AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Reitre, sangliers et chasseuse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 17 Oct 2012 - 21:36


Les sous bois étaient baignés de brumes, s’éveillant lentement sous la lueur faiblarde du soleil, qui diffusait à travers l’humidité ambiante une lumière ténue. La végétation était recouverte de la rosée matinale, dans laquelle étincelait parfois un rayon de lumière qui avait réussi à percer à travers la brume.

Au milieu de cette forêt, les animaux s’égayaient également. Bîches, cerfs, renards, sangliers et reître désorienté parcouraient les flancs arborés de la colline, croquant les jeunes pousses tendres, ou bien le dos de leurs gants en cuir.

Il fallait bien l’avouer, malgré l’absence de population pour blesser davantage son amour propre et se moquer de lui, il avait du mal à se résigner à la triste vérité. Il était perdu. Humant l’air autour de lui, en dressant la tête, comme pour essayer de trouver sa piste tel un chien de chasse. Bien entendu, tout cela ne servit à rien, et il se retrouva tout aussi dépité qu’auparavant. Il soupira profondément, puis, fit craquer sa mâchoire une fois de plus, et reprit sa progression droit dans une direction choisie purement à l’instinct, chacun de ses pas s’enfonçant dans la mousse regorgeant d’eau, détrempant ses bottes.

Tout en vérifiant où il posait les pieds, il en vint à s’en vouloir de s’être égaré dans cette forêt en pensant prendre un chemin pour les Eyrie, puis partir pour la Porte Sanglante. Au lieu de quoi le chemin s’était brutalement stoppé au milieu de nulle part. Enfin, pas exactement au milieu de nulle part. Au milieu d’une forêt sans repère, sans lumière, sans sentier, et, bien sûr sans aucun élément qui lui permettrait de retrouver la destination qu’il visait.

Certes, une bonne partie de son égarement n’était dû qu’à lui même. C’était lui qui n’avait pas voulu rebrousser chemin une fois que le sentier s’était arrêté, et qui au contraire avait voulu s’avancer davantage dans la forêt. De même, s’il avait attendu plus longtemps et avait cherché à rejoindre un groupe, si restreint soit il, il ne se serait jamais perdu tout seul.

Et il n’aurait peut-être pas commencé à grelotter malgré ses multiples couches de vêtement. Se maudissant une fois de plus, il renfonça la pièce de tissu sur son crâne, le réajustant de manière à ce qu’il ne tombe pas durant sa marche, car, dans un tel cas, il se retrouverait sans aucun couvre chef, ou alors avec un chiffon mouillé. Rien de bien recommandable par ce temps.

Alors qu’il progressait sur terrain plat, il perçut sur sa gauche un bruissement, comme une cavalcade. Agissant par réflexe, ne sachant de quoi il s’agissait, il empoigna son épée et commença à tirer dessus pour la sortir de son fourreau, en pivotant pour faire face à l’arrivant.
Un sanglier. D’une bonne centaine de kilos, et qui fonçait sur lui a toute allure, défenses en avant, grommelant dans sa course.

« OH, CHIA... »

Le geste de dégainer en pivotant se changea en plongeon en avant, le mercenaire s’écroulant dans l’humus, fermant les yeux pour éviter que la terre ne lui rentre dans les yeux. Par chance, le sanglier le dépassa sans le toucher, nasillant de plus belle.
Edwynn sentit l’épée glisser hors de son fourreau, alors qu’il entendait le sanglier se tourner vers lui à nouveau. Il jura une fois de plus en se remettant sur pied et en commençant à courir, abandonnant sur place l’épée qu’il n’aurait pas eu le temps de récupérer, et qui, même s’il avait pris le risque de récupérer, n’aurait pas pu stopper net l’animal. Il se débarrassa de son sac dans sa course, haletant de plus belle, le sanglier sur ses talons. De toute façon, il ne comptait pas aller bien loin, et, avec le sac, il n’aurait pas été bien loin.

Il s’accrocha aux branches d’un arbre et se tira vers le haut de l’arbre, jurant alors qu’il se sentait glisser en arrière à cause du poids de sa cuirasse. Serrant les dents, il se hissa à la force des bras à la verticale, se posant à califourchon sur une branche serrant des bras le tronc de l’arbre en reprenant bruyamment sa respiration. Il ferma les yeux, tout en soufflant doucement.

Le sanglier était au pied de l’arbre, attendant qu’il redescende pour le piétiner et lui apprendre à lui voler ses glands. Le Valien soupira bruyamment, tout en essayant de prendre la pose la plus confortable possible. En attendant que l’animal parte, il tenta de repérer où était tombé son sac et sa lame, afin de les récupérer rapidement une fois la bête partie. Ceci fait, il scruta tout signe de départ de la bête en prenant soin de ne pas bouger pour éviter d’attirer de nouveau son attention.




Une bonne demi-heure se déroula dans le silence, tandis que l’animal mangeait les glands aux pieds de l’arbre, sous le regard exaspéré d’Edwynn. Il commençait à se sentir engourdit, et menaçait de tomber d’un instant à l’autre, si le sommeil le gagnait. Il se mordit à nouveau la lèvre, et fixa le sanglier, qui poussa soudainement un couinement rauque. La bête fit un pas, puis s’écroula sur le côté, une tige de bois empennée planté dans la gorge.

Un chasseur, aucun doute là dessus. Restait à voir les intentions de ce dernier.

L’arbre étant peu touffu, il ne lui était d’aucune utilité pour tenter de passer inaperçu. Aussi, il leva la jambe gauche, s’asseyant sur la branche puis, poussa en avant et se réceptionna sur le sol, pliant les genoux pour amortir le choc.

Il se redressa lentement, puis, sans quitter l’endroit d’où avait du venir la flèche, se dirigeant lentement vers son épée, tout en levant les mains bien en évidence. Il hésita, puis, prit la parole, sans s’arrêter d’avancer.

« Ecoutez. Vous avez un arc, et moi, pas.» peut être était-ce une mauvaise idée de le dire après tout, néanmoins, c’était désormais dit, alors autant continuer.

« Je suis en rien une menace pour vous. Je veux juste récupérer mon épée parce que c’est tout ce que j’ai. » Expliqua t’il lentement dans une direction imprécise. Ce faisant, il donnait les raisons de son mouvement, et sous entendait qu’il n’avait pas d’argent à se faire soutirer.

Il s’immobilisa juste au-dessus de son épée, espérant que sa vie ne finirait pas ici d’une manière aussi pitoyable. Il déglutit longuement, puis ajouta pour lui même :

« Je ne sais même pas où vous êtes, alors... »


Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 20 Oct 2012 - 9:57

C'était une bonne journée pour aller chasser en solitaire. Enfin pas tellement en solitaire vu qu'elle embarquerais Sky avec elle. Elle s'était levé tôt et avait préparé sa besace. Un casse-croûte pour le midi et le soir. Elle avait l'intention de dormir a la belle étoile. Ça lui arrivait quelque fois et son oncle n'avait jamais eu peur qu'il ne lui arrive quelque chose.

Elle attrapa son arc long et droit, son carquois empli de flèche et son bâton, qui lui servait a la fois de bâton de combat et de bâton de marche. Elle caressa son faucon et sortit silencieusement. Elle ne s'en faisait pas, son oncle saurait qu'elle était parti à la chasse en voyant l'absence de ses armes et de Sky.

Une fois au dehors de la maisonnette, le faucon s'envola dans le ciel encore rosée et elle respira a plein poumon le bon air frais. Cette journée s'annonçait radieuse et le temps ferais sortir le gibier ce qui était bon pour elle. Peut-être qu'elle pourrait tirer un ou deux chevreuil, voir même un sanglier avec beaucoup de chance.

Elle s'aventura dans la forêt. Beaucoup n'y allait pas car elle était dense et abritait de nombreux danger comme les prédateurs et les serpents. Cela ne l'avait jamais empêché d'y aller avec son oncle ou seule. Elle arriva près d'un endroit qu'elle avait l'habitude de prendre comme observatoire. En effet, des buissons assez épais la caché a la vue du gibier tout en lui laissant une marge de manœuvre. Elle s'embusqua et l'attente put commencer.

La patience est la qualité la plus importante chez un chasseur avec le silence. Et Ludi possédait ces deux qualités, son oncle s'étant chargé de les lui inculqué depuis sa plus tendre enfance. Elle pouvait même parfois rester pendant plus de deux semaines embusqués quelque part juste pour attendre la venue d'un gibier. Elle avait aussi possibilité de se joindre a des battues organisées par des nobles mais elle n'aimait pas cela du tout. Les nobles étaient pour elle comme des boulets. Ils ne connaissaient rien de la chasse et croyait pouvoir vous apprendre votre métier. Ludiwina ne supportait pas cette attitude. De plus la majeure partie des chasseurs qui se joignaient aux battues étaient d'un machisme écœurant et nombreuses furent les fois où elle avait du donner quelques coups de poings dans un visage pour prouver qu'elle n'était pas une petite poupée fragile.

Arriva le midi et toujours rien a l'horizon, a croire que quelque chose tenait le gibier dans sa tanière. Elle haussa les épaules, le fait de revenir bredouille aussi était le lot de tout chasseur. On ne pouvait pas réussir a tout les coups. Elle s'installa pour déjeuner et appela son faucon. Sky mangeait toujours avec elle, toujours. Même depuis qu'elle lui avait appris a chasser tout seul, venu l'heure du dîner il se perchait sur son épaule et mangeait avec elle. Elle avait du avoir recours aux yeux de chatons mouillés pour que son oncle laisse l'oiseau manger avec elle après qu'elle l'ai entendu se cogner contre la porte après que son oncle l'ai mis dehors.

L'oiseau ne manqua pas au rendez-vous et ils mangèrent en silence, les sens aux aguets, on ne savait jamais. Et la journée continua, avança dans le temps et le soir finit par arriver et avec lui aucun gibier de la journée. Elle s'apprêtait a s'endormir lorsqu'elle entendit un bruit de course assez conséquent. Un bruit de course assez reconnaissable car il appartenait a un sanglier. Elle sourit. Finalement, la journée n'était peut-être pas perdue. Si elle arrivait a abattre un sanglier, son oncle serait content et ils pourraient en avoir un bon prix auprès des cuisiniers des Linderly.

Elle prit son arc et ses flèches, Sky reprenant son poste dans le ciel semi-nocturne. Elle s'approcha silencieusement de l'endroit où s'était arrêté les bruits de cavalcade et vit le sanglier au pied d'un arbre. Depuis quand les sangliers attendaient sagement au pied d'un arbre? Parce que ce sanglier semblait vraiment attendre quelque chose mais quoi était la question. Enfin plutôt qui quand elle aperçut enfin la vague forme d'un corps humain accroché a une branche comme une puce au cul d'un chien. Elle soupira. Encore un qui avait cru amusant de venir dans la forêt en pleine nuit et seul de surcroit. Elle attrapa une flèche et banda son arc. Calme. Expire. Inspire. Ne pense a rien d'autre qu'a la cible. Lâche la flèche. Ne quitte pas ta cible des yeux. Les conseils de son oncle ne quittait jamais son esprit. Elle les entendaient a chaque fois qu'elle tirait a l'arc. Cela ne l'agaçait pas. C'était une bonne piqûre de rappel.

La flèche atteignit la gorge dans un silence instauré par la tombée de la nuit. Elle resta planqué derrière ses fourrés et attendit que l'autre descende. Quand il se mit a parler elle crut qu'elle allait rire. Il croyait quoi celui là? Elle chassait le gibier pas les êtres humains! … Bon okay elle en chassait quelques fois mais c'était pas tout le temps non plus.

«Écoutez. Vous avez un arc, et moi, pas. Je suis en rien une menace pour vous. Je veux juste récupérer mon épée parce que c’est tout ce que j’ai. Je ne sais même pas où vous êtes, alors... »

Lui? Une menace pour elle? Là c'était vraiment risible. Elle soupira et sortit de derrière le fourré et appela son faucon d'un simple sifflement long. L'oiseau fondit aussitôt sur elle et attéri sur son épaule après avoir fait du rase-motte sur l'inconnu. Il ressemblait aux mercenaires qu'elle était parfois amené a rencontré lorsqu'elle devait se rendre dans une ville.

-Que faites vous dans cette forêt a la tombée de la nuit? C'est particulièrement stupide surtout en étant seul et sans lumière.

Directe et franche, Ludiwina ne connaissait même pas le sens du mot tact. Elle n'attendit pas la réponse de l'autre et alla se pencher sur le corps du sanglier et en retira la flèche d'un coup sec. Elle examina le corps de l'animal. Un sanglier mâle, il rapporterais gros.

-Alors? Pourquoi êtes-vous dans cette partie de la forêt? Finit-elle par demander en se retournant vers l'homme, Sky nettoyant ses plumes tout en dardant sur l'inconnu un regard perçant.
Revenir en haut Aller en bas

Reitre, sangliers et chasseuse.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Candice "Douce-lame" [chasseuse de primes][En cours de mise à jour]
» Robin, Assassine et chasseuse cherche beau mâle Acid ( Archives S'il vousplaît)
» Rachel Hunter, Chasseuse de Démon
» Chasse aux sangliers
» Bande de motard ork

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-