui il avait à faire. Du reste si l'armure ne l'avait pas mis sur la piste, la peau de tête de Lion qui recouvrait désormais la spallière gauche du jeune Lord aurait finit de lui montrer l'identité de son interlocuteur. Le capitaine s'inclina profondément et remercia avec ce fort accent caractéristique des hommes de Villevieille, celui qu'il qualifiait de sauveur de son équipage ainsi que de sa cargaison. Après avoir bu une coupe de vin et s'être passablement calmé, le capitaine entretînt le jeune Lord de sa provenance, qui était en effet la ville des Mestres. Il expliqua transporter principalement du lin et du chanvre pour la confection de cordages et autres voiles. La partie véritablement intéressante de son récit commença lorsqu'il apprit à Lord Lannister que les Fer-Nés semblaient avoir surgit de nul part dès qu'ils étaient arrivé en vue de Port-Lannis, le boutre semblait venir du large et se tapir dans les embruns pour frapper. Lord Tybolt assura le rescapé qu'il était désormais en sécurité son navire derrière la digue fortifiée de la cité. Les deux hommes partagèrent une nouvelle coupe de vin avant que le Bouclier de Port-Lannis ne prenne congé et aille s'enquérir auprès du commandant de sa flotte des avancements des travaux. Ce dernier lui indiqua que six dromons étaient dans la dernière semaine de travaux. Cependant, le problème de marins expérimentés continuait de se poser. Même si le commandant disposait de navires en état de combattre il ne pouvait pour le moment leur donner à chacun un équipage de qualité.

Le soleil se levait à l'horizon lorsque que Tybolt promit à son commandant de débloquer de nouveaux fonds pour attirer à Port-Lannis les marins de tout Westeros afin de lui fournir les hommes dont il avait besoin pour équiper les navires. Plus qu'il ne l'avait tout d'abord imaginé, la flotte du Lion puisait sans cesse dans les réserves aurifères de la famille. Le jeune Seigneur passa encore deux heures à Port-Lannis, se montrant aux gens du commun pour leur indiquer si besoin était que les Lions du Roc n'étaient pas caché dans leur forteresse troglodyte mais marchaient bien parmi eux et étaient prêts à les défendre quoi qu'il arrive. Il y serait bien resté encore une bonne partie de la matinée si un messager venant du Roc ne l'avait trouvé pour l'informer que l'éclaireur de la route de l'Or était revenu en annonçant avoir aperçut l'oriflamme au Cerf plus loin sur la route mais très certainement sur le Roc avant la fin de la matinée. Lord Lannister passa prit juste le temps nécessaire pour féliciter les manœuvres des balistes géantes pour leur excellent travail avant de reprendre la route de la citadelle. Ces hommes n'étaient pas les plus courageux ni même les plus vaillants de l'armée du Lion mais la précision et l'efficience de leurs tirs avaient eu raison de la racaille Greyjoy. Ils étaient de ces hommes que l'on ignore mais qui peuvent vous faire remporter des guerres par leur spécialité.

Le chemin du retour se fit au rythme moins soutenu du pas des chevaux, Tybolt appréciant comme chaque fois la beauté du Roc, sa prestance et l'imposante silhouette qui en avait fait une citadelle imprenable et demeurée telle jusqu'à ce jour. La tanière des Lions ressemblait du reste plus à un nid d'aigle sous l'angle dont ils l’abordaient. Une citadelle fichée dans la roche, surplombant de toute sa taille la ville en contre bas. En approchant des portes extérieures du Roc, Tybolt vit les grands oriflammes au Lion claquer au vent au sommet de chacune des tours. Gerold avait donc lui aussi reçut l'information. Les gardes saluèrent leur Suzerain et son palefrenier personnel vînt prendre la bride de Antares pour l'emmener aux écuries et le panser comme le destrier le méritait. Tybolt mit donc pied à terre et traversa la grand cours à pas pressés, Rétribution lui battant le coté à chaque mouvement. A l'intérieur de la citadelle, les préparatifs allaient bon train, les couloirs vivaient au rythme des allers et venues des domestiques préparant le festin pour accueillir l'Orage Moqueur. Le jeune Lord donna ordre qu'une escorte parte sur le champs rejoindre Lord Barathéon pour l'assurer de l'attente dont il était l'objet et le conduire sans heurt jusqu'au Roc. Une vingtaine d'hommes devraient suffire, Gerold se proposa de diriger cette escorte afin de montrer à Lord Lyonel tout le respect que la maison Lannister lui portait. Tybolt acquiesça et se dirigea vers la salle d'arme où il se dévêtit de son armure qu'un serviteur s'empressait de réunir pour la briquer et huiler chaque pièce.

Le jeune homme descendit un niveau de plus dans les entrailles du Roc pour rejoindre la salle que sa mère affectionnait tant, la salle dite au bassin. Il s'agissait d'une cavité naturelle de la roche que les ancêtres de Tybolt avait fait creuser plus encore avant d'y faire percer un système de galerie pas plus grosse que le poing d'un homme pour atteindre une nappe phréatique quelques mètres plus bas. De cette manière la cavité creusée dans la roche était devenu un bassin naturel que la maison Lannister utilisait pour se prélasser par période de grandes chaleurs. Se dévêtant totalement, le jeune Lion se laissa aller dans le bassin, l'eau avait la fraicheur des profondeurs du Roc. En règle générale Lord Lannister ne venait que rarement en ces lieux, si ce n'était en compagnie de quelques filles de joie triées sur le volet mais aujourd'hui et après la nuit qu'il venait de passer l'eau fraiche lui faisait le plus grand bien. Après quelques brasses le jeune Seigneur quitta les lieux pour se préparer à recevoir Lord Lyonel avec la déférence dû à un homme de son rang. Il se fit apporter ses habits les plus solennels, tunique pourpre brodée au Lion d'Or, et chausse d'un rouge tout aussi sombre. Une fois Rétribution passée à sa ceinture, le jeune Seigneur rejoignit le comité d'accueil déjà réunit dans la grand cours alors que les gardes de la porte faisaient fonctionner le mécanisme d'ouverture pour laisser passer Lord Barathéon et Gerold. Les hommes de L'orage Moqueur ayant certainement reçut leurs instructions pour s’installer à l'extérieur des murs d'enceintes, le jeune Lion ne doutait pas du reste que le Seigneur de L'Orage prendrait soin d'aller les voir plus tard lorsque le camp serait monté. Lord Tybolt se tenait au sommet des marches menant à la citadelle lorsque les domestiques s'inclinèrent tous au moment de l'arrêt des cavaliers. Gerold avait un sourire aux lèvres ce qui augurait du meilleur comme du pire, malgré toutes ces années Tybolt n'était toujours pas capable de lire les pensées de son cadet sur ses expressions.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 4 Juin 2011 - 21:26

La réponse du Roc à la proposition de visite protocolaire du Seigneur de l'Est n'avait pas tardé et un joli fatras s'était emparé de la cour d'Accalmie. Le vieux suzerain abandonnait ses terres et cette fois, ce n'était pas pour dispenser coup de taille et d'estoc en perlant de sueur sous le heaume doré, mais bien conseils et sagesse, alors que les heurts entre Greyjoy et Lannister alimentaient de plus en plus les conversations au sein des Sept Couronnes.
Optant pour une tenue de marche légère en cuir, Lyonel enfourcha Charbon, son coursier, -bien nommé au vue de la couleur sombre de sa robe- non sans émettre un petit grognement lorsque le bas de son dos lui rappela que jeter la jambe de l'autre côté de la selle, n'était plus forcément de son âge. Il jeta un dernier regard à Neassa, sa tendre épouse, qui leva la main en souriant, tandis qu'il donnait un petit coup de talon pour avancer. Cinquante gens d'armes formèrent l'escorte de Lyonel, qui passa les portes de la citadelle au côté de l'étendard de sa maison pendant mollement sur sa hampe. La canicule déposait sa chape de plomb sur tout Westeros, et même les terres de l'Orage, malgré le vent qui balayait ses côtes, souffrait en silence de la sécheresse que les Dieux offraient. La route promettait d'être longue sous le joug de l'astre brulant et machinalement, Lyonel porta la main à sa cuisse, pour sentir l'outre bombé d'eau qui pendait depuis sa selle, rassurante compagnie par cette chaleur inconvenante.
La route fut longue et monotone. La délégation traversa les terres du Roi et emprunta la Route de l'Or, au trot, évitant de trop fatigué les montures qui exhalaient de grandes bouffées d'air par leurs naseaux transpirants. Et c'est ainsi que d'auberges en castel, sur les routes tantôt cahoteuses, tantôt parfaitement droites, répétant les mêmes gestes et les mêmes pas quotidiennement, Lyonel Baratheon et sa garde arriva en vue des terres des Lannister. Le paysage se vallonnait progressivement au fil de leur approche du Roc et il ne fallut pas attendre bien longtemps pour voir des cavaliers venir à la rencontre de l'oriflamme au cervidé. Une vingtaine de gens du Roc, menait par une chevelure qui ne laissait aucun doute sur le nom de son propriétaire. Le blondinet, à peine sorti des jupes de sa mère, au vue des traits fins qui dessinaient son visage, se présenta sous le nom de Gerold Lannister. Ainsi donc, le frère du Seigneur du Roc, en personne, servirait d'escorte à Lyonel et ses ouailles, ce qui n'était pas pour déplaire à l'ego du vieux bougre. A la salutation pleine de formalité de Gerold, Lyonel répondit après avoir émit un petit rire amusé.

Allons, Messer ! Ne vous empêtrez point dans les flagorneries de Cour ! Nous sommes sur la route ici, non ? Arh arh arh

Il fit résonner son rire puissant sans effort et renchérit.

Un simple Seigneur Lyonel suffira amplement

Le jeune homme sembla un instant dubitatif, ne trahissant pas de réelles émotions pendant une seconde, puis devant l'apparente bonhommie de Lyonel, un sourire vint fendre sa peau lisse de toute barbe. Avait-elle déjà seulement poussée?
Ainsi Lyonel et ses escortes gagnèrent le Roc, découvrant la citadelle troglodyte des Lannister, jaugeant le travail fournit avec un oeil légèrement perplexe. Du bel ouvrage, à n'en point douter, mais Accalmie était bien plus belle, crevant les bourrasques rageuses sur sa crête déchirée. Arrivant à proximité de la ville, Lyonel éleva une nouvelle fois une voix teintée d'autorité naturelle et indiscutable.

Arden ! Faites monter le campement au sud des murs de la ville. Je vous rejoindrais plus tard.

Bien, Monseigneur

Les cavaliers de l'Orage tirèrent sur les brides et quittèrent la route pour gagner leur point de campement, tandis que Lyonel s'enfonçait sous les voutes de roches. La porte s'ouvrit sur une cour surmontée d'une volée de marche où attendait déjà Lord Tybolt. La foule de servants s'agenouilla pour saluer l'arrivée de Lyonel, souriant avec bienveillance en les regardant. Il tourna son regard vers le suzerain de ces lieux et inclina légèrement le buste avant d'arrêter Charbon, tandis qu'un lad se précipitait pour se saisir de la bride. Il prit soin de ne pas se montrer trop fougueux lors de la descente de selle, se rappelant instinctivement du tiraillement qu'il avait ressenti à Accalmie. Il posa pied à terre et déploya toute sa stature face aux gueux à genoux et tourna un visage jovial vers Tybolt en commençant l’ascension des marches qui les séparaient faisant retentir sa voix de stentor.

Quel accueil, Seigneur Tybolt ! Je vous en suis gré ! Arh Arh Arh !


Dernière édition par Lyonel Baratheon le Sam 11 Juin 2011 - 12:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 5 Juin 2011 - 8:53

Le regard du jeune Lord se portait désormais sur la haute stature du Seigneur de l'Orage. Le bougre correspondait bien aux souvenirs de Tybolt, il avait été taillé par le Guerrier lui même pour la guerre et la mêlée mais en l'observant descendre de selle le jeune Lion ne pu s'empêcher non plus de remarquer que Lord Lyonel n'était plus aussi jeune non plus. Il avait pourtant souvenir d'un bretteur écrasant tout sur son passage lors du Tournois de Sorbier durant lequel ils avaient tout deux accédé au titre de champion en venant à bout respectivement de Andrew Sorbier pour Tybolt et du plus jeune de la famille hôte, Robert Sorbier pour Lord Lyonel. Ils avaient chacun finit invaincu la journée, mais le jeune Lion avait surtout été impressionné par la vaillance de ce Seigneur de l'Orage sur lequel l'âge ne semblait pas avoir prise alors que lui même était encore tout jeune. Il s'était d'ailleurs bien gardé d'oser comparer dans son esprit son propre père et l'Orage Moqueur tant l'un et l'autre ne pouvait être plus opposés dans leur manière de vivre leur rôle de Seigneur Suzerain. Cependant aujourd'hui c'était bien un homme de plus de cinquante longues années qui se présentait devant lui, et même si le rire était toujours le même, la barbe comme les cheveux commençaient à marquer le pas.

Lord Lannister inclina à son tour le buste devant la salutation de son invité. Il avait une affection toute particulière pour le Seigneur Baratheon. D'autant qu'ils étaient désormais liés par des liens beaucoup plus profonds et durables que la simple affection d'un jeune chevalier pour un aîné impressionnant. Depuis le mariage de Tya au fils de Lyonel, ils partageaient désormais des liens de familles ainsi qu'une alliance forte unissant les deux maisons. Contrairement à tout ce que son père lui avait apprit concernant la réception au Roc, sur le fait de ne jamais faire un pas en direction de son invité et toujours lui laisser faire tout le chemin jusqu'au Seigneur hôte afin de montrer même inconsciemment à la personne reçut que le seul maître en ces lieux est le Seigneur Lion. Tybolt descendit à l'encontre de Lord Lyonel, un grand sourire accroché aux lèvres. Il perçut dans le regard de Gerold sa désapprobation mais n'en tînt pas compte.


quoi ça ? C'est rien du tout et c'est bien le moins que le Roc puisse faire lorsque l'Orage lui rend visite, Lyonel. Tu verrais ce que nos cuisiniers ont préparé... Et je ne parle même pas du vin de Treille qui décante depuis une bonne heure.

Comme si les quelques pas du Suzerain avaient été un signal silencieux, les domestiques de la citadelle commencèrent à se relever et chacun retrouvaient ses occupations et missions particulières. Le maître palefrenier de Tybolt s'approcha du lad tenant d'ores et déjà la bride du destrier de Lord Lyonel. Le jeune Lion lui fit signe d'opérer.

Mon palefrenier personnel va prendre soin de ta monture comme si c'était la mienne. Toujours souriant Lord Lannister saisit la main du Seigneur de l'Orage et la serra fermement tout en lui appliquant une robuste claque sur l'épaule. Cela fait trop longtemps que nous ne nous sommes vu mon ami. Je suis du reste désolé de ne pouvoir t'accueillir dans de meilleures occasions mais tes conseils et avis j'en suis certain ne pourraient être les plus bienvenues en cette période troublée. Gerold avait rejoint les deux Suzerain et se tenait aux coté de son frère aîné. Tybolt ouvrit quant à lui la marche pour conduire leur petite équipée vers l'intérieur de la citadelle, où la fraicheur des murs et de la roche apporterait son lot de bien être. C'était là l'un des principaux avantages d'une citadelle troglodyte, la roche avait cette capacité à préserver la fraicheur au plus chaud de l'été et à ne pas laisser s'échapper la chaleur au cœur de l'hiver. Les lourdes portes de bois pleins s'ouvrirent sans un bruit, les domestiques veillant toujours à garder les gonds du mécanisme toujours bien huilés. Sur chaque pan de l'ouvrage se dessinaient, finement ciselés les armoiries Lannister, ce qui avait pour effet de proposer à la vue de l'arrivant, deux lions de six pieds de haut se faisant face en rugissant.

Les trois hommes furent reçut par trois servantes leur tendant à chacun une étoffe de lin humidifiée afin qu'ils puissent se rafraichir le visage. Lord Tybolt refusa la sienne, son passage dans la salle du bassin l'avait bien assez préservé de la chaleur pour qu'une simple sortie de quelques minutes puisse lui donner le besoin de se servir de l'étoffe, mais il y invita Gerold et Lyonel. Les deux hommes ayant chevauché une partie de la matinée pour son cadet et plusieurs jours pour l'Orage Moqueur.
Ne vous priez surtout pas pour moi. C'est bien le moindre des réconforts que je puisse offrir à deux cavaliers par une telle chaleur. D'ailleurs ne t'inquiètes pas pour tes hommes Lyonel, des denrées leur seront apporté par mes gens dès lors qu'ils se seront installés. Le jeune Lion vit du coin de l’œil l'un des cuisiniers lui faire signe que la table avait été dressé sur la grande terrasse, celle qui donnait sur Port-Lannis et la mer en contrebas. Il conduisit donc son invité par le couloir creusé dans la roche vers la dite terrasse. Gerold ne perdait rien de tout cela et emboita le pas des deux Suzerains. En arrivant devant la table, Tybolt eu le plaisir d'y voir disposés nombre de plats de poisson et de fruits, ainsi que trois lourds pichets de vin de Treille. Lord Lannister fit signe à Lyonel et Gerold de prendre place alors qu'il s'asseyait lui même à l'endroit d'où son père avait si souvent dirigé les négociations quant à la politique du Roc. Il indiqua aux domestiques de commencer le service et chaque homme reçut une coupe emplie du nectar de la Treille, tandis que devant eux étaient déposées des assiettes ouvragées avec goût, choix de Dame Jessica Lannister née Lefford de la Dent D'Or, leur défunte mère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 7 Juin 2011 - 13:28

Tybolt descendit quelques marches en venant à la rencontre du vieux suzerain d'Accalmie. Il répondit à la remarque bonhomme de Lyonel par un large sourire et un ton accueillant, souligné par la poignée de main chaleureuse et la tape amicale et virile sur l'épaule. Un nouveau rire, pouvant être pris pour un grognement d'ours, vint égayer la rencontre entre les deux puissants seigneurs, tandis que Tybolt rassurait Lyonel sur la bonne chair qui l'attendait. On disait les maîtres queux de l'Ouest habiles et l'Orage Moqueur avait hâte de vérifier les légendes les concernant. Lord Tybolt ajouta également, que son palefrenier personnel allait s'occuper de Charbon.

Voilà qui me semble, parfait !

Puis, Tybolt enchaîna, déplorant le peu d'occasion qu'avait les seigneurs de se voir, ainsi que des conditions dans lesquelles il recevait Lyonel. Il parvint à glisser une flatterie d'ego dans sa phrase, louant la sagesse des conseils de Lyonel et le remerciant de venir apporter son aide à ses alliés. Alors que Gerold rejoignait les deux seigneurs, Lyonel répondit, les sourcils froncés et sans le petit sourire qui ornait son visage depuis son entrée dans la cour de la forteresse.

Nos maisons sont liés par le sang à présent. Il est normal que les anciens guident les plus jeunes de la famille dans les épreuves de la vie.

Tandis qu'il disait ces mots, les trois hommes pénétrèrent sous les voûtes rafraichissantes du Roc, et Lyonel ajouta.

Je parle de plus en plus comme un vieillard, tu ne trouves pas ?

Il partit dans un nouveau rire tonitruant qui trouva un écho remarquable en rebondissant sur les parois rocheuses de Castral Roc. De lourdes portes frappées du Lion des Lannister tournèrent sans un bruit sur leurs gonds, et révélèrent une salle taillée à même la roche, large et richement décorer, faisant oublier à l'enfant d'Accalmie et de ses rivages, qu'il se terrait sous la terre comme un lapereau. Trois servantes se tenaient face aux trois nobles, et chacune apporta des linges humides, ce que Tybolt accueillit par un refus, avant d'inviter les cavaliers à se servir. Il assura ensuite l'apport de denrées à la garde de Lyonel, montrant, une fois encore, son éducation et sa prévenance. Lyonel se saisit de la serviette et lança, juste avant de se la plaquer sur la figure.

Je te remercie en leurs noms, Tybolt

Le linge émit un petit craquement régulier alors qu'il frottait la barbe grisonnante de Lyonel qui essuya son front pour finir. Il suivit ensuite Tybolt vers la terrasse, suivit à son tour par le frère du Seigneur du Roc, non sans avoir rendu la serviette à la jeune servante boulotte qui lui avait tendu plutôt.
Arrivé sur la terrasse, il découvrit une table superbement garnie de plats et de pichets, chose que nota étrangement Lyonel, alors que la teneur des plats lui échappait, tandis qu'il découvrait la vue sur la ville opulente qu'est Port Lannis. Un simple coup d'oeil suffisait pour voir la différence entre la ville des Lannister et et les siennes. La richesse de l'architecture, les rues pavées, les toits de tuiles rougeoyantes au soleil, tout indiqué que la ville était bâti sur des fondations dorées. Quelques voiles gonflées traînaient leurs navires de pêche sur les flots calmes qui s'étendaient au-delà de la vue du Seigneur de l'Orage.
Tybolt invita ses compagnons à prendre place et chacun s'exécuta sans broncher tandis que les serviteurs remplissaient les verres de vin de Treille et servaient des assiettes débordant de victuailles. Lyonel leva son verre et s'écria.

Je lève mon verre à l'hospitalité des Lannister ... Et à leur goût pour le vin de Treille ARH AH ARH!

Ce repas commençait de façons charmante, mais Lyonel savait très bien que sous la politesse, les fruits et les poissons, il s'était assis à une table de négociations. Il laisserait donc Tybolt exposer les faits qui impliquaient les Fer-né. Lyonel but une longue gorgée du nectar fruité, puis reposa son verre en sortant, presque innocemment.

Quelles nouvelles des Fer nés?


Dernière édition par Lyonel Baratheon le Sam 11 Juin 2011 - 12:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 8 Juin 2011 - 9:07

Lord Lyonel rendait hommage à son bonhommie légendaire de par son comportement, bien que venant de faire un long voyage depuis la côte Est de Westeros, il n'en demeurait pas moins égal à lui même. Tybolt connaissait pour sa part moult seigneurs deux fois moins jeunes que l'Orage Moqueur qui auraient été plus marqué par un tel périple et n'auraient cessé de s'en plaindre, accusant les Sept et la canicule, voir même leur hôte de leur avoir fait subir un tel traitement. Mais rien ne semblait filtrer à ce sujet du Seigneur d'Accalmie, malgré tout ce que les légendes pouvaient bien raconter sur l'arrogance Lannister et le fait que chaque Seigneur Lion était imbu de lui même de par même sa naissance, Lord Tybolt n'en respectait pas moins cet homme et sa condition. Il serait bien heureux d'atteindre l'âge du Suzerain de l'Orage avec une telle vigueur, à la réflexion il serait déjà content d'atteindre son âge... Gerold ne disait rien, mais le jeune Lord du Roc savait bien que l'esprit analytique de son cadet enregistrait chaque détail de ce qui se déroulait sous ses yeux et qu'il ne manquerait pas de lui faire un compte rendu approfondit de ses impressions dès lors qu'ils seraient seuls. Cela avait toujours était la manière de procéder du conseiller et frère de Tybolt, paraitre inoffensif et se faire oublier pendant que son aîné attirait l'attention sur lui, ainsi fondu dans le décor Gerold ne manquait pas de déceler les failles et autres faiblesses chez leurs invités ou lorsqu'ils se rendaient eux même aux invitations d'autres Seigneurs.

Malgré ce que voulait bien dire Lord Lyonel, Tybolt ne trouvait pas qu'il parle comme un vieillard, mais plutôt comme un Suzerain bien établit à un petit Lord s'installant à peine dans ses fonctions. Le jeune Lion ne lui en tînt pourtant pas rigueur, Lord Baratheon était de fait bien plus expérimenté qu'il ne l'était lui même sur la manière de gouverner. Cependant il nota dans sa mémoire de ne jamais montrer la moindre faiblesse face à ce redoutable adversaire. Ils avaient beau si ce n'est faire partit de la même famille tout du moins étaient-ils désormais liés par le mariage de Tya et Gowen. Le Seigneur Lannister comprenait le comportement paternaliste de son invité comme propice à se muer en ce qui pourrait paraitre pour celui d'un Suzerain envers un vassal et de cela malgré toute l'affection qu'il portait au vieux chevalier, il n'en était définitivement pas question. Le choix de faire donner leur collation sur la terrasse surplombant Port-Lannis lui parut dès lors encore plus judicieuse, ainsi Lyonel pourrait contempler la puissance de l'or Lannister par l’opulence de sa cité principale. Tybolt se contenta donc de sourire d'un air entendu avec l'Orage Moqueur notifiant ainsi qu'il avait apprécié la boutade.

Les deux jeunes Lions levèrent leur coupe lorsque Lord Baratheon entreprit de porter un toast à leur hospitalité et de manière plus propre à sa réputation, à leur goût pour les bonnes choses et plus particulièrement le vin si onéreux de La Treille. Lord Lannister ne doutait pas que face à la révolte Fer-nés et leur constant harcèlement des flottes commerciales l'approvisionnement du royaume en cette denrée devait se faire de plus en plus compliqué et les prix devenir de moins en moins abordables ce même pour les maisons majeures, qui n'avait pas de réserves suffisantes pouvait se voir réduit à ne goûter que le vin pauvre en saveur de ses propres domaines. Tybolt n'étant pas lui même grand buveur d'alcool quel qu'il soit tout comme Gerold, les réserves de Castral Roc étaient resté pour ainsi dire intactes et quand bien même il leur aurait fallu s'approvisionner de nouveau, l'or sur lequel il régnait, aurait permis au Lion de se faire parvenir par la voie terrestre de quoi emplir de nouveau ses caves. Une servante déposa un plat devant son Suzerain, il s'agissait de poisson froid, accompagné d'une sauce aux agrumes qu'il affectionnait particulièrement. Le chef cuisinier du roc faisait mariner la chaire de l'animal pendant plusieurs heures dans le jus acide des agrumes, avant de le faire revenir d'une manière que Tybolt ne saurait décrire mais le résultat était toujours aussi succulent, tout du moins pour les papilles du Seigneur Lion.

Lord Lyonel choisit ce moment pour laisser enfin pointer sa curiosité, la brise marine les rafraichissait et le cadre était des plus agréables. Tybolt esquissa donc un large sourire avant de répondre. Il reposa sa propre coupe sur la table avant de prendre la parole.


Bonnes... Le nouvelles sont bonnes, nous avons échanger les amabilités habituelles ce matin même avant que le soleil ne se lève. De ce que j'ai pu en voir leur santé est bonne et leur moral, et bien j'imagine que la perte d'un boutre ne devrait certainement pas les chagriner, donc je peux m'avancer en disant qu'il est tout aussi bon. Je crains ceci dit de devoir avouer qu'ils n'apprécient que très moyennement la portée de nos balistes à répétition ainsi que leur cadence de tir mais qui n'a jamais eut de petits désaccords avec ses plus proches voisins.
Le jeune seigneur prit une gorgée de vin avant de poursuivre, la qualité de la température dans les caves du Roc avaient véritablement fait merveille sur le nectar du Sud. Nos hommes gardent efficacement Port-Lannis et bien que les routes commerciales soient un peu perturbées, les capitaines ont apprit à naviguer fort près des côtes et ne se mettre à découvert qu'en approchant de notre port, ainsi ils profitent de la protection de notre digue ainsi que de la précision redoutable de nos manœuvres et leurs balistes. Je pense pouvoir dire que pour le moment les terres Lannister ne souffrent pas trop de leur razzias même si j'ai tout de même fait rapatrier les paysans à l'abri des cités fortifiées pour ne pas risquer de voir nos gens se faire massacrer et leurs femmes enlevées. Tybolt prit une nouvelle gorgée avant de reposer la coupe sur la table. Bien entendu ils ont plus ou moins rechigné à quitter leurs terres mais la promesse de reconstruire ce qui serait détruit plus tard en a convaincu la plupart et pour ceux à qui cela ne suffisait pas... et bien disons que la possibilité de choisir leur a été retiré. Aujourd'hui ils travaillent pour la majorité dans nos chantiers navales à la construction de la flotte du Lion qui de fait avance plus vite que les meilleures prévisions le laissait penser. Nous devrions être en mesure de mettre à la mer une force maritime capable de protéger les routes vers le Sud d'ici moins de deux mois, et l'intégralité de nos côtes sous quatre. Les Fer-Nés auront alors tout le loisir de se tourner vers le Nord pour leurs pillages.

Le jeune Suzerain ne fit volontairement pas mention des alliances qu'il négociait en parallèle pour assoir plus encore s'il était possible l'influence de la maison au Lion sur les Sept Couronnes, ne sachant pas qu'elles informations étaient parvenues jusqu'à Accalmie. Il se doutait que le possible mariage de Aliénor avec l'héritier Tyrell devait être de notoriété publique mais ses tractations avec le Val quand à elles ne lui semblaient pas devoir avoir été éventées.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 11 Juin 2011 - 14:20

[HRP: Encore désolé pour le retard]

Comment décrire avec justesse la sensation que procure le nectar de Treille lorsqu'il touche vos papilles, sans tomber dans l'analyse oenologique basse et relativement lourde ou dans l'envolée lyrique déplacée et inutile ? Pourtant, ce vin multipliait les saveurs et alternait un sucré amer savoureux au goût de Lyonel, qui le dirait bien mieux que moi, c'était pas d'la piquette qui vaut vaut son pesant de cacahuètes ... Enfin, il aurait dit quelque chose dans le genre. La longue gorgée qu'il prit avant d'interroger Tybolt, il la savoura, exhalant chaque saveur sous son palais expert, puis il la fit glisser dans sa gorge avant de sourire, satisfait.
La question, presque innocente, voulant dissimuler la curiosité du vieux seigneur, tomba come le pied de la coupe sur la table. Tybolt prit un gorgée à son tour, jetant un petit regard vers son cadet, silencieux et impassible. Le jeune Tybolt voulait donner le change visiblement, prenant le temps de répondre, ne voulant dévoiler aucune faiblesse. Il avait déjà compris les rouages de la politique ceclui là, dans les grandes lignes en tous cas. Lyonel jeta un oeil à l'asiette fumante et odorante qu'on venait de lui servir, tandis que le Lion de l'Ouest faisait un rapport de la matinée. Des relans de général revinrent en mémoire du vieux seigneur alors que Tybolt exposait avec un certain détachement teinté de trait d'esprit, les heurts de la matinée. Il paracheva sa démonstration cynique par une allusion aux disputes entre voisins, arrachant un rire tonitruant à l'Orage Moqueur.

Arh Arh Arh ! Voilà qui me rassure ! Vous savez prendre soin de vos voisins comme de vos invités ! Arh Arh Arh

Le suzerain de l'Ouest prit une nouvelle gorgée, qui sembla le ravir lui aussi, avant de fournir un rapport plus militaire et détaillé. Lyonel s'était saisi, lui aussi, de sa coupe et la porta à ses lèvres en écoutant les paroles de Tybolt. Un nouvel éclat de saveur inonda la bouche du vieux cerf, qui aquiesca sous les dires de son hôte. Il avait fait donné des consignes à qui de droit, et ses Terres semblaient protégées. La construction d'une flotte capable de protéger ses côtes était en bonne voie et les habitants des côtes peu sûres, à l'abri de raids sanglants. Le jeune homme avait la main mise sur ses terres, il était plein d'assurance dans son propos, que Lyonel analysait silencieusement en croquant dans une pomme rouge à souhait. La conclusion de Tybolt fit ralentir la mastication de Lyonel, interloqué par la remarque. Il avala sa bouchée lentement, les sourcils légèrement froncés, les yeux tournés vers la ville qui s'étendait à ses pieds, quelque peu pensif. Il tourna alors les yeux vers son hôte, prenant un sourire de façade mais tout à fait crédible.

Voilà qui est parfait. Tu as su faire preuve de discernement et de rapidité. Voilà qui devrait contrer les Sèches efficacement !

Il gouta alors le poisson qui l'attendait dans sa sauce appétissante. Il prit une bonne bouchée, découvrant cette nouvelle recette et l'appréciant en lachant un grognement approbateur. Tout ce petit numéro ne dissipait pas l'apparent malaise qu'il ressentait et il détourna une fois encore la conversation, bien que la remarque était sincère.

Ce plat est délicieux, Tybolt ! Il faut que tes cuisiniers me copient la recette. Je veux faire gouter ça à Accalmie !

Il émit un petit rire complice puis il poursuivit, sur un ton légèrement plus sérieux.

Je suppose que les Hautjardins vont également contribuer à la protection du Sud ...

Le regard de Lyonel trahissait une certaine malice, comme celle d'un enfant qui savait un secret, qui ne l'était pour personne. Pourtant, un Suzerain se devait d'être au courant de certaines choses et commencer par les banalités servirait son propos. Il renchérit.

J'ai ouï dire par ma bru, Tya, que vos maisons vont être unis. Elle était ravi pour sa jeune soeur. Il est important pour la bonne santé des Sept Royaumes qu'une telle coopération voit le jour.

Lyonel allait enfin pouvoir enquiller sur le propos qui l'avait fait tiquer quelques instants auparavant, non sans avoir pris une nouvelle bouchée de ce poisson aux agrumes merveilleux.

Les alliances sont importantes ... Te souviens tu que mon épouse est une Stark ? Ma fille régente Vivesaigues ...Vois tu quand tu dis que les Fer-nés pourront se tourner vers le Nord ... Je pense que tu fais erreur.

Le regard de Lyonel n'était plus jovial, ou bonhomme, il était celui d'un homme qui connaissait son sujet et qui l'exposait avec une détermination et une simplicité qui tranchait avec l'image publique de l'Orage Moqueur.

Se renvoyer la balle, ne fera que renforcer les Fer nés. L'Ouest se protège ils vont plus au Sud. Les côtes de Dorne semble en ébullition et on dit que les premiers pavillons à la Sèche auraient été aperçus. Le Sud se protège et c'est au Nord qu'ils iront avant que le Nord se protège à son Tour. Pourtant, ils auront constamment des terres à piller et les moyen de mettre à flots de nouveaux bateaux. Je pense qu'il faut coopérer tous ensemble pour anéantir la menace des Fer nés. Par le jeu des alliances, tu as le Sud et j'ai le Nord ... N'est-ce pas là l'occasion de mettre en oeuvre un effort commun contre la menace qui plane sur l'ensemble de nos royaumes?


L'idée était lancée, à moins que ce soit le ver dans le fruit ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 14 Juin 2011 - 14:19

Lord Tybolt n'avait pas eu conscience d'avoir franchit une ligne interdite en faisant référence au nord, il n'avait du reste pas en tête les origines de la femme du vieux seigneur. Un rapide regard vers Gerold l'informa que ce dernier avait quant à lui bien saisit avant même que l'Orage Moqueur ne le manifeste que ce petit écart allait être du plus mauvais effet. En effet il avait ce petit sourire narquois qu'il affichait toujours lorsqu'il trouvait que son intellect dépassait celui de son Suzerain de frère. Quelle idée les Baratheon avaient eu de se fourvoyer avec les sauvages nordiens du reste... Mais Lord Lyonel était l'invité du Roc et un membre en quelque sorte de la famille, bien que chaque Lannister savait pertinemment que seule la naissance Lannister faisait de vous un membre de la famille, les jeux d'alliances et mariages ne pouvaient être considéré comme autre chose que de simples adaptations aux différentes influences au sein du royaume. Jamais une pièce rapportée ne pourrait être considéré comme un véritable membre de la famille, et dès lors tous étaient remplaçables et dispensables. Seuls les Lions avaient de l'importance aux yeux du Seigneur du Roc. Néanmoins les règles de l'hospitalité lui imposaient de faire amende honorable. Tybolt prit donc l'air contrit de circonstance, cependant un Lion restant un Lion il ne pouvait non plus et ce malgré les règles accepter tout et n'importe quoi.

Vous avez raison Lyonel... Loin de moi l'idée de dénigrer la maison de votre épouse. Il va de soi que je ne souhaite pas que le nord subisse la moindre razzia Fer-Nés et ce même si cela signifie pour mon peuple de les subir lui même plus longtemps... Cependant je n'ai pas encore reçut la moindre nouvelle de nos amis de Winterfell et même mes agents qui parcourent les routes n'ont rapporté aucun activité militaire signifiant une quelconque volonté des Stark de prendre part à la défense du royaume dans l'affaire qui nous occupe. Vous comprendrez que dès lors et malgré toute l'amitié que j'ai pour votre épouse, il m'est difficile de souhaiter à sa maison de ne pas goûter ne serait-ce qu'un peu à ce que mon peuple subit jours après jours sans que cela n'éveil la moindre réaction de leur part. Lord Lannister marqua un temps d'arrêt le temps de goûter le poisson. Si la dernière fois qu'il avait croisé Lord Lyonel il n'était alors qu'un jeune chevalier l'esprit encombré par les rêves de gloire et de joutes victorieuse, il était aujourd'hui le Seigneur Suzerain le plus puissant du royaume. Non pas que je souhaite voir les Fer-Nés changer de victime à chaque fois pour se repaitre de chaque fief l'un après l'autre mais mes chantiers navales ont besoin de temps pour que la flotte du Lion soit en mesure de circonscrire les boutres Greyjoy autour de leur îles. Si pour m'offrir ce temps, les Stark doivent apprendre ce qu'il se passe dans le royaume alors que les Sept me pardonnent mais je n'aurai pas une once de remord à voir la flotte de Fer jeter son dévolu sur les côtes du nord. Que chacun paie sa part et prenne ses responsabilités... Le bief, l'Ouest et le Conflans ne peuvent servir indéfiniment de bouclier au reste des Sept Couronnes.

Le jeune Lord prit une nouvelle gorgée de vin avant de poursuivre.
L'effort commun est un doux rêve mon cher ami, mais nous savons tous pertinemment que cela n'est autre que ça à savoir une utopie. Le jour où les autres grandes maisons s'inquièteront de se qu'il se passe à l'Ouest, de connaitre les pertes en hommes du Bief ou la difficulté qu'éprouve le Conflans pour défendre ses côtes nous reparlerons alors d'un grand effort commun. Pour le moment nous ne pouvons compter que sur nous même. Levant son verre à l'intention du Seigneur Baratheon il ajouta. Tous les grands Seigneurs n'ont pas votre noblesse d'âme et de coeur mon cher ami vous êtes le premier et certainement demeurerez le seul suzerain à jamais venir aussi près des combats et je ne ferai pas ici mention du comportement du Trône de Fer à qui nous avons tous prêté allégeance...

Le jeune Lion prit encore quelques bouchées du poisson mariné, le maitre cuisinier n'avait pas perdu la main et les saveurs des agrumes avaient parfaitement pénétré la chaire de l'animal pour le rendre plus savoureux encore. Il aurait dû prévoir que la proximité de Tya avait renseigné l'Orage Moqueur sur les préparatifs pour le mariage d'Aliénor. Tybolt se morigéna de ne pas avoir fait surveiller les correspondances de sa jeune sœur. Qui pouvait bien savoir ce qu'elle avait pu révéler d'autre sur les mouvements diplomatiques de la maison au Lion... Il aurait cependant cru Tya plus encline à garder un minimum de discrétion sur les informations relatives au Roc. Il fallait croire qu'une fois marier les lionnes avaient tendance à ne plus se comporter comme tel... Il se fit alors la réflexion qu'à l'avenir il garderait le moins de monde possible dans les confidences visant à la gouvernance de sa maison et de son fief. Il lui fallait uniquement s'entourer de gens en qui il pouvait avoir toute confiance à la fois en leur conseil mais aussi et surtout en leur capacité à garder pour eux toute information qu'il n'aurait trouvé pour sa part bonne à révéler au reste du royaume.


En effet, ma plus jeune sœur Aliénor serait un bon partie pour le jeune Tyrell, mais rien est encore fait, les négociations ont toujours court. Nous verrons bien sous peu ce qu'il en advient. Encore que je ne pense pas le Bief et Lord Tyrell assez fou pour s'aliéner la maison Lannister à l'heure actuelle. Lord Leo est un homme sensé et raisonnable je suis certain qu'il saura voir son intérêt dans une telle union.

Tybolt bien que peu inspiré par les actes passés des Tyrell ne pouvait oublier le fait qu'ils avaient potentiellement la possibilité de lever la plus grande armée des Sept Couronnes, et même si celle-ci n'était faite que de conscrits mal équipés, il n'en demeurait pas moins que cent mille hommes avaient leur importance et s'il fallait un jour débarquer sur les îles de Fer il préférait voir les conscrits du Bief fatiguer les Fer-Nés avant de lancer ses propres troupes finir le travail et la maison au Lion tirer la gloire d'une telle prise. Ce qu'il ambitionnait plus certainement était d'avoir un premier pied au Bief via ce mariage pour pouvoir plus facilement entrer en contact avec les Redwyne. Gerold était toujours à marier et la rumeur disait que lord Redwyne avait une fille en âge de prendre époux. Hors la flotte de La Treille bien qu'en partie constituée de bâtiment commerciaux était un atout à ne pas négliger.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 15 Juin 2011 - 11:54

La discussion aimable et courtoise sur lit de politesse et de flagorneries semblait prendre fin alors que l'étourderie des propos de Tybolt, avait arraché à Lyonel un grognement désapprobateur et une exposition de son idée de cause commune. Un doux rêve de paix et de coopération pour un vieil homme grisonnant et sentant la fin de sa vie plus proche que son commencement, ou le terme d'une réflexion plus poussée et maline ?
Tybolt avait vu ses joues légèrement s'empourprer pendant le discours du vieux seigneur de l'Est, devant se maudire d'avoir avancer des sentences déplaisantes à l'oreille patriarcale du barbu, à moins que ce soit l'air narquois et silencieux de Gerold qui le gênait, qui sait ? Le jeune Lord ne pipait mot, se comptant d'orner la table de son physique et de son faciès de marbre, qui se fendait de temps à autre d'un sourire mielleux et défiant. Un vrai petit merdeux comme savait en faire les Lannister, hautain et prétentieux, qui semblait prendre plaisir à voir son frère tentait de rattraper sa petite bévue de langue. Mais le Lion se voulait prédateur et arrogant, comme il sied à un homme de son rang. Aucune nouvelle du Nord et des Stark ? Comme si les Seigneurs du Nord allaient quémander de l'aide à qui que ce soit ... Ces grands machins taciturnes étaient bien trop fier. Tybolt exposait son réquisitoire avec précision, l'entrecoupant de temps à autre d'une gorgée de vin ou d'une bouchée de poisson. Il raisonnait bien, mais de façon tellement égoïste et si caractéristique des jeunes seigneurs, même si Lyonel le reconnaissait tout à fait, Tybolt avait mûri et le Lionceau avait une crinière de plus en plus fournie. Il était lucide sur les opinions de ces voisins, et avait, comme de coutume, prit les décisions pour défendre ses terres comme un bon suzerain devait le faire et personne ne pouvait l'en blâmer. Il acheva sa démonstration par un hommage à la noblesse et à la parole du Cerf, lançant une pique indolore au Trône de Fer en soulignant malicieusement le terrible manque d'activité du Roi. Lyonel avait écouté chaque mot, opinant du chef ou se pinçant les lèvres selon l'accord ou le désaccord qui accompagnait les analyses de Tybolt. Il leva son verre, gratifiant ses hôtes d'un sourire aimable, prit une longue gorgée qui vida son verre, et alors qu'il le tendait au serviteur armé d'un pichet non loin, Tybolt confirma les arrangements entre les Maison Lannister et Tyrell. Il revoyait encore Tya, toute ronde de vie prête à éclore, souriante et entourée de ses suivantes, qui gloussaient en apprenant le mariage futur, l'oreille indiscrète de Trant qui avait traînée dans la coursive et une confession plus tard, Lyonel était au courant. La véritable histoire était moins belle, que la bru confiant son bonheur à son beau père, mais si on enlevait Gaucelm de l'équation, il y avait du vrai. Lyonel répliqua de sa voix capable de faire trembler les murs.

Du vin ! ... Je comprends bien ton propos, cher ami ! Mais me crois-tu un tel idéaliste, que je fonde une alliance uniquement sur l'honneur ? Les loups de Winterfell ne demanderont jamais d'aide ... Leur amitié se gagne, ils ne l'offrent jamais. Et je crois que chaque Maison est fait du même marbre. Que recherche un Seigneur ? Paix et prospérité ! Tu peux leur offrir les deux ! Partout où mes yeux se posent, où mon nez renifle, où mes papilles goutent, depuis mon arrivée, on y lit "Or". L'opulence de la ville qui s'étend sous mes yeux, l'élégance et le raffinement de la table et de l'agencement des pièces, même tes serviteurs portent de la soie sur leur tabard !! Cette coopération, tu peux l'acheter et non pas pour le plaisir de vider tes caisses mais pour garantir la prospérité ! L'ennemi est commun, les bénéfices seront palpables pour chacun et qui ne saurait être reconnaissant envers celui qui a éteint la menace Fer nés ? Il te suffirait de proposer une prise en charge d'une partie de la solde des soldats en échange de leur coopération et la Flotte du Lion pourrait envisageait un débarquement massif et décisif avec l'appui de chaque Maison ...

Il fit tournoyer le liquide vermillon dans sa coupe, semblant songeur. Il avait parlé d'un ton de vieux professeur, sans hargne, sans ordre, livrant les pensées, que plusieurs jours sur la Route de l'Or, avaient nourris. Il conclut dans un souffle.

Voilà ce que devrait faire un Roi ...

Il porta machinalement la coupe à ses lèvres, puis la posa sur la table et enquilla sur un nouveau morceau de ce délicieux poisson préparé. La saveur de l'agrume sembla le tirer de sa réflexion et il se fendit d'un sourire avant de rebondir sur tout autre chose.

Hum ! Et toi, cher ami, n'est-il pas temps de trouver une bonne épouse et de concevoir des héritiers ? A ton âge, j'étais quatre fois père. N'y a-t-il donc personne qui trouve grâce à tes yeux ?

Ou à son intérêt ? Bien peu de mariage d'amour était célébré, bien que celui-ci pouvait arriver ... A force ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 15 Juin 2011 - 14:31

Le jeune seigneur écouta avec attention les arguments de son aîné. Ce dernier défendait une théorie contraire à la sienne mais surtout ne semblait pas avoir saisit la portée de ses propres propos, il n'avait pas parlé du fait que Winterfell demande de l'aide mais plutôt du fait que les Stark n'offrent en aucune manière la leur. Mais cela n'avait que peu d'importance à l'heure actuelle car la suite de l'exposé Baratheon était d'une toute autre saveur, de celles que n'appréciaient généralement pas les maître du Roc. Lord Lyonel mettait en exergue la puissance financière des Lannister et s'appuyait sur des éléments très concrets comme la prospérité des Terres du fief ou les tenues des serviteurs du Roc. Cependant l'idée d'offrir des fortunes pour payer en quelque sorte les armées des autres maisons du royaume n'entrait absolument pas dans l'idée de Lord Tybolt, autant se briser son bras d'épée. L'or était l'apanage de la maison au Lion, ce grâce à quoi ils gardaient leur pouvoir et leur influence sur le royaume, le disperser à tous vents ne pouvait émaner que de l'esprit d'un seigneur n'ayant jamais connu pareille richesse... Ce n'était pas seulement la présence de mines qui faisait des Lannister une maison riche, bien entendu c'en était le principal facteur mais il fallait aussi une gestion très rigoureuse de la dite richesse pour garder sur plusieurs générations une pareille fortune. Agir comme le préconisait Lord Lyonel entrainerait fatalement le déclin de la maison au Lion sous deux ou trois générations maximum et de cela il n'était question. De plus Tybolt n'avait strictement aucune ambition d'apporter paix et prospérité aux autres maisons, seul son propre fief lui importait et certainement pas les sauvages du Nord ou même ses voisins du Conflans ou du Bief. Pour ce que cela pouvait bien lui faire, il ne dénigrerait pas de voir Winterfell en flammes ou même Vivesaigues. Hautjardin commençait à avoir de l'intérêt du fait des projets de mariages entre Aliénor et le jeune Tristan mais au delà de ça. Bien entendu désormais que la perspective de voir un jour son neveu prendre la tête du Bief pour en devenir le Seigneur Protecteur était plus palpable les terres du Bief prenaient une toute autre ampleur mais pour le reste, tuer les tous les Sept reconnaitront les leurs...

Le vieux Lord, voyait le monde au travers les yeux d'un homme voulant savoir ses proches et son peuple en sécurité lorsqu'il partirait, pour le jeune Lion du Roc la perspective était toute autre. Il s'agissait d’assoir un peu plus encore l'emprise de sa maison sur le royaume et de la faire grandir à des limites encore jamais atteintes. Il avait l'ambition et la vaillance de la jeunesse ainsi que l'appétit du Lion alors que le vieux Cerf chanterait bientôt son dernier brame...


Je comprends tout à fait votre point de vue mon ami. Seulement la maison Lannister n'a pas pour vocation de subvenir aux besoins financiers des autres grandes maisons si prompt du reste à nous laisser seul affronter la menace Fer-Nés. Et comme je l'ai déjà dit je n'ai pour ma part aucune intention de débarquer sur les îles de Fer, qu'aurais-je à y gagner de toute manière, mon seul et unique but est d'assurer la sécurité de mon peuple chose que je peux faire sans l'aide de Winterfell ou de Dorne. Une fois mon peuple à l'abri, si le reste du royaume veut l'aide de la maison Lannister je suis tout à fait ouvert aux négociations, encore qu'il ne s'agisse pas là non plus de mon rôle, il me semble que nous avons un Dragon sur le Trône de Fer et non un Lion aux dernières nouvelles...

Le jeune Lord finit sa coupe de vin avant de faire un geste pour indiquer qu'on lui apporte désormais de l'eau. Il ne voulait pas trop abuser d'alcool, alors que la journée risquait d'être encore bien longue et qu'il lui faudrait de nouveau visiter les installations de Port-Lannis et passer en revue la garnison. Il ne pouvait se permettre d'apparaitre éméché devant les hommes qui risquaient leurs vies pour sauver celle de la population de la ville. Il pensait du reste consacrer sa soirée à la rédaction de la suite de son traité de stratégie militaire. Il avait déjà bien avancé, notamment sur la nécessité de faire équiper son armée d'arcs à double courbures ainsi que de celle de développer le tir monté, en entrainant les cavaliers à ne décocher leurs flèches qu'au moment précis ou les sabots de leurs montures ne sont plus en contact avec le sol. Il comptait désormais développer son idée d'une hiérarchisation plus stricte de l'armée où chaque chef serait responsable sur sa vie du loyalisme de ses subordonnés. C'est du reste d'une oreille désormais distraite que le jeune Lion perçut la question de son invité. Les négociations avec le Val étaient donc bel et bien restées secrètes, cela était une bonne chose. Il ne put dès lors qu'esquisser un sourire.

Vous êtes un exemple pour nous tous Lyonel. Il est vrai que le mariage commence à devenir un objectif important dans ma situation, même si le Roc possède encore des Lions pour prendre ma succession si malheur m'arrivait. Il jeta un bref regard à Gerold en prononçant ces quelques mots. Mais il s'agit là ceci dit d'une affaire à laquelle il me faudra m'atteler. Encore que pour le moment c'est surtout mon peuple qui a besoin de moi, j'aurai bien assez le temps de me préoccuper de mariage une fois mes côtes en sécurité. Si tout se déroulait selon les prévisions du jeune Lion, le mariage avec Maura serait célébré à la manière ancienne sans apparat ou festivité particulière et lorsque la guerre contre les Fer-Nés se terminerait, le royaume se retrouverait devant le fait accompli d'un Seigneur Suzerain ayant allié, le Bief, L'Ouest et le Val sous un seul et même pacte. Une force de près de deux cent mille hommes pourrait alors être levé contre tout ennemi de ces trois fiefs, de quoi faire trembler le Trône de Fer lui même.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 23 Juin 2011 - 13:49

La réponse au réquisitoire de Lyonel ne tarda pas à surgir de la gueule du Lionceau qui, visiblement, goûtait beaucoup moins les paroles de son visiteur que les plats de ses maîtres coqs. Lyonel perçut un soupçon de morgue dans les propos de Tybolt alors qu'il mastiquait calmement son poisson en écoutant le blondinet. Le vieux cerf avait tapé dans le mille, en pariant sur l'égocentrisme des Maisons, puisque Tybolt démontrait par A plus B, qu'il n'avait cure des problèmes des autres seigneuries et que seuls, ses terres -pourrait-on dire son or ?- lui importait. Etait-ce de la pingrerie de s'accrocher à son or ainsi ou du calcul de mestre ? Il surenchérissait en proclamant qu'il ne désirait pas débarquer sur les îles de Fer, se cachant derrière la défense de son peuple.
A chacune de ses phrases, Tybolt confirmait les propos de Lyonel, il le savait, il avait partagé cette pensée. La paix pour soi !! Peut-être qu'en vieillissant sa vision se voulait plus globale ... Comment désirait une guerre pour ses enfants ? Il aimait se battre, oh par les Sept, il adorait se battre. Le chant des lames qui s'entrechoquent au rythme cliquetant des plates qui frottent entre elles, le tintement grave du bouclier, cette danse virile et intense, mais la guerre avait ses sons aussi, et ses images. Les têtes décapitaient qui éclaboussaient de vermillon le visage, le goût de son propre sang, les entrailles encore fumantes qui se déversent sur vos bottes, le bruit qu'un homme émet lorsque sa gorge est tranchée, comment souhaiter cela aux visages poupons qui égayent sa vie. Il était grand-père et désirait bien offrir la paix à ses petits enfants, avec l'aide du Dragon ou non. Il était convaincu de la nécessité d'une action commune, mais qu'importe pour le moment, il ne pouvait froisser plus son hôte.
Un petit sourire rida la commissure des lèvres embroussaillées de poivre et sel, alors que Tybolt concluait par une allégorie pleine de vérité, à laquelle l'Orage Moqueur répondit paisiblement, pensif, sans vraiment s'adresser directement aux Lannister.

Paix et prospérité ... Je le disais bien ... Il semble que parfois, le Dragon hiberne ...

Sorti de ses pensées, il changeait de conversation et l'emmenait sur le terrait, que certains diraient glissant, du mariage. Vingt huit ans et toujours pas d'épouse, voilà qui était singulier ... Pour l'héritier devenu Seigneur de l'Ouest, aucune épouse. Il prétexta avoir plus urgent à gérer ... Quel sérieux ! Lyonel restait étourdi par ce manque de fougue qui en toute logique fait bouillonner la jeunesse. Lyonel agitait sa coupe vers le serviteur au pichet, lui signifiant qu'elle était vide, tout en scrutant discrètement le plus jeunes des Lionceaux. Il ne décrochait que de faibles sourires forcés qui lissaient ses joues, lui aussi ne semblait pas être un fougueux jouvenceau. Lyonel les admirait et les plaignait en même temps. Secouant légèrement la tête, Lyonel reprit une gorgée de vin, en savourant le bouquet et répondit avec une sourire presque enfantin.

Tu es un célibataire plus endurci que ceux en Noir ! Tu n'as pas répondu à ma question, cher ami.

Il le taquinait comme le font tous les plus vieux avec les plus jeunes sur leurs affaires de coeur. C'était un peu de curiosité maladroite mais loin d'être méchante. Il poursuivit, cherchant à légèrement tirer les vers du nez de Tybolt.

N'y-a-t-il pas un bon parti, dans tout le Royaume, qui n'ait tes faveurs ? Cela restera entre nous ! Tu me fais confiance quand même ?

Bonne question n'est-ce pas ? Le sourire de Lyonel était large et jovial, s'amusant de sa propre curiosité, mais il attendait néanmoins une réponse. Grand gamin de plus d'un demi siècle ...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 29 Juin 2011 - 11:17

Tybolt aurait pu rire de bon cœur, si le moment et la compagnie n'avait pas été inapproprié pour un tel éclat de voix. Son invité le très estimé Lord Lyonel Baratheon ne pouvait pas être sérieux dans ses questions... Faisait-il l'idiot volontairement ou bien l'âge commençait-il véritablement à malmener son esprit malade ? De fait Lord Lannister ne voyait pas bien pour commencer, en quoi la question de son mariage regardait de quelque manière que ce soit le seigneur d'Accalmie, ni même pourquoi ce dernier était aussi insistant sur ce sujet. N'avait-il même plus conscience de la bienséance et de la manière de se conduire sur les terres d'un autre suzerain... Dans mouvement dans son champs de vision, Gerold avait attiré son attention, il faisait le signe convenu depuis des années entre eux pour que le plus jeune puisse encourager son aîné à ne pas laisser la colère l'emporter sur le calme. Le cadet avait appelé un domestique et lui parlait à l'oreille tout en observant Tybolt, ce dernier reçut très clairement le message et ne prit pas ombrage de l'outrecuidance de Lord Baratheon, bien qu'il se jura intérieurement de ne pas oublier ce comportement. Les Baratheon devraient un jour payer cette dette. Le jeune Lion prit donc le parti de continuer de manger son plat avant de répondre à son interlocuteur pour qui la bienséance semblait aussi étrangère que la bravoure à un poulet. cependant et malgré les conseils silencieux de Gerold, le ton du Seigneur du Roc tout autant que son regard s'étaient nettement durcis.

Je ne suis pas certain que cela vous regarde Lord Baratheon. Cette fois-ci l'attitude de Gerold, n'était plus seulement de la simple inquiétude déguisée mais très clairement celle d'un conseiller voulant rappeler à l'ordre son suzerain. Tybolt se rendant compte que son ton particulièrement tranchant et que la dureté naturelle de son visage avait prit un air encore plus décidé, décida de rectifier le tir, il esquissa donc un sourire. Tu sais très bien mon bon ami, qu'un Lannister ne fait jamais confiance qu'à un autre Lion. Mais comme nous sommes désormais de la même famille, je vais me confier à toi comme à un Lannister. Trouver une femme dans tout le royaume qui soit d'un stature nécessaire et d'une noblesse suffisante pour en faire une Dame du Roc n'est pas chose aisée malheureusement, c'est en grande partie pour cette raison que je reste pour le moment célibataire, d'autant que ma succession n'est pas nulle, mon frère ici présent est pour le moment l'héritier de la maison. Souriant de nouveau il prit soin d'ajouter Quant à me comparer à ceux qui prennent le noir, je te conseil de prendre le temps de passer par le bordel de Port-Lannis, elle sauront plus que quiconque de convaincre du contraire. L'absence d'une femme à mes cotés n'induit pas l'absence de femmes dans mon lit...

Il était hors de question pour le jeune Lion d'éventer le secret de ses négociations avec le Val, il comptait bien au contraire que chacun découvre ce mariage comme un fait accompli auquel il ne pourrait pas faire quoi que ce soit pour s'y opposer. Souhaitant de fait changer de sujet de conversation, Tybolt s'essuya la bouche avant de se pencher sur la table.

Plutôt que de fabuler sur mes amours comme des femmes, je préférerai que l'on parle de ce qui me préoccupe. A savoir les rapports d'espions indiquant que les Fer-nés semblent se regrouper pour mener une offensive particulièrement percutante quelque part sur les côtes, du Bief, du Conflans ou même les miennes.

Tybolt ne savait pas encore où allait se produire l'attaque mais il comptait bien renvoyer à la mer les pirates grâce à la cavalerie Lannister. Selon ses généraux il faudrait moins d'un jour pour la cavalerie afin d'atteindre n'importe quelle région possiblement attaquée. Cependant le jeune Lion avait du mal à croire cela possible, couvrir une telle distance en une seule et unique journée lui paraissait difficilement concevable sans compter qu'une fois sur place les cavaliers tout comme leurs montures seraient à bout de force et ne seraient jamais en mesure de mener et gagner une bataille. De fait savoir si Lyonel avait eu vent de plus de choses que lui l'intéressait au plus haut point, au moins saurait-il peut être de quel coté s'attendre à la rixe Fer-Nés.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 29 Juin 2011 - 15:27

Oh mais voilà que les traits du Lionceau se durcissait et qu'il s'apprêtait à montrer les crocs. Lyonel savait très bien qu'il se montrait trop curieux, balayant les règles de bienséance que le vieux Mestre d'Accalmie avait tant eu de mal à lui inculquer. Les regards que Tybolt échangeaient avec son cadet. Celui-ci semblait tempérer le côté sanguin de son aîné, ainsi se révélait-il autre chose qu'une figure de marbre muette et scrutatrice. Le première sentence de Tybolt fouetta l'air avec autant de violence qu'une épée trancha la chair. Le vieux cerf accueillit la morgue de son hôte avec un sourire encore plus large qu'auparavant. Des années qu'il pratiquait la conversation politique et militaire, et il savait pertinemment passer du coq à l'âne au coeur des discussions s'amusant à se faire passer pour moins malin qu'il ne l'était. L'attitude de Tybolt trahissait une fougue attendue par le vieux cerf et qui trahissait un certain sentiment de supériorité des plus Lannister dans le texte. Il s'efforça néanmoins de poursuivre avec calme, tentant d'expliquer son point de vue, rappelant une nouvelle fois que son frère pourrait prendre sa succession. Chose rare qu'un homme qui se soucie de son engeance de façon si distante. Lyonel s'était résigné à ne pas en savoir plus sur la prochaine Lionne du Roc face au mutisme cordial qui entourait la question. Il ressemblait à Alastaïr, avec cette volonté de rester libre et sans attache et répondait au taquineries du vieux seigneur avec la même hargne. Amusant. Se fendant d'un petit sourire, Tybolt fit remarquer que son célibat ne signifiait pas la chasteté, lançant Lyonel dans un rire qui aurait pu faire trembler la citadelle entière. A chaque éclat joyeux, le Cerf faisait honneur à son surnom. Au creux de ses rires, Lyonel s'écria.

ARH ARH ARH ! Voilà qui est répondu ! Excuse ma curiosité mal placée, Tybolt. Je ne voulais pas de vexer.

Tybolt renchérit en tentant de ramener la conversation vers des chemins plus sérieux de la guerre. Les rapports de ses espions l'inquiétaient quelque peu. Lyonel ne put s'empêcher de débuter sa réponse par une petite pique gentillette.

Il semble donc qu'une coopération serait bénéfique ... Si les Fer nés s'apprêtent à débarquer, il faut les forcer à le faire là où on les attend. Disséminer tes forces aux quatre coins de tes terres ne fera que t'affaiblir. La Baie des Fer nés semblent être l'idéal pour eux. La traversée serait rapide et ils pourraient débarquer en force mais ils se savent attendus là. Et si ta flotte n'est pas prête à temps, Belle Ile pourrait faire un avant poste idéal pour ensuite menacer Port Lannis. Je pense que Hautjardin à peu à craindre. Les Fer nés sont téméraires mais le voyage en force serait trop voyant depuis les côtes. Je crains que les Krakens ne lorgnent sur tes richesses et si ils attaquent avant que tes bateaux soient à la mer, la guerre risquent d'être longue.

Lyonel s'était livré à son analyse le plus sobrement possible, livrant ses impressions comme à un simple conseil de guerre, même si les mets, qui le séparait de ses interlocuteurs, remplaçaient les cartes et les pions symbolisant les armées. Lyonel rompit une miche de pain avant de porter le morceau à sa bouche et de la mastiquer en attendant les impressions des Lions. Le sourire avait disparu sous la barbe grisonnante, les tambours semblaient déjà bourdonner aux oreilles de Lyonel alors qu'il avait achevé son exposé. La paix qui lui tenait tant à coeur semblait une utopie bien dérisoire et ses descendants la connaitrait donc.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 7 Juil 2011 - 10:48

Le vieux seigneur savez jouer sur plusieurs tableaux à la fois et cela ne faisait que renforcer la méfiance du jeune Lion. Bien qu'ils soient dorénavant et plus que jamais lies, Tybolt n'en gardait pas néanmoins une certaine réticence. Il se félicita intérieurement d'être parvenu à quitter le sujet de ses épousailles même s'il se doutait qu'il ne s'agissait là que d'une énième manœuvre du vieux Cerf. mais voir Lyonel aussi à l'aise dans les changements de ton et de sujets le conforta dans son idée de ne pas se livrer à quiconque ne portant pas le sang Lannister dans ses veines. Et quand bien cela serait le cas, comme pour Tya, il fallait désormais considérer les lionnes depuis trop longtemps loin du Roc comme n'étant plus digne de confiance. Il ne pouvait de fait compter que sur son jeune frère. Oui, se dit-il Gerold était, est et sera le seul Lion qui puisse le soutenir et le suivre. Sur le plan stratégique Lord Baratheon n'était pas en reste, son analyse était réellement pertinente, encore que Tybolt n'avait pas pour le moment l'intention de faire entrer la flotte du Lion dans la bataille. Les rapports parlaient d'un débarquement terrestre des Fer-Nés et en masse, hors le seigneur du Roc était persuadé d'avoir l'avantage en une telle occasion. Les pirates ne pourraient soutenir l'avancée organisée et disciplinée de troupes aguerris au combat terrestre, menées par des généraux talentueux et expérimentés.

Vous n'avez pas tort mon ami, cependant, je ne pense pas faire entrer ma flotte dans la bataille pour le moment, Dagon veut venir sur terre. Et c'est exactement ce que j'espère qu'il fera. S'ils posent les pieds sur notre sol, nos armées feront voler en éclats ses pirates plus habitués à la guérilla qu'à l'affrontement en ligne. Tybolt écarta son plat du revers de la main avant de continuer, son regard s'était fait plus perçant, comme animé d'une nouvelle volonté, celle du prédateur ayant attendu à l'affut si longtemps que sa proie passe à porté et s’apprêtant enfin à le saisir à la gorge pour la mise à mort. C'est pour cette raison que le renseignement et la connaissance précise de leur lieu de débarquement revêt un intérêt sans équivalent. Si je parviens à connaitre ce lieu, mes armées écraseront à terre les forces débarquées alors que ma flotte détruira les navires à l'ancrage. Entre le marteau et l'enclume, Dagon ne pourra que réfléchir à deux fois avant de tenter une nouvelle fois quoi que ce soit contre les Terres de L'ouest. C'est ce qui est plaisant avec ces Fer-Nés même face à la certitude de l'échec et l'absence d'une quelconque possibilité de vaincre, ils continuent néanmoins le combat. Je leur laisse bien volontiers l'honneur et la bravoure, je me contenterai de la victoire et la paix pour mon peuple... Longtemps les notions d'honneur et de bravoure avaient tenu le haut du pavé dans l'esprit de Tybolt, il avait été un chevalier tout ce qu'il y a de plus classique, bercé par les récits de héros, de combats titanesques voyant le plus faible en apparence triompher de l'adversité, aujourd'hui et depuis qu'il avait la charge d'un peuple tout entier les choses étaient différentes. Il fut un temps où la manière dont son ancêtre avait quitté la bataille laissant les Jardiniers périr dans les flammes provoquait de la honte dans son esprit étriqué, mais désormais, il parvenait à voir plus loin. Il voyait la survie de son peuple, la conservation du pouvoir et la pérennité de sa maison. Certains pourront le croire cynique ou lâche pour les plus intransigeants, mais le jeune Lion n'en avait cure, il connaissait ses forces et ses faiblesses, ainsi il ne se lançait jamais dans une bataille qu'il n'était pas certain de remporter. Il ne voyait désormais plus aucun honneur à vouloir mourir pour la gloire en combattant avec la certitude quasi absolue que la victoire était hors de portée. De plus il savait désormais que seules les vainqueurs écrivaient l'histoire, ainsi quelle que soit votre manière de faire, si vous sortiez vainqueur et ce même lorsque rien dans vos actes ne reflète l'honneur, les générations futures n'en sauront que ce que vous voudrez bien leur faire savoir.

Cependant ce qui me pause un problème à l'heure actuelle, c'est qu'il est quasiment impossible d'infiltrer les rangs Fer-Nés. Ces insulaires bénéficient de cette particularité qui fait qu'ils sont capable de voir en un instant la moindre tentative de mes espions pour les atteindre. Nous avons bien un prisonnier dans les geôles mais le bougre résiste aux techniques classiques d’interrogatoire. Ces maudits Fer-Nés sont aussi résistants que les pierres dont ils ont fait leur fief... Je pensais pourtant que faire bouillir ses jambes lui délierait la langue mais à part une perte de connaissance l'homme n'a rien dit de plus que leur axiome selon lequel ce qui est mort ne saurait mourir de nouveau, à croire que leur religion impie leur efface toute notion de souffrance...
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 29 Juil 2011 - 18:42

La conversation était à présent recentrer sur des affaires plus importantes aux yeux des Lannister. Soit ! Après tout, le Vieux Cerf avait tout ce chemin pour parler de la menace Fer née, autant entrer dans le vif du sujet. Lyonel exposa calmement son point de vue, qui justifiait presque à lui seul sa présence à Castral Roc. Les Fer nés attaqueraient les riches terres de l'Ouest, Lyonel était prêt à le parier. Tybolt répondit alors, concerné comme jamais depuis le début de leurs échanges par ses propos. Ainsi donc, il envisageait de laisser les Fer nés débarquer et de les prendre en tenaille par terre et par mer. Plein de confiance, il déballait sa vision de la campagne à venir, pour un peu, il faisait presque le compte des morts avant d'avoir livré bataille. Un seul détail faisait flanché son visage d'albâtre, le lieu du débarquement ... Effectivement, il y avait de quoi se rider le front. Tandis que Tybolt poursuivait ses confidences, Lyonel acheva son poisson et but une nouvelle rasade de vin. Son regard se porta vers la mer, au moment où Tybolt évoquait son impossibilité à infiltrer les rangs des Krakens. Il déplorait plus que jamais le silence du prisonnier passé à la Question, sans succès. Les yeux du Seigneur de l'Orage fixaient le ressac des vagues sur la plage et laissa échapper sa voix grave de sous sa barbe.

Vivre sur des pierres au milieu de la mer, ça durcit un homme ... La foi aussi ... Alors les deux conditions ...

Il souffla un petit rire, le premier qui était léger et qui ne retentissait pas sous les voûtes du Roc et enchaîna, sans lâcher la mer des yeux. Une mer si calme comparé à la sienne, à celle d'Accalmie.

Ne sous-estimes pas tes adversaires, Tybolt. Qui te dit qu'il y aura un seul débarquement ? Leur imperméabilité à tes espions prouve bien qu'ils sont plus méfiants que jamais. Personne ne sait le nombre de boutres que les Fer nés peuvent mettre à l'eau et ton plan, bien que viable, réussira si une condition impossible à remplir se remplit. L'attaque viendra, c'est certain, quand à savoir où, nul ne peut être formel. C'est pour ça que je pense qu'une attaque sur leurs terres est le meilleur moyen de garantir la paix. Ecrases les avant qu'ils menacent tes terres. Surprends les. Pousses les à la faute. Si tu portes le combat aux larges de leurs îles, les Krakens te donneront encore plus de temps pour assurer définitivement tes côtes.


Il siffla sa coupe et ponctua son intervention en tournant les yeux vers son hôte.

Et si j'étais eux, le meilleur endroit pour débarquer en prenant l'Ouest au dépourvu, ça serait là.

Son pouce indiquait la grève qui longeait le Roc et qui entourait Port-Lannis. Certes, il ne connaissait pas la géographie des Terres des Lannister, mais la mer d'huile et les plages planes semblaient idéales, et une flotte puissante serait à même de contenir la flotte actuelle de Tybolt dans le port, et là, ce serait Balon qui dominerait la flotte du Lion. Lyonel savait très bien que Tybolt rechignerait aux nouveaux arguments qu'il apportait, mais pourtant aucun doute animait le regard du vieux Cerf lorsqu'il exposait ses craintes. Après tout, ne dit-on pas que la meilleure défense est l'attaque ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 3 Aoû 2011 - 16:33

L'ambiance de cette collation était de nouveau détendue et Lord Lannister accueillit donc avec un simple sourire les avis de Lord Baratheon, il ne s'agissait pas de disconvenir au protocole, celui-ci voulant qu'un seigneur plus jeune écoute les conseils et avis d'un plus ancien. Cependant Tybolt nota dans son esprit qu'il n'y avait rien à attendre de Lyonnel Baratheon. Ce dernier continuait de prôner l'attaque sur les terres Greyjoy, ils étaient tous les même ces seigneurs dont les terres et les gens étaient loin du conflit, bouffis d'avis tranchés et de bons conseils mais aucun ne semblait prendre en considération un fait relativement simple, les hommes de l'Ouest n'avaient pas à mourir pour préserver le reste de Westeros. Il voyait bien que beaucoup attendaient qu'il agisse de manière à détruire la menace Fer-Nés et ainsi leur permettre de continuer à profiter de la vie sans jamais avoir à sacrifier quoi que ce soit. Mais si tous ces seigneurs voulaient envahir les îles de fer, grand bien leur fasse, ce ne serait certainement pas le sang Lannister qui paierait le droit de passage et la traversé. Le léger soupir que laissa échapper Gerold conforta le jeune seigneur sur l'avis de son cadet. Ce dernier avait été le premier à rappeler au jeune Lion qu'il n'était aucunement nécessaire de débarquer sur les îles de fer pour se protéger de la menace, renforcer les côtes et assurer le ravitaillement de Port-Lannis par la mer permettait à l'Ouest de tenir indéfiniment. Si le roi Targaryen et ses sous fifres de l'Est voulaient une fin définitive à ce conflit, ils n'auraient qu'à le faire eux même et envoyer la flotte royale ou faire convoquer les Ban. Il était tellement facile de s’enorgueillir de stratégies militaires efficaces lorsqu'en cas d'échec ce n'était pas vous qui devrait payer les frais...

Le jeune Lord Lannister bu une nouvelle gorgée avant de lever les yeux vers Lord Baratheon, le sourire toujours aux lèvres.
Non pas que je trouve votre plan insensé Lord Lyonnel, mais de quelle flotte pensez vous que je dispose pour affronter les Fer-Nés sur la mer ? Y a-t-il seulement une flotte en tout Westeros pour vaincre celle de Fer sur les flots ? Car si vous savez où trouver autant de navires garnis d'équipages compétents rompus au combat en mer et capables de défaire les Fer-Nés, je vous en prie ayez l'obligeance de bien vouloir éclairer mes lanternes... Parce que je peux vous le dire, si ce n'est pas le cas, les forces d'invasions ne feront que se faire intercepter par les boutres de la Seiche qui se fera un plaisir d'envoyer des milliers d'hommes par le fond. Il observa par la suite la plage que Lord Lyonnel Baratheon avait désigné comme lieu de débarquement. Une furieuse envie de rire le prit dés lors mais il se contînt. Quant à les voir débarquer sous mes fenêtres, avec tout le respect que je vous dois Lord Lyonnel, à part si Damon a vraiment perdu l'esprit à force de forniquer ses putains de femmes sel, je ne le vois pas tenter de prendre le Roc par la force, ce qui n'a d'ailleurs jamais été réalisé dans l'histoire, même mon aïeul Lann Le Futé dû recourir à la ruse pour faire siens ces murs. Sans compter que les défenses de Port-Lannis tiennent sans problèmes les Fer-Nés loin de nous. Il marqua un temps d'arrêt avant de poursuivre. Le pirate Fer-Nés est un charognard dans la plus pure tradition, on ne les a jamais attaquer aucune cible difficile à prendre, ce serait bien un exploit de leur part que de s'attaquer au Lion au cœur même de son domaine. Il échangea un regard avec Gerold où il put saisir l'agacement de son jeune frère et plus fidèle conseiller. Le Seigneur du Roc, soupira un instant. Cependant je vous accorde le fait que je sous-estime certainement Damon Greyjoy, ceci étant dit et pour rester sérieux, il n'y a aucune chance qu'ils viennent jusqu'ici, un autre lieu fortifié pourquoi pas, ce serait une surprise pour la plupart d'entre nous, mais le Roc lui même...restons sérieux. Tybolt était on ne peut plus persuadé que et ce malgré les dires inconsidérés de l'Orage Moqueur il n'y avait aucune chance de voir les boutres Fer-Nés sous les fenêtres du Roc. Et pourtant ce serait à la fois un coup de génie pour la Seiche pour surprendre tout le monde mais cela marquerait aussi plus que certainement la fin de sa petite rébellion, il n'y avait aucune chance qu'une attaque de ses pirates sur les terres même Lannister ne soit fructueuse, l'artillerie de Port-Lannis détruirait les boutres à l'ancrage et les hommes Lannister massacreraient les pirates sur terre. Ce serait se jeter dans la gueule du Lion... Je pense Damon assez intelligent pour savoir que s'il vient à frapper la maison Lannister directement il devra le faire sans ne rien laisser derrière que des morts et des ruines, et selon les informations de mes espions, je vous l'accorde elles ne sont pas aussi précises que je le souhaiterais, il ne dispose absolument pas d'une force de frappe assez puissante pour ce faire.

Alors que la collation commençait à durer dans le temps, le jeune Lion se fit la réflexion qu'il manquait un ménestrel au Roc pour accompagner ce type de rencontre, lorsque les discussions trainent en longueur, un interlude musicale fait toujours son effet... Il nota donc mentalement de remédier rapidement à ce manque dès lors qu'il en aurait l'occasion. Il avait du reste dernièrement reçut des nouvelles de l'ancienne maitresse de feu son père, Eva, peut être cette dernière connaitrait un ménestrel de qualité pour combler le manque du Roc. Il lui écrirait pour en savoir d'avantage, peut être l'inviterait-il elle aussi, avoir une courtisane de luxe à portée de la main était aussi habile qu'efficace lorsque les nobles venaient à être ses invités, ne disait-on pas que l'homme devient bavard une fois les bourses vides... Quel meilleur moyen pour collecter des informations qu'en mettant une femme dans le lit d'un grand seigneur ? En observant Lord Lyonel, il se morigéna de ne pas avoir fait venir Eva plus tôt et de n'y penser que maintenant, le vieux seigneur aurait tout à fait été le parfait client pour une femme comme celle-ci.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Quand l'Orage Moqueur se rend dans l'Ouest [Lyonel Barathéon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Scénario n°4 : Quand l'orage gronde
» L'orage se prépare dans un ciel sans nuage.
» Mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.[Alfred]
» À quand la Coupe dans l'Ouest?
» Quand l'histoire est tracée dans le nom...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-